Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'engagement et l'émancipation

 | 
Luc Capdevila
, 
Patrick Harismendy

Troisième partie. Figures de l'engagement

Historiographie et mémorialisation du féminisme : les tentations révisionnistes1

Christine Bard

Texte intégral

  • 1 Une version orale proche de ce texte a été donnée dans le cadre du colloque international Cultures (...)

1Dans l’art d’écrire l’histoire savante comme dans celui de célébrer la mémoire collective, la révision est saine et nécessaire, sans doute inévitable si l’on admet que les intérêts présents imposent cette opération intellectuelle, à la fois consciente et inconsciente. En revanche, le révisionnisme, compris dans sa dimension négative, procède par des distorsions, des vues partiales, des contre-sens, jusqu’à l’aberration, jusqu’à la négation des faits parfois. Dans le cas du féminisme, on peut montrer combien il a permis de revisiter une histoire et une mémoire écrites au masculin. Le féminisme est lui-même pris dans des enjeux qui mettent son passé en tension. La tentation révisionniste existe parmi les féministes, sous la forme d’une lutte pour un pouvoir symbolique qui instrumentalise le récit du passé. Problème interne, le révisionnisme est aussi pour les féministes un ennemi extérieur. Il peut opérer au nom d’une critique idéologique, mais aussi, plus insidieusement, au nom des « nécessités » de la communication, à l’heure de la spectacularisation du politique.

Le révisionnisme dans l’historiographie

La difficile gestation d’une histoire autonome du féminisme

  • 2 Picq F., Libération des femmes. Quarante ans de mouvement, Paris, Éditions-dialogues. fr, 2011.

2Essayons de retracer chronologiquement les grandes évolutions de la grille de lecture de l’histoire du féminisme français. Nous verrons que l’écriture de l’histoire passe par des révisions successives, dépendantes de l’actualité féministe et, au-delà, des grandes questions du temps. Elle est très reliée à des enjeux mémoriels que les travaux historiques réactivent régulièrement. Dans les années 1970, le paradigme marxiste domine, et les historien-ne-s du féminisme sont souvent aussi des spécialistes du mouvement ouvrier. On s’interroge sur le « féminisme bourgeois » et sur ses rendez-vous manqués avec le parti socialiste ou les syndicats. On met en avant des figures, comme Flora Tristan et Louise Michel, qui conjuguent les deux combats. Le féminisme de la IIIe République est alors encore très méconnu. Une vision hétérodoxe issue du MLF, s’appuyant notamment sur les travaux de Françoise Picq2, s’affirme toutefois dans les années 1970, essayant de se dégager du paradigme du mouvement ouvrier.

3C’est seulement à partir des années 1980 que le féminisme de la première vague commence à être étudié à l’Université. Ses dimensions multiples apparaissent. Il est important pour les féministes d’avoir le récit d’un mouvement autonome, divers, beaucoup plus fort qu’on ne le pensait. Les archives, dans bien des cas, n’avaient jamais été ouvertes. Deux figures sont alors mises en avant pour asseoir cette vision d’un féminisme autonome : Maria Deraismes et Hubertine Auclert.

  • 3 Sur cet aspect et plus généralement sur l’historiographie : Thébaud F., Écrire l’histoire des femm (...)

4Dans les années 1990 sonne l’heure de la parité. La conquête des droits politiques devient centrale. Le féminisme devient l’histoire du suffragisme, au détriment par exemple de la question ouvrière qui s’efface dans le débat public. Je n’insisterai pas davantage sur l’opposition entre les deux grilles de lecture, l’une cherchant à valoriser le féminisme en soi, l’autre la reliant à la lutte des classes et au mouvement ouvrier, car la question a été beaucoup traitée3.

Les révisions récentes

5C’est moins le cas des nouveaux questionnements. Ils ont sans doute en commun de pointer d’une certaine manière les « manques » du féminisme passé, ce qui peut conduire à des procès anachroniques. Ils sont aussi reliés à des luttes militantes récentes. On peut en distinguer quatre manifestations.

  • 4 Bonnet M.-J., Un choix sans équivoque, Paris, Denoël Gonthier, 1981.
  • 5 Il serait désormais un peu long de citer tous les travaux sur Madeleine Pelletier, depuis le premi (...)
  • 6 Chetcuti N., C. Michard (dir.), Lesbianisme et féminisme : histoires politiques, Paris, L’Harmattan (...)
  • 7 Bourcier M.-H., S. Robichon (dir.), Parce que les lesbiennes ne sont pas des femmes, autour de l’œu (...)

61. La curiosité pour l’histoire lesbienne, l’émergence de la sensibilité queer sont, même si c’est à la marge, productrices d’histoire et de mémoire. Après la thèse d’inspiration féministe de Marie-Jo Bonnet4, sur l’histoire de l’homosexualité féminine, peu de recherches ont été menées à un niveau académique. On pourra tout de même noter l’intérêt porté à des figures critiques de l’hétérosexisme, à l’époque de la première vague du féminisme (fin XIXe-début XXe siècle) : Madeleine Pelletier et Arria Ly5, sans que leur place autrefois marginale et marginalisée soit considérée comme un problème de non-représentativité. Sur l’histoire plus récente du féminisme lesbien, beaucoup reste à faire, et ce qui a été commencé l’a été, principalement, dans un cadre militant6. Une relecture queer est en cours ; citons par exemple celle de l’œuvre de Monique Wittig7.

  • 8 Cf. « Féminisme(s) », Espineira K., M.-Y. Thomas, A. Alessandrin, La trans-yclopédie, Des ailes su (...)
  • 9 Jacquemart A., Les hommes dans les mouvements féministes. Socio-histoire d’un engagement improbable (...)

72. L’essor des études sur le genre et les masculinités dans le cadre académique, et, dans l’univers militant, de nouvelles luttes mixtes contre le sexisme stimulent l’envie d’en savoir plus sur la part des hommes dans l’histoire du féminisme. C’est un constat valable depuis la fin des années 1990, qui voient la génération montante renouveler le paysage associatif féministe (association Mix’cité par exemple), mais aussi homo-sexuel et queer, alors que dans le même temps, une partie de l’extrême gauche, les anarchistes, les alternatifs teintent d’antisexisme les luttes du moment (antifascistes par exemple, avec « Ras l’front » et « No Passaran »). Au début du XXIe siècle, une étape supplémentaire est franchie, marquée par la prise en compte de la déconstruction du genre. Au sein de la galaxie féministe, de nouveaux sujets s’affirment, ni hommes ni femmes, mais « trans », « pédés », « gouines », « queer » (Les Panthères roses par exemple). Leur néoféminisme fait éclater le binarisme des sexes et des genres et pose donc autrement la traditionnelle question : mixité ou non mixité ? Il la rend obsolète, la dépasse et pose avec force la question centrale du sujet du féminisme. Ce n’est plus, comme dans les années 1970, un « nous les femmes ». De leur côté, les luttes trans s’attaquent aussi à une sorte de biologisme paradoxal des féministes et élaborent un « transféminisme8 ». En retour, la manière de circonscrire le périmètre du féminisme passé est questionnée. La thèse d’Alban Jacquemart sur les hommes féministes de 1870 à nos jours le montre avec éloquence9.

  • 10 Kandel L. (dir.), Féminismes et nazisme, Paris, Odile Jacob, 2004.
  • 11 Las N., Voix juives dans le féminisme. Résonances françaises et anglo-américaines, Paris, Honoré Ch (...)

83. L’intensité du réveil de la mémoire juive dans les années 1970 et 1980, l’intérêt pour l’histoire de la Shoah, l’engagement dans les luttes contre le négationnisme ont produit une grille de lecture féministe particulière en France, sous l’impulsion de la germaniste Rita Thalmann et de Liliane Kandel, qui organisa un colloque important sur « Féminisme et nazisme10 » en 1992. À partir de l’étude des féminismes ralliés à la guerre, au nationalisme, puis au nazisme, en passant par l’ultrapacifisme, il s’agit d’utiliser le concept central de « responsabilité historique des femmes », en tirant toutes les conclusions nécessaires des orientations féministes en Allemagne à partir de 1933, par exemple, et plus généralement, du rôle actif des femmes dans le fonctionnement du régime nazi, de son économie de guerre à sa culture. Cette approche rompt avec une vision aussi victimaire que fausse de l’histoire des Allemandes et vaut pour les femmes de tous les pays. Dans le même temps, l’étude de la contribution des femmes juives au féminisme, en France et ailleurs, s’enrichit, grâce à l’historienne israélienne Nelly Las notamment11.

  • 12 Avec, aujourd’hui, des associations telles que Mamans toutes égales, collectif Féministes partout, (...)
  • 13 Boggio Ewanjé-Epée F., S. Magliani-Belkacem, Les féministes blanches et l’empire, Paris, La Fabriqu (...)

94. Une relecture de l’histoire du féminisme est entreprise par le courant féministe postcolonial (ou décolonial) qui se développe à partir de 2003-2004 autour du sujet le plus clivant en France, le voile12. Son combat dénonce l’incorporation, dans les vingt dernières années, de l’antisexisme à la rhétorique réactionnaire. Ce courant ne se retrouve pas dans l’histoire du féminisme « hégémonique » et considère que la question coloniale et raciale est un point aveugle de l’histoire du féminisme. Pionnière du suffragisme, Hubertine Auclert devrait par exemple être reconsidérée, sous cet angle, comme « l’une des premières théoriciennes d’un féminisme impérialiste ». La blanchité du féminisme français est mise en évidence. Comme le courant précédent, cette révision conduit à insister sur le « fémonationalisme » et dévoile un « privilège blanc » au sein même d’un mouvement qui se perçoit comme émancipateur. La méconnaissance du rôle des femmes immigrées et des organisations féminines ultramarines est une réalité. Faut-il pour autant vanter le modèle alternatif d’émancipation des femmes sous le régime de Khomeiny ? Le pamphlet de Félix Boggio Ewanjé-Épée et de Stella Magliani-Belkacem affiche ses choix politiques, mais il est très révélateur d’une sensibilité qui a déjà une portée heuristique dans les recherches académiques13. Quand Elsa Dorlin publiait son anthologie sur le black feminism américain, en 2008, on ignorait presque tout de l’histoire des féministes noires en France. Les années 2000 voient naître un féminisme islamique et se renforcer l’intérêt pour les questions de religion et de laïcité au sein du féminisme. Y a-t-il un féminisme catholique, juif, protestant, musulman ? Ces questions vont stimuler les recherches.

105. Il est frappant de constater que les (rares) débats historiographiques sur le féminisme se font entre historien-ne-s partageant une sensibilité de gauche. Aussi peut-on se demander s’il peut y avoir un révisionnisme de droite ? Très certainement, mais il ne s’assumera pas comme tel dans le contexte épistémologique actuel. Ce point de vue peut, dans le domaine qui nous occupe, le féminisme, chercher à minorer le rôle du mouvement social, de la protestation, pour attribuer à d’autres facteurs les raisons de l’évolution des droits des femmes. Le « grand homme », De Gaulle par exemple, sera crédité d’un rôle féministe pour avoir donné aux Françaises le droit de vote. Entretenir la confusion entre mouvement féministe et mouvement féminin, élargir démesurément le qualificatif à des mouvements, des figures, qui ne s’auto-définissent pas ainsi est une autre stratégie possible, qui permet de réhabiliter des mouvements modérés, voire réactionnaires, dont on ne pourra pas nier le conservatisme, mais dont on soulignera qu’ils ont permis à de nombreuses femmes de s’investir dans la sphère publique.

Le révisionnisme interne au féminisme : le cas d’Antoinette Fouque

  • 14 Bard C. (dir.), Les Féministes de la deuxième vague, Rennes, PUR, « Archives du féminisme », 2012.

11L’histoire très contemporaine est dépendante de ses acteurs et actrices qui contrôlent une bonne partie de la documentation disponible (archives, entretiens, déclarations dans les médias). Ceci est vrai des féministes de la deuxième vague qui ont célébré en 2010 leurs quarante ans. Un seul colloque académique a eu lieu : Les féministes de la 2e vague, actrices du changement social, à Angers14. L’anniversaire a été l’occasion de multiples initiatives mémorielles de féministes des années 1970, toujours actives.

12L’immense majorité des militantes de cette époque se reconnaît dans la convention qui consiste à dater la naissance du MLF du 28 août 1970. Ce jour-là, une dizaine de femmes essayaient de déposer à l’Arc de triomphe une gerbe à la femme du soldat inconnu et se faisaient arrêter. La presse, le lendemain, titrait sur la naissance du « Mouvement de libération de la femme ». Les réunions et les publications qui avaient précédé cet événement n’avaient pas été en mesure de donner ce sentiment qu’un mouvement militant nouveau se constituait, à l’image du women’s lib américain.

13Cette date de naissance fait toutefois l’objet d’une contestation que l’on peut qualifier de révisionniste. En 2008, avec deux ans d’avance, Antoinette Fouque, initiatrice et animatrice du groupe Psych et Po, a célébré les quarante ans du MLF dont elle a déposé le sigle comme marque commerciale en 1979. Par ce coup de force, un petit groupe s’est donc approprié une création collective informelle, un « mouvement ». Cette histoire ancienne se rejoue désormais à travers les enjeux mémoriels.

  • 15 Fouque A., Génération MLF 1968-2008, Paris, Des femmes, 2008.

14Antoinette Fouque affirme que le MLF a été fondé lors d’une réunion qui avait lieu chez elle, le jour de son anniversaire, le 1er octobre 1968. Elle construit, avec l’aide de ses proches et alliées (réuni-e-s pour un livre anniversaire sorti en 200815), un véritable « mythe des origines » du MLF. Les démentis sont extrêmement nombreux ; les témoignages contradictoires sont publiés. Ils ne nient pas l’existence de cette réunion, mais en discutent la signification. Des signes annonciateurs de ce révisionnisme existaient. Pour le 8 mars 1983, une exposition sur « Mouvement de libération des femmes, 15 années de luttes, 1968-1983 » reflétait déjà une vision psychépocentrée du MLF qu’Annette Lévy-Willard comparait dans Libération à « un court voyage dans la Corée du Nord de Kim Il Sung ». Simone de Beauvoir n’est pas mentionnée, alors que le nom d’Antoinette Fouque, de sa maison d’édition (Des femmes), de son hebdo, Des femmes en mouvements est omniprésent. Le Manifeste des 343 femmes ayant avorté, publié dans Le Nouvel Observateur en 1971, texte fameux s’il en est, est absent.

15Ce révisionnisme soulève de nombreuses questions. À qui profite la réécriture ? Comment se fait-elle ? Avec quels moyens ? De quels soutiens légitimants peut-elle se prévaloir du côté universitaire ? En soulevant quelles oppositions ? En quelques mots, disons qu’elle se fait non seulement contre les historiennes spécialistes du féminisme, mais aussi contre l’immense majorité des féministes des années 1970, actrices de cette histoire. Les moyens mis en œuvre sont importants car Antoinette Fouque dispose d’une belle autonomie financière, de sa propre maison d’édition, et son activité d’animatrice de groupe féministe, de psychanalyste, d’éditrice, de directrice d’organe de presse, de députée européenne lui a donné un réseau considérable et un accès facile aux médias. L’histoire des féminismes de ces années-là étant complexe, la contradiction n’est pas facile à apporter pour le journaliste ordinaire.

  • 16 Chaperon S., Les Années Beauvoir 1945-1970, Paris, Fayard, 2000.

16Entre la vision d’Antoinette Fouque et la vision historienne, le hiatus sur le passé du MLF passe aussi par les mots. La prétention à fonder ou créer un mouvement sociopolitique tel que le féminisme de la deuxième vague n’est pas recevable pour qui travaille sur les processus complexes de ce qui fédère, dans un contexte donné, diverses forces qui ont auparavant souvent discrètement germé avant de fleurir. Sylvie Chaperon, historienne du creux de la vague féministe des années 1950-1960, le souligne à juste titre16. La notion de fondation est facilement récusable. L’acte de fondation imaginaire sert la cause d’une personnalisation du féminisme (frôlant dans ce cas précis le culte de la personnalité). Le plus troublant, lorsque les textes anciens sont lus comme des sources – devoir premier des historien-ne-s –, est de réaliser que cette appropriation se fait contre le mot-clé de toute cette histoire : le féminisme. Constatons-le dans cette déclaration d’amour signée Jacqueline, Yvette, Michèle, Thérèse et Christine, publiée dans Des femmes en mouvements hebdo, le 2 avril 1982 :

  • 17 Repris dans le no 46 de Pro Choix (décembre 2008) : MLF. Le mythe des origines, p. 43.

« Chère Antoinette,
Tu as créé le Mouvement de Libération des Femmes en le dégageant du Féminisme. Tu l’as conduit, jusqu’à présent, où nulle ne peut plus, sans dénier la réalité, en contester le bien-fondé, la positivité et la force. Saurons-nous, comme tu l’as fait, défendre, contre les envahissements qui la menacent, cette “terre de liberté” que tu nous as donnée et sauvée ; saurons-nous, comme tu l’as fait, la rendre ouverte et hospitalière chaque femme, d’où qu’elle vienne ; saurons-nous, comme tu continues à le faire, assurer ce lien d’amour entre les femmes, qui en est le fondement17 ? »

17La personnalisation est non seulement contraire à l’ethos militant du MLF, mais elle suscite la méfiance critique des analystes des mouvements sociopolitiques, qui mettent plutôt l’accent sur les dynamiques collectives, les structures, le contexte...

Le révisionnisme dans la mémoire officielle du féminisme

  • 18 Charpenel M., « Le privé est politique ! ». Sociologie des mémoires féministes en France, thèse de (...)

18Dans un ordre chronologique sans doute curieux, l’histoire a précédé la mémoire pour les féministes, dont l’engagement dans des luttes mémorielles est récent18.

L’émergence d’une demande mémorielle féministe

  • 19 Bard C., « Les usages politiques de l’histoire des femmes », inAndrieu C., M.-C. Lavabre, D. Tartak (...)

19Les féministes ont connu un temps fort avec l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981, la ministre des Droits de la femme, Yvette Roudy, étant très sensible à l’histoire. Aucune mesure de grande ampleur n’est pourtant décidée. Une exposition temporaire retrace la longue marche des femmes, à la Gare Saint-Lazare, pour le 8 mars 1982. Une série de boîtes d’allumettes présentant chaque année une féministe est éditée. Quelques documentaires historiques sont réalisés et diffusés à la télévision. Le PS propose une lecture orientée de cette histoire ; le manque de discernement dans le choix des héroïnes à promouvoir est devenu très évident avec le recul du temps19.

20Depuis les années 1980, donner aux rues et aux établissements scolaires le nom d’héroïnes du passé, y compris du passé proche, et leur ouvrir les portes du Panthéon figurent parmi les objectifs des féministes qui veulent une reconnaissance officielle des luttes des femmes. Il faut attendre le bicentenaire de la Révolution, 1989, pour que la demande de panthéonisation de femmes se fasse entendre. Cette date se situe certes dans un contexte d’emballement de la France et des Français pour toutes sortes de devoirs mémoriels, mais reste toutefois tardive. À cela, deux raisons : le MLF est un mouvement de rupture, encore tout jeune, issu de Mai 68. Néophile, il ne se tourne pas spontanément vers le passé. Il est anti-institutionnel (assez hostile à la participation électorale par exemple). Pour lui, le Panthéon incarne une représentation de la République masculine, comme l’indique le fronton (« Aux grands hommes, la patrie reconnaissante ») et sans intérêt.

  • 20 Marand-Fouquet C., « Olympe de Gouges au Panthéon », inViennot E. (dir.), La démocratie « à la fran (...)
  • 21 Il faut donc lire Rosa Montero (L’idée ridicule de ne plus jamais te revoir, traduit de l’espagnol (...)

21En 1989, le nom d’Olympe de Gouges est mis en avant, ce qui fait rimer féminisation avec féminisme20. Mais la demande échoue face à l’opposition de François Mitterrand. La première femme à entrer au Panthéon, un peu plus tard (1995), ne s’est pas illustrée comme féministe – dans sa vie, elle l’était cependant – il s’agit de Marie Curie, accompagnée de son époux. C’est là un choix consensuel, qui transcende les clivages politiques. Le temps a apaisé en effet ce qu’il y avait de transgressif dans le parcours de vie de Marie Curie21. Si elle n’a jamais été admise à l’Académie des sciences, le Nobel, deux fois obtenu, a corrigé en quelque sorte les discriminations rencontrées en France.

22Les féministes n’abandonnent pas Olympe de Gouges dans leur demande de panthéonisation de femmes. À son nom est associé depuis 2007 celui de Solitude, Guadeloupéenne insurgée contre le rétablissement de l’esclavage et exécutée en 1802. Une double panthéonisation est demandée à l’initiative du Conseil représentatif des associations noires (CRAN). Les féministes apprécient également Lucie Aubrac, décédée en 2007, Germaine Tillion, en 2008, deux résistantes dont les engagements ont perduré toute leur vie. Contre le courant dominant poussant à la mémorialisation des luttes féministes, la critique féministe de la panthéonisation n’est plus audible. Il va pourtant de soi qu’une partie des féministes conteste un féminisme tellement intégrationniste qu’il en oublie de questionner la fonction même du Panthéon, mixte ou pas.

Actualité de la panthéonisation

  • 22 Senac R., L’invention de la diversité, Paris, PUF, 2012.

23Brusquement, en 2013, tout se précipite. La demande est relayée par d’efficaces canaux. Le dynamique ministère des Droits des femmes (Najat Vallaud-Belkacem) sent l’opportunité de corriger une inégalité symbolique. Le président de la République commande un rapport à Philippe Belaval, président du Centre des monuments nationaux, lui demandant de « tenir compte le plus largement possible de la parité et de la diversité ». Les termes et motivations de cette commande de François Hollande sont intéressants : l’exigence de parité-diversité est devenue incontournable. La cohabitation n’est pas toujours harmonieuse ; du côté des féministes, l’agacement domine22. Par ailleurs, le président souhaite « mieux utiliser le Panthéon et lui rendre son « attractivité ». À cet égard, on ne peut s’empêcher de penser à une vision utilitariste de la cause des femmes, qui se suffit rarement à elle-même et se trouve singulièrement renforcée quand elle est défendue au nom d’un bienfait pour la société tout entière. C’est ce type d’argumentation qui a, dans le passé, légitimé le droit de vote des femmes (1944) ou la parité (1999).

  • 23 La couverture médiatique est très large. Je me réfère ici au Nouvel Observateur, au Figaro, au Mon (...)

24Le rapport est rendu en octobre 201323. Sa proposition la plus commentée est celle de privilégier des « femmes du XXe siècle » qui se sont illustrées pour leur « courage », leur « ténacité » et leur « engagement républicain ». L’engagement dans l’un ou l’autre des conflits mondiaux entre dans le profil des panthéonisables (dans la perspective à court terme des commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale et du 70e anniversaire du débarquement de Normandie). Philippe Belaval se refuse à citer des noms, ce qui empiéterait sur les prérogatives présidentielles. Mais compte tenu des critères mis en avant se mettent à circuler fort logiquement ceux de Germaine Tillion, Geneviève Anthonioz-De Gaulle, Lucie Aubrac, Charlotte Delbo. Mais aussi des noms nettement moins attendus : la syndicaliste communiste du Nord, Martha Desrumeaux, et deux aviatrices : Adrienne Bolland et Marie Marvingt. Les préférences de Philippe Belaval sont apparentes : « éviter les figures de victimes » (« J’aime l’idée qu’il y a eu une vie après cette épreuve. Ces femmes ont été renforcées par l’épreuve dans leurs convictions républicaines pour transformer le monde via l’action politique, sociale, éducative, humanitaire », Le Huffington Post, 10 octobre 2013). On pourrait longuement commenter la dimension antiféministe de ce refus de la victimisation, comme refus de reconnaître pleinement le tort, l’injustice faits aux femmes.

  • 24 Wieder Th., Le Monde, 10 oct. 2013.
  • 25 Capdevila L., F. Rouquet, F. Virgili, D. Voldman, Hommes et femmes dans la France en guerre (1914-1 (...)

25Le profil excluant les féministes antérieures au XXe siècle et l’installation dans la nef du Panthéon d’un « monument collectif à toutes les héroïnes de l’émancipation féminine », mettant en valeur la « Déclaration des Droits de la femme et de la citoyenne » d’Olympe de Gouges (1791) est proposé. Le profil de la panthéonisable n’est pas favorable à la cause féministe, cette dernière n’étant pas jugée suffisamment universelle par Philippe Belaval : « Les femmes auxquelles nous suggérons de rendre hommage incarnent toutes des combats universels et non exclusivement féministes24. » Aurait-on, avec d’autres combats pour les droits humains, ainsi réduit le féminisme à une lutte sectorielle non universelle ? On peut sentir entre les lignes un déficit de légitimité persistant. L’auteur avance que les femmes panthéonisables incarnent un « message de résilience républicaine » (titre p. 52) : quand la République est affaiblie, elle se relève, notamment grâce à des femmes. Les femmes ne demandent pas une telle philogynie, qui n’a d’ailleurs rien à voir avec la République car on peut en France remonter à la fin du Moyen Âge avec Jeanne d’Arc pour identifier le premier épisode du feuilleton des sauveuses de la patrie... Les historien-ne-s ont beaucoup travaillé sur l’idéalisation à visée patriotique, voire nationaliste du rôle des femmes pendant le premier conflit mondial et ont déconstruit le résistantialisme au féminin : les femmes ne se sont pas mieux comportées que les hommes25... Un peu plus loin il est affirmé que la République est mixte « par essence », proposition que peu d’historien-ne-s soutiendraient, ne se sentant pas détenteurs du savoir sur ce que serait « l’essence » de la République. Les historien-ne-s du genre ont plutôt montré comment, historiquement, la République s’est construite sans les femmes, et contre elles, ou en tout cas en les excluant de l’entre-soi politique des frères.

  • 26 La liste des vingt premières personnalités est par ordre décroissant : Olympe de Gouges, Germaine (...)

26Le rapport met en avant une méthode fondée sur des interviews privilégiant nettement les points de vue d’hommes, y compris pour le monde associatif, ainsi que sur un sondage. Il tient compte aussi d’une consultation sur internet organisée par le Centre des monuments nationaux entre le 2 et le 22 septembre 2013, à laquelle 30 000 internautes ont participé (54 % sont de sexe masculin). On peut alors observer la mise en place d’un double révisionnisme qui bouscule les critères implicites de la panthéonisation. 1 200 personnalités sont citées, dont certaines pour le moins inattendues. En tête de liste arrivent Olympe de Gouges, Germaine Tillion, Louise Michel et Simone de Beauvoir. Sœur Emmanuelle est nommée. De même que Simone Veil, qui n’est pourtant pas morte ! Les hommes cités sont moins nombreux que les femmes, signe d’une participation importante des féministes et d’une adhésion au principe de féminisation. Parmi les hommes les plus cités, Coluche, l’abbé Pierre, le général de Gaulle, mais aussi le généticien Jérôme Lejeune et l’ancien officier Hélie de Saint-Marc : l’extrême droite a su promouvoir le leader du combat historique contre l’IVG ainsi qu’un partisan de l’Algérie française26. Les limites d’un tel sondage sont évidentes. En tout cas, les féministes mises en avant par les résultats ne correspondent pas au profil préconisé par le rapport. Le président de la République François Hollande panthéonisera au nom de la parité deux femmes et deux hommes, le 27 mai 2015 : Germaine Tillion, Geneviève de Gaulle – Anthonioz Pierre Brossolette et Jean Zay.

Une Angevine au Panthéon ? La dérive localiste

27Le sens que recouvre la panthéonisation évolue, on le voit dans ce sondage, ainsi que dans le titre du rapport Belaval « Pour faire entrer le peuple au Panthéon ». C’est à la fois la dénaturation de la demande initiale des féministes et la perte de tout sens des proportions sur la « grandeur » des personnalités à célébrer que l’on observe à la lecture du quotidien angevin : Le Courrier de l’Ouest. Sur une page entière, le 15 septembre 2013, on lit cette question surprenante : « Pourquoi pas une Angevine au Panthéon ? » Le détournement localiste est ici très intéressant, conforme à une sensibilité de droite régionaliste, marquée par l’opposition à la République jacobine et à une mémoire nationale officielle antagoniste avec la mémoire vendéenne locale. Le journal met en avant Germaine Canonne (1909-2009), première élue au conseil municipal d’Angers, première conseillère générale, première vice-présidente du Conseil général de Maine-et-Loire. Elle ouvrit la première crèche, le premier foyer pour les vieux travailleurs, et fit fermer les maisons de tolérance à la Libération. Elle était chargée, on l’aura compris, des affaires sociales. Son étiquette socialiste n’est pas spécialement soulignée. L’article conclut sur cette idée : « Germaine Canonne a fait avancer la cause féminine sans jamais avoir milité au MLF. » On peut noter l’absurdité de ce constat ne tenant pas compte de l’effet générationnel ; mais il vise surtout à disqualifier, en tout cas à relativiser le dit MLF. Pas de problème avec les hommes pour Germaine Canonne : elle adhère au socialisme parce qu’il représente l’idéologie vantée par son père, et accepte de se présenter aux élections parce que son mari l’y encourage vivement. Pour finir, une citation mérite une petite réflexion : « Une femme a un sens pratique et un sens des réalités que n’ont pas les hommes, témoignait-elle en 1994 dans Le Courrier de l’Ouest, eux se contentent souvent de discours et mettent du temps avant de passer à l’action. » Ce n’est peut-être pas très gentil pour les hommes, mais ce qui plaît dans cette opinion tient à la réaffirmation de la différence des sexes.

  • 27 Oui, Angers est la patrie du Cointreau !
  • 28 Cf. les ouvrages de Jean-Clément Martin, dont La Vendée de la Mémoire, 1800-1980, Paris, Seuil, 19 (...)

28Passons au reste de la sélection. Quatre femmes aux profils très différents sont identifiées comme « d’autres exemples de femmes-courage en Anjou ». Mathilde Alanic (1864-1948) obtint la Légion d’honneur pour avoir, dans ses romans à succès, « défendu des idées de justice, de devoir social et de cœur, le retour à la terre et à la vie simple ». Louise-Aimée Cointreau (1855-1928), étiquetée « militante sociale », est une grande bourgeoise philanthrope très active pendant la Grande Guerre, ce qui lui vaut aussi la Légion d’honneur27. Marie Talet (1884-1944) est la « résistante », directrice du collège de jeunes filles d’Angers, déportée et morte à Ravensbrück. Christine Brisset (1898-1993) est, quant à elle, la « fée des sans-logis », la « madone des squatteurs », qui a organisé des centaines d’occupations illégales pour défendre l’accès au logement. La Vendée a sa place à travers le choix de la directrice des Archives départementales, sensible à l’histoire de Renée Bordereau (1766-1822), dite l’Angevin, Vendéenne déguisée en homme qui se fit guerrière intrépide et féroce pour venger le massacre de plusieurs membres de sa famille. Avec une Vendéenne au Panthéon, on solderait effectivement deux cents ans de conflit mémoriel à propos de cette guerre franco-française28. Grâce à une femme, bien dans son rôle de conciliation et d’apaisement qui sied aux femmes dans la tradition.

  • 29 Ozouf M., « Le Panthéon », inNora P. (dir.), Les Lieux de mémoire. La République, Paris, Gallimard, (...)

29Ce qui frappe est la difficulté à hiérarchiser les mérites, une sorte de gynophilie sans discernement, qui fait la part belle à la présélection effectuée par la Légion d’honneur ou l’Ordre du mérite. Un révisionnisme au service d’un autre révisionnisme : celui des critères d’accès au Panthéon29.

30L’enracinement dans le terroir s’oppose en tout cas à la portée universelle de la revendication initiale passée sous silence par le journal. La double panthéonisation d’Olympe de Gouges, engagée contre l’esclavage des noirs, et de Solitude, symbole de la résistance à l’esclavage aux Antilles, aurait l’avantage d’honorer l’anti-esclavagisme d’hier et l’antiracisme d’aujourd’hui.

Vision féministe vs vision de droite : les femmes « plaquées au sol » à Toulouse

  • 30 Lettre de Brigitte Boucheron au nom du Collectif toulousain pour les droits des femmes à Dominique (...)

31En 1999, l’association lesbienne Bagdam Cafée et le Collectif toulousain pour les droits des femmes, envoient à la mairie de Toulouse une étude montrant que dans la ville rose, sur 3 105 voies, seulement 74 portent des noms de femmes30. Le total des femmes – déduits les noms des saintes – est de 54, soit 3,4 %. Selon l’argumentaire, les noms de rue, qui sont des outils symboliques au service de la mémoire et de la culture d’une ville ou d’un pays, doivent être le reflet fidèle de la réalité de la place des femmes dans l’histoire et la vie de la cité. Pour que la parité soit réalisée, les féministes proposent quarante noms et demandent que le 8 mars 2000 soit l’occasion de l’inauguration d’une plaque de rue dédiée au 21 avril 1944 (« jour où l’ordonnance du gouvernement provisoire de la République autorisant le droit de vote des Françaises fut signée par le général de Gaulle à Alger »). « Attribuer une plaque à cet événement constituerait une première en France », ajoute l’argumentaire.

  • 31 Lettre de Claudie Fontès, présidente du groupe communiste à Brigitte Boucheron, 29 octobre 1999.

32Les réactions les plus positives viennent du groupe communiste, qui soutient la demande « d’une plaque commémorant le droit de vote des Françaises, droit qu’elles ont conquis par leur lutte dans la résistance31 ». Du PS aussi.

33Le maire UDF de Toulouse, Dominique Baudis répond : « Je vous précise que durant les dix dernières années, le pourcentage de noms de rues attribuées à des femmes était de 5,1 % et que, durant les cinq dernières années, il a été de 11,5 % ». Il est vrai que la capitale à la même époque se montre plus sexiste, avec seulement 44 noms de femmes sur 5 235.

  • 32 Impasse Nadia Boulanger, compositrice, 1887-1979 ; Rue Marie-Louise Dissart, résistante, 1881-1957 (...)

34En mars 2000, la mairie annonce qu’une stèle sera posée square du général de Gaulle et que la commission de dénomination a décidé de donner 5 rues aux femmes32. C’est un premier résultat pour le collectif, mais très inférieur aux quarante attributions espérées. La mairie déçoit encore plus les féministes quand elle rend public le texte de la plaque dédiée au 21 avril 1944.

Texte de la mairie

Texte du collectif

Le 21 avril 1944, une ordonnance du général de Gaulle donne le droit de vote aux femmes françaises.

Après des décennies de luttes pour leurs droits élémentaires de citoyennes – et leur rôle dans la Résistance –, les Françaises obtiennent enfin le droit de vote le 21 avril 1944 par une ordonnance du gouvernement provisoire de la République ratifiée par le général de Gaulle.

  • 33 Lettre de Brigitte Boucheron à Dominique Baudis, 6 avril 2000.

35C’est un texte, écrit Brigitte Boucheron, « qui ne respecte pas la vérité historique et qui confisque la lutte des femmes et leur rôle dans la Résistance en donnant au seul général de Gaulle la toute-puissance de leur octroyer le droit de vote33 ». Suivent les protestations du PS et du PC.

  • 34 « Les femmes restent sans voix », La Dépêche, 22 avril 2000.

36Finalement, pour le jour anniversaire du 21 avril, la plaque est posée par terre, au pied de la statue de Charles de Gaulle. Les manifestantes perturbent la cérémonie, sifflent et sont bousculées par le service d’ordre, puis Dominique Baudis prononce son discours à l’hôtel de ville, salle des Illustres34. La plaque est aujourd’hui recouverte de terre, perdue dans la végétation où elle gêne les jardiniers...

Révisionnisme normatif : sélection des mots et des images

  • 35 Le féminisme au-delà des idées reçues, Paris, Le Cavalier bleu, coll. Idées reçues, 2012.

37Le dernier type de révisionnisme que je voudrais présenter est en apparence moins politique et plus innocent. Il se fait au nom du respect de la norme. C’est une forme de révisionnisme soft très présente dans les médias, que les journalistes et éditeurs-éditrices mettent en œuvre au nom de leur connaissance (supposée) des attentes du public. Elle conduit par exemple à éviter le mot féminisme dans un titre, car il ferait peur35. Quant au mot genre, il est mal compris et prohibé par les éditeurs grand public.

38La norme est aussi au refus de la féminisation. Les demandes sont souvent tournées en ridicule. Une amélioration nette s’est faite à partir de 1997, quand les ministres femmes du gouvernement Jospin demandèrent à être appelées Mme la ministre. Mais la partie n’est pas gagnée et le clivage se maintient sur cette question entre la gauche et la droite (sauf exception telle Roselyne Bachelot). L’une de mes plus ironiques expériences dans ce domaine m’est arrivée en 2012, avec la publication d’une anthologie sur les féministes (l’éditeur a préféré à ce mot « les insoumises », porteur d’un imaginaire plus sexy). Parmi les textes figure un « conte lesbien » et féministe publié en 1975 dans Les Temps modernes, « Les belles histoires de la Ghena Goudou ». Son auteure est Évelyne Rochedereux, l’une des militantes des Gouines rouges, au début des années 1970. L’une des particularités de ce texte imaginant un monde sans hommes est de faire disparaître le masculin comme genre grammatical. Mais c’est sans compter sur l’éditeur qui consciencieusement a rectifié les « erreurs », publiant ainsi un texte privé d’une partie de son charme et de son sens.

  • 36 De celles qui ont envahi mon livre Les Garçonnes. Modes et fantasmes des Années folles, Paris, Fla (...)

39Le révisionnisme concerne également l’iconographie. L’exemple récent qui pourrait l’illustrer est l’image mise en ligne sur le site du Collectif pour des femmes au Panthéon (2013). La page d’accueil est agrémentée d’une photographie rétro de six garçonnes en pantalons, levant le poing place de la Concorde36. Une photo particulièrement inauthentique, vendue par les agences photographiques qui demandaient à des mannequins et des comédiennes de performer « la femme moderne en pantalon », supposée féministe, voire un peu gyrovague sexuellement. Elles gagnaient trois sous pour sourire, tenir une cigarette avec un air crâne, toucher le volant d’une voiture de luxe, ou lever le poing. On sent d’ailleurs soit le manque de conviction, soit le manque d’habitude dans le geste mou du bras et de la main... Quel était le message subliminal de ces photos ? Certainement pas l’adhésion au modèle de la femme affranchie. Le mythe ainsi fabriqué par l’image conduisait bien plus sûrement à des conclusions réactionnaires sur la nécessité du retour à l’ordre sexuel. La photo commerciale se substitue ainsi à une image féministe authentique. Pas assez glamour, l’iconographie féministe ? Pas assez jeunes et souriantes, nos ancêtres féministes de la première vague ? Pensons aussi à Solitude, que nous ne pouvons qu’imaginer car il n’y a pas de portrait d’elle. Le féminisme, c’est peut-être aussi la critique de cet insatiable besoin contemporain d’images formatées et normées.

Conclusion

40Les types de révisionnismes repérés ici peuvent être heuristiques ou falsificateurs : le révisionnisme n’est en soi ni bon ni mauvais. Le rôle intellectuel mais aussi social, politique, de l’historien-n-e du féminisme est de démystifier la figure de la « féministe imaginaire » qui occupe l’espace public et de lui substituer une réalité bien plus complexe et protéiforme, informée par une documentation foisonnante. Cela suppose une alliance entre universitaires et militantes, alliance qui n’exclurait pas la distance critique et respecterait les deux points de vue. Cela suppose aussi de réfléchir aux tensions de cette relation qui parfois traverse les invidividu-e-s à « double casquette ».

41Ce que ce recensement des révisions met en évidence, c’est l’hétéronomie du féminisme, une réalité que beaucoup de militant-e-s ne veulent pas ou ne peuvent pas reconnaître. Le féminisme ne se dégage jamais des autres luttes sociales et politiques, en particulier dans le champ des droits humains. Il est aussi en relation avec des combats et des sensibilités idéologiques plus vastes encore, plus ou moins institutionnalisées : socialisme, syndicalisme, républicanisme, régionalisme, nationalisme, patriotisme, pacifisme, résistance... Cela tient au fonctionnement interne du jeu politique mais aussi à la réalité des identités et identifications pour les féministes (femmes, le plus souvent, mais leur conscience de genre coexiste avec d’autres identités sociales et idéologiques). En d’autres termes, le féminisme n’est jamais à lui seul sa propre boussole.

42S’interroger sur le révisionnisme est en tout cas une manière pertinente de faire de l’historiographie ; nous n’en avons d’ailleurs pas exploité toutes les possibilités ici. Il serait souhaitable de passer à l’échelle internationale. Y a-t-il synchronie des révisionnismes dans les pays comparables à la France ? Il faudrait aussi mieux souligner l’énorme influence des productions théoriques féministes et queer étatsuniennes (Judith Butler a dépassé Simone de Beauvoir en « impact factor »...). Enfin, la relation entre l’académique et le non-académique reste à explorer car la frontière n’est pas étanche entre les deux productions et elle l’est de moins en moins. Comment la littérature, le cinéma, la télévision, le théâtre, l’art contemporain ont-ils participé à la dynamique révisionniste ? Et comment les médias y ont-ils contribué ? Pour mieux comprendre la possibilité de cette « Une » incroyable, révisionniste à sa manière (3 janvier 2008) : Simone de Beauvoir nue dans sa salle de bains sur la couverture du Nouvel Obs...

Notes

1 Une version orale proche de ce texte a été donnée dans le cadre du colloque international Cultures politiques en Europe : mémoire, historiographie et révisionnismes, sous la direction d’Enrique Fernandez Domingo, Ignacio Peiro Martin et Mercedes Yusta Rodrigo, Université de Paris 8, 7-9 novembre 2013.

2 Picq F., Libération des femmes. Quarante ans de mouvement, Paris, Éditions-dialogues. fr, 2011.

3 Sur cet aspect et plus généralement sur l’historiographie : Thébaud F., Écrire l’histoire des femmes et du genre, Lyon, ENS Éditions, 2007.

4 Bonnet M.-J., Un choix sans équivoque, Paris, Denoël Gonthier, 1981.

5 Il serait désormais un peu long de citer tous les travaux sur Madeleine Pelletier, depuis le premier colloque tenu sur elle, en 1991. Quant à Arria Ly, qui n’était pas une figure de premier plan, elle a trouvé son historienne aux États-Unis (Mansker A., Sex, Honor and Citizenship in Early Third Republic France, New York, Palgrave Macmillan, 2011).

6 Chetcuti N., C. Michard (dir.), Lesbianisme et féminisme : histoires politiques, Paris, L’Harmattan, 2003.

7 Bourcier M.-H., S. Robichon (dir.), Parce que les lesbiennes ne sont pas des femmes, autour de l’œuvre politique, théorique et littéraire de Monique Wittig, Paris, Éditions gaies et lesbiennes, 2001.

8 Cf. « Féminisme(s) », Espineira K., M.-Y. Thomas, A. Alessandrin, La trans-yclopédie, Des ailes sur un tracteur, 2012, p. 175.

9 Jacquemart A., Les hommes dans les mouvements féministes. Socio-histoire d’un engagement improbable, Rennes, PUR, « Archives du féminisme », 2014.

10 Kandel L. (dir.), Féminismes et nazisme, Paris, Odile Jacob, 2004.

11 Las N., Voix juives dans le féminisme. Résonances françaises et anglo-américaines, Paris, Honoré Champion, 2011. Voir aussi : Vilmain V., Féministes et nationalistes ? Les femmes juives dans le sionisme politique (1868-1921), thèse d’histoire, EPHE, 2011.

12 Avec, aujourd’hui, des associations telles que Mamans toutes égales, collectif Féministes partout, Une école pour toutes...

13 Boggio Ewanjé-Epée F., S. Magliani-Belkacem, Les féministes blanches et l’empire, Paris, La Fabrique, 2012.

14 Bard C. (dir.), Les Féministes de la deuxième vague, Rennes, PUR, « Archives du féminisme », 2012.

15 Fouque A., Génération MLF 1968-2008, Paris, Des femmes, 2008.

16 Chaperon S., Les Années Beauvoir 1945-1970, Paris, Fayard, 2000.

17 Repris dans le no 46 de Pro Choix (décembre 2008) : MLF. Le mythe des origines, p. 43.

18 Charpenel M., « Le privé est politique ! ». Sociologie des mémoires féministes en France, thèse de Science politique, IEP de Paris, 2014 ; sur la 1re vague : Bard C., Les Filles de Marianne. Paris, Fayard, 1995.

19 Bard C., « Les usages politiques de l’histoire des femmes », inAndrieu C., M.-C. Lavabre, D. Tartakowsky (dir.), Politiques du passé. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, 2006, p. 71-82.

20 Marand-Fouquet C., « Olympe de Gouges au Panthéon », inViennot E. (dir.), La démocratie « à la française » ou les femmes indésirables, Paris, Presses de l’Université de Paris 7, 1996, p. 269-278.

21 Il faut donc lire Rosa Montero (L’idée ridicule de ne plus jamais te revoir, traduit de l’espagnol par Myriam Chirousse, Paris, Métaillé, 2015) pour redécouvrir cette femme extraordinaire.

22 Senac R., L’invention de la diversité, Paris, PUF, 2012.

23 La couverture médiatique est très large. Je me réfère ici au Nouvel Observateur, au Figaro, au Monde, au Huffington Post.

24 Wieder Th., Le Monde, 10 oct. 2013.

25 Capdevila L., F. Rouquet, F. Virgili, D. Voldman, Hommes et femmes dans la France en guerre (1914-1945), Paris, Payot, 2003.

26 La liste des vingt premières personnalités est par ordre décroissant : Olympe de Gouges, Germaine Tillion, Louise Michel, Simone de Beauvoir, Hélie de Saint-Marc, Lucie Aubrac, l’abbé Pierre, Charles de Gaulle, Simone Veil, Jérôme Lejeune, George Sand, Stéphane Hessel, sœur Emmanuelle, Maria Deraismes, Jean Zay, Denis Diderot, Coluche, Frédéric Bastiat, Simone Weil, l’abbé de l’Épée.

27 Oui, Angers est la patrie du Cointreau !

28 Cf. les ouvrages de Jean-Clément Martin, dont La Vendée de la Mémoire, 1800-1980, Paris, Seuil, 1989.

29 Ozouf M., « Le Panthéon », inNora P. (dir.), Les Lieux de mémoire. La République, Paris, Gallimard, 1992.

30 Lettre de Brigitte Boucheron au nom du Collectif toulousain pour les droits des femmes à Dominique Baudis, maire de Toulouse, 20 octobre 1999.

31 Lettre de Claudie Fontès, présidente du groupe communiste à Brigitte Boucheron, 29 octobre 1999.

32 Impasse Nadia Boulanger, compositrice, 1887-1979 ; Rue Marie-Louise Dissart, résistante, 1881-1957 ; rue Berthy Albrecht, résistante, 1893-1943 ; Rue Alexandra David Néel, exploratrice, 1868-1969 ; Rue Marie-France Brive, historienne, 1945-1993.

33 Lettre de Brigitte Boucheron à Dominique Baudis, 6 avril 2000.

34 « Les femmes restent sans voix », La Dépêche, 22 avril 2000.

35 Le féminisme au-delà des idées reçues, Paris, Le Cavalier bleu, coll. Idées reçues, 2012.

36 De celles qui ont envahi mon livre Les Garçonnes. Modes et fantasmes des Années folles, Paris, Flammarion, 1998.

Auteur

Professeure d’histoire contemporaine, université d’Angers.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540