Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'engagement et l'émancipation

 | 
Luc Capdevila
, 
Patrick Harismendy

Troisième partie. Figures de l'engagement

Socialistes résistants, résistants socialistes : formes, engagements, trajectoires

François Prigent

Texte intégral

  • 1 Sadoun M., Les socialistes sous l’occupation. Résistance et collaboration, Paris, Presses de la FNS (...)
  • 2 Marcot F. (dir.), Dictionnaire de la Résistance, Paris, Laffont, 2006, 1248p.
  • 3 Méchoulan E., « Guerre et Résistance dans la culture politique socialiste en France », inMiccoli G. (...)
  • 4 Guidoni P. et R. Verdier (dir.), Les socialistes en Résistance (1940-1944). Combats et débats, Pari (...)
  • 5 Aglan A., La Résistance sacrifiée. Le mouvement Libération-Nord, Paris, Flammarion, 1999, 454 p.
  • 6 Guillon J.-M., « Les socialistes en Résistance, un comportement politique », inDouzou L., R. Frank, (...)

1La période de la Seconde Guerre mondiale constitue un point fort de l’historiographie du socialisme français, dans la lignée de travaux pionniers à la fin des années 1970 revisitant l’implication socialiste dans les milieux collaborateurs1. Longtemps, l’enjeu politique de mémoire, suscitant des témoignages d’acteurs socialistes qui ont valeur de sources secondaires, bloque la réflexion sur la place des socialistes dans la Résistance, une forme de « passé qui ne passe pas » au sein de la gauche française. L’ombre portée de la Résistance sur la vie politique, à rapprocher de l’historiographie générale de la Résistance2, suppose d’intégrer la problématique de rupture/continuité dans la perception des évolutions politiques3. Dans les années 1990, le renouvellement des approches sur les liens entre Résistance et socialisme4 interroge les engagements des socialistes dans les mouvements et réseaux de résistance, principalement au sein de Libération-Nord5. Les rôles joués par les structures partisanes à l’échelle nationale ne sont pas transposables au plan local, sauf en Loire-Inférieure. Si la grille de lecture proposée par Jean-Marie Guillon6 permet de saisir le répertoire des comportements politiques des socialistes durant l’Occupation, une prosopographie des socialistes résistants, fondée sur les approches biographiques existantes, extrêmement riches, reste à mener.

  • 7 Bougeard C., Histoire de la résistance en Bretagne, Saint-Brieuc, Éd. Gisserot, 1992, 118 p. Saincl (...)

2L’histoire de la Résistance, sous toutes ses formes, est l’objet d’interrogations serrées à l’échelle de la Bretagne7. La démonstration qui suit s’appuie sur la qualité et la densité de ces recherches. Sans prétendre se saisir de pages entières de l’histoire des résistances, déjà écrites (effectifs, réseaux, périodes, espaces, sociologie, motivations, pratiques, identités, ruptures politiques, répression...), il s’agit d’explorer le volet socialiste d’une résistance plurielle, dans une perspective de comparaison avec le phénomène global de la Résistance en Bretagne.

Les formes socialistes de résistance

  • 8 S’il faut relativiser les statistiques sur ce petit corpus, la méthodologie utilisée, en se focali (...)

3Il s’agit plus d’engagements de socialistes résistants que de résistances socialistes. La disparition des cadres d’engagement collectif, par dissolution effective, place les militants socialistes, désemparés, dans une situation de solitude et de désorientation au plan politique. L’abandon du parti, vécu comme un abandon par le parti, se traduit par une dévitalisation du lien partisan, délaissé pour la fréquentation parcellaire des univers socialistes au sens large. Le recentrage sur les pôles centraux de l’identité militante personnelle, lieux de fidélité et points de rencontre (syndicats CGT et SNI, franc-maçonnerie, LDH, milieux laïques) cède la place à des engagements personnels de militants socialistes, par réseaux d’amitiés personnelles, de confiances idéologiques et de solidarités locales, en l’absence d’une initiative collective, défaillante. Le schéma général d’une résistance plus politique qu’armée, sous-estimée et déconsidérée, grille de lecture ô combien pertinente pour les socialistes bretons, met l’accent sur une résistance de réseaux, de proche en proche, beaucoup plus qu’une résistance politique mettant en jeu une revendication d’appartenance partisane : réseaux de relations, réseaux familiaux, réseaux d’affinités politiques et syndicales, mise en contact de réseaux de résistance en dehors des organisations partisanes. La question centrale est de déterminer si la résistance des socialistes, dispersés, est un conservatoire des contacts ou une stratégie délibérée ? Qui sont ces socialistes résistants oubliés par le temps ? Qu’ont-ils vraiment fait dans la Résistance ? À combien s’élèvent les pertes socialistes dans la Résistance ? Combien, où, quand, comment s’expriment ces engagements résistants portés par des socialistes ? Les trajectoires de résistants socialistes ont été rassemblées dans un fichier de 145 militants, afin d’esquisser un portrait collectif8.

4Une divergence apparaît dans le profil identitaire de cette composante socialiste résistante entre des identités socialistes différenciées, mettant à jour un socialisme modéré d’une part et un socialisme populaire d’autre part. Dans le premier cas, le recrutement militant fonctionne sur l’appartenance aux filières laïques, reposant sur une proximité avec les radicaux. Les liens tissés dans la franc-maçonnerie font surgir la centralité de l’identité républicaine dans cette résistance non exclusivement socialiste, mais qui s’affirme distinctement des résistances communiste ou chrétienne. Dans le second cas, la réactivation des filières militantes se fait en résonance des luttes sociales des années 1930 au temps de l’antifascisme. Cette dimension, incorporant un passé socialiste dans les relations, éclaire une sociologie militante très marquée (instituteurs, fonctionnaires, paysans), sur la base de liens noués dans les réseaux syndicaux, à travers l’insertion dans des composantes CGT, mais extérieures aux noyaux ouvriers. Dans cette résistance socialiste non politique, les liens professionnels sont source de recrutement.

5Les données sur les moyennes d’âge renforcent ce clivage entre les deux formes de résistance des socialistes : prédominance de la cohorte 1890-1900, moindre présence de la cohorte 1910, absence de très jeunes militants. Les dates d’entrée dans l’action résistante des socialistes s’alignent sur les réalités globales de la Résistance en Bretagne. La faiblesse numérique des résistances en 1940-1943 correspond au temps des liens par noyaux et réseaux, frappés par une répression accrue en 1942-1943. En 1943-1944, la structuration des mouvements de Résistance, valable surtout pour Libération-Nord dans le cas des socialistes, souligne la dimension politique d’une Résistance qui n’est pas pour autant revendiquée d’emblée comme socialiste. La constance de la primauté des politiques en Résistance, avivée par les perspectives de préparation du retour au pouvoir dès 1943, s’oppose aux logiques de présence socialiste, reléguant les enjeux partisans au second plan face aux impératifs de la lutte antifasciste à court terme. Il existe ici une coupure entre les valeurs de la résistance des socialistes, au double sens du terme, délimitant les frontières entre le champ du politique et le champ de la Résistance.

6Le groupe de résistants socialistes isolés dans les sources recèle une convergence dans les parcours. Il s’agit principalement d’un type spécifique de responsables, des cadres du milieu partisan (SNI, franc-maçonnerie, constellation des organisations laïques, secrétaires de section ou élu local, conseillers généraux voire députés). Sans toucher les premiers cercles dirigeants de la SFIO, cette résistance fonctionne par têtes de réseaux, en archipel, enjambant l’épaisseur des anciens espaces militants, dépourvus de repères et dispersés par l’effondrement des structures partisanes. Le renouvellement de la SFIO, au prisme de la Résistance, accentue la sélection d’une armature de nouveaux responsables politiques mis en avant en 1944-1945. Ce rôle de relais politiques est assuré par des anciens élus, selon un principe de hiérarchisation militante qui rappelle la force des contraintes de l’organisation. La Résistance s’avère un réservoir de cadres, en termes de maires et de conseillers généraux ou députés comme de responsables de syndicats ou d’organisations du milieu laïque. La stratégie subie d’une disparition du milieu partisan durant l’Occupation dévoile une dissymétrie dans les engagements : la moitié dans Libération-Nord, un quart dans les réseaux de renseignements, un quart dans le FN et les FTP (en fonction des cultures politiques locales), les autres appartenances étant marginales (Armée Secrète).

  • 9 Sainclivier J., La résistance en Ille-et-Vilaine (1940-1944), Rennes, PUR, 1993, 322 p.

7La répartition de genre fournit des éléments intéressants, en creux, dans la mesure où seules les femmes de dirigeants ayant ensuite un rôle politique ont été repérées dans le corpus socialiste. La comparaison des chiffres donnés pour la Résistance globale en Ille-et-Vilaine par Jacqueline Sainclivier9, qui évoque la nouveauté des premiers engagements féminins en matière politique, insiste sur la sous-représentation des femmes socialistes résistantes, révélatrice de la nature des réseaux en question.

Résistants

Ille-et-Vilaine

Résistants SFIO Bretagne

Hommes

87,2 %

140 soit 96,6 %

Femmes

12,75 %

5 soit 3,4 %

Tableau 1. – Un dimorphisme sexuel plus prononcé ?

  • 10 Sur un corpus de 107 militants dont la date de naissance est connue, la moyenne d’âge des militant (...)
  • 11 Si 70,2 % des résistants d’Ille-et-Vilaine ont moins de 40 ans, et ce en dépit du poids numérique (...)
  • 12 A contrario, l’étude du corpus des fusillés fait apparaître une moyenne d’âge inférieure (25,4 ans) (...)

8En prenant comme référence 1944, la pyramide des âges fournit une clé de lecture isolant la singularité de la composante socialiste de la Résistance, même si les volumes étudiés diffèrent10. La répartition par tranche d’âge11, révèle une surreprésentation des militants SFIO nés avant 1900, en responsabilité avant 192012.

  • 13 Il faut souligner les limites méthodologiques de la comparaison. Les données établies par Jacqueli (...)

Tranches d’âge

Résistants SFIO Bretagne

Résistants Ille-et-Vilaine 13

< 20 ans

4,2 %

15,1 %

20-30 ans

14 %

30,3 %

30-40 ans

29 %

25,8 %

40-50 ans

28 %

21 %

50-60 ans

14 %

7 %

60-70 ans

10,5 %

0,5 %

> 70 ans

2,1 %

0,07 %

Total

100 %

100 %

Tableau 2. – Une Résistance de militants chevronnés.

  • 14 Sur seize trajectoires, on retrouve cinq maires, conseillers généraux ou conseillers d’arrondissem (...)

9Extrêmement éclairante, la sociologie de cet ensemble est établie à partir d’un corpus de 119 militants (82,1 % de l’ensemble des socialistes résistants identités). Le groupe des employés des services publics, prédominant, se compose pour moitié d’instituteurs et d’enseignants du second degré ou du supérieur (9) : 52 enseignants au total (35,9 %). Le reste du spectre sociologique regroupe 6 employés (4,1 %), 11 paysans (7,6 %), 4 cadres et professions libérales (2,8 %). Outre la résistance spécifique des cheminots et des postiers (Clovis Constant), mettant sur pied des filières autonomes, le groupe des instituteurs résistants a pu être creusé pour les Côtes-du-Nord14.

PCF (Ille-et-Vilaine)

Mouvements (Ille-et-Vilaine)

Réseaux (Ille-et-Vilaine)

SFIO (Bretagne)

Ouvriers

22,7 %

9,1 %

4 %

11 soit 7,6 %

Commerçants artisans

12,2 %

12,2 %

15,4 %

8 soit 5,5 %

Sous-officiers et officiers

4 %

18,4 %

8,2 %

1 soit 0,7 %

Employés du secteur public

15,9 %

9,4 %

11,9 %

76 soit 52,4 %

Indéterminés

 ?

 ?

 ?

17,9 %

Tableau 3. – Une sociologie décalée des socialistes résistants.

10Ce groupe des socialistes résistants subit une répression intense, très ciblée dans ses caractéristiques sociales, avec 21 victimes « martyrs » (16,4 %), dont 5 fusillés, un mort sous la torture et 11 déportés (dont les 2/3 décèdent dans les camps).

  • 15 La surreprésentation du pôle ligérien et l’émergence du centre Bretagne sur les trois départements (...)

11Reflétant des formes de résistance perlées, discontinues et spatialement marquées, ces espaces socialistes de la Résistance, de façon surprenante, sont absolument déphasés par rapport à l’implantation de la SFIO des années 193015.

Mandat

Effectifs

Candidat

13

Conseiller municipal

6

Maire

0

Député et conseiller général

5

Responsable de syndicats ou d’organisations laïques

23

Total

47

Tableau 4. – L’armature politique avant-guerre des socialistes résistants.

12Sur le corpus de 145 militants, plus du tiers (36,7 %) détient des mandats locaux, chiffre très faible rapporté aux élus SFIO de 1935. Impliqué dans la vie politique dès les années 1930, un noyau de militants engagés dans les syndicats ou les organisations laïques se dégage nettement. La différence est marquée par rapport aux milieux communistes, qui accueillent dans leurs rangs, par la Résistance, une nouvelle génération militante, vierge d’engagements politiques.

Les socialistes morts durant l’Occupation en raison de leurs actions militantes

  • 16 Castagnez N. et G. Morin, « Résistance et socialisme : brève rencontre », inLachaise B. (dir.), Rés (...)

13Face au culte des martyrs communistes, les socialistes n’ont pas cultivé leur mémoire résistante. D’une part, les socialistes, quoiqu’engagés dans la Résistance, ne l’ont pas fait dans des organisations résistantes strictement socialistes, bien au contraire, puisque le parti s’est mis en sommeil. La sensibilité socialiste est majoritaire, ou du moins prend l’initiative, dans plusieurs groupes résistants en Bretagne, dont Libération-Nord. D’autre part, la culpabilisation liée à la compromission des grands élus, et leurs absences globales dans les mouvements de résistance, oblige, sous la pression du regard communiste, à minorer ou à moins mettre en avant ces engagements de socialistes (y compris ceux qui s’achèvent tragiquement) et à se conformer théoriquement à une épuration totale, sur la base d’une vigilance sans faille dans la promotion des cadres du nouveau parti. Privée à la fois de l’expérience des élites des années 1930 et du dynamisme d’un bloc massif de nouveaux adhérents, la SFIO apparaît fragilisée, en comparaison du nouveau visage du PCF, dans un paysage politique formaté par les enjeux de la Résistance16.

  • 17 La politique mémorielle des socialistes au sein des CDL ou dans les pouvoirs locaux est une dimens (...)
  • 18 Les espaces concentrationnaires sont-ils le théâtre d’un maintien de liens directs entre socialist (...)

14Parmi les socialistes résistants, un groupe aisément identifiable dans les sources se dégage, les « martyrs socialistes » : déportés politiques (notamment ceux qui ne reviennent pas des camps), fusillés ou exécutés. La mémoire socialiste17 de l’exemplarité de ces militants morts durant l’Occupation en raison de leurs actions militantes se différencie de la culture communiste qui tend à convertir ces parcours en ressources politiques. Au PCF, l’héroïsation de la masse des sacrifiés est le fondement d’une légitimité partisane, au contraire, la SFIO se limite à glorifier ses « héros de la Résistance », en individualisant ces personnalités socialistes. Cette réalité reflète plus globalement une différenciation des rôles militants au sein du PCF et de la SFIO. Les individus se fondent dans le collectif, au service des intérêts supérieurs du parti, qui est la véritable personnalité politique, dans le cas communiste. L’humanisation des militants, cultivant leurs personnalités et leur individualité, devient un atout politique, signe distinctif d’identification et d’adhésion aux valeurs démocratiques, face aux critiques du totalitarisme communiste. Vivaces dans les esprits des adhérents, les figures emblématiques de responsables morts en déportation (Georges Voisin, Joseph Rollo, Honoré Commeurec) sont mises en exergue lors du redémarrage de la vie partisane en 1944-1945, y compris par un marquage symbolique dans la culture socialiste locale : noms de sections, cérémonies du souvenir, ancrage de la mémoire dans l’espace urbain. Les socialistes morts en déportation sont quasi exclusivement des militants de tout premier plan, occupant des responsabilités dans les CDL clandestins ou dans les mouvements de résistance. En 1943-1944, la résistance politique est décapitée au niveau de ces principaux responsables par les nazis. La valorisation de ces engagements, moins frappants numériquement que dans les milieux FTP-PCF assurément, apparaît plus discrète à l’échelle locale, alors même que les itinéraires témoignent du « tribut du sang » versé par les militants SFIO. Par extension, les retombées politiques de ces drames, pour l’entourage familial, contribuent à lancer des carrières politiques d’élu socialiste (Anne Taïb, Jean Coantiec). Minimes au regard du volume statistique total, les milieux SFIO ne sont pas pour autant absents du groupe des déportés (Albert Aubry, Raymond Garrivet, Raymond Queudet, Gabriel Goudy)18 ?

  • 19 Les vagues d’arrestations se concentrent sur des temps courts (janvier-février 1941, février-mai 1 (...)
  • 20 Besse J.-P., T. Pouty, Les fusillés. Répression et exécutions pendant l’Occupation (1940-1944), Par (...)

15Capitale de la répression et/ou capitale de la Résistance, l’espace nantais ressort nettement de ce corpus. Il existe une véritable spécificité de l’insertion des réseaux socialistes de Loire-Inférieure (Nantes, Saint-Nazaire) dans les organisations de résistance, dans la mesure où l’appareil fédéral SFIO de 1939 est littéralement décapité par la violence de la répression nazie en deux temps : en 1941-1942, puis en 1943-194419. La part des socialistes fusillés20, faisant du rapport à la résistance un marqueur de l’identité socialiste dans cette fédération à la Libération, frappe par rapport au niveau de responsabilités de ces cadres de la SFIO : Albert Vinçon (secrétaire fédéral), Alexandre Fourny (conseiller général et trésorier fédéral), Maurice Daniel (conseiller d’arrondissement), Marcel Hatet (conseiller municipal). Ces affaires connaissent un prolongement à la sortie de la guerre, comme en témoigne la présence des veuves de martyrs sur les listes SFIO aux législatives ou l’enjeu du « sang versé » dans les polémiques opposant les résistants socialistes et communistes. À plusieurs reprises, la référence dans les documents de propagande électorale à des exécutions ou assassinats par les Nazis dans l’entourage familial s’avère un levier politique dans les années 1950 et 1960. Dans cette quête des traces des violences physiques subies par des militants SFIO, les tortures ou le fait d’échapper de peu à une exécution sont des réalités prégnantes des trajectoires des élus socialistes.

16La Résistance à l’extérieur de l’espace breton est à prendre en compte dans ce portrait collectif, des cadres de la SFIO en Bretagne dans les années 1930, mais accédant à des responsabilités majeures après 1945. Les parcours de Pierre Le Goffou Frédéric Choffé restituent la force des liens entre la Bretagne et Paris dans ces aires résistantes qui débordent des cadres géographiques habituels de la vie politique. Symétriquement, la période est un des rares moments où s’imposent des responsables socialistes venus de l’extérieur de la Bretagne (Théo Staub, André Routier-Preuvost). La circulation dans les réseaux est un trait saillant de la géographie des engagements résistants. Les réseaux résistants puisant dans les milieux SFIO apparaissent comme le lien central dans les vies militantes : le dépassement des frontières géographiques contraste avec les situations politiques normales.

Les engagements socialistes : réseaux et mouvements

  • 21 La taxinomie des engagements résistants évolue en 1944-1945 (MUR-MLN, FFI) rendant plus opaques le (...)

17Les engagements des socialistes dans la Résistance s’instillent dans des formes et des espaces différenciés, selon une périodisation particulière. Il existe une grande diversité d’organisations structurées, où se retrouve une densité militante socialiste : Libération Nord, Front national, FTP, réseaux de renseignements (Vengeance, Cohors-Asturies, Georges France 31), Armée Secrète21. La primauté de l’histoire politique départementale de la Résistance et la fréquentation par affinités sont les principaux paramètres qui expliquent les choix d’insertion dans telle ou telle organisation. La singularité socialiste d’une survalorisation des appartenances multiples montre combien l’entrée en résistance s’effectue en fonction des rencontres : espaces, sociabilités, influence par réseaux de relations en cercles concentriques. Les socialistes confluent surtout dans le mouvement Libération-Nord, dont la structuration est mise sur pied, selon une intensité variable, à des moments différenciés dans les départements (1942-1944).

  • 22 Ces réseaux jettent les bases du socialisme local qui domine la période 1944-1981 (élus, cadres pa (...)
  • 23 Armature du milieu partisan en 1945, la composante Libération-Nord agrège des premiers cercles dir (...)

18En Ille-et-Vilaine, la puissance de Libération-Nord, amoindrie au regard de la Résistance communiste, rassemble les cadres de la SFIO, organisant le recrutement autour des milieux laïques (francs-maçons) et des liens syndicaux antérieurs, avec une polarisation rennaise indéniable (Honoré Commeurec, Charles Foulon, René Level, Eugène Quessot, Albert Aubry). La dépolitisation, ou du moins la désaffiliation partisane, favorise la proximité avec les radicaux et la disjonction avec les filières communistes. Dans les Côtes-du-Nord, les militants SFIO investissent moins Libération-Nord mais conservent des positions politiques majeures après 1945 (Yves Lavoquer, Stanis Le Moël, Romain Boquen). Par les contacts tissés au sein du CDL, ces réseaux jouent un rôle dans la conversion au socialisme et l’adhésion à la SFIO dans les années 1944-1946 du vivier des élus radicaux des années 1930, par l’entremise de Henri Avril, ancien député en 1919 devenu préfet. Dans le Finistère, la filière Libération-Nord, derrière son chef de file régional Tanguy Prigent-Jacques Le Ru, lien nodal avec le centre parisien de l’organisation, met en relation(s) les figures socialistes du CDL (Eugène Dupoux, président, Jean-Louis Rolland, parlementaire en 1936), agrégeant les parcours des anciens élus brestois, soudés par les relations maçonniques (Hippolyte Masson, Guillaume Messager, Jean Julien). Le recrutement emprunte principalement les voies du réseau relationnel de Tanguy Prigent, qui médiatise l’ensemble, en direction des milieux syndicaux agricoles (Jean-Marie Le Gall), des filières syndicales enseignantes (Léon Goraguer, Nicolas Kervahut), CGT (Hervé Mao), de ramifications localisées allant en se développant au fil des hébergements clandestins (Bounoure, Armand Prigent). Dans le Morbihan, la formation de Libération-Nord s’articule autour des liens maçonniques, privilégiant le rapprochement avec les radicaux, à l’origine de la résistance non communiste. Ce groupe se construit sur la base de la réactivation des relations syndicales, selon une stratégie de contacts établie par Joseph Rollo. L’entraînement des contacts enchaîne et accumule les réseaux de relations entre personnes, de proche en proche22. Le mouvement se déploie autour de deux pôles géographiques : Vannes et le Nord-Ouest du département. En Loire-Inférieure, le mouvement Libération-Nord, dirigé par Frédéric Fleurance (radical), regroupe autour du relais principal (Clovis Constant) de nombreux militants socialistes23. Le recrutement s’effectue par réseaux de proximité, qui entrent en coalescence : SFIO, franc-maçonnerie, CGT, relations de travail, relations individuelles, filières de la laïcité.

  • 24 Sur le modèle unitaire de l’UFF, Prigent F., « Les femmes dans les milieux de gauche (syndicats et (...)

19Classiquement, les cercles de Libération-Nord accueillent la majorité de la composante des résistants de sensibilité socialiste, mais les Côtes-du-Nord, par exemple, voient un engagement massif des cadres socialistes dans une filière déjà implantée, le Front National, organisation d’obédience communiste au plan national (Jean Devienne, Yves Henry, Max Le Bail, Yves Rallon, Yves Le Foll...). Le poids des pratiques et enjeux unitaires influent sur cette insertion socialiste dans une mouvance résistante communiste, qui préexiste et attire au fil des rencontres les militants en recherche d’un cadre politique après la désagrégation de la SFIO24. À l’échelle de la Bretagne, les FTP forment une part non négligeable des socialistes résistants.

  • 25 Ce réseau rassemble jusqu’en 1942 une dizaine de socialistes (Georges Briand, Jean Guitton, René R (...)
  • 26 À l’extrême dans une famille du Morbihan : Raymond Queudet (FNDIRP), Louis Le Moënic (conseiller g (...)

20Plus complexe à identifier, la présence socialiste dans les réseaux de renseignement met l’accent sur le rôle des systèmes de relations dans les entrées dans ces groupes résistants : Georges France 3125, Vengeance (Théodore Staub, Louis Huitric, Albert Dory), Cohors-Asturies (Eugène Thomas, frères Caux, Jean Peuziat), Castille (Albert Aubry), Johnny (Charles Foulon), Jade-Fitzroy (Jean-Louis Rolland), Alliance S75 (Émile Audran), Justice (François Manach), réseaux multiples (Émile Le Plénier). La typologie des actes résistants implique d’insister sur les contacts directs, favorisant les relations de confiance et les entrecroisements familiaux26.

  • 27 Les décorations accordées au titre des Combattants Volontaires de la Résistance assurent un repéra (...)

21Certains socialistes affichent l’étiquette de FFI, mettant en avant le rôle dans les combats de la Libération, officialisation des groupes résistants antérieurs (FFI/FTP), à l’image du réseau commandé par Jean Le Coutaller dans le Nord-Ouest du Morbihan. La fréquentation de l’OCM-AS (parmi les chefs, Tanguy Prigent, Hervé Mao, Guillaume Leyer, Yves Lavoquer), Défense de la France ou ORA (Ferdinand Thomas, par la suite président de l’ANACR) semble marginale27.

  • 28 L’appartenance à l’UDSR est une matrice rare des élus PS (Guy Jeanneau, Lucien Rose). Dans les ann (...)

22Les engagements dans la Résistance sont des ressources mobilisées par tous les partis en 194528 mais le poly-engagement au niveau des structures de résistance est une spécificité de la configuration socialiste. La question principale est de déterminer s’il s’agit d’une stratégie délibérée de dilution et d’investissement dans des filières multiples ou d’un impératif lié à la faiblesse de l’organisation partisane, disparue en 1940.

Conclusion

23Cette étude de cas sur les engagements résistants des socialistes en Bretagne permet de creuser le concept d’engagement, qui recouvre une triple réalité.

24Les engagements sont des prises de position en fonction et en raison d’un contexte donné qui entraînent l’entrée dans une action avec des façons de s’engager, des modes et des modalités de l’engagement qui sont pluriels. Ainsi, la génération socialiste ressourcée par la Résistance se forge dans l’intensité des pratiques militantes qui découlent du refus antifasciste guide les actions et interventions pendant une période décisive propice aux engagements.

25S’engager, ou entrer par les pratiques dans un mouvement collectif, suscite l’appartenance d’un individu à un groupe, car intégrer une structure ne laisse pas libre et implique des obligations cimentées par une fidélité à des valeurs. Les réseaux socialistes résistants, déployés sous des formes diverses qui témoignent de parcours multipositionnés, montrent la succession d’engagements tramés par la fidélité à différentes expressions politiques des mouvances socialistes, dont le parti peut n’être qu’une dimension.

26L’engagement s’avère une activité définie aussi à l’échelle de l’individu. Mis par son engagement au service d’une cause et de ses logiques, celui-ci s’exprime de façon concrète (actions) ou abstraite (pensées). Les ruptures et inflexions dans les trajectoires de socialistes en Bretagne dévoilent des engagements forts au sein de la Résistance, qui prennent des formes plurielles, dans différents réseaux et mouvements.

Notes

1 Sadoun M., Les socialistes sous l’occupation. Résistance et collaboration, Paris, Presses de la FNSP, 1982, 324 p.

2 Marcot F. (dir.), Dictionnaire de la Résistance, Paris, Laffont, 2006, 1248p.

3 Méchoulan E., « Guerre et Résistance dans la culture politique socialiste en France », inMiccoli G. (dir.), La granda cesura. La memoria della guerra a della resitenza nella vita europea de doppo guerra, Bologne, Il Mulino, 2001. Sainclivier J., « Les comportements électoraux en Bretagne de 1936 à 1946 : rupture ou continuité ? », in Géographie Sociale, no 6, octobre 1987, p. 157-165.

4 Guidoni P. et R. Verdier (dir.), Les socialistes en Résistance (1940-1944). Combats et débats, Paris, Éd. Seli Arlsan, 1992, 188 p. ; Berstein S. (dir.), Le parti socialiste, entre Résistance et République, Paris, Publications de la Sorbonne, 2000, 357 p.

5 Aglan A., La Résistance sacrifiée. Le mouvement Libération-Nord, Paris, Flammarion, 1999, 454 p.

6 Guillon J.-M., « Les socialistes en Résistance, un comportement politique », inDouzou L., R. Frank, D. Peschanski, D. Veillon, La Résistance et les Français : villes, centres et logiques de décision, Paris, CNRS, 1995, p. 381-396.

7 Bougeard C., Histoire de la résistance en Bretagne, Saint-Brieuc, Éd. Gisserot, 1992, 118 p. Sainclivier J., « La résistance en Bretagne : une identité spécifique ? », inSainclivier J. et C. Bougeard (dir.), La Résistance et les Français, enjeux stratégiques et environnement social, Rennes, PUR, 1995, p. 77-88. Bougeard C. (dir.), Bretagne et identités pendant la Deuxième Guerre mondiale, Rennes, PUR, 2002, 409 p. Bougeard C., La Bretagne de l’Occupation à la Libération, Rennes, PUR, 2014, 256 p. Les réseaux de correspondants du comité pour l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et de l’IHTP sont à la base de la connaissance sur la Résistance à l’échelle locale. Leroux R., Le Morbihan en guerre (1939-1945), Mayenne, J. Floch, 1978, 671 p. Leader du parti radical à Lorient, c’est un responsable majeur de la CIR et de la FGDS dans le département. Huguen R., Par les nuits les plus longues, réseaux d’évasion d’aviateurs en Bretagne (1940-1944), Rennes, Ouest-France, 1987, 508 p. Fils d’un cheminot communiste et frère du journaliste d’Ouest Matin, il milite au PSU à Saint-Brieuc.

8 S’il faut relativiser les statistiques sur ce petit corpus, la méthodologie utilisée, en se focalisant sur les socialistes résistants les plus marquants, vise à se préserver rigoureusement des risques d’une histoire a posteriori, écueil fréquent de l’histoire locale de la Résistance.

9 Sainclivier J., La résistance en Ille-et-Vilaine (1940-1944), Rennes, PUR, 1993, 322 p.

10 Sur un corpus de 107 militants dont la date de naissance est connue, la moyenne d’âge des militants socialistes en 1944 est de 41,5 ans.

11 Si 70,2 % des résistants d’Ille-et-Vilaine ont moins de 40 ans, et ce en dépit du poids numérique des prisonniers, seulement 47,2 % des résistants SFIO ont moins de 40 ans (se rapprochant de la pyramide des âges de la population bretonne globale).

12 A contrario, l’étude du corpus des fusillés fait apparaître une moyenne d’âge inférieure (25,4 ans). Prigent A. et S. Tilly, « Les fusillés et les décapités dans les Côtes-du-Nord (1940-1944) », in Les Cahiers de la Résistance Populaire dans les Côtes-du-Nord, no 12, 2011, 192 p.

13 Il faut souligner les limites méthodologiques de la comparaison. Les données établies par Jacqueline Sainclivier sur les résistants d’Ille-et-Vilaine tendent à être proches de l’ensemble des résistants bretons.

14 Sur seize trajectoires, on retrouve cinq maires, conseillers généraux ou conseillers d’arrondissement.

15 La surreprésentation du pôle ligérien et l’émergence du centre Bretagne sur les trois départements (1/5e des cas) contrastent avec la faiblesse des pôles traditionnels de la SFIO, urbains, ouvriers et laïques : Rennes, Lorient, Hennebont, Saint-Brieuc, le Trégor, voire les absences des noyaux classiques (Brest, Quimper, Saint-Malo, Morlaix, Fougères).

16 Castagnez N. et G. Morin, « Résistance et socialisme : brève rencontre », inLachaise B. (dir.), Résistance et politique sous la IVe République, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2004, p. 111-146.

17 La politique mémorielle des socialistes au sein des CDL ou dans les pouvoirs locaux est une dimension à approfondir. L’érection massive de monuments et stèles, la répétition des cérémonies sont une manière d’éviter la captation de la mémoire résistance par les champs partisans. L’institutionnalisation de la mémoire résistante, dans laquelle les socialistes se retrouvent, assure une dépolitisation de ces enjeux passionnés qui s’oppose à la démarche communiste. À l’inverse, la SFIO impulse la patrimonialisation des mémoires locales de la guerre dans les villes socialistes totalement détruites, inscrivant dans un espace vierge des visions consensuelles de ces histoires tragiques. C’est le cas lors des venues en 1945 du général de Gaulle dans les municipalités socialistes (Nantes, Saint-Nazaire, Lorient).

18 Les espaces concentrationnaires sont-ils le théâtre d’un maintien de liens directs entre socialistes ?

19 Les vagues d’arrestations se concentrent sur des temps courts (janvier-février 1941, février-mai 1942). Les arrestations suivies de déportations se généralisent en août 1943 et au printemps 1944.

20 Besse J.-P., T. Pouty, Les fusillés. Répression et exécutions pendant l’Occupation (1940-1944), Paris, L’Atelier, 2006, 197 p. Pennetier C., J.-P. Besse, T. Ponty, D. Leneveu, Les fusillés (1940-1944), Paris, Éd. de l’Atelier, 2015, 1 950 p.

21 La taxinomie des engagements résistants évolue en 1944-1945 (MUR-MLN, FFI) rendant plus opaques les engagements antérieurs.

22 Ces réseaux jettent les bases du socialisme local qui domine la période 1944-1981 (élus, cadres partisans, relais de la mouvance SFIO puis PS).

23 Armature du milieu partisan en 1945, la composante Libération-Nord agrège des premiers cercles dirigeants (trois députés, deux conseillers généraux, deux secrétaires fédéraux), des élus locaux, des responsables syndicaux et des leaders des organisations laïques.

24 Sur le modèle unitaire de l’UFF, Prigent F., « Les femmes dans les milieux de gauche (syndicats et partis) dans les Côtes-du-Nord de la Libération aux années 1968 : prosopographie, réseaux, militances », in Sens Public, 2009, 15 p.

25 Ce réseau rassemble jusqu’en 1942 une dizaine de socialistes (Georges Briand, Jean Guitton, René Ross, Jean Chauveau, Théodore Staub). Après l’arrestation de son responsable régional début 1941 (Alexandre Fourny), le relais est pris par Maurice Daniel et Albert Vinçon (fusillés en 1942).

26 À l’extrême dans une famille du Morbihan : Raymond Queudet (FNDIRP), Louis Le Moënic (conseiller général radical puis SFIO), André Le Moënic, Léon Moru (CFTC).

27 Les décorations accordées au titre des Combattants Volontaires de la Résistance assurent un repérage des engagements résistants des élus de la période ultérieure.

28 L’appartenance à l’UDSR est une matrice rare des élus PS (Guy Jeanneau, Lucien Rose). Dans les années 1980, les actes individuels de François Mitterrand mettent en avant un lieu de mémoire breton, déconnecté des filières locales de Résistance. Gourlay P., « Beg-en-Fry, un Solutré maritime ? La construction d’un lieu de mémoire de la Mitterrandie en Bretagne », in Vingtième Siècle, no 102, 2009, p. 115-157.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540