Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'engagement et l'émancipation

 | 
Luc Capdevila
, 
Patrick Harismendy

Deuxième partie. Tableaux de groupes

Des reines des blanchisseuses aux reines du travail : du renversement des rôles de genre au conformisme moral (Saint-Étienne, second XIXe siècle Villeurbanne, premier XXe siècle)

Michelle Zancarini-Fournel

Texte intégral

  • 1 Jacqueline Sainclivier a été, en 2002 l’une des organisatrices et organisateurs du premier colloqu (...)

1Ce texte entend rejoindre certains écrits de Jacqueline Sainclivier : utiliser le concept de genre – la construction sociale de la différence entre les sexes – pour relire des rituels analysés antérieurement par des ethnologues1 ; s’appuyer pour cela sur une histoire politique qui permette de revisiter les interprétations, c’est-à-dire passer de l’anthropologie historique des années 1980 à une histoire des cultures sociales et politiques ; partir d’un point de vue local : le terrain choisi ne sera pas breton, mais situé dans deux grandes villes de la région Rhône-Alpes, Saint-Étienne et Villeurbanne. Il est nécessaire pour ce faire de prendre en compte les jeux d’échelle à partir d’une micro-histoire marquée par une conjoncture et un espace spécifiques qui ouvre sur des réalités plus vastes.

2Je commencerai par l’analyse des Fêtes de la Mi-Carême et de l’élection de la reine des blanchisseuses à Saint-Étienne dans le second XIXe siècle, en passant par le couronnement de la Muse du peuple (1900-1906), pour étudier enfin la désignation des Reines du travail villeurbannaises dans les années 1930.

La reine des blanchisseuses, un rituel carnavalesque

  • 2 Bossakiewicz S., Histoire générale chronologique, administrative biographique et épisodique de Sain (...)
  • 3 Burdy J.-P., Le Soleil noir. Un quartier de Saint-Étienne, (1840-1950), Lyon, Presses universitaire (...)

3Le rituel des Reines, qu’elles soient des blanchisseuses ou du travail n’a pas fait ici histoire. La recherche dans les archives a été relativement peu fructueuse. Si les gravures, photographies et cartes postales sont nombreuses, il y a essentiellement comme documents écrits des textes officiels municipaux qui réglementent la circulation et limitent le port des masques et le jet de confettis dans la période dite « du Carnaval ». On trouve cependant des notations dans certains textes de chroniqueurs locaux2. De fait, c’est grâce à des témoignages oraux recueillis, il y a trente ans dans le quartier du Soleil, que nous avons découvert la persistance de ce rituel stéphanois jusqu’à la Seconde Guerre mondiale3.

4On connaissait celui de la rosière que décrit Huguette Bouchardeau (professeur de philosophie à Saint-Étienne, féministe, secrétaire nationale du PSU, ministre de François Mitterrand), sa mère ayant été choisie comme rosière :

  • 4 Bouchardeau H., Rose Noël, Paris, Seghers, 1990, p. 37.

« Au début du siècle, le terme de “rosière” désignait une jeune fille méritante à qui les autorités de la ville ou du village remettaient au cours d’une cérémonie, avec l’hommage d’une couronne de roses, un prix de vertu. Vertu supposait alors, bien sûr, goût du travail, dévouement à la famille et virginité. Ma mère fut rosière à Saint-Étienne en 1925, l’année de ses dix-huit ans. Son frère André venait de disparaître à seize ans. Sa mère et elle l’avaient soigné pendant dix ans... L’abnégation de Rose auprès du garçonnet devenu mutique, refusant la nourriture, glissant peu à peu vers la mort, avait touché un couple de voisins, “des gens riches” selon ma mère. Ils avaient signalé le cas de Rose au comité chargé de sélectionner les candidatures. Elle ne se souvient guère de la cérémonie, se rappelle avec plus de précision l’enveloppe remise aux lauréates “Cinq cent francs” chuchote-t-elle avec une reconnaissance respectueuse pour l’institution et pour les parrains occasionnels4... »

  • 5 Segalen M. et J. Chamarat, « La Rosière et la “miss” : les “reines des fêtes populaires” », L’Histo (...)

5Bien différentes étaient la figure et la réputation de la blanchisseuse, plus proche de la poissarde que de la rosière. À la Mi-Carême, la tradition parmi les laveuses, était de se déguiser, d’élire une reine et de donner un bal : la coutume est attestée dans plusieurs villes, dont Paris. Il s’agit à la fois d’une fête de quartier et d’une fête corporative. La reine des blanchisseuses est, jusqu’à la fin du XIXe siècle, représentante de ses compagnes de labeur. Elle est élue par ces dernières dans chaque lavoir. Il faut souligner que, pour des Françaises c’est, avant 1945, une des rares occasions de voter. Cette fonction fondamentale de représentation la différencie de la rosière choisie pour sa vertu et son mérite et de la miss, pour sa beauté et aussi des reines du travail du XXe siècle5.

  • 6 S. Bossakiewicz souligne qu’à cette date le caramentran « malheureusement n’existe plus qu’à l’éta (...)

6Il faut rappeler ce qu’était le Carême dans une société christianisée : une période de quarante-six jours située entre le mardi gras (veille du Carême) et le jour de Pâques, au cours de laquelle les catholiques sont invités à se livrer à la prière et à faire jeûne et abstinence. Cette période, appelée dans la région stéphanoise caramentran (carême-entrant), était précédée de trois jours de réjouissance avant le mercredi des Cendres (avec des feux de joie – au charbon – dans la plupart des rues de la ville)6. La Mi-Carême – le jeudi de la troisième semaine du carême – marquait un répit dans l’abstinence, célébré par des réjouissances populaires. En fait, dans le premier XXe siècle, la Mi-Carême est essentiellement une fête féminine et populaire, dont les héroïnes principales sont les blanchisseuses.

  • 7 Perrot M., « Femmes au lavoir », Sorcières, « La saleté », 1980, no 19, p. 128-133.
  • 8 On dit de ces femmes qu’elles « font la cheminote » [Burdy J.-P., M. Dubesset et M. Zancarini-Four (...)
  • 9 Du nom des grandes nacelles en osier dans lesquelles était transporté le linge sale, puis le propr (...)
  • 10 Archives municipales de Saint-Étienne [AMSE], 2 F 18, pétition des ménagères du Soleil, 7 juillet (...)
  • 11 Un rapport de la Chambre syndicale des blanchisseurs au ministère de l’Intérieur évalue à 104 000 (...)
  • 12 AMSE, 6 F 185, 3 décembre 1929, grève des blanchisseuses (48 grévistes sur 796 travailleuses) du f (...)

7L’entretien du linge, la lessive, occupe alors une place essentielle dans la vie des ouvrières – Michelle Perrot évoque « la tyrannie du linge7 » au XIXe siècle avec le développement de l’hygiène (exceptées pour celles qui ne lavent ni leur linge, ni celui des autres, par exemple les épouses de cheminots qui, en signe de distinction, font laver leur linge8). On distingue les blanchisseuses professionnelles qui travaillent dans un lavoir dirigé par un buandier, des laveuses – ménagères et ouvrières – qui s’occupent de la lessive familiale, tout en ajoutant quelques « balles9 » de linge des voisines. Cela explique le nombre important de places dans les lavoirs des quartiers ouvriers, qui sont à la fois lieu de travail, de réunion, de solidarité et d’échanges. La corporation des blanchisseuses est visible par son nombre, par son organisation de fait, bien que très minoritaire (chambre syndicale affiliée à la Bourse du Travail à la fin du XIXe siècle)10, mais aussi par sa présence quotidienne dans la rue. En effet, elles lavent (du lundi au jeudi), puis vont livrer le linge une fois séché et repassé (en général le vendredi ou le samedi)11. En 1929, au moment où l’usage du lavoir semble décliner du fait de l’usage privé et domestique de la lessiveuse avec l’arrivée de l’eau sur l’évier dans les logements stéphanois, la municipalité construit dans les quartiers ouvriers, quatre lavoirs modernes de 50 à 60 places chacun. Il reste encore 796 blanchisseuses déclarées à Saint-Étienne, pour 3 518 places de lavage dans les buanderies, qui dépendent le plus souvent de patrons buandiers12.

Ill. 1. – Blanchisseuses du quartier du Soleil (Saint-Étienne) vers 1920. Collection privée DR.

  • 13 AMSE 7 M 31, lettre de Sœur Marie-Thérèse au maire, 5 mars 1870.
  • 14 Caro Baroja J., Le Carnaval, Paris, Gallimard, 1979, p. 96.

8Les blanchisseuses forment un groupe professionnel féminin très spécifique ; elles ont une image et une réputation de femmes fortes, à la langue bien pendue colportant dans la buanderie nouvelles et ragots du quartier, égrainant paroles, chansons et plaisanteries gaillardes. En 1870, la directrice de l’école primaire catholique de filles du quartier de Côte-Chaude demande à la municipalité qu’on construise un lavoir de quelques places pour les religieuses « dont la présence dans le lavoir du quartier est l’occasion de grossières plaisanteries13 ». Cette notation peut faire douter de l’influence religieuse de la Fête de la Mi-Carême, alors que l’inversion et le travestissement sont condamnés par l’Église, comme péché14.

9En effet, lors d’entretiens recueillis en 1984, d’anciennes blanchisseuses ont bien montré qu’il s’agissait, à la Mi-Carême, d’une inversion des rôles de genre :

« On me faisait déguiser en homme. Moi je prenais des bleus | de travail] tout sales, pour aller chercher le pinard ; on faisait des bonnes parties de saucisson, un bon morceau de fromage, un bon canon [verre de vin] sur la table. On partait toute une bande, on revenait avec nos deux, trois litres de pinard chacune. »

  • 15 AMSE 1 I 42, lettre du maire au président du comité d’organisation de la cavalcade de la Mi-Carême (...)

10Dans cette « semaine des femmes où on prenait la cuite ! » selon l’expression de l’une d’entre elles, on retrouve des composantes traditionnelles du Carnaval avec ses excès dionysiaques : inverser l’usage des vêtements – ici porter des bleus de travail sales (ceux qu’elles doivent laver : « avec les affaires du monde je prenais les bleus de mon client et puis me voilà partie ») –, manger et boire à l’excès – ici des nourritures et des boissons masculines –, inverser donc provisoirement le régime de genre. Ce sont des femmes qui, un jour par an, s’amusent entre elles, chantent, dansent, boivent, se déguisent en hommes, élisent une reine – et vont quêter dans les rues de leur quartier – ici du vin, puis vont faire ripaille sur leur lieu de travail habituel ; elles se rendent ensuite au centre ville, pour la cavalcade qui officialise l’élection de la Reine. Un document de mars 1906 acte la transformation du rituel pris en main par un comité, présidé par un homme, qui organise la cavalcade dite de la Mi-Carême, déplacée au dimanche soir, avec le couronnement de la « Reine des blanchisseuses ». Au son de l’Harmonie de la ville, le défilé se rend dans la salle municipale de conférences où sont décernées les médailles à la reine et à ses deux demoiselles d’honneur. Un bal de nuit doit clôturer la soirée15.

De la reine des blanchisseuses à la Reine des reines, un rituel commercial

  • 16 Faure A., Paris Carême-prenant. Du carnaval à Paris au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1978, p. 149-1 (...)
  • 17 Faure A., Paris Carême-prenant..., op. cit., p. 82. Programme du défilé dans La Presse, 15 mars 190 (...)
  • 18 Gras L.-J., L’Année Forézienne, mars 1910, no 76. BMSE, Carte postale des Fêtes de la Mi-Carême 191 (...)

11À Paris, c’est au tournant des XIXe et XXe siècles que le rite de l’élection de la Reine des blanchisseuses pour la Mi-Carême change complètement de sens, après la récupération de la cérémonie par les commerçants des Halles et l’intronisation, au cours d’une fête commerciale, d’une Reine des Reines qui attire les foules. Depuis 1900, la reine n’est plus élue, mais désignée par les représentants des Halles, puis par un comité de notables (masculins) d’arrondissement qui privilégie comme critère de choix la beauté16. Cependant en 1901, on voit circuler au Quartier latin, un char dit « des progrès du féminisme » figurant un tribunal des femmes qui condamne les hommes aux tâches maternelles et ménagères, figure moderne du monde inversé17. À l’imitation des célébrations parisiennes, le 20 février 1910, les ouvrières stéphanoises élisent lors des fêtes de la Mi-Carême leurs reines représentantes de toutes les corporations. Un défilé est organisé les 5 et 6 mars par le Comité des fêtes au profit des œuvres municipales d’assistance. La reine des reines stéphanoises, incarnait ce jour-là le Commerce, ses demoiselles d’honneur étaient la reine de la Rubanerie et la reine des Blanchisseuses, Antoinette Chauvet qui associait jeunesse et beauté18. Les portraits photographiques des trois jeunes femmes figent une représentation qui perdure dans l’entre-deux-guerres (malgré les variations de la mode) avec les Reines du travail, celles de jeunes femmes bien coiffées, tirées à quatre épingles, dans leurs plus beaux atours et avec leurs bijoux.

Ill. 2. – Reine stéphanoise des blanchisseuses : Antoinette Chauvet (portrait à droite), 1910.

12Dans les quartiers ouvriers, la Mi-Carême a gardé pour les laveuses, jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, son caractère traditionnel de travestissement et d’inversion des vêtements et des rôles de genre. Les pratiques carnavalesques du « monde à l’envers » des blanchisseuses ont perduré plus longtemps que la fête officielle qui ne renaît pas après l’interdiction de toutes les réjouissances pendant la Grande Guerre. La persistance de ces rites dans l’entre-deux-guerres explique sans doute la survivance d’une mémoire collective du groupe professionnel recueillie par l’historien quarante ans plus tard. Avant 1914, la municipalité stéphanoise avait soutenu également une autre fête, celle de la Muse du Peuple.

Le couronnement de la Muse du peuple, un rituel politique républicain

  • 19 Rochefort F. (dir.), Le pouvoir du genre. Laïcités et religions (1905-2005), Toulouse, Presses univ (...)
  • 20 AMSE 1 I 15. À partir de 1906, La Muse du peuple est représentée avec ses demoiselles d’honneur : (...)
  • 21 Bossakiewicz S., Histoire générale chronologique..., op. cit., p. 320.
  • 22 AMSE, 1 I 15 iconographie (cartes postales et photographies) des muses du peuple de 1900 (Louise P (...)

13Composée en 1897, « le Couronnement de la Muse du peuple », l’œuvre musicale de Gustave Charpentier, élève de l’illustre compositeur stéphanois Jules Massenet, allégorie féminine à la gloire du Travail symbolisé par la Muse du Peuple, reçoit un accueil enthousiaste à Saint-Étienne, le 14 juillet 1900, dans une municipalité conquise récemment (en mai) par le socialiste Jules Ledin. Devenue fête nationale depuis 1880, le 14 juillet a pour but l’éducation politique du peuple dans la tradition des fêtes civiques de la Révolution française. Elle fait aussi concurrence lors de la « guerre des deux France » au début du XXe siècle, aux fêtes et processions catholiques19. Les ouvrières stéphanoises ont participé à la préparation de la fête nationale en élisant une Muse du Peuple : la première en 1900 est Louise Pointe, choisie sur des critères de moralité et de beauté20. Elle incarne le peuple travailleur et vertueux, versant laïque de la Rosière. Le 14 juillet 1900, la population vient acclamer à la fois la Muse du peuple et Gustave Charpentier, qui dirige personnellement ce jour-là les sociétés musicales stéphanoises qui interprètent sa cantate : plus de 20 000 personnes se pressent sur la place de l’hôtel de ville et dans les rues adjacentes21. Mais à la différence de la Mi-Carême des blanchisseuses, la fête, déplacée dans le temps de mars à juillet, tout en célébrant toujours le travail des ouvrières, n’est plus du tout spontanée, mais organisée par la municipalité socialiste et laïque. Cette dernière entend unir les travailleurs-citoyens, dans une fête populaire qui associe poésie, musique et danse et à laquelle le peuple participe. La fête de la Muse du peuple n’est pas spécifique à Saint-Étienne (qui l’a célébrée en 1900, 1902, 1906 et 190722) ; elle a existé dans plusieurs autres villes ouvrières dirigées par des élus socialistes. C’est bien par les réseaux du socialisme municipal que la Muse du Peuple devient partie prenante des Fêtes du travail.

De la Muse du peuple à la Reine du Travail, un rituel politique du socialisme municipal

  • 23 Godin J.-B., Solutions sociales, 1871, réédition Paris, La Digitale, 1979.
  • 24 Pinol J.-L., « Le familistère, ou palais du travail, de Jean-Baptiste Godin à Guise (Aisne) », Le P (...)

14Le travail avait été au centre de la réflexion des saint-simoniens du premier XIXe siècle (en particulier Charles Fourier) et plus tard du fondateur du familistère de Guise, Jean-Baptiste André Godin. Dans son livre Solutions Sociales, le terme travail revient très fréquemment sous sa plume célébrant la conciliation sociale par l’association du capital, du travail et du talent ; on y trouve également une gravure de « la fête du Travail » (la première sans doute à porter ce nom)23. La gravure présente la cour centrale du palais social construit en 1859 devenue une salle de cérémonie décorée de drapeaux et de banderoles des différents métiers, qui se transforme, en salle de bal24.

  • 25 Payre R., Une science communale. Réseaux réformateurs et municipalité-providence, Paris, CNRS Éditi (...)
  • 26 Voir sur le site numérique de Roubaix [www.bn-r.fr], l’affiche choisie en 1924 pour le couronnemen (...)
  • 27 Archives municipales de Villeurbanne (AMV), 1 D 276, séance du conseil municipal du 20 mai 1927, p (...)

15De la fin du XIXe siècle à la Seconde Guerre mondiale se déroule un processus de construction de bourses du travail, appelées aussi palais ou maison du peuple ou encore palais du travail, associé à de nouvelles formes de militantisme, de sociabilités et de pratiques politiques. Dans le même temps se constituent des associations d’élus et des réseaux de municipalités socialistes qui vont chercher expériences et savoir-faire dans l’ensemble de l’Europe et qui s’imposent dans l’entre-deux-guerres comme nouveaux acteurs collectifs dans le paysage politique français25. À Roubaix par exemple, la municipalité, conquise en 1922 par le socialiste Jean Lebas, célèbre avec faste la fête du Travail et fait le lien en 1924, entre le « Couronnement de la Muse du Peuple » et les « Fêtes du Travail » comme le montre l’affiche en style art déco produite pour l’occasion26. La priorité de la municipalité socialiste est la transformation des conditions de vie des travailleurs et de leurs enfants. Un ambitieux programme en témoigne : nouvelles écoles, colonies scolaires, centres aérés et logements sociaux. À Villeurbanne, le socialiste Lazare Goujon élu en 1924, prend l’initiative de construire un bâtiment qui associe la valeur travail, à l’hygiénisme, à la coopération, aux loisirs et à l’éducation. Son discours, le 20 mai 1927, lors de la présentation du projet devant son conseil municipal, évoque métaphoriquement un temple de la foi laïque27. Un an après, jour pour jour, le dimanche 20 mai 1928, la cérémonie de pose de la première pierre du Palais du travail se déroule sous la présidence d’Albert Thomas, alors directeur du Bureau International du travail à Genève.

  • 28 AMV 4R22, classement en 1928 établi par le docteur Fort et M. Genet, 5 mai 1928.

16À cette occasion est célébrée la Fête du printemps. Une cavalcade emmenée par une Reine du travail et ses demoiselles d’honneur juchées sur des chars ornés de fleurs est suivie de deux concours curieusement accolés : celui pour la décoration des façades des maisons et celui de la « première ouvrière de la ville ». Sur des critères de durée du travail et du nombre d’enfants (celle qui est élue en 1928 compte 37 années de travail et 5 enfants), de l’état marital (les veuves ont trois points supplémentaires), un classement est établi par deux notables (un médecin et le représentant du Palais du travail). Un grand bal clôt la journée. On retrouve donc divers éléments des fêtes municipales de la Mi-Carême et de la Muse du Peuple – la cavalcade, le bal – mais le moment et la désignation de la Reine du travail change (elle n’est plus élue par ses compagnes, mais par les demoiselles d’honneur choisies par corporation). Et c’est à des ouvrières méritantes du point de vue du travail et de la maternité qu’est attribué le rôle de représentation du monde ouvrier au sein de la commune28. « C’est la commune, simple cellule organique de la société actuelle, et demain expression vivante et pratique de l’union fraternelle qui doit régner entre les hommes pour leur commun bonheur et pour leur accession interrompue vers un idéal d’humanité supérieure » affirme le maire Lazare Goujon en novembre 1931. Inauguré en 1934, le Palais du Travail de Villeurbanne, cette « cathédrale du peuple », témoigne du passage au municipalisme comme horizon d’attente, dans le but de forger une citoyenneté locale régénératrice de l’humanité. C’est dans ce cadre qu’ont été désignées la Reine du travail et la première ouvrière de la ville dont certains critères de sélection sont proches de la tradition des Rosières, des jeunes filles vertueuses et méritantes qui servent de modèle aux autres. Si l’ordre social n’est plus rapporté à la charité chrétienne, il subsiste dans le cadre laïcisé du socialisme municipal qui joue ainsi, dans sa célébration du travail et de la maternité, un rôle conservateur du système de genre.

Ill. 3. – Le char des Reines du travail en mai 1928 (DR : archives municipales de Villeurbanne/Le Rize).

Conclusion

  • 29 CaroBaroja J., Le Carnaval, op. cit., p. 119. Ce livre fait l’éloge des effets émancipateurs et lib (...)

17Si l’on différencie les fêtes politiques et civiques organisées par les municipalités, des manifestations de type carnavalesque qui perdurent jusqu’à la Seconde Guerre mondiale dans les lavoirs des quartiers populaires stéphanois, on ne peut souscrire à l’appréciation d’un ethnologue qui évoque, pour la période du Carnaval, « un calendrier de tristes fêtes politiques et municipales hiérarchisées qui ne laissent de place ni à la fantaisie ni à la liberté29 » ?

18Il faut en effet distinguer la présentation publique et officielle des Reines dans l’espace urbain central – la Reine des blanchisseuses, la Muse du peuple ou la Reine du travail – qui, malgré leurs différences respectives, incarnent, dans des représentations de masse organisées par les élites politiques, un conformisme moral et politique, des réjouissances des blanchisseuses entre elles qui, le jour de la Mi-Carême montrent leur capacité d’agir en reprenant certains rituels comme la quête dans les rues de leur quartier, les déguisements, les chants et les pratiques alimentaires carnavalesques et en inversant ainsi temporairement le régime de genre.

Notes

1 Jacqueline Sainclivier a été, en 2002 l’une des organisatrices et organisateurs du premier colloque historien consacré explicitement à l’histoire du genre, Le genre face aux mutations, à l’université Rennes 2 ; les actes ont été publiés dès l’année suivante aux PUR.

2 Bossakiewicz S., Histoire générale chronologique, administrative biographique et épisodique de Saint-Étienne depuis les origines jusqu’à nos jours, La Fère, impr. La Féroise, 1905 ; Gonon J.-F., Histoire de la chanson stéphanoise et forézienne, Saint-Étienne, Union typographique, 1906 ; Chapelon P., Saint-Étienne pittoresque, Saint-Étienne, Le Hénaff, 1924.

3 Burdy J.-P., Le Soleil noir. Un quartier de Saint-Étienne, (1840-1950), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1991. Références des entretiens réalisés en 1984 par Jean-Paul Burdy avec d’anciennes blanchisseuses sur une pratique de l’entre-deux-guerres p. 161-164. Je le remercie de m’avoir autorisée à utiliser ces entretiens.

4 Bouchardeau H., Rose Noël, Paris, Seghers, 1990, p. 37.

5 Segalen M. et J. Chamarat, « La Rosière et la “miss” : les “reines des fêtes populaires” », L’Histoire, 1983, no 53, p. 44-55.

6 S. Bossakiewicz souligne qu’à cette date le caramentran « malheureusement n’existe plus qu’à l’état de souvenir », [Histoire générale chronologique..., op. cit., chap. xiii : « Usages locaux : le mardi gras », p. 279]. Il ne subsiste après 1865 que dans les quartiers populaires de Polignais et du Clapier.

7 Perrot M., « Femmes au lavoir », Sorcières, « La saleté », 1980, no 19, p. 128-133.

8 On dit de ces femmes qu’elles « font la cheminote » [Burdy J.-P., M. Dubesset et M. Zancarini-Fournel, « Rôles, travaux et métiers de femmes dans une ville industrielle : Saint-Étienne, 1900-1950 », Le Mouvement social, no 140, 1987, p. 27-53. Citation p. 31].

9 Du nom des grandes nacelles en osier dans lesquelles était transporté le linge sale, puis le propre, plié et repassé.

10 Archives municipales de Saint-Étienne [AMSE], 2 F 18, pétition des ménagères du Soleil, 7 juillet 1910, lors de la grève des blanchisseuses professionnelles.

11 Un rapport de la Chambre syndicale des blanchisseurs au ministère de l’Intérieur évalue à 104 000 le nombre de personnes vivant de la blanchisserie à Paris, dont 94 000 femmes et 10 000 hommes (vers 1885).

12 AMSE, 6 F 185, 3 décembre 1929, grève des blanchisseuses (48 grévistes sur 796 travailleuses) du fait de la construction de lavoirs modernes dans les quartiers ouvriers.

13 AMSE 7 M 31, lettre de Sœur Marie-Thérèse au maire, 5 mars 1870.

14 Caro Baroja J., Le Carnaval, Paris, Gallimard, 1979, p. 96.

15 AMSE 1 I 42, lettre du maire au président du comité d’organisation de la cavalcade de la Mi-Carême. La municipalité refuse pour le bal la salle du Conseil municipal « pour ne pas créer de précédent ».

16 Faure A., Paris Carême-prenant. Du carnaval à Paris au XIXe siècle, Paris, Hachette, 1978, p. 149-150.

17 Faure A., Paris Carême-prenant..., op. cit., p. 82. Programme du défilé dans La Presse, 15 mars 1901 : « 2e groupe Le Nouveau Siècle. Char : le Progrès du Féminisme, qui représentera un tribunal de femmes prononçant la déchéance de l’homme (par Bianchini) les Remplaçants ou les Hommes-Nourrices ; le Corps de ballet du Vingtième siècle ; le char du Vingtième Siècle et de la Nouvelle Heure, où trônera le jeune siècle entouré de ses marraines la Science, la Paix, le Progrès et la Renommée. La Nouvelle Heure sera figurée par une jeune femme au centre d’un immense cadran lumineux de vingt-quatre heures ». Charles Bianchini (1860-1905) était costumier de théâtre.

18 Gras L.-J., L’Année Forézienne, mars 1910, no 76. BMSE, Carte postale des Fêtes de la Mi-Carême 1910, le char des Reines.

19 Rochefort F. (dir.), Le pouvoir du genre. Laïcités et religions (1905-2005), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2007.

20 AMSE 1 I 15. À partir de 1906, La Muse du peuple est représentée avec ses demoiselles d’honneur : c’est la mairie qui offre les trois médailles, AMSE 2 Fi icono 196. Voir aussi le catalogue d’exposition de S. Caucanas, Fêtes et loisirs à Saint-Étienne sous la IIIe République, Bourse du Travail, Saint-Étienne (imprimé par la mairie mais exposition à la Bourse du Travail, référence conforme à la fiche de la médiathèque municipale), le catalogue fait 48 pages, 1979, p. 10.

21 Bossakiewicz S., Histoire générale chronologique..., op. cit., p. 320.

22 AMSE, 1 I 15 iconographie (cartes postales et photographies) des muses du peuple de 1900 (Louise Pointe) et 1902 (Virginie Grousson). 2 F I icono 196-197, muses du peuple de 1906 (Louise Rolland) et 1907.

23 Godin J.-B., Solutions sociales, 1871, réédition Paris, La Digitale, 1979.

24 Pinol J.-L., « Le familistère, ou palais du travail, de Jean-Baptiste Godin à Guise (Aisne) », Le Palais du travail, inZancarini-Fournel M. (coord.), catalogue d’exposition, Villeurbanne, Le Rize, 2011, p. 16-23.

25 Payre R., Une science communale. Réseaux réformateurs et municipalité-providence, Paris, CNRS Éditions, 2007.

26 Voir sur le site numérique de Roubaix [www.bn-r.fr], l’affiche choisie en 1924 pour le couronnement de la Muse et les fêtes du travail.

27 Archives municipales de Villeurbanne (AMV), 1 D 276, séance du conseil municipal du 20 mai 1927, p. 416.

28 AMV 4R22, classement en 1928 établi par le docteur Fort et M. Genet, 5 mai 1928.

29 CaroBaroja J., Le Carnaval, op. cit., p. 119. Ce livre fait l’éloge des effets émancipateurs et libérateurs de la fête.

Table des illustrations

Légende Ill. 1. – Blanchisseuses du quartier du Soleil (Saint-Étienne) vers 1920. Collection privée DR.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90597/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Ill. 2. – Reine stéphanoise des blanchisseuses : Antoinette Chauvet (portrait à droite), 1910.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90597/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Ill. 3. – Le char des Reines du travail en mai 1928 (DR : archives municipales de Villeurbanne/Le Rize).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90597/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 174k

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540