Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'arrestation

 | 
Pierre Prétou
, 
Frédéric Chauvaud

Troisième partie. Pratiquer l'arrestation

Des arrestations sans histoire ? Soixante-dix-sept procès-verbaux de capture rédigés par la maréchaussée du Poitou dans la seconde moitié du XVIIIe siècle

Fabrice Vigier

Texte intégral

  • 1 Marion Marcel, Dictionnaire des institutions de la France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Pica (...)
  • 2 Lorgnier Jacques, Maréchaussée, histoire d’une révolution judiciaire et administrative, t. I : Les (...)
  • 3 Ordonnance de Louis XIV, Roi de France et de Navarre, pour les matières criminelles, donnée à Sain (...)

1Au siècle des Lumières, l’administration de la « maréchaussée et justice prévôtale » est le principal service royal chargé du maintien de l’ordre dans les campagnes françaises1. Ses missions policières sont nombreuses au XVIIIe siècle : elles consistent à rechercher et poursuivre les malfaiteurs, garantir la sécurité des voyageurs sur les grands chemins, veiller au bon ordre dans les fêtes et autres assemblées, observer les déplacements des soldats et des vagabonds, et maintenir en toutes circonstances la sûreté et la tranquillité publique. Pour mener à bien toutes ces tâches, les militaires de cette administration disposent d’une compétence extrêmement importante : un droit général d’arrestation2. En d’autres termes, ils sont autorisés à arrêter de leur propre chef toute personne prise en flagrant délit ou poursuivie à la clameur publique, y compris lorsque le délinquant en question ne relève pas spécifiquement de leur juridiction. Même si la maréchaussée est la seule institution à détenir – de manière pleine et entière – une telle prérogative, ce droit général d’arrestation n’en demeure pas moins très réglementé. Conformément à l’ordonnance criminelle de 1670 toujours en vigueur au XVIIIe siècle, les cavaliers d’une brigade sont notamment tenus de rédiger un « procès-verbal de capture et d’emprisonnement », lorsqu’ils appréhendent un individu, qu’ils remettent ensuite aux autorités judiciaires du lieu3.

  • 4 Pour rassembler ce corpus, nous avons systématiquement dépouillé tous les dossiers judiciaires de (...)

2Ce genre de document s’avère extrêmement intéressant : tous les détails qui ont permis l’interpellation d’une personne y sont mentionnés, ainsi que les conditions précises de son arrestation. Ces comptes rendus se révèlent, en outre, assez répandus : on en a retrouvés pas moins de soixante-dix-sept parmi les dossiers judiciaires de la sénéchaussée et siège présidial de Poitiers entre 1750 et 17704. Or, si l’on considère qu’un tel corpus documentaire est suffisamment représentatif de ce type d’opération policière, cela offre la possibilité de mieux connaître globalement la réalité de ces captures dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Cela permet, plus particulièrement, de répondre successivement à la série de questions suivantes. Dans quels lieux et à quels moments interviennent exactement toutes ces arrestations ? Pour quels types de crimes et de délits se déroulent-elles ? Comment procèdent les cavaliers de la maréchaussée ? Quel est le nombre de personnes arrêtées, et quel est le profil d’ensemble des individus ainsi appréhendés ? Enfin, ces interventions sont-elles périlleuses pour les forces de l’ordre ?

Figure 1. – Un cavalier de la maréchaussée au XVIIIe siècle, Hippolyte Lecomte, dans Manon Lescaut : trente et une maquettes de costumes, 1830. Paris, BnF, département des estampes et photographies

Le contexte général des captures

3Les procès-verbaux de capture donnent de précieuses informations sur le cadre général de ces opérations policières, en particulier sur leur géographie, leur temporalité et leur justification dans le domaine pénal.

4Tout d’abord, on ne peut être que frapper par la multiplicité des lieux d’arrestation. On en dénombre, en effet, pas moins de 58 différents dans les 77 captures de l’échantillon considéré. Seules quelques localités sont ainsi les théâtres de plusieurs interventions de ce genre : c’est le cas de Poitiers (9 captures), Thouars (4 captures), et à un degré moindre de Béruges, Bressuire, Châtellerault, Louzy et Vasles (2 captures). Sans surprise, les zones de capture sont, par ailleurs, très majoritairement rurales. Pas moins de 57 arrestations enregistrées se déroulent dans des hameaux, des villages ou de petites bourgades, contre simplement une vingtaine qui a pour cadre une véritable ville (Poitiers, Fontenay-le-Comte, Châtellerault), voire une petite cité du Poitou (Bressuire, Chauvigny, Lusignan, Parthenay, Thouars). À ce titre, cette administration semble pleinement assumer sa mission de maintien de l’ordre dans les campagnes du Centre-Ouest. Enfin, si l’on en juge par le corpus d’affaires, les cavaliers ne se contentent pas d’intervenir dans les seuls lieux de résidence de leur brigade. Soixante captures sont ainsi effectuées dans des paroisses extérieures, parfois même assez éloignées. On en dénombre seulement 17 dans des localités dotées sur place d’un hôtel de la maréchaussée (Bressuire, Châtellerault, Fontenay-le-Comte, Lusignan, Parthenay, Poitiers, Saint-Maixent, Thouars). Cela montre, à l’évidence, que ces forces policières – normalement bien pourvues en chevaux – n’hésitent pas à beaucoup se déplacer pour faire correctement leur travail.

Mois de captures

Nombre correspondant

Pourcentage

Janvier

2

2,59 %

Février

6

7,79 %

Mars

8

10,39 %

Avril

6

7,79 %

Mai

8

10,39 %

Juin

14

18,18 %

Juillet

7

9,09 %

Août

3

3,90 %

Septembre

5

6,50 %

Octobre

5

6,50 %

Novembre

6

7,79 %

Décembre

7

9,09 %

Totaux

77

100,00 %

Tableau 1. – Répartition mensuelle des 77 arrestations effectuées par la maréchaussée du Poitou entre 1750 et 1770

  • 5 Muchembled Robert, Une histoire de la violence de la fin du Moyen Âge à nos jours, Paris, éditions (...)

5En raison sans doute d’un corpus d’affaires trop modeste, on observe peu de variations marquées dans les temporalités saisonnières et hebdomadaires des captures poitevines. Neuf des douze mois de l’année (février, mars, avril, mai, juillet, septembre, octobre, novembre et décembre) comptent ainsi un nombre d’arrestations fort similaire, situé entre 5 et 8 (tableau 1). Si janvier (2 captures) et août (3 captures) enregistrent peu d’actions de ce genre, le mois de juin – qui précède immédiatement la période des moissons – se distingue en revanche avec ses 14 arrestations (18,18 % du total). Il est difficile d’expliquer ces petites différences, qui ne correspondent d’ailleurs pas exactement à la saisonnalité des violences observée sous l’Ancien Régime5. Quant à la répartition hebdomadaire des arrestations, elle s’avère encore plus équilibrée. Les cavaliers de la maréchaussée capturent, en effet, un nombre presque semblable de malfaiteurs quasiment tous les jours de la semaine. Dans les 77 opérations policières de l’échantillon, 13 se déroulent un lundi (16,88 % du total), 13 un mardi (16,88 %), 12 un jeudi (15,58 %), 11 un vendredi (14,29 %), 13 un samedi (16,88 %) et 10 un dimanche (13,00 %). On enregistre simplement moins de captures le mercredi (5 arrestations, soit 6,49 %), sans que l’on puisse en déterminer les raisons. Cette administration semble donc opérationnelle du lundi au dimanche – et apparemment sans journée de repos – pour procéder à ce type d’interpellations.

Types de crimes ou de délits

Nombre correspondant

Pourcentage

Viols et violences

4

5,20 %

Homicides ou tentatives d’homicides

5

6,49 %

Faux-monnayages

1

1,30 %

Incendies

1

1,30 %

Vols avec effraction dans une chapelle

1

1,30 %

Rébellions

3

3,89 %

Vols

49

63,63 %

Vols et violences

5

6,49 %

Vols et évasions

2

2,60 %

Vols et vagabondages

1

1,30 %

Vagabondages

4

5,20 %

Évasions

1

1,30 %

Totaux

77

100,00 %

Tableau 2. – Motifs d’intervention de la maréchaussée dans les 77 arrestations effectuées entre 1750 et 1770

  • 6 Vigarello Georges, Histoire du viol XVIe-XXe siècles, Paris, éditions du Seuil, coll. « Points His (...)
  • 7 ADV, 1B2/78, procès-verbal de capture de Joseph Poussard dit Châtillon à Secondigny par les cavali (...)
  • 8 ADV, 1B2/92, procès-verbal de capture de Louis Seigneur et de Pierre Petit à Saint-Léger-de-Montbr (...)
  • 9 ADV, 1B2/94, procès-verbal de capture de François Foulonneau sur le grand chemin de Parthenay à Ma (...)
  • 10 ADV, 1B2/117, procès-verbal de capture de Louis Auriaux à Louzy par les cavaliers de Thouars le 12 (...)
  • 11 ADV, 1B2/87, procès-verbal de capture de Pierre meunier dit Colas à Poitiers par les cavaliers de (...)
  • 12 ADV, 1B2/87, procès-verbal de capture de René Cailleton, Pierre Launay et Denis Thibaudeau à Chich (...)
  • 13 ADV, 1B2/96, procès-verbal de capture de Jean Savarit à Gourgé par les cavaliers de Parthenay le 2 (...)
  • 14 ADV, 1B2/66, procès-verbal de capture de Pierre Girault au village de Villiers paroisse de Vouillé (...)
  • 15 ADV, 1B2/107, procès-verbal de capture de René Girault à Vasles par les cavaliers de Poitiers le 2 (...)
  • 16 ADV, 1B2/96, procès-verbal de capture de Jean Georges Reglain et Perrine Moreau à Massais le 21 dé (...)
  • 17 ADV, 1B2/98, procès-verbal de capture de René Cotard à Saint-Martin-de-Sanzais par les cavaliers d (...)
  • 18 ADV, 1B2/73, procès-verbal de capture d’Antoine Rouchy à Soudan par les cavaliers de Saint-Maixent (...)
  • 19 Lorgnier Jacques, Quand le gendarme juge. Maréchaussée, histoire d’une révolution judiciaire et ad (...)
  • 20 Marion Marcel, op. cit., p. 73-74.
  • 21 ADV, 1B2/72, procès-verbal de capture de Louis Bachellier à Rom par les cavaliers de Lusignan le 2 (...)
  • 22 ADV, 1B2/85, procès-verbal de capture de François et René Gaudriau à Craon par les cavaliers de Pa (...)
  • 23 ADV, 1B2/91, procès-verbal de capture de Louis Turpault à Mauzé-Thouarsais par les cavaliers de Th (...)
  • 24 ADV, 1B2/94, procès-verbal de capture de François Vilain à Poitiers par les cavaliers de Poitiers (...)
  • 25 ADV, 1B2/106, procès-verbal de capture d’André Charron à Vasles par les cavaliers de Parthenay le (...)
  • 26 ADV, 1B2/96, procès-verbal de capture de Jean Lacroix à Saint-Loup par les cavaliers de Parthenay (...)
  • 27 ADV, 1B2/106, procès-verbal de capture de Marie Rozalitte Lhermitte à Thouars par les cavaliers de (...)
  • 28 ADV, 1B2/117, procès-verbal de capture de Jean Clément et Marie La Marche à Vivonne par les cavali (...)
  • 29 ADV, 1B2/73, procès-verbal de capture d’Antoine Poisant à Châtellerault par les cavaliers de Châte (...)
  • 30 ADV, 1B2/82 : remontrance du procureur du roi du 11 juin 1756 ; procès-verbal de capture de Louis (...)
  • 31 ADV, 1B2/90 : remontrance du procureur du roi contre Pierre Fraigneau et Louis Evrard du 6 février (...)
  • 32 ADV, 1B2/91, procès-verbal de capture de Jean Normand à Saint-Maixent par les cavaliers de Saint-M (...)
  • 33 ADV, 1B2/108, procès-verbal de capture de François Pineau et Pierre Bourg à Oiron par les cavalier (...)
  • 34 Mousnier Roland, op. cit., t. II, p. 268 ; Larrieu Louis, Histoire de la maréchaussée et de la gen (...)

6En outre, si l’on en juge par le corpus d’affaires, les brigades poitevines se lancent dans une démarche d’arrestation pour trois catégories principales de crime ou de délit (tableau 2). Tout d’abord, ils interviennent pour réprimer les actes particulièrement violents et répréhensibles, et pouvant porter gravement atteinte à la vie de leurs concitoyens. C’est le cas des outrages faits aux femmes, en théorie sévèrement condamnés par les textes de droit de l’époque moderne6. Les cavaliers de la maréchaussée font ainsi tout leur possible pour capturer les coupables du viol d’« une jeune fille âgée d’environ douze ans » à Secondigny7, de l’agression sexuelle de la nommée « Bastard de la paroisse d’Anthoigné8 » ou encore de la tentative de viol dont est victime la pauvre servante Marie Grignon à Viennay9. Ils entendent également neutraliser les individus considérés comme dangereux, et qui ont déjà eu l’occasion d’agresser physiquement certains de leurs concitoyens. Parmi eux, on compte notamment Louis Auriaux de Louzy qui se fait « beaucoup craindre dans le pays »10, mais encore Pierre Meunier coupable d’avoir roué de coups le cabaretier de La Chapelle-Bertrand Pierre Sabiron, ainsi que sa femme et ses filles le 2 mars 175811. Toutefois, ils se doivent d’intervenir encore plus prestement, dès qu’ils ont vent d’un meurtre dans le territoire de leur ressort. Ils s’y emploient, par exemple, dès qu’ils ont connaissance de l’assassinat de « Jean Gerbier petit marchand » sur le « grand chemin de Parthenay à Bressuire dans les bois d’Amailloux12 », et plus encore peut-être après « le coup de fusil » dont est victime le vicaire Sidoine Sioneau près de Gourgé13. Les deux affaires d’homicides les plus graves de l’échantillon sont néanmoins le double meurtre de Jean Dallier et Vincent Perret opéré « à coups de couteaux » dans le village de Villiers paroisse de Vouillé le 30 septembre 175014, et plus encore le quadruple assassinat de la femme de René Girault et de ses trois filles enregistré à Vasles au mois de février 176215. En outre, si l’on en juge par le corpus d’arrestations, les employés de la maréchaussée partent aussi en mission pour une deuxième grande catégorie de forfaits : il s’agit des actes jugés très graves par la législation en vigueur et assez spécifiques à l’Ancien Régime. Les cavaliers de Thouars se doivent, par exemple, d’emprisonner au plus vite les deux individus qui vaquent sur la paroisse de Massais et que l’on soupçonne de vouloir « mettre le feu » dans plusieurs maisons du village16. Il leur faut également retrouver rapidement les quidams qui ont osé pénétrer par effraction dans « une chapelle appellée Notre Dame des Néges » aux abords de Saint-Martin de Sanzais au mois de juin 176417. Quant à leurs collègues de Saint-Maixent, ils se donnent pour objectif de mettre la main sur l’individu qui s’est vanté de posséder de la « fausse monnoye » dans plusieurs auberges de leur secteur18. Or, les incendies volontaires, les sacrilèges et le faux-monnayage figurent alors parmi les méfaits les plus sanctionnés par la justice du XVIIIe siècle19. Il en est de même pour le crime de rébellion, que se doivent également de réprimer les forces de l’ordre poitevines20. Celles-ci sont ainsi amenées à interpeller le domestique Louis Bachellier à Rom le 21 février 1752, qui a fait obstruction à l’action du « juge sénéchal de la châtellenie de Brejeuille » quelques jours plus tôt21. Elles arrêtent aussi successivement les frères Gaudriau à Craon, et Louis Turpault à Mauzé, coupables respectivement de ne pas avoir voulu obtempérer aux instructions d’un cavalier de Parthenay le 25 avril 175722, puis d’un autre de Thouars le 26 août 176023. Pour finir, la troisième grande catégorie de crimes est, de loin, la plus importante : elle englobe toutes les histoires de vols (parfois accompagnés de violences), qui représentent environ les trois quarts du corpus étudié. Ces vols – qu’il convient d’élucider pour la maréchaussée – sont très divers et concernent tout un éventail de produits et de marchandises. Il s’agit ainsi de retrouver des vêtements de femme dérobés à Biard et à Poitiers au mois de juin 176624, plusieurs « boisseaux de farine et de seigle » pris au « moullin de la Garde » à Vasles en février 176625, ou bien « une paire de Bœufs » subtilisée à un boucher de Saint-Maixent au cours de l’année 176226. Les vols le plus nombreux – ou, du moins, les plus poursuivis par les forces de l’ordre – sont néanmoins les accaparements illicites de chevaux : on en compte au moins treize sur l’ensemble de l’échantillon (soit 16,88 % du total). Il faut dire que ces animaux sont alors très précieux, et représentent le moyen de locomotion le plus commode et rapide de l’époque. En dehors de ces délits classiques, les cavaliers du Poitou sont quelquefois confrontés à des voleurs à la tire lorsqu’ils se trouvent présents sur certains rassemblements de populations. C’est le cas au marché de Thouars le 21 novembre 1766 où « une coureuse […] vole des mouchoirs dans les poches » des gens27, mais aussi à la foire de Vivonne où des pickpockets dérobent de l’argent aux passants le 29 octobre 177028. Les brigades poitevines doivent également faire face à des malfaiteurs qui détroussent les voyageurs sur les routes de la région. On en recense, par exemple, « sur le chemin de Châtellerault à Pleumartin » au mois de décembre 175129, entre Poitiers et Vivonne en juin 175630, ou encore entre Saint-Maixent et Prailles en décembre 175831. Il semble que ce soit parmi eux que l’on trouve les individus les plus dangereux. Les forces policières se donnent ainsi pour objectif d’appréhender Jean Normand qui maltraite « à l’excès » des passants sur la route de Saint-Maixent à La Mothe Saint-Héray en mars 176032, mais aussi François Pineau et Pierre Bourg qui extorquent « armés d’une pique » de l’argent à un pauvre homme entre Oiron et Airvault en juin 176733. Avec de tels malfaiteurs, les cavaliers se doivent alors d’être extrêmement prudents dans leurs investigations, s’ils veulent parvenir à les arrêter et les emprisonner. Quoi qu’il en soit, lorsque l’on examine l’ensemble des motifs d’intervention de la maréchaussée du Poitou, on se rend compte que cette dernière agit très majoritairement pour des crimes et délits (vols, brigandage sur les grands chemins, vagabondage…) qui correspondent juridiquement aux « cas prévôtaux » définis par l’ordonnance criminelle de 1670 et la déclaration royale du 5 février 173134. Et si elle intervient malgré tout sur un certain nombre de « cas royaux » (faux-monnayage, rébellions, homicides…), c’est avant tout en raison de son droit général d’arrestation qui l’oblige à ne pas rester inactive face à de telles exactions.

Figure 2. – Les missions de la maréchaussée, Sorte de compliment de jour de l’an adressé par la maréchaussée aux habitants d’une ville, Valenciennes, Chez Bernard Boucher libraire, 1780. Paris, BnF, département des estampes et des photographies

Les types d’intervention et les moyens humains mobilisés

7Les procès-verbaux de capture permettent de connaître les modes d’intervention et les moyens utilisés par les brigades poitevines pour tenter de mettre fin à tous ces méfaits, et arrêter les individus considérés comme suspects ou dangereux.

  • 35 ADV, 1B2/78, procès-verbal de capture de Blaise Poudrille dans l’auberge du Chapeau royal à Lusign (...)
  • 36 ADV, 1B2/72, procès-verbal de capture de Louis Bachellier domestique à la Baraudrie paroisse de Ro (...)
  • 37 ADV, 1B2/117, procès-verbal de capture de Jean Clément et Marie La Marche à Vivonne par les cavali (...)
  • 38 ADV, 1B2/77, procès-verbal de capture de Pierre de Crons, dit « Courte Oreille » dans le bourg de (...)
  • 39 ADV, 1B2/96, procès-verbal de capture de Jacques Challeroux à Saint-Projet par les cavaliers de Sa (...)
  • 40 ADV, 1B2/113, procès-verbal de capture de Louis Bigeonneau par les cavaliers de Poitiers le 26 mai (...)

8Tout d’abord, lorsque l’on examine attentivement les 77 documents du corpus étudié, il semble possible de distinguer trois types de scénarios d’arrestation différents (tableau 3). Avec pas moins de 40 interpellations d’individu(s) (soit 51,9 % du total), les captures « programmées » par les représentants des forces de l’ordre arrivent en première position. Dans ce cas de figure, tout commence au lieu de résidence de la brigade : les cavaliers y reçoivent un ordre ou une information qui les incite à partir aussitôt en mission en vue de « prendre au corps » une ou plusieurs personnes. Ils agissent, par exemple, de la sorte, pour s’en aller saisir le « nommé Blaise Poudrille » en l’auberge du Chapeau royal à Lusignan le 30 novembre 175435, ou encore le « nommé Bachelier » en la « métairye de la Baraudrye paroisse de Rom » le 21 février 175236. Les captures effectuées en flagrant délit ou lors des « tournées ordinaires » constituent la deuxième catégorie d’arrestation : elles représentent près du quart de l’échantillon considéré (19 arrestations, soit 24,67 %). Ainsi, la brigade de Poitiers – présente sur place – saisit à la « clameur publique » le pickpocket Jean Clément à la « foire de Vivonne » le 29 octobre 177037. Il en est de même pour les cavaliers de Thouars qui s’emparent opportunément du voleur Pierre de Crons, dit « courte oreille », lors de leur passage « dans le bourg de Tourtenay » le 2 mars 175338. Enfin, il existerait un troisième type de captures, un peu particulier mais non négligeable quantitativement (16 cas sur 77, soit 20,8 % du total). À l’inverse des précédents, les représentants de la maréchaussée n’y jouent pas un rôle majeur : leur action se limite à récupérer les personnes déjà appréhendées par les populations, et à les mettre rapidement dans les prisons les plus proches. Les cavaliers de Saint-Maixent se contentent, par exemple, de venir chercher Jacques Challeroux le 3 décembre 1762, que les habitants du petit « village de Thaulais » paroisse de Saint-Projet ont empêché la nuit précédente de commettre un vol de « pièce(s) de toile39 ». Quant au dénommé Louis Bigeonneau, il est non seulement appréhendé par plusieurs paroissiens d’Ayron qui l’accusent d’avoir dérobé « une somme d’argent assez considérable » : il est aussi conduit par quatre hommes de cette communauté villageoise jusqu’à la « caserne » de la maréchaussée de Poitiers le 26 mai 176940.

Tableau 3. – Typologie des 77 captures réalisées par les brigades de la maréchaussée du Poitou entre 1750 et 1770

  • 41 ADV, 1B2/87, procès-verbal de capture de René Cailleton, Pierre Launay et Denis Thibaudeau à Chich (...)
  • 42 ADV, 1B2/70 : procès-verbal de capture de François de Lacoue, Cathernie Denoue et André de Lacoue (...)

9Par ailleurs, tous les procès-verbaux de capture indiquent, sans aucune exception, les noms des personnels de la maréchaussée ayant pris part aux opérations d’arrestation. Cela permet de connaître les effectifs mobilisés au sein de ces forces de l’ordre pour chacune des 77 arrestations du corpus étudié (tableau 4). Or, dans ce domaine, que révèle exactement l’examen de tous ces documents ? Tout d’abord, on se rend compte que plus des trois-quarts des captures s’effectuent avec simplement deux ou trois employés de cette administration : c’est donc presque toujours la norme pour ce genre d’opération. Même si cela peut sembler modeste (surtout lorsqu’il convient d’interpeller des individus dangereux), de tels chiffres s’expliquent assez aisément. En effet, c’est le plus souvent à deux ou à trois que les cavaliers (avec ou sans leurs supérieurs hiérarchiques) parcourent leur secteur pour leurs « tournées ordinaires », se rendent sur les foires et marchés de leur ressort, ou font simplement leurs permanences dans l’hôtel de leur brigade. Les opérations de capture avec davantage de personnels policiers semblent plus exceptionnelles : on en compte seulement 10 avec quatre militaires (soit 12,99 % du total), et 7 avec cinq hommes (9,09 %). Il faut bien comprendre que dans ce dernier cas de figure (5 personnels), c’est l’ensemble des effectifs d’une brigade qui est mobilisé. Toutes les forces de l’ordre immatriculées à Parthenay concourent ainsi aux captures de René Cailleton, Pierre Launay et Denis Thibaudeau à Chiché le 18 août 1758, ou encore à celle de Jean Savarit à Gourgé le 26 juin 176241. Toutefois, dans l’échantillon d’affaires, l’arrestation à laquelle participe le plus grand nombre de militaires (en l’occurrence huit hommes) intervient le mardi 9 février 1751. Ce jour-là, l’exempt Anselme Thibault et le sous-brigadier Gabriel Lebeau, accompagnés de six cavaliers de leur brigade de Poitiers, se rendent effectivement dans la cité de Chauvigny pour tenter de saisir François de Lacoue, Catherine Denoue et André de Lacoue, soupçonnés d’avoir commis « plusieurs vols en différents endroits42 ». Avec une telle mobilisation policière, ils parviennent d’ailleurs sans peine à les appréhender.

Nombre de militaires de la maréchaussée mobilisés lors de la capture

Nombre de captures correspondantes

Pourcentage

Un seul militaire

1

1,30 %

Deux militaires

34

44,15 %

Trois militaires

24

31,17 %

Quatre militaires

10

12,99 %

Cinq militaires

7

9,09 %

Six militaires

0

0,00 %

Sept militaires

0

0,00 %

Huit militaires

1

1,30 %

Totaux

77

100,00 %

Tableau 4. – Le personnel de la maréchaussée du Poitou mobilisé lors des arrestations (1750-1770)

  • 43 ADV, 1B2/85, procès-verbal de capture de Pierre Boutet, Françoise Goujon, Pierre Boutet fils, Jean (...)
  • 44 ADV, 1B2/117, procès-verbal de capture d’Anne Jamain à Louzy par les cavaliers de Thouars le 26 ju (...)
  • 45 ADV, 1B2/115, procès-verbal de capture de Jean Brouage à Châtellerault par les cavaliers de Châtel (...)
  • 46 ADV, 1B2/108, procès-verbal de capture de François Pineau et Pierre Bourg à Oiron par les cavalier (...)
  • 47 ADV, 1B2/87, procès-verbal de capture de René Cailleton, Pierre Launay et Denis Thibaudeau à Chich (...)
  • 48 ADV, 1B2/94, procès-verbal de capture de François Vilain à Poitiers par les cavaliers de Poitiers (...)
  • 49 ADV, 1B2/113, procès-verbal de capture de Jean Renon à Couhé par les cavaliers de Lusignan le 9 ju (...)
  • 50 ADV, 1B2/110, procès-verbal de capture de François Vilain à Parthenay par les cavaliers de Parthen (...)
  • 51 ADV, 1B2/91, procès-verbal de capture de Marc Bobin et de Pierre Garretier à Oiron par les cavalie (...)

10Pour retrouver les personnes recherchées, il ne suffit pas toujours de se rendre sur place. En effet, dans plusieurs situations, les cavaliers de la maréchaussée ne connaissent pas l’identité des coupables et encore moins l’endroit où ils peuvent les capturer. Il leur faut alors – cela fait partie de leur métier – se lancer dans des investigations, plus ou moins longues et fructueuses, pour parvenir à leurs fins. Ainsi, parmi les 77 procès-verbaux de capture du corpus, 12 d’entre eux font explicitement mention d’enquêtes entreprises par les forces de l’ordre poitevines. Certaines s’avèrent d’ailleurs extrêmement rapides à résoudre. Quelques questions posées à la population de Bonnes semblent, par exemple, permettre aux forces policières de Poitiers de découvrir le repère de cinq malfaiteurs accusés de vols le 8 juin 175743. Leurs homologues de Thouars agissent de même à la fin juin 1770, et mettent de la sorte la main sur la pauvre Anne Jamain « enceinte de trois à quatre mois » qui se cache dans le village de Magé paroisse de Louzy44. Quant à la brigade de Châtellerault, un simple tour du voisinage lui fait découvrir celui qui a dérobé, quelques heures plus tôt, des « mouchoirs de cotton » dans un jardin du faubourg de Châteauneuf de la ville au mois de mars 176945. Pour plusieurs autres affaires, les cavaliers s’en vont directement questionner certaines personnalités locales, qui connaissent tous les habitants du secteur et qu’ils savent très bien informés. Le « curé et doyen du chapitre » d’Oiron est ainsi le premier interrogé dans l’enquête menée pour retrouver les agresseurs du journalier Michel Gays à la fin juin 176746, de même que « le Sieur Delinnière seigneur » et « le Sieur Guerry hoste du Cheval Blanc » dans celle qui entend découvrir les assassins de Jean Gerbier à Amailloux au cours de l’été 175847. Les tenanciers de cabarets sont aussi très sollicités lors de telles procédures : c’est le cas, par exemple, du « nommé Camu cabarettier place du pilory » à Poitiers, dont les précieuses indications permettent la capture du délinquant recherché le 27 juillet 176648. Enfin, quelques affaires, pour lesquelles on dispose sans doute au départ de moins d’éléments d’information, paraissent nécessiter de plus longues investigations. Alors qu’ils se trouvent en station à Couhé au début de l’été 1769, deux cavaliers de Lusignan apprennent ainsi qu’« un certain quidam avoit vollé quelques effets dans le bourg49 ». Ils se lancent alors dans « plusieurs recherches et perquisitions », et parviennent à établir le signalement de l’individu, qu’ils diffusent à la population. Cela donne d’excellents résultats, puisque ce dernier est reconnu et arrêté par des particuliers quelques heures plus tard. Tout aussi efficaces sont les actions menées par le sous-brigadier Philippe Boutet de Parthenay pour trouver l’auteur d’un vol commis paroisse de Beaulieu en novembre 1768. Après une minutieuse enquête de terrain, ce représentant de la maréchaussée parvient à savoir à quoi ressemble le voleur et à connaître ses habitudes. Il distribue ensuite son signalement « dans les auberges et cabarets » du faubourg de Parthenay où « ce particulier [a] coutume de se retirer », et demande à être aussitôt prévenu si quelqu’un le voit50. C’est chose faite « dans la nuit du dix sept au dix-huit [novembre] à deux heures du matin » : quelqu’un vient informer la brigade que l’individu suspect vient d’arriver « dans la maison du dit Ménage », information qui permet sa capture peu de temps après. Toutefois, l’enquête la plus originale semble être celle menée par les cavaliers de Thouars dans la bourgade d’Oiron en août et au début du mois de septembre 1760. Si l’on en croit la population, il s’agit de mettre fin aux exactions de « vaguabonds » qui font « beaucoup de menaces au peuple51 ». Pour ce faire, on commence par envoyer « plusieurs fois deux espions » sur place, de façon à vérifier les faits dénoncés. Une fois que ceux-ci ont réuni suffisamment de renseignements, l’ensemble de l’effectif de la brigade débarque à Oiron « sur les neuf heures du soir avec un […] [des] espions ». Tout ce beau monde fait alors « la tournée » des halles, puis des cabarets, et ne tarde pas à saisir sur le coup des « onze heures » deux individus qui cherchent à prendre la fuite. L’entreprise est un succès : on a bien affaire aux « deux hommes » dont se plaignent les habitants du secteur « depuis environ quinze jours ».

  • 52 ADV, 1B2/92, procès-verbal de capture de Louis Seigneur et Pierre Petit à Saint-Léger-de-Montbrun (...)
  • 53 ADV, 1B2/87, procès-verbal de capture de René Cailleton, Pierre Launay et Denis Thibaudeau à Chich (...)
  • 54 ADV, 1B2/85, procès-verbal de capture de François et René Gaudriau à Craon par les cavaliers de Po (...)

11Enfin, il arrive que la maréchaussée sollicite l’aide d’officiers royaux n’appartenant pas spécifiquement aux forces de l’ordre pour procéder à certaines arrestations. Ce cas de figure est rare, puisqu’il ne se rencontre qu’à trois reprises dans les 77 affaires de l’échantillon. Le 11 janvier 1761, la brigade de Thouars – pourtant au complet – somme ainsi « François Mossion huissier arché garde de la connétablie de France » de lui prêter « main-forte » pour capturer en pleine nuit les nommés Louis Seigneur et Pierre Petit dans les paroisses de Saint-Léger-de-Montbrun et de Saint-Martin-de-Mâcon52. Les cavaliers de Parthenay réquisitionnent, quant à eux, deux personnalités à Chiché en vue d’arrêter les suspects d’un meurtre en août 1758 : il s’agit, en l’occurrence, de « François Lange capitaine de gabelle » et de « Joseph Druet son employé53 ». Néanmoins, l’opération qui réclame l’assistance la plus importante se déroule en la « seigneurie des grands hormeaux » paroisse de Craon : elle requiert, en effet, la présence de « François Dezanneau, huissier à verge au chastellet de Paris », de « René Janot sergent royal » mais aussi de « Charles Boullard cordonnier », en plus des cinq militaires de la maréchaussée, à la fin novembre 175754. Autant dire que ces quelques interventions peuvent mal tourner et s’annoncent difficiles : on a donc besoin de renfort pour que tout se passe pour le mieux.

Le résultat : plus de cent individus arrêtés

12Une fois que les forces de l’ordre ont mobilisé leurs troupes et repéré le ou les accusés, il leur faut enfin les appréhender et les « prendre au corps » de façon à les neutraliser. Cette opération constitue la dernière phase des procédures d’arrestation : elle est aussi la plus délicate, la plus physique, voire la plus périlleuse pour les militaires en charge de ce genre de mission.

  • 55 On relève, en effet, deux opérations d’arrestation bien distinctes (et ayant lieu dans des lieux d (...)
  • 56 ADV, 1B2/81, procès-verbal de capture de Mathurin Girault, Louise Girault, Joseph Chauveau, Blaise (...)
  • 57 ADV, 1B2/85, procès-verbal de capture de Pierre Boutet, Françoise Goujon, Pierre Boutet fils, Jean (...)
  • 58 ADV, 1B2/73, procès-verbal de capture d’Antoine Rouchy à Soudan par les cavaliers de Saint-Maixent (...)
  • 59 ADV, 1B2/85, procès-verbal de capture de Claude Bourdier et Jacques Perret à Thouars par les caval (...)
  • 60 ADV, 1B2/70, procès-verbal de capture de Jean Chablet à Poitiers par un cavalier de Fontenay-le-Co (...)

13Les archives poitevines indiquent toujours les lieux précis où se déroulent ces arrestations. Les 77 procès-verbaux de capture du corpus mentionnent ainsi pas moins de 83 endroits différents55, où des cavaliers de la maréchaussée ont saisi des individus suspects d’avoir commis des crimes ou des délits (tableau 5). Or, que révèlent exactement ces documents à ce sujet ? Très schématiquement, ceux-ci montrent que les forces policières interpellent des malfaiteurs dans trois types principaux d’emplacements. Elles le font, tout d’abord, dans des espaces privés (maisons de particuliers, fermes, métairies…), qui représentent plus du tiers des lieux d’arrestations. Les domiciles des accusés y sont, sans surprise, largement les plus nombreux (21 captures soit 25,31 % du total). Mais on y relève également des habitations dans lesquelles certains délinquants ont trouvé refuge : c’est le cas de la « maiterie de la Plissonnière » située paroisse de Breuil-sous-Argenton56, ou encore d’une maison isolée du « village des Bariollière[s] » à Bonnes57. Les lieux de convivialité et de rassemblements de population sont également le cadre de nombreuses captures : on en recense, en effet, pas moins de 23 dans ce genre d’endroit, soit plus de 27 % du corpus étudié. Les débits de boissons et autres hôtelleries sont ainsi les théâtres de 16 interpellations. Deux établissements voient même plusieurs opérations policières successives se dérouler en leurs murs : c’est le cas de l’auberge à l’enseigne de sainte Catherine à Soudan le 3 avril 1753 et le 17 avril 176458, mais surtout du cabaret de Jacques Grillaux à Thouars les 20 octobre 1757, 4 mai 1759 et 18 mai 175959. Les militaires de la maréchaussée appréhendent également des personnes suspectes à sept reprises alors qu’ils surveillent des foires, des marchés ou des assemblées villageoises de la région. Ils le font, par exemple, à Thouars, à Vivonne, à Vouhé, ainsi que par deux fois à Bressuire et à La Mothe Saint-Héray. Enfin, les espaces « publics » et les voies de circulation constituent le troisième type de lieux d’arrestations, avec 16 captures (19,28 % du total). Cela peut concerner certains emplacements urbains ouverts à tous, comme la rue du « chariot de david » à Poitiers, le « champ de foire » à Argenton-Château, la « Porte des leçons » à Saint-Maixent, ou encore la « place du Pilori » dans la capitale pictave60. Mais les routes sont presque aussi nombreuses dans cette catégorie : les forces de l’ordre arrêtent ainsi des malfaiteurs – le plus souvent à l’occasion de leurs « tournées ordinaires » – à proximité de La Villedieu-du-Perron ou de Billazais, sur le chemin de Thouars à Argenton-Château, sur celui de Faye-l’Abbesse, ou encore « sur la route d’Ingrandes » au nord de Châtellerault. En dehors de ces trois grands ensembles de lieux de captures (qui représentent près de 85 % du total), les autres endroits où se déroule ce type d’opération sont plus anecdotiques. Notons notamment que quatre arrestations interviennent au domicile d’un notable (en l’occurrence un seigneur, un subdélégué, un procureur du roi et un lieutenant général de la maréchaussée), deux dans un château (à Salles et à Béruges), deux aux abords d’un établissement religieux (abbaye des Châtelliers et abbaye de Chambon), et une autre dans une petite forêt (bois de la Bandouille). C’est dire la variété des sites d’intervention de la maréchaussée poitevine en cette seconde moitié du XVIIIe siècle !

Lieu d’arrestations

Nombre de captures correspondantes

Pourcentage

Au domicile de l’accusé ou des accusés

21

25,31 %

Dans un cabaret ou une auberge

16

19,28 %

Dans l’espace d’une ville ou d’un bourg (rues, places, portes…)

9

10,85 %

Sur une route ou un chemin

7

8,43 %

Dans un rassemblement de populations (foires, marchés, assemblées…)

7

8,43 %

Dans une maison (autre que celle de[s] accusé[s])

7

8,43 %

Autres lieux

12

14,45 %

Lieux non précisés

4

4,82 %

Totaux

83

100,00 %

Tableau 5. – Les lieux d’arrestations mentionnés dans les procès-verbaux de capture de la maréchaussée du Poitou (1750-1770)

  • 61 Un seul procès-verbal de capture (sur les 77 de l’échantillon) ne donne pas l’identité (et donc le (...)
  • 62 ADV, 1B2/70, procès-verbal de capture de François de Lacoue, Catherine Denoue et André de Lacoue à (...)
  • 63 ADV, 1B2/70, procès-verbal de capture de Jean Chablet à Poitiers par un cavalier de Fontenay-le-Co (...)
  • 64 ADV, 1B2/70, procès-verbal de capture de François de Lacoue, Catherine Denoue et André de Lacoue à (...)
  • 65 ADV, 1B2/106, procès-verbal de capture de Marie Rozalitte Lhermitte à Thouars par les cavaliers de (...)
  • 66 ADV, 1B2/85, procès-verbal de capture de Claude Bourdier et Jacques Perret à Thouars par les caval (...)
  • 67 ADV, 1B2/117, procès-verbal de capture d’Anne Jamain à Louzy par les cavaliers de Thouars le 26 ju (...)
  • 68 Cette moyenne d’âge a été calculée à partir d’un échantillon de 71 personnes arrêtées pour lesquel (...)
  • 69 Dans cet échantillon de 71 personnes capturées (pour lesquelles on dispose de ce type de renseigne (...)
  • 70 Pour cette analyse sociale des individus arrêtés, nous avons répertorié les professions dont se ré (...)

14Sur l’ensemble de ces lieux d’interpellation, pas moins de 104 individus sont arrêtés par les brigades de la maréchaussée entre 1750 et 177061. Chaque opération policière se termine généralement par un nombre très limité d’arrestations (tableau 6). Un seul individu est, en effet, appréhendé dans près des trois quarts des opérations, et seulement deux dans un peu moins d’un cinquième des cas. Sans doute en raison du peu d’effectifs des brigades, les captures plus nombreuses sont exceptionnelles. Les forces policières parviennent à saisir trois suspects à seulement trois reprises : à Chauvigny le 9 février 1751, à Chiché le 18 août 1758 et à Soudan et Salles le 17 avril 176462. Le record en la matière appartient cependant aux brigades de Thouars et de Poitiers, qui réussissent chacune à capturer cinq individus, respectivement le 1er février 1754 aux environs d’Argenton-Château et le 8 juin 1757 dans la paroisse de Bonnes63. Quel est le profil d’ensemble des personnes ainsi capturées ? Les pièces de procédure prévôtale permettent d’en faire une rapide prosopographie. Sans surprise, les hommes y sont ultra majoritaires : on en recense 92 sur les 104 suspects ainsi maîtrisés (88,46 % du corpus). Les femmes – au nombre de 12 (11,54 %) – sont le plus souvent accompagnées de leur époux ou d’un membre de leur famille : c’est le cas, par exemple, de Catherine Denoue capturée avec son mari et son beau-frère à Chauvigny, ou encore de Louise Girault qui se trouve avec son frère à Argenton-Château64. Quelques délinquantes sont néanmoins arrêtées seules en de telles circonstances : Marie Rozalitte Lhermitte au marché de Thouars, ou Marie Jamain dans le village de Magé paroisse de Louzy65. Par ailleurs, même si la provenance géographique des interpellés reste très majoritairement locale (72 sur 104, soit 69,23 % du total), la proportion de personnes en provenance d’autres provinces paraît relativement importante. On en recense 32 étrangères au Poitou (30,77 %). Certes, parmi elles, 16 sont originaires de régions très voisines : 7 viennent d’Anjou, 3 du Limousin, 2 du Berry, 1 de Touraine, 1 d’Aunis, 1 de Saintonge et 1 d’Angoumois. Mais beaucoup d’autres ont des attaches plus lointaines : on compte notamment 4 Auvergnats, 2 habitants de Guyenne, un Breton, un Bourguignon, un natif du Bourbonnais, un autre du pays basque et un dernier du Languedoc. Quelques-uns sont même nés hors des frontières françaises, en l’occurrence deux Suisses, un Flamand et une « native des Illes ». Une telle proportion d’« étrangers » s’explique peut-être par la situation géographique de la province : le Poitou est alors une grande zone de passage, dotée de grandes voies de circulation très usitées au sein du royaume. L’examen des âges des capturés livre, en revanche, des résultats plus classiques. Les personnes appréhendées par la maréchaussée ont ainsi entre 16 et 61 ans : le plus jeune étant Jacques Perret emprisonné à Thouars66, et la plus vieille la veuve Marie Laurioux qui réside à la Cueille-Mirebalaise à Poitiers67. La moyenne d’âge des suspects arrêtés se situe aux alentours de 33 ans68, avec sans surprise plus des trois quarts des individus n’ayant pas atteint la quarantaine au moment de leur arrestation69. Enfin, lorsque l’on se penche sur la sociologie des capturés, on ne peut que constater – sans être pour autant étonné – l’omniprésence du « menu peuple » (tableau 770). Aucun représentant des élites sociales (clergé, noblesse, officiers royaux, bourgeois…) ne figure évidemment parmi les capturés. En revanche, ceux qui se disent artisans ou marchands semblent les plus nombreux, puisqu’ils représentent 40 % du corpus. Parmi eux, certains ont l’obligation de se déplacer et sont donc peut-être plus exposés à la maréchaussée : c’est le cas notamment des quatre « quincailleurs », d’un loueur de chevaux, d’un vendeur de « toiles, bonnets, bas et autres marchandises » ou encore d’un livreur d’« ail et [de] légumes ». Ces commerçants-artisans devancent les travailleurs de la terre (31,25 % du total), où l’on recense 16 journaliers, 5 laboureurs, deux vignerons, un bordier et un jardinier. Puis viennent, dans l’ordre, les domestiques (8 individus, soit 10 %), deux personnes se disant employés de la marine, un soldat et un voiturier. Plusieurs n’hésitent pas à déclarer des activités proscrites par la loi : on trouve, en effet, 5 mendiants et vagabonds, 2 contrebandiers, et une diseuse de bonne aventure. Quoi qu’il en soit, malgré la présence d’un « marchand bijoutier », d’un « garde verdier » et même d’un « faiseur de musette » dans le panel, les personnes appréhendées sont globalement très modestes et appartiennent aux professions les plus humbles de la hiérarchie sociale.

Nombre d’individus arrêtés

Nombre de captures correspondantes

Pourcentage

Un seul individu

57

74,02 %

Deux individus

14

18,18 %

Trois individus

3

3,90 %

Quatre individus

0

0,00 %

Cinq individus

2

2,60 %

Sans précision

1

1,30 %

Totaux

77

100,00 %

Tableau 6. – Nombre d’individus arrêtés lors des 77 opérations de captures effectuées par la maréchaussée du Poitou (1750-1770)

  • 71 Cf. tableau 4.
  • 72 ADV, 1B2/70, procès-verbal de capture de François de Lacoue, Catherine Denoue et André de Lacoue à (...)
  • 73 ADV, 1B2/70, procès-verbal de capture de Pierre Boutant à Missé par les cavaliers de Thouars le 5 (...)
  • 74 ADV, 1B2/90, procès-verbal de capture de Pierre Fraigneau à La Mothe Saint-Héray par les cavaliers (...)
  • 75 ADV, 1B2/108, procès-verbal de capture de François Pineau et Pierre Bourg à Oiron et Leugny par le (...)
  • 76 ADV, 1B2/117, procès-verbal de capture d’Anne Jamain à Louzy par les cavaliers de Thouars le 26 ju (...)
  • 77 ADV, 1B2/96, procès-verbal de capture de Jacques Savarit à Gourgé par les cavaliers de Parthenay l (...)
  • 78 ADV, 1B2/81, procès-verbal de capture de Mathurin Girault, Louise Girault, Joseph Chauveau, Blaise (...)
  • 79 ADV, 1B2/110, procès-verbal de capture de Claude Seudre à Bressuire par les cavaliers de Thouars l (...)
  • 80 ADV, 1B2/117, procès-verbal de capture de Louis Auriaux à Louzy par les cavaliers de Thouars le 12 (...)
  • 81 ADV, 1B2/107, procès-verbal de capture de Gaspard Trumpy à Poitiers par les cavaliers de Poitiers (...)
  • 82 ADV, 1B2/91, procès-verbal de capture de Louis Turpault à Mauzé-Thouarsais par les cavaliers de Th (...)

15Comment se déroulent exactement l’interpellation et la prise de corps de tous ces individus ? Si l’on en croit les procès-verbaux rédigés par la maréchaussée, l’énorme majorité des arrestations s’effectue sans aucune difficulté. Les forces de l’ordre ne rencontrent effectivement aucune résistance dans 70 opérations sur les 77 de l’échantillon, c’est-à-dire dans plus de 90 % des cas. Cela ne les empêche pas néanmoins de prendre des précautions, pour avoir le maximum de réussite. Tout d’abord, les employés de cette administration n’hésitent pas – on l’a déjà évoqué – à prévoir des renforts (à trois, quatre, cinq, voire huit militaires) lorsqu’un projet de capture s’annonce délicat71. Ils préparent aussi méticuleusement leurs interventions avant de passer à l’action. C’est le cas, par exemple, aux abords du cabaret du « nommé Denis Goujau » à Chauvigny : les huit cavaliers présents investissent « toutes les entrées et sorties » de l’établissement, avant d’y pénétrer et d’y capturer trois individus qui y font « un repas de nopce72 ». Pour avoir plus de chances de trouver et de surprendre les personnes recherchées, ils interviennent souvent à la nuit tombée, voire en pleine obscurité. Les cavaliers de Thouars appréhendent ainsi des suspects « sur leurres de honze heure du soir » à Missé, à « deux heures du matin » à Oiron et « sur les quatre heures du matin » à Saint-Léger-de-Montbrun, tandis que leurs confrères de Poitiers en font de même « sur les minuit » à Mézeaux et « sur les six heures du matin » à l’auberge des Trois Pastoureaux73. Ils utilisent également quelquefois des subterfuges de façon à mieux parvenir à leurs fins. Les membres de la brigade de Saint-Maixent semblent en être coutumiers. À deux reprises, ils se déguisent avec « des habits bourgeois » pour ne pas se faire repérer de malfaiteurs, respectivement à la foire de La Mothe Saint-Héray et à proximité de la « Porte des Leçons » à Saint-Maixent74. Leurs collègues de Thouars se montrent tout aussi malins en diffusant de fausses nouvelles. Le 30 juin 1767, ils se font passer pour des « employés de gabelle » afin que l’un des accusés sorte de sa cachette75. Puis, dans le village de Magé paroisse de Louzy à la fin juin 1770, ils font courir le bruit qu’ils sont là, non pas pour arrêter Anne Jamain (ce qu’ils vont pourtant faire), mais pour lui « remettre sept à huit boisseaux de mouture76 ». Malgré toutes ces attentions et ces quelques ruses, les cavaliers ne sont pas à l’abri d’imprévus, voire de quelques ratés. À Gourgé, alors que sa maison est investie par la brigade de Parthenay, le dénommé Jacques Savarit réussit presque à monter « dans sa chambre autte pour ce sauver77 ». Quant à Philippe Mouteau, il est à deux doigts d’échapper aux garants de l’ordre public en prenant la fuite « à travers la plaine » : il est néanmoins rattrapé et saisit au corps comme ses complices78. Il arrive pourtant – même si cela paraît exceptionnel dans les dossiers poitevins (deux cas simplement) – que certains individus recherchés soient plus chanceux. Un des pickpockets qui sévit au « champ de foire des bestiaux » de Bressuire réussit ainsi à échapper à la foule et aux deux cavaliers thouarsais dépêchés sur les lieux le 20 juin 176879. Il semble malgré tout avoir moins de mérite que le dénommé Urbain Bodet du bourg de Louzy. Alors que sa maison est cernée, celui-ci parvient à se sauver en pleine nuit en passant précipitamment « dans son écurie », puis par « une ouverture qui donn[e] sur la rue » le 12 mai 177080. Plus que l’échec de leur mission, les brigades de la maréchaussée appréhendent surtout les résistances physiques et verbales à leur encontre. Fort heureusement, celles-ci s’avèrent fort rares, puisqu’on n’en recense que 3 dans les 77 procès-verbaux de capture. Deux d’entre elles semblent d’ailleurs relativement limitées. Gaspard Trumpy refuse simplement de donner son nom aux cavaliers qui l’interpellent dans la « demeure du nommé Abraham » dans la paroisse Saint-Porchaire de Poitiers, tandis que le flamant Philippe Philbert se permet de « jurer contre [eux] » et de « lev[er] le bâton pour [les] frapper » « sur le chemin de Thouars à Argenton-Château81 ». Plus grave est, en revanche, l’attitude de Louis Turpault « tapageur de profession » qui s’en prend assez violemment au cavalier Jean Porcheron en lui tirant une « manche d’habits » à Mauzé-Thouarsais : il faut d’ailleurs l’intervention rapide de deux autres militaires présents sur les lieux pour le maîtriser82.

  • 83 ADV, 1B2, 1B2/85, information par répétition des Sieurs Joyaux et Chevallier cavaliers de maréchau (...)
  • 84 ADV, 1B2/85, procès-verbal de capture de François et René Gaudriau à Craon par les cavaliers de Pa (...)

16Au vu de ces seuls documents, la quasi-totalité des captures paraissent donc s’effectuer sans violence et sans grande difficulté. Toutefois, cela ne signifie absolument pas que les opérations de ce genre soient sans danger pour les forces de l’ordre de la province. En effet, il faut garder à l’esprit que les procès-verbaux de capture ne reflètent qu’une partie des réalités du terrain. Un grand nombre des missions – peut-être même ces dernières sont-elles largement majoritaires ? – se terminent assurément sans saisie d’accusé(s), et dans cette configuration aucun compte rendu n’est rédigé par cette administration. Il est donc impossible de déterminer la statistique des projets de captures qui n’aboutissent pas. Pourtant, on peut supposer – cela paraît même assez logique – que ces interventions vaines soient très souvent les plus dangereuses pour les cavaliers de la maréchaussée. Celles-ci se solderaient effectivement par des échecs, tout simplement parce les individus interpellés sont plus nombreux et plus violents. On a malheureusement trouvé trace qu’une seule fois de ce cas de figure dans les archives de la sénéchaussée et siège présidial de Poitiers entre 1750 et 1770. L’affaire se déroule à Thénezay le 25 avril 1757. Ce jour-là, Joseph Joyaux et Jean Baptiste Chevallier de la brigade de Parthenay surprennent dans le cimetière « plusieurs jeunes gens qui jou[ent] à des jeux de hasard », et leur défendent de continuer de jouer83. Ils sont alors violemment pris à partie et maltraités par tous ces garçons, qui les « laiss[ent] comme morts sur la place ». Il faudra d’ailleurs attendre plusieurs semaines pour qu’ils s’en remettent, et plusieurs mois pour que deux des auteurs de cette double agression soient finalement arrêtés84. À défaut de pouvoir être généralisé, cet exemple montre combien les interpellations de particuliers sont périlleuses et peuvent rapidement dégénérer. Or, ce n’est pas forcément l’impression que donnent globalement les 77 procès-verbaux de capture, qui – par définition – ont abouti et laissent presque toujours à penser que les choses – malgré quelques péripéties – se sont très bien déroulées.

Type de métiers

Nombre d’individus correspondants

Pourcentage

Artisans ou marchands

32

40,00 %

Travailleurs de la terre (journaliers, bordiers, laboureurs, vignerons…)

25

31,25 %

Domestiques, valets

8

10,00 %

Vagabonds, mendiants

5

6,25 %

Employés de la marine

2

2,50 %

Soldat

1

1,25 %

Voiturier

1

1,25 %

Autres

6

7,50 %

Totaux

80

100,00 %

Tableau 7. – Métiers déclarés de 80 personnes arrêtées (1750-1770)

  • 85 Les procès-verbaux de capture sont néanmoins abondamment exploités dans : Hestault Éric, La lieute (...)

17À défaut d’avoir été très souvent utilisés des historiens85, les procès-verbaux de capture s’avèrent un matériau documentaire des plus intéressants. En effet, bien que modeste, l’analyse de cet échantillon de 77 comptes rendus se révèle assez riche d’enseignements, aussi bien sur les populations poitevines, que sur le fonctionnement de la maréchaussée de la province dans les dernières décennies de l’Ancien Régime.

  • 86 Garnot Benoît, Histoire de la justice, France, XVIe -XXIe siècle, Pairs, Gallimard, coll. « Folio (...)

18Cet ensemble archivistique confirme, tout d’abord, un certain nombre de résultats généraux sur la délinquance au XVIIIe siècle. Il montre la très large primauté des vols (plus de trois-quarts des cas), devant les actes de violence et les atteintes aux autorités parmi les crimes poursuivis. Il révèle également que les lieux où se déroulent le plus grand nombre de délits sont les endroits les plus fréquentés dans la vie quotidienne des gens : ce sont, sans surprise, les auberges et les cabarets, les foires et les marchés, mais aussi les rues, les places, les routes et les grands chemins. Quant aux délinquants capturés, ils ont le plus souvent entre seize et quarante ans (à plus de 75 %), sont d’abord des hommes (à presque 90 %), appartiennent très largement au « petit peuple », et comptent une forte proportion de marginaux et d’étrangers à la province (presque un tiers des capturés). Ce sont là autant de données que l’on retrouve dans la plupart des études sur la criminalité de la France prérévolutionnaire86.

19Les procès-verbaux de capture livrent surtout de précieuses informations sur la maréchaussée poitevine. En effet, ces documents dévoilent indirectement l’organisation, les conditions de travail ou encore les missions de ce service royal au quotidien : celles-ci consistent notamment en la surveillance des rassemblements de populations (assemblées villageoises, foires, marchés), des routes et des voyageurs, mais aussi des soldats et des vagabonds. Ils décrivent également précisément les scénarios d’intervention des forces de l’ordre, leurs stratégies (enquêtes, renforts éventuels) et leurs modes opératoires (missions nocturnes) pour prendre au corps les individus recherchés. Toutefois, les comptes rendus consultés mettent surtout en évidence – c’est peut-être le résultat le plus original de cette enquête – le rôle absolument essentiel joué par des particuliers dans une large part des captures (au moins une cinquantaine sur les 77 opérations) : ceux-ci interviennent en dénonçant certains accusés, en livrant les informations nécessaires à leurs découvertes, voire en arrêtant eux-mêmes certains malfaiteurs.

  • 87 Emsley Clive, « La maréchaussée à la fin de l’Ancien Régime. Note sur la composition d’un corps »,(...)

20Si riches soient-ils, les procès-verbaux de capture sont néanmoins sans doute trompeurs sur un point important. Dans la mesure où ils ne font état que de missions réussies, ils donnent l’impression que les interpellations se font presque toujours sans problème pour les cavaliers de la maréchaussée. Or, ce n’est sans doute pas toujours le cas. L’analyse sérielle des 77 captures révèle d’ailleurs que les saisies de plus de deux individus sont rares, voire exceptionnelles (moins de 6 % des cas). À cela une explication très simple : les brigades poitevines manquent cruellement de moyens humains et d’effectifs, à l’instar des autres régions du royaume87. Elles ne se lancent assurément qu’avec beaucoup de prudence dans des projets d’emprisonnement de bande de délinquants, et y renoncent ou échouent sans doute assez souvent faute de moyens suffisants. On ne compte, en effet, qu’une petite minorité d’opérations policières mobilisant plus de quatre militaires entre 1750 et 1770. Dans ces conditions, les arrestations effectuées par la maréchaussée ne sont donc pas – contrairement aux apparences – si évidentes et sans histoire dans le Poitou du siècle des Lumières.

Notes

1 Marion Marcel, Dictionnaire des institutions de la France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Picard, 1923, p. 362-363 ; Sueur Philippe, Histoire du droit public français XVe-XVIIIe siècle, t. II : Affirmation et crise de l’État sous l’Ancien Régime, Paris, PUF, 1994, p. 241-244 ; Alary Éric, Histoire de la gendarmerie, Paris, Perrin, coll. « Tempus », 2011, p. 43-63 ; Lorgnier Jacques, « Organisation et missions des maréchaussées (XVIe-XVIIIe siècles). Trois siècles d’expérience pour la gendarmerie nationale », in Luc Jean-Noël (dir.), Gendarmerie, État et société au XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002, p. 51-61.

2 Lorgnier Jacques, Maréchaussée, histoire d’une révolution judiciaire et administrative, t. I : Les juges bottés, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 48-55.

3 Ordonnance de Louis XIV, Roi de France et de Navarre, pour les matières criminelles, donnée à Saint-Germain-en-Laye, au mois d’août 1670, Paris, 1760, p. 13. Il s’agit de l’article 7 du titre II de cette ordonnance.

4 Pour rassembler ce corpus, nous avons systématiquement dépouillé tous les dossiers judiciaires de la sénéchaussée et siège présidial de Poitiers entre 1750 et 1770, soit pas moins de 52 liasses : voir Poitiers, Archives départementales de la Vienne (ADV par la suite), 1B2/66 à 1B2/117.

5 Muchembled Robert, Une histoire de la violence de la fin du Moyen Âge à nos jours, Paris, éditions du Seuil, 2008, p. 361.

6 Vigarello Georges, Histoire du viol XVIe-XXe siècles, Paris, éditions du Seuil, coll. « Points Histoire », 2000, p. 15-33.

7 ADV, 1B2/78, procès-verbal de capture de Joseph Poussard dit Châtillon à Secondigny par les cavaliers de Parthenay le 6 juillet 1754.

8 ADV, 1B2/92, procès-verbal de capture de Louis Seigneur et de Pierre Petit à Saint-Léger-de-Montbrun par les cavaliers de Thouars le 11 janvier 1761.

9 ADV, 1B2/94, procès-verbal de capture de François Foulonneau sur le grand chemin de Parthenay à Maisontiers par les cavaliers de Parthenay le 24 juin 1763.

10 ADV, 1B2/117, procès-verbal de capture de Louis Auriaux à Louzy par les cavaliers de Thouars le 12 mai 1770.

11 ADV, 1B2/87, procès-verbal de capture de Pierre meunier dit Colas à Poitiers par les cavaliers de Poitiers le 22 novembre 1758.

12 ADV, 1B2/87, procès-verbal de capture de René Cailleton, Pierre Launay et Denis Thibaudeau à Chiché par les cavaliers de Parthenay le 18 août 1758.

13 ADV, 1B2/96, procès-verbal de capture de Jean Savarit à Gourgé par les cavaliers de Parthenay le 26 juin 1762.

14 ADV, 1B2/66, procès-verbal de capture de Pierre Girault au village de Villiers paroisse de Vouillé par les cavaliers de Poitiers le 30 septembre 1750.

15 ADV, 1B2/107, procès-verbal de capture de René Girault à Vasles par les cavaliers de Poitiers le 21 février 1762.

16 ADV, 1B2/96, procès-verbal de capture de Jean Georges Reglain et Perrine Moreau à Massais le 21 décembre 1762 ; remontrance de M. le procureur du roi contre Jean Georges Reglain et Perrine Moreau du 29 décembre 1762.

17 ADV, 1B2/98, procès-verbal de capture de René Cotard à Saint-Martin-de-Sanzais par les cavaliers de Thouars le 30 juin 1764.

18 ADV, 1B2/73, procès-verbal de capture d’Antoine Rouchy à Soudan par les cavaliers de Saint-Maixent le 3 avril 1753.

19 Lorgnier Jacques, Quand le gendarme juge. Maréchaussée, histoire d’une révolution judiciaire et administrative, t. II, Paris, L’Harmattan, 1994, p. 205-219.

20 Marion Marcel, op. cit., p. 73-74.

21 ADV, 1B2/72, procès-verbal de capture de Louis Bachellier à Rom par les cavaliers de Lusignan le 21 février 1752 ; remontrance du juge sénéchal de la châtellenie de Bréjeuille des 17 et 18 février 1752.

22 ADV, 1B2/85, procès-verbal de capture de François et René Gaudriau à Craon par les cavaliers de Parthenay et Poitiers le 26 novembre 1757 ; interrogatoire de René Gaudriau du 28 novembre 1757.

23 ADV, 1B2/91, procès-verbal de capture de Louis Turpault à Mauzé-Thouarsais par les cavaliers de Thouars le 26 août 1760.

24 ADV, 1B2/94, procès-verbal de capture de François Vilain à Poitiers par les cavaliers de Poitiers le 27 juillet 1766.

25 ADV, 1B2/106, procès-verbal de capture d’André Charron à Vasles par les cavaliers de Parthenay le 17 février 1766.

26 ADV, 1B2/96, procès-verbal de capture de Jean Lacroix à Saint-Loup par les cavaliers de Parthenay le 27 octobre 1762.

27 ADV, 1B2/106, procès-verbal de capture de Marie Rozalitte Lhermitte à Thouars par les cavaliers de Thouars le 21 novembre 1766.

28 ADV, 1B2/117, procès-verbal de capture de Jean Clément et Marie La Marche à Vivonne par les cavaliers de Lusignan le 29 octobre 1770.

29 ADV, 1B2/73, procès-verbal de capture d’Antoine Poisant à Châtellerault par les cavaliers de Châtellerault le 4 décembre 1751.

30 ADV, 1B2/82 : remontrance du procureur du roi du 11 juin 1756 ; procès-verbal de capture de Louis Ferré et Jean Bardon à Mézeaux par les cavaliers de Poitiers du 12 juin 1756.

31 ADV, 1B2/90 : remontrance du procureur du roi contre Pierre Fraigneau et Louis Evrard du 6 février 1759 ; procès-verbal de capture de Pierre Fraigneau à La Mothe Saint-Héray par les cavaliers de Saint-Maixent le 1er février 1759.

32 ADV, 1B2/91, procès-verbal de capture de Jean Normand à Saint-Maixent par les cavaliers de Saint-Maixent le 16 mars 1760.

33 ADV, 1B2/108, procès-verbal de capture de François Pineau et Pierre Bourg à Oiron par les cavaliers de Thouars le 30 juin et le 1er juillet 1767.

34 Mousnier Roland, op. cit., t. II, p. 268 ; Larrieu Louis, Histoire de la maréchaussée et de la gendarmerie des origines à la Quatrième République, Maisons-Alfort/Ivry-sur-Seine, Service historique de la gendarmerie nationale/Phénix éditions, 2002, p. 210-212.

35 ADV, 1B2/78, procès-verbal de capture de Blaise Poudrille dans l’auberge du Chapeau royal à Lusignan par les cavaliers de Lusignan le 30 novembre 1754.

36 ADV, 1B2/72, procès-verbal de capture de Louis Bachellier domestique à la Baraudrie paroisse de Rom par les cavaliers de Lusignan le 21 février 1752.

37 ADV, 1B2/117, procès-verbal de capture de Jean Clément et Marie La Marche à Vivonne par les cavaliers de Poitiers le 29 octobre 1770.

38 ADV, 1B2/77, procès-verbal de capture de Pierre de Crons, dit « Courte Oreille » dans le bourg de Tourtenay par les cavaliers de Thouars le 2 mars 1753.

39 ADV, 1B2/96, procès-verbal de capture de Jacques Challeroux à Saint-Projet par les cavaliers de Saint-Maixent du 3 décembre 1762.

40 ADV, 1B2/113, procès-verbal de capture de Louis Bigeonneau par les cavaliers de Poitiers le 26 mai 1769.

41 ADV, 1B2/87, procès-verbal de capture de René Cailleton, Pierre Launay et Denis Thibaudeau à Chiché par les cavaliers de Parthenay le 18 août 1758 ; ADV, 1B2/96, procès-verbal de capture de Jean Savarit à Gourgé le 26 juin 1762. Ce sont exactement les mêmes employés de la brigade de Parthenay qui participent à ces deux arrestations : Pierre Laurandeau, sous-brigadier (puis brigadier), René Biet, cavalier, Philippe Bouthet, cavalier, Jean Baptiste Chevallier, cavalier et Joseph Joyaux, cavalier.

42 ADV, 1B2/70 : procès-verbal de capture de François de Lacoue, Cathernie Denoue et André de Lacoue à Chauvigny par les cavaliers de Poitiers le 9 février 1751 ; plainte de M. le procureur du roi contre François de Lacoue du 3 février 1751.

43 ADV, 1B2/85, procès-verbal de capture de Pierre Boutet, Françoise Goujon, Pierre Boutet fils, Jean Boutet et René Guillon à Bonnes par les cavaliers de Poitiers le 8 juin 1757.

44 ADV, 1B2/117, procès-verbal de capture d’Anne Jamain à Louzy par les cavaliers de Thouars le 26 juin 1770.

45 ADV, 1B2/115, procès-verbal de capture de Jean Brouage à Châtellerault par les cavaliers de Châtellerault le 9 mars 1769.

46 ADV, 1B2/108, procès-verbal de capture de François Pineau et Pierre Bourg à Oiron par les cavaliers de Thouars le 30 juin et 1er juillet 1767.

47 ADV, 1B2/87, procès-verbal de capture de René Cailleton, Pierre Launay et Denis Thibaudeau à Chiché par les cavaliers de Parthenay le 18 août 1758.

48 ADV, 1B2/94, procès-verbal de capture de François Vilain à Poitiers par les cavaliers de Poitiers le 27 juillet 1766.

49 ADV, 1B2/113, procès-verbal de capture de Jean Renon à Couhé par les cavaliers de Lusignan le 9 juillet 1769.

50 ADV, 1B2/110, procès-verbal de capture de François Vilain à Parthenay par les cavaliers de Parthenay le 17 novembre 1768.

51 ADV, 1B2/91, procès-verbal de capture de Marc Bobin et de Pierre Garretier à Oiron par les cavaliers de Thouars le 3 septembre 1760.

52 ADV, 1B2/92, procès-verbal de capture de Louis Seigneur et Pierre Petit à Saint-Léger-de-Montbrun et Saint-Martin-de-Mâcon par les cavaliers de Thouars le 11 janvier 1761.

53 ADV, 1B2/87, procès-verbal de capture de René Cailleton, Pierre Launay et Denis Thibaudeau à Chiché par les cavaliers de Parthenay le 18 août 1758.

54 ADV, 1B2/85, procès-verbal de capture de François et René Gaudriau à Craon par les cavaliers de Poitiers et de Parthenay le 26 novembre 1757.

55 On relève, en effet, deux opérations d’arrestation bien distinctes (et ayant lieu dans des lieux différents) dans 6 procès-verbaux de capture de l’échantillon. Par conséquent, dans le corpus d’affaires, on comptabilise non pas 77 lieux de saisis d’accusés, mais 83.

56 ADV, 1B2/81, procès-verbal de capture de Mathurin Girault, Louise Girault, Joseph Chauveau, Blaise Dieu et Philippe Mouteau à Argenton-Château et Breuil-sous-Argenton par les cavaliers de Thouars le 1er juillet 1754.

57 ADV, 1B2/85, procès-verbal de capture de Pierre Boutet, Françoise Goujon, Pierre Boutet fils, Jean Boutet et René Guillon à Bonnes par les cavaliers de Poitiers le 8 juin 1757.

58 ADV, 1B2/73, procès-verbal de capture d’Antoine Rouchy à Soudan par les cavaliers de Saint-Maixent le 3 avril 1753 ; ADV, 1B2/100, procès-verbal de capture de Louis Chazais, Pierre Mathieu Roblin et Marie Madeleine Bort à Soudan et Salles par les cavaliers de Saint-Maixent le 17 avril 1764.

59 ADV, 1B2/85, procès-verbal de capture de Claude Bourdier et Jacques Perret à Thouars par les cavaliers de Thouars le 20 octobre 1757 ; ADV, 1B2/90, procès-verbal de capture de Jean Pierre Giral et Jean Brulau à Thouars par les cavaliers de Thouars le 4 mai 1759 ; ADV, 1B2/90, procès-verbal de capture de Jacques Grillaux à Thouars par les cavaliers de Thouars le 18 mai 1759.

60 ADV, 1B2/70, procès-verbal de capture de Jean Chablet à Poitiers par un cavalier de Fontenay-le-Comte le 11 juin 1751 ; ADV, 1B2/81, procès-verbal de capture de Mathurin Girault, Louise Girault, Joseph Chauveau, Blaise Dieu et Philippe Mouteau à Argenton-Château et au Breuil-sous-Argenton le 1er juillet 1754 ; ADV, 1B2/90, procès-verbal de capture de Jean Normand à Saint-Maixent par les cavaliers de Saint-Maixent le 16 mars 1760 ; ADV, 1B2/94, procès-verbal de capture de François Vilain à Poitiers par les cavaliers de Poitiers le 27 juillet 1766.

61 Un seul procès-verbal de capture (sur les 77 de l’échantillon) ne donne pas l’identité (et donc le nombre) des personnes arrêtées : ADV, 1B2/77, procès-verbal de capture de voleurs aux Forges par les cavaliers de Lusignan le 6 mars 1753.

62 ADV, 1B2/70, procès-verbal de capture de François de Lacoue, Catherine Denoue et André de Lacoue à Chauvigny par les cavaliers de Poitiers le 9 février 1751 ; ADV, 1B2/87, procès-verbal de capture de René Cailleton, Pierre Launay et Denis Thibaudeau à Chiché par les cavaliers de Parthenay le 18 août 1758 ; ADV, 1B2/100, procès-verbal de capture de Louis Chazais, Pierre Mathieu Roblin et René Cotard à Soudan et Salles par les cavaliers de Saint-Maixent le 17 avril 1764.

63 ADV, 1B2/70, procès-verbal de capture de Jean Chablet à Poitiers par un cavalier de Fontenay-le-Comte le 11 juin 1751 ; ADV, 1B2/81, procès-verbal de capture de Mathurin Girault, Louise Girault, Joseph Chauveau, Blaise Dieu et Philippe Mouteau à Argenton-Château et au Breuil-sous-Argenton le 1er juillet 1754 ; ADV, 1B2/85, procès-verbal de capture de Pierre Boutet, Françoise Goujon, Pierre Boutet fils, Jean Boutet et René Guillon à Bonnes par les cavaliers de Poitiers le 8 juin 1757.

64 ADV, 1B2/70, procès-verbal de capture de François de Lacoue, Catherine Denoue et André de Lacoue à Chauvigny par les cavaliers de Poitiers le 9 février 1751 ; ADV, 1B2/81, procès-verbal de capture de Mathurin Girault, Louise Girault, Joseph Chauveau, Blaise Dieu et Philippe Mouteau à Argenton-Château et au Breuil-sous-Argenton le 1er juillet 1754.

65 ADV, 1B2/106, procès-verbal de capture de Marie Rozalitte Lhermitte à Thouars par les cavaliers de Thouars le 21 novembre 1766 ; ADV, 1B2/117, procès-verbal de capture d’Anne Jamain à Louzy par les cavaliers de Thouars le 26 juin 1770.

66 ADV, 1B2/85, procès-verbal de capture de Claude Bourdier et Jacques Perret à Thouars par les cavaliers de Thouars le 20 octobre 1757.

67 ADV, 1B2/117, procès-verbal de capture d’Anne Jamain à Louzy par les cavaliers de Thouars le 26 juin 1770.

68 Cette moyenne d’âge a été calculée à partir d’un échantillon de 71 personnes arrêtées pour lesquelles on dispose de ce renseignement.

69 Dans cet échantillon de 71 personnes capturées (pour lesquelles on dispose de ce type de renseignement), la répartition par classes d’âges est la suivante : 6 personnes ont moins de 20 ans (8,45 %) ; 23 personnes entre 20 et 29 ans (32,39 %) ; 25 personnes entre 30 et 39 ans (35,21 %) ; 11 personnes entre 40 et 49 ans (15,49 %) ; 4 personnes entre 50 et 59 ans (5,64 %) ; et 2 personnes 60 ans et plus (2,82 %).

70 Pour cette analyse sociale des individus arrêtés, nous avons répertorié les professions dont se réclament les accusés au moment de leur arrestation. Cela ne signifie pas pour autant que leurs déclarations correspondent à la réalité : beaucoup de vagabonds refusent de se déclarer comme tels, car un tel statut est poursuivi par la justice du XVIIIe siècle. Quoi qu’il en soit, nous avons ainsi pu rassembler – notamment en consultant les interrogatoires des interpellés dans chaque affaire – un échantillon de 80 personnes (sur les 104 capturées), déclarant un métier ou une profession.

71 Cf. tableau 4.

72 ADV, 1B2/70, procès-verbal de capture de François de Lacoue, Catherine Denoue et André de Lacoue à Chauvigny par les cavaliers de Poitiers le 9 février 1751.

73 ADV, 1B2/70, procès-verbal de capture de Pierre Boutant à Missé par les cavaliers de Thouars le 5 décembre 1751 ; ADV, 1B2/108, procès-verbal de capture de François Pineau et Pierre Bourg à Oiron et Leugny par les cavaliers de Thouars les 30 juin et 1er juillet 1767 ; ADV, 1B2/93, procès-verbal de capture de Louis Seigneur et Pierre Petit à Saint-Léger-de-Montbrun et Saint-Martin-de-Mâcon par les cavaliers de Thouars le 11 janvier 1761 ; ADV, 1B2/82, procès-verbal de capture de Louis Ferré et Jean Bardon à Mézeaux par les cavaliers de Poitiers le 12 juin 1756 ; ADV, 1B2/87, procès-verbal de capture de Pierre Meunier à Poitiers par les cavaliers de Poitiers le 22 novembre 1758.

74 ADV, 1B2/90, procès-verbal de capture de Pierre Fraigneau à La Mothe Saint-Héray par les cavaliers de Saint-Maixent le 1er février 1759 ; ADV, 1B2/91, procès-verbal de capture de Jean Normand à Saint-Maixent par les cavaliers de Saint-Maixent le 16 mars 1760.

75 ADV, 1B2/108, procès-verbal de capture de François Pineau et Pierre Bourg à Oiron et Leugny par les cavaliers de Thouars les 30 juin et 1er juillet 1767.

76 ADV, 1B2/117, procès-verbal de capture d’Anne Jamain à Louzy par les cavaliers de Thouars le 26 juin 1770.

77 ADV, 1B2/96, procès-verbal de capture de Jacques Savarit à Gourgé par les cavaliers de Parthenay le 26 juin 1762.

78 ADV, 1B2/81, procès-verbal de capture de Mathurin Girault, Louise Girault, Joseph Chauveau, Blaise Dieu et Philippe Mouteau à Argenton-Château et au Breuil-sous-Argenton le 1er juillet 1754.

79 ADV, 1B2/110, procès-verbal de capture de Claude Seudre à Bressuire par les cavaliers de Thouars le 20 juin 1768.

80 ADV, 1B2/117, procès-verbal de capture de Louis Auriaux à Louzy par les cavaliers de Thouars le 12 mai 1770.

81 ADV, 1B2/107, procès-verbal de capture de Gaspard Trumpy à Poitiers par les cavaliers de Poitiers le 14 mars 1767 ; ADV, 1B2/98, procès-verbal de capture de Philippe Philbert à Saint-Médard par les cavaliers de Thouars le 1er juin 1763.

82 ADV, 1B2/91, procès-verbal de capture de Louis Turpault à Mauzé-Thouarsais par les cavaliers de Thouars le 24 août 1760.

83 ADV, 1B2, 1B2/85, information par répétition des Sieurs Joyaux et Chevallier cavaliers de maréchaussée à leur procès-verbal de rébellion du 9 septembre 1757.

84 ADV, 1B2/85, procès-verbal de capture de François et René Gaudriau à Craon par les cavaliers de Parthenay et de Poitiers le 26 novembre 1757.

85 Les procès-verbaux de capture sont néanmoins abondamment exploités dans : Hestault Éric, La lieutenance de maréchaussée de Nantes (1770-1791), Maison-Alfort, Service historique de la gendarmerie nationale, 2002 ; Gomez Pardo Julian, La maréchaussée et le crime en Île-de-France sous Louis XIV et Louis XV, Paris, Les Indes Savantes, 2012.

86 Garnot Benoît, Histoire de la justice, France, XVIe -XXIe siècle, Pairs, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2009, p. 107-123 et 143-171.

87 Emsley Clive, « La maréchaussée à la fin de l’Ancien Régime. Note sur la composition d’un corps », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 33, octobre-novembre 1986, p. 622-644.

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Un cavalier de la maréchaussée au XVIIIe siècle, Hippolyte Lecomte, dans Manon Lescaut : trente et une maquettes de costumes, 1830. Paris, BnF, département des estampes et photographies
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90508/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 103k
Légende Figure 2. – Les missions de la maréchaussée, Sorte de compliment de jour de l’an adressé par la maréchaussée aux habitants d’une ville, Valenciennes, Chez Bernard Boucher libraire, 1780. Paris, BnF, département des estampes et des photographies
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90508/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 334k
Légende Tableau 3. – Typologie des 77 captures réalisées par les brigades de la maréchaussée du Poitou entre 1750 et 1770
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90508/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 134k

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site