Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'arrestation

 | 
Pierre Prétou
, 
Frédéric Chauvaud

Deuxième partie. Des figures de l'arrestation

La parricide et le détective amateur. L’arrestation de Violette Nozière (1933)

Anne-Emmanuelle Demartini

Texte intégral

  • 1 On connaît les détails de l’enquête grâce au dossier d’instruction conservé aux Archives de Paris (...)
  • 2 Le Petit Parisien, 25 août. Pour les références des articles de presse, quand la date n’est pas me (...)
  • 3 Pour une analyse de l’affaire Nozière, voir mon étude Violette Nozière. Crime et imaginaire social (...)

1Le 28 août 1933, Violette Nozière est arrêtée dans le quartier du Champ-de-Mars, à Paris. Quatre jours plus tôt, un mandat d’amener était décerné contre elle par le juge d’instruction Edmond Lanoire. Le 23 août, en effet, son père, Baptiste Nozière, cheminot employé au Paris-Lyon-Méditerranée, et sa mère, Germaine Nozière, avaient été retrouvés inanimés à leur domicile, rue de Madagascar, dans le 12e arrondissement de Paris. Baptiste était décédé lors de son transfert à l’hôpital Saint-Antoine mais Germaine avait été hospitalisée ; elle avait retrouvé ses esprits assez vite, suffisamment en tout cas pour orienter les enquêteurs, qui penchaient au départ pour un suicide, sur une piste criminelle menant à sa propre fille : celle-ci avait fait boire à ses parents une poudre pour leur « faire du bien » et leur avait volé de l’argent1. Amenée à l’hôpital pour être confrontée avec sa mère, Violette avait pris la fuite, confirmant par son comportement une culpabilité qui ressortait déjà de certains éléments du dossier. L’enquête de police, rondement menée par le commissaire du quartier, avait conclu sans tarder, dès le 24 août, que les Nozière avaient été empoisonnés par leur fille, vraisemblablement pour les voler, dans la nuit du lundi 21 au mardi 22 août. Le parquet avait donc décidé de poursuivre et avait inculpé la jeune fille d’homicide volontaire et de tentative d’homicide volontaire, en chargeant Lanoire d’instruire le dossier. La nouvelle était en une des grands quotidiens le lendemain : « Le mécanicien et sa femme ont été victimes d’un empoisonnement criminel2 » : l’affaire Nozière commençait et, avec elle, un fait divers retentissant qui allait inscrire durablement ses acteurs, ses intrigues et ses mystères dans la mémoire collective. Mais l’arrestation de Violette Nozière occupe une place limitée dans cette mémoire, qui s’est focalisée bien davantage sur la gravité du crime (un double parricide) faisant un contraste remarquable avec la personnalité de son auteur (une jolie jeune fille de dix-huit ans). De même, elle compte finalement peu dans les questions historiques essentielles posées par l’affaire qui concernent selon moi les rapports entre générations, au sein desquels s’inscrit notamment la question de l’inceste (Violette Nozière a allégué, pour expliquer son crime, sa haine envers un père auquel la liaient des relations incestueuses)3. Pourtant, en son temps, cette arrestation a retenu l’attention : elle a été racontée, commentée ; elle a même nourri la polémique et sa singularité a été fortement soulignée. Écoutons Le Petit Parisien :

  • 4 Le Petit Parisien.

« Violette Nozière est arrêtée. Elle l’a été dans des circonstances si curieuses qu’il faudrait certainement remonter fort loin dans les annales de la criminologie pour retrouver semblable concours de circonstances. En bref si l’empoisonneuse a été amenée hier soir dans les locaux de la PJ, c’est grâce à la perspicacité et à l’ingéniosité d’un détective amateur, qui, depuis samedi, suivait sa trace et a réussi, l’ayant bien identifiée, à la conduire où il voulait, c’est-à-dire entre les mains des inspecteurs4. »

2Nous voudrions ici rendre compte des « circonstances » qui ont sorti l’arrestation de Violette Nozière hors des sentiers battus de l’arrestation. Il s’agit de dégager l’apport de l’arrestation à la perception de l’affaire et en particulier au portrait de l’icône maléfique qui s’édifie dans l’opinion, mais aussi d’exposer les débats qu’elle a occasionnés qui intéressent à la fois l’histoire de la narration des faits divers et l’histoire de l’enquête, entre pratiques et imaginaire.

Sur les traces de la fugitive

3Mais avant de raconter l’arrestation de Violette Nozière et pour comprendre l’attente qu’elle a nourrie et les impressions qu’elle a suscitées, il convient de remonter en amont, dans les quelques jours qui l’ont précédée, lors desquels les enquêteurs se sont activés sur les traces de la fugitive.

4Ces enquêteurs, naturellement, sont des professionnels de la justice et de la police. Tandis que le juge d’instruction Lanoire instruit le dossier depuis son cabinet, auditionnant des témoins, délivrant des commissions rogatoires, sur le terrain les policiers s’activent. Les agents de la police judiciaire, en l’occurrence le brigadier-chef Gripois, flanqué de l’inspecteur Verrier, ont pour mission de retrouver la fugitive. Et pour ce faire, ils diffusent son état civil, ainsi que son signalement :

  • 5 France, Paris, Archives de la préfecture de police (APP), PJ, assassinats 1933, dossier Violette N (...)

« 1 m 66, corpulence moyenne, yeux marron, cheveux châtain foncé, figure ronde, teint ordinaire, assez jolie, élégante. Vêtue d’une robe noire avec col blanc, manteau noir avec petite fourrure noire brillante au col, chapeau noir, chaussures neuves noires, bas gris foncés à petites mailles ajourées5. »

  • 6 AP, D2 U8 379, PV déclaration d’Angèle Bourdon, 23 août.
  • 7 L’Intransigeant, 26 août ; Le Petit Parisien, 26 août ; AP, D2 U8 379, rapport du brigadier-chef G (...)
  • 8 L’Intransigeant, 26 août.

5La première enquête menée par le commissaire de quartier a apporté beaucoup d’éléments susceptibles d’orienter les investigations, en dévoilant quelques traits – peu flatteurs – de la personnalité de la jeune fille. Le crime était exceptionnellement grave, le parricide culminant au sommet de l’échelle pénale ; il avait été, qui plus est, commis par poison, une arme réputée particulièrement lâche, et perpétré, semblait-il, avec sang-froid, hypocrisie, machiavélisme : le poison avait été déguisé en médicament, le crime avait été maquillé en suicide. Le commissaire a appris de la bouche de Violette la teneur de son emploi du temps au lendemain du crime qui témoignait d’oisiveté, de frivolité, de coquetterie, de plaisirs. Salon de coiffure des Galeries Lafayette le matin, déjeuner au Palais du café du Quartier Saint-Michel, l’après-midi courses, puis la soirée en compagnie de son amie Madeleine, enchaînant la Coupole à Montparnasse et le bal Tabarin à Montmartre : en somme, la noce après le crime ! Pourtant, celle que la presse, qui relatait pas à pas les avancées de l’enquête sur le « drame de la rue de Madagascar », présentait comme un monstre insensible était la fille unique d’un couple ouvrier modèle, à la fois travailleur et économe. L’existence de Violette, néanmoins, n’était guère laborieuse : elle avait été élève au lycée Fénelon, mais elle n’y avait fait que l’école buissonnière, mentant à ses parents et séchant les cours pour traîner avec des étudiants auprès de qui elle se faisait passer pour la fille d’un ingénieur. Dans l’immeuble, on la trouvait fière et elle avait « la réputation de ne pas être sérieuse », avait raconté la gardienne6. Elle avait un amant, Jean Dabin, étudiant en droit, qu’elle projetait de rejoindre aux Sables-d’Olonne le lendemain du crime et à qui elle donnait de l’argent. On parlait aussi de « relations plus suspectes », du « commerce odieux » auquel elle se livrait et « des gens d’“un certain milieu” » qu’elle fréquentait : elle passait pour être entretenue et l’on racontait qu’elle se prostituait sur les grands boulevards7. Une vie qui a ses risques, puisque Violette avait contracté la syphilis. « Violette, petite fille de 18 ans et demi, perdue par une vie trop libre, salie par la fête nocturne, grisée par l’hommage des hommes, victime de ses instincts trop précoces, de ses mauvaises fréquentations et de la faiblesse de ses parents, est en fuite8 » : à peine la parricide a-t-elle échappé à la police que s’est déjà édifié un portrait moral particulièrement dégradé. Quant au portrait physique, il apportait un saisissant contraste avec la noirceur morale, puisque Violette était jolie et élégante. Le 27 août paraissait dans la presse un portrait récent, cadré en plan rapproché, laissant entrevoir une jeune fille, bien vêtue, coiffée à la mode, dont le visage penché, surmonté d’un béret blanc, ne manquait pas de charme et dont le regard pouvait paraître aguicheur.

  • 9 AP, D2 U8 379, rapport du brigadier-chef Gripois et de l’inspecteur Verrier, 2 septembre.

6Éclairant quelques-unes de ses fréquentations et ses lieux de prédilection, les différents renseignements recueillis permettaient de pister la parricide. Les inspecteurs misent en premier lieu sur le Quartier latin, sachant que Violette le fréquentait assidûment. De fait, ils parviennent à retrouver sa trace au Grand hôtel de la Sorbonne, rue Victor-Cousin, où elle a pris une chambre les 22 et 23 août. Le 22 août, ses camarades l’ont vue au Palais du Café, boulevard Saint-Michel, mais leurs indications ne permettent pas aux policiers de la retrouver. Gripois et Verrier mènent leurs recherches au Quartier latin, à Montparnasse, dans tous les établissements fréquentés par la parricide, dans les hôtels. En vain. Ils songent même à la chercher dans la Seine, quand un camelot alerte la police après avoir vu, depuis le square du Quai de l’Hôtel-de-ville, une jeune fille se jeter dans la Seine9 ; l’hypothèse pouvait paraître crédible en songeant au désespoir d’une enfant écrasée par l’horreur de son crime. Mais la brigade fluviale repêche le corps d’une personne âgée. Les recherches piétinent, jusqu’à ce que deux jeunes hommes qui ont passé la soirée avec Violette et Madeleine à Tabarin ne prennent connaissance de l’affaire grâce aux journaux et ne contactent eux-mêmes la préfecture de police : ils ont revu Violette, deux jours après leur virée au bal, expliquent-ils, dans une boîte de jazz de Pigalle, rue Fontaine, où elle parlait avec le musicien antillais qui tenait la batterie. Les policiers retrouvent le musicien qui confirme et raconte avoir pris cette fois-là une chambre d’hôtel avec elle, au petit matin, rue Duperré, dans le quartier ; le lendemain il l’a revue dans un café puis lui a payé son dîner dans un restaurant du boulevard de Clichy.

  • 10 Paris-Soir, 26, 27, 28 août.

7Peu ou prou et avec quelques trous, les policiers parviennent à reconstituer l’emploi du temps de Violette, entre le lendemain du crime, le mardi 22 août au matin, et le samedi 26 août : une déambulation édifiante de cafés en boîtes de nuit et en hôtels, seule ou avec des hommes, à travers le « Quartier » et Pigalle, ce haut lieu du Paris nocturne. Le 26 août, à 10 h 30 du matin, elle a quitté l’hôtel de la rue Duperré, sans bagages. Puis Gripois et Verrier perdent sa trace. « Accusée d’avoir empoisonné ses parents, Violette Nozière est toujours en fuite », titre ce jour-là Paris-Soir. On n’est guère en mesure d’en annoncer davantage le lendemain – « On recherche toujours Violette Nozière » –, comme le jour suivant : « On ignore toujours ce qu’est devenue Violette Nozière10 ».

8Le 28 août, près de huit jours après le crime, tandis que les inspecteurs de la police judiciaire s’apprêtent à partir pour la rue Fontaine afin de surveiller les abords du Melody’s Bar, Bressot, le directeur du cabinet du préfet de police, reçoit un coup de téléphone d’une de ses connaissances lui apprenant qu’une jeune fille paraissant être Violette Nozière a été vue dans les jardins du Champ-de-Mars. L’auteur du coup de fil, le jeune comte de Pinguet, a rendez-vous avec elle bientôt, à la Brasserie de la Bière Brune, 42 avenue de la Motte-Piquet. Les inspecteurs partent sur-le-champ pour rencontrer l’informateur aussi providentiel que sûr puisque Bressot est un ami des Pinguet. Le jeune homme raconte aux policiers qu’un de ses amis, Gourcerol, maréchal des logis à l’école de cavalerie de Saumur en permission à Paris, a remarqué il y a plusieurs jours une femme, jeune, grande et jolie, qui errait dans les jardins du Champ-de-Mars. Il a engagé la conversation puis, en compagnie de son camarade, Aubin, l’a fréquentée tous les jours au Champ-de-Mars : ils ont pris un apéritif et se sont divertis en jouant ensemble aux cartes ou au ping-pong. Mais Gourcerol lui trouvait une ressemblance avec cette empoisonneuse dont la photographie était dans tous les journaux. Il a fait part de ses soupçons à son ami Pinguet, sachant que celui-ci connaissait du monde dans la police. Intrigué, Pinguet se rend à la place de son ami au rendez-vous fixé le lundi 28 août à 14 heures avec, dans sa poche, le portrait de Violette qu’il a découpé dans un journal. Écoutons Pinguet raconter la scène :

  • 11 AP, D2 U8 379, rapport du brigadier-chef Gripois et de l’inspecteur Verrier, 2 septembre.

« J’ai abordé celle-ci qui, souriante, a accepté de bavarder avec moi. Pendant environ une heure, je lui ai fait la cour et, ainsi que mes amis, ayant constaté que cette jeune fille ressemblait, en effet, à la photographie que j’avais dans ma poche j’ai sorti cette photographie et je la lui ai montrée en lui disant :
“C’est étrange comme vous paraissez ressembler à Violette Nozière dont voici la photographie.” Elle m’a répondu en la prenant dans la main, puis plaçant son pouce sur le haut du visage : “Oui, en effet, elle a mon nez et mon menton.”
À ce moment, je l’observais attentivement. Rien dans son visage ou dans son attitude n’a varié. J’ai donc remis la photographie dans ma poche, convaincu qu’il ne s’agissait pas de Violette Nozière et j’ai continué la conversation entamée avec elle11. »

  • 12 Intertitre du Petit Parisien, 29 août.

9Rendez-vous est pris vers 20-21 heures au Café de la Brune. Mais Pinguet veut en avoir le cœur net, et avec Gourcerol et Aubin, il part pour le 15 rue de Bassano, dans le 16e arrondissement, où la jeune fille lui a dit habiter ; mais là-bas, personne ne connaît le nom de Christiane d’Arfeuille sous lequel elle s’est présentée à ses camarades. Il contacte ensuite par téléphone la prestigieuse maison de couture Paquin où la mère de la jeune fille est supposée être première main. Même réponse. Alors, Pinguet passe à l’acte : « Allo ! M Bressot12 ? »

  • 13 AP, D2 U8 379, rapport du brigadier-chef Gripois et de l’inspecteur Verrier, 2 septembre.

« Immédiatement, nous avons établi une surveillance à l’angle des avenue Bosquet et la Motte Piquet, racontent les policiers. À 20 heures 35, nous avons aperçu, venant de la direction des jardins du Champ-de-Mars, une femme que nous avons immédiatement reconnue comme étant la recherchée. Au moment où elle arrivait à notre hauteur, nous l’avons appréhendée ; elle n’a fait aucun geste, n’a prononcé aucune parole et nous a suivis jusqu’à une voiture dans laquelle elle a pris place très calmement13. »

Du flirt à l’arrestation

10L’arrestation de Violette Nozière nous est ici racontée dans le rapport rédigé par les deux inspecteurs de police : il n’en existe pas d’image, car l’avisé jeune homme a songé à appeler la police mais non à convier des photographes-reporters ! Mais la presse quotidienne, où la nouvelle fait les grands titres le lendemain, confirme la discrétion de la scène. « La chose eut lieu sans bruit. C’est à peine si quelques passants et quelques consommateurs se sont rendu compte de ce qui arrivait », raconte Paris-Soir. « Extrêmement rapide, la scène n’attira l’attention d’aucun consommateur. Elle obtempéra aussitôt, n’esquissant aucun geste de résistance », raconte encore Ouest-Éclair. Le professionnalisme des policiers et la passivité de la criminelle ont permis une arrestation en douceur qui n’a suscité apparemment aucune réaction, ni de la part de l’intéressée, qui s’est laissée faire, ni de la part des passants, qui n’ont rien remarqué. L’arrestation de la parricide, ni dramatique, ni tragique, ni même comique, n’a donc rien eu de spectaculaire et s’est très bien passée. Pas de brutalités policières à dénoncer, pas de spectacle immoral d’une criminelle se révoltant en cherchant à se soustraire à la justice dont s’alarmer : qu’en dire ? Dans les journaux, pourtant, chacun y va de son récit et commente.

  • 14 Le Populaire.
  • 15 Le Figaro ; L’Humanité, Le Petit Parisien ; Ouest-Éclair.
  • 16 Sur la jeune fille moderne, voir Roberts Mary Louise, Civilization without Sexes. Reconstructing G (...)
  • 17 Voir Cohen Evelyne, Paris dans l’imaginaire national de l’entre-deux-guerres, Paris, Publications (...)

11Il y a plusieurs raisons à cet intérêt, qui se fixe sur les circonstances de l’arrestation. En premier lieu, celles-ci apportent une contribution importante au portrait répulsif de « l’empoisonneuse de la rue de Madagascar » qui est en train de se construire. Les aventures du Champ-de-Mars, en effet, sont dans la logique de la noce après le crime. Elles confortent les observateurs dans la conviction d’avoir affaire à une criminelle particulièrement dévergondée et cynique, qui, ayant tué son père, ne songe qu’à faire la belle et à fréquenter les hommes. Le titre par lequel Le Journal annonce l’arrestation est à cet égard suggestif : « Violette Nozière est arrêtée dans un café de la rive gauche où elle avait fixé rendez-vous à des jeunes gens ». Les articles de presse rappellent les recherches infructueuses des enquêteurs sur les traces de l’ignoble parricide et l’hypothèse du suicide pour faire contraste avec les préoccupations de la jeune fille prise en flagrant délit de flirt. « Or, Violette Nozière a tout simplement été arrêtée hier soir, dans une brasserie du Champ-de-Mars, alors qu’elle venait retrouver trois galants14. » Le lieu compte particulièrement. Dans la presse, les versions varient : elle a été arrêtée à la sortie de l’escalier du métro pour les uns, à la terrasse de la brasserie pour les autres, voire carrément dans le café pour d’autres15. Mais il importe surtout que Violette ait été arrêtée dans l’espace public, à l’instar des prostituées auxquelles la presse l’assimile, et qui sont raflées dans la rue par la brigade des mœurs. La brasserie compte aussi, en tant qu’espace mixte où les sexes et les âges se côtoient, où l’on boit, où l’on fait des rencontres, où l’on s’amuse, ou l’on s’expose aussi en terrasse : la Brune, présentée dans Le Journal, comme « la plus brillante des terrasses de café de la rive gauche », ajoute un autre établissement à la liste de ceux fréquentés par la parricide, qui a tout décidément d’une « jeune fille moderne », avec les connotations négatives associées à l’expression, renvoyant à une féminité dévoyée, tapageuse, et à une émancipation qui fait débat16. L’arrestation saisit donc Violette Nozière telle qu’elle était dans sa fuite et dans sa vie, c’est-à-dire une créature hédonique. Il n’est pas indifférent non plus que l’arrestation ait eu lieu près du Champ-de-Mars, dans un quartier cossu, prestigieux, à la fois lieu de résidence pour gens fortunés et quartier touristique privilégié puisqu’écrin de la tour Eiffel dont le mythe se développe entre les deux guerres17 : noceuse avide de luxure mais aussi de luxe, l’aventurière pouvait espérer ici appâter un homme riche en même temps que la fille d’ouvriers ambitieuse et menteuse qui aimait se faire passer pour une fille de bonne famille pouvait revêtir une nouvelle identité et se fantasmer en riche héritière. Une autre dimension importe, qui relève d’une logique punitive, la séductrice ayant été prise sur le fait ; et elle a été prise à son propre piège, puisque la galanterie l’a perdue ; on notera à cet égard que la photographie par laquelle Pinguet a démasqué la parricide est celle de la séductrice au béret blanc.

  • 18 Paris-Soir, 1er septembre.

12En sus de ce qu’elle apporte au portrait du « monstre en jupons18 » qui se dessine déjà dans la presse, l’arrestation de Violette Nozière intéresse pour ses circonstances romanesques, qui s’accordent au choix médiatique d’une écriture fictionnalisante. Les comptes rendus de presse plantent d’abord le décor d’un jardin parisien dans une fin de journée d’été. Les personnages sont une jeune fille élégante, mystérieusement dénommée « la promeneuse du Champ-de-Mars » dans un intertitre du Petit Parisien, et des jeunes hommes de bonne famille.

« Samedi après-midi, raconte ce quotidien, trois jeunes gens se promenaient au Champs de mars. L’un dont le rôle devait être de premier plan dans les événements qui allaient se dérouler, était un jeune ingénieur, fils d’un ingénieur de l’État ; les deux autres, deux de ses amis, qui ne seraient que des figurants, un élève-officier de l’école de Saumur et un fonctionnaire. »

  • 19 Le Temps, 30 août.

13Le journal poursuit en racontant la scène : « Tous trois vinrent s’asseoir sur un banc qu’une jeune femme occupait déjà. On lia conversation. La jeune femme n’était pas farouche. » « L’élu du jour, raconte le journal, était l’élève-officier qui l’a emmenée dans un cinéma de l’avenue de la Motte-Piquet. » Le lendemain, c’est le tour de l’ingénieur qui passe l’après-midi avec la jeune fille. « Puis la nuit tombant, on flirta quelque peu », et le rendez-vous est pris pour le lendemain. L’intrigue se resserre autour de cette « idylle » à peine « ébauchée » entre l’aristocrate jeune homme et la jeune femme qui emprunte une identité distinguée, prétendant s’appeler « d’Arfeuille », « avec apostrophe, précise-t-elle19 ».

  • 20 L’Intransigeant, 30 août.

14L’action entière enchaîne rencontre, reconnaissance de l’héroïne, rendez-vous galant, trahison, « coup de théâtre » (le terme est d’ailleurs utilisé20) : autant de vieilles recettes de roman-feuilleton qui introduisent dans l’intrigue policière un contenu fictionnel. Quant au dénouement, tel que le raconte Le Journal, il est digne d’une séquence de film :

  • 21 Le Journal.

« Une terrasse illuminée de l’avenue de la Motte-Piquet, au coin de la place de l’école-Militaire, envahie par des femmes en toilettes claires et des officiers en tenue légère d’été… Par la nuit chaude d’août, l’orchestre derrière ses palmiers en caisses, ressuscitait toute la griserie des valses viennoises… […]
Tout à coup elle parut.
Mince, fine, dans sa simple toilette noire, elle marchait à pas pressés vers la brasserie. Elle allait passer dans le halo rouge que jette sur le macadam le lampadaire de la station du métro. Déjà, en apercevant les jeunes gens, elle esquissait un sourire. C’est alors que trois hommes surgirent, comme par magie, de trois groupes différents de placides promeneurs. En un instant la jeune fille se trouva encadrée21. »

  • 22 Le Petit Parisien, 31 août.
  • 23 Kalifa Dominique, Histoire des détectives privés en France, 1832-1942, Paris, Nouveau Monde, 2007, (...)

15Entre roman et film, le genre policier, installé dans la culture occidentale depuis plusieurs décennies, procure naturellement un modèle de lecture de l’arrestation de Violette. Mais l’enquêteur n’est ici ni un policier professionnel ni un privé mais un particulier qui a joué au détective. La capacité de Pinguet, véritable héros de l’arrestation, à nourrir les commentaires repose en partie sur la figure romanesque identifiée qu’il incarne. « Les amateurs de films et de romans policiers, assure Maurice Prax du Petit Parisien, vont tous vouloir discuter la façon dont le jeune homme s’est tiré de son rôle22. » En faisant basculer le scénario du flirt en piège policier, le personnage de Pinguet a conquis l’identité de « détective amateur ». Dominique Kalifa, qui a retracé l’histoire de la profession de détective et de ses représentations, a montré que dans l’entre-deux-guerres, le personnage du « détective » colonise, à partir de la matrice du roman policier, de larges pans de la littérature (récits pour la jeunesse, récits d’aventures, littérature de voyages) ; il peut recouvrir de multiples identités : il est rarement ce professionnel du renseignement qu’est le « privé », il est parfois policier, mais il est bien plus souvent un dilettante de l’investigation, un aventurier, un justicier, parfois un simple particulier qui mène l’enquête et qui accède ainsi au statut de « détective amateur ». À partir des années 1930, l’usage du terme de « détective » est très large : il devient synonyme d’« enquêteur » et désigne « tout acteur engagé dans une problématique policière23 ». Le détective est donc un personnage familier dans un temps où une multitude de fascicules et de collections bon marché, qu’il s’agisse de traductions anglo-saxonnes ou de séries françaises de « petits livres » comme ceux des éditions Tallandier, diffuse le goût des romans policiers et la passion de l’enquête.

Polémique : la fin et les moyens

16Mais l’intervention du détective amateur crée la polémique. En hissant un quidam au rang de héros, ne discrédite-t-elle pas la police ? De cette arrestation, écrit L’Humanité, « la police qui l’a cherchée en vain depuis huit jours ne peut guère se vanter ». Le Populaire développe la même idée :

« Le hasard, comme cela arrive bien souvent, a été l’auxiliaire de la police. Il avait, dans cette écœurante affaire, pris l’aspect d’un jeune étudiant doué d’un flair qui lui eût valu les félicitations de Sherlock Holmes. Sans les intuitions de ce collaborateur bénévole et inattendu, il est certain que la préfecture de police continuerait ses patients efforts et que dans toutes les villes de France inspecteurs et gendarmes s’évertueraient sans résultat. »

17Mais les journaux politiques de gauche, toujours prompts à critiquer la police, ne sont pas les seuls à souligner le caractère décisif de l’intervention de Pinguet et à y voir un discrédit pour le travail policier. Même les grandes feuilles populaires s’y mettent, à l’instar du Petit Parisien, qui sous la plume de Prax ironise sur les circonstances de l’arrestation en évoquant la longue liste des crimes restés impunis.

  • 24 Le Petit Parisien, 31 août.

« Puisque nous avons aujourd’hui des policiers amateurs doués à la fois de tant de flair et de tant d’activité, pourquoi ces Messieurs n’essaieraient-ils pas de découvrir les quelques douzaines d’assassins que les policiers professionnels n’ont pas encore eu la chance de rencontrer24 ? »

18Sous couvert d’humour, le journaliste insinue l’inefficacité de la police pour laquelle le recours aux détectives amateurs ne serait pas un luxe.

  • 25 APP, PJ, assassinats 1933, dossier Violette Nozière, lettre et rapport du directeur de la PJ au pr (...)

19Mais la pointe ne fait pas rire le préfet de police, qui réclame à ses agents un rapport complet sur « la manière dont cette affaire a été suivie ». Le directeur de la police judiciaire répond en contestant les chiffres du journaliste et en défendant le travail de son service. L’intervention de Pinguet a été heureuse, convient-il, mais « il ne faut pas donner à ce jeune homme plus de mérite qu’il n’en a et le sacrer du premier coup “grand policier” ». Dans les enquêtes criminelles, explique-t-il, le plus difficile est d’identifier le coupable, or ici, après les premiers tâtonnements – l’affaire ayant été initialement présentée aux services de police comme un accident ou un suicide –, le commissaire de police avait tôt soupçonné ce qu’une enquête rapide allait vite confirmer : l’intervention de Pinguet n’avait fait que hâter une arrestation qui était certaine à brefs délais. D’ailleurs, suggère le fonctionnaire, le mérite de la perspicacité de Pinguet n’en revient-il pas en définitive à la police judiciaire qui a diffusé état civil, signalement et photographie de la coupable ? Pinguet, écrit-il, a été « renseigné lui-même par la publicité largement répandue par nous ». Bref, l’enquête s’est déroulée normalement et « la PJ a rempli son rôle25 ».

  • 26 Paris-Midi, 8 septembre.

20La police n’est pas cependant la principale cible de la polémique soulevée par cette arrestation qui écorne moins une institution qu’un individu. « Celui qui livra la parricide à la police a-t-il bien ou mal agi ? » : la question que formule en une Paris-Midi26 pose le problème de la valeur morale du geste de Pinguet, qui a appelé la police pour appréhender une jeune fille qu’il a d’abord courtisée. Le Petit Parisien, le 31 août, n’y trouve rien à redire :

« Assurément, personne ne songera à reprocher à M. de Pinguet son intervention à la fois si opportune et si heureuse. Un honnête homme ne pouvait pas agir autrement. Il fallait avant tout, on ne peut que le répéter, que Violette Nozière fût arrêtée. La fin, en l’occurrence, justifiait tous les moyens. »

  • 27 Le Populaire, 31 août.

21Mais d’autres ne sont pas de cet avis. Ainsi Le Populaire, scandalisé de ce flirt qui a tourné au traquenard et qui en profite pour épingler les élites traditionnelles coupables de faillite : de tous les personnages de cette sale affaire qui expose dans les journaux fille perdue, étudiants peu scrupuleux et amants suspects, « le plus écœurant de tous peut-être », estime-t-il, est « cet étonnant comte de Pinguet qui, appelé par ses amis, voit Violette, la reconnaît, s’amuse avec elle pendant de longues heures, lui donne un rendez-vous d’amour… et envoie les Inspecteurs à sa place, avec cette vieille galanterie bien française qui fut, toujours l’apanage de notre aristocratie27 ». D’autant que Pinguet est soupçonné d’avoir aggravé son cas, en cherchant à tirer un profit personnel ou pécuniaire de son aventure :

« C’est le comte de Pinguet qui, tout fier de son exploit, est allé, le lendemain, faire le tour des salles de rédaction, offrant contre argent comptant de croustillantes révélations sur les confidences intimes que lui fit Violette Nozière quand il eut gagné sa confiance. Pouah ! »

22Dans l’hebdomadaire Marianne, le 6 septembre, un petit encadré intitulé « Le cas de M. André de Pinguet » situé à côté d’un grand article de Drieu La Rochelle éreinte le détective amateur et expose la polémique :

« Tandis que les uns pensent que ce détective amateur a fait son devoir en remettant entre les mains de la Justice un être malfaisant et nuisible, d’autres, qui considèrent aussi Violette Nozière comme un monstre peu digne de pitié, se révoltent contre la duplicité du jeune homme et s’étonnent de sa mentalité. »

23Il reprend aussi les allégations du Populaire, en racontant que Pinguet est allé se faire photographier, interviewer et qu’il a même sollicité des gratifications dans différentes rédactions où il a été diversement reçu : si certaines feuilles lui ont consacré le lendemain des articles enthousiastes, il a été mal accueilli ailleurs, dans un « quotidien politique modéré » (comprendre le quotidien radical L’Œuvre) ou dans un « grand journal du soir » (comprendre Paris-Soir). Deux jours plus tard, Maurice de Waleffe prend la défense de Pinguet dans Paris-Midi, fustigeant « les beaux esprits » qui critiquent un jeune homme qui a fait arrêter « une péripatéticienne et monstre ».

  • 28 Petit journal illustré, 3 septembre.
  • 29 Le Populaire, 9 octobre 1934.
  • 30 Ibid., 29 août.
  • 31 Kalifa Dominique, Histoire des détectives privés en France…, op. cit.

24Au fond, le débat effleure, sans la creuser, la question de savoir dans quelles circonstances une arrestation est ou non légitime. Peut-elle être obtenue à tout prix ? L’enjeu est important en matière d’éthique de la police, mais l’interrogation est restreinte ici à la moralité individuelle et s’assimile au cas de conscience : qui est l’honnête homme ? Celui qui fait passer son devoir avant l’idylle ou bien celui qui s’abstient d’un « vilain geste28 », dût-il laisser échapper une grande coupable ? Les lois de la galanterie sont-elles supérieures aux impératifs de la justice ? Peu consensuel, le personnage de Pinguet est tiraillé entre une image héroïque et une image infamante : d’un côté perspicacité, intuition, ingéniosité au service de la loi et pour que justice soit faite, de l’autre ambiguïté, double jeu, trahison et vénalité. La polémique de presse autour de « ce Judas improvisé29 » souligne une triple trahison. D’abord, Pinguet, qui « simula un flirt », a trahi une femme, qui « s’y laissa prendre30 ». Mais il a aussi trahi l’éthique de l’enquête, une pratique pensée comme éminemment positive, qui associe le goût de la vérité à la bravoure, au sens de l’honneur et aussi au désintéressement ; enfin, il a trahi avec la galanterie les vertus nationales, dans un moment de crispation identitaire à laquelle n’échappe pas même la littérature policière où l’on vante les héros « bien français », fidèles aux traditions chevaleresques. La disqualification du geste de Pinguet le rejette finalement du côté des « détectives » stricto sensu, c’est-à-dire du côté d’une profession sur laquelle les représentations défavorables pèsent lourdement, le privé étant une figure disqualifiée de l’investigation, assimilée aux basses œuvres et au mercantilisme31.

  • 32 Marianne, 6, 20 et 27 septembre.

25Pinguet proteste le 20 septembre dans une lettre que Marianne publie sous le titre « Galanterie française ». Il tente précisément de se démarquer de ces représentations négatives en insistant sur la tâche de salut – et de salubrité – public qu’il a assumée et sur son désintéressement : tout de même, il a fait arrêter une criminelle, qui plus est porteuse de la vérole : son intervention est donc doublement salutaire. De surcroît, il l’a fait « sans être intéressé ni au point de vue pécuniaire, ni au point de vue publicitaire », et seule l’indiscrétion d’un garçon de brasserie lui a valu que son nom soit communiqué à la presse. Il peine cependant à convaincre : le 27 septembre, l’écrivain Marcel Aymé, lui aussi collaborateur régulier de Marianne, ironise ; jaugeant implicitement Pinguet à l’aune d’un imaginaire héroïque de l’enquêteur, marqué par les figures du preux chevalier et du justicier, il tourne en dérision le détective amateur prêt « à se préoccuper d’un cas de vérole qui court dans son quartier32 ». Il invoque aussi la tradition de l’enquêteur génial, roi de la déduction assis dans son fauteuil, façon Hercule Poirot : le détective amateur, dit-il, est un « spéculatif », qui allume des pipes et reconstitue un crime « en partant d’une allumette » : « courir les brasseries avec une photographie d’assassin dans la poche fait partie des basses œuvres ». S’il résout les énigmes, il ne livre pas l’assassin et n’aide à une arrestation « que si on lui tire dessus », façon encore de moquer le courage qu’il a fallu à Pinguet pour « compromettre sa réputation de galant homme aux yeux de Drieu et de quelques autres personnes ».

  • 33 Sur une approche plus complète des relations entre la presse et la justice dans l’affaire, voir De (...)
  • 34 Le Petit Journal.
  • 35 APP, PJ, assassinats 1933, dossier Violette Nozière, lettre datée du 28 août.
  • 36 Ibid., lettre datée du 27 août. Voir également AP, D2 U8 379, rapport du brigadier-chef Gripois et (...)
  • 37 Farcy Jean-Claude, Kalifa Dominique et Luc Jean-Noël (dir.), Les enquêtes judiciaires en Europe au (...)

26L’épisode de l’arrestation de Violette Nozière est instructif à plus d’un titre. D’abord il montre combien, entre le crime avec tous les récits qu’il engendre d’un côté et le procès qui le sanctionnera et tous ses comptes rendus de l’autre, l’arrestation d’un criminel est un moment important dans le processus de construction de la figure criminelle et pas seulement parce que, d’un point de vue général, en mettant à disposition de la justice le prévenu, il va permettre à l’instruction de se déployer, à la justice de suivre son cours et aux journalistes de multiplier reportages et interviews. C’est aussi en raison de la force symbolique que revêt cet instant, aussi bref qu’il est lourd d’enjeux, où l’autorité s’empare physiquement du criminel : l’arrestation tend à se faire moment de vérité ou plutôt moment de cristallisation du discours social sur le criminel, fait d’informations officielles, de témoignages divers, de rumeurs et on-dit colportés. C’est le moment où, au contact de la personne saisie par l’autorité, la figure se précipite, au sens chimique. Dans le cas de Violette Nozière, l’arrestation est le temps d’une coïncidence parfaite entre le portrait et son sujet, les circonstances de l’arrestation confirmant et consolidant la figure déjà esquissée. Cette arrestation est instructive également sur les conditions d’exercice de la police et de l’enquête judiciaire en régime médiatique : non seulement la presse, qu’elle soit grande presse d’information ou presse politique, permet la connaissance des éléments de l’affaire, mais également elle donne de la publicité aux recherches policières et elle diffuse le signalement et le portrait de la criminelle recherchée, grâce à la photographie, ce qui permet aux particuliers d’intervenir dans le travail investigatoire, non sans efficacité33. Pratique sociale massive, la lecture quotidienne du journal fait ainsi éclore de multiples « collaborateurs bénévoles de la justice34 », qui participent aux recherches et se mettent en contact avec les enquêteurs institutionnels. C’est un homme qui le 25 août croit avoir reconnu la parricide dans une jeune femme assise sur un banc, au square de Vaugirard ; elle correspondait au signalement donné dans le journal, explique-t-il au commissariat de son quartier35. C’est un autre qui écrit au commissaire de Picpus parce qu’il croit avoir croisé Violette Nozière dans le métro allant à l’Étoile, même si, précise-t-il, « le journal que j’ai lu ne dit pas si elle est blanche (ou brune)36 ». Et c’est, finalement, Pinguet qui mène spontanément sa petite enquête, coupure de presse à la main, et passe un coup de fil au directeur du cabinet du préfet de police. Son action, d’ailleurs abondamment commentée, témoigne de cet investissement collectif dans l’enquête qui permet l’implication des citoyens dans la répression du crime, garante à sa manière d’une justice démocratique37 et d’un phénomène d’appropriation des affaires judiciaires dont le rôle est déterminant dans le destin social et l’impact de celles-ci. L’arrestation de Violette Nozière, enfin, montre le poids de la fiction sur les actes relatifs à une problématique judiciaire et sur leurs interprétations ; l’homme qui découpe le portrait de la fugitive dans le journal, celui qui appelle la police, celui qui lit le journal et en médite les comptes rendus agissent et pensent leurs agissements dans un horizon de sens où ont leur place héros de roman, situations romanesques et scénarios de films, tout cela reconfiguré par le discours de presse. C’est dire que l’investissement collectif autour d’un fait judiciaire, le partage social de celui-ci, sa résonance relèvent pour une part non négligeable de l’imaginaire social, de ses figures et de ses intrigues.

Notes

1 On connaît les détails de l’enquête grâce au dossier d’instruction conservé aux Archives de Paris (AP), Archives départementales de la Seine, D2 U8 379 ; la citation est extraite de l’audition de Germaine Nozière, 24 août. Dans les références, sauf mention contraire, l’année est 1933.

2 Le Petit Parisien, 25 août. Pour les références des articles de presse, quand la date n’est pas mentionnée, il s’agit du 29 août 1933.

3 Pour une analyse de l’affaire Nozière, voir mon étude Violette Nozière. Crime et imaginaire social dans la France des années trente, mémoire inédit pour l’HDR, université Paris 1, 2014.

4 Le Petit Parisien.

5 France, Paris, Archives de la préfecture de police (APP), PJ, assassinats 1933, dossier Violette Nozière, circulaire de la PJ du 26 août.

6 AP, D2 U8 379, PV déclaration d’Angèle Bourdon, 23 août.

7 L’Intransigeant, 26 août ; Le Petit Parisien, 26 août ; AP, D2 U8 379, rapport du brigadier-chef Gripois et de l’inspecteur Verrier, 2 septembre.

8 L’Intransigeant, 26 août.

9 AP, D2 U8 379, rapport du brigadier-chef Gripois et de l’inspecteur Verrier, 2 septembre.

10 Paris-Soir, 26, 27, 28 août.

11 AP, D2 U8 379, rapport du brigadier-chef Gripois et de l’inspecteur Verrier, 2 septembre.

12 Intertitre du Petit Parisien, 29 août.

13 AP, D2 U8 379, rapport du brigadier-chef Gripois et de l’inspecteur Verrier, 2 septembre.

14 Le Populaire.

15 Le Figaro ; L’Humanité, Le Petit Parisien ; Ouest-Éclair.

16 Sur la jeune fille moderne, voir Roberts Mary Louise, Civilization without Sexes. Reconstructing Gender in Postwar France, 1917-1927, Chicago/Londres, University of Chicago Press, 1994; Bard Christine, Les garçonnes. Modes et fantasmes des Années folles, Paris, Flammarion, 1998.

17 Voir Cohen Evelyne, Paris dans l’imaginaire national de l’entre-deux-guerres, Paris, Publications de la Sorbonne, 1999, deuxième partie, chap. iv, 4.

18 Paris-Soir, 1er septembre.

19 Le Temps, 30 août.

20 L’Intransigeant, 30 août.

21 Le Journal.

22 Le Petit Parisien, 31 août.

23 Kalifa Dominique, Histoire des détectives privés en France, 1832-1942, Paris, Nouveau Monde, 2007, p. 257.

24 Le Petit Parisien, 31 août.

25 APP, PJ, assassinats 1933, dossier Violette Nozière, lettre et rapport du directeur de la PJ au préfet de police, 5 septembre.

26 Paris-Midi, 8 septembre.

27 Le Populaire, 31 août.

28 Petit journal illustré, 3 septembre.

29 Le Populaire, 9 octobre 1934.

30 Ibid., 29 août.

31 Kalifa Dominique, Histoire des détectives privés en France…, op. cit.

32 Marianne, 6, 20 et 27 septembre.

33 Sur une approche plus complète des relations entre la presse et la justice dans l’affaire, voir Demartini Anne-Emmanuelle, « L’affaire Nozière entre instruction judiciaire et médiatisation », Le Temps des médias, no 15, automne 2010, p. 126-141.

34 Le Petit Journal.

35 APP, PJ, assassinats 1933, dossier Violette Nozière, lettre datée du 28 août.

36 Ibid., lettre datée du 27 août. Voir également AP, D2 U8 379, rapport du brigadier-chef Gripois et de l’inspecteur Verrier, 2 septembre.

37 Farcy Jean-Claude, Kalifa Dominique et Luc Jean-Noël (dir.), Les enquêtes judiciaires en Europe au XIXe siècle, Paris, Créaphis, 2007.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site