Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'arrestation

 | 
Pierre Prétou
, 
Frédéric Chauvaud

Première partie. Penser et imaginer l'arrestation

« Passez les menottes ! » L’arrestation dans la bande dessinée des années 1950 à la fin des années 1970 : Crouton, Jourdan, Libellule, Tif, Tondu et les autres

Frédéric Chauvaud

Texte intégral

1La bande dessinée policière et d’aventure ne peut éviter de traiter du thème de l’arrestation. Malfrat, génie du mal, escroc à la petite semaine, gangster sans scrupule, pauvre type désespéré, poseur de bombe, trafiquant de drogue, chef d’une association de type mafieuse, voleur international sont autant de personnages qui défilent d’une case à l’autre. Il importe de les repérer, de les attendre, de les interpeller et de les arrêter. Comme dans un rêve issu d’une fièvre, l’arrestation peut défiler d’une case à la suivante, s’étirer sur plus plusieurs pages sans que personne ne semble avoir de prise sur ce qui se passe. Mais le plus souvent, elle est rapide, presque furtive, quatre cases ou une planche suffisent.

  • 1 Pour Gil Jourdan, Tout Gil Jourdan, publié en 1985-1987 puis d’une seconde intégrale, remarquable, (...)
  • 2 Les tirages des albums des deux séries sont assez similaires. En 1980, en vente cumulée, les album (...)
  • 3 Tif fut créé par Fernand Dineur et apparaît dans le no 1 du Journal de Spirou à la date du 21 avri (...)
  • 4 La bande dessinée s’extirpe de l’avant-guerre, des personnages qui survivent doivent s’adapter, si (...)
  • 5 Will (Willy Maltaite) reprend la série avec Fernand Dineur en 1948 (La cité des rubis), mais c’est (...)
  • 6 Voir en particulier personnages principaux de Félix (Félix, Allume-Gaz, Inspecteur principal Alonz (...)
  • 7 À la fin des années 1970 un autre lectorat est visé, celui des adultes, comme en témoignent les ti (...)
  • 8 Maurice Tillieux, à la fois scénariste et dessinateur, inventeur de Gil Jourdan, prend, à partir d (...)

2Deux séries, à la fois proches et différentes, méritent d’être examinées ensemble : Tif et Tondu et Gil Jourdan. Elles possèdent en effet de nombreux points en commun, même si l’atmosphère de chacune diffère tout en partageant une certaine noirceur et une vision très proche du mal et de la violence. Publiées en épisodes par le Journal de Spirou et en albums par les éditions Dupuis, toutes les deux ont bénéficié de la publication d’une « intégrale1 ». Les deux séries se sont affirmées après la Seconde Guerre mondiale et ont connu un véritable âge d’or2. Si l’origine de Tif et Tondu se confond pratiquement avec la naissance du Journal de Spirou3, elle reste une bande dessinée d’avant-guerre4. Avec l’arrivée d’une nouvelle équipe, les personnages et la trame narrative se trouvent transformés5. Gil Jourdan, inventé en 1956, reprend nombre d’éléments d’une bande dessinée plus ancienne que son auteur avait lancée en 1949 : les aventures de Félix publiées par Héroïc Albums jusqu’en 19596. Les deux séries illustrent aussi l’histoire de la bande dessinée franco-belge allant d’une conquête triomphante à un essoufflement, voire une crise complexe, sociétale et interne7. Les deux séries, du milieu des années 1950 à la fin des années 1970, se sont, sur bien des points, rapprochées8 : les sujets traités, les personnages, la conduite des enquêtes, le théâtre des aventures qui se déplace vers d’autres pays et continents. Le faux monnayage, la drogue, la captation d’héritage, les complots internationaux sont quelques-uns des thèmes majeurs. Sans doute y a-t-il davantage de savants fous chez Tif et Tondu et de gangsters chez Gil Jourdan.

  • 9 Tillieux Maurice, Gil Jourdan, Popaïne et vieux tableaux, Charleroi, Dupuis, 1959 [1957-1958 dans (...)

3Les principaux personnages sont un mélange de détectives et d’aventuriers. D’un côté, deux personnages, Tif et Tondu, plutôt aisés, roulant en voiture de sport, sont sur un pied d’égalité. Le premier aime les plaisanteries faciles, le second s’avère sérieux et déterminé. Plus tardivement, un personnage féminin, la comtesse Amélie d’Yeux, dit Kiki, se joint à eux. De l’autre, Gil Jourdan est un détective privé, licencié en Droit et portant nœud papillon, qui connaît une ascension professionnelle et sociale, quittant les quartiers plus populaires de Paris, pour des bureaux plus cossus. Il recrute Libellule, ancien prisonnier, as du cambriolage, roi du calembour et du jeu de mots facile. Queue de Cerise est la secrétaire de l’agence9. Dans les deux séries un policier officiel joue un rôle important, avec lequel des liens étroits sont noués. Dans Tif et Tondu, l’inspecteur Allumette, limier chargé d’arrêter Choc est présent dans plusieurs albums, mais c’est surtout l’inspecteur Ficshusset, qu’ils retrouvent lors de nombreuses aventures qui se déroulent à Londres. Pour Gil Jourdan, il s’agit de l’inspecteur Crouton, au point qu’avec Libellule se forme, le temps de seize albums, un véritable trio. Dans les deux séries se retrouvent des forces de l’ordre, policiers ou gendarmes, peut-être interchangeables, en tenue ou en civil, donnant aux lecteurs des informations sur les modalités et les circonstances de l’arrestation. De multiples petits « détails » se trouvent enchâssés dans la trame du récit et une culture policière se met ainsi en place.

En état d’arrestation

  • 10 Tillieux Maurice, Gil Jourdan, Popaïne et vieux tableaux, op. cit., 1 B.
  • 11 Tillieux Maurice, Gil Jourdan, Libellule s’évade, Charleroi, Dupuis, 1959 [1956-1957], 33 A.
  • 12 Tillieux Maurice, Gil Jourdan, Surboum pour 4 roues, Charleroi, Dupuis, 1963 [1961-1962], 45 A.
  • 13 Tillieux Maurice et Gos, Gil Jourdan, Sur la piste d’un 33 tours, Charleroi, Dupuis, 1973 [1972], (...)
  • 14 Will et Tillieux Maurice, Tif et Tondu, Le retour de la bête, Charleroi, Dupuis, 1976, 44 A.
  • 15 Rosy et Will, Tif et Tondu, Le fantôme du Samouraï, Charleroi, Dupuis, 1958, 15 B.
  • 16 Rosy et Will, Tif et Tondu, Au coin de la pompe, Risque-Tout, Charleroi, Dupuis, 1958, 4 B.
  • 17 Will et Tillieux, Tif et Tondu, Le retour de la bête, op. cit., 44 A.

4Dans les textes officiels, il n’existe pas de paroles ou de gestes obligatoires pour signifier l’arrestation et pourtant le cinéma et la bande dessinée ont tenté d’en codifier le rituel. Les deux séries de Tif et Tondu et de Gil Jourdan n’y échappent pas. Il suffit qu’un personnage fasse irruption dans une pièce en criant « Police » pour que tous les occupants se sentent en état d’arrestation. Dans tel ou tel album, une formule aux allures officielles vaut message certifié. Annibal Crouton use d’une expression qui lui est propre : « Force reste toujours à la loi mes gaillards10. » À une autre occasion, il s’exclame « Au nom de la loi, je vous arrête11 ! » Un de ses collègues hèle un bandit tétanisé par un « Hep ! Vous là, le gros roux, les mains en l’air12 ! » Parfois aussi, un mot à des allures de signal sonore, un « Stop » s’avère immédiatement explicite13. Dans les albums mettant en scène Tif et Tondu, des situations similaires se retrouvent : un militaire, un garde-côte, un commissaire ou un inspecteur interpellent et arrêtent toutes sortes de malfaiteurs. Dans Le retour de la bête, une phrase comme « Restez les mains levées et ne bougez pas ! » ne laisse aucun doute14. Le plus souvent un simple « Arrêtez » s’avère le plus clair des messages. Le cri poussé par un policier japonais, un bref « Arrête », fortement énoncé, est suffisamment expressif. La taille des caractères dans la bulle et l’épaisseur du gras utilisé pour le lettrage l’illustrent15. Mais Tif et Tondu, comme Gil Jourdan et Libellule, ne sont que des intermédiaires. S’ils mettent fin aux agissements de tel ou tel criminel, ce ne sont pas des officiers de police judiciaire. Ils ne sont investis d’aucune autorité. Lorsqu’ils se saisissent de bandits, ils les remettent aux forces de l’ordre assermentées qui, elles, procèdent à l’arrestation officielle. Seul face à cinq adversaires, Tondu, muni d’un pistolet, s’adresse à eux en ses termes : « Vous voilà pris, Messieurs, ne bougez pas. La police arrive16. » Dans une autre aventure, plusieurs pneumatiques ont été lancés à la mer alors que des vedettes rapides se tiennent au loin. Sur l’un des canots, le responsable des opérations, à l’aide d’un porte-voix, s’écrie : « Restez les mains levées et ne bougez pas17 ! » À de multiples reprises, les lecteurs contemplent les héros de ces deux séries en train de pointer une arme à feu au creux du dos de bandits, et ensuite de les livrer à la police ou à la gendarmerie. Pour renforcer l’intensité dramatique du moment, ils les voient franchir un petit pont, une passerelle bringuebalante, traverser un ruisseau, sortir d’une rue mal éclairée.

5La capture doit être légitimée, sinon elle serait l’équivalent du rapt crapuleux. Pour montrer aux lecteurs, en particulier juvéniles, qu’il ne s’agit pas d’un kidnapping et que des règles juridiques sont respectées, il faut mettre en scène la remise des malfaiteurs. La poursuite et la saisie d’un criminel ne sont ni arbitraires, ni vindicatoires. De même, elles ne doivent jamais être risibles. En effet, des paroles qui pourraient apparaître grandiloquentes, emphatiques ou outrées, ne sont jamais ridicules – et pourtant Libellule ou Tif cultivent un humour dans lequel la farce et le grotesque sont souvent présents – car la situation est dramatique et chaque lecteur comprend que les protagonistes ne se situent pas au niveau des discours mais de l’action. Ils peuvent perdre leur liberté ou leur vie. Leurs déclarations sont à prendre au premier degré. Personnages de papier, ils sont menacés en permanence de disparaître des albums.

  • 18 Will et Tillieux, Tif et Tondu, Aventure Birmane, Charleroi, Dupuis, 1975, 44 A.

Figure 1. – Will et Tillieux, Tif et Tondu, Aventure Birmane18

  • 19 Will et Rosy, Tif et Tondu, La main blanche, Charleroi, Dupuis, 1955, 25 A.
  • 20 Will et Rosy, Tif et Tondu, Le retour de Choc, Charleroi, Dupuis, 1955, 43 B. Dans Traitement de C (...)
  • 21 Will et Rosy, Tif et Tondu, Le retour de Choc, op. cit., 14 A.
  • 22 Dans la cave d’un immeuble, Tillieux Maurice, La voiture immergée, Charleroi, Dupuis, 1960, 42 B e (...)
  • 23 Will et Rosy, Tif et Tondu, A 33 pas du mystère, Charleroi, Dupuis, 1970, 4 B.
  • 24 Will et Tillieux, Tif et Tondu, Le roc maudit, Charleroi, Dupuis, 1970, 41 B.

6Comme Gil Jourdan, Tif et Tondu sont souvent arrêtés à la suite de rebondissements extraordinaires et font découvrir aux lecteurs des lieux improbables. Dans La Main blanche, les membres d’équipage d’un sous-marin américain se saisissent d’eux19. Plus tard, dans un autre album, ce sont eux qui arrêteront, également sur un sous-marin, Choc, génie machiavélique, sorte d’avatar de Fantômas et de Rocambole, inventé par Rosy en 1955, et coiffé d’un heaume par Will20. Les complices du « chevalier du Mal » sont interpellés dans une propriété privée, le vaste salon de la villa louée par Tif et Tondu, en pyjama, et le lecteur voit un « panier à salade » arriver qui consacre l’arrestation21. Si une cave22, une cage d’ascenseur, servent aussi de cadres à l’arrestation, le lecteur découvre des endroits plus insolites encore comme le fond d’un puits dans lequel le neveu du comte de Casteljaca, qui a assassiné son oncle pour toucher l’héritage, est surpris en tenue d’homme-grenouille, à proximité des restes osseux de son oncle et d’un coffre à bijoux23. Un phare, en Normandie, est le lieu qui mobilise une vedette, deux policiers en tenue, un marin et un commissaire24.

  • 25 Maurice Tillieux, Gos, Gil Jourdan, Carats en vrac, Charleroi, Dupuis, 1971.

7Le traitement graphique et narratif de l’arrestation nécessite d’avoir le souci du détail. L’effet de réel renforce la crédibilité de l’histoire et se manifeste par un soin apporté aux mécaniques, hélicoptères, bateaux divers et surtout automobiles. La précision documentaire est sans doute plus manifeste dans les enquêtes de Gil Jourdan que dans celles de Tif et Tondu qui s’en préoccupent pourtant. Il est vrai que Maurice Tillieux avait un goût prononcé pour les belles américaines, que Gos a repris à son compte25 : une Buick, une Dodge, une Cadillac, une Chevrolet traversent à vive allure les pages. Les voitures qui s’encastrent, celles qui après un tonneau terminent leur trajectoire sur le toit, l’avion qui rate son décollage au moment où les forces de l’ordre vont procéder à la capture du pilote constituent autant d’ingrédients de la résolution de l’enquête que de l’arrestation.

  • 26 Les albums des deux séries en contiennent un très grand nombre, par exemple une Narval, une 403, u (...)
  • 27 Voir par exemple, Will et Rosy, Tif et Tondu, La villa du long cri (1964) ou Choc au Louvre (1964)
  • 28 Husserl Edmund, Idées directrices pour une phénoménologie, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1985 [ (...)

8La documentation rassemblée, précise et solide, et le temps passé sur une planche sont pour les auteurs des gages de qualité, éloignés du souci de la productivité. Ils rendent avec netteté l’état d’arrestation, se montrent soucieux aussi bien d’un fourgon destiné à barrer une route, que d’une 403 ou encore d’une Dauphine, d’une Coccinelle ou d’une Renault 1626. Lorsqu’elles sont inventées ou transfigurées, à l’instar de la Narval rouge décapotable, créée par Will, de Tif et Tondu27, elles apparaissent crédibles. Tous ces éléments matériels, allant du projecteur, au rail de chemin de fer, enchâssés dans les cases, donnent à voir un monde qui prend forme, nouveau domaine d’application de la phénoménologie husserlienne pour laquelle il s’agissait avant tout de décrire28.

Le sacre de la description

  • 29 Laplantine François, L’anthropologie, Paris, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 1995 et M (...)
  • 30 Tillieux Maurice, Gil Jourdan, L’enfer de Xique-Xique, Charleroi, Dupuis, 1962.
  • 31 Par exemple, Tillieux Maurice, Les 3 taches, Charleroi, Dupuis, 1965, 41 B et 42 A, ou Will et Ros (...)
  • 32 Voir en particulier Boillat Alain (dir.), Les cases à l’écran. Bandes dessinées et cinéma en dialo (...)

9L’arrestation dessinée relève presque de l’anthropologie. Il s’agit d’abord de présenter des lieux, de décrire précisément en images le cadre spatial où elle se déroulera et de rendre familier les manières de faire29. Dessinateurs et scénaristes, pour convaincre les lecteurs, doivent être à la fois précis et suggestifs lorsqu’ils restituent une ambiance. Mais pour recréer une atmosphère, donner l’impression que le texte et l’image communient dans un même ensemble, il faut donner les apparences du vrai, en offrant au regard un certain nombre de signes : une route, une palissade, un immeuble vétuste, une villa plongée dans la pénombre, un parking un peu désert, un carrefour, un aéroport. Autant d’éléments qui constituent à la fois un pacte de lecture et un paradigme indiciaire, pour les enquêtes qui se déroulent en France mais aussi en Europe ou sur d’autres continents. Tif et Tondu, comme Gil Jourdan, Libellule et Crouton, connaissent un certain nombre d’aventures exotiques qui ont pour cadre l’Afrique, l’Amérique ou encore l’Asie. Pour les pays d’Amérique latine, un tronc d’arbre, un lampadaire comme ceux que les visiteurs peuvent voir sur les zócalo, un clocheton, un bâtiment officiel dans un style néo-grec-baroque ou encore une fontaine, donnent les éléments du décor et font vrai en répondant à l’imaginaire des lecteurs30. Ailleurs, en France et en Europe, avec une sorte de recul instantané, la description d’une cave, d’un entresol, d’une digue, d’un moulin est animée par quelque chose en trop : un son trop fort, une pénombre trop fuligineuse, un plan trop large ou trop rapproché31. Dans les cases présentées, le lecteur devine qu’il y a toujours quelque chose d’un peu excessif, mais ce surplus n’altère pas le récit, il lui donne davantage de consistance et donne du crédit au dénouement imminent. Ils jouent le rôle de balises, annonçant la fin d’une séquence ou du récit tout entier grâce à l’arrestation. Le récit en images emprunte à la fois au roman populaire et au cinéma32, dont il fait de larges emprunts aux codes narratifs et visuels.

  • 33 Tillieux Maurice, Gil Jourdan, Popaïne et vieux tableaux, op. cit.

10Pour rendre vraisemblable le moment de l’arrestation, le décor joue un rôle important, il pourrait d’ailleurs quitter le support papier pour être reconstitué en studio sous la forme d’une maquette. Réaliste, il lui est aussi dévolu de délivrer un message annonciateur. Le dessin d’une ville ou celui d’un paysage de bord de mer ont une valeur prédicante : l’intrigue n’aura pas le temps de flancher et le récit de s’étirer avec langueur. En effet, à ce stade, les lecteurs peuvent aisément anticiper, supputer que l’arrestation est imminente. Parfois une parole énoncée le spécifie : « Tout est en place ! », dit Crouton, et Gil Jourdan de rétorquer « Alors allons-y33 ! »

  • 34 Will et Rosy, Tif et Tondu, Le retour de Choc, op. cit., 14 A.
  • 35 Will et Tillieux, Tif et Tondu, Le scaphandrier mort, Charleroi, Dupuis, 1973, 43 A.
  • 36 Tillieux Maurice et Gos, Gil Jourdan, Carats en vrac, op. cit.

11L’arrestation prend donc tout son sens avec la topographie : une cage d’escalier, la clairière d’une forêt, une route nationale, une maison située à la périphérie d’une grande ville, et bien d’autres éléments encore, lui donnent une texture et une qualité particulière. Les descriptions visuelles aux allures d’instantanés que sont les dessins de bandes dessinées sont toujours des images en situation. Les lieux de l’arrestation s’avèrent essentiels car ce sont eux qui donnent un sens aux aventures enivrantes vécues par les personnages et les lecteurs. Mais, dans les albums de Tif et Tondu et de Gil Jourdan, ils ne se ressemblent pas et présentent une très grande diversité de cas. Cependant, dans l’immense majorité des récits, l’événement-arrestation n’est pas éludé. Il arrive toutefois, à cause de contraintes liées au récit, qu’un raccourci soit utilisé pour rester, en dehors de quelques exceptions, dans le format des pages demandées. Il faut alors escamoter la scène et passer directement au bureau d’un inspecteur où sont menottés des bandits. Le lecteur ignore dans quel cadre et de quelle manière l’arrestation s’est produite, il sait simplement qu’elle a eu lieu et que c’est à lui de supputer son déroulement en fonction des pages précédentes. Le bureau joue un rôle à part, il permet en quelque sorte de valider l’arrestation en suggérant que toutes les preuves ont été réunies. Par exemple, lorsque les comparses de M. Choc sont arrêtés chez Tif et Tondu, ce dernier s’étonne et demande à l’inspecteur pourquoi il ne les questionne pas ici, sur place. L’inspecteur répond : « Inutile, j’en sais autant qu’eux à ce sujet34. » Dans un autre album, Le scaphandrier mort, Tif livre un odieux personnage à la police et Tondu insiste sur le fait que leur prisonnier a plein d’histoires à raconter. L’aveu, longtemps considéré comme la reine des preuves, permet de reconstituer ce qui s’est passé mais surtout de justifier la capture du bandit. Le chef de la police ne veut rien entendre dans l’instant et déclare qu’il écoutera les confessions dans son bureau35. Lorsqu’une bande de malfrats est enfin arrêtée, ses membres sont conduits menottés à la PJ dans le bureau de l’inspecteur Crouton36.

  • 37 Will et Rosy, Passer muscade, Charleroi, Dupuis, 1956, 43 B et 44 B.

12Les lieux de l’arrestation sont plus nombreux que ce dernier. Les vastes maisons en font partie. Situées à l’écart des centres-villes ou à la périphérie, voire la banlieue, des capitales ou des métropoles régionales, elles offrent dans la préparation du crime, de multiples avantages. Mais lorsque l’entreprise criminelle se retourne contre ses auteurs, elles deviennent des lieux commodes pour les arrêter. Il est facile de les encercler, de déployer des forces importantes, de surveiller les entrées et les sorties. À plusieurs reprises, les comparses de Choc sont arrêtés dans une villa de nouveaux riches ou dans une demeure bourgeoise. L’une de ses bandes, cantonnée dans les environs de New York, dans une maison un peu à l’écart, ne trouve aucune échappatoire37. Une autre fois, c’est dans la grande banlieue parisienne que les hommes de Choc sont capturés tous ensemble. Mais il existe quelques lieux particuliers et privilégiés.

Le hall d’hôtel

  • 38 Kracauer Siegfried, Le roman policier, Paris, Payot, 1981 [1926 et 1971], p. 75-90.
  • 39 Ibid. Les voyageurs et les détectives ne sont pas ici « échoués dans leur fauteuil », le hall n’es (...)
  • 40 Tillieux Maurice, Gil Jourdan, Le gant à trois doigts, Charleroi, Dupuis, 1966, 3B.
  • 41 Will et Rosy, Tif et Tondu, La matière verte, Charleroi, Dupuis, 1967, 24 B.

13On sait que Siegfried Kracauer avait fait du hall d’hôtel le cœur du roman policier38, une sorte de pendant de l’église où se retrouve l’assemblée des fidèles. Dieu n’étant plus, c’est la figure du détective quasiment omniscient qui a pris sa place39. Le hall d’hôtel, le plus souvent majestueux, quelques rares fois sordide, se retrouve dans plusieurs albums importants des aventures de Tif et Tondu et de Gil Jourdan. Un porteur de bagage, un comptoir, un réceptionniste affairé, l’accoudoir d’un fauteuil que l’on aperçoit, le flegme des employés, l’uniforme du personnel, donnent ce sentiment d’insouciance des palaces tout en fournissant les clés de compréhension de ce qui va suivre40. C’est ainsi que quelque part au Moyen-Orient, le hall d’un hôtel luxueux contribue à donner une atmosphère et à offrir une vision du monde. Il signale à la fois que l’arrestation est imminente et que la société qui le peuple se sent étranger aux questions d’insécurité et d’illégalisme. Dans un autre hôtel, lui aussi de catégorie supérieure, le hall avec un imposant lustre en cristal est fréquenté par le monde élégant. Les costumes et cravates sont de rigueur, ainsi que les robes distinguées. La scène marque un point final à une course-poursuite qui a nécessité plusieurs planches, chacun voulant s’emparer de « la matière verte », extraite d’une plante. Élastique, on ne peut la couper, et lorsqu’elle est tendue, elle revient à son point de départ. Transformée en balle qui rebondit sans interruption, elle peut détruire une paroi ou fracasser une vitre. Un voleur international voulait s’en emparer, il est donc arrêté dans le hall de l’hôtel41. Une fois l’intrus ceinturé, le microcosme du grand hôtel peut retrouver ses marques et les voyageurs vaquer à leurs occupations, à l’abri des dangers et des perturbations du monde réel.

  • 42 Ibid.

Figure 2. – Le grand hôtel (La matière verte)42

  • 43 Will et Tillieux, Tif et Tondu, Un plan démoniaque, Charleroi, Dupuis, 1973, 15 A.
  • 44 Tillieux Maurice, Gil Jourdan, L’enfer de Xique-Xique, op. cit., 13 A et 13 B.
  • 45 Tillieux Maurice, Gil Jourdan, Chaud et froid, 1969, Charleroi, Dupuis, 1 A et B.
  • 46 Par exemple, Will et Tillieux, Tif et Tondu contre le cobra, Charleroi, Dupuis, 1969, 40 A et B et (...)
  • 47 Tillieux Maurice, Gil Jourdan et les fantômes, Charleroi, Dupuis, 1972, 44 A.

14La plupart n’ont pas compris de quoi il s’agissait, quelques-uns y ont vu un divertissement improvisé, d’autres une distraction organisée afin de rompre avec la monotonie des jours. Dans une aventure plus tardive, située en Allemagne, quelque part en Forêt-Noire, publiée en album en 1973, le réceptionniste souligne avec une sorte de contentement que l’arrestation d’une jeune femme s’est faite sans vague et que les deux inspecteurs qui ont été la chercher dans sa chambre ont traversé le hall comme si de rien n’était. Il confie à Tif : « Les policiers ont été discrets, heureusement dans un hôtel comme le nôtre43… » Paradis social et aseptisé, séparant des mondes étanches, le grand hôtel peut voir ses clients partir sans souci, ils seront les meilleurs ambassadeurs de sa renommée et lui permettront d’accueillir de nouveaux clients distingués. Dans un autre album, Gil Jourdan et Libellule ne restent pas statiques et bouleversent la fonction dévolue aux halls d’hôtel. Les rôles sont inversés. Ils sont recherchés par la police d’une petite république sud-américaine. L’arrestation prévue tourne au fiasco. Une superbe voiture de police, du genre Cadillac, s’arrête devant l’hôtel du Chaco, à Massacara. L’arrestation a pourtant été préparée, des documents ont été glissés dans la poche de Libellule pour pouvoir les surprendre sur le fait et les accuser d’espionnage. Pour échapper à ceux qui sont venus les arrêter, ils traversent le hall de l’hôtel dans un sens puis dans l’autre. Le réceptionniste pense que l’établissement où il travaille n’est guère fameux mais que jusqu’à présent : « Des clients qui reviennent ! Je n’ai jamais vu ça44 ! » Le hall n’est sans doute ni un palais ni un temple, mais un espace public spécifique, à la fois endroit unique et lieu polyphonique. D’autres espaces s’y apparentent et jouent la même fonction : salle de concert, salle de réception, piscine avec terrasse45, vestibule gigantesque, entrée cossue et disproportionnée, voire un studio de cinéma46 ou un laboratoire de recherche subnucléaire47.

Une poignée d’instants

  • 48 Voir le bel essai de Dosse François, Renaissance de l’événement. Un défi pour l’historien : entre (...)

15Avec les « faiseurs d’histoire » et les « dessinateurs dynamiques », les auteurs de bandes dessinées racontent des histoires émaillées de multiples péripéties qui doivent tenir le plus souvent en 44 pages, selon le format usuel des éditions Dupuis. Si l’événement, longtemps décrié par les historiens, est en passe d’être réhabilité48, il en va tout autrement de l’événementiel. L’arrestation est un micro-événement, une étape, brève le plus souvent, mais elle s’étire parfois, donnant le sentiment que l’issue du récit est incertaine. L’une des acceptions du mot, ancienne, consiste à dire qu’il s’agit de parvenir à une fin, d’aboutir à un dénouement. L’arrestation n’est pas un élément perturbateur permettant à l’histoire d’exister, de rebondir, de ralentir ou de bifurquer. Si on écarte trois ou quatre exceptions, elle se situe en fin d’album, quitte ensuite à donner des explications complémentaires en quelques bulles denses pour éclairer les lecteurs sur tel ou tel aspect.

  • 49 Will, Tillieux et Desberg, Tif et Tondu, Le gouffre interdit, Charleroi, Dupuis, 1977, 44 A.

Figure 3. – Will, Tillieux et Desberg, Tif et Tondu, Le gouffre interdit49

16Si l’arrestation ne dure qu’une poignée d’instants, elle est précédée, du moins en règle générale, par une période où l’action est ralentie et devient promesse de mouvement et de dénouement. L’attente joue donc un rôle essentiel. Elle valide d’une certaine manière la trame du récit et prépare le spectacle de l’arrestation qui mettra fin à toute ambiguïté car elle permettra de s’assurer de l’identité du criminel, de jauger de sa volonté et de son énergie, et de prendre la mesure de sa capacité de nuisance. Sans doute, la préparation la plus explicite d’une arrestation se trouve dans l’album Carats en vrac, publié en 1971 et dû au pinceau et au stylo de Gos et Tillieux. Pour la première fois, Maurice Tillieux abandonne le dessin et se replie sur le scénario. Les deux auteurs montrent comment se met place une souricière, à l’échelle d’un quartier : un parking public aérien est étroitement surveillé, les rues en contrebas sont bouclées, les badauds et les automobilistes sont refoulés. Ici, l’intrigue policière est une histoire de voleurs de pierres précieuses et de receleurs. L’inspecteur Crouton donne toutes les précisions aux protagonistes et aux lecteurs. Sont mobilisés cinq voitures « anonymes », deux cars de police « bourrés d’hommes », lui-même, ses collaborateurs et bien sûr Gil Jourdan et Libellule.

  • 50 Tillieux et Gos, Gil Jourdan, Carat en vrac, op. cit., 34 B

Figure 4. – Tillieux et Gos, Gil Jourdan, Carat en vrac50

  • 51 Tillieux Maurice, La voiture immergée, Charleroi, Dupuis, 1960, 41 B et 42 A et B.

17Dans la troisième aventure complète de Gil Jourdan publiée en album en 1960, les trois principaux personnages ont quitté le Morbihan pour rejoindre la région parisienne. Depuis la fin de l’après-midi et une partie de la nuit, ils surveillent l’immeuble où Gil Jourdan a son appartement. Ils font le guet en face, derrière un muret et un panneau servant à délimiter un terrain vague. L’arrestation, plus que dans d’autres enquêtes, s’avère essentielle car elle doit apporter la preuve de la culpabilité du criminel qui a déjà assassiné deux personnes : son patron à qui il a régulièrement subtilisé ses pièces de collection pour les vendre et un sculpteur anglais qui a fourni les « imitations parfaites ». Il faut rendre l’atmosphère, restituer la nuit, recréer l’ambiance d’une lumière blafarde venant d’un lampadaire. Les trois premières cases permettent de se rapprocher des personnages pour renforcer le sentiment d’anxiété, puis une nouvelle page, complète, est encore consacrée à l’attente, sans donner le sentiment de délayer l’action. Les cases deviennent silencieuses, pas une parole n’est échangée. À l’avant-dernière, l’espace sonore est brusquement rétabli mais ce ne sont pas des voix humaines qui se font entendre, mais des sons métalliques qui graphiquement occupent le tiers de la case : « Clap, clink, clonk51 ». Tif et Tondu connaissent aussi à plusieurs reprises ce moment particulier où presque tout est encore possible et qui précède l’action.

  • 52 Will et Rosy, Tif et Tondu, La main blanche, op. cit., 17 B et 19 A.
  • 53 Tillieux Maurice, Gil Jourdan, Les cargos du crépuscule, Charleroi, Dupuis, 1961, 42 B.

18Mais l’arrestation est d’abord une confrontation où il s’agit le plus souvent d’affirmer sa virilité, soit par une empoignade directe soit en imposant un rapport de force psychologique. Le plus souvent l’arrestation est une véritable épreuve physique. Pour arrêter un criminel isolé, des tueurs à gages diligentés ou toute une bande organisée, il faut parfois déployer les grands moyens, y compris l’armée52. En dehors de ces circonstances, l’arrestation s’avère être un véritable corps à corps et les héros de papier doivent payer de leur personne. Les coups de poing échangés, les coups de bâton donnés, les projectiles de toutes sortes reçus sont nombreux et illustrent la difficulté de l’entreprise ramenée à un face-à-face. Toutes sortes de questions se posent presque instantanément. Comment va-t-on entraver l’autre ? Quel sera l’impact de l’effet de surprise ? Faut-il le maintenir en joue ? Le menacer verbalement ? Quel degré de coercition physique est-il possible d’exercer ? Mais avant de passer les menottes, c’est parfois un véritable duel, à mains nues ou avec une arme, qui est engagé. Des criminels ne se laissent pas faire et luttent jusqu’au bout, mais en définitive, c’est bien le corps qu’il s’agit d’immobiliser, comme dans Les cargos du crépuscule53.

  • 54 Ibid.

Figure 5. – Maurice Tillieux, Gil Jourdan, Les Cargos du crépuscule54

  • 55 Will et Rosy, Le retour de Choc, op. cit.

19De lui, il faut obtenir une reddition complète, certains s’y refusent absolument et préfèrent choisir une voix extrême pour s’y soustraire, se jettent dans la mêlée contre l’évidence ou optent pour le suicide. D’autres s’y abandonnent. Du côté des forces de l’ordre ou des héros de papier quelques-uns font preuve d’un vrai savoir-faire, plus rares sont ceux qui maîtrisent les arts martiaux55.

  • 56 Tillieux Maurice et Gos, Gil Jourdan et les fantômes, Charleroi, Dupuis, 1972, 44 A.
  • 57 Will et Tillieux, Tif et Tondu, Un plan démoniaque, Charleroi, Dupuis, 1973, 43 A.

20Détectives amateurs ou professionnels ne rendent pas un culte à la vitesse, mais la célérité s’avère bien souvent déterminante. Dans Gil Jourdan et les fantômes, publié en 1972, ce sont les gendarmes qui investissent une base secrète installée dans d’anciennes fortifications du mur de l’Atlantique en Normandie. Une des cases montre la rapidité de l’intervention, le fourgon gyrophare en action semble saisi dans l’instant, un gendarme, avec casque et mitraillette s’apprête à sauter sur le sol, une deuxième fourgonnette suit. Le rythme est trépidant, policiers casqués, gendarmes en tenue et motards donnent le sentiment de se propulser littéralement56. Dans Un plan démoniaque, la tension est extrême, le chef des bandits ne veut pas se laisser arrêter, il tente de s’enfuir au volant d’une grosse cylindrée sur une route portugaise. Il est accompagné d’un chauffeur et d’un homme de main. Il aperçoit un barrage, un camion, des militaires armés de mitraillettes, il donne l’ordre de passer en force, mais deux cases sans paroles mais non sans bruit suffisent à rendre impossible la fuite. La voiture, après avoir fait un tonneau, gît sur le toit. Dans la première des cases on entend le crépitement d’une arme « Tchacarawattadachac », dans la seconde le crissement des pneus « iiiiiiiiiiii57 ». L’accélération de l’histoire, la succession des images donnent une cadence inédite et en même temps signifient que l’aventure criminelle est en train de se terminer.

  • 58 Tillieux Maurice, Le gant à trois doigts, op. cit., 4 B et 5B
  • 59 Ibid., 6A.
  • 60 Ibid., 21 B.

21L’arrestation prend parfois un tour singulier et devient une sorte de contre-modèle. Dans Le gant à trois doigts, Gil Jourdan, après avoir atterri à l’aéroport international de Goménorhabad, la capitale de l’émirat du Gomen, se rend dans l’hôtel Atlanta. Ali, le chef de la police de l’émir, plutôt que de déployer des forces importantes et d’investir l’hôtel, préfère procéder autrement. Muni d’un pistolet spécial, il lance une fléchette qui contient à son extrémité une ampoule contenant une substance dégageant un produit verdâtre à l’effet instantané. Gil Jourdan n’a pas le temps de réaliser ce qui lui arrive et s’effondre inanimé sur le sol58. Arrestation d’un type nouveau, à distance, sans confrontation directe, cette manière de faire change les règles. Elle prophétise aussi que la police pourrait procéder autrement à des interpellations. Un peu comme dans la guerre à distance, en particulier lors de bombardements aériens, les protagonistes ne voient pas leurs ennemis, réduits à l’état d’abstraction. Ici l’arrestation se fait selon le même dispositif. Il suffit alors de se saisir du corps endormi pour l’acheminer là où on le souhaite. Pratiquement unique, cette façon de procéder sème le trouble. En effet, elle perturbe les codes de l’arrestation. Le chef de la police n’a pas besoin de voir le corps, il n’entre pas dans la pièce, il n’assiste pas à son enlèvement et à son transfert dans une des cellules du palais. Questionné par l’émir Ben Mehmed, il signifie qu’il s’agit de l’opération la plus réussie qu’il a pu réaliser59. Elle constitue un modèle du genre, unique, mais riche de promesses pour l’avenir. Mais il n’est pas possible de la réitérer. Or tout l’album est pratiquement l’histoire d’une fuite constante et des multiples tentatives visant à entraver le personnage principal, bientôt rejoint par Crouton et Libellule. Le chef de la police est au téléphone et alerte ses hommes, la conversation n’est qu’une suite de monosyllabes : « Oui ! » est répété huit fois. Mais à la seule vraie question posée par l’émir : « Ils l’ont arrêté ? », la réponse est : « Non60 ! » La neutralisation parfaite s’est transformée en un énorme fiasco, consommateur immodéré de véhicules de toutes sortes, car il fallut sacrifier, en vain, une Mercedes luxueuse, une Chevrolet décapotable, un véhicule tout terrain, deux motos, une Pontiac, une Buick, une ambulance, un camion de primeur, deux autres motos. L’arrestation est une épreuve, elle est une sorte de rite de passage. Sans elle il n’est pas possible d’accéder à la vérité du crime et la résolution de l’histoire ne peut avoir lieu.

L’épreuve de vérité

  • 61 Tillieux Maurice, Gil Jourdan, La voiture immergée, op. cit., 43 A.

22L’arrestation n’est pas comme l’enquête, un mouvement à rebours qui cherche à reconstituer ce qui s’est passé, mettant en forme les traces, les faits repérés, les événements estampillés. C’est une action de l’instant qui donne raison aux enquêteurs. En effet, elle prend, dans nombre d’albums, les allures de dévoilement. Dans La voiture immergée, sans doute l’enquête la plus célèbre de Gil Jourdan, le lecteur passe soudainement de cases sombres à d’autres éclairées. La lumière, comme la vérité, semble jaillir. Le suspect est surpris en flagrant délit. Il est en train de dévisser un tuyau de gaz. Il a apporté avec lui un détonateur qui devait servir à faire souffler l’immeuble. À son actif, le criminel a plusieurs assassinats, mais il n’est pas identifiable. Il porte un chapeau dont les larges bords projettent une ombre sur le haut du visage, donnant l’impression qu’il porte un masque. Sans que l’on sache comment, son couvre-chef a subitement disparu et ses traits apparaissent nettement. L’arrestation permet d’identifier le coupable, de dénouer l’intrigue et de boucler l’enquête61.

  • 62 Will et Rosy, Tif et Tondu, La main blanche, op. cit., 43 B.
  • 63 Will et Rosy, Tif et Tondu, Le retour de Choc, op. cit., 44 A.
  • 64 Will et Rosy, Tif et Tondu, Passez muscade, op. cit., 4A.
  • 65 Will et Rosy, Tif et Tondu, La villa du long cri, Charleroi, Dupuis, 1964, p. 112, 44 A et B.
  • 66 Will et Tillieux, Tif et Tondu, Le roc maudit, op. cit., 9 A à 12 B, et 41 A à 43 B.

23L’une des leçons de ces séries policières est de ne pas laisser de place au soupçon. Il s’avère impossible que subsiste le doute ou une part de mystère à propos de l’identité du coupable. Certes, comme avec M. Choc, demeure une interrogation sur qui il est vraiment, mais aucune sur sa responsabilité dans la conduite criminelle. À la fin de la plupart des albums, il faut que le lecteur puisse se persuader qu’il a lu les derniers exploits du génie du mal. Il est censé disparaître, englouti par les flots, dispersé dans une gigantesque explosion, pulvérisé à la suite d’un avion qui s’est écrasé au sol. La mort est d’une certaine manière une arrestation définitive. L’existence de la société peut reprendre son cours. Mais Choc, mieux que d’autres criminels restés impunis, se soustrait régulièrement à l’arrestation. À la une du Journal de Spirou daté du 17 novembre 1955, Spirou a troqué son chapeau de groom pour le képi du policier. Dans une bulle, s’adressant aux lecteurs, il s’exclame : « Nouveau coup de filet grâce à Tif et Tondu. Serait-ce enfin l’arrestation de M. Choc ? » Mais les deux héros ne parviennent pas à leurs fins. Dans un album, ils arrivent en avion à San Francisco, se retrouvent dans une fusée spatiale, sont récupérés en pleine mer par Choc, mais ils n’arrivent pas à l’appréhender. Au moment fatidique, les protagonistes découvrent que ce n’est qu’un mannequin portant le masque de Choc62. Dans Le retour de Choc, son casque est retiré, mais stupeur et surprise, il s’agit du secrétaire particulier du comte Del Marco, riche armateur63. En réalité, ce dernier porte un masque de latex, mais cette découverte n’interviendra qu’au début d’un nouvel épisode64. Lors d’une autre aventure, Choc est presque arrêté, mais au moment de le saisir, il s’effondre, cette fois ce n’est pas un mannequin mais un robot65. L’action policière est mise à mal et la clôture de l’enquête rendue impossible. D’autres situations empêchent ce « moment de vérité » de s’accomplir. Dans Le roc maudit, près de Cherbourg, un criminel, gardien de phare, tue ses trois collègues et le pilote d’un chriscraft pour s’emparer du contenu du coffre-fort dans un bateau échoué. Pour échapper à toute poursuite, il met en scène sa propre mort. Démasqué, il ne feint plus, et tente de se suicider afin de ne pas être arrêté. La mort lui semble préférable à la capture66.

  • 67 Tillieux Maurice et Gos, Gil Jourdan, Sur la piste d’un 33 tours, op. cit., 16 B.
  • 68 Ibid., 19 A et 19 B.

24Si l’arrestation n’aboutit pas, elle laisse la place à l’incertitude. Va-t-on arrêter le suspect, est-il coupable, quel sens peut-on donner à la répression ? Quel sentiment de sécurité peut-on éprouver si les forces de l’ordre laissent échapper ceux qu’elles veulent intercepter ? Sur l’autoroute une scène très cinématographique illustre cette situation. Des motards veulent arrêter le conducteur d’une voiture de couleur bleue. Ils roulent à sa hauteur afin de lui signifier qu’il doit se rabattre67. Il feint d’obtempérer, se range sur le côté, immobilise sa voiture, mais laisse le moteur allumé, puis il redémarre en trombe en heurtant violemment la moto. Le second motard engage alors la poursuite. Mais le conducteur sait qu’il ne peut rester sur l’autoroute, qu’il lui faut sortir par la première bretelle ; le second motard arrivé au niveau de sa portière lui demande de s’arrêter immédiatement, mais heurté à son tour, il perd son arme et, déstabilisée, la moto escalade un talus68. La composition des cases est mise au service de cette dynamique, dans la première le motard fait un signe en disant une seule fois « Stop », dans la seconde, trois pages plus loin, le motard crie deux fois « Stop ». Le changement d’intensité est rendu graphiquement visible et annonce l’échec de la manœuvre.

  • 69 Tillieux Maurice, Gil Jourdan, Sur la piste d’un 33 tours, op. cit., 1961, 16 B et 19 B.

Figures 6 et 7. – Maurice Tillieux, Gil Jourdan, Sur la piste d’un 33 tours69

  • 70 Tillieux Maurice et Gos, Gil Jourdan, Carats en vrac, op. cit., 40 A.
  • 71 Même si un film comme Bullit date de 1968.
  • 72 Par exemple le dénouement de l’album évoque certains films de James Bond dont la première édition (...)

25L’arrestation ratée, c’est la déroute de l’enquête, le monde devient chaos. Les folles poursuites, les explosions, les demeures en feu ou les maisons qui s’effondrent préfigurent la fin du monde. Lorsque l’arrestation ne peut être réalisée ou bien lorsqu’elle ne correspond pas à ce qui était prévu, toute la machinerie dérape. Les normes et les règles volent en éclats, plus rien ne peut fonctionner. Il devient donc impératif d’aboutir. Avec Tif et Tondu ou Gil Jourdan, il arrive que l’arrestation tourne au fiasco, malgré le déploiement policier. Par exemple, un agent est sur les toits avec sa mitraillette, il tente d’arrêter une voiture qui est parvenue à se hisser jusque-là, les balles vont se perdre sur la façade des immeubles, pénétrant par les fenêtres dans les immeubles, mettant en péril la vie de ses occupants70. Le lecteur suit les aventures palpitantes, la course-poursuite qui s’engage vaut celle que l’on peut voir à l’époque sur les écrans de cinéma : carambolage géant, cascades, changement de véhicules… L’image fixe tient en haleine le public aussi bien l’image animée. La scène de l’arrestation connaît un véritable épanouissement, elle est en phase avec son époque et emprunte au langage cinématographique une partie de son contenu, évoquant films noirs cultes71 ou films d’espionnage à succès72.

  • 73 Will et Rosy, Tif et Tondu, Passez muscade, Dupuis, 1956, 44B.

26Souvent la vérité sur les activités criminelles s’impose au moment de l’arrestation. À peine les menottes ont-elles été passées aux poignets que malfrats, comparses ou même des criminels endurcis passent aux aveux. Nombre de personnages se montrent bavards73. L’aveu a été pendant longtemps préférable aux témoignages ou même à la preuve expertale. Avouer c’est non seulement reconnaître les faits, la part de responsabilité de chacun, mais c’est aussi donner raison à l’action policière et surtout justifier l’arrestation.

Que fait la police ?

  • 74 Tillieux Maurice, Libellule s’évade, Charleroi, Dupuis, 1959, 6.
  • 75 Ibid., 33A.

27Dessinés et écrits par Tillieux seul, les deux premiers albums des aventures de Gil Jourdan, publiés dans le Journal de Spirou puis en album en 1959, ont connu un très important succès auprès des lecteurs, mais ils ont été censurés pour irrespect envers la police française. L’interdiction sera levée treize ans plus tard. Il est vrai que l’inspecteur Crouton est souvent ridiculisé, notamment dans ses tentatives d’arrestation. Dans la première livraison des enquêtes de Gil Jourdan, André Paignolles, dit Libellule, s’évade avec la complicité du détective privé. L’inspecteur Crouton leur demande de s’arrêter. Mais ce qui se voulait un ordre se révèle un cri d’impuissance74. À terre, à plat vendre sur la chaussée pavée, il lève sa canne et s’exclame : « Au nom de la loi, du roi, de la république et de moi-même, arrêtez ! ! » Dans une deuxième vignette, la scène se passe sur un paquebot qui a quitté Marseille pour Gêne, l’inspecteur fait une déclaration menaçante et le lecteur pourrait s’inquiéter pour les deux héros75, mais le représentant de la police française n’a pas les moyens de ses paroles. Ignorant qu’il s’est fait subtiliser son portefeuille, il ne pourra prouver son identité auprès du commandant de bord et mettre en arrestation Libellule et Gil Jourdan. Le cri de l’inspecteur est inaudible.

  • 76 Tillieux Maurice et Gos, Gil Jourdan, Sur la piste d’un 33 tours, op. cit.
  • 77 Tillieux Maurice et Gos, Gil Jourdan, Sur la piste d’un 33 tours, op. cit., p. 4 A.

28À plusieurs reprises la police est l’objet de plaisanteries diverses. Ainsi dans Sur la piste d’un 33 tours76, un professeur un peu naïf a pressé un disque où se trouve enregistrée une formule permettant à un ordinateur de penser par lui-même. Une bande d’escrocs veut s’en emparer car ils voient l’énorme profit qu’ils pourraient retirer des applications militaires d’engins capables de choisir leurs cibles. Toutefois, à la suite d’une confusion, le disque du savant est échangé avec un autre dans lequel une vedette de la chanson, Greta Love, vante les mérites de l’arrestation et chante « Mon flic et moi/On est les rois/Quand on s’balade/Dans l’panier/dans l’panier à salade77 ».

  • 78 Tillieux Maurice, Gill Jourdan, Popaïne et vieux tableaux, op. cit., 45 B.
  • 79 Tillieux Maurice, Gil Jourdan, Surboum pour 4 roues, op. cit., 46 A et 46 B.
  • 80 Tillieux Maurice et Gos, Carats en vrac, op. cit., 40 A.

29Dans les deux dernières cases de Popaïne et vieux tableaux, un marquis, âgé, invité à une réunion mondaine dont l’enjeu était d’exposer les dernières toiles prestigieuses acquises par le maître des lieux, évoque les vaches entraperçues plus tôt dans la journée. Quiproquo et jeux de mots se télescopent. Le marquis est de bonne foi, et ses remarques ne visent que la conversation du début de soirée, mais il est amené sans ménagement par deux gardiens de la paix, persuadé qu’on les a traités de vaches. La scène est vue de loin, en ombres chinoises. Dans la dernière case présentée aux lecteurs dans le Journal de Spirou daté du 16 janvier 1958, un des deux policiers indignés s’adresse au commissaire : « Outrage à la police, commissaire ! Il nous a dit en nous voyant : “Dommage qu’une aussi belle soirée ait été gâtée par les vaches78 !” » Dans Surboum pour 4 roues, la voiture des bandits qui ont revêtu l’uniforme de policiers fait une embardée, quitte la route pour venir s’encastrer dans un muret et défoncer le grillage d’un élevage de poulets, l’un des occupants de la 404 accidentée s’écrie : « C’est le jour des poulets. » Une fois les passagers du véhicule menottés, l’éleveur se précipite vers Crouton lui demandant : « Et mes poulets… qui va les rattraper ? » Et l’inspecteur de lui répondre « Les miens !… Vous deux, courez après ceux de monsieur ! », et les deux policiers, en civil, de répondre à leur tour, « Oui, chef ! » d’un air imperturbable pour le premier, « Avec joie, chef ! ! ! », avec une mimique désapprobatrice pour le second79. Toutefois, c’est lors d’une scène spectaculaire que l’humour dirigé contre les policiers se montre particulièrement sarcastique. Les lecteurs découvrent un mari grincheux dire qu’il a horreur du poulet, qu’il en a « jusque-là » et demande à sa femme : « Qu’est-ce que c’est que ce raffut ? » Un policier qui vient de glisser en essayant d’arrêter deux bandits tombe sur le balcon à ses pieds et elle répond : « J’ai bien peur que ce ne soit encore un poulet chéri80 » On comprend que ce type d’humour, une des marques de fabrique de la série, permettant de ralentir le suspens ou de faire retomber un peu la pression n’ait pas été bien perçu.

  • 81 Will et Tillieux, Tif et Tondu contre le cobra, op. cit., 41 B.
  • 82 Will et Tillieux, Tif et Tondu, Un plan démoniaque, op. cit., 14 B.

30Dans Tif et Tondu, la critique est parfois tout aussi mordante. Les policiers se trompent fréquemment, ils interpellent les deux héros, tenus pour responsables des méfaits et crimes commis, au point qu’un commissaire est obligé de s’excuser platement81. Dans d’autres albums, ce ne sont pas les policiers qui prennent les risques et mènent l’enquête. Les gangsters ou les malfrats sont remis à la police et à la gendarmerie, ils se contentent de les réceptionner. Dans Un plan démoniaque, scénarisé par Rosy en 1973, la censure contre Gil Jourdan a été levée il y a peu, Tif s’insurge : « Il y a une espèce de Néanderthal qui m’a poché l’œil, et j’ai bien envie de vous en faire autant. » Le réceptionniste aux allures de majordome lui répond avec beaucoup de flegme, au sujet de deux inspecteurs qui ont interpellé un suspect. Comme s’il s’agissait d’une évidence, il lui confie : « La police est parfois brutale, monsieur82. »

  • 83 Will et Tillieux, Tif et Tondu, Le retour de la bête, op. cit., 44 B.

31Dans Le retour de la bête, scénarisé cette fois par Tillieux et publié en album en 1976, le principal personnage négatif s’appelle Aspumo Wilfred, c’est lui qui dans une association de malfaiteurs apporte les fonds. S’il est fiché, soupçonné de trafic de drogue, il n’a subi aucune condamnation. Il a toutes les allures d’un dandy, silhouette svelte, élégant, cheveux lisses et longs jusqu’aux épaules, costume et cravate claire. à la dernière page, alors que lui et ses complices sont arrêtés, il se plaint tout d’abord qu’il a travaillé pour rien, que ses petites mains sont pleines d’ampoules, tout cela « pour les poulets », se désole-t-il. Tondu qui a failli être tué par lui, à la suite d’une course-poursuite, lui assène un grand coup de bouteille de whisky sur la tête. à l’avant-dernière case, il est étourdi, à genoux, la tête lui tourne, visualisée par un petit tourbillon dessiné juste au-dessus de lui et quelques étoiles qui suivent le mouvement. Il s’exclame : « Mais c’est une brutalité policière ça ! », et Tondu lui rétorque « Ah oui ! Qu’est-ce qu’une brutalité policière83 ? » L’arrestation peut donc être prétexte à dénoncer l’emploi de la force physique. Lorsque la critique ne va pas jusque-là, elle désacralise l’institution, se gausse des policiers et parfois des gendarmes, mais en même temps, les enquêtes et aventures insistent sur le fait que ces derniers sont indispensables pour valider l’arrestation.

  • 84 Tillieux Maurice et Gos, Gil Jourdan et les fantômes, op. cit., 44 B.
  • 85 Tillieux Maurice et Gos, Gil Jourdan, Sur la piste d’un 33 tours, op. cit., 38A.

32Dans la bande dessinée, le droit d’arrestation n’est pas précisé, il semble aller de soi. Interpeller quelqu’un, s’en saisir, l’assommer, le ligoter, le précipiter dans un ravin n’apparaît pas comme une opération encadrée par des règles précises. Un soupçon suffit parfois à déplacer des forces conséquentes. Il suffit que les héros l’aient décidé pour la rendre légitime sans jamais vraiment la justifier. Certes les circonstances, l’enchaînement de situations donnent raison, mais a posteriori. Dans l’instant, se manifeste une sorte de foi tranquille dans le bien-fondé de l’arrestation. Il est vrai que dans les albums retraçant les enquêtes et les aventures de Gil Jourdan et de Tif et Tondu, les méchants sont vraiment méchants. Ils peuvent pratiquement tout se permettre et constituent une menace mortelle. De la sorte, les réduire à l’immobilité apparaît comme une nécessité absolue. Avec l’arrestation, les personnages principaux sont plus des justiciers que des limiers. S’ils mènent l’enquête, ils n’hésitent pas à user des différents moyens à leur disposition, de la ruse à la force. Ces bandes dessinées renseignent sur les modalités et les procédures de l’arrestation, ils constituent une sorte d’inventaire des manières de faire, du barrage dressé sur une route à l’empoignade individuelle. L’arrestation est bien une balise qui fonctionne à l’intérieur d’une intrigue et qui annonce sa clôture, même si cette dernière peut tarder. Immédiate ou différée, elle met un terme au mouvement, rétablit les choses perturbées par l’enquête. Des années 1950 à la fin des années 1970, certains problèmes apparaissent de manière implicite, la coopération des polices, le passage d’une société où l’autorité domine à une autre qui aspire à davantage de liberté et à une transformation des mœurs et des hiérarchies, mais se devine aussi, autour des années 1960, la crise du scénario qui, pour des raisons diverses, affecte la maison Dupuis. Dans un des albums, Libellule sous couvert d’une dernière plaisanterie, change de ton et lance à la cantonade : « D’ailleurs, les bons scénaristes, maintenant, Hein ? Tandis qu’avant84… » Mais l’arrestation semble passer au travers, dans presque tous les albums, elle constitue un moment phare, même si parfois elle est sans panache, le personnage recherché tendant lui-même les poignets85. De la sorte, les codes sont respectés mais amoindris. Heureusement pour les lecteurs, la plupart des malfrats et des gangsters, s’ils finissent par se rendre, ne se laissent pas faire.

Notes

1 Pour Gil Jourdan, Tout Gil Jourdan, publié en 1985-1987 puis d’une seconde intégrale, remarquable, que l’on peut considérer comme l’édition définitive, à partir de 2009. Pour Tif et Tondu, à partir de 2007, 13 volumes à ce ce jour, eux aussi soignés. Les intégrales sont publiées par les éditions Dupuis.

2 Les tirages des albums des deux séries sont assez similaires. En 1980, en vente cumulée, les albums de Gil Jourdan atteignaient 1 190 000 et ceux de Tif et Tondu 1 176 000. Voir Brun Philippe, Histoire de Spirou et des publications Dupuis, Jacques Glénat/Dupuis, 1981, p. 18.

3 Tif fut créé par Fernand Dineur et apparaît dans le no 1 du Journal de Spirou à la date du 21 avril 1938.

4 La bande dessinée s’extirpe de l’avant-guerre, des personnages qui survivent doivent s’adapter, sinon ils sont discrédités, perçus comme ridicules. Il en va de Tondu qui a, dans sa chevelure, des sortes d’épis ou de pointes. Pour une vue d’ensemble, voir Porret Michel (dir.), Objectif bulles. Bandes dessinées et histoire, Genève, Georg éditeur, coll. « L’Équinoxe », 2009 ; Ory Pascal, Martin Laurent, Mercier Jean-Pierre et Venayre Sylvain (dir.), L’art de la bande dessinée, Paris, Citadelles et Mazenod, 2012.

5 Will (Willy Maltaite) reprend la série avec Fernand Dineur en 1948 (La cité des rubis), mais c’est l’arrivée de Rosy (Maurice Rosy) comme scénariste de Contre la main blanche (1955) qui lui donne un rayonnement encore inégalé.

6 Voir en particulier personnages principaux de Félix (Félix, Allume-Gaz, Inspecteur principal Alonzo Cabarez) qui manifestement, avec des variantes bien sûr, ont servi de modèle à Gil Jourdan, Libellule et Crouton. Quant aux scenarii, ils sont parfois aussi réemployés dans Tif et Tondu, en particulier Le phare de la mort et Le cinquième cadavre qui sont fondus pour donner naissance à l’album intitulé Le roc maudit et dont les premières planches furent publiées dans le numéro 1696 du 15 octobre 1970 de Spirou.

7 À la fin des années 1970 un autre lectorat est visé, celui des adultes, comme en témoignent les titres nouveaux : Fluide glacial (1975), Métal Hurlant (1975), à Suivre (1977). La période coïncide aussi avec la participation de Desberg (1977) au scénario de Tif et Tondu, puis à la mort de Maurice Tillieux (1978), tué dans un accident de la route. Six ans plus tard les éditions Dupuis changent de main, la famille vend ses parts et une nouvelle étape est franchie dans la « bande dessinée industrielle ».

8 Maurice Tillieux, à la fois scénariste et dessinateur, inventeur de Gil Jourdan, prend, à partir de 1968 (L’ombre sans corps), la suite de Rosy pour les textes de Tif et Tondu.

9 Tillieux Maurice, Gil Jourdan, Popaïne et vieux tableaux, Charleroi, Dupuis, 1959 [1957-1958 dans le Journal de Spirou].

10 Tillieux Maurice, Gil Jourdan, Popaïne et vieux tableaux, op. cit., 1 B.

11 Tillieux Maurice, Gil Jourdan, Libellule s’évade, Charleroi, Dupuis, 1959 [1956-1957], 33 A.

12 Tillieux Maurice, Gil Jourdan, Surboum pour 4 roues, Charleroi, Dupuis, 1963 [1961-1962], 45 A.

13 Tillieux Maurice et Gos, Gil Jourdan, Sur la piste d’un 33 tours, Charleroi, Dupuis, 1973 [1972], 19 B.

14 Will et Tillieux Maurice, Tif et Tondu, Le retour de la bête, Charleroi, Dupuis, 1976, 44 A.

15 Rosy et Will, Tif et Tondu, Le fantôme du Samouraï, Charleroi, Dupuis, 1958, 15 B.

16 Rosy et Will, Tif et Tondu, Au coin de la pompe, Risque-Tout, Charleroi, Dupuis, 1958, 4 B.

17 Will et Tillieux, Tif et Tondu, Le retour de la bête, op. cit., 44 A.

18 Will et Tillieux, Tif et Tondu, Aventure Birmane, Charleroi, Dupuis, 1975, 44 A.

19 Will et Rosy, Tif et Tondu, La main blanche, Charleroi, Dupuis, 1955, 25 A.

20 Will et Rosy, Tif et Tondu, Le retour de Choc, Charleroi, Dupuis, 1955, 43 B. Dans Traitement de Choc, scénarisé par Desberg, Choc revient après vingt années de disparition.

21 Will et Rosy, Tif et Tondu, Le retour de Choc, op. cit., 14 A.

22 Dans la cave d’un immeuble, Tillieux Maurice, La voiture immergée, Charleroi, Dupuis, 1960, 42 B et 43 A.

23 Will et Rosy, Tif et Tondu, A 33 pas du mystère, Charleroi, Dupuis, 1970, 4 B.

24 Will et Tillieux, Tif et Tondu, Le roc maudit, Charleroi, Dupuis, 1970, 41 B.

25 Maurice Tillieux, Gos, Gil Jourdan, Carats en vrac, Charleroi, Dupuis, 1971.

26 Les albums des deux séries en contiennent un très grand nombre, par exemple une Narval, une 403, une Rolls, une Coccinelle.

27 Voir par exemple, Will et Rosy, Tif et Tondu, La villa du long cri (1964) ou Choc au Louvre (1964).

28 Husserl Edmund, Idées directrices pour une phénoménologie, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1985 [1950], traduction de Paul Ricœur, p. 8.

29 Laplantine François, L’anthropologie, Paris, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 1995 et Mauss Marcel, Manuel d’ethnographie, Paris, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 1989.

30 Tillieux Maurice, Gil Jourdan, L’enfer de Xique-Xique, Charleroi, Dupuis, 1962.

31 Par exemple, Tillieux Maurice, Les 3 taches, Charleroi, Dupuis, 1965, 41 B et 42 A, ou Will et Rosy, Les flèches de nulle part, Charleroi, Dupuis, 1965, 43 A et B.

32 Voir en particulier Boillat Alain (dir.), Les cases à l’écran. Bandes dessinées et cinéma en dialogue, Genève, Georg éditeur, coll. « L’Équinoxe », 2010.

33 Tillieux Maurice, Gil Jourdan, Popaïne et vieux tableaux, op. cit.

34 Will et Rosy, Tif et Tondu, Le retour de Choc, op. cit., 14 A.

35 Will et Tillieux, Tif et Tondu, Le scaphandrier mort, Charleroi, Dupuis, 1973, 43 A.

36 Tillieux Maurice et Gos, Gil Jourdan, Carats en vrac, op. cit.

37 Will et Rosy, Passer muscade, Charleroi, Dupuis, 1956, 43 B et 44 B.

38 Kracauer Siegfried, Le roman policier, Paris, Payot, 1981 [1926 et 1971], p. 75-90.

39 Ibid. Les voyageurs et les détectives ne sont pas ici « échoués dans leur fauteuil », le hall n’est pas un lieu retiré du monde, vide de sens : « Les personnages inconscients dans le hall d’hôtel représentent eux aussi toute la société ; mais cela non pas parce que la transcendance élèverait ici l’homme à sa propre hauteur, mais parce que l’agitation sociale de l’immanence se dissimule encore. » (P. 89.)

40 Tillieux Maurice, Gil Jourdan, Le gant à trois doigts, Charleroi, Dupuis, 1966, 3B.

41 Will et Rosy, Tif et Tondu, La matière verte, Charleroi, Dupuis, 1967, 24 B.

42 Ibid.

43 Will et Tillieux, Tif et Tondu, Un plan démoniaque, Charleroi, Dupuis, 1973, 15 A.

44 Tillieux Maurice, Gil Jourdan, L’enfer de Xique-Xique, op. cit., 13 A et 13 B.

45 Tillieux Maurice, Gil Jourdan, Chaud et froid, 1969, Charleroi, Dupuis, 1 A et B.

46 Par exemple, Will et Tillieux, Tif et Tondu contre le cobra, Charleroi, Dupuis, 1969, 40 A et B et 41 A et B.

47 Tillieux Maurice, Gil Jourdan et les fantômes, Charleroi, Dupuis, 1972, 44 A.

48 Voir le bel essai de Dosse François, Renaissance de l’événement. Un défi pour l’historien : entre sphinx et phénix, Paris, PUF, coll. « Le nœud gordien », 2010.

49 Will, Tillieux et Desberg, Tif et Tondu, Le gouffre interdit, Charleroi, Dupuis, 1977, 44 A.

50 Tillieux et Gos, Gil Jourdan, Carat en vrac, op. cit., 34 B

51 Tillieux Maurice, La voiture immergée, Charleroi, Dupuis, 1960, 41 B et 42 A et B.

52 Will et Rosy, Tif et Tondu, La main blanche, op. cit., 17 B et 19 A.

53 Tillieux Maurice, Gil Jourdan, Les cargos du crépuscule, Charleroi, Dupuis, 1961, 42 B.

54 Ibid.

55 Will et Rosy, Le retour de Choc, op. cit.

56 Tillieux Maurice et Gos, Gil Jourdan et les fantômes, Charleroi, Dupuis, 1972, 44 A.

57 Will et Tillieux, Tif et Tondu, Un plan démoniaque, Charleroi, Dupuis, 1973, 43 A.

58 Tillieux Maurice, Le gant à trois doigts, op. cit., 4 B et 5B

59 Ibid., 6A.

60 Ibid., 21 B.

61 Tillieux Maurice, Gil Jourdan, La voiture immergée, op. cit., 43 A.

62 Will et Rosy, Tif et Tondu, La main blanche, op. cit., 43 B.

63 Will et Rosy, Tif et Tondu, Le retour de Choc, op. cit., 44 A.

64 Will et Rosy, Tif et Tondu, Passez muscade, op. cit., 4A.

65 Will et Rosy, Tif et Tondu, La villa du long cri, Charleroi, Dupuis, 1964, p. 112, 44 A et B.

66 Will et Tillieux, Tif et Tondu, Le roc maudit, op. cit., 9 A à 12 B, et 41 A à 43 B.

67 Tillieux Maurice et Gos, Gil Jourdan, Sur la piste d’un 33 tours, op. cit., 16 B.

68 Ibid., 19 A et 19 B.

69 Tillieux Maurice, Gil Jourdan, Sur la piste d’un 33 tours, op. cit., 1961, 16 B et 19 B.

70 Tillieux Maurice et Gos, Gil Jourdan, Carats en vrac, op. cit., 40 A.

71 Même si un film comme Bullit date de 1968.

72 Par exemple le dénouement de l’album évoque certains films de James Bond dont la première édition date de 1962.

73 Will et Rosy, Tif et Tondu, Passez muscade, Dupuis, 1956, 44B.

74 Tillieux Maurice, Libellule s’évade, Charleroi, Dupuis, 1959, 6.

75 Ibid., 33A.

76 Tillieux Maurice et Gos, Gil Jourdan, Sur la piste d’un 33 tours, op. cit.

77 Tillieux Maurice et Gos, Gil Jourdan, Sur la piste d’un 33 tours, op. cit., p. 4 A.

78 Tillieux Maurice, Gill Jourdan, Popaïne et vieux tableaux, op. cit., 45 B.

79 Tillieux Maurice, Gil Jourdan, Surboum pour 4 roues, op. cit., 46 A et 46 B.

80 Tillieux Maurice et Gos, Carats en vrac, op. cit., 40 A.

81 Will et Tillieux, Tif et Tondu contre le cobra, op. cit., 41 B.

82 Will et Tillieux, Tif et Tondu, Un plan démoniaque, op. cit., 14 B.

83 Will et Tillieux, Tif et Tondu, Le retour de la bête, op. cit., 44 B.

84 Tillieux Maurice et Gos, Gil Jourdan et les fantômes, op. cit., 44 B.

85 Tillieux Maurice et Gos, Gil Jourdan, Sur la piste d’un 33 tours, op. cit., 38A.

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Will et Tillieux, Tif et Tondu, Aventure Birmane18
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90460/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Légende Figure 2. – Le grand hôtel (La matière verte)42
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90460/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Légende Figure 3. – Will, Tillieux et Desberg, Tif et Tondu, Le gouffre interdit49
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90460/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 169k
Légende Figure 4. – Tillieux et Gos, Gil Jourdan, Carat en vrac50
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90460/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Figure 5. – Maurice Tillieux, Gil Jourdan, Les Cargos du crépuscule54
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90460/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 183k
Légende Figures 6 et 7. – Maurice Tillieux, Gil Jourdan, Sur la piste d’un 33 tours69
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90460/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 137k

Auteur

Professeur d’histoire contemporaine, université de Poitiers. Centre de recherche interdisciplinaire en histoire, histoire de l’art et musicologie, EA 4270.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site