Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'arrestation

 | 
Pierre Prétou
, 
Frédéric Chauvaud

Première partie. Penser et imaginer l'arrestation

L’arrestation dans le dessin satirique de presse à la Belle Époque

Laurent Bihl

Texte intégral

  • 1 Guillemot Maurice, « Pierrot-Willette », Revue illustrée, 2 avril 1889.

« D’où êtes-vous ?, scrongnegnieu.
— Moi ? De Montmartre…
— C’était aux abords de Granville, l’été dernier, Willette revenait par les galets du bord avec, sur son dos, une immense besace remplie des provisions qu’il avait été quérir. Le béret en arrière, la pipe à la bouche, de gros sabots aux pieds, l’artiste n’inspira pas confiance à Pandore qui faisait sa tournée avec son compagnon, et, flairant un maraudeur, les deux gendarmes galopèrent sus au “Raphaël des Pierrots”, comme l’a si bien appelé Bergerat. La réponse incompréhensible qu’ils obtinrent à leur brutal interrogatoire, les rassura pleinement. Montmartre, pays absolument inconnu de la gendarmerie du département de la Manche1. »

1Sous la plume d’un journaliste de ses amis, cette évocation de la mésaventure du caricaturiste Adolphe Willette en 1889, interpellé au bord de la mer, laisse un souvenir suffisamment fort à l’intéressé pour qu’il la mette en image pour la Revue illustrée et qu’il s’en souvienne encore en 1923.

2Un discours public retranscrit dans le journal local précise alors les raisons de cette interpellation :

  • 2 Texte du discours d’Adolphe Willette à la fête de Saint-Nicolas de Granville, rapporté sous le titr (...)

« Ah les braves gens ! [Il parle de ses amis paysans du village où il habite.] Comme ils ont rigolé en me voyant arrêté sur la grand-route, à deux pas de chez moi, par deux bons gendarmes soupçonneux ou tout au moins intrigués par ma mise pittoresque et par l’étrangeté de mon fardeau. Revenant de faire mon marché à Granville, j’allais jambes et pieds nus, les sabots accrochés à la ceinture et portant en bandoulière maints cruchons du pays sur lesquels j’avais peint pour éviter toute confusion, Victor Hugo pour l’huile à brûler, Sarah Bernhardt pour le vinaigre, etc.2. »

Figure 1. – Sans titre, Adolphe Willette, La Revue illustrée, 2 avril 1889. Collection particulière

  • 3 Willette Luc, Pierrot de Montmartre, Précy sous-Thil, éditions de l’Armançon, 1991, p. 116. Luc Wil (...)

3Le biographe et petit-fils de Willette donne une explication d’une telle hypermnésie de l’artiste, puisque celui-ci aura dû parcourir à pied « entre les deux gendarmes, les douze kilomètres qui séparent sa retraite de la ville3 ».

4Une évocation souriante, mais pour le moins prémonitoire puisque déjà, en 1885, débutait ainsi l’auto-présentation de l’artiste dans Le Courrier français :

  • 4 Félicien Champsaur (1858-1934), écrivain de la bohème Fin de siècle et ancien ami de Willette. Brou (...)
  • 5 « Willette », Le Courrier français, no 20, 17 mai 1885, p. 3.

« Il est onze heures cinquante-cinq du soir. Willette se promène sur le boulevard extérieur ; il chante, donc il pleut.
— Le gardien de la paix no 275 : “On ne vait pas de dabache tetans la rue la nuit ! Allons hue ! Chez le commissaire.” (Il lui donne deux coups de poing sur la goule, lui retire une poignée de cheveux et lui flanque trois coups de bottes dans les reins.) […]
— Le commissaire : “Votre nom ?”
— Le prévenu : “Mon père se nomme le colonel Willette. Il habite un petit coin à l’hôtel des Invalides, que le grand roi fit construire pour le musée d’artillerie, pour l’administration, le télégraphe, l’armée active, l’intendance, pour le peintre qui a fait le portrait de Faidherbe, pour la sellerie de la garde républicaine, pour…”
— Le commissaire : “Assez ! Votre âge ?” — Le prévenu : “Je compte trois ans de plus que votre ami Séraphin Champsaur4.”
— Le commissaire : “Votre domicile ?”
— Le prévenu : “Voie lactée, étoile no 5.09000000, septième ciel.”
— Le commissaire : “Votre profession ?”
— Le prévenu : “Pendant huit ans, j’ai fait reluire des fonds de culotte au lycée de Dijon. À présent, je fais des bonshommes pour Le Figaro, Le Chat noir et Le Courrier français5.” »

  • 6 Kalifa Dominique, L’encre et le sang, récits de crime et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, (...)

5La notice biographique est tournée sous la forme d’un interrogatoire fictif, truffé d’anecdotes et d’allusions plus ou moins explicites à la sociabilité des cabarets de Montmartre. Par-delà le pittoresque, c’est bien le caractère emblématique de la confrontation entre force de l’ordre et marginalité qui fait sens ici, en tant que symbole de la subversion intrinsèque de l’être non normé, arraisonné au soupçon d’être asocial. L’arrestation est montrée comme systématique et constitutive d’un système dénoncé comme répressif, qu’il s’appuie sur les gendarmes ou les policiers. Une telle vision se fonde à la fois sur une base de vérité et sur son instrumentalisation politique de la part de dessinateurs satiristes, peu enclins à célébrer le pouvoir. Willette a goûté aux joies du poste de police à l’occasion d’expéditions « antipropriétaires » menées par Jules Jouy au début des années 1880. Les descentes ne sont pas rares aux abords du Chat noir ou de la Taverne du bagne et son amertume s’en trouve renforcée. Mais cet aperçu n’est pas si loin de la très contemporaine dénonciation des contrôles au faciès dans le département de la Seine-Saint-Denis. Vers 1900, L’Assiette au beurre bataille contre le « journal policier » qu’est selon elle Le Matin en 1904 et La Guerre sociale continue de dénoncer l’« infamie policière » et « les apaches de mœurs », en particulier lors de l’affaire Liabeuf en 19106.

6Ce réalisme sordide rejoint l’affrontement comique traditionnel de Guignol contre le gendarme, dichotomie elle-même chargée symboliquement et politiquement.

7De l’allégorie à la subversion, du rire à la prétention d’exprimer le réel, le caricaturiste se revendique comme un révélateur d’une grande part de la violence sociétale, un « justicier » des abus prétendument causés par la force publique. L’éternelle question est de déterminer à quel point il reflète la réalité (ou exprime sa vision de celle-ci), mais surtout comment le corpus conséquent des images satiriques consacrées à l’arrestation dans les pages de la presse satirique a pu véhiculer puis pérenniser un certain nombre de truismes sur les violences produites par l’action publique. Une fois encore, ce « désamour » de la police de rue est fort contemporain, tout comme le paradoxe qui le voit cohabiter avec la fascination collective pour les faits divers, le rôle des enquêteurs ou des policiers de fiction.

8Revenons un instant aux lignes précitées. Que nous esquissent-elles de l’imaginaire de l’arrestation, traduit par l’humoriste Willette ?

  • 7 Voir à ce sujet Piazza Pierre, « La fabrique “bertillonienne” de l’identité. Entre violence physiqu (...)
  • 8 Weber Eugen, Peasants into Frenchmen: the modernisation of rural France, 1870-1914, Stanford, Stanf (...)

9Tout d’abord, la procédure d’identification ressort clairement, assortie du contrôle qui extrait l’individu anonyme de la masse, ou prétend vérifier les raisons de sa présence dans un lieu désert, avec le couperet du soupçon de vagabondage. L’arrestation revient à délivrer ponctuellement un certificat de conformité en réponse au doute de la force publique. Le ton provocateur de Willette le campe en artiste décalé face à cette injonction normative. La fausse naïveté du Pierrot lunaire, de l’adulte dessinant des bonhommes, inscrit en creux une critique de l’ordre bourgeois dont l’acte autoritaire se trouve au cœur du contrôle policier, avant le passage devant le commissaire ou le juge. L’image le montre dominé par la silhouette imposante des deux gendarmes à cheval, la pose mi-matamore, mi-souveraine face à l’homme à pied démuni et fragile. Point de ricanement ou de pied de nez frondeur, point de pot dessiné ou de galoche en sautoir… Le ton est plus neutre, donc plus grave que ne l’est le texte. C’est une première indication de la veine satirique sur ce thème de l’arrestation : le volume d’œuvres montrant la force publique en action dans le dessin de presse (comique ou non) ne laisse pas d’étonner. Si le sujet ou la légende peuvent prêter à rire dans le projet satirique, le trait est souvent plus grave, à moins qu’il ne ridiculise justement la gravité ou la violence des représentants de l’ordre. Drôle ou non, l’entrave ponctuelle à la liberté n’est jamais loin du déni de justice pour l’opinion. Le scandale affleure, source d’inspiration pour le caricaturiste. Le lieu s’impose tout de suite comme une lisière, posant insensiblement le problème de la zone d’exercice de l’état de droit : chemin, route dépourvue d’habitat, boulevard périphérique en proximité de « zone », c’est l’inconscient collectif aux prises avec ses fantasmes qui est ici retourné en une critique de l’abus de pouvoir sous-tendu par la volonté du « tout-contrôle ». Le dessin satirique permet de toucher à une schizophrénie contemporaine qui se crée l’absolue nécessité d’une liberté complète de l’individu assortie d’une sécurité sans faille du citoyen. Le parcours des images de l’arrestation des couvertures drolatiques vers la presse fait-diversière et sa réciproque recoupe assez bien un tel paradoxe, accompagnant le processus d’urbanisation, la médiatisation de l’événement et la modernité en cours d’élaboration. Contrôler les identités, c’est d’abord surveiller le mouvement des hommes et, par conséquent, l’embryon d’une organisation du monde du travail. C’est ainsi que le contrôle du livret ouvrier est obligatoire depuis 1854, mesure symptomatique du contrôle social mis en place par les services de Morny, de Persigny puis de Billault au début du Second Empire. Peu à peu, la fraude identitaire et l’obsession de pouvoir justifier de son état civil montent en puissance jusqu’à la Première Guerre mondiale : le développement de l’anthropométrie ou l’engouement pour les Frégoli plus ou moins malfaisants de la littérature populaire, sont autant de témoignages d’une tendance qui s’érige peu à peu en enjeu politique national7. Arrêter un quidam, c’est le sortir de l’anonymat, de la masse, et le montrer justement à cette foule comme un surgeon extrait et potentiellement à expulser, à retrancher du groupe social. Une telle mise en cible est synonyme d’infamie. Cette exposition au regard collectif producteur de réprobation (voire de violence) demeure l’une des antiennes des satiristes comme des dessinateurs fait-diversiers. Leurs objectifs sont quasiment contraires et, contradiction ou non, leur lectorat en partie commun. Mais le lieu pose également le problème de la relégation sociale. Le chômeur marginalisé comme vagabond se trouve alors gibier et victime d’un processus visant à interner les sans-travail, considérés tout à la fois comme oisifs et délinquants, voire même comme subversifs. Il n’est pas indifférent que les deux gendarmes du dessin soient encadrés par une église sur la gauche et par un château fort à droite, qu’ils soient accompagnés de corbeaux, que le décor soit borné en latéral par un fil électrique. Passé et présent façonnent le paysage mental du public citadin en une suite de schèmes que l’on retrouve stylisés dans le dessin de presse avec une fréquence significative. Le gendarme constitue une sorte de vigie intermittente de cette fiction de l’au-delà urbain, de même que le sergent de ville constitue une figure omniprésente de la rue. La solennité accolée au militaire doit moins à l’uniforme qu’à l’imaginaire lié à son action supposée « personnification du gouvernement au village » pour reprendre les mots d’Eugen Weber8. Éternel prestige du bicorne, au regard de la vulgarité sciemment conférée au policier du quotidien, au ras du pavé.

  • 9 La pièce Le commissaire est bon enfant, comédie en un acte de Georges Courteline et Jules Lévy (che (...)
  • 10 Ces formules sont extraites de deux articles d’Octave Mirbeau, « Une perquisition en 1894 », Le Jou (...)

10L’autoreprésentation du satiriste en Pierrot vagabond permet d’interpréter les portraits de trimardeurs comme autant de manifestes de sympathie presque « solidaires » de l’artiste bohème vers celui qu’il voit comme son double en rupture d’attache. La crainte du gendarme est alors leur premier dénominateur commun. La brutalité aveugle est un autre signe récurrent qui accompagne l’arrestation : dans l’autobiographie fictionnelle citée ci-dessus, Pierrot se fait « cabosser » avant de devoir répondre aux questions réglementaires du commissaire. Dans la réalité, Willette doit faire douze kilomètres à pieds pour pouvoir justifier de son identité. À chaque fois, il y a déni d’humanité par la motivation d’une stricte application des ordres et des règlements. Comme chez son ami Courteline sur les planches9, l’absurdité issue de l’uniformité comportementale produit de la violence dans les dessins de Willette, une violence systématique puisque a priori. Elle s’accompagne bien évidemment de la disqualification graphique de l’agent en butor, voire en brute ou en animal. La férocité de l’arrestation représentée vise à exacerber encore le cliché. Le sabir du « flic » recoupe un patois plus ou moins germanisant, avec à la clé un amalgame entre différentes qualités négatives attribuées à la force autoritaire, remettant implicitement en question le caractère républicain du pouvoir. N’oublions pas que l’explosion de la presse satirique s’inscrit dans le début des années 1880, période à laquelle les artistes ont été littéralement chassés du Quartier latin en quelques années par un quadrillage répressif très rigoureux exercé par les forces de l’ordre, sur ordre d’une préfecture de police soucieuse d’éviter la moindre réplique du récent séisme communard. Parodier, caricaturer, exagérer une scène d’arrestation ne revient donc pas simplement décliner un banal sentiment « antiflic » propre à l’esprit frondeur de la satire et attendu comme tel par un public soucieux de rire à bon compte du ridicule de la pèlerine. On en voudra pour preuve indiscutable les attaques graphiques envers les forces de l’ordre (à propos desquelles une étude globale et méthodique reste encore à réaliser) : il y a au moins autant de caricatures produisant des policiers peureux, ou sur le reculoir, que violents ou bestiaux. Évoquer une arrestation présente le plus souvent une connotation engagée, selon une gamme de notions et de détails répétitifs parfaitement décryptés par les différents publics de ces motifs. Cela rejoint en bonne part le vocabulaire des polémistes du moment. Prenons par exemple une sélection d’articles d’Octave Mirbeau relatant des arrestations ou des perquisitions dans les milieux anarchistes. Certaines formules recoupent assez fidèlement les images produites par les satiristes pour dépeindre des scènes similaires : « Poings serrés, la moustache hirsute », « leurs gros doigts gourds », les « grands coups de gourdin », les gens « sur qui s’est appesantie la main du gendarme10 ». Nous retrouverons ces mots mis en forme au fil de notre brève étude mais rapprochons d’ores et déjà cette dernière remarque sur la main du gendarme et ce motif de Willette, lequel continue à nous servir de fil rouge.

Figure 2. – Sans titre, Adolphe Willette, La vie en rose, no 40, 20 juillet 1902, p. 5. Collection particulière [Monsieur Bérenger a la cruauté du chat. Sa loi de sursis est un guet-apens]

11De nouveau la main comme symbole de la coercition pèse sur le routier, simultanément poursuivi par le gendarme et sa grife menaçante, ramenée à des dimensions réalistes et un œil inquisiteur, alors que la ligne d’horizon renoue avec le paysage néorural de la première image. Nous retrouverons plus loin l’obsession du globe oculaire comme symbole d’ordre, quitte à lui retirer sa dimension inquisitoriale et à le connoter de positif dans la presse fait-diversière. Ce motif de Willette puise dans l’actualité et stigmatise la loi de son vieil adversaire René Bérenger. Lorsqu’il ne poursuit pas les artistes pour des « outrages aux bonnes mœurs », ce dernier légifère de façon pionnière sur le sursis accordé aux condamnés pénaux. C’est donc avec une parfaite mauvaise foi (ou une incompréhension sincère ?) que le dessinateur assimile le sursis permettant au condamné d’échapper à la prison à la menace éternellement dressée de Javert sur l’infortuné Jean Valjean. Ce n’est pas tant l’arrestation qui est figurée ici que la menace du gendarme, d’une force de l’ordre en action permanente de renseignement et d’intervention. Car, au fond, qu’est-ce que l’arrestation pour le public d’un titre satirique ? Si la définition du Larousse définit assez précisément l’« action de se saisir d’une personne », le satiriste, lui, y confond sans précaution l’interpellation, l’admonestation, l’intervention dans une rixe, la fameuse saisie de corps du Larousse, la « circulation itérative », la verbalisation, la perquisition, la poursuite du malfaiteur, la charge d’une manifestation et les arrestations musclées, la rafle, le transfert au commissariat, l’interrogatoire, le passage à tabac, la photographie anthropométrique, sans parler de la possible représentation symbolique déjà évoquée.

12Il n’est pas question d’aborder ici une telle batterie d’opérations et nous nous contenterons de dresser une brève typologie des différentes formes de contraintes par corps représentées dans le dessin satirique de presse, tout en en comparant certains aspects avec des couvertures de faits divers. Notons tout de même qu’en parallèle de la nuance politique omniprésente à travers la mise en images de l’arrestation subsiste également à travers elle l’éternelle « peur du gendarme » inscrite au cœur de l’enfance, laquelle, d’après Poulbot, n’est ni innocente, ni même dépourvue de tout substrat politique.

13Ce dessin original (non publié) renoue à son tour les mains tentaculaires de la force de l’ordre qui pourrait ici se confondre avec une « force de l’ogre », pour une interprétation psychanalytique dont je laisse le soin aux spécialistes. Contentons-nous d’y voir une nouvelle fois un signe de la capillarité prononcée de l’univers satirique sur support, dont les auteurs eux-mêmes, au-delà de l’influence qu’ils exercent sur leurs lecteurs, s’adonnent souvent à d’autres formes iconographiques sans pour autant abjurer leur source d’inspiration.

Figure 3. – Sans titre [Les 7 Nains], Francisque Poulbot, original non publié. Musée d’art et d’histoire – Saint-Denis, © Irène Andréani

L’arrestation dans l’espace privé à travers la presse illustrée entre 1880 et 1914

  • 11 À ce sujet, je me permets de renvoyer le lecteur à mon article sur « Les représentations de l’endet (...)
  • 12 Balluriau Paul, « Fragrant délit », Le Rire, no 182, 28 juillet 1906, p. 7.

14Le premier élément notable est l’absence presque totale dans le corpus humoristico-satirique de toute scène d’arrestation au sein de l’espace privé. L’intrusion dans le logis, le passage du seuil relève presque d’une sacralité, bafouée par l’huissier lors d’une saisie mobilière11. Là où il y a pléthore d’expulsions par voie de justice, la saisie de corps à domicile reste introuvable au fil des périodiques satiriques. Nous excluons du corpus le constat d’adultère, fréquent mais qui ne relève pas à nos yeux de la stricte arrestation, la chambre d’hôtel étant elle-même distincte de l’espace privé. C’est le fameux « flagrant délit » qui nous est encore familier par l’intermédiaire des pièces de Feydeau et dont le lecteur de la Belle Époque se délecte : « Voulez-vous avoir l’obligeance de vous retourner ! », gronde l’argousin moustachu à la femme fautive réfugiée toute nue dans un pli du rideau. « Que je sache si je dois écrire “en costume d’Adam” ou “en tenue d’Ève”12. » Cette batterie de sous-entendus salaces pimente ce tableau d’une contrainte par corps qui dévoile et humilie le ou la fautif(ve) au nom de la morale publique tout en conservant un rôle de butor à son dépositaire.

  • 13 « L’arrestation d’Elie Reclus », couverture de L’Intransigeant illustré, 11 janvier 1894.
  • 14 Voir par exemple, « L’arrestation de Cartouche », in Grandpré Jules de, Le roi des bandits, fascicu (...)
  • 15 « Le complot anarchiste (une arrestation) », Le Petit Journal, supplément illustré hebdomadaire, no(...)
  • 16 « L’arrestation de Choisy-Le-Roy », L’Œil de la police, no 175.
  • 17 Pour la présentation des quelques stéréotypes visuels essentiels de la presse de faits divers, voir(...)

15Chose curieuse, l’arrestation à domicile est bien davantage connue du lecteur de presse fait-diversière, mais elle semble être l’apanage du domaine politique. La réplique des forces de l’ordre aux attentats anarchistes en 1893 et 1894 alimente les couvertures illustrées. Certaines arrestations se passent en douceur13 avec un contraste fort entre les habits noirs des policiers et la blancheur immaculée des draps dans lesquels l’activiste est saisi au profond même de son sommeil, comme si le lit et la chambre à coucher constituaient autant de seuils symboliques supplémentaires à l’intérieur de l’espace privé. Encore s’agit-il ici d’un intellectuel, et la scène est ambiguë car l’occupation de l’espace intime par les forces de l’ordre peut être interprétée comme une violence démesurée. Il y a une référence implicite à la figure du héros détrousseur (Mandrin, Cartouche), dont la police ne peut se saisir que sur dénonciation, dans son sommeil14. Il se dessine alors en creux que la violence d’une arrestation, pour le dessinateur, doit se figurer en proportion, au diapason même des actes dont il est soupçonné (mais convaincu pour l’opinion publique) d’être l’auteur. L’interpellation d’un propagandiste par le fait ajoute une palette de touches extrêmes au contraste récurrent de la blancheur des draps face aux costumes sombres : bougie levée pour éclairer la face du supposé scélérat, l’arrestation découvre et dévoile l’ennemi intérieur tapi dans l’ombre du meurtre ; le doigt de l’accusation le cloue, alors qu’un agent en civil le saisit par le cou, renforçant l’impression de perforation visuelle cherchée par le dessinateur. Au mur, des affiches vaguement rouges laissent planer quelques menaces, échos de la distorsion des traits du prévenu grimaçant autant sous la poigne du policier que sous la fureur d’être découvert15… L’instantané de l’arrestation de Jules Bonnot à Choisy-Le-Roi est l’une des illustrations favorites des manuels d’histoire, le doigt accusateur du commissaire de police du dessin de 1893 étant remplacé par un révolver pointé sur l’anarchiste à terre, enveloppé dans un matelas rayé de rouge et blanc, se défendant lui aussi arme au poing16. La porte est défoncée, soulignant la poussée éruptive mais altière de la force publique, face à la défense désespérée du prévenu, émergeant à peine des couvertures pour tirer. Le bras du commissaire est trois fois plus long que celui de Bonnot. Dans Le Petit Journal, nous retrouvons le bras armé tendu sur Bonnot, mais ce dernier est à peu près complètement enfoui dans le matelas duquel n’émergent que sa face convulsée et un petit révolver, juste sous son menton, presque invisible. L’Œil de la police exagère la violence de l’anarchiste, Le Petit Journal sa prétendue sournoiserie. Héritière de la presse canardière, la presse de faits divers véhicule toute une batterie de clichés issus d’une imagerie traditionnelle, appelée à retrouver un second souffle décuplé dans les couvertures de la presse de masse17.

  • 18 « La mort de Garnier et de Vallet », L’Œil de la police, no 177.

16Quinze jours plus tard, même commissaire au bras armé, même matelas rayé, même distorsion entre la police debout et les anarchistes réveillés dans leur sommeil mais cette fois-ci, tous les protagonistes brandissent un révolver et les cibles ne se défendent plus, criblées qu’elles sont par le feu nourri des quatre armes déchargées ensemble par un effet de simultanéité à l’impact saisissant : force reste à la Loi, l’anarchisme est anéanti, du moins provisoirement18. L’ignominie imputée aux attentats trouve un écho dans la violence mortifère de l’arrestation assumée comme homicide. Les corps sont véritablement convulsés par les impacts de balles, sans que l’on trouve dans les physionomies des victimes comme dans celles des agents la moindre trace d’une critique envers cette interprétation du code de procédure pénale par les tenants de l’ordre public. Cette violence extrême, assumée et revendiquée par une nouvelle presse de large audience, recoupe en fait la spectacularisation de certaines arrestations comme celle de la bande à Bonnot : le refuge de Garnier et Vallet est disloqué à la mélinite et, derrière l’assaut des policiers et des chiens, la foule pousse « un immense cri de joie » se ruant sur leurs traces. Certains inspecteurs perdent leur insigne dans la mêlée. Nous sommes là dans de l’exceptionnel, qui émerge du sempiternel attroupement de curieux lors d’une interpellation anodine sur la voie publique. De la banalité la plus grise jusqu’à l’assaut destiné à passer au mythe, l’arrestation s’est faite spectacle, et les fonctionnaires de police en tirent autant d’images avantageuses que de critiques visuellement exprimées par certains dessinateurs engagés. Elle constitue de fait le cœur même de la tension qui existe entre les tenants d’un pouvoir fort et ceux qui prônent une République définie par la force de ses contre-pouvoirs.

17L’image peut-être la plus représentative de cet enjeu politique de l’arrestation est cette couverture du Petit Journal consacrée à « l’agitation révolutionnaire au pays minier », cette simple mention semblant justifier, en 1906, la dureté de la réponse des services sur lesquels plane l’ombre du ministre Clemenceau.

Figure 4. – « L’agitation révolutionnaire au pays minier », Le Petit Journal, no 807, dimanche 6 mai 1906, couverture, non signé. Collection particulière

18La dichotomie blancheur-noirceur constitue toujours la trame chromatique de la composition, sans pour autant qu’il y ait la moindre notion d’apitoiement chez le dessinateur : le sombre incarne la prétendue impersonnalité de la Loi, doublé de son inflexibilité, que n’arrête pas l’ultime frontière de la couche familiale. Car l’élément supplémentaire ici, c’est la compagne du prévenu (vêtue de rouge comme il se doit) qui invective l’agent du poing, personnifiant la violence lorsque celle du meneur syndical est muselée par les bras le maintenant. Point de fuite de l’image, ses traits convulsés laissent transparaître une fureur décuplée par l’incapacité à bouger. Il y a donc collusion visuelle recherchée entre excès idéologique et démence criminelle. Les bras des agents, leurs képis semblent se refermer sur le corps du prévenu comme une araignée sur sa proie, sans la moindre nuance péjorative au contraire. Tout ce que l’accusé peut comporter de menaçant pour l’ordre social est représenté visuellement en voie d’annihilation par l’acte de saisie de corps. Les poings s’opposent aux poings, comme le jeu de revolvers dans l’arrestation de Bonnot, mais l’absence d’armes à feu campe un peu plus la scène dans le quotidien, en écho aux grèves du moment. « Force reste à la Loi » correspond ici au ratio de l’espace occupé par les uniformes en comparaison à celui des occupants initiaux, contenus puis recouverts donc défaits. Le traitement visuel de l’arrestation figure l’acmé de la prétendue dangerosité de la classe ouvrière et prétend endiguer la montée des revendications syndicales.

  • 19 « Victimes du devoir, le sous-chef et un inspecteur de la Sûreté tombent, sous les balles d’un malf (...)
  • 20 « Émouvante capture d’un fou », L’Œil de la police, no 23.

19Certes, l’arrestation à domicile ne relève pas du seul registre politique mais les scènes représentées relevant de la violence « banale » sont nettement moindres. Les prévenus sont généralement arraisonnés dans le cadre d’un flagrant délit dégénérant en une violence hystérique qui les conduit à l’homicide. La traduction iconographique est donc fort différente : le forcené est debout, ses gestes sont désordonnés et les agents sont manifestement menacés, sinon débordés, par sa violence. Il est habillé, et tire sur les forces de l’ordre que ce soit dans son salon19 ou sur le toit qu’il a choisi comme ultime refuge20. Ce qui frappe à travers les scènes de la délinquance ultime et de la folie, c’est la similitude des postures. Les bras sont exagérément brandis, les criminels font feu sur les agents, la violence est incontrôlable… Les deux traitements distincts de l’arrestation traduisent deux hantises de la société des années 1900 : celle du terrorisme face auquel les pouvoirs publics prétendent élever une contre-violence extrême mais légitime, même si elle peut par moments échapper au cadre légal, et celle de la folie meurtrière contre laquelle on ne peut rien. Dans ce dernier cas, c’est l’abnégation du policier qui est au centre du motif, courage qui n’est pas innocent et prétend contrebalancer la brutalité reprochée à la police par certains dans le cas des interventions à motifs politiques. Dans les deux cas, cela participe d’une cohérence à identifier dans l’ensemble du corpus iconographique constitué par ces images fait-diversières de large diffusion.

  • 21 Scène à propos de laquelle je ne connais qu’une seule illustration, celle de Lampsonius dans l’édit (...)
  • 22 Leblanc Maurice, Arsène Lupin contre Herlock Scholmès, Paris, Pierre Lafitte, 1908.

20À l’opposé, les images se font fort rares au fil des pages d’une littérature qui pourtant fournit une inflation de scènes d’arrestation, des menottes passées aux poignets de Vautrin dans Le Père Goriot21 à ceux d’Arsène Lupin, démasqué par Herlock Scholmès22, scène à propos de laquelle il n’existe, à ma connaissance, aucune illustration.

  • 23 Honoré Daumier, Rue Transnonain, le 15 avril 1834, lithographie, publiée dans L’Association mensuel (...)

21Et que dire du corpus satirique ? L’examen de plusieurs milliers d’images émanant de plus d’une dizaine de titres de grande diffusion n’a permis d’en identifier aucune, lorsque pullulent les arrestations de rue. Il est possible que le triomphe, en 1834, de la lithographie dénonçant les exactions des forces de l’ordre ayant envahi le no 12 de « La rue Transnonain », exécutée par Daumier23, ait épuisé pour plusieurs décennies ce thème iconographique, au point de le faire disparaître du corpus des caricatures de presse. La vision sans concession d’un tel « massacre » au sein de l’espace privé aurait ainsi eu raison de la moindre possibilité de rire, à plusieurs décennies d’écart, de l’entrée des forces de l’ordre chez les particuliers. Le dessin satirique, devenu symbole, aurait du même coup déplacé l’irruption légale vers la transgression morale, disqualifiant à très long terme une violence qui, rappelons-le, en 1834, fut le fait de l’armée et non celui de la police.

L’arrestation dans l’espace public à travers la presse illustrée entre 1880 et 1914

22L’action coercitive de la police, au ras du pavé, constitue depuis toujours l’un des thèmes d’inspiration favori des dessinateurs de presse : les satiristes depuis le développement industriel d’une presse d’humour dans les années 1830, les dessinateurs de faits divers depuis le Second Empire. Les transformations considérables de l’espace urbain au milieu du siècle, les convulsions du Paris pré-Haussmannien qui refuse l’expulsion vers la périphérie et les nouvelles réglementations augmentent les mécontentements de toute nature au sein du petit peuple de Paris, autant que les revendications sécuritaires de la bourgeoisie.

  • 24 Voir Mollier Jean-Yves, Le camelot et la rue. Politique et démocratie au tournant des XIXe et XXe s (...)

23Les étudiants chahuteurs, les noceurs ou les ivrognes désirant boire nuitamment, les trafiquants de toute sorte, tout droit sortis d’une description d’Eugène Sue ont tout à craindre de la ronde diurne ou nocturne des « sergots », alors que l’honnête homme se plaint constamment de leur vacuité, voire de leur lâcheté. Tous ont en commun de rire de la maladresse, de la brusquerie verbale des agents tout en grinçant devant la brutalité physique des arrestations et l’impunité de leurs auteurs. Certaines professions, dont l’importance a été étudiée ailleurs24, deviennent le centre de tensions spécifiques entre la politique volontariste du ministère de l’Intérieur et l’inertie de la rue. La circulation en est un bon exemple, mais la caricature, si elle regorge d’affrontements verbaux entre policiers et cochers de fiacre, ne montre jamais ces derniers en passe d’être arrêtés. Il en va bien autrement des petits métiers de la rue. Comme le note l’historien José Cubero :

  • 25 Cubero José, Histoire du vagabondage, Paris, Imago, 1998, p. 254.

« Le pouvoir, obsédé par le maintien du “bon ordre”, a accablé les petits métiers de la rue. Si les nécessités de la production supposent à présent une mobilité du prolétariat industriel qu’il ne convient plus d’encadrer avec le livret, musiciens, baladins, étalagistes, crieurs de journaux et camelots en tout genre et constamment en mouvement deviennent la cible dans un véritable combat dont l’enjeu, permanent, est le contrôle de l’espace urbain25. »

  • 26 Baruch-Gourden Jean-Michel, « La police et le commerce ambulant », in Vigier P. et al., Maintien de (...)
  • 27 France Anatole, L’affaire Crainquebille, 62 illustrations d’Alexandre-Théophile Steinlen, Paris, E. (...)
  • 28 Vallotton Félix, « Crimes et châtiments », L’Assiette au beurre no 48, 1er mars 1902.
  • 29 Vallotton Félix, Le Canard sauvage, no 17, 12 juillet 1903.

24Entre la fameuse ordonnance du préfet de police Gisquet du 20 janvier 1832 visant à réglementer les ventes à l’étalage en fixant des places patentées et les circulaires du préfet Lozé en 1890, les camelots parisiens passent de 35 000 à 6 00026. L’ordonnance du 12 septembre 1906 du préfet Lépine durcit encore les contraintes des marchands ambulants de quatre-saisons. Ce climat de tension quotidienne inspire le Crainquebille d’Anatole France dont le succès public atteste, mieux que toute statistique, de l’importance du problème. Les illustrations du roman par Steinlen font le tour de la presse et reprennent peu ou prou ses anciennes couvertures du Mirliton d’Aristide Bruant, dans les années 1890. Anatole France – par le verbe – et Steinlen – par une suite d’images – décomposent le rituel de l’interpellation, contrôle, arrestation, brutalité policière, arrivée au commissariat pour en arriver à démontrer le caractère arbitraire de la détention, puis l’inculpation du marchand de quatre-saisons27. À la suite de Steinlen, Félix Vallotton dénonce de telles exactions dans un numéro spécial de L’Assiette au beurre, « Crimes et châtiments28 ». La couverture montre une marchande de rue entourée d’agents parmi lesquels le plus proche lui décoche un coup-de-poing. La suite iconographique du périodique égrène les scènes d’arrestation, dont le dénominateur commun est la prise de corps, par le bras, par l’épaule, ou sinon par le col dans Le Canard sauvage29. L’image satirique met donc en exergue l’un des éléments essentiels du traitement visuel de l’arrestation à savoir l’entrave physique, à la fois reflet plus ou moins réaliste de l’acte et sa manifestation symbolique. Ainsi cette couverture du journal humoristique Le Sifflet, en 1877, qui livre une curieuse combinaison entre motif fait-diversier et traitement comique.

Figure 5. – « L’arrestation de Moyaux », H. Meyer, Le Sifflet, no 269, 10 mars 1877. Collection particulière

  • 30 Citons par exemple ce dessin de Traviès, Le docteur Gervais prétendait avoir vu, paru parmi les 24 (...)

25En soi, l’image se veut sérieuse. Ne serait-ce le titre la publiant, on pourrait s’y méprendre. Le détail qui attire l’œil, ce sont ces bras policiers un peu distendus pour clore l’enserrement du prévenu. Cette couverture n’a rien de très marquant hors qu’elle suggère une part de porosité entre les domaines satiriques et fait-diversiers. L’hyperbole pseudo-réaliste peut fournir certains détails que l’image satirique exagère de façon distincte. C’est donc fort logiquement que les bras démesurés et les énormes poings émaillent le dessin satirique de presse des origines de la caricature moderne30 jusqu’à la Belle Époque, au point de devenir le symbole même de la répression abusive avec ce « Lépine 1er ».

Figure 6. – « Lépine 1er », Aristide Delannoy, L’Assiette au beurre, no 418, 3 avril 1909, p. 13. Collection particulière [Lépine 1er, empereur de Paris : « Ceux qui ne travailleront pas, nom de Dieu ! Je les fous dedans ! C’est comme ça que je comprends la liberté du travail, moi ! »]

26Jean-Marc Berlière et René Lévy notent :

  • 31 Berlière Jean-Marc et Lévy René, Histoire des polices en France de l’Ancien Régime à nos jours, Par (...)

« La police fait peur et d’abord par son usage de la violence qui dépasse le simple monopole de la violence légitime. Si l’argot populaire a successivement désigné le policier sous les noms de “cogne”, “vache”, “bourrin”… la cause en est claire : la violence policière – consubstantielle à certaines missions et à la fonction – est habituelle, réelle, ordinaire, longtemps permanente et son usage est bien connu des responsables eux-mêmes31. »

  • 32 Frantisek Kupka, Sans titre, Le Canard sauvage, 1903.

27Reprenons : en 1834, Traviès place dans le détail d’une lithographie politique une scène d’arrestation montrant un homme aux mains de deux argousins. Nous retrouvons la prise au cou et à l’épaule, la face de l’individu devenant invisible : dodelinant sous la brutalité policière, il n’en reste plus qu’un semi-profil blafard et anonyme. Les poings des agents sont crayonnés d’une taille équivalente au chef de leur proie, ce qui renforce la brutalité. Dès lors, les trois silhouettes principales (avec derrière d’autres agents formant masse) dessinent une forme triangulaire de laquelle émergent trois points de taille semblable, tête et poings figurés en une ligne presque continue. Cette dysmorphie des poings se retrouve soixante-dix ans plus tard chez Auguste Roubille ou Aristide Delannoy, avec le même effet d’impact sur les corps flageolants, presque liquéfiés dans le premier dessin et statufiés dans le second. L’agressivité du mouvement de prise sur le corps est portée à son paroxysme par Frantisek Kupka, les policiers se trompant de surcroît de cible et laissant échapper (plus ou moins sciemment) le coupable. La force publique sidère autant qu’elle broie et qu’elle étrangle, « arrêtant » au sens physique du terme un prévenu transformé en victime hors justice. Les poings surpassent en taille la tête qu’ils enserrent. L’arrestation croquée par les satiristes de mue en une parabole barbare et provocatrice32.

  • 33 Cette violence est encore accrue dans les scènes de manifestations ou les interrogatoires musclés d (...)

28Quel crescendo de violence en comparaison de la couverture du Sifflet (figure 5) pour ces différentes compositions dont aucune ne prête au moindre sourire, a contrario des pages qui les accueillent33 ! La comparaison avec la presse fait-diversière est édifiante : la célèbre Une du Petit Journal consacrée à l’arrestation de Ravachol permet de retrouver nombre de détails constatés plus haut, arme pointée sur l’anarchiste furieux, mains policières aux épaules et au col, tête du prévenu émergeant d’une masse de poings… Ceux-ci sont de taille raisonnable.

  • 34 Voir par exemple la couverture du Petit Journal du 12 septembre 1909, « L’attentat contre le généra (...)

29C’est le mouvement des corps et des mains armées (du commissaire comme de sa proie) qui confère sa violence au dessin. La trouvaille est ici de transformer une brutalité offensive en une impression de violence défensive, réponse plus ou moins consciente aux critiques de la cruauté imputée aux forces de l’ordre par les milieux progressistes. Cette posture de l’anarchiste, criminel ultime terrassé et recouvert physiquement par les agents dont l’enchevêtrement de membres ne laisse dépasser qu’une tête déjà visuellement séparée du corps, devient un élément récurrent des Unes de faits divers34.

Figure 7. – « L’arrestation de Ravachol », Le Petit Journal, 16 avril 1892, couverture, non signé. Collection particulière

  • 35 Le Progrès illustré, no 69, 10 avril 1892, dessin non signé.
  • 36 Le Petit Parisien illustré, 10 avril 1892, dessin non signé.
  • 37 Le Petit Journal, « L’apache est la plaie de Paris », 20 octobre 1907, dessin non signé.
  • 38 Kalifa Dominique, Crime et culture au XIXe siècle, Paris, Perrin, 2005, respectivement p. 139 et p. (...)
  • 39 Voir par exemple la couverture du Petit Journal, 23 janvier 1910, dessin non signé ou les petites c (...)

30Il est piquant de remarquer que plusieurs autres périodiques sont loin d’adopter un tel point de vue, Le Progrès illustré campant une scène nettement plus pondérée où seuls les poignets de Ravachol sont enserrés face au seul pistolet du commissaire35, Le Petit Parisien durcissant un peu le trait avec une prise au collet de deux agents tenant à la gorge un activiste désarmé devant l’omniprésent chef pointant son arme36. La première version se passe au café alors que la seconde se situe à même la rue, comme celle du Petit Journal. Signe de cette véritable stratégie iconographique qui semble mûrie au fil des années, la fameuse couverture du Petit Journal (une de plus !), intitulée « L’apache est la plaie de Paris37 », montre un marlou de taille géante que se prépare à saisir un agent lilliputien, scène nocturne. Nous ne sommes pas dans le registre de la satire. L’image inverse avec brio les codes relevés plus haut, les bras du policier esquissant un geste de ceinturage, risible par sa disproportion. L’abus de pouvoir est alors commué en démonstration de faiblesse, induisant l’héroïsme du policier. En réponse, la presse satirique multiplie les marques de brutalité et les postures presque simiesques des forces de l’ordre tout entières incarnées par l’amplitude de leurs bras et de leurs poings. « Lieu d’une tension extrême entre les exigences de l’information et celle de la dramaturgie sociale, le fait divers apparaît ainsi comme un récit profondément équivoque, qui brouille jusqu’à la notion même de référent », analyse Dominique Kalifa qui ajoute : « Rarement transgression bénéficia d’une telle débauche descriptive38. » C’est donc moins la description que la « débauche » des symboles qui marque l’affrontement iconique auquel se livrent presse satirique et fait-diversière. Chacune d’elle travaille un registre symbolique fondé sur une surenchère propre, mais partage certains topoï réutilisés en miroir l’une de l’autre. L’affaire Liabeuf, du nom de ce militant armé et hérissé de pointes, suscitant son arrestation pour provoquer un affrontement avec les policiers venus l’appréhender, marque un des sommets de cette lutte symbolique39.

  • 40 Kalifa Dominique, L’encre et le sang…, op. cit., p. 182.

31« L’affaire a un retentissement énorme. Pour la presse populaire, qui surexploite alors la question apache, Liabeuf, le tueur d’agents, est avec sa cuirasse et ses brassards une véritable aubaine40 », rappelle Dominique Kalifa qui étudie les termes de la réponse du brûlot anarchiste La guerre sociale, et la concurrence iconique ou symbolique qui s’ensuit. Cet épiphénomène pose en réalité la question fondamentale de l’audience et de la réception du genre satirique. Populaire la caricature ? Les tirages, même estimés en l’absence de sources fiables à ce sujet, traduisent un fort déséquilibre entre une presse « de masse », peu onéreuse, qui laboure la thématique fait-diversière, et une presse satirique, plus chère, dont l’impact pénètre le corps social selon une temporalité plus lente mais non moins efficace. Or, une étude comparée des deux types de supports fait apparaître une porosité indiscutable entre suppléments illustrés hebdomadaires de quotidiens et périodiques humoristiques, les premiers donnant progressivement asile aux artistes des seconds. Les stéréotypes s’uniformisent, particulièrement en matière politique ou de clichés xénophobes. C’est au sein de cette tendance normative qu’il faut replacer cet affrontement iconographique entre presse fait-diversière et registre satirique, l’interprétation imagée de l’arrestation jouant sur ce sujet précis un rôle polémique central. Pour autant, que ce soit dans le registre du fait divers ou dans l’image d’humour, le pittoresque et l’extravagance se stéréotypent à partir de 1900 (à rebours l’un de l’autre ?) avec, en toile de fond, le durcissement de la législation pénale (1907, 1912).

32Les représentations satiriques du sergent de ville ne figurent dès lors plus que le « flic » en train de verbaliser le camelot, donc en action « pré-arrestatoire ». « Le flic », dit déjà en 1891 la légende d’un dessin de Willette.

  • 41 Adolphe Willette, « Le flic », couverture du Courrier français no 39, 27 septembre 1891.

« Cet animal est très méchant : la terreur du quartier, la joie des voleurs, la tranquillité des assassins, l’ami des marchands de marrons qu’il traite spirituellement de “cher collègue”. Son cri : “Circulez ou j’fou’d’ans41 !” »

33Ces quelques mots résument à merveille la posture satirique concernant les banales arrestations publiques au cœur de l’espace urbain, réduisant l’action coercitive de l’agent à deux actions exclusives : la circulation ou l’arrestation. Les termes employés pour qualifier celle-ci, « j’fou’d’ans ! », en souligne la violence aussi bien que le caractère de quasi-automaticité puisque le « flic » emploie ce raccourci verbal comme un mantra, ritualisé par sa fréquence. À travers le jargon s’érige une disqualification de la légitimité de la force de l’ordre. La pose du sergent de ville croquée par les satiristes contient presque toujours une menace d’arrestation, et non la mission de pacification ou d’arbitrage des innombrables conflits éclatant à tout moment dans l’artère. On retrouve un semblable prisme visuel dans le grotesque de la représentation satirique du gendarme dont les moustaches hirsutes et le bicorne interminable restituent le personnage du théâtre de marionnettes.

  • 42 Berlière Jean-Marc et Lévy René, op. cit., p. 465-466.

« Depuis deux siècles, notent Berlière et Lévy, l’iconographie, pas plus que la littérature ou la presse, ne flattent une corporation dont on dénonce d’abord les traits ridicules, sans doute parce que la moquerie est une façon d’exorciser la peur ou l’inquiétude que suscite une force disposant d’un monopole de l’emploi légitime de la violence qui semble elle-même échapper parfois ou partiellement à la loi et à son contrôle […]. Paresse, intelligence et culture limitées, intempérance, impolitesse, arrogance cassante caractériseraient le policier tout autant qu’un style amphigourique légendaire et un physique caractéristique42. »

34Derrière ce catalogue de tares recoupant les dégradations de la satire envers les forces de l’ordre, l’arrestation peinte par la caricature retourne justement la notion d’ordre en désordre, la brutalité organique de sa vision de l’arrestation reposant de fait l’éternelle question de la limite entre légalité et légitimité, attaquant de surcroît une part de la légalité et sa possible remise en question citoyenne. Le problème est d’autant plus sensible que l’arrestation (et ses éventuels abus) est une action qui se passe le plus souvent sur la voie publique, du moins dans l’univers de la presse d’humour. Car, et c’est une autre particularité notable, contrairement à l’image fait-diversière, le domaine satirique fait de l’arrestation un spectacle diurne (en grande majorité), quand les scènes d’agression drolatiques se passent plus logiquement de nuit.

  • 43 Kalifa Dominique, Crime et culture au XIXe siècle, op. cit., p. 139-140.

« De la Restauration à 1914, confirme Dominique Kalifa, est en effet colportée par la presse l’image d’une rue parisienne devenue le théâtre régulier d’agressions nocturnes commises par de jeunes rôdeurs à l’encontre de passants attardés […]. Une telle idée fut constamment dénoncée comme fantaisiste par l’essentiel des observateurs, policiers, magistrats, avocats, et bien sûr journalistes qui perçurent très vite l’intérêt qu’il y avait à user du “démenti” pour disqualifier la feuille rivale43. »

  • 44 Voir par exemple L. Lévêque, « La jaunisse du vicomte », couverture du journal Les Étoiles, no 5, 9 (...)
  • 45 Jules Grandjouan, « Le pain de ménage », couverture de L’Assiette au beurre, no 356, 25 janvier 190 (...)
  • 46 Hermann Paul, « Le gendarme est brave », Le Courrier français, no 46, 17 novembre 1895, p. 7.

35La violence de rue inscrite au plus profond de l’imaginaire collectif devient donc le centre d’une bataille d’images, dont le rapport au réel est le point nodal. La nuit est l’objet de fantasmes, avec ses crimes, ses poursuites. La vision d’agents héroïques dans l’image de faits divers s’oppose aux pandores trouillards des caricatures. Le jour, lui, relève du triomphe de la force publique, fût-il abusif pour certains. Épilogue de l’enquête, l’arrestation correspond alors à la mise au jour du coupable, et son exposition à la foule. Celle-ci se délecte du spectacle, ce dont témoignent des cris, des gestes vindicatifs ou des éclats de rire44. L’infortuné prévenu s’enfonce dans son paletot au col le plus largement relevé45 ou se masque le visage de son chapeau46. La silhouette mise en cible et encadrée de deux uniformes évoque autant la mise au pilori des temps anciens qu’elle annonce la comparution du prévenu au tribunal, dans le box des accusés. La caricature se retourne alors comme un gant. Loin d’entraîner un sentiment d’empathie pour la solitude de l’arrêté, elle prétend rire de lui et prendre le parti d’une foule non plus apitoyée par Crainquebille mais hurlante contre le malandrin mis hors d’état de nuire. C’est à ce titre que le registre satirique présente une équivoque que le fait-diversier ignore. À l’instar de la foule à laquelle il est destiné, le rire de presse est versatile et prétend ratisser large.

  • 47 Gonon Laetitia, Le fait divers criminel dans la presse française du XIXe siècle, Paris, Presses de (...)

« Le fait divers, explique Laetitia Gonon à propos du traitement journalistique dans la presse Fin de siècle, n’est de toute façon pas du côté de l’individu marginal : forme privilégiée de la presse de masse, il conserve une conformité à des règles rédactionnelles qui répondent aux attentes et aux habitudes de ses lecteurs. Car c’est là un des autres aspects de la foule : le caractère singulier d’un crime peut bien n’être traité qu’à travers des stéréotypes et des représentations collectives, qui influencent la composition du texte. La foule relaie alors le drame, crée la rumeur ou la déforme au gré de son imaginaire ou de ses peurs : le fait divers se constitue à travers elle, de façon collective, dans et hors le journal47. »

36Ces remarques sur le style concernent tout aussi bien la rhétorique visuelle à l’œuvre dans la presse satirique. Simplement, la « conformité » est à géométrie variable, selon que l’on cherche à faire rire ou à émouvoir. Mieux encore, lorsque le dessinateur s’efforce de déclencher en même temps rires et vindicte, tournée alors contre le prévenu, à rebours absolu de certains de ses dessins d’antan : ainsi cette œuvre de guerre de Francisque Poulbot campe-t-elle, en 1916, l’arrestation d’un « sourd-muet » protestant à grands cris de son innocence.

Figure 8. – « Il téléphonait du bureau de tabac… », Francisque Poulbot, La Baïonnette, no 15, 28 mars 1916, double page intérieure. Collection particulière [« Je suis naturalisé, je suis Anglais, je suis… »/Le personnage porte sur son torse un panonceau sur lequel figure la mention « Je suis sourd-muet »]

  • 48 Weilluc, « Le quart d’heure de Rabelais », couverture du Journal, no 6, 9 février 1905.
  • 49 Le Journal, no 5, 2 mars 1905, p. 5.
  • 50 Steinlen, « Le poivrot, illustration de Jean Richepin », dos du Gil Blas illustré, 14 août 1892.
  • 51 Draner, « Paris-nocturne », couverture de La Caricature, no 369, 23 janvier 1897.
  • 52 Alexandre Roubille, « Souvenirs du 14 juillet », couverture du Rire, no 181, 21 juillet 1906.
  • 53 Ricardo Florès, « Les premières chaleurs », Le Rire, no 230 29 juin 1907, p. 7.

37Loin d’être émouvant, l’interpellé est grotesque et suscite tout à la fois le regard unanimement réprobateur des adultes comme le rire à la chienlit des enfants. Les soldats l’encadrent en le tenant solidement par les bras, mais le cou est dégagé et les corps en uniforme, bien espacés de leur proie dont le dodelinement n’est qu’un effet de son ridicule. Détail caractéristique, l’arrière de la rue est barré par les étals, clôturant l’espace et interdisant le moindre espoir de fuite. Nous sommes en temps de guerre et le dessin satirique s’est rangé au diapason de l’image fait-diversière en y appliquant ses propres codes. Est-ce à dessein de « bourrer les crânes » ou de conserver son lectorat ? Il y a en fait synergie entre les deux objectifs. Mais ne nous leurrons pas : cette tendance au grand écart est déjà largement perceptible dans la culture de temps de paix précédent le premier conflit mondial. La quête du public passe par un consensus reposant sur un effet d’équilibre entre tendances contradictoires, ce qui amène à rectifier le tir en permanence afin d’attirer le lecteur sans le faire fuir. L’arrestation alimente donc des interprétations variables et protéiformes, dont la tonalité dépend également de la nature du prévenu et de l’infraction constatée. Le ramassage des ivrognes par la ronde ne suscite, de la part des dessinateurs, qu’une désinvolture amusée. La maréchaussée se penche sur le corps affaissé avec plus ou moins d’indulgence, les silhouettes vacillent contre les uniformes dont on peine à saisir s’ils sont des guides, des tuteurs ou les instruments punitifs des excès affichés. Le pochard du « Quart d’heure de Rabelais48 » est saisi debout aux épaules, celui de Poulbot tiré par les pieds face contre terre49, alors que Steinlen le campe à la fois empoignant des pèlerines et empoigné par les agents50. Quel que soit le traitement graphique d’un corps à corps presque toujours sordide, le rire est au rendez-vous, englobant tous les acteurs de la scène dans une raillerie commune. Chez Draner, l’ivrogne titube entre la verticalité du réverbère et la raideur du bras séculier51, mais Roubille n’hésite pas à noircir le tableau, son policier frappant sans ménagement le corps disloqué de l’homme pris de boisson52. L’alcoolique est une transgression de la bienséance qu’il faut évacuer. Son arrestation, si elle ne constitue pas une scène extraordinaire, se distingue toujours par une pointe de pittoresque. Ricardo Florès campe des scènes dont la banalité reflète la tonalité générale de la mise en fourgon et l’évacuation du fautif, sous l’œil blasé, mais toujours curieux, des badauds53.

  • 54 Lourdey, dos du Sourire, no 35, 23 juin 1900.

38Un autre sujet privilégié par les caricaturistes est l’arrestation des femmes. La tonalité en est l’exact contraire de l’ivrognerie. « Vous devriez être la dernière à nous traiter de vaches », s’adresse l’un des agents à une matrone emmenée sans ménagement, dans un dessin de Lourdey paru dans Le Sourire54. Les codes visuels sont imperceptiblement modifiés et dramatisent ce qui était risible aux dépens du pochard. Les épaules de la grosse dame sont relevées brutalement, engonçant son visage dans la boursouflure de son cou tandis que sa poitrine semble plonger. Les agents sont patibulaires, la violence perceptible sans être excessive. Le rire se fêle, se fait grincement. Le jeu de mot sur « vache » se retrouve dans ce dessin de Delannoy, d’un réalisme saisissant.

Figure 9. – « Vaches et vaches. La police surveille trop les unes et pas assez les autres », Aristide Delannoy, L’Assiette au beurre, hors série « Les falsificateurs de lait », février 1902, p. 7 et 8. Collection particulière [« Les vaches de Paris n’ont jamais d’air et ne peuvent jamais sortir. Il arrive qu’au bout de quelques années, ces vaches deviennent tuberculeuses et les patrons des vacheries continuent pourtant à traire le lait des bêtes malades » (Les journaux)]

39La maréchaussée se jette sur la femme, supposée prostituée, en un assaut recouvrant en partie la malheureuse qui tente de se protéger le visage. Les policiers sont trois sur elles, l’un marche sur sa robe, les mains des deux autres se plaquent, l’une sur la poitrine et l’autre sur le pubis, en une connotation sexuelle des plus explicitement triviale. Un chien s’élance, la foule contemple, consternée. Le spectacle est devenu repoussoir, de nouveau le comique a laissé place au manifeste engagé. Le crescendo se poursuit par la surexposition de la violence spécifique imputée à la brigade des mœurs. Comme le rappelle Jean-Marc Berlière, sous la IIIe République :

  • 55 Berlière Jean-Marc, La police des mœurs sous la IIIe République, Paris, éditions du Seuil, 1992, p. (...)

« L’agent qui arrête n’a pas à définir le délit. La Préfecture de police lui demande de “nettoyer la rue”, dès lors, il opère comme il veut à son bon “plaisir”. L’arrestation des “insoumises”, celles que la police arrête pour les obliger à se soumettre à la même réglementation que les autres et à devenir comme elles des filles soumises, est généralement beaucoup plus délicate et mouvementée ; elle donne souvent lieu à des scandales sur la voie publique et il n’est pas rare de voir la foule intervenir et prendre fait et cause pour la victime55. »

40Et l’auteur de citer un rapport du docteur Fiaux :

  • 56 Fiaux Louis, La police des mœurs en France et dans les principaux pays d’Europe, Paris, 1888, p. 12 (...)

« Les agents se ruent en faisant une manière de chaîne. Les femmes fuient, criant, tombant, meurtries, affolées, s’accrochant aux arbres, aux premiers passants venus, se cachant dans les colonnes publiques, dépeignées, souillées de poussière, de boue, les jupes ou le corsage en lambeaux. Elles reçoivent des coups de pieds, de poings, sont traînées par les cheveux, ces scènes sauvages sont inoubliables56. »

41Il n’est pas besoin d’en ajouter davantage en commentaire des images suivantes, sinon que la violence rapportée et l’attitude spontanée de la foule (si l’on en croit Berlière) peuvent expliquer la virulence des dessinateurs, en plus de la posture idéologique qu’on peut éventuellement leur imputer.

  • 57 Adolphe Willette, « Tiens, en voilà du retroussé imbécile ! », Le Courrier français, no 5, 31 janvi (...)
  • 58 Jacques Villon, « La raffle », Le Courrier français, no 48, 1er décembre 1901, p. 7.
  • 59 Berlière Jean-Marc, La police des mœurs sous la IIIe République, op. cit., p. 120.
  • 60 Adolphe Willette, « Les emballées de la rue de Naples », Le Courrier français, no 49, 4 décembre 18 (...)

42Bouche fermée de force, les poignets des jeunes filles sont entravés par des personnels en civil, au chapeau melon caractéristique, dont la canne plombée marque un angle phallique qui n’échappe à aucun lecteur. Certaines sont traînées de force le long du pavé, toujours par les poignets57. D’autres sont littéralement dépoitraillées à même la rue, soulevée en arrière jusqu’à la faire basculer, dans une position elle aussi fort connotée sexuellement58. Aucune piste érotisante dans les différents dessins, mais au contraire une critique virulente contre la violence de la police des mœurs contaminant celle des forces de l’ordre dans leur ensemble. « Cette image détestable de la police des mœurs déteint sur l’ensemble des policiers », confirme Jean-Marc Berlière59, dont le diagnostic s’applique parfaitement à la presse satirique. Cette violence est en quelque sorte conclue par le triste défilé de la rafle. Les femmes montent l’une après l’autre dans le fourgon, encadrées par le cordon de pèlerines. « Qu’ont-elles fait ? », demande Pierrot au commissaire. « L’amour ! », répond celui-ci, impassible60.

Figure 10. – « V’là les flics ! Les mœurs », Steinlen, Le Canard sauvage, no 10, 23 mai 1903. Collection particulière [« La police veille ; Parisiens dormez ! »]

  • 61 Adolphe Willette, « Tiens, en voilà du retroussé imbécile ! », dessin cité.
  • 62 Kalifa Dominique, L’encre et le sang…, op. cit., p. 257.
  • 63 Ibid., p. 188.

43L’absence du moindre souteneur est à remarquer, car elle atteste de la priorité donnée par l’artiste au manifeste « antiflic ». Les dessinateurs montmartrois, Willette en tête, sont très mobilisés dans les années 1880 par la lutte contre les « dos » du boulevard Rochechouart, qu’ils affrontent souvent physiquement. L’une de ces bagarres est à l’origine du déménagement du Chat noir. Pourtant, ici, ce sont les agents qui sont pris pour unique cible, comme si la violence subie par les prostituées n’émanait que des forces de l’ordre, relayant le discours moral de l’État. Ainsi peut-on identifier le sénateur Bérenger, le fameux « Père la pudeur », comme spectateur hilare de la police des mœurs, sous le crayon de Willette61. « Jamais la police n’y est tenue [dans la presse de fait-divers] pour responsable de l’insécurité censée régner dans le pays. Sans doute accuse-t-on parfois des policiers de livrer leur ville aux rôdeurs62. » Non seulement la presse satirique raille sans relâche l’inactivité, la veulerie, la lâcheté même des policiers, mais elle accuse ceux-ci d’être les premiers fautifs de la violence urbaine. Nous pouvons discerner à ce propos l’un des effets de ce « contre discours » identifié par Dominique Kalifa sur le crime ou les criminels, émanant des avant-gardes littéraires du tournant du siècle. L’historien voit se dessiner dans cette littérature progressiste (qui partage ses lignes avec une certaine presse d’opinion illustrée par Steinlen, Willette, Delannoy et consorts) « une même inflexion du social à l’individuel dans les mises en scène de l’acte criminel63 ». Les artistes engagés partagent dans leur majorité ce jugement, mais ils font le choix de brocarder en priorité l’état de droit (ou de non droit) à travers sa police, faisant alors de l’arrestation comme spectacle public le flagrant délit d’un déni de justice permanent, pouvant légitimer en retour une violence subversive.

  • 64 Charle Christophe, Paris Fin de siècle, Paris, éditions du Seuil, 1998, p. 217.

44En ceci, ils font leur le combat des « nouvelles couches » de Gambetta qui, selon les termes de Christophe Charle, s’efforcent de « prendre la place de la bourgeoisie pour guider le peuple et surtout annihiler les forces de l’ancien ordre intellectuel (Église, appareil d’État, armée, intellectuels décadents) qui défendent un ordre condamné et s’opposent à l’émancipation sociale64 ». Le public des feuilles satiriques n’est pas précisément populaire (contrairement à celui de la presse fait-diversière). Il s’apparente plutôt à cette petite bourgeoisie progressiste et républicaine dont parle Christophe Charle, qui récuse les abus de pouvoir tout en craignant la criminalité de la grande ville. Les scènes d’arrestation reflètent cette double vision des problèmes de sécurité publique, apparemment contradictoire mais en fait assez logique. Peut-être peut-on d’ailleurs y voir l’origine d’une possible schizophrénie que d’aucuns ont imputée à l’opinion de gauche, à propos du tropisme sécuritaire, hésitation que l’on retrouve au cœur du débat contemporain sur cette question.

45En écho à leur public, les caricaturistes n’éprouvent donc aucune sympathie pour les voleurs de rue, et les motifs consacrés aux poursuites n’entendent pas privilégier un camp en particulier. À la nette différence de la presse fait-diversière, l’univers satirique catapulte deux visions négatives, patibulaires, l’une contre l’autre.

Figure 11. – « Mon couteau effilé me permet, eh ! d’filer ! », Auguste Roubille, Le Sourire, no 33, 9 juin 1900, dos. Collection particulière

  • 65 Benjamin Rabier, « Tout va pour le mieux », Le Pêle-Mêle, no 46, 10 septembre 1906, couverture.
  • 66 Je me permets à ce sujet de renvoyer le lecteur à ma thèse, La Grande Mascarade parisienne. Product (...)

46Le corps du malandrin campé par Roubille semble désarticulé, non par les coups d’une main argousine qui ne l’attrape pas et semble seulement suspendue au-dessus de sa tête, mais par le désespoir de sa fuite. Son corps prolonge le mouvement désordonné de son large coutelas par lequel il se fraie un chemin, avec une détermination meurtrière. À sa suite, l’ardeur policière recoupe les principaux traits évoqués ci-dessus, leur brutalité se muant ici en incapacité compte tenu de la vanité apparente de leurs efforts. De tous les côtés, les passants s’écartent et fuient ce déchaînement de brutalité hors de contrôle. Les deux bords adversaires sont placés dans le même sac, au détriment final de la police bien sûr, qui se soucie davantage de son image auprès de l’opinion publique. Mais il arrive qu’un dessinateur plus conventionnel déplace le point de vue, et montre une foule en train de contribuer à la capture du malfaiteur en courant derrière lui à la suite de la gente policière65. Malgré sa mine sinistre, le « filou » n’a pourtant plus l’air bien redoutable, mais c’est assurément lui qui sert de cible au caricaturiste, qui figure même ici des chiens se précipitant pour aboyer sur ses pas. On pourrait peut-être déceler dans un tel dessin une pluralité de positionnements idéologiques, mais formulons plutôt l’hypothèse d’une poussée conformiste de l’univers satiriste au milieu des années 1900, avec la poussée d’une presse humoristique plus sage qui s’opère au détriment des titres militants ou socialisants66. Cette évolution s’effectue simultanément aux efforts sécuritaires menés sous la houlette de Clemenceau, aiguillonné médiatiquement par la presse de faits divers, Le Petit Journal en tête. L’arrestation comme motif journalistique témoigne donc des principales inflexions du débat public autour de la politique pénale et répressive à mener envers les petites et grandes délinquances dans les centres urbains. Encore la réflexion sur les espaces ruraux ou les routes désertes n’est-elle pas non plus oubliée des couvertures de presse.

  • 67 Cubero José, op. cit., p. 254, 258, 266 et 267.

« Tout au long du XIXe siècle, le domaine de l’errance demeure essentiellement l’espace rural malgré le recul du colportage, écrit José Cubero. […] C’est le trimard ou le trimardeur qui, vers la fin du XIXe siècle, représente avec le chemineau, si l’on fait exception des romanichels, les formes les plus caractérisées de l’errance. Le chemineau idéalisé par Jean Richepin, “descendant du chemin de fer qui l’a tué”, est un vagabond des champs qui, d’une année sur l’autre, peut revenir par les mêmes chemins et proposer ses services pour de petits travaux dans les mêmes villages […]. En revanche le trimardeur est perçu comme un parasite qui traverse l’espace rural, qui y impose sa présence sans rien lui apporter tout en exigeant l’aumône, si nécessaire par la menace […]. Les années 1890 constituent un paroxysme dans la chasse aux nomades […]. Cela traduit, une réaction de crainte devant la montée d’un vagabondage généré par la crise des années 1880-1890, ce qui explique l’incroyable succès médiatique de l’“affaire Vacher” en 1897 qui traduit une opposition entre la presse fait-diversière qui en fait l’emblème d’une répression indispensable du vagabondage et la presse satirique qui défend bec et ongle la figure du trimardeur67. »

  • 68 Francisque Poulbot, affiche pour le roman Nico d’Émile Pouget, L’Humanité, 25 janvier 1913.

47Nous retrouvons l’obsession du quadrillage de l’espace et du fichage, telle que nous l’avons évoquée au début de ce texte à propos de la mésaventure de Willette. Le travailleur itinérant se cache de la maréchaussée, qu’il scrute depuis la forêt à l’intérieur de laquelle il s’est réfugié, alors que passent sur la route deux gendarmes à cheval68. À ses côtés un vieillard et un petit enfant. « N’aie pas peur grand-père, chuchote ce dernier, moi je te défendrai ! » L’anxiété du bicorne est omniprésente. La « haine du flic » se mue en « peur du gendarme », les bicornes se substituant aux képis. Les sergots chassent le clochard, les gendarmes arraisonnent le vagabond. Souvent, l’humour fait défaut dans ces motifs représentant des hommes brisés de misère, encadrés par deux gendarmes dont l’anamorphose semble plus formidable encore, du fait de la silhouette chétive du pauvre hère.

Figure 12. – « Le vagabond », Charles Léandre, Le Journal amusant, no 2220, 18 mars 1899, couverture. Collection particulière [« Les gendarmes sont sans pitié, mais ils ne sont pas sans bravoure. »]

  • 69 John’s Ward, « À la recherche de l’assassin », couverture du Polichinelle, no 143, 17 septembre 189 (...)
  • 70 Lucien Métivet, « Le signalement », couverture du Rire, no 30, 29 août 1903.
  • 71 Kalifa Dominique, L’encre et le sang…, op. cit., p. 151.

48Une simple prise de bras suffit, sous le trait de Léandre, tant les deux argousins dominent le routier. « Les gendarmes sont sans pitié, commente la légende. Ils ne sont pas sans bravoure. » L’ironie du propos renforce la disproportion des silhouettes et le ridicule des forces de l’ordre à la pose avantageuse. Les tours et remparts d’une bourgade médiévale symbolisent, à l’arrière-plan, la dimension séculaire d’un ordre régalien dont les sbires ont simplement changé de costume. La ligne d’horizon constitue un marqueur spécifique de l’arrestation en milieu rural. La petite église en point de fuite ne doit rien au hasard, tandis que le jeune sans domicile en costume de ville à carreau se voit arraisonner par la paire de gendarmes grimaçants dont la double prise du même bras a pour résultat de faire flageoler le corps dans son entier, le membre se liquéfiant presque sous l’effet de pince69. « Comment ? Vous avez un palais en argent et vous prétendez que vous êtes sans domicile ? », grogne ce gendarme éternellement moustachu au pittoresque vagabond, campé devant lui la bouche démesurément ouverte comme pour une ultime fouille de l’intérieur du corps70. Le titre du dessin de Métivet, « Le signalement », recoupe la préoccupation de contrôle social et spatial qui hante les autorités à la veille de la Grande Guerre, au cours de laquelle les effectifs de gendarmerie seront si efficaces pour traquer les déserteurs. Au contraire, la presse de faits divers se montre intarissable sur les arrestations de bohémiens, faux mendiants ou camarilla des sentiers poudreux, les vastes horizons étant propices à l’exaltation visuelle de l’héroïsme. « Repoussoir social, objet de la terreur paysanne, rappelle Dominique Kalifa, le nomade est le plus haï de tous les marginaux71. »

  • 72 Steinlen, « Sans le sou ! », Le Chambard socialiste, no 12, 3 mars 1894, couverture.

49C’est en tant que type d’exécration sociale que Steinlen retourne l’image du vagabond criminel en le montrant « misérable », au double sens hugolien du terme, entre les deux sempiternels gendarmes72. Leur tenue est irréprochable et exprime de façon sous-jacente une critique de la cruauté aveugle que le dessinateur impute aux militaires. L’uniformisation des forces de l’ordre peut se lire à la fois comme la dénonciation d’une obéissance absolue aux ordres, et comme une déshumanisation propre à la discipline et la standardisation des silhouettes. Mais la physionomie du prévenu ne respire pas la commisération. La casquette enfoncée sur le crâne, la moustache lui mangeant la figure, l’homme ne présente pas un visage propre à apitoyer le lecteur. L’empathie repose, une fois encore, sur la posture. Le corps est voûté, la tête basse, le pas traînant et les mains ceintes par des menottes qui renforcent l’effet de soumission, marquée un peu plus par la confrontation d’une stature arquée avec la raideur des deux gendarmes qui l’encadrent. Nous en arrivons au dernier point, essentiel, concernant le traitement visuel de l’arrestation dans le dessin de presse : derrière l’alibi du réalisme, du naturalisme même du trait de Steinlen, la couverture du Chambard socialiste ne peut se lire que d’une façon symbolique, en surplomb du débat public sur la politique sécuritaire et les libertés individuelles.

L’arrestation comme allégorie de la répression

  • 73 Alfred Le Petit, « Une arrestation », double page intérieure du Pétard, no 11, 2 septembre 1877.
  • 74 Jean-Louis Forain, « La république athénienne », Le Monde parisien High Life, no 16, 17 avril 1880, (...)

50Expression des différentes conceptions policières de la procédure de contrainte par corps, reflet des imaginaires sociaux, mise en spectacle visuel à forte teneur idéologique, l’arrestation dans l’image de presse joue enfin un rôle métaphorique non négligeable. Dans la lignée du Daumier de la rue Transnonain, l’acte d’arrêter quelqu’un peut traduire la volonté coercitive d’un homme ou d’un régime politique au sens large, la trivialité du geste rendant alors lisible la dénonciation d’un régime. Les exemples sont légion : citons Alfred Le Petit caricaturant Adolphe Thiers en train d’arrêter le dieu Chronos, afin de railler rétrospectivement l’omnipotence du premier président de la IIIe République, dessin autrefois refusé par la censure selon la légende de l’œuvre73. Certes le petit potentat est monté sur des échasses, et son effigie est dégradée selon les codes de l’anamorphose, propres à la charge graphique. Nous retrouvons certains topoï iconographiques qui nous sont maintenant familiers : prise à la gorge, corps de la victime en dislocation, bicorne et sabre démesurés recouvrant presque le principal acteur du motif. Thiers arrache sa faux au vieillard, comme pour s’emparer du pouvoir de vie ou de mort, à l’instar du gendarme sur le quidam. Le contenu politique du message n’est d’ailleurs pas incompatible avec le sourire : « Oh mince alors ! s’exclame le communard barbu croqué par Forain, se retournant vers un ecclésiastique emmené par deux pandores. Qu’est-ce qui va nous rester si on nous enlève nos otages74 ? »

  • 75 Jules Grün, Sans titre, dos de L’Album des caricaturistes, no 1, juin 1901.
  • 76 Adolphe Willette, « L’auteur du Temps des cerises est condamné à deux ans de prison », Le Courrier (...)

51Chez Grün, l’arrestation devient même le symbole de l’entrave à la liberté de la presse, le crieur de journaux s’enfuyant vanter les mérites de ses imprimés, avec sur ses talons la face congestionnée d’un sergent de ville aux poings dressés, alors qu’un doigt inquisiteur, pointant du hors cadre, désigne le gamin comme cible de la poursuite75. Seuls les traits du gosse et son foulard rouge émergent du fond noir dans lequel se confondent uniformes, moustaches et décor nocturne… Moralité : la presse est poursuivie comme le sont les malfaiteurs ou comme le fut Gavroche. Après Gavroche, Marianne : la condamnation de Jean-Baptiste Clément à une peine de prison en 1891 amène Willette à lui rendre hommage par cette couverture du Courrier français76.

  • 77 Gustave-Henri Jossot, « C’est une fille insoumise nommée Liberté », Les Temps nouveaux, no 8, 24 ju (...)

52La combinaison des menottes avec les deux gendarmes en cariatides a pour résultat de transformer Mimi Pinson en Marianne, donnant chair à l’allégorie incarnée par une fille du peuple, laquelle n’a de particulier que son joli minois et son innocence. Car c’est bien de culpabilité systématique et de brutalité indifférente qu’il s’agit. L’un des gendarmes détourne son regard, l’autre plonge dans le décolleté de la cousette. Celle-ci est serrée au bras par son voisin de droite et garde un sourire plein d’espoir, stoïque sous l’œil libidineux de son voisin de gauche. L’arrondi des chaînes dessine le bas d’un ovale imaginaire, borné par les bicornes et que surplombent comme une maxime les vers révoltés du poète. La route se laisse supposer car les argousins masquent presque entièrement l’horizon. L’Histoire est close, ne demeure que l’avenir, signalé par les yeux levés au ciel de la victime. La confrontation entre sa frêle silhouette, quelque peu érotisée, et la masse physique de ses sbires symbolise l’arbitraire même. L’image se veut à la fois esthétique et optimiste. Il ne suffit que de forcer le trait pour décliner le motif sur la gamme du désenchantement le plus nihiliste77.

53Les gendarmes caricaturaux de Jossot voient leurs traits bestialisés en « flics » simiesques et grimaçants. Les postures ne sont plus marquées par la raideur mais au contraire par l’excès de relâchement, hors de contrôle, soumis à la seule pulsion garantie par l’impunité. Car tout est sexuel dans ce dessin : les armes dressées comme des phallus, les mains accrochées sur le corps de la prévenue, le corps de l’un d’eux arqué derrière elle. La poitrine dénudée de l’arrêtée-victime fait le reste, en une identification implicite à une autre Marianne. Ce n’est plus la République outragée mais la Liberté en passe d’être violée. L’abus de pouvoir repose à la fois dans le fond et dans le soin formel accordé au traitement le plus répugnant, non plus seulement du « flic » mais de « l’acte du flic ». Au-delà du trait zoomorphique pouvant occasionner un éventuel sourire, la violence de l’œuvre vient de la métonymie. D’une satire à l’autre, les dessinateurs entendent bien imposer celle-ci comme réponse iconographique à la figure de l’apache en cours d’élaboration par la presse fait-diversière. L’arrestation est la négation de la part d’humanité de celui ou celle qui passe mécaniquement au statut de victime. La présomption de culpabilité à laquelle correspond l’entrave légale et publique se mue en une innocence de principe, rejetant la responsabilité de la rupture pénale sur l’appareil d’État. Combattre la criminalité, sauver les principes humanistes, c’est faire la Révolution. L’indignation devient révolte. Le sentiment d’un public également en quête de divertissement peut aussi redescendre vers l’hilarité, sans pour autant quitter la critique explicite de la maréchaussée : « C’est elle qui nous a battus ! », pleurniche le colosse en pèlerine, accompagné en écho par son collègue, encadrant une petite fille au minois adorable.

Figure 13. – « C’est-elle qui nous a battus ! », Adolphe Willette, Le Courrier français, no 8, 24 février 1901, couverture. Collection particulière [« Beueheu ! C’est elle qui nous a battus ! Meueheu ! »]

  • 78 Adolphe Willette, Sans titre, Le Courrier français, no 35, 21 août 1898, p. 7.

54Par cette charge, Willette entend mettre les rieurs de son côté. Les traits des agents ne sont plus congestionnés par le désir sexuel mais par une plainte ingénue, visant explicitement la mauvaise fois récurrente des forces de l’ordre dans la responsabilité de leur propre violence. Une fois de plus, l’impact formel du motif provient de la confrontation physique des acteurs et de la disproportion des corps, symbolique omniprésente au fil des couvertures illustrées. La gosse n’est même pas entravée, son sourire laisse transparaître l’étendue de son innocence ainsi que le décalage avec la possible gravité de la situation, à l’entrée du commissariat. Pas plus que Jossot, Willette n’est un « dessinateur d’humour » : ses dessins peuvent ne faire aucune concession78.

  • 79 Kalifa Dominique, L’encre et le sang…, op. cit., p. 57.

55Revenons sur la vision récurrente de l’encadrement de l’arrêté(e) par les deux agents : comme nous l’avons évoqué plus haut, l’effet pilori du tropisme visuel annonce la comparution judiciaire et inscrit la présomption de culpabilité, donc l’infamie, au seuil des poursuites à venir. Ce seuil, c’est l’arrestation. Du rire aux larmes, du pseudo-réalisme à l’hyperbole engagée, ce moment clé du rapport entre légalité et population entretient un faisceau de contradictions ressenties simultanément dont la confusion explose dans l’illustration de presse, en fonction des publics visés. Dominique Kalifa corrèle avec raison la « pure fonction d’édification » de l’écriture du fait divers avec la permanence de « stéréotypes du public rural qui constitue toujours le lectorat privilégié de ces publications79 ». Formulons l’hypothèse d’une réciprocité concernant un ou plusieurs lectorats de la grande ville qui, sans tenir forcément un couteau entre les dents, attendent néanmoins une part de réprobation, de subversion ou de monstration faisant rupture avec la notabilité entretenue comme norme instituée et constitutive de l’ordre établi. L’arrestation iconographique constitue donc le champ d’affrontements symboliques de plusieurs approches idéologiquement marquées, mais aussi d’imaginaires socialement ou géographiquement distincts. Pour autant, la stéréotypie consacre la victoire progressive de la vision sécuritaire de la presse fait-diversière, et ce, pour différentes raisons : l’unanimité sur la chasse aux réfractaires lors du premier conflit mondial, la communication puissante de l’appareil d’État et de ses relais médiatiques autour de 1910, l’aseptisation progressive de la presse satirique et la diminution du nombre de titres, mais également l’explosion du support photographique.

56La publicité ci-contre tirée du journal L’Indiscret témoigne, s’il en était besoin, de la perméabilité des médias illustrés envahis par le cliché de l’individu entre les deux agents, tropisme qui finit par s’imposer au fil des années, jusqu’à imprégner définitivement le spectacle du judiciaire. Du théâtre de Guignol jusqu’au cinéma, Gnaffron s’en va entre ses deux gardiens en uniforme. L’exposition du prévenu à la foule est telle que les individus en état d’arrestation prendront plus tard l’habitude de dissimuler leurs traits devant les flashs des journalistes, avant de se voir limiter le droit aux images, après un bon siècle de surexposition systématique et effrénée. L’œil de l’opinion embrasse et juge en un regard le sujet désigné et recentré entre ses gardiens. En dehors du flagrant délit, cela est censé être l’épilogue de l’enquête. Mais le discours sécuritaire entend propager le besoin d’un deuxième œil, préventif, celui de la police. L’une des plus fameuses feuilles de faits divers prend d’ailleurs ce nom comme titre.

Figure 14. – Publicité parue dans L’Indiscret, no 22, 18 juin 1902. Collection particulière

Figure 15. – L’Œil de la police, no 31, août 1909, dessin non signé. Collection particulière

  • 80 Feuillet Hélène, Basse politique, haute police. Une approche historique et philosophique de la poli (...)
  • 81 Dixmier Michel et Willemin Véronique, L’Œil de la police, Paris, Alternatives, 2007, p. 10. J’en pr (...)

57Dès lors, l’arrestation est associée au travail de surveillance, de renseignement et de fichage de la police, critiquée par les mêmes qui s’insurgent contre la brutalité des agents. Comme le rappelle Hélène Feuillet, « l’œil est la métaphore constante de la police80 ». Outre le titre du périodique des pages duquel il est issu, ce petit dessin figure parfaitement la métaphore du deuxième œil, inquisitorial, qui débouche sur la main au collet du présumé malfaiteur, en théorie sans l’ombre d’un doute. La dimension humoristique n’est pas exempte du motif, dont la base inférieure adopte une nuance esthétique, presque avant-gardiste : à l’amorce de 1910, un journal comme L’Œil de la police peut se permettre toutes les audaces, jusqu’à instiller le rire au milieu des flots d’hémoglobine. « En mars 1910, confirme Michel Dixmier, après la traque de la bande à Bonnot l’année précédente, cette publication reste la seule à proposer du sang à la une, aux devantures des kiosques81. » Succès auquel on peut associer le triomphe définitif des suppléments illustrés du Petit Journal.

  • 82 Yves Robert, Ni vu ni connu, 1958.

58Après l’encadrement du prévenu entre deux agents, l’œil de la police, reste le troisième tropisme attaché à l’interpellation : l’empoignade. Pour signifier la pérennité du motif et son inscription définitive dans l’imaginaire collectif, on peut aller puiser dans le cinéma populaire de la seconde moitié du XXe siècle. Ainsi l’image quasiment arrêtée sur l’arrestation de Louis de Funès en « Blaireau » dans sa retraite forestière, extraite de Ni vu, ni connu82, ne doit-elle probablement rien au hasard. Elle recoupe cette hybridation identifiée dans les lignes qui précèdent, entre motif à consonance comique et image fait-diversière. Au terme de près d’un siècle de culture de masse, Guignol s’est mélangé à l’iconographie de kiosque et le cinéma s’est emparé du résultat.

  • 83 En l’occurrence L’Affaire Blaireau d’Alphonse Allais, paru en 1899.

59L’intérêt du film d’Yves Robert en la matière est triple : il s’appuie sur un roman de la Belle Époque83, c’est un succès populaire mais surtout, c’est une comédie qui pastiche à la fois le monde du fait divers et l’affaire Dreyfus. Or, l’arrêt sur image est assez éloquent sur le modus operandi de l’arrestation du supposé malfaiteur. Le corps est « arrêté », figé au sens propre par une kyrielle de mains dont les propriétaires n’entrent même plus dans le champ, entrave tentaculaire de la machine répressive. À défaut du strict respect de la Loi, toujours sujet à caution dans l’imagerie de presse, la force reste à l’Ordre.

Notes

1 Guillemot Maurice, « Pierrot-Willette », Revue illustrée, 2 avril 1889.

2 Texte du discours d’Adolphe Willette à la fête de Saint-Nicolas de Granville, rapporté sous le titre « Montmartre à St Nicolas », dans Le Nouvelliste de Normandie, 16 février 1923.

3 Willette Luc, Pierrot de Montmartre, Précy sous-Thil, éditions de l’Armançon, 1991, p. 116. Luc Willette confond deux histoires, celle de l’interpellation d’Adolphe Willette et le « procès » qui lui est fait par les paysans du lieu l’accusant de jeter des mauvais sorts aux vaches en faisant les moulinets de sa canne chauffée à rouge, lors de marches nocturnes. Cette dernière anecdote n’a jamais fait l’objet d’un dépôt de plainte et Willette sépare bien les deux récits dans son discours de février 1923.

4 Félicien Champsaur (1858-1934), écrivain de la bohème Fin de siècle et ancien ami de Willette. Brouillé, le caricaturiste reprend ici une rumeur montmartroise colportée par les ennemis de Champsaur, accusant ce dernier d’être un indicateur de police.

5 « Willette », Le Courrier français, no 20, 17 mai 1885, p. 3.

6 Kalifa Dominique, L’encre et le sang, récits de crime et société à la Belle Époque, Paris, Fayard, 1995, respectivement p. 179 et p. 182.

7 Voir à ce sujet Piazza Pierre, « La fabrique “bertillonienne” de l’identité. Entre violence physique et symbolique », Labyrinthe, no 6, 2000, p. 33-50. Piazza Pierre, « Septembre 1921 : la première “carte d’identité de Français” et ses enjeux », Genèses, no 54, 1/2004, p. 76-89. Asséo Henriette, « La gendarmerie et l’identification des “nomades” (1870-1914) », in Luc Jean-Noël, Gendarmerie, État et société au XIXe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2002.

8 Weber Eugen, Peasants into Frenchmen: the modernisation of rural France, 1870-1914, Stanford, Stanford University Press, 1976, p. 267.

9 La pièce Le commissaire est bon enfant, comédie en un acte de Georges Courteline et Jules Lévy (chef de l’école des Arts Incohérents) est représentée pour la première fois le 16 décembre 1899 au théâtre du Gymnase à Paris.

10 Ces formules sont extraites de deux articles d’Octave Mirbeau, « Une perquisition en 1894 », Le Journal, 10 janvier 1894, pour les trois premières, et « La police et la presse », Le Gaulois, 15 janvier 1896, articles rassemblés par Serge Quadruppani au sein du recueil Interpellations, chroniques d’Octave Mirbeau, Paris, Le Passager clandestin, 2011, p. 38-43 et p. 101.

11 À ce sujet, je me permets de renvoyer le lecteur à mon article sur « Les représentations de l’endettement dans la caricature de la Belle Époque », in Rabault-Mazière Isabelle (dir.), « Une histoire culturelle du crédit et de la dette », Histoire, économie et société, 1er trimestre 2015.

12 Balluriau Paul, « Fragrant délit », Le Rire, no 182, 28 juillet 1906, p. 7.

13 « L’arrestation d’Elie Reclus », couverture de L’Intransigeant illustré, 11 janvier 1894.

14 Voir par exemple, « L’arrestation de Cartouche », in Grandpré Jules de, Le roi des bandits, fascicule no 16, s. d. (1902 ?). Le dessin n’est pas signé. Parfois, un dessinateur malicieux conçoit un mélange subtil entre le bandit et l’adultère, comme ce « Cartouche moderne » de L’Œil de la police, no 35, où les agents tirent un voleur de route du dessous du lit de sa maîtresse plus ou moins nue.

15 « Le complot anarchiste (une arrestation) », Le Petit Journal, supplément illustré hebdomadaire, no 138, 3 juin 1893.

16 « L’arrestation de Choisy-Le-Roy », L’Œil de la police, no 175.

17 Pour la présentation des quelques stéréotypes visuels essentiels de la presse de faits divers, voir Kalifa Dominique, L’encre et le sang…, op. cit., p. 56.

18 « La mort de Garnier et de Vallet », L’Œil de la police, no 177.

19 « Victimes du devoir, le sous-chef et un inspecteur de la Sûreté tombent, sous les balles d’un malfaiteur », Le Petit Journal, supplément illustré hebdomadaire, no 976.

20 « Émouvante capture d’un fou », L’Œil de la police, no 23.

21 Scène à propos de laquelle je ne connais qu’une seule illustration, celle de Lampsonius dans l’édition Michel Lévy de 1867, p. 182.

22 Leblanc Maurice, Arsène Lupin contre Herlock Scholmès, Paris, Pierre Lafitte, 1908.

23 Honoré Daumier, Rue Transnonain, le 15 avril 1834, lithographie, publiée dans L’Association mensuelle, juillet 1834, supplément du Charivari.

24 Voir Mollier Jean-Yves, Le camelot et la rue. Politique et démocratie au tournant des XIXe et XXe siècles, Paris, Fayard, 2004.

25 Cubero José, Histoire du vagabondage, Paris, Imago, 1998, p. 254.

26 Baruch-Gourden Jean-Michel, « La police et le commerce ambulant », in Vigier P. et al., Maintien de l’ordre et polices en France et en Europe au XIXe siècle, Paris, Créaphis, 1987, p. 255-256.

27 France Anatole, L’affaire Crainquebille, 62 illustrations d’Alexandre-Théophile Steinlen, Paris, E. Pelletan, 1901.

28 Vallotton Félix, « Crimes et châtiments », L’Assiette au beurre no 48, 1er mars 1902.

29 Vallotton Félix, Le Canard sauvage, no 17, 12 juillet 1903.

30 Citons par exemple ce dessin de Traviès, Le docteur Gervais prétendait avoir vu, paru parmi les 24 planches du supplément mensuel du Charivari (planche no 22), daté du 1er avril 1834.

31 Berlière Jean-Marc et Lévy René, Histoire des polices en France de l’Ancien Régime à nos jours, Paris, Nouveau Monde éditions, 2011, p. 469.

32 Frantisek Kupka, Sans titre, Le Canard sauvage, 1903.

33 Cette violence est encore accrue dans les scènes de manifestations ou les interrogatoires musclés dans les commissariats, deux thématiques que nous excluons volontairement de notre étude.

34 Voir par exemple la couverture du Petit Journal du 12 septembre 1909, « L’attentat contre le général Vérand. Arrestation du meurtrier », dessin non signé.

35 Le Progrès illustré, no 69, 10 avril 1892, dessin non signé.

36 Le Petit Parisien illustré, 10 avril 1892, dessin non signé.

37 Le Petit Journal, « L’apache est la plaie de Paris », 20 octobre 1907, dessin non signé.

38 Kalifa Dominique, Crime et culture au XIXe siècle, Paris, Perrin, 2005, respectivement p. 139 et p. 237.

39 Voir par exemple la couverture du Petit Journal, 23 janvier 1910, dessin non signé ou les petites compositions de H. P. Gassier pour L’Humanité.

40 Kalifa Dominique, L’encre et le sang…, op. cit., p. 182.

41 Adolphe Willette, « Le flic », couverture du Courrier français no 39, 27 septembre 1891.

42 Berlière Jean-Marc et Lévy René, op. cit., p. 465-466.

43 Kalifa Dominique, Crime et culture au XIXe siècle, op. cit., p. 139-140.

44 Voir par exemple L. Lévêque, « La jaunisse du vicomte », couverture du journal Les Étoiles, no 5, 9 juillet 1896.

45 Jules Grandjouan, « Le pain de ménage », couverture de L’Assiette au beurre, no 356, 25 janvier 1908.

46 Hermann Paul, « Le gendarme est brave », Le Courrier français, no 46, 17 novembre 1895, p. 7.

47 Gonon Laetitia, Le fait divers criminel dans la presse française du XIXe siècle, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2012, p. 294.

48 Weilluc, « Le quart d’heure de Rabelais », couverture du Journal, no 6, 9 février 1905.

49 Le Journal, no 5, 2 mars 1905, p. 5.

50 Steinlen, « Le poivrot, illustration de Jean Richepin », dos du Gil Blas illustré, 14 août 1892.

51 Draner, « Paris-nocturne », couverture de La Caricature, no 369, 23 janvier 1897.

52 Alexandre Roubille, « Souvenirs du 14 juillet », couverture du Rire, no 181, 21 juillet 1906.

53 Ricardo Florès, « Les premières chaleurs », Le Rire, no 230 29 juin 1907, p. 7.

54 Lourdey, dos du Sourire, no 35, 23 juin 1900.

55 Berlière Jean-Marc, La police des mœurs sous la IIIe République, Paris, éditions du Seuil, 1992, p. 29-30.

56 Fiaux Louis, La police des mœurs en France et dans les principaux pays d’Europe, Paris, 1888, p. 129-130, cité ibid., p. 79.

57 Adolphe Willette, « Tiens, en voilà du retroussé imbécile ! », Le Courrier français, no 5, 31 janvier 1892, couverture.

58 Jacques Villon, « La raffle », Le Courrier français, no 48, 1er décembre 1901, p. 7.

59 Berlière Jean-Marc, La police des mœurs sous la IIIe République, op. cit., p. 120.

60 Adolphe Willette, « Les emballées de la rue de Naples », Le Courrier français, no 49, 4 décembre 1892, couverture.

61 Adolphe Willette, « Tiens, en voilà du retroussé imbécile ! », dessin cité.

62 Kalifa Dominique, L’encre et le sang…, op. cit., p. 257.

63 Ibid., p. 188.

64 Charle Christophe, Paris Fin de siècle, Paris, éditions du Seuil, 1998, p. 217.

65 Benjamin Rabier, « Tout va pour le mieux », Le Pêle-Mêle, no 46, 10 septembre 1906, couverture.

66 Je me permets à ce sujet de renvoyer le lecteur à ma thèse, La Grande Mascarade parisienne. Production, diffusion et réception des images satiriques dans la presse périodique illustrée parisienne entre 1881 et 1914, thèse soutenue en 2010 sous la direction de Christophe Charle, Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

67 Cubero José, op. cit., p. 254, 258, 266 et 267.

68 Francisque Poulbot, affiche pour le roman Nico d’Émile Pouget, L’Humanité, 25 janvier 1913.

69 John’s Ward, « À la recherche de l’assassin », couverture du Polichinelle, no 143, 17 septembre 1899.

70 Lucien Métivet, « Le signalement », couverture du Rire, no 30, 29 août 1903.

71 Kalifa Dominique, L’encre et le sang…, op. cit., p. 151.

72 Steinlen, « Sans le sou ! », Le Chambard socialiste, no 12, 3 mars 1894, couverture.

73 Alfred Le Petit, « Une arrestation », double page intérieure du Pétard, no 11, 2 septembre 1877.

74 Jean-Louis Forain, « La république athénienne », Le Monde parisien High Life, no 16, 17 avril 1880, p. 5.

75 Jules Grün, Sans titre, dos de L’Album des caricaturistes, no 1, juin 1901.

76 Adolphe Willette, « L’auteur du Temps des cerises est condamné à deux ans de prison », Le Courrier français, no 20, 17 mai 1891, couverture.

77 Gustave-Henri Jossot, « C’est une fille insoumise nommée Liberté », Les Temps nouveaux, no 8, 24 juin 1908.

78 Adolphe Willette, Sans titre, Le Courrier français, no 35, 21 août 1898, p. 7.

79 Kalifa Dominique, L’encre et le sang…, op. cit., p. 57.

80 Feuillet Hélène, Basse politique, haute police. Une approche historique et philosophique de la police, Paris, Fayard, 2001, p. 226.

81 Dixmier Michel et Willemin Véronique, L’Œil de la police, Paris, Alternatives, 2007, p. 10. J’en profite pour remercier chaleureusement Michel Dixmier de m’avoir donné accès à sa collection du Petit Journal, de L’Œil de la police et à ses innombrables exemplaires de presse satirique, matériau sans lequel cette contribution n’aurait pu être réalisée.

82 Yves Robert, Ni vu ni connu, 1958.

83 En l’occurrence L’Affaire Blaireau d’Alphonse Allais, paru en 1899.

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Sans titre, Adolphe Willette, La Revue illustrée, 2 avril 1889. Collection particulière
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90457/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Figure 2. – Sans titre, Adolphe Willette, La vie en rose, no 40, 20 juillet 1902, p. 5. Collection particulière [Monsieur Bérenger a la cruauté du chat. Sa loi de sursis est un guet-apens]
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90457/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Figure 3. – Sans titre [Les 7 Nains], Francisque Poulbot, original non publié. Musée d’art et d’histoire – Saint-Denis, © Irène Andréani
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90457/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Figure 4. – « L’agitation révolutionnaire au pays minier », Le Petit Journal, no 807, dimanche 6 mai 1906, couverture, non signé. Collection particulière
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90457/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Figure 5. – « L’arrestation de Moyaux », H. Meyer, Le Sifflet, no 269, 10 mars 1877. Collection particulière
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90457/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Figure 6. – « Lépine 1er », Aristide Delannoy, L’Assiette au beurre, no 418, 3 avril 1909, p. 13. Collection particulière [Lépine 1er, empereur de Paris : « Ceux qui ne travailleront pas, nom de Dieu ! Je les fous dedans ! C’est comme ça que je comprends la liberté du travail, moi ! »]
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90457/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Figure 7. – « L’arrestation de Ravachol », Le Petit Journal, 16 avril 1892, couverture, non signé. Collection particulière
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90457/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Figure 8. – « Il téléphonait du bureau de tabac… », Francisque Poulbot, La Baïonnette, no 15, 28 mars 1916, double page intérieure. Collection particulière [« Je suis naturalisé, je suis Anglais, je suis… »/Le personnage porte sur son torse un panonceau sur lequel figure la mention « Je suis sourd-muet »]
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90457/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure 9. – « Vaches et vaches. La police surveille trop les unes et pas assez les autres », Aristide Delannoy, L’Assiette au beurre, hors série « Les falsificateurs de lait », février 1902, p. 7 et 8. Collection particulière [« Les vaches de Paris n’ont jamais d’air et ne peuvent jamais sortir. Il arrive qu’au bout de quelques années, ces vaches deviennent tuberculeuses et les patrons des vacheries continuent pourtant à traire le lait des bêtes malades » (Les journaux)]
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90457/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende Figure 10. – « V’là les flics ! Les mœurs », Steinlen, Le Canard sauvage, no 10, 23 mai 1903. Collection particulière [« La police veille ; Parisiens dormez ! »]
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90457/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Figure 11. – « Mon couteau effilé me permet, eh ! d’filer ! », Auguste Roubille, Le Sourire, no 33, 9 juin 1900, dos. Collection particulière
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90457/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Figure 12. – « Le vagabond », Charles Léandre, Le Journal amusant, no 2220, 18 mars 1899, couverture. Collection particulière [« Les gendarmes sont sans pitié, mais ils ne sont pas sans bravoure. »]
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90457/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Figure 13. – « C’est-elle qui nous a battus ! », Adolphe Willette, Le Courrier français, no 8, 24 février 1901, couverture. Collection particulière [« Beueheu ! C’est elle qui nous a battus ! Meueheu ! »]
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90457/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Figure 14. – Publicité parue dans L’Indiscret, no 22, 18 juin 1902. Collection particulière
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90457/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Figure 15. – L’Œil de la police, no 31, août 1909, dessin non signé. Collection particulière
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90457/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 168k

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site