Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Aisne occupée

 | 
Philippe Salson

Quatrième partie. Au contact des soldats

Chapitre XII. Des Allemands pour lesquels on se prend d’affection

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Bien triste aussi parce que mon ami le Dr Tilenius est venu me dire au revoir : il part sur le front du Chemin des Dames avec son régiment. Pourvu qu’il ne lui arrive rien ! Il a été si gentil avec moi ! […] Enfin, en nous quittant, le Dr Tilenius nous a dit que “s’il revenait vivant de cette maudite guerre, il nous écrirait pour nous inviter tous les deux à aller le voir en Allemagne”. Bien sûr, nous avons accepté avec joie. Mais, ce sera quand ? ? »
Minne, p. 42, 17/04/1915.

Un garçon patriote comme Jean Minne, ne cache pas son affection pour le docteur allemand qui l’a soigné et qui doit partir sur le front : il accepte même avec plaisir, en avril 1915, l’invitation de celui-ci. Cet exemple montre que les représentations et les sentiments que peuvent avoir les civils occupés des soldats allemands sont complexes. On peut très bien vouloir la victoire de la France, afficher une détestation de l’Allemagne et sympathiser avec les individus que l’on a été amené à fréquenter. Et cet ex...

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540