Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Ille-et-Vilaine, 1918-1958

 | 
Jacqueline Sainclivier

2e partie. 1939-1958. Vers le renouveau

Chapitre 6. La Libération – une ère nouvelle (1944-1946)

Texte intégral

  • 1 Avec les poches de Lorient et de Saint-Nazaire, le front de cette dernière passe à quelques kilomè (...)

1Cette période correspond à celle du GPRF et est une période de transition politique entre le régime de Vichy et la IVe République. Transition aussi, parce que seule, la plus grande partie du territoire est libérée ; la guerre continue en Allemagne mais aussi aux portes de l’Ille-et-Vilaine1 et pendant plusieurs mois l’incertitude règne sur le sort des prisonniers de guerre, des déportés, des travailleurs du STO. Ces deux années et demie marquent aussi l’heure du bilan politique, économique, humain, culturel. Si les premiers temps sont marqués par le bilan, c’est en même temps l’heure de l’espoir dans tous les domaines de la vie. Au « temps des passions » succède le temps de l’espérance en une ère nouvelle pour tous.

  • 2 Buton (Ph.) et Guillon (J.-M.) (s.d.), Les pouvoirs en France à la Libération, Belin, 1994, 592 p. (...)

2Dans ce contexte général, l’Ille-et-Vilaine apparaît plutôt modérée quel que soit l’angle sous lequel l’on considère cette période de la Libération2. Celle-ci est d’abord l’heure du bilan avec les conséquences immédiates de la guerre (vie quotidienne difficile, épuration), mais elle est aussi le moment de la parole retrouvée dans tous les domaines, politique, culturel, etc.

La Libération et le bilan de la guerre

Les combats de la Libération

  • 3 La citadelle d’Alet (Saint-Servan) se rend le 17 août et l’île de Cézembre le 2 septembre 1944; Le (...)

3La Libération même du département se fait très vite après la percée d’Avranches puisque Rennes est libérée le 4 août, mais Saint-Malo seulement le 14 août 19443. La Libération de Rennes et le siège de Saint-Malo sont des exemples flagrants de l’incompréhension, voire de la méfiance existant de la part des Américains vis-à-vis des résistants.

  • 4 C’est évidemment le départ du dernier train de déportés qui a le plus meurtri les résistants; il n (...)
  • 5 Dans les deux cas, ce sont trois ou quatre hommes seulement qui «prennent » les bâtiments : à la p (...)
  • 6 Ancien sénateur-maire radical-socialiste de Brest, démis de ses fonctions en 1941, il est nommé co (...)
  • 7 Celui-ci, résistant de la première heure, estime qu’il a été choisi comme président de cette délég (...)

4Les troupes américaines stationnent aux portes de Rennes du 31 juillet au 4 août 1944 permettant le départ des Allemands et surtout le départ d’un ultime train de déportation le 3 août 1944 ; or, les résistants ont prévenu qu’il est possible d’entrer sans risque majeur dans la ville, les Allemands quittant la ville sans chercher à poursuivre le combat4. Pendant ce laps de temps, ces derniers font sauter les ponts (sauf un), tandis que les résistants prennent le 3 août 1944 la préfecture et la mairie5. Le commissaire de la République nommé par le général de Gaulle, Victor Le Gorgeu6 peut s’installer à la préfecture, tandis que la délégation spéciale présidée par Yves Milon, doyen de la Faculté des sciences7, en fait autant à la mairie. Ce sont ces autorités gaullistes qui accueillent les Américains empêchant la mise en place de l’AMGOT ; démonstration souhaitée par le général de Gaulle et particulièrement bien venue dans une capitale régionale. À leur arrivée, ils traitent avec ces nouvelles autorités issues de la Résistance.

  • 8 Six cents femmes et enfants vivent dans les caves; quant aux hommes âgés de 18 à 60 ans, ils sont (...)
  • 9 Après la guerre, une polémique se déroula pour déterminer qui a détruit Saint-Malo intra-muros, le (...)

5Quant au siège de Saint-Malo qui se déroule du 6 au 14 août, le piège américain se referme sur les Allemands mais aussi sur les Malouins ; une partie des habitants est évacuée entre le 3 et le 6 août sur ordre du colonel allemand von Aulock. Pendant le siège, il reste encore dans la ville 980 civils8. Résultat, la ville intra-muros est détruite du fait de l’artillerie américaine9.

  • 10 Entretien avec Louis Tardiveau et archives de Libération-Nord.

6Dans le reste du département, les combats sont pour la plupart des combats de retardement. Le rôle des FFI à partir du 31 juillet 1944 est un rôle d’éclaireurs et de « nettoyage » de la région après le passage des Américains ; leur mission est de faire prisonniers tous les Allemands rencontrés, coupés de leur unité. Dans la région de Janzé, en cinq jours plus de 300 Allemands sont faits prisonniers par les FFI10, de même dans la forêt de Paimpont avec l’aide toutefois d’Américains dans ce dernier cas. Un certain nombre de FFI rejoignent ensuite le front des poches de Saint-Nazaire ou de Lorient.

7La Libération extrêmement rapide du département est pour l’essentiel effectuée par les Américains, les FFI n’ayant guère pu que retarder l’arrivée de renforts allemands sur le front de Normandie. La Résistance y joue un rôle d’appoint dans le cadre des combats de la Libération mais non fondamental ; il est vrai qu’elle est très affaiblie par les arrestations récentes et nombreuses parmi ses dirigeants. Mais elle est bien l’élément-clé pour l’instauration du nouveau pouvoir.

Le bilan de la guerre

8Ce bilan est contrasté. Sans vouloir cultiver le paradoxe, le bilan en pertes humaines est moins lourd que lors de la guerre 14-18, comme d’ailleurs dans le reste de la France ; en revanche, les destructions, les difficultés économiques sont nettement plus importantes et surtout le bilan moral est autrement accablant.

  • 11 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 17 octobre 1944.

9Les destructions conditionnent largement la vie des habitants, leur comportement syndical et politique. Ces destructions résultent des bombardements pendant l’Occupation, des combats de la Libération et des sabotages de voies de communication pendant la période postérieure au débarquement de Normandie. Au total, sur l’ensemble du département 9 310 immeubles ont été détruits en totalité, 15 849 partiellement ; pour l’ensemble des communes concernées, les destructions totales représentent environ 28 % de leurs immeubles et les destructions partielles 48 %. En surface habitable, Saint-Malo et Bruz ont 21 % de leur surface détruite et Rennes 11 %11. En dehors de ces villes, les communes touchées par les destructions se situent surtout dans la zone côtière, à l’exception de Montfort-sur-Meu et de Fougères. La plupart des destructions concernent des villes ayant des installations stratégiques importantes (Rennes et Saint-Malo), seules exceptions (notables il est vrai), Fougères et Bruz.

10Les destructions de voies de communication (chemins de fer, routes, ponts) ralentissent la circulation et rendent difficile le ravitaillement de la population. Celle-ci comprend 65 736 sinistrés sur 565 766 habitants soit 11 % de la population départementale ; en outre toujours en octobre 1944 -2 mois après la Libération du département-, 159 383 personnes sont des réfugiés qui se sont mis à l’abri le temps des combats, certaines viennent du département lui-même, les autres des départements voisins comme le Morbihan en raison de la poche de Lorient et la Loire-Inférieure à cause de celle de Saint-Nazaire.

  • 12 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 17 octobre 1944.

11Ces destructions bloquent également la reprise de la vie économique, c’est vrai bien sûr à Saint-Malo, mais aussi à Fougères. Dans cette ville ouvrière, sur les 70 usines de chaussures, 53 sont totalement détruites et les 17 autres en partie épargnées. Pour éviter la prolongation d’une situation dramatique pour beaucoup de familles ouvrières, patrons et ouvriers ont rassemblé les machines intactes dans les locaux partiellement utilisables et « une sélection d’ouvriers chargés de famille fut embauchée », sélection faite par les ouvriers eux-mêmes. Cet exemple est présenté par le préfet comme « le symbole de l’état d’esprit de la population d’Ille-et-Vilaine (...qui) se consacre au seul travail »12.

12Ces problèmes économiques se doublent d’un bilan humain moralement lourd. À la Libération, le département est dans l’ignorance du sort de ses prisonniers de guerre, de ses déportés, internés, de ses travailleurs en Allemagne (volontaires ou STO). En revanche, il peut déjà faire le bilan des victimes civiles tuées sous les bombardements ou les mitraillages et des fusillés (du moins ceux exécutés dans le département). Comme pour tout le pays, il faut attendre la capitulation allemande du 8 mai 1945 et surtout le retour d’Allemagne des prisonniers de guerre, des travailleurs et des déportés pour prendre la mesure réelle des pertes humaines.

  • 13 Ma carte des internés, déportés, fusillés, victimes civiles d’Ille-et-Vilaine, 1976, CHG et Toczé (...)

Tableau n°40 : Bilan des pertes humaines13.

Tableau n°40 : Bilan des pertes humaines13.

13Ce tableau qui ne prend pas en compte les pertes militaires, montre bien le caractère nouveau de la guerre 39-45 par rapport à celle de 14-18. Les civils sont nombreux parmi les victimes et parmi celles-ci les victimes de bombardement qui représentent à elles seules 80 % des tués. Fusillés et déportés symbolisent le caractère de guerre totale de cette période, ce que précise le tableau ci-dessous.

  • 14 Allaire (J.-M.), « Statistiques de la déportation » dans Bulletin du CHG, novembre 1968, p. 10-13.

Tableau n°41 : Internés et déportés14.

Tableau n°41 : Internés et déportés14.
  • 15 Ci-dessus chapitre 5 p. 240 ; le chiffre des déportés juifs non rentrés n’a pu être établi avec pr (...)

14Cent cinquante deux internés sont des résistants, 17 classés comme politiques (communistes), les autres sont soit des otages, soit des internés dont on ne peut déterminer le motif d’internement (une trentaine). Quant aux déportés, plus de la moitié d’entre eux sont des résistants (63,6 %), le second groupe important est celui des juifs (le cinquième des déportés et le tiers de la communauté juive d’Ille-et-Vilaine15). Ils forment l’essentiel des victimes de la déportation (plus du quart des déportés) puisqu’à peine 3 % à 5 % d’entre eux reviennent de déportation alors qu’un déporté résistant sur deux revient.

  • 16 Environ 8 000 soldats tués sont originaires des régiments stationnés normalement en Ille-et-Vilain (...)
  • 17 cf. chapitre 9, dernière partie.

15Le bilan humain est certes moins élevé qu’en 14-1816 : 60 % (?) en moins mais il marque beaucoup plus les esprits puisqu’il touche toute la population (hommes-femmes-enfants) et pas seulement une tranche d’âge déterminée comme pour les victimes de 14-18. Si toute la population est atteinte, elle ne l’est pas de la même manière et le travail du deuil n’est pas le même quand il s’agit d’une victime d’un bombardement, d’un fusillé, d’un déporté résistant ou d’un déporté juif. C’est pourquoi le travail de la mémoire est si différent dans les années suivantes17. Pour les survivants eux- mêmes, le poids du souvenir de la guerre n’est pas le même. Le bilan humain est contrasté, voire paradoxal et pèse sur les choix décisifs de cette période de transition.

  • 18 O.-F., 9 mai 1945. Plus de quarante ans après, il est frappant de constater que la commémoration d (...)

16La fin de l’Occupation, puis de la guerre est certes un soulagement mais le contraste est grand entre ces deux moments eux-mêmes qui ne sont pas vécus de la même manière. La fin de l’Occupation entraîne immédiatement une immense explosion de joie suivie de plusieurs jours d’allégresse, de fête malgré l’inquiétude sur le sort des siens. En même temps, tous espèrent que la fin de l’Occupation signifie la fin de toutes les difficultés ; il n’en est rien. Dans ce contexte, la capitulation allemande du 8 mai 1945 est certes joyeusement saluée mais l’émotion, le recueillement dominent18.

  • 19 Le retour des prisonniers de guerre a déjà commencé, mais pratiquement il faut attendre l’effondre (...)

17Les habitants ont eu la révélation des camps d’extermination, l’angoisse devant le retour attendu mais incertain des déportés n’en est que plus grande19. Enfin, les espérances nées de la Libération se sont émoussées et il est désormais évident que la vie quotidienne ne va pas s’améliorer du jour au lendemain, même avec la fin de la guerre.

Une vie quotidienne toujours difficile

18La Libération puis la fin de la guerre n’apportent pas la fin des difficultés quotidiennes. Le clivage villes/campagnes persiste. Dans l’ensemble, les campagnes n’ont pas de problème majeur tandis que les villes accumulent les problèmes de ravitaillement agricole, industriel, les difficultés de communication à l’intérieur et à l’extérieur, la nécessité d’un déblaiement puis d’une reconstruction urgente, le logement des sinistrés, etc.

Le ravitaillement agricole

  • 20 ADIV - 43 W 167 : rapports du préfet de septembre à décembre 1944.
  • 21 Le préfet considère que le ravitaillement alimentaire est « moins un problème de quantité qu’un pr (...)

19Le département a une production agricole excédentaire20. La fin de l’Occupation met un terme aux prélèvements allemands et pendant un ou deux mois les communications avec Paris sont coupées, si bien que pendant une brève période la population n’a pas de problème de ravitaillement en ce sens que les tickets alimentaires sont honorés ce qui n’était pas arrivé depuis plusieurs mois21. Cette situation est de courte durée puisqu’avec la reprise des communications, les envois vers les régions déficitaires reprennent, principalement vers Paris mais aussi vers la Normandie et le Morbihan (en partie occupé). En septembre 1944, la majeure partie de ces envois se fait par camion ; en octobre 1944, le train redevient le principal moyen de transport des marchandises. Ce rétablissement progressif des moyens de transport entre l’Ille-et-Vilaine et Paris est sensible avec un triplement de l’ensemble des envois. La farine et la viande sont les deux produits qui connaissent l’augmentation la plus forte. À partir de novembre 1944 ce sont d’autres villes qui profitent de ces expéditions en plus de Paris : Marseille, Angers, Rouen, Troyes. Il semble qu’en compensation les citadins du département ont vu leur ration régulièrement honorée ce qui est une amélioration, mais non la disparition espérée du rationnement. La situation est relativement satisfaisante par rapport à d’autres régions de France.

  • 22 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 2 février 1945.
  • 23 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 3 août 1945.
  • 24 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 3 août 1945.
  • 25 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 3 septembre 1945.

20Cependant, l’hiver 1944/1945 est particulièrement rigoureux ce qui diminue la production agricole à cause du gel et rend difficile le ravitaillement des villes, particulièrement de Rennes qui connaît une véritable pénurie de bois de chauffage et de lait22. Pendant l’été 1945, le ravitaillement de la population se détériore brutalement et entraîne un fort mécontentement face aux « taxations désormais irréalisables » et « la population d’Ille- et-Vilaine, sage, patiente (...) ne peut plus supporter » cela23. La colère de la population s’explique surtout par l’arrivée d’estivants (environ 60 000) et d’une cinquantaine de colonies de vacances. Tous sont attirés par le désir de mieux s’alimenter, mais ils prennent tout, sans que —et c’est là le fond du problème— les taxations du département soient diminuées24. Le préfet s’inquiète d’autant plus de cette situation que des manifestations se déroulent à Fougères, Redon, Rennes, Saint-Malo et Vitré, manifestations de ménagères, souvent organisées par des organisations proches du PCF25. Or, l’été 1945 se situe dans un contexte électoral. Enfin, le sentiment d’injustice est d’autant plus grand que la population vient de prendre conscience par le retour des déportés et des prisonniers de guerre, que le poids de la guerre n’a pas été le même pour tous. Si l’Ille-et-Vilaine apparaît privilégiée dans le domaine alimentaire, il n’en est pas de même dans les autres secteurs de l’économie.

Industrie, commerce, reconstruction...

  • 26 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 2 février 1945.

21Les difficultés de communication rejaillissent sur l’industrie, alors que la reconstruction est l’urgence numéro 1 ; d’elle dépend la diminution du chômage. Beaucoup d’usines sont détruites comme à Fougères ou à Saint- Malo. Toutes manquent de matières premières, d’énergie électrique. Parce que des mesures particulières sont prises à Fougères et que la solidarité joue, la reprise du travail dans l’industrie du cuir se fait dès novembre 1944, mais elle reste subordonnée à la fourniture d’énergie électrique et de matières premières. En fait, le département manque de tout pour la reconstruction. L’hiver 1944/1945 est particulièrement rude; or, les vitres des immeubles encore habitables ont été soufflées par les explosions. La plupart des habitants de ces immeubles doivent se contenter de calfeutrer tant bien que mal (plutôt mal que bien) leurs fenêtres rendant difficile toute velléité de chauffage. Celui-ci d’ailleurs est des plus réduits faute de charbon, de bois. Pour les autres matériaux, la situation n’est guère plus brillante26.

  • 27 Jamet (Patricia), Les conséquences du siège malouin d’août 1944 sur les sociétés malouine, servann (...)

22La population citadine ne ressent pratiquement aucune amélioration avant 1946, même si l’arrivée des déportés ou de prisonniers de guerre grands malades conduit à des attributions prioritaires, globalement c’est un redéploiement de la pénurie et non une véritable amélioration. Cet état de fait entraîne de vives réactions de la population contre les services de la Reconstruction. À Saint-Malo27, la situation est particulièrement dramatique. 6 500 habitants sont sans abri, complètement sinistrés. Certains se relogent à l’extérieur ou dans leur famille, mais dès le lendemain du siège, 2 200 personnes se présentent à la mairie pour être relogés et le flot se poursuit encore quelques jours. Sur réquisition, ils sont relogés à Saint- Servan et plus encore à Paramé dans les hôtels, pensions, villas habituellement destinés aux estivants. Toutefois, les habitants se heurtent à la concurrence des administrations, également « sans-abri ». Or, la zone balnéaire est le cadre privilégié de ce réaménagement administratif. Les revendications des associations de sinistrés aboutissent enfin au printemps 1946 lorsque les administrations s’installent dans une caserne libérée par le départ définitif d’une garnison, libérant ainsi des logements pour les sinistrés. La situation « transitoire et provisoire » des sinistrés malouins dura en fait plusieurs années.

  • 28 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 2 mars 1945.
  • 29 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 3 mai 1945.
  • 30 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 3 décembre 1945.

23Le chômage, conséquence de la lenteur de la reconstruction, connaît deux pointes : l’une au lendemain de la Libération, l’autre lors de l’arrivée de tous ceux retenus en Allemagne jusque-là. La première vague de chômage est liée directement aux destructions, au manque de matériaux, à l’absence d’électricité. Les chômeurs sont employés à déblayer les décombres, mais ce n’est pas le cas des femmes. En mars 1945, 475 hommes sont au chômage, mais il reste encore plus de 2 548 femmes28 ; le déséquilibre est évident, malgré tout il reste relativement faible eu égard aux difficultés de la relance économique. Au début du mois de mai, les travaux de déblaiement demandant moins de main-d’œuvre, celle-ci retourne progressivement à ses occupations d’origine si bien que le reclassement s’effectue sans heurt à la surprise des autorités administratives29. À la fin de l’année 1945, la situation industrielle se redresse ; c’est ainsi qu’à Fougères, 5 500 ouvriers ont retrouvé du travail sur les 6 000 ouvriers d’avant-guerre. Mais, dans l’ensemble, il manque une main-d’œuvre qualifiée alors que la main-d’œuvre non qualifiée est en surnombre30. Problème classique de déséquilibre entre l’offre et la demande dans un département sous-industrialisé, la population ouvrière y est peu importante et les nouveaux venus sur le marché du travail, venant de la campagne, ne sont pas qualifiés.

  • 31 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 3 février 1946.

24La population retrouve peu à peu un travail mais avec des problèmes particuliers pour les rapatriés d’Allemagne. Un peu plus de 27 000 personnes sont rentrées et ont repris une vie active, un travail. Toutefois, en février 1946, certains n’ont pas encore pu retravailler ; en trop mauvaise santé, ils ne reprennent qu’ultérieurement31.

25La vie quotidienne reste difficile et ne ressemble guère aux lendemains qui chantent tant espérés.

La liberté et la parole retrouvées

  • 32 Laborie (Pierre), « Opinion et représentation : la Libération et l’image de la Résistance », dans (...)
  • 33 Rousso (Henry), Le syndrome de Vichy, 1944-198..., Seuil, 1987, p. 28 et p. 114 et suivantes.

26La fin de l’Occupation signifie d’abord pour les habitants la liberté retrouvée (sauf pour les collaborationnistes évidemment), mais aussi la volonté de ne pas laisser impunis les crimes et la trahison afin d’exorciser ces quatre années d’occupation, afin de se rassurer et de confirmer que les collaborationnistes n’ont été qu’une minorité, et tous les autres des résistants. Imperceptiblement s’affirme déjà « le résistancialisme gaullien » c’est-à-dire l’idée que la population française a été unie derrière le général de Gaulle dans la Résistance et que seule une infime minorité a démérité. La mise en place de cette représentation de la Résistance est essentielle car elle oriente l’évolution des esprits et pèse sur les attitudes du moment mais aussi sur celles à venir32. Commence ainsi le mythe des Français unanimes et tous Résistants. Vision mythique qui dura jusqu’à la fin des années soixante33.

L’exorcisme ou l’épuration

  • 34 Novick (Peter), L’Épuration française (1944-1949), Balland, 1985 (mais édition britannique en 1968 (...)

27L’épuration a donné lieu à toute une bibliographie plus ou moins sérieuse ; depuis une dizaine d’années, les enquêtes menées à la fois par des historiens américains et par le CH2GM, puis par l’IHTP-CNRS34 ont permis de ramener à de plus justes proportions ce phénomène et d’approcher au plus près de la réalité, de son ampleur.

28— Épuration légale et illégale

  • 35 D’après les enquêtes des correspondants du CH2GM et de l’IHTP-CNRS: 113 dans le Finistère, 214 dan (...)

29L’épuration extra-judiciaire est très modérée dans ce département; on dénombre moins de quinze exécutions sommaires ce qui est comparable à la Manche ou à la Mayenne et est très inférieur aux autres départements bretons35. Cette modération s’explique par les conditions mêmes de la fin de la guerre. Les maquis y sont peu nombreux ; or, là où ils sont nombreux et actifs, l’épuration extra-judiciaire est importante, d’autre part la rapidité de la libération après la percée d’Avranches et corollairement la rapidité de la mise en place des nouvelles institutions contribuent à limiter les opérations incontrôlées même s’il y a des arrestations arbitraires et des femmes tondues.

30L’épuration légale est très inégale dans le temps, dans l’espace et selon les faits reprochés comme dans l’ensemble de la Bretagne et même de la France. L’épuration légale est plus sévère dans les premiers mois suivant la Libération et plus lâche ensuite, avec une recrudescence lors de la découverte des camps de concentration. Cette épuration légale connaît plusieurs étapes : les arrestations suivies d’internement préventif, les procès devant la Chambre civique ou devant la Cour de Justice, l’épuration des assemblées politiques, des administrations.

  • 36 Celui-ci émit quelque 1700 vœux portant sur l’épuration cas par cas entre la Libération et octobre (...)
  • 37 ADIV - 43 W 140 : rapport du commissaire de la République sur l’épuration (15 mars 1946).

31Les premières arrestations se font sous la pression de CLL, de dénonciations et du CDL36. Elles entraînent des internements administratifs au lendemain de la Libération ; ceux-ci sont une nécessité en attendant que les organismes judiciaires se mettent en place. Pour éviter que certaines vengeances personnelles se transforment en exécutions sommaires, « tout l’effort de l’Administration a donc tendu, dans les premiers mois de la Libération, à contenir une opinion publique surexcitée (...) tout en assurant une juste répression des faits de collaboration »37. S’il y a quelques exactions en Ille-et-Vilaine et des arrestations inconsidérées, dans l’ensemble, le département est calme. Les camps d’internement sont contrôlés par l’administration et dès qu’il s’avère que l’internement est injustifié, les personnes arrêtées sont libérées sauf si leur relaxe les met en danger. Assez vite, fin 1944, il est mis fin à cette procédure.

  • 38 La Cour de Justice comprend un magistrat qui préside, quatre jurés résistants choisis sur une list (...)
  • 39 Depuis le 1er janvier 1946, la Chambre civique d’Ille-et-Vilaine connaît les affaires des quatre d (...)
  • 40 Les sources consultées ne le permettent pas.

32L’épuration judiciaire (tableau n°42) se développe à partir de la fin de 1944 devant la Cour de Justice et devant la Chambre civique38. La Cour de Justice d’Ille-et-Vilaine représente 28 % des dossiers traités par une Cour de Justice en Bretagne et sa Chambre civique 43 %39. Les peines prononcées par la Cour de Justice sont plus sévères que dans les autres Cours de Justice bretonnes (condamnations à mort et peines de travaux forcés à perpétuité ou à temps), mais elle a à traiter d’affaires par contumace et d’affaires concernant l’ensemble de la région (préfet régional, intendant de police, commissaire régional aux questions juives, ...). Les condamnations à mort représentent 12,73 % des dossiers traités par la Cour de Justice. Toutes ne sont pas exécutées ; les femmes sont systématiquement graciées et quelques hommes le sont aussi sans pouvoir donner plus de précision40.

  • 41 Entre la Libération et octobre 1945, il émet 647 vœux pour des demandes d’internement et d’incarcé (...)

33Cette épuration judiciaire a donné lieu à de nombreuses réactions passionnelles et à d’importantes controverses. L’importance de la controverse est due au CDL qui pousse à des arrestations (à l’automne 1944 surtout) et à une position plus dure41. En fait, la Chambre civique juge non une infraction nette mais une attitude, des comportements ce qui rend plus aléatoire le verdict ; elle paraît de ce fait plus indulgente.

Tableau n°42 :L’épuration judiciaire en Ille-et-Vilaine comparée à la Bretagne (4 départements), (15 mars 1946).

Tableau n°42 :L’épuration judiciaire en Ille-et-Vilaine comparée à la Bretagne (4 départements), (15 mars 1946).

34Il n’en est pas de même pour les Cours de Justice où se trouve mise en cause toute entreprise favorisant l’ennemi ; de plus, les accusés peuvent se pourvoir en Cassation ou recourir à la grâce présidentielle. L’épuration judiciaire n’a-t-elle concerné que les « lampistes » ? Pour la période d’existence des Cours de Justice, des miliciens ou des responsables de la collaboration ont pu s’échapper et être condamnés par contumace. Mais ce n’est pas général puisque certains sont jugés et condamnés à de lourdes peines, voire condamnés à mort et exécutés.

35— L’épuration économique

  • 42 ADIV - 43 W 140 : rapport du commissaire de la République du 15 mars 1946.

36Elle vise la collaboration économique, les profits illicites, point très sensible dans la population qui veut des sanctions pécuniaires et des sanctions pénales. Or, l’appareil juridique, surtout à cette époque, est tout à fait insuffisant et inadapté à ce type de délit. Il existe des comités de confiscation des profits illicites plus fermes que l’appareil judiciaire classique, mais ils ont des difficultés pour effectuer les saisies, souvent faute de moyens de contrôle. En Ille-et-Vilaine, 1 261 personnes sont citées devant ce comité et au 15 mars 1946, 642 affaires sont réglées. Les confiscations prononcées portent sur 378,6 millions de francs et les amendes sur 441,9 millions de francs ; or, à peine 11 % sont recouvrés42 ; par rapport aux autres départements bretons, l’Ille-et-Vilaine arrive avant-dernière dans ce domaine. C’est dans ce secteur que l’opinion reste intransigeante le plus longtemps ; étant donné ses difficultés économiques et matérielles, toute richesse lui paraît une provocation et suspecte.

37— L’épuration des assemblées politiques

  • 43 On ne peut ici parler de la relation particulière au pouvoir régional étant donné l’étroitesse des (...)

38Dans le domaine politique, l’épuration des anciens élus est un élément- clé. C’est toute la question du pouvoir, des relations centre-périphérie (préfecture-communes, État-pouvoir local) et des relations pouvoir officiel (État gaulliste) et pouvoir officieux (CDL-CLL)43. Qui détient le pouvoir ? Qui met en place le nouveau pouvoir ? La volonté d’épurer les diverses assemblées politiques (municipalités et conseils généraux) montre la force du CDL et le rapport de forces existant entre le CDL et le préfet, entre le CDL et les CLL.

39L’ordonnance d’Alger du 21 avril 1944 prévoit le rétablissement pur et simple des anciens conseils municipaux élus. Cette disposition se heurte à plusieurs obstacles : certains conseillers municipaux élus en 1935 sont morts, d’autres ont collaboré étroitement avec l’occupant, enfin les FFI et les résistants regroupés au sein des CLL manifestent leur désir de voir ces nouvelles municipalités comprendre d’authentiques résistants. C’est pourquoi l’ordonnance prévoit que le préfet complète, si nécessaire, les conseils municipaux en nommant des résistants ou des Français non compromis sur proposition du CDL et dans certains cas de nommer des délégations spéciales. Dans un tel contexte, le nouveau préfet Bernard Cornut-Gentille doit asseoir son autorité, sans heurter de front une population modérée, ni un CDL incontestablement plus dur, plus à gauche que cette population.

  • 44 ADIV - 55 W 4 : Rebuffé, maire radical-socialiste, élu en 1935, fut démis de ses fonctions par le (...)
  • 45 De l’aveu même du CDL qui relève en outre qu’il est arrêté comme otage entre le début de juin 1944 (...)
  • 46 Il vote les pleins pouvoirs au maréchal Pétain mais il est révoqué de ses fonctions de maire le 30 (...)
  • 47 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 1er septembre 1944.
  • 48 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 2 février 1945.

40Les délégations spéciales sont mises en place dans certaines villes dès leur libération, et pour les autres communes des enquêtes sont menées par des membres du CDL, celui-ci fait des propositions que le préfet en général accepte. Rennes et Fougères ont d’emblée une délégation spéciale : Rennes dès le 3 août et Fougères le 8 août 194444. À la différence de Rennes, celle de Fougères reprend essentiellement le conseil municipal de 1935 à quelques exceptions près. A Vitré, le maire Rupied est officiellement relevé de ses fonctions parce qu’il a été secrétaire du conseil départemental ; son attitude patriotique n’est pas en cause puisqu’à plusieurs reprises il tient tête aux officiers de la Wehrmacht45. Quant à Saint-Malo, dès la Libération, Gasnier-Duparc revient comme maire et est maintenu par un arrêté préfectoral du 18 novembre 194446. Pour les autres communes, le préfet estime que seules une cinquantaine de communes nécessitent des mesures ; c’est du moins l’appréciation qu’il porte au lendemain de la Libération, précisant toutefois que ne seraient maintenus que les conseils municipaux dont l’attitude « a été indiscutablement patriotique », ce qui est vague47 ! Mais entre cette déclaration et le bilan de février 1945, les chiffres ne sont plus les mêmes : sur 361 municipalités, 176 sont maintenues, soit moins de la moitié. En effet, 59 communes de plus de 2 000 habitants sont réorganisées et 126 de moins de 2 000 habitants ; 3 % d’entre elles ont des délégations spéciales. Dans les autres communes, les conseils municipaux sont complétés après des décès et pour remplacer quelques conseillers municipaux compromis avec l’occupant ou ayant pratiqué le marché noir48. La carte n° l5 montre que les délégations spéciales ne concernent que les villes et quelques cas particuliers ; la géographie des municipalités maintenues ou réorganisées se révèle circonstancielle et non due au comportement politique local.

41Les nommés sont pris parfois parmi les résistants ; le préfet insiste pour que toutes les opinions soient respectées, mais les nouveaux conseils municipaux sont alors un peu plus à gauche qu’auparavant. Pour les délégations spéciales, ce sont souvent d’anciens élus écartés par le régime du Vichy qui sont nommés. Les municipalités ainsi réorganisées voient l’entrée des femmes dans les conseils municipaux ainsi que celle des mouvements de Résistance et des forces de gauche. Trois éléments qui contrastent singulièrement avec les conseils municipaux sortis des urnes en 1935. Ces municipalités ne semblent pas mal accueillies par la population.

  • 49 Un député, de Lyrot, ne prend pas part au vote. Tous les autres députés et sénateurs sont présents (...)
  • 50 Cf. ci-dessus note 46.
  • 51 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 3 septembre 1945 et 320 W - élections du 21 octobre 1945 : (...)

42Plus radicale est l’épuration des anciens élus parlementaires et conseillers généraux. Tous les conseillers départementaux nommés par le régime de Vichy en 1942 et qui ne sont pas d’anciens élus, sont automatiquement déclarés inéligibles de même que tous les parlementaires ayant voté les pleins pouvoirs à Pétain, ce qui concerne la totalité de ceux du département49. Toutefois, Gasnier-Duparc, sénateur-maire de Saint-Malo, est resté éligible en raison de son comportement sous l’Occupation50. Quant à Guy La Chambre, déclaré inéligible, il demande au Jury d’Honneur à en être relevé, ce qui est fait au début d’octobre 194551.

43L’épuration des assemblées politiques, dans les premiers mois, fait disparaître, dans certains cas, les injustices les plus criantes et redonne de l’autorité aux municipalités trop décriées par leur attitude pendant l’Occupation (à tort ou à raison). Le risque est évidemment que ces nominations s’avèrent trop à gauche, ou soient contestées par la population, mais le retour rapide à une vie démocratique met fin à toute suspicion.

Les forces en présence

44— La parole recouvrée ou le développement de la presse

  • 52 Entretien avec Henri Fréville et ADIV - 43 W 129 : rapport du directeur régional à l’information d (...)

45Dès la Libération, malgré la pénurie de papier, les nouvelles autorités veulent favoriser le développement d’une presse libre. À cette fin, un délégué régional à l’information, Henri Fréville, est désigné pendant la clandestinité au printemps 194352.

Carte n°15. Situation des municipalités en février 1945

Carte n°15. Situation des municipalités en février 1945
  • 53 Finet (Laurent), La naissance d’Ouest-France (1944-1947), mémoire de maîtrise, Rennes 2, 1972, p. (...)
  • 54 ADIV - 43 W 129 : rapport du directeur régional à l’information du 18 septembre 1944.

46Dans la presse écrite, L’Ouest-Éclair disparaît à la Libération et est remplacé sur les mêmes presses par Ouest-France qui paraît pour la première fois le 7 août 1944. À la tête d’Ouest-France on trouve Paul Hutin, ancien secrétaire général de L’Ouest-Éclair, emprisonné par les Allemands en 1940, et ensuite clandestin, François Desgrées du Lou, ancien co-directeur de L’Ouest-Éclair, en fuite sous l’occupation et Émile Cochet, journaliste, rédacteur en chef. Le nouveau titre est un changement de nom, mais non un changement d’orientation fondamentale par rapport à l’avant-guerre. Ouest- France est nettement démocrate-chrétien et de ce point de vue l’héritier de L ‘Ouest-Éclair53. Cette reparution immédiate pourrait être mise au compte de l’appartenance idéologique d’Henri Fréville, lui-même démocrate-chré- tien, mais ce serait lui faire un faux procès, car avant la guerre, en Ille-et- Vilaine, L’Ouest-Éclair est en position dominante même s’il a un quotidien assez directement concurrent avec Le Nouvelliste de Bretagne. Ouest-France pendant six semaines est le seul quotidien du département et même breton à reparaître, faute de papier ; les autres sont d’abord des hebdomadaires. Une exception est faite pour Défense de la France afin « de rendre hommage à un des mouvements de Résistance qui avaient le plus positivement travaillé en Bretagne »54 ; Défense de la France, journal clandestin, devient un quotidien du soir autorisé à paraître à Rennes jusqu’à la Libération de Paris.

  • 55 ADIV - 43 W 129 : rapport du directeur régional à l’information du 9 octobre 1944: il s’agit respe (...)

47Le 19 septembre 1944, Le Nouvelliste de Bretagne est remplacé par la Voix de l’Ouest, démocrate-chrétien, dirigé par l’abbé Chéruel, un des principaux résistants des Côtes-du-Nord. Pour cause de pénurie de papier, le tirage de la Voix de l’Ouest est maintenu à 30 000 (tirage du Nouvelliste) et pour Ouest-France, il est limité à 300 000 exemplaires alors que L’Ouest- Éclair tirait à 450 000 exemplaires. Enfin, à partir d’octobre 1944, sept bimensuels sont autorisés : deux d’informations strictement locales, un communiste, un radical-socialiste, un républicain du centre gauche, un du FN et un journal d’annonces55. Le nombre de journaux, leur fréquence restent inchangés jusqu’aux élections municipales du printemps 1945.

48Peu à peu, la population retrouve une presse libre et épurée. Elle peut mieux s’informer (même si la censure existe pour les informations sur la guerre) et la liberté d’expression orale mais aussi écrite est une réalité importante pendant la période précédant les élections municipales. Autre signe de cette liberté recouvrée, la réapparition des partis et des syndicats.

49— Les forces en présence : les partis

50Entre la Libération et la fin de 1944, les organismes officiels (CDL, CLL, délégations spéciales, organisations de secours comme le COSOR —comité des œuvres sociales de la Résistance—, etc.) sont dominés par la présence des organisations de Résistance. Cependant, les partis politiques ne restent pas inactifs et se réorganisent au grand jour, mais selon un rythme qui diffère selon leur degré d’organisation dans la clandestinité.

  • 56 Cf. ci-dessus chapitre 2 p. 104 et suivantes et ADIV - 43 W 139 : rapport des RG de Rennes du 26 j (...)
  • 57 Le Réveil d’Ille-et-Vilaine, devenu Ouest-Matin, belle performance si l’on songe à l’avant-guerre.
  • 58 Sur 19 membres en novembre 1944, cinq membres sont communistes dont quatre sous une étiquette diff (...)

51Le seul parti bien structuré dans la résistance en Ille-et-Vilaine est le PCF qui bénéficie du relais du FN et des FTPF, même si leurs membres sont loin d’être tous communistes, ils constituent un vivier pour le PCF. Très faible avant la guerre (environ 700 adhérents), il connaît un brusque essor et atteint 3 500 adhérents en janvier 194556, quintuplant ses effectifs. Cette croissance s’appuie sur son aura de parti de résistants au lendemain de la guerre, sur le fait que le FN et les FTPF sont les premières forces de la résistance dans le département. Mais son implantation géographique reste classique : arsenal et SNCF à Rennes, centres carriers, dockers et bâtiment à Saint-Malo, et il ne réussit pas à pénétrer vraiment à Fougères, plus sensible à la sirène socialiste, même s’il y existe des cellules communistes mais peu nombreuses pour ce centre ouvrier. Présents en zone rurale pendant les derniers temps de l’Occupation, ces mouvements n’ont pas pénétré idéologiquement la population. Le PCF est aussi le premier parti politique à disposer d’un journal qui, à travers un changement de titre, survit en Ille- et-Vilaine jusqu’en 196357. Le PCF est très actif directement ou indirectement comme au CDL58.

  • 59 Honoré Commeurec, par exemple, imprimeur, socialiste était l’imprimeur du journal de la SFIO et de (...)
  • 60 ADIV - 43 W 139 : rapport des RG de Rennes du 26 janvier 1945 et cf. chapitre 2 p. 96 et suivantes
  • 61 Entretien avec Charles Foulon qui était lui-même favorable à l’unité d’action et non à la fusion o (...)

52En contrepartie, la SFIO plus puissante que le PCF avant la guerre se recrée difficilement après la Libération. Il est vrai qu’en Ille-et-Vilaine, elle n’a guère existé dans la clandestinité en tant que parti ; les socialistes résistants ont participé très activement à Libé-Nord où on retrouvait beaucoup de militants syndicalistes et socialistes59. Cette absence d’organisation clandestine de la SFIO explique sa lente reconstitution. En janvier 1945, ses effectifs regroupent 1 500 adhérents soit le double de 193860. Cette croissance moins rapide est aussi ralentie par les divisions internes de la SFIO : problème de l’épuration interne au parti, existence d’un courant « blumiste » et d’un courant favorable à l’unité, puis à la fusion avec le PCF61. Dans un contexte de renouvellement politique, la SFIO est un parti vieilli. C’est encore plus vrai pour les autres partis de la IIIe République.

53Les anciens partis de droite n’existent guère que par leur réseau de notables. Ceux-ci, souvent nommés conseillers départementaux par le régime de Vichy et plus ou moins compromis avec lui, sont discrets à la Libération. Toutefois, il ne s’agit ni d’une disparition définitive, ni même longue. Les élections municipales permettent de mesurer l’importance de ce réseau de notables qui ne s’est pas désagrégé ; les partis de droite ne peuvent que resurgir à court terme, même si à la veille des élections municipales ce n’est pas encore le cas.

54Le Parti radical-socialiste est le parti de la gauche laïque en Ille-et-Vilaine avec la SFIO. Sous l’Occupation, des radicaux-socialistes participent certes à la Résistance (tout comme des hommes de droite), mais d’autres acceptent d’être nommés conseillers départementaux par le régime de Vichy. Après la Libération, il est incapable de se reconstituer d’autant que son principal porte-parole, Gasnier-Duparc, est affaibli et le parti radical n’a guère d’hommes d’envergure disponibles. Le monde politique français de l’automne 1944 lui échappe totalement par son vocabulaire, ses modalités d’existence. Enfin, les radicaux-socialistes représentent aux yeux de la population, le parti de Daladier, donc pour elle (même si les historiens ne sont pas d’accord) la défaite de 1940 et la IIP République. Héritage bien lourd à assumer.

  • 62 Entretiens avec Victor Janton et Henri Fréville.
  • 63 Cf. ci-dessus chapitre 2 p. 85-88.
  • 64 ADIV - 43 W 139 : rapport des RG de Rennes du 15 janvier 1945. Les archives du MRP estiment le nom (...)

55En revanche, un nouveau parti naît, essentiel en Ille-et-Vilaine : le MRP. Son premier congrès national se déroule en novembre 1944, parmi les congressistes : Henri Fréville, P.-H. Teitgen62. Connaissant bien, souvent dès avant la guerre, les fondateurs parisiens du MRP comme Francisque Gay, etc. ou les ayant connus pendant la guerre comme René Courtin, les dirigeants départementaux sont en osmose avec les dirigeants nationaux. Le département est une terre favorable à la démocratie-chrétienne63. Dès la fin de l’Occupation, Ouest-France prend le relais ainsi que la CFTC ; ils contribuent directement ou indirectement à la propagande en faveur du MRP ainsi que La Voix de l’Ouest, l’autre quotidien régional. Le moins que l’on puisse dire est qu’avant même de naître le MRP dispose de beaucoup d’atouts ! Le recrutement se fait parmi des professeurs comme Henri Fréville, Victor Janton, responsable de la radio à Rennes, des étudiants, des agents d’assurance, des médecins. À peine né, il connaît un grand succès puisque dès la fin de janvier 1945, il réunit 1 500 adhérents64. Il bénéficie aussi de l’appui plus ou moins direct des presbytères et plus encore des mouvements d’Action catholique spécialisés. Parti neuf, le MRP doit construire son image, démontrer son indépendance par rapport aux anciens partis de droite. À la veille des élections municipales, seule l’Ille-et-Vilaine a en Bretagne une fédération MRP bien implantée.

56Tous les partis politiques ne sont donc pas réapparus.

57— Les forces en présence : les mouvements de Résistance

  • 65 Libération-Nord était le 3e mouvement derrière l’AS et surtout le MLN était le résultat de la fusi (...)

58Représentent-ils une force politique ? La question à la Libération se pose, parce qu’ils sont très présents dans les organismes provisoires. Trois mouvements se perpétuent au-delà de la clandestinité : Libération-Nord, le MLN (issu du regroupement de plusieurs mouvements dont DF) et le FN. De tous, même s’il est présent au CDL et dans certaines délégations spéciales ou CLL, Libération-Nord est le moins puissant, en raison du rapport de force existant entre ces mouvements dans la clandestinité65.

  • 66 ADIV-43 W 139 : rapport des RG de Rennes du 26 février 1945.

59Le MLN (Mouvement de Libération Nationale) est un mouvement de Résistance très modéré. La plupart de ses dirigeants sont issus de DF comme Hubert de Solminihac ou Émilienne Martin ou encore Pierre Héger. Solidement structuré, il a des délégués cantonaux dès le mois de mars et joue un rôle actif dans les organismes provisoires, les services sociaux, etc. Fin février 1945, il rassemble environ 2 500 adhérents et dispose d’un journal Vent d’Ouest, hebdomadaire régional tirant à 30 000 exemplaires66.

  • 67 Député de droite de 1924 à 1928.
  • 68 Il est depuis la fin de 1942 le chef départemental des FTPF et accomplit de nombreuses actions spe (...)
  • 69 ADIV - 43 W 139 : rapport des RG de Rennes du 26 janvier 1945.
  • 70 Le journal est autorisé à partir du 5 février 1945 et il tire pour toute la Bretagne à 30 000 exem (...)
  • 71 ADIV - 43 W 139 : rapport des RG du 26 février 1945.

60Le plus puissant est le FN qui doit son succès à sa volonté de se présenter comme une force de rassemblement. Dans ses discours, dans ses tracts, il tient un langage unanimiste rejetant les anciens clivages politiques, responsables des erreurs de la IIP République. Habilement, il associe dans son comité départemental des notables traditionnels, non compromis avec Vichy, et des résistants de toute origine politique. Le président du comité départemental n’est autre que A. Le Douarec, avocat, ancien député67 ; parmi les membres, l’ancien conseiller général du Sel-de-Bretagne, de tendance républicaine, Douessin, Perennez, communiste, Louis Pétri, chef des FTPF, communiste68, Racapé, instituteur, membre du PCF, Mme Beaufils, présidente du comité local de l’UFF et Roger, secrétaire du comité local de Saint-Malo69. Leur journal Le Pays Gallo tire à 7 500 exemplaires, bimensuel, il devient hebdomadaire à la fin de l’année 1944. Deux mois avant les municipales, un journal hebdomadaire régional, Le Patriote de l’Ouest, est autorisé, son directeur est André Mussat70. Le FN regroupe au début de l’année 1945, 4 500 adhérents environ71 soit une audience plus large que celle du PCF. Il est à ce moment une force de rassemblement implantée dans tout le département, dépassant le cadre urbain ; il a, par exemple, 22 sections locales dans le seul arrondissement de Fougères et à Fougères même, la section locale regroupe 800 adhérents dont seulement une centaine de cheminots, signe que l’influence du FN déborde le cadre sociologique traditionnel du PCF.

61Dans les mouvements de Résistance, le FN est la force la plus puissante face au FN, seul le MLN peut faire contrepoids, mais les hommes qui le dirigent, sont moins aguerris au jeu politique que certains membres du FN.

  • 72 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 2 février 1945.

62Quant à la force militaire des FTPF et des FFI, elle n’a jamais représenté un danger dans ce département. En effet, dès que les combats de la libération sont achevés, FTPF et FFI dans leur grande majorité se dirigent vers les fronts de Saint-Nazaire et de Lorient. La constitution de milices et de gardes patriotiques lancée par le PCF n’est que virtuelle. Le préfet, plutôt que de refuser brutalement, préfère mettre le projet « à l’étude » et autorise un service d’ordre non armé de 200 volontaires pour les manifestations publiques ; cela n’alla pas au-delà72.

  • 73 ADIV - 43 W 140 : rapport des RG « Situation et activités syndicales » (mars 1946).

63— Les forces en présence : les syndicats73

  • 74 La CFTC réapparaît au grand jour et organise ses premières réunions internes dès la fin d’août 194 (...)

64Avant les élections municipales, il ne s’agit que des syndicats ouvriers, la CGA n’étant pas encore vraiment constituée. Dans la clandestinité, la CGT et la CFTC ont existé ou plutôt leurs responsables ont continué à agir mais sans qu’il y ait une organisation clandestine structurée de la CGT comme de la CFTC74.

  • 75 ADIV - 43 W 140 - rapport des RG sur les syndicats de mars 1946.

65Le rapport de force entre la CFTC et la CGT est désormais de 1 à 4 ; la CGT en mars 1946 a 29 850 membres et la CFTC 7 00075. La CGT et la CFTC ont, par rapport à l’avant-guerre, une croissance différenciée de leurs effectifs avec respectivement +14 % et +40 %.

  • 76 Le Semeur d’Ille-et-Vilaine, 21 juin 1945.
  • 77 ADIV - 43 W 206 : rapport des RG du 25 octobre 1945.
  • 78 Hubert de Solminihac a affirmé à l’auteur que Fournier appartenait à la Résistance; H. de Solminih (...)

66Dès 1944/1945, une première estimation peut être faite; à la fin de l’année 1944, la CGT atteindrait 8 700 adhérents et à la fin de mai 1945, environ 15 80076. En mars 1946, la CGT a 5 UL : Rennes (18 000 adhérents), Saint-Malo (4 500), Fougères (3 500), Redon (1 100) et Vitré (750), enfin 2 000 adhérents sont directement rattachés à l’UD. Elle est bien implantée chez les cheminots (ancien fief de la CGTU), les cuirs et peaux (fief de la CGT d’avant 1936), le bâtiment et le service public. Par rapport à l’avant-guerre, la grande différence est que la CGT unifiée de pro-socialiste est devenue majoritairement pro-communiste. En effet, le bureau de l’UDCGT comprend désormais une majorité de sympathisants communistes ou de membres du PCF comme le secrétaire général Pierre Geffroy, même prédominance à l’UL de Rennes77. En revanche, celle de Fougères est restée pro-socialiste. À Fougères, au sein de l’UL, un conflit se déroule entre les membres communistes de la CGT et Fournier, secrétaire de l’UL avant- guerre et socialiste. Les communistes entendent prendre le bureau de l’UL et surtout le secrétariat ; réclamant une épuration, ils accusent Fournier de collaboration. Le conflit interne dure plusieurs mois opposant l’UD aux partisans locaux de Fournier et révèle une triple opposition : les communistes « résistants » (sous-entendu : obligatoirement résistant puisque communiste) aux socialistes, automatiquement soupçonnés de collaboration avec l’ennemi au mieux de vichysme, l’opposition de personnes symbolisant ce combat, Fournier étant l’accusé78, enfin au-delà le combat pour la prise du pouvoir à l’intérieur de la CGT. Si à Fougères les socialistes l’emportent, cela reste l’exception ; ils ont en fait perdu du terrain aussi bien chez les adhérents que chez les dirigeants.

67Quant à la CFTC, elle est implantée dans toutes les villes et déjà dans certains bourgs ruraux.

  • 79 Dorso (A.), op. cit.. p. 71.

Tableau n°43 : Effectifs et implantation de la CFTC en septembre 194579.

Tableau n°43 : Effectifs et implantation de la CFTC en septembre 194579.
  • 80 Dorso (A.), op. cit.. p. 73.

68La CFTC, présente dans tout le département, a une implantation professionnelle dominée par les employés du secteur privé comme du secteur nationalisé. Le monde de l’industrie ne représente que 26 % de l’effectif et les cheminots à peine 10 %. En revanche, une implantation originale commence à se faire jour : chez les ouvriers agricoles80.

  • 81 Dorso (André), op. cit., p. 92-93. De même, jusqu’en mars 1945, des messes pour les défunts de la (...)
  • 82 Archives de l’UD-CFTC. Lettre du MRP à Léon Grimault du 26 janvier 1945.

69La CFTC a des liens réels avec l’Église ; certes, ce ne sont pas des liens institutionnels, mais beaucoup de ses nouveaux membres voire de ses responsables sont d’anciens militants des jeunesses d’Action catholique spécialisée. Si elle pénètre dans le milieu des ouvriers agricoles, c’est bien parce que l’un des responsables de ce secteur, André Joly est sorti des rangs de la JAC ; plusieurs responsables comme Léon Le Trouit viennent de la JOC81. De même, il existe des liens informels entre la CFTC et le MRP qui ont la même « clientèle ». Parfois les mêmes hommes sont au parti et au syndicat avec une inévitable confusion des genres puisque la section de Rennes du MRP en vient à demander à Léon Grimault de l’UD-CFTC de constituer au sein du MRP une équipe ouvrière comme il existait une équipe étudiante, une équipe paysanne, une équipe féminine, etc.82. Peu à peu la CFTC clarifie ces relations avec le MRP mais en février 1945 le jeune MRP et la CFTC s’épaulent et ne se posent pas encore ce type de question.

70En quelques mois, le département voit réapparaître une presse libre même si elle est limitée dans son expansion à cause de la pénurie de papier, des partis politiques anciens et nouveaux, des syndicats et une nouvelle forme d’expression, les mouvements de Résistance dont on ne peut encore affirmer s’ils ont un réel avenir comme force politique. Pour tous, les élections municipales permettent de mesurer leur impact réel.

Le temps des élections (1945-1946)83

Vers un nouveau rapport de force ?

  • 84 Conférence de presse du 27 mai 1942 du général de Gaulle: « La démocratie se confond exactement po (...)

71Les premières élections sont des élections municipales. Pour la première fois depuis 1936 pour la totalité de l’électorat masculin, celui-ci peut de nouveau exercer son droit de vote. À peine fixées, ces élections provoquent une vigoureuse contestation parce qu’elles se situent avant la fin de la guerre et surtout avant le retour des prisonniers de guerre et des déportés. En décidant des élections municipales pour avril 1945, de Gaulle entend montrer qu’il est fidèle à ce qu’il a toujours affirmé à savoir que dès que possible, il rendrait la parole à la Nation84. Certes, il n’attend pas le retour des prisonniers de guerre et des déportés, mais il ne peut savoir quand la guerre se terminera et il ne veut pas retarder la mise en route du processus démocratique régulier afin de sortir le plus vite possible du provisoire ; faut-il y voir un calcul politique ? De politique extérieure certainement, afin de rassurer les Alliés et particulièrement les Américains ; en politique intérieure, l’absence des hommes rend plus écrasante la part des femmes réputées voter à droite et de Gaulle est perçu comme un homme de droite, mais d’autre part il s’agit de municipales c’est-à-dire d’élections qui n’engagent pas directement le pays mais permettent de redonner des municipalités légales et de calmer les esprits, voire d’éviter des abus. Dans ce département comme ailleurs en France, tous les partis et tous les mouvements de Résistance, même les mieux disposés à l’égard du général de Gaulle protestent.

  • 85 Cf. l’ordonnance du 21 avril 1944 qui leur accorde le droit de vote et les réactions qui ont eu li (...)

72Ces élections suscitent cinq interrogations. 1) Les femmes votent pour la première fois ; on s’interroge sur leur participation et sur leur vote85 2) Ces élections verront-elles le succès des résistants contre les forces traditionnelles ? 3) Et liée à la précédente : la gauche est-elle réellement plus forte qu’avant 1939 comme semble le montrer la croissance des adhérents communistes voire socialistes et surtout à l’intérieur de celle-ci qu’en est-il de la place réelle du PCF dans l’électorat ? 4) Comment l’électorat (et surtout les femmes) va-t-il réagir par rapport au MRP, force neuve et qui a besoin de se « placer » sur l’échiquier politique ? 5) Enfin, mais en réalité cela détermine la réponse à la plupart des questions précédentes : quelles listes vont se constituer ? La volonté d’union dominera-t-elle ?

73L’incertitude est grande comme en témoignent les rapports de police, de préfecture qui restent prudents dans leurs estimations. Cette incertitude est à la mesure du choc subi par la population. Celle-ci du haut en bas de l’échelle sociale est anxieuse des résultats pour des raisons fort divergentes. Quels qu’ils soient, ils doivent donner une première image de l’opinion après ces premiers mois de libération, ses réactions face aux instances provisoires (CDL et surtout CLL), face aux problèmes de l’heure (ravitaillement, chômage, guerre, reconstruction, ...).

  • 86 Rudelle (O.), « op. cit. », p. 52-65. ADIV - 43 W 139 : rapport des RG du 7 avril 1945 sur « les f (...)

74— L’électorat féminin86

75Il est une inconnue à plusieurs titres, qu’il s’agisse de leur inscription sur les listes électorales, de leur part dans l’électorat ou, et ce n’est pas le moindre, de leur participation et de leur choix électoral. Interrogations accrues par le fait que cette entrée en scène des femmes fait doubler le corps électoral.

  • 87 Les syndicats agricoles sont alors une affaire d’hommes, c’est un peu moins vrai dans les syndicat (...)
  • 88 Il ne semble pas qu’il y ait eu en Ille-et-Vilaine (contrairement au Finistère par exemple) de com (...)

76Les femmes inscrites sur les listes électorales forment plus de la moitié du corps électoral ; la moyenne départementale (57,37 %) est la plus élevée des quatre départements de la région administrative. Pourquoi cette disparité ? Ce n’est ni pour des raisons démographiques ni parce que l’Ille-et- Vilaine aurait eu plus de prisonniers de guerre ou de déportés. Cette différence de comportement est liée à un rapport différent au droit de vote comme en témoignent les comportements d’un arrondissement à l’autre. En effet, l’arrondissement qui a le plus fort pourcentage de femmes est celui de Rennes (60 %) et la seule ville de Rennes a un taux de femmes inscrites sur les listes électorales de 62,35 % soit 5 % de plus que la moyenne départementale et 9 % de plus que la moyenne régionale! Là aussi joue l’opposition ville-campagne. Les citadines sont plus sensibles à ce nouveau droit. Elles sont mieux informées que les rurales (affiches plus nombreuses, réunions, ...) et elles ont une tradition de conscience politique en particulier chez les ouvrières, les employées par le biais des syndicats87. De plus, il est plus facile aux citadines d’aller s’inscrire, peut-être parce que plus instruites, mais surtout l’anonymat de la ville leur permet de le faire « incognito » ; aller s’inscrire sur les listes électorales dans une petite commune rurale sous l’œil des hommes, plus ou moins hostiles ou narquois, nécessite un certain courage que toutes n’ont pas88.

  • 89 Une étude portant sur 130 000 électrices et électeurs montre que les 2/3 des abstentionnistes sont (...)

77Une fois inscrites vont-elles voter ? A priori, on peut penser que oui pour cette première élection, alors qu’elles viennent de faire une démarche matérialisant ce droit de vote. Malheureusement, il est très difficile de connaître leur taux de participation car les listes électorales de ces élections sont rarement bien conservées89. Autre conséquence de cette ignorance, les résultats ne permettent guère de savoir avec certitude leurs choix politiques ; a priori, elles votent plus à droite que les hommes ou pour des partis proches de l’Église, contribuant au succès du MRP.

  • 90 ADIV - 43 W 182 : composition du CDL d’Ille-et-Vilaine au 11 janvier 1945. Elle est devenue Mme H. (...)
  • 91 Respectivement cantons de Guichen et de Fougères-Nord.

78À défaut de pouvoir apprécier leur participation aux élections, il est possible de mesurer l’importance de leur engagement politique en étudiant leur participation aux organismes provisoires et aux organisations spécifiquement créées au lendemain de la guerre. Au CDL, deux femmes sur vingt membres siègent : l’une Renée Geffroy, représente l’UFF (Union des femmes françaises) et est membre du PCF et du FN ; l’autre est Émilienne Martin, vice-présidente, elle représente le COSOR et est membre du MLN90. À ce poste de vice-présidente, elle a une réelle responsabilité durant les premiers mois. Dans les conseils municipaux remaniés en attendant les élections, une femme est parfois nommée comme à Baulon ou Romagné91 ainsi que dans les délégations spéciales comme à Rennes, à Fougères ou à Saint-Malo. Il faut se garder d’accorder une trop grande valeur à ces participations féminines aux divers organismes, car, bien souvent, il est recommandé de nommer une femme ; le même phénomène se produit pour les listes électorales, on peut alors parler de « femme-alibi ».

  • 92 Ses buts sont : une épuration rapide, aider l’armée française par tous les moyens, défense de la f (...)

79Des groupements spécifiquement féminins se créent : UFF, FLN (Femmes de Libération nationale), Femmes socialistes et la Ligue féminine d’Action catholique ; ces deux dernières n’ont qu’une influence très réduite. Le plus important de tous est l’UFF qui adopte le programme du CNR mais cantonne son activité au domaine économique et social92. Officiellement, l’UFF se veut un mouvement indépendant et a effectivement des adhérentes de toute origine politique, mais de fait, l’UFF est noyautée par le PCF et le FN. Ainsi sur 700 adhérentes à Rennes, cent sont au PCF dont deux animatrices R. Geffroy du CDL et H. Glémot, conseillère municipale nommée à Saint-Malo. On y retrouve également des membres du FN souvent proches des communistes. L’UFF regroupe 1 500 adhérentes en mars 1945 réparties en 34 comités locaux ; son influence dépasse les adhérentes car nombreuses sont les sympathisantes. Les principaux comités sont naturellement ceux de Rennes (700 adhérentes), Saint-Malo (200 adhérentes), Fougères (100 adhérentes), mais aussi Dinard (150 adhérentes). L’influence de l’UFF est forte dans les milieux ouvriers, mais ses liens visibles avec le PCF entraînent des réticences dans un département fortement pratiquant (chez les femmes plus encore que chez les hommes).

  • 93 La responsable régionale est Andrée Récipon (croix de Guerre et plus tard chevalier de la Légion d (...)
  • 94 ADIV - 43 W 139 : rapport des RG « Les femmes et le problème politique à la veille des élections » (...)
  • 95 Chiffre que les RG jugent exagéré mais sans préciser jusqu’à quel point.
  • 96 On retrouve cette idée dans toutes les organisations féminines. Cette attitude est un peu surprena (...)

80Les FLN s’inscrivent aussi dans le prolongement de la clandestinité, des comités féminins du MLN, leurs dirigeantes sont des résistantes93. Elles affirment vouloir « respecter toutes les opinions à condition qu’elles soient sincères, elles tiennent à la liberté des autres comme à la leur qu’elles détiennent de leur lutte contre l’ennemi »94. Les FLN regrouperaient 2 500 adhérentes95. Appartenant aux classes moyennes, elles y ont de l’influence. On assiste à un véritable partage de l’influence sociale entre l’UFF et les FLN, recoupant le clivage social de la société d’avant-guerre. Les FLN comme l’UFF envisagent des cours d’instruction civique96.

81Les seules organisations féminines qui ont un réel impact, sont issues de la Résistance, bénéficiant de l’aura de la Résistance et du besoin d’information, de se regrouper, conséquence de l’obtention du droit de vote.

82— Les élections municipales

83Pour ces élections municipales, les autorités administratives souhaitent des listes d’union estimant qu’alors que la France n’est pas encore sortie de l’Occupation, il faut montrer la volonté de reconstruire ensemble le pays. En même temps, elles souhaitent qu’il n’y ait sur ces listes, aucune personne compromise avec le régime de Vichy.

  • 97 ADIV - 43 W : rapport du préfet du 3 avril 1945.

84Très vite, il s’avère impossible de mettre réellement sur pied des listes d’union. En effet, c’est le PCF qui pousse le plus aux listes uniques ainsi que le FN. Or, en proposant des listes communes qui regrouperaient toutes les organisations ayant lutté dans la Résistance ou représentant l’esprit de la Résistance, le PCF veut bien sûr que soient présentes ses organisations satellites tels le FN, l’UFF, les FUJP, la CGT ce qui peut au minimum quadrupler ses représentants directs ou indirects. Les autres partis et mouvements s’y opposent. À défaut de liste commune, le préfet veut et souhaite qu’il n’y ait pas de candidat dont l’élection serait une « provocation »97.

  • 98 ADIV - 43 W 164 : télégrammes officiels du 30 avril 1945. Au premier tour, 113 conseils municipaux (...)
  • 99 Notons qu’à Vitré et à Saint-Servan, les listes de droite ne s’affichent pas comme telles.
  • 100 Le premier tour a lieu le 26 avril et le second le 13 mai 1945 soit quelques jours après la capitu (...)

85Les résultats du premier tour de scrutin98 montrent une assez grande stabilité par rapport à l’avant-guerre dans les communes rurales. Dans ces communes rurales, la même tendance l’emporte, voire les mêmes hommes lorsqu’ils se représentent. Dans les chefs-lieux de canton et a fortiori dans les villes, la situation est plus complexe. Dans les villes, chacune réagit avec ses tendances habituelles. Saint-Malo qui a toujours un comportement original, met en ballottage son ancien maire Gasnier-Duparc. À Fougères, où deux listes sont en présence (une liste d’union et une liste « républicaine indépendante d’action familiale et sociale »), c’est la première liste qui l’emporte sur une liste de droite, mais les deux candidats communistes sont mis en ballottage. Enfin, à Saint-Servan, deux listes s’affrontent : une liste française républicaine et antifasciste, une liste des intérêts servannais menée par Delacour99 ; la première liste obtient cinq sièges et la seconde deux. Dans les grandes villes, soit les anciens notables se sont maintenus mais ce n’est guère le cas qu’à Vitré, soit la liste antifasciste (c’est-à-dire celle de la Résistance) avec ou sans communistes selon la sensibilité du lieu est élue ; mais cela ne signifie pas forcément de profonds bouleversements par rapport à l’avant-guerre, tout dépend de la composition de ces listes ce que le second tour permet de mieux appréhender100.

  • 101 Bougeard (C.), op. cit., vol. 5 : p. 1721.

86Les chiffres donnés dans le tableau n°44 sont incomplets en particulier pour l’arrondissement de Redon, malgré tout, ils permettent d’apprécier la totalité de ces élections. D’une part, les mouvements de Résistance sont pratiquement absents, d’autre part la gauche en général est loin de l’emporter. Les mouvements de Résistance ne se sont pas présentés en constituant des listes autonomes, ils participent aux listes antifascistes, rassemblant généralement la gauche voire un peu au-delà. Peu nombreux sur ces listes, ils ont en définitive peu d’élus (154 élus dont la majorité au FN) soit environ 4 % des sièges à la différence des Côtes-du-Nord (24,4 % des sièges)101. Contrairement aux espérances des uns, aux craintes des autres, ils ne contribuent pas à cette date à un renouveau des forces politiques.

Tableau n°44 : Les forces politiques aux municipales de 1945 par arrondissement.

Tableau n°44 : Les forces politiques aux municipales de 1945 par arrondissement.
  • 102 Dans le Finistère, il est concurrencé par le PDP. ADIV - 43 W 139 : rapport des RG de Brest du 26 (...)

87La gauche progresse un peu par rapport à 1935 ou plutôt un glissement s’opère. En effet, avant la guerre, l’Ille-et-Vilaine n’a pas de conseiller municipal communiste, elle en a désormais 25. La SFIO augmente sa représentation ; dans l’arrondissement de Fougères, elle passe de 5 sièges à 23. En revanche, les radicaux-socialistes stagnent voire déclinent selon les arrondissements. Globalement la droite conserve ses positions. Ce maintien de la droite s’explique par la multitude des communes rurales où l’étiquette politique joue moins que dans les villes, où les conséquences de la guerre sont moins marquantes, du moins au fond des isoloirs... Quant au MRP, il obtient 170 sièges environ ce qui pour un parti nouveau et encore mal défini est important ; ce résultat est d’autant plus remarquable que l’Ille-et- Vilaine est le seul département breton où il obtient des sièges102. À partir de ce premier résultat, il reste difficile à situer car le poids des hommes qui le représentent, est certainement aussi important si ce n’est plus que ses idées.

  • 103 Cf. mon article « Jalons pour une histoire... », op. cit. et Bougeard (C.), op. cit., vol. 5 : p. (...)

88Les élections municipales montrent en Ille-et-Vilaine le maintien de l’équilibre antérieur entre la droite et la gauche mais à l’intérieur de la gauche un glissement s’opère des radicaux-socialistes vers la SFIO et de la SFIO vers le PCF. On a un certain changement dans la continuité. Ce phénomène se retrouve dans l’ensemble de la Bretagne, région administrative, mais est beaucoup plus prononcé dans le Finistère et dans les Côtes-du- Nord103. Les élections ultérieures permettent d’éclaircir ce phénomène.

89Le résultat des élections cantonales (23 et 30 septembre 1945) confirme clairement un certain glissement à gauche. La droite perd 3 sièges, la SFIO en gagne un tandis que le MRP avec 15 conseillers généraux mord aussi bien sur l’électorat de gauche que de droite. Avant comme après la guerre, le PCF n’obtient aucun siège ; l’Ille-et-Vilaine est le seul des quatre départements bretons dans ce cas. Dès ces cantonales, on peut s’interroger sur le sens du vote en faveur du MRP : glissement des électeurs de droite qui y voient des candidats de substitution ? réelle volonté de plus grande justice sociale s’appuyant sur le fonds républicain catholique du département ? Le MRP s’implante plus souvent dans des cantons républicains que classés à droite. Pour les électeurs, le MRP a un côté novateur et favorable à plus de justice sociale. Contrairement à une idée reçue, c’est moins la droite traditionnelle qui est rejetée au profit du MRP que le centre-gauche républicain laïque ; le vote des femmes n’y est sans doute pas étranger.

90Pour les cantonales comme pour les municipales, la droite traditionnelle ne souffre guère du discrédit du régime de Vichy sauf dans les villes, ce que recoupe une forte pérennité des élus au Conseil général. Seules les élections à enjeu national permettent de mieux percevoir s’il existe une réelle permanence du rapport de force et la signification profonde de l’attitude des électeurs.

Des élections nationales révélatrices ? (octobre 1945-octobre 1946)

91Les élections municipales et cantonales raniment une vie politique locale régulière et marquent le retour de la démocratie. Mais la France ne peut rester plus longtemps dans un régime provisoire. Les élections générales mettent en jeu l’avenir politique du pays ; cinq mois après la fin de la guerre en Europe, l’enjeu est de taille. Toutes les forces politiques mettent leur poids dans la balance. Le glissement à gauche observé partout en France s’amplifie-t-il ou déjà n’est-ce qu’une parenthèse ? L’Ille-et-Vilaine suit- elle la même évolution ?

  • 104 ADIV - 43 W 167 : exposé et appréciation sur les résultats des opérations concernant le référendum

92— Le double référendum104

  • 105 Cf. ci-dessus chapitre 1, p. 33-34.

93L’enjeu de celui-ci est fondamental, il détermine le devenir du régime politique français. La participation électorale est élevée puisque pour tout le département elle atteint 79,02 % et est légèrement supérieure à la moyenne française (77 %) et bretonne (78,60 %). Le taux d’abstention du département affirme une continuité d’attitude depuis le début des années trente105, le vote des femmes n’a pas modifié les tendances locales.

  • 106 ADIV - 320 W : profession de foi.

94La première question du référendum concerne la survie de la IIIe République. En France, le non ne recueille que 4 % des suffrages exprimés, en Ille-et-Vilaine 2,10 % ; le rejet de la IIIe République y est encore plus fort. En effet, les radicaux d’Ille-et-Vilaine ont préconisé un double oui en précisant dans leur profession de foi : « Il s’agit d’établir une CONSTITUTION dont dépendra l’avenir de notre France »106. La côte malouine plus radicale que le reste du département accorde encore moins de non à la première question. Ce rejet de la IIIe République signifie le refus du « régime qui conduisit à la défaite », selon l’opinion, et la volonté de construire un monde nouveau.

95La seconde question porte sur « l’organisation provisoire des Pouvoirs publics » et réglemente en particulier les pouvoirs de l’Assemblée constituante élue ce même jour. Cette seconde question entraîne des prises de position claires de la part des partis politiques. Certains d’entre eux se comptent sur cette question précise. Le non est préconisé par les radicaux sauf en Ille-et-Vilaine. Le PCF prône également le non car il aurait voulu que l’Assemblée constituante obtienne les pleins pouvoirs. Dans tout le pays, le non recueille près de la moitié des suffrages exprimés, mais en Bretagne il n’en reçoit que le quart et en Ille-et-Vilaine le cinquième (20,78 %).

96La carte n° l6 voit réapparaître le bastion du conservatisme à l’Est avec un pourcentage de non inférieur à 10 % (le canton d’Argentré-du-Plessis a le taux le plus bas avec 4,38 % des voix). Les autres secteurs conservent leurs traits dominants en particulier les bordures occidentale et méridionale. Quant à la « dorsale républicaine », elle est toujours visible. Dans ce dernier cas, cela montre la croissance de l’influence du PCF, et peut-être aussi l’influence réactivée des radicaux surtout dans les cantons de Guichen et du Sel dont les conseillers généraux sont radicaux. Cette répartition géographique du « non » affirme la permanence des mentalités, alors que le vote des femmes laissait présager un changement d’orientation. Le pourcentage maximum de non dans les cantons est atteint à Dinard (34,83 %) à cause de l’action d’une section communiste dynamique, animée par les Glémot et Marguerite Beaumatin. L’Ille-et-Vilaine, mais aussi la Bretagne, est un peu en retrait par rapport à l’ensemble de la France, en ce sens qu’elle continue de refuser le PCF ; par rapport à l’avant-guerre (moins de 5 %), celui- ci progresse.

97Ce double référendum du 21 octobre 1945 confirme la permanence géographique des représentations politiques et le glissement à l’intérieur de l’ensemble de la gauche vers le PCF au détriment de la SFIO et des radicaux-socialistes. Les résultats de ce double référendum montrent aussi que le département est bien ancré dans sa région, plus anti-IIIe République et moins progressiste que le reste de la France. Est-ce à dire que les habitants sont résolument conservateurs ?

Carte n°16. Le « Non » à la deuxième question du référendum d’octobre 1945

Carte n°16. Le « Non » à la deuxième question du référendum d’octobre 1945

98— Les élections à la première Assemblée constituante

99La préparation des élections s’est faite dans la perspective d’un double enjeu : le régime politique et le rapport de forces qui sortirait des urnes, neuf ans après le Front populaire, après la guerre, l’Occupation, dans une conjoncture économique très difficile et avec un doublement du corps électoral.

  • 107 En 1919 le calcul des restes se fait au plus fort reste et en 1945 à la plus forte moyenne.
  • 108 Cf. le numéro spécial « guerre franco-française » dans Vingtième siècle. Revue d’histoire, janvier (...)

100Sur le plan national, chaque parti joue son jeu tout en cherchant à se présenter comme l’héritier de la Résistance, la droite en tant que telle est encore annihilée. Cependant, localement des listes de droite apparaissent. Le scrutin de liste proportionnelle revient pratiquement au système en vigueur en 1919 et en 1924107. Certaines listes sont homogènes, les autres sont des listes de compromis. Les électeurs du département sont confrontés à cinq listes (l’Entente républicaine, la liste de concentration républicaine et radicale, la liste MRP, la liste SFIO et la liste d’union des républicains et des Résistants). À la différence de 1919, le choix est plus grand, signe que la guerre qui vient de s’achever n’est pas celle de l’Union Sacrée mais une guerre civile « franco-française »108.

  • 109 ADIV - 320 W : profession de foi.

101La liste d’Entente républicaine regroupe officiellement l’ancienne Fédération républicaine, la ligue de rénovation républicaine, le groupement des Français libres, les radicaux nationaux et les indépendants. Excepté la Fédération républicaine qui est un élément constitutif important de la droite classique avant-guerre, les autres organisations sont des titres ronflants derrière lesquels s’abritent quelques personnes. Cette liste s’affiche clairement hostile au PCF ; « elle veut que cessent les haines, les injures, les violences, les gabegies, la vie toujours plus chère, l’instabilité des finances et de la monnaie »109. Certes, cette liste se dit derrière de Gaulle mais c’est une liste de la droite traditionnelle. Sa tête de liste n’est autre que Marcel Rupied, né en 1880, notaire, conseiller général et maire de Vitré, pendant et après la guerre ; il est conseiller départemental et même conseiller national du régime de Vichy ; très conservateur, il incarne la permanence de cette droite des notables, dominante dans les élections d’avant-guerre. Notable catholique, il symbolise la société d’avant-guerre, le passé; sa liste comprend trois notables de l’avant-guerre et est la seule à n’avoir aucune candidate femme.

  • 110 Selon la même formule qu’en 1919. ADIV - 320 W: profession de foi.
  • 111 Il meurt à la fin d’octobre 1945. Guy La Chambre ne peut pas vraiment lui succéder bien qu’il soit (...)

102Incarnant également le passé mais sur un autre registre, la liste de concentration républicaine et radicale dont le titre reprend exactement celui de la liste de 1919 ! ..., se présente comme étant « éloignés de la droite réactionnaire et de la gauche révolutionnaire »110. Les radicaux-socialistes peinent à former une liste de sept noms. Le véritable chef du parti radical- socialiste au début de 1945 est Gasnier-Duparc mais pour les élections générales, il est malade et il est difficile de trouver un remplaçant111. Cinq radicaux sont finalement présents sur cette liste ; la tête de liste est le conseiller général du Sel-de-Bretagne Douessin, déjà conseiller général avant la guerre, connu comme républicain mais qui n’appartient pas au parti radical et n’a pas l’envergure nécessaire face à des adversaires comme Teitgen, d’Astier de la Vigerie ; les autres candidats sont peu connus. Cette liste court à l’échec même si elle s’efforce de préserver un certain équilibre géographique et socio-professionnel. De plus, elle n’a pas su garder sa spécificité puisque contrairement au congrès national du parti radical, elle a préconisé le double oui au référendum. Cette décision ne clarifie pas ses positions et contribue à brouiller son image dans le département.

  • 112 ADIV - 43 W 140 : rapport des RG du 8 octobre 1945.
  • 113 Un ancien secrétaire d’UD, un ancien secrétaire de section SFIO et conseiller municipal.

103Les trois autres listes se font un combat acharné tout en se référant également à la Résistance. La liste SFIO112 est menée par Aubry qui a déjà conduit celle de 1919 : là non plus, le renouvellement des hommes n’est pas la première préoccupation. Sur les sept candidats, quatre ont déjà été des candidats SFIO à des échelons divers avant la guerre. En dehors d’Aubry qui fut député de 1919 à 1924 et candidat à toutes les autres élections législatives et cantonales, Quessot second de la liste fut pendant l’entre- deux-guerres le seul conseiller général socialiste du département, les cinquième et sixième candidats sont des militants responsables de l’entre-deux guerres113. La liste ne présente pas un visage nouveau sauf la présence d’une femme en quatrième position. Depuis la Libération, la SFIO est traversée par des courants divergents et elle voit les divisions s’accentuer pendant les derniers mois. Cette divergence porte sur la possibilité d’une fusion organique avec le PCF à la suite des propositions de celui-ci. Or le congrès fédéral d’août 1945 a montré l’extrême division de la SFIO du type 50-50 puisqu’une très faible majorité se prononce pour une fusion organique, mais la crainte est grande d’une scission après les élections d’octobre 1945. Certains se sont déjà inscrits au MURF (mouvement unifié de la Renaissance française) proche du PCF qui prépare cette fusion ; en pleine campagne électorale il est fortement question d’exclure ceux qui sont inscrits aux MURF. La SFIO n’a que peu d’atouts en mains face aux deux forces montantes que sont le MRP et le PCF, bien que son nombre d’adhérents continue d’augmenter régulièrement et qu’elle dispose d’un journal La République sociale.

  • 114 Celui-ci est né en 1900 ; entré dans la Résistance dès 1940, il est un des fondateurs de Libératio (...)

104La liste d’union des républicains et des Résistants est en fait selon un principe classique du noyautage, une liste du PCF à laquelle se trouvent associés soit des figures de la Résistance, soit des membres d’organisations proches du PCF. Pour faire bonne mesure, la liste est menée par Emmanuel d’Astier de la Vigerie114, résistant et « compagnon de route » du PCF.

  • 115 Le secrétaire départemental du PCF, celui du FN, la présidente de l’UFF et le secrétaire de la sec (...)

105La liste comprend quatre communistes115 et deux indépendants de gauche. Les quatre communistes sont en 2e, 5e, 6e et 7e position ; ils n’ont aucune chance d’être élus étant donné le contexte départemental. Cette composition permet au PCF de dire qu’il n’a que deux représentants sur cette liste alors que les représentants du FN et de l’UFF sont des adhérents du PCF. Notons à nouveau la présence symbolique d’une femme mais cette fois en sixième position. Depuis octobre 1944, le PCF a un journal Le Réveil d’Ille- et-Vilaine et a probablement une croissance de ses adhérents mais il n’est guère présent que dans les villes et n’a pas réussi à pénétrer dans le milieu rural contrairement aux Côtes-du-Nord.

  • 116 Il est né à Rennes en 1908 où il vécut jusqu’en 1918. Cf. ses mémoires Teitgen (P.-H.), « Faites e (...)
  • 117 Entretien avec Renée Prévert.
  • 118 ADIV - 43 W 140 : rapport des RG du 8 octobre 1945. Une source interne au parti compare le nombre (...)
  • 119 Le Rassemblement du MRP est d’abord un hebdomadaire pour toute la Bretagne qui existe du 23 décemb (...)
  • 120 Letamendia (Pierre), Le MRP, Bordeaux, thèse d’État en Science Politique, 1975, p. 74 et Lacouture(...)

106En revanche la liste MRP est une liste homogène. Elle est certainement la mieux composée compte tenu de la population du département et de la personnalité des candidats. La tête de liste n’est autre que Pierre-Henri Teitgen qui, à la différence de d’Astier de la Vigerie, a des attaches rennaises116. Forte personnalité, résistant, d’une stricte honnêteté, professeur de Droit, il est ministre de la Justice ce qui n’est pas de tout repos à cette date. Il a aussi été ministre de l’Information au moment de la Libération, ce qui n’était guère plus confortable. Démocrate-chrétien convaincu, favrable à des réformes sociales, il joue un rôle-clé dans cette campagne électorale, parfois à son corps défendant lorsqu’il est violemment pris à partie sur le thème de l’épuration. En seconde position, se trouve Alexis Méhaignerie, cultivateur, maire de Balazé, conseiller général de Vitré-Est. Ce choix dans un département agricole est particulièrement judicieux. Solidement enraciné localement, bien connu dans le milieu rural, également démocrate-chrétien convaincu, son choix comme second candidat est essentiel pour gagner le plus de voix et correspond tout à fait à la sensibilité du monde rural dont il est le représentant-type. Arrive en troisième position une femme, Renée Prévert, choisie de son propre aveu parce qu’il en fallait une à cette époque sur les listes117. En fait, elle est aussi secrétaire de la CFTC, ancien membre de la JOC et responsable à la propagande du MRP. Les quatre autres candidats MRP sont choisis afin d’avoir une représentation dans chaque « pays » du département : Paramé, Bécherel pour l’ouest du département, Fougères et Redon. Tous sauf un exercent déjà un mandat comme conseiller municipal ou conseiller général ; le candidat de Fougères n’est autre qu’un des principaux patrons de l’industrie de la chaussure H. Réhault, déporté à Buchenwald. La liste MRP est savamment composée et le tandem Teitgen-Méhaignerie ne peut que dynamiser la campagne électorale et favoriser l’audience du MRP. D’autre part, Henri Fréville n’est pas candidat mais joue un rôle actif. Il vient de quitter la délégation régionale à l’Information et de reprendre son enseignement au lycée de Rennes en khâgne. Il se consacre alors plus activement au MRP. Ce dernier à la veille des élections générales a environ 3 000 adhérents c’est-à-dire qu’en neuf mois ses effectifs ont doublé118. Le MRP dispose du soutien de Ouest-France et de son propre journal Le Rassemblement, hebdomadaire, depuis décembre 1944119. Le MRP a pu mesurer sa popularité aux cantonales puisqu’il a quinze élus sur 43 et détient la moitié des sièges au bureau de l’assemblée départementale. Le MRP est nettement un parti neuf. Les thèmes généraux de la campagne portent sur l’action de ses ministres G. Bidault, ministre des Affaires étrangères et P.-H.Teitgen, et le MRP insiste sur la nécessité de construire « une France de Liberté, une France de Justice, une France de Grandeur ». Les deux premiers thèmes représentent toute la philosophie du MRP et le dernier vient du vocabulaire gaullien. Le MRP cherche à paraître comme le plus gaulliste des partis politiques mais en même temps il ne peut être le parti de De Gaulle parce qu’il est plus à gauche que le grand parti « conservateur intelligent » que souhaite de Gaulle et parce qu’il est... un parti politique120. Le MRP et le PCF sont, avec des idéaux, des méthodes et une philosophie bien différentes, les deux grands adversaires mais surtout les deux forces neuves de ces élections.

  • 121 Ces derniers sont complètement éliminés d’Ille-et-Vilaine, seul l’arrondissement de Redon atteint (...)

107Le MRP est le grand vainqueur de cette consultation électorale en Ille- et-Vilaine (tableau n°45) à aucun moment il ne descend en dessous de la barre des 40 %. Or, en France, ces élections sont celles du tripartisme (MRP, SFIO et PCF). Ni l’Ille-et-Vilaine, ni la Bretagne ne s’inscrivent dans ce cadre ; le MRP domine largement, suivi en Ille-et-Vilaine de la SFIO et de la droite classique pratiquement à égalité, puis le PCF et enfin les radicaux121.

108Le PCF (carte n°17), s’il est loin de son résultat national et même breton, réussit une percée par rapport à sa situation d’avant-guerre (de 4 à 13 %) qui lui permet à la plus forte moyenne d’avoir un député élu E. d’Astier de la Vigerie qui ne résida jamais. Confirmant le non du référendum, l’arrondissement de Saint-Malo lui est le plus favorable, en particulier Dinard (32,04 %) ainsi que les cantons de la « dorsale républicaine », du moins jusqu’à Guichen. Les résultats globaux sont conformes à la géographie politique traditionnelle. Sans le scrutin de liste proportionnel, le PCF n’aurait jamais eu un député en Ille-et-Vilaine.

  • 122 ADIV - 320 W : procès-verbaux des élections à l’Assemblée constituante (21 octobre 1945).

Tableau n°45 : Résultats des élections à l’Assemblée constituante (octobre 1945) en suffrages exprimés et par arrondissement122.

Tableau n°45 : Résultats des élections à l’Assemblée constituante (octobre 1945) en suffrages exprimés et par arrondissement122.

109La droite (carte n°18) et la SFIO (carte n°19) ont pratiquement le même pourcentage de suffrages exprimés. Logiquement les plus faibles résultats de la droite sont dans l’arrondissement de Saint-Malo, puis celui de Rennes. En revanche, elle dépasse les 30 % à l’Est, son fief habituel ; l’Ouest et le Sud lui accordent moins leur confiance. Il s’agit véritablement d’une droite « incompressible ». La SFIO, quant à elle, améliore un peu ses résultats par rapport à 1936 (de 15 à 20 %). Elle obtient ses meilleurs résultats à Fougères, cela correspond à l’attitude des ouvriers à l’intérieur de la CGT restée pro-socialiste, mais il n’y a pas de véritable fief de la SFIO. À l’exception des cantons d’Antrain et de Pleine-Fougères, les voix de la SFIO sont assez dispersées ; seul l’Est est une véritable zone de répulsion pour la gauche en général et la SFIO en particulier.

110Le MRP (carte n°20), lui, est d’une totale régularité variant au plus de cinq points entre l’arrondissement de Redon et celui de Saint-Malo. Dans les villes, son plus « mauvais » résultat est à Rennes avec 36 % (mais il arrive en tête) et le meilleur à Saint-Malo même avec 45 % des voix. Un seul canton ne le place pas en tête : Antrain où il n’obtient « que » 31 % des voix contre 39 % à la SFIO ; ce fief radical-socialiste et laïque d’avant-guerre reste insensible aux sirènes trop chrétiennes du MRP. Le pourcentage de suffrages exprimés le plus élevé obtenu par le MRP est naturellement dans le canton d’Alexis Méhaignerie, Vitré-Est, avec 65 % des voix. La répartition géographique confirme les cantonales de septembre avec un MRP puissant à l’Est du département mais aussi dans certains cantons qui votaient au centre-gauche, voire à gauche avant-guerre comme les cantons rennais ou malouins par exemple. Si la bonne répartition géographique des candidats MRP n’est pas étrangère à sa large implantation, on remarque que les meilleurs résultats du MRP sont obtenus aussi bien dans des cantons de droite que dans des cantons de gauche.

  • 123 Il n’obtient un meilleur résultat en Bretagne que dans le Morbihan où il recueille 55 % des suffra (...)
  • 124 Deux de ces élus, Renée Prévert et Coudray, n’ont accepté d’être candidats que parce qu’ils sont p (...)
  • 125 Letamendia (Pierre), op. cit., p. 55.

111Ainsi en Ille-et-Vilaine, le MRP rencontre un fort succès qui ne permet pas de l’assimiler à la droite123. Il n’est pas ici une « Machine à ramasser les pétainistes » selon la formule du PCF (ce qu’il a peut-être été dans d’autres départements), formule d’ailleurs que le PCF se garde bien d’utiliser dans ce département. Il est probable que les pétainistes en Ille-et-Vilaine se sont tournés vers la liste d’Entente républicaine. Ce succès, inattendu des candidats eux-mêmes124, donne au MRP 4 élus sur 7. Tous (les intéressés comme les RG) pensaient qu’ils auraient au plus deux élus. Que s’est-il passé? Incontestablement, le MRP jouit du fait qu’il est le seul parti neuf présentant des candidats entièrement nouveaux ; aucun d’eux n’a été élu ni même candidat avant la guerre. Cet aspect joue en leur faveur. Il a pour lui d’être un parti appelant au changement en particulier dans le domaine social, mais aussi politique. Surtout, il incarne la résistance catholique et pas seulement la démocratie-chrétienne125. L’Église dans le département n’a jamais ouvertement appelé à voter pour le MRP, mais il existe des contacts entre les dirigeants du MRP et le cardinal-archevêque. Ses militants sont issus de l’Action catholique spécialisée et de la CFTC ; le MRP dispose dans ces organismes de tout un réseau de sympathisants, essentiel lors des campagnes électorales.

Les élections d’octobre 1945

Les élections d’octobre 1945

112Ces élections générales montrent un département qui rejette fermement la IIP République et aspire à un système politique nouveau, sans glisser vers l’extrême-gauche. En effet, si l’on compare l’équilibre global des forces de gauche par rapport au centre et à la droite en 1936 et en 1945, dans le premier cas il est de 36 % environ pour la gauche et de 63 % pour le centre et la droite, et en 1945 la gauche rassemble un peu moins de 38 % des voix et le centre et la droite 62 % environ. L’Ille-et-Vilaine globalement connaît un léger glissement à gauche, d’autant plus réel que le MRP est plutôt centre gauche en 1945. Le vote des femmes a sans doute contribué à maintenir l’équilibre des forces.

113Ce frémissement en faveur de la gauche s’accompagne d’un mouvement plus important à l’intérieur de chaque bloc. En effet, quelle que soit son appartenance politique, l’électorat abandonne « le vieil homme politique pour le nouvel homme politique ». Les voix de la gauche radicale se portent vers les socialistes et même vers les communistes, tandis qu’à droite on assiste à un véritable chassé-croisé en faveur du MRP. Il n’est plus question de revenir à l’ancienne société. C’est une des différences notables avec l’après Première Guerre mondiale. En 1919, l’électorat, la société cherchaient à retrouver la vie d’avant-guerre ; en 1945, ils sont tendus vers l’avenir, parce que l’avant-guerre symbolise des difficultés de tous ordres (politique, économique et social) et a débouché sur l’horreur absolue avec le génocide. Le rejet de la IIIe République comme le vote des électeurs pour l’Assemblée constituante vont tous dans le même sens : l’aspiration à un monde nouveau, plus juste, plus moderne. Aspiration d’autant plus forte dans un département, une région où la pesanteur des archaïsmes de toute sorte est puissante ? Émergence d’une volonté de changement, de modernisation, de « rattrapage » par rapport à la France ? Probablement, mais non clairement explicité sauf par cette idée d’une société plus juste. Derrière de réelles permanences (enracinement des mentalités en particulier), naissent des aspirations au changement mais sans rupture profonde: la guerre, l’Occupation ne sont alors ni une rupture, ni une parenthèse mais seraient un moyen de prendre conscience d’une nécessaire évolution. Encore faut-il que ce soit confirmé aux élections suivantes.

114— Les élections de 1946

  • 126 Lacouture (Jean), op. cit., tome : 2, p. 249.

115L’Assemblée constituante a jusqu’en mai 1946 pour élaborer la constitution avant de la soumettre au peuple par référendum. L’exercice du pouvoir exécutif avec une Assemblée constituante élue entraîne de très vifs accrochages entre de Gaulle et les partis et aboutit à la démission du général de Gaulle. L’opinion telle qu’elle apparaît à travers la presse, les rapports de police, de gendarmerie, ne réagit pas après cette démission le 20 janvier 1946 et cela ne provoque aucun trouble contrairement à ce qu’espérait, semble-t-il, le principal protagoniste126. La population continue de se débattre dans les problèmes de la vie quotidienne (inflation, ravitaillement,...) et cette démission lui paraît une péripétie. Cette indifférence n’est qu’apparence comme en témoignent les forts taux de participation aux élections du premier semestre de 1946.

  • 127 ADIV - 320 W : rapport du préfet du 8 mai 1946.

116Le référendum de mai sur le projet de constitution suscite des prises de position claires de la part du PCF et de la SFIO qui appellent à voter oui. Le MRP appelle à voter non et le général de Gaulle se tait. Parmi les arguments de la campagne électorale, deux sont fréquemment évoqués par les partisans du non : l’absence de garantie de la propriété privée et la liberté de l’enseignement menacée. Cet argument est le plus abordé, ce qui n’est pas étonnant dans ce département où plus de la moitié des élèves va dans les écoles confessionnelles. Le clergé et l’APEL mènent une campagne active en faveur de cette liberté d’enseignement tandis que le cardinal Roques lui-même précise à la clôture d’une Mission que la liberté d’enseignement est en péril ce qui est une incontestable indication de vote127. Peut-être est- ce cela aussi qui explique le taux de participation le plus élevé que le département ait jamais connu : 82,80 %.

  • 128 Parmi les communes rurales, quelques-unes dépassent les 50 % de oui; il s’agit de communes qui dep (...)

117Dans l’ensemble de la France, la population refuse le projet de constitution proposé par le PCF et la SFIO avec 52,8 % de non. L’Ille-et-Vilaine a un refus encore plus accentué avec 65,45 % de non. Par rapport aux élections à l’Assemblée constituante d’octobre 1945, le PCF et la SFIO gagnent environ 1 % des voix et surtout le gain est plus élevé en chiffre absolu ; entre les deux dates, le nombre d’électeurs augmente de +4,5 % et le nombre de votants pour le oui c’est-à-dire PCF et SFIO augmente de +9,06 %, mais le non ne pouvait que l’emporter largement. La palme de refus du projet de constitution revient, sans surprise, à Argentré-du-Plessis avec seulement 8,40 % de oui !128.

118Toutes les villes, à des degrés divers, votent plus volontiers en faveur du oui, les écarts les plus grands (10 à 12 %) concernant les villes qui sont au cœur du milieu rural où par conséquent le contraste entre le mode de vie, les choix politiques sont les plus grands. À l’intérieur même de Rennes, l’écart est grand entre les quartiers ; Rennes nord-est, le quartier bourgeois, résidentiel (mais avec une zone d’employés) est le plus réticent au oui alors que Rennes sud-est, quartier d’ouvriers et de cheminots donne une majorité de oui.

  • 129 ADIV - 320 W : cabinet du préfet - élections du 2 juin 1946.

119De nouveau, ce référendum de mai 1946 confirme les permanences de la culture politique, de son enracinement géographique. Le non est nettement en Ille-et-Vilaine le résultat de votes qui se sont portés jusque-là sur le MRP, la droite et les radicaux. Le vote négatif de l’Ille-et-Vilaine se retrouve dans les autres départements bretons sauf dans les Côtes-du-Nord où les électeurs se partagent en deux camps quasiment égaux. Ce vote nécessite l’élection d’une seconde Assemblée constituante (juin 1946)129.

  • 130 ADIV - 320 W: rapport des RG du 21 mai 1946.
  • 131 Il s’agit de Douessin, conseiller général du Sel-de-Bretagne, tête de liste en octobre 1945.
  • 132 ADIV - 320 W: minute du rapport du préfet d’Ille-et-Vilaine du 17 mai 1946 « la raison en est qu’i (...)
  • 133 Membre du PPF avant la guerre, il est pendant l’Occupation membre de Défense de la France, de l’Ar (...)
  • 134 Dont un conseiller général et un conseiller municipal. Contrairement à 1945, une femme est sur cet (...)

120La campagne électorale se déroule dans la foulée de celle du référendum. De nouveau cinq listes de mêmes tendances qu’en octobre 1945 s’affrontent. La liste « communiste et d’union républicaine et résistante » conserve sa tête de liste Emmanuel d’Astier de la Vigerie, bien que celui-ci soit fortement contesté à l’intérieur du PCF. Pratiquement, il ne vient à Rennes que pour les campagnes électorales et n’apparaît guère aux yeux du militant communiste comme le défenseur des « masses ouvrières »130. À ses côtés, on retrouve le même dosage qu’aux élections précédentes. La liste SFIO en revanche est mal équilibrée puisque les quatre premiers sur la liste sont des Rennais et de plus fonctionnaires de l’enseignement public ce qui ne facilite guère la conquête d’un nouvel électorat. La liste du Rassemblement des gauches républicaines est encore moins heureuse avec deux Parisiens inconnus sur sa liste dont la tête de liste, et un seul représentant du monde rural131. Quant au PRL, il propose une liste d’union républicaine et paysanne élaborée avec beaucoup de difficultés. Rupied, écarté par le congrès départemental du PRL, ne se représente pas132. C’est Pierre Chaplet, résistant, avocat à Rennes133 qui conduit cette liste, son second est un ancien membre du PSF. Les autres candidats de cette liste sont totalement inconnus134. Enfin, le MRP reprend les mêmes candidats qu’en octobre 1945 dont les quatre élus d’octobre 1945 (Teitgen, Méhaignerie, Prévert et Coudray). Comme en 1945, le PCF, la SFIO et le MRP mènent la campagne électorale la plus active avec de nombreuses réunions dans tous les arrondissements. Le thème principal est celui de la laïcité.

Tableau n°46 : Résultats des élections à la seconde AC et rappel de la 1ère.

Tableau n°46 : Résultats des élections à la seconde AC et rappel de la 1ère.

121Le PCF et la SFIO ont exactement (à 908 voix près !) le même nombre d’électeurs que pour le oui du référendum, la cohérence entre le oui du référendum et le PCF et la SFIO est presque parfaite ; le MRP atteint des sommets avec 49,20 % des suffrages exprimés et 40,85 % des inscrits!... C’est la première fois dans ce département qu’un seul parti rassemble à lui seul autant de suffrages. Cette écrasante suprématie du MRP lui vaut cinq élus, le PCF et la SFIO ayant chacun un élu.

  • 135 Entretien avec Renée Prévert.

122La droite s’effondre. Cela ne signifie pas que les idées du MRP aient à ce point gagné du terrain, mais quatre des sept candidats du MRP sont déjà députés, chacun d’eux solidement implanté dans une région ou un milieu social précis. De plus, le MRP a fait une campagne très active. Les candidats prennent la parole dans plusieurs communes dans la même matinée du dimanche, à la sortie des messes135 et chaque soir ou presque ; P.-H. Teitgen malgré ses fonctions de ministre tient lui-même une cinquantaine de réunions. Les positions défendues alors par le MRP sont favorables à la liberté d’enseignement, mais aussi nettement réformistes et socialisantes tant pour la population des villes que pour celle des campagnes alors que la liste de droite ne prône que le statu quo.

123Les suffrages qui s’expriment en faveur du MRP, s’échelonnent de 36 % (canton de Rennes Sud-Est) à 81 % (cantons d’Argentré-du-Plessis et de Vitré-Est) ; plus de la moitié des cantons (23 sur 43) lui accordent plus de 50 % de leurs suffrages. Le MRP de juin 1946 a quasiment la même implantation que la droite pendant l’entre-deux-guerres, sauf dans la région malouine où le MRP est beaucoup mieux implanté ; ceci souligne les permanences géopolitiques, le MRP rassemblant du centre-gauche à la droite. On peut noter la grande continuité géographique entre le oui au référendum de mai 1946 et les voix additionnées du PCF et de la SFIO. Pratiquement, les deux cartes (n°21 et 22) peuvent se superposer. Cette comparaison confirme la grande cohérence de comportement des électeurs socialistes et communistes, moins versatiles que ceux de droite.

Carte n° 21. Le «  Oui » lors du référendum de mai 1946

Carte n° 21. Le «  Oui » lors du référendum de mai 1946

Carte n° 22. Voix du PCF et de la SFIO en juin 1946

Carte n° 22. Voix du PCF et de la SFIO en juin 1946

124Dans l’équilibre gauche/centre-droit, la gauche gagne à nouveau 1 ou 2 % à la fois en faveur des communistes et en faveur des radicaux. Désormais, l’élément dynamique, nouveau au sein de la gauche d’Ille-et-Vilaine comme en Bretagne ou en France est à ce moment-là le PCF et non plus la SFIO.

125Ces élections de juin 1946 sont les dernières élections avant la mise en place de la IVe République à l’automne 1946. D’une certaine manière, elles clôturent une période provisoire où le paysage politique français et départemental s’est redessiné, mais cette refonte a un caractère ambigu. Un certain renouveau s’est fait jour à travers un vote un peu plus prononcé en faveur du PCF et surtout très favorable au MRP, mais on ne peut parler de rupture totale par rapport à l’avant-guerre parce que l’équilibre général des forces politiques se maintient mais aussi parce que l’enracinement semble intangible à l’intérieur des glissements qui se sont produits.

126Nonobstant quelques ajustements, la permanence domine, mais les quelques évolutions montrent que derrière celle-ci surgissent des ruptures à venir sur le moyen et le long terme.

  • 136 Voir sur ce point le colloque IHTP-CNRS sur Les pouvoirs à la Libération en France, op. cit.

127L’ensemble de la période de la Libération au sens large confirme que l’Ille-et-Vilaine est un département modéré peu enclin aux débordements vers l’extrême-gauche comme vers l’extrême-droite ; en cela il tranche avec certains départements bretons et se rapproche de l’Ouest intérieur ainsi que de bon nombre de régions de l’intérieur de la France136.

128Pratiquement le département ne connaît pas de véritable conflit entre le pouvoir central et les pouvoirs locaux lors des quelques mois qui suivent la Libération même si des conflits sporadiques existent entre CDL et préfecture.

129Les habitants après une brève période où ils ont besoin d’un exutoire pour s’exprimer, reviennent très vite à leurs préoccupations quotidiennes, très pesantes étant donné le poids des problèmes de ravitaillement et de logement. Il est probable que ce retour au quotidien est aussi lié à une certaine déception après l’immense espérance suscitée par la Libération. Déception devant la permanence des difficultés quotidiennes, mais maintien, manifestation même de la volonté de renouveau par de massives participations aux élections multiples qui se déroulent de mars 1945 à juin 1946.

130Si dans le quotidien, les habitants du département, comme tous les Français, semblent revenir à leurs habitudes, en fait, ils ont pris conscience que le renouveau passerait par la politique et surtout que la liberté d’expression, de réunion, de vote sont des biens d’autant plus précieux qu’ils en furent privés pendant cinq ans.

131Les années suivantes ont à montrer si les permanences, les évolutions décelées persistent, si la mentalité collective en est durablement touchée.

Notes

1 Avec les poches de Lorient et de Saint-Nazaire, le front de cette dernière passe à quelques kilomètres au sud de Redon.

2 Buton (Ph.) et Guillon (J.-M.) (s.d.), Les pouvoirs en France à la Libération, Belin, 1994, 592 p. ; en particulier mon rapport de synthèse sur « le pouvoir résistant (été 1944) », p. 20-37.

3 La citadelle d’Alet (Saint-Servan) se rend le 17 août et l’île de Cézembre le 2 septembre 1944; Lespagnol (André) (s.d.), Histoire de Saint-Malo, Toulouse, éd.Privat, 1984, p. 274-276.

4 C’est évidemment le départ du dernier train de déportés qui a le plus meurtri les résistants; il ne semble pas que ceux qui étaient dans la ville à l’époque aient eu les moyens militaires d’empêcher son départ. La plus grande partie des FFI étaient dans les campagnes. Entretiens avec Louis Petri et Hubert de Solminihac.

5 Dans les deux cas, ce sont trois ou quatre hommes seulement qui «prennent » les bâtiments : à la préfecture, sous la direction de Pierre Herbart (Le Vigan), ancien secrétaire de Gide, et responsable régional de Défense de la France et à la mairie, sous celle de Hubert de Solminihac, responsable

militaire de DF, qui convainc le docteur Patay, maire de Rennes depuis le début de juin 1944, de céder la place sans esclandre. Entretien avec Hubert de Solminihac.

6 Ancien sénateur-maire radical-socialiste de Brest, démis de ses fonctions en 1941, il est nommé commissaire de la République pour la région Bretagne le 31 octobre 1943. Caché dans la Sarthe, il rejoint les environs de Rennes quelques jours avant la Libération; Foulon (Charles-Louis), Les pouvoirs en province à la Libération, PFNSP, 1975, p. 279.

7 Celui-ci, résistant de la première heure, estime qu’il a été choisi comme président de cette délégation parce qu’il est le seul à parler anglais, ce qui est nécessaire pour les relations avec les Américains. Entretien avec Yves Milon.

8 Six cents femmes et enfants vivent dans les caves; quant aux hommes âgés de 18 à 60 ans, ils sont internés au Fort National (380 au total), les Allemands craignant la Résistance. Toutefois, une courte trêve le 9 août permet d’évacuer la totalité de la population civile y compris les hommes (onze d’entre eux ont été tués par un bombardement).

9 Après la guerre, une polémique se déroula pour déterminer qui a détruit Saint-Malo intra-muros, les Allemands ou les Américains. Deux enquêtes officielles (une fin 1944 et l’autre en 1946) concluent que l’incendie est dû aux Américains. D’autre part, ceux-ci, malgré les renseignements exacts fournis par les résistants au péril de leur vie, semblent surestimer les effectifs réels des Allemands dans la ville elle- même.

10 Entretien avec Louis Tardiveau et archives de Libération-Nord.

11 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 17 octobre 1944.

12 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 17 octobre 1944.

13 Ma carte des internés, déportés, fusillés, victimes civiles d’Ille-et-Vilaine, 1976, CHG et Toczé (Claude), op. cit., p. 156.

14 Allaire (J.-M.), « Statistiques de la déportation » dans Bulletin du CHG, novembre 1968, p. 10-13.

15 Ci-dessus chapitre 5 p. 240 ; le chiffre des déportés juifs non rentrés n’a pu être établi avec précision.

16 Environ 8 000 soldats tués sont originaires des régiments stationnés normalement en Ille-et-Vilaine, mais tous n’appartiennent pas à ce département et tous ceux de ce département ne sont pas dans ces régiments. Ce chiffre est donc fragile, (source: chiffre communiqué par le service historique de l’armée de Terre à Vincennes)

17 cf. chapitre 9, dernière partie.

18 O.-F., 9 mai 1945. Plus de quarante ans après, il est frappant de constater que la commémoration de la Libération de Rennes attire la population d’une façon à la fois plus spontanée et plus forte que celle du 8 mai, bien qu’elle se situe en pleine période d’été.

19 Le retour des prisonniers de guerre a déjà commencé, mais pratiquement il faut attendre l’effondrement du IIIe Reich pour que les premiers déportés rentrent. Les rapatriements très nombreux en mai se ralentissent en juin et à la mi-juillet 1945, le directeur régional des prisonniers de guerre, déportés, réfugiés considère que les 5/6 d’entre eux sont rapatriés. ADIV - 43 W 133: rapport du 16 juillet 1945.

20 ADIV - 43 W 167 : rapports du préfet de septembre à décembre 1944.

21 Le préfet considère que le ravitaillement alimentaire est « moins un problème de quantité qu’un problème de taxation des denrées », les prix étant fixés comme du temps de l’Occupation. ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 9 septembre 1944.

22 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 2 février 1945.

23 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 3 août 1945.

24 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 3 août 1945.

25 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 3 septembre 1945.

26 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 2 février 1945.

27 Jamet (Patricia), Les conséquences du siège malouin d’août 1944 sur les sociétés malouine, servannaise et paraméenne, mémoire de maîtrise, Rennes2, 1988, 126 p.

28 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 2 mars 1945.

29 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 3 mai 1945.

30 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 3 décembre 1945.

31 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 3 février 1946.

32 Laborie (Pierre), « Opinion et représentation : la Libération et l’image de la Résistance », dans RH2GM, juillet 1983, p. 67.

33 Rousso (Henry), Le syndrome de Vichy, 1944-198..., Seuil, 1987, p. 28 et p. 114 et suivantes.

34 Novick (Peter), L’Épuration française (1944-1949), Balland, 1985 (mais édition britannique en 1968), 365 p. Le Bulletin de l’IHTP, n°4, juin 1981 fait le point des recherches et de la bibliographie ainsi que H. Rousso « L’épuration en France : une histoire inachevée », Vingtième siècle, janvier 1992p. 78-105.

35 D’après les enquêtes des correspondants du CH2GM et de l’IHTP-CNRS: 113 dans le Finistère, 214 dans le Morbihan et 243 dans les Côtes-du-Nord. L’étude pour la Loire-Inférieure n’a pas été faite.

36 Celui-ci émit quelque 1700 vœux portant sur l’épuration cas par cas entre la Libération et octobre en agissant ainsi, il restait dans son rôle légal. Cf. Foulon (Charles-Louis), « L’opinion, la résistance et le pouvoir en Bretagne », RH2GM, janvier 1980, p. 80-81 et son mémoire de maîtrise, Le CDL d’Ille-et-Vilaine, 1970, Rennes, p. 79.

37 ADIV - 43 W 140 : rapport du commissaire de la République sur l’épuration (15 mars 1946).

38 La Cour de Justice comprend un magistrat qui préside, quatre jurés résistants choisis sur une liste de cent résistants préparée par le CDL et le premier président de la Cour (qui à Rennes est aussi le président d’honneur du CDL) et un commissaire du gouvernement. La Chambre civique comprend un magistrat et quatre jurés.

39 Depuis le 1er janvier 1946, la Chambre civique d’Ille-et-Vilaine connaît les affaires des quatre départements bretons.

40 Les sources consultées ne le permettent pas.

41 Entre la Libération et octobre 1945, il émet 647 vœux pour des demandes d’internement et d’incarcération.

42 ADIV - 43 W 140 : rapport du commissaire de la République du 15 mars 1946.

43 On ne peut ici parler de la relation particulière au pouvoir régional étant donné l’étroitesse des liens entre le commissaire de la République et le préfet d’Ille-et-Vilaine pour des raisons géographiques et juridico-administratives.

44 ADIV - 55 W 4 : Rebuffé, maire radical-socialiste, élu en 1935, fut démis de ses fonctions par le régime de Vichy et remplacé le 15 mars 1941 par Hamard; Rebuffé devient le président de la délégation spéciale à la Libération.

45 De l’aveu même du CDL qui relève en outre qu’il est arrêté comme otage entre le début de juin 1944 et le ler août 1944. Il est probable que sa mise à l’écart est destinée à apaiser certains esprits. ADIV - 55 W 16 : municipalité de Vitré (1940-1945).

46 Il vote les pleins pouvoirs au maréchal Pétain mais il est révoqué de ses fonctions de maire le 30 juin 1941, expulsé de Saint-Malo en mars 1944 et se cache à Paris. Il regagne l’Ille-et-Vilaine en traversant les lignes. Nommé conseiller national par le régime de Vichy, il ne siège jamais et est révoqué dès octobre 1941. ADIV - 55 W 14.

47 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 1er septembre 1944.

48 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 2 février 1945.

49 Un député, de Lyrot, ne prend pas part au vote. Tous les autres députés et sénateurs sont présents et votent les pleins pouvoirs.

50 Cf. ci-dessus note 46.

51 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 3 septembre 1945 et 320 W - élections du 21 octobre 1945 : rapport des RG du 5 octobre 1945. Accusé au procès de Riom et interné, cela a milité en sa faveur. Il est cependant très contesté en 1944/1945.

52 Entretien avec Henri Fréville et ADIV - 43 W 129 : rapport du directeur régional à l’information du 18 septembre 1944.

53 Finet (Laurent), La naissance d’Ouest-France (1944-1947), mémoire de maîtrise, Rennes 2, 1972, p. 73-80.

54 ADIV - 43 W 129 : rapport du directeur régional à l’information du 18 septembre 1944.

55 ADIV - 43 W 129 : rapport du directeur régional à l’information du 9 octobre 1944: il s’agit respectivement de L’Écho du Pays de Redon, L’Écho malouin, Le Réveil d’Ille-et-Vilaine, La Chronique républicaine, Ouest-Journal, Le Pays Gallo, L’Écho de Montfort.

56 Cf. ci-dessus chapitre 2 p. 104 et suivantes et ADIV - 43 W 139 : rapport des RG de Rennes du 26 janvier 1945.

57 Le Réveil d’Ille-et-Vilaine, devenu Ouest-Matin, belle performance si l’on songe à l’avant-guerre.

58 Sur 19 membres en novembre 1944, cinq membres sont communistes dont quatre sous une étiquette différente de celle du PCF ; trois autres sont membres du FN et probablement sympathisants du PCF.

59 Honoré Commeurec, par exemple, imprimeur, socialiste était l’imprimeur du journal de la SFIO et de la CGT avant la guerre. Membre de Libé-Nord et du premier CDL dont il était le président, il est arrêté le 8 février 1944 et meurt en déportation. Cf. La Résistance, op. cit., p. 223-226, 249-252.

60 ADIV - 43 W 139 : rapport des RG de Rennes du 26 janvier 1945 et cf. chapitre 2 p. 96 et suivantes.

61 Entretien avec Charles Foulon qui était lui-même favorable à l’unité d’action et non à la fusion organique. Ce philo-communisme se retrouve aussi chez les jeunes socialistes des Côtes-du- Nord et du Finistère ; SADOUN (Marc), Les socialistes sous l’occupation : Résistance et collaboration, PFNSP, 1982, p. 195, et Bougeard (Christian), op. cit., vol.5 : p. 1684 et suivantes.

62 Entretiens avec Victor Janton et Henri Fréville.

63 Cf. ci-dessus chapitre 2 p. 85-88.

64 ADIV - 43 W 139 : rapport des RG de Rennes du 15 janvier 1945. Les archives du MRP estiment le nombre d’adhérents à 1100 cotisants. Les RG à leur habitude ont probablement « arrondi ». AN - 350 AP 6 : statistiques au 20 août 1945.

65 Libération-Nord était le 3e mouvement derrière l’AS et surtout le MLN était le résultat de la fusion de plusieurs mouvements non liés au PCF ; cf. La Résistance, op. cit., p. 253.

66 ADIV-43 W 139 : rapport des RG de Rennes du 26 février 1945.

67 Député de droite de 1924 à 1928.

68 Il est depuis la fin de 1942 le chef départemental des FTPF et accomplit de nombreuses actions spectaculaires dont l’évasion de résistants de la prison de Vitré en avril 1944.

69 ADIV - 43 W 139 : rapport des RG de Rennes du 26 janvier 1945.

70 Le journal est autorisé à partir du 5 février 1945 et il tire pour toute la Bretagne à 30 000 exemplaires ; André Mussat est alors professeur au lycée d’Angers, membre du FN et capitaine FFI. Il devient par la suite, professeur d’histoire de l’Art à l’université de Rennes. Il est décédé en mars 1989.

71 ADIV - 43 W 139 : rapport des RG du 26 février 1945.

72 ADIV - 43 W 167 : rapport du préfet du 2 février 1945.

73 ADIV - 43 W 140 : rapport des RG « Situation et activités syndicales » (mars 1946).

74 La CFTC réapparaît au grand jour et organise ses premières réunions internes dès la fin d’août 1944.

75 ADIV - 43 W 140 - rapport des RG sur les syndicats de mars 1946.

76 Le Semeur d’Ille-et-Vilaine, 21 juin 1945.

77 ADIV - 43 W 206 : rapport des RG du 25 octobre 1945.

78 Hubert de Solminihac a affirmé à l’auteur que Fournier appartenait à la Résistance; H. de Solminihac, résistant, était à l’époque sous-préfet de Fougères.

79 Dorso (A.), op. cit.. p. 71.

80 Dorso (A.), op. cit.. p. 73.

81 Dorso (André), op. cit., p. 92-93. De même, jusqu’en mars 1945, des messes pour les défunts de la CFTC sont dites. L’UD-CFTC cesse en mars 1945 en raison de l’élévation des honoraires de messe! du moins est-ce l’explication officielle. Archives de l’UD- CFTC.

82 Archives de l’UD-CFTC. Lettre du MRP à Léon Grimault du 26 janvier 1945.

83 Cf. mon article « Jalons pour une histoire de la Bretagne libérée (1944-1946) », dans RH, avril 1985, p. 383-418.

84 Conférence de presse du 27 mai 1942 du général de Gaulle: « La démocratie se confond exactement pour moi avec la souveraineté nationale. La démocratie c’est le gouvernement du peuple par le peuple, et la souveraineté nationale c’est le peuple exerçant sa souveraineté sans entrave ».

85 Cf. l’ordonnance du 21 avril 1944 qui leur accorde le droit de vote et les réactions qui ont eu lieu lorsqu’il est question de leur accorder ce même droit après la guerre 14-18 (ci-dessus chapitre 2 p. 83).

86 Rudelle (O.), « op. cit. », p. 52-65. ADIV - 43 W 139 : rapport des RG du 7 avril 1945 sur « les femmes et le problème politique à la veille des élections ». Signe de l’intérêt qu’on leur porte en haut lieu.

87 Les syndicats agricoles sont alors une affaire d’hommes, c’est un peu moins vrai dans les syndicats ouvriers.

88 Il ne semble pas qu’il y ait eu en Ille-et-Vilaine (contrairement au Finistère par exemple) de communes où elles auraient été inscrites d’office. ADIV - 43 W 139: rapport des RG du Finistère du 8 mars 1945.

89 Une étude portant sur 130 000 électrices et électeurs montre que les 2/3 des abstentionnistes sont des femmes, surtout âgées ; Dogan (M.) et Narbonne (J.), « L’abstentionnisme électoral en France », RESP, janvier 1954, p. 5-22 et avril 1954, p. 301-325.

90 ADIV - 43 W 182 : composition du CDL d’Ille-et-Vilaine au 11 janvier 1945. Elle est devenue Mme H. de Solminihac.

91 Respectivement cantons de Guichen et de Fougères-Nord.

92 Ses buts sont : une épuration rapide, aider l’armée française par tous les moyens, défense de la famille et de l’enfance malheureuse, soutenir matériellement et moralement les victimes de guerre, améliorer la vie économique du pays, faire l’éducation politique des femmes. ADIV - 43 W 133: étude des groupements féminins d’Ille-et-Vilaine (9 mars 1945).

93 La responsable régionale est Andrée Récipon (croix de Guerre et plus tard chevalier de la Légion d’honneur) et Renée Moquet pour le département.

94 ADIV - 43 W 139 : rapport des RG « Les femmes et le problème politique à la veille des élections » (7 avril 1945).

95 Chiffre que les RG jugent exagéré mais sans préciser jusqu’à quel point.

96 On retrouve cette idée dans toutes les organisations féminines. Cette attitude est un peu surprenante si l’on songe qu’à l’école primaire garçons et filles reçoivent les mêmes cours d’instruction civique ; les hommes électeurs ne se voient pas proposer de tels cours, mais les femmes, si: prendraient- elles leur rôle d’électrice plus au sérieux?... !

97 ADIV - 43 W : rapport du préfet du 3 avril 1945.

98 ADIV - 43 W 164 : télégrammes officiels du 30 avril 1945. Au premier tour, 113 conseils municipaux sont élus sur 361. La participation électorale est de 82 % sans grande variation entre les deux tours, taux légèrement supérieur à celui d’avant-guerre (80 %).

99 Notons qu’à Vitré et à Saint-Servan, les listes de droite ne s’affichent pas comme telles.

100 Le premier tour a lieu le 26 avril et le second le 13 mai 1945 soit quelques jours après la capitulation sans condition de l’Allemagne. Celle-ci en fait n’a pas influencé le scrutin puisque pour les habitants ce qui est important, c’est la Libération (fait acquis l’année précédente) et le retour des prisonniers et des déportés qui commence, la capitulation permettant de l’accélérer.

101 Bougeard (C.), op. cit., vol. 5 : p. 1721.

102 Dans le Finistère, il est concurrencé par le PDP. ADIV - 43 W 139 : rapport des RG de Brest du 26 mai 1945.

103 Cf. mon article « Jalons pour une histoire... », op. cit. et Bougeard (C.), op. cit., vol. 5 : p. 1717 et suivantes.

104 ADIV - 43 W 167 : exposé et appréciation sur les résultats des opérations concernant le référendum.

105 Cf. ci-dessus chapitre 1, p. 33-34.

106 ADIV - 320 W : profession de foi.

107 En 1919 le calcul des restes se fait au plus fort reste et en 1945 à la plus forte moyenne.

108 Cf. le numéro spécial « guerre franco-française » dans Vingtième siècle. Revue d’histoire, janvier 1985.

109 ADIV - 320 W : profession de foi.

110 Selon la même formule qu’en 1919. ADIV - 320 W: profession de foi.

111 Il meurt à la fin d’octobre 1945. Guy La Chambre ne peut pas vraiment lui succéder bien qu’il soit éligible parce que trop contesté à cette date. ADIV- 43 W 140: rapport des RG du 8 octobre 1945.

112 ADIV - 43 W 140 : rapport des RG du 8 octobre 1945.

113 Un ancien secrétaire d’UD, un ancien secrétaire de section SFIO et conseiller municipal.

114 Celui-ci est né en 1900 ; entré dans la Résistance dès 1940, il est un des fondateurs de Libération en zone sud et fut commissaire à l’Intérieur du GPRF.

115 Le secrétaire départemental du PCF, celui du FN, la présidente de l’UFF et le secrétaire de la section de Saint-Malo.

116 Il est né à Rennes en 1908 où il vécut jusqu’en 1918. Cf. ses mémoires Teitgen (P.-H.), « Faites entrer le témoin suivant » : 1940-1958, de la Résistance à la V République, Rennes, éd. Ouest-France, 1988, 583 p.

117 Entretien avec Renée Prévert.

118 ADIV - 43 W 140 : rapport des RG du 8 octobre 1945. Une source interne au parti compare le nombre d’adhérents et le nombre d’abonnés à L’Aube ; or, elle donne pour le 8 décembre 1945 2 600 adhérents et 629 abonnés ainsi que 964 ventes au numéro (AN - 350 AP 117: statistique des ventes de L’Aube et de Forces Nouvelles).

119 Le Rassemblement du MRP est d’abord un hebdomadaire pour toute la Bretagne qui existe du 23 décembre 1944 au 19 août 1945. Le Rassemblement d’Ille-et-Vilaine lui succède le 2 septembre 1945; Guilleux (Georges), La Fédération MRP d’Ille-et- Vilaine (1944-1958), Rennes2, mémoire de maîtrise, 1973, p. 44.

120 Letamendia (Pierre), Le MRP, Bordeaux, thèse d’État en Science Politique, 1975, p. 74 et Lacouture (Jean), de Gaulle, tome 2 : Le politique. Seuil, 1985, p. 207-210.

121 Ces derniers sont complètement éliminés d’Ille-et-Vilaine, seul l’arrondissement de Redon atteint un résultat plus honorable pour les radicaux peut-être parce que la tête de liste en est originaire?

122 ADIV - 320 W : procès-verbaux des élections à l’Assemblée constituante (21 octobre 1945).

123 Il n’obtient un meilleur résultat en Bretagne que dans le Morbihan où il recueille 55 % des suffrages mais il n’a pas de concurrent sur sa droite.

124 Deux de ces élus, Renée Prévert et Coudray, n’ont accepté d’être candidats que parce qu’ils sont persuadés qu’ils ne seront jamais élus. Entretien avec Renée Prévert.

125 Letamendia (Pierre), op. cit., p. 55.

126 Lacouture (Jean), op. cit., tome : 2, p. 249.

127 ADIV - 320 W : rapport du préfet du 8 mai 1946.

128 Parmi les communes rurales, quelques-unes dépassent les 50 % de oui; il s’agit de communes qui depuis 1789 ont toujours eu un comportement « progressiste » : républicain, radical et finalement socialiste (centres granitiers ou miniers par exemple).

129 ADIV - 320 W : cabinet du préfet - élections du 2 juin 1946.

130 ADIV - 320 W: rapport des RG du 21 mai 1946.

131 Il s’agit de Douessin, conseiller général du Sel-de-Bretagne, tête de liste en octobre 1945.

132 ADIV - 320 W: minute du rapport du préfet d’Ille-et-Vilaine du 17 mai 1946 « la raison en est qu’il ne serait pas assez populaire dans les milieux de droite » ?

133 Membre du PPF avant la guerre, il est pendant l’Occupation membre de Défense de la France, de l’Armée Secrète et du Service national maquis ; arrêté le 21 décembre 1943, il est déporté. ADIV - 320 W : rapport du préfet du 21 mai 1946 et ODAC - dossier CVR.

134 Dont un conseiller général et un conseiller municipal. Contrairement à 1945, une femme est sur cette liste.

135 Entretien avec Renée Prévert.

136 Voir sur ce point le colloque IHTP-CNRS sur Les pouvoirs à la Libération en France, op. cit.

Table des illustrations

Titre Tableau n°40 : Bilan des pertes humaines13.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9032/img-1.png
Fichier image/png, 151k
Titre Tableau n°41 : Internés et déportés14.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9032/img-2.png
Fichier image/png, 225k
Titre Tableau n°42 :L’épuration judiciaire en Ille-et-Vilaine comparée à la Bretagne (4 départements), (15 mars 1946).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9032/img-3.png
Fichier image/png, 314k
Titre Carte n°15. Situation des municipalités en février 1945
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9032/img-4.png
Fichier image/png, 1,7M
Titre Tableau n°43 : Effectifs et implantation de la CFTC en septembre 194579.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9032/img-5.png
Fichier image/png, 208k
Titre Tableau n°44 : Les forces politiques aux municipales de 1945 par arrondissement.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9032/img-6.png
Fichier image/png, 599k
Titre Carte n°16. Le « Non » à la deuxième question du référendum d’octobre 1945
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9032/img-7.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Tableau n°45 : Résultats des élections à l’Assemblée constituante (octobre 1945) en suffrages exprimés et par arrondissement122.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9032/img-8.png
Fichier image/png, 402k
Titre Les élections d’octobre 1945
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9032/img-9.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Tableau n°46 : Résultats des élections à la seconde AC et rappel de la 1ère.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9032/img-10.png
Fichier image/png, 181k
Titre Carte n° 21. Le «  Oui » lors du référendum de mai 1946
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9032/img-11.png
Fichier image/png, 614k
Titre Carte n° 22. Voix du PCF et de la SFIO en juin 1946
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9032/img-12.png
Fichier image/png, 552k

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540