Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L'Ille-et-Vilaine, 1918-1958

 | 
Jacqueline Sainclivier

1re partie. 1918-1939

Chapitre 2. Les forces politiques (1919-1939)

Texte intégral

  • 1 N’est-ce pas l’une des raisons pour laquelle, jusqu’à une date récente, les historiens ont plus vo (...)

1Dans l’ensemble de la France, les forces politiques et syndicales ne présentent pas le même degré d’organisation, de militantisme ; celui-ci est en progression constante de la droite classique vers l’extrême-gauche et vers l’extrême-droite1. Les résultats électoraux n’ont pas de corrélation directe avec le degré d’organisation. L’implantation, la structure des partis politiques de même que celle des syndicats n’est pas différente en Ille-et-Vilaine du reste de la France. Il importe cependant d’essayer de préciser dans la limite des sources, leur impact propre, leurs actions.

Une droite apparemment peu organisée

2Aux législatives, les candidats de droite se réclament comme les autres de tel ou tel parti politique : Alliance démocratique, Fédération républicaine, URD, etc., mais leurs structures réelles sont légères.

Des structures électorales éphémères

3Dans l’ensemble, les rapports de préfets comme la presse ne font guère allusion aux partis dont se réclame la droite. Quand ils évoquent les prises de position, les campagnes électorales des candidats de droite, c’est toujours sous le terme générique de candidat de la droite et pour dénoncer sa collusion avec l’Église. Cette habitude des contemporains exprime à elle seule la difficulté d’identifier un candidat de la droite à un parti politique précis contrairement à la gauche et ceci en raison de l’absence de structure durable.

  • 2 Le Nouvelliste de Bretagne, 16 mai 1919.
  • 3 Becker (J.-J.) et Berstein (S.), Victoire et frustrations, 1914-1929, Seuil, (« NHFC », tome 12), (...)
  • 4 Le Nouvelliste de Bretagne, 22 juin 1919.
  • 5 Ces derniers comme les précédents sont également maires de leurs communes.
  • 6 Le Salut (Saint-Malo), Le Courrier Breton, Le Nouvelliste de Bretagne.
  • 7 Le Nouvelliste de Bretagne, 23 juin 1919.
  • 8 ADIV - 3 M 342 : rapport du préfet du 1er février 1924.

4En fait, lors des élections, apparaissent des comités qui désignent ou « auto-désignent » les candidats. Prenons l’exemple de 1919 à un moment où la situation politique nationale est neuve par rapport aux élections de 1914 où des transformations, des désignations nouvelles s’avèrent nécessaires en raison du décès d’anciens élus et d’une conjoncture politique nouvelle avec un mode de scrutin nécessitant une meilleure structuration de la droite. Or, à quoi assiste-t-on ? Au nom du maintien de l’Union Sacrée après la Victoire, un comité d’Union nationale se crée le 5 mai 19192. Il a à sa tête les députés et sénateurs qui appartiennent au Bloc national stricto sensu3. Ce comité est en réalité une réunion de notables de droite. En effet, qui siège dans la commission directrice désignée le 21 juin 19194 ? Les quatre sénateurs, deux des huit députés, neuf conseillers généraux dont quatre nobles, huit conseillers d’arrondissement5, quinze maires ou adjoints, des personnalités (sans mandat politique avocat, notaire, propriétaire, ancien député, un négociant) mais aussi trois représentants de journaux de droite6. Ils désignent les futurs candidats et constituent la liste du comité d’Union nationale, véritable union de la droite. La composition de cette liste est en fait le résultat d’une désignation par une assemblée de notables ruraux. Par sa composition sociale, cette liste ressemble étrangement aux listes d’électeurs de la monarchie censitaire, mais là s’arrête la comparaison. Cette assemblée de notables est une assemblée de conservateurs qui « compte les meilleurs défenseurs de l’ordre public »7 et qui « réunit les meilleurs éléments de l’élite politique de la région », il est vrai que le directeur du journal en fait partie ! Ce comité, après avoir composé la liste qui doit défendre ses couleurs, n’a guère d’existence que pour organiser la campagne électorale et il cesse toute activité dès que la campagne électorale s’achève. Il refait surface en 1924 tout en s’appuyant sur d’autres relais, essentiellement la FNC et le clergé. Le préfet en conclut que « le parti conservateur (...) possède une organisation réelle et des cadres solides. L’organisation c’est le comité d’Union nationale (...) ; les cadres sont fournis dans chaque commune par le clergé et par les personnes qui gravitent autour de lui »8. On approche là l’ambivalence de la droite : une organisation purement électorale, éphémère mais disposant de relais naturels, solides et bien enracinés jusque dans la moindre commune.

  • 9 Le Nouvelliste de Bretagne, 29 janvier 1928 sous le titre « Le déjeuner politique du Nouvelliste »

5Le changement de mode de scrutin ne modifie guère le mode de fonctionnement de la droite, simplement les comités se forment au niveau de l’arrondissement. À l’échelon départemental, Le Nouvelliste sert de lien ; lors de déjeuners politiques, il réunit quelque temps avant les élections les parlementaires de droite, les maires ou des personnalités de droite bien connues ; il suit en cela la composition sociale de la commission directrice du comité national de 19199.

6La droite est plus un agrégat de notables qu’une organisation structurée, mais elle s’appuie sur d’autres organisations, capables de lui donner une large base ou qui sont très militantes. L’Église et son clergé apparaissent comme un relais naturel de la droite avec dans les années vingt, le rôle militant de la FNC, enfin, la presse est un relais tout aussi efficace.

Les relais de la droite : l’Église et la FNC

  • 10 Cholvy (G.) et Hillaire (Y.-M.), Histoire religieuse de la France contemporaine, tome 3 :1930-1988 (...)
  • 11 Si deux défenseurs de celle-ci s’affrontent, il ne prend pas position.

7L’influence de l’Église ne s’exerce pas de la même manière suivant l’archevêque. La nomination en 1931 de Mgr Mignen, après le décès du cardinal Charost en décembre 1930 marque un tournant. Mgr Mignen appartient à cette génération d’évêques promus après la condamnation de l’Action française qui sont choisis par le nonce Mgr Maglione ; hommes de terrain, ils sont capables de donner une forte impulsion à l’Action catholique spécialisée qui commence tout juste à se développer10. De fait, le nouvel archevêque, sur le plan politique, s’en tient à des prises de position générales : le devoir de voter pour tout citoyen, la défense de l’école libre11.

  • 12 Cf. ci-dessous chapitre 3, p. 137-138.
  • 13 ADIV - 3 M 344 : lettre du préfet au ministre du 30 avril 1928.

8En revanche, la présence du cardinal Charost à la tête de l’archevêché de Rennes, de 1921 à sa mort en 1930, rend les rapports de l’Église avec le politique, forts et complexes, en raison de la personnalité même du cardinal Charost. Celui-ci, agrégé de l’Université, proche de l’Action française, est nommé évêque du nouveau diocèse de Lille en 1913, diocèse ouvrier mais aussi diocèse où le patronat catholique est puissant et où existe une Université catholique. Peu après sa nomination, il est confronté à l’occupation allemande pendant la guerre 1914-1918, et, par son attitude, gagne l’estime de ses diocésains. Nommé archevêque de Rennes en 1921, il devient cardinal en 1922. Or, si le cardinal Charost ne cache pas ses sympathies pour l’Action française, il gagne rapidement le cœur de ses nouveaux diocésains par son humanisme, son humanité, sa charité, ses préoccupations sociales réelles comme il le montre en soutenant la CFTC12. Archevêque de combat et de conviction, il n’hésite pas à prendre une part active aux élections législatives soit par l’intermédiaire du Nouvelliste de Bretagne que l’archevêché contrôle, soit directement comme en 1928 où il prend ouvertement position pour Rupied qui se présente contre Bellanger, républicain modéré, dans la circonscription de Vitré13.

  • 14 ADIV - 3 M 342 : rapport du sous-préfet de Redon, 16 janvier 1924.
  • 15 Le préfet Maupoil en particulier a occupé, avant sa nomination en 1921, divers postes dans le Cent (...)
  • 16 En Bretagne, plus des trois-quarts des députés (35/44) sont opposés au Cartel des gauches.

9Lors des élections de 1924, dans le cadre de la lutte contre le Cartel des gauches, le comité d’Union nationale dispose du réseau constitué par le clergé avec l’appui du cardinal-archevêque. De l’avis des sous-préfets de Vitré comme de Redon, « chaque presbytère est le siège d’un bureau de renseignements et de propagande électorale »14. Si le clergé incite à voter pour un candidat de la droite catholique, on peut tout de même se demander jusqu’à quel point les presbytères sont des officines de propagande électorale. En effet, les sous-préfets comme le préfet, républicains et serviteurs de l’État, étrangers à la région, sont loin d’avoir l’expérience d’une région à très forte pratique religieuse15 et s’exagèrent le « danger » représenté par le clergé et, d’autant plus, que très vraisemblablement leurs informateurs proviennent des milieux républicains, laïques, fortement anticléricaux qui vivent quotidiennement cette opposition-domination du monde catholique. Enfin, il faut aussi relativiser les craintes des autorités administratives si l’on songe que l’Ille-et-Vilaine est certes un département fortement pratiquant, mais républicain dès la fin du xixe siècle. À la décharge de ces autorités, le contexte propre à 1924 avec la formation du Cartel des gauches durcit les positions des uns et des autres. Les discours d’Herriot et de l’ensemble du Cartel des gauches sur ce point ne peuvent que susciter la crainte des catholiques, clergé et archevêque en tête. Ils cherchent à donner plus de cohésion à leurs troupes et à mobiliser fortement leur électorat. Le résultat ne se fait pas attendre puisque toute la liste de droite l’emporte en Ille-et- Vilaine alors que dans le pays, le Cartel des gauches arrive au pouvoir et Édouard Herriot devient président du Conseil ; le département passe totalement à l’opposition16.

  • 17 La Semaine Religieuse, 26 juillet 1924 : lettre du cardinal Charost à l’évêque de Strasbourg.

10La victoire du Cartel des gauches et la déclaration ministérielle du 17 juin 1924 d’Herriot, annonçant la suppression de l’ambassade auprès du Vatican, l’expulsion des congréganistes rentrés en France et l’application de loi de Séparation de l’Église et de l’État à l’Alsace-Lorraine, suscitent des réactions immédiates. L’ACJF (Action catholique de la jeunesse française) proteste et le cardinal-archevêque de Rennes proclame le soutien de la Bretagne à l’Alsace17.

  • 18 L’assemblée des cardinaux et archevêques fait appel à lui en octobre 1924 parce qu’il a fondé, pou (...)

11Dans ce contexte, la formation de la FNC créée par le général de Castelnau a un succès garanti18.

  • 19 La Semaine Religieuse, février 1925, p. 174 et ADIV - 1 Z 564 : rapport du commissaire spécial du (...)
  • 20 Ils réclament la liberté d’enseignement, le maintien du Concordat, rappellent le sacrifice des cat (...)
  • 21 Soit plus que de communes c’est-à-dire dans toutes les paroisses -au moins officiellement-.
  • 22 Le même jour, dans la même salle des Lices à Rennes mais évidemment à des heures bien différentes.

12Par une lettre pastorale du 14 novembre 1924, le cardinal-archevêque Charost dénonce « la secte maçonnique » et encourage à la formation dans chaque paroisse de groupes d’Union catholique des hommes dont le président laïque en Ille-et-Vilaine, désigné par l’archevêque, est le colonel de Lesquen. Une grande manifestation est organisée à Rennes le 15 février 1925 par la FNC ; d’après l’ordre du jour, lu par le cardinal qui préside le meeting, il y aurait 45 000 hommes présents, d’après le rapport de police 20 00019. À ce meeting monstre (quel que soit le chiffre exact), sont présents le cardinal, le sénateur Jenouvrier et deux députés non bretons20. A ce congrès, tous les cantons sont représentés ; la force de ce mouvement est en effet importante puisque la fédération diocésaine regroupe 385 Unions paroissiales21. L’impact de ce congrès est relativisé par le rapport de police qui estime que les « catholiques raisonnables » critiquent la présence de l’archevêque dans une réunion à caractère politique ; l’aspect religieux est présent par quelques chants. Face à cette masse, il y a cependant des contre- manifestants : un meeting communiste et un meeting républicain22. Le meeting communiste rassemble, d’après la police, environ 1 500 personnes (hommes, femmes, enfants) et le meeting républicain environ 5 000. Rennes, ville républicaine, ne peut faire moins ; il s’agit de montrer que le meeting de la FNC, malgré sa force, ne rassemble pas toute la population.

  • 23 AN - F7 13 222 : rapports du préfet en 1926 et 1927 et Le Nouvelliste de Bretagne, 28 mars 1927.
  • 24 Mayeur (J.-M.), « Catholicisme libéral, catholicisme intransigeant, catholicisme social, démocrati (...)
  • 25 Elle regroupe 30 900 adhérents en octobre 1925 sur 135 000 électeurs, La Semaine Religieuse, 21 oc (...)
  • 26 AN - F7 13 222 : affiche apposée à Rennes, 19 janvier 1927.
  • 27 La Semaine Religieuse, 22 novembre 1924 : « La guerre religieuse », article non signé qui se termi (...)

13Après cet apogée, la FNC toujours fortement encouragée par le cardinal Charost et bénéficiant du réseau des presbytères continue d’organiser des meetings et manifestations de 1926 à 1931 rassemblant fréquemment plusieurs milliers de personnes, mais dès 1929, le ralentissement est net. Le danger passé, le cardinal Charost mort, l’action diminue. Le déroulement de ces rencontres est toujours le même, avec la présence d’élus, de personnalités départementales et du cardinal lui-même ou de son vicaire général. Chaque canton, voire chaque paroisse, a sa propre fanfare ; après l’exécution de l’hymne national, des discours sont prononcés (parlementaires, président du comité diocésain, l’archevêque), et une résolution adoptée ou plutôt proclamée « pour la défense de l’école chrétienne, le droit des religieux à vivre selon les règles de leur ordre et contre le projet d’école unique », la rencontre se termine par le Credo chanté23. Ce déroulement quasi-immuable et la présence de personnes de toutes les classes sociales (selon les organisateurs) montrent la confusion entre le politique et le religieux, symbole du catholicisme intransigeant24. Le religieux c’est-à-dire le clergé, la hiérarchie la plus haute et la masse des catholiques ayant ou non adhéré à la FNC participent à ses manifestations25. Le politique est très présent par les hommes, les discours, le contenu des ordres du jour ; quant à l’hymne national, il manifeste la volonté d’apparaître comme des Français à part entière, n’ayant de leçon à recevoir ni des autres Français, ni de la République : « Les catholiques ont versé leur sang comme tous les Français »26. L’idéologie véhiculée est incontestablement celle d’un catholicisme, farouchement hostile à la république radicale, dénonçant « la guerre religieuse » en des termes sans ambiguïté où on retrouve tous les poncifs contre « l’État laïque à qui la franc-maçonnerie a soufflé sa haine religieuse. (...) soutenu par la haute finance juive et internationale qui croit pouvoir tenter contre l’Église la bataille décisive »27. La FNC est un mouvement de combat dirigé contre la République laïque, bénéficiant du soutien total du clergé et de la hiérarchie de l’Église. Par elle, l’Église intervient directement sur le plan politique. Cette intervention ouverte, militante s’accompagne d’une intervention moins démonstrative mais plus importante, parce que plus constante, et plus durable à travers la presse.

La presse et la droite

14La presse départementale est majoritairement une presse de droite mais relativement diverse en ce qui concerne l’origine de ses fondateurs. Certains sont directement liés à l’Église, d’autres sont plus en rapport avec le monde politique proprement dit. Les uns ont un rayonnement départemental voire régional, les autres strictement locaux. Les deux plus importants quotidiens sont Le Nouvelliste de Bretagne et L’Ouest-Éclair. Tous deux ont une influence régionale dépassant les limites de la Bretagne; tous deux sont des journaux catholiques, de nuance et de sensibilité différentes.

15— Le Nouvelliste de Bretagne, du Maine et de Normandie

  • 28 ADIV - 3 M 341 : rapport du préfet, 1er février 1924, mais le journal estimait avoir 850 000 lecte (...)
  • 29 ADR : visites pastorales de 1921 et de 1931.

16Pour l’ensemble de la région qu’il couvre, son tirage est en 1924 de 20 000 exemplaires28. Avec L’Ouest-Éclair, il est le journal le plus lu du département de l’avis des autorités administratives mais aussi des curés de paroisse ; lors des visites pastorales, ces deux quotidiens sont toujours mentionnés29.

  • 30 AN - F7 13 224 : document daté du 23 septembre 1928. Les liens entre ce journal et l’Église sont a (...)

17Le Nouvelliste de Bretagne, fondé en 1901 par des ecclésiastiques conservateurs, est racheté par le groupe de la « Presse régionale » en 1905 réunissant des journaux catholiques conservateurs ; il est en réalité très proche de l’archevêché. Son rédacteur en chef est Eugène Delahaye jusqu’en 1928. À cette date, les prises de position de celui-ci restent favorables à l’Action française et conduisent à le remplacer à la tête du quotidien par l’abbé Armand Jallier. À la suite de cette décision, les évêques de Bretagne et de Mayenne écrivent une lettre collective « recommandant aux catholiques de leurs diocèses Le Nouvelliste de Bretagne »30.

  • 31 Texte signé naturellement par le cardinal Charost dont on constate l’obéissance aux décisions de l (...)

« Vous connaissez la détermination que Nous avons prise pour conserver au « nouvelliste de Bretagne », son caractère de journal catholique avant tout. Nous n’avons pas voulu qu’il se transformât, pour devenir l’instrument d’un parti politique, pour être une arme forgée en vue d’un duel sans merci avec un parti politique adverse, (...le journal catholique) rejette le sillon, parce que selon le mot de Pie X, « l’esprit de la Révolution a passé par là ». Il rejette l’action française parce qu’il ne le tient pas pour une maîtresse sûre, même dans ses leçons de politique »31.

18Ce même texte incite les Unions paroissiales, les instituteurs des écoles privées à encourager l’achat, l’abonnement à ce quotidien et à souscrire à sa caisse de propagande comme eux-mêmes l’ont fait en versant chacun 5 000 F. Le Nouvelliste tirait effectivement l’essentiel de ses ressources des abonnements et des souscriptions.

  • 32 Venu en discussion à la Chambre des députés au printemps 1919 qui y est favorable mais le Sénat re (...)
  • 33 Le Nouvelliste de Bretagne, 14 juin 1919.
  • 34 Une enquête organisée auprès de ses lectrices (catholiques) indique qu’elles-mêmes y sont favorabl (...)
  • 35 Port-Hellec (Yann), Le Nouvelliste de Bretagne: 1923-1926, un quotidien nationaliste et clérical, (...)

19Pendant toute la période, Le Nouvelliste de Bretagne est essentiellement un journal de la droite catholique et nationale. Catholique, il s’engage totalement pour la défense de l’école catholique, l’établissement, puis le maintien des relations diplomatiques avec le Vatican, pour une législation favorable à la famille. Dans cette perspective, il prend position en faveur du vote des femmes32, non pas que ce soit « dans la mission naturelle de la femme de voter » mais « les hommes chargés de la direction des affaires n’ont pas en général été à la hauteur de leur mission »33 ; les femmes (parce que catholiques) contribueraient à rétablir l’ordre34. Dans cette optique, ses prises de position en matière de politique intérieure le situent pleinement à droite rassemblant tous ceux qui se retrouvent sur ces positions qu’ils soient républicains modérés, conservateurs, monarchistes35.

  • 36 Le Nouvelliste de Bretagne, 11 septembre 1926.
  • 37 Guerrin (Yann), Le Nouvelliste de Bretagne de 1933 à 1939 : un journal catholique dans un monde de (...)
  • 38 Dans la ligne de l’encyclique Mit brennender Sorge (1937) ; il serait évidemment Intéressant de co (...)
  • 39 Le Nouvelliste de Bretagne, 16 avril 1935.
  • 40 Guerrin (Yann), op. cit., p.110 et suivantes.
  • 41 Le Nouvelliste de Bretagne, 13 décembre 1938 et cf. Rémond (René) et Bourdin (Janine) (s.d.), La F (...)

20En politique extérieure, il est germanophobe. L’ennemi n° l reste l’Allemand. Il souhaite l’application intégrale du traité de Versailles et, logiquement, approuve l’occupation de la Ruhr et condamne la politique extérieure de Briand, à propos de l’entrée de l’Allemagne à la SDN, il titre : « Le loup est entré dans la bergerie : les accords vont entrer en vigueur et la sécurité de la France dépendra de la bonne foi allemande»36. Plus tard dans les années trente, dès la mise en place du régime nazi, il condamne l’arbitraire qui y règne, sa cruauté (« le régime de sang ») en attendant de dénoncer l’attitude nazie envers les juifs et les catholiques37. Il est foncièrement hostile au nazisme, à la fois en raison de son antisémitisme et de son paganisme38. Cette attitude diffère de celle adoptée vis-à-vis de l’Italie fasciste ; le régime de Mussolini, ses réalisations économiques suscitent des réactions favorables de la part du Nouvelliste. Mais dès que le régime de Mussolini se rapproche de Hitler, Le Nouvelliste prend immédiatement ses distances et le condamne39. Vis-à-vis de l’Espagne, il est sans réserve aux côtés de Franco et contre les républicains. Dénonçant avec constance les massacres de religieux, les profanations, « oubliant » Guernica ou le ralliement des prêtres basques à la cause républicaine40. Son attitude est très dure sur ce problème, tandis que dans le même temps il accueille avec le même soulagement que les autres Français la conférence de Munich et évolue comme eux vers une attitude de fermeté dès la fin de 193841.

  • 42 Cf. ci-dessus chapitre 1 p. 44-46

21Le Nouvelliste de Bretagne, soutien fidèle et véritable bras temporel de l’Église, est aux côtés de ses défenseurs lors des élections. À droite dans les années vingt, à partir des années trente s’opère un tournant dû à un double changement : le remplacement de Delahaye par l’abbé Jallier et l’arrivée à la tête du diocèse de Mgr Mignen. Ces deux faits se conjuguent pour infléchir un peu la ligne du Nouvelliste lors des élections législatives. Désormais, il soutient tout candidat catholique qu’il soit de droite ou du PDP42

22 ; pour obtenir le soutien du Nouvelliste, il suffit dès lors d’être favorable à la liberté de l’enseignement et d’être hostile au socialisme et au communisme parce que contraires à la doctrine catholique. On assiste alors à un rapprochement avec L’ Ouest-Éclair.

23— L’Ouest-Éclair

  • 43 Annuaire de la presse française-1919.

24Il est fondé en 1899 par l’abbé Trochu et par E. Desgrées du Lou. L’abbé Trochu est un « abbé démocrate » qui a fondé ce journal pour que le courant des catholiques républicains soit représenté : nous sommes là dans la phase du Ralliement des catholiques à la République et plus encore dans la ligne de l’encyclique Rerum Novarum. En effet, Rennes avec Lille et Lyon devient un foyer du catholicisme social. Ce quotidien au lendemain de la guerre couvre tout l’Ouest et dispose de moyens de publicité importants ; il a une dizaine d’éditions départementales et locales qui tirent à 250 000 exemplaires43.

  • 44 Dès 1910, il est demandé à l’abbé Trochu de quitter l’administration de L’Ouest-Éclair ; du fait d (...)

25L’Ouest-Éclair est encore plus lu que Le Nouvelliste parce qu’il est à la fois catholique républicain et social, mais aussi parce que sa présentation, ses rubriques locales plus poussées que dans Le Nouvelliste le favorisent. Ses prises de position rallient à lui les catholiques modérés qui entendent évoluer avec leur temps et ne prennent pas de position crispée dans les domaines sociaux, économiques et politiques. Les relations de L’Ouest-Éclair avec la hiérarchie catholique ne sont pas toujours consensuelles ; il faut cependant distinguer entre L’Ouest-Éclair et l’abbé Trochu dont les démêlés avec l’archevêché sont liés à la fois à L’Ouest-Éclair et à son sacerdoce44.

  • 45 O.E., 16 novembre 1919.
  • 46 Le Nouvelliste observe la même attitude.
  • 47 C’est-à-dire Pinault, Bellanger, A. Le Douarec et même Guernier; cf. O.E., 19 avril 1928.
  • 48 Delbreil (J.-P.), op. cit., p. 155.
  • 49 O.E.., août 1924.
  • 50 Delbreil (J.-P), op. cit., p. 156. Or, Delbreil se trompe et confond avec les élections de 1919 où (...)
  • 51 AN - F7 12 991 : rapport du préfet, 1er décembre 1924.
  • 52 AN - F7 12 991 : rapport du préfet, 13 mars 1925 et O.E., 14 et 16 mars 1925.
  • 53 Après sa mort, Charles Jacquart, négociant à Rennes et président de la section de Rennes dès l’ori (...)
  • 54 Delbreil (J.-P.), op. cit., p. 339.

26Après la guerre 1914-1918, L’Ouest-Éclair est d’abord un journal catholique qui ne soutient pas inconditionnellement les prises de position de la droite catholique conservatrice. En 1919, il soutient la liste républicaine45, mais en 1924 devant les menaces contre l’école chrétienne (il n’est nullement question pour lui d’en discuter le bien-fondé), il n’hésite pas à soutenir des candidats plus proches du Nouvelliste lorsque cela lui apparaît la seule solution pour barrer la route à des radicaux46 ; en revanche, en 1928, il soutient ses propres candidats47. Toutefois entre ces deux dates, un fait nouveau intervient avec la création du PDP. L’Ouest-Éclair joue un rôle important à la fois pour la formation du PDP et pour le soutien apporté à sa presse nationale, en particulier Le Petit Démocrate. Celui-ci est imprimé gratuitement par L’Ouest-Éclair et ce soutien d’un quotidien de province à l’hebdomadaire national du PDP, fait rarissime, dure jusqu’en 193248. Il est vrai qu’en 1924, L’Ouest-Éclair fête son 25e anniversaire et continue de tirer à 250 000 exemplaires49. Sur le plan politique, et par rapport au PDP, L’Ouest-Éclair aurait représenté comme une anticipation de la politique du PDP « en refusant la politique de l’Union des Droites et en recherchant la collaboration avec les Républicains », en particulier en 192450 ; or, Rémy Roure dans L’Ouest-Éclair souhaite que le PDP reste dans l’opposition à la Chambre des députés. L’abbé Trochu et d’autres membres du journal animent plusieurs réunions destinées à susciter le développement du PDP. Dès décembre 1924, des comités existent à Fougères, Saint-Servan, Saint- Malo, Redon et Rennes51 et la fédération départementale se crée le 15 mars 192552 ; elle est présidée par Desgrées du Lou53. L’Ouest-Éclair est d’autant plus lié au PDP qu’Emmanuel Desgrées du Lou en est un des vice-présidents nationaux ; jusqu’à sa mort en février 1933, L’Ouest-Éclair soutient Le Petit Démocrate et le PDP, et, surtout une partie des structures du PDP sont financées par L’Ouest-Éclair. Il rétribue, par exemple, les secrétaires du parti dans le Finistère et dans les Côtes-du-Nord. L’aide de L’Ouest-Éclair est multiforme avec le rôle de trois hommes : Desgrées du Lou, Trochu et Jean des Cognets. L’Ouest-Éclair, jusqu’à la mort de Desgrées du Lou, tout à la fois directeur politique et vice-président du journal, se fait largement l’écho du PDP dans tous les domaines54, se démarquant de la droite classique.

  • 55 D’après le communiqué de l’archevêché reproduit dans La Semaine Religieuse Au 12 juillet 1930, le (...)

27L’abbé Trochu souhaite aller plus loin vers la gauche radicale et entraîner dans cette voie à la fois L’Ouest-Éclair et le PDP, ni Desgrées du Lou ni le PDP ne le suivent. Quant au cardinal Charost, il ne peut accepter. Convoqué à l’archevêché le 23 juin 1930, l’abbé Trochu doit quitter L’Ouest-Éclair55.

  • 56 La mobilisation contre le Cartel des gauches, la naissance simultanée du PDP, la crise de l’Action (...)

28En l’espace de deux ans, le cardinal Charost vient de peser une dernière fois fortement sur l’orientation politique de la presse catholique et plus largement sur celle des catholiques. Il s’agit après les turbulences des années 1924-193056 d’un relatif retour au calme. Le cardinal Charost permet que la droite conservatrice et les catholiques sociaux fassent un pas l’un vers l’autre, tandis que leurs journaux respectifs passent du stade de l’invective à une compréhension mutuelle tout en conservant leur sensibilité propre. Le départ de E. Delahaye amorce une transformation que le départ de l’abbé Trochu, puis, la même année, la mort du cardinal Charost rendent plus profonde ; une page se tourne dans l’histoire départementale des rapports complexes entre la droite, l’Église et la presse écrite.

  • 57 Delbreil (J.-P.), op. cit., p. 348 qui cite une lettre de Des Cognets adressée à Francisque Gay le (...)

29Lors de l’arrivée de Mgr Mignen, l’Église a le contrôle effectif du Nouvelliste de Bretagne par l’intermédiaire de l’abbé Jallier. L’Ouest-Éclair se réclame toujours du catholicisme, mais ne connaît plus de conflit, même mineur, avec l’archevêque pendant les années trente à la différence de la décennie précédente. En même temps, il infléchit ses positions par rapport au PDP, infléchissement accentué après la mort de Desgrées du Lou. À l’intérieur du journal, se feraient jour deux tendances : l’une de droite « imprégnée d’Action française »57, l’autre sillonniste. En fait, le nouveau directeur politique Paul Simon, désigné par Desgrées du Lou comme son successeur, est un député finistérien du PDP, connu comme modéré et habile négociateur.

  • 58 Delbreil (J.-P.), op. cit., p. 349.

30Pendant la phase politique cruciale de 1933 à 1939, L’Ouest-Éclair comme le PDP est divisé ; la plupart des articles sont de tonalité modérée, les plus « à gauche » du PDP s’exprimant dans L’Aube de Francisque Gay. Ce caractère modéré n’empêche nullement des divergences parfois importantes avec Le Nouvelliste. D’autre part, L’Ouest-Éclair continue de financer pour le PDP le lancement de certains journaux départementaux ou régionaux. En même temps, l’audience du journal s’accroît puisqu’en 1936, il tire à 360 000 exemplaires58.

  • 59 O.E., 7 et 8 février 1934.
  • 60 Pour ce passage, cf. le mémoire de maîtrise de Cressard (Antoine), L’Ouest-Éclair et la guerre civ (...)
  • 61 O.E., 7 septembre 1936.

31Pendant les années trente, L’Ouest-Éclair reste ancré au centre-droit. Lors du 6 février 1934, il condamne les émeutiers, mais approuve la formation d’un gouvernement d’union nationale présidé par Doumergue ; à aucun moment, il ne défend le radical Daladier59. Résolument hostile au Front populaire, il n’a pas sur ce point de véritable divergence avec Le Nouvelliste. En revanche, la politique étrangère sépare les deux journaux. L’Ouest-Éclair n’est guère attiré par le fascisme italien et est franchement hostile au nazisme, tout en s’illusionnant sur la paix. Sur la guerre civile espagnole, la divergence est profonde entre les deux journaux, point essentiel, quand on songe à l’impact de cette guerre sur la politique intérieure française, sur l’opinion catholique en particulier. Celle-ci soutient Franco, présenté comme le défenseur des valeurs chrétiennes face aux « Rouges », les républicains espagnols. Or, si L’Ouest-Éclair au début de la guerre civile est favorable à Franco et reproduit les mêmes images que Le Nouvelliste sur les églises profanées, les religieux et les prêtres massacrés, peu à peu son attitude change et devient plus nuancée60. Ce qui provoque cette évolution-contrairement au Nouvelliste qui y reste insensible-, c’est que lors de la conquête du pays basque catholique par les franquistes, les envoyés de L’ Ouest-Éclair découvrent des catholiques hostiles au franquisme par nationalisme basque61. Dès lors le journal dénonce cette guerre, les atrocités commises par les deux camps et ne cesse de souhaiter la paix. Réservé sur la société franquiste, il porte désormais un jugement plus modéré sur les républicains et espère la naissance d’une Espagne modérée. La fin de la guerre d’Espagne coïncide avec le moment où les Français tournent de plus en plus leur regard avec inquiétude vers l’Allemagne nazie en raison du démantèlement de la Tchécoslovaquie. L’Ouest-Éclair en est le reflet qui se résigne devant la victoire de Franco plus qu’il ne s’en réjouit contrairement au Nouvelliste. Face à la montée des périls, L’Ouest-Éclair ne se distingue guère de ses confrères, mais la guerre d’Espagne lui permet d’affirmer sa différence à l’intérieur de la droite et du centre-droit et d’inviter les catholiques du département à un autre regard sur l’actualité. À la veille de la Seconde Guerre mondiale, L’Ouest-Éclair reste marqué par son appartenance au courant démocrate-chrétien.

  • 62 Et parce qu’il n’est pas imaginable à l’époque qu’un catholique vote à gauche.
  • 63 Les rares radicaux élus votent en faveur de la liberté de renseignement...

32L’Ouest-Éclair, pendant ces deux décennies, a un rôle ambivalent par rapport à la droite. Lié à la sensibilité de droite comme journal catholique, ses préoccupations sociales, certains de ses choix pour les élections législatives le rapprochent de la gauche. Comme le PDP, il appartient au centre; tantôt plus proche de la droite en raison de ses convictions religieuses62, tantôt plus proche de la gauche en raison de ses préoccupations sociales et républicaines (jamais le régime n’est mis en cause). Ses démêlés avec l’Église témoignent de la force du couple Église/droite politique dont le joug est difficile à secouer. L’Ouest-Éclair avec vigueur d’abord, puis plus modérément contribue à faire bouger cette association ; à la fin des années trente, ses idées ont fait leur chemin puisque L’Ouest-Éclair et Le Nouvelliste de Bretagne en viennent à ne rejeter que les candidats prônant l’école unique ce qui en Ille-et-Vilaine ne concerne que les socialistes et les communistes63 ; enfin, l’Église intervient plus discrètement.

La droite débordée par l’extrême-droite ?

  • 64 Faute d’archives, peu nombreuses et lacunaires.

33Dans ce département modéré, peu enclin à s’enflammer, les extrémistes de gauche comme de droite sont toujours minoritaires. Certes, ici comme ailleurs se déroulent des manifestations, des réunions, parfois houleuses, mais les véritables échauffourées sont rares. Parce qu’ils sont minoritaires, l’activité de ces groupes n’est pas toujours facile à connaître64. Malgré tout, les rapports de police et quelques journaux permettent de saisir leur activité, parfois de préciser leur force réelle. Ces mouvements ou ligues d’extrême-droite sont assez nombreux ; la décennie des années vingt est dominée par la ligue d’Action française, tandis que celle des années trente connaît une plus grande diversité.

  • 65 AN - F7 13 194 : journal de caisse de l’Action française enregistrant les nouvelles adhésions (7 n (...)

34L’Action française a ses soutiens naturels auprès de la noblesse, dans les milieux de la droite nationale et catholique. Son influence avant la condamnation de 1926 se confond partiellement avec celle d’une droite cléricale, conservatrice ; bon nombre de ses représentants se présentent sous l’étiquette « conservateurs » lors des élections locales. Leur poids politique, en terme électoral, est faible et suit la courbe déclinante de la présence nobiliaire dans les assemblées locales, même s’il ne faut pas réduire l’Action française à la noblesse et vice versa. La faiblesse des sources, leur silence sur les années 1920/1925 ne permettent guère de chiffrer l’influence de l’Action française. Elle a des sections à Rennes, Redon et Saint-Malo, mais ne semble pas avoir de section organisée à Vitré dans les années 1921/192265.

  • 66 Cholvy (G.) et Hilaire (Y.-M.), op. cit.. tome 2 : p. 294 et suivantes ainsi que Weber (Eugen), L’ (...)
  • 67 La Semaine Religieuse, 27 novembre et 4 décembre 1926. Lettre pour laquelle il est précisé qu’il n (...)
  • 68 Paillat (C.), op. cit., p. 380. Il laisse entendre qu’effrayé par les conséquences possibles, il s (...)
  • 69 ADR : le dossier sur l’Action française en donne des exemples.
  • 70 Les termes en sont les suivants : « Je soussigné... déclare par le présent acte, condamner et répr (...)
  • 71 Les Nouvelles Rennaises, 7 et 14 juillet 1932.

35La sympathie réelle du cardinal Charost pour l’Action française explique les particularités de la crise dans ce département. Le cardinal Charost est directement partie prenante ; sans revenir sur des faits que d’autres ont retracés66, il est nécessaire de rappeler son rôle. Lorsque le pape Pie XI lui demande, pour des raisons tactiques, de lancer un avertissement à la jeunesse française au sujet de l’Action française, il se dérobe. Cette attitude ne tient plus face à la mise à l’Index du journal en décembre 1926, puis à la condamnation de l’Action française par le pape en mars 1927 ; comme l’ensemble de l’épiscopat français (sauf deux évêques et un archevêque), le cardinal Charost souscrit à une déclaration d’adhésion aux directives du pape. Auparavant, il a publié une lettre dans La Semaine Religieuse67 dont la subtilité en dit long sur son embarras et sa volonté de ne pas envenimer le conflit. Le titre parle d’ailleurs d’« avertissement » et non de condamnation. Or, en septembre 1926, le journal L’Action française est déjà condamné et mis à l’Index. Cependant, il se rend à Rome en novembre 1927, semble-t-il pour plaider la cause de l’Action française, touché par les réactions des royalistes catholiques de son diocèse, mais il en revient très conscient de la fermeté du pape. Jusqu’à la mort du cardinal Charost, les membres de l’Action française n’ont rien à craindre ; en particulier, il ne cherche nullement à leur refuser les sacrements. Son discours officiel est certes soumis au pape68, mais dans la pratique il ne prend pas de sanction. Cette attitude contraste singulièrement avec celle du nouvel archevêque qui, lui, est totalement acquis à la décision du pape qu’il applique avec intransigeance. Désormais, il n’est plus question que le clergé donne les sacrements à des membres de l’Action française ou à des lecteurs du journal, il se développe alors une pratique de dénonciations plus ou moins feutrées69 donnant l’impression d’une persécution, voire de méthodes proches de l’Inquisition. Les prêtres ne donnent plus l’Extrême-Onction, et n’accordent les obsèques religieuses que si le mourant a signé une véritable rétractation70. Le conflit entre l’archevêque et ses diocésains royalistes connaît un sommet lors de la mort du marquis de Kernier le 3 juillet 1932. Châtelain au Val d’Izé, il entretenait financièrement l’école privée de cette commune ainsi que le presbytère ; royaliste, abonné à l’Action française, il ne se rétracta jamais. La famille ne put obtenir des obsèques religieuses. L’affaire fit du bruit ; des obsèques civiles en terre catholique et pour un catholique dont la générosité pour l’Église était réelle et constante ! L’avis d’obsèques paraît sans commentaire dans Le Nouvelliste. Seules Les Nouvelles Rennaises, journal radical-socialiste, trop heureux de dénoncer cette situation, font un commentaire71. Malgré tout, des chants religieux l’accompagnent jusqu’au cimetière et un prêtre anonyme est présent, sans que jamais l’archevêque sache de qui il s’agissait. Ce conflit, l’application stricte des décisions du pape ont des répercussions importantes sur la vitalité de l’Action française.

  • 72 AN - F7 13 194 ; L’Action française, 23 novembre 1928.
  • 73 Dont 13 000 abonnés d’après Annuaire de la Presse française, 1938 ; cf. également le mémoire de ma (...)

36En effet, si, en 1926, dans les principales villes du département se tiennent des réunions de l’Action française -sauf curieusement à Vitré pourtant au cœur de la campagne la plus favorable aux royalistes—, une cassure nette se produit en 1927, l’année même de la condamnation, puisqu’aucune réunion ne se déroule. Il faut près d’un an pour relancer l’action. L’attitude d’apaisement du cardinal Charost joue-t-elle et explique-t-elle l’importance de la réunion de 1928 à Rennes (850 personnes) ? 1928 est une année de réorganisation avec la réapparition de partisans de l’Action française y compris à Redon et à Saint-Malo, mais ils ne sont probablement pas assez nombreux pour former une section72. L’Action française n’existe plus guère en tant que groupe à partir de 1930/1931, lorsque le décès du cardinal Charost enlève à ses membres un soutien moral, tacite mais réel sur le plan strictement religieux puisqu’ils échappent aux sanctions de l’Église jusqu’à cette date. Régionalement, ils disposent d’un journal La Province, fondé par E. Delahaye après son éviction du Nouvelliste. L’aire de vente de La Province couvre la Bretagne, mais elle ne vit qu’avec difficultés. En 1938, elle tire à 32 800 exemplaires73.

37Après 1931, les membres de l’Action française doivent choisir entre leur foi catholique c’est-à-dire la soumission au pape ou l’adhésion à l’Action française. Probablement plus monarchistes qu’adeptes de la doctrine maurrassienne, la plupart se soumettent, au moins publiquement, conservant leur conviction monarchiste et leur sensibilité d’Action française, mais ils en gardent de l’amertume n’ayant pas toujours perçu le problème doctrinal qui est en jeu pour l’Église.

38— Les nouvelles ligues de la droite extrême

  • 74 ADIV -1 M 146 : rapport du préfet de mars 1923.
  • 75 Machefer (Philippe), Ligues et fascismes en France (1919-1930), PUF, col. « Dossiers Clio », 1974, (...)
  • 76 AN - F7 13 234 : rapport de police du 14 juin 1927.
  • 77 AN - F7 13 235 : rapport de police du 29 mars 1928 et rapport de police du 16 février 1930.

39Seules quelques-unes sont présentes dans le département avec de très faibles effectifs le plus souvent. Avant les années trente, excepté l’Action française, seules les Jeunesses patriotes (JP) se manifestent. Une première tentative pour s’organiser aurait été faite à Rennes mais échoue en novembre 192274 ; la section rennaise de l’UNC, sollicitée, refuse d’y adhérer. D’abord autonomes au sein de la Ligue des patriotes, les J.P. deviennent indépendantes en 1926, tout en restant sous la direction de Pierre Taittinger75. Dès 1927, il existe à Rennes une section de 35 membres76 mais dont l’audience est bien supérieure. Les J.P. organisent en 1927 et dans les années suivantes des réunions privées destinées à la fois à recruter de nouveaux membres et à diffuser leurs idées chez les plus âgés. Ces réunions à Rennes ont une assistance dont l’effectif oscille d’une centaine à 800 environ77. Elles se déroulent parfois en présence de P. Taittinger et de H. de Kerillis ; cette « affiche » contribue à faire venir les sympathisants de Rennes et de ses environs. Contrairement à ce qui s’est passé en 1922, on peut noter la présence du président de la section de Rennes de l’UNC qui est souvent inscrit comme orateur. Nombre des J.P. sont, semble-t-il, des étudiants.

  • 78 AN - F7 13 034 : rapport du préfet, 23 novembre 1935.

40Les Croix-de-Feu ne sont guère plus virulentes malgré quelques réunions en 1934 et 1935 à Dinard, à Rennes et à Saint-Malo78 ; leur nombre à Rennes est estimé à une soixantaine de personnes y compris les Volontaires Nationaux.

41En fait, les seules ligues ou mouvements qui connaissent un certain succès en dehors de l’Action française sont, pour des raisons socio-politiques, la Fédération des contribuables et les comités de Défense paysanne.

  • 79 Milza (Pierre), Fascisme français : passé et présent, Flammarion, 1987, p. 124-125.
  • 80 Le Rennais, journal républicain, 25 mars 1933.
  • 81 AN - F7 13 034 : rapport du commissaire spécial de Rennes (31 mars 1933).
  • 82 AN - F7 13 034 : rapport du préfet (23 novembre 1935).

42La Fédération des contribuables créée en 1928 a à l’origine des buts visant à une meilleure gestion des fonds publics et à un allègement de la charge des contribuables, mais avec la crise économique au début des années trente son discours devient vivement antiparlementaire et hostile à la IIIe République79. En 1933, cette ligue est capable de rassembler à Rennes quelque 4 000 manifestants, de l’aveu même de ses adversaires80 ; il est vrai qu’en mars 1933, elle regroupe 45 «syndicats» avec un effectif de 600 personnes à Rennes et de 500 à Dinard81. Sa force n’est qu’un feu de paille puisque dès 1934, elle n’a que 750 adhérents, puis 300 pour tout le département en 193582. Expression d’un mécontentement à un moment donné, elle ne va pas au-delà d’une attitude négative et ne connaît de ce fait qu’une existence éphémère.

  • 83 Fricot (Régis) et Genaitay (Pierre), Dorgères et le mouvement paysan. Rennes, mémoire de maîtrise, (...)
  • 84 Seules les manifestations catholiques contre le Cartel des gauches font mieux.
  • 85 Sauvy (A.), op. cit., tome 3 : p. 348.
  • 86 Fricot (R.) et Genaitay (P.), op. cit., p. 117. À partir d’octobre 1938, le président départementa (...)

43Les comités de Défense paysanne83 ont une toute autre importance. Créés en Ille-et-Vilaine en 1929 par Henri Dorgères, ils sont dirigés contre la loi sur les assurances sociales (1928) dont l’application dans le monde agricole entraînerait selon lui la fin de la paysannerie. Pendant la seule année 1929, leur fondateur tient une quarantaine de réunions dans le département; 1929 est en effet la véritable année de lancement du mouvement de Dorgères ; par la suite, il s’étend à d’autres départements, mais l’Ille-et- Vilaine reste sa base. L’apothéose du mouvement dans le département est la grande manifestation du 1er février 1930 à Rennes qui réunit environ 16 000 paysans, fait exceptionnel pour l’époque84. Cette réussite est le résultat d’une active propagande, mais aussi d’un mécontentement réel lié à la baisse des prix agricoles qui persiste depuis 192685. La dynamique du mouvement, les thèmes de propagande, plus ou moins démagogiques, rallient à lui des militants d’autres syndicats dont ceux des syndicats de cultivateurs-cultivant. Jean Bohuon quitte ce syndicat pour les comités de Défense paysanne vers 1930 et devient le lieutenant de Dorgères en Ille-et-Vilaine, puis en 1935 le président du comité central de Défense paysanne qui fédère toutes les organisations départementales86 ; à ce double titre, il se présente aux élections législatives de 1936 à Vitré. Même si le mouvement s’étend à toute la Bretagne et au-delà, l’Ille-et-Vilaine reste son fief. L’agriculture y est une agriculture de petites exploitations (une moyenne de 9,2 hectares par exploitation en 1929) à la limite de la misère parfois. Le programme de Défense paysanne est conçu de manière telle qu’il entend contenter l’ensemble des agriculteurs. Cette conception unanimiste du monde agricole correspond à la conception dominante dans le monde rural du département et de l’ensemble de la région. C’est là l’une des causes de son succès en Ille-et-Vilaine. Le mouvement connaît toutefois un certain déclin vers 1937/1938, même si un premier congrès régional de l’Unité paysanne se déroule à Rennes le 3 avril 1938 et rassemble 20 000 paysans bretons ; la guerre interrompt ses activités.

  • 87 Milza (Pierre), op. cit., p. 127.

44En définitive, si l’Ille-et-Vilaine a une droite classique et une droite royaliste, la droite extrême n’a qu’une faible influence dans le département et n’arrive guère à se développer. Seul le dorgérisme connaît un certain succès pour des raisons socio-économiques plus qu’idéologiques. Dorgères développe plus volontiers une idéologie corporatiste, traditionaliste. C’est après 1934 que son idéologie et les méthodes de l’organisation (violence,...) amorcent un virage fascisant87.

  • 88 D’après le témoignage de M. Victor Janton. Nous n’avons pas d’autres sources pour ces chiffres. De (...)
  • 89 Future résistante tout comme M. Janton.
  • 90 Entretien avec M. Janton.

45La dissolution des Ligues en 1936 entraîne la disparition de nombre d’entre elles ; une seule se reconstitue en parti : les Croix-de-Feu devenus le PSF (Parti social français). Celui-ci se développe en 1937/1938 et atteint en 1938 environ 1 500 à 2 000 adhérents dans le département88. En dehors de Rennes, le PSF a des sections à Fougères, Saint-Malo et Redon, implantation classique pour la droite, mais il manque Vitré. Lorsque de La Rocque est venu au printemps 1938 à Laillé, accueilli dans la propriété d’Andrée Récipon89, 2 000 à 3 000 personnes s’y retrouvent. Cet engouement pour le PSF a ses origines dans le rejet des scandales politico-financiers, le refus de l’instabilité ministérielle. La Rocque représente l’honnêteté, la discipline aux yeux des adhérents du PSF. Ceux-ci se recrutent dans divers milieux dont les professions libérales, les petits commerçants et artisans, surtout dans des secteurs traditionnels, menacés ou s’estimant menacés par l’évolution économique90.

46L’Ille-et-Vilaine a une droite solide, bien implantée, mais la contestation de la République y est faible. Le département maintient sa réputation de département modéré et républicain, s’apparentant en cela à l’ensemble de la Bretagne. Même en milieu apparemment favorable, l’exemple de ce département témoigne que les bastions de la droite ne sont pas obligatoirement, loin de là, les bastions de la droite extrême.

Une gauche à « géométrie variable »

47La gauche a des structures plus solides que celles de la droite, mais elle est moins enracinée. A priori, les relais de la gauche sont plus diversifiés que ceux de la droite, ne serait-ce qu’à cause de sa totale division. Les partis et la presse constituent le relais naturel de la gauche, tout comme les syndicats en raison de leur capacité à mobiliser la base, à organiser les ripostes, à servir de lien entre la base et les politiques.

Les radicaux-socialistes et les républicains

  • 91 Si les candidats aux élections ne se réclament pas ouvertement des radicaux-socialistes, c’est pou (...)

48Le Parti radical-socialiste rassemble ceux qui avant la guerre sont regroupés sous le vocable « républicain » ; cette dénomination persiste pendant les vingt années qui suivent la Première Guerre mondiale. Sous ce terme, on retrouve les radicaux-socialistes, mais aussi les radicaux-indépendants, les républicains radicaux c’est-à-dire tous ceux qui se réclament des fondements même de la IIIe République et très attachés à la laïcité de l’État91. En 1919 comme entre le 6 février 1934 et 1936, l’ensemble des républicains éprouvent le besoin de se regrouper et le terme de « républicain » reprend de la vigueur.

  • 92 ADIV - 3 M 341 : rapports du préfet du 1er février 1924 et du sous-préfet de Fougères du 9 février (...)

49Radicaux et républicains ont leurs propres journaux, des hebdomadaires et non des quotidiens : les Nouvelles Rennaises dirigées par Étienne Nicol et au début de la période Le Bonhomme Breton commandité par Louis Deschamps. Ces deux hebdomadaires tirent à environ 5 à 6 000 exemplaires chacun. À ceux-ci, il faut ajouter quelques hebdomadaires locaux comme Le Républicain à Saint-Malo et La Chronique de Fougères (10 000 exemplaires) dirigée par Henri Rebuffé, conseiller municipal, puis maire de Fougères92. Pendant les deux décennies qui suivent la guerre 14-18, ils exercent une certaine influence sur la population et montrent une pénétration assez forte dans l’opinion, sans toutefois pouvoir contrebalancer la presse de droite.

50Les radicaux-socialistes, bien qu’assez peu organisés, forment de plus en plus l’armature des comités républicains ou congrès républicains qui se reconstituent à chaque élection. S’il existe une fédération, elle ne s’appuie pas ou peu sur des comités ou des sections permanentes, sauf à Rennes, Fougères et Saint-Malo.

  • 93 ADIV - 1 Z 552 : carton d’invitation à cette manifestation républicaine du 27 novembre 1932.
  • 94 ADIV - 1 Z 564 : rapport du sous-préfet de Saint-Malo, 31 janvier 1932.

51Dans les années trente, persistent des liens étroits entre républicains et radicaux-socialistes ; toute manifestation qui se veut républicaine, y associe toujours les radicaux-socialistes. En 1932, après les élections sénatoriales, le comité républicain du canton de Saint-Malo organise une manifestation républicaine. Cette manifestation est présidée par Albert Sarraut, ministre des Colonies, radical-socialiste avec la présence de Gasnier-Duparc, sénateur radical-socialiste nouvellement élu en Ille-et-Vilaine et des députés comme La Chambre, inscrit au groupe radical-socialiste à la Chambre des députés, Guernier au groupe Gauche Démocratique ou Thébault, indépendant de gauche c’est-à-dire laïques et républicains93. En 1932, le président de la fédération départementale du Parti radical-socialiste veut clarifier la situation. La question porte sur le maintien ou non du comité républicain. Celui-ci existe à Saint-Malo depuis 1882 et entraîne une cohabitation entre radicaux-socialistes et républicains modérés. En janvier 1932, 90 personnes se réunissent à Saint-Malo pour constituer une section radicale-socialiste dont la création est décidée à l’unanimité, mais sur 85 votants, 59 souhaitent en même temps la suppression du comité républicain et 26 son maintien94. On a là une attitude caractéristique des laïques du département ; relativement peu nombreux, ils éprouvent le besoin de se compter, de sentir leur force. Or, la dissolution du comité républicain signifie une rupture de la sociabilité républicaine, mais, pour les plus politiques d’entre eux, se constituer en section d’un parti est un avantage stratégique dans le contexte local et national. En 1932, comme depuis 1919 d’ailleurs, le Parti radical-socialiste, groupe charnière, est au gouvernement et il est indispensable à toute combinaison politique par-delà les infléchissements de sa politique sous les conduites successives d’Édouard Herriot et d’Édouard Daladier. Apparaît là le sentiment de vouloir appartenir à un parti politique puissant, capable de soutenir des militants qui se sentent et sont minoritaires.

  • 95 Et aussi dans le cadre d’une réorganisation générale du parti ; cf. Berstein (Serge), op. cit., to (...)
  • 96 Le Parti radical-socialiste d’Ille-et-Vilaine ne suit pas l’évolution nationale qui le conduit au (...)

52Devant les turbulences de la politique intérieure et extérieure, les radicaux-socialistes militent plus activement à la fois dans les différents comités de lutte antifasciste et à l’intérieur même du parti. Ce parti, jusque là peu structuré, s’organise vers 1931/1932 -période pivot-sous la pression des événements intérieurs et extérieurs, de la concurrence sur sa gauche, de la volonté des hommes, en particulier Gasnier-Duparc95. Cette structuration fait sentir ses effets à la fin des années trente et permet de gagner des adhérents, de développer une analyse plus cohérente en liaison avec la SFIO et le PCF, face à une droite, elle-même mieux organisée96.

  • 97 Ce congrès doit poser la question du maintien de l’alliance de Front populaire; cf. Berstein (Serg (...)
  • 98 Dont on retrouve ici l’attitude ambiguë ; il ne se présente pas devant ses électeurs en 1936 comme (...)
  • 99 Franc-maçon.
  • 100 ADIV - 3 M 389 : rapport de police du 21 septembre 1937.

53Parti d’élus plus que de militants, le Parti radical-socialiste est stimulé par le Front populaire. D’habitude, son assemblée générale ne rassemble qu’une vingtaine de délégués. Or, en septembre 1937, 115 délégués sont présents pour désigner leurs représentants au congrès de Lille97. Ils y envoient quatre délégués de droit : le sénateur Gasnier-Duparc et le député La Chambre98, le président de la fédération départementale Oscar Leroux99 et Roque, vice-président ; huit délégués sont désignés par l’assemblée générale, originaires soit de Rennes, soit des villes côtières. En même temps, le nouveau bureau est élu. Les présidents d’honneur sont les deux parlementaires tandis qu’Oscar Leroux est reconduit à la tête de la fédération. À cette date, la fédération radicale-socialiste a des sections à Rennes, Saint-Malo - Paramé, Saint-Servan, Dinard, Dol, Fougères, Saint-Méen-le-Grand et Guichen100 c’est-à-dire nettement dans la « dorsale républicaine » à l’exception de Saint-Méen plus à l’ouest. Cette réorganisation met en évidence la permanence des mentalités solidement circonscrites géographiquement à la « dorsale républicaine », mais des sections existent aussi dans des zones de droite, signe d’une volonté de reconquête électorale, voire d’une mobilisation face à la menace de guerre.

La SFIO

  • 101 15 adhérents pour 10 000 habitants. Judt (Tony), La reconstruction du parti socialiste, 1921-1926, (...)
  • 102 Les chiffres des effectifs de la SFIO en Ille-et-Vilaine proviennent des rapports des congrès de l (...)

54La SFIO en Ille-et-Vilaine n’est certes pas une des fédérations les plus importantes de ce parti, mais elle s’aligne sur l’Ouest armoricain où on retrouve à peu près les mêmes proportions d’adhérents par rapport à la population totale101. Comme dans tout le pays, la SFIO connaît une baisse de ses effectifs pendant la guerre102 et n’a plus qu’une centaine d’adhérents à la fin de l’année. Dès 1919, la courbe (graphique n°2) remonte pour atteindre 800 adhérents le 30 septembre 1920. Seules les villes « industrielles » ont des sections : Rennes, Fougères et Saint-Malo.

  • 103 AN - F7 12 991 : rapport du préfet du 12 décembre 1920.

55La question de l’adhésion à la IIIe Internationale provoque de vifs désaccords. Le préfet indique en décembre 1920 que « les réunions de Rennes et de Saint-Malo font ressortir très nettement que l’accord complet des groupements socialistes sur cette question n’est guère possible en Ille-et-Vilaine »103. Finalement, la fédération socialiste d’Ille-et-Vilaine se présente divisée au congrès de Tours avec huit mandats pour la motion Cachin- Frossard c’est-à-dire l’adhésion à la IIIe Internationale, quatre mandats pour la motion des Reconstructeurs Longuet-Paul Faure et trois mandats pour l’abstention c’est-à-dire refusant toute idée d’adhésion à la IIIe Internationale et pour le maintien au sein de la IIe Internationale. Compte tenu des résultats du congrès de Tours, seule une petite majorité (8 mandats sur 15) est favorable à l’adhésion à la IIIe Internationale et aux 21 conditions et une forte minorité reste de fait dans la « vieille maison ».

  • 104 Judt (Tony), op. cit., p. 167.

56Dans les deux années qui suivent, la SFIO se reconstruit et elle conserve ses structures : fédération, secrétariat et ses trois sections ; signe de difficulté, son journal L’Aurore d’Ille-et- Vilaine ne paraît pas avant janvier 1922. Mais de 1923 à 1925 sa croissance est spectaculaire (+364%). Plusieurs facteurs la favorisent les uns communs à toute la France, les autres plus spécifiques au département, voire à l’Ouest. Sur le plan national, au vu des divisions, des exclusions qui règnent au sein du Parti communiste à cette date, nombre de militants quittent le PCF et se tournent vers la SFIO ou dans le cas de nouveaux militants viennent directement à elle parce quelle refuse l’inféodation à Moscou tout en maintenant une attitude de lutte de classes. Au cœur de cette période se pose le problème de l’alliance avec les radicaux et le Cartel des gauches. Beaucoup de sections en France, dont celle d’Ille-et-Vilaine, ne sont restées à la SFIO qu’à la condition de ne pas se compromettre avec les radicaux104. Or, en 1924, le Cartel des gauches ravive la querelle laïques-cléricaux et il est possible que le regain d’adhésions lui soit lié. La comparaison avec l’évolution nationale montre une remontée moins prononcée mais plus durable, ce qui met en évidence l’extrême sensibilité des militants socialistes du département à la question religieuse.

Graphique n°2. Les effectifs comparés de la SFIO en Ille-et-Vilaine et en France de décembre 1918 à décembre 1938

Graphique n°2. Les effectifs comparés de la SFIO en Ille-et-Vilaine et en France de décembre 1918 à décembre 1938

57Le déclin de 1925 à 1934 correspond à une phase difficile pour la SFIO à l’échelon national. Elle est confrontée successivement à l’échec du Cartel des gauches, aux divisions internes dont la scission des néo-socialistes n’est qu’un des avatars les plus visibles, à une incapacité à analyser la crise économique et le fascisme en Allemagne comme en France. Cependant le déclin est plus long en Ille-et-Vilaine, alors qu’en France, il ne concerne guère que la période 1932-1934, lors de la scission des néo-socialistes. Le déclin quasi continu en Ille-et-Vilaine donne l’impression que la vague d’adhésions est totalement éphémère et par référence au « danger » clérical et qu’ensuite un désintérêt total atteint le parti. Peut-être s’y ajoute-t-il un problème d’hommes ?

  • 105 La comptabilité des cartes est arrêtée au 31 décembre de chaque année (rapports des congrès).

58Il faut attendre le grand rassemblement du 14 juillet 1935 à Paris (le 6 février 1934 et la grève du 12 février 1934 ne réussissent pas à enrayer la chute des effectifs), pour que les effectifs commencent à remonter en 1935. La victoire du Front populaire, à la SFIO d’Ille-et-Vilaine comme dans tous les partis et syndicats de gauche, a un effet d’entraînement et suscite des adhésions. +43,49% dès la fin de 1936105 par rapport à 1935 et +38,24% l’année suivante, si bien qu’en moins de deux ans, l’effectif des adhérents a presque doublé sous l’effet de la victoire du Front populaire et des premières mesures gouvernementales. À la fin de l’année 1937, la chute du gouvernement Blum, la « pause » n’ont pas encore de répercussions sur le comportement des nouveaux adhérents ; il faut attendre la fin de l’année 1938 pour qu’une récession s’amorce de l’ordre de -12 %.

  • 106 Gombin (Richard), « Socialisme et pacifisme », dans La France et les Français, sous la direction d (...)

59De 1932 à 1938, l’évolution est parallèle à celle de la SFIO sur le plan national, mais le rythme d’adhésions, l’enthousiasme sont plus vifs en Ille- et-Vilaine qu’ailleurs (dès 1935). Sans doute a-t-on là un phénomène de compensation : très minoritaires, parfois franchement isolés, le mouvement national pousse les socialistes à aller de l’avant. La perte d’adhérents de la fin de la période a plusieurs causes. Après des victoires électorales qui suscitent l’enthousiasme, les nouvelles adhésions ne sont pas forcément solides ; une partie de la diminution est due au non renouvellement d’adhésions provenant d’adhérents nouveaux et éphémères. 1938 est l’année de l’Anschluß, de la conférence de Munich qui secouent la SFIO comme tous les partis. En effet, en décembre 1938, le congrès extraordinaire de Montrouge qui fait suite à celui de Royan (juin 1938) où apparaissent déjà les divergences internes, voit l’affrontement entre de véritables fractions : les unes pacifistes, les autres considérant désormais que la guerre est inévitable106. Cette vive opposition, le sentiment d’une guerre proche contribuent à ce déclin relatif de la SFIO.

  • 107 ADIV - 3 Z 7 supplément : rapport de police de Redon, 7 avril 1924.
  • 108 ADIV - 1 Z 564 : rapport de police de Saint-Servan, 10 décembre 1934.

60Par-delà la variation des effectifs, les bastions de la SFIO changent peu pendant ces deux décennies. Fougères, Rennes et Saint-Malo conservent toujours leur section ; seules deux autres sont créées. L’une à Redon en 1924, elle comprend alors une cinquantaine de membres107, l’autre à Saint- Servan en 1930 comprenant également 50 membres108.

  • 109 ADIV - 3 M 341 : rapport du préfet du 1er février 1924.

61L’homme-clé de la SFIO en Ille-et-Vilaine est le seul député socialiste de ce département : Albert Aubry, député de 1919 à 1924. Ancien instituteur, blessé de guerre, il devient percepteur et anime la fédération socialiste jusqu’à sa mort en 1951. C’est lui que l’on retrouve comme orateur dans la plupart des réunions. C’est lui aussi qui signe la plupart des éditoriaux de L Aurore. Ce journal de la fédération socialiste d’Ille-et-Vilaine, hebdomadaire, tire à 6 500 exemplaires environ dont la moitié est vendue dans l’arrondissement de Fougères109. Il paraît sur quatre pages et reproduit aussi des articles du Populaire ; les autres articles concernent les actions locales et des échanges d’« aménités » avec les communistes.

  • 110 Alors que la CGT et la CGTU organisent des meetings communs contre (occupation de la Ruhr (AN-F7 1 (...)

62La SFIO est en Ille-et-Vilaine un parti de gauche solide, en tout cas le mieux structuré du département et disposant de l’effectif le plus nombreux. Résolument à gauche et fidèle à la lutte des classes, peu enclin à une alliance avec les radicaux que ce soit en 1924 ou en 1936. La SFIO y est le parti des villes, et encore, uniquement celles de la « dorsale républicaine » plus Fougères, ville de l’industrie de la chaussure qui élit des socialistes au conseil municipal. Parti de la gauche laïque, la SFIO en Ille-et-Vilaine est « respectable » par contraste avec le PCF qui apparaît comme l’agitateur, le trublion. La SFIO ici comme ailleurs se définit aussi par rapport à son « frère ennemi » le PCF. La scission a laissé des traces et pratiquement jusqu’en 1936, la SFIO et le PCF sont totalement adversaires, même en 1923, lors de l’occupation de la Ruhr que tous deux condamnent, ils ne manifestent pas ensemble110.

Le PCF

  • 111 Tillon (Charles), On chantait rouge, Laffont, 1977, p. 27-95 et deux études sur Louise Bodin : le (...)

63— Le PCF au temps de « la bolchévique aux bijoux »111

  • 112 Tillon (Charles), La révolte vient de loin, UGE « 10/18 », 1972, p. 426.
  • 113 Touchard (Jean), « Le PCF et les intellectuels (1920-1939) », RFSP, juin 1967, p. 475.
  • 114 Successivement La Voix Socialiste (juillet 1921-janvier 1922), La Voix Communiste de janvier 1922 (...)

64Le Parti communiste représente en décembre 1920 à peu près la moitié de la SFIO d’avant la scission. Il s’organise progressivement en particulier sous l’impulsion de sa première secrétaire fédérale, Louise Bodin. Si elle n’est pas à elle seule le PCF d’Ille-et-Vilaine, dans ses premières années il doit beaucoup à son activité inlassable. Et, comment ne pas s’arrêter sur cette personnalité rare. Louise Bodin (1877-1929) est la femme d’un professeur à l’école de Médecine de Rennes ; parisienne, d’un milieu bourgeois, elle est marquée par la guerre, croit en la paix proposée par Wilson. Déçue, avant de rejoindre le PCF naissant, elle a fait partie du « comité de défense des marins »112. En novembre 1920, elle est parmi les 294 signataires de la résolution présentée par le comité de la IIIe Internationale et que L’Humanité publie le 3 novembre ; sa signature voisine avec celles de Séverine, de Cachin, de Rappoport, de Souvarine. Pour elle, comme pour une grande partie des intellectuels qui rejoignent alors le PCF, il s’agit « moins d’adhérer à un parti que d’affirmer une foi »113. En 1921, elle devient secrétaire de la nouvelle fédération communiste d’Ille-et-Vilaine et, en décembre 1921, elle est élue au comité directeur du PCF lors du congrès de Marseille. Elle reste secrétaire fédérale jusqu’en 1924 et anime les divers journaux régionaux jusqu’en 1927114.

  • 115 Le chiffre de 400 est cité par Charles Tillon dans op. cit., p. 45 note 2, sans indication de sour (...)

65La fédération communiste d’Ille-et-Vilaine a des militants solides en particulier aux chemins de fer de l’État et à l’arsenal. Elle est présente à Rennes, Fougères, Dinard, Saint-Malo et Messac-Guipry (en raison de la présence de cheminots) c’est-à-dire toujours dans la même zone traditionnellement républicaine, mais aussi une zone où les cheminots et les ouvriers sont nombreux : arsenal de Rennes, dockers de Saint-Malo, ouvriers de la chaussure et cheminots à Fougères. Selon les sources, les chiffres des effectifs du PCF en 1923 sont très contradictoires variant de 210 à 400115.

  • 116 Organe bi-mensuel de 4 pages qui succède à La Voix Socialiste fin janvier 1922 et est un organe in (...)
  • 117 La Voix Socialiste, 5 novembre 1921.
  • 118 Tartakowsky (Danielle), op. cit., p. 30.
  • 119 AN - F7 12 991 : rapport de police du 3 avril 1922.

66Louise Bodin, secrétaire fédérale, contribue fortement au développement de la fédération d’Ille-et-Vilaine. La propagande passe par la presse et par les réunions. En 1921/1922, La Voix Communiste est le journal communiste local116. Louise Bodin partage la direction avec Louis Boudet, coupeur en chaussures fougerais, socialiste favorable à la IIIe Internationale dès 1919117. Ils veulent à la fois développer la presse locale et essayer de mieux diffuser la presse nationale communiste, mais la pénétration de celle-ci reste faible : environ 500 numéros de L’Humanité sont vendus chaque jour en Ille-et-Vilaine118. Les nombreuses tournées de propagande se font en empruntant le train départemental qui met trois heures entre Rennes et Saint- Malo (70 km). Lors de ces tournées de deux-trois jours, quatre ou cinq meetings ou réunions sont prévus devant un auditoire pouvant aller de quelques auditeurs à 100 ou 200 personnes, voire beaucoup plus lorsqu’un orateur « national » vient. Louise Bodin effectue ainsi une tournée avec Clamamus, maire communiste de Bobigny, entre le 1er et le 4 avril 1922 où ils vont non seulement dans les villes, mais aussi dans certains chefs-lieux de canton comme Saint-Aubin-d’Aubigné119. Ce sont toujours les mêmes communes qui sont visitées : Saint-Malo, Saint-Servan, Dinard, Dol-de-Bretagne, Fougères et Rennes, parfois plusieurs fois pendant la même année. Des tentatives isolées sont faites dans quelques bourgs comme Ercé-en-Lamée et Teillay en août 1926, Messac et Saint-Domineuc en janvier 1927.

  • 120 ADIV - 1 Z 558 : rapport de police du 18 janvier 1924 et Tillon (Charles), op. cit., p. 51.

67Le jeune Parti communiste connaît une vie politique cahotante. Localement, Louise Bodin reste secrétaire fédérale jusqu’en 1924, mais elle subit déjà les premiers assauts de la maladie qui l’emporta et elle doit parfois interrompre ses activités à La Bretagne communiste comme c’est le cas en 1923 pendant sept mois. Enfin en janvier 1924, elle remet sa démission de secrétaire fédérale pour des raisons de santé, mais reste membre du nouveau bureau fédéral. Elle est remplacée dans le poste de secrétaire par Marcel Sevestre. Dans le bureau constitué en janvier 1924, elle est coresponsable de la section politique aux côtés de Louis Boudet et de Charles Tillon et elle est également responsable de la presse120.

  • 121 Tartakowsky (Danielle), op. cit., p. 70 et suivantes.
  • 122 Citée par Cosnier (Colette), op. cit., p. 183-185.

68Pendant l’année 1924, le nouveau bureau doit appliquer la bolchevisation, réorganisation décidée après la victoire sur les trotskystes121. Désormais, l’organisation en sections est abandonnée au profit de l’organisation en cellules ; l’organisation en sections (en fonction du lieu d’habitation) est traditionnelle dans le mouvement ouvrier politique, aussi faut-il attendre novembre 1925 pour que les sections d’Ille-et-Vilaine soient toutes réorganisées en rayons et en cellules. La fédération ou région comprend trois rayons (Rennes, Saint-Malo et Fougères) et douze cellules dont trois à Rennes et deux à Fougères, les autres sont dispersées dans l’arrondissement de Saint-Malo. Désormais, il est fait appel à des permanents d’origine ouvrière formés par le Parti ce qui entraîne en 1926 un conflit entre le responsable régional Orain et Louise Bodin ; après enquête de la section d’organisation —ce qui montre bien les nouvelles méthodes en vigueur—, Orain est remplacé. Louise Bodin ne peut remplir cette fonction en raison de son état de santé et c’est finalement Eugène Le Moign, dirigeant des Jeunesses communistes qui la remplace. Cet épisode montre qu’en 1926, Louise Bodin a encore la confiance des dirigeants du parti, bien qu’elle ait déjà manifesté ici et là son attachement à la Gauche. Elle rompt définitivement avec le PCF par une lettre envoyée le 20 novembre 1927 au Comité central et publiée par la revue communiste d’opposition Contre le Courant le 30 décembre 1927122. Elle y explique ses raisons : refus de l’exclusion de Trotsky du PC d’URSS par fidélité à l’enseignement de Lenine. Elle précise :

« Camarades, vous ferez de moi ce que vous voudrez. J’ai l’intention qu’on sache ici, à ma région, que je suis d’accord avec l’Opposition. Vous me déférerez à la commission de contrôle. Je sais, et vous le dites, que vous n’êtes pas à une tête près, et que suis-je après de grands révolutionnaires russes que vous avez sacrifiés d’un cœur si léger ? (...) J’ai libéré ma conscience qui reste fidèle aux enseignements de Lenine, fidèle à l’immense enthousiasme révolutionnaire qui me secoua en 1917, fidèle à la conviction qu’il faut continuer à combattre, à renseigner les travailleurs, fidèle à l’espoir qu’un jour prochain la classe prolétarienne gardera enfin sa Révolution faite et saura -entre les hommes- reconnaître les siens ».

  • 123 Deux journaux locaux l’évoquèrent : Les Nouvelles Rennaises, journal radical-socialiste, le 12 fév (...)

69Louise Bodin meurt le 3 février 1929123.

  • 124 Cosnier (Colette), op. cit., plus particulièrement les pages 105 et suivantes et Bodin (Louise), A (...)
  • 125 L’expression vient de ses adversaires et est citée par Roquier (Jeanne) et Thouanel (Renée), Émile (...)
  • 126 Cosnier (Colette), op. cit., p. 141.

70L’engagement de Louise Bodin dans la fédération communiste d’Ille- et-Vilaine est intéressant et exceptionnel à plus d’un titre. Son entrée dans le PCF se place sous l’égide du pacifisme, dans le sillage de ces intellectuels pacifistes qui jusqu’en 1924/1925 c’est-à-dire jusqu’à la bolchevisation soutiennent avec enthousiasme la révolution bolchevique voyant en elle l’avènement d’un régime pacifique et voulant simultanément mettre fin aux inégalités sociales. En même temps, femme, elle est sensible aux espoirs que représentent pour les femmes ce nouveau parti à la fois pour leur vie de femme (égalité juridique, contraception,...)124, de travailleuse (crèches, garderies, salaires,...) et de citoyenne à part entière. C’est là une originalité, voire une source d’étonnement, de raillerie que ce nouveau parti minoritaire soit dirigé par une femme, alors que celles-ci sont juridiquement mineures et n’ont pas le droit de vote. Enfin, et c’est sûrement le plus surprenant dans une ville de province comme Rennes, très marquée par le catholicisme, Louise Bodin est une bourgeoise appartenant à la bonne société rennaise où son mari est un notable. Or cette femme de notable non seulement milite politiquement ce qui déjà est une source de scandale mais en plus dans ce parti d’extrême-gauche, minoritaire, perçu comme étant un « ramassis » d’excités au « couteau entre les dents ». Il y avait de quoi faire frémir d’horreur les quartiers bourgeois de Rennes. « Bolchevique aux bijoux »125, Louise Bodin est une figure du monde communiste local et ce qui est sans doute le plus étonnant compte tenu des mentalités et qu’elle note elle-même est que cela ne nuit pas à son époux126.

71Avec le départ, puis la mort de Louise Bodin, une page du PCF d’Ille- et-Vilaine se ferme, celle de sa jeunesse celle où tout semblait possible, suscitant tous les espoirs.

72— La crise du PCF

  • 127 Réorganisée en mai 1927, la région comprend les cinq départements bretons, la Mayenne et la Vendée
  • 128 ADIV - 1 Z 564 : rapport de police du 3 novembre 1928. Le journal disparaît deux ans plus tard.

73En mars 1927, Georges Carré, employé des PTT, est nommé par le Comité central, secrétaire du PCF pour la région Ouest127 afin de parfaire la bolchevisation du parti. Or, les rares rapports de police montrent un déclin, voire un effondrement du PCF qui pourrait se concrétiser par la disparition de l’hebdomadaire régional La République ouvrière et paysanne à brève échéance128.

  • 129 Le PCF est alors en pleine campagne antimilitariste; c’est devant le tribunal qu’il annonce sa déc (...)
  • 130 Malheureusement, les sources ne permettent pas de dire avec précision, quand réellement a commencé (...)
  • 131 L’Ouest-Éclair, 27 décembre 1928.

74Dans cette atmosphère délétère, Georges Carré démissionne et le fait publiquement lors d’un procès devant le tribunal correctionnel où il est accusé de « provocation de militaires à la désobéissance » dans des articles du journal communiste129. Il écrit une série de six articles dans L’Ouest- Éclair en décembre 1928 et janvier 1929, portant sur l’organisation du PCF en Ille-et-Vilaine. Celui-ci regroupe, en 1928, 91 adhérents répartis en sept cellules : deux à Rennes, une à Vitré, à Dol-de-Bretagne, à Dinard et une à Fougères. Il n’y a guère de progrès géographique et le déclin est réel depuis 1924130. Pour Carré, « le but vers la réalisation duquel on s’efforce d’aiguiller leurs efforts de militants sincères (...) ne répond pas du tout à l’idéal social généreux qu’ils se sont forgé », il ne veut plus travailler « au seul service de gens qui ne s’intéressent à la classe ouvrière que par ordre, par intérêt ou pour “devenir quelque chose” »131. Ces déclarations dénoncent principalement la soumission à la IIIe Internationale et sous-entendent une divergence de ligne. À la direction centrale du PCF, cette période 1927/ 1928 est celle de la « tactique classe contre classe » qui contribue à affaiblir le PCF. Carré met aussi en avant l’instabilité des adhérents, la difficulté à les conserver.

  • 132 AN - F7 13 140 : rapport de police du 27 janvier 1929.
  • 133 AN - F7 13 140 ; rapport de police du 27 janvier 1929.

75Son principal collaborateur est « exclu pour ne pas avoir dénoncé à temps les agissements de son chef »132. Cette démission sème la perturbation dans la fédération d’Ille-et-Vilaine qui perd ses deux principaux dirigeants et, en un mois environ, une quarantaine d’adhérents. À la fin de janvier 1929, les communistes ne seraient plus que cinquante toujours répartis en sept cellules ; celle des cheminots de Rennes reste la plus puissante avec 18 membres. Rennes regroupe la moitié de l’effectif133. Au début de l’année 1929, le PCF d’Ille-et-Vilaine est en sommeil en attendant la nomination de nouveaux cadres.

76— La réorganisation du PCF (1929-1939)

  • 134 AN - F7 12 756 : rapport de police du 4 mars 1929. Le même rapport signale l’incendie le ler mars (...)
  • 135 ADIV - Le Pionnier Rouge a eu, semble-t-il, douze numéros et est mensuel entre avril et décembre 1 (...)

77En mars 1929, le PCF nomme un nouveau responsable pour remplacer Carré, connu des services de police sous le nom de Marcel Laporte né en 1900, célibataire ; son vrai nom est Émile Drouillas134. La propagande antimilitariste du PCF vaut des poursuites judiciaires à leurs auteurs, si bien que plusieurs responsables changent d’identité pour échapper à la répression, c’est le cas d’Émile Drouillas. Avec lui, le PCF d’Ille-et-Vilaine trouve sa stabilité puisqu’il reste secrétaire fédéral jusqu’à la guerre ; il en est de même à tous les échelons de la hiérarchie du parti, alors que sa tactique n’a pas changé. Un réel redressement s’opère (graphique n°3). En trois ans, de 1929 à 1932, les effectifs augmentent de 172% ; puis, de 1932 à 1934, ils s’accroissent encore de +135%. Un signe de cette recrudescence est par exemple la reconstitution d’une cellule à Dinard en juin 1932 qui diffuse une feuille ronéotée Le Pionnier Rouge à la parution irrégulière entre juin 1932 et décembre 1935135. Les efforts de propagande (la presse et surtout les réunions), un secrétaire rompu aux méthodes de la bolchevisation et solidement armé théoriquement ont favorisé un net redressement de la situation permettant pour la première fois au PCF d’Ille-et-Vilaine de dépasser en 1934 ses effectifs de 1923/1924 d’un bon tiers.

Graphique n°3. Effectifs du PCF d'Ille-et-Vilaine (1923-1938)

Graphique n°3. Effectifs du PCF d'Ille-et-Vilaine (1923-1938)
  • 136 Rapport des R.G. de fin 1938 intégré dans un rapport au SD du 12 février 1941, communiqué par l’IH (...)

78Un tassement se produit en 1935 peut-être dû aux atermoiements de la réalisation de l’union. Le PCF d’Ille-et-Vilaine connaît comme la SFIO un bond important dû aux répercussions du Front populaire. Le chiffre de 650 en 1936 ne concerne pas que l’Ille-et-Vilaine puisque la fédération regroupe aussi la Mayenne ; en revanche, le chiffre de 1937 concerne la seule Ille-et-Vilaine ce qui montre une progression mais qu’il n’est pas possible d’apprécier. Les derniers chiffres dont on dispose, portent sur l’année 1938136. L’un global estime que l’effectif total des adhérents serait de 900 personnes environ, mais dans le même document, le décompte des membres de chaque cellule est fait et aboutit à un total de 793 adhérents... En tout état de cause, ce dernier chiffre paraît plus vraisemblable. Il est peu probable que l’année 1937/1938 ait pu connaître un essor supérieur à 38% alors que l’année précédente le taux d’accroissement n’a guère dû être supérieur. De plus, le chiffre de 900 ferait du PCF un parti plus puissant que la SFIO ! Enfin, l’échec de la grève du 30 novembre 1938 est totale en Ille-et- Vilaine. Comparé aux autres départements bretons, le chiffre de 793 est plus plausible en particulier vis-à-vis de la Loire-Inférieure plus ouvrière qui, d’après la même source, a 1 100 adhérents en décembre 1938. Dans la conjoncture du moment, cette croissance de l’effectif communiste est assez remarquable.

  • 137 Brochure du PCF : Deux ans d activité au Service du Peuple, rapport du Comité central pour le IXe (...)
  • 138 ADIV - 131 W 22 : rapport de gendarmerie du 6 mai 1942.
  • 139 ADIV - 134 W 16 : rapport de police du 25 avril 1944.

79Parallèlement, le PCF améliore nettement son implantation. Il est présent dans toutes les villes et dans tous les petits centres ouvriers : les carrières de granit au nord-est, les mines de Coësmes au sud-est, près des ateliers militaires de Bruz ou près de gares comme à Messac. Comme pour la SFIO, le poids des représentations collectives est important car l’implantation du PCF correspond à la « dorsale républicaine » et il est quasiment absent à l’est et à l’ouest du département. Enfin, signe qui ne trompe pas sur la relative bonne santé du PCF à la fin de l’année 1938, se développe toute une série d’organismes parallèles et dépendants du Parti communiste telles les Jeunesses communistes dont l’effectif double entre 1936 et 1937 pour atteindre 370 membres137. En septembre 1939, au moment de la dissolution, la présence communiste est particulièrement solide sur la côte à Saint- Malo, Dinard, Saint-Servan (cellule de 30 membres)138, mais aussi à Fougères, Louvigné-du-Désert dont la cellule comprend 22 membres autour desquels gravitent une vingtaine de sympathisants139. De même, Dol-de-Bretagne et Combourg maintiennent leur position. Enfin, Rennes a plusieurs cellules dont deux cellules d’entreprise : une à la Compagnie d’électricité du Bourbonnais et l’autre à la SNCF. Toutes ces communes ont toujours été les points forts du PCF essentiellement pour des raisons sociologiques.

80Le PCF d’Ille-et-Vilaine a profité du Front populaire malgré un léger repli en fin de période ; la mise en place du Front populaire peut-elle le laisser prévoir ?

Le Front populaire

  • 140 Contrairement à ce qu’affirme Monnier (Jean-Jacques), Géographie de l’opinion politique en Ille- e (...)

81Par leur violence, les événements du 6 février 1934 surprennent et choquent la population ; à la base, ils suscitent l’aspiration à l’unité des forces de gauche, idée prématurée aux yeux des dirigeants. Quant à l’Ille-et-Vilaine, malgré sa modération, elle ne reste nullement « en dehors de la vie politique française »140.

  • 141 Le Nouvelliste de Bretagne, 9 février 1934. Il reprend une information publiée par Henri de Kerill (...)
  • 142 Le Nouvelliste de Bretagne, 13 février 1934.
  • 143 Le Rennais, 17 février 1934 et Les Nouvelles Rennaises, 15 février 1934.

82Lors du 6 février 1934, le gouvernement Daladier comprend un ministre député d’Ille-et-Vilaine, Guy La Chambre, ministre de la Marine marchande. Il devient le bouc émissaire idéal de la droite cléricale et plus particulièrement du Nouvelliste de Bretagne qui n’hésite pas à utiliser les rumeurs et Guy La Chambre se retrouve accusé d’avoir voulu faire intervenir « tanks et mitrailleuses pour sauver le Cartel »141 ce que l’intéressé dément. Le 6 février 1934 entraîne à gauche des ripostes en ordre dispersé, manifestations et grève générale organisées séparément par le PCF et la CGTU d’une part, la SFIO et la CGT d’autre part. Les syndicats CGT d’Ille-et-Vilaine appellent à la grève le 12 février ; les points forts en sont les secteurs traditionnels : l’arsenal et le bâtiment avec 70% de grévistes142, Rennes est fortement touchée par la grève à l’exception du syndicat du Livre de Rennes qui se prononce contre la grève après un vote contesté143, reflet des divisions de la gauche. Ces grèves ne manifestent pas une volonté d’union et restent dans l’immédiat une protestation sans lendemain.

  • 144 AN - F7 13 034 : rapport du préfet, 24 juillet 1935.
  • 145 AN - F7 13 034 : rapport du préfet, 24 décembre 1935.

83Cependant, l’idée d’une union de la gauche fait son chemin, favorisée par le revirement de la IIIe Internationale en juin 1934 permettant des Rassemblements populaires. La SFIO et le PCF signent un pacte d’unité d’action le 27 juillet 1934 et à la fin d’août 1934 leurs fédérations d’Ille-et- Vilaine annoncent leur intention de l’appliquer. Les premiers signes d’unité sont la création de comités antifascistes à Rennes, Saint-Malo et Fougères. Ils associent la SFIO et le PCF, mais aussi les syndicats et la Ligue des droits de l’homme préfigurant le Rassemblement populaire. Ces tentatives restent timides et débouchent rarement sur des manifestations ou des meetings communs. Le 14 juillet 1935, un grand meeting est prévu dans les trois principales villes du département à l’imitation de Paris, mais les radicaux-socialistes ne s’y associent pas. Ces meetings rassemblent 2 000 personnes à Rennes, mais seulement 200 à Fougères et Saint-Malo144. L’année 1935 est une année où les réunions se multiplient avec de plus en plus souvent la présence des deux partis de gauche, des syndicats, tandis que la Ligue des droits de l’homme qui faisait peu parler d’elle depuis la fin de la guerre, anime des réunions dans pratiquement tous les chefs-lieux de canton et elle y réunit de 80 à 200 auditeurs145.

  • 146 Les Nouvelles Rennaises, 14 février 1936 et L’Aurore socialiste d’Ille-et-Vilaine, 15 février 1936
  • 147 Jacques Bonhomme, 3 avril 1936.

84Mais il faut attendre le 30 janvier 1936 pour que se constitue un comité de Front populaire à Rennes (après la signature du programme de gouvernement). Toutes les organisations du Front populaire y sont représentées; si la section rennaise des radicaux-socialistes est présente, la fédération départementale ne s’associa jamais en tant que telle au Front populaire146. Et, lors du principal meeting organisé à Rennes fin mars 1936-début avril, devant 4 000 personnes, le Parti radical-socialiste brille par son absence147. Le Front populaire est ici le rassemblement des deux partis marxistes, des syndicats et de différentes associations ou partis de faible audience comme la Jeune République, comme si ceux qui peuvent avoir une chance d’être élus, ne voulaient pas se compromettre ni compromettre leur éventuelle élection, Guy La Chambre en étant l’exemple-type.

  • 148 Ci-dessus chapitre 1, p. 53 et suivantes.

85Les résultats des élections législatives de 1936 n’apportent aucune victoire aux candidats se réclamant du Front populaire148. Cette absence d’élu du Front populaire ne signifie nullement une marginalisation de l’Ille-et- Vilaine par rapport à la vie politique nationale ; dans l’ensemble de la France, la victoire de la gauche est loin d’être un raz-de-marée. La vigueur même de la campagne électorale dans le département a prouvé que l’enjeu est bien perçu, mais les petites villes et les campagnes restent fidèles à leurs traditions ne différant sans doute guère de nombreuses petites villes françaises, crispées sur les acquis et peu enclines à se lancer dans des transformations sociales, économiques et idéologiques.

  • 149 Le Nouvelliste de Bretagne, 5 mai 1936.

86Les réactions après la victoire du Front populaire sont vives. Le Nouvelliste de Bretagne, journal de la droite cléricale donne le ton en titrant : « Que nous réserve cette Chambre inquiétante? », « Les réconfortants résultats de l’Ouest » et « La Chambre va rassembler 261 révolutionnaires pur-sang »149. Ces titres sont à la mesure du choc subi par la droite cléricale, par la société traditionnelle, de la peur ressentie devant l’inconnu, devant ce fait inimaginable, inconcevable : pour la première fois, la France va être dirigée par un socialiste, juif de surcroît ! Face à cela, à gauche, l’atmosphère est à la joie, mais la vigilance est tout aussi présente comme en témoignent les grèves de mai et de juin 1936.

  • 150 Les Nouvelles Rennaises, 18 juin 1936 ; 1060 dans les grands magasins. Les lacunes des sources ne (...)

87Dans le département, celles-ci ne commencent qu’après le 7 juin 1936, afin de faire appliquer les accords Matignon. Elles sont souvent le fait de non syndiqués. Elles commencent dans la métallurgie, puis elles gagnent de petites entreprises de textile comme la chemiserie Strauss, la bonneterie et enfin les grands magasins de Rennes tels les Magasins Modernes, Prisunic et les Nouvelles Galeries. Ces grands magasins sont encore peu nombreux et récents. La grève des employés est une nouveauté. Au total, à Rennes, 1 400 personnes au moins sont en grève à la mi-juin 1936150. Face à ces grèves, le patronat réagit parfois vigoureusement tel le directeur des Nouvelles Galeries qui fait apposer une affiche annonçant que les employés de son établissement sont en congés payés jusqu’à nouvel ordre ! La réplique est la syndicalisation des employés. La plupart de ces grèves s’achèvent dans la seconde quinzaine de juin après que le patronat a accepté d’appliquer les accords Matignon ainsi que les quarante heures et les congés payés.

88Bien que le Front populaire ne soit pas localement victorieux, l’état d’esprit de celui-ci, les réactions qu’il suscite, sont identiques au reste de la France. L’Ille-et-Vilaine y participe et ne reste pas en marge.

89La gauche, dans l’ensemble, a des partis mieux structurés que la droite à l’exception des radicaux-socialistes. Même dans ce département où elle n’est pas en position dominante, elle a su créer et maintenir des fédérations départementales. Cette forte structuration permet si nécessaire de mobiliser rapidement des forces plus importantes que le nombre d’adhérents ne le laisse supposer. Ici, les relations entre les trois principaux partis de gauche sont presque constamment tendues et, semble-t-il, plus fortement que sur le plan national. Tous s’affirment clairement laïques, mais c’est presque leur seul terrain d’entente. Les radicaux-socialistes sont constamment sur la défensive par rapport à la SFIO et au PCF, en particulier lors de la constitution du Front populaire. L’attitude timorée des candidats radicaux-socialistes les conduit à avoir deux étiquettes : l’une à usage local, l’autre à usage national... Quant aux relations entre la SFIO et le PCF, elles suivent l’évolution nationale et ne présentent pas d’originalité contrairement à ce qui se passe chez les syndicats.

90La gauche minoritaire en Ille-et-Vilaine ne connaît pas de déclin ou de stagnation, bien au contraire, puisque le nombre de voix recueillies augmente plus vite que celui des électeurs. Cette tendance révèle un département qui, sans bruit, sans effet spectaculaire, modifie son comportement, annonçant des changements ultérieurs.

91La force de la presse, son tirage reflètent mieux que leur organisation, le poids électoral des diverses forces politiques, quoique l’on puisse se demander si cette pénétration n’est due qu’aux opinions exprimées et si ne s’y ajoutent pas des considérations pratiques.

92La droite a un poids électoral important, même s’il se dégrade en fin de période au profit du centre. Son organisation, très éphémère, reste marquée par des formes d’organisation qui sont celles des débuts de la IIIe République et non du xxe siècle comme soulignant un peu plus son caractère archaïque, son conservatisme politique, social. En revanche, le PDP, seul parti du centre, cherche à se doter d’une structure réelle et permanente tel un parti moderne ayant compris que l’on est entré dans l’ère des masses, en politique comme ailleurs. Le PDP se distingue de la droite à la fois par son appartenance au courant démocrate-chrétien et par son organisation. La différence d’organisation de ces deux courants de pensée est le fruit de l’évolution en cours concernant toutes les organisations politiques.

93À gauche, ces mêmes différences structurelles existent et de 1919 à 1939 les partis les mieux structurés gagnent du terrain, mieux préparés à l’ère des masses.

94Ces forces politiques reflètent d’une certaine manière dans leur organisation, leurs conceptions politiques et sociales. La période de 1919 à 1939 est celle de l’adaptation des forces politiques à de nouveaux comportements, si bien que pendant quelque temps, on a ce paradoxe que des partis peu structurés, voire inexistant localement, disposent d’un puissant réservoir d’électeurs et vice versa. Mais cette tendance commence à s’inverser à partir de 1928/1932 (une fois de plus dates -tournant), pouvant aller ultérieurement jusqu’à une adéquation entre partis structurés et force électorale.

95Si le relais de ces forces politiques est tout naturellement la presse écrite (la radio ne joue localement qu’un rôle mineur), celles-ci ont cependant d’autres relais contribuant à la formation des mentalités, aux choix de société qui s’expriment à travers l’école, la pratique religieuse, les syndicats...

Notes

1 N’est-ce pas l’une des raisons pour laquelle, jusqu’à une date récente, les historiens ont plus volontiers étudié les organisations de gauche ? L’historiographie restant plus en retrait sur les droites. Pendant longtemps, la seule exception fut l’ouvrage de Rémond (René), Les droites en France, Aubier, 2e éd. 1983), isolement heureusement rompu par la somme dirigée par Jean-François Sirinelli, Histoire des droites en France, 3 vol., Gallimard, 1992.

2 Le Nouvelliste de Bretagne, 16 mai 1919.

3 Becker (J.-J.) et Berstein (S.), Victoire et frustrations, 1914-1929, Seuil, (« NHFC », tome 12), 1990, p. 188-190.

4 Le Nouvelliste de Bretagne, 22 juin 1919.

5 Ces derniers comme les précédents sont également maires de leurs communes.

6 Le Salut (Saint-Malo), Le Courrier Breton, Le Nouvelliste de Bretagne.

7 Le Nouvelliste de Bretagne, 23 juin 1919.

8 ADIV - 3 M 342 : rapport du préfet du 1er février 1924.

9 Le Nouvelliste de Bretagne, 29 janvier 1928 sous le titre « Le déjeuner politique du Nouvelliste ».

10 Cholvy (G.) et Hillaire (Y.-M.), Histoire religieuse de la France contemporaine, tome 3 :1930-1988, Privat, 1988, p. 1-2.

11 Si deux défenseurs de celle-ci s’affrontent, il ne prend pas position.

12 Cf. ci-dessous chapitre 3, p. 137-138.

13 ADIV - 3 M 344 : lettre du préfet au ministre du 30 avril 1928.

14 ADIV - 3 M 342 : rapport du sous-préfet de Redon, 16 janvier 1924.

15 Le préfet Maupoil en particulier a occupé, avant sa nomination en 1921, divers postes dans le Centre et le Sud-Ouest et il a été membre du cabinet Clemenceau.

16 En Bretagne, plus des trois-quarts des députés (35/44) sont opposés au Cartel des gauches.

17 La Semaine Religieuse, 26 juillet 1924 : lettre du cardinal Charost à l’évêque de Strasbourg.

18 L’assemblée des cardinaux et archevêques fait appel à lui en octobre 1924 parce qu’il a fondé, pour lutter contre le Cartel des gauches, une Ligue des catholiques rouergats. Comprenant qu’on est entré dans l’ère des masses, il organise les catholiques (Cholvy (G.) et Hilaire (Y.-M.), op. cit., tome 2 : 1880-1930, p. 285).

19 La Semaine Religieuse, février 1925, p. 174 et ADIV - 1 Z 564 : rapport du commissaire spécial du 16 février 1925, qui précise l’absence de femmes. Le Nouvelliste de Bretagne précise le 17 février 1925 (pour répondre aux contestations sur le chiffre de 45 000) qu’il a pu compter par arrondissement -les unions défilant sous leur bannière paroissiale ou cantonale- soit l’arrondissement de Rennes : 11 500, de Redon : 9 800, de Fougères : 5 500, Vitré ; 6 600, de Montfort : 4 000 et de Saint-Malo : 6 000 c’est-à-dire un total de 43 500 hommes.

20 Ils réclament la liberté d’enseignement, le maintien du Concordat, rappellent le sacrifice des catholiques pendant la guerre.

21 Soit plus que de communes c’est-à-dire dans toutes les paroisses -au moins officiellement-.

22 Le même jour, dans la même salle des Lices à Rennes mais évidemment à des heures bien différentes.

23 AN - F7 13 222 : rapports du préfet en 1926 et 1927 et Le Nouvelliste de Bretagne, 28 mars 1927.

24 Mayeur (J.-M.), « Catholicisme libéral, catholicisme intransigeant, catholicisme social, démocratie chrétienne », AESC, mars 1972.

25 Elle regroupe 30 900 adhérents en octobre 1925 sur 135 000 électeurs, La Semaine Religieuse, 21 octobre 1925 : rapport du colonel de Lesquen, président du comité diocésain, p. 1049.

26 AN - F7 13 222 : affiche apposée à Rennes, 19 janvier 1927.

27 La Semaine Religieuse, 22 novembre 1924 : « La guerre religieuse », article non signé qui se termine en reprenant les revendications des Unions catholiques des hommes. Si, en public à notre connaissance, le cardinal n’a jamais fait preuve d’antisémitisme, il n’empêche qu’il a bel et bien autorisé la publication de ce texte dans le bulletin de son diocèse et il est très proche de l’Action française.

28 ADIV - 3 M 341 : rapport du préfet, 1er février 1924, mais le journal estimait avoir 850 000 lecteurs ! (Annuaire de la presse française-1924).

29 ADR : visites pastorales de 1921 et de 1931.

30 AN - F7 13 224 : document daté du 23 septembre 1928. Les liens entre ce journal et l’Église sont ainsi on ne peut plus clair.

31 Texte signé naturellement par le cardinal Charost dont on constate l’obéissance aux décisions de l’Église quoiqu’il pût lui en coûter.

32 Venu en discussion à la Chambre des députés au printemps 1919 qui y est favorable mais le Sénat refuse.

33 Le Nouvelliste de Bretagne, 14 juin 1919.

34 Une enquête organisée auprès de ses lectrices (catholiques) indique qu’elles-mêmes y sont favorables (11 007 pour, 6 672 contre et 4 716 pour avec des réserves). L’Ouest-Éclair est plus réticent que son concurrent. Surtout, le 21 février 1934, Les Nouvelles Rennaises, journal radical-socialiste, affirme : « Qu’elle soit éligible nous le voulons bien. Électrice, jamais. Le jour où elle le sera, vous pouvez être sûrs que le lendemain M. Chiappe sera Président de la République et Philippe Henriot Président du Conseil. ». De fait, c’est la gauche laïque non communiste qui est la plus hostile au vote des femmes parce qu’a priori électrices de droite. Rudelle (O.), “Le vote des femmes et la fin de l’exception française” », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, avril 1994, p. 57-61.

35 Port-Hellec (Yann), Le Nouvelliste de Bretagne: 1923-1926, un quotidien nationaliste et clérical, université Rennes2, mémoire de maîtrise, juin 1987, 128 p.

36 Le Nouvelliste de Bretagne, 11 septembre 1926.

37 Guerrin (Yann), Le Nouvelliste de Bretagne de 1933 à 1939 : un journal catholique dans un monde de plus en plus éloigné des valeurs religieuses fondamentales. Rennes 2, mémoire de maîtrise, 1988, p. 52 et suivantes et Le Nouvelliste de Bretagne, 23 juillet 1935 et 10 décembre 1935.

38 Dans la ligne de l’encyclique Mit brennender Sorge (1937) ; il serait évidemment Intéressant de connaître le point de vue des lecteurs et non celui officiel de l’Église.

39 Le Nouvelliste de Bretagne, 16 avril 1935.

40 Guerrin (Yann), op. cit., p.110 et suivantes.

41 Le Nouvelliste de Bretagne, 13 décembre 1938 et cf. Rémond (René) et Bourdin (Janine) (s.d.), La France et les Français en 1938-1939, PFNSP, 1978, 365 p.

42 Cf. ci-dessus chapitre 1 p. 44-46

43 Annuaire de la presse française-1919.

44 Dès 1910, il est demandé à l’abbé Trochu de quitter l’administration de L’Ouest-Éclair ; du fait de la guerre, il y revient si bien qu’en janvier 1920, une nouvelle fois, l’archevêché lui demande de quitter l’administration de L’Ouest-Éclair. Peu à peu un modus vivendi s’établit, mais le journal est sous haute surveillance et plus particulièrement l’abbé Trochu. Celui-ci dans ses Mémoires, véritable plaidoyer pro domo, reconnaît : « Nous n’oserions pas soutenir que les thèses présentées (...) avaient le mérite de ne jamais offenser la vérité et la vertu de prudence ou qu’elles fussent marquées toujours au coin d’un sens politique éclairé » mais il pourrait répondre « en énumérant les obstacles de toutes sortes auxquels ils étaient exposés, (...) et que l’enthousiasme allié à beaucoup d’inexpérience dessert parfois les meilleures causes » dans Delourme (Paul) (pseudo de Trochu), 35 années de politique religieuse ou l’histoire de L’Ouest-Éclair, Fostier, s.d. [mais la préface date de septembre 1936], p. 21-22.

45 O.E., 16 novembre 1919.

46 Le Nouvelliste observe la même attitude.

47 C’est-à-dire Pinault, Bellanger, A. Le Douarec et même Guernier; cf. O.E., 19 avril 1928.

48 Delbreil (J.-P.), op. cit., p. 155.

49 O.E.., août 1924.

50 Delbreil (J.-P), op. cit., p. 156. Or, Delbreil se trompe et confond avec les élections de 1919 où ce fut bien l’attitude de L’Ouest-Éclair, alors qu’au contraire en 1924, il soutient la liste de droite.

51 AN - F7 12 991 : rapport du préfet, 1er décembre 1924.

52 AN - F7 12 991 : rapport du préfet, 13 mars 1925 et O.E., 14 et 16 mars 1925.

53 Après sa mort, Charles Jacquart, négociant à Rennes et président de la section de Rennes dès l’origine, lui succède.

54 Delbreil (J.-P.), op. cit., p. 339.

55 D’après le communiqué de l’archevêché reproduit dans La Semaine Religieuse Au 12 juillet 1930, le 13 juin 1930 d’après Delourme (Paul) (pseudo de Trochu), op. cit., p. 408.

56 La mobilisation contre le Cartel des gauches, la naissance simultanée du PDP, la crise de l’Action française et les oppositions vigoureuses entre les deux principaux journaux catholiques du département.

57 Delbreil (J.-P.), op. cit., p. 348 qui cite une lettre de Des Cognets adressée à Francisque Gay le 28 avril 1953. On voit mal dans ce journal plutôt du centre-droit et jusque-là complètement étranger au milieu de l’Action française comment il pourrait être « imprégné » de cette idéologie. Des études à venir sur ce journal permettront-elles d’y voir plus clair ?

58 Delbreil (J.-P.), op. cit., p. 349.

59 O.E., 7 et 8 février 1934.

60 Pour ce passage, cf. le mémoire de maîtrise de Cressard (Antoine), L’Ouest-Éclair et la guerre civile espagnole, Rennes2, 1988, 163 p.

61 O.E., 7 septembre 1936.

62 Et parce qu’il n’est pas imaginable à l’époque qu’un catholique vote à gauche.

63 Les rares radicaux élus votent en faveur de la liberté de renseignement...

64 Faute d’archives, peu nombreuses et lacunaires.

65 AN - F7 13 194 : journal de caisse de l’Action française enregistrant les nouvelles adhésions (7 novembre 1921-29 avril 1922) ; il y en aurait eu 87 pendant la période précitée. Y aurait-il eu dans ce cas quelques centaines d’adhérents ?

66 Cholvy (G.) et Hilaire (Y.-M.), op. cit.. tome 2 : p. 294 et suivantes ainsi que Weber (Eugen), L’Action française, Fayard, 1985, p. 262 et suivantes.

67 La Semaine Religieuse, 27 novembre et 4 décembre 1926. Lettre pour laquelle il est précisé qu’il n’y a pas lieu de la lire en chaire.

68 Paillat (C.), op. cit., p. 380. Il laisse entendre qu’effrayé par les conséquences possibles, il se serait totalement soumis et serait devenu très prudent, ce qui est à nuancer. La décision décarter Delahaye du Nouvelliste n’est certainement pas étrangère à cette atmosphère.

69 ADR : le dossier sur l’Action française en donne des exemples.

70 Les termes en sont les suivants : « Je soussigné... déclare par le présent acte, condamner et réprouver, comme l’Église les condamne et les réprouve, l’Action Française ; accepter entièrement et sans restriction les directives et instructions du Souverain Pontife; me soumettre sans réserve aux décisions pontificales sur les erreurs de l’Action Française et de ne vendre ni acheter, ni lire habituellement le journal condamné, ni contribuer directement ou indirectement à la diffusion dudit journal. »

71 Les Nouvelles Rennaises, 7 et 14 juillet 1932.

72 AN - F7 13 194 ; L’Action française, 23 novembre 1928.

73 Dont 13 000 abonnés d’après Annuaire de la Presse française, 1938 ; cf. également le mémoire de maîtrise de Delahaye (J.-L.), Les thèmes de la droite dans l’Ouest à travers La Province (1928-1940), Rennes 2, 1972.

74 ADIV -1 M 146 : rapport du préfet de mars 1923.

75 Machefer (Philippe), Ligues et fascismes en France (1919-1930), PUF, col. « Dossiers Clio », 1974, p. 11.

76 AN - F7 13 234 : rapport de police du 14 juin 1927.

77 AN - F7 13 235 : rapport de police du 29 mars 1928 et rapport de police du 16 février 1930.

78 AN - F7 13 034 : rapport du préfet, 23 novembre 1935.

79 Milza (Pierre), Fascisme français : passé et présent, Flammarion, 1987, p. 124-125.

80 Le Rennais, journal républicain, 25 mars 1933.

81 AN - F7 13 034 : rapport du commissaire spécial de Rennes (31 mars 1933).

82 AN - F7 13 034 : rapport du préfet (23 novembre 1935).

83 Fricot (Régis) et Genaitay (Pierre), Dorgères et le mouvement paysan. Rennes, mémoire de maîtrise, 1972, 204p. et Ory (Pascal), « Le dorgérisme. Institutions et discours d’une colère paysanne (1929-1939) », RHMC, avril 1975, p. 118-190.

84 Seules les manifestations catholiques contre le Cartel des gauches font mieux.

85 Sauvy (A.), op. cit., tome 3 : p. 348.

86 Fricot (R.) et Genaitay (P.), op. cit., p. 117. À partir d’octobre 1938, le président départemental en Ille-et-Vilaine est Jean Nobilet qui, comme Jean Bohuon, vient du syndicat des cultivateurs-cultivant. Résistant, il mourut en déportation.

87 Milza (Pierre), op. cit., p. 127.

88 D’après le témoignage de M. Victor Janton. Nous n’avons pas d’autres sources pour ces chiffres. Deux PSF sont élus conseillers généraux en 1937, cf. chapitre 1, p. 59-61.

89 Future résistante tout comme M. Janton.

90 Entretien avec M. Janton.

91 Si les candidats aux élections ne se réclament pas ouvertement des radicaux-socialistes, c’est pour ne pas effrayer leurs électeurs pour qui les radicaux-socialistes sont des « rouges ».

92 ADIV - 3 M 341 : rapports du préfet du 1er février 1924 et du sous-préfet de Fougères du 9 février 1924.

93 ADIV - 1 Z 552 : carton d’invitation à cette manifestation républicaine du 27 novembre 1932.

94 ADIV - 1 Z 564 : rapport du sous-préfet de Saint-Malo, 31 janvier 1932.

95 Et aussi dans le cadre d’une réorganisation générale du parti ; cf. Berstein (Serge), op. cit., tome 2 : p. 80.

96 Le Parti radical-socialiste d’Ille-et-Vilaine ne suit pas l’évolution nationale qui le conduit au centre- droit, à la fois parce qu’il continue d’avoir parmi ses dirigeants plus de fonctionnaires que de petits patrons et parce que dans le département un parti laïque est perçu comme à gauche ou au centre- gauche ; Berstein (Serge), op. cit., tome 2 : p. 594.

97 Ce congrès doit poser la question du maintien de l’alliance de Front populaire; cf. Berstein (Serge), op. cit., tome 2 : op. cit., p. 512.

98 Dont on retrouve ici l’attitude ambiguë ; il ne se présente pas devant ses électeurs en 1936 comme radical-socialiste, mais il est inscrit à ce groupe à la Chambre des députés et est membre de la fédération départementale radicale-socialiste ! Il est vrai qu’il n’est pas partisan du Front populaire comme d’autres adhérents et contrairement à Gasnier-Duparc, ministre du premier gouvernement Blum. Cf. ci-dessus chapitre 1, p. 31.

99 Franc-maçon.

100 ADIV - 3 M 389 : rapport de police du 21 septembre 1937.

101 15 adhérents pour 10 000 habitants. Judt (Tony), La reconstruction du parti socialiste, 1921-1926, PFNSP, 1976, annexes.

102 Les chiffres des effectifs de la SFIO en Ille-et-Vilaine proviennent des rapports des congrès de la SFIO qui comportent quelques lacunes en particulier en 1921 et 1922. Ces chiffres correspondent au nombre de cartes ; recoupés parfois avec des indications éparses dans le journal de la fédération départementale ou dans des rapports de police, ils paraissent vraisemblables.

103 AN - F7 12 991 : rapport du préfet du 12 décembre 1920.

104 Judt (Tony), op. cit., p. 167.

105 La comptabilité des cartes est arrêtée au 31 décembre de chaque année (rapports des congrès).

106 Gombin (Richard), « Socialisme et pacifisme », dans La France et les Français, sous la direction de René Rémond et Janine Bourdin, PFNSP, 1978, p. 253-254.

107 ADIV - 3 Z 7 supplément : rapport de police de Redon, 7 avril 1924.

108 ADIV - 1 Z 564 : rapport de police de Saint-Servan, 10 décembre 1934.

109 ADIV - 3 M 341 : rapport du préfet du 1er février 1924.

110 Alors que la CGT et la CGTU organisent des meetings communs contre (occupation de la Ruhr (AN-F7 12 991 : rapport de préfet, 7 juin 1923).

111 Tillon (Charles), On chantait rouge, Laffont, 1977, p. 27-95 et deux études sur Louise Bodin : le mémoire de maîtrise de Descottes (Édouard), Louise Bodin et le jeune Parti communiste d’Ille-et-Vi- laine (1917-1929), Rennes2, 1988, 70 p. + annexes et l’ouvrage de Cosnier (Colette), La bolchevique aux bijoux : Louise Bodin, éd. Pierre Horay, 1988, 198 p.

112 Tillon (Charles), La révolte vient de loin, UGE « 10/18 », 1972, p. 426.

113 Touchard (Jean), « Le PCF et les intellectuels (1920-1939) », RFSP, juin 1967, p. 475.

114 Successivement La Voix Socialiste (juillet 1921-janvier 1922), La Voix Communiste de janvier 1922 à février 1923, La Bretagne communiste jusqu’en décembre 1926 auquel succède Le Prolétaire de l’Ouest et de septembre 1927 à novembre 1930, La République ouvrière et paysanne ; ce dernier couvre les cinq départements bretons ainsi que la Vendée et la Mayenne. Les titres successifs indiquent les difficultés à vivre d’un journal communiste local dont l’aire géographique s’étend peu à peu.

115 Le chiffre de 400 est cité par Charles Tillon dans op. cit., p. 45 note 2, sans indication de source. Il donne aussi le chiffre de 460 pour la fédération socialiste d’Ille-et-Vilaine avant le congrès de Tours ce qui est complètement inexact si l’on se fie aux rapports des congrès de la SFIO. Surtout le chiffre de 400 par rapport à 460 laisserait supposer que la quasi-totalité des adhérents serait restée au PCF ce que ne reflètent pas les mandats du congrès de Tours. Le chiffre de 210 provient d’un rapport de police (AN-F7 12 897). Il est vraisemblable comparé à celui de la SFIO à la même date (250) et respecte à peu près l’équilibre des forces de 1920. Enfin un rapport du préfet (ADIV-1M146) d’août 1923 signale qu’au 1er août 1923,262 cartes ont été prises d’après le comité fédéral communiste du département. On peut donc estimer que le nombre d’adhérents en 1923 est compris entre 210 et 260.

116 Organe bi-mensuel de 4 pages qui succède à La Voix Socialiste fin janvier 1922 et est un organe interfédéral pour la Mayenne, les Côtes-du-Nord et l’Ille-et-Vilaine. Il tire à 500 puis 1 000 exemplaires (AN - F7 12 991 : rapport de police du 18 mars 1922).

117 La Voix Socialiste, 5 novembre 1921.

118 Tartakowsky (Danielle), op. cit., p. 30.

119 AN - F7 12 991 : rapport de police du 3 avril 1922.

120 ADIV - 1 Z 558 : rapport de police du 18 janvier 1924 et Tillon (Charles), op. cit., p. 51.

121 Tartakowsky (Danielle), op. cit., p. 70 et suivantes.

122 Citée par Cosnier (Colette), op. cit., p. 183-185.

123 Deux journaux locaux l’évoquèrent : Les Nouvelles Rennaises, journal radical-socialiste, le 12 février 1929 et le nouveau journal régional communiste La République ouvrière et paysanne, le 9 février 1929. Enfin un avis d’obsèques paru dans L’Ouest-Éclair du 5-6 février 1929 montre qu’elle eut des obsèques religieuses, probablement pour des raisons de convenance s’agissant de la femme d’un professeur de l’école de Médecine.

124 Cosnier (Colette), op. cit., plus particulièrement les pages 105 et suivantes et Bodin (Louise), Au pays des repopulateurs, soc. mutuelle d’édition, 1922.

125 L’expression vient de ses adversaires et est citée par Roquier (Jeanne) et Thouanel (Renée), Émile Drouillas dit Laporte, Rennes, Imprimerie commerciale, 1978, p. 31 (les auteurs sont les filles d’E. Drouillas).

126 Cosnier (Colette), op. cit., p. 141.

127 Réorganisée en mai 1927, la région comprend les cinq départements bretons, la Mayenne et la Vendée.

128 ADIV - 1 Z 564 : rapport de police du 3 novembre 1928. Le journal disparaît deux ans plus tard.

129 Le PCF est alors en pleine campagne antimilitariste; c’est devant le tribunal qu’il annonce sa décision de quitter le Parti, tout en reconnaissant ses responsabilités. Ses anciens camarades l’accusent d’avoir eu peur d’aller en prison. La République ouvrière et paysanne, 5 janvier 1929.

130 Malheureusement, les sources ne permettent pas de dire avec précision, quand réellement a commencé ce déclin.

131 L’Ouest-Éclair, 27 décembre 1928.

132 AN - F7 13 140 : rapport de police du 27 janvier 1929.

133 AN - F7 13 140 ; rapport de police du 27 janvier 1929.

134 AN - F7 12 756 : rapport de police du 4 mars 1929. Le même rapport signale l’incendie le ler mars 1929 des locaux du PCF et précise : « Toutes les archives ont été la proie des flammes ».

135 ADIV - Le Pionnier Rouge a eu, semble-t-il, douze numéros et est mensuel entre avril et décembre 1935.

136 Rapport des R.G. de fin 1938 intégré dans un rapport au SD du 12 février 1941, communiqué par l’IHTP-CNRS pour la préparation du colloque sur le PCF de 1938 à 1941 (octobre 1983). Voir ma communication en collaboration avec Bougeard (Christian), « La Bretagne », dans Les communistes français de Munich à Châteaubriant (1938-1941), PFNSP, 1987, p. 325-338.

137 Brochure du PCF : Deux ans d activité au Service du Peuple, rapport du Comité central pour le IXe congrès du PCF, Arles 25-29 décembre 1937.

138 ADIV - 131 W 22 : rapport de gendarmerie du 6 mai 1942.

139 ADIV - 134 W 16 : rapport de police du 25 avril 1944.

140 Contrairement à ce qu’affirme Monnier (Jean-Jacques), Géographie de l’opinion politique en Ille- et-Vilaine, thèse de 3e cycle, exemplaire dactylographié, Rennes, 1970, p. 64.

141 Le Nouvelliste de Bretagne, 9 février 1934. Il reprend une information publiée par Henri de Kerillis dans L’Écho de Paris.

142 Le Nouvelliste de Bretagne, 13 février 1934.

143 Le Rennais, 17 février 1934 et Les Nouvelles Rennaises, 15 février 1934.

144 AN - F7 13 034 : rapport du préfet, 24 juillet 1935.

145 AN - F7 13 034 : rapport du préfet, 24 décembre 1935.

146 Les Nouvelles Rennaises, 14 février 1936 et L’Aurore socialiste d’Ille-et-Vilaine, 15 février 1936.

147 Jacques Bonhomme, 3 avril 1936.

148 Ci-dessus chapitre 1, p. 53 et suivantes.

149 Le Nouvelliste de Bretagne, 5 mai 1936.

150 Les Nouvelles Rennaises, 18 juin 1936 ; 1060 dans les grands magasins. Les lacunes des sources ne permettent pas malheureusement de mieux cerner le mouvement social et politique de cette période: en particulier les rapports de préfet et de police sont manquants. Les témoignages comme les journaux se sont révélés trop imprécis.

Table des illustrations

Titre Graphique n°2. Les effectifs comparés de la SFIO en Ille-et-Vilaine et en France de décembre 1918 à décembre 1938
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9026/img-1.png
Fichier image/png, 355k
Titre Graphique n°3. Effectifs du PCF d'Ille-et-Vilaine (1923-1938)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/9026/img-2.png
Fichier image/png, 183k

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540