Version classiqueVersion mobile

Jeunesse irrégulière

 | 
Dominique Messineo

Seconde partie. Une jeunesse socialement inadaptée

Une jeunesse socialement inadaptée

Texte intégral

1La République s’enracine difficilement. Concurrencée et contestée principalement par les catholiques elle entreprend cependant entre 1879 et 1912 d’importantes réformes dans le domaine de la surveillance des aptitudes éducatives de la famille, de l’enseignement et de la rééducation de la jeunesse.

2La loi du 24 juillet 1889 relative à la déchéance de la puissance paternelle sera discutée pendant une décennie politiquement très mouvementée. L’antiparlementarisme se nourrit autant des scandales d’une classe politique indigne et versatile, que des manœuvres autoritaires du boulangisme. Toutefois en dépit d’une instabilité ministérielle chronique, le projet de disqualification de l’autorité familiale pour des raisons essentiellement morales ira à son terme. Cette loi, dont la portée symbolique est forte, illustrera la lutte que livrèrent les gouvernements républicains aux congrégations catholiques. Alors que celles-ci prétendaient exercer un pouvoir d’influence considérable sur la vie de la famille et l’éducation des enfants, les différents gouvernements se succédant entre 1879 et 1889 n’auront de cesse de les contenir et de leur contester le droit de développer le programme politique du catholicisme. La réforme de l’enseignement primaire et secondaire portée par Jules Ferry aura pour effet de retirer des mains du clergé les enfants des classes populaires qui y suivaient majoritairement leur instruction.

3Le Sénat, institution dominée par les conservateurs, tentera en vain de freiner ce mouvement en mettant en avant les bénéfices que pourrait tirer l’État d’une loi favorisant le placement des enfants des familles populaires auprès des institutions religieuses. Pendant de longs mois le sénateur Roussel et la très influente Société générale des prisons feront la promotion auprès des gouvernements et de la Chambre des députés, majoritairement républicaine entre 1877 et 1889, de la possibilité pour les parents de déléguer volontairement et expressément leurs droits éducatifs à des sociétés charitables dirigées par des clercs.

4Sous couvert d’agir dans l’intérêt des enfants que des familles n’arrivent plus à satisfaire, les philanthropes et leurs relais politiques entendent élargir les possibilités de confier la garde et la tutelle des enfants issus de milieux irréguliers à des institutions autres que les maisons de correction. Partant, on constate que la dimension prophylactique de l’ancien système de rééducation et de patronage de la jeunesse irrégulière ne cessera de s’accentuer entre le vote de la loi sur l’assistance aux enfants moralement abandonnés et celui instituant le pouvoir tutélaire des tribunaux pour enfants et adolescents.

  • 1 Sur cette question, on peut se référer au livre de Jean-Pierre Baud, L’affaire de la main volée, u (...)
  • 2 Ibid., p. 157.

5Il devient alors question d’agir bien en amont de l’irrégularité de la jeunesse et de déplacer l’attention des pouvoirs publics des faits des enfants vers l’étude de l’influence de leurs milieux d’origine quant à la formation de leurs comportements déviants. Les discours et les pratiques de la rééducation se recomposent ainsi autour de nouveaux dispositifs tirés des développements de l’hygiénisme1 et des sciences sociales. Le jeune irrégulier est alors l’objet d’une attention croissante de la part d’un pouvoir politico-administratif qui s’attache désormais à réformer ou à guérir la société dans son ensemble. Si cette préoccupation existait en creux depuis le XVIIIe, voire « pouvait déjà être soupçonnée dès la fin du Moyen Âge2 », il n’empêche qu’à la fin du XIXe siècle les progrès scientifiques de la gestion des divers aspects que recoupe l’irrégularité sociale finissent par constituer un corpus de techniques et de savoirs isolant et sanctionnant les caractères de l’inadaptation sociale.

6Alors que des termes médicaux, tels que la dégénérescence, ou encore le souci constant attaché à adjoindre à l’enquête de police les conclusions d’un médecin deviennent des éléments indispensables à la compréhension des individualités juvéniles irrégulières, une nouvelle figure du pouvoir de guérir s’affirme en lieu et place du médecin. En effet, cette mission d’assainissement des caractères sociaux sera désormais assumée par un magistrat d’un type exceptionnel, davantage psychologue et sociologue que juriste quand bien même ce dernier dispose de la compétence d’imposer une obligation à se réformer.

7C’est pourquoi la question qui nous retiendra sera celle de savoir par quels procédés les faits de la jeunesse irrégulière relèveront d’un traitement d’inspiration curative paradoxalement dirigé par des juristes ?

8Soutenir et orienter des habitudes régulières, ainsi que veiller à la santé et à la moralité des enfants des classes populaires sera l’œuvre d’experts sociaux situés au carrefour des discours médicaux, psychologiques, hygiénistes, charitables, philanthropiques, anthropologiques et normatifs. Un juridisme d’un type nouveau apparaîtra alors. Sorte de fragment des sciences sociales, il aura pour objet de gérer et de réguler la place de chacun dans la société en fonction de sa capacité à s’adapter aux valeurs de la classe dominante.

9Trois étapes législatives peuvent être repérées dans ce mouvement de prévention et d’individualisation du traitement de l’inadaptation sociale de la jeunesse irrégulière.

10Dans un premier temps, il s’agira pour le législateur de saper l’autorité de la famille et de se substituer directement ou indirectement aux parents indignes ou incapables (chapitre iv). Puis, après la marginalité, il conviendra de combattre les violences domestiques et d’associer dans la même manière d’y faire face, l’enfant victime, futur délinquant et l’enfant coupable qui n’est qu’une victime qui s’ignore (chapitre v). Enfin, l’étude d’un dispositif juridique complet organisant la tutelle de la jeunesse populaire, tel que le tribunal pour mineurs le permettra, dévoilera la fonction pédagogique du législateur. À cette occasion s’affirmeront les prémices d’un droit devenu pleinement le discours éducateur d’un État se chargeant de la gestion de l’inadapté social et de la détermination du meilleur programme de discipline possible (chapitre vi).

Notes

1 Sur cette question, on peut se référer au livre de Jean-Pierre Baud, L’affaire de la main volée, une histoire juridique du corps, Paris, Le Seuil, 1993.

2 Ibid., p. 157.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search