Version classiqueVersion mobile

Identités et territoires dans les mondes hispaniques

 | 
Jean-Philippe Priotti

Première partie. Gestion gouvernementale et sociale des rapports identitaires

Redéfinitions identitaires, xénophobie et exclusion raciale au Portugal au milieu du XVIIe siècle1

João Pedro Gomes

Texte intégral

  • 1 Abréviations utilisées : AGS : Archives Générales de Simancas ; ANTT : Archives Nationales de la T (...)

1Lorsque se réunirent les Cortes à Lisbonne, en 1641, peu de temps après la proclamation de Jean IV comme nouveau roi de Portugal, l’une des premières tâches de ceux que l’on allait appeler par la suite les « Restaurateurs » fut de justifier le coup d’État et de défendre la nouvelle dynastie des Bragance. Parmi les arguments utilisés, l’un d’entre eux faisait référence au défaut de naturalité des Habsbourg. Selon les partisans de Jean IV, seuls les princes qui étaient naturels du Portugal avaient le droit de prétendre devenir souverains de ce pays. De la même façon, ils reprochaient à Philippe IV de ne pas avoir respecté les engagements de son grand-père, Philippe II, et d’avoir placé à des postes et charges de l’administration portugaise des Castillans. Au moment donc où le Portugal retrouvait son indépendance, la question de la naturalité et la définition de qui était étranger, ou pas, devenait un thème central du débat politique portugais.

2Mais qui étaient-ils, ces étrangers qui vivaient au Portugal ? Et comment les nouvelles autorités de Lisbonne allaient-elles réagir face à ceux qui vivaient, pour certains d’entre eux depuis plusieurs générations déjà, en territoire lusitanien ? Et qu’en était-il des Portugais qui, vivant en Castille, étaient eux, désormais, réciproquement, jugés étrangers au sein des villes et villages où ils avaient toujours vécu ? Par ailleurs, comment les dirigeants de la nouvelle dynastie des Bragance agirent par rapport aux minorités religieuses et ethniques qui vivaient alors dans le royaume ? La question qui sera discutée ici est donc de savoir comment les sociétés ibériques, et en particulier la société portugaise, du fait des évènements politiques survenus en cette année 1640, repensèrent leur identité collective et la place des étrangers et des groupes minoritaires installés au Portugal.

  • 2 J’emploie ici le terme « ethnique » au sens que lui a donné Fredrik Barth. Voir Fredrik Barth, “In (...)
  • 3 AGS, GA, 1401. Lettre du comte de Alba de Liste, du 6 août 1641, informant Philippe IV de la néces (...)
  • 4 AGS, GA, 1401. Lettre du duc de Medina Sidonia, du 23 août 1641, au roi à propos des mouvements et (...)

3La frontière entre la Castille et le Portugal, la raia (terme utilisé par les Espagnols et les Portugais pour désigner leur frontière commune) était alors une région relativement peuplée, parsemée de plusieurs villes importantes, et même de quelques sièges épiscopaux comme Miranda do Douro, Elvas ou encore Tuy. La longue période (de 1580 à 1640) pendant laquelle les Couronnes de Castille et du Portugal furent soumises à un même souverain avait naturellement et simultanément contribué à rendre les contacts plus fréquents et la cohabitation entre les communautés frontalières plus intenses. Par conséquent il n’est pas surprenant de vérifier que, lorsque la guerre éclata, de nombreux témoins de l’époque s’inquiétèrent du degré d’interpénétration ethnique2 que les villages et villes de la raia manifestaient. Ainsi, le 6 août 1641, le comte de Alba de Liste, gouverneur militaire de la région de Zamora, se plaignit, dans une lettre adressée à Philippe IV, du nombre particulièrement élevé (plus de cinq cents) de Portugais qui vivaient alors dans la ville3. Le comte de Alba n’était d’ailleurs pas le seul à s’en préoccuper. Une autre figure de proue de la noblesse castillane, le duc de Medina Sidonia, le 23 août 1641, envoyait à Madrid le même message. Cette fois-ci ce n’était pas la ville de Zamora ni la partie septentrionale de la frontière luso-castillane qui était en cause mais la ville d’Ayamonte, à l’embouchure du Guadiana et point le plus méridional de la raia4. Ce qui était en cause, c’était la douteuse loyauté des Portugais qui étaient installés en Castille et la correspondance qu’ils entretenaient avec le royaume désormais considéré comme « rebelle ».

  • 5 AGS, GA, 1374, document 58. Rapport secret, daté du 9 janvier 1641, sur la province de Trás-os-Mon (...)
  • 6 ANTT, Cortes, carton 9, no 5 – Chapitres présentés par les procurateurs de la ville d’Aveiro, 1642 (...)

4À l’origine de cette situation on trouve de solides intérêts marchands qui unissaient ceux qui dépendaient du commerce transfrontalier. Ainsi, selon un informateur castillan, les habitants de la province portugaise de Trás-os-Montes manifestèrent peu d’enthousiasme (voire même aucun) pour la nouvelle dynastie des Bragance car la rupture politique créée par la Restauration leur ferma l’accès au royaume de Galice5. Par ailleurs, les procurateurs aux Cortes de 1642 de la ville d’Aveiro, un des principaux centre producteur et exportateur de sel, se plaignirent quant à eux d’avoir perdu ces mêmes marchés galiciens ainsi que ceux de Biscaye6.

  • 7 Réciproquement, un grand nombre de Castillans s’étaient eux aussi installés au Portugal, en partic (...)
  • 8 Gonçalo de Reparaz,Os Portugueses no vice-reinado do Peru (séculos XVI e XVII), Lisbonne, Institut (...)
  • 9 Antonio Domínguez Ortiz,Los judeoconversos en la España Moderna, Madrid, Mapfre, 1993 [1991], p. 8 (...)
  • 10 AGS, GA, 1374, doc. 66. Rapport remis à Philippe IV par le marquis de Valparaíso, daté du 6 févrie (...)

5L’union des Couronnes ibériques avait provoqué une forte émigration des Portugais vers la Castille et les territoires qui lui étaient soumis7. Naturellement cela renforça encore davantage la visibilité des Portugais dans les villes espagnoles proches de la frontière et accrut l’hétérogénéité de ces communes. On notera au passage que si l’on connaît assez bien les mouvements migratoires qui virent les Portugais s’installer aux Indes de Castille8, ou encore l’émigration des nouveaux chrétiens venus des principales villes de Portugal à Madrid ou Séville9 (principalement), on a, par contre, trop souvent négligé ces nombreux Portugais partis travailler en Castille et qui n’exerçaient pas de métiers liés au commerce ou à la finance. Ils appartenaient fréquemment à des catégories socio-professionnelles modestes, souvent simples journaliers agricoles10 ou encore petits propriétaires terriens.

6La longue guerre d’indépendance du Portugal contre la monarchie hispanique (1640-1668) va bouleverser cette réalité de proximité et d’hétérogénéité ethnique de la frontière luso-castillane. Effrayés à l’idée d’avoir au sein de leurs territoires une possible cinquième colonne composée d’étrangers à la loyauté douteuse, les autorités militaires et politiques des deux monarchies vont s’efforcer de mettre un terme à cette situation. Dans le but d’homogénéiser la composition ethnique de leurs royaumes respectifs, les administrations royales des deux Couronnes ibériques ont, dans un mouvement pratiquement simultané, mis en place des mesures visant à séparer, voire à expulser, les étrangers.

  • 11 AGS, GA, 1374, Consulte, du 10 janvier 1641, de la junte d’exécution du conseil de guerre proposan (...)
  • 12 AGS, GA, 1374, doc. 82. Réunion de la junte d’exécution, le 4 février 1641, à propos d’une lettre, (...)

7Ainsi, rapidement, les principaux conseils de la monarchie hispanique ont débattu des mesures à prendre contre les rebelles portugais. Le conseil de guerre, chargé de juger toutes les affaires concernant les frontières de l’Espagne, envoya à Philippe IV, dès le mois de janvier 1641, une série de rapports et de consultes proposant de couper toute correspondance et tout commerce avec le Portugal11. Si ces mesures semblent logiques dans une situation de guerre ouverte entre les deux monarchies, elles touchaient essentiellement les Portugais installés en Castille qui se retrouvèrent désormais dans l’impossibilité de maintenir des liens réguliers avec leurs agents ou famille restés au Portugal. La lutte contre ce qui dorénavant fut considéré comme de la contrebande commença presque immédiatement. Ainsi, seulement deux semaines après les délibérations du conseil de guerre, trois contrebandiers portugais furent arrêtés sur les routes qui reliaient la petite ville de Montijo, en Extrémadure espagnole, avec le Portugal12.

  • 13 ANTT, Conselho de Guerra, Consultes, carton 3, caisse 28, no 103 – Lettre de Joane Mendes de Vasco (...)
  • 14 ANTT, Cortes, carton 12, no 10. Chapitres offerts aux Cortes par les procurateurs de la ville de M (...)

8De leur côté, les nouvelles autorités portugaises ne furent pas non plus en reste. Si, du fait de la dépendance du Portugal vis-à-vis de certains produits castillans (comme le fer, les grains ou l’argent venu d’Amérique entre autres), on chercha à éviter d’interrompre totalement le commerce entre les deux Couronnes, il n’en alla pas de même avec la communication entre les habitants de la raia. Ainsi, le 10 juin 1643, le nouveau roi de Portugal, Jean IV, rappela, dans une lettre adressée à Joane Mendes de Vasconcelos, général en chef de l’armée de la province de l’Alentejo, qu’il devait par tous les moyens éviter l’échange de correspondances entre son royaume et celui de Castille. Cela illustre d’une part la volonté d’en finir avec les relations de bon voisinage entre Castillans et Portugais de la frontière et d’autre part la difficulté d’appliquer rigoureusement cet ordre13. Les obstacles que l’autorité royale pouvait rencontrer, lorsqu’il s’agissait de se faire obéir de ses sujets récalcitrants et vivant dans des régions relativement éloignées de Lisbonne, n’empêcha toutefois nullement ces mesures d’avoir un certain succès, comme en témoigne les plaintes répétées des procurateurs des villes portugaises aux Cortes14.

9Établir une séparation nette entre les deux Couronnes devint donc un objectif commun des monarques castillan et portugais et de leurs administrations respectives. Par ailleurs, dans un mouvement tout aussi réciproque, se mit en place de façon très précoce un ensemble de mesures cherchant à surveiller, à réprimer puis à expulser ceux qui étaient désormais jugés indésirables car dangereux pour la communauté dans laquelle ils vivaient du fait de leur nationalité.

  • 15 Lettre de Sebastián González au père Rafael Pereyra (S.J.) écrite à Madrid le 22 décembre 1640, da (...)
  • 16 Sur l’importance du statut de « vizinho » dans le monde ibéro-américain, voir Tamar Herzog,Definin (...)
  • 17 Copie de la lettre envoyée par D. Martin de Velázquez, capitaine et gouverneur de Barcarrota, au p (...)
  • 18 BA, 51-VIII-27, fol. 335. Lettre du roi de Portugal, Jean IV, du 25 août 1647, au comte de Castelo (...)

10Au Portugal, on ne perdit pas de temps pour faire comprendre aux sujets de Philippe IV qu’ils étaient dorénavant des intrus. Selon le témoignage d’un contemporain, à Lisbonne, dès le mois de décembre 1640, les Galiciens qui vivaient dans la ville reçurent l’ordre de la quitter pour Porto et Viana do Castelo15. Mais c’était naturellement dans la raia où l’on trouvait le plus grand nombre de Castillans vivant en territoire portugais, jouissant même parfois du statut de vizinho16 (c’est-à-dire de résident de la commune bénéficiant des droits et devoirs de ses habitants). Dans le cas de la petite communauté de Barrancos, une bourgade portugaise localisée au-delà du Guadiana et qui constituait comme une presqu’île au sein de la Couronne de Castille, et peuplée par un nombre très important de Castillans, les chefs militaires bragancistes préférèrent même brûler la ville, sans toutefois oublier, préalablement, de piller les biens de ses résidents espagnols et de les chasser vers l’Andalousie voisine17. Le refus, de la part des autorités portugaises, d’accueillir au sein du royaume des individus de nation castillane se manifesta tout au long de la période que dura le conflit. Ainsi, par exemple, on préféra ne pas admettre dans les rangs de l’armée portugaise les déserteurs des tercios de Philippe IV. La solution envisagée et appliquée fut de les déporter dans les territoires d’outre-mer de la Couronne portugaise18.

  • 19 AGS, GA, 1401. Rapport du comte de Alba, remis depuis Zamora au Conseil de Guerre à Madrid, daté d (...)
  • 20 AGS, GA, 1400. Lettre du licencié D. Pedro de Minuve, écrite à Zamora le 28 novembre 1641, à Phili (...)

11Côté espagnol, la question de l’attitude à adopter vis-à-vis des Portugais qui résidaient en Castille posait un défi beaucoup plus complexe aux autorités. En effet, officiellement, les Portugais étaient toujours considérés comme des sujets de Philippe IV et la guerre que le Roi Catholique menait contre le Portugal visait en principe les rebelles qui avaient pris le parti de Jean IV. Autrement dit, les Portugais qui vivaient dans les territoires de la Couronne de Castille et qui maintenaient leur loyauté vis-à-vis du Roi Catholique ne pouvaient, légalement et moralement, être l’objet d’une quelconque répression. Pourtant, les faits démentirent rapidement ce discours officiel. En réalité, comme on l’a déjà souligné, la fidélité des sujets portugais fut considérée douteuse et il sembla assez vite urgent d’adopter une attitude méfiante. Si, à Zamora par exemple, les autorités militaires promettaient de faire attention pour dissimuler la crainte que leur inspiraient les Portugais de la ville19, à Carvajal (ville située sur la frontière et à proximité de Bragance) l’on décida de vérifier ostensiblement, aux portes d’entrée de la localité, la naturalité de ceux qui s’y présentaient20.

  • 21 AGS, GA, 1376. Consultes, du 4 juillet et du 13 juillet 1641, de la junte d’exécution sur la consu (...)
  • 22 AGS, Estado, 2815, Lettre du secrétaire du Conseil d’État, Pedro Coloma, à Gerónimo de la Torre, d (...)

12Plus sensible encore était la situation des nombreux Portugais qui servaient dans les tercios du roi catholique et qui avaient décidé de demeurer fidèles à Philippe IV. La question qui se posait, et qui était intensément débattue, était de savoir si l’on pouvait prendre le risque d’envoyer ces soldats se battre contre les troupes de Jean IV21. Face à leurs compatriotes, éventuellement face à certains de leurs parents, pouvait-on vraiment être sûrs que ces soldats portugais du monarque espagnol maintiendraient leur fidélité et loyauté jusqu’au bout ? Dans les faits, la solution adoptée fut d’éloigner ces soldats du conflit avec les armées bragancistes et des les envoyer se battre sur des terrains d’opération où leur dévouement ne risquait pas de se voir remis en cause aussi facilement. La guerre en Catalogne et, plus encore, la lutte, en Flandre, contre les rebelles des Provinces-Unies furent les théâtres d’opération où les autorités militaires castillanes préférèrent envoyer ces soldats de nationalité portugaise mais d’allégeance philippiste22.

  • 23 AGS, GA, 1823. Reçu, signé à Pontevedra, le 8 avril 1652, par le comte de Santisteban de l’ordre r (...)
  • 24 AGS, GA, 1843. Copie d’une lettre royale, datée du 18 avril 1649, au marquis de Tavara, capitaine (...)

13Finalement, devant l’impossibilité de réussir à séparer les Portugais jugés dissimulateurs de ceux qui au contraire demeuraient fidèles à Philippe IV, on donna l’ordre d’éloigner de la raia tous les Lusitaniens vivant dans la Couronne de Castille. Selon les cas, la distance de sécurité fut établie à 15 lieues de la frontière23, ou bien encore à 30 ou 20 lieues24.

  • 25 AGS, GA, 1374, doc. 176. Consulte de la junte particulière du conseil de guerre, du 19 janvier 164 (...)
  • 26 « Lettre royale no 14 – Lettre de Jean IV à la mairie de la ville de Montemor-o-Novo, datée du 6 o (...)

14L’ensemble de ces mesures et pratiques discriminatoires, traduisant l’hostilité qui, du fait même de la guerre, se manifestait couramment vis-à-vis de ceux qui étaient considérés naturels du royaume voisin, provoqua la fuite de nombreux Portugais établis en Castille25. Les documents de l’époque témoignent des conditions souvent dramatiques dans lesquelles se réalisèrent ces migrations qui, la plupart du temps, n’avaient pas vraiment été souhaitées. Ainsi, dans une lettre adressée à la ville de Montemor-o-Novo, Jean IV autorisait ses habitants à recourir aux rentes municipales pour pouvoir venir en aide aux réfugiés26.

  • 27 Alberto Marcos Martín,Auge y declive de un núcleo mercantil y financiero de Castilla la Vieja. Evo (...)
  • 28 Lettre de Diego Costilla, écrite le 6 octobre 1641, de Benavente, au père Juan de Estrada (S.J.), (...)
  • 29 Domínguez Ortiz (1993), p. 82-87, Nicolas Broens,Monarquía y Capital mercantil : Felipe IV y las Re (...)
  • 30 AGS, GA, 1401. Lettre du marquis de Valparaíso, écrite le 29 août 1641 à Tuy, au roi Philippe IV. (...)

15Il est assez difficile de quantifier le nombre de Portugais qui se sentirent contraints d’abandonner leur lieu de résidence pour rentrer au Portugal. Jusqu’à présent aucune étude approfondie n’a été faite sur ce sujet. Il existe par contre quelques indices qui révèlent l’ampleur de ces exodes plus ou moins spontanés. À Medina del Campo, par exemple, le nombre de Portugais vivant dans la ville a, après 1640, brusquement et spectaculairement chuté, comme l’a montré Alberto Marcos27. Mais soyons justes : la guerre n’était pas la seule cause de ces migrations. En fait, elle ne faisait qu’amplifier un mouvement de fond de rejet et de discrimination des Portugais qui était antérieur aux évènements qui se déroulèrent à Lisbonne. En effet, avant même 1640, la société hispanique avait commencé à blâmer les Portugais les accusant, notamment, d’être tous des nouveaux chrétiens, c’est-à-dire d’appartenir au groupe haï des descendants des anciens Juifs ibériques28. Cette réalité fut aggravée par les faveurs qu’Olivares consentis, pour des raisons politiques, aux convertis portugais29. Ils furent alors associés aux mesures impopulaires prises par le ministre de Philippe IV. Les évènements politiques ne firent donc qu’accentuer l’hostilité que de nombreux Castillans pouvaient ressentir à leur égard et favorisa l’amalgame entre Portugais et nouveaux chrétiens. La rupture entre les deux peuples semblait alors inévitable. L’impossibilité de s’entendre entre voisins se manifestait, par exemple, dans l’incompréhension que les Castillans témoignaient envers l’adhésion de nombreux Lusitaniens au projet sébastianiste qui relevait, selon eux, de la déraison pure : « Et tous ces gens [les Portugais] croient qu’un prophète a prédit les évènements que nous voyons [...] et ils sont tous devenus fous, vraiment. Que Dieu les punisse30. » Était-il possible de s’entendre avec les fous ? De chaque côté de la frontière on en était venu à penser que le mieux était de se séparer et de contrôler, voire d’exclure, ces voisins devenus indésirables.

16Mais, comment faisait-on vraiment la distinction entre un Castillan et un Portugais ? Qu’est-ce qui les séparaient et différenciaient réellement ? Et, en définitive, en quoi l’identité portugaise était-elle contraire à celle de ses voisins au point qu’il était devenu invraisemblable de pouvoir tolérer au sein de sa commune, de sa patrie, l’existence d’individus issus du royaume voisin ?

  • 31 Peter Sahlins,Boundaries, The Making of France and Spain in the Pyrenees, Berkeley-Los Angeles-Oxf (...)
  • 32 La vie matérielle et économique reposait, dans les deux royaumes, sur des modes d’organisation qua (...)
  • 33 Voir José Antonio Maravall,Estado moderno y mentalidad social (siglos XV a XVII), 2 volumes, Madri (...)

17Les constructions identitaires se font très souvent par l’opposition d’un groupe humain à un autre, l’établissement d’une frontière servant précisément à construire une barrière de séparation entre ceux que l’on admet au sein de la communauté à laquelle on appartient et ceux que l’on prétend exclure31. Les difficultés que les Ibériques rencontrèrent à partir de 1640 résidaient dans le fait que la distinction entre Castillans et Portugais n’était pas évidente, bien au contraire. Les sociétés auxquelles ils appartenaient étaient beaucoup plus ressemblantes que divergentes32. De la même façon, Castillans et Portugais partageaient une même idéologie politique et religieuse caractérisée par l’adhésion aux principes du ius commune et une pratique intransigeante et intolérante du catholicisme romain33. Ils rejetaient d’ailleurs dans un même élan et pour les mêmes raisons ceux qu’ils considéraient de sang impur (Juifs et Musulmans) et les Protestants (ou soupçonnés comme tels) de l’Europe du Nord.

  • 34 Sur la composition des groupes ethniques, et l’importance des phénomènes d’exclusion dans la const (...)

18Précisément, ce qui se joue au moment de la rupture du Portugal avec la Monarchie Hispanique, c’est aussi la redéfinition de l’identité collective portugaise, laquelle se construisit, entre autre, par des mouvements répétés d’exclusion de ceux perçus comme étant porteurs d’une différence incompatible avec cette même identité qui était en train de se reforger34. Ainsi, avant même l’acclamation des Bragance comme souverains du Portugal et le rétablissement de l’indépendance, la société portugaise avait connu un intense débat portant sur la nature même de ce qui formait la « lusitanité », c’est-à-dire des caractères intrinsèques de l’identité portugaise, de ce qui était susceptible de la rendre irréductible et empêchait que l’« âme lusitanienne » puisse se fondre dans cet ensemble plus vaste qu’était la monarchie des Habsbourg d’Espagne. Après 1640, dans un climat politique où l’accent fut mis sur la singularité de l’identité portugaise, les Castillans furent jugés inassimilables et, pour cette raison, comme on vient de le voir, les nouvelles autorités bragancistes s’efforcèrent d’éviter leur fixation au sein du royaume de Portugal.

  • 35 Sur la naturalité sous l’Ancien Régime, voir les articles de Peter Sahlins, « La nationalité avant (...)
  • 36 Parmi les œuvres de l’époque qui exaltaient l’histoire du royaume portugais pour mieux en souligne (...)
  • 37 Duarte Nunes de Leão,Origem da língua portuguesa, Lisbonne, Pedro Craesbeeck, 1606. Sur les recons (...)

19Trois facteurs jouaient un rôle-clé lorsqu’il s’agissait de définir qui était Portugais de qui ne l’était pas. Le premier était la naturalité, le fait d’être né dans un territoire appartenant à la Couronne de Portugal, ou de parents portugais35. Les deux autres étaient l’histoire même du royaume de Portugal36 (alors que pourtant celui-ci avait une histoire commune avec la Castille puisque les deux Couronnes étaient issues de la Reconquista contre les royaumes musulmans du sud de la Péninsule Ibérique) et la langue portugaise37.

20Mais si ces trois critères, et le rejet de tout ce qui était espagnol dans une conjoncture marquée par la guerre, pouvaient être utilisés pour essayer de différencier un Castillan d’un Portugais, ils soulevaient toutefois une autre difficulté car, en effet, ils supposaient que tous ceux qui étaient naturels du royaume de Portugal ou s’en réclamaient parce qu’ils entendaient en partager son histoire, ou bien parce qu’ils en parlaient la langue, pouvaient prétendre à la nationalité lusitanienne. C’est là que surgit la question de savoir quelle attitude les autorités royales et la société portugaises ont adoptée vis-à-vis des minorités (à la fois ethniques et religieuses) qui vivaient alors au Portugal.

  • 38 Domínguez Ortiz (1993), p. 85.
  • 39 L’union des armes était un projet d’Olivares qui consistait à uniformiser les régimes fiscaux de l (...)
  • 40 Fernanda Olival, « Rigor e interesses. Os estatutos de limpeza de sangue em Portugal », Cadernos d (...)

21Bien qu’ils fussent souvent assimilés aux descendants de juifs convertis par leurs voisins castillans, les Portugais de l’époque ne montrèrent aucun égard ou indulgence, bien au contraire, pour les nouveaux chrétiens. Cela s’explique en partie par la politique d’Olivares qui avait fait appel aux financiers conversos d’origine portugaise38. Ainsi, il fut possible, de la part de ceux qui adhéraient à la Restauração, de faire l’amalgame et de défendre l’idée que les nouveaux chrétiens étaient partisans du ministre de Philippe IV et de sa politique d’union des armes39. Il ne s’agissait en fait que d’un grief supplémentaire contre les nouveaux chrétiens. Dès la deuxième moitié du XVIe siècle la société portugaise avait mis en place une série de normes qui cherchaient à exclure de certaines charges et postes honorifiques ceux coupables d’avoir du sang juif. À l’instar de la société espagnole, le Portugal instituait ses propres statuts de pureté de sang40. Au départ, il ne s’agissait que de quelques ordonnances particulières qui s’appliquaient au sein des ordres religieux ou des confréries. Vers la moitié du XVIIe siècle, néanmoins, ces dispositions ségrégationnistes avaient atteint des corps et groupes sociaux aussi différents que l’université, la magistrature ou encore les communes (concelhos) qui refusaient aux nouveaux chrétiens l’accès aux offices municipaux.

  • 41 João Lúcio de Azevedo,História dos cristãos-novos portugueses, Porto, Clássica Editora, 1989, p. 2 (...)
  • 42 Voir Pedro Cardim,Cortes e cultura política no Portugal do Antigo Regime, Lisbonne, Cosmos, 1998, (...)
  • 43 ANTT, Cortes, carton 8, no 3 : Chapitres généraux présentés au roi Jean notre seigneur quatrième d (...)

22À cette ségrégation des statuts de sang qui marginalisait les conversos, l’on ne doit pas oublier non plus la répression inquisitoriale qui connut, au Portugal, au milieu du XVIIe siècle, un pic d’activité41. C’est dans cette conjoncture qu’il faut insérer les demandes, faites par les représentants des villes portugaises, aux Cortes du Portugal. Alors même qu’était en jeu la reconfiguration du royaume nouvellement indépendant et le financement de la guerre, les procurateurs du peuple exigeaient, et de façon appuyée, des mesures supplémentaires afin de renforcer la marginalisation des nouveaux chrétiens. Ainsi, les chapitres généraux42 des Cortes réunies en 1641 et 1642 demandèrent au nouveau roi portugais, Jean IV, que les vieux chrétiens qui épouseraient des femmes descendantes de Juifs convertis fussent écartés des offices et charges publiques et qu’il fut concédé à leurs parents la possibilité de les déshériter43. Aux Cortes de 1654, les représentants du peuple, sous prétexte de défendre la conservation de la noblesse lusitanienne et sa pureté de sang, insistèrent auprès du roi sur le fait que :

  • 44 Academia das Ciências de Lisboa, Azuis 583, Collection des Cortes, t. XI, Chapitres Généraux des C (...)

« Il était lamentable que des fidalgos et des personnes illustres, ainsi que tout autre vieux chrétien, se marient avec des personnes de nation hébraïque, et que pour éviter les maux qui émaneraient de ces cas particuliers, nous [représentants et procurateurs des villes] demandons à Votre Majesté de faire une Loi qui rende inaccessible aux vieux chrétiens, qui épouseraient des conversos et leurs descendants, les honneurs, les offices et les charges publiques, et qu’ils perdent une partie de leurs biens au profit de la Couronne et des dépenses de guerre44. »

23Une telle mesure, qui n’émanait pas de l’Inquisition ou du clergé, visait à empêcher l’assimilation des descendants des anciens Juifs par la société portugaise au nom de la pureté de sang.

  • 45 BA, 51-X-19, no 151, fol. 305, 306 vo. Lettre du roi au vicomte de Vila Nova de Cerveira, D. Diogo (...)

24Ce qui était recherché, en ces temps de « restauration » du Portugal, c’était une société parfaite, de sang immaculé et sans taches, dans laquelle Castillans et Juifs, pour des raisons différentes, n’avaient pas leur place, comme le démontre la lettre que le souverain portugais écrivit au gouverneur militaire de la province de l’Entre Douro e Minho. Dans cette missive, Jean IV ordonnait que les nouveaux chrétiens qui fuyaient la Couronne de Castille, indépendamment de leur nationalité, ne fussent pas admis en son royaume45. Les conversos ainsi visés étaient donc aussi bien les Castillans que les Portugais, ce qui prouve que la xénophobie ou la peur de permettre la résidence au Portugal de possibles espions n’étaient pas les seuls motifs qui poussaient le monarque portugais à agir de la sorte. La préservation du « sang pur portugais », une obsession partagée par de nombreuses personnes vivant alors dans le royaume des Bragance, jouait aussi un rôle non négligeable.

  • 46 Saraiva (1985), p. 175-195.
  • 47 Voir Pierre Savy, « Les juifs ont une queue. Sur un thème mineur de la construction de l’altérité (...)

25La reconstruction de l’identité portugaise s’accompagnait, comme on l’a déjà vu, de sentiments xénophobes vis-à-vis des Castillans. Ceux-ci représentaient l’ennemi contre lesquels les Portugais devaient désormais se battre pour restaurer leur liberté. Toutefois ce mouvement était simultané à un autre type de ségrégation, et d’exclusion, de personnes qui, bien qu’elles fussent naturelles du royaume de Portugal, appartenaient à des minorités détestées. Les causes de cette haine de ceux que l’on disait juifs étaient à la fois de nature religieuse, sociale et politique46, mais aussi raciale47. La redéfinition de la « lusitanité » s’accompagnait ainsi d’une dimension tendanciellement raciste que l’on peut retrouver, par exemple, dans la façon dont la société portugaise de la Restauration traita la question noire, mais aussi les Gitans qui vivaient, depuis au moins deux siècles, au Portugal.

  • 48 James H. Sweet, “Iberian Roots of American Racist Thought”, The William and Mary Quarterly, Third (...)
  • 49 José António Gonsalves de Mello, Henrique Dias : governador dos crioulos, negros e mulatos do Bras (...)
  • 50 Dutra, (2011), p. 103.

26La question de l’attitude de la Couronne et de la société portugaises vis-à-vis des noirs africains et des esclaves ayant été déjà plusieurs fois abordée dans diverses études, on ne s’attardera pas longuement sur ce sujet. Certains ont prétendu que la conduite des Portugais à leur égard était raciste et qu’elle était à l’origine des diverses théories raciales qui apparurent, à partir du XVIIIe siècle, en Europe et en Amérique du Nord48. D’autres, par contre, sans nier les discours et pratiques discriminatoires, ont toutefois rappelé qu’il fut possible à plusieurs hommes noirs et mulâtres d’avoir accès aux ordres militaires portugais49. La promotion sociale réussie par ces individus descendants d’esclaves africains prouverait donc que, malgré les rejets et les stigmatisations dont ils pouvaient être les victimes, la couleur de la peau n’impliquait pas qu’ils fussent exclus du groupe censé être digne du statut que leur offrait l’habit de l’Ordre du Christ ou de Saint-Jacques. En tout cas, il semblerait qu’ils ne furent pas considérés comme étant des étrangers. Notons toutefois que le nombre de noirs et mulâtres qui reçurent l’honneur d’être admis au sein de ces prestigieux ordres de chevalerie fut assez réduit et que la majorité de ces individus étaient naturels de la métropole et non des colonies portugaises50.

27Le sort des Gitans qui vivaient alors en sol portugais fut, en revanche, nettement moins ambigu et beaucoup plus défavorable. Ils se retrouvèrent, malgré eux, à l’intersection des questions identitaires et des discriminations qui agitaient le Portugal du milieu du XVIIe siècle. Comme l’a souligné l’anthropologue Rosa Maria Perez, la culture et la langue romanis :

  • 51 Rosa Maria Perez, « Os ciganos de Portugal : o exótico cá dentro », p. 13-19 dans Adolfo Coelho,Os (...)

« constituent avant tout une curieuse possibilité ethnographique : regarder l’exotique à l’intérieur de la culture de l’observateur. En effet, bien qu’ils partagent les mêmes ancêtres civilisationnels et linguistiques que leurs hôtes européens (la matrice indo-européenne des Rom, venus de l’Inde et éparpillés en Occident suite à une diaspora dont l’origine est controversée, est indéniable), les Gitans présentent une organisation sociale très proche de leur ascendance indienne, ou, plus précisément, hindoue, et, en ce sens, irréductible à la morphologie sociale dominante en Europe51 ».

28C’est justement leur mode de vie, leur origine géographique (pour les Portugais associée à la Castille, nous y reviendrons) et leur irréductibilité culturelle qui ont été à l’origine des persécutions et des mesures d’exclusion, et d’expulsion, dont ils furent les victimes.

  • 52 João José Alves Dias (coord.), Portugal do Renascimento à crise dinástica dans Joel Serrão et Antó (...)
  • 53 Gil Vicente,Copilaçam de todalas obras, Lisboa, INCM, 1983, p. 488-495. La pièce fut représentée p (...)

29Lorsque le duc de Bragance fut acclamé, à Lisbonne, comme le nouveau roi du Portugal sous le nom de Jean IV, les Gitans ne constituaient plus une nouveauté au sein du royaume lusitanien. Ils étaient en effet présents au Portugal depuis la deuxième moitié du XVe siècle52. Le célèbre dramaturge portugais, Gil Vicente, excellent observateur de la société de son temps, écrivit même une farce, intitulée Auto das Ciganas, qui mettait en scène quatre femmes appartenant à cette ethnie53. Tout au long de la pièce elles proposent à des personnages imaginaires (dans la représentation elles s’adressaient probablement à l’audience composée par les membres de la Cour portugaise) de leur dire la bonne aventure, de mettre à leur service leurs sortilèges et savoirs magiques, elles dansent et chantent sans arrêt et, inlassablement, demandent l’aumône au public. Si le ton de la farce est loin d’être excessivement hostile aux Gitans – Gil Vicente semble même amusé par ces saltimbanques aux mœurs et aux manières plutôt osées et insolentes (le dramaturge et homme de scène devait se revoir un peu dans ce portrait qu’il a dressé des Gitanes) – il n’en demeure pas moins qu’il pose les principaux stéréotypes et reproches qui seront, dorénavant, associés aux Rom. À l’avenir on les décrira comme menteurs, plaintifs, quémandeurs, amis de la musique de la danse et de la vie dissolue, trompeurs et ensorceleurs. On remarquera toutefois que Gil Vicente ne les décrit pas encore comme des voleurs, un poncif qui semble être apparu un peu plus tard.

  • 54 Adolfo Coelho, Os ciganos de Portugal, Lisboa, Dom Quixote, 1995 [1892], p. 197.
  • 55 Coelho (1995), p. 198.

30Quoi qu’il en soit, les mesures de répression contre eux ne tardèrent pas à apparaître : une première loi du 13 mars 1526 ordonna qu’il ne fut plus permis aux Gitans de rentrer dans le royaume et que ceux qui y vivaient fussent expulsés54. En 1538, une nouvelle loi exigeant leur départ fut promulguée55. Il y est fait mention notamment, pour la première fois, aux vols et aux enchantements dont ils seraient responsables.

  • 56 [http://www.iuslusitaniae.fcsh.unl.pt/verlivro.php?id_parte=94&id_obra=63&pagina=458#]. Accès le 1 (...)

31Au siècle suivant les mesures prises par les souverains portugais recherchèrent un autre effet. Il ne s’agissait plus seulement d’interdire l’entrée des Rom au Portugal, mais d’empêcher à tout prix que ceux qui s’y trouvaient déjà installés pussent devenir des naturels du royaume lusitanien et ainsi être considérés à leur tour comme des Portugais. Les mesures prises, outre l’expulsion, décrétaient donc que les Gitans ne pouvaient obtenir le statut de vizinho des villes et communes portugaises. Ainsi, en 1606, Philippe III interdisait aux corregidors de Lisbonne d’attribuer aux Rom de la ville des lettres de vizinhos56. En leur empêchant d’obtenir le statut de résident, sous prétexte des vols dont ils seraient responsables, la Couronne annulait les privilèges dont ils auraient pu se prévaloir pour contrer les ordres d’expulsion et créait un obstacle aux Gitans qui se trouvaient en voie de passer du statut d’étrangers à celui de naturels. On remarquera également qu’il y avait une contradiction dans l’attitude des autorités portugaises vis-à-vis des Rom. En effet, si d’une part on leur reprochait leur mode de vie errant, fait de « vagabondage », d’autre part on cherchait à tout prix à empêcher qu’ils puissent se fixer et se sédentariser. Les Gitans étaient ainsi les premières victimes de cette contradiction qui, dans les faits, se traduisait par un double rejet qui rendait leur insertion dans la société portugaise particulièrement difficile.

  • 57 [http://www.iuslusitaniae.fcsh.unl.pt/verlivro.php?id_parte=95&id_obra=63&pagina=97]. Accès le 15 (...)
  • 58 C’est aussi en 1613 que surgissent les premières normes de pureté de sang qui incluent les Gitans, (...)

32En 1613 Philippe III émettait une nouvelle loi exigeant que, cette fois, les corregidors et les juges des villes et communes de l’ensemble du Portugal chassassent, dans les quinze jours qui suivaient, les Rom, hommes et femmes, qui se trouveraient dans leurs juridictions57, prouvant ainsi d’une part la détermination de l’administration royale à se débarrasser d’eux, et d’autre part la difficulté de mettre à exécution la loi de 1606. Persévérant dans la même ligne politique, Philippe III annulait toutes les lettres de vizinho qui leurs auraient été attribuées. Les Gitans qui auraient désobéi à l’ordre d’expulsion seraient immédiatement condamnés aux galères. Ainsi, l’attitude des autorités portugaises devenait plus intransigeante. Il ne s’agissait plus seulement d’expulser ceux qui auraient été condamnés pour délinquance, mais d’exclure l’ensemble d’un groupe jugé indésirable. Par ailleurs, pour être sûr qu’aucun membre de cette ethnie ne puisse demeurer au Portugal au prétexte d’avoir, en bonne et due forme, acquis le statut de vizinho d’une commune lusitanienne, on annulait toutes les lettres de résidence qu’ils eussent entre-temps obtenues. Autrement dit, dans une société légaliste et caractérisée par l’importance accordée aux principes du droit commun, on ôtait aux Rom les droits que leur octroyait l’installation dans une communauté du royaume, la protection légale qui servirait de bouclier en cas de conflit. Les Gitans devenaient ainsi, plus que jamais, des individus sans patrie et sans droits. À la marginalisation sociale s’ajoutait désormais leur mise à l’écart du système juridique alors en vigueur, le confinement au statut d’apatrides perpétuels et l’instauration d’une ségrégation que l’on peut qualifier déjà comme raciale58. On notera également que la mention faite à ces lettres de vizinhança que les autorités locales leurs auraient accordées semblent indiquer que, contrairement à ce que l’on croit très souvent, les Rom ont bel et bien entrepris un processus d’intégration au sein des sociétés ibériques en bénéficiant parfois de l’appui des autorités municipales.

  • 59 [http://www.iuslusitaniae.fcsh.unl.pt/verlivro.php?id_parte=98&id_obra=63&pagina=629]. Accès le 15 (...)
  • 60 ANTT, Cortes, carton 11, no 6. Chapitres qu’offrirent aux Cortes les procurateurs de Vila Viçosa. (...)

33Les mesures contre eux s’accélèrent toutefois au moment de la séparation du Portugal de la monarchie hispanique. Avant même l’acclamation du duc de Bragance comme nouveau souverain portugais, le 30 juin 1639, une lettre royale rappelait que les Gitans qui se trouvaient dans le territoire du royaume devaient être condamnés aux galères59. Mais avec le rétablissement de l’indépendance on assiste alors au Portugal à une véritable frénésie de mesures et dispositions prises contres les Gitans. La pression populaire n’est pas étrangère à ce regain de répression qui s’abat alors sur eux. Ainsi, aux Cortes de 1642, les procurateurs de Vila Viçosa demandèrent au roi que les Gitans pussent être arrêtés par n’importe quels agents de justice et non plus seulement par ceux des districts et communes où ils seraient saisis60. Allant même plus loin, les représentants de cette petite ville de l’Alentejo réclamèrent que fut « éteint ce genre de voleurs si préjudiciables à la République ». Par ailleurs, sachant que de nombreux juges et officiers municipaux les protégeaient, ils demandaient aussi qu’on ne leur octroyât pas de lettres de vizinhança, et que les corrégidors et juges qui consentiraient à l’installation des Rom dans leurs territoires fussent punis. Ainsi, les procurateurs du peuple exigeaient non seulement l’application rigoureuse et sévère des lois de 1606 et 1613, qui avaient supprimé la possibilité pour les Gitans de devenir résidents des communes portugaises et les condamnaient, eux et leurs descendants, ad eternam au statut d’étrangers du royaume, mais ils réclamaient aussi l’extinction du peuple rom au Portugal.

  • 61 Les communes portugaises avaient à leur tête des juges, qualifiés d’« ordinaires » s’ils étaient é (...)

34Le texte que les représentants de Vila Viçosa ont rédigé et présenté à Jean IV est des plus intéressants. D’une part parce que c’était dans cette petite ville que les ducs de Bragance avaient fixé leur résidence et que c’était à partir d’elle qu’ils dirigeaient leurs états, avant leur acclamation comme nouveaux souverains portugais. D’autre part, parce qu’elle se trouvait à quelques kilomètres à peine de la frontière avec la Castille. Les procurateurs de la ville (soumis à l’influence du roi lui-même puisque Vila Viçosa appartenait au duché de Bragance) informaient ainsi que les Gitans, se sachant persécutés par les autorités royales, se réfugiaient et se cachaient souvent « dans les endroits de petite taille où il ne s’y trouve que des juges ordinaires qui ne les arrêtent pas si facilement61 ». Autrement dit, les juges des petites communautés de la frontière, que l’on a déjà vu se plaindre de l’interruption des échanges avec la Castille, et qui étaient souvent soupçonnés de fermer les yeux, ou de faciliter, la contrebande qui se pratiquait entre les deux royaumes voisins, n’appliquaient pas les lois royales concernant l’expulsion des Gitans. Car, précisément, dans ce contexte de guerre, par leur mode de vie itinérant et leur facilité pour se déplacer – y compris de chaque coté de la raia – les Rom servaient d’intermédiaires dans la réalisation de ces échanges interlopes, et les autorités municipales des villes frontières recouraient à leurs services pour contourner les interdits et les lois prohibant le commerce avec le royaume voisin. C’était à cela que les procurateurs de Vila Viçosa faisaient référence lorsqu’ils affirmaient que les juges des endroits de petite taille ne remplissaient pas leurs devoirs d’arrêter et d’expulser les Gitans qui vivaient dans leurs communautés. Les gens du voyage mettaient ainsi en échec la politique royale visant à établir une rigoureuse séparation entre les peuples castillan et portugais. Leur existence même était en réalité un défi, aussi bien pour Jean IV que pour Philippe IV.

35Les Rom se retrouvèrent donc au croisement de deux types de rejet dont ils furent les victimes. D’une part, ils étaient discriminés à cause de leur mode de vie et du fait d’appartenir à une ethnie ayant une culture radicalement différente de celles alors dominantes en Péninsule Ibérique. D’autre part, au Portugal, les liaisons qu’ils maintenaient avec la Castille, et le fait qu’ils entraient au Portugal par la frontière espagnole, les rendaient suspects et dangereux. À une époque où, du fait de la séparation du Portugal de la monarchie hispanique, la redéfinition de l’identité portugaise se faisait sous le signe d’un très vif sentiment anti-castillan, l’association des Gitans à la Castille semblait justifier les sévères mesures qui étaient prises à leur égard.

  • 62 Ainsi, l’une de ces femmes, Lucrécia, disait à ses sœurs : « Andad acá, hermanaz, y vamoz/a eztaz (...)
  • 63 Coelho (1995), p. 158.

36Les premiers Rom apparus au Portugal sont très probablement arrivés par l’Espagne. Le fait que dans la pièce de Gil Vicente, Auto das Ciganas, les personnages y parlent en (mauvais) Castillan est un signe qui ne trompe pas62. Adolfo Coelho, dans son étude ethnographique sur les Gitans portugais, défend lui aussi leur probable entrée au Portugal par la frontière espagnole63. En tout cas, la peur et l’antipathie qu’ils ont alors suscité aux autorités portugaises étaient bel et bien liées à leurs relations avec la Castille, comme le prouve la loi que Jean IV émit en 1647.

37Comme on l’a vu, aux Cortes de 1642, on demanda au roi que fût « éteint ce genre de voleurs si préjudiciables à la République ». La requête a très probablement été suivie d’effets puisque le 24 octobre 1647 un édit royal reconnaissait que, dans la prison du Limoeiro, à Lisbonne, il ne s’y trouvait plus que dix vieux Rom :

  • 64 [http://www.iuslusitaniae.fcsh.unl.pt/verlivro.php?id_parte=99&id_obra=63&pagina=886#]. Accès le 1 (...)

« Incapables de pouvoir servir, avec leurs femmes et enfants de tendre âge, et il convient à mon service qu’ils vivent avec leurs familles dans des endroits éloignés de cette ville et des frontières64. »

  • 65 Ces villes étaient Torres Vedras, Leiria, Ourém, Tomar, Alenquer, Montemor-o-Velho et Coimbra.

38Tous les autres, selon le même texte, avaient été déportés vers les colonies portugaises de l’époque. Jean IV concédait donc à ces familles gitanes le droit de demeurer au Portugal, mais sous certaines conditions. Ainsi, ces Gitans se verraient obligés de vivre dans sept communes portugaises qui avaient toutes en commun le fait de se situer à plus de cent kilomètres de la frontière avec l’Espagne65. Visiblement, les autorités bragancistes avaient peur des contacts que ces familles auraient pu établir avec les Rom de Castille, ou avec les Castillans eux-mêmes.

39Mais il y avait d’autres conditions imposées à ces familles. Il leur était effectivement interdit d’enseigner la langue romani à leurs enfants, de porter leurs vêtements traditionnels et de prédire la bonne aventure. En outre ils seraient forcés de travailler « comme le font les naturels du royaume ». Par ailleurs, pour être sûr que les caractères moraux supposés des Tsiganes (le mensonge, la paresse, l’indiscipline) ne puissent se transmettre à leurs descendants, les juges des sept villes qui les accueilleraient devaient les empêcher d’éduquer leurs enfants et, quand ceux-ci atteindraient l’âge de neuf ans, ils se verraient obligés de travailler comme journaliers. Il s’agissait de les couper de leurs racines, d’en faire, en quelque sorte, des orphelins plus perméables à la réception de la culture portugaise. En d’autres termes ces Gitans auxquels on accordait le droit de vivre au Portugal devaient s’assimiler complètement au mode de vie et aux us et coutumes des Portugais « naturels ». En cas de non respect de ces engagements, les hommes seraient condamnés aux galères, les femmes à être déportées en Angola ou au Cap-Vert. Le but visé était donc d’effacer la différence qui singularisait les Rom et, sur le long terme, de faire disparaître leur culture et leur propre existence comme peuple et ethnie coexistant dans un même espace avec les Portugais.

  • 66 [http://www.iuslusitaniae.fcsh.unl.pt/verlivro.php?id_parte=99&id_obra=63&pagina=908]. Accès le 14 (...)
  • 67 [http://www.iuslusitaniae.fcsh.unl.pt/verlivro.php?id_parte=100&id_obra=63&pagina=54]. Accès le 14 (...)

40La détermination de Jean IV est manifeste dans les instructions qu’il envoya le 13 décembre de cette même année 1647 au corrégidor de Santarém66. Il s’y plaignait notamment de ce que les ordres qu’il avait émis, concernant l’expulsion des populations rom, n’avaient pas été respectés et qu’il était de son désir « d’exterminer ces gens de [ses] royaumes ». Quelques mois plus tard, le 30 juillet 1648, le souverain portugais émettait un nouveau décret enjoignant tous ses sujets à respecter la loi sur les Gitans (qui prévoyait leur expulsion du Portugal) et condamnait aussi aux galères tous ceux qui leur loueraient des maisons67.

41Les arrestations et les expulsions de Tsiganes ont toutefois rencontré certaines résistances. On le voit justement par la répétition des ordres royaux pour que la répression sur eux ne fléchisse pas, un signe de ce que l’exécution de ces mesures ne se déroulait pas entièrement comme le monarque le souhaitait. Il le reconnaissait lui-même dans le texte de la loi qu’il donna le 5 février 1649. Dans celui-ci, comme d’habitude, les Gitans étaient accusés de vols, de vagabondage, de supercheries. Jean IV y réaffirmait, une fois de plus, son intention d’exterminer leur mode de vie, mais aussi leur nom même et la mémoire de ces gens dans son royaume. Pourtant, cette loi n’était pas aussi sévère que les précédentes. D’ailleurs, elle ne faisait que rappeler que tous les Gitans, et pas seulement ceux qui étaient prisonniers à Lisbonne, devaient être expulsés vers les colonies (en particulier en Afrique). Mais le souverain portugais concédait aussi quelques exemptions à certains Rom qui vivaient alors au Portugal. La première concernait ceux qui servaient dans les armées portugaises dans la guerre contre la Castille. La deuxième était relative à ceux qui avaient entre-temps obtenu, du fait des services rendus, des lettres de naturalité et le statut de vizinhos des villes et communes du Portugal. Dans ces deux cas, précisait le roi, on ne procéderait pas à leur emprisonnement. Cela voulait-il alors dire qu’il existait un moyen, une voie, pour les Rom d’échapper à la répression et aux ordres d’expulsion qui s’abattaient sur eux ?

  • 68 Fernando Dores Costa, « Formação da força militar durante a guerra da Restauração », Penélope, no (...)

42Il y avait une contradiction entre ces divers textes puisque en 1647 on décidait d’expulser tous les Rom du Portugal et, deux ans après, on donnait la possibilité à plusieurs d’entre eux de demeurer dans le royaume. Ce nouvel ordre royal, de 1649, allait même contre la décision que Philippe III avait prise en 1613 d’annuler les lettres de vizinhança et les naturalisations que certains Gitans avaient auparavant obtenues. Ce qui était à l’origine de ce changement d’attitude de la part de la Couronne, en cette année 1649, c’était le besoin urgent que le nouveau monarque portugais ressentait de soldats servant dans ses armées. Le nombre de désertions, au sein des forces militaires portugaises, était tellement élevé qu’il fallait avant chaque campagne annuelle recruter de nouveaux soldats, rappelés ceux qui manquaient à l’appel, convaincre les civils de s’enrôler dans l’armée, mobiliser les milices des communes et des villes, faire venir de l’étranger des mercenaires richement payés68. Dans ces circonstances, on comprend pour quelle raison, malgré l’hostilité dont ils étaient victimes, les autorités bragancistes fermaient les yeux sur l’engagement de Gitans dans l’infanterie portugaise.

  • 69 ANTT, Conselho de Guerra, Consultas, carton 3, caisse 28, no 119. À propos de Francisco de Almeida (...)
  • 70 ANTT, Conselho de Guerra, Consultas, carton 3, no 5. À propos de Francisco de Almeida, Gitan qui d (...)

43Déjà, dans sa provision du 13 décembre 1647, Jean IV expliquait au corrégidor de Santarém que l’expulsion qu’il avait ordonné ne s’appliquait pas aux Rom qui servaient dans ses armées. L’on ignore quand, pour la première fois, des Gitans furent admis dans les forces armées bragancistes, mais l’on peut supposer que les premiers se sont enrôlés très tôt, ce qui n’avait d’ailleurs pas manqué de causer une certaine perplexité chez les dirigeants de la Restauration portugaise. Ainsi, le 12 août 1643, un certain Francisco de Almeida, Gitan, envoyait une requête au conseil de guerre de la monarchie portugaise demandant l’autorisation pour lever au Portugal une compagnie de cinquante soldats d’ethnie rom69. En échange, Francisco de Almeida demandait que lui fut octroyé le grade de capitaine de cette compagnie. Ce n’était pas la première fois qu’il s’adressait à la plus haute instance militaire portugaise, puisque militant dans les troupes de Jean IV depuis le début de la guerre il s’était déjà illustré par son courage et sa bravoure au combat, ce qui lui avait déjà valu, le 4 mai 1643, une récompense financière70. Lors de cette première consulte du conseil de guerre, on y apprend notamment que Francisco de Almeida résidait dans la ville de Montemor-o-Novo, dans l’Alentejo. Il avait participé à plusieurs combats contre les troupes castillanes d’Andalousie et, à Encinasola, une place espagnole à la frontière du Portugal, il s’était distingué par son courage et avait été blessé par balle à la poitrine. En vertu de ses services et de sa valeur militaire, le conseil de guerre était d’avis que sa pétition fût accordée et que lui fût octroyé la grâce de pouvoir vivre dans l’Alentejo où bon lui semblerait.

44Ce qui est du plus grand intérêt, ce sont les arguments avancés par les membres du conseil de guerre pour refuser ou, au contraire, donner leur avis favorable à la pétition qui leur était présentée. Le débat qui eut lieu ce jour-là à Lisbonne illustre la vision que l’on se faisait alors des Gitans au Portugal, au milieu du XVIIe siècle. Deux des conseillers (Álvaro de Sousa et Fernão Teles) mettaient en avant le brio avec lequel Francisco de Almeida avait déjà servi le roi et ajoutaient que : « puisque la guerre est composée de toutes les nations et sortes de gens, et que lors de l’évènement de la Restauration de Bahia et dans les flottes on a vu les Gitans être toujours hardis », ils étaient favorables à la requête. Mais, néanmoins, ils donnaient aussi une autre raison pour juger positivement la demande de Francisco de Almeida :

« Et parce qu’ils [les Gitans] feront un plus grand service à Votre Majesté dans l’armée plutôt que répandus dans tout le royaume volant les vassaux de Votre Majesté, et qu’ayant formé leur compagnie ils feront tous ces maux à nos ennemis. »

  • 71 Sur la reconquête de Bahia par les troupes hispano-portugaises, en 1625, la Jornada dos Vassalos, (...)
  • 72 [http://www.iuslusitaniae.fcsh.unl.pt/verlivro.php?id_parte=100&id_obra=63&pagina=54]. Accès le 14 (...)

45L’intervention d’Álvaro de Sousa et de Fernão Teles est riche d’informations sur l’histoire des Rom au Portugal. D’une part parce qu’ils nous donnent à connaître un fait encore mal connu qui est celui de la participation de soldats gitans dans l’armée qui, en 1625, récupéra la ville de Salvador de Bahia des mains des Hollandais qui l’avaient conquise un an auparavant71. Par ailleurs, cela oblige aussi à revoir ce que l’on sait de l’arrivée des premiers membres de l’ethnie rom au Brésil. Jusqu’à présent, l’idée qui prévalait était que les Gitans s’étaient établis en Amérique Portugaise, principalement, à partir du XVIIIe siècle et du règne de Jean V. Or non seulement un certain nombre d’entre eux ont participé à l’expédition de la Jornada dos Vassalos, en 1625, puisqu’un décret royal du 30 juillet 1648 nous informe que le monarque portugais avait pris la décision, ce jour là, de déporter les détenus de la prison du Limoeiro au Maranhão72. Et l’on sait qu’à cette date un grand nombre de ceux qui y purgeaient une peine de déportation étaient précisément des Gitans qui avaient été incarcérés à l’issue des lois d’expulsion prises à leur encontre. Une autre information importante est la référence qu’Álvaro de Sousa et Fernão Teles font au courage que les Rom auraient démontré dans les flottes portugaises. Il faut probablement y voir une allusion à leur condition de galériens, ce qui confirmerait le fait que les lois les condamnant aux galères ne restèrent pas lettre morte.

  • 73 Voir Lorraine White, « Guerra y revolución militar en la Iberia del siglo XVII », Manuscrits, 21 ( (...)

46Mais l’opinion favorable de ces deux conseillers à la demande de Francisco de Almeida ne reposait pas uniquement sur un regard positif vis-à-vis des Gitans. En fait ceux-ci continuaient à être perçus comme un ensemble, comme un groupe porteur de caractéristiques morales qui se perpétuaient de génération en génération et non comme des individus doués de personnalité propre. Ainsi, c’était leur supposée aptitude innée pour le vol qui faisait dire à Álvaro de Sousa et à Fernão Teles qu’il y aurait intérêt à former une compagnie de gens du voyage. D’une part parce qu’on les détournerait ainsi de vouloir commettre leurs méfaits au Portugal, mais aussi parce que dans un conflit comme celui de la guerre de la Restauration, marqué essentiellement par les opérations de pillage73, ce serait les Castillans qui souffriraient les conséquences de la « prédisposition naturelle » des Rom pour la rapine et le vol.

47Le commandeur de l’Ordre de l’Hôpital, qui vota contre la demande de Francisco de Almeida, justifia son choix précisément par le fait que l’on devait à tout prix éviter les maux et calamités qu’une telle compagnie ne manquerait pas de provoquer. C’était bien le préjugé racial vis-à-vis des Gitans qui l’amenait à dire que le mieux serait de disperser les soldats de cette ethnie dans les diverses compagnies de l’armée portugaise. Mais il y avait une autre raison, selon lui, pour défendre son avis négatif : la crainte que ces soldats ne fussent en fait des espions au service de l’ennemi. Une fois de plus l’on retrouvait l’association des Rom à l’Espagne. À la caractérisation de type raciste qui les accusait d’être des voleurs nés et de porter en eux une nature de vagabonds et de délinquants, s’ajoutait, une fois de plus, la méfiance que les Portugais ressentaient envers l’Espagne et tout ce qui en provenait.

  • 74 Et ce d’autant plus qu’un quatrième conseiller présent le 12 août, Gastão Coutinho, affirma qu’il (...)
  • 75 [http://www.iuslusitaniae.fcsh.unl.pt/verlivro.php?id_parte=100&id_obra=63&pagina=98], Accès le 14 (...)
  • 76 Sur la notion de justice redistributive, voir Beatriz Cárceles De Gea, « La “justicia distributiva (...)

48Le 17 août 1643 le conseil de guerre prenait sa décision finale et rejetait la requête de Francisco de Almeida, le Gitan qui eut pu devenir capitaine de l’armée portugaise. La consulte telle qu’elle est conservée aux archives nationales du Portugal ne permet pas de savoir pour quelle raison cette demande fut sans effet74. Mais ce qu’il faut retenir, c’est que simultanément aux ordres d’expulsion des Gitans du royaume des Bragance, un nombre non négligeable d’individus de cette ethnie servaient dans les forces armées de Jean IV. Le roi lui-même, dans le texte de la loi du 5 février 1649, reconnaissait qu’ils étaient plus de deux cent cinquante à se trouver à son service75. Cette réalité ne pouvait manquer de poser la question de leur intégration dans la société portugaise et de la rétribution des services qu’ils rendaient à la nouvelle dynastie76. En d’autres termes, cela revenait à accepter que certains individus appartenant à une minorité ethnique porteuse d’une différence accentuée vis-à-vis de la majorité de la population puissent devenir naturels de ce royaume qui, par ailleurs, menait une politique répressive à leur égard. Il y avait donc une contradiction, une tension qui se révèle au grand jour dans la plaidoirie que le procureur de la Couronne, Tomé Pinheiro da Veiga, prononça, en 1646, en faveur des descendants de Jerónimo da Costa.

  • 77 En tant que procureur de la Couronne, Tomé Pinheiro da Veiga avait aussi à sa charge la défense, d (...)
  • 78 Coelho (1995), p. 207-208.
  • 79 Cette question se posa aussi pour les nouveaux chrétiens qui prirent le parti de la Restauration e (...)

49Jerónimo da Costa était un soldat portugais, appartenant à l’ethnie rom, qui combattit dans les armées de Jean IV depuis sa proclamation comme roi de Portugal. En 1644, il mourut lors de la bataille de Montijo, la première grande bataille de la guerre de la Restauration. En remerciement de ses services, le statut de naturels du royaume fut octroyé à sa femme et à ses enfants, et il fut aussi décidé que son fils aîné reçoive une charge d’officier mécanique, c’est-à-dire d’artisan. Il s’agissait d’une profession et d’un statut assez déconsidérés au Portugal à l’époque, puisque le travail manuel était perçu comme sale et avilissant. Tomé Pinheiro da Veiga s’indigna d’une telle décision qu’il considéra propre à ceux « d’esprit humble77 ». Selon lui, les faits réalisés par Jerónimo da Costa méritaient que sa famille puisse hériter des salaires du défunt soldat et que ses fils, outre la naturalité portugaise, reçoivent le statut de « cavaleiro-fidalgo » (c’est-àdire de nobles) et qu’ils fussent eux aussi employés dans la carrière militaire78. Le conflit entre la juste rétribution des services rendus (considérée comme un devoir royal), d’une part, et la stricte hiérarchisation de la société portugaise selon des critères religieux et de sang se retrouvait donc violemment exposée79.

  • 80 BA – 51-X-18, no 26, fol. 51, 52 v. Lettre de Jean IV, datée du 29 mai 1649, au vicomte de Vila No (...)
  • 81 BA 51-X-19, no 35, fol. 69, 70 v. Lettre de Jean IV, datée du 30 juillet 1652, au vicomte de Vila (...)
  • 82 BA 51-X-19, no 156, fol. 315, 316 v. Lettre de Jean IV, datée du 12 septembre 1654, au vicomte de (...)

50Les ordres d’expulsion des Gitans ont néanmoins continué. L’accent fut donc mis beaucoup plus sur la répression de ceux qui appartenaient à cette minorité que sur la possibilité de les accueillir en se servant de l’institution militaire comme outil d’intégration. Peu de temps après avoir rappelé à ses corrégidors que les mesures d’expulsion ne s’appliquaient pas à ceux qui se battaient aux frontières contre les tercios de Philippe IV, le 29 mai 1649, le monarque portugais envoyait une lettre à Diogo de Lima, vicomte de Vila Nova de Cerveira, lui ordonnant d’écrire aux corrégidors de la Province de l’Entre-Douro-e-Minho et les chargeant d’être prêts pour, tous en même temps, le 24 juin suivant, arrêter tous les Gitans qu’ils trouveraient80. Le 30 juillet 1652, Jean IV envoyait une nouvelle lettre à Diogo de Lima lui demandant de procéder de même contre les Rom de cette province81. La politique de rafles continua puisque, le 12 septembre 1654, le monarque portugais écrivait de nouveau au vicomte de Vila Nova de Cerveira pour que celui-ci fisse capturer tous les Gitans qu’il trouverait et qu’il les envoyât à la prison du Limoeiro, à Lisbonne, pour être ultérieurement déportés vers les colonies82.

  • 83 Academia das Ciências de Lisboa, Azuis, 583, Coleção de Cortes-Cortes de Lisboa, commencées en 165 (...)

51Pour quelle raison Jean IV semblait avoir oublié les Rom qui se battaient pour lui dans ses armées et préféra, finalement, adopter une politique répressive ? Il faut d’abord considérer la pression populaire et les demandes qui lui étaient présentées aux Cortes, notamment à celles de 1654, pour que fussent expulsés tous les Gitans vivant au Portugal83. Mais il y avait aussi d’autres motifs. Le roi portugais lui-même déclarait à Diogo de Lima, dans sa lettre du 12 septembre 1654, qu’il avait « reçu la nouvelle de ce que beaucoup d’entre eux [les Gitans] allaient et venaient cachés aux frontières ». Ainsi, si le défaut de sang et le style de vie des Gitans pouvait encore être effaçable dans certains cas (encore qu’il s’agissait d’une tache lourdement incapacitante), l’association du peuple Rom à la Castille, dans un climat marqué par la guerre et le sentiment xénophobe envers tout ce qui provenait de l’Espagne, et la reconstruction identitaire portugaise alors en cours (laquelle se faisait précisément contre la Castille) ont très probablement joué de façon décisive.

  • 84 Vicente do Salvador, Historia do Brazil, Livre I, Chap. XI, ed. Maria Lêda Oliveira, Rio de Janeir (...)

52Dans son œuvre Historia do Brazil, rédigée entre 1627 et 1630, le franciscain Vicente do Salvador élabora un projet impérial pour le Portugal centré sur le Brésil, une terre qui, comme la Jérusalem Céleste, avait ses portes ouvertes à tous, « aux naturels, et aux étrangers, aux blancs, et aux noirs, où tous ont leurs affaires et commerce84 ». Pourtant, le Portugal issu de la Restauration de 1640 ne ressemblait pas vraiment à celui que Vicente avait souhaité. À l’inverse, le royaume, désormais gouverné par la famille des Bragance, avait développé des pratiques sociales marquées par l’intransigeance religieuse, la xénophobie et la méfiance envers les étrangers, l’obsession de la pureté de sang, et la discrimination et l’exclusion ethniques.

  • 85 Linda Martz, « Implementation of Pure Blood Statutes in Sixteenth Century Toledo », dans Bernard D (...)
  • 86 Herzog (2011), p. 23-27.

53Gardons-nous toutefois de caricaturer la société portugaise de l’époque. Les demandes réitérées de la part des représentants aux Cortes d’exclure les descendants des Juifs des charges honorifiques prouvent aussi que les statuts de pureté de sang n’étaient pas toujours aussi rigoureusement appliqués dans les sociétés ibériques comme on le croit souvent aujourd’hui85. De même, on a vu que les Noirs et les Gitans pouvaient, dans certains cas, accéder à certaines formes de promotion sociale. Tamar Herzog a aussi souligné que la question de la naturalité et de la vizinhança ne devenait problématique et n’apportait son lot de pratiques restrictives et discriminatoires que lors des périodes de conflit86, comme l’était précisément la guerre de Restauration. Par ailleurs, on ne doit pas oublier non plus que les discours xénophobes et ségrégationnistes relevaient en grande partie de l’intention car, dans les faits, l’applicabilité de ces mesures, dans des sociétés où les agents chargés d’exécuter les ordres émanant des diverses autorités publiques (la Couronne, l’Inquisition, l’aristocratie, le pouvoir municipal) avaient une capacité d’action limitée, demeurait souvent réduite.

  • 87 Pablo Fernández Albaladejo, « Católicos antes que ciudadanos : gestación de una “Política Española (...)

54Il n’en demeure pas moins que l’on ne pourrait prendre pour simple coïncidence le fait que la redéfinition de l’identité portugaise, suite à la séparation du Portugal de la monarchie hispanique, et les pratiques de discrimination et d’exclusion contre les Castillans, les Juifs, les Noirs et les Gitans, se soient déroulées selon des séquences pratiquement simultanées. S’il est vrai que ces phénomènes se sont inscrits dans des circonstances politiques, sociales et historiques qui leurs sont propres à chacun, l’exemple de la discrimination et exclusion des Gitans témoignent assez bien du rapprochement qui doit être fait entre identité nationale et xénophobie d’une part (dans la mesure où il s’agissait de populations vivant à la frontière entre le Portugal et la Castille) et constructions identitaires et ségrégation raciale d’autre part (puisque les Rom étaient déjà perçus de façon stéréotypée et que la croyance selon laquelle leurs caractéristiques morales se transmettaient à travers les générations était déjà très répandue). Ainsi, alors qu’au début de l’âge moderne les peuples ibériques se définissaient avant tout par leur appartenance à la chrétienté, et l’on était catholique avant même d’être hispanique ou portugais87, l’évolution politique de l’Europe occidentale a favorisé l’émergence et le renforcement de consciences nationales en partie basées sur des critères ethniques et raciaux. Le Portugal, à la tête d’un gigantesque empire multi-continental et caractérisé aussi par la grande diversité culturelle des groupes humains qui vivaient dans les frontières du royaume et de ses colonies (vieux chrétiens, conversos, musulmans, Gitans, Noirs, Amérindiens, Indiens, Cinghalais, Malais, Mélanésiens, Chinois, métis, etc.) fournit un bon exemple pour une étude des rapports existants entre constructions identitaires nationales et impériales, discriminations religieuses ethniques et raciales et processus d’exclusion sociale.

Notes

1 Abréviations utilisées : AGS : Archives Générales de Simancas ; ANTT : Archives Nationales de la Tour du Tombo, Lisbonne ; BA : Bibliothèque de la Ajuda, Lisbonne.

2 J’emploie ici le terme « ethnique » au sens que lui a donné Fredrik Barth. Voir Fredrik Barth, “Introduction”, dans Ethnic Groups and Boundaries. The Social Organization of Culture Difference, p. 10-17.

3 AGS, GA, 1401. Lettre du comte de Alba de Liste, du 6 août 1641, informant Philippe IV de la nécessité de renforcer la garnison de la ville d’Alcañices et du nombre de Portugais qui résidaient alors à Zamora.

4 AGS, GA, 1401. Lettre du duc de Medina Sidonia, du 23 août 1641, au roi à propos des mouvements et attaques des Portugais à la frontière du Guadiana.

5 AGS, GA, 1374, document 58. Rapport secret, daté du 9 janvier 1641, sur la province de Trás-os-Montes remis au conseil de guerre par le corregidor de Zamora.

6 ANTT, Cortes, carton 9, no 5 – Chapitres présentés par les procurateurs de la ville d’Aveiro, 1642, fl. 5. Sur l’importance que l’économie d’exportation de sel avait au Portugal à l’époque, voir Jean-Frédéric Schaub,Le Portugal au temps du Comte-Duc D’Olivares (1621-1640) : le conflit de juridictions comme exercice de la politique, Madrid, Casa de Velázquez, 2001, p. 289-313.

7 Réciproquement, un grand nombre de Castillans s’étaient eux aussi installés au Portugal, en particulier à Lisbonne : voir D. Luís de Meneses,História de Portugal Restaurado, vol. 1, Porto, Livraria Civilização, 1945, p. 126.

8 Gonçalo de Reparaz,Os Portugueses no vice-reinado do Peru (séculos XVI e XVII), Lisbonne, Instituto de Alta Cultura, 1976 ; Louisa S. Hoberman, “Merchants in Seventeenth-Century Mexico City : A Preliminary Portrait”, Hispanic American Historical Review, vol. 57, no 3 (1977), p. 479-503 ; Jonathan Israel, “The Portuguese in Seventeenth-Century Mexico” dans Empires and entrepôts : the Dutch, the Spanish monarchy, and the Jews, 1585-1713, Londres Ronceverte, Hambledon Press, 1990, p. 311-322 et Fernando Serrano Mangas, « La presencia portuguesa en la América Española en la época de los Habsburgos (siglos XVI-XVIII) » dans Maria da Graça M. Ventura (coord.), A União Ibérica e o Mundo Atlântico, Lisbonne, Colibri, 1997, p. 73-79.

9 Antonio Domínguez Ortiz,Los judeoconversos en la España Moderna, Madrid, Mapfre, 1993 [1991], p. 80-89.

10 AGS, GA, 1374, doc. 66. Rapport remis à Philippe IV par le marquis de Valparaíso, daté du 6 février 1641, sur les nouvelles venues de Lisbonne rapportées par un marin arrivé du Portugal. Ce rapport insistait sur le nombre très important de Portugais qui travaillaient comme agriculteurs dans la Couronne de Castille.

11 AGS, GA, 1374, Consulte, du 10 janvier 1641, de la junte d’exécution du conseil de guerre proposant de fermer aux Portugais le commerce avec les royaumes de la Couronne de Castille ; et AGS, GA, 1374, Consulte, du 11 janvier 1641, de la junte d’exécution du conseil de guerre sur l’utilité d’empêcher tout commerce maritime avec les Portugais de l’Algarve. Sur l’importance du commerce transfrontalier entre l’Algarve et l’Andalousie, on consultera Joaquim Romero Magalhães,O Algarve económico : 1600-1773, Lisbonne, Estampa, 1988.

12 AGS, GA, 1374, doc. 82. Réunion de la junte d’exécution, le 4 février 1641, à propos d’une lettre, datée du 25 janvier 1641, écrite par le comte de Frigiliana.

13 ANTT, Conselho de Guerra, Consultes, carton 3, caisse 28, no 103 – Lettre de Joane Mendes de Vasconcelos au roi, écrite à Elvas le 17 juin 1643, à propos de l’ordre de cesser la correspondance avec la Castille.

14 ANTT, Cortes, carton 12, no 10. Chapitres offerts aux Cortes par les procurateurs de la ville de Mértola en l’année 1642. Au chapitre 5, fol. 1 v, les représentants de cette petite ville située sur le Guadiana, et à quelques kilomètres à peine de la frontière avec l’Andalousie, se plaignirent de n’avoir « plus aucun commerce car ils avaient perdu celui qu’ils avaient avec la Castille. » Les procurateurs d’Aveiro, que l’on avait déjà vu se lamenter, aux Cortes de 1642, de ne plus pouvoir vendre leur sel en Galice et au Pays Basque (voir supra) répétèrent leurs griefs aux Cortes de 1646 : ANTT, Cortes, carton 9, no 5 – Cortes. Chapitres présentés aux Cortes de 1646 par les procurateurs de la ville d’Aveiro, chap. 1, fol. 13.

15 Lettre de Sebastián González au père Rafael Pereyra (S.J.) écrite à Madrid le 22 décembre 1640, dans Memorial Histórico Español, t. 16, Madrid, Real Academia de la Historia, 1862, p. 97.

16 Sur l’importance du statut de « vizinho » dans le monde ibéro-américain, voir Tamar Herzog,Defining Nations. Immigrants and Citizens in Early Modern Spain and Spanish America, New Haven, CT et Londres, Yale University Press, 2003.

17 Copie de la lettre envoyée par D. Martin de Velázquez, capitaine et gouverneur de Barcarrota, au père Sebastián Mendez de Cabrera, curé de l’église de San Vicente de Séville, datée du 1er juillet 1641, dans Memorial Histórico Español, t. 16, Madrid, Real Academia de la Historia, 1862, p. 158.

18 BA, 51-VIII-27, fol. 335. Lettre du roi de Portugal, Jean IV, du 25 août 1647, au comte de Castelo Melhor, João Rodrigues Vasconcelos e Sousa, ordonnant que fussent envoyés à Lisbonne tous les déserteurs castillans et étrangers réfugiés au Portugal. Cette mesure manifeste la peur, de la part des Portugais, que les déserteurs ne fussent en fait des informateurs dissimulés des chefs militaires espagnols. On notera également que si Jean IV exigeait que les Castillans fussent déportés dans les colonies portugaises, il n’autorisait pas non plus les déserteurs d’autres nationalités à demeurer au Portugal. Ordre leur était donné de regagner leur pays respectif à partir des ports portugais.

19 AGS, GA, 1401. Rapport du comte de Alba, remis depuis Zamora au Conseil de Guerre à Madrid, daté du 29 août 1641, sur les services du capitaine Don Juan de Biedma. Le comte de Alba écrit notamment qu’« avec les Portugais qui vivent dans cette ville et son territoire on aura l’attention et la vigilance que Votre Majesté ordonne ; et puisque la sécurité ne s’obtient pas par l’humiliation et le mépris, c’est la prévention qui l’assurera ».

20 AGS, GA, 1400. Lettre du licencié D. Pedro de Minuve, écrite à Zamora le 28 novembre 1641, à Philippe IV, au sujet des mesures de prévention qu’il a prises pour le secours de la frontière à cause notamment des informations obtenues depuis Miranda do Douro [territoire portugais] où l’on réunissait plusieurs soldats. D. Pedro de Minuve informait ainsi que les murs et les portes de la ville furent fermés, à l’exception de trois, pour que l’on sache qui y entrait et qui en sortait à cause des nombreux Portugais qui vivaient dans la place.

21 AGS, GA, 1376. Consultes, du 4 juillet et du 13 juillet 1641, de la junte d’exécution sur la consulte remise par la junte des intelligences, datée du 25 juin 1641, à propos des cavaliers portugais qui devaient servir aux frontières du Portugal. On notera que la consulte du 13 juillet se réalisa en présence du Comte-Duc d’Olivares. Sur cette question, voir aussi Lorraine White, “Spain’s Early Modern Soldiers. Origins, Motivations and Loyalty”, War and Society, vol. 19, no 2 (October, 2001), p. 19-46.

22 AGS, Estado, 2815, Lettre du secrétaire du Conseil d’État, Pedro Coloma, à Gerónimo de la Torre, du 16 juin 1651. Il y est question de Manuel Coelho da Fonseca. Ce capitaine portugais, qui avait auparavant servi en Italie, adressa une pétition demandant qu’il lui fût accordé le commandement d’une compagnie de la frontière avec le Portugal. Après avoir délibéré avec le conseil d’État, la décision de Philippe IV, arrêtée le 12 juin 1651, fut d’ordonner à Manuel Coelho de partir pour les Flandres avec, néanmoins, un subside de 40 écus de capitaine réformé. Plus de 10 ans après la Restauration, on continuait visiblement à se méfier des soldats portugais et à préférer les éloigner de leur patrie. Le cas de Manuel Coelho da Fonseca n’est en rien exceptionnel. Il convient d’ajouter que cette situation était durement ressentie par les Portugais fidèles à Philippe IV qui se sentaient discriminés et traités avec injustice.

23 AGS, GA, 1823. Reçu, signé à Pontevedra, le 8 avril 1652, par le comte de Santisteban de l’ordre royal obligeant les Portugais à se retirer à 15 lieues au moins de la frontière vers l’intérieur des terres.

24 AGS, GA, 1843. Copie d’une lettre royale, datée du 18 avril 1649, au marquis de Tavara, capitaine général des frontières du Portugal en Vieille Castille, ordonnant que les Portugais soient déplacés vers l’intérieur de la Castille d’au moins une trentaine de lieues. Document en annexe d’une lettre du marquis de Tavara, du 13 octobre 1653, au conseil de guerre au sujet de quatre religieux portugais qui, venus depuis la frontière de Zamora, étaient arrivés à Madrid. Et AGS, GA, 2080. Lettre de Don Juan José de Austria, écrite à Badajoz le 31 mai 1664, au roi.

25 AGS, GA, 1374, doc. 176. Consulte de la junte particulière du conseil de guerre, du 19 janvier 1641, à propos d’une lettre du duc de Medina Sidonia informant de la capture de certains navires portugais qui descendaient le Guadiana de Mértola à Castro Marim. On y apprend notamment qu’à Medina del Campo huit portugais, suspects de fuir en direction du Portugal, furent arrêtés et leurs biens confisqués.

26 « Lettre royale no 14 – Lettre de Jean IV à la mairie de la ville de Montemor-o-Novo, datée du 6 octobre 1641 », dans Boletim do Arquivo Histórico Militar, vol. 10 (1940), p. 13.

27 Alberto Marcos Martín,Auge y declive de un núcleo mercantil y financiero de Castilla la Vieja. Evolución demográfica de Medina del Campo durante los siglos XVI y XVII, Valladolid, universidad de Valladolid, 1978, p. 284-286. Alberto Marcos a étudié les registres matrimoniaux à Medina del Campo. Il a ainsi pu compter 16 Portugais qui se marièrent dans cette ville entre 1635 et 1639. Entre 1640 et 1644 ce nombre avait baissé de plus de moitié puisqu’il n’en recensa plus que 7. Entre 1655 et 1659, Alberto Marcos n’a trouvé qu’un seul Portugais dans les registres de mariage de la ville.

28 Lettre de Diego Costilla, écrite le 6 octobre 1641, de Benavente, au père Juan de Estrada (S.J.), dans Memorial Histórico Español, t. 16, p. 167-173. Diego Costilla informe de ce que l’on rapportait sur les Portugais qui vivaient dans le village de Moimenta, situé dans la région de Bragance à la frontière avec la Galice, à savoir que « la plupart étaient juifs et qu’ils avaient accaparé tout le commerce du pays et que par conséquent ils suçaient tout l’argent des tristes galiciens et habitants de la Puebla de Sanabria ». Voir aussi Domínguez Ortiz (1993), p. 87-89.

29 Domínguez Ortiz (1993), p. 82-87, Nicolas Broens,Monarquía y Capital mercantil : Felipe IV y las Redes comerciales portuguesas (1627-1635), Madrid, universidad Autónoma, 1989.

30 AGS, GA, 1401. Lettre du marquis de Valparaíso, écrite le 29 août 1641 à Tuy, au roi Philippe IV. Le prophète dont il est fait mention est, probablement, le cordonnier de Trancoso, Gonçalo Anes Bandarra qui, dans les décennies 1530-1540, s’inspirant de plusieurs livres prophétiques de la Bible (en particulier du livre de Daniel) et des mythes qui circulaient alors dans la Péninsule Ibérique, rédigea un livre, les Trovas do Bandarra, qui annonçait la venue d’un roi portugais qui rétablirait la justice, instituerait un empire universel tout en soumettant le monde à une seule foi. Sur le sébastianisme, voir João Lúcio de Azevedo,A evolução do Sebastianismo, Lisbonne, Livraria Clássica, 1947 [1918] et Lucette Valensi,Fables de la mémoire. La glorieuse bataille des trois rois, Paris, Le Seuil, 1992, p. 140-228. Sur la folie comme châtiment divin et marque de la déraison, voir Michel Foucault,Histoire de la folie à l’Âge Classique, Paris, Gallimard, 1972 [1961], p. 13-315.

31 Peter Sahlins,Boundaries, The Making of France and Spain in the Pyrenees, Berkeley-Los Angeles-Oxford, University of California Press, 1989, p. 6-9.

32 La vie matérielle et économique reposait, dans les deux royaumes, sur des modes d’organisation quasiment identiques : une agriculture basée sur la trilogie méditerranéenne, des systèmes fonciers hérités de l’Empire Romain et marqués par les guerres de la Reconquista (au Portugal comme en Espagne on retrouve une même opposition entre pays de petite propriété au nord et ceux de très grande propriété au sud), une même dépendance vis-à-vis des produits d’outre-mer (l’argent d’Amérique, les épices venues d’Asie, puis le sucre du Brésil), des structures sociales et corporatives très hiérarchisées.

33 Voir José Antonio Maravall,Estado moderno y mentalidad social (siglos XV a XVII), 2 volumes, Madrid, Alianza Editorial, 1986 [1972] ; du même auteur, La Cultura del Barroco, Barcelona, Ariel, 1990 [1975], p. 307-418 ; Luís Reis Torgal,Ideologia política e teoria do Estado na Restauração, 2 volumes, Coimbra, Biblioteca Geral da universidade, 1982 ; Jesús Vallejo « Acerca del arbol de los jueces. Escenarios de la justicia en la cultura del ius commune » dans Salustiano de Dios, Javier Infante, Ricardo Robledo, Eugenia Torijano (Coords.), Historia de la Propriedad. Patrimonio Cultural, Madrid, Colegio de Registradores de la Propriedad, 2003, p. 55-70 ; Antonio Manuel Hespanha, « O Governo dos Austria e a “Modernização” da Constituição política portuguesa », Penélope. Fazer e Desfazer a História, no 2 (Fev. 1989), p. 51-62 ; du même auteur, As Vésperas do Leviathan. Instituições e Poder politico. Portugal-Sec. XVII, Coimbra, Almedina, 1994 ; Bartolomé Clavero, Razón de Estado, Razón de Indivíduo, Razón de Historia, Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 1991.

34 Sur la composition des groupes ethniques, et l’importance des phénomènes d’exclusion dans la constitution de ces mêmes groupes, voir Fredrik Barth (éd.), Ethnic Groups and Boundaries. The Social Organization of Culture Difference, Boston, Little, Brown and Company, 1969.

35 Sur la naturalité sous l’Ancien Régime, voir les articles de Peter Sahlins, « La nationalité avant la lettre. Les pratiques de naturalisation en France sous l’Ancien Régime », Annales. Histoire, Sciences Sociales. 55e année, no 5, 2000, p. 1081-1108 ; et de Tamar Herzog, « Naturales y extranjeros : sobre la construcción de categorías en el mundo hispánico », Cuadernos de Historia Moderna, 2011, X, p. 21-31.

36 Parmi les œuvres de l’époque qui exaltaient l’histoire du royaume portugais pour mieux en souligner l’identité propre face à l’ensemble hispanique et en particulier face au royaume de Castille, on peut citer, d’un très vaste corpus, le poème de Luís de Camões, Os Lusíadas, imprimé à Lisbonne pour la première fois par António Gonçalves en 1572 (l’édition originale peut être consultée sur le lien [http://purl.pt/1]), ou encore les quatre premiers volumes de la monumentale œuvre des cisterciens Bernardo de Brito et António Brandão, intitulée Monarchia Lusitana. Les deux premiers tomes, écrits par Bernardo Brito, et publiés à Alcobaça par le propre monastère en 1597 (pour le premier volume) et à Lisbonne par Pedro Craesbeeck en 1609 traitaient de la lointaine origine du royaume portugais, ce qui lui conférait une ancienneté qui le plaçait au-dessus de tous les autres royaumes ibériques. Les troisième et quatrième tomes furent composés par António Brandão, et publiés à Lisbonne, par le même Pedro Craesbeeck, en 1632. Le troisième volume, en particulier, fut le premier livre publié au Portugal à faire référence au mythe, qui obtint par la suite une large adhésion, des Cortes célébrées à Lamego par Alphonse Henri, premier roi de Portugal (Livre X, chapitres 13 à 15). Au cours de ces supposées Cortes, réalisées en 1143, les représentants des trois ordres auraient élu Alphonse Henri comme leur roi et auraient établi une règle de succession qui empêchait tout prince étranger de régner au Portugal. Naturellement, cela revenait à remettre en cause la légitimité de Philippe II pour s’asseoir sur le trône portugais en 1580, ainsi que celle de ses descendants.

37 Duarte Nunes de Leão,Origem da língua portuguesa, Lisbonne, Pedro Craesbeeck, 1606. Sur les reconstructions identitaires à l’œuvre au Portugal avant 1640, voir Diogo Ramada Curto,O discurso político em Portugal (1600-1650), Lisbonne, Centro de Estudos de História e Cultura Portuguesa-Projecto universidade Aberta, 1988, p. 174-192 ; Fernando Bouza Álvarez, « Primero de diciembre de 1640 : una revolución desprevenida ? », Manuscrits, no 9 (Jan. 1991), p. 205-225 (en particulier les pages 207-211), et Pedro Cardim, « De la nación a la lealtad al rey. Lourenço de Mendonça y el estatuto de los portugueses en la Monarquía española de la década de 1630 », dans David González Cruz (coord.), Extranjeros y enemigos en Iberoamérica : La visión del otro. Del imperio español a la guerra de la independencia, Madrid, Sílex, 2010, p. 57-88. À première vue la langue semble donc être le principal facteur de distinction entre les deux peuples. Il faut pourtant se garder d’exagérer la différence que la langue aurait pu créer entre les communautés de la raia. D’une part, parce que le Castillan et le Portugais sont très proches l’un de l’autre et qu’il n’existe pas de problèmes d’intercommunication insurmontable entre les deux ; d’autre part parce qu’à l’époque le bilinguisme était très répandu.

38 Domínguez Ortiz (1993), p. 85.

39 L’union des armes était un projet d’Olivares qui consistait à uniformiser les régimes fiscaux de l’ensemble des territoires de la monarchie hispanique selon le modèle de la Castille et qui soutenait l’idée selon laquelle les divers royaumes devaient tous, selon un critère proportionnel, contribuer à l’entretien des forces militaires espagnoles. Voir John Elliott,The Count-Duke of Olivares. The Statesman in an Age of Decline, New Haven and London, Yale University Press, 1986, p. 244-255 et p. 266-277. Sur l’association entre les nouveaux chrétiens et Olivares, voir Torgal (1982), vol. II, p. 63.

40 Fernanda Olival, « Rigor e interesses. Os estatutos de limpeza de sangue em Portugal », Cadernos de Estudos Sefarditas, no 4, 2004, p. 151-182 et João de Figueiroa Rego,« A honra alheia por um fio ». Os estatutos de limpeza de sangue no espaço de expressão ibérica (sécs. XVI-XVIII), Thèse de doctorat en Histoire Moderne présentée à l’université du Minho, 2009, p. 54-57.

41 João Lúcio de Azevedo,História dos cristãos-novos portugueses, Porto, Clássica Editora, 1989, p. 236-330 ; António José Saraiva,Inquisição e Cristãos-Novos, Lisbonne, Estampa, 1985 [1969], p. 169-174 et p. 182-195. Sur la façon dont l’Inquisition était perçue par les couches populaires de la société ibérique, voir Henry Kamen,La Inquisición Española. Una revisión histórica, Barcelona, Crítica, 1999, p. 246-272.

42 Voir Pedro Cardim,Cortes e cultura política no Portugal do Antigo Regime, Lisbonne, Cosmos, 1998, p. 133. Les chapitres généraux étaient définis par les officiers de la Couronne. Lorsqu’ils constataient qu’une même plainte, ou demande, était extensible a l’ensemble du royaume ou présentée par plusieurs villes et communes, ces requêtes et doléances particulières étaient réunies dans un seul chapitre. De cette façon, l’étude de ces chapitres généraux des Cortes permet de se faire une idée des sentiments et opinions politiques d’une partie de la société portugaise.

43 ANTT, Cortes, carton 8, no 3 : Chapitres généraux présentés au roi Jean notre seigneur quatrième du nom, quatorzième roi de Portugal, aux Cortes célébrées à Lisbonne avec les trois États le 28 janvier 1641, avec leurs réponses du 12 septembre de l’année 1642, chap. 4, p. 3. Les chapitres 17 et 59 répétaient les demandes d’exclusion des conversos des charges publiques et les élargissaient aux commandements et dignités militaires (pages 8 et 20 de ce même document).

44 Academia das Ciências de Lisboa, Azuis 583, Collection des Cortes, t. XI, Chapitres Généraux des Cortes de 1654, chap. 3, fol. 179-179 v°.

45 BA, 51-X-19, no 151, fol. 305, 306 vo. Lettre du roi au vicomte de Vila Nova de Cerveira, D. Diogo de Lima, lui ordonnant de ne pas admettre dans le royaume des gens de nation [nouveaux chrétiens] fuyant la Castille. D. Diogo de Lima était alors le gouverneur militaire de l’Entre Douro e Minho (c’est-à-dire le commandant en chef de toutes les forces armées de la province qui correspond aujoud’hui aux districts de Braga, Porto et Viana do Castelo). L’ordre de Jean IV prévoyait toutefois une exception : en effet, il demandait à D. Diogo de l’informer si parmi ces conversos fugitifs il y en aurait « un riche et puissant, car il pourrait alors y avoir certaines raisons qui fassent qu’il soit convenable de le laisser entrer ».

46 Saraiva (1985), p. 175-195.

47 Voir Pierre Savy, « Les juifs ont une queue. Sur un thème mineur de la construction de l’altérité juive », Revue des Études Juives, 166 (1-2), janvier-juin 2007, p. 175-208.

48 James H. Sweet, “Iberian Roots of American Racist Thought”, The William and Mary Quarterly, Third Series, vol. 54, no 1 (Jan. 1997), p. 143-166, et Giuseppe Marcocci, « Escravos ameríndios e negros africanos : uma história conectada. Teorias e modelos de discriminação no império português (ca. 1450-1650) », Tempo, no 30 (Jan. 2011), p. 41-70.

49 José António Gonsalves de Mello, Henrique Dias : governador dos crioulos, negros e mulatos do Brasil, Recife, Fundação Joaquim Nabuco, éd. Massangana, 1988 ; Francis A. Dutra, « Ser mulato em Portugal nos primórdios da época moderna », Tempo, no 30 (Jan. 2011), p. 101-114 ; João Figueiroa Rego et Fernanda Olival, « Cor da pele, distinções e cargos : Portugal e espaços atlânticos portugueses (séculos XVI a XVIII) », Tempo, no 30 (Jan. 2011), p. 115-145, et Ronald Raminelli, « Impedimentos da cor ; mulatos no Brasil e em Portugal, c. 1640-1750 », Varia Historia (à paraître).

50 Dutra, (2011), p. 103.

51 Rosa Maria Perez, « Os ciganos de Portugal : o exótico cá dentro », p. 13-19 dans Adolfo Coelho,Os ciganos de Portugal, Lisboa, Dom Quixote, 1995 [1892], p. 16.

52 João José Alves Dias (coord.), Portugal do Renascimento à crise dinástica dans Joel Serrão et António Henrique Oliveira Marques,Nova História de Portugal, vol. V, Lisbonne, Estampa, 1998, p. 50.

53 Gil Vicente,Copilaçam de todalas obras, Lisboa, INCM, 1983, p. 488-495. La pièce fut représentée pour la première fois à Évora, en présence du roi Jean III, en 1521.

54 Adolfo Coelho, Os ciganos de Portugal, Lisboa, Dom Quixote, 1995 [1892], p. 197.

55 Coelho (1995), p. 198.

56 [http://www.iuslusitaniae.fcsh.unl.pt/verlivro.php?id_parte=94&id_obra=63&pagina=458#]. Accès le 13 août 2012. Ces lettres sont comparables dans leurs effets aux lettres de bourgeoisie en France.

57 [http://www.iuslusitaniae.fcsh.unl.pt/verlivro.php?id_parte=95&id_obra=63&pagina=97]. Accès le 15 septembre 2012.

58 C’est aussi en 1613 que surgissent les premières normes de pureté de sang qui incluent les Gitans, voir Rego (2009), p. 55. Il faut souligner que, dans le cas des Gitans, et contrairement aux Juifs et Musulmans, ce n’était pas la religion qui était le premier et principal critère pour les définir comme porteurs de « sang impur ».

59 [http://www.iuslusitaniae.fcsh.unl.pt/verlivro.php?id_parte=98&id_obra=63&pagina=629]. Accès le 15 septembre 2012.

60 ANTT, Cortes, carton 11, no 6. Chapitres qu’offrirent aux Cortes les procurateurs de Vila Viçosa. Année 1642. Chap. 4, fl. 2.

61 Les communes portugaises avaient à leur tête des juges, qualifiés d’« ordinaires » s’ils étaient élus par les notables même de la commune. Lorsque le juge était nommé ou par le roi ou par un autre grand seigneur influent dans la région, il prenait alors le nom de « juiz de fora ».

62 Ainsi, l’une de ces femmes, Lucrécia, disait à ses sœurs : « Andad acá, hermanaz, y vamoz/a eztaz siñuraz de gran hermuzura ;/diremuz el ciño, la buena ventura,/daran çuz mercedez para que comamuz », « Venez ici, sœurs, et allons/à ces dames de grande beauté ;/nous leurs dirons le destin, la bonne aventure,/elles nous donneront leurs faveurs pour que nous puissions manger » ; Vicente (1983), p. 489.

63 Coelho (1995), p. 158.

64 [http://www.iuslusitaniae.fcsh.unl.pt/verlivro.php?id_parte=99&id_obra=63&pagina=886#]. Accès le 14 août 2012.

65 Ces villes étaient Torres Vedras, Leiria, Ourém, Tomar, Alenquer, Montemor-o-Velho et Coimbra.

66 [http://www.iuslusitaniae.fcsh.unl.pt/verlivro.php?id_parte=99&id_obra=63&pagina=908]. Accès le 14 août 2012.

67 [http://www.iuslusitaniae.fcsh.unl.pt/verlivro.php?id_parte=100&id_obra=63&pagina=54]. Accès le 14 août 2012.

68 Fernando Dores Costa, « Formação da força militar durante a guerra da Restauração », Penélope, no 24 (2001), p. 87-119.

69 ANTT, Conselho de Guerra, Consultas, carton 3, caisse 28, no 119. À propos de Francisco de Almeida, Gitan. Malheureusement la lettre de Francisco de Almeida ne se trouve pas avec la consulte.

70 ANTT, Conselho de Guerra, Consultas, carton 3, no 5. À propos de Francisco de Almeida, Gitan qui demande une place morte. Consulte du 4 mai 1643.

71 Sur la reconquête de Bahia par les troupes hispano-portugaises, en 1625, la Jornada dos Vassalos, et son interprétation, voir, entre autres, l’article de Stuart Schwartz, “The Voyage of the Vassals. Royal Power, Noble Obligations, and Merchant Capital before the Portuguese Restoration of Independence”, The American Historical Review, vol. 96, no 3 (juin 1991), p. 735-762.

72 [http://www.iuslusitaniae.fcsh.unl.pt/verlivro.php?id_parte=100&id_obra=63&pagina=54]. Accès le 14 août 2012.

73 Voir Lorraine White, « Guerra y revolución militar en la Iberia del siglo XVII », Manuscrits, 21 (2003), p. 63-93, en particulier p. 76.

74 Et ce d’autant plus qu’un quatrième conseiller présent le 12 août, Gastão Coutinho, affirma qu’il ne voyait pas d’inconvénients à ce que l’on forme une compagnie de cinquante soldats d’ethnie rom.

75 [http://www.iuslusitaniae.fcsh.unl.pt/verlivro.php?id_parte=100&id_obra=63&pagina=98], Accès le 14 août 2012.

76 Sur la notion de justice redistributive, voir Beatriz Cárceles De Gea, « La “justicia distributiva” en el siglo XVII (Aproximación político-constitucional) », Chronica Nova, 14 (1984-85), p. 93-122.

77 En tant que procureur de la Couronne, Tomé Pinheiro da Veiga avait aussi à sa charge la défense, dans les litiges judiciaires, des veuves et des orphelins du royaume.

78 Coelho (1995), p. 207-208.

79 Cette question se posa aussi pour les nouveaux chrétiens qui prirent le parti de la Restauration et se mirent au service de Jean IV. Fernanda Olival a ainsi recensé une soixantaine de conversos qui, dans les décennies de 1650 et 1660, reçurent l’habit de l’Ordre du Christ, le plus prestigieux des ordres militaires portugais. Voir Fernanda Olival, As ordens militares e o Estado Moderno. Honra, mercê e venalidade em Portugal (1641-1789), Lisboa, Estar, 2001, p. 289-290.

80 BA – 51-X-18, no 26, fol. 51, 52 v. Lettre de Jean IV, datée du 29 mai 1649, au vicomte de Vila Nova da Cerveira, D. Diogo de Lima, lui demandant de donner l’ordre aux corrégidors de la province [Entre Douro e Minho] et autres ministres de justice d’arrêter, le 24 juin prochain, tous les Gitans qu’ils trouveraient.

81 BA 51-X-19, no 35, fol. 69, 70 v. Lettre de Jean IV, datée du 30 juillet 1652, au vicomte de Vila Nova da Cerveira, D. Diogo de Lima, lui demandant de donner l’ordre aux corrégidors et autres ministres de la justice pour arrêter, le 8 septembre prochain, tous les Gitans qu’ils trouveraient.

82 BA 51-X-19, no 156, fol. 315, 316 v. Lettre de Jean IV, datée du 12 septembre 1654, au vicomte de Visconde de Vila Nova da Cerveira, D. Diogo de Lima, lui donnant l’ordre de faire arrêter, avec secret et disimulation, le 25 septembre prochain, tous les Gitans et de les envoyer à la prison du Limoeiro, à Lisbonne.

83 Academia das Ciências de Lisboa, Azuis, 583, Coleção de Cortes-Cortes de Lisboa, commencées en 1653 et achevées le 28 février 1654. Chapitres Généraux, chap. 31, fl. 191.

84 Vicente do Salvador, Historia do Brazil, Livre I, Chap. XI, ed. Maria Lêda Oliveira, Rio de Janeiro-São Paulo, Versal-Odebrecht, 2008, fl. 20. Sur le projet impérial de Vicente do Salvador, voir Maria Lêda Oliveira, A Historia do Brazil de Salvador. História e Política no Império Português do Século XVII, Rio de Janeiro-São Paulo, Versal-Odebrecht, 2008, p. 87-131.

85 Linda Martz, « Implementation of Pure Blood Statutes in Sixteenth Century Toledo », dans Bernard Dov Cooperman (éd.), Iberia and Beyond. Hispanic Jews between Cultures, Cranbury-Londres-Mississauga, Associated University Presses, 1998, p. 245-271 ; et Kamen (1999), p. 223-245.

86 Herzog (2011), p. 23-27.

87 Pablo Fernández Albaladejo, « Católicos antes que ciudadanos : gestación de una “Política Española” en los comienzos de la Edad Moderna » dans J. I. Fortea Pérez (coord.), Imágenes de la Diversidad. El mundo Urbano en la Corona de Castilla (s. XVI-XVIII), Santander, universidad, 1997, p. 103-127.

Auteur

EHESS (Centre de Recherches sur le Brésil colonial et contemporain).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search