Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hommes nouveaux et femmes nouvelles

 | 
Benoît Musset

Troisième partie. Femmes nouvelles

La championne ou la difficile adoption d’une « femme nouvelle » (1838-1914)

Philippe Tétart

Texte intégral

1S’interroger la notion d’homme nouveau, de femme nouvelle invite notamment à questionner les conditions dans lesquelles certaines figures sociales émergent et réussissent ou non à s’imposer. En effet, pour peu qu’elles soient transgressives, elles ébranlent les représentations. Les réactions, les résistances qu’elles suscitent sont alors emblématiques de leur temps. Elles témoignent de l’aptitude ou non du corps social à acclimater leur nouveauté, à la digérer et, à terme, à les tenir pour normales, voire comme des modèles. Une telle interrogation invite donc à réfléchir à la reconfiguration des représentations, des catégories mentales, des conventions sociales. Dans cette perspective, nous étudierons l’accueil fait à la « nouvelle femme » qu’est la championne, principalement la championne de sport.

  • 1 Voir Tétart P., « Champion androgyne, combattante et danseuse. Portrait flou de Suzanne Lenglen (1 (...)
  • 2 Successivement : La Vie au grand air, 20 septembre 1920 ; Le Matin, 15 avril 1922 ; Le Temps, 3 ju (...)

2Cette étude tire son origine d’une analyse de la représentation médiatique de Suzanne Lenglen. Jusqu’en 1922-1923, peinant en effet à féminiser son statut de champion1, les journalistes oscillent entre masculin et féminin. Dans cette valse hésitation assimilable à une stratégie d’évitement, la joueuse est « lady champion », « plus grand champion français », « champion mondial2 », etc., bien plus rarement championne. En ces pages, nous ouvrirons la focale aux usages du mot « championne » depuis le XIXe siècle. Ils révèlent la résistance des journalistes et des lexicographes à la reconnaissance d’une figure qui, avant de devenir sportive, incarne une querelleuse, puis une femme hardie. Puis, alors même que la notion de championne renvoie surtout, à partir des années 1890, aux sportives, l’expression championne de sport n’est ni banalisée ni normalisée par les dictionnaires et les journaux.

  • 3 Tétart P., « Spectacle sportif, médias et représentations sociales », in T. Froissart, T. Terret ( (...)

3Nous considérerons cette résistance linguistique comme une résistance à l’entrée de l’expression dans les représentations courantes. Nous postulons en effet que le commerce, au sens propre et figuré, liant les journalistes et leurs lecteurs restitue un état de réalité à partir duquel on peut appréhender – à défaut de les objectiver tout à fait – les représentations sociales et la façon dont elles se recomposent au fil du temps3. Sous ce prisme, le temps de la banalisation de tel mot, de telle notion marquerait le moment de l’adoption, du partage social. En l’espèce, la « nouvelle femme » qu’est la championne de sport reste une figure en grande partie repoussée en 1914.

À dictionnaires ouverts

4Les définitions académiques de la championne évoluent au XIXe siècle. Elles forgent un socle symbolique dont la notion de championne de sport hérite. Il faut donc s’en imprégner.

  • 4 Dictionnaire universel de la langue françoise, Paris, Desray, ed. 1803, p. 79, Nouveau Dictionnaire (...)
  • 5 Landais N., Dictionnaire général et grammatical des dictionnaires français, Paris, Bureau Central, (...)
  • 6 Acte 8, scène 9.

5Au milieu des années 1830, conjuguant les définitions de Boiste (1803) et de Noël Chapsal (1826)4, les dictionnaires Landais et Babault définissent la championne comme une « femme de courage » et « de moyenne vertu5 ». À cette expression « familière » et peu usuelle, Napoléon Landais consacre deux lignes. Le champion en revanche, « brave guerrier », en mérite une vingtaine. Hormis cette inégalité de traitement, l’essentiel tient à la vertu : comme les « championnes » querelleuses de Molière dans L’Étourdi ou les contretemps (1655)6, la championne est valeureuse, mais peu vertueuse. À l’inverse, le vaillant champion est un modèle de vertu.

  • 7 Larousse P., Grand Dictionnaire universel illustré, Paris, Larousse, 1867, t. 3, p. 902.

6Témoignant de l’ancrage de cette représentation tirant vers le négatif, en 1867, le Grand Dictionnaire universel Larousse livre une définition renvoyant toujours à Molière. La championne y est une femme « hardie, redoutable dans la lutte et dans la discussion », une femme « rude7 ». La question de la vertu est gommée. Le courage, la hardiesse et la rudesse l’emportent. S’y ajoute un dédoublement de sens : une femme peut être championne par le corps et/ou par la parole. Cette notion reparaîtra dans la presse avec la figure des féministes. Pour le reste, en ces années 1860-1870, le Dupiney de Vorepierre (1860), le Bescherelle Pons (1865) et le Littré (1874) n’ont pas d’entrée « championne ». L’expression apparaît dans les notices sur le champion, rabattue sous le masculin et sans variation par rapport au Larousse.

  • 8 Complément du Dictionnaire de l’Académie française, Paris, Firmin Didot, 1881, p. 214.
  • 9 Le Petit Journal, 6 août 1863.
  • 10 Le Journal des Débats, 12 juillet 1884.
  • 11 Le Foyer, 20 septembre 1866.

7En 1881, les Académiciens font le point : « Ce mot a quelquefois été hasardé, presque toujours ironiquement, en parlant d’une femme hardie », les championnes sont « deux femmes qui viennent de se battre8 ». On retient ici la rareté suggérée du mot et le renvoi implicite aux querelleuses de Molière ou, pour envisager la mode montante des faits-divers, à cette « mégère9 » attaquant un homme dans la rue, à ces bagarreuses de rue américaines dépeintes par Le Journal des Débats en 188410, voire à ces « championnes » de théâtre se querellant avant d’entrer en scène11. Les Académiciens nuancent donc à peine l’idée de championne-harpie et évitent de se prononcer sur l’à-propos de l’ironie.

  • 12 Augié C. (dir.), Nouveau Larousse Illustré. Dictionnaire encyclopédique, t. 2, p. 672.

8Une quinzaine d’années plus tard, écrivains et journalistes commencent à employer l’expression pour désigner, avant toute autre femme, une sportive victorieuse et, stricto sensu, la lauréate d’un championnat. Mais les dictionnaires restent silencieux. En 1905, à l’entrée « championne » du Nouveau Larousse Illustré on lit : « Féminin de champion. Femme qui soutient une lutte (Peu us.). Femme hardie, redoutable dans la lutte ou dans la discussion : Une rude Championne. » Cette définition renvoie au sens de champion depuis le XIe siècle : celui qui combat en champ clos pour soutenir sa querelle ou celle d’autrui. L’idée de pugnacité reste notable. Surtout, témoignant d’un assouplissement, la hardie s’est substituée à la querelleuse, à la harpie. Par ailleurs, le Larousse est le premier dictionnaire à créer un alinéa sportif à champion. Est champion « celui qui a remporté le premier prix dans un concours, qui est considéré en quelque sorte comme le roi de ce sport, tant qu’un autre ne triomphe pas de lui12 ». La notice précise que championne est le « féminin de champion ». C’est la première entrée en lice de l’expression. Au demeurant, le Larousse ne va pas jusqu’à la consacrer en créant un alinéa sportif dans la notice « championne ». La championne de sport reste donc une déclinaison du masculin. Quant aux autres dictionnaires, comme celui de Pierre Boissières (1908), ils ignorent tout bonnement la championne, tant à l’entrée « sport » qu’à l’entrée « champion ».

9Au fil des années 1830-1900, le mot championne passe ainsi d’une représentation plutôt péjorative (la querelleuse) à une acception légèrement anoblie par la référence au courage, à la hardiesse, qualités sous-jacentes à la définition du champion d’une juste cause. Au demeurant, la championne de sport, comme la championne de la cause féminine, d’un usage pourtant contemporain et seulement suggéré par le Larousse (« championne de la parole », 1867), n’a qu’un droit de cité secondaire.

10À la fin de la Belle Époque l’expression « championne de sport » n’est donc ni définie ni discutée par les gardiens de la langue française. Ils ne s’y emploieront qu’au début des années 1920. En reportent-ils l’intégration pour résister à l’émancipation féminine ? Si on considère l’usage croissant de l’expression dans la presse dans la seconde moitié des années 1890, on peut l’imaginer.

11Ceci étant, les premières championnes mentionnées dans la presse ne sont pas sportives. De la diva à la femme aux mœurs légères, des féministes aux « luronnes », il faut en établir le portrait pour préciser le socle symbolique dont héritent les championnes de sport. On verra qu’il agrège des représentations volontiers ironiques, dépréciatives et rappelant de nouveau la domination masculine.

Une diva et des militantes

12Sous la IIIe République, l’expression jusqu’alors rarissime creuse son sillon en référence, surtout, aux féministes et aux sportives. Mais, la diva les précède.

Caprice de diva

  • 13 Revue de Paris, 1838, p. 294.

13Jusqu’à la fin du Second Empire, l’expression est exceptionnelle. Les quotidiens de la Monarchie de Juillet, comme Le Siècle ou L’Univers, n’y recourent pas. Une des seules mentions repérées se trouve dans la très élective La Revue de Paris en 1838. François Castil-Blaze, compositeur et critique du Journal des Débats, y publie alors quelques vignettes autobiographiques. Il se remémore notamment sa rencontre avec la cantatrice Guidita Pasta à l’époque où il dirigeait l’Académie Royale. Dans cette salle, il souhaitait donner uniquement des œuvres nouvelles. Or la chanteuse italienne pose une condition sine qua non à sa venue : elle chantera le Tancredi de Gioachino Rossini, opéra auquel elle doit sa notoriété, et rien d’autre. À ce caprice François Castil-Blaze résiste tout d’abord, puis il fléchit et, enfin, rend les armes. Il faut bien, concède-t-il, savoir céder à la « belle championne13 ».

  • 14 Cf. « le champion et la championne furent tout un temps à se battre si vertueusement que ceulx qui (...)

14Guidita Pasta n’est ni la harengère de Bonaventure Despériers au XVIe siècle14 ni la querelleuse de Molière, soit les figures de référence des dictionnaires. Elle incarne une femme de tête, une capricieuse, une Diva. L’extrême rareté de cet usage – que l’on retrouve en 1841 dans Loret de Montpellier ou la Championne des dames, comédie d’Édouard de Thomassy – justifie son absence des dictionnaires. Elle n’en pose pas moins une représentation essentielle : la championne est une figure singulière, voire unique, et qui résiste aux hommes, comme les féministes trente ans plus tard.

Championnes des femmes

  • 15 Le Rappel, 12 octobre 1869.
  • 16 Le Figaro, 28 août 1874.

15Avec les années 1870, les féministes sont parfois assimilées à des championnes au prétexte d’une conjugaison entre leur résistance à l’ordre masculin et l’idéal du champion d’une noble cause. Mais qu’on ne s’y trompe pas : cette équation ne rétrocède aucune vertu à l’idéologie féministe. La noblesse de leur combat et leur courage valent aux féministes l’épithète de championnes, pas leurs revendications. Ainsi en va-t-il de Suzanne Anthony, « infatigable championne des droits de la femme15 » et de cette autre Américaine, ancienne candidate à la présidence, Victoria Wodhull, « championne des droits de la femme16 ».

  • 17 La Croix, 21 mars 1885.
  • 18 Le Journal des Débats, 20 mai 1886.
  • 19 Le Revue Bleue, no 21, 1892.

16D’abord réservée aux Anglo-Saxonnes, l’expression se francise avec les années 1880. En 1885, Louise Barberousse, engagée sous la bannière de la Fédération républicaine socialiste, est une « championne des revendications féminines17 ». En 1886, Marie Rose Astié de Valsayre, de la Ligue des Femmes socialistes, est « championne18 » car elle n’hésite pas à se battre en duel pour défendre ses opinions et laver les affronts. Parmi d’autres exemples, en 1892, l’écrivain et journaliste Fernand Vandérem, couvrant un congrès féministe pour la Revue Bleue, portraiture Maria Deraisme. De cette militante de trente ans, il fait une « vaillante championne de l’émancipation ». Mais l’ironie perce lorsqu’il la décrit : « très élégante, des chapeaux vert pâle ou rouge vif, des manteaux “modèle riche”, des traits fins et railleurs, des bandeaux de cheveux argentés, le type d’une belle-mère cossue », elle flirte avec les lubies émancipatrices et s’encanaille finalement dans une « comédie bourgeoise19 ».

  • 20 On satisfera sa curiosité en lisant Rennes J., Le Mérite et la nature. Une controverse républicain (...)
  • 21 Revue du Monde Catholique, novembre 1909.
  • 22 La Lanterne, 4 février 1907.
  • 23 Dans le roman-feuilleton Les Chiens de Faiënce, publié dans La Presse, 14 septembre 1905.

17Évoquons enfin l’affaire Rodet. En 1909, cette jeune femme que le ministère des Finances a refusé de titulariser l’année précédente bataille pour la reconnaissance de ses droits et ceux de ses collègues femmes. L’affaire est portée en place publique grâce aux soutiens dont elle bénéficie, celui de La Française et de sa directrice, Jane Misme, par exemple20. Il n’en faut pas plus pour que le très antiféministe Théodore Joran en fasse une « fougueuse championne » atteinte du principal travers féministe, « vouloir aller trop vite21 » ; pour que l’extrême droite fustige les « méfaits de l’émancipation » et de ses « championnes22 » ; pour que l’écrivain Georges Boissière raille les « championnes de la morale outragée23 ».

18S’agissant de morale et sur le versant inverse, on croise aussi, à l’occasion, des championnes de la bienséance. Ainsi dans la Revue Chrétienne, en 1908.

  • 24 « Lettre d’Allemagne », Revue Chrétienne, janvier 1908, p. 155.

« N’empêche que les championnes à tout prix de l’union conjugale à deux se sont joliment bien défendues [...] Heureusement [...] car elles avaient à faire à très forte partie, ces matrones de l’amour libre ayant le verbe endiablé de tous les fanatiques [...]. Bref nos femmes ont mis à soutenir la cause des familles contre celle des taudis, la cause de la femme contre celle des femelles24. »

19Ce type renversement est exceptionnel. La championne d’une cause est avant tout féministe. Le plus souvent, les journalistes reconnaissent sa combativité, son audace – voire sa rudesse – et la noblesse de sa posture. Mais cela ne rétrocède aucune vertu à leur souhait d’une révolution des conventions sociales et de la hiérarchie des genres. Cette ambivalence agit comme un repoussoir qu’on retrouvera avec les championnes de sport.

Au service de la nation

20À la charnière des XIXe et XXe siècles, trois expressions apparaissent : équipe championne, nation championne, puis marque championne. Leur existence et le fait qu’elles soient adjectivales appellent un arrêt sur image.

  • 25 Le Temps, 20 mars 1894.

21La première vient avec les années 1890 et l’organisation des premiers championnats. En 1894, le Stade Français est désigné comme « l’équipe championne25 » de football-rugby avant son match contre le Rosslyn Park FC (Londres). En référence à la masculinité et en respectant l’accord, le mot championne n’appelle ni artifice ni retenue. Quand les femmes entrent en scène, nous verrons que la question est plus problématique.

  • 26 La Presse, 16 août 1894.
  • 27 Voir par exemple Ouest-Éclair, 6 juin 1900.
  • 28 Auslander L., Zancarini-Fournel M., « Le genre de la nation et le genre de l’État », Clio, no 12, (...)

22La seconde expression est contemporaine. En 1894, le journaliste et diplomate Henri Blowtiz est un des premiers à y recourir. Partant d’un entretien avec un général, il évalue les risques de guerre en Europe et recourt à l’expression « nation championne26 ». Une dizaine d’années plus tard, certains rédacteurs hésitent encore à féminiser ce type d’expression, préférant écrire : « La France champion de... », « l’Allemagne champion27... ». Le genre de la nation a beau être plutôt féminin28, le gué reste difficile à franchir.

  • 29 Voir Le Journal des Débats, 3 août 1907 ; Le Temps, 9 octobre 1907 et Le Figaro, 9 juillet 1907.
  • 30 Le Figaro, 8 juillet 1908.
  • 31 Le Matin, 22 mars 1911.

23Le troisième usage, plus courant, est propre aux années 1905-1914 et renvoie à l’idée d’industrie ou de production française de qualité. Lorsque Berliet gagne des concours de consommation et s’exporte en Grande-Bretagne, la marque devient « championne » ou « championne de notre industrie29 ». L’automobile est à l’honneur : dans sa rubrique sportive du Figaro, Frantz Reichel vante les mérites de « Renault, notre championne30 ». Par extension, tout produit faisant rayonner la France est digne d’être championnisé, de la voiture à la Norfolk de Bretagne « championne en tête » du « robuste élevage français31 ». Ce type de féminisation est singulier : le rayonnement de la nation la justifie.

24Ces usages colorent la notion d’une patine positive, mais sous le registre de la chosification. Une dernière série d’acceptions, sur le mode du rappel à l’orthodoxie des genres, confirme cette difficulté à reconnaître des vertus à la championne en tant que telle.

Championne à bretelles

  • 32 Le Monde artiste, 19 octobre 1878.
  • 33 Le Gaulois, 15 mai 1894.
  • 34 Le Journal des Débats, 13 septembre 1903.

25Une de ces acceptions, d’autant plus notable qu’on la retrouve jusqu’aux années 1930, renvoie à l’idée de bienséance, la plupart du temps sur le mode d’un renversement négatif. Ainsi dans cette chronique théâtrale dont l’auteur regrette que, dans une pièce grivoise, « deux championnes enjuponnées [...] quittent presque tout vêtement sur scène32 ». Ainsi avec Liane de Pougy, danseuse, femme libre, courtisane aux multiples mariages et bisexuelle assumée. Le Gaulois la présente comme une « championne du demi-monde33 ». Autre exemple : en 1903, le député Georges Berger regrette la tenue négligée des cyclistes femmes. « À quoi pense la femme française, championne de l’élégance ? » écrit le septuagénaire avant d’en appeler à l’urgente révision des « codes de séduction » mis à mal par la « frénésie34 » vélocipédique. Ces trois cas nous parlent du refus de la transgression et de la mise à mal des conventions de genre.

26Il n’y a qu’en référence à la grâce et à la beauté d’une part, au rire de l’autre, que l’idée de championne se patine d’une dimension plus ou moins positive.

  • 35 Le Rappel, 28 mai 1886.
  • 36 Le XIXe siècle, 6 octobre 1888.

27Dans le premier cas, en 1886, Le Rappel couvre les premiers « championnats de beauté » américains et vante les mérites de ses championnes35. En 1898-1899, Gil Blas organise ses propres championnats d’élégance et de beauté. A la même époque, les rédacteurs du XIXe siècle s’émeuvent que la « championne française » de « beauté » ne soit pas parisienne mais lyonnaise36. Ici, la femme championne séduit, charme. Mais elle n’est en rien une « femme nouvelle ».

  • 37 Le Figaro, 20 février 1903.
  • 38 La Presse, 6 mars 1913.

28S’agissant de rire, le cas de Mlle Boisselot, vedette de la revue Je vais le dire à ta mère (1903) est archétypal. Elle est « championne » parce que les scènes de lutte auxquelles elle invite les spectateurs masculins de la Pépinière provoquent des « rires inextinguibles37 ». Mais ces rires sont le produit de l’improbabilité de la scène, de son caractère fictionnel et de la disposition des hommes à être ridiculisés. Dès qu’on renoue avec le réel, le rire généré par le ridicule masculin pose problème. On rappelle volontiers la supériorité masculine, même lorsqu’elle tombe sous le sens. Ainsi, en 1913, un rédacteur de La Presse souligne que, lors du Gala Tristan Bernard, le boxeur Georges Carpentier s’est fait battre par « Renée Gabin... dite la “championne”38 » pour les besoins de la cause. Va sans dire.

  • 39 Jean qui rit, 13 novembre 1913.

29Autre perspective : celui d’un récit publié par Jean qui rit fin 1913. Journaliste et écrivain grand public, Alphonse Crozière y narre les aventures d’une « luronne » dont l’indépendance et le caractère encombrent un mari chétif, d’autant plus démuni et soumis qu’elle a été « champion ou championne (à votre choix) des poids lourds dans des matches féminins [sic] ». La chute parle d’elle-même : tout à fait « revenu des femmes [...] qui veulent porter les bretelles39 », l’homme se résout au divorce. Luronne. Championne. Notons la rime. Plus sérieusement, retenons l’incertitude ironique sur l’usage du masculin ou du féminin pour qualifier cette championne de fiction et, par ailleurs, le présupposé de la situation : seul un homme « chétif », un couard, peut se trouver en si pitoyable situation, obligé de fuir une mégère.

30En définitive, malgré les usages relatifs à la beauté, malgré les usages adjectivaux et la reconnaissance de la noblesse du courage féministe, la championne vue comme une « femme nouvelle » n’est ni une figure chargée de représentations positives ni une figure en voie d’intégration.

Les sportives entrent en scène

31Jusqu’à la fin du XIXe siècle, en dehors du respect offert à certaines féministes, le mot championne renvoie donc à des acceptions plutôt péjoratives qui tendent à conforter la hiérarchie des genres. Mais ne surestimons pas l’importance de nos observations. L’usage du mot reste rare. C’est donc à bon droit que les dictionnaires n’en font pas cas – sauf pour les féministes transparaissant dans la « championne de la parole ». En revanche, à partir des années 1890, l’usage le plus courant de l’expression renvoie aux sportives. Or elles n’ont pas place dans les encyclopédies, on l’a vu. Pourquoi ? À cause d’une impossible quadrature ? À cause de l’impossibilité de célébrer les femmes dans une fonction réputée masculine ? C’est ce que tendent à suggérer la prudence, l’embarras et les stratégies d’évitement ou de rejet des journalistes.

Sur un mode mineur

32La première mention de la championne de sport date, selon nos sondages, de 1881. Dans Le Monde Illustré, Pierre Véron, rédacteur en chef du Charivari, envisage une « excentricité » : la venue en France d’une « championne » américaine qui vient « provoquer » au billard un champion français, « l’invaincu » Maurice Vignaux. Ses commentaires laissent poindre sa misogynie – sportive au moins.

  • 40 Le Monde Illustré, 12 novembre 1881.

« On la dit jeune et jolie – et cela ne gâtera rien. La femme-billard est une nouveauté. Comment le sexe faible n’avait-il pas songé à nous disputer cette souveraineté-là ? C’eut été plus logique de lutter avec le sexe fort sur le terrain de la gymnastique, comme le font tous les jours les dames et les demoiselles qui se font trépigner les épaules par toute une famille ou qui enlèvent entre leurs dents un gros monsieur ventru. Le spectacle de ces exercices qui contorsionnent affreusement les malheureuses gymnasiarques est hideux. La vue des élégants carambolages de la championne pourra charmer. Affaire de goût40. »

33La championne est donc – à peine – reconnue dans une pratique la montrant sous le jour séducteur d’une joueuse de salon, pas sous celui d’une gymnaste mettant son corps à l’épreuve, sans souci des conventions.

34Les autres mentions des années 1880 renvoient à des procédures qui rabattent la championne du côté de l’enfance, de la minorité sociale, sexuelle. Les journalistes ouvrent là un sillon encore labouré trente ans plus tard lorsque la joueuse de tennis Suzanne Lenglen devient une figure publique.

  • 41 Le Temps, 9 juin 1882.
  • 42 Gil Blas, 20 juin 1882.

35En juin 1882 dans un billet mondain du Temps, Jules Claretie évoque un « concours de lawn-tennis » remporté par « une jeune fille qui en est le champion41 », qui « représente le champion, la championne ». Les italiques et cette double mention révèlent la nouveauté de la chose et l’indécision du romancier. Il ne tranche pas. Du moins pas avant la chute : en l’espèce, la « jeune fille » doit sa victoire à la courtoisie d’un « fiancé » n’ayant pas eu le cœur de la laisser perdre un tournoi mixte « très original ». En somme, seule la galanterie et la masculinité magnanime permettant à la jeune femme de goûter à une victoire et à un titre illusoires. Quelques jours plus tard, un rédacteur de Gil Blas (Jean Ciseaux...) paraphrase Jules Claretie, ne se résolvant pas plus que lui à faire le deuil du masculin : grâce à la « nouvelle folie anglaise » du lawn-tennis, « la jeune fille » peut devenir « le champion féminin, la championne42 ».

  • 43 La Presse, 2 novembre 1892.

36Dix ans plus tard, les rédacteurs de la rubrique sportive de La Presse, E. Mousset et R. de Maroussem, dressent le portrait d’un sportsman parisien ayant appris à sa fille à pédaler dès l’âge d’un an et demi. À « quarante mois », l’enfant réussit à faire « un kilomètre sur la piste de Nice en 5 minutes et 2 secondes43 ». Conclusion : « Voilà donc une jeune “championne”. » Championne ? Certes, mais dans l’enfance et pour faire bonne mesure entre guillemets. Cet artifice typographique sera encore de mise au début des années 1920. Quatre mentions en une décennie. Ne théorisons pas sur si peu. L’expression « championne » n’en résonne pas moins avec, d’une part, l’idée d’une figure de salon, d’autre part avec celles de minorité sociale, de soumission au bon vouloir et au pouvoir masculin, patriarcal.

  • 44 La Croix, 16 mars 1900.

37Avec les années 1894-1897 en revanche, la fréquence d’impression du mot championne croît soudainement. Certes, un large éventail de titres – La Croix, Le Radical, Le Petit Journal, L’Humanité, Lectures pour tous, Les Modes, Le Ménestrel, La Semaine des familles, La Femme et bien d’autres – ne l’impriment pas une seule fois au sens sportif, La Croix s’évertuant ainsi à user de l’expression « la champion » à propos des « féministes absolues44 ». Certains n’en usent pas avant les années 1920. Toutefois, sa présence devient assez significative pour être discutée.

La cycliste comme ouvreuse

  • 45 Le Gaulois, 22 juillet 1894.

38La première poussée du mot « championne » est étroitement liée au destin des premières compétitrices cyclistes, de celui de « Mlle Lisette » en particulier, véritable ouvreuse des championnes de sport en France. Les lecteurs la découvrent en 1894. Le 1er septembre, La Presse l’honore d’un « notre championne ». En juillet, Le Gaulois avait présenté une « charmante “championne” » belge, Mlle Matheys45. Mais c’est la première fois que l’expression est utilisée pour une Française.

  • 46 The Referee and cycle trade journal, no 1, 1895 (Grande-Bretagne).
  • 47 The L. A. W Bulletin and good road, no 17, 24 avril 1896 (Boston).

39Qui est Mlle Lisette, alias Amélia Le Gall ? La presse anglo-saxonne, plus bavarde que sa consœur française, offre une poignée d’éléments invérifiables mais dont il faut se contenter. Bergère, elle aurait vu passer des cyclistes sur la lande de sa Bretagne natale. Leurs étranges bécanes l’auraient subjuguée. Plus tard, un cyclotouriste anglais lie conversation avec elle. Elle lui avoue sa passion. De retour en Grande-Bretagne, le voyageur ému par la gamine achète un vélo et le lui envoie. Elle se serait alors lancée dans une quête cycliste, dans une croisade – « comme Jeanne d’Arc46 » – couronnée de succès juge-t-on aux États-Unis où on la présente aux cyclistes comme « l’idole cycliste de Paris47 » – appréciation qui semble excessive.

  • 48 Voir Gil Blas, 28 août 1894.

40Formellement, à quoi doit-elle sa si soudaine notoriété ? À l’air du temps et à ses prouesses. Le cyclisme connaît alors un puissant take off compétitif et utilitaire à la fois. La presse y contribue de façon centrale en faisant de la vélocipédie sa principale veine informative sur le sport et en créant, en patronnant de nombreuses classiques cyclistes vite popularisées. Dans ce contexte, en août 1894, Mlle Lisette marque les esprits. D’une part, en 3 h 29, elle remporte un 100 km tracé autour de l’hippodrome de Longchamp. Elle y établit un record du monde proche des performances des hommes lors des Championnats de Paris48. D’autre part, elle gagne le premier titre de championne de France sur piste. Gladiator, un des principaux constructeurs de cycles, en fait aussitôt son ambassadrice. C’est dire le caractère frappant de ses performances.

  • 49 L’Aurore en informe un temps ses lecteurs, notamment le 9 janvier 1898.
  • 50 Le Petit Parisien, 31 janvier et 27 octobre 1897.
  • 51 La Lanterne, 27 janvier et 2 février 1896.

41Jusqu’en 1898 – après quoi, s’embarquant pour les États-Unis49, elle disparaît du radar médiatique –, sa carrière est accompagnée d’éloges sommaires (en termes de lignage) mais réguliers. Mais si les journalistes confortent son statut, ils n’en assument pas toujours la féminité. Tel rédacteur de Gil Blas parle de « la champion français », puis ose « championne » avant, prudent, de revenir à « champion. » Le Petit Parisien se protège avec des guillemets : elle est « “championne” », comme une autre cycliste, Louise Rocen50. La Lanterne imprime « championne française » pour mieux revenir à ce qui va devenir une sorte de convention typographique : « notre “championne”51 », etc.

  • 52 Moore G., The Little Black Bottle: Choppy Warburton, Londres, Cycle Publishing/Van der Plas Public (...)
  • 53 Pêle-Mêle, 16 mai 1896.
  • 54 Sa collection, conservée par la BnF, est accessible sur Gallica.

42Amélia Le Gall, quant à elle, profite de son statut. Professionnelle entraînée – avec des hommes – par un manager anglais sulfureux, Choppy Warburton52, elle fait carrière en France, aux États-Unis et en Grande-Bretagne. Sur la piste de l’Aquarium, à Londres, en 1896, elle établit un nouveau record du 100 kilomètres. L’opinion anglaise est alors bien plus amène que l’opinion française. Les Six Days Racing féminins – voire les Twelve days racing créés par Sporting Life en 1898 – y sont moins iconoclastes qu’à Paris où certains regrettent que les « championnes » se prêtent à des « exhibitions grotesques » et jugent que « la place de la femme n’est pas à tourner sur les planches d’un vélodrome53 » (en l’occurrence le premier Vel’ d’Hiv’). Une petite phalange de Françaises se presse donc outre-Manche à la fin du siècle pour éviter ce climat délétère. Quoiqu’elles soient moins médiatisées que Mlle Lisette, il faut ainsi nommer Marie Cannac, Henriette Palliarde, Louise Roger, Béani et Marcelle Bautro, Marie Paul, Henriette Leblanc, Mlle Serpolette, autant de franc-tireuses immortalisées par Jules Beau – un des premiers photographes de sport54 – et une partie de la presse vélocipédique qui, à l’instar de Véloce-Sport, vante leurs mérites plus nettement que la presse généraliste.

  • 55 Le Rappel, 18 avril 1896.
  • 56 Le Temps, 10 novembre 1903.

43Mlle Lisette ne fait cependant pas l’unanimité. Le premier exemple pourrait n’être qu’anecdotique... Le Rappel n’évoque la cycliste qu’à deux reprises. La seconde est élogieuse. Pas la première. Au printemps 1896, contrariée par les prix de maillots de sport qu’elle veut acheter, la « championne » déclenche une bagarre avec une vendeuse rue de la Grande Armée55. Resurgit aussitôt l’image de la querelleuse, de la harpie comme si la cycliste ne savait pas (plus) contenir son humeur, sa fougue sportive débridée, masculinisée. En 1903, Le Temps croquera une cycliste italienne sous une perspective analogue56. Deux anecdotes seulement. C’est peu. Mais elles renvoient au débat du moment sur un sport dont certains estiment que l’excès – lié à l’entraînement, à la recherche de la performance, à la quête du record, voire aux postures corporelles et au costume comme reflets de l’ordre social – ne peut que déstabiliser le fragile tempérament féminin, la nécessaire retenue féminine.

44Le second cas réduit les prouesses de la cycliste à leur visée commerciale et soumet a priori le féminin au masculin. En 1896, alors qu’elle va courir un match à handicap contre l’un de ses compères, l’Anglais Michaël, la rubrique sportive du Matin publie ces lignes. Leur cynisme égratigne la petite mythologie « Lisette », les rentiers du spectacle sportif, et la citation du programme montre que même les promoteurs du cyclisme féminin recourent aux périphrases.

  • 57 Une des modes du moment est l’usage, y compris en compétition, de tandems et de vélos à trois plac (...)
  • 58 Le Matin, 29 janvier 1896.

« La note officielle émanant du vélodrome d’Hiver [...] dit que Mlle Lisette est “la meilleure cycliste du monde” [...]. Michaël lui rendra 7 kilomètres sur 50 [...]. Et en avant la musique ! Cette rencontre entre le “Le Petit Prodige” et la “première cycliste du monde” est nous l’avons dit diversement accueillie et il est à présumer que si “le train ne marche pas” il y aura du grabuge ; hou ! hou ! hou ! et du matériel disloqué. Cette rencontre est d’ailleurs si en dehors des épreuves du sacro-saint sport qu’elle est considérée simplement comme un spectacle vélocipédique. Et le brave directeur, Desgrange de s’en frotter les mains, ce Pilate... Michaël, tout le monde le connaît. Quant à Mlle Lisette, c’est une autre affaire. Cette championne n’a, en réalité, rien de bien athlétique. C’est une toute petite femme, d’un blond pâle, aux cheveux clairsemés et embroussaillés. Elle pèse deux liards de beurre, mais ses lèvres minces indiquent une certaine ténacité. Il paraît qu’il y a dans ce petit corset une poitrine de fer capable de résister aux fougueuses vitesses d’une triplette57. On le voit, c’est une femme... dans le train, et quand on verra Michaël en ligne avec ce Pygmée, on pourra croire à Lilliput... Espérons que Michaël sera gagnant58... »

45De telles critiques sont rares. Elles ne remettent pas en cause l’idée qu’Amelia Le Gall est, pour la presse, l’ouvreuse des championnes. Pour autant, le traitement dont elle bénéficie est unique. Elle donne corps à la notion. Mais sa banalisation n’en découle pas. Trois éléments en témoignent.

46Tout d’abord, jusqu’en 1914, aucune autre sportive ne sera aussi régulièrement, avec ou sans guillemets, fait championne – comme si la prudence se réimposait après les écarts sémantiques liés à la surprise ressentie face à l’irruption de la jeune cycliste bretonne. Parmi les quotidiens, seuls Le Matin et La Presse (titres parmi les plus sportifs) et une partie de la presse cycliste et sportive auront banalisé l’usage de l’expression avant la Grande Guerre. Mais globalement, le cas de Mlle Lisette est atypique. Même l’émergence de Suzanne Lenglen en 1913-1914 ne justifie pas un recours aussi notable au mot championne et/ou à ses déclinaisons masculinisées ou guillemetisées.

  • 59 Gil Blas, 16 avril 1896.
  • 60 La Presse, 16 juillet 1906.
  • 61 Le Temps, 29 mai 1914.
  • 62 Le Petit Parisien, 7 octobre 1903.
  • 63 Le Gaulois, 16 janvier 1896.

47Deuxième remarque : avec ou sans guillemets, le mot désigne plus volontiers des étrangères. En 1896, à l’Aquarium, les « demoiselles » françaises affrontent « la fameuse championne américaine Miss Nelson59 ». En 1906, la nageuse Australienne Annette Kellerman est « championne60 ». Huit ans plus tard, Le Temps consacre une brève à la joueuse de tennis allemande Mieken Rieck, « petite championne comme on aime à l’appeler là-bas61 ». La championne est donc plutôt une figure symboliquement distanciée, lointaine – même si le cap est parfois difficile à passer comme avec ces « championnes... de natation » londoniennes62 ou avec Magda Nordgren « intrépide champion féminin » de patinage suédois63. Les sportives françaises appellent pour leur part précautions et périphrases.

48Troisième remarque : l’effacement de ces précautions (euphémisation, masculinisation, guillemets) vaut d’abord pour des femmes réalisant des tours sportifs. La reconnaissance de la championne entremêle dans ce cas sportivité et exhibition.

Peu de débatteurs

49Avant de poursuivre sur point, arrêtons-nous à la fin du XIXe siècle, en un temps où se déploie un débat sur la masculinisation des femmes. Cette « femme nouvelle » induit-elle ce débat ? Peut-on alors entendre le chœur discordant des gardiens de la partition des genres et des thuriféraires du sport féminin ? Non. Deux articles méritent toutefois d’être mentionnés.

  • 64 La Presse, 12 novembre 1896.

50En 1896, Pierre Laffite, un des défricheurs de la presse et de l’information sportive, devise sur « Les Coureuses » (confere les cyclistes) dans La Presse. Il souligne que, « comme la danseuse, la gymnaste », elles « aspirent au titre glorieux de championne ou de recordwoman64 », car elles se vouent à leur passion, ne s’encombrant ni avec l’élégance ni avec la séduction. Position floue. Pierre Laffite observe que la quête sportive féminine justifie l’oubli du charme. Mais il ne conclut ni sur le bien-fondé de cet oubli ni sur l’aspiration des femmes à être reconnues comme championnes ou à vouloir être reconnues comme telles.

51En 1899, le poète et romancier Jean Rameau écrit dans Le Gaulois, dont la matrice est mondaine, grande bourgeoise et conservatrice. Il s’y élève contre la manie des championnats. Il les apparente à un méfait de l’égalitarisme républicain. S’il ne s’attaque pas nommément aux championnes, il les raille cependant in fine et souligne combien la notion de champion travaille alors la société française.

  • 65 Le Gaulois, 8 juin 1899.

« Les académies, les facultés, les sociétés d’encouragement ne suffisant pas à contenter tous ceux qui aspirent à porter des couronnes, voici que les journaux se mêlent d’en distribuer et des plus éclatantes. Le Matin a organisé avec succès un championnat d’automobiles, le Journal un championnat d’employés de magasin, LÉcho de Paris un championnat de chauffeuses, le Gil Blas un championnat de beauté. Qu’est-ce qui ne championne pas peu ou prou par le temps qui court ? Il n’y a plus de corps de métier qui n’ait ses jeux olympiques, d’espèce animale qui n’ait ses carrousels ou ses tournois. Nous verrons le derby des tortues et le handicap des écrevisses bordelaises. Depuis que la Révolution s’avisa de supprimer les titres, les privilèges, les distinctions de toutes natures, la manie des distinctions, des privilèges et des titres nous tourmente de plus en plus. Chaque Français bien né veut être supérieur à son voisin et pouvoir lui dire, en montrant un bout de couronne, de médaille, de ruban ou de parchemin quelconque : “En as-tu comme ça, mon petit ? Non ? Et bien, alors ? Tâche de me saluer un peu plus bas, n’est-ce pas ?” Et voilà comment se justifie ce beau mot d’égalité que nous avons mis sur nos murs65. »

52Deux propos ne font pas débat. Notons malgré tout que Pierre Laffite ne tranche pas sur la question de la légitimité de la championne et que Jean Rameau la renverrait bien dans les limbes.

Championnes et saltimbanques

  • 66 Gil Blas, 7 avril 1897.

53Nous disions que le recours au mot championne sans précaution renvoie le plus souvent à des figures hybrides, à des sportives de spectacle qui excellent à divertir. Le concept de la championne est semble-t-il moins audacieux s’il renvoie à la saltimbanque. Cette mise à distance complète celles observées avec la championne de fiction et la championne étrangère. En outre, les néocircassiennes travaillent le plus souvent avec un compère et ne sont pas placées avec lui sur un pied d’égalité. Dans son numéro donné au Casino de Paris, « la championne » Miss Kilpatrick « exécute des tours si difficiles qu’on ne les croyait possibles qu’à un homme », d’autant plus « étourdissants » que son partenaire est « unijambiste66 ». On s’émeut ainsi des aptitudes féminines, mais l’égalité des genres suppose un handicap masculin (réel, scénarisé) qui nivelle la force et les vertus de la championne. Comme avec la galanterie tennistique, nous renouons ici avec l’idée d’un homme se soumettant par choix et non par nature.

  • 67 Le Temps, 13 décembre 1910.

54Mlles Aboukaïa et Dutrieu illustrent cette double dimension. La première, cycliste et acrobate, jouit d’une petite renommée au seuil du XXe siècle. Dans un numéro de funambule, assise sur un trapèze – donc passive – elle se fait tracter par un homme roulant sur un fil de fer. Elle exécute aussi des sauts périlleux depuis une plate-forme surplombant la Marne, la Seine, mais toujours en seconde place. Clou de ses attractions, le numéro de « Comète vivante » est présenté jusqu’aux États-Unis. Dans son cas, peu ou pas de précautions pour faire d’elle une championne : l’homme pédale, elle se tient en équilibre ; l’homme commande, elle exécute. Paul Rousseau, journaliste sportif peu enclin à célébrer les sportives, n’hésite pas alors à élever la « jeune algérienne » au rang de « championne cycliste67 ».

  • 68 Le Journal des Débats, 30 juin 1912.

55Hélène Dutrieu est plus connue. Comptant parmi les pionnières du cyclisme, cette Belge devient professionnelle à l’adolescence, au milieu des années 1890. Elle sera successivement pilote de voiture, de motocyclette, d’avion et exécute elle aussi des numéros (« La Flèche Humaine », « La Moto Ailée »). Lorsqu’elle est dite championne, le qualificatif renvoie surtout aux performances à vocation spectaculaire. Symptomatiquement, en 1912, alors qu’elle a déjà à son actif quelques hauts faits – à commencer par celui, social, d’être une des premières femmes détentrices du brevet de pilote et celui, sportif, d’avoir gagné la première Coupe Femina en 1910 et la Coupe du roi d’Italie en 1911 –, elle est reconnue par Le Rappel, Le Figaro, Le Temps et d’autres en tant que championne. Dans cette qualification cependant, sa virtuosité – ses « fameuses prouesses68 » – est plus fondatrice que sa sportivité. Lorsqu’elle exécute ses numéros, lorsqu’elle réalise une acrobatie aérienne, les guillemets sont rarement de mise. En revanche, sur la piste, la route, en meeting, ils le sont bien plus souvent.

  • 69 Le XIXe siècle, 20 mars 1894.
  • 70 Gil Blas, 22 février 1898.
  • 71 Le Sport universel illustré, 6 juillet 1901.
  • 72 Le Figaro, 14 juillet 1904.
  • 73 Le Rappel, 3 mai 1910.
  • 74 Le Petit Parisien, 9 septembre 1910.
  • 75 Le Sport universel illustré, 7 janvier 1899.

56En définitive, la femme n’est jamais tant championne que lorsqu’elle divertit ou se prête à des exercices situés à la périphérie de ceux qui correspondent à la représentation courante du champion masculin (cycliste, boxeur, coureur...). On se souvient de la « femme-billard » de 1881. En 1894, Agnès Beckwith, starisée dans le monde anglo-saxon pour ses exploits en eaux vives, donne des « démonstrations » au Bataclan ; elle est « champion des femmes nageuses69 ». En 1897-1898, les rédacteurs de Gil Blas font de Véréda de Ferraudy, patineuse, une « championne70 ». En 1901, les rédacteurs du Sport universel illustré estiment que si la nageuse Miss Maud traverse « les tourbillons des chutes du Niagara [...] aux flots réputés indomptables », elle aura « droit au titre de championne71 ». En 1904, Le Figaro s’enthousiasme pour la danseuse américaine Marion Winchester, star de Broadway et « championne du cake-walk sur pointe72 ». Les journalistes du Rappel n’hésitent pas à faire de la gagnante d’un concours de diabolo une « jeune championne » – c’est-à-dire un « petit Diable73 »... En 1910, les nageuses donnant un spectacle au Water Chute de Luna Park sont « championnes74 ». Les exemples foisonnent. Mais il est bien moins naturel de reconnaître ce statut aux lauréates des championnats, à celles qui réalisent des performances valant aux hommes d’être sacrés rois de leur discipline, champions. De façon symptomatique, dans Le Figaro, le mot championne est plus courant dans la rubrique spectacle que dans celle de sport de Frantz Reichel. À notre connaissance, aussi prosélyte soit-il, celui-ci ne promouvait pas spécialement le sport féminin, sauf pour saluer le gala des « artistes championnes » muées en « athlètes de la pédale et du moteur75 ». Mais il s’agit là de figures singulières, mondaines, pas des sportives d’extraction populaire, comme le sont souvent les cyclistes professionnelles.

  • 76 L’Auto-Vélo comique et illustré, 7 novembre 1897.

57Faisons enfin un pas de côté vers la fiction. En 1897, le journaliste et auteur dramatique G. Davin de Champclos publie un feuilleton dans L’Auto-Vélo comique et illustré : Nini et Bibi Lolo. Nini est une jeune femme séduisante. Arthur – Bibi Lolo – tombe sous le charme de ses « chouettes guibolles ». Pensant qu’elles pourraient « marcher chiquement en bécane », il l’aborde et la convainc de s’entraîner. Un mois après, Nini gagne « le grand handicap pour dames amatrices de France ». Loin de broder sur les vertus de la « championne de France » G. Davin de Champclos montre un Bibi Lolo rentabilisant l’émotion de « vieux messieurs » émoustillés. D’une « âme trop hautement sportive » et escomptant d’eux « une générosité au diapason de leur admiration », il les invite à « voir de plus près » la « paire de guibolles gantées de soie noire » ayant gagné le « Bidet d’Or ». Conclusion : le vélo est un « bienfait social permettant à une gentille petite femme de gagner honnêtement sa vie et à un jeune homme distingué de ne pas se compromettre dans de vils travaux avec son poil dans la main ». Ce récit a beau être présenté comme un pied de nez aux « vélophobes76 », son auteur recourt à des caricatures pleines de sens et ne tire aucune morale émancipatrice : Bibi Lolo est un entraîneur-proxénète et Nini, instrumentalisée, est récompensée par un bidet plutôt que par une médaille, bidet dont on sait les usages et la symbolique.

58De l’information à la fiction, ces exemples montrent combien la sportive n’est jamais tant championne que lorsqu’elle se donne ou est donnée en exhibition.

Society girls et championnes des sports distinctifs

59Tout comme la distinction entre Françaises et étrangères, cette manière de mise à distance permet aux journalistes, nous semble-t-il, de ne pas engager la normalisation de la championne de sport. Avec le XXe siècle, la championne mondaine ou « la champion des dames », selon le mot du Baron de Vaux, illustre à son tour cette procédure, sur le terrain de la distinction sociale cette fois. Son entrée en scène appelle d’ailleurs une remarque sur la périodisation des usages du mot. Jusqu’au début du XXe siècle, il est essentiellement réservé aux cyclistes. Puis il est associé à d’autres sportives : les nageuses et, plus rarement, les coureuses à pieds, les escrimeuses, les haltérophiles ou les tireuses. À partir de 1907-1908 enfin, tandis que sa fréquence d’impression croît, il devient avant tout mondain et tennistique.

  • 77 Le Temps, 9 août 1901.

60S’agissant de distinction, en 1901, l’écrivain et critique littéraire Gaston Deschamps devise sur la « society girl » américaine dans les pages littéraires du Gaulois. Il la présente comme une « ravissante et affolante figurine » se devant d’être aussi brillante en société qu’une scène de théâtre ou sur « un terrain de basket-ball ». Au besoin, précise-t-il, elle peut battre des « records » et mériter « les beaux titres de capitaine ou de championne77 ». Ici se conjuguent trois dimensions : distinction sociale, éducation complète et capacité à distraire, à s’exhiber.

  • 78 Le Figaro, 8 juin 1908.
  • 79 Le Figaro, 23 juin 1909.

61On retrouve cette construction en 1908 dans la rubrique mondaine du Figaro : l’Anglaise May Hazlett, engagée dans le tournoi de La Boulie (green du RCF aux portes de Paris), est présentée pour ce qu’elle est, sans ambages : une mondaine « championne d’Angleterre » qui offre du spectacle (1907)78. Dans Le Figaro encore, Pauline de Bellet est une « championne française » capable de rivaliser avec les joueuses anglaises, voire de les battre79. Notons que, jusque-là, les rédacteurs du Figaro, peu habitués à l’expression, n’y avaient jamais recouru aussi imprudemment. Par la suite, d’autres golfeuses seront distinguées. Avec elles s’effacent pour partie les réserves typographique et stylistique. De façon encore assez impressionniste, l’idéal de la championne se colore d’une dimension plus positive (ce que révèle l’idée de « beau titre » avancé par Gaston Dechamps), mais en référence à un univers social distinctif, fermé, à l’image des hautes haies qui ceignent généralement les hôtels, les clubs, les maisons où l’on joue au tennis et au golf.

  • 80 Le Matin, 10 juin 1912 ; Le Temps, 9 juillet 1912.
  • 81 Femina, 15 décembre 1912.

62Les joueuses de tennis entrent en scène à la même époque. Marguerite Brodequis est la première à être régulièrement suivie par la presse. À son endroit, certains rédacteurs abandonnent de temps à autre les guillemets pour la désigner comme championne, témoignant ainsi des progrès de la notion dans les mœurs. Mais la plupart restent modérés. Ainsi dans Le Temps et le Matin lorsqu’elle devient, en 1912, « gracieuse “championne” du monde80 ». La valse hésitation se poursuit donc et, parfois très ouvertement, le rappel aux conventions sociales. Peu après son sacre mondial, la jeune femme est interrogée par Femina dans le cadre d’une enquête : « à quoi rêvent les jeunes filles81 ? » La rédaction avance que ces dernières rêvent de vies « silencieuses » et ne succombent pas aux tentations irréalistes. Parmi les nombreuses réponses de femmes, anonymes ou non, celle de Marguerite Brodequis, « la fameuse championne de tennis », est des plus orthodoxes. À 19 ans, elle fait cette déclaration « pleine de charme et d’ingéniosité » : « Me marier le plus tôt possible, m’occuper de mes enfants, faire un peu de musique, un peu de tennis et ainsi [d’]être heureuse. »

  • 82 Wagg S., « Here daity strenght. Suzanne Lenglen, Wimbledon and the coming of female sport celebrit (...)
  • 83 S. Vaucelle, « Les femmes et les “sports” du gentilhomme de l’époque médiévale à l’époque moderne  (...)
  • 84 Figaro-Modes, 15 janvier 1905.
  • 85 Figaro-Modes, 15 mars 1903.

63Avec ces society girls incarnant l’idéal de la new woman82, avec ces sportives mondaines héritières d’une virilisation en partie acceptée dans les « sociabilités courtoises83 » mais sachant l’orthodoxie des rôles sociaux, le principe de précaution tend à s’effacer. Cet effacement convoque la question du statut et du mimétisme social : la championne de tennis mondaine n’est pas la championne cycliste, plus plébéienne ; on ne risque pas, en la célébrant, de populariser l’idéal une « femme nouvelle ». « On peut considérer » sans risque que « Mme Giard de Sauzé » mérite le titre de « championne de France » de patinage sur glace84. Que l’ex-régente d’Espagne Marie-Christine soit une « championne » de billard ne crée pas de précédent85. Nonobstant, même avec des femmes exceptionnelles, au sens social comme au sens sportif, la résistance à la championne et la tentation de la masculinisation demeurent. La façon dont les journalistes dépeignent Suzanne Lenglen dans l’immédiat avant-guerre en témoigne.

Suzanne Lenglen ou le tropisme de la masculinisation

  • 86 Tennis & Golf, 1er mars 1914.
  • 87 Disley G., La Vie Sportive du Nord, 24 mai & 6 juin 1914.
  • 88 La Presse, 25 mai 1914.

64En 1914, trois ans après ses débuts en tournoi, la carrière de Suzanne Lenglen prend un tour justifiant sa première exposition médiatique. En janvier, à quinze ans, elle devient championne de Nice. En mars, elle échoue dans la conquête du simple des championnats de France mais elle remporte le double avec Max Decugis. Le principal rédacteur de Tennis et Golf, Marcel Daninos, la présente alors comme une « jeune joueuse française de grand avenir86 ». Le 8 juin 1914 enfin, elle devient championne du monde. Ce succès lui confère un statut d’exception que son jeune âge et d’autres victoires renforcent, justifiant l’éloge d’une si « jeune prodige » déjà couverte de « gloire87 » qui vient de « sauter dans la notoriété88 ».

65Suzanne Lenglen n’est pas encore une vedette. Elle le sera au milieu des années 1920. Son iconisation n’en est pas moins engagée et orchestrée par un discours révélant toujours la difficulté des journalistes non pas à célébrer son héroïsme sportif juvénile, mais à la considérer tout simplement comme une championne.

66Le 1er juillet 1914, on la découvre à la une de Fémina dans plusieurs situations : raquette en main, en danseuse, en golfeuse, en cycliste, en cavalière, perchée sur des échasses, s’exerçant au canotage. Apanage habituel des hommes, cette polyvalence souligne d’emblée sa singularité, son atypie, encore que dans le milieu des rentiers de l’industrie auquel elle appartient la polyvalence sportive est déjà valorisée. Mais en dehors de cette valorisation, elle n’est pas présentée comme une championne.

  • 89 La Vie au grand air, 6 juin 1914.
  • 90 La Vie au grand air, 13 juin 1914.

67 La Vie au Grand Air la peint pour sa part en « prodige89 ». Pour la distinguer de ses rivales, le périodique amoindrit leurs qualités et valorise les siennes, « extraordinaires90 ». Là encore néanmoins elle n’est pas championne. Nous pourrions multiplier les exemples.

  • 91 Le Matin, 9 juin 1914.

68Suzanne Lenglen est donc précoce, insolite, brillante. Sa célébration emprunte les voies habituelles de l’héroïsation. D’abord celle de la performance, socle de l’héroïsme : elle est championne du monde. Puis celle de la combativité : elle est pleine « d’énergie, de sang-froid et de volonté de vaincre91 ». Enfin celle d’une inventivité l’assimilant au génie : elle est unique et son jeu érigé en modèle.

  • 92 Tennis & Golf, 30 mai 1914.
  • 93 Le Temps, 23 mai 1914.

69Mais à ces trois motifs d’héroïsation se surajoute sa masculinisation. Il en va de même pour Marguerite Brodequis en finale des championnats de France 1914 : elle est un « indiscutable champion92 » cherchant à « garder son titre de champion93 ». Quant à Suzanne Lenglen, après son sacre mondial, Marcel Daninos écrit ces lignes :

  • 94 Tennis & Golf, 15 juin 1914.

« Le rôle du champion est périlleux... Celui de champion du monde est plus lourd encore de responsabilité. Quant à celui d’enfant prodige, il est accablant ; c’est un fardeau qu’on traîne derrière soi toute une vie. Mais il me paraît très sincèrement que nous tenons [...] le véritable champion et que nous aurons en elle une manière de Wilding94. »

70L’usage du mot champion est ici renforcé par le rapprochement avec l’Australien Anthony Wilding, qui domine alors le circuit masculin et chaperonne l’adolescente. Certes, chez Daninos, l’assimilation au masculin est fluctuante. Dans ce même article, il finit par féliciter la « championne », puis il bafouille : « Je me complais à saluer ce petit champion du monde [...] qui restera notre grand champion national. » Les hésitations de l’ancien avocat trahissent la difficulté manifeste à oser et assumer le féminin.

  • 95 Successivement : La Presse et L’Humanité, 17 juillet 1907 ; L’Aurore et Le Matin, 20 décembre 1907 (...)

71Cette masculinisation est un biais coutumier depuis les années 1890. On en trouve maints exemples jusqu’aux années 1910, par exemple avec toutes ces champions féminins : la nageuse Marie Marvingt, la punshing-balliste miss Peets et l’épéiste Miss Anderson (1907), la joueuse de tennis Lise Blanchet et la nageuse Lise Michel (1908), la cycliste et acrobate Mlle Garnier (1909), les nageuses anglaises miss Steer (1910) et Miss Curwen (1913)...95 Suzanne Lenglen n’y échappe pas. Les journalistes s’en tiennent parfois à « joueuse ». Commode neutralité.

  • 96 Le Matin, 26 janvier 1914.
  • 97 Le Petit Parisien, 9 juin 1914.
  • 98 Le Matin, 11 juillet 1914.
  • 99 Voir par exemple Le Matin, 18 août 1907.

72Pour le reste, vingt ans après l’apparition de l’expression avec Mlle Lisette, les typographes sont encore amenés à piocher des guillemets. En janvier 1914, dans un des premiers articles de fond sur la jeune fille, Le Matin l’interroge sur ses « impressions de “championne”96 ». En juin, concevant la titraille d’un article sur le championnat du monde, la rédaction du Petit Parisien opte pour le mot championne mais prend soin, elle aussi, de le ceindre de guillemets97. Un mois plus tard, lorsque l’USFSA, honorant les « champions » de 1914, épingle ses anneaux à la robe de Suzanne Lenglen, Le Matin souligne la justesse de cette distinction, mais ne féminise pas le mot champion pour autant ; le masculin suffit98. Il s’agit là d’un recul par rapport au milieu des années 1900, les journalistes du Matin ne prenant plus soin de féminiser le mot tout en l’entourant de guillemets99.

73En somme, avant-guerre, Suzanne Lenglen est avant tout offerte aux lecteurs comme un champion, comme une « championne » et bien moins souvent comme une championne.

Une petite figurine

  • 100 Nous ne donnons les références que pour les nouveaux exemples.

74Pour terminer tout en revenant sur certains exemples déjà passés au tamis100, notons combien le report de la reconnaissance de la championne est permis et justifié à la fois par l’idée de fragilité féminine.

  • 101 La Presse, 13 août 1912.
  • 102 Le Gaulois, 22 juillet 1894.
  • 103 La Presse, 16 août 1909.

75Les expressions « glorieuse petite championne » – dont La Presse affuble la nageuse Renée Darbères101 –, « charmante “championne”102 » – pour la cycliste Mattheys – ou des déclinaisons du même genre sont coutumières. Elles procèdent d’une autre forme de mise à distance fondée sur des compensations sémantiques : petitesse vs grandeur de la championne ; grâce vs rudesse de la championne ; enfance vs figure émancipée de la championne... Ces procédures éloignent symboliquement l’expression de son acception masculine – la seule pleinement légitime. Elles neutralisent l’idée de transgression et d’émancipation par la posture ou par l’âge. La même tendance ressort des qualifications croisées : dans leur numéro du « saut périlleux de la mort à tandem », Paul Peyrusson est « audacieux » et Mlle Garnier, « champion féminin », n’a que du « brio103 ».

  • 104 Le Sport universel illustré, 1er janvier 1898.
  • 105 Le Figaro-Modes, 15 juillet 1903.
  • 106 Le Figaro-Modes, 15 septembre 1905.
  • 107 Journal de la jeunesse, 5 août 1911.

76Si on observe les usages réservés aux champions, ces expressions sont fréquentes : « notre champion », « valeureux champion », « grand champion », « vaillant champion » (parfois « national »). De tels usages ne sont pas exclus pour les femmes. Mais elles appellent plus volontiers ce type de précisions : Mlle Lisette est « une toute petite femme, d’un blond pâle » ; la cycliste Germaine Dargyle est certes « nerveuse », « énergique comme deux », elle boit du cognac, mais c’est d’abord « une petite femme brune, jolie » qu’on « applaudit avec entrain104 » ; la society girl est une « figurine » ; les concurrentes des courses à la marche organisées par les grands magasins sont de « gentilles demoiselles » et de « faibles femmes105 » ; Mlle Péan est un « gracieux champion de la France106 » ; Marguerite Brodequis et Suzanne Lenglen sont de gracieuses championnes et leur homologue allemande Mikien Rieck une « petite championne » ; Nini est une « gentille petite femme » ; Juliette Curé est un « extraordinaire petit [...] champion féminin107 ». Bon nombre de feuilletonistes et journalistes suggèrent là la fragilité féminine, son infériorité physique, sa minorité sociale, etc., estompant en définitive, au nom d’une tendresse non feinte, la portée de leur statut de championne.

Conclusion

  • 108 Pinson G., « La femme masculinisée dans la presse mondaine française de la Belle Époque », Clio, n(...)
  • 109 Voir les remarques de Lécuyer C. sur les étudiantes : « Une nouvelle figure de la jeune fille sous (...)
  • 110 Les Modes, juillet 1906.
  • 111 L’Action féministe. Organe des GFU, février 1910.

77Ces dernières remarques nous ramènent finalement aux définitions ayant cours avant que la championne de sport apparaisse : comme chez la féministe, sa combativité, ses hauts faits sont reconnus, mais ils posent toujours la question de sa vertu, présentent le risque d’une assimilation masculin/féminin et de la transgression des conventions sociales. Si la championne en tant que « femme nouvelle » n’est pas tout à fait adoptée en 1914 – sinon, partiellement, dans le registre spectaculaire ou mondain –, c’est principalement à cause de ce frein renvoyant génériquement à la hiérarchie des genres. La championne est une déclinaison du champion, pas son alter ego. Le regard porté sur la championne, le discours qui l’entoure mettent à jour la peur de sa masculinisation. Dans le domaine sportif donc, les avancées du moment, notables par exemple dans la presse mondaine108, n’ont guère cours. La peur de l’invasion féminine joue négativement109 et l’hégémonisme masculin est solidement installé. Certes, certains s’aventurent à imaginer un futur paritaire où « les hommes » n’auront « peut-être pas le dernier mot » face aux championnes110. Mais certaines féministes elles-mêmes n’osent pas franchir le pas, telle Marie Guérin parlant en 1910 encore d’institutrices « champions de la justice111 ».

78Quelles que soient ses prouesses, la championne peut donc être célébrée, mais dans un rôle secondaire, rabattue vers sa minorité sociale par différents artifices linguistiques, typographiques, symboliques. Notons d’ailleurs qu’aucun journaliste ne semble s’être emparé du sujet avant 1914 pour réclamer ou, au contraire, rejeter la reconnaissance de cette « femme nouvelle ». Notons également que ces conclusions s’appliquent à une bonne partie des journaux, avec des variations peu significatives selon leurs orientations politiques ou les publics auxquels ils s’adressent.

  • 112 Lectures pour tous, 15 août 1919, cité par Bauer T., La Sportive dans la littérature sportive des a (...)
  • 113 La Revue des deux mondes, janvier 1912 (feuilleton Madeleine jeune femme).

79La conquête de la championne n’est donc pas terminée en 1914. Loin s’en faut et cela est aussi dû au fait que, selon le mot du journaliste Georges Rozet, le temps de « l’avènement du sport féminin112 » date plutôt l’après-guerre. Certains n’ont encore que mépris pour lui et ses figures de proue. La sportive n’est guère fréquentable. En 1912, le romancier René Boylesve campe ainsi un mari fraîchement divorcé prenant le risque de convoler de nouveau avec « une championne de je ne sais quels matches113 »...

80Les stratégies d’évitement soulignées en ces pages ne s’étioleront que dans la seconde moitié des années 1920 ; et il faudra encore une décennie avant que l’expression championne se banalise dans la presse. Entre-temps, un débat peu nourri mais notable sur la légitimité et la fonction sociale des championnes aura été ouvert, plutôt par les zélateurs de la soumission féminine et les avocats d’un sport virilisé. Témoins ces lignes publiées en 1920 dans un titre humoristique, mais dont on peine à croire qu’elles se veuillent réellement comiques. Elles nous montrent une fois de plus la si commode confusion entre acrobatie et sport et la tentation, très patriarcale, de rappeler les jeunes filles à leurs devoirs domestique et matrimonial.

  • 114 Le Journal amusant, 17 juillet 1920.

« Parlons plutôt du problème qui vient de se poser au sujet des filles. Dans la même semaine, deux demoiselles viennent d’être lauréates : Mlle Canal vient de remporter le grand prix de Rome de musique et Mlle Lenglen, le grand prix de Londres de tennis. À laquelle des deux triomphatrices donnez-vous la préférence ? Quelle sera la plus utile socialement ? À notre tour, et puisque c’est l’époque de la distribution des prix, nous pouvons bien, n’est-ce pas, décerner des récompenses ? À qui va aller notre bulletin ? À la raquette ou au piano ? J’aime mieux vous dire toute de suite que j’ai, là-dessus, une opinion. Tant pis si vous ne la partagez point. J’aurais voulu une troisième lauréate : une championne de ménage ! un grand prix de cuisine ! C’est à celle-là que ma voix serait allée. Il y a trop de femmes qui cultivent le si bémol et trop de jeunes filles qui font de l’acrobatie. En revanche, il commence à y en avoir trop peu qui savent faire le filet de sole et le bonheur de leur mari114... »

Notes

1 Voir Tétart P., « Champion androgyne, combattante et danseuse. Portrait flou de Suzanne Lenglen (1913-1923) », International Review on sport and violence, no 8, 2014.

2 Successivement : La Vie au grand air, 20 septembre 1920 ; Le Matin, 15 avril 1922 ; Le Temps, 3 juillet 1920.

3 Tétart P., « Spectacle sportif, médias et représentations sociales », in T. Froissart, T. Terret (dir.) L’Histoire, l’historien, le sport, Reims, Épure, 2013 ; « Lire le sport. Culture de masse et médiatisation du sport à la Belle Époque », Historiens et Géographes, à paraître en 2015.

4 Dictionnaire universel de la langue françoise, Paris, Desray, ed. 1803, p. 79, Nouveau Dictionnaire de la langue française, Toul, J. Carez, 1826.

5 Landais N., Dictionnaire général et grammatical des dictionnaires français, Paris, Bureau Central, 1834, p. 483 ; M. Babault, Dictionnaire français et géographique, Paris, Babault, 1836, p. 515.

6 Acte 8, scène 9.

7 Larousse P., Grand Dictionnaire universel illustré, Paris, Larousse, 1867, t. 3, p. 902.

8 Complément du Dictionnaire de l’Académie française, Paris, Firmin Didot, 1881, p. 214.

9 Le Petit Journal, 6 août 1863.

10 Le Journal des Débats, 12 juillet 1884.

11 Le Foyer, 20 septembre 1866.

12 Augié C. (dir.), Nouveau Larousse Illustré. Dictionnaire encyclopédique, t. 2, p. 672.

13 Revue de Paris, 1838, p. 294.

14 Cf. « le champion et la championne furent tout un temps à se battre si vertueusement que ceulx qui les regardoyent ne savoyent qui devoit avoir du meilleur », Œuvres françaises de Bonaventure Despériers (présentées par Louis Lacour de La Pijardière), Paris, P. Jannet, 1856, p. 226-227.

15 Le Rappel, 12 octobre 1869.

16 Le Figaro, 28 août 1874.

17 La Croix, 21 mars 1885.

18 Le Journal des Débats, 20 mai 1886.

19 Le Revue Bleue, no 21, 1892.

20 On satisfera sa curiosité en lisant Rennes J., Le Mérite et la nature. Une controverse républicaine : l’accès des femmes aux professions de prestige 1880-1940, Paris, Fayard, 2007, p. 101 et sq.

21 Revue du Monde Catholique, novembre 1909.

22 La Lanterne, 4 février 1907.

23 Dans le roman-feuilleton Les Chiens de Faiënce, publié dans La Presse, 14 septembre 1905.

24 « Lettre d’Allemagne », Revue Chrétienne, janvier 1908, p. 155.

25 Le Temps, 20 mars 1894.

26 La Presse, 16 août 1894.

27 Voir par exemple Ouest-Éclair, 6 juin 1900.

28 Auslander L., Zancarini-Fournel M., « Le genre de la nation et le genre de l’État », Clio, no 12, 2000, p. 4-5.

29 Voir Le Journal des Débats, 3 août 1907 ; Le Temps, 9 octobre 1907 et Le Figaro, 9 juillet 1907.

30 Le Figaro, 8 juillet 1908.

31 Le Matin, 22 mars 1911.

32 Le Monde artiste, 19 octobre 1878.

33 Le Gaulois, 15 mai 1894.

34 Le Journal des Débats, 13 septembre 1903.

35 Le Rappel, 28 mai 1886.

36 Le XIXe siècle, 6 octobre 1888.

37 Le Figaro, 20 février 1903.

38 La Presse, 6 mars 1913.

39 Jean qui rit, 13 novembre 1913.

40 Le Monde Illustré, 12 novembre 1881.

41 Le Temps, 9 juin 1882.

42 Gil Blas, 20 juin 1882.

43 La Presse, 2 novembre 1892.

44 La Croix, 16 mars 1900.

45 Le Gaulois, 22 juillet 1894.

46 The Referee and cycle trade journal, no 1, 1895 (Grande-Bretagne).

47 The L. A. W Bulletin and good road, no 17, 24 avril 1896 (Boston).

48 Voir Gil Blas, 28 août 1894.

49 L’Aurore en informe un temps ses lecteurs, notamment le 9 janvier 1898.

50 Le Petit Parisien, 31 janvier et 27 octobre 1897.

51 La Lanterne, 27 janvier et 2 février 1896.

52 Moore G., The Little Black Bottle: Choppy Warburton, Londres, Cycle Publishing/Van der Plas Publications, 2011.

53 Pêle-Mêle, 16 mai 1896.

54 Sa collection, conservée par la BnF, est accessible sur Gallica.

55 Le Rappel, 18 avril 1896.

56 Le Temps, 10 novembre 1903.

57 Une des modes du moment est l’usage, y compris en compétition, de tandems et de vélos à trois places.

58 Le Matin, 29 janvier 1896.

59 Gil Blas, 16 avril 1896.

60 La Presse, 16 juillet 1906.

61 Le Temps, 29 mai 1914.

62 Le Petit Parisien, 7 octobre 1903.

63 Le Gaulois, 16 janvier 1896.

64 La Presse, 12 novembre 1896.

65 Le Gaulois, 8 juin 1899.

66 Gil Blas, 7 avril 1897.

67 Le Temps, 13 décembre 1910.

68 Le Journal des Débats, 30 juin 1912.

69 Le XIXe siècle, 20 mars 1894.

70 Gil Blas, 22 février 1898.

71 Le Sport universel illustré, 6 juillet 1901.

72 Le Figaro, 14 juillet 1904.

73 Le Rappel, 3 mai 1910.

74 Le Petit Parisien, 9 septembre 1910.

75 Le Sport universel illustré, 7 janvier 1899.

76 L’Auto-Vélo comique et illustré, 7 novembre 1897.

77 Le Temps, 9 août 1901.

78 Le Figaro, 8 juin 1908.

79 Le Figaro, 23 juin 1909.

80 Le Matin, 10 juin 1912 ; Le Temps, 9 juillet 1912.

81 Femina, 15 décembre 1912.

82 Wagg S., « Here daity strenght. Suzanne Lenglen, Wimbledon and the coming of female sport celebrities », in Wagg S. (ed.), Myths and milestones in the history of sport, Londres, Mac Millan, 2011, p. 122-139.

83 S. Vaucelle, « Les femmes et les “sports” du gentilhomme de l’époque médiévale à l’époque moderne », Clio, no 23, 2006, p. 154.

84 Figaro-Modes, 15 janvier 1905.

85 Figaro-Modes, 15 mars 1903.

86 Tennis & Golf, 1er mars 1914.

87 Disley G., La Vie Sportive du Nord, 24 mai & 6 juin 1914.

88 La Presse, 25 mai 1914.

89 La Vie au grand air, 6 juin 1914.

90 La Vie au grand air, 13 juin 1914.

91 Le Matin, 9 juin 1914.

92 Tennis & Golf, 30 mai 1914.

93 Le Temps, 23 mai 1914.

94 Tennis & Golf, 15 juin 1914.

95 Successivement : La Presse et L’Humanité, 17 juillet 1907 ; L’Aurore et Le Matin, 20 décembre 1907 ; Le Figaro, 11 décembre 1907 ; Gil Blas, 20 septembre 1908 ; Le Matin, 21 septembre 1908 ; La Presse, 16 août 1909 ; Gil Blas, 18 août 1910 ; L’Aéro, 27 août 1913.

96 Le Matin, 26 janvier 1914.

97 Le Petit Parisien, 9 juin 1914.

98 Le Matin, 11 juillet 1914.

99 Voir par exemple Le Matin, 18 août 1907.

100 Nous ne donnons les références que pour les nouveaux exemples.

101 La Presse, 13 août 1912.

102 Le Gaulois, 22 juillet 1894.

103 La Presse, 16 août 1909.

104 Le Sport universel illustré, 1er janvier 1898.

105 Le Figaro-Modes, 15 juillet 1903.

106 Le Figaro-Modes, 15 septembre 1905.

107 Journal de la jeunesse, 5 août 1911.

108 Pinson G., « La femme masculinisée dans la presse mondaine française de la Belle Époque », Clio, no 30, 2009, p. 211-230.

109 Voir les remarques de Lécuyer C. sur les étudiantes : « Une nouvelle figure de la jeune fille sous la IIIe République : l’étudiante », Clio, no 4, 1996, p. 5 (pagination PDF).

110 Les Modes, juillet 1906.

111 L’Action féministe. Organe des GFU, février 1910.

112 Lectures pour tous, 15 août 1919, cité par Bauer T., La Sportive dans la littérature sportive des années folles, Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2011, p. 11.

113 La Revue des deux mondes, janvier 1912 (feuilleton Madeleine jeune femme).

114 Le Journal amusant, 17 juillet 1920.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540