Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hommes nouveaux et femmes nouvelles

 | 
Benoît Musset

Troisième partie. Femmes nouvelles

Femmes nouvelles 1900, entre mythe et réalité

Christine Bard

Texte intégral

« À l’origine, la femme était réellement le soleil. Elle était un être authentique. Aujourd’hui la femme est la lune. Elle est cette lune blafarde et maladive, celle qui vit dans la dépendance de l’autre, celle qui brille à la lumière de l’autre. Nous devons sans tarder reprendre notre soleil qui nous a été dérobé. [...] Désirer ardemment est la source authentique et la plus sûre pour donner naissance à la réalité. »
Raichô, traduit du japonais par Christine Lévy, éditorial de Seitô, no 1, septembre 1911.

  • 1 Née en 1911, la revue féministe et littéraire Seitô rebondit sur les propositions occidentales de (...)

1La « femme nouvelle » : c’est sous ce vocable qu’à la fin du XIXe et au début du XXe siècle on désigne un type nouveau de femme : une femme aspirant à l’indépendance économique, intellectuelle, sentimentale. À la recherche de son affranchissement, elle est de fait une militante de la cause des droits des femmes. Le féminisme s’affirme, au point de donner naissance à un quotidien, La Fronde, en 1897. Des femmes célèbres dans le monde entier – telle Sarah Bernhardt – donnent leurs traits à cette femme nouvelle. En littérature, elle est une source d’inspiration très contagieuse1.

  • 2 Lyon-Caen J., Ribard D., L’historien et la littérature, La Découverte, 2010 [quand le lieu d’éditi (...)

2Un tel phénomène – l’apparition d’un type nouveau de femme, le mot « type » étant très caractéristique de l’époque – peut être saisi à travers de multiples sources. J’ai choisi la littérature, parfois considérée comme l’inventrice du type en question, qui lui donne en tout cas une diffusion massive. Parmi les très nombreux ouvrages éligibles à l’appel des femmes nouvelles, j’ai privilégié celui dont le titre s’en approchait le plus parfaitement : Femmes nouvelles, un roman de Paul et Victor Margueritte, valeurs sûres, on verra pourquoi2. Il paraît chez Plon en 1899. La question de la représentativité ne se pose pas ici. C’est un ouvrage qui, en raison de son succès, de son sujet, de l’engagement de ses auteurs, de sa date de parution est au cœur du phénomène que nous voulons comprendre.

  • 3 Heinich N., États de femme. Les ambivalences de l’émancipation féminine, Albin Michel, 2003.
  • 4 Ainsi que d’une biographie de Victor Margueritte : Villepin, P. de, Victor Margueritte. La vie sca (...)
  • 5 Kollontaï A., Marxisme et révolution sexuelle, traduit et présenté par Stora-Sandor Judith, Masper (...)
  • 6 Vaksberg A., Alexandra Kollontaï, Fayard, 1996.

3Pour ce faire, l’histoire sociale des femmes est essentielle et nous ne manquons pas d’informations sur cette période, statistiques comprises. L’histoire culturelle est aussi essentielle, car elle met au jour l’expression de nouvelles images, de nouvelles subjectivités. La fiction, explique la sociologue Nathalie Heinich, reflète et produit l’expérience3. Elle dit beaucoup de ses auteurs, Paul Margueritte (1860-1918) et Victor Margueritte (1866-1942), producteurs de l’œuvre : dans le cas présent, nous disposons des archives nécessaires (à l’IMEC, Institut Mémoires de l’édition contemporaine)4. Mais l’essentiel pour nous est de donner une interprétation qui permette une mise en perspective. Et pour cela, nous nous appuierons sur un essai d’Alexandra Kollontaï (1872-1952), auteure d’un texte intitulé « La femme nouvelle », premier chapitre de son livre La Nouvelle morale et la classe ouvrière, qui paraît en 1918, avec un recul de vingt ans par rapport au livre de Paul et Victor Margueritte5. L’analyse de la révolutionnaire russe, aux idées féministes très audacieuses, repose sur de nombreux romans parus en Europe. On ne peut rendre compte ici de toute la subtilité de l’analyse qu’elle développe ni contextualiser son propos, en le rapprochant de son parcours de vie6, mais retenons quelques-unes de ses plus fortes propositions. Alexandra Kollontaï se pose les questions nécessaires :

« Qui est-ce, cette femme nouvelle ? Existe-t-elle ? N’est-elle pas le produit de l’imagination créatrice de littérateurs modernes à la recherche de nouveautés sensationnelles ? Regardez autour de vous, observez, réfléchissez, et vous serez convaincu : la femme nouvelle est là, elle existe. »

« La femme nouvelle est là, elle existe »

  • 7 Sur l’histoire culturelle de la Belle Époque, sous l’angle du genre et du féminisme, Holmes D., Ta (...)
  • 8 Guilpain G., Les célibataires, des femmes singulières. Le célibat féminin en France (XVIIe-XXIe si (...)
  • 9 Meron M., Maruani M., Un siècle de travail des femmes en France. 1901-2011, La Découverte, 2012.

4L’historienne ne peut que confirmer ce constat7. Au cours de la quinzaine d’années qui précède la Première Guerre mondiale, les pays occidentaux connaissent des évolutions sociales économiques et culturelles considérables qui transforment la position sociale et modifient la subjectivité des femmes. Pour Alexandra Kollontaï, « la femme nouvelle est l’enfant du système économique capitaliste » : c’est l’essor du salariat féminin qui en fait un « type ». La très vive hostilité au travail à l’extérieur du foyer s’atténue un peu. De nombreuses femmes célibataires sont obligées d’entrer dans la « lutte pour la vie8 ». L’essor des femmes dans les secteurs secondaire et tertiaire est vécu comme une invasion, un raz-de-marée. Les recensements n’en rendent pas vraiment compte. Ils n’existent que depuis 1896 et ne gagnent en fiabilité qu’en 1906. On observe une hausse entre 1901 et 1906, la part des femmes dans la population active passant de 34,5 % à 37,1 %9. La part des ouvrières dans l’industrie correspond à 34 %, essentiellement dans le textile et l’habillement. Dans les emplois du tertiaire, elles ne fournissent encore que le quart de la main-d’œuvre. Les unes et les autres ne se ressemblent pas. Les ouvrières sont jeunes et souvent célibataires ; les employées plus fréquemment mariées et en moyenne plus âgées.

  • 10 Rennes J., Le mérite et la nature. Une controverse républicaine : l’accès des femmes aux professio (...)

5L’accès à l’université et à des professions prestigieuses, hautement diplômées, fait l’actualité. De rudes batailles s’engagent pour l’ouverture de professions réservées aux hommes. En 1900, une loi autorise les femmes à devenir avocates10. Les premières doctoresses exercent depuis quelques années. C’est l’expression « féminisme médical » qui décrit l’entrée des femmes et l’augmentation de leur nombre en médecine. « Le féminisme triomphe à la Faculté de médecine », selon Le Figaro le 12 mai 1900 car quatre doctoresses ont été diplômées dans la même journée...

6Alexandra Kollontaï voit dans la femme nouvelle un phénomène transversal aux classes sociales, tout en estimant que ce sont les ouvrières qui accoucheront de la nouvelle morale. Mues par la camaraderie, par la nécessité de la solidarité de classe, elles iront plus loin, selon elle, que les bourgeoises entraînées dans une vie sexuelle désordonnée.

  • 11 Cf. Foucher C., Un symbolisme enfoui : les femmes artistes dans les milieux symbolistes en France (...)
  • 12 Albert N., Saphisme et Décadence dans Paris fin de siècle, La Martinière, 2005.

7La licence sexuelle est une autre facette de l’image de la femme nouvelle. Bien que plus sage que la garçonne, elle est assimilée aux milieux de la bohème parisienne, aux femmes artistes, de plus en plus remarquées11. L’homosexualité féminine accède à une plus grande visibilité sociale, il est question de « mode saphique12 ». Le célibat est donc un mode de vie moins innocent que dans le passé. La femme nouvelle s’inscrit aussi dans un moment de politisation des femmes, d’essor de leur vie associative, et de développement, en particulier, des groupes et des journaux féministes.

8Enfin, la femme nouvelle est aussi une image, celle des publicités surtout. Les indices de la modernité y sont la pratique de la bicyclette, de l’alpinisme, du ski, du tennis, des danses à la mode, de la fréquentation de spectacles parisiens... La femme nouvelle s’amuse à fumer, pédale gaiement en culotte cycliste, apprend à conduire une automobile, recherche les nouveautés vestimentaires...

Le romanesque des femmes nouvelles

9 Femmes nouvelles n’est pas un « grand roman », mais il marque son temps et rencontre le succès. Le sujet est dans l’air du temps, et Paul Margueritte, l’aîné des fils du général Margueritte, héros de Sedan, a déjà une œuvre derrière lui. Il commence une production en association avec son frère cadet, Victor, un ancien militaire.

10 Femmes nouvelles paraît d’abord en feuilleton dans La Revue des deux mondes. Ce qui explique l’affectueuse dédicace à Ferdinand Brunetière, expression d’une gratitude d’auteurs à l’égard de leur éditeur. Une correspondance avec ce dernier révèle que Brunetière est l’inventeur du titre, Femmes nouvelles.

  • 13 Margueritte V., La Garçonne, réédition préfacée par Yannick Ripa, Payot, 2013.
  • 14 Compagnon A., Connaissez-vous Brunetière ?, Seuil, 1997.
  • 15 Cité par Patrick de Villepin (Victor Margueritte... op. cit, p. 96).

11C’est un roman considéré comme féministe – le premier d’une longue série pour les Margueritte, surtout pour Victor, futur auteur de La Garçonne, en 192213. La dédicace à Brunetière (1849-1906), le critique littéraire le plus en vue à l’époque, entré à l’Académie française six ans auparavant, indique pour le moins un compromis des auteurs avec les idées conservatrices de leur éditeur catholique républicain et antidreyfusard14, engagé contre Flaubert, contre Zola, contre Baudelaire, autant d’auteurs victimes de la censure que, par la suite, Victor Margueritte aimera à citer comme des martyrs qui l’ont précédé. Mais n’anticipons pas. Pour l’heure, les frères Margueritte écrivent : « nous ne pensons pas que les idées de ce roman soient trop en contradiction avec les vôtres, ayant essayé d’y canaliser les sentiments de la justice avec les exigences de la vie15. » Mais en 1901, Brunetière mettra fin au contrat avec des auteurs trop à gauche à ses yeux.

  • 16 Au sens défini par Susan Rubin Suleiman, Le roman à thèse ou l’autorité fictive, PUF, 1983, p. 14  (...)
  • 17 Léopold Goirand (1845-1926) est député des Deux-Sèvres, c’est lui qui dépose la proposition de loi (...)

12Il est question d’idées dans cet échange avec Brunetière car effectivement ce roman est un « roman à thèse16 » comme il en paraît tant à l’époque. Il défend une morale adaptée aux temps nouveaux, prend position dans le débat public sur ce qu’il est convenu d’appeler alors la « crise du mariage ». Le narrateur omniscient dévoile pensées et arrières pensées de ses personnages, développe les vues idéalistes et pleines de noblesse de l’héroïne, stigmatise l’hypocrisie des personnages masculins cachant leurs dettes et leurs infidélités. Les dialogues donnent la parole à des femmes qui réfléchissent à la vie qu’elles veulent et ont une vision du monde. C’est un roman résolument ancré dans la contemporanéité. Il y est fait allusion, par exemple à la proposition de la loi étudiée au sénat donnant aux femmes la libre disposition de leur salaire. Bien informée de l’actualité, l’héroïne est par exemple capable de citer précisément le nom des parlementaires impliqués (Jourdan-Goirand)17 et leur inspiratrice, Jeanne Schmahl. Des informations juridiques balisent le roman, opportunément délivrées par le grand-père de l’héroïne, un ancien magistrat capable de citer de mémoire le Code pénal ou le Code civil. Un roman à thèse, sans ambiguïté, sans aucun passage évoquant la sexualité, un livre à mettre entre toutes les mains !

  • 18 Nom qui évoque celui d’une féministe de l’époque, Camille Du Gast (1868-1942), originale vice-prés (...)

13Le personnage principal est Hélène Dugast18 pendant l’année qui suit sa majorité. Revenue de chez sa tante Édith installée à Brighton, elle retrouve ses parents qui veulent la marier. Aspirant à une vie indépendante, elle conquiert et apprivoise la liberté. Elle éconduit deux prétendants, observe dans son entourage les relations entre les sexes et pratique la philanthropie auprès des ouvrières de l’usine familiale. La maturation de sa réflexion l’amène à considérer Arden, ingénieur, comme l’homme qui pourrait devenir son compagnon. Elle met donc en pratique sa résolution initiale : « Je veux savoir qui j’épouse, l’étudier, estimer avant d’aimer. »

La femme nouvelle, une révoltée dans la sphère privée

  • 19 L’amour filial n’annule pas la lucidité : Hélène note qu’il reste tout de même chez son père du «  (...)

14Pour l’héroïne, l’enjeu de la libération personnelle se situe dans la famille : la sienne, et plus tard celle qu’elle sera amenée à fonder. Les ferments de la révolte sont au plus près d’elle qui souffre depuis toujours de l’inégalité de traitement avec son frère André qui a « seul droit à une vie libre et supérieure ». Hélène observe et juge sa mère, « créature de devoir, d’abnégation esclave heureuse dans le mariage ». Elle rejette ce modèle d’épouse et mère. Son père, et c’est sa chance, se montre bon et tendre. Il voue à sa compagne « un véritable culte » et « adore » sa fille, se montrant indulgent avec ses révoltes19. Son décès brutal au début du roman oblige l’héroïne à s’affirmer avec plus de risques. Ce libéralisme paternel est à relier à son identité sociale de bourgeois ayant choisi la diplomatie, l’ouverture à la nouveauté (il a été consul à Boston), contrairement à son frère qui fait fructifier le bien familial, une importante filature. C’est plus du côté de la bourgeoisie intellectuelle que du côté de la bourgeoisie industrielle que naissent les femmes nouvelles.

  • 20 Sur l’importance de la dot pour la compréhension de l’histoire des femmes, Cf. le no 7 de Clio. Hi (...)

15Hélène a la chance de venir d’une famille riche. Elle dispose à ses 21 ans de 200 000 francs de capital, et se trouve néanmoins désavantagée par rapport à son frère. Elle veut décider de l’usage de cet argent. Contre toute sa famille, elle décide de ne pas le laisser placé chez son oncle et d’en donner une partie. Son père lui explique qu’elle a tort, car cette dot est soit une sécurité en cas de non-mariage, soit une « garantie » pour « devenir une bonne et honnête femme20 ». Ce qui la révolte : « En France, on ne se marie que contre remboursement. Pas de dot, pas de fiancé ! La question d’argent prime tout. On unit deux intérêts, rarement deux affections. » Son père lui répond : « Que veux-tu, c’est la vie. Toujours les femmes ont payé cette rançon. »

16Hélène maintient son point de vue et va disposer de son propre carnet de chèques. Elle donne 15 000 francs à la caisse des ouvriers de la filature dirigée par son oncle pour aider les femmes en couches. Elle ouvre également des livrets de caisse d’épargne pour les employées les plus malheureuses. Elle n’a pas besoin de travailler, mais défend le droit au travail pour les femmes, songeant notamment aux « filles » (les femmes non mariées) et aux épouses qui doivent suppléer aux défaillances du mari. La dot ne protège pas forcément les plus aisées, Hélène a des amies mal mariées dont les dots ont disparu. Son cercle amical, issu des fréquentations de lycée, et l’influence féministe de sa tante, sur laquelle nous nous attarderons bientôt, lui donnent la force de résister à la pression familiale.

17Cette pression concerne avant tout le mariage. À 21 ans, Hélène, bonne à marier, est un très beau parti. Elle va résister avec intelligence et sagesse aux choix faits par ses parents. Notons qu’elle ne peut, légalement, imposer son choix avant ses 25 ans. L’indépendance des jeunes gens est à cette époque en débat : en 1907, la loi abaissera à 21 ans la majorité matrimoniale. L’héroïne refuse de subir le mariage bourgeois et sa double morale, libérale pour l’homme et stricte pour la femme. « Un homme se présente toujours avec un passé », estime-t-elle. Vierge, elle n’est pas pour autant une oie blanche et ne compte pas se faire plumer par le premier venu. Surtout, elle adhère à une nouvelle conception de l’amour qui donne aux sentiments et à leur réciprocité une place centrale. C’est un « compagnon » qu’il faut trouver. L’issue heureuse du roman donnera à Hélène « le sûr compagnon de route que souhaitait son père ».

La dénonciation du « mariage bourgeois »

18Dans la dénonciation du mariage bourgeois, la course à la dot est centrale. Hélène a de nombreux prétendants. Le roman s’attarde d’abord sur le vicomte de Vernières, un oisif, riche, qui boursicote. Hélène n’est pas indifférente, mais une lettre anonyme l’informe qu’il a abandonné sa maîtresse, Henriette Leroy, ainsi que l’enfant qu’il a eu avec elle. Le vicomte jure que c’est faux mais Hélène découvre la vérité en se rendant chez la femme de chambre abandonnée, qu’elle traitera avec une « compassion infinie ». Hélène dit ensuite au « misérable » tout le dégoût qu’il lui inspire.

19La place est libre alors pour le peintre Dormoy, mondain, ambitieux, galant, vaniteux, mais Hélène découvre qu’il a une maîtresse attitrée depuis quinze ans, et qu’il ment sur son niveau de vie.

  • 21 Dreyfus M. L’antisémitisme à gauche. Histoire d’un paradoxe, de 1830 à nos jours, La Découverte, 2 (...)

20Hors course, un des prétendants est particulièrement mal traité dans le roman : il s’agit de Schmet, au nez crochu, aux yeux de proie, aux cheveux crépus. Bien laid à voir, il convoite en vain, malgré ses ruses, la belle Hélène. Victor Margueritte a-t-il tenu sa plume en pleine affaire Dreyfus ? Il la lâchera beaucoup plus dans La Garçonne, dont l’héroïne est harcelée par un Juif très riche et très laid. Pour être paradoxal, peut-être, l’antisémitisme à gauche n’en est pas moins banal. Il est bien présent chez Victor Margueritte21.

21Arden, qu’Hélène choisit comme mari, n’est pas à la recherche d’une dot. Il n’essaie pas de séduire Hélène. C’est ce qu’il réalise qui la séduit, et notamment le puits qui va enfin apporter une eau pure dans la commune ouvrière toute proche et mettre fin à une tragique surmortalité. Il est décrit comme un homme de science, sérieux, simple, aimant la nature. Bourru, plutôt laid, même si, à chaque rencontre, Hélène le trouve moins laid que dans son souvenir. Arden a 35 ans. Une indication sur l’écart d’âge qui va dans le sens traditionnel, au contraire des romans proposant l’écart inverse, du Blé en herbe au Diable au corps.

  • 22 Sohn A.-M., Du premier baiser à l’alcôve, La sexualité au quotidien, France, 1850-1950, Aubier, 19 (...)

22Passer du mariage arrangé au mariage d’amour suppose une éducation de la jeune fille et ce roman peut servir de roman d’initiation, informant sur les pièges à éviter, en particulier sur le danger de se laisser guider par ses sens. L’histoire a surtout retenu de cette acculturation le triomphe des artifices de la séduction22. Mais la femme nouvelle qu’incarne l’héroïne ne veut pas séduire, c’est-à-dire tromper. Elle laisse simplement la nature parler en elle. Son portrait physique est d’ailleurs très sommaire. À l’opposé de ses cousines, « jolies perruches, plumage et ramage », Hélène est grande, bien faite, « toute de charme simple et d’éclat ». « À ses magnifiques dons d’intelligence, à sa réserve de dévouement et de tendresse, se joignait aussi, – elle était très femme –, une inconsciente coquetterie. » Dans les journaux de mode de l’époque, la femme nouvelle est assurément plutôt du côté de la cousine Germaine, « affriolante avec sa jupe courte plissée, ses guêtres soulignant le mollet, sa toque campée sur ses cheveux fous ».

23Les cousines d’Hélène, Germaine et Yvonne, sont campées comme deux contre-modèles. Germaine a une liaison adultère avec André, le frère d’Hélène. Lorsque le scandale éclate, le mari de Germaine veut des sanctions, qu’il pourrait obtenir. C’est l’occasion de dénoncer l’inégalité des sexes dans l’adultère, car si la femme risque la prison, l’homme, lui, ne risque qu’une faible amende, et seulement si le préjudice est durable et si le délit est constaté au domicile conjugal. Germaine est désespérée. Mais le mari trompé s’avère être un mari trompeur. Hélène découvre qu’il a une maîtresse régulière et le grand-père juriste conseille de laver le linge sale en famille. C’est ce qui se produit : un pardon réciproque est négocié, les deux époux se réconcilient, la double faute est cachée. Une solution qu’Hélène juge immorale.

24Autre voie, celle d’Yvonne qui choisit pour époux un vieil homme, le comte Soulier. Selon la mère d’Hélène, son âge le protégera des tentations de l’adultère, ce à quoi Hélène réplique : « Pourquoi pas un invalide alors ? » Hélène estime que sa cousine a choisi une proie qu’elle pourra facilement dominer, et ce n’est pas non plus une solution : le Céladon reviendra exténué de son voyage de noces...

25Observant ses cousines, l’héroïne réfléchit également au sort de ses amies. Louise Guilbert, jeune doctoresse, choquée par les conditions du mariage, « préfère rester garçon ! » On sent la « garçonne » poindre. L’indépendance de la jeune Andrée Vergnes paraît également heureuse. Elle peut s’adonner sans contrainte à sa passion de la peinture, comme Louise se dévoue pour les patients.

La femme nouvelle, socialement et économiquement active

26Alors que les femmes nouvelles sont souvent définies par leurs études et leur activité professionnelle, notre héroïne ne poursuit pas au-delà du lycée (le lycée Racine, à Paris) et n’a pas d’ambition professionnelle. Hélène, on l’a vu, pratique la philanthropie, mais dans un esprit moderne. Elle donne de manière à créer de l’autonomie et de la solidarité chez les bénéficiaires de sa générosité. Elle encourage particulièrement Mme Sassy, une veuve qui dirige une œuvre de relèvement pour les jeunes filles, 150 pensionnaires déshéritées qui profitent de l’air doux et pur du Maine-et-Loire et apprennent le travail agricole.

27Mais elle admire les femmes qui autour d’elle travaillent. La plus valorisée par le roman est Louise Guilbert qui s’occupe des Enfants indigents. La misogynie que subissent les doctoresses est soulignée dans son absurdité dramatique. Si le père d’Hélène avait fait confiance à Louise, son problème cardiaque aurait été repéré à temps. Mais selon M. Dugast, « seul un homme peut exercer cet art austère et mystérieux » qu’est la médecine. La difficulté de Louise à se faire une clientèle est mentionnée.

  • 23 Christen-Lécuyer C., « Une nouvelle figure de la jeune fille sous la IIIe République : l’étudiante (...)

28Jeune, intelligente et belle, Andrée Vergnes travaille comme artiste peintre. On ignore comment elle a fait son éducation artistique, en tout cas, la question est d’actualité. En 1897, l’école nationale des beaux-arts de Paris s’ouvre aux étudiantes, tout en maintenant la séparation des sexes, et en 1900, elle s’ouvre sans restriction. Le roman ne reprend aucun des clichés misogynes qui accompagnent cette évolution. En revanche, avec le personnage de Gabrielle Duval, modeste, simple, courageuse, apparaît le cliché de l’étudiante épuisée par ses études. La jeune femme, phtisique, paie « les longues années de préparation acharnée, le surmenage des examens constants23 » et meurt à la fin du roman. Enfin, apparaît Denise, employée de bureau pour un salaire misérable. Femme nouvelle malgré tout, car, déclassée, elle survit dans la dignité, et évolue dans les nouveaux métiers féminins.

  • 24 Silvera R., Un quart en moins. Des femmes se battent pour en finir avec les inégalités de salaires(...)

29En revanche, les ouvrières aidées par l’héroïne ne sont pas des femmes nouvelles. Elles sont écrasées par la misère, les mauvaises conditions d’hygiène, les grossesses à répétition, l’alcoolisme des hommes, le droit de cuissage à l’usine, l’absence d’éducation. Le roman dénonce l’égoïsme criminel de la classe possédante, dessine des possibilités de changement du côté de l’intervention des élites éclairées, mais ne donne pas aux victimes un rôle actif. Ce roman, comme d’autres, n’englobe pas dans le groupe des femmes nouvelles les ouvrières, et encore moins les femmes actives dans l’agriculture. Les domestiques, si nombreuses avant 1914, ne participent pas à la nouveauté. Il est évident que la « crise du mariage », qui est essentiellement une crise du mariage bourgeois, les concerne assez peu. Certaines d’entre elles sont contraintes au célibat, d’autres vivent en union libre, d’autres encore voient le mariage comme une union à but économique. Leurs salaires, leurs gages, ou leur exploitation sans rémunération en tant qu’épouses productrices non reconnues, ne leur donnent pas l’indépendance ou l’espoir d’indépendance qui font la « femme nouvelle ». Dans le monde ouvrier, on est passé d’une économie de production familiale à une économie de salaire familial qui crée une interdépendance très forte. Avec la théorie du salaire d’appoint, les femmes seules, dans les milieux populaires, vivent dans la grande misère24.

  • 25 Un exemple : Gabrielle Petit (1860-1952) mieux connue grâce à cette biographie : Laude M., Une fem (...)

30Alexandra Kollontaï développe une analyse faussée par ses convictions idéologiques qui la poussent à voir dans la classe ouvrière féminine des comportements d’avant-garde. Or ce sont les classes moyennes et supérieures qui accouchent de femmes nouvelles, plus que les classes populaires. Sans doute faut-il davantage prendre en compte un mouvement dialectique. Par exemple, Paul et Victor Margueritte, comme beaucoup d’observateurs de l’époque, associent l’essor du féminisme aux conditions économiques qui « ont renversé ou rétréci l’antique foyer, chassé la femme hors de sa maison à la poursuite hasardeuse du pain ». Il est sûr que la révolution industrielle n’affecte pas seulement le sort de la main-d’œuvre mixte employée, mais se répercute dans toutes les classes de la société. Les métiers du social bientôt destinés aux femmes de classes moyennes ou les œuvres philanthropiques des bourgeoises ne contribuent-ils pas à la naissance d’une femme nouvelle, active dans la sphère publique et concernée par le féminisme ? En 1901, le Conseil national des femmes françaises se crée justement en réunissant les deux grands courants féminins : les droits des femmes et la philanthropie. Pour prolonger ces nuances, il faut aussi prendre en considération le mouvement ouvrier dont on sait qu’il n’est pas représentatif du monde ouvrier. Des figures de femmes nouvelles y existent, dans les brèches. Des femmes libres, qui se considèrent comme des citoyennes, autodidactes, parfois néomalthusiennes, féministes25. Mais la masse des ouvrières reste à l’écart de ce débat jugé « bourgeois » par la plupart des cadres du mouvement ouvrier politique et syndical. Car le changement, dans la perspective qui est la leur, résulte toujours des forces profondes socio-économiques et non pas de l’insurrection de la conscience des individualités.

La femme nouvelle est féministe

  • 26 « Jamais Hélène n’oublierait les chères causeries où Minna, touchée par sa jeune ferveur, lui avai (...)

31Entre ces deux niveaux, l’individu et la structure économique, le marxisme reconnaît bien sûr un rôle à l’organisation politique et à ses leaders. Le mouvement ouvrier doit prendre en charge la « question féminine », qui n’est en réalité qu’un front secondaire. Il découvre dans les années 1900 la force du féminisme, généralement perçu comme un mouvement concurrent, et disqualifié comme « bourgeois ». Il y a une part de vérité dans ce qualificatif. Le roman des frères Margueritte le confirme. Des auteurs, bourgeois, au milieu dépeint, la bourgeoisie. C’est dans ce cadre-là que se développe le féminisme, très présent dans le roman à travers la présence influente auprès de l’héroïne de deux militantes : Édith et Minna26.

32Édith Hopkins, la tante d’Hélène, a des « idées libres ». Elle s’est mariée à un éleveur britannique et forme avec lui un couple qu’Hélène admire : « unis par une conscience égale, un absolu respect de leur liberté, ils formaient à eux deux un être complet ». Hélène se rend régulièrement à Brighton où elle est contact avec des idées nouvelles. L’amie de sa tante, Miss Minna Herkaërt, anglaise, est féministe, comme le montrent tous les éléments masculins présents dans son portrait physiognomonique.

« Sur un front haut et large, modelé par la pensée et le rêve, ses yeux froids, d’admirables yeux d’un gris d’acier, luisaient. Leur éclat perçant, la barre des sourcils noirs, le nez en bec d’aigle, le menton carré révélaient une volonté tenace, un âpre besoin d’action. Et le corps dessinait, sous un costume tailleur de rude drap violet, sa forte ligne, encore belle. Elle fit craquer ses doigts osseux, qui avaient manié la plume et l’outil. »

33Apôtre des femmes nouvelles, elle est, selon Hélène, un exemple d’indépendance et de courage. Refusant le mariage, elle qui a connu dans son enfance la brutalité d’un père ivrogne et la servitude hébétée de sa mère, elle se consacre à la cause féministe. Elle publie Le droit des femmes, inspire le congrès féministe de Paris en 1896, s’occupe du journal L’Avenir.

34Minna est le type même de la militante internationale, qui a forgé son engagement en Angleterre et aux États-Unis, se dévoue un moment pour activer le féminisme en France, avant de partir pour l’Australie. Le féminisme est appelé selon elle à un développement universel : « Partout, le mouvement s’accentue ; on a beau être en retard en France, vous n’échapperez pas à la loi fatale du progrès. »

35Toujours dans la recherche de la vraisemblance, le roman insiste sur le « retard français ». Hélène juge que les conventions sur le mariage sont « barbares » et voudrait le droit de sortir seule avec un homme avant les fiançailles « comme en Angleterre, en Allemagne, en Amérique ». Le propos est critique sur « l’enlisement des Français » manquant « d’expansion créatrice ». L’homme qui aura les faveurs de l’héroïne est, lui, ouvert au monde ; il construit un chemin de fer dans le Caucase.

  • 27 L’élargissement du divorce, exposé des motifs et proposition de loi, Paris, Plon-Nourrit, s. d. ; Q (...)
  • 28 On ne peut faire ici la liste des lois en discussion : voir Antomarchi V., Politique et famille so (...)
  • 29 Cosnier C., Les dames du Femina. Un féminisme mystifié, Rennes, PUR, « Archives du féminisme », 20 (...)

36Conviction et intérêt se conjuguent pour donner au roman une allure féministe. Conviction parce que l’engagement des frères Margueritte pour la réforme du divorce et la reconnaissance des enfants naturels est réel. Ils publient plusieurs brochures à caractère militant27. Ils ont sans doute le sentiment de peser sur le cours de l’histoire28. Mais leur sens aigu de la promotion commerciale est à prendre en compte, c’est pourquoi ils étaient évoqués dans l’introduction comme des valeurs sûres. Les femmes nouvelles sont à la mode, le féminisme aussi, qui entre dans un « âge d’or ». Après un essor lent et intermittent, le temps d’un relatif succès est venu : le mot même, lancé par un romancier, popularisé par la militante Hubertine Auclert, en 1882, est désormais banal et son périmètre s’est étendu jusqu’à désigner toute une pléthore de choses... Les adversaires du féminisme se qualifient d’ailleurs souvent de « véritables » féministes, se faisant les apôtres de traditions jugées protectrices pour « la femme ». Le journal Femina donne un bon exemple de ce que peut être le pseudo-féminisme29.

  • 30 Léon Abensour oppose lui-même les « éclaireuses bruyantes et isolées à la masse des féministes qui (...)

37Le roman des Margueritte veut distinguer le bon et le mauvais féminisme, un procédé omniprésent30. Invité à préfacer en 1907 l’essai de Mme Avril de Sainte-Croix sur Le féminisme, Victor Margueritte écrit :

  • 31 Avril de Sainte-Croix, Le féminisme, Giard et Brière, 1907, préface de Victor Margueritte, p. V. G (...)

« Ce n’est pas seulement un corps de doctrines, thème à revendications pour théoriciennes insexuées. C’est un vivant ensemble où les idées s’incarnent en fait, où les rêves sont en train de devenir réalités31. »

  • 32 Jeanne Schmahl (1846-1916) est née Jeanne Elizabeth Archer en Angleterre ; elle a été naturalisée (...)

38Il reconnaît ainsi l’importance d’un militantisme d’essence réformatrice, agissant au nom de la justice. Son féminisme s’inscrit dans une certaine modération que défend, en France, Jeanne Schmahl32.

  • 33 Mme Morchesne, « La race des vrais domestiques se perd !... » Elle ne leur demande pas autre chose (...)

39Le féminisme des auteurs penche à gauche : le roman insiste sur la dureté des conditions de vie des femmes du peuple. Il reproche à certaines féministes de ne pas prendre en compte les inégalités économiques entre femmes, et même de les creuser dans certains cas, en prenant part à l’exploitation des domestiques33.

  • 34 « Arden reconnaissait comme elle [Hélène] que la femme est, au même titre que l’homme, un être con (...)

40Ce féminisme humaniste n’est pas le monopole des femmes. La publication de Femmes nouvelles correspond à un engagement militant réel. Les Margueritte sont reconnus comme féministes par les féministes. Cette défense du féminisme au masculin s’incarne dans le personnage d’Arden. L’héroïne décide de se marier avec un homme féministe qui veut l’égalité dans son couple et dans la société34.

L’antiféminisme du roman : femme nouvelle vs bas-bleu

  • 35 Bard C. dir., Un siècle d’antiféminisme, Fayard, 1999 ; Maugue A., L’identité masculine en crise a (...)
  • 36 Hirschman A. O., Deux siècles de rhétorique réactionnaire, Fayard, 1991.

41Pour autant, dans ce roman, la femme nouvelle n’est pas un bas-bleu et les clichés antiféministes sont récurrents. L’essor du féminisme dans les années 1900 provoque des réactions antiféministes, sous la forme d’essais, de romans, de caricatures35... Sans doute peut-on y voir une réaction logique allant dans le sens de la défense des privilèges masculins. La « rhétorique réactionnaire » est utilisée, avec toute sa palette argumentative36. La femme nouvelle est accusée de provoquer une « crise de l’identité masculine ». En tout cas, les productions culturelles de l’époque montrent une forte misogynie chez certains auteurs, des sentiments de persécution, activés par de fantasmatiques femmes géantes, autoritaires, violentes, égocentriques, hystériques... Les bas-bleus sont campés comme des femmes masculinisées, vivant une inadéquation entre leur sexe féminin et leur genre masculin. Leur allure est similaire à celle des « inverties », observées par les psychiatres à la même époque. Leur radicalité, leur extrémisme s’incarnent dans des identifiants physiques et vestimentaires. Le corps féministe porte une série de stigmates virilisants.

42Le portrait le plus malveillant est réservé à Mme Morchesne, présidente de la Ligue pour l’émancipation des femmes, ainsi décrite par l’héroïne :

  • 37 Plus loin, « Mme Morchesne fit irruption. Un corsage sang de bœuf et des gants trop clairs soulign (...)

« C’est un type ! Courte sur jambes, rouge, trapue, une figure hommasse, une ombre de moustache, elle est le porte-étendard du féminisme intolérant. Vous haïssez comme moi ces zèles maladroits qui ont beau, selon ces dames, cacher une tactique profonde : crier fort pour qu’on écoute !
Elles font plus de mal que de bien, épouvantent l’opinion qui est lente à s’émouvoir, prompte à se gendarmer. D’une voix caverneuse, elle a reproché à Minna sa modération. “Sus à l’ennemi ! au tyran !” Or elle a le mari le plus doux, un esclave, d’un dévouement, d’une patience angéliques37. »

43Mme Morchesne est aussi décrite « à la tribune, très rouge, sanglée à éclater dans une robe noire, couvait la salle d’un regard majestueux et familier. [...] Sa voix tonitruante [...] Tout ou rien ! [...] Puisque c’est de la loi seule qu’on peut attendre toute amélioration, faisons les lois ! La femme électeur ! La femme député ! » Estimant que les femmes paient l’impôt du sang, victimes de la maternité, elle demande pourquoi les femmes ne pourraient pas aussi devenir soldats, « nos sœurs d’Amérique, pendant la dernière guerre, formant un bataillon d’amazones... »

  • 38 Sur l’importance de la référence au troisième sexe à cette époque, Cf. Murat L., La loi du genre. (...)

44Ce meeting parisien pour les droits politiques des femmes a droit à une description particulièrement ironique. On y croise Mme Fourmy-Coste, un « bas-bleu d’une nullité fielleuse, d’une avarice crasse et d’une fausseté sans égale » ; la marquise Krobanya « cosmopolite et morphinomane », Sophie Groetz, écrivaine ratée, « Viennoise prétentieuse et sensible », détestant les hommes, et l’Américaine Miss Pelboom, « jeune, sèche et plate personne, sans poitrine ni hanches, col doit et feutre d’homme : le troisième sexe dans toute son horreur. Spécialité : la chronique des sports38 ». Deux ressorts classiques de l’antiféminisme sont ici présents : la xénophobie – le féminisme étant très souvent présenté comme un produit importé contraire à l’esprit français – et ce que l’on nomme depuis peu (le milieu des années 1990) la lesbophobie.

  • 39 Cf. Jacquemart A., Les hommes dans les mouvements féministes. Socio-histoire d’un engagement impro (...)

45Dans cette tendance radicale du féminisme, peu d’hommes s’aventurent, sauf, selon les auteurs, des parents, des amis, et quelques journalistes narquois. Minna se dit opposée au féminisme « intolérant » qui voit les hommes comme l’ennemi. La modification de l’éducation des jeunes filles ne peut se faire, selon elle, sans les hommes39.

  • 40 C’est un peu après 1899 que la féministe Madeleine Pelletier, au nom de l’égalité et des bienfaits (...)

46Il n’est pas étonnant que les droits politiques des femmes apparaissent encore en 1899 comme une revendication trop audacieuse. On entre alors justement dans une phase d’accélération de la légitimation de cette revendication. Les réformatrices y viendront dans les années suivantes, et créeront en 1909 l’Union française pour le suffrage des femmes. L’héroïne pense, comme les frères Margueritte, que le vote des femmes n’est pas déraisonnable, mais qu’il est prématuré. En revanche, la femme soldat, revendication périphérique, appartient surtout au registre antiféministe. Beaucoup de radicales en refusent la perspective, contradictoire avec leur antimilitarisme ou avec leur vision de la différence des sexes40.

47Cette tension entre proféminisme et antiféminisme éclate dans le commentaire donné par Hélène après le meeting qu’elle a quitté avant la fin :

« Si la femme voulait devenir vraiment l’égale de l’homme, que ce ne fût pas par une imitation servile ; qu’elle restât femme avant tout, sans rien abdiquer de son charme intime. Que loin de prétendre à n’être qu’un garçon manqué, la femme nouvelle s’efforçât de ressembler, par bien des côtés, à l’ancienne ! »

  • 41 Bard C., Les Garçonnes. Modes et fantasmes des Années folles, Flammarion, 1998.

48Sous la plume de Paul et Victor Margueritte, Hélène reste dans un entre deux, comme plus tard, la garçonne de Victor Margueritte qui renonce à sa vie de garçon pour se marier et fonder une famille. À propos de cette fin, j’écrivais que la garçonne semblait avoir été inventée pour mieux être détruite, et la femme nouvelle de 1899 m’inspire la même remarque41. Qu’est-ce qu’une femme nouvelle qui veut ressembler à l’ancienne ? Ou une garçonne qui laisse pousser ses cheveux ?

*

  • 42 Kollontaï A., Marxisme... op. cit., p. 101.
  • 43 Lyon-Caen J., La Lecture et la vie. Les usages du roman au temps de Balzac, Tallandier, 2006.

49« La vie crée des femmes nouvelles, la littérature les reflète42 » : aussi intéressantes que soient les analyses d’Alexandra Kollontaï, en particulier l’idée que les femmes nouvelles ne sont pas une invention des littérateurs modernes (lesquels sont au contraire longtemps « passés sans les voir » parce qu’ils étaient prisonniers des schémas du passé), il n’est pas possible aujourd’hui d’adhérer entièrement à la « théorie du reflet ». Nous mesurons mieux l’effet de la littérature sur le social et sur les consciences. L’historienne Judith Lyon-Caen le démontre à propos des lecteurs et lectrices de Balzac : le roman loin de les distraire du réel, les ramène à leur vie, leur donne des outils de compréhension des rapports sociaux, représente une force de subversion sociale43. La femme nouvelle, par le simple fait qu’il y a un nom, une catégorie, un type, existe autrement qu’avant l’emballement littéraire sur le sujet. L’identification devient une possibilité, une manière autre de se situer, personnellement et collectivement aussi.

50Comment les femmes reçoivent-elles les messages ambigus délivrés par une littérature oscillant entre féminisme et antiféminisme ? Les hommes sont-ils capables de saisir les « mystères de l’âme féminine » ? Alexandra Kollontaï estimait que c’étaient surtout des auteures femmes qui avaient élaboré le type de la femme nouvelle dans des œuvres qui n’avaient peut-être pas toujours une grande qualité littéraire mais qui avaient l’immense mérite de contenir des fragments de vérité autobiographique et d’être à la recherche de leur propre langue. La femme nouvelle a pourtant été un créneau commercial très vite occupé par des hommes.

51Le présent roman, frappant par son éloge du compromis, en est une bonne illustration. Mais en offrant cette voie, il donne sans doute voix à des femmes « du type transitoire », pour reprendre l’expression d’Alexandra Kollontaï, qui portent les traits simultanés de la femme ancienne et de la femme nouvelle. Elle note d’ailleurs que cette lutte interne et externe montrant les femmes sujettes de leur propre tragédie est une source puissante d’inspiration artistique. Rien de cette complexité, présente par exemple chez Colette dans La Vagabonde (1910), dans Femmes nouvelles. Son binarisme simplet en fait une œuvre sans postérité sur le plan purement littéraire. Nous sommes loin des femmes nouvelles les plus modernes, loin du profil indépendant que Nathalie Heinich a identifié comme celui de la « femme non-liée ». Hélène se lie, elle se marie. Elle mesure tout de même l’immense différence qui la sépare de sa mère et de sa grand-mère, « pourtant de la même race du même sang de la même chair ». Elle a choisi elle-même son futur mari, écoutant à la fois son cœur et sa raison. Est-il lui aussi un homme nouveau ? Sans doute, car il se montre délicat, attentif, intimidé par Hélène, qui sait, en retour, se le rassurer : « Arden à son tour la regarda longuement [...]. “Vous consentez ?” implorait son interrogation muette. Et, abaissant ses paupières, Hélène rougit, délicieusement. FIN. »

Notes

1 Née en 1911, la revue féministe et littéraire Seitô rebondit sur les propositions occidentales de réforme des mœurs et élabore une réflexion sur les femmes nouvelles dans la culture nipponne. Cf. Lévy C. (dir.), Genre et modernité au Japon : la revue Seitô (1911-1916) et la femme nouvelle, Rennes, PUR, collection Archives du féminisme, 2013.

2 Lyon-Caen J., Ribard D., L’historien et la littérature, La Découverte, 2010 [quand le lieu d’édition n’est pas précisé, il s’agit de Paris].

3 Heinich N., États de femme. Les ambivalences de l’émancipation féminine, Albin Michel, 2003.

4 Ainsi que d’une biographie de Victor Margueritte : Villepin, P. de, Victor Margueritte. La vie scandaleuse de l’auteur de « La Garçonne », François Bourin, 1991.

5 Kollontaï A., Marxisme et révolution sexuelle, traduit et présenté par Stora-Sandor Judith, Maspero, 1979.

6 Vaksberg A., Alexandra Kollontaï, Fayard, 1996.

7 Sur l’histoire culturelle de la Belle Époque, sous l’angle du genre et du féminisme, Holmes D., Tarr C., A « Belle Epoque » ? Women and French Society and Culture 1890-1914, New York, Berghahn Books, 2007 et Roberts M.-L., Disruptive Acts. The New Woman in Fin-de-Siècle France, Chicago, The University of Chicago Press, 2002.

8 Guilpain G., Les célibataires, des femmes singulières. Le célibat féminin en France (XVIIe-XXIe siècle), L’Harmattan, 2012.

9 Meron M., Maruani M., Un siècle de travail des femmes en France. 1901-2011, La Découverte, 2012.

10 Rennes J., Le mérite et la nature. Une controverse républicaine : l’accès des femmes aux professions de prestige, 1800-1940, Fayard, 2007.

11 Cf. Foucher C., Un symbolisme enfoui : les femmes artistes dans les milieux symbolistes en France au passage du siècle (XIXe-XXe siècles), thèse d’Histoire de l’art, université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2012.

12 Albert N., Saphisme et Décadence dans Paris fin de siècle, La Martinière, 2005.

13 Margueritte V., La Garçonne, réédition préfacée par Yannick Ripa, Payot, 2013.

14 Compagnon A., Connaissez-vous Brunetière ?, Seuil, 1997.

15 Cité par Patrick de Villepin (Victor Margueritte... op. cit, p. 96).

16 Au sens défini par Susan Rubin Suleiman, Le roman à thèse ou l’autorité fictive, PUF, 1983, p. 14 : « Un roman “réaliste” (fondé sur une esthétique du vraisemblable et de la représentation) qui se signale au lecteur principalement comme porteur d’un enseignement, tendant à démontrer la vérité d’une doctrine politique, philosophique, scientifique ou religieuse. »

17 Léopold Goirand (1845-1926) est député des Deux-Sèvres, c’est lui qui dépose la proposition de loi le 9 juillet 1894. Le 14 novembre, il intervient sur la proposition de Louis Jourdan (1843-1932), député de la Lozère.

18 Nom qui évoque celui d’une féministe de l’époque, Camille Du Gast (1868-1942), originale vice-présidente de la Ligue pour le droit des femmes, amatrice de courses automobiles, future dirigeante de la Société protectrice des animaux.

19 L’amour filial n’annule pas la lucidité : Hélène note qu’il reste tout de même chez son père du « mépris informulé », une pitié protectrice pour le sexe » (au sens de femme).

20 Sur l’importance de la dot pour la compréhension de l’histoire des femmes, Cf. le no 7 de Clio. Histoire, femmes et sociétés, « Femmes, dot et patrimoine » (1998).

21 Dreyfus M. L’antisémitisme à gauche. Histoire d’un paradoxe, de 1830 à nos jours, La Découverte, 2009. Sur la banalité des stéréotypes antisémites dans la littérature de cette époque, cf. Matard-Bonucci M.-A. dir., Antisémythes. L’image des juifs entre culture et politique (1848-1939), Nouveau monde éditions, 2005.

22 Sohn A.-M., Du premier baiser à l’alcôve, La sexualité au quotidien, France, 1850-1950, Aubier, 1996.

23 Christen-Lécuyer C., « Une nouvelle figure de la jeune fille sous la IIIe République : l’étudiante », Clio, Histoire, Femmes et Société, no 4, novembre 1996, p. 166-176 et « Les premières étudiantes de l’université de Paris (fin XIXe siècle-fin années 1930) », Travail, genre et sociétés, no 4, 2000, p. 35-50.

24 Silvera R., Un quart en moins. Des femmes se battent pour en finir avec les inégalités de salaires, La Découverte, 2014 (chapitre sur le salaire d’appoint).

25 Un exemple : Gabrielle Petit (1860-1952) mieux connue grâce à cette biographie : Laude M., Une femme affranchie. Gabrielle Petit l’Indomptable, Éditions du Monde libertaire, 2010.

26 « Jamais Hélène n’oublierait les chères causeries où Minna, touchée par sa jeune ferveur, lui avait, en mots de flamme, tracé le rôle de la femme nouvelle. Hélène leur doit un idéal : « se créer une âme libre » (Femmes nouvelles... op. cit.).

27 L’élargissement du divorce, exposé des motifs et proposition de loi, Paris, Plon-Nourrit, s. d. ; Quelques idées : le mariage libre, autour du mariage..., Plon-Nourrit, 1905 ; Mariage et divorce, extrait de La Revue des revues, 1900 ; Mariage, divorce, union libre, Lyon, Société d’éducation et d’action féministes, 1906.

28 On ne peut faire ici la liste des lois en discussion : voir Antomarchi V., Politique et famille sous la IIIe République 1870-1914, L’Harmattan, 2000.

29 Cosnier C., Les dames du Femina. Un féminisme mystifié, Rennes, PUR, « Archives du féminisme », 2009.

30 Léon Abensour oppose lui-même les « éclaireuses bruyantes et isolées à la masse des féministes qui, patiemment travaillent et dont l’aspect et la vue suffiraient à prouver que leurs théories sont parfaitement conciliables avec le mariage, la famille et l’ordre social » (Histoire générale du féminisme, Delagrave, 1921, p. 279).

31 Avril de Sainte-Croix, Le féminisme, Giard et Brière, 1907, préface de Victor Margueritte, p. V. Ghénia Avril de Sainte Croix (1855-1939) est une des personnalités les plus importantes du féminisme français.

32 Jeanne Schmahl (1846-1916) est née Jeanne Elizabeth Archer en Angleterre ; elle a été naturalisée française par son mariage avec Henri Schmahl en 1873. Elle rejoint la Société pour l’amélioration du sort de la femme mais prend son indépendance avec une association plus modérée et moins anticléricale, L’Avant-Courrière. Confrontée au blocage fait à l’extension des droits civils des femmes, elle se décide à prioriser les droits politiques et crée l’Union française pour le suffrage des femmes en 1909.

33 Mme Morchesne, « La race des vrais domestiques se perd !... » Elle ne leur demande pas autre chose que de se lever à cinq heures, de se coucher à onze, laver, repasser, cuisiner, nettoyer, frotter, coudre, le tout pour vingt-cinq francs par mois !... « Et la poussière, Madame, je suis forcée chaque jour, de me mettre à quatre pattes sous les lits... » Voyez un peu l’amie des femmes ! Et à part moi, je pensais au nombre de ses pareilles, aux exigences féroces qui pèsent sur l’incroyable quantité de pauvres filles réduites au plus astreignant des servages, à une sujétion de toutes les minutes » (Femmes nouvelles..., op. cit).

34 « Arden reconnaissait comme elle [Hélène] que la femme est, au même titre que l’homme, un être conscient et libre. Parallèlement à lui elle avait le droit et le devoir de se développer, d’affirmer chaque jour davantage ce qui était sa vertu propre : ses facultés spéciales de pensée et d’action. Ni inférieure, ni supérieure à son éternel compagnon, ni son image servile. Mais un organisme aussi complet, une âme égale, tous deux formant l’être par excellence. Il faisait la part du long asservissement auquel des créatures comme Yvonne et Germaine, par exemple, étaient redevables de leur coquetterie et de leur frivolité. Si trop souvent l’on jugeait encore avec raison la femme inapte à la mission dont cependant elle était digne, c’est que, par une contradiction et une injustice criantes, on lui reprochait des défauts nés de son esclavage même et soigneusement entretenus par ses maîtres depuis des siècles. Il appelait de ses vœux le moment où des lois plus équitables répartiraient aux uns et aux autres la possibilité de vivre, le libre exercice de leurs vocations. Il était inique que certaines carrières restassent fermées aux femmes. C’était un principe sacré que chacun pût, selon ses aptitudes et son mérite, se faire place. Les hommes n’avaient pas à redouter l’envahissement ; une élimination naturelle s’opérerait toujours. En attendant, que chaque fleur pût éclore ! » (Femmes nouvelles..., op. cit.).

35 Bard C. dir., Un siècle d’antiféminisme, Fayard, 1999 ; Maugue A., L’identité masculine en crise au tournant du siècle 1871-1914, Marseille, Rivages, 1987.

36 Hirschman A. O., Deux siècles de rhétorique réactionnaire, Fayard, 1991.

37 Plus loin, « Mme Morchesne fit irruption. Un corsage sang de bœuf et des gants trop clairs soulignaient sa redoutable laideur. Un plat canotier d’homme élargissait sa figure rougeaude et rapetissait sa personne trapue. De sa voix caverneuse... » Plus loin encore, Mme Morchesne se ridiculise à bicyclette « rouge et suante, éclatant dans son boléro court et sa culotte de zouave, avec mollets de lutteur et des bottines jaunes. Mme Morchesne, en qui on salue d’habitude la féministe d’avant-garde, s’est tout bonnement révélée comme une grosse bourgeoise, entêtée dans ses habitudes de confort, de tyrannie et d’égoïsme. Il n’y a pas pire conservatrice » (Femmes nouvelles... op. cit).

38 Sur l’importance de la référence au troisième sexe à cette époque, Cf. Murat L., La loi du genre. Une histoire culturelle du « troisième sexe », Fayard, 2006.

39 Cf. Jacquemart A., Les hommes dans les mouvements féministes. Socio-histoire d’un engagement improbable, Rennes, PUR, coll. Archives du féminisme, 2015.

40 C’est un peu après 1899 que la féministe Madeleine Pelletier, au nom de l’égalité et des bienfaits d’une virilisation des femmes, défendra le service militaire pour les femmes. Le mouvement féministe la désapprouvera (voir mon article sur « La virilisation des femmes et l’égalité des sexes », Bard C. dir., Madeleine Pelletier (1874-1939). Logique et infortunes d’un combat pour l’égalité, Côté-Femmes, 1992, p. 91-108).

41 Bard C., Les Garçonnes. Modes et fantasmes des Années folles, Flammarion, 1998.

42 Kollontaï A., Marxisme... op. cit., p. 101.

43 Lyon-Caen J., La Lecture et la vie. Les usages du roman au temps de Balzac, Tallandier, 2006.

Auteur

Professeure d’histoire contemporaine, université d’Angers, CERHIO, UMR 6258.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540