Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hommes nouveaux et femmes nouvelles

 | 
Benoît Musset

Troisième partie. Femmes nouvelles

Les Amazones de la Fronde, des « hommes nouveaux » au secours de la France ? Héroïsme féminin et restauration morale sous la régence d’Anne d’Autriche

Sophie Vergnes

Texte intégral

  • 1 Voltaire, Le Siècle de Louis XIV, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, t. I, p. 84.
  • 2 Cocula A.-M., « Regard sur une décadence : la Fronde vue par Voltaire ». Décadences et Décadence, (...)
  • 3 Michelet J., Œuvres complètes, t. IX : Richelieu et la Fronde, Paris, Flammarion, 1982, cité par P (...)
  • 4 Richet D., La France moderne. L’esprit des institutions, Paris, Flammarion, 1973, p. 112-114 ; Jou (...)

1Les historiens ont été nombreux à souligner l’affaiblissement des valeurs morales qui aurait caractérisé la Fronde. Voltaire, le premier, oppose cette période d’agitation stérile à l’ordre qui règne au temps du roi Soleil. Dans Le Siècle de Louis XIV, il déplore : « Les duels [...], les déprédations continuelles, les débauches poussées jusqu’à l’impudence publique1. » Les années 1648 à 1653 sont pour lui celles du chaos et de l’immoralité. Anne-Marie Cocula a même intitulé son article consacré à la Fronde vue par Voltaire « Regard sur une décadence2 ». Les historiens du XIXe siècle poursuivent dans la même veine. Jules Michelet présente la Fronde comme « un temps où tout se rétrécit » et Lavisse prétend qu’alors « la France fut déchirée par des gens qui n’avaient pas une idée noble, pas un sentiment généreux ». Il ajoute : « Rien n’est plus triste ni plus honteux dans notre histoire que ces quatre années de guerre sans honneur pour personne3. » On pourrait penser que les historiens des XXe et XXIe siècles affichent plus de réserve mais, au-delà des précautions de langage et des évolutions du style, ils demeurent extrêmement sévères. Denis Richet fait de la Fronde « une maladie infantile de l’absolutisme » et, dans la préface du livre de Christian Jouhaud sur les mazarinades, il la décrit comme « un vacuum politique, où les conflits semblent s’atomiser, où aucune cause essentielle [...] ne mobilise les sujets du roi4 ».

2Cependant, si l’on retourne aux sources, si on lit les écrits qu’ont laissés les contemporains, on se rend compte qu’il s’agit là d’un regard rétrospectif, téléologique, largement déterminé par l’échec de cette révolte, la victoire du pouvoir royal et l’affirmation d’une autorité monarchique forte sous le règne personnel de Louis XIV. Pendant les troubles et dans les années qui suivent, les Frondeurs prétendent au contraire lutter ou avoir lutté contre l’immoralité que Richelieu aurait introduite dans la conduite du royaume en y important la théorie de la raison d’État, en faisant de Machiavel son maître à penser et en imposant les maximes absolutistes incarnées ensuite par Mazarin.

3Les femmes de la noblesse qui ont participé à la Fronde aux côtés des hommes de leur famille ou, parfois, à leur place s’appuient particulièrement sur cet argument pour légitimer leur intervention dans un domaine, celui de la guerre et des tractations politiques, où elles ne sont habituellement pas les bienvenues. En se présentant comme le bras armé de la Providence venu restaurer l’ordre ancien mis en péril par la tyrannie des cardinaux ministres, la duchesse de Longueville, la Grande Mademoiselle et, dans une moindre mesure, la princesse de Condé prétendent se hisser au niveau des héroïnes les plus fameuses de l’histoire et de la légende. Telles Jeanne d’Arc à laquelle elles se comparent et sont comparées, elles se veulent des femmes nouvelles, sans expérience, inattendues sur le terrain politique et militaire, mais douées de vertus exceptionnelles et, à ce titre, seules capables de restaurer un ordre ancien de la monarchie qui paraît se déliter sous les coups de boutoir de l’absolutisme.

4C’est ce paradoxe qu’il faut tenter de comprendre : comment les Amazones de la Fronde parviennent-elles à concilier leur objectif de restauration d’un ordre ancien reposant sur la tradition et le respect des normes avec l’innovation que constitue l’intrusion des femmes sur le théâtre de la guerre ? Il faut d’abord revenir sur les modalités de leur entrée en dissidence et examiner de quelle façon la Fronde leur permet de franchir les barrières du genre pour se transformer en héroïnes, avant d’analyser la teneur de leur discours et la manière dont, comme femmes, elles peuvent trouver leur place dans la tradition très ancienne des revendications nobiliaires au nom du Bien Public. C’est dans un troisième temps que nous reviendrons sur la mythologie providentialiste qui entoure les interventions des Frondeuses et leur permet de se construire cette double identité de princesses révoltées et de restauratrices.

Les Amazones de la Fronde : des héroïnes nouvelles

5Les femmes de l’aristocratie qui participent à la Fronde, de janvier 1649 jusqu’à la conclusion de la paix en juillet 1653, et parfois même au-delà, recourent à deux modes d’action principaux.

  • 5 Anne de Gonzague, fille de Charles Ier de Gonzague, duc de Mantoue, et de Catherine de Lorraine, e (...)
  • 6 Marie de Rohan, duchesse de Chevreuse, née en 1600, est issue de la lignée bretonne des Rohan-Mont (...)
  • 7 Élisabeth-Angélique de Montmorency-Bouteville, duchesse de Châtillon, est née en 1627. Elle est ap (...)
  • 8 Voir l’ouvrage tiré de ma thèse Les Frondeuses. Une révolte au féminin (1643-1661), Seyssel, Champ (...)

6Le plus fréquemment employé repose sur l’usage de la diplomatie. Conformément à la vocation de médiatrice traditionnellement attribuée aux femmes de la noblesse, la majorité de celles qui interviennent dans la Fronde procèdent par le biais de l’influence qu’elles exercent sur un ou plusieurs personnage(s) masculin(s) engagé(s) dans l’un des partis qui s’affrontent pour le pouvoir. Les médiations qu’elles conduisent pour nouer des alliances, négocier les conditions d’un accord ou, au contraire, défaire des coalitions sont souvent menées dans la plus grande clandestinité. Le caractère occulte de ces interventions a valu à ces femmes le qualificatif peu élogieux d’intrigantes. Cette image de l’intrigue, qui laisse supposer des cabales brouillonnes, de petite envergure, ne rend pas justice aux Frondeuses : certaines d’entre elles comme la princesse Palatine5, la duchesse de Chevreuse6 ou encore la duchesse de Châtillon7 sont des négociatrices de talent et jouent parfois un rôle stratégique dans des retournements d’alliance décisifs pour l’issue de la Fronde8.

  • 9 Sur ce sujet voir Béguin K., « Changements de partis et opportunisme durant la Fronde (1648-1653), (...)

7Cependant, il est bien difficile de considérer ces femmes-là comme des héroïnes mobilisées contre les progrès de l’absolutisme. La preuve en est qu’elles passent d’un parti à l’autre sans aucune difficulté apparente. Presque toutes commencent leur carrière au service d’une faction rebelle avant de basculer dans le camp de la cour, lorsqu’elles comprennent que Mazarin a davantage de moyens pour rémunérer leurs entreprises de médiation. De fait, elles apparaissent comme des mercenaires de l’intrigue prodiguant leurs services au plus offrant. Leur correspondance, les témoignages que les contemporains ont laissés à leur sujet en font des pragmatiques dont l’objectif prioritaire est d’acquérir, sinon du pouvoir, du moins une influence politique, une « considération », un « crédit », pour employer le vocabulaire du temps, de nature à renforcer la position de leur famille et de la clientèle qui y est attachée. Par le choix des moyens, celui des entrevues clandestines souvent nocturnes, celui de la correspondance chiffrée, celui de la séduction, celui de la tarification des services rendus, ces femmes ne vont pas à l’encontre des progrès d’un État rationnel, de plus en plus détaché de l’éthique aristocratique, des exigences de l’honneur et du culte du service rendu. Au contraire, les conditions de leur activité éclairent d’un jour violent les progrès d’un réalisme politique que n’auraient pas désavoué les théoriciens de la raison d’État9. On peut s’arrêter sur ce constat : les médiatrices sont des femmes de circonstance. C’est le climat troublé de la Fronde et la porosité renforcée entre sphère publique et sphère privée résultant de ces troubles civils qui leur permettent de faire valoir au sommet de l’État des qualités dont l’usage est habituellement limité au cercle familial élargi, sans qu’il n’y ait jamais de leur part de revendication relative au pouvoir de la noblesse et des femmes au sein de la noblesse.

  • 10 Les princesses de la Ligue ont joué un rôle comparable. Voir Le Roux N., « Les “armes de mon sexe” (...)

8Elles s’opposent en cela à l’autre catégorie de Frondeuses, dont le mode d’action repose sur l’emploi des armes ou, du moins, sur l’adoption de comportements militaires consistant à lever une armée, à parcourir un long chemin à cheval en compagnie d’une escorte de gentilshommes et de soldats, ou même à organiser un siège, soit en tant qu’assaillantes, soit pour défendre une place forte. Ce sont ces comportements qui ont valu aux Frondeuses le qualificatif d’Amazones et contribué à faire leur fortune historiographique10. Stricto sensu, les Frondeuses comptent parmi elles seulement trois Amazones : les duchesses de Longueville et de Montpensier et la princesse de Condé.

  • 11 Charlotte-Marguerite de Montmorency, princesse douairière de Condé.
  • 12 Sur la position du clan Condé pendant la Fronde et ses rapports fluctuants à l’État royal tout au (...)
  • 13 Lebigre A., La duchesse de Longueville, Paris, Perrin, 2004, p. 167.
  • 14 Ibid., p. 169-171 ; Logié P., « Un épisode de la Fronde en Normandie. La duchesse de Longueville co (...)

9La première, Anne-Geneviève de Bourbon-Condé, fille de Charlotte-Marguerite de Montmorency11 et d’Henri II de Bourbon, prince de Condé, commence sa carrière d’Amazone le 18 janvier 1650, c’est-à-dire le jour de l’arrestation par la cour de ses frères les princes de Condé et de Conti et de son époux le duc de Longueville12. Ce même 18 janvier, la jeune femme âgée de trente et un ans, reçoit un ordre de la reine lui demandant de se rendre au palais Royal, très probablement dans l’objectif de l’arrêter à son tour. Mais Mme de Longueville n’obéit pas et se réfugie chez son amie Anne de Gonzague dans une petite maison du faubourg Saint-Germain, où elle est rejointe par son amant, le prince de Marcillac, futur duc de La Rochefoucauld. Ensemble ils décident de partir le soir même à destination de la Normandie, dans l’espoir de soulever la province dont le mari de la duchesse était gouverneur13. Mais, une fois arrivée sur place, il s’avère que l’accueil des habitants de Rouen n’est pas aussi favorable que la fugitive l’avait espéré. La cour a suivi Mme de Longueville en Normandie et elle a obtenu, assez facilement, la soumission du parlement local. Devant les progrès des troupes royales, la duchesse doit donc se résoudre à choisir un autre point d’ancrage pour sa révolte14. C’est pourquoi elle fait route vers Dieppe. Mais, la cour reste lancée à sa poursuite et une fois Rouen soumise, les troupes royales viennent se poster aux abords de Dieppe. Très vite, les habitants paraissent prêts à se rendre et à chasser la duchesse. C’est donc pour éviter d’être livrée que Mme de Longueville envisage une troisième évasion par la mer, à bord d’un petit vaisseau qu’elle fait tenir prêt à appareiller au large.

  • 15 Lebigre A., op. cit., p. 171-177 ; Logié P., art. cit., p. 116-122.
  • 16 Ibid., p. 124.

10Dans la nuit du 8 au 9 février 1650, la duchesse s’échappe par une porte dérobée pour gagner la côte mais, cette nuit-là, la mer est tempétueuse et ne permet pas de s’embarquer. Mme de Longueville monte donc à cheval et poursuit sa fuite par voie de terre15. Il semble qu’elle se réfugie d’abord dans un presbytère, avant d’être accueillie successivement par plusieurs seigneurs du pays de Caux, jusqu’à la nuit du 19 février 1650 au cours de laquelle elle embarque finalement dans un petit port en se faisant passer pour un gentilhomme qui s’est battu en duel. Elle fait d’abord étape à Rotterdam puis elle poursuit sa route jusqu’à Namur, Maastricht et enfin Stenay, dans les Ardennes, où elle fait une entrée triomphale le 28 février 165016. Elle y retrouve le maréchal de Turenne qui s’est retranché dans cette place dès après l’arrestation des Princes pour y organiser la résistance armée.

  • 17 Montglat, Mémoires, in Nouvelle collection des Mémoires relatifs à l’histoire de France, éd. Micha (...)

11Du 18 janvier au 28 février la duchesse de Longueville effectue donc un parcours extrêmement périlleux : elle ne parvient pas à soulever la Normandie mais elle échappe aux armées royales en faisant preuve d’un très grand courage. Le mémorialiste Monglat, fidèle à la cour, souligne l’audace de sa posture en précisant qu’elle « sortit la nuit à cheval, jambe de ça et jambe de là, [...] courant jour et nuit17 ». Les archives des affaires étrangères conservent aussi un rapport anonyme destiné à Mazarin qui souligne sa fermeté de caractère face aux éléments déchaînés dans la nuit du 8 au 9 février :

  • 18 « Mémoire touchant madame de Longueville », avant le 28 février, Archives des Affaires Étrangères, (...)

« La dame s’est embarquée à la rade du Havre où l’attendaient deux vaisseaux de Hollande ; [...], le vaisseau dans lequel elle fut portée fut dans une si grande agitation, qu’à peine la put-on guider [...]. Elle regarda le péril avec un visage très assuré, et témoigna une constance incroyable18. »

12Ainsi, tout au long de cette fuite, Mme de Longueville se comporte en héroïne active et déterminée. Par sa position à cheval, par le choix du déguisement masculin, elle bouscule les conventions sociales relatives à la différence des sexes. Alors que les hommes de sa famille sont emprisonnés et donc empêchés d’agir, réduits à une passivité qui est habituellement associée au genre féminin, elle est l’homme nouveau et providentiel qui surgit des décombres de sa maison pour en défendre l’honneur et les prérogatives.

  • 19 Le récit de cette expédition figure dans les Mémoires du temps, en particulier dans ceux de la Gra (...)

13Il est frappant de constater que la trajectoire de la duchesse de Montpensier deux ans plus tard est rigoureusement identique. Au printemps 1652, Condé, qui s’est d’abord réfugié dans le Sud Ouest, fait route vers Paris, poursuivi par la cour qui tente de le prendre de vitesse et de lui couper la route vers la capitale. Gaston d’Orléans, qui a fait alliance avec lui, est alors sollicité de se rendre dans son apanage pour disposer la ville à recevoir Condé plutôt que les troupes royales lancées à sa poursuite. Mais, conformément à son habitude, Gaston tergiverse. Il ne se résout pas facilement à porter un coup si dur à son royal neveu. Et c’est donc pour remplacer ce père timide et défaillant qu’Anne-Marie d’Orléans, la Grande Mademoiselle, à peine âgée de vingt-cinq ans, se rend elle-même à Orléans accompagnée d’une escorte armée pour s’emparer de la ville au nom de son père. Après avoir parcouru les premières lieues en carrosse, elle monte à cheval et, comme les habitants de la ville ne sont pas très enthousiastes à l’idée de la recevoir, elle soudoie des bateliers qui naviguent sur la Loire pour qu’ils enfoncent une vieille poterne par laquelle elle s’introduit sans l’autorisation des échevins ni du gouverneur placés devant le fait accompli19. Dans ce deuxième cas aussi, la défaillance des représentants masculins d’une grande maison conduit une jeune femme sans expérience militaire à se métamorphoser en héroïne.

  • 20 Ibid., t. II, p. 99 sq.

14Le scénario est assez similaire, le 2 juillet 1652, au cours de la fameuse bataille du faubourg Saint-Antoine, puisque c’est après avoir essuyé plusieurs refus de son père que la Grande Mademoiselle ordonne elle-même d’ouvrir les portes de Paris à Condé et fait tirer le canon de la Bastille sur les armées royales qui le pourchassent. Ce jour-là il est évident que la Grande Mademoiselle sauve les armées du Prince d’un désastre militaire20.

15C’est en héroïne encore que se présente la dernière et la plus jeune des Amazones de la Fronde, Claire-Clémence de Maillé-Brézé, épouse du prince de Condé. Après l’emprisonnement de son mari en janvier 1650, cette nièce du cardinal de Richelieu, à peine âgée de vingt-deux ans, prend elle aussi le chemin de la guerre quoiqu’avec moins de détermination que les deux précédentes. Dans un premier temps, Claire-Clémence et son jeune fils Henri-Jules sont simplement choisis comme étendards par Pierre Lénet, l’un des piliers du parti condéen, pour animer la résistance bordelaise que dirigent militairement les ducs de Bouillon et de La Rochefoucauld.

  • 21 Sur l’ensemble de cet épisode, voir mon article « The princesse de Condé at the head of the Fronde (...)

16Pourtant, dans l’urgence de la situation, la nécessité d’incarner le nom de Condé, de le rendre visible et glorieux à la population et aux autorités locales, conduit la princesse à s’exposer personnellement. Ainsi, dès le soir de son arrivée, le 31 mai 1650, elle se présente au balcon de sa résidence pour recevoir les applaudissements et les fleurs de la foule. Dès le lendemain et à plusieurs reprises du 1er juin au 1er octobre, elle vient présenter en personne toute une série de requêtes devant le parlement pour réclamer la libération de son mari et de ses beaux-frères21. Pierre Lénet, qui a consigné dans ses Mémoires l’histoire de cette guerre de Bordeaux, montre comment la jeune femme initialement gauche et timide s’affranchit peu à peu de ses complexes pour devenir une sorte de pasionaria de la Fronde bordelaise, d’un charisme tout à fait inattendu. Le 12 juillet, par exemple, la population de Bordeaux, échauffée contre les membres du parlement, qu’elle juge trop timorés dans leur soutien au parti de Condé, se rassemble sur les marches du palais et menace d’en tuer les occupants. Alors que rien ne semble pouvoir calmer la foule, Claire-Clémence se rend elle-même sur les lieux, sans escorte, et elle fait évacuer les insurgés au moyen d’un simple : « Qui m’aimera me suive ! » Lénet commente :

  • 22 Lénet P., Mémoires, in Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France, éd. par Petitot C. (...)

« Défendant de tirer de part et d’autre, elle se mit en marche. Chacun la suivit lui donnant mille bénédictions par les rues jusqu’à son logis. Elle fit ainsi cesser le désordre sans qu’il y eût deux hommes de tués. [...] Si la Princesse n’eût pris ce parti, on ne pouvait manquer de voir périr beaucoup de monde22. »

  • 23 Lettre d’un correspondant anonyme à Mazarin, du 26 décembre 1652, Archives des Affaires Étrangères (...)

17Cette conduite est à nouveau le résultat d’une métamorphose. De celle dont la cour n’avait guère pensé à se prémunir au moment de l’arrestation des princes, de celle qu’on estimait aussi inoffensive qu’un « oison », c’est-à-dire un petit poussin, la Fronde a fait une héroïne courageuse et déterminée, sinon une femme nouvelle, du moins une nouvelle femme23.

Images et discours : des princesses révoltées au service de l’ordre ancien

18Cependant, pour ces Amazones nouvelles, il faut impérativement justifier une conduite aussi peu compatible avec les normes patriarcales de la société française d’Ancien Régime. C’est alors qu’intervient un argumentaire de la restauration morale très caractéristique du discours traditionnel de la noblesse révoltée.

  • 24 Apologie pour messieurs les princes, envoyée par madame de Longueville à messieurs du parlement de (...)
  • 25 Jouanna A., Le devoir de révolte : la noblesse française et la gestation de l’État moderne 1559-16 (...)

19La duchesse de Longueville, une fois retranchée dans les Ardennes, ne cesse pas ses agissements subversifs, mais elle les réoriente vers la rédaction et la publication d’une série de textes destinés à défendre sa position politique et ses alliances, en particulier le traité qu’elle conclut au mois d’avril avec l’Archiduc des Pays-Bas espagnols Léopold-Guillaume, bientôt ratifié par Philippe IV en personne. Le premier de ces libelles, paru à Rotterdam dès le 28 février, est une Lettre ouverte au Roi. Viennent ensuite l’Apologie pour Messieurs les Princes, le Manifeste de madame la duchesse de Longueville et enfin les Motifs du traité de madame de Longueville et de monsieur de Turenne avec le roi catholique24. L’objectif est de persuader le lectorat de l’oppression injuste que Mazarin fait subir à la maison de Condé, à la noblesse de France et à l’État tout entier. De façon très classique, Mme de Longueville s’appuie sur l’idée d’un droit des princes à conseiller le monarque, particulièrement pendant les périodes de faiblesse du pouvoir royal telles que les régences. Conti, Condé et Longueville sont présentés comme les fidèles soutiens d’un jeune roi aveuglé par les mauvais conseils de son ministre. Dans l’Apologie, la duchesse approfondit sa démarche en reprenant les accusations portées contre les Princes par la cour et en les démontant une à une au moyen d’exemples très précis. Le Manifeste, surtout, ne serait-ce que par son titre, identifie Mme de Longueville à la figure du grand seigneur révolté. Gaston d’Orléans en 1631 et surtout le comte de Soissons en 1641 avaient choisi de rassembler leurs revendications contre Richelieu dans des lettres ouvertes de la même nature. La duchesse de Longueville souhaite donc s’inscrire dans la tradition récemment revivifiée par ces illustres prédécesseurs masculins. Plus précisément, son réquisitoire contre le premier ministre, accusé de gouverner de façon tyrannique et de rechercher sa fortune personnelle au détriment des intérêts de l’État, est fortement imprégné de la rhétorique du Bien Public et du devoir de révolte identifiés par Arlette Jouanna25. En associant le sort des princes prisonniers à celui de l’État tout entier, soudainement menacé de ruine, Mme de Longueville se donne la même stature héroïque que les princes révoltés des décennies précédentes et se pose en gardienne d’un ordre social et moral dont Mazarin est présenté comme le fossoyeur.

  • 26 Manifeste de Mme la duchesse de Longueville, op. cit., p. 1 sq.

« Puisque la paix de la France, la liberté des princes, le maintien de l’autorité, [...] le soulagement des peuples, la conservation du royaume et le repos de la Chrétienté, à quoi le cardinal Mazarin s’oppose, et qui ne peuvent désormais s’obtenir que par les armes, m’ont obligée à les prendre, puisque j’ai été portée par le conseil des gens de bien de repousser avec force la violence de la tyrannie de ce ministre et qu’on a cru nécessaire d’arrêter le cours de ses noires perfidies par la bonne foi d’un traité, qui se propose pour sa fin des biens si grands et si souhaitables [...], je serais fort aise de rendre compte au public de la conduite que j’ai tenue pour y arriver26. »

20En un sens, on peut considérer qu’il n’y a rien là de bien nouveau : la conduite de la duchesse et ses choix rhétoriques sont tout à fait classiques. Mais le fait que ce discours soit porté par une femme est, en revanche, beaucoup plus inattendu et doit être justifié. Or c’est précisément dans ce discours de justification qu’émerge la figure de l’héroïne comme homme nouveau ou nouvel homme venu restaurer un ordre social et moral que les individus de sexe masculin ne semblent plus capables de garantir.

  • 27 La dernière ressource de la France tyrannisée par le cardinal Mazarin, s. l., 1650, p. 3.

21Dans ses textes, Anne-Geneviève de Bourbon commence par rappeler la faiblesse « naturelle » qui interdit habituellement aux femmes de prendre les armes. Mais, comme cette faiblesse supposée a pour corollaire l’immunité dont les femmes sont censées bénéficier en cas d’affrontement et la protection que leur accordent les membres masculins de leur famille, il lui suffit d’évoquer l’emprisonnement de ses frères et d’énumérer les persécutions dont elle estime avoir été victime, pour justifier son combat contre Mazarin en tant que femme27. Dans l’Apologie pour messieurs les princes, la duchesse de Longueville rappelle qu’elle a été obligée de prendre les armes :

  • 28 Apologie pour messieurs les princes..., op. cit., p. 3.

« Je serais indigne de ma naissance, du nom que je porte et de la qualité de sœur et de femme, si sachant combien est grande l’innocence de messieurs mes frères et de monsieur mon mari, je n’employais à les défendre la liberté de parler, qui est la seule chose qui me reste28. »

  • 29 Manifeste de madame la duchesse de Longueville..., op. cit., p. 8 et Motifs du traité de madame de (...)
  • 30 Voir à ce sujet Riot-Sarcey M. et Varikas E., « Réflexions sur la notion d’exceptionnalité », in P (...)

22Il y a donc à la fois une notion de devoir moral et, dans le même temps, l’idée que sa naissance lui donne une responsabilité dans la lutte contre la tyrannie des mauvais ministres, quel que soit son sexe. Comme si, dans une situation d’urgence telle que celle de l’année 1650, sa position dans l’édifice social était capable d’abolir l’effet débilitant du sexe féminin. Effectivement, une fois la précaution oratoire expédiée, Mme de Longueville n’hésite pas à passer du « nous » au « je », du clan décapité auquel elle appartient à la direction provisoire qu’elle en assure. Dans son Manifeste, elle écrit : « Notre perte était inévitable si je ne m’y opposais » ; dans les Motifs du traité elle rappelle : « J’étais une des principales personnes à qui il restait des moyens de mettre une fin à tant de malheurs29. » C’est ainsi que la duchesse de Longueville s’érige en personnalité politique et pour ainsi dire en homme honoris causa30.

23Dans cette perspective, la présence d’une femme au sommet de l’État, en l’occurrence la régente Anne d’Autriche, apparaît à la fois comme un modèle et une caution. L’usage qui conduit à accorder l’autorité royale à celles qui sont à la fois veuves du feu souverain et mères du jeune roi mineur est évidemment de nature à valider le même type de transfert de pouvoir au sein des grandes maisons aristocratiques. C’est pourquoi l’argument maternel est particulièrement mobilisé dans les textes adressés à la reine par l’épouse du prince de Condé. Il est aussi illustré par l’attitude de la princesse le 1er juin 1650, lorsqu’elle se rend au parlement de Bordeaux en compagnie de son jeune fils pour y présenter une requête en faveur de la libération de son mari. Pierre Lénet, en retranscrit le contenu dans ses Mémoires :

  • 31 Lénet P., Mémoires, op. cit., t. LIII, p. 291.

« Je viens, Messieurs, demander justice au roi en vos personnes contre la violence du cardinal Mazarin et remettre ma personne et celle de mon fils entre vos mains : j’espère que vous lui servirez de père [...]. Il est le seul de la maison qui soit en liberté : il n’est âgé que de sept ans ; Monsieur son père est dans les fers31. »

  • 32 Requête de madame la princesse de Condé présentée à la cour de parlement de Bordeaux, 1650, p. 6.

24La princesse se présente elle-même non seulement comme une médiatrice, mais aussi comme une sauveuse et une protectrice, qui a eu le courage de « hasarder sa vie dans les fatigues d’un long et pénible voyage pour conserver celle de monsieur son fils32 ». L’argument qui consiste à présenter l’épouse et la mère comme un dernier rempart avant le règne de la tyrannie doit donc permettre d’effacer l’atteinte aux usages que constitue l’entrée d’une femme dans le prétoire.

25Ainsi, la situation de chaos consécutive à l’emprisonnement des princes présentée comme la manifestation d’une dérive tyrannique conduit les Frondeuses, ou du moins certaines d’entre elles, à assumer des rôles masculins et à le revendiquer en se présentant dans la position éminemment valorisante de gardiennes de l’ordre et de la justice. Alors que les recours traditionnels masculins se sont révélés inefficaces ou insuffisants, elles se présentent comme des femmes nouvelles, que la situation d’urgence rend exceptionnellement capables d’assumer des rôles masculins. En ce sens elles sont ou veulent être surtout des femmes providentielles au sens le plus fort et le plus mystique de ce terme.

Les Frondeuses : des femmes providentielles ?

  • 33 Cardin Le Bret, De la Souveraineté du Roi, in Œuvres, Paris, 1642, p. 16.

26Dès avant la Fronde, la nécessité de valoriser le pouvoir féminin de la régente conduit un certain nombre de théoriciens du pouvoir et de moralistes à envisager l’hypothèse d’un salut par les femmes. À partir de 1643, Anne d’Autriche doit être la première de ces femmes nouvelles, exceptionnellement capables de gouverner avec sagesse et vertu. C’est une assertion assez paradoxale car cette notion de vertu est placée dans le prolongement direct de la virtù antique : c’est une force morale et physique qui est étymologiquement le propre de l’homme33.

  • 34 Le Moyne P., La Galerie des femmes fortes, Paris, Antoine de Sommaville, 1647.

27Il ne s’agit pas alors d’établir une nouvelle règle, mais de lui trouver des exceptions et c’est ce à quoi s’applique un moraliste comme le P. Le Moyne, jésuite habitué de la société mondaine, qui fait paraître en 1647 une Galerie des Femmes Fortes34. La régente, qui en est la dédicataire, est représentée sur le frontispice au milieu d’une galerie ponctuée de niches contenant les statues des femmes présentées dans l’ouvrage. Chacune d’entre elles, Yaël, Zénobie, Sémiramis, l’infante des Pays-Bas Isabelle-Claire-Eugénie, etc. est associée à une question morale. Or, certaines de ces questions semblent particulièrement éclairantes pour comprendre les initiatives frondeuses des princesses et la façon dont elles ont pu concevoir leur rôle d’hommes nouveaux ou de nouveaux hommes. Après l’évocation de Judith, par exemple, vient le chapitre « Du choix que Dieu a fait des femmes pour le salut des États réduits à l’extrémité » :

  • 35 Ibid., p. 11.

« Les États ne se gouvernent pas avec la barbe ni par l’austérité du visage. Ils se gouvernent par la force de l’esprit et avec la vigueur et l’adresse de la raison : et l’esprit peut bien être aussi fort et la raison aussi vigoureuse et aussi adroite dans la tête d’une femme que dans celle d’un homme. [...] Le gouvernail se manie autrement que la rame et il faut bien d’autres forces et d’autres mains pour le sceptre que pour la cognée. Les femmes peuvent non moins que les hommes avoir ces mains et ces forces : la prudence et la magnanimité, qui sont les deux principaux instruments de la politique, sont de l’un et l’autre sexe35. »

  • 36 Gilbert G., Panégyrique des dames, Paris, Augustin Courbé, 1650.
  • 37 Garapon J., La culture d’une princesse. Écriture et autoportrait dans l’œuvre de la Grande Mademoi (...)

28Plus proche encore du cercle des futures Frondeuses, un dénommé Gabriel Gilbert fait paraître en 1650 un Panégyriques des Dames, dédié à Mlle de Montpensier36, qui postule l’existence d’un merveilleux de l’héroïsme féminin surgissant à intervalles réguliers dans les situations les plus désespérées : c’est l’histoire d’Esther, de Judith mais aussi celle de Jeanne d’Arc37. De toute évidence, c’est en s’inspirant de ce type d’ouvrages que les Amazones de la Fronde construisent leur personnage de femmes nouvelles, à la fois neuves, voire néophytes, dans l’art de la guerre mais aussi, de ce fait, inattendues, et capables de prouesses insoupçonnées.

29Effectivement, dans ses Mémoires, Mlle de Montpensier avoue sans détour son incompétence. Elle confie sa gêne lorsqu’il faut tenir devant les échevins d’Orléans un discours politique susceptible de les persuader de soutenir la Fronde :

  • 38 Montpensier Mlle de, Mémoires, op. cit., t. II, p. 3-4.

« Comme je fus à l’Hôtel de Ville, assise dans une grande chaise, et que je vis un profond silence pour m’écouter, j’avoue que je fus dans le dernier embarras, moi qui n’avais jamais parlé en public et qui étais fort ignorante38. »

  • 39 Ibid.

30Le sentiment de la nouveauté, celui d’un décalage entre sa culture mondaine et celle de ses interlocuteurs est très fortement ressenti par la princesse. Mais, paradoxalement, cette incompétence n’est pas présentée comme un handicap disqualifiant, puisque la princesse ajoute immédiatement que, malgré son hésitation initiale, « la nécessité et les ordres de Monsieur [lui] donnèrent de l’assurance et les moyens de [s]e bien expliquer39 ». En réalité, son ignorance apparaît plutôt comme la garantie d’une sorte de pureté qui la rend perméable aux intentions de la divine Providence. Dans ses Mémoires, Mademoiselle suggère elle-même cette hypothèse lorsqu’elle raconte que le jour de son départ pour Orléans

« le marquis de Vilaine, homme d’esprit et de savoir, qui passe pour un des habiles astrologues de ce temps, [la] tira à part dans le cabinet de Madame, et [lui] dit : “Tout ce que vous entreprendrez, le mercredi 27 de mars, depuis midi, jusqu’au vendredi, réussira ; et même, dans ce temps, vous ferez des choses extraordinaires.” »

  • 40 Ibid., t. I, p. 359.

31Mademoiselle ajoute qu’elle avait « écrit cette prédiction sur [s] on agenda, pour observer ce qui en arriverait40 ». Évidemment si l’on tient compte à la fois de cette dimension mystique et du choix de la ville Orléans, l’image de Jeanne d’Arc se présente immédiatement à l’esprit du lecteur comme elle a très probablement envahi celui de la princesse elle-même, non seulement au moment de l’écriture, mais peut-être aussi au moment de l’action.

  • 41 Le Manifeste de la ville d’Orléans, présenté à Son Altesse Royale, où il est montré que, pour avoir (...)
  • 42 Harangue faite à Mademoiselle par messieurs d’Orléans à son arrivée, en présence de messieurs les d (...)

32La comparaison est parfaitement explicite, en revanche, dans les mazarinades, ces textes de propagande, destinés à valoriser l’expédition orléanaise de la Grande Mademoiselle, et plus généralement son implication dans la Fronde. Le Manifeste de la ville d’Orléans, paru immédiatement après les événements du printemps 1652, rapporte que les habitants d’Orléans « ont été secourus des généreux sentiments de Mlle de Bourbon, de la même façon qu’ils furent autrefois secondés de la valeur de la Pucelle Jeanne dans la chasse qu’ils donnèrent aux Anglais41 ». La harangue imaginaire faite à Mademoiselle par messieurs d’Orléans annonce : « Nous ne craignons plus les alarmes ni les assauts, tant furieux puissent-ils être, puisque nous avons une seconde Pucelle pour notre défense42. »

33Mademoiselle suggère à nouveau l’hypothèse d’une élection divine dans son récit de la bataille du faubourg Saint-Antoine :

  • 43 Montpensier Mlle de, Mémoires, op. cit., t. II, p. 102.

« je ne comprends pas comment je pus faire tout ce que je fis dans cette agitation ; mais ce fut un des effets du miracle que Dieu fit pour nous ce jour-là : car, à moins d’un coup du ciel, les choses ne se fussent point passées comme elles firent43. »

  • 44 La Rochefoucauld, Mémoires, La Table ronde, Paris, 1993, p. 286.
  • 45 Mme de Motteville, Mémoires, in Nouvelle collection des Mémoires relatifs à l’histoire de France, (...)
  • 46 Montglat, Mémoires, op. cit., p. 351 et Lénet P., Mémoires, « Troisième partie », in Nouvelle coll (...)

34Il s’agirait donc d’une sorte de fulgurance chez un personnage que rien ne semble prédisposer à l’action militaire et dont l’entreprise réussit précisément parce qu’elle est une femme neuve, vierge de tous les calculs, de tous les arrangements, de toutes les compromissions qui ont rendu son père impropre à remplir une mission héroïque. De fait, c’est ainsi que les contemporains jugent la situation, le 2 juillet 1652. D’après la Rochefoucauld, Mademoiselle tire son père d’une grande « léthargie44 ». Mme de Motteville écrit qu’elle dut le « réveiller, en lui représentant fortement son devoir et l’obligation où l’honneur et le sang l’engageaient envers celui qui hasardait sa vie et celle de ses amis pour la cause commune [Condé]45 ». Montglat, pourtant proche du parti royal, souligne que la jeune femme « était d’une humeur plus martiale que son père et plus zélée pour le parti », tandis que Lénet, dans la troisième partie de ses Mémoires, constate simplement que le 4 juillet, « Son Altesse agit avec une vigueur sans pareille et plût à Dieu que Monsieur son père en eût fait autant qu’elle46 ».

35C’est précisément ce contraste entre une guerrière inexpérimentée, mais noble et généreuse, et son père, incapable de se hisser à la hauteur des événements, que peint Antoine Bourguignon en 1672.

Ill. 1. – Antoine Bourguignon, Mademoiselle en Minerve tenant un portrait de son père, 1672, huile sur toile, 175 × 168 cm, Musée de Versailles.

  • 47 Voir à ce sujet les analyses de Bardon F., « Fonctionnement d’un portrait mythologique : la Grande (...)

36Mademoiselle est ici figurée en Minerve. Dans sa main droite, le drapeau bleu semé de fleurs de lys, rappelle qu’elle a combattu avant tout pour les intérêts de sa maison et ceux de la famille royale afin d’honorer son devoir de révolte. De l’autre côté, le cadre ovale contenant un portrait en buste de son père désigne le duc d’Orléans comme la source essentielle de son autorité : cela revient à la dédouaner de toute accusation d’usurpation, mais c’est aussi une façon de suggérer la défaillance masculine, qui rend à la fois possible et nécessaire l’avènement des femmes nouvelles que sont les Frondeuses47.

37La rhétorique de ce tableau semble précisément faire écho à un dialogue entre Mademoiselle et Gaston retranscrit par la princesse dans ses Mémoires. La Fronde est finie, le roi est vainqueur, les vaincus savent qu’ils risquent de devoir quitter Paris avant le retour du monarque et la jeune princesse s’enquiert auprès de son père de savoir si elle sera comprise dans l’ordre d’exil :

  • 48 Montpensier Mlle de, Mémoires, op. cit., t. II, p. 196-197.

« Il me dit [...] que je m’étais si mal gouvernée avec la cour, qu’il déclarait qu’il ne se mêlerait point de ce qui me regardait, puisque je n’avais point cru ses conseils. Je pris la liberté de lui dire : “Quand j’ai été à Orléans, ç’a été par votre ordre ; [...] – Et l’affaire de Saint-Antoine, me dit-il, ne croyez-vous pas qu’elle vous a bien nui à la cour ? Vous avez été si aise de faire l’héroïne et que l’on vous ait dit que vous l’étiez de notre parti, que vous l’aviez sauvé deux fois, que, quoi qu’il vous arrive, vous vous en consolerez quand vous vous souviendrez de toutes les louanges que l’on vous a données.”
J’étais dans un grand étonnement de le voir en telle humeur. Je lui repartis : “Je ne crois pas vous avoir plus mal servi à la porte Saint-Antoine qu’à Orléans. J’ai fait l’une et l’autre de ces deux choses si reprochables par votre ordre ; et, si c’était à recommencer, je le ferais, puisque c’était de mon devoir de vous obéir et de vous servir. Si vous êtes malheureux, il est juste que j’aie ma part à votre mauvaise fortune ; [...] C’est pourquoi, il vaut mieux, à ma fantaisie, avoir fait ce que j’ai fait, que de pâtir pour rien. Je ne sais ce que c’est que d’être héroïne : je suis d’une naissance à ne jamais rien faire que de grandeur et de hauteur en tout ce que je me mêlerai [de faire], et l’on appellera cela comme l’on voudra ; pour moi, j’appelle cela suivre mon inclination et suivre mon chemin ; je suis née à n’en pas prendre d’autre”48. »

38Ce passage est particulièrement intéressant car il révèle la véritable philosophie d’action de Mademoiselle et de bien des Frondeuses. Elle repose à la fois sur un sens aigu du devoir, de la fidélité et même de l’obéissance aux intérêts familiaux assimilés à ceux de l’État, mais elle revendique dans le même temps un prestige personnel né de la mise en œuvre de ces hautes valeurs morales à une époque où elles paraissent menacées de toutes parts.

*

39Ainsi, les Amazones de la Fronde apparaissent à la fois comme des femmes de conviction et comme des femmes de circonstance. Seuls les troubles de la Fronde ont rendu possible leur incursion sur le théâtre de la guerre. Tandis que les médiatrices poursuivent au moins jusqu’en 1659, voire au-delà, leurs missions de diplomatie occulte, les guerrières se trouvent disqualifiées dès 1652. Elles doivent alors reconnaître leur défaite, non seulement celle du parti qu’elles représentaient, mais aussi celle de leur démarche héroïque au féminin.

40De fait, pour l’aristocratie tout entière, la période de la Fronde correspond à un chant du cygne de ce vieux devoir de révolte tant revendiqué. La noblesse conserve toute sa place dans la nouvelle monarchie absolue du temps de Louis XIV, elle devient même plus puissante que jamais, mais elle n’a d’autre choix que de se ranger aux côtés du roi. Il n’y a plus de place pour la rébellion. Les femmes en auront été les dernières et les plus farouches combattantes.

41En cela, les Frondeuses furent aussi des femmes de conviction et l’on ne s’étonne pas que la duchesse de Longueville soit parmi les derniers à baisser les armes à Bordeaux en juillet 1653. Alors, elle doit quitter les habits de l’homme nouveau pour reprendre ceux de la femme et de l’épouse. En 1654, après une retraite de quelques mois dans un couvent, elle part retrouver son vieux mari en Normandie. Claire-Clémence de Maillé-Brézé suit le sien sur les routes de l’exil aux Pays-Bas et Mlle de Montpensier se retire dans son château de Saint-Fargeau.

42Mais des cendres de la guerrière, naît bientôt une écrivaine. Alors, la rédaction des Mémoires devient pour la princesse un nouveau moyen de faire entendre sa différence, de ressusciter les heures de gloire et de continuer à revendiquer par la création littéraire la stature d’une femme d’exception.

Notes

1 Voltaire, Le Siècle de Louis XIV, Paris, Garnier-Flammarion, 1966, t. I, p. 84.

2 Cocula A.-M., « Regard sur une décadence : la Fronde vue par Voltaire ». Décadences et Décadence, Actes du colloque tenu à Bordeaux en 1979, Bordeaux, 1979, p. 65-77.

3 Michelet J., Œuvres complètes, t. IX : Richelieu et la Fronde, Paris, Flammarion, 1982, cité par Paul Viallaneix dans son introduction, p. 23 ; Lavisse E., Histoire de la France, t. VII : Louis XIV. La Fronde. Le Roi. Colbert (1643-1685), Paris, Hachette, 1905, p. 44.

4 Richet D., La France moderne. L’esprit des institutions, Paris, Flammarion, 1973, p. 112-114 ; Jouhaud C., Mazarinades : la Fronde des mots, Paris, Aubier, 1985 [réed. 2009], p. 7. Pour une mise au point plus récente sur les événements de la Fronde voir Ranum O., La Fronde, Paris, Seuil, 1995 ou Pernot M., La Fronde, Paris, De Fallois, 1994.

5 Anne de Gonzague, fille de Charles Ier de Gonzague, duc de Mantoue, et de Catherine de Lorraine, est née en 1616. Elle épouse en 1645 le prince palatin du Rhin Édouard de Bavière. Elle est une proche du prince de Condé dont elle sert les intérêts de 1650 à 1651.

6 Marie de Rohan, duchesse de Chevreuse, née en 1600, est issue de la lignée bretonne des Rohan-Montbazon mais son mariage avec le duc Claude de Chevreuse la fait entrer dans la maison de Lorraine. Elle œuvre successivement pour les intérêts des membres de la vieille Fronde puis pour ceux de la cour.

7 Élisabeth-Angélique de Montmorency-Bouteville, duchesse de Châtillon, est née en 1627. Elle est apparentée à la mère du prince de Condé et c’est donc pour servir les intérêts de son prestigieux cousin qu’elle entre dans la Fronde à partir de 1650.

8 Voir l’ouvrage tiré de ma thèse Les Frondeuses. Une révolte au féminin (1643-1661), Seyssel, Champ Vallon, 2013, chapitre IV : « Intrigantes et médiatrices », p. 190 sq.

9 Sur ce sujet voir Béguin K., « Changements de partis et opportunisme durant la Fronde (1648-1653), La mort de la politique ancienne ? », Politix, 2001, vol. 14, no 56, p. 43-52.

10 Les princesses de la Ligue ont joué un rôle comparable. Voir Le Roux N., « Les “armes de mon sexe”. Solidarités nobiliaires et engagement féminin au temps des guerres de Religion », in Nivet P. et Trévisi M. (dir.), Les femmes et la guerre de l’Antiquité à 1918, Paris, Economica, 2010, p. 185-202 et, du même auteur, « “Justice, justice, justice, au nom de Jésus-Christ.” Les princesses de la Ligue, le devoir de vengeance et l’honneur de la maison de Guise », in Dubois-Nayt A. et Santinelli-Foltz E. (dir.), Femmes de pouvoir et pouvoir des femmes dans l’Occident médiéval et moderne, Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, 2009, p. 439-458.

11 Charlotte-Marguerite de Montmorency, princesse douairière de Condé.

12 Sur la position du clan Condé pendant la Fronde et ses rapports fluctuants à l’État royal tout au long du XVIIe siècle, voir le livre de Béguin K., Les Princes de Condé, rebelles, courtisans et mécènes dans la France du Grand Siècle, Seyssel, Champ Vallon, 1999.

13 Lebigre A., La duchesse de Longueville, Paris, Perrin, 2004, p. 167.

14 Ibid., p. 169-171 ; Logié P., « Un épisode de la Fronde en Normandie. La duchesse de Longueville contre le roi », Cahiers Léopold Delisle, t. I, fasc. 2, 1947, p. 97-103.

15 Lebigre A., op. cit., p. 171-177 ; Logié P., art. cit., p. 116-122.

16 Ibid., p. 124.

17 Montglat, Mémoires, in Nouvelle collection des Mémoires relatifs à l’histoire de France, éd. Michaud J.-F. et Poujoulat J.-J.-F., Paris, Féchoz et Letouzey, 1881, t. XXIX, p. 219. Nous soulignons.

18 « Mémoire touchant madame de Longueville », avant le 28 février, Archives des Affaires Étrangères, Mémoires et Documents, France, 870, fol. 171. Nous soulignons.

19 Le récit de cette expédition figure dans les Mémoires du temps, en particulier dans ceux de la Grande Mademoiselle elle-même, éd. Chéruel, Paris, Charpentier, 1858-59, t. I, p. 349 sq.

20 Ibid., t. II, p. 99 sq.

21 Sur l’ensemble de cet épisode, voir mon article « The princesse de Condé at the head of the Fronde des Princes : modern Amazon or femme prétexte ? », French History, vol. 22, no 4, décembre 2008, p. 406-424.

22 Lénet P., Mémoires, in Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France, éd. par Petitot C. B. et Monmerqué L. J. N., Paris, Foucault, 1826, t. LIII, p. 318.

23 Lettre d’un correspondant anonyme à Mazarin, du 26 décembre 1652, Archives des Affaires Étrangères, Mémoires et Documents, France, 888, fol. 397.

24 Apologie pour messieurs les princes, envoyée par madame de Longueville à messieurs du parlement de Paris, s. l., 1650 ; Lettre de madame de la duchesse de Longueville au roi, Rotterdam, 1650 ; Manifeste de madame la duchesse de Longueville, Bruxelles, Jean Rosch, 1650 ; Motifs du traité de madame de Longueville et de monsieur de Turenne avec le roi catholique, revus et corrigés. Jouxte la copie imprimée à la Haye, 1650. Voir l’article de Aronson N., « Madame pamphlétaire », Cahiers de l’association internationale des études françaises, no 36, 1984, p. 139-153.

25 Jouanna A., Le devoir de révolte : la noblesse française et la gestation de l’État moderne 1559-1661, Paris, Fayard, 1989.

26 Manifeste de Mme la duchesse de Longueville, op. cit., p. 1 sq.

27 La dernière ressource de la France tyrannisée par le cardinal Mazarin, s. l., 1650, p. 3.

28 Apologie pour messieurs les princes..., op. cit., p. 3.

29 Manifeste de madame la duchesse de Longueville..., op. cit., p. 8 et Motifs du traité de madame de Longueville et de monsieur de Turenne..., op. cit., p. 11.

30 Voir à ce sujet Riot-Sarcey M. et Varikas E., « Réflexions sur la notion d’exceptionnalité », in Planté C., Riot-Sarcey M. et Varikas E. (dir.), Le Genre de l’histoire, Cahiers du GRIF, no 37-38, Paris, Tierce, 1988, p. 83.

31 Lénet P., Mémoires, op. cit., t. LIII, p. 291.

32 Requête de madame la princesse de Condé présentée à la cour de parlement de Bordeaux, 1650, p. 6.

33 Cardin Le Bret, De la Souveraineté du Roi, in Œuvres, Paris, 1642, p. 16.

34 Le Moyne P., La Galerie des femmes fortes, Paris, Antoine de Sommaville, 1647.

35 Ibid., p. 11.

36 Gilbert G., Panégyrique des dames, Paris, Augustin Courbé, 1650.

37 Garapon J., La culture d’une princesse. Écriture et autoportrait dans l’œuvre de la Grande Mademoiselle (1627-1693), Paris, Champion, 2003, p. 87.

38 Montpensier Mlle de, Mémoires, op. cit., t. II, p. 3-4.

39 Ibid.

40 Ibid., t. I, p. 359.

41 Le Manifeste de la ville d’Orléans, présenté à Son Altesse Royale, où il est montré que, pour avoir bientôt la paix, il est nécessaire de se déclarer contre le Mazarin, à l’imitation des habitants de ladite ville d’Orléans, Paris, Claude Le Roy, 1652, p. 7.

42 Harangue faite à Mademoiselle par messieurs d’Orléans à son arrivée, en présence de messieurs les ducs de Beaufort, de Rohan et autres seigneurs et leur très humble remercîment envoyé à son Altesse Royale, Paris, Claude Le Roy, 1652, p. 4.

43 Montpensier Mlle de, Mémoires, op. cit., t. II, p. 102.

44 La Rochefoucauld, Mémoires, La Table ronde, Paris, 1993, p. 286.

45 Mme de Motteville, Mémoires, in Nouvelle collection des Mémoires relatifs à l’histoire de France, éd. Michaud J.-F. et Poujoulat J.-J.-F., Paris, Féchoz et Letouzey, 1881, t. XXIV, p. 437.

46 Montglat, Mémoires, op. cit., p. 351 et Lénet P., Mémoires, « Troisième partie », in Nouvelle collection des Mémoires relatifs à l’histoire de France, éd. Michaud J.-F. et Poujoulat J.-J.-F., Paris, Féchoz et Letouzey, 1881, t. XXVI, p. 578.

47 Voir à ce sujet les analyses de Bardon F., « Fonctionnement d’un portrait mythologique : la Grande Mademoiselle en Minerve par Pierre Bourguignon », Coloquio Artes, no 26, 1976, p. 5-17 et celles de Goodman E., he Cultivated Woman : Portraiture in seventeenth-Century France, Tübingen, Gunter Narr, 2008, « Constructing the Quintessential Minerva : Mlle de Montpensier », p. 91-115.

48 Montpensier Mlle de, Mémoires, op. cit., t. II, p. 196-197.

Table des illustrations

Légende Ill. 1. – Antoine Bourguignon, Mademoiselle en Minerve tenant un portrait de son père, 1672, huile sur toile, 175 × 168 cm, Musée de Versailles.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/90115/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

Auteur

Docteure en histoire moderne, agrégée d’histoire, FRAMESPA, UMR 5136.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540