Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hommes nouveaux et femmes nouvelles

 | 
Benoît Musset

Deuxième partie. Les hommes nouveaux en action : parcours de mobilité

Des hommes nouveaux à l’homme nouveau : le cas du naturisme (XIXe siècle-entre-deux-guerres)

Sylvain Villaret

Texte intégral

  • 1 Baubérot A., Histoire du naturisme. Le mythe du retour à la nature, Rennes, PUR, 2004 ; Villaret S (...)
  • 2 Concernant la genèse de l’idée de transformation radicale du monde, on se reportera avec profit à (...)

1Né au cœur du XVIIIe siècle, le naturisme désigne une approche médicale néo-hippocratique reposant sur l’idée d’une natura medicatrix1. Sous l’influence de cures naturelles inventées par des guérisseurs dans certains pays germaniques, il se constitue le siècle suivant en secteur d’activité florissant, se déclinant sous la forme d’une thérapeutique et d’une hygiène de vie basées sur le recours aux éléments naturels. Ces derniers sont perçus comme les seuls à même de stimuler la force vitale de l’individu, amoindrie par les conditions de vie moderne, urbaine, et, au-delà de le régénérer. Il faut cependant attendre l’entre-deux-guerres pour observer en France sa reconfiguration autour de projets de réforme de la vie. Au cœur de ceux-ci s’affirme la figure de l’homme nouveau, appelé à donner naissance à une nouvelle humanité2.

  • 3 Charle C., La discordance des temps : une brève histoire de la modernité, Paris, Armand Colin, 201 (...)

2Il n’en demeure pas moins vrai qu’à chaque étape de leur structuration, les discours naturistes mettent en exergue un modèle d’individu avec lequel il faut soit renouer, soit auquel il faut donner naissance. Dans les deux cas, celui-ci est construit à partir de la référence à un temps mythique, révolu, où l’individu serait arrivé au plus haut degré d’épanouissement physique et intellectuel. Inscrit dans une démarche de progrès à partir d’une relecture du passé, cette conception du sujet illustre la discordance des temps propre à l’avènement de la modernité évoquée par Christophe Charle3. Elle est le fruit d’une époque marquée par de grands bouleversements sociaux, économiques et culturels qui déstabilisent les repères identitaires établis. Ces changements nourrissent d’un côté les fantasmes de décadence et de dégénérescence des corps, tout en stimulant, de l’autre, les désirs d’évolution sociale et les aspirations à un destin différent.

3C’est ce dernier point que nous souhaiterions explorer. En effet, par-delà la caractérisation du modèle d’homme ou de femmes que les naturistes appellent successivement de leurs vœux, le cœur de notre propos est de saisir les facteurs qui ont déterminé la formalisation de ces discours, et l’intérêt qu’ils ont suscité. Plus précisément, nous voudrions mettre en évidence que la force de conviction qui anime les chefs de file du naturisme quant à la nécessité et la possibilité de forger un nouvel individu tient justement à leur propre ascension sociale, à leur parcours inédit qui les amène notamment à porter un regard neuf sur le monde. Et, pour aller plus loin, il s’agit de voir comment le phénomène naturiste, en tant que secteur professionnel et culturel émergent, se révèle de facto un nouvel un espace de mobilité sociale, un lieu d’émergence d’hommes nouveaux. À cette occasion, nous défendrons l’idée que c’est parce qu’ils ont d’abord vécu dans leur chair, dans leur corps, une transformation notable que les leaders du naturisme déploient autant d’énergie et de persévérance à atteindre une nouvelle strate sociale, à définir un nouvel espace social. Le perfectionnement de leur corps et de leur esprit devient in fine la métaphore de leur ascension sociale.

4Guidé par ce projet, nous insisterons en premier lieu sur la trajectoire des pionniers du naturisme, dont l’exemple de réussite dans les pays germaniques nourrit les vocations. Partis de rien, les voilà, en l’espace de quelques années, à la tête d’empires commerciaux et à l’origine de dynasties d’entrepreneurs. Puis nous nous attacherons à analyser la structuration en France du naturisme en tant que secteur économique porteur relevant de la sphère du corps, et lieu de mobilité sociale notable. Enfin, nous verrons comment les discours sur l’homme nouveau au centre des projets naturistes de l’entre-deux-guerres sont déterminés par la trajectoire inédite des leaders du mouvement naturiste.

Une impulsion venue d’au-delà du Rhin : la réussite spectaculaire des pionniers du naturisme

Prieβnitz, Rikli, Kneipp ou l’émergence du secteur commercial des « traitements naturels »

5Avec l’essor du positivisme et les nouvelles découvertes scientifiques, la médecine naturiste française à peine formalisée semble irrémédiablement condamnée. Au début du XIXe siècle, elle représente déjà pour les jeunes générations de praticiens la médecine du passé. On oppose à la rigueur de la démarche scientifique, propre de la modernité, les nébulosités d’une approche philosophique arc-boutée autour du concept invérifiable et indéfinissable de natura medicatrix. Elle reste le fait d’une auguste arrière-garde, réfugiée dans certaines facultés de médecine, comme celles de Paris et de Montpellier, soucieuses de préserver l’héritage gréco-latin.

  • 4 Roche D., La France des Lumières, Paris, Fayard, 1993.

6Témoignage de la circulation des hommes et des idées, dont l’importance a été soulignée par Daniel Roche4, son salut vient alors d’outre-Rhin à la faveur d’un contexte marqué par la succession rapide de mutations touchant tant à la sphère sociale, culturelle que politique. En effet, le succès rencontré par les écrits de Jean-Jacques Rousseau au sein des élites intellectuelles de toute l’Europe, et en particulier au cœur des états allemands et de l’Autriche-Hongrie, illustre et conforte un sentiment exacerbé d’éloignement de la nature. Les textes de J.-J. Rousseau apportent ainsi une réponse – suivre la nature, retourner à elle – aux interrogations existentielles, aux angoisses identitaires de cette époque, dont témoigne l’œuvre de F. Nietzche ou de R. Wagner. Ils créent également une attente, une demande, un désir de réalisation.

7C’est dans ce contexte porteur que les cures naturelles à base d’eau, d’air et de soleil, inventées par des guérisseurs, connaissent un premier plébiscite. La nouveauté de ces traitements tient aux significations qu’ils revêtent, avec le rejet revendiqué de la médecine moderne, allopathique, et à l’engouement inédit suscité au sein de la population.

  • 5 Engel J., De l’hydrothérapie ou du traitement des maladies par l’eau froide, Paris, Bechet et Labe (...)
  • 6 Rul, Quatre ans à Graefenberg Manuel hygiénique-hydropathique d’après des notes manuscrites remise (...)

8Le cas de Vincenz Prießnitz (1799-1851) est de ce point de vue exemplaire. Considéré comme l’un des pères fondateurs du naturisme, Prießnitz n’est au départ qu’un simple paysan, soignant à l’occasion ses compatriotes de Gräfenberg, petit village de Silésie autrichienne, au moyen de sa Wasserkur (cure d’eau). Autodidacte, il développe au fil des années un savoir-faire original qui le fait connaître dès les années 1820 dans toute la région et l’amène à aménager un établissement de cure. Jouant sur la bipolarité thermique, il s’efforce de provoquer la réaction curatrice naturelle de l’organisme, à l’aide de diverses applications à base de bains et d’enveloppements humides5. En contrepoint de son approche teintée de vitalisme, il condamne la médecine allopathique et la vaccination naissante6. La notoriété de ses traitements grandissant encore, il se voit sollicité par une clientèle aisée en provenance de toutes les cours d’Europe. Accusé d’exercice illégal de la médecine, de charlatanisme, voué aux gémonies par la Faculté de médecine de Vienne, V. Prießnitz bénéficie des appuis qu’il a auprès de la cour d’Autriche pour obtenir en 1832 l’autorisation légale de traiter les malades au sein de son établissement. En 1837, sur les conseils de membres de sa cour, le roi Louis Ier de Bavière envoie deux médecins en mission d’étude à Gräfenberg. Le compte rendu qu’ils en font l’amène à reconnaître officiellement les bienfaits de la cure d’eau et à offrir une propriété pour l’aménagement d’un centre hydrothérapique. Louis Ier est imité par le roi de Saxe et nombre de princes de petits États saxons. En 1840, près de 1 576 patients sont traités à Gräfenberg, devenu un lieu de villégiature. En 1846, on relève la présence du prince de Nassau, du prince de Lichtenstein, de la tante du roi de Prusse, de l’oncle de la reine d’Angleterre et de la princesse Gortschakoff... À compter de cette date et jusqu’en 1852, plus de 5 000 personnes se rendent à Gräfenberg, dont nombre de têtes couronnées. À sa mort, il lègue à ses héritiers une fortune considérable, évaluée à plusieurs millions de devises.

9Le parcours de V. Prießnitz est instructif à plus d’un titre. Paysan devenu millionnaire, côtoyant les élites sociales, celui-ci est l’illustration parfaite d’une nouvelle voie de réussite sociale. Il incarne dès lors la figure du self-made-man, de l’homme nouveau. Sur un second plan, il témoigne des conséquences de la coupure qui s’opère alors entre la médecine populaire et la médecine officielle avec le sentiment de dépossession qui s’ensuit au sein des populations. Cette fracture favorise l’essor d’un secteur d’activité autour de soins du corps qui prend une forme inédite dans la société du XIXe siècle, caractérisée par les facilités de circulation et d’information. En effet, si V. Prießnitz fait preuve d’un sens de l’observation remarquable, d’une capacité de systématisation et d’expérimentation notable, les traitements qu’il propose et les idées qu’il défend ne relèvent pas d’une barrière intellectuelle infranchissable. Il donne de facto la possibilité à tout un chacun de se soigner, de s’approprier les clés de la guérison.

  • 7 Rikli A., Médecine naturelle et bains de soleil, Lausanne, Bridel, 1905.
  • 8 Sugman, R. Pavlin T., « Arnold Rikli and his heritage », in Thierry T. (éd.), Sport et santé dans (...)

10Sa retentissante réussite marque de son empreinte le naturisme et détermine son évolution ultérieure. V. Prießnitz fait des émules dès les années 1830. On retiendra parmi eux le cas de Johann Schroth (1798-1856), un autre paysan installé dans un village voisin à Lindewiese, dans les Sudètes. Son traitement s’inspire largement de celui de V. Prießnitz, mais il est complété par des périodes de diète sévère et d’abstinence de boisson. J. Schroth connaît à son tour la prospérité. En 1842, il peut ainsi ouvrir un établissement de cure qu’il léguera à son fils Emmanuel en 1856, date de son décès. À la faveur d’une fréquentation croissante, l’établissement comptant 777 patients en 1889, se forge une dynastie d’entrepreneurs. Le chemin tracé par V. Prießnitz et J. Schroth est emprunté, quelques décennies plus tard, par l’abbé Sebastian Kneipp et par Arnold Rikli7, promoteur des bains de lumière, d’air et de soleil en complément de la cure d’eau. Une fois encore, et bien que ce dernier soit issu d’une famille aisée de teinturiers, la voie choisie lui permet de s’élever socialement. Au tournant du XIXe siècle, l’établissement qu’il a ouvert à Veldes s’affirme officiellement comme « the biggest tourist and health resorts of the Austro-Hungarian Empire8 ».

  • 9 Voir Garden M., « Médecine savante et médecine naturelle en Allemagne (fin XIXe-début XXe siècle)  (...)
  • 10 Ärzte Vereine für physikalische-dietetische Therapie.
  • 11 Kaltwasser Heilanstalten.
  • 12 Shorter E., « Private Clinics in Central Europe, 1850-1933 », Social History of Medicine, no 3-2, (...)

11Finalement, ces précurseurs se révèlent être de véritables capitaines d’entreprise, profitant des opportunités accompagnant la progression du libéralisme et du capitalisme au cœur des nations européennes. Reste que, comme V. Prießnitz, les autres chefs de file des cures naturelles sont confrontés à l’hostilité de la majeure partie du corps médical, aux tenants d’une « médecine savante9 ». Derrière ces résistances se cache un jeu d’opposition sociale, et le refus de faire une place à ces nouveaux venus, à ces parvenus. Cette réaction se prolonge au travers d’une tentative de récupération de ce secteur commercial florissant. Pour preuve, dès 1842, le docteur Schmitz fonde à Aleksanderbad (Bavière) la Société d’hydrothérapie et d’hygiène. Un an plus tard, elle compte parmi ses membres dix-neuf médecins et trois thérapeutes non diplômés. En 1894, l’Association internationale des médecins kneippistes est créée. La fin du XIXe siècle voit aussi la fondation de l’Association médicale pour la thérapeutique physico-diététique10. Sous l’impulsion de ces divers acteurs, les établissements de cure par l’eau froide11 se multiplient dans tous les États allemands. Ces structures représentent, entre 1898 et 1900, près de 22 % des cliniques privées allemandes et 45 % des cliniques privées autrichiennes12. Face à ce phénomène, les universités ne tardent pas à s’ouvrir à l’enseignement des traitements naturels. En 1865, Wilhem Winternitz est nommé à l’université de Vienne pour professer l’hydrothérapie qu’il a étudiée à Gräfenberg. À la charnière des XIXe et XXe siècles, la faculté de médecine de Berlin ouvre un institut hydrothérapique doté d’une chaire d’enseignement.

Une exemplarité à l’origine de la popularisation du naturisme

  • 13 Par le biais notamment de la Naturopathie. Autre exemple, l’établissement construit par Prießnitz (...)
  • 14 Das neue Naturheilverfahren. Lehr – und Nachschlagebuch der naturgemäßen Heilweise und Gesundheitsp (...)
  • 15 Kalifa D., La culture de masse en France. 1860-1930, Paris, La Découverte, 2001, p. 23.

12Si les établissements ouverts par V. Prießnitz, S. Kneipp, A. Rikli et consorts ont été des réussites commerciales de premier plan, aux ramifications encore actuelles pour certaines13, elles ne peuvent se résumer à cette dimension. Partant du constat que les nouvelles générations seraient plus faibles, plus amollies physiquement et moralement que les précédentes, leurs fondateurs et leurs plus fidèles disciples nourrissent le projet de régénérer l’individu et, au-delà, les populations. À travers ouvrages, revues et conférences, ils déploient ainsi une part importante de leur énergie à diffuser leur thérapeutique, mais aussi une hygiène de vie permettant de prévenir l’apparition des maladies. Ils concourent ainsi à formaliser et diffuser un ensemble de savoirs, de savoir-faire qui structurent à champ professionnel en émergence. À la fin du XIXe siècle, Friedrich Eduard Bilz publie une encyclopédie consacrée à la présentation exhaustive des traitements naturels, La nouvelle médication naturelle, traité et aide-mémoire de médication et d’hygiène naturelle14. Véritable best-seller, l’ouvrage en trois tomes est rapidement diffusé dans le monde entier à plus d’un million d’exemplaires. Se développent aussi un ensemble de biens et de services, un éventail large de commerces allant de la pharmacie à la confection de vêtements, en passant par la fabrication de chaussures, mais tous réunis par le projet de se soigner par la nature. Le succès du naturisme s’ancre in fine dans l’essor des cultures de masse. Dans le détail, il bénéficie très clairement des progrès de l’instruction, de la presse, et, par-delà, d’une « homogénéisation culturelle15 », médiaculturelle. Il s’affirme également à la faveur de la législation de certains États allemands plus souples en matière d’exercice de la médecine.

  • 16 Cluet M., La libre-culture : le mouvement nudiste en Allemagne depuis les origines jusqu’à l’arriv (...)

13Les critiques que les pères de traitements naturels émettent à propos de la société moderne, avec en contrepoint les guérisons quasi miraculeuses qu’ils affirment observer, conduisent leurs successeurs à envisager une réforme plus globale, dépassant le cadre de la médecine et de l’hygiène pour en venir à la société elle-même. On l’a évoqué en filigrane, derrière ces figures nouvelles de la réussite se joue plus largement l’édification d’un nouvel espace social alors que les repères traditionnels ont été profondément bouleversés. Ce processus de construction est traversé par différentes influences. Sur fond de mythe germanique et hellénique, il agrège pangermanisme, mais aussi une philosophie du nu – développée sous l’influence de Gotthold Ephraim Lessing et Johann Joachim Winckelmann, « avec pour enjeu essentiel l’affranchissement des déterminations historiques et sociales, jugées aliénantes16 ».

  • 17 Baubérot A., Histoire du naturisme..., op. cit., p. 52-53.
  • 18 Cf. Sirost O., « Éros messager des sens ». Communications, no 86, 2010. Langages des sens, p. 99-1 (...)

14Finalement, les cures naturelles donnent lieu à un vaste mouvement populaire de réforme qui touche la plupart des États allemands. En effet, les prosélytes de ces traitements naturels se regroupent dès 1830 pour fonder des sociétés, les naturheilvereine, afin de diffuser leurs idées, et, en particulier, de plaider en faveur d’une nouvelle conception de l’hygiène des populations. Comme le souligne Arnaud Baubérot17, ce phénomène d’institutionnalisation s’affirme en Saxe dans les années 1860 et 1870. L’année 1872 voit ainsi s’établir en Saxe une première fédération pour la santé naturelle, s’étendant à partir de 1883 à tout le Reich sous le nom d’Association allemande pour la médecine naturiste et l’hygiène populaire. En 1888, elle devient par fusion l’Union des sociétés allemandes pour une manière de vivre et de se soigner conformément à la nature et compte, un an plus tard, près de 19 000 adhérents. Reste que, au début du XXe siècle, d’organisations œuvrant en faveur de l’adoption d’une hygiène naturelle, on est passé à divers mouvements de réforme de la vie rassemblés autour d’une pratique emblématique : la nudité intégrale. Une nudité qui se décline désormais selon les sensibilités politiques sous-jacentes, tantôt libertaire, vecteur d’émancipation de la société industrielle, comme à Monte Verità18, tantôt réactionnaire, visant à forger une race pure, sur fond de pangermanisme et d’antisémitisme.

Le naturisme en France à la Belle époque : un lieu de mobilité sociale en pleine structuration

De nouvelles terres d’asiles

  • 19 Sandoz F. (Dr.), Introduction à la thérapeutique naturiste par les agents physiques et diététiques(...)
  • 20 Notamment grâce aux Drs E. Baldou, A. Lubanski, P. Vidart, H. Scoutetten, L. Fleury.

15Forts de leur succès, les traitements naturels ne tardent pas à franchir le Rhin, venant relancer en France une médecine naturiste en déliquescence. Pour autant, leur diffusion s’opère sous le contrôle strict du corps médical dont l’État assoie au XIXe siècle la toute-puissance. Les autorités édictent en effet le principe de monopole exclusif, avec les lois du 10 mars 1803 et du 30 novembre 1892. Ce faisant, le naturisme français tarde à se révéler un lieu de mobilité sociale comme cela a été le cas outre-Rhin. Au contraire, sur fond de rivalités géopolitiques entre praticiens français et allemands, il doit se plier à l’approche scientifique19 qui est alors présentée comme la spécificité de la médecine française. Transposée en France dès 184020, la cure d’eau de Prießnitz est largement diffusée dans les stations balnéaires, thermales et climatiques. Elle donne lieu à une hydrothérapie strictement scientifique, bien loin de ses ancrages naturistes et vitalistes.

  • 21 Baubérot A., Bourillon F., Urbaphobie. La détestation des villes aux XIXe et XXe siècles, Paris, B (...)

16La démocratisation des traitements naturels se produit donc plus tardivement, essentiellement à partir des années 1880. Elle a bénéficié d’un contexte de crise, prenant notamment racine dans la défaite de 1871 face à la Prusse. La conviction rousseauiste des effets délétères de la ville21, de la vie moderne, la méfiance vis-à-vis de la jeunesse avec l’émergence de la figure de l’adolescence criminelle, la hantise de la dégénérescence de la race qui obsède alors les esprits révèlent, de facto, le désarroi et les fantasmes d’une société en pleine mutation, une société en quête de nouveaux repères et qui oscille entre tradition et modernité, entre religion et laïcité, entre sociabilité traditionnelle et socialisation citoyenne. L’évolution du naturisme est à relier à l’affirmation d’un souci identitaire, à une quête identitaire latente, au sein de laquelle le corps prend une dimension particulière, centrale.

  • 22 Produits J. Favrichon de la méthode Kneipp, Strasbourg, Imprimerie de l’Elsässer, 1897, p. 16.
  • 23 Ibid., p. 2.

17Avec la Belle époque et la banalisation des thèmes naturistes, l’hégémonie du corps médical sur le naturisme tend donc à s’infléchir. Tout au moins, elle doit faire face une contestation et une concurrence accrues. Le naturisme français s’ouvre ainsi progressivement à un nouvel espace social, devenant à son tour le terreau fertile des hommes nouveaux. C’est tout particulièrement le cas concernant la diffusion de la cure d’eau de Kneipp. Jean Favrichon, un pharmacien, lance dans les années 1880 la Revue générale de la méthode Kneipp afin de « répandre parmi toutes les classes de la société les principes et les procédés de la Médecine naturelle mis en honneur par Séb Kneipp22 ». Parallèlement, il crée une entreprise consacrée à l’élaboration et la vente de « produits Kneipp » allant des sandales aux potions, en passant par des vêtements à base de lin23. En 1892, il doit compter avec l’arrivée d’A. Sandoz, un ingénieur d’origine suisse qui fait paraître entre 1892 et 1896 la revue Les traitements naturels sans remèdes ni opérations et le système Kneipp, mais aussi avec l’Institut Kneipp de France, fondé en 1891 par Émile Burel. Les instituts d’hydrothérapie Kneipp fleurissent alors en France, en particulier à Lyon et Paris, participant la structuration d’un secteur d’activité propre au naturisme. Après celle de V. Prießnitz, l’hydrothérapie Kneipp sert de locomotive au phénomène naturiste, hâtant sa déclinaison hygiénique et sa démocratisation.

  • 24 Rauch A., Le Souci du corps : histoire de l’hygiène en éducation physique, Paris, PUF, 1983.
  • 25 Villaret S., Naturisme et éducation corporelle. Des projets réformistes aux prises en compte polit (...)
  • 26 Delaplace J-M., Georges Hébert, sculpteur de corps, Paris, Vuibert, 2005.

18Ce processus se poursuit au travers d’autres secteurs d’activité relevant eux aussi des soins du corps, du « souci du corps24 ». Le milieu végétarien en est un des exemples majeurs, tout comme le champ de l’éducation physique et des sports25. C’est en leur sein que se lève une génération nouvelle d’entrepreneurs de la nature et du corps, alliant conviction et opportunisme, humanisme et mercantilisme. Les salles de cultures physiques qui envahissent la capitale et la plupart des villes de France associent la pratique des agrès, des poids et haltères aux prescriptions naturistes à l’honneur outre-Rhin. Certains centres sportifs ou d’éducation physique s’apparentent à des centres naturistes, tels qu’il en existe en Allemagne depuis déjà de longues années. Il en va ainsi du Collège d’Athlètes de Reims, ouvert en avril 1913. Son directeur, Georges Hébert, a fait de l’éducation physique associé au naturisme sa voie d’élévation sociale. Engagé dans la Marine à 18 ans, il promeut depuis 1905 une méthode naturelle d’éducation physique qui suscite un intérêt croissant. Il nourrit d’ailleurs les plus grandes ambitions pour son système26. En conséquence de quoi il prend progressivement ses distances avec l’armée pour mieux investir l’école. Signe de sa notoriété naissante, il reçoit au Collège la visite du président de la République Armand Fallières le 19 octobre 1913.

  • 27 Ruffier J-E. (Dr), Soyons forts, Paris, Librairie « Portez-vous bien », 1914, (3e éd.), p. 1.

19Pour ce qui concerne le champ des sports, cette diffusion s’opère d’autant plus facilement qu’elle se déroule par le truchement des médecins culturistes et sportifs, plus sensibilisés que leurs confrères aux soins alternatifs et préventifs, convaincus d’œuvrer ainsi pour la régénération de la race. On peut ainsi considérer qu’ils jouent le rôle de passeur, mettant en relation les médecins naturistes avec les principaux protagonistes du champ de l’éducation physique et des sports. Parmi eux, on citera le docteur James Edward Ruffier, qui ouvre en 1908 à Paris une salle de culture physique où il traite ses patients au moyen de « cures par les médications naturelles27 », ou encore les docteurs Francis Heckel et Georges Rouhet. Ami et collaborateur du professeur Edmond Desbonnet, ce dernier a ouvert dès 1900, dans son domaine près de Monségur, une école de culture physique où il initie ses élèves aux applications naturistes les plus extrêmes. Le dévêtissement, les bains d’air, d’eau et de soleil, l’exercice en plein air et en pleine nature, la référence à la vie naturelle et à un homme naturel et complet, la pratique des sports associée à la gymnastique, sont autant d’aspects mis à l’honneur par le médecin girondin, comme d’ailleurs par G. Hébert, ce qui représente dès lors une pomme de discorde entre les deux hommes.

Naturisme et médecines parallèles : le cas de la famille Durville

  • 28 Sandoz T., Histoires parallèles de la médecine. Des Fleurs de Bach à l’ostéopathie, Paris, Seuil, (...)
  • 29 Comme en témoigne notamment Gaston Durville : La cure naturiste. Pour entretenir sa vigueur et se (...)
  • 30 Voir notamment le numéro de la Revue d’histoire du XIXe siècle dirigé par Edelman Nicole : « Savoi (...)
  • 31 Sur ce point, on pourra se reporter avec profit au chapitre 3 (« La fin d’un cycle thérapeutique » (...)

20Les thèses naturistes font également leur chemin dans le milieu des médecines parallèles28, parmi les adeptes du magnétisme et de l’hypnose. Le parcours d’Hector Durville en est une illustration emblématique. Né le 8 avril 1849 dans le petit hameau de Mousseau-par-Pourrain, près d’Auxerre, Hector Durville est issu d’une famille de modestes paysans de la Bourgogne viticole. Autodidacte, il se passionne pour les sciences naturelles, les religions, la médecine et s’initie à l’occultisme. Admirateur de S. Kneipp, il rejette la médecine allopathique et ses drogues, préférant placer sa confiance dans la puissance vitale des agents naturels. Il adopte ainsi les pratiques hygiéniques prônées par le célèbre abbé, auxquelles il initie ses trois fils Gaston, André et Henri29. Convaincu de l’existence de fluides vitaux véhiculés par les agents naturels, il adhère aux thèses développées un siècle plus tôt par Franz Anton Mesmer30. La proximité d’idée entre le magnétisme et le naturisme allemand facilite les rapprochements qu’il opère. En l’espace de quelques années, il s’impose comme un des acteurs essentiels du magnétisme. En 1878 il fonde la Revue magnétique, organe du cercle électro-magnétique, qui devient en 1879 Journal du magnétisme, du massage et de la psychologie. Dans le même temps, il ouvre à Paris une Clinique du magnétisme ou École pratique de magnétisme et de massage où il propose soins, cours théoriques et pratiques. Il y enseigne notamment que chaque pensée est une force naturelle capable d’agir sur toutes les fonctions de l’organisme31.

21Sa réussite commerciale est exemplaire. Il amasse une fortune considérable qui lui permet d’acquérir plusieurs immeubles dans la capitale et d’assurer un confortable revenu à ses fils. Avec les Durville, réussite et naturisme se déclinent en famille et de génération en génération. Malgré son engagement en faveur du libre exercice de la médecine, Hector Durville encourage ses fils Gaston et André à poursuivre des études médicales tout comme il les intègre à l’entreprise familiale. Les trois fils reprennent ainsi l’œuvre de leur père mais en la recentrant sur le naturisme. Ils développent un psycho-naturisme faisant la part belle au magnétisme et à l’hypnose. Si Jacques marche dans les pas de son père, Gaston et André se révèlent entre les deux guerres les fers de lance d’un naturisme « de masse ».

22Au gré d’ascensions sociales spectaculaires, chaque secteur traversé par le naturisme concourt à la formalisation de ce dernier, renforçant son caractère synthétique. Sous son influence, des éléments, des acteurs, des champs investis comme l’éducation physique et le végétarisme, tendent ainsi à se dégager pour former un champ autonome, aux ramifications multiples, la nébuleuse naturiste, selon l’expression d’Arnaud Baubérot.

S’extraire du jeu social dominant : le cas des anarcho-naturistes

23Reste un dernier lieu d’accueil privilégié pour le naturisme : les milieux libertaires et anarchistes. Il représente un cas de figure alternatif concernant l’émergence d’hommes nouveaux puisque la nouveauté réside non pas dans l’élévation sociale des individus concernés, mais dans leur capacité à s’extraire du jeu social dominant. Alors que, globalement, le naturisme reste une médecine, une hygiène de vie visant à redonner force et santé à l’individu, des projets naturistes de réforme de la vie et de refonte totale de la société se développent au sein des milieux libertaires individualistes dès le début du XXe siècle. L’anarcho-naturisme préfigure ainsi les évolutions ultérieures.

  • 32 Baubérot A., op. cit., 2004, p. 167.
  • 33 Maitron J., Le mouvement anarchiste en France, t. 1, Des origines à 1914, Paris, Gallimard, 1975, (...)
  • 34 Balsamo, « Le nomadisme », Le libertaire, no 33, 16-23 juin 1907.

24Sur fond de déclassement, de disparition de certains métiers et des nouvelles formes de travail propre au capitalisme industriel, les réflexions des penseurs anarchistes qui marquent le siècle – que ce soit Élisée Reclus, Mikhaïl Bakounine ou leurs inspirateurs – révèlent la nostalgie d’un temps passé, mythique, où l’homme vivait dans un état de nature égalitaire et en accord avec son environnement. Elles sont guidées par la croyance en l’existence de lois naturelles, en celle d’« un communisme libertaire primitif et mythique dans lequel l’homme à l’état naturel, ignorant la propriété, aurait vécu en harmonie avec ses semblables32 », qui justifie la destruction de l’ordre social contemporain. Après l’échec de l’action directe, les anarchistes s’engagent dans des projets et des tentatives pacifiques d’expérimentation d’organisations sociales plus naturelles, d’éducation intégrale libertaire visant à renouer avec l’homme naturel. Parmi eux, les naturistes considèrent que « la révolution à faire n’est pas d’ordre économique et collectif, mais humain et personnel. Elle concerne avant tout l’hygiène corporelle et alimentaire33 ». Apparaissent ainsi une multitude de groupements parmi lesquels on recense les Naturiens, les Sauvagistes, marqués par l’extrémisme de leur position, les Végétariens, les Nomadistes, revendiquant un affranchissement de tous les liens moraux et matériels34, et, enfin, les Crugitivoristes qui préconisent comme base d’une réforme hygiénique et sociale une alimentation reposant uniquement sur des crudités.

25Afin de s’extraire du jeu social imposé par la société française, certains anarcho-naturistes se lancent dans la promotion de milieu libre. Près d’une dizaine de colonies libertaires voit ainsi le jour en France entre 1903 et 1914. Parmi elles, on retiendra la colonie de Vaux, ouverte en 1903 aux environs de Château-Thierry et animée par Georges Butaud ainsi que sa compagne, Sophie Zaïkowska. L’expérience prend cependant fin en 1907. Par la suite, G. Butaud poursuit sa quête d’une existence naturelle et libertaire à Bascon (toujours près de Château-Thierry). Il y tente de concrétiser l’idée que la réduction des besoins individuels à leur plus simple expression, grâce à l’adoption du végétalisme et l’observance d’une hygiène naturiste stricte sont le moyen privilégié de se libérer des logiques productivistes et consuméristes sur lesquelles repose la société moderne et industrielle.

26C’est donc avec un certain retard que le naturisme français emboîte le pas de son homologue allemand. Il faut attendre l’entre-deux-guerres pour qu’il se structure à son tour en mouvements de réforme de la vie.

Entre les deux guerres : des hommes nouveaux pour une nouvelle humanité

Des entrepreneurs de la nature et du corps au service d’une réforme de la vie

27L’entre-deux-guerres se révèle être une période privilégiée quant à l’émergence d’hommes nouveaux issus du phénomène naturiste. Plusieurs raisons à cela. En premier lieu, le naturisme français y connaît un premier âge d’or, marqué tant par l’augmentation significative de ses effectifs que par la reconnaissance politique qu’il obtient. Le traumatisme causé par la Grande Guerre a en effet catalysé son évolution. En faisant s’effondrer les certitudes, en fragilisant le modèle social qui prévalait sous la République radicale, il nourrit les philosophies réformistes qui sous-tendent le phénomène naturiste, l’ouvrant à des perspectives socio-politiques, tout comme il sensibilise une part importante de la population à ses thèses. De facto, brisant sa gangue médicale, le naturisme se structure autour de plusieurs mouvements de réforme de la vie, œuvrant à l’avènement d’un homme nouveau, d’une nouvelle humanité sur les cendres de la précédente. Parmi les principales organisations qui se dressent alors, on citera le Trait d’Union, promu par Jacques Demarquette depuis 1912, mais aussi la Société naturiste française lancée par le docteur Paul Carton en 1921, le mouvement hébertiste, la Société naturiste des docteurs Gaston et André Durville fondée en 1927 ou encore, la même année, la Ligue Vivre où se rassemblent autour de Marcel Kienné de Mongeot les prosélytes d’un nudo-naturisme.

28De plus, avec la multiplication des ouvrages et des revues portant sur le naturisme, l’exemple donné par les pionniers et leur réussite sociale sont de mieux en mieux connus. En illustrant une voie privilégiée d’élévation sociale, les pères fondateurs suscitent les vocations. Cette nouvelle génération d’acteurs incarne une fois encore le mythe du self-made-man propre au champ du naturisme.

29Enfin, malgré sa transformation en mode de vie, le naturisme ne se coupe pas pour autant de ses racines médicales et mercantiles, bien au contraire. Les leaders du naturisme sont, en majorité, des entrepreneurs de la nature et du corps. Le noyau dur de chaque mouvement est donc le plus souvent constitué – ou sens-tendu – par des affaires commerciales relevant en général de la sphère de la santé et du bien-être. Dans ce paysage, l’institut naturiste, qui s’apparente le plus souvent à un centre de culture physique associant exercices du corps et applications naturistes, représente un passage obligé. Il témoigne de l’existence d’un ensemble de connaissances et de savoir-faire partagés par les acteurs clés du naturisme, puis transmis à leurs disciples.

  • 35 Duhau I., « La doctrine naturiste du docteur Durville à Physiopolis, la cité de nature de Villenne (...)
  • 36 Villaret S., « Du projet utopique à la réalité. La création d’Héliopolis. Première commune naturis (...)
  • 37 Pociello C., Denis D. (dir.), A l’école de l’aventure. Pratiques sportives de plein air et idéolog (...)
  • 38 Durville G. (Dr), « La mission Durville au Sahara », Naturisme, le grand magazine de culture humai (...)

30Les docteurs G. et A. Durville s’appuient ainsi sur l’Institut de médecine naturelle de la rue Cimarosa (xvie arrondissement de Paris), rebaptisé rapidement Institut naturiste. S’il traite les malades au moyen des diverses applications naturistes, l’institut dispose des techniques et des appareillages les plus modernes. La majorité des patients sont ainsi passés aux rayons X, et un service d’électrographie est même créé en 1934 afin de déterminer la polarité humaine dont parlait Hector Durville. Les frères Durville poursuivent leur parcours en fondant, en 1927, Physiopolis, la cité naturiste « de week-end » sur l’île de Platais (banlieue parisienne)35. Puis ils font ériger en 1931, sur l’île du Levant, la première commune naturiste de France36. Au tournant des années Vingt, ils sont déjà à la tête d’un petit empire commercial comprenant un institut naturiste de soins à Paris, plusieurs filiales en province et une maison d’alimentation (Madolin). Leurs traités naturistes sont maintes fois réédités. Forts de leur succès, ils n’hésitent pas en 1930 à se doter d’une imprimerie pour tirer, hebdomadairement, à 50 000 exemplaires la revue Naturisme qu’ils dirigent. Profitant de l’héritage de son père et de ses affaires florissantes, G. Durville parcourt le monde en quête d’aventures37. Il se lance dans de grandes expéditions, notamment au Sahara, où il se livre à une de ses passions, l’archéologie38.

31Quant à Kienné de Mongeot, il ouvre en 1919 l’Académie de culture physique du parc Monceau (xiie arrondissement de Paris). Outre les séances de culture physique et de boxe qu’il dirige, il propose des bains de lumière artificielle, des séances d’hydrothérapie chaude et froide, des massages. Des traitements contre l’obésité et les insuffisances musculaires ou respiratoires sont donnés au sein de son établissement, à destination des hommes, des femmes et des enfants. Hormis l’Institut naturiste d’Alger ouvert par le docteur Marcel Didier au sortir du conflit, Al Dini traite dès 1924 les diverses affections par la culture physique, l’hydrothérapie, le massage et l’héliothérapie dans son Institut Intégral de Royan. Fort de sa clientèle, son établissement intègre rapidement une pension, puis devient l’annexe de l’Institut de culture physique scientifique, établi à Paris, rue Henri Bocquillon (xve arrondissement).

32Ces premiers établissements sont complétés par l’ouverture de centres naturistes implantés dans la ceinture verte des villes. Bien que la plupart ait une inscription uniquement associative, d’autres, comme le Manoir Jan de Kienné de Mongeot, sont payants et constituent la principale source de revenus de leurs fondateurs. Il en va ainsi de G. Hébert qui ouvre dès 1918 des centres naturistes d’éducation physique à destination d’une clientèle formée par les jeunes filles de bonne famille. Dénommées Palestre, ces structures implantées à Deauville et à La-Londe-les-Maures deviennent le nouveau foyer de l’hébertisme, permettant à G. Hébert d’assurer son train de vie et de relancer son mouvement. Ce dernier à l’occasion d’y accueillir le roi d’Espagne, sa majesté Alphonse XIII.

  • 39 Vigarello G., Histoire de la beauté. Le corps et l’art d’embellir de la Renaissance à nos jours, P (...)
  • 40 Vigarello G., Les métamorphoses du gras. Une histoire de l’obésité, Paris, Seuil, 2010.
  • 41 Corbin A. (dir.), L’avènement des loisirs 1850-1960, Aubier, 1995, p. 10.

33On le voit, les promoteurs du naturisme ont, dans leurs entreprises, su surfer sur la vague des soins corporels39, sur l’importance croissante prise par le corps au sein de la population. Rajeunissement, traitement de l’obésité40, soins à visée esthétique, quête de la beauté virile ou de la féminité forment une part du panel des services proposés au sein de leurs établissements et représentent autant d’arguments promotionnels. Ces innovateurs ont également bénéficié de la montée des loisirs et de la progressive « redistribution des temps sociaux41 ». Le naturisme se trouve ainsi pris entre la poursuite d’enjeux sociopolitiques majeurs, engageant le collectif et des logiques hédonistes, ludiques, parfois très personnelles. C’est d’ailleurs ce croisement fécond qui permet aux leaders du naturisme de côtoyer les élites sociales et, pour certains, de nouer de précieux contacts avec des hommes politiques.

Un sentiment de différence et de nouveau ancré dans le vécu corporel

  • 42 Cyrulnik B., Jorland G. (dir.), Résilience : Connaissances de base, Paris, Odile-Jacob, 2012.

34Mais le caractère nouveau de certaines figures du naturisme ne tient pas seulement à leur réussite économique et sociale. Il réside aussi dans un sentiment affirmé d’être différent, d’être appelé à une destinée supérieure malgré une origine modeste ou la perte d’un rang social acquis auparavant par leur famille. Nous voudrions ainsi insister sur le sentiment identitaire fort qui caractérise ces hommes nouveaux et sous-tend leur conviction dans la possibilité de changer l’humanité. Celui-ci se greffe sur une expérience corporelle particulière. La majorité des leaders du naturisme, que l’on peut qualifier d’hommes nouveaux, ont connu une transformation corporelle significative. La plupart sont des rescapés de graves maladies, comme le docteur P. Carton, d’accidents ou de blessures de guerre. Certains comme Kienné de Mongeot ont été confrontés à la mort prématurée de leurs proches. Les épreuves surmontées les ont amenés à une prise de conscience quant au nécessaire entraînement de leur corps, à sa sollicitation par le biais notamment des agents naturels. Peut-être peut-on voir dans ces parcours des cas de résilience42, pour emprunter à la psychologie actuelle un terme à la mode ?

  • 43 Weber M., Sociologie des religions, textes réunis par Grossein J.-P., Paris, Gallimard, 2006 (rééd (...)

35Quoi qu’il en soit, ces hommes nouveaux entretiennent un rapport privilégié avec leur corps. Et leur transformation corporelle, mise habilement en scène à des fins promotionnelles, accompagne celle de leur sentiment identitaire. Ce dernier est d’ailleurs renforcé par les résistances de tous ordres, les difficultés que ces hommes atypiques rencontrent dans leurs diverses entreprises et leurs actions. Ces personnages, souvent hauts en couleurs, sont ainsi convaincus d’incarner l’avenir, de détenir la vérité, vérité qu’ils cherchent à faire partager. Ces traits psychologiques permettent de mieux saisir les rivalités, les dissentiments voire les haines qui marquent les relations entre les chefs de file du naturisme, mais aussi le fonctionnement de type sectaire, au sens de Max Weber43, de certaines organisations.

36Sur un autre plan, on peut considérer qu’ils portent en eux la nouveauté en raison de leur rapport fondamentalement différent aux normes. Leur façon de vivre, notamment leur conception de la pudeur, témoigne d’une échelle de valeurs spécifique que l’on retrouve dans leur définition de l’homme nouveau. Dégagé des conventions sociales délétères, des vices et des troubles psychologiques, l’homme naturel est un être intégralement développé, athlète du corps comme de l’esprit ; un être épanoui tant sur le plan physique, moral, intellectuel, que spirituel. Des divergences pointent ensuite entre les différents chefs de file quant au modèle social et sociétal qui inclut l’homme nouveau. Pour certains, grâce à la nouvelle génération d’individus ainsi formés, la distinction de classe n’a plus lieu d’être, tout comme celle de genre. Pour d’autres au contraire, l’homme nouveau s’intègre dans une société hiérarchisée où chacun a une place bien définie.

37Dépassant le stade du projet utopique, les chefs de file du naturisme s’efforcent concrètement de forger cet homme nouveau dans les centres qu’ils promeuvent, de construire un nouvel espace social. Mixité sociale, mixité sexuelle sont ainsi de rigueur dans les centres de la Ligue Vivre, du Trait d’Union ou des docteurs Durville.

Conclusion

38Au terme de cette étude, si l’on s’essaie à une synthèse de ce que sont les hommes nouveaux qui accompagnent l’essor du phénomène naturiste, on insistera tout d’abord sur le fait que leur apparition va de pair avec l’émergence d’un secteur d’activité, d’un nouvel espace professionnel et socioculturel. Dans le cadre de la poussée du libéralisme, de l’enracinement de la culture de masse, ces innovateurs s’emparent d’un créneau relevant plus largement de la sphère du corps, du bien-être et de la santé en relation avec la nature. Self made men, entrepreneurs de la nature, ils acquièrent un ensemble de connaissances et de savoir-faire inédits qui les inscrivent dans la modernité et leur assurent une remarquable ascension sociale. Ils donnent lieu pour certains à de véritables dynasties, leur création traversant le temps pour remonter jusqu’à nos jours. La nouveauté se construit donc autour de leur réussite sociale.

  • 44 Rosenwein B. H., Emotional Communities in the Early Middle Ages, Ithaca-Londres, Cornell. Universi (...)

39Le caractère nouveau de ces individus tient ensuite à la conscience marquée de leur différence. La force de leur sentiment identitaire se traduit d’ailleurs dans des pratiques, des valeurs, un rapport à la norme alternatif. Le cas du phénomène naturiste met tout particulièrement en relief le rôle du corps et l’importance de l’expérience corporelle dans ces parcours inédits. La transformation du corps a symbolisé pour eux comme pour leurs disciples le pouvoir de changer d’existence. L’aventure intérieure se redouble d’une aventure extérieure, la fortification du corps devenant une métaphore de l’élévation sociale. L’individu passe ainsi du rien physique au tout physique, du rien social au tout social. On observe de fait que le retour à la nature est, avant tout, un retour sur soi-même, fondé sur la prise de conscience de son individualité, de ses possibilités, de ses émotions mais aussi de ses désirs. Pour aller plus loin en suivant la veine de l’expérience corporelle, ces hommes nouveaux se distinguent, in fine, en structurant autour d’eux une communauté émotionnelle44, en faisant partager une nouvelle culture émotionnelle.

40On évoquera également les difficultés, les épreuves que les hommes nouveaux rencontrent dans leur trajectoire, dans leur ascension sociale. La majorité d’entre eux insistent par ailleurs sur la crise physique, morale, psychologique qu’ils ont dû surmonter et qui les a profondément transformés, amenés à remettre en cause les normes, les échelles de valeurs dominantes.

41On remarquera enfin que l’émergence des hommes nouveaux n’a pu se produire qu’à la faveur d’un contexte bien particulier, marqué par l’avènement de la modernité, par un bouleversement radical des repères, qui crée une ouverture réelle ou symbolique du jeu social. Guerres, urbanisation, travail industriel, libéralisme, recul du religieux au profit du politique jouent, pour notre cas, un rôle moteur dans ce processus de constitution d’hommes nouveaux.

Notes

1 Baubérot A., Histoire du naturisme. Le mythe du retour à la nature, Rennes, PUR, 2004 ; Villaret S., Histoire du naturisme en France depuis le siècle des Lumières, Paris, Vuibert, 2005.

2 Concernant la genèse de l’idée de transformation radicale du monde, on se reportera avec profit à Dayan-Herzbrun S., « Un homme nouveau pour un monde nouveau », Tumultes, no 25, nov. 2005, p. 85-96.

3 Charle C., La discordance des temps : une brève histoire de la modernité, Paris, Armand Colin, 2011.

4 Roche D., La France des Lumières, Paris, Fayard, 1993.

5 Engel J., De l’hydrothérapie ou du traitement des maladies par l’eau froide, Paris, Bechet et Labe, 1840.

6 Rul, Quatre ans à Graefenberg Manuel hygiénique-hydropathique d’après des notes manuscrites remises par M. Priessnitz suivi d’une réfutation du traité sur l’hydrothérapie du docteur Fleury et d’observation sur le magnétisme, Paris, chez Dentu, 1857. On pourra se reporter aussi à l’ouvrage de Rausse J. H., Der Geist der Gräfenberger Wasserkur, Charleston SC, Nabu Press, 2011 (1e édition, Schieferdecker, 1839).

7 Rikli A., Médecine naturelle et bains de soleil, Lausanne, Bridel, 1905.

8 Sugman, R. Pavlin T., « Arnold Rikli and his heritage », in Thierry T. (éd.), Sport et santé dans l’Histoire, Sankt-Augustin, Academia Verlag, 1999, p. 451.

9 Voir Garden M., « Médecine savante et médecine naturelle en Allemagne (fin XIXe-début XXe siècle) ; un essai de compréhension par la lecture de la presse corporative et de la littérature de vulgarisation », in Favier R., Fontaine L. (textes réunis par), Un historien dans la ville. Maurice Garden, Paris, Fondation de la maison des sciences de l’homme, 2008, p. 399-422.

10 Ärzte Vereine für physikalische-dietetische Therapie.

11 Kaltwasser Heilanstalten.

12 Shorter E., « Private Clinics in Central Europe, 1850-1933 », Social History of Medicine, no 3-2, 1990, p. 169.

13 Par le biais notamment de la Naturopathie. Autre exemple, l’établissement construit par Prießnitz en 1837 existe encore sous l’appellation Prießnitz Spa Ressort à Jesenik (anciennement Gräfenberg), en République tchèque.

14 Das neue Naturheilverfahren. Lehr – und Nachschlagebuch der naturgemäßen Heilweise und Gesundheitspflege, Dresden-Radebeul, Verlag F. E. Bilz, 1894.

15 Kalifa D., La culture de masse en France. 1860-1930, Paris, La Découverte, 2001, p. 23.

16 Cluet M., La libre-culture : le mouvement nudiste en Allemagne depuis les origines jusqu’à l’arrivée d’Hitler au pouvoir (1905-1933), Thèse pour le doctorat d’histoire contemporaine, université de Paris IV, 1999, p. 26.

17 Baubérot A., Histoire du naturisme..., op. cit., p. 52-53.

18 Cf. Sirost O., « Éros messager des sens ». Communications, no 86, 2010. Langages des sens, p. 99-128.

19 Sandoz F. (Dr.), Introduction à la thérapeutique naturiste par les agents physiques et diététiques, thèse de médecine, Paris, G. Steinheil, 1907.

20 Notamment grâce aux Drs E. Baldou, A. Lubanski, P. Vidart, H. Scoutetten, L. Fleury.

21 Baubérot A., Bourillon F., Urbaphobie. La détestation des villes aux XIXe et XXe siècles, Paris, Bière, 2009.

22 Produits J. Favrichon de la méthode Kneipp, Strasbourg, Imprimerie de l’Elsässer, 1897, p. 16.

23 Ibid., p. 2.

24 Rauch A., Le Souci du corps : histoire de l’hygiène en éducation physique, Paris, PUF, 1983.

25 Villaret S., Naturisme et éducation corporelle. Des projets réformistes aux prises en compte politiques et éducatives (XIXe-milieu XXe siècles), Paris, L’Harmattan, 2005.

26 Delaplace J-M., Georges Hébert, sculpteur de corps, Paris, Vuibert, 2005.

27 Ruffier J-E. (Dr), Soyons forts, Paris, Librairie « Portez-vous bien », 1914, (3e éd.), p. 1.

28 Sandoz T., Histoires parallèles de la médecine. Des Fleurs de Bach à l’ostéopathie, Paris, Seuil, 2005.

29 Comme en témoigne notamment Gaston Durville : La cure naturiste. Pour entretenir sa vigueur et se guérir sans médicaments, Paris, éditions de Naturisme, 1931, t. 1, p. 23.

30 Voir notamment le numéro de la Revue d’histoire du XIXe siècle dirigé par Edelman Nicole : « Savoirs occultés : du magnétisme à l’hypnose », Revue d’histoire du XIXe siècle, no 38, 2009.

31 Sur ce point, on pourra se reporter avec profit au chapitre 3 (« La fin d’un cycle thérapeutique ») de l’ouvrage de Guillemain H., La méthode Coué. Histoire d’une pratique de guérison au XXe siècle, Paris, Seuil, 2010.

32 Baubérot A., op. cit., 2004, p. 167.

33 Maitron J., Le mouvement anarchiste en France, t. 1, Des origines à 1914, Paris, Gallimard, 1975, p. 379.

34 Balsamo, « Le nomadisme », Le libertaire, no 33, 16-23 juin 1907.

35 Duhau I., « La doctrine naturiste du docteur Durville à Physiopolis, la cité de nature de Villennes-sur-Seyne (Yvelines) », Actes du Xe colloque d’histoire régionale de la Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Paris et de l’Île de France, t. 56, p. 4-15.

36 Villaret S., « Du projet utopique à la réalité. La création d’Héliopolis. Première commune naturiste de France (1930-1939) », Histoire Urbaine, no 41, Villes de villégiature, décembre 2014, p. 121-136.

37 Pociello C., Denis D. (dir.), A l’école de l’aventure. Pratiques sportives de plein air et idéologie de la conquête du monde 1890-1940, Voiron, PUS, 2000.

38 Durville G. (Dr), « La mission Durville au Sahara », Naturisme, le grand magazine de culture humaine, no 421, 15 mai 1938, p. 8.

39 Vigarello G., Histoire de la beauté. Le corps et l’art d’embellir de la Renaissance à nos jours, Paris, Seuil, 2004.

40 Vigarello G., Les métamorphoses du gras. Une histoire de l’obésité, Paris, Seuil, 2010.

41 Corbin A. (dir.), L’avènement des loisirs 1850-1960, Aubier, 1995, p. 10.

42 Cyrulnik B., Jorland G. (dir.), Résilience : Connaissances de base, Paris, Odile-Jacob, 2012.

43 Weber M., Sociologie des religions, textes réunis par Grossein J.-P., Paris, Gallimard, 2006 (rééd.).

44 Rosenwein B. H., Emotional Communities in the Early Middle Ages, Ithaca-Londres, Cornell. University Press, 2006.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540