Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hommes nouveaux et femmes nouvelles

 | 
Benoît Musset

Deuxième partie. Les hommes nouveaux en action : parcours de mobilité

Trop nouveau pour être « honnête » ? L’itinéraire du négociant Loubeau de Saint-Frajou à Reims (1766-1768)

Benoît Musset

Texte intégral

  • 1 Dans le t. 2 de l’Histoire économique et sociale de la France, couvrant la période qui nous concer (...)
  • 2 Dans l’industrie du coton des années 1760-1840, Serge Chassagne a montré que les réussites s’enrac (...)
  • 3 Villette M., Vuillermot C., Portrait de l’homme d’affaires en prédateur, Paris, La Découverte, 200 (...)

1La mobilité sociale a été un objet d’étude important pour les historiens économistes, avec en arrière-plan une évidente connotation idéologique. Les historiens d’inspiration marxiste ont ainsi scruté l’émergence d’une bourgeoisie capitaliste à partir du XVIe siècle, voire avant1. D’autres ont identifié de leur côté quelques figures d’entrepreneurs sortis de nulle part, grâce à leurs qualités individuelles hors du commun. Cependant, les études approfondies de trajectoires ont presque toujours noté que les nouveaux venus ne l’étaient pas vraiment, bénéficiant d’appuis, le plus souvent familiaux2. Néanmoins, comme le démontrent Catherine Vuillermot et Michel Villette, le mythe du self-made-man demeure, dans la sphère économique du XXe siècle, un élément fondamental – quoique généralement infondé dans les faits – des success stories de grands patrons du commerce et de l’industrie3.

  • 4 Naudet J., Entrer dans l’élite. Parcours de réussite en France, aux États-Unis et en Inde, Paris, (...)
  • 5 Archives départementales [désormais AD] de la Marne, dépôt de Reims, 25 B 72 à 75 et 18 B 2150.
  • 6 Voir la contribution de Vincent Meyzie dans le présent volume, qui distingue les hommes neufs des (...)

2Au-delà de l’importante question de la réalité effective de la mobilité sociale et de son ampleur, nous voudrions insister sur l’expérience de cette mobilité. Comme le montre le sociologue Jules Naudet pour la société actuelle, la mobilité, ici ascendante, repose sur un rapport complexe entre l’individu et la société qui l’englobe, rendant l’expérience plus ou moins possible et plus ou moins bien vécue4. Cette démarche, reposant sur des entretiens est naturellement difficile à mettre en œuvre en histoire où les témoignages conservés n’abordent pas forcément ces questionnements contemporains. Pourtant, des individus ont été confrontés à ces situations. C’est ce qui est arrivé à Loubeau de Saint-Frajou, un marchand toulousain installé à Reims en 1766. Sa faillite frauduleuse en 1768 a produit un abondant dossier judiciaire, avec des dizaines de témoignages, des mémoires, ainsi que les documents commerciaux saisis, dont l’importante correspondance5. Homme neuf plus qu’homme nouveau, il l’est assurément dans le négoce rémois : il n’a laissé aucune trace dans la vie locale avant 1766 – et pour cause – ; il n’a bénéficié d’aucune alliance préalable dans le milieu qu’il a essayé d’intégrer, pas plus que dans des milieux voisins6.

  • 7 AD de la Haute-Garonne, état civil numérisé, 2 E IM 8936, Toulouse, paroisse Saint-Étienne, 1732, (...)
  • 8 Idem, 2 E IM 8416, Toulouse, paroisse Saint-Étienne, 1732, fol. 60 v°-61.
  • 9 AD de la Marne, dépôt de Reims, 18 B 2150, interrogatoire du 27 juin 1769.

3Certes, le cas est de prime abord atypique. François Loubeau de Saint-Frajou a eu plusieurs vies avant Reims. Sa famille est originaire de Saint-Frajou, à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de Toulouse. Son père Pierre y est né vers 1700. On le retrouve en 1729 à Toulouse pour la naissance de sa première fille Catherine, dans la paroisse Saint-Étienne. C’est là que naît François Loubeau le 17 mars 17327. On l’aperçoit dans un acte de baptême en 1754, cité comme « étudiant », sans aucun doute à l’université de Toulouse. François Loubeau se marie le 10 octobre 1752 avec Jeanne Beulaygue, qui donne naissance à quatre garçons entre 1754 et 17628. Il est noté absent pour la naissance du quatrième en janvier 1762. Sa famille était bien installée. En 1769, lors d’un interrogatoire à Reims, il déclare avoir quatre frères : un premier géomètre à Toulouse, un second « employé » dans la même ville, un troisième prieur de Lauroux près de Lodève, et un quatrième soldat dans les Gardes françaises à Paris9.

  • 10 Michaud J.-F., Michaud L.-G., Biographie universelle ancienne et moderne, t. 10, Paris, Michaud, 1 (...)
  • 11 Chaussinand-Nogaret G., « Nobles médecins et médecins de cour au XVIIIe siècle », Annales ESC, 197 (...)

4Mais c’est surtout son oncle, le chirurgien Jacques Daran, qui est la grande figure familiale. Il a été chirurgien en Italie, avant d’être pensionné par le roi de Sardaigne à Turin, puis chirurgien dans les armées impériales. Installé à Paris en 1744, il accumule une grande fortune, se vantant de gagner 60 000 livres par an. Chirurgien de très grand renom, spécialisé dans les voies urinaires, il a écrit plusieurs ouvrages de chirurgie10. Il parvient alors au rang de chirurgien ordinaire du roi, avant d’être anobli en 1756. Parallèlement, il mène une carrière de financier, plaçant des dizaines de milliers de livres dans le canal de Provence, des mines, des compagnies de commerce, élevant son patrimoine à un million de livres en 175711. Un long procès à partir de 1763-1764 avec ses anciens associés l’aurait en partie ruiné.

  • 12 AD de la Marne, dépôt de Reims, 18 B 2150, « Relevé des charges étant au procès commencé contre le (...)

5Tout bascule pour François Loubeau lorsqu’il doit quitter Toulouse en 1762-1763. Selon l’interrogatoire, il aurait été impliqué dans la faillite d’un bureau de loterie. Loubeau n’a pas éclairé cette affaire, les magistrats évoquant de leur côté une escroquerie sans entrer dans les détails. Il a dû quitter la ville à ce moment. Il aurait été sauvé par l’intervention de Jacques Daran. Il fuit alors en Hollande, où il est de nouveau floué, selon lui, de 6 000 livres par un horloger à Amsterdam. Il passe ensuite à Rouen chez le marchand Grard, comme commis. Là encore, une faillite, frauduleuse selon les enquêteurs rémois, le conduit à perdre son emploi12.

6Il s’installe à Reims en octobre-novembre 1766, où il démarre un commerce de vins. Son passé pousse les magistrats à présumer dans les pièces de l’enquête une escroquerie préméditée. Mais la question de l’intention n’est pour nous que secondaire : honnête ou pas, Loubeau a dû s’implanter pour faire des affaires, quelle qu’en soit la finalité, mobilisant les ressorts de l’intégration sociale. En quoi sa seconde vie trahit les ressorts de l’intégration dans la société urbaine des années 1760 ?

Comment démarrer sans argent ?

  • 13 Voir en particulier Hirsch J.-P., Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la ré (...)
  • 14 Pour un tableau des activités économiques rémoises, in Laurent G., Reims et la région rémoise à la (...)

7La trajectoire de Loubeau de Saint-Frajou nous dévoile les mécanismes d’un démarrage d’affaire commerciale dans les années 1760. Les historiens ont montré l’importance de l’intégration préalable dans des réseaux – familiaux principalement13. Arrivé presque sans argent, il parvient en quelques semaines à gagner la confiance de nombreux partenaires. L’expansion commerciale rapide des années 1760 a sans doute favorisé une telle intégration, sans aucun doute plus difficile quelques décennies plus tôt14.

  • 15 Terrier D., Les deux âges de la proto-industrie. Les tisserands du Cambrésis et du Saint-Quentinoi (...)
  • 16 Cornette J., Un révolutionnaire ordinaire. Benoît Lacombe, négociant, 1759-1819, Seyssel, Champ Va (...)
  • 17 Marzagalli S., « Crédit et considération sociale dans le monde du négoce au XVIIIe siècle », inPon (...)

8Loubeau de Saint-Frajou commence dans le textile, avant de se lancer assez rapidement dans le vin. L’interrogatoire révèle qu’il est arrivé à Reims avec des marchandises de Saint-Quentin : pour 2 400 livres de toiles fines obtenues à crédit, remboursables par la vente. Il garde dans cette ville plusieurs correspondants, comme Pluvinage, Crommelin et Herbé, familles protestantes parmi les plus importantes de la place15. La disponibilité de ce premier stock peut paraître étonnante, d’autant que les cas de démarrages sans appuis directs ne sont pas très nombreux. Le cas de Benoît Lacombe, arrivé de Gaillac à Bordeaux en 1783 montre la difficulté d’intégration dans un système commercial structuré16. Il a d’abord agi comme facteur au service de sa famille, puis a mis des années à se faire reconnaître par les grands marchands, sans être pour autant capable de se placer sur les marchés lointains comme les Antilles ou l’Europe du Nord. Cependant, Silvia Marzagalli a constaté la fréquence des ascensions marchandes au XVIIIe siècle, soulignant une mise à l’épreuve fréquente dans le monde négociant : des jeunes très doués avec peu de ressources sont poussés en avant par des hommes installés17.

  • 18 Bayard F., « Voyager plus pour vendre plus. Les commis voyageurs lyonnais au XVIIIe siècle », Entr (...)

9Loubeau de Saint-Frajou a sans doute pu le faire grâce à d’indéniables compétences. Il a en effet été marchand à Toulouse pendant une dizaine d’années, avant de tenir des livres à Rouen lors de son passage chez les Grard. Il a pu alors être utilisé par les négociants saint-quentinois comme une sorte de voyageur de commerce. La pratique des voyages par des agents salariés se développe dans le commerce textile lyonnais depuis les années 1720-1730, mais aussi dans le commerce des vins de Champagne dans les années 1760-177018. Ces voyageurs forment une véritable pépinière pour recruter de nouveaux associés, mettant à l’épreuve les qualités techniques, relationnelles mais aussi physiques (endurance, soin de la présentation) des agents. Ajoutons qu’il a pu bénéficier aussi de la conjoncture commerciale favorable après 1763, incitant peut-être les négociants de Saint-Quentin à faire confiance à un jeune agent.

  • 19 Dans les années 1780, c’est la première région qu’a visité le jeune négociant Jean-Remi Moët d’Épe (...)
  • 20 Musset B., Vignoble de Champagne et vins mousseux. Histoire d’un mariage de raison (1650-1830), Pa (...)

10Une fois à Reims, il s’intègre rapidement dans le commerce des vins rouges en tonneaux entre la Champagne et les Flandres. Il fait ses premiers achats à des marchands de vin de Reims en août 1766. Mais dès janvier 1767, il achète des vins directement dans le vignoble, participant à la grande campagne d’achats pour les envois du printemps. Ayant raté la campagne de l’automne 1766, il réussit à se caler très vite dans le calendrier des affaires. Il faut rappeler que le commerce des vins entre Reims et les Flandres est à ce moment très intense, mais également très structuré, laissant peu de place aux nouveaux venus. C’est un trafic majeur pour l’économie rémoise depuis le XIVe siècle, avec chaque année l’exportation de 10 000 à 30 000 pièces de vin, mettant en mouvement des centaines de voituriers de Reims et des Flandres. La régularité des échanges a tissé des liens très étroits, conduisant les marchands rémois à voyager personnellement en Flandre19. En sens inverse, les Flamands se déplacent également, comme le traduit l’installation à Reims au début des années 1760, du Lillois, Théodore Vanderveken (1725-1799), issu d’une famille de négociants lillois, devenu un important négociant de vins en tonneaux et en bouteilles20.

  • 21 Ibid., p. 479-491.

11Cependant, ce commerce des vins à Reims était relativement fermé. La production, très atomisée entre une multitude de producteurs, est drainée par des courtiers qui assurent la relation entre les deux régions, laissant les vins chez les vendeurs qui expédient au fur et à mesure. Dans ce commerce des vins, les nouveaux venus paraissent rarissimes. à Épernay, une dizaine de familles contrôlent le courtage et le commerce des vins, avec en tête les Moët et les Quatresous de Partelaine. À Reims, c’est surtout le négoce textile qui fournit les gros bataillons. Le cas le plus célèbre est celui des Ruinart, dont les livres de comptes permettent de suivre, à partir de 1729 le passage progressif des draps aux vins. Les autres familles figurant parmi les expéditeurs de vin dans les registres du Contrôle des Actes sont également bien connues dans le négoce des draps : Tronsson, Bourgogne Ledoux, Sutaine Bouron, Allart de Maisonneuve, Dusautoy, Savoye21.

  • 22 AD de la Marne, dépôt de Reims, 18 B 2150, « État général des affaires ».

12Pourtant, à peine installé, Loubeau parvient à enlever des vins chez des producteurs ayant pignon sur rue. Certes, il trouve des vins chez des fournisseurs modestes : quelques vignerons de Villers-Franqueux près de Reims, d’Ambonnay, Mareuil-sur-Ay. Mais la plupart des fournisseurs sont des notables. Il entre ainsi en affaires avec Billecart-Salmon, un bourgeois de Mareuil-sur-Ay, qui fournit des vins en pièces et en bouteilles. Il séduit surtout des religieux : le curé de Tauxières, près d’Ay ; les Bénédictins de Saint-Thierry et ceux de Saint-Nicaise de Reims, produisant chacun plusieurs centaines de pièces par an ; les Augustins de Reims. De même, de nombreux bourgeois de Reims lui vendent des vins : Delattre-Catteau, un marchand de vin moyen en août 1766 ; Benoist-Godinot, un grand négociant textile, dès octobre 1766 ; le négociant Drouet en janvier 1767 ; Champenois-Rocourt en avril 176722.

13Cette percée de Loubeau de Saint-Frajou repose néanmoins sur une tactique commerciale fragile, avec un roulement très rapide du capital afin de compenser son insuffisance initiale. Évidemment, on peut se demander si une telle tactique aurait pu déboucher sur une stabilisation, ou si elle était vouée à l’échec ? Toujours est-il que ses partenaires rémois ont cru – ou voulu croire – à une entreprise viable. François Loubeau commence alors à ouvrir très rapidement son commerce à d’autres marchandises.

  • 23 Dans le grand commerce des vins des années 1790-1810, Moët d’Épernay n’accepta des marchandises qu (...)
  • 24 AD de la Marne, dépôt de Reims, 25 B 74, lettre du 22 juillet 1767.

14C’est par une rotation très rapide de ses fonds que Loubeau est parvenu à faire croître le volume de ses affaires. Il fait d’abord le commerce de marchandises diverses entre Lille et Reims. Sans capital initial important, Loubeau se fait payer en marchandises des Flandres. Pouvant difficilement attendre le paiement des billets à échéance, allant en général de 6 à 12 mois de crédit, il reçoit donc des marchandises en échange des vins qu’il envoie, se chargeant des ventes pour trouver de l’argent. Ce type de troc n’est pas la norme dans le grand commerce, les négociants se réglant surtout en lettres et billets à terme. La prise en charge de marchandises, sans être absolument inédite, est marginale : c’est un complément, voire une grâce accordée à un débiteur23. Les marchandises acceptées par Loubeau, assez diverses, traduisent un véritable bricolage commercial : dentelles de Valenciennes, huile de colza en provenance de Lille, produits de mercerie, fils de toutes sortes. Il y ajoute assez rapidement quelques produits de luxe venus d’autres places, comme les soieries lyonnaises. Dès le 30 août 1766, il entre en affaire avec Fontaine Foy et Cie de Lyon, puis avec la maison Alhumbert en juillet 1767, par l’intermédiaire du voyageur de la maison : il s’engage à vendre des bas de soie, alors que la maison lyonnaise promet de placer des vins en Hollande24. Il importe enfin des produits de quincaillerie de Paris. Il faut dire qu’il a acquis des compétences en horlogerie et bijouterie lors du séjour de Rouen. Il entre en affaire avec Grandjean et Durieux, qui lui envoient des montres en or. En sens inverse, Loubeau place quelques bouteilles de vins de Champagne.

  • 25 Morieux R., « La fabrique sociale des réseaux migratoires. Les ouvriers du lin entre Cambrésis, Pa (...)
  • 26 AD de la Marne, dépôt de Reims, 25 B 73, lettre du 26 septembre 1766.

15Il cherche également à vendre du vin en Angleterre, par l’intermédiaire de Maroteau. Celui-ci n’est pas un inconnu25. Véritable précurseur des délocalisations, il fonde une fabrique de toiles dans le Sussex en 1761, pour en fait y importer des toiles françaises qu’il fait passer pour anglaises, le tout en pleine guerre. Il développe ensuite la production locale avec des ouvriers français. Rentrant en France en 1766, éveillant la méfiance de Choiseul lui-même alerté par l’intendant, il recrute des ouvriers français dans des ateliers plus ou moins fictifs, pour les envoyer en Angleterre former des Anglais. Dès septembre 1766, il propose à Loubeau de vendre des vins en Angleterre, par l’entremise de marchands de Saint-Quentin26. Loubeau s’engage à trouver en urgence de grandes quantités de vins en bouteilles. Rappelons qu’à ce moment, les ventes directes de vin de Champagne en Angleterre sont limitées. Certes, des vins mousseux sont consommés en Angleterre, mais en très petites quantités du fait des droits de douane presque prohibitifs frappant les vins français. L’idée est certainement venue de Maroteau, constatant que seul Ruinart de Reims y faisait des ventes. Il y avait à l’en croire un débouché très important à conquérir. Mais de tels envois ne sont pas aisés puisqu’il faut d’abord transporter les vins jusqu’à Boulogne-sur-Mer, destination inhabituelle pour les voituriers rémois chargés de vins. Le négociant rémois aurait envoyé 1 800 bouteilles seulement en Angleterre.

16D’après les comptes reconstitués par les créanciers, Loubeau a réalisé un volume d’affaire exceptionnel avec Maroteau. Il aurait expédié pour 48 858 livres de vins, dont 287 pièces de vin rouge pour Lille et Bruxelles. Or, il n’a touché que 9 182 livres pour ces envois au moment de sa fuite. Intrigués, les magistrats se sont demandés si ce compte n’était pas fictif pour camoufler les pertes de Loubeau. Toujours est-il que ces expéditions ont profondément déstabilisé les affaires du négociant.

L’intégration sociale : une sociabilité marginale ?

17Nouveau venu dans la place rémoise, Loubeau a dû trouver des partenaires commerciaux : vendeurs, acheteurs, prêteurs, manutentionnaires, collaborateurs divers. Dans ce domaine, les sociabilités « privée » et « d’affaires » ne se différencient guère, l’une soutenant l’autre. La part de confiance dans la vie des affaires, avec des paiements retardés, des achats à crédit, des promesses de vente est telle que le démarrage est nécessairement lent et délicat, surtout pour un étranger avec peu d’argent.

18Les témoins ont volontiers dessiné une sociabilité « au rabais », laissant entrevoir une véritable stratégie collective de discrédit du personnage. Mais les interrogatoires ont surtout cherché à éclairer les dernières semaines afin de déterminer le degré de préméditation de la fuite. Ils se sont concentrés sur les domestiques, porteurs, revendeurs, ce qui a permis aux notables d’y échapper largement : peu d’entre eux ont été convoqués. Sur au moins 122 personnes ayant réalisé des affaires avec Loubeau à Reims, une quarantaine seulement a été interrogée.

19L’interrogatoire permet d’entrevoir l’importance d’une véritable « infrasociabilité » liée à l’activité commerciale, dans laquelle la frontière entre limite haute et basse des échanges n’est pas nette. Il y a évidemment le domestique, plus ou moins au courant des affaires. Le négociant a employé Joseph Lousset, fils d’un cardeur, devenu lui-même cardeur après la faillite. Le garçon a été vraisemblablement peu informé. Le négociant affirme ne l’avoir entretenu de ses projets de fuite qu’une fois hors de la ville. Il a été plus proche en revanche du perruquier Jacques Vallin, qu’il a vu tous les jours à partir de janvier 1767, et qui, selon les témoins, connaissait toutes les affaires du Toulousain. Il a employé encore une hotteuse, Marie Pinchard, qui portait souvent des marchandises pour son compte ; les Dupré (père, mère, fille), revendeurs ; le chapelier François Martin, qui a hébergé Loubeau pendant trois mois. Le tableau des témoins montre la limite basse des échanges. Le commerce des vins et des textiles reposait sur une foule de petits métiers : des revendeuses pour les ventes au détail, des voituriers pour le transport, des emballeurs pour la préparation des charrettes, des hotteuses pour le transport des draps, des bouteilles... Plusieurs témoins décrivirent des activités confinant au recel, notamment par l’intermédiaire de la veuve Miché qui a vendu en détail des dentelles et autres produits, et qui a fourni Loubeau à des prix défiant toute concurrence. Mais ces petites gens apparaîtraient sans doute tout autant chez des marchands bien installés.

  • 27 Dans les années 1780, Vanderveken oscille entre 18 000 et 50 000 livres de ventes par an ; archive (...)

20À l’inverse, l’intégration de Loubeau parmi ses pairs est loin d’être négligeable. En deux ans, Loubeau a enlevé pour 70 000 livres de vins. Il s’agit d’un volume d’affaires vraiment élevé, revenant à 35 000 livres par an, qui le situe au niveau des grands marchands de vin rémois27. Nous trouvons parmi les partenaires Champenois-Rocourt (6 145 livres) et Benoist-Godinot (3 160 livres), deux des plus grands négociants textiles de Reims. Les religieux ont également été séduits par le partenariat avec Loubeau : les Augustins (6 669 livres, soit environ 60 tonneaux de vin), les religieux de Saint-Thierry (5 865 livres), ceux de Saint-Nicaise (3 000 livres selon les relevés, mais 30 000 livres selon le chroniqueur Pierre Chastelain), quelques curés de campagne. Enfin, de grands bourgeois et des nobles rémois ont vendu ou acheté à Saint-Fajou : De Montgeot, seigneur d’Hermonville (3 585 livres), une fille Muiron (2 400 livres), un Roland (1 545 livres).

  • 28 AD de la Marne, dépôt de Reims, 25 B 73, lettres des 15 février et 4 octobre 1767.

21Loubeau avait sans aucun doute une réelle facilité à établir des relations. Évidemment, peu de bourgeois sont venus témoigner de leur proximité avec Saint-Frajou. Mais il paraît avoir été une réelle attraction à Reims pendant plus d’un an. Ainsi, le père procureur des Augustins venait manger très souvent chez lui, de même que Godinot Blondel, grand négociant, qui dînait chez lui avec son épouse. Marteau, marchand fripier, aurait dit malicieusement à son voisin que l’on pouvait gagner sa vie avec lui. Aussi paraît-il avoir été chaleureux. La correspondance de Billecart-Joffrin, gros commissionnaire de Mareuil-sur-Ay, montre une réelle confiance. En mars 1767, Saint-Frajou a fait des efforts importants pour lui fournir des billets alors que Billecart était menacé par un acte de saisie. Par la suite, Billecart-Joffrin lui envoie des cadeaux alimentaires : un canard sauvage, des lapereaux, des vanneaux, du poisson, du boudin qu’il venait de fabriquer... Le commissionnaire enquiert en retour de ses ennuis de santé, de sa chute de cheval ou de son mal de dos28.

22Les témoins ont néanmoins davantage insisté sur sa sociabilité féminine et ses entreprises de séduction amoureuse, que sur celles relatives à son commerce. Là encore, on ne peut exclure la stratégie de disqualification : présenter un homme sous l’emprise des femmes est une manière d’expliquer la faillite. Cependant, il faut admettre que les relations féminines de Loubeau ne correspondent pas à la grille promue par cette société.

  • 29 Idem, 18 B 2150, interrogatoire du 23 juin 1769.
  • 30 AD de la Haute-Garonne, état civil numérisé, 2 E IM 8416 (Archives municipales de Toulouse, GG 329 (...)

23Nous avons déjà évoqué le mariage de Loubeau de Saint-Frajou à Toulouse. Il avoue son mariage, conclu six ans auparavant le 23 juin 1769, après plusieurs séances d’interrogatoire, tout en ajoutant, froidement qu’« il ne sait si elle est encore29 ». Ce fait était de toute évidence inconnu depuis son arrivée à Reims. En revanche, il n’aborde à aucun moment l’existence de ses quatre enfants, ce que les magistrats ne devaient pas ignorer. C’est d’ailleurs sans doute pour cela qu’il a situé son mariage en 1763, époque de sa fuite, au lieu de 1752. Ce mariage paraît socialement assez mal assorti. François Loubeau et sa femme étaient tous les deux mineurs, ce qui laisse suspecter un mariage d’urgence. L’époux était étudiant, fils de marchand, neveu d’un grand chirurgien et parent d’avocats, alors que l’épouse était la fille d’un couvreur, parent d’un tavernier30.

  • 31 AD de la Marne, dépôt de Reims, 18 B 2150, « Relevé des charges... ».

24Une fois à Reims, ses relations avec les femmes le marginalisent progressivement. Il faut dire que loin de ses bases, Loubeau « se faisait passer dans Reims pour garçon et faisait entendre qu’il voulait se marier31 ». Il s’intéresse d’abord à Mlle Lebrun, issue bonne famille, fille d’un important marchand tanneur de la ville et ancien échevin de la ville. Leurs relations vont jusqu’à l’échange de cadeaux : une tabatière en argent pour lui, une pièce de 24 livres pour elle. Il abandonne alors la stratégie du mariage.

  • 32 Idem, selon un seul témoin ; il « fouettait » [sic] ladite Coutelet.
  • 33 Idem, 25 B 73, lettre du 14 février 1768.

25Il s’affiche ensuite avec la femme Coutelet, sa voisine, quelque part entre août et décembre 1766. Cette fois, il s’agit clairement d’un double adultère, puisqu’elle est la femme d’un important boulanger. Le négociant fait sa connaissance lorsqu’il loge chez un voisin, le chapelier Martin. Il vient chez elle quand le mari n’est pas là, et elle vient souvent chez lui. D’après un témoin, il se promène fréquemment avec elle sans aucune pudeur sous les murs de la ville32. De manière plus étonnante, Billecart Joffrin, nullement choqué, le prie plusieurs fois dans ses lettres de saluer Mme Coutelet comme si elle était sa femme33.

  • 34 Idem, 18 B 2150, « Relevé des charges... ».
  • 35 Idem, information du 27 avril au 7 mai 1768 ; témoignage de Ponce Régnier, lieutenant des perruquie (...)

26Il est encore vu très souvent avec une certaine Dupré. Fréquentant la maison de Saint-Frajou, seule ou avec son mari et même sa fille, elle vient surtout pour ses affaires. La veuve Miché affirme qu’elle a cessé toute affaire avec Saint-Frajou à partir de mars 1768, « à cause des mauvais bruits qui couraient sur son compte34 ». Selon un autre témoin, la fille Dupré, elle aussi familière de Loubeau, a pris l’habitude de décacheter elle-même les lettres commerciales35.

  • 36 Idem, « Relevé des charges... ».

27Il héberge enfin deux femmes. Il s’agit d’abord de l’énigmatique madame Grard, femme du marchand de Rouen, associée selon certains, maîtresse selon d’autres. Elle habite chez lui, ouvre – elle aussi – le courrier. Mieux, elle accomplit plusieurs voyages de commerce pour lui en Flandres. Les correspondants flamands la saluent également dans leurs lettres comme son épouse. Selon un témoin, « elle agissait en maîtresse dans la maison36 ». Pourtant, elle n’est pas seule puisqu’une certaine Dochy est également chez lui dans les dernières semaines. Elle est la femme d’un marchand de Nancy avec lequel il a fait des affaires. Dochy lui-même est venu à Reims, avant d’y envoyer son épouse, après être entré en procédure de faillite... C’est lui que Loubeau retrouve pendant sa fuite.

  • 37 Idem ; « quand la Grard était là, elle y venait très peu ».

28Pour les témoins, dont beaucoup sont elles-mêmes des femmes réglant visiblement des comptes entre elles, les femmes sont la preuve du discrédit de Loubeau, constituant un champ de forces incontrôlable. La Dupré devient une sorte de force de l’ombre manipulant Loubeau. Un témoin vient dire que la Grard couche avec Loubeau quand elle est là, et que la Coutelet elle-même n’ose pas venir37. Un autre témoin affirme que la Grard couche aussi avec la fille Dupré, une voisine le lui ayant dit. De même, la Grard elle-même se serait vantée de diriger les affaires à la place de Loubeau.

29On ne peut qu’être dubitatif quant au cercle vicieux enclenché par Loubeau. Soit Loubeau était un escroc qui n’avait aucune intention de rester dans la ville, soit il s’est laissé porter par les événements sans aucun calcul. Ses affaires paraissent avoir été sérieuses à l’origine. C’est d’ailleurs ce qu’il a plaidé durant un interrogatoire. Mais la cause de sa facilité à monter des affaires devient aussi la cause de son échec. Comme « homme nouveau », il séduit, bénéficie d’un « capital » sympathie. Mais sa situation matrimoniale interdit toute stratégie « normale » d’intégration passant par un mariage. Sans doute cette intégration était-elle vouée à l’échec.

L’échec : entre préméditation, fuite en avant et rejet

30Les affaires de Loubeau deviennent franchement hasardeuses à partir de la fin 1767, le menant à une banqueroute frauduleuse. Le processus de désintégration des affaires d’un homme qui a su se faire passer pour un négociant honorable mérite examen, afin de comprendre les difficultés de démarrage d’une entreprise commerciale dans une place déjà cadenassée par un négoce local puissant.

  • 38 Jadart H. (éd.), Journal de Dom Pierre Chastelain, bénédictin rémois, 1709-1782, Reims, Michaud, 1 (...)

31La banqueroute frauduleuse ne fait aucun doute, et relève de tous les critères la définissant dans l’ordonnance de 1673. En effet, le négociant cherche à échapper à ses créanciers, tout en détournant de l’argent. Il fuit en effet le 17 avril 1768 avec quelques actifs, en particulier des montres et dentelles faciles à emporter. Mais il cède surtout des actifs en dessous de leur valeur à cinq créanciers au détriment des autres. Il a de fait des complices qui sont au courant de sa fuite. Repris à Besançon quelques semaines plus tard, il est emprisonné à Reims, y tombant malade, avant d’être transféré à Paris pour l’appel. Il est finalement condamné au carcan, au remboursement et au bannissement pour neuf ans. Selon le bénédictin Chastelain, les créanciers n’ont pas récupéré grand-chose, et ont même dû payer la quasi-intégralité des frais de procédure38.

  • 39 AD de la Marne, dépôt de Reims, 18 B 2150, interrogatoire du 10 juillet 1771.
  • 40 Idem, interrogatoire de Loubeau, s. d. [1769].
  • 41 Ce genre de pratique comptable assez approximative n’est pas rare. Le grand négociant bordelais Je (...)

32De son côté, Loubeau plaide la malchance dans ses affaires. La question de la culpabilité n’est pas centrale pour nous. Ce qui importe surtout est de comprendre comment il a pu se fondre dans les milieux marchands locaux sans éveiller les soupçons. Pour sa part, Loubeau reconnaît les errements des derniers mois, car « dans ses achats, il croyait faire de bonnes affaires, et que dans les ventes qu’il a faites, il n’a pas toujours vendu à perte, et qu’il ne l’a fait que dans les derniers temps de son séjour à Reims39 ». L’examen des comptes, partiellement reconstitués, nous montre le déséquilibre progressif de ses affaires. En 1766, son actif théorique dépasse le passif de 4 987 livres. De janvier à juin 1767, l’écart n’est plus que de 550 livres. Puis c’est la plongée au second semestre 1767 avec des pertes de 8 936 livres, puis 12 538 livres pour les quatre mois de 1768, constituant une indéniable fuite en avant. En avril 1768, Saint-Frajou a 20 000 livres de créances à honorer. Pourtant, grâce à un voyage en Flandre, il réussit à payer les deux tiers. Cependant, la tenue des comptes, totalement fantaisiste, confirme l’abandon. Ceux-ci paraissent avoir été bien tenus jusqu’au milieu de 1767, avant de sombrer dans une négligence caractérisée. À propos de son compte avec Demongeot, il reconnaissait par exemple l’achat « en différentes fois des vins de lui, qu’il a pu ne pas marquer la totalité sur ses livres40 ». Plusieurs achats de vins ne sont, d’ailleurs même pas répertoriés dans ses comptes. En fait, il se contentait d’un cahier servant de journal, sans reporter les sommes sur un grand livre afin de mesurer les sommes dues et à payer41.

  • 42 Dans les années 1960-1970, les faillites ont été étudiées comme révélateur des phases de croissanc (...)
  • 43 Ce système de défense est classique et logique. Natacha Coquery montre que les faillis insistent s (...)
  • 44 Musset B., Vignoble de Champagne..., op. cit., p. 218.

33L’affaire paraît donc entendue. Dans le débat historiographique sur les faillites, Loubeau viendrait alimenter sans mal la thèse de la responsabilité du failli42. Néanmoins, la conjoncture n’est pas étrangère au dérèglement de ses affaires. Lui-même insiste sur sa malchance, ce qui mérite examen43. Il faut signaler que la récolte 1767 a été absolument catastrophique, avec le niveau très bas de 5 hectolitres de vin par hectare, soir 15 à 20 % d’une année moyenne en Champagne. Il s’agit ni plus ni moins de la plus mauvaise récolte depuis 1709. Les prix n’ont pas compensé les pertes, doublant tout au plus44.

34Dès lors, le commerce de Loubeau fond rapidement. Il achète pour au moins 60 000 livres de vins de la récolte 1766 ; il ne dépasse pas les 30 000 livres pour la récolte 1767. De plus, le vin est de qualité médiocre, appuyant les réclamations des acheteurs. Parallèlement, il fait de mauvaises affaires en Flandres, perdant beaucoup d’argent sur des huiles de mauvaise qualité restées à sa charge. Signalons encore de grosses créances impayées, comme les 10 000 livres de Courtois de Cambrai qui auraient dû être recouvrées en octobre 1767, ou encore les énigmatiques 40 000 livres de Maroteau. Derrière l’escroquerie manifeste, il y a donc une vraie faillite commerciale. Une gestion sommaire a été mise en échec par une conjoncture difficile.

  • 45 Marzagalli S., art. cité, p. 213-215. Jean-Pierre Hirsch montre dans une analyse très fine en quoi (...)

35Dès lors, la mauvaise conjoncture de l’année 1767 frappe et crispe tout le monde, et la majorité des acteurs résiste. Mais pour résister, il faut de l’argent, souvent issu de la famille et des proches alliés. C’est précisément ce dont manque Saint-Frajou, payant chèrement son isolement. Ses partenaires commerciaux à Reims lui imposent des conditions très dures qu’ils n’auraient sans doute pas pu imposer à leurs partenaires habituels. C’est ce que dénonce l’avocat de Loubeau dans un mémoire judiciaire de 1769. Il accuse les négociants rémois de l’avoir malmené, le conduisant à une faillite irrémédiable en lui imposant des conditions d’échange plus dures qu’aux autres, parce qu’il n’était pas du sérail : paiements plus courts, gages plus élevés, des prêts plus chers. Évidemment, il n’y a rien d’étonnant dans tout cela. Loubeau était un nouveau venu sur la place, devant établir son crédit et sa réputation. Ces mises à l’épreuve des nouveaux venus dans le monde commercial sont connues45.

  • 46 AD de la Marne, dépôt de Reims, 18 B 2150, mémoire pour Loubeau de Saint-Frajou, 2 septembre 1769.

36Mais Saint-Frajou estime avoir été victime d’un complot de plusieurs négociants bien installés. Ainsi Champenois-Raucourt lui tend un véritable piège en octobre 1767. Promettant d’examiner des toiles de Courtrai, achetées 5 471 livres par Loubeau, il envoie sa belle-mère et sa femme qui, finalement, refusent les toiles. Le vendeur aux abois ne trouvant comme un fait exprès aucun autre acheteur, il se retourne vers Champenois, qui promet de trouver quelqu’un sans rien en faire : « Ces démarches n’étaient que feintes et pour empêcher que le suppliant n’en fît lui-même la vente46. » Finalement, Champenois lui fait vendre à Perthois-Barré pour 3 200 livres, soit presque 50 % de remise. Pressé – Champenois a réussi à faire attendre son vendeur jusqu’après la foire pour ruiner les débouchés –, Saint-Frajou se résout à lui vendre malgré la perte.

  • 47 Idem.

37Aux abois au début de 1768, il est traité de la même manière par Leclère-Bara et Géruzé. Ceux-ci lui prêtent de l’argent pour payer ses dettes contre une très grosse caution en marchandises d’une valeur de 7 500 livres (dentelles, toiles fines, serviettes, nappes...). Loubeau se retourne alors vers Champenois-Raucourt qui dénonce les pratiques des « gens de cette espèce », prêtant l’argent à Loubeau et se mettant en charge de récupérer les marchandises chez les deux autres, qui refusent. Selon Loubeau, Leclère-Bara a simulé un malaise pour mettre fin à la négociation : il « fit des contorsions affreuses accompagnés de cris plaintifs. Il semblait que cet homme fut tombé en convulsions. On le mit dans son lit sans avoir pu arracher une parole. Cet incident arrêta tout. » Champenois-Raucourt, redevenu moins scrupuleux, a alors pris en personne les marchandises restantes (3 000 livres) contre une reconnaissance de 4 000 livres47 ! L’acte de faillite est pratiquement scellé.

  • 48 Hirsch J.-P., op. cit., p. 61-70, p. 143-185.

38Ce traitement différentiel des acteurs en fonction de leur statut est connu. Jean-Pierre Hirsch a montré l’existence de règles tacites dans le négoce lillois, insistant sur la tension entre discours libéraux et pratiques communautaires. Il note que les nouveaux venus sont très rares des années 1750 aux années 1780, et même que ceux-ci sont de véritables épouvantails cachant les héritiers. Les négociants installés développent entre eux des relations privilégiées. Le crédit est ainsi une affaire entre générations d’une même famille, comme l’illustre l’exemple de François Durot et de sa manufacture d’indiennes en 1765-1780. Il obtient de solides appuis familiaux pour monter son affaire, bénéficiant de conditions que l’on offre jamais à un associé « étranger », comme une subvention du Magistrat de Lille. Finalement, la clé de la réussite paraît au moins autant dans la sphère des relations privées que dans la compétence individuelle48.

  • 49 Musset B., Vignoble de Champagne..., op. cit., p. 534.
  • 50 Ibid., p. 622-625.

39Dans le commerce des vins champenois des années 1770, nous avons pu observer le traitement différentiel des veuves marchandes de vin à travers leurs correspondances commerciales. On y observe des créanciers plus durs sur les termes de paiement, plus revendicatifs également sur la qualité des vins et les conditions de vente. Les ruptures de parole donnée, si fondamentales dans les affaires, paraissent également plus fréquentes. L’isolement relatif et le statut féminin des partenaires commerciaux autorisent soudainement des comportements que l’on s’interdit du temps de leurs époux49. Plus tard, dans les années 1790-1800, c’est au sein de sa famille que Jean-Remi Moët trouve des secours lors des crises commerciales. Certes, il est un négociant bien installé, avec d’énormes garanties, dont un stock variant de 250 000 à 500 000 bouteilles. Mais lorsqu’il est pris à la gorge, un bon tiers des crédits d’urgence qu’il parvient à trouver provient de membres de sa famille : des cousins d’Épernay, de Châlons, un beau-frère à Reims... Il puise ensuite parmi les négociants-banquiers d’Épernay et de Reims, dont certains lui achètent amicalement des vins, comme lui le fait à l’occasion avec eux. Ce n’est qu’en dernier recours qu’il obtient des crédits à court terme à taux élevé chez des banquiers parisiens puis allemands50.

40Il est évident que Loubeau n’a disposé d’aucun appui semblable. Dans les dernières semaines, pratiquement démasqué, il est véritablement racketté par plusieurs marchands qui lui imposent des conditions de vente inédites. La fragilité de sa situation est connue : plusieurs témoins décrivent une mauvaise réputation, de mauvais bruits, un isolement croissant. Au moins trois personnes – condamnées au remboursement des autres créanciers – profitent de la situation. Mlle Tronsson, marchande, vient lui acheter des toiles à prix cassé : 2 700 livres de marchandises, comptées 800 livres, puis 1 800 livres de mousselines payées 400 livres. Le 17 avril, jour du départ, elle prend encore 2 000 livres de soie pour 500 livres. Hubert Legrand, tonnelier et marchand, prend pour sa part, le 9 avril, des dentelles évaluées à 4 682 livres pour 600 livres comptant. Des témoins le voient emporter en même temps des verres, carafes, salières qui, apparemment, n’ont pas été comptés. Enfin, l’huissier Geny emporte des livres. Son cas est plus grave, puisqu’il est en possession d’un décret de prise de corps obtenu par un créancier. Il fait chanter Saint-Frajou en retardant la prise de corps – pour le laisser fuir – contre des marchandises. Il extorque ainsi pour 2 000 livres de livres pour 200 livres tournois. De tels comportements, considérés comme moralement très graves, ont certainement été motivés par l’isolement de Loubeau. Un marchand rémois installé n’aurait sans doute pu être traité de la sorte. La situation de Saint-Frajou, étranger ayant l’intention manifeste de fuir, justifie un traitement différencié grâce à une garantie d’impunité. Les créanciers malveillants ont certainement pensé ne pas être inquiétés, malgré l’évidence du délit.

*

  • 51 Jadart H. (éd.), op. cit., p. 124.
  • 52 AD de la Marne, dépôt de Reims, 18 B 2150, « Relevé des charges... ».

41Le cas de Loubeau de Saint-Frajou a un caractère atypique, voire marginal. S’il n’est peut-être pas un escroc à son arrivée à Reims en 1766, il l’est devenu de fait lors de sa fuite. Mais dans sa chronique, Dom Pierre Chastelain résume l’ambiguïté du personnage : « Un aventurier ou filoux51. » Il faut dire que dans les mois suivants, Loubeau n’échappe plus à ce destin d’escroc. Il part à Chalon-sur-Saône avec Dochy, de Nancy. Les deux banqueroutiers y réalisent quelques affaires, avant que Loubeau, parti à Besançon, « ayant changé de nom », ne se lance dans un négoce d’horlogerie52.

42Au-delà du « fait divers », ce cas dessine en creux les mécanismes de l’intégration de l’homme nouveau, à travers ses défaillances. Dans tous les domaines, sa tâche est sans aucun doute plus complexe que celle des héritiers. Mais tout laisse croire que la réussite était possible à la fin des années 1760, puisque tout le monde semble y avoir cru. L’intégration économique sans grand capital financier et social préalable a impliqué un échafaudage fragile, reposant sur la prise en compte de marchandises au lieu d’argent, le cumul des produits pour tenter de faire émerger des complémentarités et dégager des capitaux pour alimenter d’autres achats. L’intégration sociale a d’abord pris un chemin très classique, par la recherche initiale d’une alliance matrimoniale qui, là encore, n’a guère éveillé de soupçons, paraissant une démarche « normale ». Les notables rémois n’ont pas dédaigné sa compagnie.

  • 53 Dans leur portrait-robot du patron qui a réussi, comptant dix points, Michel Villette et Catherine (...)

43Quatre aspects de la réussite des hommes nouveaux peuvent être observés, malgré la singularité de ce cas. D’abord le temps. Loubeau n’a tenu qu’un an et demi. Or, le temps est capital pour la construction d’une réputation, que les négociants appellent volontiers le crédit. Ensuite le respect des normes. Celles-ci sont professionnelles (la tenue des livres, le respect des engagements), mais aussi et surtout sociales. En ce domaine, Loubeau est un déviant notoire. Sa sociabilité ne correspond pas à son statut social de négociant bourgeois, et jette le discrédit sur l’ensemble de ses activités. La volonté encore, tant mise en valeur pour les grands patrons du XXe siècle, ne paraît guère soutenir les activités de Saint-Frajou53. Reste enfin la mise à l’épreuve. C’est lors des épreuves, quand les statuts deviennent flottants, les repères moins assurés, que les hommes nouveaux s’imposent. La première épreuve, la crise viticole de 1767, a mis fin au fragile assemblage des affaires de Loubeau. Mais peut-être n’avait-il pas l’intention, quoiqu’il arrivât, de les poursuivre.

Notes

1 Dans le t. 2 de l’Histoire économique et sociale de la France, couvrant la période qui nous concerne, la mobilité est envisagée à la fois collective, mobilisant des groupes sociaux et non des individus, et également conforme aux étapes du matérialisme historique. Braudel F., Labrousse E., Histoire économique et sociale de la France, t. 2, Paris, PUF, 1970, en particulier le chapitre sur « Les nouvelles élites », p. 601-650.

2 Dans l’industrie du coton des années 1760-1840, Serge Chassagne a montré que les réussites s’enracinaient presque toujours dans une tradition familiale mobilisant des atouts techniques et financiers. Chassagne S., Le coton et ses patrons. France, 1760-1840, Paris, EHESS, 1991, p. 93-100.

3 Villette M., Vuillermot C., Portrait de l’homme d’affaires en prédateur, Paris, La Découverte, 2007, 293 p.

4 Naudet J., Entrer dans l’élite. Parcours de réussite en France, aux États-Unis et en Inde, Paris, PUF, 2012, 315 p. ; voir aussi Gauléjac de V. de, La névrose de classe, Paris, [1987] 1999, p. 97-134. Ces questions ont aussi été abordées par Boltanski L., Les cadres. La formation d’un groupe social, Paris, Les Éditions de Minuit, 1982, en particulier p. 451-459, où il aborde la « pathologie de la “promotion” ».

5 Archives départementales [désormais AD] de la Marne, dépôt de Reims, 25 B 72 à 75 et 18 B 2150.

6 Voir la contribution de Vincent Meyzie dans le présent volume, qui distingue les hommes neufs des hommes nouveaux.

7 AD de la Haute-Garonne, état civil numérisé, 2 E IM 8936, Toulouse, paroisse Saint-Étienne, 1732, fol. 19.

8 Idem, 2 E IM 8416, Toulouse, paroisse Saint-Étienne, 1732, fol. 60 v°-61.

9 AD de la Marne, dépôt de Reims, 18 B 2150, interrogatoire du 27 juin 1769.

10 Michaud J.-F., Michaud L.-G., Biographie universelle ancienne et moderne, t. 10, Paris, Michaud, 1852, p. 128-129. Il a guéri Jean-Jacques Rousseau qui parle de son traitement délicat dans les Confessions ; Rousseau J.-J., Collection complète des œuvres de Jean-Jacques Rousseau, vol. 31, Genève, [s. n.], 1789, p. 200. Voir aussi la biographie de Jacques Daran dressée dans le Mémoire pour servir de réponse aux imputations hazardées contre le sieur Daran, écuyer, chirurgien du roi servant par quartier, relativement à l’entreprise du canal de Provence, Paris, Quillau, 1765, 46 p. Il dit être arrivé à Paris en 1744, « sans fortune », et s’être enrichi « par des moyens honnêtes et patriotiques », p. 6. Il aurait gagné dans les années 1750 plus de 60 000 livres par an.

11 Chaussinand-Nogaret G., « Nobles médecins et médecins de cour au XVIIIe siècle », Annales ESC, 1977, 32-5, p. 851-857. Son dépôt de bilan fait état d’un passif de 1 837 634 livres, pour un actif de 1 164 594 livres, sans compter des actions. Selon toute vraisemblance, il servait de prête-nom aux grands nobles qu’il soignait.

12 AD de la Marne, dépôt de Reims, 18 B 2150, « Relevé des charges étant au procès commencé contre le sieur Loubeau de Saint-Frajou », sd.

13 Voir en particulier Hirsch J.-P., Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (1780-1860), Paris, EHESS, 1991, p. 24-50.

14 Pour un tableau des activités économiques rémoises, in Laurent G., Reims et la région rémoise à la veille de la Révolution, Reims, Matot-Braine, 1930, 411 p. Il est repris et légèrement complété par Hunt L., Revolution and Urbain Politics in Provincial France. Troyes and Reims, 1786-1790, Stanford, Stanford University Press, 1978, en particulier le tableau des professions à partir de la contribution foncière de 1792, p. 16.

15 Terrier D., Les deux âges de la proto-industrie. Les tisserands du Cambrésis et du Saint-Quentinois, 1730-1880, Paris, EHESS, p. 73-76.

16 Cornette J., Un révolutionnaire ordinaire. Benoît Lacombe, négociant, 1759-1819, Seyssel, Champ Vallon, 1986, en particulier p. 91-109.

17 Marzagalli S., « Crédit et considération sociale dans le monde du négoce au XVIIIe siècle », inPontet J. (dir.), A la recherche de la considération sociale, Bordeaux, MSHA, 1999, p. 209-225.

18 Bayard F., « Voyager plus pour vendre plus. Les commis voyageurs lyonnais au XVIIIe siècle », Entreprises et histoire, 2012/1, no 66, p. 62-78.

19 Dans les années 1780, c’est la première région qu’a visité le jeune négociant Jean-Remi Moët d’Épernay. Musset B., « L’expérimentation d’une nouvelle pratique commerciale : la maison Moët d’Épernay et ses commis voyageurs (1790-1815) », Entreprises et histoire, 2012/1, no 66, p. 103-115.

20 Musset B., Vignoble de Champagne et vins mousseux. Histoire d’un mariage de raison (1650-1830), Paris, Fayard, 2008, p. 490-491 ; Hirsch, J.-P., op. cit., p. 50.

21 Ibid., p. 479-491.

22 AD de la Marne, dépôt de Reims, 18 B 2150, « État général des affaires ».

23 Dans le grand commerce des vins des années 1790-1810, Moët d’Épernay n’accepta des marchandises que pendant le Blocus continental, et il fit le plus souvent des pertes. Musset B., Vignoble de Champagne..., op. cit., p. 624-625.

24 AD de la Marne, dépôt de Reims, 25 B 74, lettre du 22 juillet 1767.

25 Morieux R., « La fabrique sociale des réseaux migratoires. Les ouvriers du lin entre Cambrésis, Pays-Bas autrichiens et Sussex dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », Documents pour l’histoire des techniques [En ligne], 19, 2e semestre 2010, mis en ligne le 21 juin 2011, consulté le 11 juillet 2013 [http://dht.revues.org/1286].

26 AD de la Marne, dépôt de Reims, 25 B 73, lettre du 26 septembre 1766.

27 Dans les années 1780, Vanderveken oscille entre 18 000 et 50 000 livres de ventes par an ; archives municipales de Reims, FA R 714.

28 AD de la Marne, dépôt de Reims, 25 B 73, lettres des 15 février et 4 octobre 1767.

29 Idem, 18 B 2150, interrogatoire du 23 juin 1769.

30 AD de la Haute-Garonne, état civil numérisé, 2 E IM 8416 (Archives municipales de Toulouse, GG 329), paroisse Saint-Étienne de Toulouse, 10 octobre 1752, fol. 60 v° et 61 : Jean-Luc Belesta, couvreur et Jean Mandou, tavernier.

31 AD de la Marne, dépôt de Reims, 18 B 2150, « Relevé des charges... ».

32 Idem, selon un seul témoin ; il « fouettait » [sic] ladite Coutelet.

33 Idem, 25 B 73, lettre du 14 février 1768.

34 Idem, 18 B 2150, « Relevé des charges... ».

35 Idem, information du 27 avril au 7 mai 1768 ; témoignage de Ponce Régnier, lieutenant des perruquiers, sa femme, et Jeanne Guérin, servante du médecin Thomas Delarbre.

36 Idem, « Relevé des charges... ».

37 Idem ; « quand la Grard était là, elle y venait très peu ».

38 Jadart H. (éd.), Journal de Dom Pierre Chastelain, bénédictin rémois, 1709-1782, Reims, Michaud, 1902, p. 129.

39 AD de la Marne, dépôt de Reims, 18 B 2150, interrogatoire du 10 juillet 1771.

40 Idem, interrogatoire de Loubeau, s. d. [1769].

41 Ce genre de pratique comptable assez approximative n’est pas rare. Le grand négociant bordelais Jean Pellet lui-même avouait à son fils qu’il avait toujours tenu des comptes assez négligés ; Cavignac J., Jean Pellet, commerçant de gros, 1694-1772, Paris, SEVPEN, 1967, p. 36 ; « Je ne me suis pas piqué d’une grande régularité », mais il ajoute fièrement que « je savois m’en donner conte de quelque manière que je les rangeais ».

42 Dans les années 1960-1970, les faillites ont été étudiées comme révélateur des phases de croissance et de crise. Elles ont été étudiées depuis davantage sous l’angle des pratiques professionnelles, commerciales, comptables. Jean-Pierre Hirsch a montré la gestion communautaire des faillites par les marchands lillois : Hirsch J.-P., op. cit., « Le règlement des faillites : un objet constamment irritant », p. 85-92. Natacha Coquery a réalisé une étude de cas complète sous l’angle des pratiques, démêlant les chaînes des réseaux du crédit : Coquery N. Tenir boutique à Paris au XVIIIe siècle, Paris, CTHS, 2011, p. 211-260.

43 Ce système de défense est classique et logique. Natacha Coquery montre que les faillis insistent souvent sur la malchance dans la conduite de leurs affaires. Coquery N., op. cit., p. 255.

44 Musset B., Vignoble de Champagne..., op. cit., p. 218.

45 Marzagalli S., art. cité, p. 213-215. Jean-Pierre Hirsch montre dans une analyse très fine en quoi la procédure de faillite est une sorte de miroir des valeurs du groupe. L’examen des affaires des faillis permet de dresser en creux le portrait de la vraie bonne entreprise. Hirsch J.-P., op. cit., p. 83-108.

46 AD de la Marne, dépôt de Reims, 18 B 2150, mémoire pour Loubeau de Saint-Frajou, 2 septembre 1769.

47 Idem.

48 Hirsch J.-P., op. cit., p. 61-70, p. 143-185.

49 Musset B., Vignoble de Champagne..., op. cit., p. 534.

50 Ibid., p. 622-625.

51 Jadart H. (éd.), op. cit., p. 124.

52 AD de la Marne, dépôt de Reims, 18 B 2150, « Relevé des charges... ».

53 Dans leur portrait-robot du patron qui a réussi, comptant dix points, Michel Villette et Catherine Vuillermot, insistent sur ce paramètre, à travers la poursuite de l’intérêt égoïste ; Villette M., Vuillermot C., op. cit., p. 35. De toute évidence, Loubeau de Saint-Frajou n’était pas du tout animé par cette volonté, cédant plus volontiers au divertissement.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540