Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hommes nouveaux et femmes nouvelles

 | 
Benoît Musset

Deuxième partie. Les hommes nouveaux en action : parcours de mobilité

La figure d’un letrado-juriste en Espagne dans la première moitié du XVIIe siècle. L’homme nouveau à l’épreuve des régimes d’historicité

Sébastien Malaprade

Texte intégral

1Tel est le discours que tient Don Quichotte au chapitre XXXVIII de la première partie du chef-d’œuvre de Cervantès, propos qualifiés de « brillant » par le narrateur :

  • 1 Cervantès M., [Trad. Alice Schulman], L’ingénieux hidalgo, Don Quichotte de la Manche, t. i, Paris (...)

« Et revenons à la prééminence des armes sur les lettres, qui reste encore à prouver, malgré les arguments avancés de part et d’autre. Du côté des lettres on prétend que sans elles le métier des armes ne pourrait exister, car la guerre aussi est assujettie à des lois, et que les lois sont du domaine exclusif des lettres et des lettrés. À cela les partisans des armes rétorquent que les lois ne pourraient se maintenir sans elles, car c’est avec les armes que les États sont défendus, les royaumes conservés, les villes gardées, la sécurité des chemins assurée, les mers purgées des corsaires ; bref, que sans leurs secours, les États, les royaumes, les monarchies, les villes, les routes de terre et de mer seraient la proie du désordre et des excès qu’engendre la guerre, aussi longtemps qu’elle dure et qu’on la laisse user de ses privilèges et de ses violences1. »

2La voie des lettres désigne ici, non pas le souffle littéraire – dont Cervantès se fait l’interprète – mais bien la voie juridique et ses représentants, les juristes, dénommés letrados en Castille.

  • 2 Ces rivalités ne se sont pas seulement verbales, elles se traduisent également par des affrontemen (...)
  • 3 Pelorson J.-M., Les letrados, juristes castillans sous Philippe III, Recherches sur leur place dan (...)

3Ce passage constitue un écho célèbre au débat sur la nature de la noblesse et renvoie à la crise d’identité que le deuxième état traverse dans la première modernité. Le modèle d’une noblesse articulée au sang et au lignage est-il exclusif ? Quelle est la légitimité d’une noblesse fondée sur le savoir ? Le service du roi par le droit confère-t-il aux juristes une dignité égale à celle des bellatores ? Le manifeste de Cervantès pour les armes est une émanation littéraire de la guerre de papier que se livrent juristes, théologiens, prédicateurs et moralistes2. Si elle ne date pas du XVIe siècle et connaît ses premiers soubresauts dans l’Europe de la fin du Moyen Âge, la controverse prend une ampleur particulière en Espagne et en France au XVIe et au XVIIe siècles3.

  • 4 Chaussinand-Nogaret G. (dir.), Histoire des élites en France du XVIe au XXe siècle, Paris, Pluriel (...)
  • 5 Andújar Castillo F., Del Mar Felices de laFuente M., (dir.), El poder del dinero, Ventas de cargos (...)

4Le débat s’enracine dans l’émergence d’un groupe social, désireux de légitimer sa promotion par l’usage de ses compétences juridiques, à une période où la consolidation de l’appareil monarchique réclame des spécialistes du droit dans les cours de justice et dans les Conseils de la monarchie espagnole. La consolidation du groupe des légistes se traduit par des trajectoires sociales ascendantes chez les officiers dont les historiens ont souligné l’« offensive » contre la vieille noblesse4. Le phénomène est accentué par la possibilité d’intégrer le groupe nobiliaire via l’achat d’offices anoblissants, bien qu’en Espagne cette voie d’accès soit moins empruntée qu’en France5.

  • 6 Pérez J., « Les letrados », in Pérez J., De l’humanisme aux lumières. Études sur l’Espagne et l’Am (...)
  • 7 Jago C., « La crisis de la aristocracia en la Castilla del siglo XVII », in Elliott, J. H., Poder (...)

5L’intégration de ces hommes nouveaux à la noblesse est conflictuelle : en effet, les letrados menacent les privilèges des familles établies de longue date dans l’aristocratie. Face à leurs prétentions, la vieille noblesse réagit paradoxalement sur le terrain des juristes, en prenant sa part à la formulation de l’idéologie nobiliaire et en inventant de nouveaux critères de légitimation et de distinction. Les détracteurs des juristes s’irritent contre leur incompétence et relèvent l’inaptitude de ces hommes à l’action politique ; ils arguent que les fonctions de gouvernement ne peuvent incomber aux non-nobles6. Aussi chaque camp oppose-t-il à l’autre des valeurs, des représentations, les antagonistes se disputant la définition de la catégorie nobiliaire. Le sentiment de traverser une crise politique chez la noblesse espagnole de vieille extraction, privée de ses prérogatives politiques, est accentué par son reflux économique de la fin du XVIe siècle jusqu’au règne de Charles II7. Le règne de Philippe II – représenté entouré de ses letrados et reclus dans l’Escorial – aurait renforcé le clivage entre les juristes et une aristocratie se lamentant de son éviction du pouvoir.

6En Espagne, les principaux auteurs de traités sur la noblesse sont Juan Arce de Otalora, Juan García de Saavedra, Gonzalo Argote de Molina, Pedro Jerónimo de Aponte, Castillo de Bobadilla, Juan Benito Guardiola, Bernabé Moreno de Vargas ou encore Diego de Saavedra Fajardo.

7L’opposition fonctionnelle armes/offices se double d’une distinction fondée sur le rôle prêté au temps dans la constitution de la noblesse. Les adversaires de la noblesse de robe posent le caractère problématique de l’anoblissement, à l’origine d’une mutation d’identité, d’un travestissement, d’un passage d’un état à un autre. Ils expriment leur mépris pour la nouveauté de la noblesse récemment acquise. L’usage d’une terminologie valorisant l’ancienneté atteste du discrédit jeté sur la noblesse de privilège – appelée aussi noblesse politique – en Espagne. Les letrados contre-attaquent en faisant des mérites, gagnés dans l’étude et le service du prince, la source d’une noblesse d’autant plus prestigieuse qu’elle émane de la volonté du roi.

  • 8 Hartog F., Régimes d’historicité, Présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seuil, 2012 (2003 (...)
  • 9 Ibid., p. 38.

8Le débat renvoie à une expérience et à des représentations discordantes du temps. Mon projet est de relire ces deux argumentations – les défenses d’une noblesse personnelle liée à l’exercice de la judicature (la nobleza de letras) et à la reconnaissance des mérites par le prince d’une part, et d’une noblesse de sang (la hidalguía), qui repose sur la transmission de qualités naturelles répétées dans le temps d’autre part – à l’aune du concept de régime d’historicité, forgé par François Hartog8. Au travers de l’affrontement idéologique entre noblesse de robe et noblesse de sang, au XVIe et au XVIIe siècle, deux valeurs du temps sont défendues pour légitimer des positions hiérarchiques. La crise de conscience que traverse la noblesse durant cette première modernité n’est-elle pas une « crise du temps », un moment où, comme l’entend François Hartog, « les articulations du passé, du présent et du futur » viennent à perdre de leur évidence9 ?

9Ces réflexions s’appuient sur l’étude de la trajectoire d’un letrado de la première moitié du XVIIe siècle : Rodrigo Jurado y Moya, un procureur du Conseil des finances évoluant dans la clientèle du comte-duc d’Olivares sous le règne de Philippe IV. Ses désirs d’ascension et son projet de s’agréger à la noblesse sont formulés sans ambages dans la correspondance qu’il entretient avec son frère, Eufrasio. L’attention aux leviers auxquels il recourt pour intégrer l’ordre nobiliaire, les arguments qu’il convoque pour défendre sa noblesse et les stratégies qu’il met en œuvre pour renforcer son lignage disent l’importance qu’il prête au temps dans la formation de sa noblesse.

Les letrados, genèse d’un groupe social

  • 10 Fayard J., Les membres du conseil de Castille à l’Époque Moderne (1621-1746), Paris, Droz, 1979 ; (...)
  • 11 Volpini P., Lo spazio politico del letrado, Juan Bautista Larrea magistrato e giurista nella monar (...)

10La parution dans les années 1980 de trois ouvrages majeurs abordant la sociologie des juristes espagnols a précédé une période de reflux historiographique sur cette question10. Depuis une dizaine d’années, les historiens ont reconsidéré la figure du juriste espagnol en s’attardant sur son rôle et sa culture politique11.

  • 12 Turtas R., Studiare, instruire, governare. La formazione dei letrados nella Sardegna spagnola, Sas (...)

11Le letrado est d’abord un individu passé par les universités espagnoles, en Castille ou dans les territoires de l’empire12. Le terme désigne le détenteur de diplômes universitaires : les licenciés et les docteurs. Bien qu’au début du XVIe siècle, il soit encore utilisé pour désigner des étudiants en théologie et en médecine, à la fin du siècle, le qualificatif ne concerne plus que les seuls juristes, les civilistes comme les canonistes. Dans la pratique professionnelle, l’éventail des métiers est stratifié par une hiérarchie de conditions au sein de la communauté letrada ; d’un monde qualifié d’infra letrado – greffiers, rapporteurs, assesseurs –, aux juges des audiences et des chancelleries en passant par les grands officiers des Conseils de la monarchie.

12Le XVIe siècle voit une augmentation très nette du nombre de letrados. Selon Richard Kagan, les universités se convertissent en réservoir à juristes, plus de la moitié des étudiants optant pour ce parcours académique. Cette tendance s’accentue au XVIIe siècle : à Valladolid et à Salamanque, qui abritent cinq des six collèges majeurs (colegios mayores) – les centres d’enseignement les plus prestigieux formant la haute administration espagnole –, quatre-vingt-quinze pour cent des étudiants se graduent en droit dans la première moitié du XVIIe siècle. Guidés par la promesse de charges lucratives, les candidats se pressent aux portes des universités : entre 1556 et 1621, l’effectif étudiant triple pour se stabiliser autour de quinze mille individus au XVIIe siècle. Les débouchés offerts par les professions juridiques (à l’échelon municipal, central, au sein de l’Inquisition ou de la justice seigneuriale) expliquent le nombre de vocations jusqu’au règne de Philippe III ; un ralentissement se produit alors, conséquence de la saturation du marché de l’office et d’un tarissement des débouchés.

  • 13 Chartier R., Julia D., Revel J. (dir.), Les Universités européennes du XVIe au XVIIIe siècle, t. I (...)
  • 14 Castellano J. L., « La movilidad social. Y lo contrario », in Gómez González I., López Guadalupe M (...)

13À l’échelle européenne, la promotion de ces juristes, modelés par un socle culturel commun, a été analysée : elle résulte de la nécessité de recruter des hommes capables de mettre leurs qualifications au service de monarchies dont les systèmes législatifs et judiciaires se complexifient13. Cet emploi de juristes répond donc à des besoins administratifs et judiciaires accrus. Le service du roi, qu’il résulte de la pratique du droit, de la mise à disposition de compétences financières ou de l’usage des armes, devient un levier fondamental de l’ascension sociale. Juan Luis Castellano considère l’État comme le principal moteur de la mobilité sociale en Espagne entre le XVIe et le XVIIIe siècle14.

  • 15 Le nom du Cid en espagnol.

14La carrière de Rodrigo Jurado y Moya est représentative de ces trajectoires letradas. Le magistrat naît le 4 juin 1584 à Villanueva de Andújar, petit bourg de la province de Jaén, en Andalousie, au bord du Guadalquivir. Il est issu d’une famille de bons propriétaires terriens, dont les ascendances roturières (pecheros) sont compensées par l’intégration de plusieurs parents au sein des tribunaux de l’Inquisition, preuve de leur origine vieille-chrétienne. Grâce au pécule reçu par l’héritage de son père, Rodrigo Jurado entreprend une carrière universitaire. Son ambition le conduit à gagner un centre académique prestigieux. Après un rapide passage par l’université provinciale de Baeza, il rejoint Séville où il intègre le Collège universitaire Santa María de Jesús en 1609, qui forme une grande partie des juristes des provinces américaines. Il quitte la ville en 1615, pourvu du grade de docteur en droit civil pour s’installer à Madrid. Bien introduit dans les réseaux de pouvoirs madrilènes – aux Cortes, où il hérite de son beau-père de l’office comptable de Receveur général – et inséré dans le cercle des affidés d’Olivares, il devient le 5 juillet 1634 procureur de l’impôt des Millones, chargé d’instruire les dossiers relatifs à la principale ressource fiscale du royaume. Les compétences juridiques de celui présenté comme le Rodrigo Díaz de Vivar du droit15, lui valent les faveurs de Philippe IV. Ainsi, quatre ans plus tard, il devient procureur du Conseil des finances. Au cours de cette ascension, il est admis dans les rangs de noblesse en 1636, à l’issue d’un long procès qu’il doit soutenir contre les municipalités d’Andújar et de Baeza. En effet, le corps de ville considère que la famille est roturière.

15Rodrigo Jurado se signale toute sa vie par l’exercice d’offices liés au système fisco-financier : son implication dans le système de recouvrement des impôts – grâce au contrôle qu’il exerce sur les trésoriers et les financiers portugais – lui permet de bâtir une fortune immense, égalant de hauts patrimoines de l’aristocratie (250 000 ducats). Mais en 1643, à la suite de la disgrâce d’Olivares, ses relations avec les milieux financiers et son enrichissement frauduleux sont révélés à l’occasion d’une visite du Conseil des finances (visita de Hacienda). Au terme de la procédure, le procureur est condamné à la perte de ses offices et doit s’acquitter d’une très lourde amende. Cette sentence, puis la mort du personnage un an après, aboutissent au déclassement de la famille et à la fragilisation du lignage.

16Aussi Rodrigo Jurado apparaît-il comme un homme doublement nouveau. Il parvient à s’assimiler à deux groupes auxquels ses ascendants n’avaient jamais appartenu : celui des juristes et celui des nobles.

  • 16 Cremer A., « La genèse de la noblesse de robe », RHMC, 1999-1, no 46-1, p. 22-38.

17Néanmoins, être spécialiste du ius commune, commenter le Digeste, se servir du latin comme langue professionnelle, être diplômé d’une université en droit et alléguer son savoir pour obtenir les faveurs de son prince n’a rien d’exceptionnel. Les juristes ne surgissent pas ex nihilo : leur affirmation, en cette fin du XVIe siècle procède d’un processus inauguré dès le XIIe siècle16. À cette période, des legum doctores jouissent déjà de la noblesse, convaincus de leurs droits par les traités de Bartole, ardent partisan de la noblesse des avocats et des magistrats.

  • 17 Yun Casalilla B., « The aristocracy in the seventeenth century: crisis, refeudalisation, or politi (...)

18La nouveauté de ces hommes au XVIe siècle réside donc moins dans leur soudaine promotion, que dans les prérogatives politiques qu’ils conquièrent et dans l’inflation de leurs effectifs. Sous le règne de Philippe II, les étudiants des Collèges majeurs de Salamanque, de Valladolid et d’Alcalá monopolisent les hautes charges dans l’appareil polysynodal. Ils affermissent leur pouvoir politique au détriment d’une aristocratie qui accuse les letrados d’empiéter sur ses prérogatives17. L’évolution du rapport de force en faveur des juristes suscite d’innombrables récriminations de la part des aristocrates. Mateo Vázquez, le confident et secrétaire personnel de Philippe II, s’en fait l’écho : soucieux de réserver les principaux postes de gouvernement aux letrados – seule garantie selon lui de la qualité des officiers –, il convient toutefois de la nécessité de concéder quelques charges à la noblesse titrée pour apaiser son sentiment d’exclusion :

  • 18 Instituto Valencia de Don Juan, E. 51, C. 67, doc. 173, Lettre de Mateo Vázquez à Philippe IV. Je (...)

« Que l’on accorde la présidence [du Conseil] des Ordres au Commandeur en chef de Castille s’il doit venir, sinon au marquis de Vélez pour faire taire les clameurs qui dénoncent l’attribution de toutes les présidences [des Conseils] aux letrados ; pourtant le plus convenable est bien que soit nommé un letrado ; si votre Majesté l’entendait ainsi, elle pourrait attribuer la présidence au président de la Chancellerie de Grenade18. »

19La montée en puissance de ces hommes nouveaux engendre l’élaboration et la diffusion d’un système de valeurs pour défendre leur prééminence face à l’idéologie nobiliaire qui attribue à l’extraction lignagère un rôle central. Le tournant du XVIe et du XVIIe siècle est ainsi marqué par la multiplication des discours normatifs sur l’essence de la noblesse. Dans le dialogue qui se noue entre nobles et juristes, l’enjeu des controverses est à la fois une réinterprétation de la catégorie nobiliaire et le contrôle du pouvoir.

Le système de justification des juristes

20Les défenseurs de la noblesse de sang et ceux de la noblesse de service revendiquent des ordres normatifs concurrents. L’allégation de droits différents – droit commun contre droit coutumier – reflète ces conflits d’intérêts en même temps qu’elle renforce la nécessité de valider des privilèges par le droit.

  • 19 Partida II, Tit. 21, Ley VIII ; Moreno de Vargas B., Discursos de la nobleza de España, Madrid, 163 (...)

21Dans l’analyse de ces deux postures, il ne s’agit pas d’opposer les vertus des letrados à l’honneur qui serait le propre de la noblesse d’extraction. Tous les intéressés s’approprient ces valeurs, reconnues comme des fondements de l’identité nobiliaire. De même, les frontières tracées par les penseurs des deux camps ne sont pas toujours hermétiques et les distinctions théoriques sont atténuées par la mobilisation d’arguments communs. Ainsi, Bernabé Moreno de Vargas – un juriste de la première moitié du XVIIe siècle – reprend à son compte une loi du corpus législatif des Siete Partidas (1256-1265), décrétant que le savoir et les armes ne sont pas disjoints : combattre requiert au contraire la maîtrise intellectuelle de l’art militaire19.

22On peut néanmoins dénombrer une série de binômes, dont les théoriciens soulignent l’antagonisme des termes pour rendre compte de la primauté de sa culture politique et de la supériorité de son prestige : l’épée ou la robe du magistrat ; le fief ou l’office ; le maniement des armes ou l’apprentissage des sciences ; le sang ou le privilège ; le lignage ou la noblesse personnelle ; le caractère immémorial de sa noblesse ou la possibilité de prouver matériellement sa noblesse par un document royal. Enfin, l’ancienneté est opposée à la nouveauté par les représentants de la noblesse d’extraction qui discréditent la jeunesse des familles récemment anoblies.

  • 20 Hespanha A. M., « Las estructuras del imaginario de la movilidad social en la sociedad del Antiguo (...)
  • 21 Pelorson J.-M., Les letrados, op. cit., p. 158-159.
  • 22 Benitode Guardiola J., Tratado de nobleza de los títulos y ditados que oi dia tienen los varones c (...)
  • 23 Pelorson J.-M., Les letrados, op. cit., p. 223.

23Au cours de cette lutte, qui privilégie le terrain d’un droit que les légistes instrumentalisent, ces derniers ont des arguments de taille. D’abord, ils prétendent, dans le sillage de Bartole, que la science anoblit : les écritures saintes ne font-elles pas des sciences une chose de Dieu – scientia pro divinae cognitione –, une étape nécessaire pour accéder à la vertu20 ? En Espagne, le grade de docteur confère des privilèges réservés à la noblesse, comme l’exemption fiscale21. Le bénédictin Juan Benito de Guardiola dans son célèbre traité sur la noblesse confirme ce droit : « Il y a d’autres nobles [que ceux de sang], on les compte parmi les docteurs, en même temps qu’ils obtiennent leur grade, ils obtiennent le titre et la renommée nobiliaire22. » Le caractère individualisé de cette noblesse se manifeste par le fait que les privilèges fiscaux ou politiques des letrados – comme la possibilité d’accéder à des offices réservés aux nobles – cessent à leur mort23.

24La noblesse procède moins de la nature que des mérites et de l’application de l’officier, qualités que le prince saura discerner et récompenser. La noblesse est acquise, elle n’est pas léguée : tel est le constat dressé par le diplomate Diego de Saavedra Fajardo. L’auteur du Prince Chrétien conteste toute dimension atavique de l’honneur, réfutant le rôle de l’hérédité et de la naissance dans la constitution de la noblesse :

  • 24 Saavedra Fajardo D., Idea de un príncipe, op. cit., p. 100-101.

« Combien y a-t-il de gens qui ont hérité tous les trophées de leurs ancêtres, et pas une de leurs vertus. [...] Aussi, c’est quelque chose de bien dangereux que ce choix, qui sans distinction ni examen des mérites, porte son regard sur la noblesse pour l’exercice des charges de la République, comme si l’expérience et la valeur des ancêtres passaient toujours en la personne des descendants24. »

  • 25 Ibid., p. 348.
  • 26 Descimon R., « La vénalité des offices et la construction de l’État dans la France moderne », in D (...)
  • 27 Volpini P., Lo spazio politico, op. cit., p. 112-115.

25Surtout, sous la plume de Saavedra Fajardo, « les ministres sont des portraits de sa Majesté, laquelle ne pouvant se trouver partout, est représentée par eux25 ». Comment contester la noblesse de ceux que l’on considère comme des reflets de la personne royale26 ? Juan Bautista de Larrea, le procureur que Rodrigo Jurado remplace au Conseil des finances s’efforce, dans son œuvre juridique, de légitimer les fonctions politiques des magistrats et d’apprécier leur dignité27. Son entreprise n’est pas étrangère au contexte des années 1620-1630, favorable aux letrados. Ces derniers bénéficient en effet de l’appel d’air créé par la politique d’Olivares : ses projets réformateurs réclament les compétences de juristes. Selon Larrea, à la différence des nobles titrés et des grands qui agissent au nom de leurs intérêts particuliers, l’officier doit son prestige et sa prééminence politique au désintéressement qu’il affiche dans l’exercice de sa charge.

26Cette valorisation de l’officier dans son rapport analogique au roi rejoint la conception positive de l’anoblissement défendue par de nombreux juristes. Conçu comme une marque de la faveur et de la grâce royales, l’anoblissement, miracle ontologique qui métamorphose un roturier en noble, devient la seule source légitime de la noblesse, le roi ayant seul, avec Dieu, le pouvoir d’agir sur la nature des choses. À rebours de l’anoblissement taisible ou de l’agrégation par fiefs en France, laissés à l’appréciation de la communauté, le privilège accordé par le roi et ses juges des chancelleries de Grenade et de Valladolid, vient apporter une preuve tangible de la noblesse tout en permettant au pouvoir de contrôler ses nobles. Raison suffisante pour que Bernabé Moreno de Vargas estime les anoblis par privilège supérieurs aux nobles de sang :

  • 28 Moreno de Vargas B., op. cit., fol. 39 v°-40 v°.

« Ces derniers [les anoblis] ont plus de droit à la noblesse, en effet, ils ont la capacité d’exhiber leurs titres de noblesse, quand la noblesse des autres reste obscure28. »

27Sous la plume du licencié de l’université de Salamanque, la disposition d’un titre fournit la preuve que la noblesse n’a pas été usurpée.

28Bien que le système de justification élaboré par les défenseurs de la noblesse des juristes se perfectionne au XVIe et au XVIIe siècle, l’intégration des letrados dans les rangs de la noblesse met à jour la jeunesse de leur lignage quand l’idéologie nobiliaire promeut l’ancienneté.

La dépréciation de la nouveauté

  • 29 Covarrubias S., Tesoro de la lengua castellana, Madrid, 1611, fol. 565.
  • 30 Hespanha A. M., « Las estructuras del imaginario de la movilidad social en la sociedad del Antiguo (...)

29Sous l’Ancien Régime, les transformations sociales et les identités nouvelles suscitent généralement des réactions de méfiance. Sebastián de Covarrubias, auteur du célèbre dictionnaire – le Trésor de la langue castillane publié en 1611 –, définit la nouveauté (novedad) en ces termes : « Chose nouvelle et inhabituelle, elle est souvent dangereuse en raison des changements des coutumes antiques qu’elle entraîne29. » En effet, pour les contemporains, le changement social n’est ni souhaité ni espéré. Lié à la volonté individuelle, il produit – comme le rappelle António Manuel Hespanha – confusion et instabilité, autant de « signes de perturbation sociale et de convulsion de l’ordre politique30 ». Ainsi, les penchants individuels et les passions humaines détruisent l’ordre social et sapent les fondements des hiérarchies naturelles. De ces observations découlent les réquisitoires des moralistes et des théologiens contre la mobilité sociale. Comme le constate le prédicateur franciscain Antonio de Guevara en 1529 :

  • 31 De Guevara A., Reloj de príncipes en el cual va incorporado el muy famoso libro de Marco Aurelio, (...)

« Pour les hommes qui veulent vivre dans la sérénité et dans le calme, il est nécessaire qu’ils prennent un état et qu’ils adoptent la manière de vivre propre à cet état ; et cet état ne doit pas résulter du désir fou de leur personne mais de celui dans lequel Dieu les aura placés pour mieux sauver leur âme31. »

  • 32 Ibid.

30Sa conclusion est sans appel : si « le monde est fou aujourd’hui32 », c’est que l’homme ne cesse de vouloir quitter l’état dans lequel Dieu l’a placé à sa naissance.

  • 33 Sicroff A. A., Los estatutos de limpieza de sangre, Controversias entre los siglos XV y XVII, Madr (...)

31La dépréciation de la nouveauté implique, par contraste, une valorisation de l’ancienneté. Ce phénomène est amplifié par les conséquences de l’unification religieuse imposée par les Rois Catholiques. Au moment où les letrados s’emploient à accréditer leur noblesse, se diffuse dans la péninsule ibérique à l’initiative d’institutions privées, une doctrine exaltant la pureté de sang (limpieza de sangre), source d’une reconfiguration profonde des rapports sociaux. Elle vient créer de l’exclusion et de la distinction là où les expulsions de 1492 et de 1609 et les conversions avaient théoriquement effacé les différences confessionnelles. Les statuts de pureté de sang conditionnent jusqu’au XVIIIe siècle l’accès à de nombreuses institutions (chapitres de cathédrales, universités, Ordres militaires, Inquisition, corporations, confréries, etc.) à une ascendance vierge de toute souillure juive ou musulmane – une goutte de sang impur suffisant à corrompre toute une descendance. Ces logiques raciales créent une nouvelle taxinomie sociale articulée au degré d’ancienneté de la race : les vieux chrétiens s’imposent aux dépens de ceux dont la tare est justement d’être descendants de chrétiens récemment convertis33. L’examen de pureté de sang procède d’une démarche généalogique et d’une conception biologique de la transmission des qualités intrinsèques. Les enquêteurs vérifient que la filiation du prétendant est conforme aux déclarations des témoins et que son sang n’a pas été altéré depuis au moins quatre générations.

  • 34 García Hernán D., La nobleza en la España moderna, Madrid, Istmo, 1992, p. 19.
  • 35 Fayard J., Les membres, op. cit., p. 530-531.
  • 36 Partida II, Tit. 27, Ley. VI.
  • 37 Moreno De Vargas B. Discursos, op. cit., fol. 61.
  • 38 Salazary Castro L., Historia genealógica de la Casa de Lara, Madrid, Mateo de Llanos y Gúzman, 169 (...)

32L’information de pureté de sang emprunte une partie de sa méthode à la procédure juridique utilisée pour déterminer la noblesse d’un sujet. En effet, l’un des principes fondamentaux de l’identité nobiliaire – objet d’un consensus chez les théoriciens – repose sur le lien de filiation, armature du lignage. Le prestige de la noblesse dépend de la profondeur du lignage, que les théoriciens assimilent au sang noble34. La place réservée aux ascendants dans les maisons nobiliaires atteste d’un lien sacré avec le passé : il suffit pour s’en persuader de considérer le nombre des messes ordonnées par les nobles dans le but d’entretenir la mémoire des âmes de leurs aïeux lors de la rédaction des testaments35. Cet aspect s’articule à un autre principe consubstantiel au lignage : celui de transmission. Bien que Bernabé Moreno de Vargas défende la supériorité de la noblesse de privilège sur la noblesse de sang, il suit les Partidas36 pour reconnaître que « la hidalguía est la noblesse conférée aux hommes par le lignage37 » ; il réaffirme également la transmission héréditaire des qualités nobiliaires dont le sang est le véhicule. En d’autres termes, les descendants héritent de l’estime de leurs ascendants en vertu d’un processus de patrimonialisation de l’honneur, accumulé au gré des différentes générations selon le célèbre généalogiste Luis de Salazar y Castro38.

  • 39 Soria Mesa E., « La imagen del poder. Un acercamiento a las prácticas de visualización del poder e (...)

33Le recours aux généalogistes pour reconstituer son lignage, les titres de noblesse présentés aux amis, aux voisins39, l’importance accordée à la maison souche (casa solariega), édifiée dans un temps indatable pour abriter durablement « la mémoire locale » de la famille, l’exhibition des blasons sur le linteau des portes, sculptés dans une pierre à l’épreuve du temps ou la mode du portrait, sont autant d’attributs qui concourent à signifier l’ancienneté d’une lignée. Un des moyens les plus réputés pour prouver sa noblesse consiste à faire constater son caractère immémorial. Ainsi, la loi dispose que :

  • 40 BNE, Porcones, 1052-19, Por la ciudad de Anduxar, fol. 8-9.

« Tous les hidalgos qui ont hérité leur noblesse de leurs pères et grands-pères, en possession d’un temps si long ici, qui ne sont pas désavoués par la mémoire commune et qui n’ont pas payé l’impôt depuis vingt ans, soient considérés comme hidalgos de temps immémoriaux40. »

  • 41 Jouanna A., Ordre social. Mythes et hiérarchies dans la France du XVIe siècle, Paris, Hachette, 19 (...)

34En France, à la fin du XVIe siècle, les revendications des officiers-juristes sont fragilisées par les conceptions raciales qui font du sang le vecteur par excellence de la supériorité de la noblesse : la transmission du sang nobiliaire et la croyance en une renaissance des qualités des ancêtres à chaque nouvelle génération éveillent un sentiment « d’immortalité » chez les détenteurs de cette profondeur lignagère41.

  • 42 Thompson I. A. A, « The Purchase of Nobility in Castile, 1552-1700 », Journal of European Economic (...)

35Un temps noble, valorisant le passé, s’écoulait donc parallèlement au temps présent. Pour les aristocrates, ne pas pouvoir dater avec précision la souche noble signalait la puissance de leur lignage. En tout état de cause, l’échec des ventes d’hidalguías pour renflouer les caisses du trésor royal à partir du règne de Charles Quint témoigne du discrédit jeté sur une noblesse dont on continuerait à connaître la date initiale42.

36Ainsi, dans la lutte que se livrent les officiers letrados et les nobles pour la reconnaissance de leur noblesse, les premiers se heurtent à une difficulté majeure : comment contourner l’obstacle que constitue leur nouveauté ? Comment concilier le caractère acquis de sa noblesse avec les principes d’hérédité et de transmission qui caractérisent l’hidalguía ?

Mérites et privilèges temporaires

  • 43 Gerbet M.-C., La noblesse du royaume de Castille. Enquête sur les structures sociales en Estrémadu (...)
  • 44 Jouanna A., « Perception et appréciation de l’anoblissement dans la France du XVIe siècle et du dé (...)
  • 45 Descimon R., « Don de transmission, indisponibilité et constitution des lignages au sein de la bou (...)
  • 46 Martír Rizo J. P., Historia de la muy noble y leal ciudad de Cuenca, Madrid, 1629, p. 208-209.
  • 47 Gerbet M.-C., La noblesse du royaume de Castille, op. cit., p. 204.

37L’opposition théorique entre lignage et mérites implique de se pencher sur l’anoblissement, opération problématique car l’hidalguía ne peut, en théorie, procéder de la volonté des monarques castillans, droit qu’ils s’accordent pourtant dès le XIIIe siècle43. Qu’il procède d’un titre émis par le roi, d’un office ou bien d’un mariage, les théoriciens de la noblesse s’accordent sur le fait qu’un « anobli, bien que juridiquement, il soit un noble à part entière, n’est cependant pas humainement et socialement l’égal d’un gentilhomme44 ». Car à la différence de la noblesse, le lignage ne s’acquiert pas, il se construit dans le temps par le biais de la transmission d’objets matériels ou symboliques45. Pour l’humaniste Juan Pablo Mártir Rizo, les nobles anciens s’illustrent par la « clarté » de leur lignage, par contraste avec « l’obscurité » des anoblis46. En France, si les degrés pour atteindre la gentillesse ou la race varient selon les lieux et les époques, elle est consentie généralement au terme de quatre générations. En Espagne, l’hidalguía et le lignage sont reconnus après trois générations47. C’est en vertu de ce pouvoir légitimant du temps que l’on conçoit les formes d’anoblissement taisible. Les familles doivent donc s’armer de patience pour laisser le temps produire ses effets. En somme, la noblesse procède d’une gestation naturelle, dont la lenteur la distingue de l’acte immédiat que représente l’anoblissement. Cependant, cette injonction à la patience – qui requiert une continuité dans les stratégies familiales d’accès à la noblesse –, s’accorde mal avec l’insécurité biologique, qui rend incertaines les prévisions sur trois générations. Aussi, plutôt que de patience, les contemporains usent d’adresse pour prouver a posteriori l’adoption du comportement nobiliaire de leurs ascendants.

  • 48 Une première loi de 1480 prohibait toutes les ventes ; une seconde, ordonnée en 1523, réservait l’ (...)
  • 49 Andújar Castillo F., « La litigiosidad en torno a las ventas de oficios perpetuos en la Castilla d (...)
  • 50 Marcos Martín A., « Las ventas de oficios en Castilla en tiempos de suspensión de ventas (1600-162 (...)
  • 51 Contreras J., Pouvoir et Inquisition en Espagne au XVIe siècle, Paris, Aubier, 1997 ; Ródenas Vila (...)

38Le système de justification défendu par les letrados vient butter sur les principes d’hérédité et de transmission. En effet, le caractère acquis des mérites personnels et l’impossibilité légale de vendre et de transmettre son office menacent de ruiner les prétentions lignagères du postulant48. Dans les faits, le nombre d’officiers autorisés à léguer leurs charges progresse au XVIe et au XVIIe siècle au sein de l’empire espagnol. Pressée d’obtenir des liquidités, la Couronne met en vente des offices perpétuels ou convertit les offices viagers (oficios vitalicios) en titres transmissibles49. Les échevins (regidores) des villes castillanes sont les premiers bénéficiaires de cette politique initiée par Philippe II50, la participation au gouvernement municipal devenant un marqueur de noblesse et contribuant à un renouvellement de la noblesse locale51.

  • 52 Pelorson J.-M., Les letrados, op. cit., p. 158.

39Pour les letrados en mal de reconnaissance nobiliaire, investir dans une charge municipale permet d’échapper au caractère transitoire de leur privilège, puisque les lettres ne conféraient que « de façon partielle et temporaire les privilèges de la noblesse52 ». Si les enfants et l’épouse du docteur bénéficient des prérogatives fiscales, celles-ci s’éteignent à sa mort, annihilant toutes possibilités de transmission.

  • 53 Archivo Histórico Nacional, Estado, 6399-117, Nomination des procureurs du Conseil des Finances.
  • 54 Archivo Histórico de los Protocolos de Madrid, 8107, fol. 976, Testament de Rodrigo Jurado (30 déc (...)

40Après d’habiles négociations avec les Cortes de Castille, Rodrigo Jurado obtient le droit de « transmettre son office de receveur et de le donner à l’un de ses fils ou de ses gendres » en 162653. Mais ce droit lui est finalement refusé en 1634, l’épisode rendant compte de l’incertitude juridique quant au droit d’aliéner son office. Aussi le magistrat préfère-t-il convoiter des charges municipales qu’il est assuré de pouvoir transmettre : il lègue à sa descendance les offices de regidor d’Andújar, de Contrôleur de l’impôt des Millones de la même ville et de regidor de Guadalajara dans l’objectif de renforcer le lignage qu’il s’efforce de créer54.

  • 55 AHN, CS, 51449, Requête de Gaspar Antolín de la Serna.

41Si certains théoriciens remettent en cause les logiques héréditaires dans la constitution de la noblesse – c’est le cas de Diego Saavedra Fajardo –, le principe d’hérédité influence les juristes dans la pratique. Dans un mémoire présenté au début des années 1640 dans l’espoir d’obtenir des habits des ordres militaires pour ses neveux, Gaspar Antolín de la Serna – un grand officier des finances des Cortes et ami intime de Rodrigo Jurado – rappelle pour appuyer sa requête que « Gaspar de la Serna [son père] et Antolín de la Serna, [son grand-père] furent contrôleurs de ces royaumes plus de quatre-vingts ans55 ». L’ancienneté des services rendus par ses ascendants est convoquée par le letrado pour justifier sa noblesse. Les ressorts généalogiques mis en avant par la noblesse de sang – la filiation, la transmission de qualités biologiques de générations en générations –, sont réinvestis par cet officier qui allègue moins ses mérites que ceux de sa lignée.

  • 56 Moreno de Vargas B., Discursos, op. cit., fol. 39 v°-40 v°.

42La parole du juriste de Salamanque Moreno de Vargas, qui déclare que « les nobles les plus récents doivent avoir la même renommée que les descendants que l’on appelle aujourd’hui de sang, parce que le temps n’est pas suffisant pour changer les choses » résonne de manière isolée56. À travers cette tension entre les idéologies du sang et du mérite, de l’inné et de l’acquis, c’est bien deux valeurs accordées au temps qui sont proposées : d’une part, la promotion du passé et avec lui d’une forme d’intemporalité associée au lignage et, d’autre part, la réhabilitation du présent par les actions personnelles. Cependant, l’argumentation des défenseurs de la noblesse personnelle se brise sur le paradigme de l’ancienneté : l’absence de lignage crée chez les juristes le sentiment d’une noblesse inachevée, une situation à laquelle ils s’efforcent de remédier, à l’instar de Rodrigo Jurado y Moya.

Inventer un passé pour créer de l’ancienneté

43Dans sa correspondance, dans ses plaidoyers pour la défense de sa noblesse, Rodrigo Jurado ne fait pas état de ses mérites, de ses services ou de ses vertus personnelles pour justifier son agrégation à la noblesse. Il accomplit pourtant un cursus honorum typique de la carrière letrada, dans la proximité immédiate de Philippe IV qui l’honore de sa confiance. Jamais non plus le procureur du roi – parfait reflet du souverain dans l’exercice de ses responsabilités – ne se prévaut de ses fonctions professionnelles ou de ses offices pour défendre sa noblesse au cours du long procès qui l’oppose aux municipalités d’Andújar et de Baeza (1629-1636). Lorsque le magistrat vante ses services auprès du prince, c’est uniquement dans le but de légitimer son exceptionnelle fortune.

  • 57 BNE, Porcones, 1052-18, Por Rodrigo Jurado y Moya.
  • 58 Soria Mesa E., « Tomando nombres ajenos. La usurpación de apellidos como estrategia de ascenso soc (...)
  • 59 Xímena Jurado M., Catálogo de los obispos de las iglesias catedrales de Jaén y Anales eclesiástico (...)

44Rodrigo Jurado ne peut se satisfaire d’une noblesse acquise par lui seul, dans le temps court de sa carrière professionnelle. Son projet d’ascension suppose d’inscrire son ascension dans un temps plus long qui requiert la mobilisation de sa famille, en particulier sa fratrie et ses enfants. Il s’agit de prouver qu’il appartient à une noblesse de souche immémoriale, noblesse qui dérive non pas de ses mérites, mais de son lignage. Comme l’explique l’intéressé, « la hidalguía réside dans le sang [...]. Et le droit du sang est naturel, perpétuel et immuable57 ». Il lui faut pour cela acquérir ce que le souverain est incapable de lui donner : l’ancienneté qui manque à sa noblesse. Comment s’offrir cet enracinement temporel ? D’abord par un bricolage généalogique – à la faveur d’une subornation des témoins durant son procès de noblesse – pour créer la continuité lignagère de cet homme nouveau. À cet effet, une des pratiques les plus répandues dans l’Espagne moderne consiste à usurper le nom d’une famille réputée noble, en fondant l’assimilation sur une homonymie58. Dans cette perspective, il parvient à agréger les Jurado de Villanueva au lignage des Jurado de Baeza dont la noblesse et le prestige sont unanimement reconnus : ces derniers ont participé à la Reconquête de la ville sur les Musulmans en 1227 aux côtés des trois cents familles les plus illustres59.

  • 60 Covarrubias S., op. cit., fol. 32.
  • 61 BNE, Porcones, 1052-18, Por Rodrigo Jurado y Moya. fol. 1 v°.
  • 62 Ibid., fol. 4 v°.
  • 63 Ibid., fol. 4 v°.

45Dans le long plaidoyer que Rodrigo Jurado entreprend lui-même de rédiger pour soutenir le bien-fondé de ses prétentions, il entend démontrer également sa noblesse de « solar », cette maison, inséparable de son inscription topographique, de laquelle descend le lignage60. En effet, prouver la hidalguía par solar est la manière la « plus avantageuse » qui existe pour être reconnu noble selon le procureur61. Car le solar signale l’ancienneté d’une famille, le procureur établissant lui-même la corrélation entre noblesse et ancienneté : « plus ces maisons souches (casas solares) sont anciennes plus elles sont nobles » ; « plus leur noblesse leur vient de loin, plus leur honneur augmente62 ». De cette manière, l’effacement des preuves par le temps devient paradoxalement un gage de cette noblesse de souche immémoriale : il importe de révéler l’action érosive du temps. Ainsi, les fondements matériels de la hidalguía par solar « édifice, château fort dans la montagne, dans un lieu dépeuplé, avec ses armes, son nom [...], et d’autres qualités, [sont] quasi impossibles à prouver, car elles ne se rencontrent jamais comme telles dans les montagnes » puisque le temps les a fait disparaître63.

  • 64 Ibid., fol. 2.
  • 65 Redondo A. « Légendes généalogiques et parentés fictives en Espagne, au siècle d’or », in Redondo (...)

46Dès lors, le régime des preuves est réduit à une opinion commune, une voix collective qui, en même temps qu’elle confirme la réputation de la famille, sanctionne la noblesse de solar. Celle de Jurado aurait été créée au début du VIIIe siècle, « à l’époque de l’infant don Pelayo [Pélage]64 », premier roi des Asturies et prince guerrier instigateur de la Reconquête. Le temps historique se confond avec un temps mythique au caractère insondable. Cette fiction des origines permet au juriste d’inscrire sa famille dans une tradition chevaleresque et militaire et de l’affilier aux Goths ; en définitive, de revendiquer l’une des plus anciennes lignées d’Espagne65.

47Par ces stratagèmes, fréquents au XVIe et au XVIIe siècles, le magistrat anoblit ses descendants en même temps que ses ascendants : ainsi la noblesse ne demeure ni inaugurée ni attachée à sa personne. Le sang noble gagné, il peut s’employer ensuite à affermir son lignage par diverses stratégies.

  • 66 En effet, les stratégies achoppent en raison de la grande réticence de la noblesse locale à s’unir (...)
  • 67 Layna Serrano F., Historia de Guadalajara y sus Mendozas en los siglos XVI y XVII, t. ii, Guadalaj (...)

48La consolidation de sa noblesse de sang implique la contraction d’alliances matrimoniales adaptées. Dans les années qui suivent l’acquisition de son titre nobiliaire en 1636, le magistrat s’emploie à opérer des greffes lignagères sur les principales familles de sa province : la reconnaissance de son lignage passe moins par le privilège acquis que par le regard des pairs, ces derniers se montrant récalcitrants à accréditer sa noblesse66. Après plusieurs échecs dans sa province, Jurado parvient finalement à unir son fils aîné avec la fille de Luis Laso de Mendoza et d’Andrea Tamayo Bonifaz, seigneurs de Yunquera de Henares, près de Guadalajara. La famille ciblée forme une branche secondaire de l’illustre lignage des Mendoza67.

  • 68 Archivo Histórico de los Protocolos de Madrid, 8107, fol. 976, Testament de Rodrigo Jurado (30 déc (...)

49Par ailleurs, afin de prévenir l’extinction de son lignage, le procureur des Finances prend soin d’assurer sa descendance : il est le père d’au moins quatorze enfants. Même si plusieurs décèdent, huit sont signalés dans son testament68. Le 27 octobre 1637, dans une lettre à son frère il évoque la disparition de son fils Rodrigo :

  • 69 AHN, CS, 51242-2, Lettre de Rodrigo Jurado à Eufrasio Jurado (Lettre du 27 octobre 1637).

« Il ne reste plus que les trois héritiers mâles que vous connaissez, nous n’avons plus qu’à remercier Dieu pour tout et le supplier qu’il protège ceux qui restent69. »

50Les stratégies des récents anoblis consistent alors, dans des sociétés où l’insécurité biologique est la règle, à rechercher un point d’équilibre entre la nécessité de garantir la reproduction naturelle du lignage, de préférence par la voie agnatique et la volonté de ne pas multiplier les dépenses, au risque de fractionner le capital qui conditionne l’existence de la maison nobiliaire. Aussi, la situation de mobilité induit deux attitudes : une recherche frénétique de nouvelles ressources pour élever sa famille et, dès que sa position sociale et sa fortune le justifient, des pratiques défensives afin de prévenir un reflux dans la hiérarchie sociale.

  • 70 Chauvard J-.F., Bellavitis A., Lanaro P., « De l’usage du fidéicommis à l’âge moderne. État des li (...)

51La permanence du lignage est alors conditionnée par l’adhésion de toute la famille à une politique économique destinée à concentrer au maximum le patrimoine pour éviter son émiettement par le jeu des règles successorales égalitaires qui prévalent en Castille. Sans surprise, le magistrat a recours à l’instrument juridique traditionnel qui permet de bloquer une partie substantielle du patrimoine en le déclarant inaliénable et incessible : le majorat (mayorazgo), dont l’ordre successoral est fixé par le fondateur70. Il est institué en faveur de son fils aîné avant que sa mort prématurée ne l’oblige à réviser ses projets. Les biens intégrés aux majorats échappent au marché, ils cessent de circuler, ne peuvent être vendus, loués ni même saisis. Tout se passe alors comme si le majorat échappait au temps historique : en créant une rente perpétuelle, il fonde un système économique par lequel les lignages peuvent assurer leur longévité.

  • 71 Fayard J., Les membres, op. cit., p. 363-375.
  • 72 Les majorats et les vínculos sont abolis en deux temps dans le cadre du désamortissement par les l (...)

52Afin d’augmenter le majorat, Rodrigo Jurado dirige la politique successorale de sa famille pendant plus de vingt ans. Tous les patrimoines de ses frères et sœurs – ils sont huit – convergent vers sa personne. Sa fratrie a usé des ressources que lui offre le droit pour avantager systématiquement le procureur des finances : fondation de liens (vínculos, c’est-à-dire un ensemble de biens meubles et immeubles inaliénables), avantages préciputaires, institution de Rodrigo Jurado comme hériter universel en vertu de leur condition de célibataires – la moitié des frères et sœurs embrasse la voie religieuse. Ces fidéicommis – abondamment utilisés par la noblesse de robe comme le rappelle Janine Fayard à propos des membres du Conseil de Castille71 – créent donc les conditions favorables au maintien des lignages castillans jusqu’à leur suppression dans le cadre des lois sur le désamortissement au XIXe siècle72.

Conclusion

53Dans l’Espagne des XVIe et XVIIe siècles, un modèle a dominé le champ social, s’appuyant sur les principes de filiation, de transmission, arguant l’importance du lignage et accordant une valeur positive à l’ancienneté. Ce modèle, hérité en grande partie de l’idéologie nobiliaire, a primé sur le système de valeur que certains juristes ont défendu pour légitimer leurs nouvelles positions dans la sphère politique et sociale. On ne peut comprendre le poids de ces représentations sans les lier au phénomène de pureté de sang qui se développe à la même époque. A fortiori, tout futur letrado devait produire un important travail généalogique pour intégrer un centre universitaire : le rôle du lignage dans l’accès aux honneurs était assimilé tôt par les juristes.

  • 73 Gandoulphe, P., « Servir al Rey : valores, representaciones y prácticas. El caso de los oficiales (...)

54Ainsi, les logiques lignagères se sont infiltrées dans le système de valeur défendu par les juristes. En Espagne, on les décèle par exemple dans les relations de mérites (autobiographies) expédiées par ceux qui postulent à un office73. Leurs arguments lient souvent leurs mérites à ceux de leurs ancêtres, l’exposé de leurs propres services s’accompagnant de ceux de leurs parents et grands-parents. La grâce du roi récompense moins un individu que les efforts d’une lignée. En France, l’Édit de la Paulette apparaît comme un biais juridique pour introduire de la transmission et de la patrimonialisation dans un milieu susceptible d’assurer sa reproduction sociale sur des logiques lignagères.

  • 74 Pelorson J.-M., Les letrados, op. cit.
  • 75 Schaub J.-F., « Identification du jurisconsulte. Composition et conflits d’autorités dans les soci (...)

55Mais si le système de valeurs proposé par les juristes ne parvient pas à détrôner le modèle nobiliaire dominant, il n’en reste pas moins que les appropriations ne sont pas unilatérales et qu’au cours du XVIIe siècle, la culture letrada s’installe dans les milieux aristocratiques. En Espagne, le débat entre armes et lettres s’apaise par une fusion partielle de ces deux idéologies nobiliaires, au début du XVIIe siècle, reléguant une fois encore Don Quichotte, l’avide lecteur de romans de chevalerie, à son anachronisme. Ce processus a été qualifié par Jean-Marc Pelorson de « double aristocratisation74 ». Aristocratisation des nobles par la science, et aristocratisation des letrados par le fait que la culture letrada devient en elle-même une valeur nobiliaire. Le diagnostic mérite néanmoins d’être nuancé. Certains traités de juristes continuent d’opposer au milieu du XVIIe siècle les valeurs des juristes à celles de la noblesse75. Par ailleurs, le mépris aristocratique pour l’univers des juristes n’a pas soudainement disparu à partir du début du XVIIe siècle. Si certains nobles sont passés par les universités et les Collèges Majeurs, rien ne signifie qu’ils aient adopté une culture letrada, ni même qu’ils aient manifesté de réelles ambitions et compétences universitaires.

56Il reste que cette crise de la noblesse se résout, pour le moins en Espagne, dans un système permettant aux deux voies de coexister. Ainsi, en 1612, Juan Fernández de Velasco, un des représentants des plus grands lignages espagnols – Grand d’Espagne, connétable et gouverneur militaire – fait la disposition suivante dans son testament :

  • 76 AHPM, 1838, fol. 277-295, publié, in Matilla Castón A., Testamentos de 43 personajes del Madrid de (...)

« afin que les successeurs de ma maison se souviennent que les deux choses principales par lesquelles s’acquiert et se conserve la noblesse sont les armes et les lettres, je veux et ordonne à cette fin que l’armurerie que je laisse et, aussi, toute ma bibliothèque soient placées dans une pièce adéquate de mes maisons de Burgos, avec toutes les choses nécessaires pour les livres et l’étude76 ».

57Au vu de cette disposition, la tentation est grande de conclure à une fusion des valeurs aristocratiques et letradas. Or il faut nuancer cette idée en rappelant la trajectoire du personnage. Velasco a été certes un militaire, mais également un officier, un diplomate et le président du Conseil d’Italie. Aussi peut-on gager que la conception de ce grand serviteur de Philippe II et de Philippe III diffère quelque peu de la pensée aristocratique dominante.

58On observe donc des contaminations réciproques entre les deux systèmes de valeur, mais pas de confusion. En effet, pour que les alliances entre enfants des familles des deux groupes – comme pour le fils aîné de Rodrigo Jurado – aient une valeur d’échange, il est nécessaire qu’une certaine distinction demeure. C’est pourquoi la polémique armes/lettres perdure au XVIIe siècle en dépit des nombreuses unions.

Notes

1 Cervantès M., [Trad. Alice Schulman], L’ingénieux hidalgo, Don Quichotte de la Manche, t. i, Paris, Le Seuil, 1997, p. 436.

2 Ces rivalités ne se sont pas seulement verbales, elles se traduisent également par des affrontements à la Cour, des refus d’alliances matrimoniales, etc.

3 Pelorson J.-M., Les letrados, juristes castillans sous Philippe III, Recherches sur leur place dans la société, la culture et l’État, Poitiers [lieu d’édition non précisé], 1980, p. 142-143.

4 Chaussinand-Nogaret G. (dir.), Histoire des élites en France du XVIe au XXe siècle, Paris, Pluriel, 1991, p. 148, l’expression est de Jean-Marie Constant.

5 Andújar Castillo F., Del Mar Felices de laFuente M., (dir.), El poder del dinero, Ventas de cargos y honores en el Antiguo Régimen, Madrid, Biblioteca Nueva, 2011.

6 Pérez J., « Les letrados », in Pérez J., De l’humanisme aux lumières. Études sur l’Espagne et l’Amérique, Madrid, Casa de Velázquez, 2000, p. 103-104.

7 Jago C., « La crisis de la aristocracia en la Castilla del siglo XVII », in Elliott, J. H., Poder y sociedad en la España de los Austrias, Barcelona, Crítica, 1982.

8 Hartog F., Régimes d’historicité, Présentisme et expériences du temps, Paris, Le Seuil, 2012 (2003).

9 Ibid., p. 38.

10 Fayard J., Les membres du conseil de Castille à l’Époque Moderne (1621-1746), Paris, Droz, 1979 ; Kagan R., Lawsuits and Litigants in Castile 1500-1700, The University of North Carolina Press, 1981 ; Pelorson, J.-M. Les letrados, op. cit. On peut signaler aussi Bermejo Cabrero J. L., Derecho y pensamiento político en la literatura española, Madrid, 1980 et l’étude classique de Maravall J. A, « Los “hombres de saber” o letrados y la formación de su consciencia estamental », Estudios de historia del pensamiento español. Serie primera, Edad media, Madrid, Ediciones Cultura Hispánica, 1973, p. 356-389.

11 Volpini P., Lo spazio politico del letrado, Juan Bautista Larrea magistrato e giurista nella monarchia di Filippo IV, Bologne, Il Mulino, 2004, Aranda Pérez F. J. (dir.), Letrados, juristas y burócratas, Cuenca, Ediciones de la Universidad de Castilla la Mancha, 2005.

12 Turtas R., Studiare, instruire, governare. La formazione dei letrados nella Sardegna spagnola, Sassari, EDES, 2001.

13 Chartier R., Julia D., Revel J. (dir.), Les Universités européennes du XVIe au XVIIIe siècle, t. I, Bohème, Espagne, États italiens, pays germaniques, Pologne, Provinces-Unies, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 1986.

14 Castellano J. L., « La movilidad social. Y lo contrario », in Gómez González I., López Guadalupe Muñoz M. L., La movilidad social en la España del Antiguo Régimen, Grenade, Comares, 2007, p. 5.

15 Le nom du Cid en espagnol.

16 Cremer A., « La genèse de la noblesse de robe », RHMC, 1999-1, no 46-1, p. 22-38.

17 Yun Casalilla B., « The aristocracy in the seventeenth century: crisis, refeudalisation, or political offensive? », in Thompson I. A. A, Yun Casalilla B., The Castillan Crisis of the Seventeenth Century, Cambridge, Cambridge University Press, 1994, p. 277-300.

18 Instituto Valencia de Don Juan, E. 51, C. 67, doc. 173, Lettre de Mateo Vázquez à Philippe IV. Je remercie Sylvain André pour cette référence.

19 Partida II, Tit. 21, Ley VIII ; Moreno de Vargas B., Discursos de la nobleza de España, Madrid, 1636, prologue.

20 Hespanha A. M., « Las estructuras del imaginario de la movilidad social en la sociedad del Antiguo Régimen », in Jímenez Chacón F., González Monteiro N. (dir.), Poder y movilidad social : cortesanos, religiosos y oligarquías en la península ibérica (siglos XV-XIX), Madrid, Consejo Superior de Investigaciones Científicas de la Universidad de Murcia, 2006, p. 21-41.

21 Pelorson J.-M., Les letrados, op. cit., p. 158-159.

22 Benitode Guardiola J., Tratado de nobleza de los títulos y ditados que oi dia tienen los varones claros y grandes de España, Madrid, 1591, fol. 22.

23 Pelorson J.-M., Les letrados, op. cit., p. 223.

24 Saavedra Fajardo D., Idea de un príncipe, op. cit., p. 100-101.

25 Ibid., p. 348.

26 Descimon R., « La vénalité des offices et la construction de l’État dans la France moderne », in Descimon R., Schaub J.-F., Vincent B. (dir.), Les figures de l’administrateur. Institutions, réseaux, pouvoirs en Espagne, en France et au Portugal, XVIe-XIXe siècle, Paris, Éditions de l’EHESS, 1997.

27 Volpini P., Lo spazio politico, op. cit., p. 112-115.

28 Moreno de Vargas B., op. cit., fol. 39 v°-40 v°.

29 Covarrubias S., Tesoro de la lengua castellana, Madrid, 1611, fol. 565.

30 Hespanha A. M., « Las estructuras del imaginario de la movilidad social en la sociedad del Antiguo Régimen », art. cit., p. 22.

31 De Guevara A., Reloj de príncipes en el cual va incorporado el muy famoso libro de Marco Aurelio, ABL Editor, 1994, (1529), p. 11.

32 Ibid.

33 Sicroff A. A., Los estatutos de limpieza de sangre, Controversias entre los siglos XV y XVII, Madrid, Taurus, 1985.

34 García Hernán D., La nobleza en la España moderna, Madrid, Istmo, 1992, p. 19.

35 Fayard J., Les membres, op. cit., p. 530-531.

36 Partida II, Tit. 27, Ley. VI.

37 Moreno De Vargas B. Discursos, op. cit., fol. 61.

38 Salazary Castro L., Historia genealógica de la Casa de Lara, Madrid, Mateo de Llanos y Gúzman, 1696, p. 1.

39 Soria Mesa E., « La imagen del poder. Un acercamiento a las prácticas de visualización del poder en la España moderna », Historia y Genealogía, no 1, 2011, p. 5-10.

40 BNE, Porcones, 1052-19, Por la ciudad de Anduxar, fol. 8-9.

41 Jouanna A., Ordre social. Mythes et hiérarchies dans la France du XVIe siècle, Paris, Hachette, 1977, p. 73-81.

42 Thompson I. A. A, « The Purchase of Nobility in Castile, 1552-1700 », Journal of European Economic History, 8, 1977, p. 313-360 et Amelang J. S, « The Purchase of Nobility in Castile, 1552-1700: A Comment », Journal of European Economic History, 11, 1982, p. 219-226.

43 Gerbet M.-C., La noblesse du royaume de Castille. Enquête sur les structures sociales en Estrémadure de 1454 à 1516, Paris, Publications de la Sorbonne, 1979, p. 107.

44 Jouanna A., « Perception et appréciation de l’anoblissement dans la France du XVIe siècle et du début du XVIIe siècle », Travaux du Centre de recherche sur les origines de l’Europe moderne, université de Bordeaux III, 1985, p. 13.

45 Descimon R., « Don de transmission, indisponibilité et constitution des lignages au sein de la bourgeoisie parisienne du XVIIe siècle », Hypothèses, 2006-1, p. 413-422.

46 Martír Rizo J. P., Historia de la muy noble y leal ciudad de Cuenca, Madrid, 1629, p. 208-209.

47 Gerbet M.-C., La noblesse du royaume de Castille, op. cit., p. 204.

48 Une première loi de 1480 prohibait toutes les ventes ; une seconde, ordonnée en 1523, réservait l’interdiction aux seuls offices de justice.

49 Andújar Castillo F., « La litigiosidad en torno a las ventas de oficios perpetuos en la Castilla del siglo xvii », Les Cahiers de Framespa, 12, 2013.

50 Marcos Martín A., « Las ventas de oficios en Castilla en tiempos de suspensión de ventas (1600-1621) », Chronica Nova, 2007, no 33, p. 13-35.

51 Contreras J., Pouvoir et Inquisition en Espagne au XVIe siècle, Paris, Aubier, 1997 ; Ródenas Vilar R., Vida cotidiana y negocio en la Segovia del Siglo de Oro. El mercader Juan de Cuéllar, Salamanca, Junta de Castilla y León, 1990.

52 Pelorson J.-M., Les letrados, op. cit., p. 158.

53 Archivo Histórico Nacional, Estado, 6399-117, Nomination des procureurs du Conseil des Finances.

54 Archivo Histórico de los Protocolos de Madrid, 8107, fol. 976, Testament de Rodrigo Jurado (30 décembre 1650).

55 AHN, CS, 51449, Requête de Gaspar Antolín de la Serna.

56 Moreno de Vargas B., Discursos, op. cit., fol. 39 v°-40 v°.

57 BNE, Porcones, 1052-18, Por Rodrigo Jurado y Moya.

58 Soria Mesa E., « Tomando nombres ajenos. La usurpación de apellidos como estrategia de ascenso social en el seno de la élite Granadina durante la época moderna », in Soria Mesa E., Bravo Caro J. J., Delgado Barrero J. M. (dir.), Las élites en la época moderna, op. cit., p. 9-27 ; Salinero G., Testón Nuñez I. (dir.), Un juego de engaños, Movilidad, nombres y apellidos, en los siglos XV a XVIII, Madrid, Casa de Velázquez, 2010.

59 Xímena Jurado M., Catálogo de los obispos de las iglesias catedrales de Jaén y Anales eclesiásticos de este obispado, Grenade, Archivum (édition facsimilée), 1991 (1654), p. 119-124.

60 Covarrubias S., op. cit., fol. 32.

61 BNE, Porcones, 1052-18, Por Rodrigo Jurado y Moya. fol. 1 v°.

62 Ibid., fol. 4 v°.

63 Ibid., fol. 4 v°.

64 Ibid., fol. 2.

65 Redondo A. « Légendes généalogiques et parentés fictives en Espagne, au siècle d’or », in Redondo A., Les parentés fictives en Espagne (XVIe-XVIIe siècles), Paris, Publication de la Sorbonne, 1988, p. 27-29.

66 En effet, les stratégies achoppent en raison de la grande réticence de la noblesse locale à s’unir avec cet anobli.

67 Layna Serrano F., Historia de Guadalajara y sus Mendozas en los siglos XVI y XVII, t. ii, Guadalajara, Aache, 1994 (2e éd.), p. 231.

68 Archivo Histórico de los Protocolos de Madrid, 8107, fol. 976, Testament de Rodrigo Jurado (30 décembre 1650).

69 AHN, CS, 51242-2, Lettre de Rodrigo Jurado à Eufrasio Jurado (Lettre du 27 octobre 1637).

70 Chauvard J-.F., Bellavitis A., Lanaro P., « De l’usage du fidéicommis à l’âge moderne. État des lieux », Mélanges de l’École française de Rome – Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 124-2, 2012.

71 Fayard J., Les membres, op. cit., p. 363-375.

72 Les majorats et les vínculos sont abolis en deux temps dans le cadre du désamortissement par les lois desvinculadoras, d’abord en 1820 puis en 1836.

73 Gandoulphe, P., « Servir al Rey : valores, representaciones y prácticas. El caso de los oficiales reales en Valencia (siglos XVI-XVII) », in Pardo Molero J.-F., Lomas Cortés M. (dir.), Oficiales reales, Los ministros de la Monarquía Católica (siglos XVI-XVII), Valence, Monografías y fuentes, no 23, 2012, p. 63-68.

74 Pelorson J.-M., Les letrados, op. cit.

75 Schaub J.-F., « Identification du jurisconsulte. Composition et conflits d’autorités dans les sociétés ibériques au XVIIIe siècle », in Garavaglia J. C., Schaub J.-F. (dir.), Lois, justice, coutume, Amérique et Europe latines (XVIe-XIXe siécle), EHESS, Paris, 2005.

76 AHPM, 1838, fol. 277-295, publié, in Matilla Castón A., Testamentos de 43 personajes del Madrid de los Austrias, Madrid, Instituto de Estudios madrileños, 1983, p. 115-123 (trad. Isabelle Poutrin).

Auteur

Agrégé d’histoire, docteur en histoire moderne, CRBC/EHESS.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540