Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hommes nouveaux et femmes nouvelles

 | 
Benoît Musset

Deuxième partie. Les hommes nouveaux en action : parcours de mobilité

« Hommes nouveaux » et Nouveau Monde

Bernard Grunberg

Texte intégral

1Peut-on parler d’« hommes nouveaux » à propos des conquistadores ? Avant d’aborder le sujet, il nous faut définir cette appellation. Nous reprendrons ici la définition de Furetière :

  • 1 Furetière A., Dictionnaire universel contenant generalement tous les mots françois, tant vieux que (...)

« On appelle aussi un homme nouveau, un homme qui a fait fortune en peu de temps, dont on n’avait point entendu parler auparavant, qui n’a point de naissance1. »

2Pour aborder cette question, nous prendrons, à titre d’exemple, uniquement les conquistadores de Mexico, c’est-à-dire plus d’un millier d’individus, qui sont quasiment les premiers à avoir agi sur le continent américain et qui de ce fait, entre autres, diffèrent de leurs successeurs (Pérou, Colombie, Chili, etc.). Leur participation à la conquête va les propulser dans une nouvelle vie, qu’ils vont vouloir différente de celle qu’ils auraient dû connaître dans la péninsule, s’ils y étaient demeurés. À travers leurs origines, leurs actions et la transformation de leur mode de vie, nous tenterons de montrer que ces hommes devinrent bien des « hommes nouveaux ».

Origines des conquistadores

3Quels sont ces hommes ? Ce sont d’abord des hommes d’origines très modestes que leur situation sociale et économique précaire dans la péninsule ibérique pousse sur la voie de l’émigration vers les Amériques. Ils partent tenter leur chance dans le Nouveau Monde dans l’espoir d’une vie meilleure. Leur participation à la Conquista sera bien souvent la conséquence de cette précarité.

4Le point commun de ces hommes réside dans le fait qu’avant la découverte du Mexique, ils n’ont, pour la plupart, rien ou presque rien. Très peu d’entre eux sont connus. Sans leur départ outre-Atlantique, ils seraient restés dans l’ombre, comme la grande majorité de leurs contemporains. Les quelques hidalgos qui partent avec Cortés n’ont guère de patrimoine et, du fait de leur statut, ils ne peuvent s’adonner aux travaux manuels ou mercantiles pour subsister ; il n’y a que par les armes qu’ils pourront gagner leur vie. Pour les roturiers, seules les Indes peuvent leur permettre de s’extraire d’un monde de misère qui les humilie.

  • 2 Sur 1 212 conquistadores, nous n’avons trouvé que 71 hidalgos mais ce chiffre est probablement inf (...)
  • 3 Díaz del Castillo B., Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, edición crítica de C. (...)
  • 4 Ce phénomène de « mutation » sociale se retrouve dans d’autres exemples : en 1546-1547, Diego de C (...)

5Contrairement à une idée très répandue, le nombre d’hidalgos parmi les conquistadores demeure faible : 6 %2. Dans la plupart des cas, cette erreur est due aux conquistadores eux-mêmes ou à leurs descendants, qui ont tendance, vingt ou trente ans plus tard, à se prétendre hidalgos, alors que ce statut n’est mentionné dans aucun document antérieur. Ainsi, Bernal Díaz del Castillo n’hésite-t-il pas à écrire à la fin de sa chronique : « La plupart d’entre nous étaient des hidalgos ; quelques-uns peut-être n’appartenaient pas aux descendances les plus claires3. » En réalité, il tient à accréditer cette idée, alors qu’il termine la rédaction de son œuvre, commencée en 1551, plus de cinquante ans après la chute de Mexico4.

  • 5 « Que los pobladores principales, y sus hijos y descendientes legitimos sean hijosdalgo en las Ind (...)

6En fait, si certains conquistadores ont tenté de gravir l’échelle sociale en se faisant passer pour hidalgos, c’est surtout bien après la conquête, à une époque où peu de personnes pouvaient encore témoigner de leurs origines. D’ailleurs, un grand nombre d’« informations de mérites et de services » de la fin du XVIe siècle, établies le plus souvent à la demande des enfants ou petits-enfants des conquistadores, feront apparaître l’illustre aïeul comme hidalgo. Certains descendants de conquistadores pouvaient aisément apporter les preuves nécessaires ; pour d’autres, il suffisait de miser sur le temps, qui transformerait l’assertion que l’ascendant avait été hidalgo en vérité établie. De plus, en 1573, la monarchie reconnaîtra les services rendus par les conquistadores, qu’elle considérera comme hidalgos, mais uniquement en Amérique5 !

  • 6 Nous trouvons des fusiliers, des arbalétriers ou des artilleurs (près de 8 % de l’expédition de Co (...)
  • 7 Quelques conquistadores ont servi en Italie, d’autres contre les Maures en Afrique, contre Barbero (...)
  • 8 Le licencié Lucas Vázquez de Ayllon précise, en janvier 1520, que, parmi les hommes de Narváez, il (...)

7La grande majorité des conquistadores étant d’origine obscure, leurs professions sont très mal connues. Nous ne disposons d’informations que pour environ 13 % d’entre eux ; les résultats ne peuvent donc pas être significatifs. Les métiers des conquistadores sont variés : plus du tiers (37 %) sont liés à la mer (marins, pilotes), 28 % proviennent du commerce (marchands) et de l’artisanat (forgerons, charpentiers, tailleurs), 16 % des conquistadores sont décrits comme soldats mais, contrairement, là aussi, à l’idée généralement répandue, il n’y a qu’un petit nombre de véritables soldats de métier6 car les vrais soldats, ceux qui ont eu une réelle expérience des champs de bataille, représentent à peine un peu plus de 1 % de l’ensemble des conquistadores de Mexico7. On trouve aussi 11 % de letrados, notaires ou secrétaires, sans oublier quelques prêtres et moines, des médecins et des pharmaciens, des musiciens. Cependant, malgré l’absence de mention précise, les paysans semblent constituer une partie importante des effectifs des conquistadores8. Près des deux tiers de la troupe des conquistadores sont formés d’adultes âgés d’une vingtaine ou d’une trentaine d’années en 1519, hommes généralement solides, dans la force de l’âge, conditions essentielles pour toute expédition militaire.

  • 9 Grunberg B., « Qu’est-ce que la conquista ? », La péninsule ibérique et le monde (années 1470-anné (...)
  • 10 Lourie E., « A Society Organized for War: Medieval Spain », Past and Present, t. xxxv, 1966, p. 54 (...)

8La guerre en Amérique a des traits semblables à ceux de la Reconquista. La Conquista est, d’une certaine manière, une prolongation de la Reconquista9. Elle présente des caractéristiques médiévales, notamment par son caractère « privé ». Pour comprendre l’activité guerrière des conquistadores, il est essentiel de se rappeler que tous ces hommes sont essentiellement des Espagnols, nés dans les dernières décennies du XVe siècle, au sein d’une société qui avait été « organisée pour la guerre10 ». De plus, tous les Espagnols avaient été marqués par la prise de Grenade, qui était encore très présente dans tous les esprits. En effet la lutte contre les musulmans, qui prit des formes de guerre de reconquête et de religion tout à la fois, modela les structures sociales et eut un impact très fort sur tous les habitants de la péninsule. Dès les débuts, les conquistadores se verront comme les dignes successeurs des vainqueurs de Grenade, certains même se sentiront prédestinés, sentiment qui s’accroîtra avec les premières victoires, dans lesquelles ils verront la preuve que Dieu les assiste. Il faut ajouter que nombreux sont ceux qui ont lu des ouvrages sur la Reconquista et des romans de chevalerie, déjà très en vogue dans la péninsule. Il n’y a qu’à se reporter à Bernal Díaz qui évoque, entre autres Amadis de Gaule, Roland et l’histoire de Pedro Carbonero.

  • 11 Grunberg B., L’Univers des conquistadores. Les hommes et leur conquête dans le Mexique du XVIe siè (...)
  • 12 Contamine P., La guerre au Moyen Âge, Paris, PUF, 1980.

9Même si le nombre de conquistadores de Mexico hidalgos est faible11, il faut aussi évoquer le modèle culturel de l’hidalguía dans lequel baigne une bonne partie des Espagnols, dont les principaux chefs sont d’ailleurs tous des hidalgos. La Reconquista a donné naissance à une aristocratie guerrière, d’autant plus que, surtout en Castille, certains hommes qui s’étaient distingués par leurs exploits avaient pu accéder à l’hidalguía12. À la fin du Moyen Âge, c’est donc le système de valeur de la noblesse qui s’impose dans la péninsule. Ainsi, il ne fait aucun doute que le modèle de l’hidalgo guerrier est dans tous les esprits, comme nous pouvons le constater dans les revendications faites par les conquistadores après la conquista.

  • 13 Cuba n’était pas encore totalement pacifiée, la côte occidentale notamment, et certains durent y f (...)
  • 14 Díaz del Castillo B., op. cit., chap. lxvi, cxxii, cxxxii, cxxxiii, clxiv, clxii, clxvi, cxciii, c (...)

10Les conquistadores sont des individus issus d’une tradition guerrière. Se battre avec des armes ne leur pose aucun problème, il leur faudra seulement apprendre à bien les manier. Plus de 40 % des conquistadores sont arrivés aux Indes avant 1516 et la majorité d’entre eux y ont au moins séjourné une ou deux années (notamment à Cuba) avant de se joindre à Cortés13. Ainsi, le séjour de nombreux conquistadores dans les îles ou en Terre-Ferme constituera une préparation à la guerre contre les indigènes et formera des vétérans expérimentés14.

Partir pour valoir plus (ir a valer mas)

11Le premier motif fut sans doute le désir d’échapper à une condition médiocre, voire précaire. Le passage aux Indes était une porte ouverte vers un avenir meilleur. Les capitulations accordées durant la Reconquista mais aussi lors des premières expéditions dans le Nouveau Monde stipulent que les Espagnols obtiendront de notables avantages pour les bénéfices qu’ils procureront à la couronne. Les Espagnols combattent d’abord au bénéfice de la couronne mais, bien entendu, ils ne traversent pas l’Atlantique seulement pour servir le roi mais aussi pour satisfaire leurs désirs ; ils recherchent notamment un enrichissement rapide (l’or) mais aussi la reconnaissance et l’honneur pour eux et leurs descendants. L’honneur (honor, honra) est, pour un Espagnol du XVIe siècle, une vertu primordiale. Dans la société, l’honneur, c’est le respect qu’un homme mérite et reçoit des autres, par sa qualité, son lignage, son pouvoir ou sa richesse. Pour y parvenir, le conquistador devra, les armes à la main, prouver sa vaillance, accomplir des exploits mais aussi trouver des richesses car l’argent permet de satisfaire l’idéal d’une vie différente de celle d’un roturier. Ce qui explique et justifie aussi que le conquistador soit guidé par l’intérêt, c’est que la Conquista est une entreprise privée. Nombreux sont ceux qui ont investi tous leurs biens dans l’achat d’armes et autres éléments nécessaires à leur expédition. Ils en attendent, tout naturellement, un juste remboursement.

Le service de Dieu et de sa Majesté

  • 15 Cortés H., Cartas y documentos, éd. de M. H. Sanchez-Barba, Mexico, Porrua, 1963, p. 84, 208, 217  (...)
  • 16 Vázquez de Tapia B., Relación de meritos y servicios del conquistador Bernardino Vázquez de Tapia, (...)

12Le conquistador est avant tout l’homme qui fait reconnaître par les armes le droit de l’Espagne et de l’Église sur les terres qui appartiennent à la couronne, à la suite de la donation pontificale. Il est au service de son Dieu et de son roi, comme le prouve, à travers tous les documents qui concernent les conquistadores, l’emploi de la formule « servicios de Dios y de Su Majestad ». Cela traduit une idéologie fortement ancrée dans la mentalité espagnole de cette époque. La Reconquista a donné naissance à de nouvelles coutumes, dont la récompense pour service, avec le partage des terres prises à l’ennemi. Les Espagnols qui partent pour l’Amérique ont pour objectif essentiel de tirer profit de la Conquista, comme leurs aïeux lors de la Reconquista. Pour bénéficier des largesses du roi, il convient donc d’obéir à tous les ordres qui parviennent en Nouvelle-Espagne sous forme de licences, cédules ou provisions15. Les conquistadores justifient tous leurs actes au nom du roi, comme le prouve la répétition de cette formule dans les différentes relations. Pour arriver à leurs fins, ils s’empressent d’informer leur souverain des services rendus à la couronne et de leur respect des ordres royaux16. Cette formule de « servicio de Dios y servicio de su majestad » ne doit pas nous faire oublier que les conquistadores justifient leurs actions sur un double plan indissociable, où l’intérêt chrétien et l’intérêt national se rejoignent et où la morale chevaleresque héritée du passé impose de tenir sa foi et engage l’honneur des conquistadores dans la Conquista de la Nouvelle-Espagne. Et Bernal Díaz del Castillo de conclure :

  • 17 Díaz del Castillo B., op. cit., chap. ccx, p. 652-653.

« J’ai vu la bonne et grande Renommée qui résonne dans le monde au sujet des loyaux, nombreux et notables services que nous avons rendus à Dieu, à Sa Majesté et à toute la Chrétienté ; elle crie à haute voix qu’il serait juste et raisonnable que nous eussions de bonnes rentes, bien meilleures même que celles dont ont été honorées d’autres personnes qui n’ont servi Sa Majesté ni en cette conquête ni en aucune autre entreprise [...]. Je me figure donc aujourd’hui que leurs noms devraient du moins s’inscrire en lettres d’or puisqu’ils ont fini par cette cruelle mort pour servir Dieu et Sa Majesté, en répandant la lumière parmi les hommes qui vivaient dans les ténèbres, et aussi pour acquérir quelques richesses, après lesquelles tous les hommes ont l’habitude de courir17. »

13Le conquistador ne cessera de rappeler qu’en tout temps il a entretenu des chevaux et des armes pour le service du roi, qu’il fut conquistador de Mexico au service de son roi, sans avoir été rémunéré.

Services rendus, récompenses attendues

  • 18 L’encomienda est un système qui met à la disposition d’un conquistador, ou d’un colon, un certain (...)
  • 19 Il était prévu que chaque encomendero aurait à sa charge le clergé qui éduquerait les Indiens ; cf (...)

14Dès la chute de Mexico, après leur exploit, les conquistadores ont commencé à vivre comme des nobles, convaincus de la valeur de leurs actions et de la récompense qu’ils espéraient. Cortés, dès 1522, distribua la terre entre ses compagnons, sûr d’en obtenir confirmation. Ce partage repose sur le système de l’encomienda18 (ou repartimiento), imposé par Cortés dans ses ordonnances de 1524, et sera donc à la base de la colonisation : tout colon marié qui s’engage à rester au moins huit années sur sa terre recevra celle-ci en concession et obtiendra le droit de faire travailler les Indiens à son profit, à charge pour lui de les protéger et de les instruire dans la foi catholique19. Mais les Lois Nouvelles (1542) vont entraîner bien des modifications et susciteront la réprobation de la quasi-totalité des conquistadores et des colons de Nouvelle-Espagne, hostiles à la transmission de l’encomienda à un seul héritier et à l’impossibilité de créer de nouvelles encomiendas. Au Mexique, le vice-roi Antonio de Mendoza suspend leur application et fait réaliser des « informations de mérites et services » dans lesquelles les conquistadores vont indiquer et prouver leurs exploits militaires, leur ancienneté aux Indes et leur lignage de vieux chrétiens.

  • 20 Pour le président de la seconde Audience de Mexico est conquistador tout homme qui était en Nouvel (...)

15Ces hommes, partis de rien, ont gagné non seulement le titre de conquistador20, qui souligne leur valeur militaire et leur héroïsme, mais aussi celui d’encomendero, qui les assimile à des seigneurs obtenant des revenus (tributs) des Indigènes. Ils partageront ces prérogatives, jusqu’à un certain point, avec les premiers colons (pobladores). Cette double distinction conquistador/encomendero va diviser la future société coloniale, non plus, comme en Espagne, sur des critères de lignage mais sur des critères de mérites militaires, d’ancienneté et de richesse. Conquistadores et premiers colons constitueront de ce fait une catégorie sociale supérieure.

  • 21 Les conquistadores souhaitaient que les encomiendas leur soient données à titre perpétuel.
  • 22 Puga, op. cit., fol. 37 r° v° (cédule d’Ocaña, 17/2/1531), fol. 44 (1531) ; Colección de documento (...)
  • 23 Chevalier F., La formation des grands domaines au Mexique. Terre et société aux XVIe-XVIIe siècles (...)

16Mais si dans un premier temps, l’encomienda avait permis de rétribuer quelque peu les conquistadores, l’évolution de la colonisation passait cependant par la concession de terres, en pleine propriété, aux conquistadores et aux colons. L’encomienda était source de richesse, son extinction posera un grand problème car beaucoup de conquistadores étaient alors pauvres. La demande du repartimiento général21 sera un leitmotiv des conquistadores et des colons durant tout le XVIe siècle. La monarchie fera la sourde oreille mais, dès le début des années trente, devant les demandes pressantes des conquistadores et des colons22, elle leur concédera des terres, sous forme de faveurs (mercedes de tierra), terres d’une dizaine d’hectares, en pleine propriété23.

  • 24 Le corregidor est le représentant nommé par le vice-roi pour contrôler une entité territoriale gén (...)
  • 25 Puga, op. cit., fol. 139.
  • 26 AGI, Audiencia de México, 96,4.

17Quant aux exclus, dépossédés de leurs encomiendas, ils demanderont souvent l’obtention d’un corregimiento24. La cédule du 3 septembre 1552 est on ne peut plus claire : les offices de corregidores doivent revenir de préférence aux « primeros conquistadores25 ». Les conquistadores dépourvus de corregimiento ne cesseront de réclamer l’attribution d’une rente annuelle. Vers 1544, 95 conquistadores qui ont perdu leur encomienda perçoivent une rente26. En 1554, pour les mêmes raisons, quelques conquistadores encore en vie ou leurs héritiers directs (femme ou enfants) perçoivent également une rente, dont le montant s’élève de 50 pesos à 400 pesos par an. En Amérique, les conquistadores auront le plus souvent la préférence selon leur ancienneté et non selon leur naissance. C’est là une des grandes différences avec la métropole.

  • 27 Actas de cabildo de la ciudad de México, op. cit., réunions du 23/5/1525 et du 18/2/1527.
  • 28 Paz y Melia A., Nobilario de conquistadores de Indias, Madrid, Sociedad de Bibliofilos Españoles, (...)

18Parmi les autres souhaits de récompenses, certains conquistadores demandent l’obtention du port d’arme, qui avait été réglementé dès le début de la colonie27, et quelques-uns pourront l’obtenir. L’obtention d’armoiries constitue une autre revendication importante. Juan de Salamanca obtint son blason pour sa conduite exemplaire lors de la bataille d’Otumba : en tuant le général qui commandait l’armée aztèque, il avait permis aux faibles troupes de Cortés de poursuivre leur route vers Tlaxcala. Gutierre de Badajoz obtint ses armoiries en 1527 pour ses exploits lors de la prise de la grande pyramide de Mexico, en haut de laquelle il planta la bannière des conquistadores28. Sur 71 conquistadores qui reçurent leurs armoiries, 9 seulement étaient des hidalgos. La plupart (95 %) obtinrent cette récompense entre 1524 et 1546 et plus de 60 % d’entre eux occupèrent des fonctions politiques dans la colonie.

  • 29 Le vecino est un habitant d’une ville ou d’un village, généralement chef de famille, possédant de (...)
  • 30 Grunberg, B. L’univers..., op. cit., p. 109-158.
  • 31 López Rayon I., Sumario de la residencia tomada a don Fernando Cortés gobernador y capitan general (...)

19Marque de leur nouveau statut, dans les villes, les conquistadores restent favorisés. Ils s’installent prioritairement au centre des villes, signe de leur distinction. À l’origine, chaque conquistador reçoit deux solares (terrains à bâtir) : l’un concrétise les services rendus lors de la conquête, l’autre l’enregistrement du conquistador comme vecino29 de Mexico, ce qui lui permet de bénéficier des libertés et privilèges (fiscaux, économiques et politiques) accordés alors aux premiers habitants du lieu30. Pour accentuer leur ascension, certains conquistadores doteront leurs maisons de tours et de meurtrières31. Par la suite, les autorités coloniales et métropolitaines interdiront ce type de bâtiment et réglementeront toutes les constructions.

20Pour tous ces hommes, ces récompenses représentent la reconnaissance officielle de leurs faits d’armes, la possibilité d’exhiber dans leur maison cette marque de prestige et d’ancrer dans la mémoire familiale le rôle joué par le conquistador.

Déception et désillusion

  • 32 « article 100. À ceux qui s’obligeraient à faire ledit peuplement et qui auraient rempli leur cont (...)

21La Conquista devait être, pour les conquistadores, source de noblesse. Mais la monarchie ne répondit pas aux souhaits de ses serviteurs ; elle n’accorda la noblesse qu’au cas par cas et très peu de conquistadores purent y accéder. Et cela, d’autant plus que l’aristocratie espagnole, qui était déjà fort nombreuse, ne voulait pas de nouveaux nobles, d’autant que certains mettaient en doute les exploits des conquistadores. La monarchie accepta l’anoblissement essentiellement pour les capitaines des expéditions de conquête32. Les conquistadores ne pouvaient comprendre que, quelques décennies plus tôt, les monarques avaient concédé des titres à des soldats qui avaient récupéré leurs terres et rejeté l’ennemi hors de la péninsule, alors qu’eux avaient fait bien plus.

  • 33 Encinas D. de, Cedulario indiano, recopilado por Diego de Encinas [1596], Madrid, Ed. de Cultura H (...)
  • 34 Ibidem, cédule de Valladolid du 4/6/1543.

22La couronne va cependant tenter d’apaiser les conquistadores. Dès janvier 1529, Charles-Quint offre l’hidalguia à ceux qui fondent des villes. En 1531, il ordonne de favoriser les découvreurs et les conquistadores. En 1543, lors de la contestation des Nouvelles Lois, il ne donne toujours pas l’hidalguia aux conquistadores mais il leur « offre » le titre de conquistador33. La même année et en 1548, la couronne ordonne de préférer pour diverses fonctions administratives les conquistadores et leurs fils, puis les pobladores34. En 1556, Charles-Quint pensera aux possibilités de faire hidalgos des conquistadores et des colons qui ont servi au Pérou mais le Conseil des Indes s’y opposera clairement :

  • 35 « Es en deshonor de los caballeros hijosdalgo y en perjuicio de los pecheros de aquellos Reinos si (...)

« Si cela est accordé, ce sera un déshonneur pour les chevaliers hidalgos et au détriment des roturiers de ces Royaumes [...], et finalement il semble que ce n’est pas une chose décente que la noblesse que les Rois et les princes ont l’habitude d’accorder pour de grands et notables exploits soit donnée aux hommes de basse extraction35... »

  • 36 « 29. Que les découvertes n’aient pas nom et titre de conquêtes (conquista), car devant être réali (...)

23L’ordonnance de 1568, signée par Philippe II et reprise en 1595, donne l’ordre aux vice-rois « que les encomiendas soient données aux descendants de descubridores, pacificadores, pobladores » lesquels se trouvent « oubliés, pauvres et nécessiteux » mais les vice-rois craignant le pouvoir des créoles ne l’appliquent pas sauf ordre insistant de la monarchie. En fait, il s’agissait d’éviter la création d’une noblesse trop nombreuse aux Indes, capable de mettre en danger les intérêts de la couronne. En 1573, le mot conquista est remplacé par celui de pacificación et désormais on utilisera le terme descubridor pour désigner les conquistadores36.

24Pour beaucoup il y aura une amère désillusion et beaucoup de ressentiments parce que ni leurs exploits, ni l’argent ne leur ont servi à parvenir à la gloire et à la noblesse comme dans les temps anciens. Quant aux concessions obtenues, elles furent minimes et certaines, comme l’hidalguía, n’avaient de valeur qu’en Amérique.

L’idéal : hidalguía et mode de vie seigneurial

25Sans attendre leurs récompenses, même après maintes demandes restées sans réponses, les conquistadores vont tenter de se convertir en hidalgos de fait, trouver richesse et fortune, pouvoir et renommée. Ils vont essayer de combler leurs aspirations originelles, quand ils commencent à se sentir mal récompensés par la couronne. Leur ancienne infériorité économique et sociale va être leur principal moteur.

26C’est leur mode de vie qui témoigne de ce changement. L’implantation du régime colonial, notamment après 1535, avec la création des vice-royautés, voit le développement des cours vice-royales (Mexico, Lima). Celles-ci, grâce à l’influence des traditions portées par les conquistadores et les coutumes venues de la métropole et apportées par les vice-rois, vont connaître un grand raffinement, un développement culturel : académies, savants, poètes, universités, théâtre, livres.

27Les conquistadores vont adopter des postures aristocratiques dans leur style de vie (ostentation, fêtes, serviteurs) et s’approprier les traitements et les formules de courtoisie réservés aux plus hauts personnages. On se met à parler et à écrire dans une langue policée. On développe un cérémonial plein de pompe et de minutieux détails. On cultive la courtoisie, on introduit l’usage du « don » (qui va se généraliser en Amérique), on se sert très fréquemment des expressions de seigneur, votre seigneurie, votre grâce, je vous baise les mains, je suis à vos pieds, à votre disposition, ceci est votre maison, très noble (señor, vuestra señoria, vuestra merced, beso a usted la mano, a los pies de usted, esta a su disposicion, esta es su casa, muy noble), etc. Les conquistadores apprécient les titres, les cérémonies et autres marques d’honneur.

  • 37 Díaz del Castillo B., op. cit., chap. ccv, p. 629.

28Le souci de leur apparence va toucher un bon nombre de conquistadores, comme leurs compatriotes de la péninsule, et ils vont s’adonner à un luxe effréné et ostentatoire, après la conquête. Leur allure vestimentaire obnubile certains, comme Francisco de Solis (el de la huerta), que ses camarades surnomment « sayo de seda » (sarrau de soie) pour sa passion à se vêtir de soie37. D’autres restent plus modestes dans leur habillement. Le goût de Cortés nous est connu grâce à Bernal Díaz del Castillo :

  • 38 Ibid., chap. cciv, p. 622.

« Il s’habillait à la mode du temps, mais il faisait peu de cas des soieries damassées ou satinées, préférant à tout une élégante simplicité. Il ne portait pas non plus de grandes chaînes d’or, mais une chaînette de ce métal d’un travail délicat d’où pendait un médaillon figurant l’image de Notre Dame la Vierge Marie... Il avait au doigt une bague surmontée d’un diamant de grande valeur. On voyait sur sa toque, en velours selon l’usage de l’époque, une médaille dont je ne me rappelle pas la gravure, sinon que l’une des faces portait son chiffre. Plus tard, il s’habitua à ne plus faire usage que de toques en drap sans aucun médaillon38. »

  • 39 Ibid., chap. ccvi, p. 641.
  • 40 Millares Carlo A., Mantecon J. I., Indice y extractos de los protocolos del archivo de México de n (...)
  • 41 Díaz del Castillo B., op. cit., chap. cciv, ccvi.

29Quant à Pedro de Alvarado, il « s’habillait avec propreté et élégance, employant pour cela de riches étoffes, et il portait au cou une chaînette en or avec un médaillon dont je ne me rappelle pas l’inscription ; un de ses doigts était orné d’une bague avec un beau diamant39. » L’étalage de la richesse et la recherche vestimentaire provoquent une forte demande de vêtements espagnols, qui explique la présence, dès les premières années de la colonie, de tailleurs, cordonniers, gantiers, bonnetiers et de nombreux commerçants venus de la métropole ou des îles pour vendre leurs marchandises. Et les tissus arrivent de toutes parts : au milieu des années 1520, on trouve à Mexico du drap d’Anjou, de Rouen, de Valence ou de Hollande40. Les bijoux les plus prisés par les conquistadores demeureront la chaîne d’or, ornée généralement d’un médaillon, et la bague, surmontée d’un diamant, plus ou moins gros selon la richesse de son propriétaire41.

30Certains vont même transformer leur nom pour s’identifier à des nobles, comme Bernal Díaz, qui devient, au milieu du XVIe siècle, Bernal Díaz del Castillo. D’autres vont désormais utiliser la particule « don » devant leurs noms.

  • 42 Le Conquistador Anonyme, Relation de quelques-unes des choses de la Nouvelle-Espagne et de la gran (...)
  • 43 Millares Carlo A., Mantecon J. I., op. cit., no 1307 ; Actas de cabildo de la ciudad de México, op (...)

31Si les conquistadores continuent à adopter en partie la nourriture indigène, constituée de maïs, dindons, piments, patates douces, ignames, cacao, goyaves, pulque42, ils reprennent certaines de leurs habitudes alimentaires : ils consomment huile et vinaigre, vin blanc et rosé, ail, fromage43. Ils se servent des produits pharmaceutiques indigènes et utilisent les services de sorciers indiens.

  • 44 Il en va de même dans les autres villes, comme à Puebla ; cf. Lópezde Villaseñor, P., Cartilla vie (...)
  • 45 Díaz del Castillo B., op. cit., chap. cci, p. 607-609.

32Dans ce contexte, les fêtes sont l’occasion de manifester sa position sociale, pour chaque conquistador. Le 13 août, jour de la Saint Hippolyte, sera l’occasion d’une grande fête et certains conquistadores seront distingués par la municipalité de Mexico, qui les nommera « alferez » (porte-étendard) : ils auront ainsi l’insigne honneur, la veille du jour de la commémoration, de sortir du conseil municipal, en grande pompe, l’étendard de la victoire, en présence du vice-roi, des membres de l’Audience, de l’archevêque et des évêques, des membres de la municipalité et des personnalités les plus influentes de Mexico, puis d’ouvrir la procession en portant, à bout de bras, le grand étendard, de se rendre à la cathédrale pour y entendre une messe chantée et un grand sermon, avant de retourner le déposer. Mais seuls les regidores étaient habilités à porter l’étendard44. Les grands événements sont aussi l’occasion de festivités auxquelles les conquistadores n’hésitent pas à participer. En 1538, en l’honneur de la trêve de Nice et de l’entrevue d’Aigues-Mortes entre François Ier et Charles Quint, le vice-roi, Antonio de Mendoza, Hernan Cortés, ainsi que l’Audience et les conquistadores organisent de grandes réjouissances. Ces fêtes « furent si belles en effet, que je n’en vis jamais de pareille dans la Castille, en joutes, tournois, courses de taureaux, rencontres entre caballeros et autres simulacres d’actions de guerre45 ».

33N’étant pas seigneurs féodaux, ils représentent au moins une survivance de la féodalité et valent plus par leur propre pouvoir que par les pouvoirs octroyés. Ce qui fait que les conquistadores imposent leur étiquette selon leur fantaisie et le plus grand luxe imaginable.

34De fait, il se crée une « noblesse » indienne, une noblesse des Indes, car les conquistadores se sentent anoblis par leurs exploits et vivent déjà comme des nobles (caballeros). Aux Indes, on allègue que les conquistadores sont hidalgos par droit propre : l’hidalguia doit s’octroyer en paiement et rémunération des grands services rendus lors de la conquête. Les conquistadores se transforment en véritables représentants de la vie espagnole et imposent un style de vie « aristocratique », notamment les plus riches : possession d’un cheval, entretien d’un cheval, d’armes, de serviteurs, organisation de banquets. Ils ont servi le roi et ils ne cessent de le rappeler. Pour eux se sentir et se nommer conquistadores équivaut à s’inscrire dans la plus haute hiérarchie sociale, digne de toutes les distinctions.

Les activités des conquistadores

  • 46 Puga, op. cit., fol. 43 v° ; Recopilación..., op. cit., livre V, titre 3, loi 5.
  • 47 « Segun el uso y costumbre della, que pide e requiere a los señores regidores que estan presentes, (...)

35Forts de leur victoire sur les Mexicains, les conquistadores ont songé, tout naturellement, à jouer un rôle politique de premier plan. Dès 1527, la couronne demande que l’on favorise les premiers conquistadores, colons et personnes qui ont servi la monarchie46. En 1534, le regidor de Mexico, Gonzalo Ruiz, fait une déclaration devant le conseil municipal au sujet de l’élection des alcaldes ordinaires : il demande que celle-ci soit effectuée selon les lois en vigueur mais que l’on choisisse de préférence les conquistadores de Mexico et de Nouvelle-Espagne, eu égard aux nombreux services qu’ils ont rendus47.

  • 48 « Que los alcaldes ordinarios que en esta ciudad se hubieren de elegir sean personas conquistadore (...)
  • 49 Puga, op. cit., fol. 139-139 v° et 168 ; Relación secreta de conquistadores. Informes del archivo (...)

36À Puebla en 1560, les autorités municipales insistent toujours pour que, lors de l’élection des alcaldes, on choisisse les conquistadores, les colons ou vieux habitants illustres de préférence aux marchands48. Conscientes cependant que les offices municipaux ne pouvaient ni faire vivre tous les conquistadores ni récompenser tous ceux qui souhaitaient y accéder, et soucieuses de procurer aux conquistadores un salaire « décent », les autorités développèrent les offices de corregidores et d’alguaciles, mais seulement près d’une quinzaine d’années après la conquête49. En fait, les conquistadores semblent avoir été relativement nombreux à occuper ces fonctions peu lucratives et qui obligeaient le tenant du poste à résider généralement en milieu rural.

37Des conquistadores furent nommés ou élus à des postes importants dans la colonie : alcaldes mayores, alcaldes ordinaires, regidores, alguaciles mayores ou procureurs ; dans l’ensemble, un peu plus de 20 % des conquistadores occupèrent au moins une fois dans leur vie l’un de ces postes : sur 125 conquistadores qui ont été alcaldes, regidores et alguaciles mayores de Nouvelle-Espagne, 28 sont des hidalgos. Sur les 63 alcaldes ordinaires de Mexico nommés entre 1524 et 1550, 31 étaient des conquistadores. À Puebla, entre 1531 et 1550, sur 37 alcaldes ordinaires, on compte 25 conquistadores.

  • 50 « Caballeros e personas particulares », Actas de cabildo de la ciudad de México, op. cit., acte du (...)

38Une bonne partie des conquistadores aurait voulu que leur chef gardât le gouvernement de la Nouvelle-Espagne. Le 20 juillet 1526, une session d’un « cabildo abierto » eut lieu en l’église cathédrale de Mexico : les participants (membres habituels du conseil municipal, auxquels s’étaient joints quelques nobles et personnes notables de la capitale) demandèrent, avec le soutien des autres municipalités mexicaines, que Cortés prît les rênes du pouvoir dans la colonie50. Mais ce dernier, probablement plus lucide que ses compagnons, refusa : il savait que la mainmise de la métropole sur la colonie n’était qu’une question de mois et que, si la couronne ne faisait point appel à lui, mieux valait pour lui se laver des accusations qui ne manqueraient pas de le frapper lors de son jugement de résidence et se contenter de son marquisat et de ses intérêts économiques en Nouvelle-Espagne.

  • 51 « Hidalgos y personas nobles y conquistadores y pobladores della que siempre han tenido el servici (...)

39Les chiffres mettent en évidence la mainmise d’une partie des conquistadores sur l’administration locale : celle-ci représente à la fois la récompense de leurs efforts passés et la possibilité d’acquérir une position honorable et importante dans la colonie. D’ailleurs, lors de l’assemblée qui eut lieu à Mexico le 10 novembre 1525, les représentants du gouvernement de la colonie et les délégués de toutes les cités espagnoles du Mexique demandèrent notamment à la couronne que les charges de regidores soient perpétuelles et réservées aux « hidalgos, personnes nobles, conquistadores et colons qui ont toujours servi leur roi et ont donné leur sang pour la conquête de cette terre51 ». L’examen de la carrière politique de quelques conquistadores, détenteurs d’une charge municipale en Nouvelle-Espagne, atteste bien l’importance de leur rôle dans la vie publique de la colonie.

  • 52 Certains n’avaient pas attendu la fin de la conquête pour faire des affaires. Avant de s’embarquer (...)

40Comme tout noble, les conquistadores désiraient surtout vivre sans travailler car travailler de ses mains restait infamant : selon la tradition, le noble se réserve pour la guerre, la religion, les postes publics, les lettres ; ne sont pas tolérées les professions manuelles. Mais si ces coutumes sont transportées outre-Atlantique, les réalités indiennes et la relative pauvreté des conquistadores vont modifier cet aspect car ceux qui sont pauvres doivent travailler de leurs mains pour survivre. Faute de documentation, il est difficile de connaître les métiers qu’exercèrent les conquistadores après la chute de la capitale aztèque. La plupart de ceux qui n’exercèrent pas de métier bien défini se livrèrent soit à l’élevage (dans une moindre mesure à la culture), soit à l’exploitation minière, grâce à la main-d’œuvre indigène tirée des encomiendas ou de l’esclavage. Un bon nombre, semble-t-il, purent vivre, plus ou moins bien, des revenus de leur encomienda ou de leur rente. Une minorité exerça divers métiers : ceux qui avaient acquis une formation professionnelle dans la péninsule ibérique, avant leur départ vers le Nouveau Monde, reprirent leur ancien métier : médecins, forgerons, tailleurs, charpentiers, menuisiers, architectes. D’autres, dépourvus de qualification professionnelle, s’improvisèrent muletiers, mineurs, marchands ou cultivateurs. Certains hidalgos des Indes commencèrent à commercer comme des marchands. Arrivé en Amérique, chacun s’était essayé au rescate (troc) avec les Indiens et cela s’infiltrera dans la pratique des conquistadores qui en tireront souvent profit52.

  • 53 Díaz del Castillo B., op. cit., chap. cii-ciii ; Cortés H., Cartas, op. cit., II, p. 64-66 ; de He (...)
  • 54 « Para que en las minas de la Nueva España : todas las personas, que quisieren puedan sacar oro li (...)

41À la suite des diverses expéditions lancées par Cortés pour découvrir les sites aurifères53, beaucoup tentèrent de trouver le filon susceptible de leur procurer la fortune. La législation minière encourageait les conquistadores dans leurs efforts en interdisant à toutes les autorités coloniales d’entraver la prospection et l’exploitation54. C’est dans ce cadre-là que des fortunes allaient s’édifier et permettre à leurs détenteurs d’acquérir la noblesse.

42Originaires souvent de milieux ruraux, de nombreux conquistadores se dirigèrent tout naturellement vers la mise en valeur des terres nouvelles. Dans les premiers temps, certains conquistadores se laissèrent tenter par l’élevage, qui semblait devoir bénéficier de conditions naturelles plus que favorables, mais, très vite, l’accroissement considérable du bétail entraîna une baisse très forte des prix de la viande et donc une grande diminution de la rentabilité de cette activité. Cependant, peu à peu, les conquistadores revinrent à l’agriculture, encouragés par la forte demande des villes en permanente croissance et par la politique coloniale, qui favorisait cette nouvelle tendance. L’exemple le plus frappant est celui des habitants de Puebla, dont un tiers, dès 1534, commença à mettre en valeur la fertile vallée d’Atrisco.

Adaptation à la terre des Indes

43Les facteurs qui transforment le conquistador dans sa famille et dans la société sont divers. Certains de ces facteurs, les plus visibles, proviennent de la nouvelle terre dans laquelle il se trouve. L’adaptation au Nouveau Monde exigeait l’adoption de certains usages indigènes, bien que de manière souvent provisoire. De même l’accueil des Indiens allait influer sur l’esprit des conquistadores depuis les débuts, surtout avec les concubines américaines. Le conquistador impose sa manière d’être et beaucoup d’entre eux se considèrent comme les vainqueurs et le montrent. Ils avaient acquis, par leurs victoires, une situation prépondérante sur les vaincus, y compris les nobles indiens. Avec une grande rapidité, les Espagnols se convertirent en membres d’une nouvelle catégorie élevée, personnelle et sociale, que les vaincus durent reconnaître et accepter. Ce changement de hiérarchie, lié à une meilleure situation de fortune, affecta rapidement le monde des conquistadores.

44En outre, beaucoup de conquistadores vivaient en concubinage avec des Indiennes, parfois de sang noble, qui remplissaient le rôle de femmes légitimes et leurs enfants métis n’étaient pas encore l’objet d’un rejet dans ce nouveau monde colonial.

  • 55 Grunberg B., « Fray Cindo de Portillo ou l’utopie évangélisatrice d’un conquistador repenti », P. (...)

45Enfin, il ne faut pas oublier que des conquistadores, certes peu nombreux, qui obtinrent beaucoup de biens s’en dépouillèrent pour être religieux, à l’exemple de Cindo de Portillo, montrant ainsi une véritable prise de conscience des dommages engendrés par la Conquista55.

Conclusion

  • 56 Díaz del Castillo B., op. cit., chap. clvii. Relevons cependant que certains purent s’enrichir en (...)

46La répartition du butin après la chute de Mexico montre non seulement que la plupart des conquistadores ne tirèrent pas de grands profits de leur participation à cette entreprise56 mais surtout qu’un bon nombre y laissa même une partie de ses maigres biens. Cependant, et ce n’est pas le moindre paradoxe, 84 % des conquistadores de Mexico resteront en Nouvelle-Espagne tandis que 16 % quitteront le terrain de leurs aventures ; cette indication atteste, certes, leur volonté colonisatrice mais surtout le fait qu’ils avaient compris qu’il valait mieux vivre en Amérique que dans la péninsule.

  • 57 Paso y Troncoso Fr. del, Epistolario..., op. cit., t. iii, 129.

47À juste titre, nombreux sont ceux qui se plaignent de ne pas avoir été rétribués justement et, par conséquent, de se trouver dans le besoin57. La chronique de Bernal Díaz del Castillo constitue, à elle seule, un exemple de cette revendication ; son auteur se rendra d’ailleurs, à plusieurs reprises, en Espagne pour tenter d’obtenir quelques récompenses. Des conquistadores sortis vivants de la conquête, peu se sont enrichis véritablement, la plupart même ont fini leurs jours dans la pauvreté. Mais, devant l’impossibilité d’acquérir la noblesse, ils se sont fait justice eux-mêmes et ont transformé les principes et la hiérarchie sociale en Amérique en adoptant le style de vie qu’ils désiraient. Se sachant importants et puissants, ils ont continué à s’approprier des dignités qui ne leur avaient pas été concédées ; ils l’ont fait en partie par droit, par audace et aussi parce que, dans l’ambition ambiante, les préceptes de l’honneur s’affaiblissaient en Amérique. Cependant, pour la plupart, cette pauvreté n’avait rien de comparable à celle qu’ils avaient connue en Espagne. Beaucoup de conquistadores d’origine modeste acquirent une position plus commode et plus confortable, qu’ils transmirent à leurs enfants. Ils étaient devenus des hommes nouveaux.

Notes

1 Furetière A., Dictionnaire universel contenant generalement tous les mots françois, tant vieux que modernes, et les termes de toutes les sciences et des arts, La Haye et Rotterdam, chez Arnout et Reinier Leers, 1690, t. 2, p. 747.

2 Sur 1 212 conquistadores, nous n’avons trouvé que 71 hidalgos mais ce chiffre est probablement inférieur à la réalité car nous ne connaissons pas l’origine sociale de tous les conquistadores.

3 Díaz del Castillo B., Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, edición crítica de C. Sáenz de Santa María, Madrid, CSIC, 1982, 2 vols., cf. chap. ccx, p. 652. Au début de sa chronique, en parlant de ses premiers compagnons, il affirme qu’il n’y avait que quelques hidalgos : « ciertos hidalgos y soldados », chap. i, p. 5.

4 Ce phénomène de « mutation » sociale se retrouve dans d’autres exemples : en 1546-1547, Diego de Colio ne mentionne pas son hidalguía, alors que, une bonne décennie plus tard (1560), il se déclare « vieil hidalgo de pure race » (Archivo General de Indias [AGI], Patronato Real, 63, 1, 12, fol. 4) ; Andrés de la Tovilla ne sera cité comme hidalgo que dans son « information de mérites et services » de 1579 (AGI, Patronato Real, 75, 3, 2, fol. 21).

5 « Que los pobladores principales, y sus hijos y descendientes legitimos sean hijosdalgo en las Indias. Por honrar las personas, hijos y descendientes legitimos de los que se obligaren á hazer poblacion, y la huvieren acabado y cumplido su assiento, les hazemos hijosdalgo de solar conocido, para que en aquella poblacion, y otras qualesquier partes de las Indias, séa hijosdalgo, y personas nobles de linage, y solar conocido, y por tales sean havidos y tenidos, y les concedemos todas las honras y preeminencias, que deven haver y gozar todos los hijosdalgos, y caballeros destos reynos de Castilla, segun fueros, leyes y costumbres de España », Recopilación de leyes de los reynos de las Indias mandadas imprimir y publicar por la Magestad Católica del Rey Don Carlos III Nuestro Señor... [1691], Madrid, Imprenta Nacional, 1998, 3 t., cf. livre IV, titre 6, loi 6.

6 Nous trouvons des fusiliers, des arbalétriers ou des artilleurs (près de 8 % de l’expédition de Cortés) qui sont, plus ou moins, de vrais professionnels. Bernal Díaz del Castillo nous indique que dans l’expédition de Cortés, il y avait 617 hommes, dont 109 marins et 45 fusiliers et arbalétriers ; cf. Díaz del Castillo B., op. cit., chap. xxvi, p. 48.

7 Quelques conquistadores ont servi en Italie, d’autres contre les Maures en Afrique, contre Barberousse, ou lors des guerres de Grenade, cf. Grunberg B., « La guerre des conquistadores », Bazin M., Fournet-Guérin C., Rosière S. (dir.), De Recife à Reims : récits géographiques. Mélanges offerts à Pernette Grandjean, Reims, Épure, 2013, p. 239-256.

8 Le licencié Lucas Vázquez de Ayllon précise, en janvier 1520, que, parmi les hommes de Narváez, il y avait des fermiers, des porchers, cf. Colección de documentos ineditos relativos al descubrimiento, conquista y organisación de las antiguas posesiones de América y oceania, sacados de los archivos del reino y muy especialmente del de Indias, éd. de J. F. Pacheco, F. Cardenas et L. Torres de Mendoza, Madrid, 1864-1884, 42 vol., t. xxxv, p. 65.

9 Grunberg B., « Qu’est-ce que la conquista ? », La péninsule ibérique et le monde (années 1470-années 1640). Paris, PUPS, 2014, p. 29-55.

10 Lourie E., « A Society Organized for War: Medieval Spain », Past and Present, t. xxxv, 1966, p. 54-76.

11 Grunberg B., L’Univers des conquistadores. Les hommes et leur conquête dans le Mexique du XVIe siècle, Paris, L’Harmattan, 1993, p. 35-37.

12 Contamine P., La guerre au Moyen Âge, Paris, PUF, 1980.

13 Cuba n’était pas encore totalement pacifiée, la côte occidentale notamment, et certains durent y faire leur apprentissage. Grunberg B., L’Univers des conquistadores, op. cit., p. 32-33 ; Díaz del Castillo B., op. cit., chap. i.

14 Díaz del Castillo B., op. cit., chap. lxvi, cxxii, cxxxii, cxxxiii, clxiv, clxii, clxvi, cxciii, cxciii.

15 Cortés H., Cartas y documentos, éd. de M. H. Sanchez-Barba, Mexico, Porrua, 1963, p. 84, 208, 217 ; Díaz del Castillo B., op. cit., chap. cxvi, clxvii, cxcii. ; Andrés de Tapia, Relación, p. 85. Ces ordres royaux permettent la découverte puis l’entrée dans une région, la pacification et la colonisation. Ils donnent à celui qui les reçoit le commandement en chef et tout pouvoir sur les hommes et le butin, comme à l’époque de la Reconquista.

16 Vázquez de Tapia B., Relación de meritos y servicios del conquistador Bernardino Vázquez de Tapia, éd. de J. Gurria Lacroix. Mexico : UNAM, 1972, p. 26, 30, 53-54 ; Tapia A., Relación de algunas cosas de las que acaecieron al muy ilustre señor don Hernando Cortés..., in La conquista de Tenochtitlan, édit. de G. Vázquez. Madrid : Historia-16, 1988, p. 85 ; Díaz, J.. El itinerario de la armada del rey católico..., in La conquista de Tenochtitlan, éd. de Germán Vázquez. Madrid: Historia-16, 1988, p. 39, 57; Cortés H., op. cit., p. 5, 6, 16, 22, 206, 211; Díaz del Castillo B., op. cit., chap. xii, xvii, civ, clxv.

17 Díaz del Castillo B., op. cit., chap. ccx, p. 652-653.

18 L’encomienda est un système qui met à la disposition d’un conquistador, ou d’un colon, un certain nombre d’Indiens qui doivent soit un service personnel, soit le versement d’un tribut. En échange, l’encomendero (le titulaire d’une encomienda) est chargé de veiller au bien spirituel et temporel des Indiens.

19 Il était prévu que chaque encomendero aurait à sa charge le clergé qui éduquerait les Indiens ; cf. Puga V. de, Provisiones, cedulas, instrucciones para el gobierno de la Nueva España, Madrid, Ed. Cultura Hispanica, 1945 [1563], fol. 120 (cédule de Valladolid, 20/11/1536).

20 Pour le président de la seconde Audience de Mexico est conquistador tout homme qui était en Nouvelle-Espagne avant la chute de Mexico (Carta de Sebastián Ramírez de Fuenleal a Carlos V (10/7/1532), in Colección de documentos ineditos, op. cit., t. xiii, p. 224-230) ; la couronne gardera la même définition : « Declaramos por primeros descubridores de la Nueva España á los que primero entraron en aquella provincia quando se descubrió, y a los que se hallaron en ganar, y recobrar la Ciudad de México, siendo nuestro capitán general, y descubridor Don Fernando Cortés, Marques del Valle » (Cédule du 1/5/1543, faite à Barcelone ; cf. Recopilación, op. cit., livre IV, titre 6, loi 1) ; les actes du Cabildo de Mexico garderont, eux aussi, la même définition du conquistador, qualifié dans les premières années de la colonie de primero conquistador, cf. Actas de cabildo de la ciudad de México, Mexico, 1889-1906, 54 vols., notamment les années 1524-1528).

21 Les conquistadores souhaitaient que les encomiendas leur soient données à titre perpétuel.

22 Puga, op. cit., fol. 37 r° v° (cédule d’Ocaña, 17/2/1531), fol. 44 (1531) ; Colección de documentos ineditos relativos al descubrimiento, conquista y organización de las antiguas posesiones de ultramar, Madrid, 1885-1932, t. xxii, p. 156-160. Les habitants d’Oaxaca, en 1531, donnent leurs instructions à leur procureur Diego de Ordaz : « Haréis relación a su majestad de la mucha nececidad que esta villa por ser nuevamente poblada tiene de dehesas e tierras para caballerías e peonias... », Paso y Troncoso Fr. del, Epistolario de Nueva España, Mexico, Antigua Libreria Robredo, 1939-1942, t. ii, 94, p. 96.

23 Chevalier F., La formation des grands domaines au Mexique. Terre et société aux XVIe-XVIIe siècles, Paris, Karthala, 2006 [1952].

24 Le corregidor est le représentant nommé par le vice-roi pour contrôler une entité territoriale généralement indienne, appelée corregimiento.

25 Puga, op. cit., fol. 139.

26 AGI, Audiencia de México, 96,4.

27 Actas de cabildo de la ciudad de México, op. cit., réunions du 23/5/1525 et du 18/2/1527.

28 Paz y Melia A., Nobilario de conquistadores de Indias, Madrid, Sociedad de Bibliofilos Españoles, 1892, p. 70-72 et p. 15-16.

29 Le vecino est un habitant d’une ville ou d’un village, généralement chef de famille, possédant de naissance ou ayant demandé et acquis le droit de « citoyenneté » (vecindad) ; en tant que tel, le vecino a des droits et des obligations.

30 Grunberg, B. L’univers..., op. cit., p. 109-158.

31 López Rayon I., Sumario de la residencia tomada a don Fernando Cortés gobernador y capitan general de la Nueva España y a otros gobernadores y oficiales de la misma, Mexico, T. de V. García Torres, 1852-1853, t. i, p. 120, 148, t. ii, p. 33.

32 « article 100. À ceux qui s’obligeraient à faire ledit peuplement et qui auraient rempli leur contrat en peuplant, pour honorer leur personne et celle de leurs descendants, et afin qu’en tant que premiers colons il en reste une louable mémoire, nous les faisons nobles de maison connue (hijosdalgos de solar conocido), eux ainsi que leurs descendants légitimes, pour que dans le village qu’ils peupleraient et tout autre lieu des Indes, ils soient hidalgos et personnes nobles, de lignage et maison connue et soient reconnus et tenus comme tels et jouissent de tous les honneurs et prééminences, et qu’ils puissent faire toutes les choses que tous les hidalgos et caballeros des royaumes de Castille peuvent, doivent faire et dont ils peuvent et doivent jouir d’après les fueros, lois et coutumes d’Espagne », Ordenanzas de nuevos descubrimientos y poblaciones. Transcrit, in Morales Padron Fr., Teoria y leyes de la conquista, Madrid, Ed. Cultura Hispanica, 1979, p. 507-508.

33 Encinas D. de, Cedulario indiano, recopilado por Diego de Encinas [1596], Madrid, Ed. de Cultura Hispanica, 1945-1946, cédule de Barcelone du 1/5/1543.

34 Ibidem, cédule de Valladolid du 4/6/1543.

35 « Es en deshonor de los caballeros hijosdalgo y en perjuicio de los pecheros de aquellos Reinos si los hubiere, y de los de este, porque se vendrán acá sus hijos y descendientes o parte de ellos y los pechos que éstos habían de pagar, cargarán sobre los pobres ; y finalmente parece que no es cosa decente que las noblezas que suelen dar los Reyes y príncipes por grandes y notables hazañas, se den a hombres bajos por interés... », Konetzke, R., « La formación de la nobleza en Indias », Estudios Americanos, 10, 1951, p. 337-338.

36 « 29. Que les découvertes n’aient pas nom et titre de conquêtes (conquista), car devant être réalisées si pacifiquement et charitablement, selon notre désir, que nous ne voulons pas que l’appellation serve de prétexte ou de motif pour violenter les Indiens ou leur faire du tort », Morales Padron Fr., Teoria y leyes, op. cit., p. 495. Idem en 1621 (Madrid 11/6/1621) : « Por justas causas, y consideraciones conviene que en todas las capitulaciones que se hicieren para nuevos descubrimientos se excuse esta palabra conquista y en su lugar se use de las de pacificacion y poblacion, pues habiendose de hacer con toda paz y caridad, que aun este nombre interpretado contra nuestra intencion, no ocasione, ni de color a lo capitulado para que se pueda hazer fuerça ni agrauio a los Indios. » Il faut noter le mauvais accueil reçu en Espagne par les indianos, ces conquistadores qui retournent en Espagne (surtout ceux du Pérou), riches et fiers d’eux, qui souffrent en général de moquerie et de rejet ; ils sont appelés indianos ou peruleros. Covarrubias définit ainsi le terme d’indiano : « al que ha ido a las Indias, que de ordinario estos vuelven ricos » et celui de perulero « que aha venido rico de las Indias ». En Espagne ces termes vont très vite prendre une connotation méprisante. Les péninsulaires se moquent ; on n’hésite pas à les traiter de paysans (villanos). En Amérique, on va progressivement abandonner ces termes, pour ceux de peruano ou del Perú, beaucoup moins connotés.

37 Díaz del Castillo B., op. cit., chap. ccv, p. 629.

38 Ibid., chap. cciv, p. 622.

39 Ibid., chap. ccvi, p. 641.

40 Millares Carlo A., Mantecon J. I., Indice y extractos de los protocolos del archivo de México de notarias, D. F. (t. 1 : 1524-1528, t. 2 : 1536-1538,1551-1553), Mexico, El colegio de México, 1945-1946,. no 25, 63, 64, 65, 74, 81, 116, 130, 217, 302, 304, 375, 376, 395, 412, 580, 588, 591, 739, 1377, etc.

41 Díaz del Castillo B., op. cit., chap. cciv, ccvi.

42 Le Conquistador Anonyme, Relation de quelques-unes des choses de la Nouvelle-Espagne et de la grande ville de Temistitan Mexico écrite par un gentilhomme de Fernand Cortés, éd. de J. Rose, Grenoble, J. Millon, 1986, chap. viii-xi ; Pomar J. B., Relación de Tezcoco, éd. J. García Icazbalceta, Mexico, 1975, chap. xxvii; Díazdel Castillo B., op. cit., chap. clxii, p. 444.

43 Millares Carlo A., Mantecon J. I., op. cit., no 1307 ; Actas de cabildo de la ciudad de México, op. cit., acte du 27/2/1526.

44 Il en va de même dans les autres villes, comme à Puebla ; cf. Lópezde Villaseñor, P., Cartilla vieja, Cartilla vieja de la nobilisima ciudad de Puebla, Mexico, UNAM, 1961 [1781], p. 38.

45 Díaz del Castillo B., op. cit., chap. cci, p. 607-609.

46 Puga, op. cit., fol. 43 v° ; Recopilación..., op. cit., livre V, titre 3, loi 5.

47 « Segun el uso y costumbre della, que pide e requiere a los señores regidores que estan presentes, que an de hazer la dicha elección, que la hagan qual convenga al servicio de Dios nuestro señor e de sus majestades e bien de la republica, e las personnas que eligieren a los dichos oficios sean conforme e segun se contiene en el derecho e leyes que sobre ello ablan e que, guardando lo que dicho es, prefieran a los conquistadores de esta cibdad e tierra, pues por sus trabajos e merecimientos lo merecen... », Actas de cabildo de la ciudad de México, op. cit., acte du 1/1/1534.

48 « Que los alcaldes ordinarios que en esta ciudad se hubieren de elegir sean personas conquistadores y pobladores y ciudadanos viejos y honrados y de calidad y que no se hagan por alcaldes mercaderes ni personas que traten en mercaderias ni en el trato y comercio del caso y que lo mismo se provee y manda por las leyes del reyno y derecho comun », López de Villaseñor, P., Cartilla vieja, op. cit., p. 97.

49 Puga, op. cit., fol. 139-139 v° et 168 ; Relación secreta de conquistadores. Informes del archivo personal del emperador Carlos V que se conserva en la Biblioteca del Escorial años 1539-1542, éd. de González-Leal M., Mexico, Universidad de Guanajuato, 1979, p. 30-37.

50 « Caballeros e personas particulares », Actas de cabildo de la ciudad de México, op. cit., acte du 20/7/1526. Hernan Cortés, « Carta al emperador (Mexico, 11/9/1526) », in Cortés, H. Cartas, op. cit., p. 464-66 ; Díaz del Castillo B., op. cit., chap. cxciii, p. 570, cxciv, p. 580.

51 « Hidalgos y personas nobles y conquistadores y pobladores della que siempre han tenido el servicio de su majestad ante sus ojos y han derramado su sangre en la conquista desta tierra... », Paso y Troncoso Fr. del, Epistolario..., op. cit., t. i, 65, p. 81.

52 Certains n’avaient pas attendu la fin de la conquête pour faire des affaires. Avant de s’embarquer pour la Nouvelle-Espagne, Andrés de Tapia monta une « compañia » avec Cortés : il acheta un navire à des Portugais, pour 15 000 ducats, cf. AGI, Patronato Real, 64,1,13, fol. 45. Après la conquête de la Nouvelle-Espagne, Julian de Ayralde vendait des marchandises, qu’il faisait venir de Veracruz [Protocolos del archivo de notarías de México, no 784-785 + 882 + 1061-1062 + 1088 + 1137] ; Juan Coronel fut tricoteur et bonnetier avant de devenir regidor et visitador, cf. AGI, Patronato Real, 54, 8, 5, fol. 1 ; Colección de documentos ineditos..., op. cit., t. xxvii, p. 433.]

53 Díaz del Castillo B., op. cit., chap. cii-ciii ; Cortés H., Cartas, op. cit., II, p. 64-66 ; de Herrera A., Historia general, II, 9, 1 ; Cervantes de Salazar F., Crónica de la Nueva España, IV, 37-38 ; Anghiera P. M., De orbe novo, V, 3 ; de Oviedo G. F., Historia general, xxxiii, 7 ; López de Gomara F., Historia de la conquista, XC.

54 « Para que en las minas de la Nueva España : todas las personas, que quisieren puedan sacar oro libremente, sin que se les ponga impedimento alguno... », Puga, op. cit., fol. 12 r° v° (Grenade, 9/11/1526).

55 Grunberg B., « Fray Cindo de Portillo ou l’utopie évangélisatrice d’un conquistador repenti », P. Ragon (dir.), Nouveaux chrétiens, nouvelles chrétientés dans les Amériques, XVIe-XIXe siècle, Rennes, PUR, 2014, p. 237-254.

56 Díaz del Castillo B., op. cit., chap. clvii. Relevons cependant que certains purent s’enrichir en trouvant (ou en volant) de l’or ou des bijoux ; ainsi, Martín Vázquez découvrit un canard en or et des émeraudes provenant d’un trésor trouvé à Texcoco (Colección de documentos ineditos..., op. cit., t. xxix, p. 22-23).

57 Paso y Troncoso Fr. del, Epistolario..., op. cit., t. iii, 129.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540