Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hommes nouveaux et femmes nouvelles

 | 
Benoît Musset

Première partie. Les hommes nouveaux : perspectives historiographiques

« Hommes nouveaux », « hommes neufs » : mobilité sociale et incorporation au sein des compagnies secondes (XVIIe-XVIIIe siècles)

Vincent Meyzie

Texte intégral

  • 1 Ruggiu F.-J., « Autres sources, autre histoire ? Faire l’histoire des individus des XVIIe et XVIII(...)
  • 2 Bennini M., Les conseillers à la cour des Aides (1604-1697). Étude sociale, Paris, Honoré Champion (...)
  • 3 Croq L., « Les frontières invisibles : groupes sociaux, transmission et mobilité sociale dans la F (...)

1Le recours actuel aux diverses méthodes de « l’histoire sociale nominative » pour appréhender la mobilité sociale intergénérationnelle dans les sociétés anciennes prend définitivement acte des limites, théoriques et méthodologiques, inhérentes à la transposition non contrôlée des méthodes de la sociologie quantitative contemporaine1. La mobilisation combinée des ressources d’une prosopographie affinée, d’approches relevant de l’histoire de la famille et d’analyses statistiques contextualisées permet de restituer plus finement les trajectoires sociales et familiales des hommes nouveaux au sens commun du terme, c’est-à-dire d’individus porteurs d’un profil inédit en regard des hommes en position d’héritiers au sein d’une institution ou d’un groupe, en tenant compte de la pluralité des hiérarchies et des destinées des générations antérieures ou ultérieures. Des travaux récents sur les officiers royaux de la France moderne parviennent ainsi de façon probante, d’une part à une qualification affinée du sens et de l’intensité des dynamiques sociales à l’œuvre pour ces individus, notamment en lien avec l’État d’offices, et, d’autre part, à une articulation de leurs déplacements aux parcours plus ou moins ascendants de leurs familles2. Dans le cas de groupes incorporés et constitués en compagnies, la sollicitation d’une multitude de critères réussit à établir de manière précise les « frontières invisibles3 » qui traversent les corps et à les partager en sous-ensembles analytiques, cohérents à l’aune des logiques respectives de la reproduction et de l’ascension sociales.

  • 4 Bloch M., Apologie pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 7e éd. 1974 (1942), p. 130-144, en partic (...)
  • 5 Marraud M., De la Ville à l’État. La bourgeoisie parisienne, XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Albin Mic (...)
  • 6 Cassan M., « Pour une enquête sur les officiers “moyens” de la France moderne », Annales du Midi, (...)
  • 7 Sur les sens multiples de la notion d’incorporation et ses logiques, Roullet A., Spina O., Szczech(...)

2Composante de la « nomenclature4 » usuelle de l’historien, la notion empirique d’hommes nouveaux mérite, selon nous, une tentative raisonnée de clarification et de définition. Il s’agit ici de proposer une réflexion d’ordre méthodologique sur les critères facilitant la différenciation entre les trajectoires individuelles révélatrices d’une incontestable mobilité sociale et celles relevant d’une mobilité apparente5. Dans un premier temps, la présentation de la distinction entre les deux catégories analytiques d’« hommes neufs » et d’« hommes nouveaux » permettra d’évaluer son utilité pour une évaluation affinée de la mobilité sociale dans une société d’Ancien Régime ainsi que son possible champ de validité au-delà de la recherche initiale portant sur les officiers « moyens » de justice6. Pour ces primo-entrants dans les compagnies secondes, nous distinguerons l’incorporation au sens strict, institutionnel, et privilégiée ici de leur éventuelle intégration, sociale, au groupe d’arrivée7. Dans un second temps, une étude de cas sur l’incorporation conflictuelle d’un nouvel officier, porteur d’une identité professionnelle de musicien, au sein de l’élection de Grenoble à la fin du XVIIe siècle servira à aborder un relatif angle mort concernant la perception des « hommes neufs » par les hommes en place.

Les « hommes neufs » : une catégorie analytique pour appréhender la mobilité sociale intergénérationnelle des groupes incorporés

  • 8 Meyzie V., Les illusions perdues de la magistrature seconde. Les officiers « moyens » de justice e (...)
  • 9 Le Mao C., Parlement et parlementaires : Bordeaux au Grand Siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2007, p. (...)

3La catégorie analytique des « hommes neufs » a été élaborée au cours d’une enquête antérieure sur les magistrats de quatre présidiaux du Limousin et du Périgord de la seconde modernité8. L’objectif était alors d’identifier, au sein d’un corpus prosopographique composé de plus de quatre cent trente officiers « moyens » de judicature, les individus pour lesquels l’incorporation aux compagnies de second rang marquait une véritable promotion sociale. Il s’agissait notamment de les distinguer a priori des « hommes nouveaux », seconde catégorie construite durant la recherche, désignant les individus pour lesquels la netteté de l’ascension sociale apparaissait plus sujette à caution, voire dissimulant de significatifs liens préalables avec les élites urbaines en place qui vident alors la notion de sa pertinence. La distinction a priori évite d’agréger sous un terme unique – la notion d’hommes nouveaux dans son sens commun – des individus s’inscrivant dans des dynamiques sociales foncièrement différentes et, ainsi, de poser de manière biaisée les problèmes en unifiant artificiellement des situations dissemblables. Son utilité est confirmée a contrario par des travaux sur les parlementaires provinciaux livrant des conclusions empiriques en tension avec la catégorie englobante de départ. En effet, les constats effectués conduisent au bout du compte à congédier la notion, les hommes nouveaux dans leur acception usuelle d’individus premiers de leur nom à entrer dans une institution, comme réunissant des trajectoires relevant à la fois d’une intégration bien entamée et d’une ascension sociale patente9.

  • 10 Saupin, G. Nantes au XVIIe siècle, vie politique et société urbaine, Rennes, PUR, 1996, p. 356-360 (...)
  • 11 Deux critères d’appoint ont aussi permis de classer quelques magistrats dans les « hommes nouveaux (...)

4La définition élaborée des « hommes neufs » est la suivante : « les individus qui sont les premiers de leur famille, au sens de lignage patronymique, à intégrer l’institution judiciaire sans bénéficier de liens sociaux, matrimoniaux ou vénaux avec les juges présidiaux ou les élites urbaines ». Elle s’inspire de l’acception stricte de la « famille nouvelle10 » proposée par Guy Saupin qui désigne, dans son analyse du renouvellement familial de la municipalité nantaise, une famille connaissant une première entrée dans le corps de ville. Toutefois, en la transposant à l’échelle individuelle, elle enrichit le marqueur classique – nécessaire pour distinguer les primo-entrants des héritiers au sens large mais néanmoins insuffisant – d’une série de critères visant à déterminer la non-appartenance de l’individu aux élites présidiales, officières ou municipales des villes dans lesquelles siègent les compagnies11. En premier lieu, le père de l’officier ne doit pas appartenir au monde de l’office « moyen » ou immédiatement supérieur (trésoriers de France à Limoges). En second lieu, ni l’individu concerné ni son père ne doivent avoir été consuls ou maires dans la ville. En troisième lieu, il ne doit pas avoir contracté d’alliance directe avec une famille présidiale avant son entrée dans le tribunal. En quatrième lieu, il ne doit pas posséder de lien de parenté avec son prédécesseur dans l’office. Ces quatre critères d’exclusion écartent a priori toute relation sociale significative antérieure à l’accession à l’office « moyen » de judicature entre le nouvel officier et les magistrats en place comme ayant pu favoriser de manière plus ou moins directe l’entrée dans le tribunal. Ils permettent ainsi d’identifier l’incorporation des « hommes neufs » non seulement comme une franche promotion professionnelle pour le fils par rapport au métier du père mais aussi comme une nette ascension sociale.

  • 12 Lepetit B., Les villes dans la France moderne (1740-1840), Paris, Albin Michel, 1988, p. 154-158.

5La seconde catégorie analytique construite durant la recherche, celle des « hommes nouveaux », définit « des magistrats primo-entrants bénéficiant déjà d’une intégration minimale au sein des notables urbains » du fait de l’absence de l’un ou de plusieurs des quatre critères discriminants. À la différence des « hommes neufs », l’existence pour les « hommes nouveaux » de liens sociaux, matrimoniaux ou vénaux avec les juges présidiaux ou les élites urbaines peut jouer un rôle, variable et plus ou moins repérable, dans leur obtention d’un office « moyen » de justice (transmission de la charge au sein de l’alliance, du même groupe socioprofessionnel ou de la notabilité urbaine). Dans des « villes administratives d’Ancien Régime12 » de rang médian et aux municipalités peuplées de manière relativement constante d’un nombre significatif de magistrats présidiaux, l’appartenance aux familles municipales en tant qu’édiles ou fils de maires ou de consuls d’une part et/ou au monde de l’office « moyen » par leur ascendance directe ou l’alliance d’autre part implique l’existence de relations sociales antérieures avec des membres des compagnies secondes. Pour les « hommes nouveaux », l’entrée dans l’institution présidiale renforce ou achève une intégration aboutie ou en cours au sein des élites urbaines.

  • 13 Arch. dép. Dordogne, 3 E 1611, not. Sarlande : contrat de mariage du 17 avril 1762 de Pierre Mouli (...)
  • 14 Arch. dép. Haute-Vienne, 1 J 216 : « Registre dans lequel je me propose d’inscrire tous les actes (...)

6Deux brefs esquisses de portraits d’« hommes nouveaux » et d’« hommes neufs » peuvent mieux faire percevoir l’utilité de la distinction pour repérer des individus au profil social différent. Le conseiller d’honneur Guillaume-Alain de Villereynier à Périgueux incarne le type de « l’homme nouveau » comme étant à la fois le premier de son lignage patronymique à entrer dans l’institution présidiale et déjà nettement intégré aux élites judiciaires de la cité. Fils de Pierre de Villereynier, seigneur de La Gâtine, et d’Honorée Castaing, il représente bien un nouveau venu dans la compagnie seconde en 1771 ; cependant, il y retrouve deux alliés, son beau-frère le conseiller Pierre Moulinard et son beau-père le procureur du roi Nicolas de Lidonne dont il a épousé la fille quelques moins auparavant lors de son remariage13. À Limoges, François Ruben Dumas incarne l’un des « hommes neufs » pour lesquels l’acquisition d’un office « moyen » de justice représente un indubitable facteur de promotion professionnelle et sociale. Fils d’un bourgeois d’Eymoutiers, localité située à une quarantaine de kilomètres de la capitale provinciale, il est issu de la petite notabilité urbaine, relativement aisée mais d’un statut social limité14. Il se trouve sans véritable implantation locale à Limoges en dehors de son mariage avec la fille d’un modeste officier de la cour des monnaies l’année précédent l’achat d’un office présidial. Il entre dans la juridiction en 1769 en bénéficiant du retrait du siège d’une famille en place par l’acquisition pour 12 500 livres de la charge de lieutenant particulier civil, vacante depuis treize ans.

7L’apparition significative des « hommes neufs » dans les présidiaux apparaît tardive, au milieu du XVIIIe siècle, et engendre une mutation majeure de leur composition sociale. Le contexte récessif marqué par l’existence de nombreux offices délaissés et peu coûteux favorise l’irruption dans les sièges de magistrats dépourvus de liens familiaux ou sociaux avec les élites officières et urbaines. Une pesée globale pour les deux tribunaux de Limoges et de Périgueux prouve l’émergence patente de ces officiers d’un nouveau type. Ils représentent le tiers des entrants dans la compagnie limougeaude, avec 34,5 % des cas, et 42,9 % de l’effectif des juges dans le siège périgourdin dans la seconde moitié du XVIIIe siècle alors qu’ils constituaient dans la période antérieure une part minime de leur recrutement. L’accès à l’office « moyen » marque une indéniable ascension sociale et professionnelle pour des individus issus d’un milieu modeste : la plupart sont fils de juges seigneuriaux, de procureurs, de simples bourgeois, voire de marchands.

  • 15 Jarnoux P., « Réseaux relationnels dans la bourgeoisie urbaine en Bretagne aux XVIIe et XVIIIe siè (...)
  • 16 Mousnier R., Les institutions de la France sous la monarchie absolue, Paris, PUF, 1992 (1re éd. 19 (...)

8Il représente aussi de façon fréquente une mobilité géographique réussie pour ces magistrats, majoritairement issus de la notabilité de petites villes ou de gros bourgs à proximité des villes présidiales15. Pour ces individus, il marque le passage en une seule génération du statut inférieur de petits notables citadins ou ruraux au niveau supérieur de la notabilité urbaine. Sur les dix « hommes neufs » entrant dans le présidial de Limoges entre 1741 et 1790, sept – qualifiés d’« hommes neufs absolus » – proviennent des bourgs et des petites villes du Limousin. En établissant la diversité des viviers de recrutement et des voies de promotion, ces constats contribuent, à la suite d’autres travaux, à relativiser le modèle classique de l’ascension sociale dans les villes administratives d’Ancien Régime, naguère établi par Roland Mousnier, et insistant, dans une analyse centrée sur la promotion par l’État d’offices, sur les étapes préalables et nécessairement successives à l’accession à l’office « moyen » de justice16. Ainsi, l’irruption dans les sièges d’« hommes neufs » issus de milieux modestes, parfois évoquée de manière critique par les anciennes dynasties judiciaires, traduit et renforce dans le même temps l’attractivité déclinante de l’institution présidiale.

  • 17 Margairaz D., Minard P., « Le marché dans l’histoire », Revue de synthèse, 2, 2006, p. 241-252 sur (...)
  • 18 Entre 1630 et 1690, presque neuf officiers sur dix intègrent le tribunal par survivance ou résigna (...)

9Les conditions essentielles de cette mobilité sociale inédite résultent de la forte désaffection des élites officières et urbaines envers l’office « moyen » de justice qui engendre l’émergence d’un marché limité et imparfait au mitan du XVIIIe siècle17. Ce désintérêt procure aux acquéreurs potentiels un nombre significatif de charges vacantes, essentiellement de conseillers, qui sont définitivement délaissées aux parties casuelles par les héritiers. L’analyse chiffrée des modalités de transmission des offices montre une rupture majeure entre le XVIIe siècle et le XVIIIe siècle, correspondant au glissement d’une transmission très majoritairement familiale à une acquisition dominante auprès de l’administration monarchique18. Toutefois, la mutation notable dans les modalités vénales de l’accès à l’office constitue un critère insuffisant pour définir l’apparition d’un véritable marché. Une analyse affinée révèle seulement l’élargissement social relatif du recrutement des compagnies. Au XVIIe siècle, il demeure sous le contrôle étroit de la société judiciaire avec une circulation quasi-exclusive des charges au sein de la parenté et de l’alliance. Dans la première moitié du XVIIIe siècle, il reste sous le contrôle plus large des notables citadins. Les élites officières et urbaines des villes présidiales profitent alors de leurs liens sociaux avec les descendants des juges défunts pour préserver leur mainmise sur les charges délaissées.

  • 19 Descimon R., « La vénalité des offices comme dette publique sous l’Ancien Régime français. Le bien (...)
  • 20 Blanquie C., « Fiscalité et vénalité des offices présidiaux », Histoire, Économie et Société, 4, 2 (...)
  • 21 Peytavin M., « Naples, 1610 : comment peut-on être officier ? », Annales H.S.S., mars-avril 1997, (...)
  • 22 Fils d’un procureur du siège de Limoges, Michel Vidaud de Gondat devient assesseur en 1766 à un co (...)
  • 23 Catarina D., « Les tentatives de rationalisation de l’espace judiciaire languedocien entre 1740 et (...)
  • 24 La monarchie limite à douze le nombre de conseillers par siège, dans la filiation des préconisatio (...)
  • 25 Pour les commissaires des guerres de la Maison du Roi, le déclassement relatif de leur corps favor (...)

10En les rendant définitivement peu attractives, la profonde crise de l’économie de l’office « moyen » de justice, à son apogée au milieu du siècle et composante d’un trend séculaire pénalisant particulièrement les charges vénales de judicature19, entérine l’évanouissement de la figure du juge-héritier et permet l’éclosion d’un quasi-marché. Les offices de conseillers atteignent leur prix le plus bas dans les deux sièges de Limoges et de Périgueux, respectivement de 2 000 livres et 1 000 livres20. Ils deviennent alors socialement et économiquement accessibles aux « hommes neufs ». Ils demeurent attractifs pour ces « officiers par opportunisme21 » car ils représentent à la fois une opportunité de mobilité ascendante, offrant un net gain d’honorabilité par rapport au statut du père et un investissement financier rationnel, au coût intéressant en regard des autres choix envisageables22. Ce marché reste néanmoins limité, avec un faible volume de transactions lié au déséquilibre entre une offre abondante (crise des effectifs) et une faible demande (crise du recrutement)23. Il demeure aussi imparfait du fait de sa régulation par l’État royal, qui applique de la décennie 1750 aux années 1770 un recrutement malthusien24. En témoignant du franc affaiblissement du contrôle familial et élitaire sur le recrutement des compagnies, il constitue néanmoins le cadre d’une ouverture sociale inédite de l’institution25.

  • 26 Marraud M., Lyon-Caen N., « Le prix de la robe : coûts et conséquences du passage à l’office dans (...)
  • 27 Deux des dix magistrats intégrant le corps de ville sont des « hommes neufs » à Limoges et cinq su (...)

11Toutefois, l’incorporation dans une compagnie seconde constitue rarement pour les « hommes neufs » le prélude à une intégration sociopolitique aux élites urbaines26. Pour la majorité d’entre eux, en général d’un âge mûr lors de leur accession à l’office, le mariage précède l’intégration au tribunal et se conclut au sein du milieu social et géographique d’origine. L’alliance directe avec les anciennes familles officières des présidiaux demeure exceptionnelle : aucune n’est attestée à Périgueux tandis qu’à Limoges un seul « homme neuf » fait exception en épousant la fille d’un officier du siège. La rareté des alliances entre les « hommes neufs » et les dynasties enracinées dans les sièges se vérifie à la seconde génération. Celles-ci pratiquent une étanchéité matrimoniale quasi-systématique vis-à-vis de confrères à la dignité sociale estimée insuffisante ainsi qu’à l’égard de leurs descendants. Les nouveaux venus restent par ailleurs largement exclus des corps de ville. L’obstacle juridique, comme la nécessité de résider depuis dix ans dans la cité pour obtenir le statut obligatoire de bourgeois à Périgueux, et le handicap social, en raison de leur absence d’intégration aux élites urbaines, entravent leur accession à la municipalité. Leur élection ou leur nomination aux corps de ville dans la seconde moitié du XVIIIe siècle demeure à la fois minoritaire et moins fréquente que pour leurs confrères issus des rangs de la notabilité locale27.

  • 28 Liés à des contextes singuliers, les concepts des historiens demeurent toujours des « noms communs (...)
  • 29 Lahire B., « La variation des contextes en sciences sociales. Remarques épistémologiques », Annale (...)
  • 30 Croq L., « Les chemins de la mercerie, le renouvellement de la marchandise parisienne (années 1660 (...)

12La distinction analytique « hommes nouveaux »/« hommes neufs » nous semble transposable pour appréhender plus finement la mobilité sociale intergénérationnelle d’autres groupes urbains à caractère élitaire à une double condition. La première condition est de réviser en partie les définitions initiales des deux catégories pour ôter et remplacer les termes les arrimant trop fortement aux contextes propres de la recherche de départ, tout en conservant le caractère distinctif des quatre critères déterminants d’identification d’une appartenance ou d’une non-appartenance aux milieux socioprofessionnels d’arrivée28. Ainsi, la catégorie d’« hommes neufs » pourrait désigner les individus qui sont les premiers de leur famille, au sens de lignage patronymique, à intégrer une institution sans avoir de liens professionnels, sociaux, politiques ou familiaux avec les membres de l’institution d’accueil ou avec les élites urbaines de la ville d’arrivée. La catégorie d’« hommes nouveaux » définirait alors les individus primo-entrants de leur famille, au sens de lignage patronymique, à intégrer une institution en ayant un ou plusieurs liens professionnels, sociaux, politiques ou familiaux avec les membres de l’institution d’accueil ou avec les élites urbaines de la ville d’arrivée. Elle rejoint ainsi le sens usuel qualifiant les individus premiers de leur nom à entrer dans une institution. La seconde condition dépend de la délimitation du champ de pertinence pour les deux catégories29. Elles peuvent être utiles pour l’étude fine d’une mobilité sociale scrutée du point de vue des membres composant l’institution d’arrivée si les modalités d’entrée dans celle-ci (élection, nomination, transmission ou achat de la fonction, et a fortiori cooptation) sont susceptibles de mettre en jeu pour une partie des individus – les « hommes nouveaux » – des liens familiaux (parenté éloignée et alliance) et sociaux qui dévoilent en fait des marqueurs d’une intégration déjà amorcée ou bien établie au groupe d’accueil ou a contrario de révéler pour un autre ensemble d’individus – les « hommes neufs » – l’absence de toute relation antérieure. Pour la période moderne, les compagnies d’officiers royaux dans leur ensemble, les corps de ville, voire les communautés de marchands30 apparaissent comme les plus pertinents afin de déterminer les clivages invisibles au sein d’un groupe incorporé dans le cadre d’une appréhension de la mobilité sociale intergénérationnelle.

La perception des « hommes neufs » par les officiers « moyens » en place : l’incorporation ratée d’un musicien dans l’élection de Grenoble

  • 31 Meyzie V., « Construction nationale d’un groupe professionnel et tensions corporatives : les mobil (...)
  • 32 Bennini M., « Le renouvellement de la noblesse de robe au XVIIe siècle : l’exemple de la cour des (...)

13Un important angle mort demeure : la question de la perception des « hommes neufs » par les officiers « moyens » en place et, en particulier, leurs représentations des caractéristiques spécifiques qui peuvent rendre les nouveaux entrants inacceptables à la société officière et légitimer le refus de leur incorporation. Les mémoires des présidiaux rédigés à l’occasion de leurs mobilisations successives à l’échelle nationale dans la seconde moitié du XVIIIe siècle évoquent rarement et seulement de manière allusive la mutation sociale en cours de leur recrutement31. Ils présentent l’entrée subie de nouveaux venus aux compétences supposées médiocres et aux motivations uniquement matérielles comme un facteur de l’amoindrissement prévisible de la qualité de la magistrature seconde. Envisager plus précisément la perception des « hommes neufs » par les officiers « moyens » dans leur ensemble permettrait d’une part d’articuler la catégorisation historienne proposée et les représentations des acteurs, et d’autre part de lier plus étroitement celles-ci aux pratiques officières du rejet d’individus perçus comme de véritables intrus. Appuyée sur une connaissance préalable de la composition d’ensemble des corps et de leurs pratiques d’inclusion et d’exclusion, la piste d’études de cas d’incorporation délicate ou avortée d’officiers royaux au profil social et professionnel atypique semble plus prometteuse32.

  • 33 Arch. nat., G7 241, p. 408 à 425 (correspondance adressée par les intendants du Dauphiné au contrô (...)
  • 34 Arch. nat., V1 66A, p. 18 : lettres de provision du 11 août 1691 avec dispense de l’annuel et du p (...)
  • 35 Benoît M., op. cit., t. 1, p. 342 ; Benoît M. (dir.), Dictionnaire de la musique en France aux XVI (...)
  • 36 Maignien E., Les artistes grenoblois. Architectes, Armuriers, Brodeurs, Graveurs, Musiciens, Orfèv (...)
  • 37 Nouveau code des tailles..., 1761 (4e éd.), t. 2, p. 283-288 pour l’édit de création de novembre 16 (...)

14Le cas de l’incorporation conflictuelle de Michel Farinel à l’élection de Grenoble en 1691 peut servir à esquisser quelques raisons de l’hostilité corporative à l’égard d’un « homme neuf33 ». Le nouvel officier, acquéreur à des conditions avantageuses de l’office d’élu assesseur, possède toutes les caractéristiques de l’« homme neuf » par son absence d’appartenance aux élites officières et urbaines de la capitale administrative du Dauphiné34. Descendant d’une famille de musiciens provinciaux, né dans la cité en 1649, il est le fils aîné de Robert Farinel, musicien et compositeur de la chambre de Mme Royale et de Charlotte Reymond, elle-même fille d’un maître à jouer d’instruments. Il appartient au milieu des musiciens de cour et des grandes maisons aristocratiques, en particulier d’Orléans, comme l’attestent à la fois son alliance et sa carrière internationale de violoniste et de compositeur de cantiques spirituels savants35. Marié avec la claveciniste Marie-Anne Cambert, fille de l’organiste et compositeur réputé Robert Cambert, il est présent à la cour d’Angleterre au milieu de la décennie 1670. Il fait ensuite partie de la troupe de musiciens qui accompagne à la cour madrilène en 1679 Marie-Louise d’Orléans comme reine d’Espagne. Il effectue un bref passage par Versailles en 1688 et y acquiert une charge de violoniste du roi avant de retourner à Grenoble où sa présence est attestée en 169036. Il achète l’année suivante pour 5 400 livres la charge de création récente d’élu assesseur, mise en vente depuis deux ans37. Source d’honorabilité locale, elle constitue une indubitable promotion dans la société pour un individu affecté par la faible considération sociale accordée aux musiciens à cordes.

  • 38 Meyzie V., « Les compagnies d’officiers “moyens” entre déplorations collectives et mobilisations c (...)
  • 39 Arch. nat., G7 241, p. 409 : lettre de l’intendant au contrôleur général des finances du 17 décemb (...)
  • 40 Arch. nat., V1 73, p. 498 : lettres de provision du 1er août 1692 ; dans un court texte autobiogra (...)
  • 41 Allard G., « L’estat politique de la ville de Grenoble pour 1698 », H. Gariel, publié par, Bibliot (...)

15L’opposition de la compagnie seconde vise tout d’abord à décourager un acquéreur extérieur au corps, perçu comme un concurrent inattendu ayant mis en échec sa politique attentiste d’acquisition à moindre coût de l’office38. En effet, le procureur du roi Louis Besson, visiblement avec le soutien d’une majorité de ses confrères mais en conflit avec le président, mobilise de manière successive trois stratégies corporatives d’opposition fréquemment utilisées par les élections pour tenter d’empêcher l’incorporation de particuliers lors de la création d’une nouvelle charge. Il s’oppose ainsi par le biais d’une surenchère au sceau des lettres de provision de la charge puis à la réception de l’officier au parlement et cour des Aides de Grenoble et, enfin, il conteste les modalités de son installation en septembre 1691 dans l’élection. Les diverses modalités d’opposition demeurent infructueuses puisque l’intendant Bouchu valide in fine l’incorporation du nouvel élu en reconnaissant « que cette affaire ne consiste qu’en la répugnance qu’ont eue les officiers de cette élection de recevoir parmi eux ledit Farinel à cause de la profession qu’il a fait de joueur de violon39 ». L’appartenance à la compagnie seconde demeure toutefois très temporaire, indice à la fois de son échec à se transformer en véritable intégration et de l’impossibilité pour le pouvoir royal d’imposer durablement un intrus à un corps récalcitrant. En effet, un an après, Farinel obtient l’office, exercé auparavant par Antoine Giraud, de contrôleur alternatif des payeurs des gages des officiers du parlement de Grenoble et, cette fois-ci, il le conserve de manière prolongée40. Le tableau de l’élection dressée quelques années plus tard par son ancien président Guy Allard prend acte de la désincorporation41.

16L’argumentation du procureur du roi insiste sur les caractéristiques professionnelles du nouveau venu en contradiction avec la représentation par les élus de leur propre identité corporative. Il affirme ainsi que Farinel :

  • 42 Arch. nat., G7 241, p. 415 : copie de la requête du procureur du roi au parlement de Grenoble du 2 (...)

« fait actuellement et publiquement l’exercice de sa profession et que, lundi 20 du présent mois, il jouait du violon dans l’église des dames religieuses de Sainte Cécile de cette ville et qu’il enseigna la musique religieuse et à danser dans diverses maisons religieuses et autres ce qui semble incompatible avec la qualité de juge de laquelle même il semble se rendre indigne, et quand il prétendait la remplir, il devrait employer le temps à s’en rendre capable soit par la pratique ou par l’étude42 ».

  • 43 Meyzie V., « Officiers “moyens” et monarchie absolue : un conflit à Limoges au XVIIe siècle », Rev (...)
  • 44 Bourdieu P., La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979, p. 554 et 562.

17L’insistance sur la « profession », terme récurent dans les diverses requêtes de l’officier au parlement du Dauphiné ou au contrôle général, focalise ici l’analyse sur une composante du profil des « hommes neufs » reléguée en général à une place secondaire dans les critiques émises par les corps. En effet, celles-ci visent surtout les origines sociales supposées médiocres des nouveaux venus ou/et leurs statuts d’étrangers à la cité43. Si l’argumentation officière s’inscrit dans « une logique de stigmatisation » par l’attribution de « marques d’infamies44 » visant en l’occurrence à discréditer un concurrent pour le partage des revenus du corps, elle doit néanmoins être recevable par les destinataires et, par conséquent, congruente avec les représentations partagées des parcours professionnels antérieurs socialement acceptables ou non.

  • 45 Arch. nat., G7 241, p. 416 : signification du procureur du roi à Farinel du 27 août 1691.
  • 46 Ibid, p. 415.
  • 47 Hennebelle D., De Lully à Mozart. Aristocratie, musique et musiciens à Paris (XVIIe-XVIIIe siècles (...)
  • 48 Descimon R., « La dignité du dignitaire », Drévillon H., Venturino D. (dir.), Penser et vivre l’ho (...)
  • 49 Bluche F., « Le personnel de l’élection de Paris (1715-1791) », Mémoires de Paris et Ile-de-France(...)

18Le procureur du roi procède à une assignation identitaire par la qualification de Farinel comme « maître à danser et joueur d’instruments45 » ou « maître à danser et joueur de musique46 ». Celle-ci le catégorise avant tout comme un pédagogue au service de particuliers et, implicitement, le situe dans le monde de la domesticité urbaine en tant que musicien attaché à des maisons nobiliaires47. L’officier fonde son opposition sur trois arguments, réitérés avec constance : l’incompatibilité entre le statut d’élu et les activités professionnelles de l’acquéreur, son indignité personnelle en regard de sa carrière antérieure, son incapacité en termes de formation et d’expérience. Le premier met en avant l’impossibilité de cumuler les revenus de l’office avec des rémunérations provenant d’activités d’enseignant de musique, de violoniste ou de directeur de concerts. Le second repose sur la conception classique de l’office royal impliquant et fondant la « dignité du dignitaire48 », c’est-à-dire sur l’adéquation nécessaire entre le statut social de l’officier et la définition juridique de la charge. Par souci de valorisation, le procureur du roi la réduit ici à sa seule dimension judiciaire (l’élu comme juge du contentieux des tailles). Le troisième pointe l’absence de qualification en droit et de pratique en matière de procédures du nouveau venu, témoignant ainsi en filigrane du caractère admissible d’élus ayant eu notamment une activité préalable de procureurs49. Le procureur du roi reconnaît l’existence de ce type de profils au sein de l’élection de Grenoble pour marquer la différence radicale avec le cas de Farinel :

  • 50 Arch. nat., G7 241, p. 414 : copie de la requête du procureur du roi au parlement du 28 août 1691.

« les emplois de son art qui n’ont rien d’approchant de la pratique ni de la magistrature [...] si bien il y en a qui aient passé dans des emplois que ledit Me Farinel nomme bas, il y a eu un intervalle de temps considérable d’un emploi à l’autre et ne sont présentés en ladite cour pour y être reçus qu’après avoir rapporté des lettres de docteur et reçus en avocat en ce parlement ou des lettres de bachelier. D’ailleurs leur emploi avait été continuellement dans l’exercice de la pratique50 ».

  • 51 Ibid, p. 420 : supplique de Farinel au contrôleur général des finances du 2 septembre 1691 et citat (...)
  • 52 Coulomb C., « Le premier président du parlement de Dauphiné commandant en chef de la province, 165 (...)

19Un motif inavoué du rejet par les élus du nouvel officier réside sans doute dans ses liens avec d’importants administrateurs provinciaux de la monarchie. En effet, afin de légitimer son statut personnel discrédité, il fait référence à ses relations avec le gouverneur de la ville, Guy Baltazar Edné Guiffrey de Monteynard, marquis de Boutières ainsi qu’avec le premier président du parlement et commandant en chef de la province Nicolas Prunier de Saint-André, qui utilise Farinel comme traducteur ponctuel de lettres en langue étrangère saisies sur des individus suspectés d’espionnage51. Membre d’une famille anciennement enracinée dans le tribunal et détenteur par délégation d’importantes compétences de police, le parlementaire représente un soutien de poids52. Ces relations verticales d’essence clientélaire, en particulier avec le chef d’une compagnie exerçant comme cour des Aides un contrôle juridictionnel sur l’élection, présentent pour les élus un risque de perturbation de la nécessaire solidarité corporative. Elles constituent aussi, du point de vue de Farinel, des soutiens espérés pour contourner les difficultés prévisibles de son incorporation.

*

20La proposition d’utiliser un triptyque catégoriel (« héritiers », « hommes nouveaux », « hommes neufs »), reposant sur la définition préalable de chaque catégorie par une combinaison de critères, vise à pallier les limites inhérentes à une lecture binaire opposant héritiers et hommes nouveaux dans leur acception de sens commun. Dans la perspective d’une appréhension affinée du sens social de l’incorporation, la distinction majeure entre « hommes nouveaux » et « hommes neufs » peut permettre de mieux saisir les continuités latentes ou les ruptures patentes des parcours individuels rapportés aux groupes et milieux d’origine et, ainsi, de jauger de leur inscription dans des logiques relevant, dans le premier cas, de la reproduction sociale ou du déplacement dans l’espace professionnel et, dans le second cas, de la nette mobilité sociale. Outil mobilisable au service d’une catégorisation historienne plus adéquate, elle constitue aussi une entrée envisageable pour appréhender la perception des nouveaux venus dans l’institution par les hommes en place.

21En effet, les oppositions les plus virulentes des corps concernent en priorité des « hommes neufs ». Perçus comme des concurrents de fait pour le contrôle des ressources communes, ils souffrent surtout d’un manque de dignité personnelle mis en exergue par les discours corporatifs de disqualification sociale qui insistent, selon les cas, sur leurs origines sociales médiocres, leurs activités professionnelles déshonorantes ou leur absence d’appartenance à la cité. Ces assignations identitaires, évidemment plus ou moins fondées, révèlent néanmoins les frontières existantes pour les hommes en place entre ce qui est socialement tolérable et ce qui ne l’est pas. En creux, elles discriminent les nouveaux venus aisément incorporables et ceux dont l’incorporation demeure problématique, voire inacceptable. Penser les « hommes neufs » dans une société ancienne nécessite de prendre à la fois en compte la réduction essentialiste produite à leur encontre par les contemporains et leurs relations sociales au sein de corps composites, comprenant aussi des « héritiers » et des « hommes nouveaux ».

Notes

1 Ruggiu F.-J., « Autres sources, autre histoire ? Faire l’histoire des individus des XVIIe et XVIIIe siècles en Angleterre et en France », Revue de synthèse, t. 125, 2004, p. 111-152, p. 139 pour la citation ; Ruggiu F.-J., « Tel père, quel fils ? La reproduction professionnelle dans la marchandise et l’artisanat parisien au cours des années 1650 et 1660 », Histoire, Économie et Société, no 4, 1998, p. 561-582 et Ruggiu F.-J., L’individu et la famille dans les sociétés urbaines anglaise et française (1720-1780), Paris, Presses de la Sorbonne, 2007, p. 303-305 ; Descimon R., « The “Bourgeoisie seconde” : Social differenciation in the Parisian Municipal Oligarchy in the Sixteenth Century, 1500-1610 », French History, no 17, vol. 4, 2003, p. 388-424, en particulier p. 421-424 ; sur les biais inhérents à la transposition de la notion contemporaine de stratification sociale à une société se pensant de manière durable en termes de hiérarchie, Cosandey F., Textes réunis par, Dire et vivre l’ordre social en France sous l’Ancien Régime, Paris, éd. de l’EHESS, 2005, p. 9-43 et Descimon R., « La société française avant les Lumières : une société hiérarchique ? », Chabaud G. (dir.), Classement, déclassement, reclassement de l’Antiquité à nos jours, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2011, p. 51-69.

2 Bennini M., Les conseillers à la cour des Aides (1604-1697). Étude sociale, Paris, Honoré Champion, 2010, p. 237-288 avec une conclusion exagérément sceptique en regard d’analyses convaincantes : « on ne peut échapper à l’impression que la problématique de la mobilité intergénérationnelle dans un milieu comme les magistrats de la cour des Aides du XVIIe siècle débouche sur une relative aporie », ibid., p. 287-288 ; Gibiat S., Hiérarchies sociales et ennoblissement. Les commissaires des guerres de la Maison du roi, 1691-1790, Paris, éditions de l’École des Chartes, 2006, p. 369-515 sur « des familles inscrites dans une stratégie d’ascension sociale lente, articulée autour de trois générations successives », ibid., p. 513-514 et, dans une moindre mesure, Caillou F., Une administration royale d’Ancien Régime : le bureau des finances de la généralité de Tours (1577-1790), Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 2005, 2 vol., t. 2, p. 9-151.

3 Croq L., « Les frontières invisibles : groupes sociaux, transmission et mobilité sociale dans la France moderne », Bellavitis A., Croq L. et Martinat M. (dir.), Mobilité et transmission dans les sociétés de l’Europe moderne, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2009, p. 25-47, en particulier p. 28-29 sur l’utilité d’établir des sphères d’équivalence entre les groupes pour qualifier finement les dynamiques sociales. Privilégiant ici les travaux à dominante prosopographique, nous laissons de côté d’autres approches de la mobilité sociale ; à titre d’exemples et dans des registres méthodologiques différents, Allegra L., « Un modèle de mobilité sociale préindustrielle. Turin à l’époque napoléonienne », Annales H.S.S., 2005-2, p. 443-474 et Lyon-Caen N., Un roman bourgeois sous Louis XIV. Récits de vies marchandes et mobilité sociale : les itinéraires des Homassel, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2008 ; pour d’autres références, voir la riche bibliographie de Viret J.-L., Le sol et le sang. La famille et la reproduction sociale en France du Moyen Âge au XIXe siècle, Paris, éd. du CNRS, 2014.

4 Bloch M., Apologie pour l’histoire, Paris, Armand Colin, 7e éd. 1974 (1942), p. 130-144, en particulier p. 143-144 ; réflexion de l’historien médiéviste sur « une juste nomenclature » prolongée en termes de nécessaire explicitation des conventions par Noiriel G., Penser avec, penser contre. Itinéraire d’un historien, Paris, Belin, 2003, p. 69-77.

5 Marraud M., De la Ville à l’État. La bourgeoisie parisienne, XVIIe-XVIIIe siècle, Paris, Albin Michel, 2009, p. 317-360 pour des passages de la notabilité urbaine dans la robe et l’épée révélateurs de mobilités bloquées ou apparentes.

6 Cassan M., « Pour une enquête sur les officiers “moyens” de la France moderne », Annales du Midi, t. 108, janvier-mars 1996, p. 89-112 et Cassan M., « De l’État “moderne” à ses administrateurs “moyens” », Histoire, Économie et Société, no 4, 2004, p. 467-472.

7 Sur les sens multiples de la notion d’incorporation et ses logiques, Roullet A., Spina O., Szczech N., « Introduction. De la communauté à la fabrique communautaire », Roullet A., Spina O., Szczech N. (éd.), Trouver sa place. Individus et communautés dans l’Europe moderne, Madrid, Casa de Velasquez, 2011, p. 1-13, ici p. 7 ; Haddad E., « Incorporation et histoire sociale de la France d’Ancien Régime : quelques réflexions », Cosandey F., Haddad E. et Hamdi S. (dir.), Autour de l’incorporation : penser les appartenances sous l’Ancien Régime, no spécial des Cahiers de Tunisie, à paraître mars 2015.

8 Meyzie V., Les illusions perdues de la magistrature seconde. Les officiers « moyens » de justice en Limousin et en Périgord (vers 1665-vers 1810), Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2006, p. 267-284 pour de plus amples développements et p. 237-266 sur les « dynasties présidiales importantes », représentatives du phénomène de l’héritier dans un milieu officier.

9 Le Mao C., Parlement et parlementaires : Bordeaux au Grand Siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2007, p. 344-352 concluant sur « l’arrivée des magistrats que l’on qualifie parfois un peu trop vite de « nouveaux » car ils ont en fait établi des contacts préalables avec les magistrats en place », ibid., p. 352 et, plus attentive à la diversité sociale, Coulomb C., Les Pères de la patrie. La société parlementaire en Dauphiné au temps des Lumières, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2007, p. 49-51 et 53-70 relevant qu’en « conséquences de ces alliances multiples, ceux qu’on appelait les “nouveaux venus” comptaient en fait de nombreux parents à l’intérieur du parlement », ibid., p. 67.

10 Saupin, G. Nantes au XVIIe siècle, vie politique et société urbaine, Rennes, PUR, 1996, p. 356-360 ; pour une évaluation affinée de l’ouverture familiale de la municipalité parisienne, Croq L., « Hommes nouveaux, pionniers et héritiers. La transmission du pouvoir dans l’échevinage parisien de 1685 à 1789 », Bellavitis A., Chabot I. (éd.), La justice des familles. Autour de la transmission des biens, des savoirs et des pouvoirs (Europe, Nouveau Monde, XIIe-XIXe siècles), Rome, éditions de l’École Française de Rome, 2011, p. 439-467.

11 Deux critères d’appoint ont aussi permis de classer quelques magistrats dans les « hommes nouveaux » : leur appartenance, antérieure à leur incorporation, à des institutions urbaines de sociabilité religieuse ou culturelle ; leur statut de témoins dans un contrat de mariage de magistrat.

12 Lepetit B., Les villes dans la France moderne (1740-1840), Paris, Albin Michel, 1988, p. 154-158.

13 Arch. dép. Dordogne, 3 E 1611, not. Sarlande : contrat de mariage du 17 avril 1762 de Pierre Moulinard et d’Anne de Villereynier ; Arch. dép. Dordogne, 3 E 326, not. Lavergne : contrat de mariage de Guillaume-Alain de Villereynier du 18 février 1771.

14 Arch. dép. Haute-Vienne, 1 J 216 : « Registre dans lequel je me propose d’inscrire tous les actes et contrats reçus par personnes publiques, que je serai dans le cas de passer pendant la durée de ma vie ; savoir les plus intéressants tout au long, et ceux qui le seront moins seulement pour extrait, à partir de mon Contrat de Mariage ». Inventaire des possessions et des positions tenues par son unique rédacteur de 1768 à 1806, ce « registre » constitue un « supplétif de minutier », Cassan M., « Les livres de raison, invention historiographique, usages historiques », Bardet J.-P., Ruggiu F.-J. (dir.), Au plus près du secret des cœurs ? Nouvelles lectures historiques des écrits du for privé en Europe du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Presses de l’université Paris Sorbonne, 2005, p. 15-28, p. 22 ; sur la trajectoire de ce magistrat, Meyzie V., « “Un temps d’orages et de révolution” à l’aune d’écrits du for privé : les anciens magistrats présidiaux confrontés à l’événement politique (1789-1799) », Daussy H. et Pitou F. (dir.), Hommes de loi et politique (XVIe-XVIIIe siècles), Rennes, PUR, 2007, p. 179-200, ici p. 189-191.

15 Jarnoux P., « Réseaux relationnels dans la bourgeoisie urbaine en Bretagne aux XVIIe et XVIIIe siècles », Saupin G. (dir.), Histoire sociale du politique. Les villes de l’Ouest atlantique français à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles), Rennes, PUR, 2010, p. 173-192 sur l’articulation entre l’espace social et l’espace géographique via les stratégies familiales de familles bourgeoises de villes petites et moyennes.

16 Mousnier R., Les institutions de la France sous la monarchie absolue, Paris, PUF, 1992 (1re éd. 1974-1980), 2 t., t. 2, p. 355-366 et 649-658 ; Koposov N., De l’imagination historique, Paris, éd. de l’EHESS, 2009, p. 52-72 sur les fondements et les impensés de l’appréhension du social par Mousnier.

17 Margairaz D., Minard P., « Le marché dans l’histoire », Revue de synthèse, 2, 2006, p. 241-252 sur l’historicisation nécessaire de la catégorie de marché, insuffisamment réalisée par la notion de « marché des statuts » appliqué à la vénalité des offices, Bossenga G., « Estates, Orders and Corps », Doyle W. (ed.), The Oxford Handbook of the Ancien Regime, Oxford, Oxford University Press, 2012, p. 141-166.

18 Entre 1630 et 1690, presque neuf officiers sur dix intègrent le tribunal par survivance ou résignation tandis que, entre 1691 et 1790, l’entrée dans le siège par obtention de la charge aux parties casuelles concerne quasiment un juge sur deux.

19 Descimon R., « La vénalité des offices comme dette publique sous l’Ancien Régime français. Le bien commun au pays des intérêts privés », Andreau J., Béaur G., et Grenier J.-Y. (dir.), La dette publique dans l’histoire, Paris, CHEFF, 2006, p. 177-242, en particulier p. 224-230 et 237-238.

20 Blanquie C., « Fiscalité et vénalité des offices présidiaux », Histoire, Économie et Société, 4, 2004, p. 473-487 pour des comparaisons avec d’autres sièges.

21 Peytavin M., « Naples, 1610 : comment peut-on être officier ? », Annales H.S.S., mars-avril 1997, no 2, p. 265-291, p. 291 pour la distinction, fondée sur la relation différenciée de l’officier à son office, entre « officiers par atavisme familial », attachés à la valeur patrimoniale de leur charge et « officiers par opportunisme », inscrits dans « des stratégies bien plus larges, en fonction de circonstances générales et de parcours personnels ».

22 Fils d’un procureur du siège de Limoges, Michel Vidaud de Gondat devient assesseur en 1766 à un coût minime puisque la finance se monte à seulement 2 200 livres. Le prix de l’ascension sociale est proche du coût de la stabilité et de la continuité dans la profession paternelle : à quelques années d’écart, un office de procureur à Limoges se vend pour 2 000 livres mais la pratique coûte 6 000 livres, Arch. dép. Haute-Vienne, 4 E XX 109, not. Fournier aîné : contrat de vente du 22 novembre 1782.

23 Catarina D., « Les tentatives de rationalisation de l’espace judiciaire languedocien entre 1740 et 1789. Le cas des sénéchaux et présidiaux », Poumarède J. (coord.), Territoires et lieux de justice, Paris, La documentation française, 2011, p. 83-100, ici p. 87-88 sur la crise différenciée des présidiaux languedociens.

24 La monarchie limite à douze le nombre de conseillers par siège, dans la filiation des préconisations antérieures du chancelier Daguesseau, envisageant une nette réduction du nombre des offices présidiaux, Blanquie C., Les présidiaux de Daguesseau, Paris, Publisud, 2004, p. 163-165.

25 Pour les commissaires des guerres de la Maison du Roi, le déclassement relatif de leur corps favorise aussi, après 1760, « une ouverture partielle et tardive aux hommes nouveaux », Gibiat S., op. cit., p. 408.

26 Marraud M., Lyon-Caen N., « Le prix de la robe : coûts et conséquences du passage à l’office dans la marchandise parisienne, v. 1680-v. 1750 », Descimon R. Haddad E., (éd.), Épreuves de noblesse. Les expériences nobiliaires de la haute robe parisienne (XVIIe et XVIIIe siècles), Paris, Les Belles Lettres, 2010, p. 233-256 sur une mobilité dans l’espace social qui n’est pas synonyme d’intégration.

27 Deux des dix magistrats intégrant le corps de ville sont des « hommes neufs » à Limoges et cinq sur quinze à Périgueux.

28 Liés à des contextes singuliers, les concepts des historiens demeurent toujours des « noms communs imparfaits », Passeron J.-C., Le raisonnement sociologique : un espace non-poppérien de l’argumentation, Paris, Albin Michel, édition revue et augmentée 2006 (1re éd. 1991).

29 Lahire B., « La variation des contextes en sciences sociales. Remarques épistémologiques », Annales H.S.S., mars-avril 1996, no 2, p. 381-407, notamment p. 390-407 et analyses en partie reconduites, in Lahire B., Monde pluriel. Penser l’unité des sciences sociales, Paris, Seuil, 2012, p. 228-233.

30 Croq L., « Les chemins de la mercerie, le renouvellement de la marchandise parisienne (années 1660-1760) », Bellavitis A., Croq L. et Martinat M. (dir.), op. cit., p. 87-122, p. 111 propose d’appliquer aux corps de métier la distinction « hommes nouveaux »/« hommes neufs ».

31 Meyzie V., « Construction nationale d’un groupe professionnel et tensions corporatives : les mobilisations des magistrats présidiaux au XVIIIe siècle », Leuwers H. (dir.), Juges, avocats et notaires dans l’espace franco-belge. Expériences spécifiques ou partagées (XVIIIe-XIXe siècle), Archives générales du royaume, Bruxelles, 2010, p. 11-38, ici p. 28-29.

32 Bennini M., « Le renouvellement de la noblesse de robe au XVIIe siècle : l’exemple de la cour des Aides de Paris », Bellavitis A., Croq L. et Martinat M. (dir.), op. cit., p. 73-85 et Bennini M., « Frontières corporatives, frontières sociales : autour de l’abandon d’une candidature à la cour des Aides au milieu du XVIIe siècle », Cosandey F., Haddad E. et Hamdi S. (dir.), op. cit. sur l’incorporation ratée de Christophe Doré de Mazières, stigmatisé pour son hypothétique infériorité sociale.

33 Arch. nat., G7 241, p. 408 à 425 (correspondance adressée par les intendants du Dauphiné au contrôle général) ; quelques pièces ont été utilisées pour illustrer le manque de considération sociale des musiciens par Benoît M., Versailles et les musiciens du roi, 1661-1733, Paris, Picard, 1971, 2 t., t. 1, p. 377-379 ; brève mention par de Boislisle A. M., éd., Correspondance des contrôleurs généraux des finances avec les intendants des provinces, Paris, Imprimerie Nationale, 1874-1897, 3 vol., t. 1, p. 241. Le fonds de l’élection de Grenoble aux archives départementales de l’Isère (4 C) n’est ni classé ni inventorié.

34 Arch. nat., V1 66A, p. 18 : lettres de provision du 11 août 1691 avec dispense de l’annuel et du prêt pendant trois ans.

35 Benoît M., op. cit., t. 1, p. 342 ; Benoît M. (dir.), Dictionnaire de la musique en France aux XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, Fayard, 1992, p. 284 ; Balteau J., Barroux M., Prevost M., Roman dAmat J.-C. (dir.), Dictionnaire de biographie française, Paris, 1975, p. 621 ; Favier T., Le chant des muses chrétiennes. Cantique spirituel et dévotion en France (1685-1715), Paris, Société française de musicologie, 2008, p. 101-102, 237-239 et 307-309 ; Granger S., Musiciens dans la ville, 1650-1800, Paris, Belin, 2002 sur les musiciens provinciaux.

36 Maignien E., Les artistes grenoblois. Architectes, Armuriers, Brodeurs, Graveurs, Musiciens, Orfèvres, Peintres, Sculpteurs, Tapissiers, Tourneurs, etc. Notes et documents inédits, Grenoble, Drevet, 1887, p. 137-138.

37 Nouveau code des tailles..., 1761 (4e éd.), t. 2, p. 283-288 pour l’édit de création de novembre 1689 dans les élections composées de cent paroisses et plus ; le même office est acquis par un particulier à Troyes pour 4 500 livres, Böse K., Amt und Soziale Stellung : die Institution der « élus » in Frankreich im 16 und 17 Jahrhundert am Beispiel der Elektion Troyes, Francfort, Peter Lang, 1986, 2 vol., t. 1, p. 159.

38 Meyzie V., « Les compagnies d’officiers “moyens” entre déplorations collectives et mobilisations corporatives au début du XVIIIe siècle », French Historical Studies, vol. 35, no 3, 2012, p. 477-507, ici p. 501-503 sur les stratégies corporatives d’opposition des élections envers les acquéreurs d’un office créé en 1701.

39 Arch. nat., G7 241, p. 409 : lettre de l’intendant au contrôleur général des finances du 17 décembre 1691.

40 Arch. nat., V1 73, p. 498 : lettres de provision du 1er août 1692 ; dans un court texte autobiographique, Farinel indique qu’il le « possède encore » en 1707, BnF, Res Vma ms 1219 : « Abrégé des concerts choisis de M. F... » ; sur les officiers contrôlés, Coulomb C., « Les payeurs des gages des officiers du parlement. L’exemple de Grenoble au XVIIIe siècle », M.-L. Legay (dir.), Les modalités de paiement de l’État moderne. Adaptation et blocage d’un système comptable, Paris, CHEFF, 2007, p. 43-64.

41 Allard G., « L’estat politique de la ville de Grenoble pour 1698 », H. Gariel, publié par, Bibliothèque historique et littéraire du Dauphiné, 1864, p. 103-153, p. 152.

42 Arch. nat., G7 241, p. 415 : copie de la requête du procureur du roi au parlement de Grenoble du 27 août 1691.

43 Meyzie V., « Officiers “moyens” et monarchie absolue : un conflit à Limoges au XVIIe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 53-3, juillet-septembre 2006, p. 27-58 sur le rejet du horsain dans le cas du magistrat présidial Jean-Baptiste de Vincent.

44 Bourdieu P., La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit, 1979, p. 554 et 562.

45 Arch. nat., G7 241, p. 416 : signification du procureur du roi à Farinel du 27 août 1691.

46 Ibid, p. 415.

47 Hennebelle D., De Lully à Mozart. Aristocratie, musique et musiciens à Paris (XVIIe-XVIIIe siècles), Seyssel, Champ Vallon, 2009, p. 265-277 sur la diversité de la condition de musicien attaché et des types d’attachement.

48 Descimon R., « La dignité du dignitaire », Drévillon H., Venturino D. (dir.), Penser et vivre l’honneur à l’époque moderne, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011, p. 351-358.

49 Bluche F., « Le personnel de l’élection de Paris (1715-1791) », Mémoires de Paris et Ile-de-France, t. 26-27, 1975-1976, p. 321-373 identifie deux fils de procureurs parmi les élus parisiens.

50 Arch. nat., G7 241, p. 414 : copie de la requête du procureur du roi au parlement du 28 août 1691.

51 Ibid, p. 420 : supplique de Farinel au contrôleur général des finances du 2 septembre 1691 et citation in extenso par Benoît M., Versailles..., op. cit., t. 1, p. 379.

52 Coulomb C., « Le premier président du parlement de Dauphiné commandant en chef de la province, 1659-1715 », Aubert G., Chaline O. (dir.), Les parlements de Louis XIV. Opposition, coopération, autonomisation ?, Rennes, PUR, 2010, p. 241-257, en particulier p. 245-247 et 250-252.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540