Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Hommes nouveaux et femmes nouvelles

 | 
Benoît Musset

Première partie. Les hommes nouveaux : perspectives historiographiques

Les hommes nouveaux à la fin de la République romaine. Naissance d’un modèle

Robinson Baudry

Texte intégral

  • 1 L’occurrence la plus ancienne se trouve dans la Rhétorique à Herennius, à propos de C. Laelius (IV (...)
  • 2 Voir ainsi Tite-Live, I, 34, 6 ; IV, 48, 7 ; 54 ; VII, 1, 1.

1C’est dans la seconde moitié de la décennie 80 av. J.-C. qu’apparaît dans les sources latines le syntagme homo nouus1. La réalité qu’une telle expression désigne était à l’évidence plus ancienne mais son point d’origine se laisse difficilement circonscrire. Si l’on en croit les sources contemporaines des dernières années de la République et des deux premiers siècles de l’Empire, cette catégorie de classification sociale aurait été active dès les débuts de la République, voire dès l’époque royale2. Il faut probablement y voir un phénomène de projection rétrospective, mais il y aurait quelque excès à se refuser de prendre en considération tous les témoignages portant sur les années antérieures à la décennie 80 av. J.-C. Un point de départ commode réside dans l’extrême fin du IIIe et le début du IIe siècles av. J.-C., une période qui correspond au début de la carrière politique de Caton l’ancien. Caton n’était pas le premier à être présenté par les auteurs anciens comme un homme nouveau et à répondre objectivement aux critères définissant cette catégorie, mais il est établi que sa qualité d’homme nouveau (nouitas) a fonctionné comme un principe d’identité. La notion d’identité, qui permet de croiser histoire sociale et histoire culturelle, constitue un concept opératoire pour mener cette brève étude sur les hommes nouveaux de la fin de la République. Nous avons également retenu la notion, voisine mais distincte, de modèle, non pas tant pour mesurer l’écart ou la proximité entre cette catégorie à l’époque romaine et l’usage qui en fut fait par la suite que pour tenter d’établir s’il y avait, à l’époque considérée, un type social de l’homme nouveau.

2Les sources qui permettent d’en faire l’analyse ne sont pas exemptes de difficultés. En effet, l’essentiel des occurrences apparaît chez Cicéron et Salluste, qui sont précisément deux hommes nouveaux. Il est possible d’ajouter d’autres éclairages, ceux de Tite-Live et de Plutarque en particulier, mais ces auteurs dépendent de sources intermédiaires, parmi lesquelles figurent ces mêmes Cicéron et Salluste. De façon paradoxale, le point de vue des hommes nouveaux a pesé fortement sur l’image que nous pouvons en avoir, et les points de vue extérieurs se laissent difficilement saisir.

Éléments de définition

  • 3 Gelzer M., The Roman Nobility, Oxford, B. Blackwell, 1969 (Die Nobilität der römischen Republik, B (...)
  • 4 Rappelons que depuis la loi Villia Annalis de 180 av. J.-C., un ordre d’accès aux magistratures av (...)
  • 5 Hellegouarc’h J., Le vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la République, (...)
  • 6 Les définitions proposées par Plutarque, Caton l’Ancien, 1, 1 et par Appien, Guerre civile, II, 2, (...)
  • 7 Sur cette solution intermédiaire, voir Wiseman T. P., loc. cit., qui ne prend toutefois pour objet (...)
  • 8 Selon Badel C., La noblesse de l’Empire romain, op. cit., p. 29 : « La nouitas ne constituait pas (...)

3La définition de l’homo nouus est au cœur d’un débat historiographique ancien. Pour une partie des historiens, il faut entendre par là le premier membre d’une famille à intégrer le Sénat, c’est-à-dire, le premier à se faire élire à une magistrature lui permettant de devenir sénateur3. Pour les autres, l’homme nouveau est le premier membre d’une famille à atteindre le sommet de la carrière des honneurs4, à savoir le consulat5. L’absence de consensus s’explique par le fait qu’il n’existe pas de définition précise de cette catégorie dans les sources anciennes6. Or, si l’on réexamine l’ensemble des sources, il apparaît que les deux définitions proposées sont également recevables7. On peut qualifier d’homo nouus un fils de chevalier qui parviendrait à intégrer le Sénat sans aller plus loin que les magistratures inférieures au consulat (questure, tribunat de la plèbe, édilité ou préture), et on peut également appeler ainsi un fils de sénateur non consulaire qui parviendrait à atteindre le sommet des honneurs. Cette position consensuelle ne résout cependant pas tout, puisque la question demeure de savoir s’il faut appeler homme nouveau un fils de sénateur de rang questorien qui parviendrait à se faire élire à l’édilité ou à la préture. Quoi qu’il en soit, l’expression apparaît comme polysémique et seul le contexte permet de trancher entre ces différentes acceptions8.

  • 9 La réalité pouvait être plus complexe. C’est ainsi que dans le cas de Caton l’Ancien, Plutarque év (...)
  • 10 Sur le rapprochement entre nouitas et ignobilitas, voir Cicéron, Pro Murena, 17 ; Pro Cluentio, 11 (...)
  • 11 Sur ce sens étymologique de nobilis, dérivé du verbe nosco, voir Ernout A. et Meillet A., Dictionn (...)
  • 12 Plutarque, Caton l’Ancien, 1, 1 : εἰωθότων δὲ τῶν Ῥωμαίων τοὺς ἀπὸ γένους μὲν δόξαν οὐκ ἔχοντας, ἀ (...)

4Si la définition de l’homme nouveau se révèle hétérogène et fluctuante, il n’en demeure pas moins possible de mettre au jour quelques constantes. Les différentes définitions ont tout d’abord en commun d’impliquer un processus d’ascension sociale, un écart entre un point d’origine et un point d’aboutissement : l’homme nouveau est fondamentalement celui qui sort de sa condition sociale héritée. Pour que l’on puisse parler de nouitas, il faut qu’un seuil ait été franchi, que cela soit celui de l’entrée au Sénat ou celui de l’élection au consulat9. Deuxième élément, la relation antithétique entre les hommes nouveaux et les nobles se révèle essentielle. En plusieurs occurrences, les hommes nouveaux sont qualifiés de « non nobles (ignobiles) » et se trouvent opposés aux « nobles (homines nobiles)10 ». La définition de la noblesse est donc susceptible d’éclairer, par contraste, celle de la nouitas. Une première définition, littérale, consiste à faire du noble un personnage qui se distingue par sa notoriété11. L’homme nouveau serait donc celui qui, malgré sa naissance obscure, parvient à se faire connaître. C’est précisément la définition que Plutarque donne de ce terme12 :

« C’était la coutume à Rome d’appeler hommes nouveaux ceux qui ne descendaient pas d’une famille illustre, mais qui commençaient à se faire connaître par eux-mêmes. C’est ainsi que l’on qualifiait Caton ; mais lui-même disait que, s’il était nouveau en fait de charges et d’illustrations, il était très ancien par les exploits et les mérites de ses ancêtres. »

  • 13 Des individus que l’on a de bonnes raisons de tenir pour des hommes nouveaux sont ainsi qualifiés (...)
  • 14 Sur cette définition de la noblesse, voir Gelzer M., The Roman Nobility, op. cit., p. 27-40.
  • 15 Appien, Guerre civile, II, 2, 5 : Κατιλίνας δ’ αὐτὸν ἐς ὕβριν τῶν ἑλομένων ἐπέσκωπτεν, ἐς μὲν ἀγνω (...)

5En accord avec cette acception, les hommes nouveaux sont parfois qualifiés d’« inconnus (ignoti)13 ». Une définition plus technique fait du noble un descendant de consul14. Les hommes nouveaux seraient ainsi tous ceux qui ne comptent pas de consuls parmi leurs ancêtres. Une telle définition n’est toutefois pas satisfaisante, puisqu’elle omet l’idée de trajectoire sociale ascendante. Ce point est capital : alors que le noble bénéficie d’un mécanisme de reproduction sociale, l’homme nouveau est celui qui s’efforce de sortir de sa condition héritée. Cela apparaît très nettement dans la définition de Plutarque et figure aussi dans une autre définition à la formulation très proche, proposée par Appien15 :

« Catilina, par raillerie et mépris pour ceux qui votaient pour lui [sc. Cicéron], l’appela homme nouveau, à cause de sa naissance obscure (car on appelait ainsi ceux qui atteignent une distinction par leurs propres mérites et non par ceux de leurs ancêtres). »

  • 16 Plusieurs verbes servent à exprimer l’ascension sociale accomplie par l’homme nouveau. Il en va ai (...)
  • 17 Cohen B., Les ordres romains sous la République, Tel Aviv, 1972, p. XV distingue les ordres des «  (...)
  • 18 Voir en particulier Flower H. I., Ancestor masks and aristocratic power in Roman culture, Oxford, (...)

6En accord avec ces deux définitions, on observe que, lorsqu’ils évoquent des hommes nouveaux, les auteurs anciens insistent sur ce processus d’ascension sociale16. Cette différence objective serait à l’origine de l’antagonisme entre ces deux composantes de l’aristocratie romaine, la seconde menaçant la position sociale de la première. La relation étroite entre les catégories d’homme nouveau et de noble explique aussi pourquoi la seconde définition de la nouitas est surreprésentée dans les sources. Autre trait remarquable, lié au précédent : tout comme la noblesse, la nouitas n’est pas un statut juridique. En d’autres termes, les hommes nouveaux ne sauraient constituer un ordre (ordo)17. Par conséquent, il n’y a ni droit ni interdit juridiques inhérents à la nouitas, mais seulement des pratiques, des conduites et des représentations socialement construites. L’idée d’un ius imaginum, par exemple, réservé aux nobles constitue ainsi un artefact historiographique18. Dernier point, l’homme nouveau apparaît comme une catégorie proprement romaine, qui ne doit rien au monde grec, comme en témoigne le fait que Plutarque et Appien, deux auteurs de langue grecque, aient jugé nécessaire d’en proposer une définition et aient eu recours à une traduction littérale, plutôt qu’à la recherche d’un équivalent.

La mobilité sociale en question

  • 19 Gelzer M., The Roman Nobility, op. cit., p. 50-52, suivi notamment par Badian E., « The Consuls, 1 (...)
  • 20 Hopkins K., Death and Renewal, Cambridge, Cambridge University Press, 1983, p. 31-117.
  • 21 Badian E., « The Consuls, 179-49 BC », art. cit., p. 371-413 a montré qu’entre 179 et 49 av. J.-C. (...)

7Ces éléments de définition nous amènent à nous interroger brièvement sur la réalité de ce phénomène d’ascension sociale des hommes nouveaux, sur le rôle de ce dernier dans le fonctionnement de la société politique romaine. La part des hommes nouveaux dans la classe politique romaine a fait l’objet d’analyses divergentes. Selon la plupart des historiens, l’accès au consulat relevait du quasi-monopole de la noblesse19. D’autres, à la suite des travaux du sociologue Keith Hopkins, insistent au contraire sur l’ouverture du consulat aux hommes nouveaux20. Si la première interprétation paraît la plus satisfaisante, au regard des analyses prosopographiques21, il n’en reste pas moins que les hommes nouveaux jouaient un rôle important, si l’on envisage l’autre définition que ce syntagme tolère. Le renouvellement du Sénat imposait en effet le recours à des hommes nouveaux, et ce d’autant plus qu’à la fin de la République, le nombre des sénateurs s’accrut, passant de trois cents à six cents membres sous la dictature de Sylla, puis à neuf cents sous celle de César. En outre, les guerres civiles et les proscriptions ont provoqué la mort de nombreux nobles et fils de sénateurs, créant un appel d’air pour des hommes nouveaux. Parallèlement, l’intégration culturelle et juridique des peuples et des cités de la péninsule Italique accroissait le vivier des sénateurs présomptifs.

  • 22 Salluste, Jugurtha, 63 ; Plutarque, Marius, 3, 2-5.
  • 23 Plutarque, Marius, 3, 2-5.
  • 24 Salluste, Jugurtha, 63-65 ; Plutarque, Marius, 7, 6 ; 9,1.
  • 25 Plutarque, Cicéron, 2, 2 ; 3, 5-3, 6 ; 5, 3 ; Caton l’Ancien, 1, 5 ; 4, 1-4, 2.
  • 26 Plutarque, Caton l’Ancien, 3, 3-3, 4.
  • 27 Voir les analyses de Etcheto H., Les Scipions. Famille et pouvoir à Rome à l’époque républicaine, (...)
  • 28 Plutarque, Marius, 3, 2-4,1.
  • 29 Plutarque, Caton l’Ancien, 16, 6-7 évoque ainsi le rôle de Caton dans l’élection de Flaccus à la c (...)

8Des facteurs objectifs, bien attestés dans les sources, permettaient à des aristocrates de s’élever dans la hiérarchie sociale et politique. Le plus important était le service militaire. Tout chevalier devait dix ans de service équestre. Or ceux des chevaliers qui s’illustraient par leur valeur étaient alors bien placés pour se faire élire à la questure et entrer ainsi au Sénat. Marius est l’archétype de l’homme nouveau qui s’est élevé à cette condition grâce à ses qualités militaires22. De naissance obscure, il se fit remarquer lors du siège de Numance, en 134, ce qui dut favoriser son élection à la questure et son entrée au Sénat23. Dans la suite de sa carrière, ce furent également ses qualités militaires qui lui valurent de franchir le seuil du consulat24. L’éloquence judiciaire et politique constituait le second mode d’ascension sociale, comme en témoigne de façon exemplaire la trajectoire d’un Cicéron, mais aussi celle d’un Caton25. Ces qualités devaient être connues et reconnues, ce qui requérait parfois la médiation d’un noble, qui exerçait ainsi une fonction de patronage à l’égard de l’homme nouveau. Caton fut ainsi arraché à son milieu social et géographique grâce à l’action du patricien L. Valerius Flaccus26, C. Laelius était le protégé de Scipion l’Africain27, tandis que Marius bénéficia du soutien de Scipion Émilien, puis de Q. Caecilius Metellus28. Dans le schéma narratif qui structure la présentation des hommes nouveaux, l’évocation du rôle de ces patrons sert aussi à introduire le thème d’une rupture de ces liens de patronage ou de l’inversion des rapports de force entre patron et client29. En revanche, la question de l’accumulation d’un capital économique comme condition nécessaire à une mobilité sociale ascendante ne se posait guère, puisque les hommes nouveaux étaient, au minimum, issus du milieu équestre, dont la définition reposait sur un critère censitaire similaire à celui du milieu sénatorial.

9La réalité du renouvellement de l’aristocratie par des hommes nouveaux ne doit pas être mise en doute, même si l’ampleur du phénomène est difficile à apprécier. Une autre question se pose alors : la nouitas fonctionnait-elle comme un principe d’identité ?

Un principe d’identité ?

  • 30 Voir ainsi Cicéron, II In Verrem, V, 180, où Cicéron écrit, à propos de Caton l’ancien : « désiran (...)
  • 31 Cicéron, Pro Sestio, 136 va dans le sens d’une entrée de la noblesse dès l’accès d’un homme nouvea (...)
  • 32 On relève que Cicéron, Pro Murena, 16 qualifie Q. Pompeius d’homme nouveau, alors que ce dernier a (...)

10La question se pose d’autant plus que, dans certains cas, l’homme nouveau, s’il accède au consulat, est aussi celui qui fait entrer sa famille dans la noblesse30. Une incertitude demeure sur le fait de savoir si l’homme nouveau qui parvient au consulat peut être qualifié de noble ou si cette qualité de noble ne vaut que pour ses descendants31. Dans la première hypothèse, l’homme nouveau, qui est ainsi qualifié parce qu’il a su s’élever au sommet de la hiérarchie sociale, serait également défini comme un noble32. Dans la seconde, cette qualité se perdrait à la génération suivante. En d’autres termes, le type social de l’homme nouveau est voué à être incarné par des individus toujours différents. Dans ces conditions, la dimension identitaire de la nouitas pourrait sembler problématique.

Les hommes nouveaux vus par les nobles

  • 33 Cicéron, II In Verrem, V, 182, où il est question d’une hostilité constitutives des nobles ; Cicér (...)
  • 34 Cicéron, Pro Murena, 17 : non arbitrabar, cum ex familia uetere et inlustri consul designatus ab e (...)

11En réalité, l’identité de la nouitas apparaît tout d’abord comme le produit des discours des nobles. Les hommes nouveaux étaient bien identifiés comme tels par ces derniers. Cicéron évoque à plusieurs reprises l’hostilité envieuse des nobles à l’égard des hommes nouveaux, l’inuidia33. On trouve aussi des traces d’un comportement méprisant à leur endroit, d’une stigmatisation de leur naissance obscure. C’est le cas, en particulier, lors des procès pour brigue, au moment de ce que l’on appelle la contentio dignitatis. Cette partie du réquisitoire avait pour fin, en menant la comparaison de la dignité (c’est-à-dire des titres qui permettent à un individu de prétendre à une magistrature) des deux candidats, de montrer que celui qui avait été vaincu l’emportait en dignité sur le vainqueur, ce qui permettait d’établir qu’il y avait eu corruption électorale. Dans le plaidoyer en faveur de Muréna, Cicéron revient sur le fait que l’accusation a méprisé la naissance de son client34 :

« Je ne pensais pas que voyant un consul désigné, d’une ancienne et illustre famille, défendu par un consul fils de chevalier romain, les accusateurs mettraient en cause la nouveauté de la race ! »

  • 35 Salluste, Jugurtha, 85 ; Catilina, 31, 7 ; Ps. Salluste, In M. Tullium Ciceronem inuectiua, 1 ; 4  (...)

12Un tel dénigrement était fréquent, car l’absence de notoriété ouvrait la voie à toutes les calomnies. De fait, les sources relatives aux hommes nouveaux portent souvent la marque d’une dépréciation des origines sociales de ces derniers35. En revanche, le thème de l’enrichissement rapide et suspect, condition possible de la promotion sociale et politique, apparaît peu, du fait de la proximité sociale entre le milieu équestre, vivier des hommes nouveaux, et le milieu sénatorial : l’homme nouveau n’est pas un nouveau riche. Cette dévalorisation de la « nouveauté de la race (nouitas generis) » n’est toutefois pas absolue et ne témoigne pas d’une opposition constitutive de la noblesse à l’élection au consulat d’un homme nouveau. En l’occurrence, elle est relative au contexte de la compétition électorale pour le consulat de l’année 62 et à la dignitas comparée des deux adversaires. Ser. Sulpicius Rufus était un noble, patricien de surcroît, et il ne pouvait pas, dans la contentio dignitatis, ne pas souligner cette différence objective qui le séparait de son rival. Cicéron force le trait à dessein : l’accusation n’entendait pas fermer l’accès du consulat aux hommes nouveaux ; elle voulait simplement prouver la brigue.

Revendication et justification de la nouitas

  • 36 Cicéron, De lege agraria, 3, qui juge toutefois utile de rappeler que le peuple l’a élu dans des c (...)
  • 37 Cicéron, Pro Murena, 16 ; Cicéron, De Officiis, I, 138 : « C’est ainsi que celui-là fit entrer, le (...)
  • 38 Sur ce qu’il appelle « the ideology of novitas », voir Wiseman T. P., New men in the Roman Senate, (...)
  • 39 De nombreuses sources associent la uirtus à la nouitas en général ou à des hommes nouveaux en part (...)
  • 40 Cicéron, Pro Plancio, 67.
  • 41 Cicéron, Pro Sestio, 116.
  • 42 Malcovati E., Oratorum Romanorum Fragmenta², Augustae Taurinorum, 1955, no 51. Sur ces deux exempl (...)
  • 43 Cicéron II In Verrem, IV, 81 ; V, 181 ; De Republica, I, 1 ; Salluste, Jugurtha, 85.
  • 44 Cicéron II In Verrem, III, 7.
  • 45 Cicéron II In Verrem, III, 7.
  • 46 Cicéron II In Verrem, III, 7.
  • 47 Plutarque, Caton l’Ancien, 2, 1-4 ; 3, 2 ; 4, 3 ; 6, 1 ; 16, 7 ; 18, 2 ; 19, 4 ; Plutarque, Marius (...)
  • 48 Plutarque, Marius, 3, 1 : « Il était né de parents tout à fait obscurs, travailleurs manuels et pa (...)
  • 49 Salluste, Jugurtha, 65 : « d’autre part, c’était le temps où la plèbe, voyant la noblesse abattue (...)
  • 50 Salluste, Jugurtha, 73 : « La noblesse du général, naguère encore un titre de gloire ne servait pl (...)

13Les hommes nouveaux mettaient-ils en avant leur nouitas ou s’efforçaient-ils de la masquer ? Plusieurs sources, et en premier lieu les discours de Cicéron, témoignent d’une revendication de la qualité d’homme nouveau36. Et, de fait, cette appellation n’est pas connotée négativement. On observe aussi que la capacité à élever sa famille dans la hiérarchie sociale était un motif d’éloge, à cette réserve près que toutes les occurrences émanent d’hommes nouveaux37. Toutefois, cette revendication était le plus souvent assortie d’un discours de légitimation, comme si les hommes nouveaux étaient soumis à un impératif de justification38. Ce discours repose sur l’équation suivante, qui reformule en quelque sorte la contentio dignitatis : à la différence du noble, l’homme nouveau ne bénéficie pas de la recommandation de ses ancêtres ; s’il n’en est pas moins parvenu à s’élever socialement, c’est en raison de ses qualités personnelles, ce que l’on appelle en latin les uirtutes39. La uirtus de l’homme nouveau serait supérieure à celle du noble, puisqu’elle viendrait compenser son absence de notoriété héritée. L’homme nouveau est, dans une certaine mesure, un self-made-man40. On observe ainsi que Marius a fait ériger un temple consacré à Honos et à Virtus41 et l’on sait que Caton avait prononcé un discours de suis uirtu-tibus42. Le mot uirtus peut renvoyer aux qualités strictement militaires de l’homme nouveau, mais il peut aussi fonctionner comme un terme générique, renvoyant à son excellence personnelle. D’autres termes permettent alors de préciser les choses. Il est souvent fait référence à l’industria de l’homme nouveau (ou à son labor), c’est-à-dire à son activité, qui s’oppose implicitement à l’ignauia (paresse) du noble43. Des qualités morales peuvent également être évoquées, comme l’innocentia, l’integritas44, le pudor45 ou la frugalité46. On sait ainsi la part prise par l’austérité dans l’image que Caton puis Marius s’efforcèrent de donner d’eux-mêmes47. Ces qualités sont parfois imputées au lieu d’origine de l’homme nouveau, souvent un municipe d’Italie qui est présenté dans les sources comme un conservatoire des valeurs romaines traditionnelles, par opposition à la ville corruptrice48. Faut-il en conclure que la revendication de la qualité d’homo nouus aurait eu valeur de « slogan » et que le peuple aurait voté pour des hommes nouveaux, du fait même de leur nouitas ? Un seul passage permet d’étayer cette hypothèse : il s’agit d’un extrait de la guerre de Jugurtha, dans lequel Salluste écrit que le peuple à la fin du IIe siècle aurait, en raison de la déconfiture de la noblesse, porté au firmament des hommes nouveaux49. L’élection de Marius irait dans ce sens : sa nouitas garantirait son intégrité et une valeur militaire acquise par la pratique50.

  • 51 L’opposition entre le genus des nobles et la uirtus des hommes nouveaux est développée en Cicéron (...)
  • 52 Sur l’idée d’une conception « atavique » de la uirtus, voir Etcheto H., Les Scipions, op. cit., p. (...)
  • 53 Plutarque, Caton l’Ancien, 1, 1 : « Ses ancêtres paraissent avoir été complètement inconnus ; cepe (...)
  • 54 Salluste, Jugurtha, 85.
  • 55 Voir ainsi Cicéron, Familiares, III, 7, 5.
  • 56 Cicéron, Pro Murena, 17. Notons que dans Cicéron, Philippiques, IX, 4, ce passé idéal n’est pas si (...)

14Ces discours de légitimation traduisent la complexité des relations entre nobles et hommes nouveaux. A priori de tels discours sont aux antipodes de ceux tenus par les nobles, et c’est souvent ainsi qu’ils sont présentés dans les sources. Alors que le noble peut se réclamer de sa seule naissance et justifierait ainsi la continuité intergénérationnelle de la prééminence de sa famille, l’homme nouveau est celui qui se distingue par sa uirtus51. En réalité, les nobles mettaient également en exergue leurs qualités personnelles. Cependant, et le phénomène est attesté depuis au moins le IIe siècle av. J.-C., les nobles défendaient une conception patrimoniale de la uirtus, développant le thème de la uirtus generis52. Les hommes nouveaux pouvaient aussi arguer d’une continuité familiale dans la possession de leurs qualités, mais de telles revendications ne pouvaient pas être démontrées53. Une telle prétention n’en est pas moins instructive : tous les hommes nouveaux ne se pensaient pas comme des self-made-men. Sinon, pour répondre à cette conception exclusiviste de la uirtus, les hommes nouveaux pouvaient prendre la noblesse au piège de ses contradictions. Il leur était en effet possible d’arguer du fait que les nobles eux-mêmes descendaient d’anciens hommes nouveaux, qui avaient joué le rôle de créateurs de noblesse54. Ils pouvaient donc invoquer ces précédents et s’en dire davantage fidèles que les nobles eux-mêmes, puisqu’ils essayaient de rivaliser en uirtus avec ces glorieux individus55. Ils renvoyaient ainsi à une époque idéalisée, où la uirtus suffisait à garantir l’accès au consulat, une époque antérieure à la structuration de la nobilitas et à la supposée fermeture de l’espace politique56. L’homme nouveau peut donc s’identifier aux ancêtres des nobles et légitimer ainsi son ascension sociale. Ce phénomène révèle qu’il n’existait pas d’axiologie alternative à la nobilitas et que les hommes nouveaux se percevaient et s’évaluaient à l’aune des valeurs nobiliaires : les discours de légitimation des hommes nouveaux s’inscrivent ainsi dans la logique nobiliaire et la confortent.

La mémoire des hommes nouveaux

  • 57 Plutarque, Caton l’Ancien, 2, 1-2, 3.
  • 58 Cicéron, II In Verrem, V, 180-181, où l’orateur évoque Caton, Q. Pompeius, C. Fimbria, C. Marius e (...)
  • 59 Cicéron, II In Verrem, V, 181 : Haec eadem est nostrae rationis regio et uia ; horum nos hominum s (...)

15Le problème du rapport à la noblesse soulève la question de la mémoire des hommes nouveaux, de leur capacité à constituer des modèles. Selon Plutarque, Caton l’Ancien aurait vu dans le précédent de M. Curius Dentatus un puissant facteur d’émulation57. Dans plusieurs de ses discours, Cicéron dresse des listes d’hommes nouveaux, souvent les mêmes, dans lesquelles figurent immanquablement Caton l’Ancien et Marius, ainsi que d’autres exemples plus anciens58. L’invocation de ces exempla vise à légitimer l’ascension sociale d’hommes nouveaux contemporains. Mieux, Cicéron précise que ces hommes nouveaux constituèrent des modèles qui l’encouragèrent à entrer dans la carrière des honneurs et à sortir ainsi de sa condition sociale59 : « Voilà quelle est la direction et la voie tracée à ma conduite ; voilà les hommes dont nous suivons jusqu’au bout la vie et les exemples. »

  • 60 Cicéron, Pro Murena, 17.
  • 61 Salluste, Jugurtha, 85, 18.
  • 62 Cicéron, II In Verrem, IV, 81 : sit apud alios imago P. Africani, ornentur alii mortui uirtute ac (...)

16Cicéron se présente lui-même comme un modèle, susceptible d’être imité60. La référence à la mémoire de ces hommes nouveaux aurait dû être l’apanage de leurs descendants, mais il semblerait que leur nouitas ait autorisé ce type d’appropriation mémorielle par des hommes nouveaux appartenant à des familles différentes. Plus fondamentalement, ces individus appartenaient à la mémoire de la cité, ce qui autorisait ces rapprochements. Plus polémique, en revanche, était la référence aux figures tutélaires de la noblesse la plus ancienne. Marius y aurait eu recours dans le discours qu’il tint après l’élection à son premier consulat61. Cicéron s’inscrit également dans le sillage d’un noble, Scipion Émilien, dans l’un des discours des Verrines62 :

« Que d’autres possèdent chez eux l’image de Scipion l’Africain, que d’autres se parent du mérite et du nom de cet ancêtre disparu ; il fut un héros si grand, il a mérité si bien du peuple romain, que ce n’est pas une famille entre toutes, mais la République tout entière qui doit l’avoir en recommandation. Je le dois pour ma part d’homme, étant citoyen de cet État qu’il a rendu grand, illustre, fameux, surtout parce que je cultive de mon côté ces qualités où il est passé maître : justice, activité, modération, zèle à défendre les opprimés, haine des méchants ; et cette conformité dans les goûts et la manière d’agir établit entre les hommes des liens presque aussi étroits que cette communauté de race et de nom dont vous êtes si fiers. »

  • 63 Ps. Salluste, In M. Tullium Ciceronem inuectiua, 1.

17Toutefois, ce parallèle a un caractère circonstanciel – Cicéron cherche à montrer qu’il est davantage fidèle à la mémoire de Scipion Émilien que ne l’est son parent Metellus Scipion, qui a pris fait et cause pour Verrès – et l’on constate que l’orateur demeure prudent, comme si l’invocation de la mémoire d’un noble pouvait lui être reprochée par les parents de ce dernier63.

Des comportements spécifiques ?

  • 64 Voir ainsi Cicéron II In Verrem, III, 7; IV, 81; V, 181; Pro Cluentio, 111; Pro Sestio, 136; Sallu (...)
  • 65 Badel C., La noblesse de l’Empire romain, op. cit., p. 29.
  • 66 Voir ainsi La Penna A., « L’interpretazione sallustiana della guerra contra Giugurtha », Annali de (...)
  • 67 La défense de l’homme nouveau Muréna s’explique par le contexte de la conjuration de Catilina et p (...)
  • 68 Salluste, Catilina, 23, 5-6 ; Jugurtha, 73 ; 85.
  • 69 Tite-Live, XXXVII, 57, 15 : postremo, in huius maxime inuidiam, desistere se petitione Glabrio dix (...)

18Dernière question, les hommes nouveaux adoptaient-ils des comportements spécifiques, propres à leur groupe social ? L’idée d’un comportement collectif doit être rejetée. Si les sources font régulièrement référence aux hommes nouveaux, au pluriel, comme s’il s’agissait d’un groupe cohérent, rien n’est dit sur des phénomènes de solidarité entre les membres qui le constituent64. Une telle idée n’est guère recevable, en partie en raison de « l’extrême hétérogénéité » de ce groupe social65. Rien ne permet de suivre la thèse, longtemps soutenue par les historiens modernes, selon laquelle les hommes nouveaux auraient constitué un parti politique cohérent opposé à la faction des nobles66. Ponctuellement, on voit bien Cicéron défendre en justice des hommes nouveaux, mais ce n’est pas leur condition d’homme nouveau qui a déterminé l’action de l’orateur67. On ne saurait non plus déduire du fait que Cicéron cite des listes d’hommes nouveaux une quelconque solidarité de groupe entre ces individus. Les sources évoquent parfois une opposition des nobles à la candidature d’un homme nouveau au consulat ou à la censure, mais elles paraissent sujettes à caution68. Même si on les accepte, il ne s’ensuit pas que les hommes nouveaux aient réagi à cette situation par une attitude de solidarité. L’examen des campagnes électorales confirme au contraire l’absence de coalition entre hommes nouveaux, comme l’indique notamment un passage de Tite-Live relatif aux élections censoriales pour l’année 18969 :

« Finalement, pour rendre ce rival plus antipathique que les autres, Glabrio déclara qu’il renonçait à sa candidature, puisqu’une popularité que des nobles déploraient sans rien dire, un homme aussi nouveau que lui la dénonçait au prix d’un abominable parjure. »

  • 70 Yakobson A., Elections and electioneering, Stuttgart, F. Steiner, 1999, p. 186-189.

19L’expression nouus competitor ne fait pas référence à une première candidature à la censure, comme l’indique l’antithèse avec le terme nobiles. C’est bien la qualité d’homme nouveau des deux candidats qui est soulignée par Tite-Live. Une coalition électorale au nom de la nouitas n’est jamais attestée, tandis que des alliances entre des hommes nouveaux et des nobles sont pratiques courantes. En définitive, comme le souligne A. Yakobson, les hommes nouveaux aspirent à intégrer la noblesse et non à la renverser70.

  • 71 Cicéron II, In Verrem, III, 7.
  • 72 Cicéron, Pro Cluentio, 111-112.
  • 73 Plutarque, Caton l’Ancien, 32, 3-4.

20Individuellement, observe-t-on des constantes dans leur conduite ? Les sources soulignent la frugalité de quelques hommes nouveaux et, de fait, certains, comme Caton et Marius, en auraient fait un élément de distinction, face à une noblesse supposément corrompue par le luxe. Cela n’a toutefois rien de systématique et les quelques remarques sur le comportement des hommes nouveaux énoncées par Cicéron sont pour le moins contradictoires. Dans le troisième discours des Verrines, l’orateur souligne que l’amitié des nobles conduit plus facilement à l’« immoralité (nequitia) » et à l’« audace » (audacia)71. Plus tard, dans un contexte différent, Cicéron estime au contraire que les hommes nouveaux avaient davantage tendance à se livrer à un comportement immoral que les nobles, au motif que ces derniers étaient pris dans des réseaux de sociabilité qui permettaient de repérer et ainsi de corriger leurs défauts éventuels, voire d’écarter les incurables72. Ce type d’homme nouveau apparaît ainsi comme un outsider, qui échappe à tout contrôle social. Si, empiriquement, on peut relever des qualités (la frugalité, la simplicité de la vie, l’activité, la ténacité) et des défauts (l’ambition, voire la forfanterie du parvenu73) associés aux hommes nouveaux, on constate que la mobilisation de ces stéréotypes n’a rien de systématique.

  • 74 Plutarque, Caton l’Ancien, 1, 3.
  • 75 Plutarque, Marius, 6, 4 ; Caton l’Ancien, 20, 2, où il apparaît que Caton a épousé une « noble » ; (...)
  • 76 Plutarque, Marius, 32, 1.
  • 77 Elle avait été soutenue par Vogt J., Homo nouus. Ein Typus der römischen Republik, Stuttgart, W. K (...)

21Une chose est sûre, l’homme nouveau n’est pas un porteur d’innovation et il tend plutôt à se comporter de façon traditionaliste. Ce n’est pas un hasard si Caton a, par son comportement, mérité le surnom de Priscus l’ancien74. C’est plutôt le noble qui apparaît comme l’agent de l’innovation légitime. Surtout, l’homme nouveau tend à recourir à des stratégies d’intégration. Il en va ainsi des stratégies matrimoniales des hommes nouveaux, qui conduisent ces derniers à rechercher des alliances hypergamiques susceptibles de consolider la position sociale acquise75. On songe aussi à l’acquisition de maisons au cœur de la ville de Rome, dans les quartiers où la noblesse était surreprésentée76. L’idée d’un comportement spécifique de l’homme nouveau et, au-delà, d’un type de l’homme nouveau, appelle donc des nuances77. Si l’homme nouveau pouvait fonctionner comme un modèle en suscitant chez d’autres hommes nouveaux présomptifs un désir d’imitation, ce processus mimétique était temporaire, les hommes nouveaux souhaitant s’intégrer, qui, à l’aristocratie sénatoriale, qui, à la noblesse.

Conclusion

  • 78 Plutarque, Caton l’Ancien, 11, 3 : ἐφ’ οἷς σχετλιάζοντα τὸν Σκιπίωνα κατειρωνευόμενος, οὕτως ἔφη τ (...)

22L’homme nouveau, en imitant les modèles nobiliaires, que les nobles ont parfois du mal à incarner, parvient à régénérer la classe politique et, plus spécifiquement, la noblesse. Il contribue à en enrichir le vivier et à en conserver les valeurs. Hommes nouveaux et nobles apparaissent donc comme structurellement liés : ce sont les deux facettes d’une même réalité, celle d’une société fondamentalement aristocratique, dans laquelle coexiste idéal de reproduction sociale et possibilité d’ascension. Plusieurs auteurs soulignent la complémentarité de la nouitas par rapport à la nobilitas. Il en va ainsi des propos que Plutarque prête à Caton l’Ancien78 :

« Là-dessus, Scipion poussa les hauts cris, mais Caton lui répondit ironiquement que Rome ne serait très grande que si, d’une part, les hommes illustres et puissants ne cédaient pas aux gens du commun le prix de la valeur, et si, d’autre part, les plébéiens comme lui rivalisaient de mérite avec ceux qui étaient au-dessus d’eux par la naissance et la gloire. »

23L’opposition entre nobles et hommes nouveaux n’est donc pas source de conflit. Elle repose au contraire sur un large consensus, qui témoigne du primat de la culture nobiliaire dans la République romaine.

Notes

1 L’occurrence la plus ancienne se trouve dans la Rhétorique à Herennius, à propos de C. Laelius (IV, 19).

2 Voir ainsi Tite-Live, I, 34, 6 ; IV, 48, 7 ; 54 ; VII, 1, 1.

3 Gelzer M., The Roman Nobility, Oxford, B. Blackwell, 1969 (Die Nobilität der römischen Republik, Berlin, 1912), p. 39 ; Taylor L. R., La politique et les partis à Rome au temps de César, Paris, Maspero, 1977 (Party politics in the age of Caesar, Berkeley-Los Angeles, 1949), p. 40.

4 Rappelons que depuis la loi Villia Annalis de 180 av. J.-C., un ordre d’accès aux magistratures avait été défini : questure, préture et consulat. En revanche, l’exercice de l’édilité et du tribunat de la plèbe n’était pas nécessaire à la progression dans la carrière des honneurs.

5 Hellegouarc’h J., Le vocabulaire latin des relations et des partis politiques sous la République, Paris, Les Belles Lettres, 1963, p. 433 ; 472. Syme R., La révolution romaine, Paris, Gallimard, 1967 (The Roman Revolution, Oxford, The Clarendon Press, 1939), p. 25 paraît suivre cette définition, mais en propose par la suite une plus large, intégrant les fils de non-sénateurs parvenus à s’élever aux magistratures, consulat exclu (p. 340). Parmi les partisans de cette seconde définition, certains incluent les personnes qui furent en position d’être élues au consulat mais qui ne parvinrent pas à atteindre cette magistrature. Cf. Dondin Payre M., « Homo nouus : un slogan de Caton à César ? », Historia, no 30, 1981, p. 39-40. Quintus Cicéron, Commentariolum Petitionis, 13 va dans le sens de cette hypothèse. Voir déjà Wiseman T. P., New men in the Roman Senate, Exeter, Oxford University Press, 1971, p. 1.

6 Les définitions proposées par Plutarque, Caton l’Ancien, 1, 1 et par Appien, Guerre civile, II, 2, 5 demeurent très générales.

7 Sur cette solution intermédiaire, voir Wiseman T. P., loc. cit., qui ne prend toutefois pour objet que ceux des hommes nouveaux qui relèvent de la première définition ; Badel C., La noblesse de l’Empire romain. Les masques et la vertu, Seyssel, Champ Vallon, p. 24-30.

8 Selon Badel C., La noblesse de l’Empire romain, op. cit., p. 29 : « La nouitas ne constituait pas une catégorie “objective” de description de la société. Il s’agissait bien plutôt d’un slogan. »

9 La réalité pouvait être plus complexe. C’est ainsi que dans le cas de Caton l’Ancien, Plutarque évoque tout d’abord le seuil que représente l’entrée au Sénat (Caton l’Ancien, 3, 3), avant d’insister sur la difficulté de l’accès à la censure (Caton l’Ancien, 16, 4-8), tandis qu’il ne dit rien des problèmes éventuels posés par l’élection au consulat (Caton l’Ancien, 10, 1). Une même focalisation sur l’accès à la censure est également attestée, à propos de Caton, chez Tite-Live (XXXIX, 40-41).

10 Sur le rapprochement entre nouitas et ignobilitas, voir Cicéron, Pro Murena, 17 ; Pro Cluentio, 111-112. Sur l’opposition entre nobles et hommes nouveaux, cf. Cicéron, II In Verrem, V, 181. Cela n’implique pas une contiguïté parfaite entre nouitas et nobilitas. Un fils d’édile qui ne parvient pas à dépasser l’édilité est, stricto sensu, un ignobilis, mais il ne paraît pas mériter la qualification d’homo nouus, puisqu’il n’a pas franchi un nouveau seuil.

11 Sur ce sens étymologique de nobilis, dérivé du verbe nosco, voir Ernout A. et Meillet A., Dictionnaire étymologique de la langue latine, Paris, Klincksieck, 19594, p. 445.

12 Plutarque, Caton l’Ancien, 1, 1 : εἰωθότων δὲ τῶν Ῥωμαίων τοὺς ἀπὸ γένους μὲν δόξαν οὐκ ἔχοντας, ἀρχομένους δὲ γνωρίζεσθαι δι’ αὑτῶν, καινοὺς προςαγορεύειν ἀνθρώπους, ὥσπερ καὶ τὸν Κάτωνα προςηγόρευον, αὐτὸς ἔλεγε καινὸς εἶναι πρὸς ἀρχὴν καὶ δόξαν, ἔργοις δὲ προγόνων καὶ ἀρεταῖς παμπάλαιος (trad. R. Flacelière et E. Chambry, Paris, CUF, 1969).

13 Des individus que l’on a de bonnes raisons de tenir pour des hommes nouveaux sont ainsi qualifiés d’ignoti homines : Cicéron, Brutus, 242. En d’autres passages, l’équivalence est explicite : Cicéron, De Republica, I, 1 ; Horace, Satires, I, 6, 19-24.

14 Sur cette définition de la noblesse, voir Gelzer M., The Roman Nobility, op. cit., p. 27-40.

15 Appien, Guerre civile, II, 2, 5 : Κατιλίνας δ’ αὐτὸν ἐς ὕβριν τῶν ἑλομένων ἐπέσκωπτεν, ἐς μὲν ἀγνωσίαν γένους καινὸν ὀνομάζων (καλοῦσι δ’ οὕτω τοὺς ἀφ’ ἑαυτῶν, ἀλλ’ οὐ τῶν προγόνων γνωρίμους.

16 Plusieurs verbes servent à exprimer l’ascension sociale accomplie par l’homme nouveau. Il en va ainsi de consequor (atteindre) : Cicéron, Pro Sestio, 136 ; Brutus, 243 ; adipiscor (atteindre) : Cicéron, II In Verrem, V, 181 ; Pro Murena, 15 ; peruenire (parvenir) : Cicéron, II In Verrem, V, 181 ; uenire (parvenir) : Cicéron, Pro Plancio, 17. On trouve aussi l’emploi de l’adjectif repentinus (soudain), pour évoquer la rapidité de l’ascension : Cicéron, Brutus, 242.

17 Cohen B., Les ordres romains sous la République, Tel Aviv, 1972, p. XV distingue les ordres des « groupes socio-honorifiques », parmi lesquels figurait la noblesse. Pas davantage que les nobles, les hommes nouveaux ne peuvent pas être considérés comme un ordre. Voir les remarques de Dondin-Payre M., « Homo nouus : un slogan de Caton à César ? », art. cit., p. 23.

18 Voir en particulier Flower H. I., Ancestor masks and aristocratic power in Roman culture, Oxford, Clarendon Press, 1996, p. 53-59 ; 61-70.

19 Gelzer M., The Roman Nobility, op. cit., p. 50-52, suivi notamment par Badian E., « The Consuls, 179-49 BC », Chiron, no 20, 1990, p. 371-413.

20 Hopkins K., Death and Renewal, Cambridge, Cambridge University Press, 1983, p. 31-117.

21 Badian E., « The Consuls, 179-49 BC », art. cit., p. 371-413 a montré qu’entre 179 et 49 av. J.-C., 80 % des consuls appartenaient à la noblesse.

22 Salluste, Jugurtha, 63 ; Plutarque, Marius, 3, 2-5.

23 Plutarque, Marius, 3, 2-5.

24 Salluste, Jugurtha, 63-65 ; Plutarque, Marius, 7, 6 ; 9,1.

25 Plutarque, Cicéron, 2, 2 ; 3, 5-3, 6 ; 5, 3 ; Caton l’Ancien, 1, 5 ; 4, 1-4, 2.

26 Plutarque, Caton l’Ancien, 3, 3-3, 4.

27 Voir les analyses de Etcheto H., Les Scipions. Famille et pouvoir à Rome à l’époque républicaine, Bordeaux, Ausonius, 2012, p. 106.

28 Plutarque, Marius, 3, 2-4,1.

29 Plutarque, Caton l’Ancien, 16, 6-7 évoque ainsi le rôle de Caton dans l’élection de Flaccus à la censure. L’élection de Marius au consulat pour l’année 107 av. J.-C. a supposé la rupture des liens de clientèle qui l’unissaient à Metellus : Salluste, Jugurtha, 64 ; 73 ; Plutarque, Marius, 7, 6-9, 1.

30 Voir ainsi Cicéron, II In Verrem, V, 180, où Cicéron écrit, à propos de Caton l’ancien : « désirant faire commencer à lui et durer à partir de lui sa noblesse et son nom (cum ipse sui generis initium ac nominis ab se gigni et propagari uellet) » (trad. G. Rabaud, Paris, CUF, 1950).

31 Cicéron, Pro Sestio, 136 va dans le sens d’une entrée de la noblesse dès l’accès d’un homme nouveau au consulat.

32 On relève que Cicéron, Pro Murena, 16 qualifie Q. Pompeius d’homme nouveau, alors que ce dernier avait été consul, mais son propos est précisément d’insister sur la trajectoire sociale accomplie par Pompeius, ce qui le conduit à insister sur sa nouitas.

33 Cicéron, II In Verrem, V, 182, où il est question d’une hostilité constitutives des nobles ; Cicéron, Philippiques, IX, 4. Voir aussi Quintus Cicéron, Commentariolum Petitionis, 13 ; Plutarque, Marius, 9, 4.

34 Cicéron, Pro Murena, 17 : non arbitrabar, cum ex familia uetere et inlustri consul designatus ab equitis Romani filio consule defenderetur, de generis nouitate accusatores esse dicturos (trad. Boulanger A., Paris, CUF, 1943). Sur la nouitas comme objet de mépris, voir aussi Asconius, p. 86, 4-5 : p. 93 C.

35 Salluste, Jugurtha, 85 ; Catilina, 31, 7 ; Ps. Salluste, In M. Tullium Ciceronem inuectiua, 1 ; 4 ; Plutarque, Cicéron, 1, 2.

36 Cicéron, De lege agraria, 3, qui juge toutefois utile de rappeler que le peuple l’a élu dans des conditions telles « qu’il est peu de nobles qui, chez nous, aient été élus de la sorte » ; Cicéron, Pro Plancio, 18 ; Salluste, Jugurtha, 85.

37 Cicéron, Pro Murena, 16 ; Cicéron, De Officiis, I, 138 : « C’est ainsi que celui-là fit entrer, le premier, le consulat, dans sa maison (itaque ille in suam domum consulatum primus attulit) » (trad. M. Testard, Paris, CUF, 1965) ; Cicéron, Philippiques, IX, 4 : « De l’illustre et grand Cn. Octavius, qui le premier fit entrer le consulat dans une famille, depuis lors si féconde en hommes de haute valeur (Cn. Octaui, clari uiri et magni, qui primus in eam familiam quae postea uiris fortissimis floruit attulit consulatum) » (trad. Wuilleumier P., Paris, CUF, 1964²).

38 Sur ce qu’il appelle « the ideology of novitas », voir Wiseman T. P., New men in the Roman Senate, op. cit., p. 107-116.

39 De nombreuses sources associent la uirtus à la nouitas en général ou à des hommes nouveaux en particulier : Cicéron II In Verrem, III, 7 ; Pro Murena, 17 ; De Republica, I, 1 ; Plutarque, Caton l’Ancien, 11, 3 ; Plutarque, Marius, 9, 3-4, où la comparaison entre l’homme nouveau et le noble est menée au bénéfice du premier. Voir aussi, dans ce sens, Salluste, Jugurtha, 85.

40 Cicéron, Pro Plancio, 67.

41 Cicéron, Pro Sestio, 116.

42 Malcovati E., Oratorum Romanorum Fragmenta², Augustae Taurinorum, 1955, no 51. Sur ces deux exemples, voir Wiseman T. P., New men in the Roman Senate, op. cit., p. 111.

43 Cicéron II In Verrem, IV, 81 ; V, 181 ; De Republica, I, 1 ; Salluste, Jugurtha, 85.

44 Cicéron II In Verrem, III, 7.

45 Cicéron II In Verrem, III, 7.

46 Cicéron II In Verrem, III, 7.

47 Plutarque, Caton l’Ancien, 2, 1-4 ; 3, 2 ; 4, 3 ; 6, 1 ; 16, 7 ; 18, 2 ; 19, 4 ; Plutarque, Marius, 6, 4 évoque « la simplicité toute plébéienne de sa vie ».

48 Plutarque, Marius, 3, 1 : « Il était né de parents tout à fait obscurs, travailleurs manuels et pauvres : son père s’appelait Marius comme lui et sa mère Fulcinia. Ce ne fut que tardivement qu’il découvrit une ville et en goûta les distractions. Jusque-là, il avait vécu à Cereatae, un village du territoire d’Arpinum où, comparée à l’existence raffinée des citadins, sa vie était plutôt grossière, mais conforme à l’éducation des anciens Romains (Γενόμενος δὲ γονέων παντάπασιν ἀδόξων, αὐτουργῶν δὲ καὶ πενήτων, πατρὸς μὲν ὁμωνύμου, μητρὸς δὲ Φουλκινίας, ὀψέ ποτε πόλιν εἶδε καὶ τῶν ἐν πόλει διατριβῶν ἐγεύσατο, τὸν δ’ἄλλον χρόνον ἐν κώμῃ Κερεατίνων τῆς Ἀρπίνης δίαιταν εἶχε, πρὸς μὲν ἀστεῖον καὶ γλαφυρὸν βίον ἀγροικοτέραν, σώφρονα δὲ καὶ ταῖς πάλαι Ῥωμαίων τροφαῖς ἐοικυῖαν) » (trad. Flacelière R. et Chambry E., Paris, CUF, 1971).

49 Salluste, Jugurtha, 65 : « d’autre part, c’était le temps où la plèbe, voyant la noblesse abattue par la loi Mamilia, élevait aux honneurs des hommes nouveaux (simul ea tempestate plebs, nobilitate fusa per legem Mamiliam, nouos extollebat) » ; 73 : « La noblesse du général, naguère encore un titre de gloire ne servait plus qu’à le faire haïr (imperatori nobilitas, quae antea decori fuit, inuidiae esse) ; l’humble naissance de Marius, au contraire le faisait aimer davantage (at illi alteri generis humilitas fauorem addiderat) » (trad. Ernout A., Paris, CUF, 1941).

50 Salluste, Jugurtha, 73 : « La noblesse du général, naguère encore un titre de gloire ne servait plus qu’à le faire haïr (imperatori nobilitas, quae antea decori fuit, inuidiae esse) ; l’humble naissance de Marius, au contraire le faisait aimer davantage (at illi alteri generis humilitas fauorem addiderat) » (trad. Ernout A., Paris, CUF, 1941). Tout le discours de Marius (Sall., Jugurtha, 85), prononcé après son élection au consulat, revient sur les qualités intrinsèques de l’homme nouveau, qui ont pu peser sur son élection et qui garantissent les qualités de son action future en qualité de magistrat.

51 L’opposition entre le genus des nobles et la uirtus des hommes nouveaux est développée en Cicéron II, Verr., V, 180 ; Salluste, Jugurtha, 64.

52 Sur l’idée d’une conception « atavique » de la uirtus, voir Etcheto H., Les Scipions, op. cit., p. 73-77.

53 Plutarque, Caton l’Ancien, 1, 1 : « Ses ancêtres paraissent avoir été complètement inconnus ; cependant Caton lui-même loue son père comme un homme de bien et un brave soldat, et il dit que son bisaïeul Caton obtint souvent le prix du courage et qu’ayant perdu cinq chevaux de guerre dans les combats, il en avait reçu le prix du trésor public en récompense de sa valeureuse conduite » (trad. Flacelière R. et Chambry E., Paris, CUF, 1969).

54 Salluste, Jugurtha, 85.

55 Voir ainsi Cicéron, Familiares, III, 7, 5.

56 Cicéron, Pro Murena, 17. Notons que dans Cicéron, Philippiques, IX, 4, ce passé idéal n’est pas si éloigné, puisqu’il existait encore à l’époque où Cn. Octavius fit entrer sa famille dans la noblesse : « Personne alors ne portait envie aux hommes nouveaux, personne alors qui n’honorât la vertu (nemo tum nouitati inuidebat, nemo uirtutem non honorabat) » (trad. Wuilleumier P., Paris, CUF, 1964²).

57 Plutarque, Caton l’Ancien, 2, 1-2, 3.

58 Cicéron, II In Verrem, V, 180-181, où l’orateur évoque Caton, Q. Pompeius, C. Fimbria, C. Marius et C. Caelius. Voir aussi Cicéron, Pro Murena, 17 ; Pro Sulla, 23 ; Laelius, 18, 39 ; De senectute, 43 ; de natura deorum, II, 165. Sur la constitution de cette galerie d’hommes nouveaux, dont la liste devenait presque canonique, voir Wiseman T. P., New men in the Roman Senate, op. cit., p. 108-109.

59 Cicéron, II In Verrem, V, 181 : Haec eadem est nostrae rationis regio et uia ; horum nos hominum sectam atque instituta persequimur (trad. Rabaud G., Paris, CUF, 1950).

60 Cicéron, Pro Murena, 17.

61 Salluste, Jugurtha, 85, 18.

62 Cicéron, II In Verrem, IV, 81 : sit apud alios imago P. Africani, ornentur alii mortui uirtute ac nomine ; talis ille uir fuit, ita de populo Romano meritus est, ut non uni familiae, sed uniuersae ciuitati commendatus esse debeat. Est aliqua mea pars uirilis, quod eius ciuitatis sum quam ille amplam, illustrem, claramque reddidit, praecipue quod in his rebus pro mea parte uersor, quarum ille princeps fuit, aequitate, industria, temperantia, defensione miserorum, odio improborum. Quae cognatio studiorum et artium propemodum non minus est coniuncta quam ista qua uos delectamini generis et nominis (trad. G. Rabaud, Paris, CUF, 1927).

63 Ps. Salluste, In M. Tullium Ciceronem inuectiua, 1.

64 Voir ainsi Cicéron II In Verrem, III, 7; IV, 81; V, 181; Pro Cluentio, 111; Pro Sestio, 136; Salluste, Jugurtha, 65; Tite-Live, IV, 48, 7.

65 Badel C., La noblesse de l’Empire romain, op. cit., p. 29.

66 Voir ainsi La Penna A., « L’interpretazione sallustiana della guerra contra Giugurtha », Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa, no 28, 1959, p. 248-249, qui évoque l’action politique des hommes nouveaux destinée à ouvrir la classe politique aux talents, en vertu d’un idéal catonien.

67 La défense de l’homme nouveau Muréna s’explique par le contexte de la conjuration de Catilina et par la volonté de Cicéron de ne pas se déjuger, puisqu’il avait déjà, en qualité de consul en exercice, proclamé les consuls désignés.

68 Salluste, Catilina, 23, 5-6 ; Jugurtha, 73 ; 85.

69 Tite-Live, XXXVII, 57, 15 : postremo, in huius maxime inuidiam, desistere se petitione Glabrio dixit, quando, quod taciti indignarentur nobiles homines, id aeque nouus competitor intestabili periurio incesseret (trad. Engel J.-M., Paris, CUF, 1983).

70 Yakobson A., Elections and electioneering, Stuttgart, F. Steiner, 1999, p. 186-189.

71 Cicéron II, In Verrem, III, 7.

72 Cicéron, Pro Cluentio, 111-112.

73 Plutarque, Caton l’Ancien, 32, 3-4.

74 Plutarque, Caton l’Ancien, 1, 3.

75 Plutarque, Marius, 6, 4 ; Caton l’Ancien, 20, 2, où il apparaît que Caton a épousé une « noble » ; 20, 12, sur le mariage de l’un de ses fils avec la fille de Paul-Émile.

76 Plutarque, Marius, 32, 1.

77 Elle avait été soutenue par Vogt J., Homo nouus. Ein Typus der römischen Republik, Stuttgart, W. Kohlhammer, 1926. La critique de Schur W., « Homo nouus. Ein Beitrag zur Sozialgeschicte der sinkenden Republik », Bonner Jahrbücher, no 134, 1929, p. 54-66, qui entendait distinguer, de façon trop rigide, trois types d’hommes nouveaux (représentés par Caton, qui fut promu grâce au soutien de la noblesse, Marius, dont l’ascension serait imputable au soutien de l’armée et de l’ordre équestre et Cicéron, qui devrait sa promotion à son talent oratoire) n’est pas convaincante pour autant, ainsi que le souligne Dondin-Payre M., « Homo nouus : un slogan de Caton à César ? », art. cit., p. 24-25.

78 Plutarque, Caton l’Ancien, 11, 3 : ἐφ’ οἷς σχετλιάζοντα τὸν Σκιπίωνα κατειρωνευόμενος, οὕτως ἔφη τὴν Ῥώμην ἔσεσθαι μεγίστην, τῶν μὲν ἐνδόξων καὶ μεγάλων τὰ τῆς ἀρετῆς πρωτεῖα μὴ μεθιέντων τοῖς ἀσημοτέροις, τῶν δ’ὥσπερ αὐτός ἐστι δημοτικῶν ἁμιλλωμένων ἀρετῇ πρὸς τοὺς τῷ γένει καὶ τῇ δόξῃ προήκοντας.

Auteur

Maître de conférences en histoire romaine, université Paris Ouest-Nanterre-La Défense, UMR 7041.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540