Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures de dieux

 | 
Francis Prost
, 
Valérie Huet
, 
Sylvia Estienne
, 
et al.

Troisième partie. Effigies, éphémères

Aurea pompa venit. 1 Présences divines dans les processions romaines

Sylvia Estienne

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

« C’était une pauvre Madone de carton-pâte colorié, copie modeste de la célèbre et toutepuissante Madone de Viggiano et elle avait comme elle le visage noir. […] La Madone au visage noir, entre le blé et les animaux, les détonations et les trompettes, n’était pas la Miséricordieuse Mère de Dieu, mais une divinité souterraine, ayant puisé sa noirceur au pays des ombres dans les entrailles de la terre, une Perséphone paysanne, une déesse infernale des moissons. »
Carlo Levi, Le Christ s’est arrêté à Eboli, trad. J. Modigliani, Paris, Gallimard, 1948, p. 132-133.

En décrivant l’atmosphère qui entoure la procession de la Madone dans le village de Lucanie où il est confiné dans les années trente, Carlo Levi transforme progressivement la modeste effigie de carton-pâte de la Vierge en image inquiétante d’une toute-puissante déesse païenne. Ce que l’écrivain cherche à rendre, c’est moins la ferveur d’une dévotion paysanne toute primitive que la frénésie collective, l’étourdissement qui s’empa...

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540