Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Figures de dieux

 | 
Francis Prost
, 
Valérie Huet
, 
Sylvia Estienne
, 
et al.

Deuxième partie. Voir les dieux, penser le divin

La double motivation. L’emprise d’Homère et d’Euripide sur l’imagerie de Grande-Grèce

Thomas Morard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les dieux en haut, les hommes en bas. Pour nous, Occidentaux du XXIe siècle, cela va de soi, parce que nous avons été formés par près de deux millénaires d’art chrétien. Et le premier art chrétien l’a repris des Romains : dans l’art impérial, l’Empereur est en haut, les simples mortels en bas1. Mais pour les Grecs du IVe siècle av. J.-C. – ici les Grecs d’Italie –, c’était quelque chose de tout à fait révolutionnaire. Le prouve l’imagerie attique où la composition en frise reste toujours de tradition. Les dieux participent à l’action en étant représentés sur le même niveau que les hommes selon le principe du « Beistand2 » : les dieux assistent alors directement les héros du mythe. Et cette règle iconographique ne changera pas, lorsque vers le milieu du Ve siècle av. J.-C., les ateliers actifs autour de Polygnote3 commenceront à répartir leurs personnages, humains et divins, sans distinction hiérarchique, sur plusieurs niveaux, dans le champ de l’image.

Sur le cratère à volutes de Ber...

Auteur

Université de Liège

© Presses universitaires de Rennes, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540