Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Érudition et culture savante

 | 
François Brizay
, 
Véronique Sarrazin

Quatrième partie. La culture savante

La vie culturelle des élites en Anjou au XVIIIe siècle

Jacques Maillard

Texte intégral

  • 1 Quéniart J., Culture et sociétés urbaines dans la France de l’Ouest au XVIIIe siècle, Paris, 1978.
  • 2 Dugué B., L’élite intellectuelle angevine à la veille de la Révolution (1773-1790), mémoire de DEA, (...)

1Sous l’Ancien Régime, l’Anjou compte environ 450 000 habitants, dont la majorité sont illettrés. D’après l’enquête réalisée à la fin du XIXe siècle par le recteur Maggiolo, à la veille de la Révolution, 88 % des nouveaux mariés des paroisses situées dans l’actuel département ont été incapables de signer leur acte de mariage. La province appartient à cet ensemble de la France situé au nord d’une ligne Bordeaux-Genève où la grande majorité des habitants ne sait ni lire ni écrire. Jean Quéniart1, note que dans une ville comme Angers, seuls environ 40 % des habitants savent lire et écrire, un pourcentage qui n’a pas progressé entre la fin du XVIIe et la fin du XVIIIe siècle. Etudier la culture « savante », c’est donc aborder celle d’une petite minorité urbaine qui dans une ville comme Angers ne représenterait que 1 % de la population2.

Le théâtre3

  • 3 Maillard J., « Le théâtre à Angers au XVIIIe siècle », Revue d’histoire du théâtre, 1991, p. 107-11 (...)
  • 4 Quéniart J., op. cit., p. 485.

2Pour Jean Quéniart, « parce qu’il intéresse un public beaucoup plus large que le groupe fermé de quelques centaines de personnes qui, là où ils existent, organise les concerts, parce qu’on le trouve partout […], le théâtre est une des meilleures manifestations au niveau des élites, du développement, très inégal selon les villes, d’une vie culturelle collective4 ».

3À la fin du XVIIe siècle et dans les premières années du XVIIIe siècle, les notables amateurs de théâtre pouvaient assister aux représentations données au collège fréquenté par leurs fils : le collège des oratoriens, à Angers et à Saumur, le collège des jésuites de la Flèche. Les pièces étaient jouées par des écoliers de la classe de troisième à la classe de rhétorique. Écrites par les professeurs du collège, elles étaient liées à l’enseignement dispensé et s’inspiraient des œuvres de l’Antiquité classique. Au XVIIIe siècle, elles étaient présentées en français, les parents des écoliers étant sans doute incapables de suivre une pièce en latin. Ces manifestations semblent avoir disparu dans la seconde moitié du siècle : à La Flèche avec le départ des jésuites en avril 1762, à Angers et à Saumur à cause de la pression des responsables de la congrégation de l’Oratoire qui considèrent que la préparation de ces manifestations « fait perdre beaucoup de temps aux Régents et aux écoliers ». Nous ignorons la date exacte de la disparition de ce théâtre scolaire à Angers, mais, à partir de 1773, les Affiches d’Angers, qui donnent régulièrement des nouvelles des distributions de prix dans ces collèges, n’en parlent pas, sans doute parce qu’il n’existait plus.

  • 5 Arch. dép. Maine-et-Loire H 5, fol. 5.
  • 6 Arch. dép. Maine-et-Loire, notaire Thibaudeau. Des contrats identiques ont été trouvés chez le not (...)
  • 7 Ainsi, en mai 1698, cette permission est accordée par le gouverneur, le comte d’Armagnac, Arch. dé (...)

4Des représentations théâtrales, ouvertes à tous, sont données régulièrement à Angers et à Saumur, mais aussi dans des petites villes de la province. Jusqu’à la parution des Affiches d’Angers en 1773, nous ne connaissons pas leur programme. Les documents disponibles nous permettent uniquement de noter la présence de troupes de théâtre. Ainsi, le 11 novembre 1683, le curé de Candé note sur son registre qu’il a baptisé la fille de comédiens « ayant séjourné quelques jours en cette ville pour leur art ». Le 6 août 1659, le chapitre de l’abbaye Saint-Aubin fait des remontrances au frère Urbain Ferrand « de ce qu’il estoit journellement aux comédies qui se représentent en ceste ville5 ». Le 12 mars 1701, Pierre Cadet « chef de la troupe des comédiens italiens de présent à Angers » passe un contrat avec huit comédiens qui s’engagent à le suivre pendant trois ans6. Nous constatons aussi la présence de troupes de théâtre à Angers grâce aux comptes des hôpitaux, car elles sont obligées de verser une aumône pour les pauvres malades. Pour s’installer en Anjou, les comédiens ont obtenu une permission accordée par le gouverneur de la province, puis par le prince apanagiste7. À partir de 1756, il s’agit d’un privilège exclusif accordé pour un an à des troupes qui changent chaque année. En 1768, ce privilège est accordée à Mademoiselle de Montansier, directrice d’une salle de théâtre à Versailles et lui est renouvelé jusqu’à la Révolution. Des acteurs de sa troupe viennent tous les ans à Angers et à Saumur. Nous sommes ainsi en présence de véritables troupes de comédiens et non plus de médiocres compagnies ambulantes comme auparavant.

  • 8 On joue aussi Diderot, Beaumarchais, Regnard, Destouches ou Sedaine.

5Grâce aux Affiches d’Angers qui nous donnent beaucoup de renseignements sur cette vie théâtrale, nous savons que les acteurs qui appartiennent à la troupe de Mademoiselle de Montansier sont présents chaque année en Anjou à trois périodes : des lendemains de la Toussaint au début du mois de décembre, en janvier et en février, puis de la fin du mois d’avril aux premiers jours du mois d’août. Les comédiens donnent une représentation par semaine, souvent deux. À chaque séance, deux pièces sont offertes au public, une comédie puis une tragédie ou un opéra. Les Angevins peuvent applaudir de nombreuses pièces peu de temps après la capitale. Une étude des représentations pour les années 1774-1777 nous permet de classer les pièces offertes en quatre catégories. Les grandes tragédies classiques tout d’abord. Régulièrement les Angevins peuvent assister à des pièces de Corneille et de Racine, ce dernier étant de loin le plus joué. Viennent ensuite les grandes œuvres des auteurs du XVIIIe siècle, le dramaturge de loin le plus représenté étant Voltaire. Il n’y a pas de saison théâtrale sans une ou plusieurs de ses pièces à l’affiche8. Les pièces de circonstance constituent notre troisième catégorie, comme la pièce donnée en 1775 à l’occasion des cérémonies qui marquent l’entrée du portrait de Monsieur, prince apanagiste, à Angers, Hommage du Cœur ou le Bon Angevin, composée par un comédien de la troupe, le futur conventionnel Collot d’Herbois. Enfin, les opéras et les pièces entrecoupées de quelques airs rencontrent un succès croissant dans les années qui précèdent la Révolution, comme les œuvres de Favart ou de Grétry et, surtout, l’œuvre de Collé, La partie de chasse d’Henri IV, qui est la pièce la plus jouée à Angers.

  • 9 Péan de La Tuilerie, Description de la ville d’Angers et de tout ce qu’elle contient de plus remarq (...)
  • 10 Arch. dép. Maine-et-Loire 2 J 11.
  • 11 L’ordonnance de police du 29 avril 1788 précise qu’il y a 300 places au parterre, 240 aux première (...)

6Pendant de nombreuses années, ces représentations théâtrales ont été données dans des lieux très sommaires. À Angers comme à Saumur, il s’agissait de salles de jeu de paume en activité, libérées pour quelques semaines, ou d’anciennes salles de jeu de paume aménagées sommairement. À Angers, les troupes utilisaient un vieux jeu de paume, situé au bas de la place des Halles, non loin de l’Hôtel de Ville, un local incommode et inadapté. En 1762, deux marchands de la ville font l’acquisition d’un ancien jeu de paume, situé aussi dans le même quartier des halles et obtiennent du corps de ville la permission d’y aménager une salle de spectacle qu’ils louent aux directeurs des troupes. Péan de la Tuilerie, qui la visite peu après son aménagement9, trouve cette salle « très agréable et fort commode ». Son équipement reste cependant sommaire, elle est longue et très étroite. Elle est aussi dangereuse avec son unique porte, « un escalier construit en charpente, des corridors étroits » et un aménagement intérieur entièrement en bois, comme l’écrivent les responsables municipaux qui obligent les propriétaires à avoir un pompier de service lors des représentations. Les tentatives pour créer une vraie salle de spectacle échouent. À Saumur les représentations étaient données également dans un jeu de paume. En 1656, lorsque l’avocat Philippe Demion donne à bail celui dont il est propriétaire, il fait noter : « lorsqu’il y aura commedye […] le dit sieur bailleur ou ses hoirs et ayant causes y entreront jusqu’au nombre de deux personnes auxquelles sera fourny chacun un siège et place le tout gratuitement10 ». L’arrivée des carabiniers de Provence en 1763-1764 puis, en 1771, l’installation dans la ville de l’école chargée de former les officiers des carabiniers, modifient la vie locale. Les officiers veulent des bals et des spectacles. En 1785 est lancée une grande souscription pour financer la construction d’une vaste salle de théâtre de 702 places11. Les premiers spectacles y sont donnés à la fin de 1788.

  • 12 D’après le règlement de police de 1764, Arch. mun. Angers FF 41.
  • 13 À Saumur, le prix des places au parterre et au paradis est fixé à 12 sous, celui des premières log (...)
  • 14 Quéniart J., op. cit., p. 508.

7La création d’une salle de 702 places à Saumur à la veille de la Révolution montre l’existence d’un public, sans doute plus nombreux que le groupe considéré comme l’élite cultivée. Nous ne possédons aucune statistique nous permettant de connaître le nombre des spectateurs, mais les Affiches d’Angers évoquent régulièrement la foule qui se presse au spectacle. Le prix des places peut être un indice. Avec des places à douze sous au parterre à Angers12 comme à Saumur13, où les présents assistent au spectacle debout, pouvons-nous, avec Jean Quéniart, « placer assez bas dans l’échelle sociale la barre au-dessous de laquelle un individu ne peut pour des raisons matérielles, fréquenter, de loin, le théâtre14 » ?

Les sociétés, cabinets et académies

Les institutions officielles

L’Académie des Belles-Lettres d’Angers

  • 15 Bodet M., Une académie de province au XVIIIe siècle. L’Académie royale des Sciences et Belles Lettr (...)

8Cette institution a été créée à la demande des autorités municipales pour accroître le prestige de la ville. Les lettres patentes qui permettent son existence sont signées en juin 1685. La séance solennelle d’inauguration a lieu le premier juillet 1686, en présence de l’intendant de la généralité de Tours. Les trente premiers académiciens sont nommés par le roi et installés dans un local proche de la maison de ville qui leur est cédé15.

  • 16 Les comptes-rendus de ses séances sont conservés à la bibliothèque municipale d’Angers, ms 894, 57 (...)
  • 17 En 1690-1691, 1694-1699, 1701-1708, 1723-1725, 1735-1737, 1741-1743, Uzureau F., loc. cit., p. 298
  • 18 Les trente premiers, nommés en 1686, avaient été dispensés de cette formalité.

9L’académie royale d’Angers16 tient deux assemblées publiques par an, le mercredi après la Saint-Martin, en novembre, et dans la semaine suivant le dimanche de Quasimodo, au printemps, et elle organise parfois une troisième séance le mercredi dans l’octave de la Fête-Dieu, dans la salle du conseil de l’hôtel de ville. Des séances ordinaires, au nombre variable de un à sept suivant les années (avec quelques années sans réunion17), rassemblent les académiciens dans une petite salle située dans une maison construite dans le jardin de la maison de ville. Durant ces séances, on distingue quatre types de travaux : les discours de réception prononcés par chaque académicien le jour de son installation18, l’éloge des académiciens décédés et l’éloge du roi sont les trois premiers. En principe, en effet, tous les ans, un des académiciens devait faire un « discours à la gloire du roi et à l’honneur de la province d’Anjou », formalité demandée par le maire et les échevins d’Angers : sur les 57 de ces discours qui ont été conservés, 21 ont été prononcés sous le règne de Louis XIV, 29 sous celui de Louis XV, 7 seulement ont été rédigés en l’honneur de Louis XVI, cette formalité disparaissant après 1783. Le quatrième type d’activité consiste en lectures et communications diverses faites lors des séances ordinaires ou publiques. Environ 700 ont été conservées, ce qui est finalement peu pour une période de près de 100 ans. De nombreuses lectures ne sont que des dissertations morales, des morceaux de rhétorique, des pièces en vers. Les sujets traités semblent d’un intérêt limité, ce qui explique peut-être le faible nombre des académiciens présents à ces séances, en particulier aux séances privées qui rassemblent souvent moins de dix membres. Ce petit nombre de séances et la faible participation des Académiciens incitent à se demander si l’académie d’Angers est vraiment représentative d’une culture savante en Anjou ?

Le Bureau d’agriculture

  • 19 Bib. mun. Angers, ms 1263, et Delanoë S., Les débuts de la société d’agriculture d’Angers, 1760-17 (...)
  • 20 Follain A. (dir.), Une société agronomique au XVIIIe siècle. Les Thesmophores de Blaison en Anjou, (...)

10Le 8 avril 1757, lors d’une de ses visites à Angers, l’intendant Lescalopier avait demandé aux membres de l’Académie d’Angers de consacrer quelques-unes de leurs séances à l’étude de la pratique des sciences pour la culture de la terre et l’amélioration des fruits fournis par l’Anjou. Sa demande avait été entendue. Le 29 avril 1760, Jacques Duboys, professeur de droit à l’université, propose à quelques-uns de ses amis réunis dans son cabinet « de former en cette ville une société de commerce, d’agriculture et des arts ». Le projet est ambitieux car il concerne toute l’économie, l’agriculture, l’industrie et le commerce, sur le modèle des sociétés d’agriculture, de commerce et des arts d’Irlande et de Bretagne. Les vingt et un associés avaient les obligations suivantes : se réunir une fois par mois et présenter chacun une communication annuelle19. Mais ce projet est resté sans lendemains. Le Contrôleur général des finances, Bertin, a donné son appui à un autre projet qui lui a été présenté par un grand seigneur angevin, le marquis de Turbilly : la création de sociétés d’agriculture dans le royaume. Une société doit être créée dans la généralité de Tours, avec un bureau dans chacune des trois provinces qui la composent. Venu à Angers les 10 et 11 août 1760, Turbilly réussit à convaincre Duboys et ses amis d’abandonner leur projet et de devenir membres du bureau d’Angers. Persuadés qu’ils n’obtiendraient jamais les lettres patentes nécessaires à la création de la société envisagée, ils acceptent de disparaître et de rejoindre un bureau plus limité dans son objet, puisqu’il ne concerne que l’agriculture, et davantage contrôlé par les autorités. Ce bureau tient sa première séance le 19 avril 1761. Dix de ses membres appartenaient à la première société, dont Jacques Duboys, nommé secrétaire perpétuel. Dans les années qui précèdent la Révolution, ce bureau d’agriculture a joué un rôle moteur dans toutes les actions entreprises pour rénover l’agriculture angevine. Entretenant une correspondance régulière avec d’autres sociétés d’agriculture, nationales ou locales, comme la société des Thesmophores de Blaison20, les membres de ce bureau, passionnés par les problèmes agricoles, lisent les mémoires qui leur sont adressés et diffusent les projets qui leur paraissent les plus novateurs dans des brochures distribuées aux propriétaires fonciers et, à partir de 1773, dans des articles publiés dans les Affiches d’Angers.

Sociétés et cabinets de lecture

11Il s’agit d’institutions accessibles également à une toute petite minorité : le nombre des membres de ces sociétés et cabinets est limité car le recrutement se fait par cooptation, et il est nécessaire d’acquitter une cotisation pour avoir accès aux activités proposées.

12Au XVIIIe siècle, il n’y a dans la province aucune bibliothèque publique. À Angers, la « librairie » de l’université, située rue de la Godeline, « ouverte à tous les étudiants du lever au coucher du soleil », a été dispersée au XVIIe siècle. Dans les années 1690, le projet de création d’une bibliothèque publique, qui devait être installée dans la salle de l’Académie, près de l’hôtel de ville, n’a pas eu de suite. N’existent que les riches bibliothèques des maisons religieuses, celle qui est installée à l’hôtel de ville pour les échevins, et les nombreuses bibliothèques des particuliers. Ceux qui désirent lire des livres et des journaux, sans les acquérir pour leur bibliothèque privée, doivent être membres de sociétés littéraires ou de cabinets de lecture qui n’apparaissent que dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

  • 21 Marais J.-L., Les Sociétés d’hommes. Histoire d’une sociabilité du XVIIIe siècle à nos jours, Anjou (...)

13C’est le 25 janvier 1748 que la Société d’Angers, ou Grande Société, a tenu sa première réunion. Jean-Luc Marais21 a proposé de voir dans cette institution la première des structures portant cette appellation à Angers et dans l’ouest de la France, en suggérant qu’on pouvait y trouver une imitation précoce en France du club anglais : une association exclusivement masculine, recrutée par cooptation et suffrage, dotée d’un lieu de réunion indépendant du logis de l’un ou l’autre des membres, où l’on se retrouve pour trois activités essentielles : les plaisirs de la conversation, la lecture et les jeux de société. Lors de sa première réunion, cette société compte 41 membres fondateurs, nombre porté peu après à 92. Une élection a lieu ensuite chaque année pour remplacer les membres décédés, le nombre des sociétaires étant sans doute limité à une centaine. Dans cette première société se retrouvent les grands noms de la noblesse angevine. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, le modèle aristocratique de cette Grande Société connaît une large diffusion à Angers et dans la province, tandis que de nouvelles catégories sociales sont touchées par le phénomène. Les petites annonces insérées dans le journal les Affiches d’Angers nous montrent que les sociétés se sont multipliées dans la ville. Ainsi, le 2 janvier 1784, « le sieur Négrier prévient les personnes qui désireraient former une société qu’il a des appartements commodes pour cet usage ». Le 24 juin 1785, « on propose à louer le jardin de la société de Lesvière, bien planté d’arbres fruitiers […]. S’adresser à Monsieur Claveau chanoine honoraire de Saint-Laud, procureur de cette société ». Des sociétés existent aussi dans de nombreuses villes de la province : il y en a quatre à Baugé, au moins deux à Saumur, deux à Craon également. Des sociétés existent aussi à Doué, à La Flèche, à Château-Gontier, mais aussi dans de petites paroisses rurales comme Châteauneuf, Juvardeil ou Candé.

  • 22 Daudier M., Imprimerie et librairie à Angers dans la seconde moitié du XVIIIe siècle (1752-1789), m (...)

14Si les sociétés sont largement répandues dans la province, les cabinets de lecture sont peu nombreux. Deux semblent avoir existé à Angers, pour lesquels nous ne disposons que de quelques annonces publicitaires parues dans les Affiches d’Angers. Le plus ancien, celui de la veuve Dubé, qui dirige un atelier d’imprimerie, n’est connu que par une annonce du 28 août 1778, « Chez la Veuve Dubé, on donne à lire les Gazettes de France, de Leyde et le Courrier de l’Europe ». Le plus connu est celui que Charles-Pierre Mame a ouvert à Angers, le 15 janvier 1780, sous le titre de cabinet politique. Dans le numéro des Affiches du 26 novembre 177922, Mame annonce que ce cabinet sera ouvert aux souscripteurs qui verseront 12 livres par an. Les Affiches ne donnent pas les noms de ces abonnés mais précisent que leur nombre est limité à 50. Le cabinet est ouvert de 9 h du matin à midi et de 2 h de l’après-midi à 8 h du soir.

  • 23 Dans le numéro des Affiches du 22 juin 1781, Mame annonce « qu’on trouvera chez lui toutes les nou (...)
  • 24 BnF, ms Joly de Fleury, 352, fol. 56. Lettre du 14 mars 1759.
  • 25 La liste en est donnée dans les Affiches du 26 novembre et du 31 décembre 1779.

15Que lisait-on dans ces lieux ? Nous ne possédons malheureusement pas la liste des ouvrages offerts aux membres. Si Mame annonce qu’il achète des livres23, il ne précise pas lesquels. Les publications mises à la disposition des membres étaient sans doute variées. Dans ces sociétés et cabinets, les membres pouvaient lire des publications étrangères à la province. Nous savons qu’à Saumur la société « d’honestes gens qui s’assemblent tous les jours, les uns pour jouer […] et les autres pour lire les nouvelles et quelques ouvrages de littérature », comme l’écrit le procureur du roi de la sénéchaussée à Joly de Fleury, s’était abonnée, pour 33 livres 12 sols par an, au Journal encyclopédique, publié depuis 1756 à Bouillon, et que le procureur général du parlement de Paris considère alors ce périodique comme « pernicieux », car « tout ce qui s’imprime contre la religion et le gouvernement y est exalté24 ». Chez la veuve Dubé on trouve la Gazette de France et la Gazette de Leyde ainsi que le Courrier de l’Europe. Le cabinet de Mame met à la disposition de ses abonnés plus d’une vingtaine de périodiques et de revues25.

16Dans toutes ces sociétés et dans ces cabinets de lecture on peut lire également le journal de la province, Affiches d’Angers, capitale de l’apanage de Monseigneur le comte de Provence et de la province d’Anjou, qui paraît pour la première fois le samedi 3 juillet 1773. Il est accompagné d’un prospectus qui fait connaître le plan de la publication à ceux qui désirent s’abonner : « Le premier article concernera la ville d’Angers, capitale de la province. On y insérera les maisons à vendre ou à louer, les ventes judiciaires ou volontaires […], les prix des grains, la nomination aux bénéfices, les naissances, les mariages et les morts dont on voudra bien nous faire part. […] On donnera la notice des édits et déclarations du roi, les sentences et règlements de la sénéchaussée […] d’Angers et des autres sièges royaux de la province […]. Sous le titre d’Avis divers […], les recherches, les nouvelles découvertes et les faits intéressants qui concernent l’agriculture, spécialement celle de la province, la physique expérimentale, les sciences et les arts. Les exercices publics de l’université et des différents collèges de la province y trouveront leur place… » La « littérature formera un des articles ». Il est prévu des comptes rendus d’ouvrages, l’insertion de « pièces fugitives en vers ou en prose ». Publiées par l’imprimeur Charles Billault de 1773 à 1781, les Affiches sont à partir de cette dernière date dirigées par son successeur Charles-Pierre Mame. Certes, le journal publie avant tout des annonces pour les spectacles, le théâtre ou les concerts. Les livres qui viennent de paraître sont la plupart du temps signalés sans la moindre étude critique. C’est une publicité qui profite à l’imprimeur des Affiches, puisqu’il les vend dans sa boutique. Dans les années qui précèdent la Révolution, une petite évolution se produit : les lecteurs sont plus nombreux à écrire, le journal devenant ainsi un moyen pour les élites cultivées de l’Anjou de publier quelques-uns de leurs travaux. Ainsi, des médecins ou d’autres membres des professions médicales présentent les cas qu’ils ont observés et les remèdes qu’ils préconisent contre des maladies. Les ecclésiastiques sont les plus nombreux à écrire, trop souvent, hélas, d’une façon anonyme, « un tel curé de… ». Deux membres du clergé ont toutefois envoyé de nombreux articles sous leur nom, Jacques Rangeard, curé d’Andard depuis 1767, qui écrit de nombreux articles d’histoire, et René Ollivier, oratorien, qui rédige une vingtaine d’articles de 1779 à 1786, en particulier sur l’Égypte. Quelques Angevins envoient aussi au journal des poèmes et autres petites œuvres littéraires.

  • 26 Raud V., Les almanachs en Anjou au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise, université d’Angers, 2004.

17Dans ces sociétés, les abonnés pouvaient également consulter des Almanachs. Virginie Raud26 a montré la grande variété de ceux que les Angevins trouvaient dans les librairies de la province et chez quelques marchands merciers ou qui étaient vendus par des colporteurs. Les annonces publicitaires insérées dans les Affiches lui ont permis de dresser la liste des ouvrages publiés en dehors de la province et vendus par Mame dans sa boutique. Les plus répandus, toutefois, étaient sans doute les almanachs publiés en Anjou. Le premier en date est Le véritable almanach angevin, dont le premier numéro paraît en 1690. Il est imprimé par Pascal Yvain et par ses successeurs (Jean Hubault, Veuve Hubault et André-Jacques Jahyer) et il s’enrichit de nouvelles rubriques à partir de 1752 : des notices d’histoire locale, puis, à partir de 1762, des informations économiques. Le succès de cette publication est tel qu’une seconde publication apparaît en 1736, éditée par Barrière puis par Billault et Mame. Le prospectus contenu dans les Affiches du 10 septembre 1784 nous apprend que les deux ont fusionné sous le titre de Almanach historique d’Anjou et de l’Apanage de Monsieur, publié par Jahyer et Mame. Ces publications angevines devaient se trouver dans les sociétés et les cabinets de lecture.

18Leurs rubriques nous montrent les préoccupations des lecteurs. Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, en effet, les notices historiques se multiplient, les principales étant rédigées par un véritable érudit dont nous avons signalé les interventions dans les Affiches, l’abbé Jacques Rangeard. Ces almanachs angevins sont aussi des instruments de diffusion d’idées. Ils jouent en particulier un rôle dans la vulgarisation des découvertes agricoles. Alors que dans les premiers numéros n’étaient présentées que de « vieilles recettes » de culture, à partir des années 1750 les articles agronomiques se multiplient, donnant les résultats d’expériences réalisées, présentant des nouveautés agricoles, comme dans l’almanach de 1775 où plusieurs pages consacrées à la « culture des pommes de terres ou patates » évoquent les travaux de Parmentier.

  • 27 Arch. mun. Angers, BB 122, fol. 126, délibération du 27 février 1768.
  • 28 Arch. mun. Angers, BB 127, fol. 86, délibération du 20 juin 1776.

19Sur le modèle de ce cabinet ouvert aux seuls abonnés est fondée en 1783, à Angers, une société pour des concerts qui est connue également par les Affiches qui, le 28 mai 1783, annoncent le « rétablissement d’un grand Concert » et publient le règlement d’une nouvelle société de musique créée par 14 amateurs. Les abonnés doivent payer 24 livres par personne et par an. Les concerts ont lieu le vendredi à 5 h de l’après-midi. Une tenue convenable est exigée pour y assister. La régularité des concerts, connue par les Affiches, nous montre le succès de l’entreprise. Cette société prend sans doute la suite de celle envisagée dès 1768 par un maître de musique qui avait proposé à l’échevinage d’organiser une souscription pour donner un concert hebdomadaire27, et de celle qu’avaient créée en 1776 deux musiciens professionnels de la ville, Voillemont et Bardoul, que le corps de ville avait autorisés à donner chaque semaine un concert dans la salle haute de la Maison commune « à condition qu’il ne sera fait orchestre ni construction, qu’il n’y entrera que des abonnés28 ».

Qui fréquente ces institutions et sociétés ?

  • 29 Ainsi, sur les 141 membres de la Grande Société d’Angers admis à partir de 1764, 24 étaient membre (...)
  • 30 Daudier M., op. cit., p. 141. En 1776 et en 1777, Billault parle à plusieurs reprises du petit nomb (...)

20Les acteurs de cette vie culturelle sont peu nombreux. Il s’agit d’une petite minorité de privilégiés. Leur nombre exact est difficile à évaluer, car nos documents sont imprécis et nombreux sont ceux qui appartiennent à plusieurs sociétés29. Nous connaissons mal ceux qui achètent des almanachs. Les abonnés des Affiches nous sont inconnus ; nous savons qu’ils sont peu nombreux, 200 seulement en 177630, le nombre des lecteurs étant cependant plus important. Le 10 décembre 1779, Mame annonce que 20 personnes ont déjà souscrit pour être membres de son cabinet de lecture et « lui assurent le nombre de 50 » membres prévus. Quant à ceux qui fréquentent les théâtres et les concerts, ils nous sont également inconnus. Nous ne connaissons que les membres de deux sociétés ou institutions privilégiées qui ne sont peut-être guère représentatives des milieux culturels de la province : la Grande Société d’Angers et l’Académie d’Angers.

  • 31 Lebrun F. (dir.), Histoire d’Angers, Toulouse, 1975, p. 127-128.
  • 32 Marais J.-L. « La sociabilité des élites fut-elle brisée par la Révolution ? Angers, 1764-1854 », H (...)
  • 33 Azéma Ch., Les juges magistrats du présidial d’Angers dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Fort (...)
  • 34 De nombreux membres de cette Grande Société se retrouvent au sein des loges maçonniques de la vill (...)

21S’appuyant sur un petit carnet de 25 pages intitulé « Tableau chronologique et alphabétique de Messieurs de la Société d’Angers depuis son établissement qui est du 25 janvier 1748 », rédigé en avril 1786 et complété les années suivantes, François Lebrun31 avait donné les traits essentiels des 439 membres de la Grande Société d’Angers de 1748 à 1791. Il pouvait écrire : « On y trouve en une proportion écrasante tous les grands noms de la noblesse angevine, ancienne et récente, représentée souvent par plusieurs personnes, père, fils, frère, successivement ou en même temps. […] On y trouve aussi des magistrats, […] des avocats […], quelques “anciens bourgeois”, c’est à dire des négociants prudemment retirés des affaires, des chanoines, des médecins et même deux entrepreneurs des raffineries de sucre, Van Bredenbec et Mauvif de la Plante. » Malheureusement, ce document conservé alors aux archives de l’évêché a disparu. Jean-Luc Marais32 a heureusement retrouvé un document rédigé en 1905, un annuaire d’une société existant alors, le Cercle du Collège, qui donne une liste des membres de « la société de l’Anjou depuis sa fondation, 1748 », par ordre d’admission. Une étude précise des 141 membres de 1764 à 1791 lui permet d’écrire qu’« il y a 40 % de nobles, 20 % d’officiers de justice, de finances, d’avocats et de membres de l’échevinage (non nobles), 6,3 % de clercs, 6 % de médecins et professeurs de droit et 39 % pour qui aucune indication n’est donnée ». On y retrouve 60 % des officiers du présidial d’Angers33. La Grande Société s’adresse à une petite élite34. On y entre par tradition de famille, à un âge médian qui se situe entre 25 et 35 ans. Cette situation explique la sévère critique que fit l’avocat Viger de cette Société en 1787 dans son Discours sur cette question : Quels sont les moyens d’encourager le commerce à Angers ? « En rassemblant et concentrant dans un seul lieu les gentilshommes, les magistrats et quelques anciens bourgeois (elle) élève une barrière impénétrable entre eux et les autres classes de la société, fait germer cet esprit de coterie que contractent si facilement les hommes qui s’isolent dans les sociétés particulières. »

22L’Académie d’Angers compte peu de membres. Le nombre des titulaires, fixé à trente à l’origine, n’a pas varié par la suite, ce qui explique que de 1686 à la Révolution, seules 139 personnes ont été élues lorsqu’un siège est devenu vacant. La composition sociale de cette institution a beaucoup évolué. Les trente premiers membres avaient été nommés par le roi et parmi eux, les membres de l’échevinage et du principal tribunal de la province, le présidial d’Angers, représentaient 30 % des académiciens. Peu à peu, la place principale est passée au clergé qui, sur l’ensemble des années de fonctionnement, représente 44 membres sur les 139. Tous les évêques d’Angers ont étés académiciens. L’institution s’est ouverte aux avocats (16) et aux professeurs de l’université (12), mais les marchands ou négociants sont absents.

Une vie culturelle privée

Le livre à Angers

Les bibliothèques privées

23Jean Quéniart a étudié la présence du livre dans plusieurs villes de l’Ouest au XVIIIe siècle, dont Angers, à partir de quatre études chronologiques des inventaires après décès portant sur les années 1697-1698, 1727-1728, 1757-1758 et 1787-1778. Il a ainsi compté à la fin du XVIIe siècle, à Angers, 26 % d’inventaires après décès avec des livres, un pourcentage passé à 42 % à la veille de la Révolution. Certes les inventaires après décès posent de nombreux problèmes : les ouvrages de ces bibliothèques sont-ils lus ? Dans quelles conditions sont-ils entrés chez celui qui les possède au moment de sa mort ? Par héritage, par achat ? Ces inventaires sont assez nombreux pour présenter la place du livre parmi les membres du clergé, chez les officiers du présidial d’Angers et dans les maisons des avocats de la capitale de l’Anjou.

  • 35 Porcher S., Les bibliothèques des chanoines d’Angers au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise, univers (...)
  • 36 Cette bibliothèque possède 31 volumes in folio de l’Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des scie (...)

24D’après Jean Quéniart, à la fin du XVIIe siècle, les inventaires après décès des ecclésiastiques nous montrent que 30 % des gens d’Église possèdent moins de 10 ouvrages. Le contenu de ces bibliothèques est souvent difficile à saisir, les notaires étant peu précis dans leurs inventaires, qu’il s’agisse de petites bibliothèques ou d’ensembles plus importants. Ainsi, du curé de Juigné, on sait seulement qu’il a dix « vieils livres latins », et l’inventaire du doyen de la faculté de théologie René Deslandes permet de compter cent livres mais ceux-ci restent mystérieux. Dans ces bibliothèques dominent les livres religieux. Il n’y a alors pas de place pour une culture profane. À la veille de la Révolution, la situation a un peu évolué. Pierre Courtillé, curé de Chavaignes, décédé à Angers, n’a que 40 % de livres religieux. Il n’a aucune œuvre littéraire antique, ce qui peut être l’indice d’une désaffection de certains clercs pour l’humanisme hérité de la Renaissance et de l’enseignement des collèges. Mais il possède les Aventures de Robinson Crusöe, l’Histoire de Cleveland de l’abbé Prévost et d’autres ouvrages qui montrent un intérêt pour la découverte de mondes lointains. Toutefois, à coté de quelques bibliothèques ouvertes à d’autres préoccupations, la plus grande partie du clergé possède surtout des livres religieux. Comme l’écrit Jean Quéniart, la culture littéraire des ecclésiastiques semble avoir un siècle de retard. À Angers, 83 inventaires après décès de chanoines de la ville au cours du XVIIIe ont permis de constater que seuls quatre ne possédaient aucun livre, quarante-huit étaient dotés d’une bibliothèque décrite avec précision35, le nombre des bibliothèques connues étant porté à 51 grâce à des ventes de bibliothèques pour lesquelles l’inventaire après décès n’a pas été retrouvé. Parmi elles, 5 ont moins de 100 volumes, 27 de 101 à 250, 11 entre 251 et 500 volumes, 7 plus de 501 ouvrages. Chez les chanoines le livre religieux tient une place moins importante que chez les membres du clergé étudiés par Jean Quéniart : 52 % des volumes identifiés vers 1700, 48 % à la veille de la Révolution. Les chanoines d’Angers possèdent peu d’ouvrages de dévotion. Dominent les ouvrages de théologie (38 % des volumes), parmi lesquels la Somme théologique de saint Thomas est bien représentée ainsi que les ouvrages jansénistes de la fin du XVIIe siècle. La part des ouvrages de droit et de jurisprudence est faible (7 % des volumes). En baisse régulière au cours du siècle, les livres d’histoire ne représentent que 24 % des volumes. Après la religion et l’histoire, les belles-lettres représentent 14 % des volumes identifiés. Parmi ces ouvrages, les œuvres complètes représentent 14 % des livres, l’éventail des auteurs présents étant très large. Le théâtre semble peu intéresser les chanoines, l’auteur le plus présent étant Molière. Toutes ces bibliothèques s’inscrivent dans un cadre classique, peu ouvert aux nouveautés, les dates d’édition les plus récentes étant souvent des rééditions d’ouvrages anciens. Quelques bibliothèques sont exceptionnelles comme celle de François Cotelle qui comprend 1 568 volumes correspondant à 1 162 titres. Dans cette bibliothèque dominent les ouvrages des belles-lettres (34 % des volumes) et d’histoire (27 %), tandis que les livres religieux représentent moins de 20 % des volumes36.

  • 37 Azéma Ch., op. cit., p. 179-185. Dès le XVIIe siècle, les bibliothèques de certains magistrats ont (...)

25La place du livre est importante chez les magistrats du présidial d’Angers dans la seconde moitié du XVIIIe siècle37. L’examen de sept inventaires après décès permet d’y compter une moyenne de 359 volumes. Certes, il s’agit en majorité d’ouvrages de droit et de jurisprudence nécessaires à leur état qui constituent souvent plus de 40 % des ouvrages identifiés. Seule la bibliothèque du président Pays du Vaux, la plus importante de toutes avec 962 volumes, contient moins de 14 % d’ouvrages professionnels. Pour les autres secteurs du livre, il est difficile de présenter un bilan car chaque bibliothèque a sa spécificité. Les ouvrages religieux de ces magistrats sont en majorité des ouvrages de droit canon plus que des ouvrages de dévotion et de spiritualité. Dans trois des sept bibliothèques étudiées figurent des ouvrages jansénistes de la fin du XVIIe siècle. Les ouvrages de littérature sont surtout des œuvres du XVIIe siècle, de Racine, de Corneille, de Boileau ou de Molière. La part des sciences et de la philosophie est presque inexistante chez cinq de ces juges.

  • 38 Guerder G., Les avocats d’Angers au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise, université d’Angers, 1996.

26Il y a des livres dans 14 des 17 inventaires après décès d’avocats d’Angers au XVIIIe siècle38. Parmi ces bibliothèques, 43 % ont moins de 100 volumes, 14 % en comprennent entre 100 et 200 et 43 % plus de 200, la plus importante, celle de l’avocat du roi Prévost atteignant 1 500 ouvrages. Comme celles des magistrats, les bibliothèques des avocats sont constituées pour les deux tiers de livres de droit, directement liés à l’exercice de la justice. Les coutumes sont partout présentes, coutume d’Anjou mais aussi d’autres provinces. Tous les avocats possèdent des recueils d’ordonnances royales et des ouvrages de jurisprudence. Les ouvrages d’histoire, surtout d’histoire de France, constituent 10 % du contenu de ces bibliothèques, ceux consacrés aux sciences plus de 9 %.

Les livres en vente chez les libraires d’Angers

  • 39 René Hernault en 1753, Charles-René Billard en 1777, Louis-Charles Barrière en 1768, et Pierre-Nic (...)

27L’examen des livres en vente dans la boutique de cinq libraires d’Angers39, grâce à leurs inventaires après décès, peut nous donner une indication de cette culture des élites de la ville et de sa région. La théologie et la religion occupent une place de choix dans les boutiques angevines, 35 % des titres et 49 % des volumes. L’analyse des sous-catégories du livre religieux fait apparaître l’importance considérable des ouvrages de dévotion, de piété, de spiritualité. Face à ce poids écrasant du religieux, la part occupée par les livres de droit et de jurisprudence apparaît bien faible : 6 % des titres et 2 % des volumes. C’est un fait étonnant dans une ville comme Angers qui possède de nombreux tribunaux et une faculté des droits. Les belles-lettres sont la catégorie la plus présente après la religion : 12 % des titres et 6 % des volumes. L’offre littéraire des libraires angevins apparaît très complète. Viennent en troisième place les livres scientifiques et les livres artistiques : 20 % des titres et 7 % des volumes. Les ouvrages proposés par les libraires varient considérablement d’une boutique à l’autre. Ainsi chez Louis-Charles Barrière, les ouvrages de belles-lettres représentent plus de 68 % des ouvrages disponibles, chiffres qui s’expliquent par la domination des ouvrages scolaires et classiques.

  • 40 Maillard J., « Le livre religieux dans la boutique d’un libraire angevin en 1777 », Foi, fidélité, (...)

28Au moment de son décès, en décembre 1777, à 39 ans, le libraire Charles René Billard40, dont la boutique est située rue Saint-Michel-du-Tertre, non loin de l’hôtel de ville et du palais où se réunissent les tribunaux royaux de la ville, possède 12 030 volumes. Ceux-ci peuvent être classés selon les rubriques suivantes :

  • Ouvrages de droit : moins de 5 % des volumes
  • Ouvrages d’histoire : 6 %
  • Belles-lettres : 18 %
  • Sciences et Arts : 12 %
  • Théologie et religion : 59 %.
  • 41 Parmi ces ouvrages on peut signaler les Institutions de Justinien.

29Les ouvrages de droit de la boutique de Billard sont essentiellement des ouvrages pratiques, manuels de jurisprudence et recueils d’ordonnances avec des commentaires. Les ouvrages de droit canon et ecclésiastique ainsi que les ouvrages de droit ancien sont peu nombreux41. Parmi les livres d’histoire, les livres d’histoire de l’Antiquité sont les plus nombreux et traitent presque tous de l’histoire romaine. Les ouvrages classés parmi les belles-lettres sont des dictionnaires en grand nombre, des grammaires, des traités d’orthographe. Les écoliers du collège pouvaient aussi y acquérir des recueils d’œuvres d’écrivains de l’Antiquité, tous de la période romaine, sauf L’Iliade par Madame Dacier, Cicéron étant de loin l’auteur le plus présent. Billard vendait aussi de nombreux ouvrages des écrivains français du XVIIe siècle, Racine, Boileau, ou du XVIIIe siècle, Voltaire étant le mieux représenté dans la boutique. Les livres scientifiques, ouvrages de mathématiques, de physique, sciences naturelles et d’agronomie, sont aussi nombreux et, pour la plupart, édités récemment, ce qui montre l’intérêt des Angevins pour l’actualité scientifique de leur temps. Dans cette boutique, les volumes de médecine, de chirurgie ou de pharmacie sont nombreux. On relève ainsi 9 titres consacrés aux accouchements, alors que la venue à Angers de Madame du Coudray n’a lieu qu’en 1778. Quant aux livres de religion, il s’agit essentiellement d’ouvrages de dévotion, de catéchisme et de pastorale, de sermons, de cantiques, souvent de petit format et de faible valeur marchande. Les ouvrages des Pères et des Docteurs de l’Eglise occupent une place médiocre, 46 volumes seulement, dont 26 de saint Augustin. Il n’y a qu’un seul exemplaire de la Somme Théologique de saint Thomas.

La collection du marquis de Livois42

  • 42 Sur cette collection cf. Faroult G., « De l’hôtel de Livois au logis Barrault : histoire de l’entr (...)

30Dans le très bel hôtel particulier néo-classique qu’il s’est fait construire à partir de 1776 à Angers, par l’architecte Bardoul de La Bigottière, Pierre-Louis Éveillard de Livois a rassemblé, à la fin de l’Ancien Régime, une importante collection de peintures, assurément une des plus belles conservées dans la province à l’époque.

  • 43 L’inventaire établi par Mame n’a pas été conservé.
  • 44 Sentout P., Catalogue raisonné d’une très belle collection de tableaux des écoles d’Italie, de Flan (...)
  • 45 Auxquelles il faut ajouter 14 œuvres non retenues par Sentout et connues par un autre inventaire d (...)
  • 46 Durant toute la période révolutionnaire, la collection est conservée sur place dans l’hôtel de Liv (...)

31Pierre-Louis Éveillard, marquis de Livois, appartient à une vieille famille angevine. Un de ses ancêtres avait été maire d’Angers au XVIIe siècle, son père et son grand-père étaient conseillers au parlement de Bretagne à Rennes. Mort à l’âge de 54 ans le 2 décembre 1790, le marquis ne laisse aucun héritier direct légitime. L’inventaire de ses biens est réalisé du 15 janvier au 4 mars 1791 par les notaires Moron et Huard. Les deux notaires confient au libraire Mame43 et au peintre Pierre Sentout l’inventaire de la bibliothèque et des œuvres d’art. Pierre Sentout est un marchand de tableaux établi à Angers, rue Baudrière, vers 1780. On est mal renseigné sur les liens entre ce personnage et le collectionneur, mais il semble que pour acquérir les peintures de sa collection, Livois se soit surtout adressé à des marchands parisiens. L’inventaire de Pierre Sentout44 permet de compter 395 œuvres : 352 peintures, 22 pastels, 13 dessins et 8 miniatures45. Ce catalogue nous permet de prendre conscience de la richesse de la collection. Livois a rassemblé des œuvres des grands peintres européens de toutes les époques, Titien, Watteau, van Balen, Jordaens, Breughel… mais aussi des œuvres des peintres de son temps comme Chardin, Madame Viger-Lebrun, Boucher, Greuze, Regnault46

32Les élites cultivées angevines constituent une petite minorité. Au XVIIIe siècle, leurs centres d’intérêt sont nombreux et variés. Sauf chez quelques chanoines de la ville d’Angers, la culture classique semble en voie de disparition. Leurs bibliothèques contiennent surtout des ouvrages religieux, non des classiques des Pères et Docteurs de l’Église, mais des petits livres de dévotion et de spiritualité. Les élites aiment le théâtre, elles s’intéressent aux découvertes scientifiques de leur époque grâce à la presse et aux livres qu’elles peuvent acheter chez les libraires.

Notes

1 Quéniart J., Culture et sociétés urbaines dans la France de l’Ouest au XVIIIe siècle, Paris, 1978.

2 Dugué B., L’élite intellectuelle angevine à la veille de la Révolution (1773-1790), mémoire de DEA, Tours, 1991, 162 p. dact.

3 Maillard J., « Le théâtre à Angers au XVIIIe siècle », Revue d’histoire du théâtre, 1991, p. 107-118.

4 Quéniart J., op. cit., p. 485.

5 Arch. dép. Maine-et-Loire H 5, fol. 5.

6 Arch. dép. Maine-et-Loire, notaire Thibaudeau. Des contrats identiques ont été trouvés chez le notaire Drouin en 1667 et 1669.

7 Ainsi, en mai 1698, cette permission est accordée par le gouverneur, le comte d’Armagnac, Arch. dép. Maine-et-Loire 3 B 6.

8 On joue aussi Diderot, Beaumarchais, Regnard, Destouches ou Sedaine.

9 Péan de La Tuilerie, Description de la ville d’Angers et de tout ce qu’elle contient de plus remarquable, Angers, Billault, 1778. Nouvelle édition par Célestin Port, Angers, 1869, p. 358-359.

10 Arch. dép. Maine-et-Loire 2 J 11.

11 L’ordonnance de police du 29 avril 1788 précise qu’il y a 300 places au parterre, 240 aux premières loges, 78 aux secondes loges et 84 au paradis, Arch. dép. Maine-et-Loire E 4390.

12 D’après le règlement de police de 1764, Arch. mun. Angers FF 41.

13 À Saumur, le prix des places au parterre et au paradis est fixé à 12 sous, celui des premières loges à 36 sous et des secondes loges à 24 sous, Arch. dép. Maine-et-Loire E 4390.

14 Quéniart J., op. cit., p. 508.

15 Bodet M., Une académie de province au XVIIIe siècle. L’Académie royale des Sciences et Belles Lettres d’Angers (1686-1789), mémoire de maîtrise, Rennes, 1967, et Uzureau F., « Ancienne Académie d’Angers. Membres titulaires et associés (1685-1793). Les travaux présentés aux séances », Mémoires de la Société nationale d’agriculture, sciences et arts d’Angers. Ancienne académie d’Angers. Cinquième série, t. IV, 1901, p. 258-290 et 291-367.

16 Les comptes-rendus de ses séances sont conservés à la bibliothèque municipale d’Angers, ms 894, 576, 577 et supplément 93.

17 En 1690-1691, 1694-1699, 1701-1708, 1723-1725, 1735-1737, 1741-1743, Uzureau F., loc. cit., p. 298.

18 Les trente premiers, nommés en 1686, avaient été dispensés de cette formalité.

19 Bib. mun. Angers, ms 1263, et Delanoë S., Les débuts de la société d’agriculture d’Angers, 1760-1761, mémoire de maîtrise, université d’Angers, 2000.

20 Follain A. (dir.), Une société agronomique au XVIIIe siècle. Les Thesmophores de Blaison en Anjou, Dijon, 2010. L’existence de cette société n’est attestée que pour deux années seulement, 1776 et 1777. Faute de statuts, de registre et de liste de membres, on ne connaît les Thesmophores que par des noms relevés dans des lettres ou des mémoires. Huit personnes seulement ont été identifiées, des propriétaires ou rentiers de la terre qui résident à Blaison ou dans des paroisses voisines pour la plupart. « Avant d’être une société d’étude, il s’agit bien d’un cercle de connaissances dont les séances sont tenues à domicile », Follain A., op. cit., p. 54.

21 Marais J.-L., Les Sociétés d’hommes. Histoire d’une sociabilité du XVIIIe siècle à nos jours, Anjou, Maine, Touraine, Vauchrétien, 1986, p. 77-90.

22 Daudier M., Imprimerie et librairie à Angers dans la seconde moitié du XVIIIe siècle (1752-1789), mémoire de maîtrise, université d’Angers, 1998, p. 259.

23 Dans le numéro des Affiches du 22 juin 1781, Mame annonce « qu’on trouvera chez lui toutes les nouveautés. Il prise et achète les bibliothèques à leur juste valeur. Il se transporte en campagne pour en faire l’acquisition ».

24 BnF, ms Joly de Fleury, 352, fol. 56. Lettre du 14 mars 1759.

25 La liste en est donnée dans les Affiches du 26 novembre et du 31 décembre 1779.

26 Raud V., Les almanachs en Anjou au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise, université d’Angers, 2004.

27 Arch. mun. Angers, BB 122, fol. 126, délibération du 27 février 1768.

28 Arch. mun. Angers, BB 127, fol. 86, délibération du 20 juin 1776.

29 Ainsi, sur les 141 membres de la Grande Société d’Angers admis à partir de 1764, 24 étaient membres de la loge maçonnique du Tendre Accueil, 10 de la Société des Botanophiles et 10 de l’Académie d’Angers.

30 Daudier M., op. cit., p. 141. En 1776 et en 1777, Billault parle à plusieurs reprises du petit nombre d’abonnés du journal.

31 Lebrun F. (dir.), Histoire d’Angers, Toulouse, 1975, p. 127-128.

32 Marais J.-L. « La sociabilité des élites fut-elle brisée par la Révolution ? Angers, 1764-1854 », Haudrère Ph. (dir.), Pour une histoire sociale des villes. Mélanges offerts à Jacques Maillard, Rennes, 2006, p. 323-338.

33 Azéma Ch., Les juges magistrats du présidial d’Angers dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Fortune et famille, mémoire de maîtrise, université d’Angers, 1996, p. 178.

34 De nombreux membres de cette Grande Société se retrouvent au sein des loges maçonniques de la ville.

35 Porcher S., Les bibliothèques des chanoines d’Angers au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise, université d’Angers, 1994.

36 Cette bibliothèque possède 31 volumes in folio de l’Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences…

37 Azéma Ch., op. cit., p. 179-185. Dès le XVIIe siècle, les bibliothèques de certains magistrats ont pu être importantes, comme celle de Pierre Le Loyer, conseiller au présidial. L’inventaire de sa bibliothèque qui est dressé le 30 octobre 1638 permet de compter 465 titres. Il nous donne les noms des imprimeurs de ces ouvrages et les lieux d’impression, Anvers, Bâle, Francfort, Venise…, Arch. dép. Maine-et-Loire, 5 E 8, minutes de René Sérezin (en cours de reclassement).

38 Guerder G., Les avocats d’Angers au XVIIIe siècle, mémoire de maîtrise, université d’Angers, 1996.

39 René Hernault en 1753, Charles-René Billard en 1777, Louis-Charles Barrière en 1768, et Pierre-Nicolas Tripier en 1772 et 1780, inDaudier M., op. cit., p. 147-166.

40 Maillard J., « Le livre religieux dans la boutique d’un libraire angevin en 1777 », Foi, fidélité, amitié en Europe à l’époque moderne (textes réunis par Brigitte Maillard), Tours, 1995, tome 2, p. 383-391.

41 Parmi ces ouvrages on peut signaler les Institutions de Justinien.

42 Sur cette collection cf. Faroult G., « De l’hôtel de Livois au logis Barrault : histoire de l’entrée partielle de la collection Livois au musée des Beaux-Arts d’Angers », Archives d’Anjou, numéro 8, 2004, p. 114-139.

43 L’inventaire établi par Mame n’a pas été conservé.

44 Sentout P., Catalogue raisonné d’une très belle collection de tableaux des écoles d’Italie, de Flandres, de Hollande et de France, pastels, miniatures, gouaches, dessins qui composaient le cabinet de feu M. de Livois à Angers, Angers Mame, 1791, Bib. mun. Angers, réserve B 26 314.

45 Auxquelles il faut ajouter 14 œuvres non retenues par Sentout et connues par un autre inventaire de 1794.

46 Durant toute la période révolutionnaire, la collection est conservée sur place dans l’hôtel de Livois. Elle est partagée en deux en 1799, un lot à restituer aux héritiers « républicoles », un autre appartenant aux émigrés « échu au gouvernement » provisoirement. En 1807 une partie de cette dernière est restituée au comte d’Autichamp, le reste restant au musée qui avait ouvert ses portes en 1801.

Auteur

CERHIO-université d’Angers

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540