Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Érudition et culture savante

 | 
François Brizay
, 
Véronique Sarrazin

Quatrième partie. La culture savante

Médecine et encyclopédies entre Renaissance et époque moderne : l’exemple de Giorgio Valla et de Johann Heinrich Alsted

Iolanda Ventura

Texte intégral

Introduction

  • 1 Sur la médecine de la Renaissance, cf. Cook H. J., « Medicine », Park K. et Daston L. (dir.), The (...)
  • 2 L’Encyclopédie est accessible en ligne au site http://portail.atilf.fr/encyclopedie/. Cf. Les bran (...)
  • 3 Sur le Grosses Universales Lexikon, cf. Schneider U. J., Die Erfindung des allgemeinen Wissens, Be (...)
  • 4 Sur les encyclopédies de la Renaissance et de l’époque moderne, cf. Schneider U.J. (dir.), Seine W (...)

1La réception de la médecine dans les encyclopédies de la Renaissance et de l’époque moderne est un champ de recherche qui attend d’être analysé à fond. Peu d’études ont été consacrées à ce sujet par les spécialistes de la culture encyclopédique, et encore moins d’attention a été accordée aux encyclopédies par les historiens de la médecine1. Dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert2 ou dans le monumental Zedlers Lexicon3, on trouve bien quelques mentions sur la médecine, mais ces deux œuvres risquent de donner une fausse image de la médecine dans les encyclopédies écrites entre le XVe et le XVIIIe siècle, car elles sont exceptionnelles par l’ampleur de leur texte, la précision de leurs données et/ou la conception du savoir qui les animent4. Le monumental lexique de Zedler (69 volumes parus entre 1732 et 1750) est caractérisé par la fragmentation du discours médical en plusieurs centaines (voire milliers) d’entrées consacrées aux branches de la médecine, aux substances thérapeutiques ou aux médecins les plus connus. Il est donc impossible de tirer de cette encyclopédie une idée générale de la science médicale. En outre, l’Encyclopédie montre un background épistémologique et « idéologique » plus marqué, car ses contributeurs ne se limitent pas à livrer des informations : chacun de ses articles est autant un résumé des connaissances sur un thème spécifique que l’exposé des opinions de l’auteur sur le sujet. D’un autre côté, le lecteur qui veut comprendre le rôle joué par la médecine dans le Zedlers Lexikon est obligé de faire une lecture transversale de cette œuvre pour reconstituer un « discours médical » disséminé dans plusieurs entrées rédigées par différents auteurs. Dans les deux cas, le manque d’un véritable « aperçu encyclopédique » unitaire et cohérent risque de fausser notre image du traitement de la médecine dans les compilations de la Renaissance et de l’époque moderne.

  • 5 Cf. Mikkeli H., « The Status of Mechanical Arts in the Aristotelian Classification of Knowledge in (...)

2Si, en revanche, on cherche des traces de la présence de la médecine dans la culture encyclopédique du XVe au XVIIIe siècle, on est rapidement confronté à des obstacles. On constate, en particulier, la difficulté de constituer un corpus de textes de référence, car la médecine est un domaine du savoir souvent absent de l’horizon du compilateur. Prenons un exemple : tout en étant conçue comme un speculum disciplinarum structuré autour des disciplines du trivium et du quadrivium et des domaines du savoir comme la théologie, la Margarita philosophica de G. Reisch ne traite pas de la médecine. On remarque le même manque d’intérêt pour cette science dans les œuvres des humanistes qui établissent le canon des disciplines. Si Angelo Poliziano consacre un paragraphe de son Panepistemon à la médecine et à ses divisions internes, en théorie et en pratique, et à leur répartition interne en physiologicon, aetiologicon et simioticon et en hygiionon et therapeuticon, d’autres compilateurs n’insèrent pas la médecine dans le canon des arts et des disciplines5.

  • 6 Sur les Bibliothecae, voir Zedelmaier H., Bibliotheca universalis und Bibliotheca selecta : das Pr (...)
  • 7 Possevino A., Bibliotheca selecta, Venetia, 1603, ici vol. II, p. 175-246, ici spéc. p. 180-194. Su (...)
  • 8 Girolamo Mercuriale, Pietro Andrea Matthioli, Giovanbattista da Monte, ou Andreas Vésale.

3On remarque aussi l’absence de la médecine dans les Bibliothecae universales. Ces compilations, dont l’objectif était d’offrir aux lecteurs des listes ou « canons » d’auteurs incontournables6, ne traitent pas souvent de cette discipline. La médecine reste exclue de la très influente Bibliotheca universalis de Konrad Gessner. En revanche, Antonio Possevino retrace, dans le livre 14 de sa Bibliotheca selecta, l’histoire de la littérature médicale entre l’Antiquité et la Renaissance7. Sa démarche demeure toutefois assez singulière : plutôt que de donner une liste d’auteurs de référence, il préfère consacrer les chapitres 6-17 du livre 14 à une discussion sur l’importance, les mérites et les erreurs des auteurs de l’Antiquité (en particulier, Hippocrate, Galien, et Dioscoride) et sur les médecins contemporains qui, dans leurs œuvres ou leurs commentaires des écrits des Anciens, ont amélioré, précisé, corrigé leurs thèses8. Par conséquent, Possevino n’offre pas au lecteur une bibliothèque des autorités médicales, mais un résumé des progrès de la médecine à travers le temps et un témoignage précieux des rapports – et des conflits – entre auteurs antiqui et moderni dans ce domaine du savoir.

  • 9 Je remercie le Dr U. Schlegemilch (Université de Würzburg) d’avoir attiré mon attention sur l’atti (...)

4Plusieurs raisons expliquent l’absence de la médecine de l’horizon culturel de la Renaissance et de l’époque moderne : l’évolution de la discipline, qui de savoir livresque devient savoir expérimental ; la transformation et la mise à jour des informations à disposition des spécialistes, ainsi que l’explosion des publications « professionnelles » et des manuels universitaires ; l’impossibilité de synthétiser, organiser et maîtriser un savoir vaste et complexe constamment lié à d’autres disciplines comme l’histoire naturelle. Une raison supplémentaire pourrait, enfin, être repérée dans l’hostilité de la culture ecclésiastique à l’égard de la science médicale, hostilité apparemment plus marquée dans le monde catholique que dans la culture réformée9.

5Toutefois, bien que rarement devenue objet d’étude dans la culture encyclopédique, la médecine ne demeure pas complètement étrangère à la culture érudite. Les (rares) encyclopédies qui ont abordé cette discipline ont quand-même été en mesure de présenter les éléments principaux de la « révolution scientifique » qui se produit dans la culture médicale entre le XVe et le XVIIIe siècle. En gros, quatre éléments essentiels caractérisent cette révolution et sa présentation dans les encyclopédies : 1) l’évolution des sources de référence et l’établissement d’un nouveau canon des autorités qui remplace d’abord les auteurs arabes du Moyen Âge (le Liber canonis d’Avicenne, les traductions de Constantin l’Africain) par les autorités grecques et latines de l’époque classique et, au XVIIe et au XVIIIe siècle, par les écrits contemporains ; 2) la réflexion sur le statut de la discipline et de ses composantes dans les sciences – en particulier, dans son rapport avec l’histoire naturelle pour la pharmacopée – et dans le curriculum des études supérieures ; 3) la tentative de repenser le rôle et la fonction des différentes parties de la médecine théorique et pratique dans le système des sciences et dans la vie (par rapport à une vision de plus en plus professionnelle de la science médicale) ; 4) le défide comprendre et de transmettre rapidement le changement de son contenu, comme le montre l’attention d’Alsted pour la nouvelle médecine chimique.

  • 10 Valla G., De expetendis et fugiendis rebus, Venise, Aldus Manutius, 1501, 4 volumes, sans paginatio (...)
  • 11 Alsted J. H., Encyclopaedia septem tomis distincta, Herborn, 1630 (repr. Stuttgart – Bad Cannstatt, (...)

6Pour mettre en évidence ces éléments, j’ai choisi deux exemples d’encyclopédies « érudites » destinées à un public cultivé, plutôt que populaire, écrites entre la fin du XVe et le début du XVIIe siècle : le De expetendis et fugiendis rebus de Giorgio Valla (publié en 1501 ; désormais DEFR)10 et l’Encyclopaedia in septem tomis distincta de Johann Heinrich Alsted (désormais Enc.), dont la seule édition date de 163011.

7Mon choix s’explique, en premier lieu, par la chronologie : les deux œuvres sont composées à des moments différents de l’histoire de la médecine et de la culture encyclopédique. En outre, ces deux compilations ont été rédigées dans des milieux culturels intellectuellement favorisés, ce qui nous permettrait d’avoir une idée plus claire du rapport entre l’érudition « haute » et la science médicale et les attentes des lecteurs en matière de transmission du savoir médical. Enfin, le dernier critère retenu est le caractère universel, plutôt que spécialisé, des compilations. De cette manière, on peut mieux comprendre la place et le rôle de la science médicale dans un projet de mise en place d’un système de connaissance ayant l’ambition de reprendre l’ensemble du savoir.

Giorgio Valla, De expetendis et fugiendis rebus (DEFR)

  • 12 Sur médecine et culture érudite à la Renaissance, voir Bergdolt K., Zwischen „scientia“ und „studi (...)
  • 13 Valla, De expetendis, vol. I, sans pagination.

8Le DEFR fut publié à titre posthume en 1501. Riche de 49 livres, il reflète non seulement la bibliothèque de son auteur, mais aussi les tendances culturelles de son temps12. Son but relève en même temps de l’érudition et de la pédagogie morale : les informations recueillies ne doivent pas seulement servir à améliorer la culture des lecteurs, mais à élever leur état spirituel. Dans le prologue, l’auteur affirme que le but de la culture – et donc, celui de l’enseignement offert par l’encyclopédie – est de permettre au lecteur de distinguer le bien du mal et de choisir le premier plutôt que le second13. Cet encadrement moral plutôt que strictement savant de l’encyclopédie montre que Valla était un représentant majeur de la pédagogie humaniste et de ses principes selon lesquels l’apprentissage « intellectuel » et l’enseignement moral ne pouvaient pas être séparés. Cet encadrement joue aussi un rôle dans la présentation de la médecine faite par le compilateur.

  • 14 Sur la pharmacopée végétale dans le DEFR, voir Ventura I., « Changing Representations of Botany in (...)

9Pour mieux comprendre la spécificité du savoir médical du DEFR, il faut évoquer la structure, le contenu et les sources de chacun des 7 livres sur 49 (les livres 24-30) consacrés à la médecine. Le livre 24 s’ouvre par un petit prologue en deux parties : la première trace l’histoire de la médecine de ses origines légendaires jusqu’à Galien et de ses débuts superstitieux jusqu’au triomphe de la rationalité, tandis que la seconde met l’accent sur la structure de la discipline et sa subdivision entre théorie et pratique. Ensuite, le livre se déploie en 105 chapitres qui parcourent les fondements de la science et (surtout) la pratique médicale et l’art de soigner. Ainsi, les chapitres 2, 3, 4 et 5 traitent respectivement des sectes médicales de l’Antiquité et des methodi medendi, des principes généraux de la médecine et des connaissances fondamentales que le médecin doit acquérir avant de s’approcher du malade et de le soigner, et des signes et des présages informant le médecin sur l’état du patient et sur l’évolution positive ou négative de la maladie. Les chapitres 6-8 sont consacrés à la phlébotomie, et les chapitres 9-21 à un petit traité d’astrologie médicale où l’apparition des maladies est mise en relation avec la présence des astres dans les signes du zodiaque. Le long chapitre 23 concerne les médicaments simples d’origine végétale14. Si les simples d’origine végétale sont regroupés dans un seul chapitre et structurés par ordre alphabétique, il n’en va pas de même pour les médicaments dérivés du monde minéral, qui font l’objet de plusieurs chapitres (de 24 à 105). Dans ce dernier cas, ce n’est pas l’ordre alphabétique qui structure la matière, mais la typologie des substances : les terrae font l’objet des chapitres 24-35, les pierres précieuses, des chapitres 36-60, les sels et les métaux, des chapitres 61-105.

10Le livre 25 se présente comme une continuation du traité de simplicibus commencé au livre précédent : ici, les chapitres 1-107 décrivent les médicaments tirés des animaux, et plus spécifiquement, d’abord les parties des corps vivants (le sang, le lait, l’urine, etc.), et, ensuite, les animaux dont le corps, dans son ensemble ou en partie, est exploité en médecine. Les chapitres 108-148, à leur tour, constituent un petit traité théorique concernant les qualités et les effets des médicaments sur le corps humain. Le livre s’achève avec les chapitres 149-173 qui traitent des effets thérapeutiques des différentes sortes de nourriture.

  • 15 Cf. Joutsivuo T., Scholastic Tradition and Humanist Innovation: The Concept of Neutrum in Renaissa (...)

11Dans les livres 26 et 27, Valla réunit toutes les parties de la médecine pratique qui, en raison de leur ampleur ou de leur importance, ne pouvaient pas faire l’objet d’un livre. On peut dire qu’il y passe d’un savoir médical universel à un savoir particulier. Dans cet esprit, le livre 26 est structuré en trois sections dont la première (chap. 1-71) concerne les stratégies chirurgicales et pharmaceutiques de purification du corps (par ex., la phlébotomie d’un côté, et les médicaments simples et composés provoquant le vomissement, l’urine, etc., de l’autre). La deuxième section du livre (chap. 72-130), consacrée à la santé, comprend des développements sur les bains, la nutrition, le soin des enfants, l’exercice, la conservation de la santé et le soin des déséquilibres. La troisième section (chap. 131-177) présente un traité de sémiotique médicale qui, après avoir donné une définition du corps sain, malade et « neutre » (état intermédiaire entre santé et maladie qui est l’objet de débats à la Renaissance15), liste a capite ad calcem les signes de l’équilibre et du déséquilibre des organes principaux.

12Le livre 27 est divisé en deux parties qui préparent le lecteur au passage d’une section de la médecine consacrée à l’individuation du régime de santé à une section sur les stratégies d’individuation des maladies (il s’agit des branches de la médecine liées à la pathologie et à au diagnostic). Par conséquent, nous trouvons dans le livre 27 une première partie consacrée au pronostic (chap. 1-53) et une seconde qui, en se fondant sur le diagnostic et le pronostic en cas de maladie grave et en touchant à l’ensemble du corps humain, traite (chap. 54-238) des différentes pathologies. Cette large section se divise à son tour en trois parties : la première traite des fièvres et des maladies qui détruisent l’essence du corps (« animam deficientem facientes » ; chap. 54-149), la deuxième est consacrée aux pathologies, traditionnellement localisées dans la tête (cephalea, apoplexia, lethargia etc. ; chap. 150-206), qui touchent l’esprit humain et l’essence du corps, et la troisième (chap. 207-238) décrit les affections des organes de la tête (front, nez, oreilles).

13Les livres 28 et 29 poursuivent le discours pathologique. Plus précisément, les 65 chapitres du livre 28 sont tous consacrés aux yeux, tandis que les 157 chapitres du livre 29 concernent les pathologies du visage, de la bouche, des organes de la respiration et de la digestion, de l’appareil reproductif et de la peau, ainsi que les fractures. Le livre 29 inclut aussi un long discours sur les maladies de la peau et fait une place particulière aux ulcères et aux plaies (chap. 43-51), aux piqures des insectes et aux morsures des reptiles, des animaux vénéneux et des chiens enragés (chap. 56-77).

  • 16 Ventura I., « ‘ Aristoteles fuit causa efficiens huius libri.’On the reception of Pseudo-Aristotle’ (...)

14Le panorama de la science médicale se termine avec le livre 30. Cette section très singulière est constituée d’un recueil de 150 questions-réponses sur les caractéristiques des éléments naturels (plantes, animaux, etc.), le corps et la vie de l’homme. Elles sont tirées d’extraits des Quaestiones mensales de Plutarque et des Problemata pséudo-aristotéliciens et de Cassius Iatrosophista16. Bien qu’apparemment difficile à saisir, le lien entre ce recueil de questions et la médecine est profond : à travers les questions sélectionnées, Valla essaie d’éclaircir les causes de certains phénomènes naturels observables par les médecins, de trouver les raisons qui justifient l’utilisation d’un élément naturel en médecine, ou de décrire des phénomènes naturels qui ont de l’influence sur la vie de l’homme. En d’autres termes, ce livre a pour fonction de faire comprendre au lecteur que la médecine possède un pendant spéculatif, se sert des principes de la logique et garde des liens profonds avec la philosophie naturelle et l’observation et l’interprétation de la nature.

15La structure des livres médicaux du DEFR peut étonner, surtout si on compare le contenu de cet ouvrage avec les compilations encyclopédiques du Moyen Âge comme le Speculum naturale de Vincent de Beauvais. Trois aspects en particulier surprennent le lecteur : 1) une sélection d’arguments plutôt qu’un aperçu complet, 2) une présentation de la discipline où l’on ne retrouve ni la répartition classique entre médecine théorique et médecine pratique, ni la division de chacune de ces parties en plusieurs branches (anatomie, pathologie, diététique, pharmacopée etc.) et 3) le passage de la thérapie au diagnostic qui semble inverser la démarche professionnelle caractérisée par la prééminence de la pathologie (i. e. la connaissances des affections) sur la thérapeutique (la guérison).

  • 17 Sur les sources des livres médicaux du DEFR, voir Landucci Ruffo P., « Le fonti della “medicina” n (...)
  • 18 Ibid., p. 66.

16Ces caractéristiques apparemment surprenantes s’expliquent par l’influence exercée par la source principale de Valla, le Tetrabiblos d’Aetius de Amide (l’autre étant l’Epitomae medicae libri septem de Paul d’Egine [c’est à travers ces deux auteurs que Valla cite Galien et Celse]) et par la manière dont Valla l’a utilisée17. Aetius utilise presque les mêmes arguments. Toutefois, on ne peut pas faire de Valla un esclave de sa source. Il ne se contente pas de reproduire son texte de référence et il fait preuve d’une certaine indépendance dans son utilisation : il le conçoit comme un texte de base dans lequel il peut insérer des informations supplémentaires ou intégrer des parties manquantes, ou bien il le résume pour rendre son contenu plus facilement compréhensible. On voit, par exemple, que les chapitres du livre 28, en grande partie tirés du Tetrabiblos, comprennent des insertions de passages du De medicina de Celse, qui est le seul médecin latin cité par Valla18.

  • 19 Landucci Ruffo, « Le fonti della “medicina” »; Nutton V., « Hellenism Postponed: Some Aspects of Re (...)
  • 20 Bergdolt, Zwischen “scientia” und “studia humanitatis”, p. 49.

17A ma connaissance, l’importance de l’encyclopédie de Valla comme témoin de la réception des médecins grecs à la Renaissance n’a pas encore été soulignée, la seule exception étant représentée par les études de P. Landucci Ruffo et de V. Nutton19. Néanmoins, elle ne peut pas être niée et représente une étape importante dans l’évolution de la bibliothèque médicale pendant la Renaissance : d’« arabo-centrique » elle devient « gréco-centrique », ce qui conduit à l’abandon progressif de sources comme le Canon d’Avicenne et au retour au Galien grec authentique. En outre, le DEFR s’inscrit dans le moment de rencontre entre dimension scientifique et philologique dont la médecine fait l’expérience autour de 1500. Cet épisode conduit, d’un côté, à un effort pour lire les autorités de l’Antiquité de manière plus rigoureuse et correcte et pour comprendre leur contenu sans la médiation des écrits arabes et médiévaux, et, de l’autre, à une tentative pour faire mieux coexister la lecture des textes avec l’expérience pratique20.

18Un exemple illustre la question de la constitution d’une constellation du savoir médical autour du Tetrabiblos. Dans le livre 24, on remarque l’attention de Valla pour l’astrologie médicale, qui n’avait aucune place dans l’œuvre d’Aetius, mais qui joue un rôle privilégié dans le premier livre du DEFR à côté des principes fondamentaux de la médecine. Plusieurs raisons expliquent l’intérêt de Valla pour l’astrologie médicale. En premier lieu, sa description du rôle de l’astrologie dans la culture du médecin existe dans l’Astrologia Hippocratis, un texte vraisemblablement d’origine arabe mais qui, traduit plusieurs fois au Moyen Âge – par exemple par Guillaume de Moerbeke et Pierre d’Abano – connaît un succès considérable. Le choix de cette source montre que Valla adhère, dans ce cas, encore pleinement à la vision médiévale de l’astrologie médicale et choisit comme source un texte appartenant déjà à la bibliothèque de référence de cette discipline au XIIIe siècle.

  • 21 Sur la médecine astrologique à la Renaissance, voir Pennuto P., « La medicina astrologica : nascit (...)

19Ensuite, Valla limite son discours au seul pronostic et à l’étude du cours de la maladie, sans toucher d’autres aspects de l’astrologie médicale pourtant très importants pendant la Renaissance comme la théorie de l’influence astrale sur l’embryon et la naissance. On peut relier cette dimension pragmatique de l’encyclopédisme de Valla à sa décision de traiter seulement les aspects de l’astrologie médicale qui concernent l’activité de guérison (pronostic, diagnostic, thérapie), sans toucher au débat sur le rôle de l’astrologie qui traverse la culture humaniste du temps, en particulier dans les œuvres de Marsile Ficin et de Pic de la Mirandole21.

20Enfin, on constate le manque d’intérêt de Valla pour l’anatomie et les questions théoriques liées à la nature et à la fonction des parties du corps humain, qui sont bien représentées dans la littérature médicale de la Renaissance. Ce manque d’intérêt étonne si on considère que Valla fut un médecin et un lecteur attentif des œuvres d’anatomie et de physiologie de Galien, et qu’il collabora à la réalisation de l’édition aldine de l’œuvre du médecin grec. Il nous semble que Valla n’a pas éliminé du DEFR l’anatomie en raison d’une improbable incompétence mais à cause de la dimension théorique des encyclopédies sur ce sujet. Son intention « pédagogique » est bien illustrée par le traitement d’une autre partie de la médecine, la pathologie, un domaine où Valla fait en sorte, encore une fois, que sa source principale, le Tetrabiblos d’Aetius d’Amide, vienne confirmer ses objectifs.

21L’ensemble des chapitres inclus dans les livres « pathologiques » du DEFR nous montre que la pathologie de Valla est limitée et « déséquilibrée » par rapport au Tetrabiblos et aux principaux centres d’intérêt de la médecine de l’époque. Certaines parties du corps humain, comme le cœur, sont totalement absentes, d’autres reçoivent peu d’attention, tout en étant plus importantes, comme les organes de la digestion. Les absences, les descriptions réduites et les « omissions » étonnent, surtout quand on voit que ces pathologies étaient bien présentes dans l’œuvre d’Aetius. On pourrait certainement envisager la possibilité que l’encyclopédie soit incomplète. Toutefois, cette hypothèse est peu crédible, car aucun élément du texte ne permet de la soutenir. L’exclusion semble volontaire. L’auteur n’envisage pas de présenter et de transmettre un aperçu complet de la discipline médicale ; il préfère une sélection de branches et d’arguments choisis pour deux raisons : son intérêt pour certaines disciplines, comme l’ophtalmologie, et son souci de mettre la description des pathologies à la portée du lecteur non spécialisé en médecine. Encore une fois, on retrouve dans le choix et le traitement des sujets médicaux la volonté de Valla de transmettre des connaissances utiles au lecteur cultivé, intéressé par le sujet et prêt à utiliser ces connaissances, plutôt que le désir d’encourager la reprise passive d’informations qui figurent dans sa source mais sont probablement sans rapport avec la réalité de la pathologie et de la thérapeutique.

22L’analyse du traitement de la médecine dans le DEFR permet de tirer plusieurs conclusions. Il faut d’abord souligner l’importance de l’encyclopédie comme témoignage d’un savoir sélectionné plutôt que global. L’inclusion et l’exclusion de sujets, ainsi que l’importance accordée aux thèmes sélectionnés, montrent que l’ambition de Valla était de souligner l’aspect pratique de la médecine et sa vocation à conserver et à rétablir la santé plutôt que d’évoquer le débat théorique sur la nature de la médecine, son statut et sa dimension philosophique.

  • 22 Nutton V., « Hellenism Postponed », art. cit.

23Une autre conclusion nous renvoie à la place cruciale occupée par le DEFR dans la transformation de la bibliothèque médicale entre Moyen Âge et Renaissance. À ma connaissance, la compilation de Valla est la première encyclopédie qui évoque le remplacement des auteurs arabes par les autorités grecques et par les auteurs qui feront l’histoire de la médecine érudite à la Renaissance (en particulier, le corpus de Galien ou Dioscoride). Toutefois, l’hellénisme médical de la Renaissance n’est pas le résultat d’un changement immédiat, mais d’une évolution lente et problématique22 dont Valla est un acteur important : il utilise les sources qui ont accompagné la réception et l’affirmation de la médecine galénique (Aetius d’Amide, Paul d’Egine) et il a mené un travail de redécouverte, de traduction, de mise à disposition de ses sources intermédiaires. Ce travail n’aurait pas pu être possible sans l’utilisation d’une riche bibliothèque personnelle, sans la présence d’un réseau de bibliothèques humanistes, d’intellectuels intéressés par la science grecque et sans les projets contemporains de publication et de diffusion des œuvres scientifiques et médicales de l’Antiquité.

24Enfin, il est indispensable de rappeler la connotation particulière de l’érudition médicale déployée par Valla. Bien que dépendant de ses sources, et qu’excerptor de leur contenu, Valla se révèle un compilateur qui n’envisage pas de transmettre un savoir livresque sans rapport avec la réalité et, surtout, sans relation avec les besoins de ses lecteurs. Si on pense que, pour lui, le savoir doit avoir une utilité pratique et contribuer au déroulement de la vie morale et spirituelle de l’homme, l’orientation ouvertement pratique de la médecine, avec son attention pour la pathologie « de tous les jours » et pour la thérapie pharmaceutique, s’accorde parfaitement avec les besoins de son lecteur idéal, un homme cultivé et capable de lire et de comprendre les passages du Tetrabiblos, mais également désireux d’acquérir des connaissances utiles et concrètement applicables.

L’Encyclopaedia de Johann Heinrich Alsted

  • 23 Enc., ed. cit. Sur Alsted, voir Schmidt-Biggemann W., Topica universalis. Eine Modellgeschichte hu (...)
  • 24 Enc., vol. I, p. 1-26. Sur les stratégies d’organisation et visualisation du système des sciences, (...)
  • 25 Enc., vol. I, p. 1.

25Publiée une seule fois à Herborn en 1630, l’Enc. est connue comme un des exemples des principes ramistes de la division du savoir et comme une des principales manifestations de l’aspiration de l’érudition moderne à un savoir universel parfaitement organisé23. Sa caractéristique principale est la présence de 38 tables résumant la structure interne de chaque discipline et le système des sciences et du savoir élaboré par Alsted24. Le but des tables est éclairci par l’auteur qui souligne l’utilité des schémas pour l’acquisition, l’organisation et la mémorisation des informations relatives aux disciplines scientifiques25.

26La démarche d’Alsted demeure très importante. À une époque où la culture encyclopédique doit faire face non seulement à l’augmentation des informations, des typologies de textes encyclopédiques et des lecteurs, mais aussi à la difficulté de trouver des systèmes d’acquisition et d’organisation du savoir et des connaissance universellement valides, stables et clairs, l’approche d’Alsted et son application des principes ramistes lui permettent de réaliser une œuvre caractérisée par une structure facilement accessible à un intellectuel familiarisé avec la logique de Ramus. Si on regarde de plus près son manifesto culturel et le contenu de son encyclopédie, on voit que le véritable but de sa compilation n’est pas de recueillir des informations, de les structurer d’une manière cohérente et de les transmettre au lecteur désireux d’acquérir un savoir universel, mais de mettre en place un système logique d’organisation du savoir qui pourra être utilisé par le lecteur pour ordonner les connaissances qu’il a déjà acquises et structurer celles qu’il acquerra.

  • 26 Ibid., vol. 3, p. 541-622 (à savoir : p. 541-569 = section I ; 570-582 = II ; 582-586 = III ; 586- (...)
  • 27 Ibid., vol. 3, p. 16-282.
  • 28 Ibid., vol. 3, p. 321-457.

27En dépit de la brièveté de ses pages consacrées à la médecine, l’Enc. n’est pas superficielle mais pose des questions importantes sur les sources, l’image de la discipline, les rapports entre la médecine et d’autres domaines du savoir, comme la chimie. La section medicina occupe le seul livre 27, qui est placé après la théologie et le droit. Le livre 27 est petit : il compte seulement 82 pages, dont presque la moitié est occupée par l’appendix26, contre 136 pages pour la théologie27 et 166 pour l’éthique (divisée, à son tour, en ethica, oeconomica, et politica28). Toutefois, le discours médical d’Alsted mérite attention pour deux raisons. D’abord à cause de sa structure spécifique : ce n’est pas l’ensemble des informations données qui attire l’attention, mais la répartition des sujets entre les différentes branches de la médecine. Ensuite, l’ancienne médecine hippocratique et galénique et la nouvelle médecine chimique d’origine paracelsienne sont opposées l’une à l’autre. Par conséquent, l’analyse et l’évaluation du traitement de la médecine dans l’Enc. ne peuvent pas se limiter à une analyse des sources mais doivent prendre en considération la structure du discours et l’orientation du compilateur, ainsi que ses rapports avec la culture médicale contemporaine. Pour comprendre l’image que l’Enc. donne de la médecine, il est indispensable d’offrir un aperçu du livre 27.

  • 29 Ibid., vol. 1, p. 19.

28Cet aperçu commence avec la table reproduisant la structure de la médecine29 qui, selon Alsted, consiste en deux parties principales : la generalis, qui réunit les principes, les branches, les données générales, et la specialis, qui concerne la santé de l’homme selon le lieu où il vit, son sexe, son âge et son rôle social, et les animaux. La médecine generalis est aussi divisée en deux parties selon son but (finis) et ses media, c’est à dire les stratégies à sa disposition pour la conservation et le rétablissement de la santé. Ces media sont regroupés en deux types, les propria, relatifs aux personnes en bonne santé (hygiène, prophylaxie) ou aux malades (la thérapeutique, divisée en nosologie, pathologie et chirurgie), et les communia identifiables dans les branches principales de la médecine (physiologie, diététique, sémiotique, pharmacie).

  • 30 Cf. Kahn D., Alchimie et paracelsisme en France à la fin de la Renaissance : 1567-1625, Genève, Dr (...)

29À chaque branche de la médecine correspondent des principes et des stratégies pratiques qui diffèrent en fonction de l’appartenance aux deux traditions médicales : la tradition « galénique », qui avait dominé jusqu’à Paracelse et ses disciples30, et la tradition « hermétique » (la médecine chimique de Paracelse). La division en médecine galénique et chimique est la principale caractéristique de la médecine d’Alsted, et elle influence non seulement l’image générale de la discipline mais aussi l’organisation interne de chaque branche. Il y a donc une physiologie galénique et une physiologie « chimique », une pharmacopée galénique et une pharmacopée chimique. Les deux systèmes de la médecine ne sont pas compatibles ; au contraire, le second constitue l’alternative « moderne » au premier, bien qu’Alsted ne souligne pas cette opposition. La conception de la médecine chimique comme alternative moderne à la tradition galénique mérite d’être soulignée, car elle se situe chronologiquement dans une phase de polémique virulente entre les partisans de la thérapeutique ancienne et médiévale et les disciples de Paracelse qui soutiennent le renouvellement des stratégies thérapeutiques à l’aide de la chimie.

30La bipartition de la médecine en deux traditions, galénique et chimique, et en deux branches, generalis et specialis, se reflète aussi dans la structure du livre 27 et dans le choix des sources. Le livre est divisé en trois sections, dont la première et la deuxième concernent la médecine generalis (à son tour divisée en galénique et chimique-hermétique), la troisième la médecine specialis. Ses sources peuvent être divisées en deux catégories : les œuvres utilisées et citées dans les trois sections, et celles qui sont recopiées entièrement dans les annexes. Ces deux catégories de textes de référence ont aussi des fonctions différentes : les premières constituent la base à l’aide de laquelle le compilateur développe son propre discours dans le texte, les secondes représentent des « lectures d’accompagnement » qui illustrent par des exemples le contenu d’une section. La première catégorie est représentée par l’Ars medica de Duncan Liddel (1561-1613), une des personnalités clé de la médecine académique entre XVIe et XVIIe siècle, qui fut professeur d’astronomie, de mathématique et de médecine à l’université d’Helmstedt entre 1591 et 1607. Bien que citée de manière explicite seulement dans les deux premiers chapitres de la section de medicina generali, l’œuvre a été utilisée aussi dans le reste de la section I et joue un rôle clé dans la présentation de la médecine galénique. Alsted suit par exemple fidèlement sa séquence des sujets (définition de la médecine, sectes médicales, théorie des éléments et des tempéraments, conception de l’âme et de ses facultés, etc.).

  • 31 Cf. Enc., f. 543-544, et Liddel D., Ars medica, Hamburg, Frobenius, 1608, ici p. 21-39 (II, 2) sur (...)
  • 32 Cf. Enc., f. 546-547, et Liddel, op. cit., p. 55-64 (II, 3).

31Toutefois, il faut remarquer qu’Alsted ne reprend pas tout le contenu de l’Ars medica, mais suit deux stratégies d’adaptation : en premier lieu, il en simplifie fortement le contenu, comme le montre la comparaison entre le discours sur les éléments (Enc., XXVII, I, III, 3 « De elementis sunt hae regulae Medico cognoscendae ») et la section correspondante de l’Ars medica (II, 1, « De elementis »)31 : le compilateur a réduit l’ample discussion de Liddel à quelques phrases et éliminé la partie sur la mixtio elementorum ; ensuite, il réduit un sujet à une seule perspective, comme le montre le chapitre consacré à l’âme et à ses facultés dans lequel il ne reprend que l’aspect « médical » de la psychologie humaine en laissant de côté l’héritage philosophique aristotélicien32. On remarque qu’Alsted délaisse des livres entiers comme les livres III et IV consacrés à la pathologie. La raison de leur exclusion est probablement leur extrême ampleur et spécialisation qui les rend impossibles à reproduire entièrement. Il est intéressant, toutefois, de remarquer que, si pour Valla la pathologie constitue la partie principale de la médecine, pour Alsted elle représente un domaine à exclure totalement, probablement à cause de sa complexité.

32Si l’identification des sources de la médecine galénique se révèle une tâche assez simple, celle des textes de référence de la section consacrée à la médecine chimique est plus difficile à cause du manque de renvois explicites et de la similarité du discours entre les chapitres de la section et le texte qui l’accompagne, la Medicina universalis de Johannes Wolfgang Dienheim, ce qui laisse supposer qu’Alsted aurait simplement reformulé le contenu de sa source la plus représentative. Une rapide lecture de la troisième section, de medicina speciali, fait comprendre que, contrairement aux autres, cette partie ne dépend pas d’une seule source mais de différents textes dont plusieurs, sur la conservation de la santé, ont été écrits par des intellectuels. C’est le cas, par exemple, de l’Hermes redivivus de Johannes Bicker, du De conservanda valetudine d’Henricus Rantzovius (Heinrich Rantzau), des œuvres de Gregor Horst et de Jean Fernel.

  • 33 Sur les régimes de santé à la Renaissance, cf. Nicoud M., « I regimina sanitatis : un genere medic (...)

33Chaque section est accompagnée d’une annexe dans laquelle Alsted reproduit un texte considéré comme particulièrement représentatif. Ces parties du texte méritent d’être analysées de près. Si la première section n’est accompagnée d’aucune annexe, la deuxième comprend un extrait de l’œuvre de Wolfgang Dienheim, la Medecina universalis seu de generali morborum omnium remedio liber, et la troisième des extraits de la Medicina practica recens et nova de Martin Ruland et du Regimen sanitatis salernitanum, un des livres de santé les plus connus à l’époque. Les textes choisis par Alsted ont chacun des caractéristiques spécifiques, ainsi qu’une place et une fonction non seulement dans l’encyclopédie mais aussi dans la culture contemporaine en raison de leur niveau de spécialisation, de leur diffusion et de leur actualité par rapport à l’avancement de leur discipline de référence. Le Regimen sanitatis Salernitanum, d’une lecture simple et accessible, est un texte connu et populaire que chaque lecteur suffisamment cultivé pouvait reconnaître, comprendre et utiliser pour trouver des informations utiles à la vie de tous les jours33.

  • 34 Sur la conception de l’alchimie d’Alsted, cf. Mandosio J.-M., « L’alchimie dans les classification (...)

34Il en va différemment pour les œuvres de Ruland et de Dienheim. La Medicina universalis (qui accompagne la section II) et la Medicina practica (attachée à la section III) sont écrits par deux auteurs de référence en raison de la conception qu’Alsted se fait de l’alchimie et en particulier de l’alchimie « sublime » qui est liée à la recherche de la médecine universelle et s’engage à trouver des remèdes artificiels aux maladies (l’autre alchimie est l’alchimie « vulgaire », un savoir technique dépourvu de tout noble but)34. En outre, ces textes offrent aux lecteurs des résumés assez complets de la médecine et de la pharmacie chimique, un compendium « de première main » et un traité complet, cohérent et représentatif de l’information que le compilateur devait élaborer.

35Néanmoins, si les deux textes partagent cette fonction de compendium original, ils ont chacun leur propre fonction. D’une part, la Medicina universalis de Dienheim est le texte choisi par le compilateur pour fournir au lecteur un aperçu complet et dense des principes théoriques de la médecine chimique ; par conséquent, il constitue une sorte d’approfondissement de l’information contenue dans la section II. D’autre part, il semble que la fonction de la Medicina practica de Ruland soit plus complexe, et sa relation avec la section III plus difficile à comprendre. À mon avis, elle est double : d’un côté, il offre au lecteur un manuel pratique-professionnel de pharmacopée chimique illustrant les medicamina simplicia, les composita, les doses et les typologies de remèdes composites mis à la disposition du médecin et de l’apothicaire ; de l’autre, avec sa liste des maladies et des thérapies possibles, il intègre les pathologies qu’on retrouve dans la vie quotidienne.

36Le livre 27 mérite aussi l’attention, car l’agencement de l’information et sa logique interne montrent l’originalité d’Alsted et, surtout, la souplesse de sa conception du rôle et de la fonction des différentes parties de la médecine. La première section consiste en 10 chapitres consacrés respectivement à la définition de la nature et du but de la médecine (chap. 1), à son objet (chap. 2), à la physiologie (chap. 3), à la diététique (chap. 4), à la sémiotique (chap. 5), à la pharmacie (chap. 6), à l’hygiène (chap. 7), à la prophylaxie (chap. 8), à la thérapeutique (chap. 9), et à la chirurgie (chap. 10). Comme souvent dans l’Enc., chaque chapitre est ouvert par des praecepta qui en énoncent les principes fondamentaux, et complété par des regulae qui développent, interprètent, expliquent ces principes.

37Ce système, dominé en même temps par des principes mnémotechniques (la séquence des corollaires) et par une logique dérivative, facilite la compréhension de la structure de chaque branche et la mémorisation des praecepta, ainsi que la constitution d’un système théorique comprenant l’ensemble des principes de la pharmacopée. Ensuite, la séquence de praecepta est suivie par 16 regulae qui sont 16 petits chapitres sur des questions ou des notions spécifiques. L’objet de ces regulae se retrouve dans les notions de médicament, d’effet, de facultas et de qualité, c’est à dire dans les mêmes notions définies dans les praecepta de manière plus générale et d’un point de vue théorique. Par conséquent, les regulae servent à intégrer, à fixer, à expliquer et à donner en exemple de manière concrète les notions théoriques énoncées dans les praecepta, et à transférer les principes du général au particulier.

38La deuxième section, consacrée à la médecine hermétique-chimique, est brève et structurée plus ou moins de la même manière que la première. Contrairement à la médecine galénique, qui est centrée sur l’homme et dont l’objet principal est de préserver et de restaurer la santé du corps humain, le but principal de la médecine chimique est de produire des médicaments et des stratégies thérapeutiques adaptés à la conformation interne et externe de l’homme. La médecine chimique est donc constituée de trois sections, le finis (le but), le subiectum (l’homme et sa conformation), les media (les stratégies de conservation et de restauration de la santé), qui sont à leur tour divisées en communia et propria pour les malades ou les personnes en bonne santé. Comme dans le cas de la médecine classique, ces media sont identifiés dans les diverses branches de la médecine, comme la physiologie, la diététique, la sémiotique, la pharmacie, l’hygiène, la prophylaxie, et la thérapeutique (la seule branche non représentée dans la deuxième section est la chirurgie). Toutefois, si les mêmes éléments de subdivision sont présents dans la structure de la médecine galénique et chimique, la structure de la discipline et son but sont différents.

  • 35 La représentation de l’alchimie et de la chimie médicale d’Alsted a été vue par S. Matton comme fo (...)

39La section consacrée à la médecine chimique consiste en 5 chapitres sur le but (chap. 1), le sujet (chap. 2), les media ou principes de base (chap. 3), l’hygiène et la prophylaxie (chap. 4), et la thérapeutique chimique (chap. 5). Dans cette section, le but principal du compilateur est de montrer les différences entre médecine ancienne et chimique, et la spécificité des fondements théoriques de cette dernière35. Particulièrement important à ce propos est le chapitre 3 où Alsted énonce les principes de la medicina chymica communis, notamment la théorie de la signature des éléments naturels, de l’eucrasia de l’homme (sa constitution interne), de sa diaplasis (sa conformation extérieure), du régime de santé selon les principes alchimiques du De vita de Marsile Ficin, des signa extérieurs du corps, et des thérapies et des médicaments.

  • 36 Mandosio J.-M., « L’alchimie dans la classification des arts », art. cit., p. 23.
  • 37 Ibid., p. 25.

40La dernière caractéristique de la section de medicina chimica est son caractère explicitement interdisciplinaire qui contraste avec la nature plus autonome de la médecine et de ses branches dans le DEFR et dans les autres sections du livre 27 de l’Enc. Comme on l’a vu dans les pages précédentes, pour Valla et pour Alsted, la médecine entretient des liens ponctuels et « pragmatiques » avec la philosophie naturelle ou l’astrologie. Le cas de la section II du livre 27 de l’Enc. est différent car les renvois aux sections consacrées à la physique ou à la chimie y sont nombreux et, surtout dans le cas de la chimie, renvoient aux liens solides qui existent entre les deux disciplines. La section II du livre 27 dépend, en fait, fortement de la conception alstedienne de l’alchimie « noble », « pure » et « vraie », celle qui a pour but de procurer des médicaments utiles à la santé et d’encourager une médecine pure aux effets merveilleux, contrairement à l’alchimie « charbonnière » qui n’a ni but ni background intellectuel noble36. Si on n’accepte pas l’identification de la médecine alchimique avec l’alchimie noble, et si on ne lit pas les deux sections en parallèle, on n’arrive pas à comprendre le contenu de la section II du livre 27. On peut dire la même chose pour la physique : cette discipline, nécessaire pour comprendre les corps mixtes, fournit aussi au lecteur les instruments pour comprendre les éléments qui les constituent, et leurs principes hypostatiques37. La section de medicina chimica n’est donc pas seulement interdisciplinaire, mais soumise à des principes et à des corollaires de la chimie et de la physique. L’ampleur de cet enjeu entre disciplines est, à ma connaissance, inconnue d’autres encyclopédies.

  • 38 Enc., vol. 3, p. 582-585.

41Enfin, la troisième et dernière section traite de la médecine specialis, c’est à dire de l’action médicale et thérapeutique spécifique pour conserver ou restaurer la santé d’un seul type de patient (et pas de l’ensemble des patients possibles) ; l’action du médecin à ce propos doit tenir compte des caractéristiques spécifiques du patient : le lieu où il vit, son sexe, son âge et son rôle social. Cette très courte section, qui n’occupe que 4 pages38, n’offre ni un véritable vademecum médical ni une collection de données et d’informations utiles, mais plutôt un aperçu théorique de la structure de la discipline et des informations relatives aux différentes caractéristiques des patients dont le médecin doit tenir compte.

Conclusions

42Loin d’avoir épuisé le discours concernant la réception de la médecine dans les encyclopédies de la Renaissance et de l’époque moderne, cette étude a essayé de montrer, à l’aide de deux cas correspondant à deux moments différents de l’histoire de la médecine et de la culture encyclopédique, les questions principales posées par cette réception et les solutions offertes par les deux compilateurs.

43Les discours de Valla et d’Alsted reposent sur des sources qui peuvent couvrir l’ensemble de la discipline. Plutôt que de choisir plusieurs textes, les deux auteurs préfèrent s’appuyer sur une seule œuvre, en tirer le maximum de profit possible et intégrer des extraits dans leur texte seulement quand c’est strictement nécessaire. Ce qui différencie leur démarche est, d’un côté, la typologie (ou les typologies) de(s) source(s) choisie(s) (une œuvre grecque pour Valla, un manuel académique pour Alsted), de l’autre, l’équilibre qu’ils créent entre sources de base et textes cités car, si Valla intègre rarement le texte d’Aetius d’Amide, Alsted recourt à un système complexe de sources de base et de « lectures intégratives », de textes monopolisant une branche de la médecine (comme l’Ars medica de Liddel) et d’écrits à considérer dans leur ensemble pour reconstruire un panorama de la médecine.

44Si le choix des sources révèle un certain parallélisme dans la démarche des deux compilateurs, la présentation de la structure et de l’image de la médecine dans les deux encyclopédies montre des différences substantielles : une orientation plus « pratique » et « quotidienne » pour Valla, et plus « académique » et « professionnelle » pour Alsted. En d’autres termes, si le contenu du DEFR est, au moins en théorie, plus facilement accessible à un lecteur non spécialisé, celui de l’Enc. s’adresse à un public qui n’est pas seulement familier avec les sources, mais qui peut comprendre aussi les questions abordées.

45Les mêmes différences de perception et d’orientation se retrouvent dans l’ensemble des branches de la médecine traitées par les compilateurs. Si aucun des deux auteurs n’aspire à un savoir médical universel, Valla montre une attention particulière pour la pathologie, et plus spécifiquement pour les pathologies les plus simples, limitées à une seule partie du corps, plus faciles à reconnaître et à soigner, même par un lecteur dépourvu d’un curriculum académique ; Alsted s’intéresse à la thérapeutique et aux différentes orientations de la thérapeutique traditionnelle et chimique, dont il explore les caractéristiques.

46Les deux compilations posent les mêmes questions. Quel est le rapport entre savoir spécialisé et érudition ? « Érudition » signifie-t-il impérativement « spéculation » ? La présentation de la médecine dans les encyclopédies de Valla et d’Alsted incite à répondre par la négative à la deuxième question. Les deux notions ne sont pas complémentaires, et l’érudition du compilateur et du public ne conduit pas nécessairement à aborder des questions complexes ou controversées faisant l’objet d’un débat intellectuel ou largement traitées dans la littérature médicale du temps. Dans l’encyclopédie de Valla, nous ne trouvons aucune trace des questions du rôle du cerveau ou du cœur, ou des différentes parties du corps, pourtant largement débattues dans les œuvres galéniques ; chez Alsted, on ne trouve aucun écho des débats concernant la théorie du spiritus ou de la circulation du sang. Au contraire, il semble que les deux compilateurs aient voulu transmettre à leur public un savoir accessible et, surtout, loin de toute controverse.

47La question des relations entre érudition et culture professionnelle se pose. Ici, les choix des deux compilateurs prennent des chemins différents car, si Valla semble souligner les divergences entre le monde des professionnels et l’érudit universel, fortement dépendant d’une bibliothèque savante plutôt que des données de la pratique, Alsted apparaît comme un compilateur qui cherche, au moins de manière simplifiée, à franchir le pas entre érudition et pratique professionnelle et à tenir son lecteur à l’écart, par exemple, de l’avancement de la médecine chimique évoqué dans les œuvres de Dienheim et de Ruland. Par conséquent, Valla et Alsted nous permettent de comprendre comment un compilateur a présenté un domaine du savoir partagé entre érudition, spéculation et pratique professionnelle, et ils nous montrent leur conception de la culture érudite, du débat théorique et du « background professionnel ». L’étude de la réception de la médecine dans les encyclopédies peut donc devenir non seulement un champ d’étude important pour la recherche sur la culture encyclopédique moderne, mais aussi un point de départ intéressant pour analyser la notion de culture érudite et la relation entre érudition et savoir scientifique.

Notes

1 Sur la médecine de la Renaissance, cf. Cook H. J., « Medicine », Park K. et Daston L. (dir.), The Cambridge History of Science. vol. 3 : Early Modern Science, Cambridge, Cambridge University Press, 2006, p. 407-434.

2 L’Encyclopédie est accessible en ligne au site http://portail.atilf.fr/encyclopedie/. Cf. Les branches du savoir dans l’Encyclopédie, Paris, Société Diderot, 2006 (Recherches sur Diderot et l’Encyclopédie : revue semestrielle de la Société Diderot, 40-41) ; Groult M. (dir.), L’encyclopédie ou la création des disciplines, Paris, CNRS Éditions, 2003 ; Groult M., D’Alembert et la mécanique de la vérité dans l’Encyclopédie, Paris, Champion, 1999 ; Doig K. H., From Encyclopédie to Encyclopédie : méthodique revision et expansion, Oxford, Voltaire Foundation, 2013 (SVEC, 11).

3 Sur le Grosses Universales Lexikon, cf. Schneider U. J., Die Erfindung des allgemeinen Wissens, Berlin, Akademie Verlag, 2013, et Lohsträter K. et Schock F. (dir.), Die gesammelte Welt. Studien zu Zedler Universal-Lexicon, Wiesbaden, Harrassowitz, 2013 (Schriften und Zeugnisse zur Buchgeschichte, 19).

4 Sur les encyclopédies de la Renaissance et de l’époque moderne, cf. Schneider U.J. (dir.), Seine Welt wissen. Enzyklopädien in der Frühen Neuzeit, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2006 ; Schierbaum M. (dir.), Enzyklopädistik 1550-1650 : Typen und Transformationen von Wissensspeichern und Medialisierung des Wissens, Berlin-New York, LIT Verlag, 2009 (Pluralisierung und Autorität, 18) ; Schock F. (dir.), Polyhistorismus und Buntschriftstellerei : populäre Wissensformen und Wissenskultur in der Frühen Neuzeit, Berlin-New York, De Gruyter, 2012 (Frühe Neuzeit, 169) ; Andries L. (dir.), Les constructions des savoirs : XVIIIe-XIXe siècles, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2009 (Collection Littérature et Idéologies) ; Yeo R., Encyclopaedic visions : scientific dictionaries and enlightenment culture, Cambridge, Cambridge University Press, 2001 ; Stammen Th. et Weber W. E. J. (dir.), Wissenssicherung, Wissensordnung und Wissensverarbeitung : das europäische Modell der Enzyklopädien, Berlin, Akademie Verlag, 2004 (Colloquia Augustana, 18) ; Kilcher A. B., Mathesis und poiesis : die Enzyklopädiek der Literatur 1600 bis 2000, Munich, Fink, 2003 ; Nest W. M., Theatres and encyclopaedias in Early Modern Europe, Cambridge, Cambridge University Press, 2003 ; Michel P. (dir.), All you need to know : Encyclopaedias and the idea of general knowledge (Conference, Prangins, Switzerland, 18-20 Sept. 2003), publié sur le site www.enzyklopaedie.ch ; Meier C. (dir.), Die Enzyklopädie im Wandel vom Hochmittelalter bis zur Frühen Neuzeit. Akten des Kolloquiums des Projektes D im Sonderforschungsbereich 231/29.11-2.12.1996), Munich, Fink, 2002 (Münstersche Mittelalter-Schriften, 78).

5 Cf. Mikkeli H., « The Status of Mechanical Arts in the Aristotelian Classification of Knowledge in the Early Sixteenth Century », Blum P. R. et al. (dir.), Sapientiam amemus. Humanismus und Aristotelismus in der Renaissance. Festschrift für Eckhard Keßler zum 60. Geburtstag, München, Fink, 1999, p. 109-126, ici p. 115-118.

6 Sur les Bibliothecae, voir Zedelmaier H., Bibliotheca universalis und Bibliotheca selecta : das Problem der Ordnung des gelehrten Wissens in der Frühen Neuzeit, Köln et al., Böhlau, 1992 (Archiv für Kulturgeschichte, Beihefte, 33). Sur les dictionnaires et les « commonplaces books », cf. Moss A., Printed Commonplace-books and the Structuring of Renaissance Thought, Oxford, Clarendon Press, 1996.

7 Possevino A., Bibliotheca selecta, Venetia, 1603, ici vol. II, p. 175-246, ici spéc. p. 180-194. Sur Possevino, voir Schierbaum M., « Vorbildhaftigkeit, Konkurrenz, Kontinuität. Probleme der Antikerezeption in den Bibliographien und Enzyklopädien der frühen Neuzeit (Gesner, Possevino, Alsted) », Oesterreicher W. et al. (dir.), Autorität der Form – Autorisierung – Institutionelle Autorität, Münster, LIT Verlag, 2003 (Pluralisierung und Autorität, 1), p. 85-104.

8 Girolamo Mercuriale, Pietro Andrea Matthioli, Giovanbattista da Monte, ou Andreas Vésale.

9 Je remercie le Dr U. Schlegemilch (Université de Würzburg) d’avoir attiré mon attention sur l’attitude négative de l’Eglise catholique vis-à-vis de la médecine.

10 Valla G., De expetendis et fugiendis rebus, Venise, Aldus Manutius, 1501, 4 volumes, sans pagination.

11 Alsted J. H., Encyclopaedia septem tomis distincta, Herborn, 1630 (repr. Stuttgart – Bad Cannstatt, Frommann-Holzboog, 1989-1990), 4 vols.

12 Sur médecine et culture érudite à la Renaissance, voir Bergdolt K., Zwischen „scientia“ und „studia humanitatis“. Die Versöhnung von Medizin und Humanismus um 1500, Wiesbaden, Westdeutscher Verlag, 2001 (Nordrhein-Westfälische Akademie der Wissenschaften, Vorträge, G 379).

13 Valla, De expetendis, vol. I, sans pagination.

14 Sur la pharmacopée végétale dans le DEFR, voir Ventura I., « Changing Representations of Botany in Encyclopedias from the Middle Ages to the Renaissance », Goeing A.-S. et al. (dir.), Collectors’knowledge : what is kept, what is discarded = Aufbewahren oder wegwerfen : Wie Sammler entscheiden, Cologne et al., Brill, 2014 (Brill’s Studies in Intellectual History, 227), p. 97-144.

15 Cf. Joutsivuo T., Scholastic Tradition and Humanist Innovation: The Concept of Neutrum in Renaissance Medicine, Helsinki, Academia Scientiarum Fennica, 1999 (Suomalaisen Tiedeakatemian Toimituksia, Sarja Humaniora, 303).

16 Ventura I., « ‘ Aristoteles fuit causa efficiens huius libri.’On the reception of Pseudo-Aristotle’s Problemata in Late Medieval encyclopaedic culture », Goyens M. et de Leemans P. (dir.), Aristotle’s Problemata in Different Times and Tongues, Louvain, Leuven University Press, 2006 (Mediaevalia Lovaniensia, Series I, Studia, 39), p. 113-144.

17 Sur les sources des livres médicaux du DEFR, voir Landucci Ruffo P., « Le fonti della “medicina” nell’enciclopedia di Giorgio Valla », Branca V. (dir.), Giorgio Valla tra scienza e sapienza. Saggi di Gianna Gardenal, Patrizia Landucci Ruffo, Cesare Vasoli, Florence, Olschki, 1981 (Civiltà Veneziana, 28), p. 55-68.

18 Ibid., p. 66.

19 Landucci Ruffo, « Le fonti della “medicina” »; Nutton V., « Hellenism Postponed: Some Aspects of Renaissance Medicine, 1490-1530 », Sudhoffs Archiv, 81 (1997), p. 158-170. Cf., en général, Boudon V. et Coboler G. (dir.), Lire les médecins grecs à la Renaissance, Paris, De Boccard, 2004 (Collection Medic@).

20 Bergdolt, Zwischen “scientia” und “studia humanitatis”, p. 49.

21 Sur la médecine astrologique à la Renaissance, voir Pennuto P., « La medicina astrologica : nascite, pesti e giorni critici », Conforti M. et al. (dir.), Interpretare e curare. Medicina e salute nel Rinascimento, Rome, Carocci, 2013 (Frecce, 166), p. 55-76 et 320-330.

22 Nutton V., « Hellenism Postponed », art. cit.

23 Enc., ed. cit. Sur Alsted, voir Schmidt-Biggemann W., Topica universalis. Eine Modellgeschichte humanistischer und barocker Wissenschaft, Hamburg, Meiner Verlag, 1983 (Paradeigmata, 1) ; id., Apokalypse und Philologie. Wissensgeschichten und Weltentwürfe der Frühen Neuzeit,Hallacker A. et B. Bayer B. (dir.), Göttingen, V & R Unipress, 2007 (Berliner Mittelalterund Frühneuzeitforschung, 2) ; Hotson H., Johann Heinrich Alsted, 1588-1638 : between Renaissance, Reformation, and Universal Reform, Oxford, Clarendon Press, 2000 (Oxford Historical Monographs) ; id., Paradise Postponed : Johann Heinrich Alsted and the Birth of Calvinis Milleniarism, Dordrecht, Kluwer, 2000 (Archives Internationales d’Histoire des Idées/International Archives of the History of Ideas, 172) ; id., Commonplace Learning : Ramism and its German Ramifications, 1543-1630, Oxford, Oxford University Press, 2007 (Oxford-Warburg Studies).

24 Enc., vol. I, p. 1-26. Sur les stratégies d’organisation et visualisation du système des sciences, voir Siegel S., Tabula. Figuren der Ordnung um 1600, Berlin, Akademie Verlag, 2009, et id., « Im Wald des Wissens. Sichtbare Ordnungen der Enzyklopädie auf der Schwelle zwischen Kultur und Natur », Markschies C. et al. (dir.), Atlas der Weltbilder, Berlin, Akademie Verlag, 2011 (Berlin-Brandeburgische Akademie der Wissenschaften, Interdisziplinäre Arbeitsgruppen. Forschungsberichten, 25), p. 281-293.

25 Enc., vol. I, p. 1.

26 Ibid., vol. 3, p. 541-622 (à savoir : p. 541-569 = section I ; 570-582 = II ; 582-586 = III ; 586-622 = appendix).

27 Ibid., vol. 3, p. 16-282.

28 Ibid., vol. 3, p. 321-457.

29 Ibid., vol. 1, p. 19.

30 Cf. Kahn D., Alchimie et paracelsisme en France à la fin de la Renaissance : 1567-1625, Genève, Droz, 2007 (Cahiers d’Humanisme et Renaissance, 80).

31 Cf. Enc., f. 543-544, et Liddel D., Ars medica, Hamburg, Frobenius, 1608, ici p. 21-39 (II, 2) sur les éléments.

32 Cf. Enc., f. 546-547, et Liddel, op. cit., p. 55-64 (II, 3).

33 Sur les régimes de santé à la Renaissance, cf. Nicoud M., « I regimina sanitatis : un genere medico tra salute, prevenzione e terapia », Interpretare e curare, p. 43-54.

34 Sur la conception de l’alchimie d’Alsted, cf. Mandosio J.-M., « L’alchimie dans les classifications des arts et des sciences », J.-C. Margolin J.-C. et Matton S. (dir.), Alchimie et philosophie à la Renaissance. Actes du Colloque international de Tours (4-7 décembre 1991), Paris, Vrin, 1993 (De Pétrarque à Descartes, 57), p. 11-41, ici p. 21-28, et Matton S., Philosophie et Alchimie à la Renaissance et à l’Âge classique I : Scholastique et Alchimie (XVIe-XVIIe siècles), Paris-Milan, SÉHA-Arché, 2009 (Textes et Travaux de Chrysopoeia, 10), ici p. 551-555.

35 La représentation de l’alchimie et de la chimie médicale d’Alsted a été vue par S. Matton comme fondée sur le principe de la dychotomie et du parallélisme des sections (Matton S., Philosophie et Alchimie, p. 570-571).

36 Mandosio J.-M., « L’alchimie dans la classification des arts », art. cit., p. 23.

37 Ibid., p. 25.

38 Enc., vol. 3, p. 582-585.

Auteur

CNRS-IRHT, Centre Augustin Thierry/université d’Orléans

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540