Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Érudition et culture savante

 | 
François Brizay
, 
Véronique Sarrazin

Quatrième partie. La culture savante

Les « sympathisants » de l’humanisme : le cas des frères Giobbe, Lazarino et Giona Resta

Clémence Revest

Texte intégral

Ce travail a bénéficié des suggestions éclairées d’Élisabeth Crouzet-Pavan et de Cécile Caby. Qu’elles en soient ici vivement remerciées.

  • 1 Aucune monographie ne leur a été jusqu’à présent consacrée. On peut prendre pour point de départ le (...)

1Giobbe, Lazarino et Giona Resta, trois frères nés à Milan dans le dernier tiers du XIVe siècle environ, font partie de ces figures à la fois fugaces et intermittentes qui peuplent l’histoire des milieux savants : amis et lecteurs d’auteurs influents, amateurs éclairés dont les noms sont mentionnés avec estime au détour de lettres ou de récits, doctes individus qui ne s’essayèrent qu’occasionnellement à produire quelque littérature mais qui furent au plus près de sa création et de sa circulation. Ainsi, l’un ou l’autre apparaissent-ils dans les écrits de certains des plus fameux humanistes de leur temps (Gasparino Barzizza, Poggio Bracciolini, Guarino Veronese et Uberto Decembrio notamment) au fil de carrières administratives ou académiques tôt interrompues pour deux d’entre eux (Giobbe meurt en 1418, Giona en 1419) qui, entre la cour viscontéenne, la curie pontificale, l’université de Padoue et la République de Venise, les amenèrent à côtoyer l’élite naissante du premier humanisme1. Les rares textes qui leur sont attribués – une lettre adressée à Leonardo Bruni et quatre discours universitaires pour ce qui concerne Giona, une souscription en mémoire d’Alexandre V et une lettre à Pier Candido Decembrio du côté de Lazarino – confirment leur intérêt direct pour la culture émergente des studia humanitatis et l’étendue de leur réseau relationnel.

  • 2 Nous nous permettons de renvoyer ici à un article où nous nous attardons plus longuement sur la sig (...)
  • 3 Sur la fécondité d’une telle approche, voir notamment Gualdo Rosa L., « Pietro Putomorsi da Fivizza (...)
  • 4 Voir à titre d’exemple Saygin S., Humphrey, duke of Gloucester (1390-1447) and the Italian Humanist (...)
  • 5 Berkvens-Stevelink C., Bots H. et Häseler J. (dir.), Les grands intermédiaires culturels de la Répu (...)
  • 6 Borsa M., « Un umanista vigevanasco del secolo XIV », Giornale ligustico, XX, 1893, p. 81-111 et 19 (...)

2Des personnages d’arrière-plan tels que les frères Resta n’ont aujourd’hui guère droit qu’aux honneurs des notes de bas de page – selon le degré d’érudition, justement, des travaux qui croisent leur route. On n’entend pas contester ici la place subalterne qui leur est faite : leur apport du point de vue d’une pure histoire de la pensée et de la connaissance est généralement faible, voire nul. Mais dans la perspective d’une étude socio-culturelle des milieux lettrés, attentive aux pratiques savantes et aux modèles de sociabilité, ils ne peuvent être totalement ignorés car, pour ainsi dire, ils font partie du décor et représentent l’une des nuances, certes discrète, de l’« espace des possibles » délimitant les frontières et les variations d’un monde intellectuel2. Ils offrent même un cas d’enquête intéressant dans la mesure où ils illustrent une position difficile à qualifier, à la fois fréquente et marginale. Ces « seconds couteaux », à l’aune desquels peuvent se mesurer comme en creux les formes idéales d’une carrière d’homme de lettres et les figures imposées de l’ethos humaniste3, ne sont ni des auteurs mineurs, des suiveurs sans envergure voire des imitateurs ratés, ni des protecteurs se rêvant en nouveaux Mécènes, protagonistes d’un patronage institutionnel ou économique4, ni des « intermédiaires culturels », pour user d’une expression désormais répandue, qui auraient joué un rôle significatif dans l’activation des échanges intellectuels5. Lazarino Resta, notamment, fut rangé il y a près d’un siècle par Mario Borsa, dans un article qui s’intéressait à l’entourage de l’humaniste lombard Uberto Decembrio, dans la catégorie de « ceux qui simplement se plurent aux études et fréquentèrent de préférence les hommes de savoir6 ». En revenant plus en détail sur les parcours, relations et activités de Lazarino et de ses frères dans l’Italie du début du Quattrocento, nous voudrions affiner cette première intuition, en lui donnant corps en quelque sorte, et mieux cerner la situation, au sein de la vaste gamme individuelle de l’humanisme, de ceux que nous avons choisi de qualifier de « sympathisants ».

  • 7 Calvi F., op. cit. ; Gazzini M., « Solidarietà viciniale e parentale a Milano : le scole di S. Giov (...)
  • 8 Le récent décès de Caterina fait l’objet d’une lettre adressée par Gasparino Barzizza à Lazarino le (...)
  • 9 Morigia P., Historia dell’Antichità di Milano, Venise, appresso i Guerra, 1592, p. 699 ; Calvi F., (...)
  • 10 Nous suivons ici pour l’essentiel Calvi F., Storia e genealogia della famiglia Resta, op. cit. Laza (...)
  • 11 Leur séjour à Paris (de deux ans) est mentionné par Felice Calvi (Calvi F., Storia e genealogia del (...)
  • 12 Sur la chancellerie de Gian Galeazzo Visconti et le premier humanisme lombard voir notamment Garin (...)
  • 13 Corbellini A., « Appunti sull’umanesimo in Lombardia. II », Bollettino della Società Pavese di Stor (...)
  • 14 Magni G., « Gasparino Barzizza, una figura del primo umanesimo », Bergomum, 31/2, 1937, p. 104-118, (...)

3Leurs débuts à la cour viscontéenne demeurent relativement mal connus. Giobbe, Lazarino et Giona (ou Gian Giona) sont issus d’une branche secondaire de la famille Resta, apparue au sein de l’aristocratie citadine et marchande vers le milieu du XIVe siècle pour devenir à l’époque moderne un important lignage de la noblesse milanaise7. Ils eurent un autre frère, Gian Tommaso, et une sœur, Caterina, à propos desquels nous savons, pour l’essentiel, que le premier décéda avant 1422, et la seconde en 14108. Leur père Simone apparaît parmi les membres du conseil des Neuf Cents en 1388, signe de son appartenance à la classe dirigeante9. Les deux aînés, Giobbe et Lazarino, s’engagèrent dans une carrière diplomatique et administrative au service d’abord du gouvernement de Gian Galeazzo Visconti durant les dernières années de son règne, puis du conseil ducal au cours de la chaotique période de transition qui suivit la mort de ce dernier en septembre 140210. Tous deux auraient alors effectué diverses légations pour le pouvoir milanais, notamment à Paris en compagnie d’Uberto Decembrio11. Giobbe serait aussi entré comme coadiutore à la chancellerie, à partir au moins de l’année 1403 – une chancellerie dont on sait qu’elle fut au tournant du XVe siècle l’un des pôles du premier humanisme, sous la houlette de Pasquino Capelli et d’Antonio Loschi12. C’est sans nul doute à la même époque que la fratrie se lia avec deux personnalités qui jouèrent chacune un rôle déterminant aussi bien pour l’évolution de leurs parcours respectifs hors de Lombardie que pour leur insertion dans les réseaux lettrés humanistes : Pierre de Candie, d’une part, alors évêque de Novare puis archevêque de Milan et protagoniste du gouvernement lombard, en même temps que docteur en théologie et puissant protecteur des studia humanitatis d’origine hellène (Uberto Decembrio en particulier fut son secrétaire entre 1390 et 1404)13 ; Gasparino Barzizza, d’autre part, figure majeure du cicéronianisme naissant qui, entre 1403 et 1407, entama à l’université de Pavie une brillante carrière de pédagogue spécialisé dans l’enseignement de la rhétorique cicéronienne14. Tandis que Giobbe et Lazarino suivirent le premier à la curie romaine après son élection au cardinalat en 1405, Giona, encore adolescent, s’installa à Padoue pour y être formé par le second (Barzizza résida et enseigna dans la cité de 1407 à 1421).

  • 15 Vincke J. (éd.), « Acta Concilii Pisani », Römische Quartalschrift, XLVI, 1938, p. 111.
  • 16 Sur la carrière curiale de Giobbe et en particulier sa nomination à l’office de secrétaire apostoli (...)
  • 17 « Si par ton éminente bienveillance tu as conféré à mon excellent frère Giobbe la dignité du secrét (...)
  • 18 Barzizza G., op. cit., vol. 1, p. 93-94 (dans l’inventaire de Daniela Mazzuconi, op. cit., no 256). (...)

4Le nom de Giobbe Resta apparaît ainsi le 27 mars 1409 dans les archives du concile de Pise parmi les noms des officiers conciliaires nouvellement nommés ; il y est également présenté comme le secrétaire du cardinal Pierre de Candie15. L’élection de ce dernier au pontificat le 26 juin de la même année, sous le nom d’Alexandre V, fut une véritable aubaine pour Giobbe qui devint immédiatement scripteur de la chancellerie et secrétaire aposto lique, son frère cadet étant aussi fait scripteur16. Peu après le décès subit du pontife moins d’un an plus tard, le 3 mai 1410, Lazarino composa une action de grâces en sa mémoire, en souscription d’un manuscrit d’Aulu-Gelle qu’il venait de transcrire : il y évoque la bienveillance et la générosité d’un prélat qui, souligne-t-il, lui avait offert l’otium, avait élevé Giobbe au rang de secrétaire et concédé à Giona la studiendi facultas17. Dans l’une de ses premières lettres adressées aux Resta depuis Padoue, Gasparino Barzizza déplore de même la disparition d’un tel protecteur (il confirme dans la même missive sa volonté de prendre en main l’éducation de Giona)18.

  • 19 Outre les références précédemment citées, voir Pagano S. (dir.), Schedario Baumgarten. Descrizione (...)
  • 20 ASV, Reg. Lat. 181, f° 182 r°-182 v°.
  • 21 ASV, Reg. Lat. 177, f° 56 r°-56 v°.
  • 22 Finke H. (éd.), Acta Concilii Constanciensis, vol. I, Akten zur Vorgeschichte des Konstanzer Konzil (...)
  • 23 Uginet F.-C. (éd.), Le Liber officialium de Martin V, Rome, Ministero per I beni culturali e ambien (...)

5Si Lazarino partit dès la fin de l’année 1410 pour Venise, Giobbe poursuivit sa carrière à la curie sous le règne de Jean XXIII, continuant ses activités de secrétaire apostolique (en particulier la rédaction et l’expédition de la correspondance papale) et obtenant de nouveaux offices, privilèges et bénéfices ecclésiastiques19. Lui fut ainsi accordée, par une lettre pontificale du 29 août 1414, la propriété d’une maison située à Pavie près du couvent des frères mineurs, qu’avait fait construire son défunt patron, Pierre de Candie20. Usant de la manœuvre alors très répandue de la resignatio in favorem tertii, il renonça à un canonicat prébendé dans le chapitre cathédral de Padoue en faveur de son frère Giona, qui résidait alors dans la ville, le 22 décembre 141421. Giobbe participa en outre à l’organisation et au déroulement du concile de Constance : après une légation à Venise à la fin de l’année 1413 en vue de rallier le Sénat à l’accord passé entre Jean XXIII et Sigismond, il suivit le pontife jusqu’à la cité germanique et devint de nouveau officier conciliaire22. Il se vit même confier la tâche de lire publiquement l’acte de convocation au concile devant l’assemblée réunie lors de la session d’ouverture. Le 27 décembre 1417, quelques mois avant de décéder, il prêta de nouveau serment en tant que secrétaire de Martin V, récemment élu23.

  • 24 Sur ce point voir dernièrement : Gualdo G., Diplomatica pontificia e Umanesimo curiale, éd. Cosma R (...)
  • 25 Sur cette préface : Pade M., op. cit., vol. 1, p. 124-126. Marianne Pade souligne que sa tradition (...)
  • 26 Par exemple : Marius praeterea homo litterarum Graecarum expers quid commercii tecum habet, qui nec (...)
  • 27 La lettre, qui n’est connue que par une copie manuscrite, a été éditée dans Luiso F. P., op. cit., (...)
  • 28 « et l’abondance de ses vertus brillerait d’autant plus si elles étaient rapportées par toi précisé (...)
  • 29 Bracciolini Poggio, Lettere, vol. II, éd. Harth H., Florence, L. Olschki, 1984, I, 12, p. 31-33 (It (...)

6Sa carrière au sein de la curie permit encore à Giobbe de s’intégrer à un milieu socio-culturel qui, depuis quelques années, s’affirmait comme l’un des berceaux de l’humanisme en Italie, à la faveur notamment des pontificats d’Innocent VII et d’Alexandre V24. La dédicace que lui adressa vers 1409-1410 le florentin Jacopo Angeli, élève de Manuel Chrysoloras et secrétaire apostolique, pour sa traduction latine de la Vie de Marius de Plutarque, est l’une des plus remarquables illustrations du creuset relationnel que fut la curie à cette période et de la place qu’y occupa l’aîné des frères milanais25. Les hommages rendus à un docte et noble collègue, les allusions à son goût pour la langue grecque constituent autant de signes d’une sodalitas humaniste en germe, fondée sur une connivence autant professionnelle que culturelle26. L’insertion du Milanais dans le tissu amical et savant de l’humanisme curial, dont les secrétaires furent des acteurs de premier plan, est encore attestée par la lettre qu’écrivit après son décès son plus jeune frère, le 3 mai 1419, à Leonardo Bruni, qui avait été lui-même secrétaire pontifical de 1405 à 141527. Giona y déclare notamment que le célèbre humaniste connaissait son frère disparu presque intus et in cute, pour avoir été « longtemps son collègue et maintes fois son camarade d’études28 ». Quelques années plus tard, en 1424, le nom de Giobbe réapparut aussi de manière fugace dans une lettre de Poggio Bracciolini adressée depuis Rome au même Bruni, au cours d’une anecdote évoquant l’époque passée des secrétaires de Jean XXIII et mettant en scène Antonio Loschi, autre « émigré viscontéen » présent à la curie29.

  • 30 Il s’agit du manuscrit de Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Guelf. 83.23 Aug. F° (le colopho (...)
  • 31 Nous nous permettons de renvoyer à : Revest C., « Aux origines d’une figure majeure de la papauté r (...)
  • 32 La lettre qui mentionne la procuration : ASV, Reg. Lat. 170, f° 161 v°-162 v°. À propos de Tommaso (...)

7La participation concrète de Giobbe à la « redécouverte de l’Antiquité » prônée par ses confrères nous est toutefois quasiment inconnue. De l’obscurité émerge un élégant manuscrit de Wolfenbüttel contenant la Chronique d’Eusèbe de Césarée traduite par saint Jérôme avec les ajouts de Jérôme et de Prosper d’Aquitaine : il fut copié, nous dit un colophon, par « Job de Milan » d’après l’exemplaire autographe de Pétrarque, le 7 juillet de l’année 1416 (ou peut-être 1413)30. On sait surtout que Giobbe mit à profit sa situation privilégiée au sein du gouvernement pontifical pour entretenir et favoriser son réseau relationnel au sein des cercles humanistes. Il est à cet égard particulièrement remarquable que le Milanais ait été le rédacteur de la lettre pontificale portant nomination, le 13 août 1414, de Gasparino Barzizza à l’office de secrétaire apostolique – une lettre qui par son contenu s’inscrit, qui plus est, dans le processus de construction de la figure du secrétaire humaniste au début de la Renaissance31. Dans la même perspective, on peut manifestement faire un parallèle entre la légation de Giobbe à Venise à l’hiver 1413, son rôle de procureur en faveur du vénitien Tommaso Dandolo pour sa renonciation à deux canonicats sur l’île de Crète le 14 décembre de cette année, et leurs liens communs, enfin, avec le même Gasparino Barzizza32.

  • 33 Barzizza G., op. cit., vol. 1, p. 110.
  • 34 À propos de Daniele Vitturi, voir King M. L., Umanesimo e patriziato a Venezia nel Quattrocento, vo (...)
  • 35 Aulu Gellium, quem a Petro Emiliano Pontifice Vicentino mutuo habueras, ei [Lazarino] concedas, Bar (...)
  • 36 Il s’agit du manuscrit Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, Ottob. Lat. 2019. À la réfé (...)
  • 37 Voir en particulier les lettres adressées à Andrea Giuliani et Daniele Vitturi le 22 décembre 1410  (...)
  • 38 Barzizza G., op. cit., vol. 1, p. 113-114 (Mazzuconi D., op. cit., no 153). Dans une lettre composé (...)

8De tels indices nous ramènent également sur les chemins de ses frères Lazarino et Giona en Vénétie. Le premier, nous l’avons dit, quitta la curie vers l’automne 1410 : une lettre de Gasparino Barzizza datée du 22 novembre nous apprend que Lazarino avait peu de temps auparavant séjourné chez lui à Padoue, avant de partir s’installer à Venise33. Le maître y recommande le cadet des Resta, en le qualifiant d’homo egregie litteratus, auprès de l’un de ses élèves sur place, le patricien Daniele Vitturi34. Surtout, il demande à ce même Vitturi de transmettre à Lazarino « l’Aulu-Gelle qu’[il a] eu en prêt de Pietro Miani, évêque de Vicence », pour qu’il en réalise une copie35. La copie fut effectivement exécutée et agrémentée d’une gratiarum actio en hommage à Alexandre V, auparavant mentionnée36. La correspondance de Barzizza pour les mois suivants atteste en outre que, par l’entremise de ce dernier, Lazarino se lia d’amitié avec Daniele Vitturi mais aussi avec Andrea Giuliani, autre jeune lettré gagné aux studia humanitatis, et qu’il participa à la circulation et à la diffusion des manuscrits d’auteurs antiques entre Venise et Padoue37. Le Bergamasque lui écrivit notamment en 1411 pour lui proposer d’acquérir un volume de Valère-Maxime alors en vente à Ferrare, lui demander de se tenir prêt le cas échéant à effectuer une transcription des lettres de Cicéron et s’excuser, enfin, de son retard à lui faire parvenir un exemplaire d’Aelius Spartianus (Lazarino eut accès à l’œuvre l’année suivante)38.

  • 39 Voir notamment Barzizza G., op. cit., vol. 1, p. 113.
  • 40 Jonas noster bene se habet, nec magna adhortatione, meo judicio, indiget : satis enim accensus vide (...)
  • 41 Pour son apparition comme témoin lors de la licence en droit civil de Johannis Rocondo de Rodo, le (...)
  • 42 Zonta G. et Brotto G. (dir.), op. cit., no 484, p. 189-190 (il y est désigné sous le nom de Johanne (...)
  • 43 Veronese Guarino, Epistolario di Guarino Veronese, vol. 1, Sabbadini R. (éd.), Miscellanea di Stori (...)

9Pendant ce temps le benjamin, Giona, poursuivait ses études sous l’égide du même Barzizza39. Le jeune homme, qui avait été accensus ad bona studia selon son mentor40, s’engagea dans un cursus universitaire à Padoue : le 26 février 1418, il est cité en tant que témoin d’une licence en droit civil, aux côtés, notamment, des humanistes Pietro Donato et Girolamo Gualdo, avant d’être vraisemblablement lui-même licencié dans cette discipline durant l’été suivant41. Le 1er septembre de la même année, il obtint également la licence en arts, en présence de nouveau de Pietro Donato et de Girolamo Gualdo, ainsi que de Giovanni Caldiera42. Deux lettres adressées en 1417 par le célèbre pédagogue Guarino Veronese à Girolamo Gualdo depuis Venise s’achèvent par un salut adressé à « maître Giona », confirmant ainsi que ce dernier était alors, comme son frère, bien introduit dans le milieu très vivace de l’humanisme vénète des années 141043.

  • 44 Voir en premier lieu Mercer R. G., op. cit., p. 126 et 150, n. 29. L’Oratio de laudibus philosophie (...)
  • 45 De même pour l’Oratio pro actione gratiarum (Inc. Posteaquam expectationibus vestris gratum esse in (...)
  • 46 De même pour l’Oratio Jone de Restis Mediolanensis pro quadam sua exercitatio et disputatione in ar (...)
  • 47 « grâce à ce savoir que j’ai acquis entièrement de l’homme le plus irréprochable et sans conteste l (...)
  • 48 « En cinquième lieu j’arrive au très distingué et excellent en tout éloge Pietro Donato, très intèg (...)

10Nous avons de surcroît conservé quatre discours académiques qui lui sont attribués : un éloge de la philosophie inaugurant une lectio sur le Traité de l’âme d’Aristote, composé à l’occasion de son principium en arts44, un discours de remerciement pour l’obtention de la licence en droit civil45, et deux courtes introductions pour des disputes en arts, consistant en des variations autour du topos de l’excusatio propter infirmitatem46. Ces orationes nous montrent avant tout que Giona Resta maîtrisait les codes de la nouvelle rhétorique « classicisante » typique de l’humanisme cicéronien, au terme d’un long apprentissage – il le rappelle lui-même dans sa prelectio sur Aristote – auprès de Gasparino Barzizza, « le prince des orateurs de notre temps47 ». Elles dressent en creux le portrait d’un jeune homme féru de littérature antique, désireux de briller parmi ses pairs et de cultiver son réseau relationnel. Les vibrants remerciements qu’il adresse lors de sa licence en droit civil à Bartolomeo Zabarella, neveu du fameux cardinal Francesco Zabarella et protonotaire pontifical, ainsi qu’à l’archevêque Pietro Donato, également protonotaire pontifical, dont il évoque l’inestimable appui, signalent en particulier ses liens étroits avec les humanistes de l’élite padouane ou vénitienne engagés dans le gouvernement papal, qui connaissaient très probablement son frère aîné, leur collègue à la curie48.

  • 49 Cf. supra, n. 27.
  • 50 Il rappelle notamment l’admiration que lui portait Giobbe : Quae saepe ipse apud me iucunde, ut sol (...)
  • 51 Zdekauer L., Lo Studio di Siena nel Rinascimento, Milan, Hoepli, 1894, p. 83.
  • 52 Novi quotidie dolores innoventur ; nam, ut alia taceam, quam acerbus nuntius proxime ex Lazarino ac (...)

11De la même façon, après son départ pour Sienne dans les mois qui suivirent, Giona écrivit à Leonardo Bruni une lettre précédemment citée, le 3 mai 1419, à propos du récent décès de Giobbe : il tâcha ainsi, arrivé depuis peu en Toscane, de se rapprocher de l’un des plus célèbres et influents humanistes florentins, ancien secrétaire apostolique et ami (selon ses dires) de son frère49. Tout en manifestant sa capacité à composer selon les canons de l’épistolographie familière renouvelée par les disciples de Pétrarque, Giona y couvre de louanges son destinataire, dont il souligne avec emphase la sagesse et l’érudition ainsi que l’extraordinaire éloquence, dans la lignée des grands Anciens50. Il y formule même le souhait ardent que Bruni rédige une oraison funèbre pour son frère (ce qui, selon toute apparence, n’eut pas lieu), en lui promettant une infinie gratitude. Il signe, pour finir : Per tuum servitorem et filium Ionam de Restis. Le jeune lettré s’efforçait, en somme, de consolider ses entrées dans les cénacles les plus en vue des studia humanitatis et commençait à exercer sa plume, tandis qu’il poursuivait à l’université de Sienne un parcours académique inauguré sous les meilleurs auspices. Mais ces débuts prometteurs furent brutalement interrompus par sa mort le 12 octobre 141951. Guarino Veronese écrivit à Girolamo Gualdo le 28 décembre suivant : « De nouvelles douleurs se renouvellent chaque jour : ainsi, pour ne pas parler du reste, quelle pénible annonce avons-nous récemment reçu que la mort de notre Giona, dont le caractère, la science, la vertu admirable avaient propagé l’espoir placé en lui de voir rapidement en Giona un homme de premier plan et de bénéficier de sa vertu de son vivant52. »

  • 53 Annali della Fabbrica del Duomo di Milano dall’origine fino al presente, vol. II, Milan, G. Brigola (...)
  • 54 Sur le dialogue, inédit (Inc. Veritatis vim saepenumero cogitanti), voir Borsa M., « Un umanista vi (...)
  • 55 virum industrium et solertem Lazarinum Restam, eiusdem a parvuolo familiarissimum, Decembrio Uberto (...)

12Ainsi de la fratrie ne resta-t-il que Lazarino. Celui-ci retourna à Milan au tout début des années 1420. On sait qu’il y participa en 1422 aux réunions de la confraternité de San Giovanni sul Muro, et qu’entre 1423 et 1427, de même qu’en 1433 et 1434, il fut l’un des citoyens siégeant au conseil de la fabrique du Dôme53. Dans l’état actuel de nos recherches, nous ne sommes pas en mesure de dire quelles furent ses activités professionnelles au cours de cette période de sa vie. En revanche, son apparition dans le dialogue De morali philosophia, une œuvre mineure d’Uberto Decembrio composée vers 1421-1422, nous apprend que son intérêt pour la culture humaniste restait vif, tout comme ses amitiés dans ce monde savant, héritées de sa jeunesse lombarde54. Lazarino est en effet l’un des participants, avec Uberto lui-même, Andreolo Arisi et Beltramino Rivola, de cette discussion qui consiste pour l’essentiel en un exposé de philosophie morale à partir des Lettres à Lucilius de Sénèque. Il y est présenté comme un homme « intelligent et zélé, très proche d’[Andreolo Arisi] depuis son enfance55 ».

  • 56 Frenz Th., « Zum Problem der Reduzierung der Zahl der päpstlichen Kanzleischreiber nach dem Konzil (...)
  • 57 Zaccaria V., « L’epistolario di Pier Candido Decembrio », Rinascimento, 3, 1952, p. 85-118 (pour la (...)
  • 58 « Si tu n’avais pas été absent quand je suis parti pour la curie, tu n’aurais pas permis que je pre (...)

13Enfin – et c’est là le dernier moment connu de son existence – il regagna la curie sous le pontificat d’Eugène IV, à partir au moins de l’année 1437, pour y être réengagé comme scripteur apostolique presque trente ans après son départ56. Lazarino suivit le pontife à Florence en 1439, où avait été transféré le concile, et il y demeura au moins jusqu’en 1443, année au cours de laquelle il écrivit une courte lettre à Pier Candido Decembrio (le fils d’Uberto) qui est conservée57. La missive, datée du 1er octobre depuis Florence et adressée à celui qui était depuis plusieurs années le secrétaire de Filippo Maria Visconti, rend compte à nouveau de ses liens toujours étroits avec les grandes figures de l’humanisme lombard et de sa place dans le « marché aux livres » des studia humanitatis : Lazarino y explique être parti pour la curie (vraisemblablement après un séjour à Milan) sans ses Lettres de Pline et prie son destinataire de les lui faire parvenir par le truchement d’un certain Savino da Felino, ajoutant qu’il souhaiterait être recommandé auprès d’Antonio da Rho par Pier Candido58. Nous perdons ensuite sa trace.

14Nul doute qu’une enquête encore approfondie, notamment dans les fonds archivistiques milanais, viendrait enrichir cette première moisson d’informations qui nous apporte déjà quelques éléments significatifs sur la situation à la fois discrète et représentative des frères Resta au sein du mouvement humaniste dans les premières décennies du Quattrocento. Entre Milan, Rome, Padoue, Venise et Florence, leurs parcours sont emblématiques, tout comme leurs carrières dans les chancelleries et universités, des dynamiques propres au premier humanisme, en particulier de ses pôles géographiques et institutionnels : Giobbe, Lazarino et Giona furent en quelque sorte aux bons endroits au bon moment et suivirent le mouvement, sans jamais en être des moteurs. Ils furent les amis, les collègues, les lecteurs, les élèves des théoriciens et des grands auteurs, figures indispensables mais effacées qui composèrent ce public privilégié et connaisseur formant le premier horizon de réception de l’humanisme. S’ils furent érudits, ils ne devinrent pas pour autant penseurs, mais adoptèrent certaines pratiques « ordinaires » de la culture naissante des studia humanitatis, notamment la copie et la lecture d’auteurs classiques et la composition rhétorique « à la manière de Cicéron ». Ils furent également, de façon indirecte, les acteurs d’une sociabilité mise en scène dès ses débuts, dans les correspondances, les dialogues et les dédicaces. À travers eux, c’est toute une fraction de connaisseurs de bon aloi qui est dévoilée, part non négligeable de l’expansion de l’humanisme comme culture dominante.

Notes

1 Aucune monographie ne leur a été jusqu’à présent consacrée. On peut prendre pour point de départ les informations rassemblées dans Argelati F., Bibliotheca scriptorum Mediolanensium, t. II, Milan, In aedibus palatinis, 1745, col. 1208-1209 ; Calvi F., Storia e genealogia della famiglia Resta, dans Famiglie notabili milanesi, vol. II, no 14, Milan, Vallardi, 1881 (rééd. anastatique, Bologne, Forni, 1969), en particulier tab. VII (« Diramazioni staccate »); Veronese Guarino, Epistolario di Guarino Veronese, éd. Sabbadini R., vol. III (Commento), Miscellanea di Storia Veneta, s. III, XIV, 1919, no 64, p. 62; Luiso F. P., Studi su l’epistolario di Leonardo Bruni, éd. Rosa L. G., Rome, ISIME, 1980, p. 165, n. 12.

2 Nous nous permettons de renvoyer ici à un article où nous nous attardons plus longuement sur la signification d’une telle approche de l’humanisme, et aux références bibliographiques qui y sont citées : Revest C., « La naissance de l’humanisme comme mouvement au tournant du XVe siècle », Annales. Histoire, Sciences sociales, 68/3, juillet-septembre 2013, p. 665-696.

3 Sur la fécondité d’une telle approche, voir notamment Gualdo Rosa L., « Pietro Putomorsi da Fivizzano, detto Pietro Lunense : un corrispondente di Leonardo Bruni a Viterbo », Fera V. et Ferraù G. (dir.), Filologia umanistica per Gianvito Resta, vol. II, Padoue, Antenore, 1997, p. 1057-1082 ; Caby C., « Réseaux sociaux, pratiques culturelles et genres discursifs : à propos du dialogue De optimo vitae genere de Girolamo Aliotti », Caby C. et Dessì R. M. (dir.), Humanistes, clercs et laïcs dans l’Italie du XIIIe au début du XVIe siècle, Turnhout, Brepols, 2012, p. 405-482 ; ead., « Don Gabriello moine de Santa Maria degli Angeli et “scriptore di versi lyrici”. Premiers jalons pour une étude du réseau des disciples d’Ambrogio Traversari », Interpres, XXXI, 2012-2013, p. 7-49.

4 Voir à titre d’exemple Saygin S., Humphrey, duke of Gloucester (1390-1447) and the Italian Humanists, Leyde-Boston-Cologne, Brill, 2002.

5 Berkvens-Stevelink C., Bots H. et Häseler J. (dir.), Les grands intermédiaires culturels de la République des Lettres : études de réseaux de correspondances du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Champion, 2005. Un cas qui concerne l’humanisme italien de la première moitié du Quattrocento : Fubini R., « Tra Umanesimo e concili. L’epistolario di Francesco Pizolpasso », dans Umanesimo e secolarizzazione da Petrarca a Valla, Rome, Bulzoni, 1990, p. 77-135.

6 Borsa M., « Un umanista vigevanasco del secolo XIV », Giornale ligustico, XX, 1893, p. 81-111 et 199-215, pour la citation p. 99 (« coloro che semplicemente si dilettarono di studi e usarono di preferenza la compagnia dei dotti »).

7 Calvi F., op. cit. ; Gazzini M., « Solidarietà viciniale e parentale a Milano : le scole di S. Giovanni sul Muro a Porta Vercellina », Chiappa mauri L., De Angelis Cappabianca L. et Mainoni P. (dir.), L’età dei Visconti. Il dominio di Milano fra XIII et XV secolo, Milan, La Storia, 1993, p. 303-330, en particulier p. 313-319. D’après Filippo Argelati, Lazarino serait né en 1388 : Argelati F., Bibliotheca scriptorum Mediolanensium, t. II, op. cit., col. 1208.

8 Le récent décès de Caterina fait l’objet d’une lettre adressée par Gasparino Barzizza à Lazarino le 27 juin 1410 : Barzizza G., Gasparini Barzizii Bergomatis et Guiniforti filii opera, Furietti G. A. (éd.), vol. I, Rome, J. M. Salvioni, 1723, p. 95.

9 Morigia P., Historia dell’Antichità di Milano, Venise, appresso i Guerra, 1592, p. 699 ; Calvi F., Il patriziato milanese, secondo nuovi documenti deposti negli archivi pubblici e privati, Milan, Mosconi, 1865, p. 380. Simone y représente la paroisse de San Giovanni sul Muro, aux côtés d’autres membres de la famille Resta.

10 Nous suivons ici pour l’essentiel Calvi F., Storia e genealogia della famiglia Resta, op. cit. Lazarino notamment est mentionné dans une liste des nobiles, officiales et familiares de Curia, copiée vers la fin de l’année 1408 et établie à partir des registres de lettres ducales pour les années 1395-1408 : Calvi F., Il patriziato milanese, op. cit., p. 457.

11 Leur séjour à Paris (de deux ans) est mentionné par Felice Calvi (Calvi F., Storia e genealogia della famiglia Resta, op. cit.). C’est vraisemblablement à ce même séjour qu’Uberto Decembrio fait référence dans son dialogue De morali philosophia (l’œuvre sera évoquée plus loin), lorsqu’il rappelle le goût des Français pour les banquets somptueux. On lit notamment : Aliquid hoc loco impellor dicere de moribus Gallicanis, de quibus hic Lazarinus qui ibidem plusculo tempore mecum fuit est etiam informatus, Decembrio U., De morali philosophia, transcrit d’après le manuscrit de Philadelphie, University of Pennsylvania, Rare Book and Manuscript Library, cod. 693 (olim Lat. 40), fo 9 ro. Sur Uberto Decembrio, voir Viti P., « Decembrio, Uberto », Dizionario Biografico degli Italiani (désormais abrégé en DBI), t. 33, Rome, Istituto della enciclopedia italiana, 1987, p. 498-503.

12 Sur la chancellerie de Gian Galeazzo Visconti et le premier humanisme lombard voir notamment Garin E., « La cultura milanese nella meta del XV secolo », Storia di Milano, t. VI, Il ducato visconteo e la Repubblica Ambrosiana (1392-1450), Turin, Fond. Treccani degli Alfieri per la Storia di Milano, 1955, p. 545-608 ; Monti C. M., « Una raccolta di “Exempla epistolarum”. II. Lettere pubbliche e private di ambiente cancelleresco visconteo », Italia Medioevale e Umanistica, 31, 1988, p. 151-203 ; ead., « Umanesimo visconteo e lettere di cancelleria in codici miscellanei dell’Ambrosiana », Ferrari M. et Navoni N. (dir.), Nuove ricerche su codici in scrittura latina dell’Ambrosiana, Atti del Convegno (Milano, 6-7 ottobre 2005), Milan, Vita e Pensiero, 2007, p. 153-216 ; Zaggia M., « Linee per una storia della cultura in Lombardia dall’età di Coluccio Salutati a quella del Valla », Rossi L. C. (dir.), Le strade di Ercole. Itinerari umanistici e altri percorsi : Seminario internazionale per i centenari di Coluccio Salutati e Lorenzo Valla, Bergamo, 25-26 ottobre 2007, Florence, SISMEL, Ed. del Galluzzo, 2010, p. 3-119, en particulier p. 8-28.

13 Corbellini A., « Appunti sull’umanesimo in Lombardia. II », Bollettino della Società Pavese di Storia Patria, 16, 1916, p. 109-166 ; Petrucci A., « Alessandro V antipapa », DBI, t. 2, 1960, p. 193-196 ; Tuilier A., « L’élection d’Alexandre V, pape grec, sujet vénitien et docteur de l’université de Paris », Rivista di studi bizantini e slavi, 3, 1983, p. 319-341 ; Niutta F., « Da Crisolora a Nicolò V : greco e greci alla curia romana », Roma nel Rinascimento, 1990, p. 13-36, en particulier p. 18-20 ; Boureau A., La raison scolastique, vol. 2, L’empire du livre. Pour une histoire du savoir scolastique, 1200-1380, Paris, Les Belles Lettres, 2007, p. 102-107 ; Pade M., The Reception of Plutarch’s Lives in Fifteenth-Century Italy, vol. 1, Copenhague, Museum Tusculanum Press, 2007, p. 114-116. Voir également le portail Peter of Candia Homepage : [http://www2.ucy.ac.cy/isa/Candia/index.htm].

14 Magni G., « Gasparino Barzizza, una figura del primo umanesimo », Bergomum, 31/2, 1937, p. 104-118, 31/3, 1937, p. 143-170, 31/4, 1937, p. 205-222 ; Martellotti G., « Barzizza, Gasperino », DBI, t. 7, 1970, p. 35-39 ; Mercer R. G., The Teaching of Gasparino Barzizza, Londres, The Modern Humanities Research Association, 1979 ; Pigman G. W., « Barzizza’s Studies of Cicero », Rinascimento, s. 2, 21, 1981, p. 123-163 ; Gualdo Rosa L., « Padova, 1420 : un commento universitario di Gasparino Barzizza a quindici orazioni di Cicerone », Tournoy G. et Sacré D. (dir.), Ut granum sinapis : essays on Neo-Latin literature in honour of Jozef Ijsewijn, Louvain, Leuven University Press, 1997, p. 1-12 ; Gualdo Rosa L. (dir.), Gasparino Barzizza e la rinascita degli studi classici : fra continuità e rinnovamento. Atti del Seminario di studi Napoli – Palazzo Sforza, 11 aprile 1997, Naples, Istituto universitario orientale, 1999 ; Witt R. G., « In the Footsteps of the Ancients ». The Origins of Humanism from Lovato to Bruni, Leyde-Boston-Cologne, Brill, 2000, p. 462-466. Voir également les inventaires de ses lettres et discours : Sabbadini R., « Lettere e orazioni edite e inedite di Gasparino Barzizza », Archivio storico lombardo, III, 1886, p. 363-378, 563-583, 825-836 ; Mazzuconi D., « Per una sistemazione dell’epistolario di Gasparino Barzizza », Italia Medioevale e Umanistica, 20, 1977, p. 183-241.

15 Vincke J. (éd.), « Acta Concilii Pisani », Römische Quartalschrift, XLVI, 1938, p. 111.

16 Sur la carrière curiale de Giobbe et en particulier sa nomination à l’office de secrétaire apostolique, cf. Von Hofmann W., Forschungen zur Geschichte der Kurialen Behörden vom Schisma bis zur Reformation, vol. II, Rome, Von Loescher, 1914, p. 108. Lazarino fut nommé scripteur apostolique le 7 juillet 1409 (Cité du Vatican, Archivio Segreto Vaticano [désormais abrégé en ASV], Reg. Lat. 136, f° 6 r°-6 v°), Giobbe fut nommé au même office le 9 juillet suivant (ibid., f° 77 v°-78 r°). Leurs mentions de chancellerie respectives, Job et Lazarinus, sont également présentes dans le seul registre de curia conservé pour le pontificat d’Alexandre V (ASV, Reg. Vat. 339), dans la position du secrétaire pour le premier (par exemple f° 14v°), du scripteur pour le second.

17 « Si par ton éminente bienveillance tu as conféré à mon excellent frère Giobbe la dignité du secrétariat et de tes mains sacrées as appliqué ton empreinte à ce dernier ainsi qu’à Giona, moi aussi je suis empli de ta grâce. Grâce à cela tu m’as concédé l’otium et à Giona la possibilité d’étudier, et donc, ceux que tu as tenus pour chers dans cette vie, tandis qu’en toi scintillait une image céleste, tu daigneras les protéger jusqu’à la fin, installé dans la troupe des bienheureux » : Tua siquidem summa benivolentia Secretariatus decorem < Iob fratri optimo mg. > ipsique ac Ione caracterem sacris manibus tuis impressisti, ego quoque gratia tua exubero. Quibus rebus mihi ocium et Ione studendi facultatem concessisti, digneris itaque quos in hac vita caros habueris, tunc etiam in te micabat quaedam celestia species, confirmatus in acie beatorum usque in finem protegere, Resta L., Scriptoris gratiarum actio ad Alexandrum V, Holford-Strevens L. (éd.), « Recht as een Palmen-Bohm and other facets of Gellius’Medieval and Humanistic Reception », Holford-Strevens L. et Vardi A. (dir.), The Worlds of Aulu-Gelle, Oxford (NY), Oxford University Press, 2004, p. 270-271. Nous revenons un peu plus loin sur ce manuscrit.

18 Barzizza G., op. cit., vol. 1, p. 93-94 (dans l’inventaire de Daniela Mazzuconi, op. cit., no 256). Une autre lettre, inédite, adressée par Gasparino à Lazarino et à Giobbe lors de leur présence commune à la curie est conservée : ibid., no 4. Six autres lettres sont conservées pour les années suivantes, qui sont seulement adressées à Lazarino, parti à Venise : ibid., no 106, 125, 146, 153, 203 et 246.

19 Outre les références précédemment citées, voir Pagano S. (dir.), Schedario Baumgarten. Descrizione diplomatica di Bolle e Brevi originali da Innocenzio III a Pio IX, vol. IV, Cité du Vatican, Scuola Vaticana di Paleografia, Diplomatica e Archivistica, 1986, p. 574. Giobbe fut nommé à l’office d’auditeur des lettres contredites le 14 août 1411 (ASV, Reg. Lat. 157, f° 69 r°-70 v°) et bénéficia de diverses facultates (ASV, Reg. Lat. 159, f° 174 v°, 192 v°, 240 r°, 262 v°). Il obtint le 19 janvier 1415, en même temps qu’Antonio Loschi, le droit de remboursement de ses 200 florins prêtés à la Chambre apostolique le 6 mai 1412 pour la réconciliation de Jean XXIII avec Muzio Attendolo Sforza (ASV, Reg. Lat. 181, f° 182 r°). Sa mention de chancellerie apparaît aussi régulièrement dans les Registra Vaticana du même pontife.

20 ASV, Reg. Lat. 181, f° 182 r°-182 v°.

21 ASV, Reg. Lat. 177, f° 56 r°-56 v°.

22 Finke H. (éd.), Acta Concilii Constanciensis, vol. I, Akten zur Vorgeschichte des Konstanzer Konzils (1410-1414), Münster, Regensbergschen Buchhandlung, 1896, I, p. 179, n. 1 ; Von der Hardt H. (éd.), Magnum oecumenicum Constanciense concilium, t. IV, Corpus actorum et decretorum magni constantiensis concilii de ecclesiae reformatione unione ac fide, Francfort-Leipzig, 1699, Christ. Genschil, col. 15-19.

23 Uginet F.-C. (éd.), Le Liber officialium de Martin V, Rome, Ministero per I beni culturali e ambientali, 1975, p. 61. La mention du liber officialium est confirmée par ASV, Cam. Ap., Div. Cam. 3, f° 43v°. Nous corrigeons ici l’erreur de Francesco Paolo Luiso qui, sur la seule base de cette seconde référence, a daté le serment du 27 décembre 1418 et identifié un Giovanni Resta (et non Giobbe) comme l’individu reçu au secrétariat en même temps qu’Angelo da Rieti : Luiso F. P., op. cit., p. 165, n. 12.

24 Sur ce point voir dernièrement : Gualdo G., Diplomatica pontificia e Umanesimo curiale, éd. Cosma R., Rome, Herder, 2005 ; Cappelli G., L’umanesimo italiano da Petrarca a Valla, Rome, Carocci, 2010, p. 165-168 ; Revest C., « Roma, fine agosto 1406. Muse alla corte dei papi », de Vincentiis A. (dir.), Atlante della letteratura italiana, vol. I., Dalle origini al Rinascimento, sous la dir. d’ensemble de Luzzatto S. et Pedullà G., Turin, Einaudi, 2010, p. 322-329 ; ead., [position de thèse] « Romam veni. L’humanisme à la curie de la fin du Grand Schisme, d’Innocent VII au concile de Constance (1404-1417) », Perspectives médiévales, 34, 2012, [http://peme.revues.org/2561].

25 Sur cette préface : Pade M., op. cit., vol. 1, p. 124-126. Marianne Pade souligne que sa tradition manuscrite est quasi exclusivement lombarde. Son édition : Angeli Jacopo, Viro insigni Iob de Restis Alexandri Quinti Pontificis maximi secretario Jacobus Angelus salutem, éd. Pade M., op. cit., vol. 2, p. 108-109.

26 Par exemple : Marius praeterea homo litterarum Graecarum expers quid commercii tecum habet, qui nec eas, ut ille, contemnis, sed in ipsis scribendo plerunque dicendo ludas quam iocundissime ?, ibid., p. 109.

27 La lettre, qui n’est connue que par une copie manuscrite, a été éditée dans Luiso F. P., op. cit., X, 8, p. 164-166. Elle est datée de la manière suivante : Ex Urbe Senarum, V° nonas maii. Pour Francesco Paolo Luiso elle remonte à l’année 1418, mais étant donné que Giona séjourna à Padoue au moins jusqu’à l’été 1418 avant de gagner Sienne (voir plus loin), nous pensons qu’il s’agit plutôt du printemps 1419.

28 « et l’abondance de ses vertus brillerait d’autant plus si elles étaient rapportées par toi précisément, qui l’as connu intimement et presque de l’intérieur, et qui fut longtemps son pair dans les offices et dans la modestie, dans les labeurs et dans l’intégrité, et maintes fois son camarade d’études et d’érudition » : eo quod magis virtutum suarum exuberantia eluceret, quantum a te ipso referrentur, qui intus et in cute penitus eum cognovisti, quique officiorum et modestiae, laborum et integritatis longevus comes, ac plerumque studiorum atque doctrinae adiutor, ibid., p. 166.

29 Bracciolini Poggio, Lettere, vol. II, éd. Harth H., Florence, L. Olschki, 1984, I, 12, p. 31-33 (Itaque cura demandata est Antonio Lusco, penes quem nummi erant, ut in orto suo non convivium instrueret sed bachanale, in quo et parentamus Iob mortuo et tibi vivo laudes ingentissimas persolveremus, p. 33).

30 Il s’agit du manuscrit de Wolfenbüttel, Herzog August Bibliothek, Guelf. 83.23 Aug. F° (le colophon se trouve au f° 73 v°). Voir Billanovich G., Un nuovo esempio delle scoperte e delle letture del Petrarca. L’« Eusebio-Girolamo-PseudoProspero », Krefeld, Scherpe, 1954, p. 11, 60-61. Si nous suivons la lecture de Billanovich, le colophon indiquerait l’année 3430 depuis la naissance d’Abraham, ce qui nous ramènerait à l’année 1416 (une note plus tardive sur le manuscrit donne toutefois 1413). Une version digitale du manuscrit est désormais disponible en ligne : [http://dbs.hab.de/mss/?list=ms&id=83-23-aug-2f].

31 Nous nous permettons de renvoyer à : Revest C., « Aux origines d’une figure majeure de la papauté renaissante : la nomination de l’humaniste Gasparino Barzizza à l’office de secrétaire apostolique, le 13 août 1414 », Boudet J.-P., Barralis C., Delivre F. et Genet J.-Ph. (dir.), Église et État, Église ou État ? Les clercs et la genèse de l’État, Actes du colloque international en l’honneur d’Hélène Millet (Bourges, 8-10 juin 2011), Paris, Publications de la Sorbonne, 2014, p. 457-475.

32 La lettre qui mentionne la procuration : ASV, Reg. Lat. 170, f° 161 v°-162 v°. À propos de Tommaso Dandolo, un médecin issu du patriciat vénitien qui fut un correspondant de Gasparino Barzizza, voir notamment Mercer R. G., op. cit., p. 124.

33 Barzizza G., op. cit., vol. 1, p. 110.

34 À propos de Daniele Vitturi, voir King M. L., Umanesimo e patriziato a Venezia nel Quattrocento, vol. II, Il circolo umanistico veneziano. Profili, tr. it., Rome, Il Veltro, 1989 (1re éd. Princeton, 1986), p. 659-661.

35 Aulu Gellium, quem a Petro Emiliano Pontifice Vicentino mutuo habueras, ei [Lazarino] concedas, Barzizza G., op. cit., vol. 1, p. 110.

36 Il s’agit du manuscrit Cité du Vatican, Biblioteca Apostolica Vaticana, Ottob. Lat. 2019. À la référence citée supra, n. 17, nous ajoutons : Pellegrin É., La bibliothèque des Visconti et des Sforza ducs de Milan, Florence, Olschki, Paris, F. de Nobele, 1969 (1re éd. Paris, 1955), p. 59 (la souscription y est également transcrite en intégralité) ; ead., Les manuscrits classiques latins de la bibliothèque vaticane, vol. I, Paris, Éd. du CNRS, 1975, p. 748-749.

37 Voir en particulier les lettres adressées à Andrea Giuliani et Daniele Vitturi le 22 décembre 1410 : Barzizza G., op. cit., vol. 1, p. 112 (à Giuliani) et p. 133 (à Vitturi, où il confirme au passage le prêt des Nuits attiques) ; ainsi que la lettre à Lazarino datée du lendemain, ibid., p. 111. Dans l’inventaire de Daniela Mazzuconi (Mazzuconi D., op. cit.) : no 237, 172, 158.

38 Barzizza G., op. cit., vol. 1, p. 113-114 (Mazzuconi D., op. cit., no 153). Dans une lettre composée autour de 1412-1413, Gasparino explique à Lazarino qu’il s’apprête à écrire à Facino Ventraria, qui se trouve chez Giovanni Corner, pour qu’il puisse utiliser autant qu’il le désire son volume d’Aelius Spartianus. La lettre est éditée dans Bertalot L., « Die älteste briefsammlung des Gasparinus Barzizza », Studien zum italienischen und deutschen Humanismus, vol. II, éd. Kristeller P. O., Rome, Ed. di Storia e di Letteratura, 1975, no 55, p. 100-101 (Mazzuconi D., op. cit., no 106).

39 Voir notamment Barzizza G., op. cit., vol. 1, p. 113.

40 Jonas noster bene se habet, nec magna adhortatione, meo judicio, indiget : satis enim accensus videtur ad bona studia, ibid., p. 114.

41 Pour son apparition comme témoin lors de la licence en droit civil de Johannis Rocondo de Rodo, le 26 février 1418 : Zonta G. et Brotto G. (dir.), Acta graduum academicorum gymnasii patavini ab anno 1406 ad annum 1450, vol. 1, Padoue, Antenore, 1970 (1re éd. Padoue, 1922), no 458, p. 180. Pour sa propre licence dans cette discipline, nous nous appuyons sur le discours de remerciements qui lui est attribué (voir plus loin). Sur Pietro Donato, voir notamment King M. L., op. cit., vol. II, p. 539-541 ; Menitti Ippolito A., « Donà, Pietro », DBI, t. 40, 1991, p. 789-794. Sur Girolamo Gualdo : Veronese Guarino, op. cit., vol. III, passim.

42 Zonta G. et Brotto G. (dir.), op. cit., no 484, p. 189-190 (il y est désigné sous le nom de Johannes Jonas).

43 Veronese Guarino, Epistolario di Guarino Veronese, vol. 1, Sabbadini R. (éd.), Miscellanea di Storia Veneta, s. III, VIII, 1915, no 64-65, p. 133-135.

44 Voir en premier lieu Mercer R. G., op. cit., p. 126 et 150, n. 29. L’Oratio de laudibus philosophie in suo principio in artibus (Inc. Si novum aliquid et eruditissimis auribus), inédite, se trouve dans les manuscrits suivants : Rome, Bibl. Corsiniana, Nic. Rossi 229 (33 E 27), f° 26v°-30 r° ; Venise, Bibl. Marciana, Marc. Lat. XI. 101 (3939), f° 55 v°-58 r° ; Venise, Bibl. Marciana, Marc. Lat. XI. 102 (3940), f° 58 v°-63 r°.

45 De même pour l’Oratio pro actione gratiarum (Inc. Posteaquam expectationibus vestris gratum esse intelligo) : Eichstätt, Universitätsbibliothek, st 218, f° 359-360 ; Rome, Bibl. Corsiniana, 33 E 27 (Nic. Rossi 229), f° 30 v° [version incomplète] ; Venise, Bibl. Marciana, Marc. Lat. XI. 102 (3940), f° 62 r°-63 r°. Les autorités citées lors de ces remerciements (Andrea Zane, podestat de Padoue, Bartolomeo Storlado, capitaine du peuple de Padoue, Giovanni da Mombaroccio, recteur de l’université des juristes, Giovanni Fontana, recteur de l’université des artistes et médecins) permettent de restreindre la datation du texte autour des mois de juillet-août-septembre 1418 (voir Zonta G. et Brotto G. [dir.], op. cit. vol. 3, ad indicem).

46 De même pour l’Oratio Jone de Restis Mediolanensis pro quadam sua exercitatio et disputatione in artibus (Inc. Si pluris meam sententiam fecissem quam et amicorum) : Venise, Bibl. Marciana, Marc. Lat. XI. 101 (3940), f° 58 r°-58 v°. Et pour l’Oratio pro quadam alia sua disputatione (Inc. Quamquam alias sepe hoc exercitationis laudata genere) : Rome, Bibl. Corsiniana, 33 E 27 (Nic. Rossi 229), f° 26 r°-26 v° ; Venise, Bibl. Marciana, Marc. Lat. XI. 102 (3940), f° 58 v°.

47 « grâce à ce savoir que j’ai acquis entièrement de l’homme le plus irréprochable et sans conteste le prince des orateurs de notre temps, Gasparino de Bergame » : pro ea eruditione quam omnem ab integerrimo viro et etatis nostre oratorum facile principe Gasparino Pergamensi edoctus sum, Resta Giona, Oratio de laudibus philosophie in suo principio in artibus, citée par Mercer R. G., op. cit., p. 126.

48 « En cinquième lieu j’arrive au très distingué et excellent en tout éloge Pietro Donato, très intègre pontife [i. e. archevêque] de Crète, dont l’éloquence et la faconde, la connaissance et la maîtrise du droit, l’érudition dans toutes les bonnes disciplines sont telles que tous les yeux se tournent vers lui. […] J’adresse aussi de très grands et presque uniques remerciements au très révérend père dans le Christ et notre seigneur Bartolomeo Zabarella, très honorable protonotaire par la grâce de Dieu » : Quinto loco accedo ad ornatissimum atque omni laude prestantem dominum Petrum Donatum pontificem cretensem integerrimum, cui tanta dicendi copia et facultas, tanta juris pontificii cognitio et doctrina, cui denique tanta omnium bonarum artium eruditio ut omnium oculos in se convertat. […] Maximas quoque ac prope singulares gratias reddo reverendissimo in Christo patri et domino nostro domino bartholomeo de zaba [rella] dei gratia prothonotario colendisssimo, Resta Giona, Oratio pro actione gratiarum, copié d’après le manuscrit de Venise, Venise, Bibl. Marciana, Marc. Lat. XI. 102 (3940), f° 62 v°-63 r°. Les liens entre les Resta et la puissante famille Zabarella sont également attestés par une lettre de Gasparino Barzizza à Francesco, peu après son élection au cardinalat, dans laquelle le maître souligne l’affection que porte Lazarino au prélat : Barzizza G., op. cit., vol. 1, p. 122-124 (Mazzuconi D., op. cit., no 64).

49 Cf. supra, n. 27.

50 Il rappelle notamment l’admiration que lui portait Giobbe : Quae saepe ipse apud me iucunde, ut solebat, memoria repetens, innumerabilibus prope, quod debebat, et quod excellenti virtute tua poterat, maximis laudibus tuum efferebat nomen : praetereo sapientiam et eruditionem, quam saepe ita in te demirabatur, ut non mortalem te, sed divinum potius arbitraretur, Luiso F. P., op. cit., p. 165.

51 Zdekauer L., Lo Studio di Siena nel Rinascimento, Milan, Hoepli, 1894, p. 83.

52 Novi quotidie dolores innoventur ; nam, ut alia taceam, quam acerbus nuntius proxime ex Lazarino acceptus est de Ionae nostri interitu, cuius mores, scientia, virtus mirificam de se spem disseminarant, ut primarium virum brevi Ionam videremus eiusque virtute vivi perfrueremur, Veronese Guarino, op. cit., vol. 1, no 181, p. 286-288 (pour la citation, p. 287).

53 Annali della Fabbrica del Duomo di Milano dall’origine fino al presente, vol. II, Milan, G. Brigola, 1877, p. 39-45, 51-52 et 60-61 ; Gazzini M., op. cit., p. 326-328.

54 Sur le dialogue, inédit (Inc. Veritatis vim saepenumero cogitanti), voir Borsa M., « Un umanista vigevanasco dei secolo XIV », op. cit., p. 105-106 ; Viti P., « Decembrio, Uberto », op. cit., p. 502. Il est conservé dans les manuscrits suivants : Milan, Bibl. Ambrosiana, B 123 sup., f° 104 r°-107 v° ; Milan, Bibl. Ambrosiana, S 41 sup. ; Philadelphie, University of Pennsylvania, Rare Book and Manuscript Library, cod. 693 (olim Lat. 40).

55 virum industrium et solertem Lazarinum Restam, eiusdem a parvuolo familiarissimum, Decembrio Uberto, De morali philosophia, transcrit d’après le manuscrit de Philadelphie (voir note précédente), f° 3v°. Sur ce manuscrit, voir la fiche descriptive et la version digitale disponibles en ligne : [http://hdl.library.upenn.edu/1017/d/medren/2487483]. Lazarino intervient directement dans les débats aux f° 14 r°-14 v°, 15 r°-18 v° et 63 r°. Sur Andreolo Arisi : Martini G., « Arisi (Arese, de Arisiis) », DBI, t. 4, 1962, p. 198.

56 Frenz Th., « Zum Problem der Reduzierung der Zahl der päpstlichen Kanzleischreiber nach dem Konzil von Konstanz », Schlügh W., Herde P. (dir.), Grundwissenschaften und Geschichdte. Festschrift für Peter Acht, Munich, Kallmünz, 1974, p. 256-274, en particulier p. 272. Sa mention de chancellerie apparaît sur une lettre apostolique du 17 juin 1439 : Pagano S. (dir.), op. cit., p. 18 (no 7335) et 594.

57 Zaccaria V., « L’epistolario di Pier Candido Decembrio », Rinascimento, 3, 1952, p. 85-118 (pour la référence à la lettre, p. 109). Inédite (Inc. Nisi abfuisses quando veni ad curiam), elle est copiée dans les manuscrits : Gênes, Bibl. Universitaria, C VII 46, f° 36v°; Milan, Bibl. Ambrosiana, I 235 inf., f° 45 r°.

58 « Si tu n’avais pas été absent quand je suis parti pour la curie, tu n’aurais pas permis que je prenne la route sans les lettres de Pline. […] Tu ne me rendrais pas un mince service en les rendant en mon nom à Savino de Felino, homme de bonnes mœurs qui est mon ami […]. Je souhaite sincèrement que tu me recommandes auprès du maître Antonio da Rho » : Nisi abfuisses quando veni ad curiam, non permisisses me sine plinianis epistolis iter aggredi. […] Facies mihi rem non minus gratam illas redendo nomine meo domino savino defelino homini bene morato, amico meo […]. M <agistro> Antonio Raudensi sinceramente per te cupio commendari, transcription effectuée d’après le manuscrit de Milan (voir note précédente). Sur Pier Candido Decembrio, voir en premier lieu : Viti P., « Decembrio, Pier Candido », DBI, t. 33, 1987, p. 488-498. Selon Filippo Argelati, Lazarino aurait aussi écrit des epigrammata conservés au sein d’un manuscrit contenant principalement des écrits de Pier Candido, manuscrit qui semble aujourd’hui perdu : Argelati F., Bibliotheca scriptorum Mediolanensium, t. II, op. cit., col. 1208.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540