Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Érudition et culture savante

 | 
François Brizay
, 
Véronique Sarrazin

Troisième partie. Les aspects matériels de la production érudite

Éditer l’érudition, en France, aux XVIIe et XVIIIe siècles

Véronique Sarrazin

Texte intégral

  • 1 Une pesée globale est difficile car la catégorie « érudition » ne correspond pas à la classificati (...)

1L’érudition, qu’elle soit philologique ou historique, sacrée ou profane, n’intéresse qu’un lectorat savant restreint. Elle est donc commercialement délicate. Cependant, aux XVIIe et XVIIIe siècles, elle donne lieu à des publications imposantes par leur ampleur et prestigieuses par leur qualité, qui meublent les bibliothèques patrimoniales et restent des références intellectuelles durables. C’est pourquoi, malgré sa part très minoritaire dans la production éditoriale1, elle est affichée en première page des catalogues d’éditeurs et potentiellement rentable.

  • 2 Voir Martin H.-J., Livre, pouvoirs et société à Paris au XVIIe siècle, Paris, 1969.
  • 3 Voir Dompnier B. (dir.), Les religieux et leurs livres à l’époque moderne, Clermont-Ferrand, Press (...)
  • 4 Voir Quéniart J., Les Français et l’écrit, XIIIe-XIXe siècle, Paris, Hachette, 1998, chapitre IX.
  • 5 Voir notamment les travaux de Neveu B., Gasnault P. et Kriegel B.
  • 6 Deux articles importants envisagent cependant cet aspect : Martin H.-J., « Les bénédictins, leurs (...)

2Le livre érudit a connu de grandes heures : humanisme érudit au XVIe siècle, grandes entreprises d’érudition sacrée de la Contre-Réforme catholique au XVIIe siècle. Dans la seconde moitié du XVIIe siècle, une mutation s’amorce, sensible notamment à partir des années 16802. Sur le plan intellectuel, l’érudition ne faiblit pas. L’étude des auteurs antiques reste la base de l’éducation des élites lettrées ; en matière d’érudition historique, le De re diplomatica (1681) de Dom Mabillon a marqué un tournant dans la méthode et la portée des recherches. Les travaux restent donc actifs. Pourtant leur publication connaît des difficultés. Les guerres de la fin du règne de Louis XIV ébranlent toute l’économie et, dans ce domaine particulier, posent autant de problèmes de financement (manque de capitaux) que de débouchés (fermeture des marchés extérieurs, notamment de l’accès aux grandes foires allemandes) : la misère du temps est alors le leitmotiv des correspondances d’érudits en mal d’éditeurs. Ce pourrait être seulement conjoncturel. Il y a de fait une reprise sous la Régence marquée à la fois par la publication triomphale de l’Antiquité dévoilée de Montfaucon mais aussi par des prospectus annonçant de multiples projets. Le contexte intellectuel est cependant nouveau. D’un côté, la Contre-Réforme catholique triomphante n’a plus guère besoin de développer son arsenal intellectuel et les bibliothèques conventuelles ralentissent leurs acquisitions, débouché essentiel de l’érudition sacrée3 ; d’un autre côté, de nouvelles élites (noblesse militaire traditionnelle, négociants et financiers) se rallient au modèle de la culture livresque4, jusque-là propre à la robe. Mais ce nouveau public, s’il a souvent les moyens d’acheter les grandes éditions érudites, ne s’y intéresse guère. Le modèle culturel de l’honnête homme prend le pas sur celui du savant, parfois considéré désormais comme un cuistre. Des études sur la recherche érudite ont déjà montré son évolution du XVIIe au XVIIIe siècle, tant dans son organisation que dans ses objets5, sans toujours s’interroger sur les conditions de sa publication, élément important non seulement de sa diffusion, mais aussi de son exercice car elles peuvent influer sur le déroulement de la recherche, voire sur ses objets6.

  • 7 Gasnault P., « Traités des Mauristes avec leurs libraires et leurs graveurs », dans L’érudition mau (...)

3On peut alors se demander quelle est la place du livre érudit dans l’édition ? Quels problèmes spécifiques il pose aux éditeurs et quelles sont les stratégies mises en œuvre pour en minimiser les risques ? Ma réflexion se basera sur deux types de sources : d’une part, les contrats conclus entre les auteurs érudits et leurs éditeurs, dont une importante série a notamment été publiée par P. Gasnault7 ; d’autre part, les correspondances des érudits qui, fréquemment, mentionnent le suivi de l’édition de leurs travaux et parfois leurs démêlés avec leurs éditeurs.

Un gros investissement

  • 8 Voir Chartier R., Martin H.-J. (éd.), Histoire de l’édition française, t. II, p. 13-70, « Les cond (...)
  • 9 Lettre du 14 août 1682, dans Omont H. (éd.), « Lettres d’Anisson à Ducange, relatives à l’impressi (...)
  • 10 Traités de l’Histoire générale du Languedoc, 9 oct. 1727, dans Thomas E., « Introduction bibliogra (...)
  • 11 Voir Quantin M. (éd.), Lettres de l’abbé Lebeuf, Auxerre et Paris, 1867, t. II, p. 354 : lettre à (...)
  • 12 Voir La Borderie A. de (éd.), Correspondance historique des bénédictins bretons et autres document (...)
  • 13 Voir Thomas E., « Introduction bibliographique… », art. cit., p. 405.

4L’édition érudite est une entreprise très coûteuse. Elle ne peut se faire qu’en grand format, seul digne de ces monuments du savoir ; on utilise généralement l’in-folio, plus rarement l’in-4°, et souvent en plusieurs volumes. Le papier représente la première dépense dans la fabrication des livres (de 40 à plus de 50 %)8 et le choix d’un format inférieur ou supérieur peut faire varier la quantité utilisée de plus ou moins un tiers. Ainsi, le choix majoritaire de l’in-folio implique d’énormes quantités d’un papier que tous promettent « beau », en donnant éventuellement une référence précise, soit par rapport à un autre ouvrage (l’éditeur lyonnais Anisson promet que celui du Glossaire grec « ne cède en rien à celle de Paris du [Glossaire] latin9 »), soit par rapport à des fabrications réputées (Carré fin d’Auvergne et Grand Raisin en général). Certains vont jusqu’à fournir un échantillon10. La composition typographique doit être confiée à un ouvrier très qualifié, par les exigences de la mise en page (références, renvois, imbrication des niveaux de texte, manchettes marginales etc.) et la compétence linguistique11. L’illustration ajoute un surcoût parfois exorbitant : pour L’Histoire générale de Bretagne dans laquelle elle a pourtant été réduite à l’indispensable, elle représente déjà 20 %12. Enfin, au-delà des frais initiaux de fabrication, il faut aussi compter le contrecoup de la durée de l’impression qui immobilise les capitaux investis pendant plusieurs années, voire plusieurs décennies : la publication des 5 volumes de l’Histoire du Languedoc s’étale de 1727 à 1745, entraînant des frais de stockage importants13. Restent encore les frais de reliure des exemplaires à offrir.

  • 14 Lettres d’Anisson des 16 juillet et 24 septembre 1682, dans H. Omont (éd.), « Lettres d’Anisson à (...)
  • 15 Lettre du 23 août 1683, ibid. p. 234.
  • 16 Lettres au président Bouhier, 10 sept. 1739, 16 fév. 1741 et 16 mai 1743, dans Duranton H. (éd.), (...)
  • 17 Lettre de l’abbé d’Olivet à Bouhier, 1er mai 1722, dans Duranton H. (éd.), Correspondance littérai (...)
  • 18 C’est le cas, selon leurs contrats, de L’Histoire de la Bretagne, Paris, 1703-07 ; Epistolae roman (...)
  • 19 Voir lettre d’Anisson du 30 octobre 1687, dans Omont H. (éd.), « Lettres d’Anisson à Ducange », ar (...)
  • 20 Voir Thomas E., « Introduction bibliographique… » art. cit., p. 387.

5Les économies possibles sur ces frais de fabrication sont marginales. On peut jouer sur la typographie. L’éditeur du Glossaire grec de Du Cange, conscient que « le bon prix que l’on fait des livres contribue beaucoup à en faire vendre » est attentif à serrer les coûts : il choisit un caractère Cicéro (11 points) plutôt que Saint-Augustin (13 points) et insiste pour une composition, à première ligne rentrante et non sortante, pour gagner quelques pages14 ; s’il a fait fondre des caractères grecs à Bâle, il s’est contenté, pour les caractères « abréviatifs » moins utilisés, de les faire tailler localement et en bois15. Mais il faut être prudent car la clientèle de ce genre d’ouvrage est exigeante sur le plan matériel, comme en témoignent les correspondances lettrées : ainsi, l’avocat Secousse remarque que le 2e volume des Historiens des Gaules est « moins bien imprimé que le premier » ; il souligne en revanche la beauté du caractère des Mémoires de Condé et que l’Orianus Christianus est « magnifiquement imprimé16 ». Ces remarques avertissent les amateurs et pèsent sur les commandes : en 1722, la réédition du Jugement des savans de Baillet est « imprimée sur de si mauvais papier que cela fait beaucoup de tort au livre17 ». Si les contrefaçons peuvent adopter une typographie dense, l’édition originale se doit d’avoir de belles marges, dans une impression qui se fait généralement en Saint-Augustin pour le texte principal, en Cicéro pour les « preuves », et en Petit Romain pour les notes18. Au XVIIIe siècle, pour rassurer les auteurs et attirer les futurs clients, les éditeurs s’engagent dans les contrats comme dans les annonces sur la qualité du papier et des caractères, voire sur l’ornementation. La principale économie intervient sur l’illustration : les éditeurs négocient avec les auteurs ou avec les commanditaires des ouvrages le nombre exact de planches et de vignettes, exigeant la prise en charge de toute illustration supplémentaire, voire un partage des frais pour celles qui sont prévues : pour le Glossaire grec, l’éditeur paiera le graveur si l’auteur paie le dessinateur19 ; pour l’Histoire générale du Languedoc, les Etats payent le dessin et la gravure, et l’éditeur paye l’impression mais conserve ensuite les planches en compensation20.

  • 21 En 1699, un volume des Acta sanctorum OSB tiré à 500 ex. nécessite 3 500 LT ; en 1703-07, chaque v (...)

6Ainsi, même si les tirages ne sont pas très élevés (ordinairement de 500 à 1 500 ex.), l’investissement est lourd : 3 500 à plus de 6 000 LT pour un volume in-folio21, à multiplier par le nombre de volumes. La plupart des éditeurs n’ont pas de tels capitaux et doivent donc trouver des secours.

Des solutions financières variées

  • 22 Voir Doutreleau L., « L’Assemblée Générale du Clergé et l’édition patristique grecque », dans Bury(...)
  • 23 Ibid., p. 104-108.
  • 24 Voir La Borderie A. de (éd.), Correspondance historique des bénédictins, op. cit., p. 95 : mémoire (...)

7Le mécénat semble avoir été la première solution envisagée. Il permet d’obtenir la prise en charge – souvent partielle – des frais de l’édition par un individu ou une institution, intéressés à publier certains travaux ou flattés de patronner une publication prestigieuse. La présentation du projet à son futur dédicataire peut donner lieu à une gratification substantielle : en 1645, les frères de Sainte-Marthe obtiennent de l’Assemblée du Clergé 6 000 LT pour aider à la publication de leur Gallia Christiana, achevée en 165622. De façon plus régulière, la même Assemblée offre aux éditeurs des Pères grecs des prêts (8 000 LT pour 10 ans), à rembourser sur la vente23. Cependant, plutôt qu’une somme forfaitaire, les éditeurs préfèrent obtenir, sur devis, un financement partiel : l’Histoire de la Bretagne est payée aux 3/5 par les États de Bretagne24.

  • 25 Martin H.-J., « Les bénédictins, leurs libraires… », art. cit., p. 274-277.
  • 26 Ibid., p. 282.

8Sans qu’il y ait subvention directe, les éditeurs peuvent obtenir un soutien par l’attribution d’un marché exclusif d’édition et de fournitures : au XVIIe siècle, ils sont, selon les cas, libraires privilégiés de l’ordre bénédictin, imprimeur du Clergé de France et de l’Archevêque de Paris ou imprimeur de l’Académie française25. Au XVIIIe siècle, les éditeurs des grandes histoires provinciales sont souvent imprimeurs des Etats et parfois de la capitale provinciale. La monarchie de son côté encourage l’édition savante en accordant à ceux qui s’y risquent des monopoles durables (20 à 50 ans) sur des ouvrages d’un débit assuré : traductions de Cicéron, Semaine Sainte, Imitation de Jésus-Christ26

  • 27 Voir Laurain M., « Les travaux d’érudition des mauristes… », art. cit., p. 237-246.

9Pour plus d’efficacité, il faut adapter le projet de publication aux centres d’intérêts du mécène potentiel : si au XVIIe siècle l’Église de France soutient d’importants travaux, la durée et parfois l’inachèvement des projets finissent par user sa bonne volonté. Au XVIIIe siècle, les Etats provinciaux se montrent en revanche intéressés. Ceux de Bretagne ont donné l’exemple avec la publication réussie de L’Histoire de Bretagne en 1703-1707. Dès 1708, les États de Bourgogne et de Languedoc proposent de financer des travaux comparables, au point que la congrégation de Saint-Maur envisage un véritable programme d’histoire des provinces pour drainer les subventions, les documents ainsi collectés pouvant aussi servir à des travaux d’une érudition plus sacrée27. L’investissement des pouvoirs locaux est variable : les Etats du Languedoc dépensent en 20 ans plus de 45 000 LT pour la rédaction et la publication de l’Histoire Générale du Languedoc. L’apport est plus modeste pour ceux de Bourgogne ou d’Artois, ou pour les villes de Paris ou Bordeaux.

  • 28 Voir Martin H.-J., « Les bénédictins, leurs libraires… », art. cit., p. 273.
  • 29 Voir Doutreleau L., « L’Assemblée Générale du Clergé… », art. cit., p. 99-109.
  • 30 Voir La Borderie A. de (éd.), Correspondance historique des bénédictins, op. cit., p. 107-110, dél (...)
  • 31 Voir Martin H.-J., « Les bénédictins, leurs libraires… », art. cit., p. 282.
  • 32 Voir Thomas E., « Introduction bibliographique… », art. cit., p. 387.

10Ces sommes ne sont pas toujours suffisantes et cela dès le XVIIe siècle, pourtant généralement considéré comme l’âge d’or de l’édition érudite, par la conjugaison du mécénat et d’importants débouchés28. L’édition des Pères grecs financée par l’Assemblée du Clergé en montre les limites : grâce au prêt de 8 000 LT, l’éditeur publie deux tomes du Saint-Chrysostome mais, pour les tomes III et IV, il doit faire appel à la générosité particulière de quelques évêques puis, pour ne pas manquer d’autres publications plus rentables, il négocie la résiliation du contrat. Ceux qui le remplacent ne font guère mieux29. Les subventions des Etats provinciaux couvrent mieux les frais d’édition mais sont versées pour partie à la réception. En outre, si ces aides directes soulagent la trésorerie de l’éditeur, elles lui imposent aussi des contraintes, notamment des délais de publication : 3 ans pour l’Histoire de la Bretagne30, 2 ans pour les Antiquitates Constantinopolitanae31. L’éditeur peut même avoir l’obligation d’imprimer l’ouvrage « sans discontinuer32 », l’empêchant ainsi de suspendre les grands ouvrages pour des travaux plus modestes mais immédiatement rentables.

  • 33 Voir Omont H. (éd.), « Lettres d’Anisson à Ducange », art. cit. : lettres des 9 nov., 14 déc. 1686 (...)
  • 34 Une quinzaine d’associations répertoriées, dont une pour le XVIIe siècle : Sancti Athanasi opera, (...)
  • 35 Traité de la Paleographia Graeca, dans Gasnault P., « Traités des Mauristes », art. cit., p. 75.

11Ainsi l’éditeur doit toujours faire des avances considérables et cherche alors des associés. Le procédé est plus répandu au XVIIe siècle pour la production massive d’ouvrages courants (notamment les « usages » religieux) que pour les grandes publications érudites. Il arrive que l’éditeur sous-traite une partie de l’impression et que le sous-traitant finisse par devenir un associé33, mais l’entreprise est bien, au départ, conçue comme individuelle. Cependant, les difficultés économiques de la fin du XVIIe siècle voient se développer les associations, qui se généralisent ensuite34. Elles regroupent de 2 à 7 partenaires, qui partagent les frais et les bénéfices possibles, chaque associé recevant une part du tirage correspondant à sa part de l’investissement total. Pour faciliter la conduite quotidienne de l’édition, un seul d’entre eux assure le suivi, traite avec l’auteur et surveille la fabrication35.

  • 36 Lettre de Mabillon du 25 nov. 1694, dans Revue Mabillon, 1909, p. 78.
  • 37 Voir Gasnault P., « Traités des Mauristes », art. cit., p. 91-95.
  • 38 Voir traité de l’Oriens Christianus, dans Revue de l’Orient latin, 1894, p. 191.
  • 39 Voir Gasnault P., « Les travaux d’érudition des Mauristes », dans L’érudition mauriste, op. cit., (...)

12Une autre voie de financement est d’associer les futurs clients à l’entreprise. Déjà, les subventions impliquent de recevoir gratis un certain nombre d’exemplaires et certaines se présentent comme l’achat, par avance, d’une partie du tirage. Au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles, c’est une clause que les éditeurs intègrent dans les contrats : en 1694, Anisson n’imprimera le De antiquis ritibus que si la congrégation de Saint-Maur s’engage « par écrit » pour au moins 100 exemplaires36. En l’absence d’institution prête à s’engager, les éditeurs se tournent vers la souscription, un mode de financement développé en Angleterre et adopté par les éditeurs français au début du XVIIIe siècle pour relancer l’édition savante. Le premier exemple connu est la souscription de l’Antiquité expliquée en 171637. On propose aux futurs acheteurs de payer par avance une partie (souvent la moitié) de l’exemplaire, en récompensant cette marque de confiance par un rabais. L’éditeur fixe parfois un nombre minimum de souscriptions à atteindre pour débuter l’impression38. Ce système connaît un grand succès et aussi quelques abus : tous les projets ne sont pas menés à terme sans que les souscripteurs obtiennent toujours remboursement. Le procédé est donc limité par le Code de la Librairie de 1723 à « l’impression d’ouvrages considérables qui ne pourront être faits sans ce secours ». Les ouvrages d’érudition conservent donc la permission d’être financés par cette voie et les souscriptions en nombre deviennent une modalité du mécénat : pour la réédition des Conciles de Gaule du P. Labbat, la monarchie souscrit pour 50 ex., l’Assemblée du Clergé pour 250 et la congrégation pour 10039.

  • 40 Voir Gasnault P., « Traités des Mauristes », art. cit., p. 67-68.

13Ces divers financements suffisent-ils à faire de l’édition érudite une opération rentable ? Il est difficile de le déterminer entre les éditeurs qui se plaignent de s’y ruiner et la réalité de quelques opérations très lucratives, comme L’Antiquité expliquée dont la seconde édition est programmée deux ans à peine après la mise en vente de la première. Le mode de financement le plus intéressant semble l’achat anticipé d’une partie du tirage, qui combine une avance substantielle avec la garantie d’écoulement. La proposition de Robustel aux Mauristes pour la continuation des Acta sanctorum en 1699 en montre l’intérêt40. Il demande à la congrégation de lui prendre 170 des 500 exemplaires prévus, à 12 LT au lieu de 13 LT. Il sacrifie ainsi 9 % du bénéfice espéré mais, dès l’achèvement de la fabrication, il aura déjà couvert les deux tiers de son investissement. La souscription offre les mêmes avantages financiers mais implique un gros travail d’information et de promotion pour placer les souscriptions, et une bonne logistique pour la distribution des exemplaires. La limite des différents modes de financement se lit dans le fait qu’il faut souvent en cumuler plusieurs, avec des montages financiers complexes et des risques de conflits entre les acteurs.

14Ces difficultés sont l’apanage de toute entreprise éditoriale de grande envergure. D’autres sont en revanche spécifiques à l’édition érudite, liées à la nature des ouvrages et à la compétence propre de leurs auteurs.

Des auteurs à ménager

  • 41 Voir Sarrazin V., « L’auteur éditeur de ses œuvres à la fin du XVIIIe siècle » dans Travaux de lit (...)
  • 42 Voir Gasnault P., « Traités des Mauristes », art. cit., 2e traité des Monuments, 25 avril 1729 ; B (...)
  • 43 Voir Leigh R. A. (éd.), Correspondance complète de J.-J. Rousseau, t. V, lettre à M.-M. Rey du 20- (...)

15Les usages ordinaires de l’édition aux XVIIe et XVIIIe siècles sont plus favorables aux éditeurs qu’aux auteurs. En droit, il n’existe pas de propriété intellectuelle mais seulement la permission royale qui donne à son détenteur la pleine propriété du texte, qu’il peut imprimer ou faire imprimer en entier ou par extraits, vendre et faire vendre, autant qu’il le voudra pendant la durée de la permission. Certes les auteurs peuvent obtenir cette permission mais il leur est difficile de l’exploiter eux-mêmes41. Certains recourent à la souscription, qui assure en même temps le financement et le placement d’une partie des exemplaires ; après le succès de l’Antiquité expliquée, Montfaucon s’y essaie pour les Monuments de la monarchie française mais la gestion est lourde et, au bout de deux ans, il cède son texte, sa permission et tous les comptes de la souscription à ses libraires-imprimeurs ; à la fin du siècle, Dom Devienne a moins de chance et subit de lourdes pertes pour l’Histoire de Bordeaux42. Les auteurs vendent donc souvent ensemble le manuscrit et la permission à un éditeur. La seule garantie qu’ils conservent alors de voir leur texte édité dans la forme qu’ils souhaitent repose sur l’envie qu’a l’éditeur de maintenir avec eux de bonnes relations durables. Cependant, même un auteur aussi courtisé que J.-J. Rousseau se fait parfois corriger malgré lui par son éditeur, pour son français un peu trop suisse43. De ce point de vue, les ouvrages d’érudition mettent leurs auteurs dans une position favorable, obligeant l’éditeur à des ménagements qu’il n’aurait pas pour d’autres.

  • 44 Voir Sarrazin V., Les almanachs parisiens au XVIIIe siècle, thèse inédite de l’université de Paris (...)
  • 45 Voir Géraud H., « Historique du Glossaire de la basse latinité de Du Cange », dans Bibliothèque de (...)

16Célèbres ou non, ce sont en effet des partenaires incontournables de la réussite de l’édition. L’ouvrage étant le résultat de longues années de recherche et d’une spécialisation pointue, l’éditeur ne peut en remplacer l’auteur comme il le fait pour un ouvrage plus commun44. Si l’auteur est empêché, l’édition est arrêtée et pas forcément reprise : ainsi la réédition du Glossaire latin de Du Cange, confiée en 1721 à Dom Toustain, est transmise à Dom Maur, ce qui retarde le début. Le premier volume paraît enfin en 1733 et 4 autres suivent en dix-huit mois ; mais Dom Maur, soupçonné de jansénisme, est exilé… et le temps de trouver quelqu’un pour le remplacer et de relancer l’édition, le 6e volume ne paraît qu’en 175645. On pourrait multiplier les exemples de ce genre. L’éditeur a donc tout intérêt à éviter une rupture avec l’auteur, d’autant que celui-ci a aussi son rôle dans l’économie éditoriale : c’est l’auteur qui se présente devant l’Assemblée du Clergé ou les Etats de telle province, pour exposer son projet et en négocier les conditions financières. S’il appartient à une congrégation importante, l’éditeur peut espérer se voir confier, aussi, des éditions plus usuelles et plus rentables par cette même congrégation. Enfin, l’insertion de l’auteur dans la République des Lettres favorise l’annonce, la réputation et donc la bonne vente de l’ouvrage.

17Même détenteur de la permission royale, l’éditeur matériel est donc beaucoup plus dépendant de l’auteur que dans nombre d’éditions ordinaires, et doit tenir compte de ses besoins et des contraintes du travail érudit.

  • 46 Voir Duranton H., Correspondance littéraire, op. cit., t. III, p. 51, lettre du 15 nov. 1719 et p. (...)
  • 47 Ibid., p. 54, lettre du 20 janvier 1720 : Olivet corrige, sur épreuve, les annotations du De natur (...)
  • 48 Lettre du 14 jan. 1708, dans Tamizey de Laroque, Lettres inédites de Montfaulcon, extrait de la Re (...)

18Alors qu’en général l’éditeur achète un manuscrit fini, dans le cas des travaux d’érudition, le contrat est souvent signé avant l’achèvement du texte, que l’auteur perfectionniste a bien du mal à annoncer fini. Le travail parallèle de l’écriture et de l’édition peut ralentir, voire arrêter l’impression : plusieurs fois, Olivet suspend celles des œuvres annotées de Cicéron, en attendant les commentaires envoyés de Dijon par Bouhier46. Outre le retard, cela peut entraîner des corrections importantes47 voire l’insertion de nouveaux documents : en janvier 1708, Montfaucon remercie le président Bouhier pour une dissertation à ajouter à sa Paleographia dont l’impression est déjà très avancée48.

  • 49 Voir Quantin M. (éd.), Lettres de l’abbé Lebeuf, op. cit., t. II, p. 267, lettre à Bouhier, 24 jan (...)
  • 50 Ibid., t. II, p. 344 et 354, lettres à Fenel des 11 et 18 déc. 1741.

19Pour éviter ces délais, les contrats du XVIIIe siècle comportent fréquemment une clause imposant aux auteurs de rendre « une bonne copie », voire « la copie, avec les tables nécessaires, le tout en état d’être imprimé », à la fois pour évaluer la quantité finale et pour éviter les interruptions et recompositions. Si l’auteur tarde trop, l’imprimeur risque d’employer ses presses à un autre ouvrage. L’abbé Lebeuf a d’abord eu du mal à trouver un éditeur pour ses Mémoires sur l’histoire ecclésiastique d’Auxerre « à cause des pièces qui sont beaucoup à changer49 ». Enfin, il a réuni tous ses matériaux, trouvé un éditeur et l’impression a commencé, quand il réalise qu’un document est resté dans son coffre en province. Il presse un ami de le lui chercher mais, craignant que son compositeur soit employé à autre chose, il décide de modifier l’ordre de ses pièces justificatives, pour fournir de la copie sans interruption50.

  • 51 Voir traités publiés par Omont H., dans Revue des études grecques, 1891, vol. 4, p. 63-67.

20Les éditeurs veulent aussi se garantir contre l’augmentation du projet initial. Les traités de la fin du XVIIe siècle ne sont que pour l’impression d’un texte ; peu à peu, apparaissent des clauses limitant le volume final. Ainsi, la Paleographia graeca ne dépassera pas 1 volume et les Hexaples 251.

  • 52 Traité des Analecta Graeca, 10 févr. 1688, dans Gasnault P., « Traités des Mauristes », art. cit., (...)
  • 53 Ibid. Un carton est la réimpression d’une page complète, insérée dans l’ouvrage au moment de la re (...)

21Contre ces engagements sur la finition du texte, les auteurs attendent des garanties sur la qualité de l’impression et son exactitude. Pour une œuvre d’érudition, toute coquille peut défigurer un ouvrage. L’éditeur doit donc s’engager sur le nombre d’épreuves (généralement trois) dont les auteurs assureront eux-mêmes la correction. C’est un avantage pour l’éditeur, qui n’a pas à payer un correcteur spécialisé ; c’est aussi une contrainte car les auteurs exigent souvent que le tirage ne puisse être lancé que sur la 3e épreuve paraphée et parfois « se réservent de faire telles corrections et tels changements que nous aviserons bon estre sur les seconde et troisième épreuves52 ». S’il reste des coquilles « par la négligence de l’ouvrier » qui « altéreront le sens », l’éditeur devra faire des cartons53 à ses dépens. Les éditeurs doivent aussi promettre d’avertir les auteurs en cas de réédition, pour revoir et augmenter le texte si nécessaire. Les éditeurs transforment cela en devoir de l’auteur qui « s’oblige » en retour à « prendre soin des épreuves et de la correction ».

  • 54 Voir Martin H.-J., « Les bénédictins, leurs libraires… », art. cit., p. 286.
  • 55 Le maximum semble atteint avec l’Antiquité expliquée : 112.
  • 56 Lettres de juillet 1688, dans Omont H. (éd.), « Lettres d’Anisson à Ducange », p. 247 et 249.

22Cette position avantageuse permet-elle aux érudits de recevoir des rémunérations convenables ? Ils sont rarement payés en numéraire. Le cas de Dom Rivet qui reçoit 10 LT pour chaque feuille d’impression de son Histoire littéraire semble une exception54. La plupart appartiennent à des congrégations qui les entretiennent. Ils ne reçoivent donc que des exemplaires : de 30 à 100 selon les contrats, rarement davantage55. C’est un coût important pour l’éditeur, quand l’ouvrage comporte plusieurs volumes in-folio à fournir reliés. C’est sur ce dernier point que les éditeurs sont les moins généreux. Ainsi, pour le Glossaire grec, Anisson avait promis 30 exemplaires à Du Cange, en restant assez vague sur leur mise en forme (10 à 12 reliés) ; après avoir tenté de revenir sur sa parole, il cède et fournit les 30 exemplaires reliés56. Ces cadeaux sont d’autant plus à charge qu’ils sont remis par l’auteur à des protecteurs et amis qui auraient sans doute eu l’envie et certainement les moyens d’acheter l’ouvrage : autant de clients potentiels perdus. Les contrats du XVIIIe siècle sont très précis sur le nombre d’exemplaires reliés et la qualité de la reliure, le changement de matière et de travail pouvant doubler son prix ; ainsi, les reliures fournies sont généralement en veau, le maroquin étant réservé à 1 ou 2 exemplaires destinés au roi ou au dédicataire. À mesure que la clause concernant les rééditions éventuelles et leur suivi par l’auteur se généralise, elle s’accompagne aussi d’une rémunération secondaire, de l’ordre de 6 à 12 exemplaires.

23Les auteurs érudits peuvent donc assurer un réel suivi de l’édition de leurs travaux ; l’éditeur doit trouver un modus vivendi avec eux car il ne peut ni s’imposer à eux, ni s’en émanciper. Leur interdépendance se traduit par des garanties réciproques précises.

Tirer le meilleur parti de la censure

  • 57 Voir Minois G., Censure et culture sous l’Ancien Régime, Fayard, 1995.

24Le parallèle entre rédaction et publication peut aussi susciter des problèmes avec la censure. Tout manuscrit doit, pour être imprimé légalement, être préalablement relu par un censeur royal, dont l’approbation permet d’obtenir de la chancellerie une permission d’imprimer sous forme d’une lettre patente royale57. Cette permission peut prendre la forme d’un privilège, qui assure un monopole d’exploitation pendant une certaine durée. La censure a donc deux enjeux : l’acceptation du texte et la protection économique de l’édition.

  • 58 Voir Kriegel B., Les historiens et la monarchie, Paris, PUF, 1988.
  • 59 Voir Petitmengin P., « Un monument controversé, le Saint-Cyprien de Baluze et Dom Maran », dans Re (...)
  • 60 Lettre de Letors à Lebeuf, 5 juin 1737, dans Quantin M. (éd.), Lettres de l’abbé Lebeuf, op. cit.,(...)

25La procédure normale implique que le manuscrit soit achevé avant la censure, l’impression se faisant sur la copie paraphée par le censeur ; mais c’est difficile, voire impossible avec des ouvrages où composition, censure et impression vont presque de pair. Les privilèges des ouvrages d’érudition ne datent souvent que de 2 ou 3 mois – voire quelques jours – avant la mise en vente. La relecture a donc été faite en bonne partie sur épreuves. Cela peut s’avérer problématique car l’érudition est un domaine sensible. Ses enjeux ne sont pas purement intellectuels mais aussi politiques, religieux ou sociaux, car elle permet l’ancrage d’une autorité actuelle dans des preuves anciennes58. Une partie des documents passés au crible de l’érudition s’avèrent erronés ou falsifiés ; les corrections ou suppressions pèsent lourd sur le sens du texte. Ainsi, dans le Traité sur l’unité de l’Eglise de Cyprien, Baluze a supprimé quelques mots qu’il considérait comme une glose très postérieure, modifiant ainsi radicalement un texte longtemps utilisé pour fonder la supériorité de Rome dans la chrétienté catholique. Avant la mise en vente, le censeur impose des cartons59. Inversement, en publiant tels quels des actes anciens, les histoires des provinces heurtent parfois les intérêts de la monarchie : Dom Plancher a dû refondre en partie son Histoire de la Bourgogne car « il lui a été défendu de parler du royaume d’Arles et de traiter nos ducs comme des souverains60 ». L’érudition touche aussi aux intérêts privés des grandes familles : celle de Rohan a voulu s’opposer à la publication comme telle de l’Histoire de Bretagne, en allant jusqu’à demander l’intervention du chancelier, car l’historien avait, par rigueur scientifique, écarté la légende de son glorieux et mythique ancêtre Conan Mériadec. Les travaux d’érudition sont donc scrutés de près par une censure soucieuse des conséquences, d’autant qu’en cas de scandale, le censeur négligent est aussi sanctionné.

  • 61 Revue Mabillon, 1908, p. 92-93.
  • 62 Voir Duranton H. (éd.), Correspondance littéraire, op. cit., t. III, p. 137, 6 janvier 1730.

26Les risques encourus sont le refus de la permission de paraître ou l’exigence de corrections. Dans les éditions ordinaires, ce sont des aléas plus gênants pour les auteurs que pour les éditeurs, qui n’ont pas encore engagé leurs capitaux. Pour l’édition érudite, où la censure se fait en parallèle avec l’impression, le coût peut être énorme : au minimum un retard dans la publication et des cartons, au pire l’interruption de la vente ou la saisie du tirage. Le risque est d’autant plus important que ces ouvrages sont difficiles à relire. En août 1732, Lancelot, censeur de l’Histoire Littéraire, avertit amicalement l’auteur qu’il devrait demander un autre censeur, pour « ménager l’intérêt de vos libraires61 ». En effet, l’ouvrage traite souvent d’auteurs et de matières ecclésiastiques et Lancelot, littérateur et non théologien, craint de ne pas saisir certaines allusions : alors que la crise janséniste se développe, les matières religieuses sont très sensibles. Certains auteurs prennent leurs précautions : Olivet communique le manuscrit de ses Tusculanes annotées à un confrère lettré, sachant qu’en cas d’édition il sera probablement son censeur ; celui-ci juge « l’ouvrage capable de faire du bruit » et lui recommande quelques amendements62.

  • 63 Voir Neveu B., Erudition et religion, op. cit., p. 45-46 ; et lettre de Marais à Bouhier, 17 mai 1 (...)

27Certes, quand l’auteur est membre d’une congrégation, son manuscrit fait d’abord l’objet d’une censure interne mais les querelles religieuses qui agitent le XVIIIe siècle rendent parfois cette censure même suspecte aux yeux du pouvoir. La Collectio conciliorum préparée par le jésuite Hardouin est suspendue plusieurs fois entre de 1699 et 172563. À l’inverse, en 1734, ce sont des soupçons de jansénisme qui arrêtent, pour un temps, la réédition du Glossaire latin par Dom Maur.

  • 64 Voir Neveu B., Erudition et religion, op. cit., p. 66.
  • 65 Voir Duranton H. (éd.), Correspondance littéraire, op. cit., t. I, p. 57 et 60, lettres de Secouss (...)

28Le risque de censure peut s’avérer rentable car les polémiques contribuent à animer la République des Lettres. Dans les Vies de saints de Baillet, les récits, prudents, doivent s’accompagner d’une préface passant l’hagiographie traditionnelle au crible de la critique. À Rome, on envisage une condamnation. La protection de Lamoignon (dont Baillet est le bibliothécaire) retarde la mise à l’Index de plusieurs années. Le parfum de scandale est suffisant pour stimuler les ventes, sans que l’éditeur courre trop de risques : alors même que la parution de la première édition n’est pas encore achevée (en 1701), on prépare un second tirage64. Certains peuvent alors être tentés de prendre des risques. En 1743, les Mémoires de Condé sont réédités ; aux 5 volumes déjà parus au XVIe siècle et savamment annotés, l’éditeur Rollin ajoute un 6e volume (apparemment non relu par un censeur) de pièces inédites relevées de « traits vifs » et « hardis65 », ce qui contribue à faire vendre l’ouvrage à un prix élevé. Mais un mois après, le reste du tirage est saisi, l’auteur est à la Bastille et l’atelier de Rollin fermé.

  • 66 Voir Omont H. (éd.), « Lettres d’Anisson à Ducange », art. cit., p. 221 : lettre du 14 août 1682.

29Aussi, les éditeurs préfèrent en général la sécurité au risque – même lucratif – de censure. C’est l’autre raison de l’exigence de la fourniture d’une copie « en état d’être imprimée ». Ils essayent d’obtenir leur privilège le plus tôt possible : pour le Glossaire grec, Anisson exige d’en avoir l’extrait entre les mains avant de commencer l’impression66. Ils essayent surtout d’obtenir le privilège le plus favorable, se souciant d’abord de sa durée pour se protéger de la concurrence. Le risque de contrefaçon est réel pour des éditions aussi onéreuses, car une typographie plus dense peut réduire notablement le prix de vente. La réédition française du Glossaire latin de Du Cange achevée en 1756 forme 6 volumes in-folio ; elle est reproduite à Bâle dès 1762, en seulement 3 volumes. Les contrefacteurs peuvent aussi refondre les pièces arrivées en cours d’impression et reléguées dans les annexes de l’édition originale. Chaque volume de la première édition (1678) du Glossaire latin est complété d’« Addenda et emendanda » et un « Appendix » est même inséré dans le Glossaire grec en 1688 ; sa réédition à Francfort en 1710 intègre tous ces éléments. Bien sûr le privilège royal n’a qu’une portée limitée aux frontières du royaume, ne pouvant empêcher la concurrence des contrefaçons sur les marchés étrangers ; mais il interdit leur entrée dans le royaume de même que la circulation ouverte de leurs prospectus.

  • 67 Ibid. p. 223, lettre du 24 sept. 1682.
  • 68 Traité des Epistolae romanorum, 1717, dans Lepreux, Gallia typographica, t. I, p. 450.
  • 69 Voir Neveu B., Érudition et religion, op. cit., p. 73-74.

30La durée usuelle des privilèges est de 6 à 9 ans. La monarchie est cependant sensible aux arguments des éditeurs, concernant les frais engagés, les délais de publication et ceux d’écoulement. Les privilèges des grandes publications érudites sont donc souvent de 15 à 20 ans, voire davantage… en tout cas, lorsqu’ils sont demandés par les éditeurs. Les auteurs, peu conscients des enjeux économiques, négligent parfois cet aspect. Anisson est déçu que Du Cange n’ait demandé, pour son Glossaire grec, que la durée ordinaire de 6 ans67. Aussi, certains éditeurs précisent dans le contrat que l’auteur « fera son possible pour de longues années et que la jouissance ne commencera que du jour que chaque volume sera achevé d’imprimer68 ». Au début du XVIIIe siècle, le chancelier Pontchartrain se montre très réticent à accorder des privilèges trop étendus, en nombre de titres et en durée, pour assurer un contrôle plus rigoureux de la production imprimée. Les privilèges ordinaires sont réduits pour l’essentiel à 3 et 6 ans ; même ceux des ouvrages d’érudition sont nettement raccourcis. En 1703, le libraire Osmont demandait une durée de 20 ans pour entamer la réédition du Glossaire latin de Du Cange : la chancellerie ne lui en accorde que 7 et le projet est repoussé sine die69. À partir de 1715, la longue durée redevient la norme.

  • 70 Voir Martin H.-J., « Les bénédictins, leurs libraires… », art. cit., p. 281.

31Outre la durée, les éditeurs peuvent aussi espérer l’ajout de clauses avantageuses. On a déjà vu que le privilège peut associer à l’ouvrage principal et coûteux des textes usuels plus rentables. Il peut aussi, en cas de réédition d’un texte, assurer un réel monopole à la nouvelle édition. En effet, normalement, le privilège accordé à une réédition augmentée d’au moins 25 % ou à une nouvelle traduction, n’empêche pas la réimpression à l’identique des versions antérieures. Certains éditeurs, notamment ceux des éditions patristiques, obtiennent cependant l’interdiction de ces réimpressions70.

32Sur le plan financier comme sur le plan intellectuel, l’édition érudite présente donc davantage de risques que nombre d’ouvrages courants ; si la position de monopole permet de limiter le risque économique, les conditions de la publication maintiennent, voire augmentent les menaces de censure.

Mettre l’érudition au goût d’un plus large public

  • 71 Lettre d’Olivet à Bouhier, 24 mars 1727, dans Duranton H. (éd.), Correspondance littéraire, op. ci (...)

33Dans un contexte où l’érudition ne trouve plus le même soutien institutionnel, les éditeurs se tournent vers le public pour la financer par les souscriptions. Ils doivent donc, pour les placer, s’adapter au goût du public qui a évolué d’un siècle à l’autre. Au XVIIe siècle, il s’agissait surtout de satisfaire les savants et d’équiper les bibliothèques de la Contre-Réforme. Au XVIIIe siècle, celles-ci n’ont plus les mêmes besoins et les savants se montrent souvent effrayés par le coût des livres d’érudition. En revanche, de nouvelles élites – cultivées mais rétives à l’érudition – sont désormais acheteuses, « parce que la mode d’avoir un cabinet tapissé de livres est devenue générale71 ». Même si les éditeurs ne peuvent toucher directement au texte, les correspondances érudites révèlent leurs demandes, leurs pressions… auxquelles cèdent parfois les auteurs pour être édités.

  • 72 Voir Waquet F., Le latin, l’empire d’un signe, Paris, 1998, p. 101-123.

34Jusqu’à la fin du XVIIe siècle, le latin est la langue normale de l’érudition72 pour un public formé dans les collèges et les universités à sa pratique courante. Son usage est aussi nécessaire pour atteindre un public géographiquement dispersé : c’est « la langue commune de tous les savants de l’Europe » selon l’Encyclopédie. Mais la nouvelle clientèle des gens du monde n’a, en général, guère plus qu’une teinture de latin, insuffisante pour affronter un grand ouvrage savant. Au XVIIIe siècle s’impose la nécessité du français.

  • 73 Lettre de Secousse à Bouhier, 10 sept. 1739, dans Duranton H. (éd.), Correspondance littéraire, op (...)
  • 74 Voir Quantin M. (éd.), Lettres de l’abbé Lebeuf, op. cit., II, p. 267, 24 jan. 1740.
  • 75 Lettre à Olivet, 14 nov. 1719, dans Duranton H. (éd.), Correspondance littéraire, op. cit., t. III (...)
  • 76 Ibid., p. 115, 24 mars 1727.

35Les premières éditions érudites en français sont les histoires provinciales, qui intéressent avant tout les élites d’une région. En 1717, Baluze ose encore publier son Historia tutelensis en latin mais c’est avec l’appui du Régent et sur les presses de l’Imprimerie Royale. Il n’est pas certain qu’un éditeur privé s’y serait risqué. Les histoires de Bretagne, du Languedoc, de Bourgogne, etc. sont dès le départ conçues en français. Cependant, un ouvrage qui vise un marché international a encore besoin du latin. Selon la préface de l’auteur (1729), les Monuments de la monarchie française ont d’abord été rédigés en français et ce sont les éditeurs qui ont demandé une version latine. Dix ans plus tard, soit que le français ait largement gagné les élites européennes, soit que le marché envisagé soit surtout national, ce sont cette fois les éditeurs qui insistent pour que les monuments de l’histoire nationale aient une version française : le Recueil des historiens des Gaules publie évidemment les sources dans la langue originale, généralement latine, parfois grecque, mais la préface et les dissertations qui les accompagnent sont données sur 2 colonnes, en latin et en français, pour « donner quelque cours à cet ouvrage et engager les financiers à l’acheter73 ». L’antiquité gréco-romaine, elle-même, est traduite. Dès 1719, la préface de l’Antiquité expliquée, qui tient autant du livre d’art que de l’érudition, est bilingue ; en 1740, c’est tout un Dictionnaire d’Antiquités grecques et latines qu’on annonce en français74. Dans le domaine de l’érudition philologique aussi le français gagne du terrain. L’abbé d’Olivet et le président Bouhier s’associent pour des éditions annotées de Cicéron. Dès leur premier essai en 1719, Bouhier pressent la difficulté que peuvent poser ses notes « hérissées de passages grecs et latins75 ». Huit ans après, pour l’édition des Tusculanes, Olivet tranche : « Et les savants, et les ignorants les aimeront mieux [les notes] en français76. » Au mieux, les deux versions se côtoient dans une typographie à double colonne ; mais lorsqu’il y a hiérarchie des textes, c’est le latin qui est imprimé en bas de page et en petits caractères.

36Les versions françaises et latines ne se recouvrent pas exactement, dessinant les attentes différentes des publics. Dans la préface française de l’Antiquité expliquée, Montfaucon rend hommage aux travaux antérieurs sur lesquels il s’est appuyé, par une simple énumération ; dans la version latine, il mentionne précisément les éditions dont il s’est servi. Plus loin, utilisant une inscription pour établir un point d’histoire, il en donne le texte en discours indirect et en substance dans la version française ; dans la version latine, il la reproduit exactement, y compris dans ses abréviations. Il agit de même dans les Monuments de la monarchie française. Il y a donc désormais deux marchés pour l’édition érudite : celui des lecteurs érudits comme l’auteur, dont il connaît les exigences, et celui des lecteurs ordinaires, auxquels il est prié par l’éditeur d’adapter son discours.

  • 77 Ibid., p. 44-45 et p. 61, lettres d’Olivet à Bouhier, 9 nov. 1719 et 23 août 1720.

37Pour faciliter l’accès au texte d’un plus large public, on veille aussi à ne pas trop l’alourdir de références. Sans supprimer l’appareil de notes, les éditeurs cherchent des solutions de mise en page. La typographie tend à séparer nettement texte et notes, texte et preuves, celles-ci rejetées en fin de volume, voire dans un volume distinct. On négocie entre les exigences scientifiques des érudits et les impératifs typographiques et économiques des éditeurs : pour le De natura deorum, Olivet souhaitait associer sur chaque page le texte latin avec sa traduction, sur deux colonnes, et les notes de Bouhier en bas, en renvoyant ses propres « notes latines » en fin de chapitre. L’éditeur, lui, voulait faire 2 volumes, l’un de la traduction, l’autre du texte latin annoté, pour deux clientèles nettement distinctes. Finalement, on s’accorde sur la séparation de chaque volume en 3 parties (texte, traduction, notes), qui permettent « que les lecteurs se pussent servir selon leur goût77 ». Dans les éditions bilingues, le texte latin, entrelardé de citations et de références, utilise les ressources typographiques ordinaires (tailles et polices variées des caractères, crochets carrés) pour distinguer les niveaux d’information, à l’usage d’un lectorat habitué à ces codes et intéressé à discerner ce qui relève de la source ou de son interprétation. Le texte français, lui, est généralement imprimé en une typographie plus uniforme, les citations et éventuelles références étant allégées et intégrées au discours, pour une lecture fluide.

  • 78 Lettre de Secousse, 16 févr. 1741, dans Duranton H. (éd.), Correspondance littéraire, op. cit., t. (...)
  • 79 Lettre d’Olivet à Bouhier, 10 nov. 1719, ibid., t. III, p. 47.

38Si la traduction en français rassure certains lecteurs, elle ne suffit sans doute pas à les persuader de l’intérêt de l’ouvrage. Il faut pour cela qu’il présente d’autres qualités. Il doit d’abord flatter le regard. Le livre érudit a toujours été un objet de qualité, répondant aux critères attendus de blancheur du papier, de largeur des marges et de netteté typographique. Au XVIIIe siècle, ces critères matériels sont mis en avant et accentués, au-delà parfois des exigences des auteurs. C’est l’éditeur qui aurait insisté pour faire des Mémoires de Condé « un beau livre78 ». C’est ce qui a fait le succès de l’Antiquité expliquée dont les quelques 1 200 planches illustrées peuvent être lues comme un recueil de sources ou contemplées comme un agréable livre d’images, d’autant que certaines paraissent « assez gaillardes79 ». Sans aller aussi loin, nombre d’ouvrages érudits offrent quelques illustrations et les traités du XVIIIe siècle sont beaucoup plus précis sur les vignettes « en figures », les cartes, les fac simile d’écritures anciennes ou les reproductions de monnaies. À l’usage des bibliophiles, on propose des éditions sur grand papier, des tirages des figures « avant la lettre », etc. Pour une clientèle qui peut payer un prix élevé, il s’agit davantage de justifier le montant demandé que de le réduire. Les érudits, plus intéressés par le contenu, jugent d’ailleurs que les éditions érudites sont hors de prix.

  • 80 A. de La Borderie (éd.), Correspondance historique des bénédictins, op. cit., p. 106.
  • 81 Ibid., p. 115.
  • 82 Voir lettre de Marais, 6 mars 1725 sur les Annales de la Monarchie française, ibid., dans Duranton(...)
  • 83 Lettres de Marais à Bouhier, 27 fév. et 11 mars 1725, ibid., t. VIII, p. 95.

39On joue sur l’esthétique, on joue aussi sur les différentes lectures des contenus érudits ou sur des suppléments. Lorsqu’il vient vanter l’Histoire de la Bretagne devant les Etats, Dom Lobineau met en avant, outre le prestige intellectuel de l’entreprise, « une quantité surprenante de pièces, un trésor pour les savans et encore plus pour la noblesse du pays80 ». De fait, si l’ouvrage a mécontenté le duc de Rohan, il a en revanche satisfait le comte de Lannion, en lui fournissant les preuves nécessaires pour placer « une fille que j’ay chanoinesse en Allemagne, où il n’y a que des comtesses d’Empire qui y entrent81 ». Pour mieux séduire la noblesse, les éditeurs font ajouter des généalogies aux histoires érudites, parfois d’une autre main que le corps de l’ouvrage82. Certains ajouts servent aussi à stimuler la curiosité d’un plus large public, qu’il s’agisse des pièces inédites ajoutées aux volumes canoniques des Mémoires de Condé ou d’un supplément sur les Amours des rois de France sous plusieurs races, promis aux souscripteurs des Antiquités de la ville de Paris83.

40Les éditeurs cherchent donc à satisfaire des publics aux demandes divergentes, en déclinant l’ouvrage érudit en différentes versions matérielles et textuelles. En 1751, le catalogue du libraire Desprez propose ainsi l’Histoire de la ville de Paris de Dom Lobineau en version normale (5 vol. in-folio à 75 LT), sans les preuves (2 vol. seulement à 50LT), en grand papier « avec les premières figures tirées » (à 100 LT) ou de même sans les preuves (à 60 LT), voire abrégée en 5 vol. in-12, à 12 LT.

41Les grandes publications érudites se heurtent donc aux mêmes difficultés que toutes les entreprises éditoriales de grande ampleur, à commencer par le coût financier. Elles rencontrent aussi d’autres difficultés liées au travail érudit lui-même, à ses acteurs, à son rythme et à ses enjeux. Elles imposent aux éditeurs une collaboration plus proche avec les auteurs. Ce sont cependant des éditions prestigieuses, dont l’écoulement est assez bien protégé par de longs privilèges et qui peuvent valoir à leurs éditeurs, à défaut de bénéfices rapides, des compensations substantielles, sous formes de marchés de fournitures et de monopoles éditoriaux. Après les difficultés de la fin du règne de Louis XIV, l’édition érudite est relancée dans un contexte un peu différent, auquel les éditeurs semblent s’adapter assez rapidement. Alors que le mécénat monarchique et ecclésiastique s’essouffle, ils se tournent vers l’histoire locale pour drainer les subventions ou bien adoptent la pratique des souscriptions. L’élargissement du champ de l’érudition – de la critique textuelle à la numismatique et à l’archéologie monumentale – permet de transformer le livre érudit en livre illustré, et d’espérer atteindre les nouvelles élites bibliophiles. La publication de L’Antiquité expliquée en 1719 est du meilleur augure : recueil documentaire pour les savants et de belles images pour les autres, les éditeurs placent sans difficulté les 1 800 ex. de la première souscription et en lancent immédiatement une seconde. Mais le second tirage, fait à moindre coût et de moins bonne qualité, refroidit l’enthousiasme. Pour concilier le luxe et l’érudition, il faut des investissements encore plus lourds et les débouchés ne sont pas garantis. Pour élargir son lectorat, l’éditeur intervient parfois sur le contenu et la forme des ouvrages ; pour établir leur réputation, il ne peut pas se contenter de laisser circuler l’information dans les réseaux épistolaires de la République des Lettres. Il doit mettre en œuvre de véritables campagnes de promotion, dans les revues et les prospectus, accentuant encore ses investissements. Le succès de L’Antiquité expliquée auprès d’un large public fait un peu figure d’exception et le risque est souvent d’échouer à séduire les « gens du monde » tout en mécontentant les érudits par des luxes coûteux et des traductions.

Notes

1 Une pesée globale est difficile car la catégorie « érudition » ne correspond pas à la classification usuelle des contemporains en 5 catégories thématiques (théologie, droit, histoire, belles-lettres, sciences et arts). En 1787, Dom Poirier estime que les mauristes, principaux producteurs, ont publié 158 ouvrages d’érudition. Voir Laurain M., « Les travaux d’érudition des Mauristes », dans Mémorial du XIVe centenaire de l’abbaye de Saint-Germain des prés, Paris, 1959, p. 231-232.

2 Voir Martin H.-J., Livre, pouvoirs et société à Paris au XVIIe siècle, Paris, 1969.

3 Voir Dompnier B. (dir.), Les religieux et leurs livres à l’époque moderne, Clermont-Ferrand, Presses universitaires Blaise Pascal, 2000.

4 Voir Quéniart J., Les Français et l’écrit, XIIIe-XIXe siècle, Paris, Hachette, 1998, chapitre IX.

5 Voir notamment les travaux de Neveu B., Gasnault P. et Kriegel B.

6 Deux articles importants envisagent cependant cet aspect : Martin H.-J., « Les bénédictins, leurs libraires et le pouvoir : notes sur le financement de la recherche au temps de Mabillon et de Montfaucon », et Laurain M., « Les travaux d’érudition… », art. cit., dans Mémorial du XIVe centenaire de l’abbaye Saint-Germain des prés, Paris, 1959.

7 Gasnault P., « Traités des Mauristes avec leurs libraires et leurs graveurs », dans L’érudition mauriste à Saint-Germain des Prés, Paris, 1999, p. 57-108.

8 Voir Chartier R., Martin H.-J. (éd.), Histoire de l’édition française, t. II, p. 13-70, « Les conditions financières et techniques : la fabrication du livre », Paris, Fayard, 1990.

9 Lettre du 14 août 1682, dans Omont H. (éd.), « Lettres d’Anisson à Ducange, relatives à l’impression du Glossaire, 1682-1688 », dans la Revue des études grecques, 1892, p. 221.

10 Traités de l’Histoire générale du Languedoc, 9 oct. 1727, dans Thomas E., « Introduction bibliographique à l’Histoire générale du Languedoc », dans les Mémoires de la société archéologique de Montpellier, 1850, p. 387 ; et de L’Antiquité expliquée, dans Gasnault P., « Traités des Mauristes », art. cit., p. 91.

11 Voir Quantin M. (éd.), Lettres de l’abbé Lebeuf, Auxerre et Paris, 1867, t. II, p. 354 : lettre à Fenel du 18 décembre 1741.

12 Voir La Borderie A. de (éd.), Correspondance historique des bénédictins bretons et autres documents inédits relatifs à leurs travaux sur l’Histoire de Bretagne, Paris, 1880, p. 149.

13 Voir Thomas E., « Introduction bibliographique… », art. cit., p. 405.

14 Lettres d’Anisson des 16 juillet et 24 septembre 1682, dans H. Omont (éd.), « Lettres d’Anisson à Ducange », art. cit., p. 218, 220 et 223.

15 Lettre du 23 août 1683, ibid. p. 234.

16 Lettres au président Bouhier, 10 sept. 1739, 16 fév. 1741 et 16 mai 1743, dans Duranton H. (éd.), Correspondance littéraire du président Bouhier, Saint-Étienne, 1976, t. I, p. 24, 38 et 53.

17 Lettre de l’abbé d’Olivet à Bouhier, 1er mai 1722, dans Duranton H. (éd.), Correspondance littéraire, op. cit., t. III, p. 80.

18 C’est le cas, selon leurs contrats, de L’Histoire de la Bretagne, Paris, 1703-07 ; Epistolae romanorum pontificum, 1717 ; Sancti Cyrilli opera, Paris, 1720 ; Oriens Christianus, Paris, 1722 ; Histoire Générale du Languedoc, Paris, 1733-1749 ; Histoire de Bordeaux, Bordeaux, 1771. La majorité des contrats ne précise cependant pas le caractère, l’éditeur conservant ainsi une marge de manœuvre.

19 Voir lettre d’Anisson du 30 octobre 1687, dans Omont H. (éd.), « Lettres d’Anisson à Ducange », art. cit., p. 243.

20 Voir Thomas E., « Introduction bibliographique… » art. cit., p. 387.

21 En 1699, un volume des Acta sanctorum OSB tiré à 500 ex. nécessite 3 500 LT ; en 1703-07, chaque volume de l’Histoire de la Bretagne coûte environ 5 000 LT ; en 1728, le 1er volume des Monuments de la monarchie française à 1 000 ex., revient à 6 450 LT.

22 Voir Doutreleau L., « L’Assemblée Générale du Clergé et l’édition patristique grecque », dans Bury E. (dir.), Les Pères de l’Église au XVIIe siècle, Paris, 1993, p. 109.

23 Ibid., p. 104-108.

24 Voir La Borderie A. de (éd.), Correspondance historique des bénédictins, op. cit., p. 95 : mémoire de Dom Lobineau aux États, 20 sept. 1703.

25 Martin H.-J., « Les bénédictins, leurs libraires… », art. cit., p. 274-277.

26 Ibid., p. 282.

27 Voir Laurain M., « Les travaux d’érudition des mauristes… », art. cit., p. 237-246.

28 Voir Martin H.-J., « Les bénédictins, leurs libraires… », art. cit., p. 273.

29 Voir Doutreleau L., « L’Assemblée Générale du Clergé… », art. cit., p. 99-109.

30 Voir La Borderie A. de (éd.), Correspondance historique des bénédictins, op. cit., p. 107-110, délibération des États de Bretagne du 9 nov. 1703.

31 Voir Martin H.-J., « Les bénédictins, leurs libraires… », art. cit., p. 282.

32 Voir Thomas E., « Introduction bibliographique… », art. cit., p. 387.

33 Voir Omont H. (éd.), « Lettres d’Anisson à Ducange », art. cit. : lettres des 9 nov., 14 déc. 1686 et 30 oct. 1687, p. 242-243, révélant la collaboration avec Cramoisy à Paris.

34 Une quinzaine d’associations répertoriées, dont une pour le XVIIe siècle : Sancti Athanasi opera, 1691, chez « Anisson et ses associés », d’après le traité dans Gasnault P., « Traités des Mauristes », art. cit., p. 62.

35 Traité de la Paleographia Graeca, dans Gasnault P., « Traités des Mauristes », art. cit., p. 75.

36 Lettre de Mabillon du 25 nov. 1694, dans Revue Mabillon, 1909, p. 78.

37 Voir Gasnault P., « Traités des Mauristes », art. cit., p. 91-95.

38 Voir traité de l’Oriens Christianus, dans Revue de l’Orient latin, 1894, p. 191.

39 Voir Gasnault P., « Les travaux d’érudition des Mauristes », dans L’érudition mauriste, op. cit., p. 22.

40 Voir Gasnault P., « Traités des Mauristes », art. cit., p. 67-68.

41 Voir Sarrazin V., « L’auteur éditeur de ses œuvres à la fin du XVIIIe siècle » dans Travaux de littérature, 1999, t. XIV, p. 335-360.

42 Voir Gasnault P., « Traités des Mauristes », art. cit., 2e traité des Monuments, 25 avril 1729 ; Bencazar J., « Dom Devienne, historiographe », art. cit., p. 153.

43 Voir Leigh R. A. (éd.), Correspondance complète de J.-J. Rousseau, t. V, lettre à M.-M. Rey du 20-07-1758.

44 Voir Sarrazin V., Les almanachs parisiens au XVIIIe siècle, thèse inédite de l’université de Paris I, 1997, p. 210-218, « De la propriété intellectuelle aux droits d’auteur ».

45 Voir Géraud H., « Historique du Glossaire de la basse latinité de Du Cange », dans Bibliothèque de l’École des chartes, 1839, p. 503.

46 Voir Duranton H., Correspondance littéraire, op. cit., t. III, p. 51, lettre du 15 nov. 1719 et p. 236, 16 février 1737.

47 Ibid., p. 54, lettre du 20 janvier 1720 : Olivet corrige, sur épreuve, les annotations du De natura deorum.

48 Lettre du 14 jan. 1708, dans Tamizey de Laroque, Lettres inédites de Montfaulcon, extrait de la Revue de Gascogne, p. 19.

49 Voir Quantin M. (éd.), Lettres de l’abbé Lebeuf, op. cit., t. II, p. 267, lettre à Bouhier, 24 jan. 1740.

50 Ibid., t. II, p. 344 et 354, lettres à Fenel des 11 et 18 déc. 1741.

51 Voir traités publiés par Omont H., dans Revue des études grecques, 1891, vol. 4, p. 63-67.

52 Traité des Analecta Graeca, 10 févr. 1688, dans Gasnault P., « Traités des Mauristes », art. cit., p. 58.

53 Ibid. Un carton est la réimpression d’une page complète, insérée dans l’ouvrage au moment de la reliure ; c’est donc une correction beaucoup plus coûteuse qu’un erratum.

54 Voir Martin H.-J., « Les bénédictins, leurs libraires… », art. cit., p. 286.

55 Le maximum semble atteint avec l’Antiquité expliquée : 112.

56 Lettres de juillet 1688, dans Omont H. (éd.), « Lettres d’Anisson à Ducange », p. 247 et 249.

57 Voir Minois G., Censure et culture sous l’Ancien Régime, Fayard, 1995.

58 Voir Kriegel B., Les historiens et la monarchie, Paris, PUF, 1988.

59 Voir Petitmengin P., « Un monument controversé, le Saint-Cyprien de Baluze et Dom Maran », dans Revue d’histoire des textes, 1975, V, p. 97-115.

60 Lettre de Letors à Lebeuf, 5 juin 1737, dans Quantin M. (éd.), Lettres de l’abbé Lebeuf, op. cit., t. II, p. 206.

61 Revue Mabillon, 1908, p. 92-93.

62 Voir Duranton H. (éd.), Correspondance littéraire, op. cit., t. III, p. 137, 6 janvier 1730.

63 Voir Neveu B., Erudition et religion, op. cit., p. 45-46 ; et lettre de Marais à Bouhier, 17 mai 1725, dans Duranton H. (éd)., Correspondance littéraire, op. cit., t. X, p. 154.

64 Voir Neveu B., Erudition et religion, op. cit., p. 66.

65 Voir Duranton H. (éd.), Correspondance littéraire, op. cit., t. I, p. 57 et 60, lettres de Secousse des 16 mai et 28 juin 1743.

66 Voir Omont H. (éd.), « Lettres d’Anisson à Ducange », art. cit., p. 221 : lettre du 14 août 1682.

67 Ibid. p. 223, lettre du 24 sept. 1682.

68 Traité des Epistolae romanorum, 1717, dans Lepreux, Gallia typographica, t. I, p. 450.

69 Voir Neveu B., Érudition et religion, op. cit., p. 73-74.

70 Voir Martin H.-J., « Les bénédictins, leurs libraires… », art. cit., p. 281.

71 Lettre d’Olivet à Bouhier, 24 mars 1727, dans Duranton H. (éd.), Correspondance littéraire, op. cit., t. III, p. 116.

72 Voir Waquet F., Le latin, l’empire d’un signe, Paris, 1998, p. 101-123.

73 Lettre de Secousse à Bouhier, 10 sept. 1739, dans Duranton H. (éd.), Correspondance littéraire, op. cit., t. I, p. 24.

74 Voir Quantin M. (éd.), Lettres de l’abbé Lebeuf, op. cit., II, p. 267, 24 jan. 1740.

75 Lettre à Olivet, 14 nov. 1719, dans Duranton H. (éd.), Correspondance littéraire, op. cit., t. III, p. 50.

76 Ibid., p. 115, 24 mars 1727.

77 Ibid., p. 44-45 et p. 61, lettres d’Olivet à Bouhier, 9 nov. 1719 et 23 août 1720.

78 Lettre de Secousse, 16 févr. 1741, dans Duranton H. (éd.), Correspondance littéraire, op. cit., t. I, p. 38.

79 Lettre d’Olivet à Bouhier, 10 nov. 1719, ibid., t. III, p. 47.

80 A. de La Borderie (éd.), Correspondance historique des bénédictins, op. cit., p. 106.

81 Ibid., p. 115.

82 Voir lettre de Marais, 6 mars 1725 sur les Annales de la Monarchie française, ibid., dans Duranton H. (éd.), Correspondance littéraire, op. cit., t. VIII, p. 95 ; lettre de Secousse, sur l’Histoire de Bourgogne, ibid., t. I, p. 46.

83 Lettres de Marais à Bouhier, 27 fév. et 11 mars 1725, ibid., t. VIII, p. 95.

Auteur

CERHIO-université d’Angers

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540