Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Érudition et culture savante

 | 
François Brizay
, 
Véronique Sarrazin

Troisième partie. Les aspects matériels de la production érudite

Le fonctionnement du scriptorium de Charles Ier d’Anjou

François Bérenger

Texte intégral

  • 1 Sur la production de manuscrits à la cour des Souabes et sur la controverse autour du sort de leur (...)

1Suivant l’exemple de ses prédécesseurs souabes, Charles Ier (1266-1285) enrichit sa bibliothèque de nombreux volumes1. Durant les premières années de son règne, il se contente d’acheter des manuscrits, notamment en France. Puis, dans un souci de prestige, le souverain angevin met en place à Naples, à la fin des années 1270, un scriptorium qui fonctionne jusqu’en 1282.

  • 2 Sur ces deux personnages, voir notamment Simonsohn S., Tra Scilla e Cariddi. Storia degli ebrei in (...)
  • 3 Désormais, on désignera par cette expression la traduction latine du Kitāb al-Ḥāwī.

2Le but principal de cet atelier est de réaliser des manuscrits d’ouvrages de médecine arabe traduits en latin. Le travail de traduction est confié le plus souvent à des savants juifs. Nous en connaissons deux pour cette époque : Musa de Palerme et Farag ben Salem2. Farag est un juif de Sicile originaire d’Agrigente. C’est lui qui réalise la plupart des traductions de l’arabe au latin pour le compte de Charles Ier. Il se voit notamment confier celle du Kitāb al-Ḥāwī de Rhazès, appelé dans les actes angevins « Elhavy3 ».

  • 4 I Registri della Cancelleria angioina ricostruiti da Riccardo Filangieri con la collaborazione deg (...)

3Pour étudier le fonctionnement du scriptorium royal de Charles Ier, qui connaît une existence brève mais intense, nous disposons d’une documentation administrative assez riche, constituée principalement de mandements adressés aux trésoriers royaux, ainsi que de leurs comptes, et de quelques manuscrits originaux produits par cet atelier. L’utilisation de ces sources est néanmoins délicate car les actes originaux ont disparu. Les archives de l’État angevin ont en effet subi de très nombreuses destructions au cours des siècles. Les registres qui subsistaient encore au début du XXe siècle furent brûlés par les Allemands en septembre 1943. Après cette ultime tragédie, les archivistes napolitains lancèrent un vaste programme de reconstruction afin d’éditer ce qui pouvait encore l’être à partir des anciennes éditions de textes, de copies d’actes, de photographies, de régestes et de notes d’érudits. À ce jour, ils ont publié cinquante volumes de documents tirés des registres de la chancellerie angevine, qui couvrent la période 1265-12954.

  • 5 De Boüard A., Documents en français des Archives angevines de Naples (règne de Charles Ier), vol. I (...)

4Grâce notamment au travail d’édition effectué par Alain de Boüard avant la catastrophe de 1943, la période d’activité du scriptorium de Charles Ier (1278-1282) nous est plutôt bien connue5. Pour en comprendre le fonctionnement, nous examinerons tout d’abord sa direction et les moyens matériels mis à sa disposition par l’État angevin, puis nous étudierons les différents acteurs qui participent à la confection des manuscrits. Enfin, pour rendre le processus plus intelligible, nous analyserons les différentes étapes de la fabrication de l’exemplaire le plus célèbre et le mieux documenté de la bibliothèque du souverain.

Les moyens matériels et la direction du scriptorium royal

  • 6 Ibid., no 41, p. 54-57 et RCA 19, no 218, p. 365 (6 juin 1278).
  • 7 RCA 21, no 116, p. 34 (6 janvier 1279). Ce palais est sûrement de bonne taille, comme la maison de (...)
  • 8 Cette vie en commun est notamment attestée dans une quittance de Jean de Paganis datée du 31 décem (...)
  • 9 En 1282, l’équipe de copistes doit toujours œuvrer dans ce palais. En effet, le scriptor Giovanni (...)

5Le scriptorium royal est mis en place à Naples à la fin des années 1270. Il fonctionne déjà en 1278, comme en témoignent deux mandements de Charles Ier datés du mois de juin : à cette date, plusieurs scribes sont déjà à l’œuvre au Castel dell’Ovo6. Cependant, ils ne restent pas très longtemps dans cette forteresse. Certes, les manuscrits royaux y sont conservés, mais la place doit leur être comptée et le lieu n’est pas adapté à ce type d’activité. Aussi le roi décide-t-il rapidement d’installer ses copistes dans une vaste demeure de la vieille ville de Naples, propriété de la Cour. En janvier 1279, il écrit à l’un de ses officiers pour qu’il assigne à cinq hommes – deux clercs et trois scribes – un palais qui appartenait jadis à Maria Cutona, morte sans héritier, et qui revint de ce fait à la Cour royale, c’est-à-dire à l’État angevin. Ce bâtiment se situe sur la platea Salliti – une place du vieux Naples – et jouxte la demeure de feu Giacomo d’Aquino7. Il doit servir d’habitation aux cinq hommes aussi longtemps qu’ils transcriront des ouvrages de médecine pour le compte du roi8. L’atelier connaît, semble-t-il, une existence brève puisque nous n’avons plus de témoignage de son activité après 12829.

  • 10 Durrieu P., Les archives angevines de Naples. Études sur les registres du roi Charles Ier (1265-128 (...)
  • 11 RCA 43, no 190, p. 205 (26 février 1282), no 191, p. 205 (6 mars 1282) et no 194, p. 206 (1er mai (...)
  • 12 Del Giudice G., Codice diplomatico del regno di Carlo I e II d’Angiò, dal 1265 al 1309, vol. III, N (...)
  • 13 À l’époque médiévale, le mot « custos » peut désigner un « conservateur de bibliothèque ». Sur cet (...)
  • 14 Heullant-Donat I., « Quelques réflexions autour de la cour angevine comme milieu culturel au XIVe s (...)
  • 15 RCA 43, no 196, p. 207 (31 mai 1282).

6La direction du scriptorium est d’abord confiée à maître Armand de Troyes, puis Jean de Nesle (Iohannes de Nigellis) lui succède, sûrement au début des années 1280. Tous deux sont médecins du roi et clercs de son hôtel10. Ils sont donc compétents pour vérifier la validité des informations transcrites dans les ouvrages de médecine destinés au souverain. Jean de Nesle supervise également la copie d’un livre de chroniques et d’un liber de sancto Eligio11. Il est aussi chargé de la gestion des autres opérations qui se succèdent pour rendre un manuscrit digne de son illustre destinataire, telles l’enluminure, la reliure ou la confection de fermoirs. Il détermine, par exemple, le prix des différents travaux d’enluminure effectués par Minardus Theotonicus12. En revanche, même si Isabelle Heullant-Donat estime que ces médecins remplissent cette fonction, il serait exagéré de les qualifier de gardes des manuscrits royaux, c’est-à-dire de bibliothécaires royaux13. Dans les textes, le terme de « custos » n’est jamais employé ; il n’apparaît que sous le roi Robert (1309-1343) avec Paolo da Perugia qui aurait été, selon Boccace, magister et custos bibliothecae Roberti14. Certes, les deux médecins se voient parfois confier un certain nombre d’ouvrages, mais toujours dans le cadre de la confection de manuscrits. Comme ils font partie des clercs de l’hôtel royal, ils touchent à ce titre des gages. Il est donc logique qu’ils ne reçoivent aucune autre rémunération pour leurs différentes interventions dans la fabrication des livres destinés au souverain. Aucune quittance ne mentionne un paiement à Jean de Nesle pro sua mercede ou pro solidis et gagiis suis, même quand il participe à la correction d’un ouvrage, comme c’est le cas au printemps 128215.

  • 16 De Boüard A., op. cit., no 41, p. 56 (6 juin 1278) et no 42, p. 59 (27 janvier 1279). Cette pratiqu (...)

7Les trésoriers royaux jouent également un grand rôle dans le fonctionnement du scriptorium en fournissant les matériaux nécessaires et en réglant les divers salaires. De même, ils sont de facto les gardiens des manuscrits royaux et minutes des traducteurs, déposés avec le reste du trésor au Castel dell’Ovo. Le scriptorium napolitain étant un lieu de fabrication et non de conservation, ils ne délivrent aux scribes que le strict nécessaire, récupérant un cahier quand ils leur en confient un nouveau, suivant en cela à la lettre les instructions royales16.

  • 17 De Boüard A., op. cit., no 41-43, p. 58, 61 et 63-64 (31 mars 1280), no 89, p. 135 (30 septembre 12 (...)

8Fait rare pour l’époque, les informations sont abondantes en ce qui concerne le support sur lequel sont rédigés ces ouvrages. Les trésoriers fournissent aux scribes et aux traducteurs les cahiers de parchemin nécessaires à leur travail. Ils les achètent chez des cartularii napolitains au fur et à mesure des besoins. C’est pourquoi l’attestation du paiement des parchemins suit généralement sur une même quittance celle du salaire du copiste qui les a utilisés. Le négociant a ouvert aux trésoriers un compte chez lui, qu’ils soldent à intervalle régulier, vraisemblablement tous les trois ou quatre mois. Parmi tous les achats effectués entre 1280 et 128217, on distingue quatre types de produits :

  • les « quinternes de cartes chevrotines de grant volume » (quinterni de cartis edinis magni voluminis) ;
  • les « quinternes de cartes ovines de grant volume » (quinterni de cartis ovinis magni voluminis) utilisés par les copistes ;
  • ceux utilisés par Farag ben Salem pour noter ses traductions ;
  • les quaterni de chevrotin petit format (quaterni de cartis edinis parvi voluminis).
  • 18 C’est l’étymologie du mot quaternus (quatre doubles feuilles). Mais, au cours du Moyen Âge, il pre (...)

9Les quinterni sont composés de cinq parchemins pliés en deux (d’où le nom), ce qui donne des cahiers de dix folios ; les quaterni sont constitués de quatre parchemins, soit huit folios18.

  • 19 La monnaie de compte du royaume de Sicile est l’once. Une once vaut 30 tarins, un tarin 20 grains.
  • 20 Les peaux de caprins donnent un parchemin de bien meilleure qualité pour la copie et l’enluminure (...)

10Le prix du grand cahier de chevrotin reste le même durant ces deux années : 1 tarin 10 grains19. Il en va de même pour celui du quinternus de cartis ovinis magni voluminis utilisé par quelques copistes : il demeure de 1 tarin. Le simple fait de changer de matière entraîne donc une baisse de 25 % du prix entre le premier et le second produit, par ailleurs identiques au niveau de la taille et du nombre de feuilles20. Cependant, ces cahiers de parchemin de mouton sont de qualité et servent de support pour les ouvrages de la bibliothèque royale. Ce n’est pas le cas d’un autre type de quinternus de cartis ovinis magni voluminis, mentionné dans les comptes des trésoriers de 1282, qui ne coûte que 16 grains le cahier, soit 20 % de moins que ceux délivrés aux copistes. Il s’agit en fait des cahiers sur lesquels Farag ben Salem a écrit sa traduction en latin de deux ouvrages de médecine arabes. Ces notes (litterae de notula) ne sont pas destinées à être lues par le souverain mais à être recopiées par des scribes professionnels. Il n’est donc pas nécessaire d’employer un support trop cher, avec un parchemin très travaillé. En 1282, les trésoriers royaux règlent également l’achat de 30 quaterni de chevrotin petit format qui ont servi à la fabrication d’un livre de chroniques. Leur prix est de 8 grains l’unité, soit un peu plus du quart de celui d’un quinternus de chevrotin grand format.

  • 21 Sur les 252 quinternes de chevrotin grand format réglés par les trésoriers entre le 31 mars 1280 e (...)

11Durant ces deux années, les trésoriers se sont principalement fournis chez maître Giacomo. Ce cartularius, habitant Naples, délivre un peu plus de 62 % des quinterni de cartis edinis magni voluminis répertoriés dans leurs comptes et la majeure partie des autres produits21. Il n’est cependant pas le seul parcheminier napolitain auquel s’adressent les responsables du trésor royal. Quatre autres sont mentionnés dans leurs registres : Diotisalvi, Giovanni di Brescia, Giovanni Petacio et Manfredi, tous qualifiés de maîtres et habitants de Naples. Les trois premiers n’apparaissent qu’à une reprise dans les comptes, le dernier deux fois. Les quantités de quinternes de chevrotin vendues sont par conséquent faibles : 33 pour le premier (environ 13 % du total), 15 pour le second (environ 6 %), 20 pour le troisième (environ 8 %) et 26 pour le dernier (environ 10 %). Les trésoriers devaient sûrement s’adresser à eux quand maître Giacomo, leur cartularius habituel, ne pouvait fournir les quantités nécessaires pour le bon fonctionnement du scriptorium royal.

  • 22 De Boüard A., op. cit., no 41, p. 58 (31 mars 1280) et no 98, p. 144 (31 décembre 1280) ; RCA 43, n(...)
  • 23 Del Giudice G., op. cit., no VI, p. 175 (18 mars 1281).
  • 24 Il n’est alors pas rare qu’un étudiant possède des ouvrages. RCA 11, no 10, p. 26 (10 octobre 1273 (...)

12Cette présence de tant de parcheminiers à Naples est remarquable pour l’époque. Il paraît normal d’acheter chez eux des cahiers déjà prêts d’une grande qualité. Ces produits semblent relativement standardisés puisque les trésoriers achètent chez différents cartularii les quinternes de chevrotin nécessaires à la réalisation de l’exemplaire de l’Elhavy destiné au roi, et qu’ils paient toujours le même prix (1 tarin 10 grains le cahier)22. C’est la preuve que Naples est dans la seconde moitié du XIIIe siècle un important centre de production de manuscrits. Plus de cinq parcheminiers peuvent y exercer leur métier sans difficulté. L’un d’entre eux vient d’Italie du Nord (Brescia), signe de l’attractivité de la cité parthénopéenne. La cour royale ne constitue évidemment pas leur seule clientèle. La présence d’un moine enlumineur du Mont-Cassin à l’archevêché laisse à penser que l’archevêque a lui aussi fait copier des manuscrits pour son usage personnel et celui de son clergé23. De même, la reprise de l’activité du studium napolitain sous Charles Ier a entraîné celle de la production de livres universitaires24.

Le personnel du scriptorium

  • 25 RCA 21, no 116, p. 34 (6 janvier 1279).
  • 26 De Boüard A., op. cit., no 42, p. 59 et no 97, p. 143 (27 janvier 1279).
  • 27 Giovanni d’Ancona remplace Pierre d’Abbeville à la fin de l’année 1279, Giacomo di Milano succède (...)
  • 28 Ibid., no 95, p. 141 (27 juillet 1280) et no 96, p. 142 (4 juin et 31 décembre 1280).
  • 29 Del Giudice G., op. cit., no VI, p. 174-175 (18 mars 1281).
  • 30 Ibid., p. 175-178 (31 mai 1282).

13Lors de son installation dans le palais napolitain au début du mois de janvier 1279, cinq copistes travaillent au scriptorium : les clercs Pierre d’Abbeville et Robert du Chesne, les scriptores Bello di Firenze, Giovanni di Modena et Sali di Firenze25. Puis, dès la fin du mois de janvier 1279, l’équipe s’enrichit d’un autre scribe : Angelo della Marca26. Les mois suivants, deux nouveaux individus viennent combler les vides laissés par la mort des deux clercs français27. D’autres hommes sont recrutés par la suite. En mai 1280, maître Robert de Meaux, un clerc français, est détaché de la cour royale pour effectuer des travaux de correction sur les livres de médecine. Cependant, il ne reste pas très longtemps au scriptorium : le roi le rappelle auprès de lui et le remplace par un autre clerc français, Jean de Paganis, à l’été 128028. En mars 1281, neuf personnes sont employées dans l’atelier royal, dont trois lecteurs (licterati), c’est-à-dire des hommes chargés de collationner le texte du manuscrit qui vient d’être copié avec les minutes du traducteur29. Les effectifs s’étoffent encore par la suite : entre décembre 1281 et mai 1282, treize individus ont travaillé au scriptorium, certains pendant toute la période, d’autres seulement quelques jours30.

14L’équipe qui œuvre dans l’atelier royal semble donc assez fluctuante, certains individus ne restant que quelque temps. Mais un noyau dur est constitué autour des scribes Giovanni di Modena, Sali di Firenze, Giovanni d’Ancona et Angelo della Marca, les deux premiers étant présents depuis sa création. Ces quatre hommes sont originaires de l’Italie centro-septentrionale, comme c’est le cas d’une bonne partie des personnes ayant travaillé à un moment ou un autre dans ce scriptorium. Ce n’est pas étonnant : Charles Ier a fait appel à des spécialistes venant de grands centres producteurs de manuscrits, telle Florence, pour mettre en place l’atelier et le faire prospérer. Les Français sont également bien représentés, mais certains, notamment les deux clercs dépêchés par la cour royale et dont l’emploi se limite à la correction d’ouvrages, sont peut-être plus là dans un souci de contrôle de la part du souverain, lequel, il est vrai, séjourne rarement à Naples.

  • 31 De Boüard A., op. cit., no 41, p. 56 (6 juin 1278) et no 95, p. 141 (27 juillet 1280).

15Pour le recrutement, il semble que ce soit le roi qui décide le plus souvent. À de nombreuses reprises, il fait transporter par les heureux élus les lettres dans lesquelles il informe les trésoriers de sa décision. C’est le cas en juin 1278 pour Pierre d’Abbeville et Robert du Chesne ou en juillet 1280 pour Jean de Paganis31. Parfois, il s’en remet aux dirigeants du scriptorium, que ce soient ses médecins ou ses trésoriers. Ainsi, lorsqu’il faut chercher un remplaçant à feu Pierre d’Abbeville, il écrit à ces derniers :

  • 32 Manfredonia, sur la côte adriatique.
  • 33 De Boüard A., op. cit., no 43, p. 62 (8 novembre 1279).

« nous vous mandons et commandons que tantost queriez un autre escrivein qui puisse et sache continuer les escriz lesquiex ledit Pierre avoit commencié de notre mandement. Et s’il estoit einsi que un escrivein qui vint a nous a Meinfredoine32 soit suffisant a continuer les escriz devant diz, nous voulons bien que vous l’i metiez, mais que il continue bien sa main si comme l’autre fesoit33 ».

16Ce sont donc les trésoriers royaux qui prennent la décision finale, le souverain se contentant de donner son accord pour le recrutement. On remarque également que le critère principal retenu est le style d’écriture qui doit être du même type que celui du défunt, dans un souci d’homogénéité du manuscrit.

  • 34 Del Giudice G., op. cit., no VI, p. 174-176 (18 mars 1281 et 31 mai 1282).

17À l’intérieur du scriptorium, on distingue deux grandes catégories de personnel : les scriptores et les correptores. Les premiers sont les plus reconnus. Comme les seconds, ils corrigent les manuscrits mais ils sont les seuls à les copier. La rémunération s’en ressent. Alors qu’un scriptor est payé 15 grains par jour de correction, un correptor n’en touche que 1234.

  • 35 De Boüard A., op. cit., no 41, p. 57-58 (31 mars 1280) ; RCA 43, no 197-200, p. 207-208 (31 mai 128 (...)
  • 36 RCA 43, no 194, p. 206 (1er mai 1282) et no 196, p. 207 (31 mai 1282).
  • 37 Chaque cahier contenant 10 folios (recto et verso) et chaque folio comprenant 4 colonnes – soit 2 (...)

18Pour la copie, les scribes sont rémunérés à la pièce et la rémunération varie en fonction de la matière et de la taille des cahiers : un scribe reçoit 6 tarins pour un cahier de chevrotin grand format, et 7 tarins 10 grains pour un quinternus de cartis ovinis magni voluminis35. Le seul fait de passer du chevrotin au parchemin de mouton suffit-il à expliquer cette différence de 25 % ? Il faudrait alors en déduire que ce support rend la copie plus difficile. Pour un cahier de chevrotin petit format, la rétribution n’est que de 1 tarin 2 grains36. Les règlements sont extrêmement précis et chacun est payé en fonction de ce qu’il a exactement copié, à la colonne près. Ainsi, les trésoriers versent-ils à Giacomo di Milano 1 once 19 tarins 2 grains pour la transcription de 10 cahiers et 23 feuilles moins une colonne de parchemin grand format37.

  • 38 De Boüard A., op. cit., no 95, p. 141 (27 juillet et 31 décembre 1280) et no 96, p. 142 (4 juin et (...)
  • 39 De Boüard A., op. cit., no 41-42, p. 57-58 et 60-61 (31 mars 1280).

19Il existe quelques exceptions aussi bien chez les scribes que chez les correcteurs. On a notamment le cas des clercs français détachés de la cour royale qui sont rémunérés non pas à la journée mais au mois, ce qui leur assure un revenu nettement plus important que les autres correptores, un mois comprenant généralement 24 jours ouvrables (« labourables »)38. C’est d’autant plus exceptionnel qu’il est rare que scribes et correcteurs travaillent en continu pour le roi. Ainsi, entre décembre 1279 et mars 1280, Giovanni di Modena n’a-t-il copié que 7 cahiers pour le compte du roi, alors que dans le même temps, Angelo della Marca en a écrit 19 et Sali di Firenze plus de 2139. Il est donc presque certain que ces hommes exercent en parallèle leur métier pour d’autres commanditaires. Leur qualité de scribes et correcteurs travaillant pour le souverain a dû inciter nombre de nobles et gens d’Église à recourir à leurs services.

  • 40 Del Giudice G., op. cit., no VI, p. 175 (18 mars 1281). Sur ces deux enlumineurs, voir Avril F., Go (...)

20À ces scriptores et correptores, il faut ajouter deux enlumineurs qui officient dans les années 1281-1282. Le premier est maître Minardus Theotonicus qui est chargé, en mars 1281, de peindre lettres et paragraphes du manuscrit de l’Elhavy destiné au roi. Le second est fra Giovanni, un moine du Mont-Cassin, à qui le roi confie la réalisation des miniatures (« ymagines »), c’est-à-dire dans ce cas des initiales historiées40. Il n’est nulle part précisé si ces deux hommes travaillent au scriptorium royal. Le mandement de mars 1281 indique que fra Giovanni habite à l’archevêché de Naples. Il ne vit donc pas avec les scribes dans le palais napolitain mis à leur disposition par le souverain. Il est fort possible qu’il réalise ses enluminures dans le scriptorium dont doit disposer l’archevêché. En revanche, les rédacteurs des différents mandements royaux ne disent rien du lieu de résidence de maître Minardus Theotonicus, ce qui laisse supposer qu’il demeure avec les autres dans l’atelier royal.

  • 41 Sur Ayglier, archevêque de Naples de 1266 à 1281, et Bernard Ier Ayglier, abbé du Mont-Cassin à la (...)
  • 42 Bollati M., op. cit., p. 278 ; Daneu Lattanzi A., op. cit., p. 161-162.
  • 43 RCA 50, no 1110, p. 492 (31 août 1282).

21En fait, tout distingue ces deux hommes : leurs origines, leur statut, leur travail et leur rémunération. Fra Giovanni est un moine du Mont-Cassin qui a certainement été envoyé par son supérieur, Bernard Ayglier, auprès de son frère Ayglier, archevêque de Naples41. Son style, héritier direct de la culture figurative souabe, laisse à penser qu’il est régnicole42. Il jouit sûrement d’une solide réputation puisque le roi le charge de réaliser les grandes initiales historiées, la partie la plus délicate et la plus prestigieuse du travail d’enluminure sur un manuscrit. Il n’est donc pas payé à la pièce mais bénéficie d’un salaire mensuel, qui s’élève à une once en 1282. Cependant, il ne touche ces émoluments que lorsqu’il œuvre effectivement pour le souverain, les trésoriers comptant en demi-mois si nécessaire43. Suivant les ordres royaux de mars 1281, ces derniers lui fournissent les matériaux dont il a besoin.

  • 44 Bollati M., op. cit., p. 766-767.
  • 45 Marie-Thérèse Gousset pense que cette expression désigne une initiale « dont l’antenne longe la ha (...)
  • 46 RCA 43, no 202, p. 210 (31 août 1282).
  • 47 On relève dans la quittance qu’il délivre aux trésoriers les expressions « quod feci ad expensas m (...)

22Le sort de maître Minardus Theotonicus est bien différent. Nous ne savons presque rien sur lui en dehors de son nom, qui trahit une origine allemande, et de son métier (miniator). Son style est très influencé par les modèles français, adoptés depuis longtemps par les enlumineurs bolonais44. Il peint la plupart des lettres et paragraphes, ainsi que les lignes (tractus) de couleurs rouge et bleu entourant les corrections dans les marges du manuscrit de l’Elhavy. Pour ce travail, il est payé 1 grain pour 6 lettres fleuries et caudées, 1 grain pour 10 lettres fleuries sans queue, 1,5 grain pour 100 petites lettres, 1,5 grain pour 100 paragraphes, 3 grains pour une lettre faite au pinceau, 3 grains pour une « lictera divisa pro columpnam ad caudam magnam45 » et 7,5 tarins pour toutes les lignes entourant les corrections dans un livre. Une partie de ces tâches ne demande pas une grande qualification et donc est faiblement rétribuée. C’est notamment le cas des paragraphes : il faut en colorer un millier en rouge ou en bleu pour toucher 15 malheureux grains, soit le salaire journalier d’un maître maçon. Il n’est donc pas étonnant que ce travail puisse être aussi effectué par un simple correcteur46. En outre, contrairement à fra Giovanni, les trésoriers ne lui procurent pas gratuitement les couleurs dont il a besoin47.

  • 48 Ce problème n’est pas spécifique aux Angevins. En fait, très peu de livres médiévaux ont conservé (...)
  • 49 RCA 43, no 190, p. 205 (26 février 1282). Le terme tacuinus ou tacuinum est une transcription litt (...)
  • 50 Sur l’évolution du verbe « ligare », voir Agati M. L., op. cit., p. 347.
  • 51 Sur cette question, voir Ibid., p. 375 ; Laffitte M.-P., « Le vocabulaire médiéval de la reliure d (...)
  • 52 RCA 43, no 190, p. 205 (26 février 1282) et no 194, p. 206 (1er mai 1282).

23Une fois le manuscrit copié, corrigé et enluminé, il reste à le relier. Cependant, contrairement aux autres étapes de la fabrication, nous disposons de très peu d’informations sur ces ultimes travaux, ainsi que sur les personnes qui les exécutent, les documents écrits étant rares et les reliures originales ayant disparu48. En février 1282, le roi donne des instructions à ses trésoriers pour qu’ils délivrent à Jean de Nesle, qui supervise la confection des manuscrits, 6 onces et du parchemin pour faire notamment relier des tacuini49. L’importance de la somme versée et la présence de parchemin laissent à penser qu’il ne s’agit pas seulement ici d’assembler des cahiers au moyen d’une couture : Jean de Nesle est chargé de faire réaliser de véritables reliures pour les livres royaux50. Comme partout en Europe à cette époque, le parchemin est utilisé pour la couvrure des manuscrits51. Des fermoirs en argent sont également réalisés pour quelques-uns de ces ouvrages52.

  • 53 Ibid., no 62, p. 137 (24 juin 1277).
  • 54 Sur l’utilisation du cuir et des tissus en reliure durant les derniers siècles du Moyen Âge, voir (...)

24Pour compléter ces rares informations, nous pouvons utiliser l’inventaire des biens meubles ayant appartenu à Guido de Ausellis, gardés au château de San Nicandro di Bari (Terre de Bari). Il contient la description de trois ouvrages et de leurs reliures ouvragées53. Ils sont tous protégés par des ais (tabulae), mais de différents types : ceux du premier sont recouverts de tissu de lin blanc, ceux du deuxième sont en cuir rouge, et ceux du dernier n’ont pas de couverture. Enfin, le premier ouvrage, un psautier, possède des fermoirs d’argent doré, sûrement du même type que ceux qui ornaient les manuscrits de Charles Ier. On peut supposer que les reliures des livres royaux devaient être assez similaires, avec l’emploi de matières plus recherchées tels des tissus de prix, comme c’est le cas sous le règne du roi Robert54. Nous disposons en effet de deux documents nous donnant quelques informations sur la composition des couvertures de manuscrits royaux au début du XIVe siècle :

  • un inventaire du trésor royal de 1316 mentionne deux volumes du « Alcay Rasi », c’est-à-dire de l’Elhavy, couverts de soie jaune55 ;
  • un mandement de la reine Marie de Hongrie, datant du 16 avril 1322, évoque l’achat auprès d’un marchand florentin installé à Naples de plus de deux mètres de cendal bleu et couleur sang destinés à la couvrure de deux livres d’heures et d’oraisons56.
  • 57 Laffitte M.-P., op. cit., p. 65-66.

25À chaque fois, on utilise des tissus d’une grande valeur. Cette pratique est très répandue dans les cours d’Europe à la fin du Moyen Âge57. Il est fort probable qu’il en est de même à l’époque de Charles Ier. D’ailleurs, la couverture en soie jaune des deux volumes de l’Elhavy est vraisemblablement celle d’origine, les responsables de la bibliothèque du roi n’ayant sûrement pas jugé utile de refaire une reliure qui avait moins de trente-quatre ans et devait être encore dans un excellent état.

L’étude d’un cas concret : le manuscrit de la traduction du Kitāb al-Ḥāwī

  • 58 Sur ce manuscrit, voir Avril F., Gousset M.-T. et Rabel C., op. cit., p. 157-159 ; Daneu Lattanzi (...)

26Une série de mandements et de quittances datant des années 1278-1282 permet d’analyser les différentes étapes de la confection de l’ouvrage le plus célèbre produit par ce scriptorium royal : le manuscrit de la traduction du Kitāb al-Ḥāwī, commandé par le roi pour son usage personnel. Il a été préservé et il est actuellement conservé au département des manuscrits occidentaux de la Bibliothèque nationale de France (ms. lat. 69121-5)58.

  • 59 Sur ce savant, voir l’article qui lui est consacré dans l’Encyclopédie de l’Islam, t. VIII, Leiden (...)
  • 60 Le souverain angevin commémore l’événement en faisant peindre deux miniatures sur la première page (...)

27Pour faire réaliser cet ouvrage, il a d’abord fallu que le souverain angevin se procure un exemplaire de l’œuvre la plus fameuse d’Abū Bakr Muḥammad al-Rāzī (vers 854-925/935), un médecin et savant iranien auteur de nombreux ouvrages de médecine, connu en Occident sous le nom de Rhazès59. Le Kitāb al-Ḥāwī a été composé après sa mort par ses disciples à partir de ses carnets de notes rédigés au cours de sa carrière. Sa renommée étant parvenue jusqu’aux oreilles de Charles Ier, celui-ci s’adresse au nouveau sultan de Tunis, al-Wāthiḳ (1277-1279), pour en obtenir un exemplaire. Le sultanat payant tribut à la Sicile depuis la croisade de 1270 et les relations entre les deux cours étant cordiales, ce dernier accède à la demande de l’Angevin et fait remettre à ses envoyés un exemplaire en arabe du Kitāb al-Ḥāwī60.

  • 61 Une initiale historiée, placée sous les deux miniatures de la première page, est composée de deux (...)
  • 62 Fischer K.-D. et Weisser U., « Das Vorwort zur lateinischen Übersetzung von Rhazes‘ Liber continens(...)

28Une fois rapporté à Naples, le manuscrit est déposé en lieu sûr, au Castel dell’Ovo. Le roi convoque alors Farag ben Salem pour qu’il traduise l’ouvrage en latin61. Conscient de la valeur du Kitāb al-Ḥāwī, il ne l’autorise pas à sortir le livre de la forteresse. Farag doit donc effectuer sur place sa traduction. Le travail est achevé le 13 février 1279, si l’on s’en tient au texte de l’explicit du ms. lat. 69125 (fol. 189 v °). Le manuscrit autographe du savant est ensuite examiné par les médecins du roi, ainsi que par des professeurs de Naples et Salerne, qui approuvent son travail62.

  • 63 RCA 25, no 35, p. 154 et RCA 43, no 188, p. 204-205 (5 octobre 1280).
  • 64 Supino Martini P., op. cit., p. 47.

29En fait, il ne s’agit que de la première partie de l’ouvrage qui est en train d’être réalisé, la plus importante, mais il manque quelques chapitres pour le compléter. C’est pourquoi, en octobre 1280, le roi ordonne à ses trésoriers de remettre à Farag un ouvrage en arabe, le De exposicionibus vocabulorum seu sinonimorum simplicis medicine63. Ce dictionnaire des termes de la simplex medicina constitue les livres XXI-XXIII du manuscrit conservé à la Bibliothèque nationale de France (fol. 153 v°-187 du ms. lat. 69124 et fol. 1-79 v° du ms. lat. 69125)64. Dans ce mandement, le roi annonce également à ses trésoriers qu’il autorise Farag à sortir l’exemplaire du Castel dell’Ovo et à l’emporter chez lui, ainsi que tout autre ouvrage qui lui serait nécessaire. Cette faveur a visiblement pour but de faciliter, et donc d’accélérer, le travail du traducteur, qui est achevé à une date inconnue.

  • 65 De Boüard A., op. cit., no 41, p. 57-58 (31 mars 1280). On remarque d’ailleurs que l’installation d (...)

30Les minutes de Farag sont ensuite transcrites en caractères réguliers et lisibles par tous sur des quinternes de chevrotin grand format par les copistes du scriptorium royal. Ces derniers commencent leur travail bien avant que Farag n’ait entièrement achevé le sien, puisque les premiers salaires attestés pour la copie de l’Elhavy se rapportent aux mois de décembre 1279 et janvier-mars 128065.

  • 66 Avril F., Gousset M.-T. et Rabel C., op. cit., p. 157.

31Tous les scribes du scriptorium n’ont pas forcément collaboré à la réalisation de ce manuscrit. Grâce à la documentation conservée, nous avons la preuve de l’intervention de sept d’entre eux : Robert du Chesne, Giacomo di Milano, Angelo della Marca, Giovanni d’Ancona, Giovanni di Modena, Bello et Sali di Firenze. Le manuscrit conservé à la Bibliothèque nationale de France est composé de cinq volumes totalisant 1 066 folios, soit l’équivalent d’un peu plus de 106 quinternes66. Grâce aux diverses quittances conservées par les trésoriers, nous pouvons déterminer pour une part le travail de chaque scribe :

  • Sali di Firenze a copié au minimum 33 cahiers 12 feuilles et 3 colonnes (travail attesté par les comptes), soit près d’un tiers du total, ce qui fait de lui le copiste le plus prolifique ;
  • Giacomo di Milano 25 cahiers 22 feuilles et 3 colonnes, soit près d’un quart du total ;
  • Robert du Chesne 11 cahiers, soit près d’un dixième ;
  • Bello di Firenze 10 cahiers ;
  • Giovanni di Modena 7 cahiers.
  • 67 De Boüard A., op. cit., no 43, p. 62 (8 novembre 1279).

32Le tout représente l’équivalent de 89 cahiers 5 feuilles et deux colonnes, soit 84 % du total. Dans les 16 % restant (soit 17 quinternes), une partie a forcément été réalisée par Angelo della Marca et Giovanni d’Ancona puisqu’ils n’apparaissent pas dans cette liste et que nous savons qu’ils ont participé à l’écriture de l’ouvrage. Il est cependant difficile d’être plus précis car il n’est pas aisé de distinguer les différentes mains à l’œuvre dans ce manuscrit. Les scribes semblent avoir adopté un modus scribendi homogène. On comprend mieux alors les recommandations de Charles Ier à ses trésoriers lorsqu’il faut trouver un remplaçant à Pierre d’Abbeville67 : la personne qu’ils recrutent doit impérativement maîtriser et appliquer consciencieusement ce modus scribendi standardisé.

  • 68 Ibid., no 95, p. 141.
  • 69 Del Giudice G., op. cit., no VI, p. 175 (18 mars 1281).

33Au fur et à mesure que la copie avance, les cahiers déjà achevés sont corrigés pour éliminer toute erreur de transcription. La première mention de ce travail date du 27 juillet 128068. Il est peut-être achevé à l’été 1282. Pour plus de sécurité, le roi ordonne que chaque correptor, pendant qu’il effectue son travail, soit flanqué d’un lecteur (licteratus) chargé de collationner le texte du manuscrit avec les notes de Farag69. Comme pour les copistes, on peut établir à partir de ce qui nous est parvenu des archives des trésoriers royaux une liste des hommes qui ont participé, à un moment ou à un autre, à la correction ou à la collation de l’exemplaire destiné au roi : outre Jean de Paganis et Giovanni di Modena, on trouve Henricus Anglicus, Nicolas de Messy, Angelo della Marca, Giovanni d’Ancona, Sali di Firenze, Giacomo di Milano, Giacomino Lombardo, Rinaldo d’Abruzzo et Zaccaria.

  • 70 Ibid., p. 175.
  • 71 Ibid., p. 176-177 (31 mai 1282).
  • 72 Avril F., Gousset M.-T. et Rabel C., op. cit., p. 158.
  • 73 RCA 50, no 1110, p. 492 (31 août 1282).
  • 74 Stirnemann P. et Gousset M.-T., op. cit., p. 41.

34Une fois les cahiers copiés et corrigés, ils sont enluminés. Le 18 mars 1281, le roi ordonne à ses trésoriers de les consigner à maître Minardus Theotonicus qui doit peindre lettres et paragraphes. Cependant, la partie la plus délicate – les grandes initiales historiées – est confiée à fra Giovanni70. Les deux artistes œuvrent en parallèle puisque le 31 mai 1282 chacun délivre quittance aux trésoriers pour des sommes perçues dans le cadre des travaux effectués sur le « lib[er] domini regis, qui dicitur Elhavy71 ». Fra Giovanni peint les vingt-sept grandes initiales historiées et une initiale ornée (ms. lat. 69122, fol. 233). Il utilise pour cela les couleurs suivantes : bleu, gris, gris vert, vert olive, orangé, ocre roux, brun rosé virant tantôt vers le rose, tantôt vers la teinte pourpre72. Ces matériaux lui ont été fournis par les trésoriers. Fin août, il touche 2 onces 15 tarins pour deux mois et demi de travail sur des livres de médecine du roi73. Cependant, comme il a enluminé d’autres manuscrits, notamment un second exemplaire de l’Elhavy commandé par le chancelier d’Achaïe Leonardo da Veroli, il est impossible de calculer la part qu’il a consacrée au ms. lat. 6912. Minardus Theotonicus, quant à lui, réalise les lettres de moindre importance, les paragraphes et les tractus. Comme il est payé à l’acte, le compte de ses interventions est noté à la mine de plomb ou à la pointe sèche en bas de la première page de chaque cahier74.

35Puis les cahiers sont assemblés en deux volumes, qui sont reliés. Nous n’avons malheureusement aucun document contemporain qui se rapporte à cette opération. Cependant, nous disposons de l’inventaire du trésor royal de 1316 dans lequel sont mentionnés deux grands livres couverts de soie jaune, correspondant au premier et au second volume du « Alcay Rasi ». Cette couverture doit être celle d’origine. En revanche, nous ne savons pas si ces deux livres correspondent à l’exemplaire du roi ou à celui que se faisait confectionner Leonardo da Veroli.

36La plupart des livres produits dans le scriptorium royal sont des traductions d’ouvrages de médecine arabe. Cette grande activité traductrice à la fin des années 1270 et au début des années 1280 est sûrement liée aux bonnes relations qu’entretient Charles Ier avec les califes hafsides de Tunis, surtout al-Mustanṣir (1249-1277) et son fils al-Wāthiḳ (1277-1279). Le manuscrit du Kitāb al-Ḥāwī vient de chez eux. Il en est peut-être de même pour les autres œuvres.

  • 75 Sur l’unité d’écriture dans les manuscrits produits au Mont-Cassin au XIe siècle, voir Newton F., (...)

37Parmi les hommes qui travaillent dans le scriptorium royal, beaucoup sont originaires de l’Italie du Nord ou de l’Italie centrale, peu du royaume. Ce sont visiblement des professionnels que Charles Ier a fait venir à Naples pour s’assurer de la qualité des manuscrits produits, la plupart pour son usage personnel. Le souverain s’est révélé particulièrement soucieux dans ses choix d’obtenir et de maintenir une écriture uniformisée chez ses scribes. Cette préoccupation, bien attestée dans les grands scriptoria monastiques de la péninsule, notamment celui du Mont-Cassin, est remarquable pour un atelier composé d’hommes d’origines si diverses et dont l’existence fut si brève75. Néanmoins, malgré toutes leurs qualités, la rémunération de ces scribes n’a rien d’exceptionnel. Elle doit tourner autour d’une once par mois et elle est donc inférieure à ce que touche à la même époque un scribe de la chancellerie (1 once 15 tarins). Le roi emploie donc des professionnels mais ne se ruine pas pour les recruter.

  • 76 Sur l’activité prolifique du scriptorium du roi Robert, voir notamment Coulter C., « The Library o (...)

38Toutefois, l’intérêt de la mise en place de ce scriptorium n’est pas économique, les ouvrages confectionnés n’étant pas meilleur marché que ceux achetés, mais politique : les manuscrits produits sont en effet un signe de puissance pour Charles Ier. Ils lui permettent d’exhiber sa richesse et son influence en Méditerranée. Il reprend en cela une pratique fort développée par les souverains souabes, surtout Frédéric II et son fils Manfred. En les imitant, il espère apparaître comme leur héritier et ainsi mieux légitimer son pouvoir auprès de ses sujets. Cette production s’arrête après l’été 1282, conséquence directe de la guerre des Vêpres. Charles Ier a désormais des préoccupations plus urgentes. Toute son attention et tous ses moyens sont tournés vers la reconquête de l’île rebelle. En outre, les souverains de Tunis profitent de la révolte sicilienne pour ne plus payer tribut à Naples, rompre toute relation avec l’Angevin et se rapprocher de Pierre III d’Aragon. Cette situation perdure sous Charles II et il faut attendre la fin de son règne pour trouver de nouveaux témoignages de l’activité d’un scriptorium royal. Il n’en va pas de même sous le règne de son fils, le roi Robert76.

Notes

1 Sur la production de manuscrits à la cour des Souabes et sur la controverse autour du sort de leur bibliothèque, voir notamment Paravicini Bagliani A., « La provenienza “angioina” dei codici greci della biblioteca di Bonifacio VIII. Una revisione critica », Italia medioevale e umanistica, no 26, 1983, p. 27-69 ; Troncarelli F., « Manoscritti “angioni” et manoscritti “svevi” », Musca G. (dir.), Le eredità normanno-sveve nell’età angioina. Persistenze e mutamenti nel Mezzogiorno. Atti delle quindicesime giornate normanno-sveve. Bari, 22-25 ottobre 2002, Bari, Dedalo, 2004, p. 361-365.

2 Sur ces deux personnages, voir notamment Simonsohn S., Tra Scilla e Cariddi. Storia degli ebrei in Sicilia, Rome, Viella, 2011, p. 82 ; Sirat C., « Les traducteurs juifs à la cour des rois de Sicile et de Naples », Traduction et traducteurs au Moyen Âge, Paris, CNRS, 1989, p. 177-179.

3 Désormais, on désignera par cette expression la traduction latine du Kitāb al-Ḥāwī.

4 I Registri della Cancelleria angioina ricostruiti da Riccardo Filangieri con la collaborazione degli archivisti napoletani, 50 vol., Naples, Arte Tipografica, 1950-2010. Ce titre sera désormais abrégé sous la forme RCA.

5 De Boüard A., Documents en français des Archives angevines de Naples (règne de Charles Ier), vol. II, Les comptes des Trésoriers, Paris, E. de Boccard, 1935.

6 Ibid., no 41, p. 54-57 et RCA 19, no 218, p. 365 (6 juin 1278).

7 RCA 21, no 116, p. 34 (6 janvier 1279). Ce palais est sûrement de bonne taille, comme la maison de Giacomo d’Aquino dont nous avons une description datant de cette époque : « Domus quae fuit Iacobi de Aquino proditoris in Platea Saliti […], in qua sunt Cellarium unum magnum, et alia duo parva cum curti, et iardinello, ac balneo, in qua sunt camere 7. stabulum unum, coquina una, guardacasa una. » Minieri-Riccio C., Studi storici su’ fascicoli angioini dell’Archivio della regia Zecca di Napoli, Naples, Alberto Detken, 1863, p. 56.

8 Cette vie en commun est notamment attestée dans une quittance de Jean de Paganis datée du 31 décembre 1280. De Boüard A., op. cit., no 95, p. 141.

9 En 1282, l’équipe de copistes doit toujours œuvrer dans ce palais. En effet, le scriptor Giovanni di Modena précise dans une quittance qu’il a corrigé les livres de médecine du roi durant douze jours au Castel Nuovo. RCA 43, no 198, p. 208 (31 mai 1282). C’est la seule quittance dans laquelle un scribe ou un correcteur indique son lieu de travail, preuve que cela sortait de l’ordinaire. On peut alors supposer que le scriptorium royal n’a pas déménagé depuis son installation dans le centre de Naples, en janvier 1279, ce qui explique que ses membres n’aient pas besoin de préciser dans les quittances l’endroit où ils exercent leurs activités, la chose allant de soi.

10 Durrieu P., Les archives angevines de Naples. Études sur les registres du roi Charles Ier (1265-1285), vol. II, Paris, Ernest Thorin, 1887, p. 235, 356 et 391.

11 RCA 43, no 190, p. 205 (26 février 1282), no 191, p. 205 (6 mars 1282) et no 194, p. 206 (1er mai 1282). Sur les hypothèses concernant l’identification de ce livre de chroniques, voir Rech R., « Charles d’Anjou et le Limousin. La conquête du royaume de Naples chez Hélie Autenc et Géraud de Frachet », Bibliothèque de l’École des chartes, no 158-2, 2000, p. 457-458.

12 Del Giudice G., Codice diplomatico del regno di Carlo I e II d’Angiò, dal 1265 al 1309, vol. III, Naples, Michele D’Auria, 1902, n. VI, p. 175 (18 mars 1281).

13 À l’époque médiévale, le mot « custos » peut désigner un « conservateur de bibliothèque ». Sur cette question, voir Vernet A., « Du “chartophylax” au “Librarian” », Weijers O. (dir.), Vocabulaire du livre et de l’écriture au Moyen Âge. Actes de la table ronde, Paris, 24-26 septembre 1987, Turnhout, Brepols, 1989, p. 159-160.

14 Heullant-Donat I., « Quelques réflexions autour de la cour angevine comme milieu culturel au XIVe siècle », L’État angevin. Pouvoir, culture et société entre XIIIe et XIVe siècle, Rome, École française de Rome, 1998, p. 188.

15 RCA 43, no 196, p. 207 (31 mai 1282).

16 De Boüard A., op. cit., no 41, p. 56 (6 juin 1278) et no 42, p. 59 (27 janvier 1279). Cette pratique est analogue à celle de la pecia qui a cours dans les grands centres de production de manuscrits, notamment Bologne. Sur ce sujet, voir Agati M. L., Il libro manoscritto da Oriente a Occidente. Per una codicologia comparata, Rome, L’Erma di Bretschneider, 2009, p. 255-260 ; Devoti L., « Aspetti della produzione del libro a Bologna : il prezzo di copia del manoscritto giuridico tra XIII e XIV secolo », Tristano C. et Cenni F. (dir.), Liber/libra. Il mercato del libro manoscritto nel medioevo italiano, Sienne, Jouvence, 2006, p. 115-128.

17 De Boüard A., op. cit., no 41-43, p. 58, 61 et 63-64 (31 mars 1280), no 89, p. 135 (30 septembre 1280), no 97-99, p. 143-144 (31 décembre 1280) ; RCA 26, no 48, p. 257-258 (10 janvier 1282) ; RCA 43, no 193, p. 206 (30 avril 1282), no 196-200, p. 207-208 (31 mai 1282) et no 202, p. 209-210 (31 août 1282).

18 C’est l’étymologie du mot quaternus (quatre doubles feuilles). Mais, au cours du Moyen Âge, il prend le sens plus général de cahier, sans que le nombre de feuilles qui le composent corresponde forcément. Bataillon L. J., « Exemplar, pecia, quaternus », Weijers O. (dir.), op. cit., p. 209. Sur ce sujet, voir aussi Agati M. L., op. cit., p. 149-150.

19 La monnaie de compte du royaume de Sicile est l’once. Une once vaut 30 tarins, un tarin 20 grains.

20 Les peaux de caprins donnent un parchemin de bien meilleure qualité pour la copie et l’enluminure que celles de moutons. Agati M. L., op. cit., p. 73.

21 Sur les 252 quinternes de chevrotin grand format réglés par les trésoriers entre le 31 mars 1280 et le 31 août 1282, 158 le sont à maître Giacomo.

22 De Boüard A., op. cit., no 41, p. 58 (31 mars 1280) et no 98, p. 144 (31 décembre 1280) ; RCA 43, no 200, p. 208 (31 mai 1282). Sur la question de cette tendance à la standardisation des cahiers, voir Supino Martini P., « Linee metodologiche per lo studio dei manoscritti in litterae textuales prodotti in Italia nei secoli XIII-XIV », Scrittura e civiltà, no 17, 1993, p. 53-54.

23 Del Giudice G., op. cit., no VI, p. 175 (18 mars 1281).

24 Il n’est alors pas rare qu’un étudiant possède des ouvrages. RCA 11, no 10, p. 26 (10 octobre 1273) ; Storia della Università di Napoli, Naples, Riccardo Ricciardi, 1924, p. 111-112.

25 RCA 21, no 116, p. 34 (6 janvier 1279).

26 De Boüard A., op. cit., no 42, p. 59 et no 97, p. 143 (27 janvier 1279).

27 Giovanni d’Ancona remplace Pierre d’Abbeville à la fin de l’année 1279, Giacomo di Milano succède à Robert du Chesne au printemps 1280. Ibid., no 43, p. 63 (31 mars 1280) et no 98, p. 143-144 (10 mai 1280).

28 Ibid., no 95, p. 141 (27 juillet 1280) et no 96, p. 142 (4 juin et 31 décembre 1280).

29 Del Giudice G., op. cit., no VI, p. 174-175 (18 mars 1281).

30 Ibid., p. 175-178 (31 mai 1282).

31 De Boüard A., op. cit., no 41, p. 56 (6 juin 1278) et no 95, p. 141 (27 juillet 1280).

32 Manfredonia, sur la côte adriatique.

33 De Boüard A., op. cit., no 43, p. 62 (8 novembre 1279).

34 Del Giudice G., op. cit., no VI, p. 174-176 (18 mars 1281 et 31 mai 1282).

35 De Boüard A., op. cit., no 41, p. 57-58 (31 mars 1280) ; RCA 43, no 197-200, p. 207-208 (31 mai 1282).

36 RCA 43, no 194, p. 206 (1er mai 1282) et no 196, p. 207 (31 mai 1282).

37 Chaque cahier contenant 10 folios (recto et verso) et chaque folio comprenant 4 colonnes – soit 2 colonnes sur un recto –, le tarif pratiqué dans ce cas est de 4 tarins par cahier, 8 grains par feuille et 2 grains par colonne. Ibid., no 193, p. 206 (30 avril 1282).

38 De Boüard A., op. cit., no 95, p. 141 (27 juillet et 31 décembre 1280) et no 96, p. 142 (4 juin et 31 décembre 1280) ; Del Giudice G., op. cit., no VI, p. 176 (31 mai 1282).

39 De Boüard A., op. cit., no 41-42, p. 57-58 et 60-61 (31 mars 1280).

40 Del Giudice G., op. cit., no VI, p. 175 (18 mars 1281). Sur ces deux enlumineurs, voir Avril F., Gousset M.-T. et Rabel C., Manuscrits enluminés d’origine italienne, t. II, XIIIe siècle, Paris, Bibliothèque nationale, 1984, p. 158 ; Bollati M. (dir.), Dizionario biografico dei miniatori italiani. Secoli IX-XVI, Milan, Sylvestre Bonnard, 2004, p. 278-279 et 766-767 ; Daneu Lattanzi A., « Una “bella copia” di Al-Ḥāwī tradotto dall’arabo da Farag Moyse per Carlo I d’Angiò (Ms. Vat. Lat. 2398-2399) », Miscellanea di Studi in memoria di Anna Saitta Revignas, Florence, Leo S. Olschki, 1978, p. 161-165.

41 Sur Ayglier, archevêque de Naples de 1266 à 1281, et Bernard Ier Ayglier, abbé du Mont-Cassin à la même époque, voir notamment le Dizionario biografico degli Italiani, vol. 1, Rome, Istituto della Enciclopedia italiana, 1960, p. 520-521 ; Saba A., Bernardo I Ayglerio, abate di Montecassino, Montecassino-Sora, P. C. Camastro, 1931. Les deux frères, originaires de Franche-Comté, sont des fidèles de Charles Ier.

42 Bollati M., op. cit., p. 278 ; Daneu Lattanzi A., op. cit., p. 161-162.

43 RCA 50, no 1110, p. 492 (31 août 1282).

44 Bollati M., op. cit., p. 766-767.

45 Marie-Thérèse Gousset pense que cette expression désigne une initiale « dont l’antenne longe la hauteur totale d’une colonne de texte ». Une lettre « fleurie » est une initiale filigranée et le terme « caudée » signifie qu’elle comprend un prolongement marginal. Une petite lettre est une lettre de la hauteur d’un interligne. Enfin, l’expression « une lettre faite au pinceau » correspond aux initiales ornées avec ou sans personnages. Stirnemann P. et Gousset M.-T., « Marques, mots, pratiques : leur signification et leurs liens dans le travail des enlumineurs », Weijers O. (dir.), op. cit., p. 40-41.

46 RCA 43, no 202, p. 210 (31 août 1282).

47 On relève dans la quittance qu’il délivre aux trésoriers les expressions « quod feci ad expensas meas de azuro et cinnaboro ac aliis diversis coloribus meis subscripta » et « de azuro et cinnabero meo ». Del Giudice G., op. cit., no VI, p. 176-177 (31 mai 1282).

48 Ce problème n’est pas spécifique aux Angevins. En fait, très peu de livres médiévaux ont conservé leur reliure originale. Sur cette question, voir Agati M. L., op. cit., p. 347-349.

49 RCA 43, no 190, p. 205 (26 février 1282). Le terme tacuinus ou tacuinum est une transcription littérale de l’arabe « taqwīm » qui signifie table, disposition, organisation. Nicoud M., Les régimes de santé au Moyen Âge : naissance et diffusion d’une écriture médicale, XIIIe-XVe siècle, vol. I, Rome, École française de Rome, 2007, p. 480.

50 Sur l’évolution du verbe « ligare », voir Agati M. L., op. cit., p. 347.

51 Sur cette question, voir Ibid., p. 375 ; Laffitte M.-P., « Le vocabulaire médiéval de la reliure d’après les anciens inventaires », Weijers O. (dir.), op. cit., p. 67.

52 RCA 43, no 190, p. 205 (26 février 1282) et no 194, p. 206 (1er mai 1282).

53 Ibid., no 62, p. 137 (24 juin 1277).

54 Sur l’utilisation du cuir et des tissus en reliure durant les derniers siècles du Moyen Âge, voir Agati M. L., op. cit., p. 375-376 ; Laffitte M.-P., op. cit., p. 65-68.

55 Barone N., « La Ratio thesaurariorum della cancelleria angioina trascritta ed annotata », Archivio storico per le province napoletane, no 11, 1886, p. 191.

56 Bevere R., « Notizie storiche tratte dai documenti conosciuti col nome di Arche in carta bambagina », Archivio storico per le province napoletane, no 25, 1900, p. 266.

57 Laffitte M.-P., op. cit., p. 65-66.

58 Sur ce manuscrit, voir Avril F., Gousset M.-T. et Rabel C., op. cit., p. 157-159 ; Daneu Lattanzi A., op. cit., p. 149-153 ; Durrieu P., « Un portrait de Charles Ier d’Anjou roi de Sicile, frère de saint Louis, peint à Naples en 1282 par le miniaturiste Jean, moine du Mont-Cassin, dans un manuscrit aujourd’hui à la Bibliothèque nationale de Paris » Gazette archéologique, no 11, 1886, p. 193-197 ; Supino Martini P., op. cit., p. 45-70.

59 Sur ce savant, voir l’article qui lui est consacré dans l’Encyclopédie de l’Islam, t. VIII, Leiden, E. J. Brill, 1993-1995, p. 490-493.

60 Le souverain angevin commémore l’événement en faisant peindre deux miniatures sur la première page de l’exemplaire de la traduction qu’il se fait confectionner (ms. lat. 69121, fol. 1 v°) : à droite, trois ambassadeurs de Charles Ier, agenouillés devant le sultan de Tunis, reçoivent de ce dernier l’ouvrage en langue arabe ; à gauche, les mêmes ambassadeurs, dans la même position, remettent le volume à leur maître.

61 Une initiale historiée, placée sous les deux miniatures de la première page, est composée de deux scènes décrivant cet épisode. Dans la partie supérieure, on voit le roi remettre le manuscrit arabe à Farag ; dans la partie inférieure, le traducteur est à l’œuvre. Daneu Lattanzi A., op. cit., p. 152.

62 Fischer K.-D. et Weisser U., « Das Vorwort zur lateinischen Übersetzung von Rhazes‘ Liber continens (1282) », Medizin historisches Journal, no 21/3-4, 1986, p. 226.

63 RCA 25, no 35, p. 154 et RCA 43, no 188, p. 204-205 (5 octobre 1280).

64 Supino Martini P., op. cit., p. 47.

65 De Boüard A., op. cit., no 41, p. 57-58 (31 mars 1280). On remarque d’ailleurs que l’installation du scriptorium dans un palais napolitain précède de peu l’achèvement de la traduction du Kitāb al-Ḥāwī (13 février 1279).

66 Avril F., Gousset M.-T. et Rabel C., op. cit., p. 157.

67 De Boüard A., op. cit., no 43, p. 62 (8 novembre 1279).

68 Ibid., no 95, p. 141.

69 Del Giudice G., op. cit., no VI, p. 175 (18 mars 1281).

70 Ibid., p. 175.

71 Ibid., p. 176-177 (31 mai 1282).

72 Avril F., Gousset M.-T. et Rabel C., op. cit., p. 158.

73 RCA 50, no 1110, p. 492 (31 août 1282).

74 Stirnemann P. et Gousset M.-T., op. cit., p. 41.

75 Sur l’unité d’écriture dans les manuscrits produits au Mont-Cassin au XIe siècle, voir Newton F., The scriptorium and library at Monte Cassino, 1058-1105, Cambridge, Cambridge University Press, 1999, p. 135-136.

76 Sur l’activité prolifique du scriptorium du roi Robert, voir notamment Coulter C., « The Library of the Angevin Kings at Naples », Transactions and Proceedings of the American Philological Association, no 75, 1944, p. 143-146; Supino Martini P., op. cit., p. 71-74.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540