Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Érudition et culture savante

 | 
François Brizay
, 
Véronique Sarrazin

Deuxième partie. Le travail et la démarche intellectuelle de l'érudit

Le travail d’un érudit à travers la correspondance du patriarche de l’Église de l’Orient Timothée Ier (780-823)

Françoise Briquel Chatonnet

Texte intégral

1Timothée Ier, une des figures savantes les plus prestigieuses du monde syriaque, fut le catholicos de l’Église de l’Orient. Ainsi nommait-on le chef de l’Église de Mésopotamie, dont le siège se situait à son époque à Bagdad. Par rapport aux érudits évoqués dans cet ouvrage, il a évolué dans un monde différent à plus d’un titre : ecclésialement, puisqu’il était le chef d’une Église déjà autocéphale depuis plus de trois cents ans et qui se revendiquait sur certains plans comme le centre du monde chrétien ; culturellement, puisque sa communauté vivait dans un monde qui devenait arabophone, mais était elle-même de culture et de langue syriaque ; historiquement enfin, car il a vécu dans l’empire abbasside, près de la cour de la deuxième dynastie qui a pris le pouvoir sur le monde musulman au milieu du VIIIe siècle après avoir renversé la dynastie omeyyade. Ce sont ces points qu’il est utile de développer un peu avant de présenter la vie et les œuvres de Timothée Ier puis d’aborder la démarche érudite du patriarche.

Un patriarche de l’Église de l’Orient

Une Église née hors du monde romain

  • 1 Debié M., « L’empire perse et ses marges », J.-R. Armogathe (éd.), Histoire générale du christianis (...)
  • 2 Jullien C. et Jullien F., Les Actes de Mar Mari, l’apôtre de la Mésopotamie, Turnhout, 2001 (Apocry (...)
  • 3 Jullien C. et Jullien F., « Aux frontières de l’iranité : “nāsrāyē” et “krístyonē” des inscriptions (...)
  • 4 Jullien C., « Les actes des martyrs persans », dans L’hagiographie syriaque, A. Binggeli (éd.), Par (...)

2L’Église de l’Orient, dont Timothée a été le patriarche, portant le titre de catholicos, présente un caractère bien particulier car elle est née et s’est développée hors du monde gréco-romain, hors de l’empire romain ou byzantin. Fait unique pour cette époque, il s’agit d’une chrétienté étrangère au monde romain. La première expansion du christianisme dans le monde perse1 est mal connue et peut essentiellement être approchée à travers des textes apocryphes, notamment les Actes de Mar Mari2, qui est connu comme l’apôtre de la Mésopotamie : la fiabilité de certaines informations pouvant remonter à une époque très ancienne a été très discutée ces derniers temps. Disciple d’Addaï, qui avait été envoyé pour évangéliser le royaume d’Édesse (actuelle Sanlı Urfa dans le Sud de la Turquie, non loin de la Syrie, dans la boucle de l’Euphrate), Mari parcourt la Mésopotamie depuis Édesse jusqu’au golfe Persique, fondant des communautés chrétiennes tout au long de son chemin qui le mène bien sûr au martyre. Son trajet s’arrête là où commence celui de l’apôtre Thomas, à l’Est du Shatt el Arab. Quelle que soit la part d’historicité de ce récit, il met clairement en évidence les liens étroits de la chrétienté de la région avec celle d’Édesse, liens sur lesquels nous reviendrons. Si les prémisses de cette Église remontent bien à l’époque parthe, elle se développe surtout à partir de l’époque de la dynastie sassanide, et les déportations opérées par Shahpur Ier au IIIe siècle ont joué un rôle décisif en implantant dans l’empire des communautés entières originaires de Syrie. Des textes évoquent une communauté divisée en deux groupes, ce qui pourrait recouvrir une partition linguistique entre chrétiens hellénophones et araméophones, ou entre chrétiens venus de la Syrie byzantine et chrétiens d’origine perse3. Le christianisme s’est développé, suivant une alternance de moments de tranquillité et d’autres de persécutions, dont les plus violentes furent opérées sous Shahpur II au IVe siècle et firent de nombreux martyrs. Les Actes des ces martyrs furent les fondements d’une véritable identité ecclésiale4.

  • 5 Brock S.P., « Christians in the Sasanian Empire : A Case of Divided Loyalties », Religion and Natio (...)
  • 6 Sur tout ce processus, voir Brock S.P., « The Christology of the Church of the East in the Synods (...)
  • 7 Briquel Chatonnet F., Jullien C., Jullien F., Moulin Palliard C. et Rashed M., « Lettre du patriarc (...)
  • 8 C’est à dire les patriarcats d’Antioche, Alexandrie, Constantinople et Rome.
  • 9 Un argumentaire semblable est développé par ‘Abd’išoʿ de Nisibe, Épitome des canons apostoliques V (...)

3La paix de l’Église accordée par Constantin aux chrétiens de l’empire romain, et plus encore la christianisation de l’empire qui marque le règne de Théodose, induisit une situation particulièrement difficile pour les chrétiens de l’empire sassanide, accusés de connivence avec une entité politique qui était le plus souvent ennemie5. De fait, l’Église de l’empire perse dépendait du patriarche d’Antioche dont la juridiction s’étendait sur tout le Proche-Orient. Pour échapper à ces accusations, les chrétiens de l’empire sassanide ont très tôt cherché à affirmer leur autonomie juridictionnelle. Dès son synode de 410, l’Église d’Orient s’est reconnue autonome : les actes de ce synode ne mentionnent aucune dépendance vis-à-vis d’Antioche, et ce à une date où il n’était pas encore question d’oppositions théologiques. Les mêmes actes proclament au contraire un credo conforme à celui qui avait été affirmé au concile de Nicée et adoptent le même calendrier des fêtes liturgiques6. Le synode de 424 affirmait que l’évêque de Séleucie-Ctésiphon était le chef de l’Église de l’Orient au même titre que Pierre pour l’Église de Rome. L’adoption d’une christologie diophysite, et donc le rejet du concile d’Éphèse (431), qui avait condamné Nestorios, et l’adoption de la formule honnie de « christotokos », « mère du Christ » en lieu et place de « théotokos », n’intervint qu’à la fin du Ve siècle. De fait, cette Église ne s’est jamais revendiquée comme « nestorienne », nom que lui ont donné ses adversaires. C’est plutôt à la théologie de Théodore de Mopsueste, qu’elle appelle « l’Interprète » par excellence, qu’elle a toujours fait référence. L’Église à la tête de laquelle se trouve Timothée est donc une Église autocéphale sur le plan juridique, et qui a rompu la communion avec ses Églises sœurs sur le plan théologique, dans la suite des disputes christologiques qui ont marqué les derniers conciles œcuméniques. Elle se considère comme l’Église de l’Orient, revendique une origine apostolique et même une forme de primauté sur les autres. Timothée lui-même, dans l’une de ses lettres7, affirmait que l’Église du pays d’Abraham, ancêtre de Jésus par David, celle d’où venaient les premiers à reconnaître le Christ en la personne des rois mages, celle du paradis terrestre enfin, était bien la tête des quatre autres8 et qu’elle avait vocation à être placée au dessus de Rome, comme le Christ était le maître de Pierre, que les quatre patriarcats émanaient d’elle, comme les quatre fleuves du Paradis avaient justement leur source dans le Paradis9.

  • 10 Potts D. T., The Arabian Gulf in Antiquity, vol. 2. From Alexander the Great to the coming of Islam (...)
  • 11 Topographie chrétienne, III, 65, 4-6.
  • 12 Introduction historique dans Briquel Chatonnet F., Desreumaux A. et Thekeparampil J., Recueil des (...)
  • 13 Pelliot P., Recherches sur les chrétiens d’Asie centrale et d’Extrême-Orient I. Œuvres posthumes de (...)

4L’Église de l’Orient présente donc la particularité de s’être développée hors de tout soutien d’un pouvoir chrétien puisqu’elle est passée de la domination sassanide à celle des musulmans. Cela la met dans une situation radicalement différente des Églises de Rome ou Constantinople. Cependant, cette situation ne l’a pas empêchée de connaître un élan missionnaire considérable, hors de la Mésopotamie et de la Perse qui étaient son berceau. L’archéologie révèle de plus en plus de restes d’églises et de couvents sur les deux rives du golfe arabo-persique10. Si la réalité d’un apostolat de l’apôtre Thomas au sud de l’Inde ne peut être prouvée, le témoignage de Cosmas Indicopleustès11 montre qu’au début du VIe siècle il y a un évêché et donc une communauté chrétienne organisée sur la côte du Malabar, qui dépend de Séleucie-Ctésiphon. Marco Polo au XIIIe siècle affirme encore ces liens de dépendance entre l’Église du Malabar et le patriarche de Bagdad, qui ne furent rompus qu’au XVIe siècle sous influence portugaise12. La fameuse stèle trouvée dans la capitale de l’empire chinois à Xi’an13, inscrite en syriaque et en chinois, est datée de 781 et donc contemporaine du début de l’époque où Timothée fut le chef de cette Église. Elle relate l’arrivée et l’installation du christianisme en Chine une centaine d’années plus tôt. Timothée fut le chef d’une Église indépendante du pouvoir, mais forte, missionnaire et en dialogue avec ce même pouvoir. Elle était en même temps confrontée elle-même à des actions missionnaires des Églises chalcédonienne et anti-chalcédonienne (miaphysite) qui étaient implantées au Proche-Orient.

Une Église de culture syriaque

  • 14 Desreumaux A., Histoire du roi Abgar et de Jésus, Turnhout, Brepols, 1993 (Textes en poche, Apocryp (...)
  • 15 Briquel Chatonnet F., « Les églises vues par les auteurs syriaques », dans Les églises en monde syr (...)
  • 16 C’est une particularité des copistes syriaques que d’inscrire à la fin des manuscrits de longs col (...)

5Le deuxième point à souligner est que cette Église est de culture syriaque. On appelle syriaque la forme de l’araméen, langue et écriture, issue du dialecte de la ville d’Édesse et qui a été adoptée par les chrétiens d’Orient. Si l’histoire d’un roi d’Édesse ayant entretenu une correspondance avec Jésus et ayant été converti avec son royaume peu après la Pentecôte par Addaï est sans doute à ranger au rang des pieuses légendes14, on a longtemps considéré que le récit de l’inondation de la ville en 202 conservé dans la chronique d’Édesse, et qui provient sûrement des archives de la cité, mentionnant la disparition dans la catastrophe de l’« église des chrétiens », apportait un témoignage de la haute implantation du christianisme en Osrhoène, mais on admet maintenant qu’il s’agit d’une interpolation15. Cependant, dès le IIe siècle, une littérature chrétienne se développe à Édesse, en syriaque : mise par écrit par ses disciples de l’œuvre du philosophe Bardesane (Bar Daisan), œuvre résolument chrétienne même s’il admettait l’influence des astres sur les destins humains ; traduction dans la langue araméenne locale de la Bible juive ; élaboration par Tatien du Diatessaron, ou « évangile mélangé » qui connut une large diffusion jusqu’en Occident ; rédaction des Actes de l’apôtre Thomas. Au IVe siècle, Ephrem de Nisibe, sans doute le plus célèbre des écrivains syriaques, compose de très nombreuses hymnes et homélies versifiées qui furent recopiées et lues lors des offices aussi bien dans l’Église de l’Est que dans l’Église syro-orthodoxe. En Orient, on peut citer Narsaï au Ve siècle, dont les homélies métriques s’attachent à l’histoire du salut. Élève puis maître et directeur de l’École d’Édesse, il en fut chassé pour son adhésion à la théologie de Théodore de Mopsueste. À l’époque de Timothée, la littérature syriaque, liturgique, exégétique, ascétique et poétique, est largement développée aussi bien dans le monde syro-occidental ou syro-orthodoxe (miaphysite) que dans le monde de l’Église d’Orient. Des manuscrits sont copiés, datés, le plus ancien conservé datant du tout début du Ve siècle16. Timothée est donc l’héritier d’une longue tradition littéraire en syriaque.

L’Église à la cour abbasside

  • 17 Bianquis T., Guichard P. et Tillier M. (dir.), Les débuts du monde musulman (VIIe-Xe siècle). De Mu (...)
  • 18 Putman H., L’Église et l’Islam sous Timothée I (780-823). Étude sur l’Église nestorienne au temps d (...)
  • 19 Fiey J. M., Assyrie chrétienne I, Beyrouth, 1965, p. 39-97 (Recherches publiées sous la direction d (...)
  • 20 Même si l’événement est fictif et construit pour répondre à un genre littéraire précis, il met en (...)

6La conquête islamique17, au milieu du VIIe siècle a réunifié politiquement un Proche-Orient qui avait été scindé depuis que la dynastie parthe, au IIe siècle avant J.-C., avait reconstitué un royaume de culture perse et créé une frontière, mouvante mais persistante, à l’est de la Syrie. On sait qu’après les premiers successeurs du prophète Muhammad, qui portent le glorieux titre de « bien dirigés » et qui résidaient à Médine, la dynastie omeyyade fondée par Muawiya s’est installée à Damas, où elle a dans un premier temps hérité de l’administration byzantine avant de créer peu à peu ses cadres et ses outils propres, de passer de l’usage du grec à celui de l’arabe. Le renversement des Omeyyades par les Abbassides en 750 marque une rupture en termes politique, géopolitique et culturel. Les nouveaux maîtres de l’empire s’installent plus à l’Est, à Kufa d’abord, avant de fonder une nouvelle capitale, Bagdad, qui détrône l’antique double cité de Séleucie-Ctésiphon, qui avait été le centre de l’empire sassanide. Une ville neuve donc, pour un monde neuf. Timothée réside dans ce décor politique et urbain nouveau. Ce déplacement du centre de gravité du monde musulman vers l’Est s’accompagne d’une iranisation de l’empire musulman et d’une place nouvelle accordée, dans l’administration et les cercles du pouvoir, aux élites de l’empire perse. Le patriarche de l’Eglise apostolique de l’Orient est de ceux-là. Le centre de l’Église a été déplacé de Séleucie-Ctésiphon à Bagdad et sa hiérarchie fait partie de cette élite qui gravite autour du pouvoir18. On sait notamment la place prise par les médecins chrétiens de l’école de Gondishapur (Bet Lapat en syriaque)19 dans l’entourage des califes. Timothée lui-même était en relations avec le calife, comme le montre la controverse théologique qu’il aurait menée avec Al-Mahdi20.

Vie et œuvres de Timothée

  • 21 Sur sa vie et les péripéties de son accession au patriarcat, voir Amr p. 64-66, trad.. p. 37-38 et (...)
  • 22 Et non en en 727 ou 728, date que l’on déduit du fait que selon Amr, il serait mort à 95 ans le 9 (...)
  • 23 Becker A. H., Fear of God and the Beginning of Wisdom. The School of Nisibis and the Development of (...)

7Timothée était issu d’une famille de notables de Ḥazza21, dans la province d’Adiabène (Ḥadyab en syriaque), qui correspond à peu près à l’ancienne Assyrie, la région à l’Est du Tigre entre le Grand Zab et le Petit Zab, autour d’Arbèles. Ḥazza est situé à une douzaine de kilomètres d’Arbèles. Il est né vers 74022. Neveu de Georges, évêque de Bet Bagaš, à l’Est de l’Adiabène, il reçut une éducation soignée auprès d’un maître qui tenait une école. Le développement d’écoles indépendantes des monastères et le souci d’une formation intellectuelle solide, dans une tradition de maître à disciple, est un trait caractéristique de l’Église orientale23. Toutes les notices sur les membres de cette Église précisent auprès de quels maîtres ils ont été formés. Timothée étudia ainsi les sciences aussi bien sacrées que profanes. On sait par sa correspondance qu’il maîtrisait l’arabe aussi bien que le syriaque, le grec probablement, nous y reviendrons, mais sans doute aussi le persan. Il succéda ensuite à son oncle sur le siège épiscopal de Bet Bagaš où il est connu vers 769-770. À la mort du patriarche Ḥenanišoʿ II en 779, Timothée manœuvra habilement, écarta les autres prétendants par des promesses fallacieuses et des ruses et fut finalement élu sur le trône patriarcal. Son pouvoir fut d’abord fortement contesté, mais Timothée parvint à rallier ou écarter ses opposants et à asseoir son pouvoir. Dès lors, son patriarcat se déroula sans remise en cause pendant quarante-trois ans et il a laissé dans l’histoire le souvenir d’un grand patriarche. Il fut enterré au couvent de Kilišoʿ à Bagdad.

  • 24 Voir Berti V., Vita e studi di Timoteo I, p. 279-285.
  • 25 Braun O., « Der Katholikos Timotheos I und seine Briefe », Oriens Christianus 1, 1901, p. 138-152.
  • 26 Dernièrement, Heimgartner M., Timotheos I., ostsyrischer Patriarch : Disputation mit dem Kalifen a (...)
  • 27 Braun O., Timothei patriarchae I epistulae (I), Paris, 1914-1915 (Corpus Scriptorum Christianorum O (...)
  • 28 Dharmo M. T., Letters of Patriarch Timothy I (778-820 A.D.), Trichur (Kerala, Inde), Mar Narsai Pre (...)
  • 29 Pognon H., Une version syriaque des Aphorismes d’Hippocrate, Leipzig, 1903.
  • 30 Heimgartner M., Die Briefe 42-58 des ostsyrischen Patriarchen Timotheos I., vol. 1 : Textedition ; (...)

8D’après les ouvrages comme celui d’Abdišoʿ bar Brikha, évêque de Nisibe mort en 1318, qui a laissé un impressionnant catalogue des œuvres syriaques connues de son temps, Timothée aurait écrit un livre d’astrologie, divers ouvrages théologiques, liturgiques et canoniques24. Mais, à part des recueils canoniques, n’ont été conservées qu’un certain nombre de ses lettres25, 59 sur deux cents qui étaient répertoriées, et surtout son ouvrage le plus célèbre, un traité de controverse relatant sa dispute avec le calife al-Mahdi (775-785), aussi rédigé sous forme d’une lettre et qui a été édité indépendamment26, comme un exemple de cette littérature de controverse contre les musulmans, les juifs ou les autres confessions chrétiennes, littérature bien représentée en syriaque et qui prend souvent la forme de dialogues plus ou moins fictifs. De ces lettres, 39 ont été publiées au début du XXe siècle par O. Braun avec une traduction en latin27, et ce sont à peu près les mêmes qui figurent dans l’ouvrage de Dharmo, sans traduction28. Braun n’a pas pu finir l’ouvrage entrepris et le second volume n’est jamais paru. Quelques rares autres ont fait l’objet d’éditions ponctuelles, dont deux justement sur les questions de traduction par H. Pognon29 et l’une adressée aux moines de Mar Maron, qui a été éditée et traduite par R. Bidawid. Ce n’est que tout récemment que le reste des lettres conservées a été édité et traduit par M. Heimgartner30. R. Bidawid a également essayé d’identifier un certain nombre des lettres perdues, d’après des allusions dans la propre correspondance de Timothée ou dans d’autres ouvrages postérieurs, comme le Livre des Supérieurs de Thomas de Marga, mais il est difficile de corroborer le nombre total de deux cents. Quoi qu’il en soit, ce sont sur les lettres conservées que l’on peut se fonder pour connaître la personne et la démarche intellectuelle de Timothée.

9Sur les 59 lettres conservées, 42 sont adressées au même personnage, un ami proche du patriarche nommé Serge qui avait étudié avec Timothée auprès de Mar Abraham à Bašoš. Serge était devenu directeur de l’école et une première série de lettres est adressée à « Serge, prêtre et docteur ». Une seconde série est adressée à « Serge, métropolite d’Élam », après que Timothée l’eut nommé et consacré dans cette fonction. Des autres lettres, les unes sont adressées à des individus, Salomon, évêque de Hedatta, Rabban Bokhtišoʿ, prêtre et médecin du roi, Rabban Petion, directeur de l’école, Maranzekha, évêque de Ninive, Nasr, Bar Sahdé, évêque de Hormizd-Ardashir, tandis que d’autres sont des lettres collectives (« aux Élamites », « aux moines de Mar Maron », « aux prêtres et fidèles de Basra et de Huballat », « aux frères scholastiques du couvent de Mar Gabriel à Mossoul », « à Ephrem, métropolite de Beth Lapat et aux évêques, prêtres et fidèles de l’éparchie d’Élam »). Tous les correspondants de Timothée, dans ces lettres, sont donc chrétiens. Certaines ont une tonalité proprement pastorale ou administrative, et Timothée y est pleinement dans son rôle de chef de l’Église, qui règle problèmes et différents, oriente son troupeau, répond à des questions théologiques, appuie les structures d’enseignement. Ces lettres permettent d’apprécier l’ampleur de la tâche que représente le fait d’être, à l’époque de Charlemagne, le chef d’une Église dont le domaine s’étend de l’Est de la Turquie à la Chine et de l’Asie Centrale au sud de l’Inde. Mais dans d’autres, et surtout celles adressées à son ami Serge, il évoque son travail intellectuel, demande aide et conseil. C’est dans ces documents que l’on peut suivre sa démarche d’érudit et le genre littéraire auquel appartient l’œuvre de Timothée permet une approche très vivante de la manière dont il concevait et menait son travail.

  • 31 Gutas D., Greek thought, Arabic culture. The Graeco-Arabic translation movement in Baghdad and earl (...)
  • 32 Balty J. et Briquel Chatonnet F., « Mosaïques édesséniennes inscrites », Fondation Eugène Piot. Mon (...)
  • 33 Duval R., Histoire politique, religieuse et littéraire d’Edesse jusqu’à la première croisade, Paris (...)
  • 34 Brock S. P., « Greek into Syriac and Syriac into Greek », Journal of the Syriac Academy, Bagdad III (...)
  • 35 Teixidor J., Aristote en syriaque. Paul le Perse, logicien du VIe siècle, Paris, éditions du CNRS, (...)
  • 36 Hugonnard-Roche H., La logique d’Aristote du grec au syriaque : Etudes sur la transmission des text (...)
  • 37 Teixidor J., op. cit. : Hugonnard-Roche H. op. cit.
  • 38 Les syriaques transmetteurs de civilisations. L’expérience du Bilâd el-Shâm à l’époque omeyyade, A (...)

10Le travail de Timothée se situe dans un contexte d’intense activité intellectuelle à la cour abbasside, et d’appropriation de l’héritage philosophique et scientifique grec31. Dans ce processus, les savants syriaques et spécialement de l’Église de l’Orient ont joué un rôle décisif, comme traducteurs et transmetteurs. Si la culture grecque était bien présente à Édesse avant même la christianisation de la ville32, ce qui est naturel dans une cité fondée par des colons macédoniens33, la première littérature syriaque est relativement peu influencée par cet apport grec. L’œuvre d’Ephrem ou de Narsaï en porte peu la marque. Et la plus ancienne version de l’Ancien Testament a été faite bien sûr sur le texte hébreu, peut-être dans un milieu judaïsant et dans un jeu d’influences réciproques entre la version syriaque et d’autres versions en araméen, les targums. C’est dans un second temps que cette version syriaque a été révisée sur la Septante d’une part, et qu’une version fondée sur les Hexaples d’Origène a été produite de l’autre. De même, la première version des Évangiles, la Vieille Syriaque, est souvent assez loin du texte. Entre le Ve et le VIIe siècle, l’influence du grec sur la pensée et la littérature syriaque est devenue progressivement plus importante. Cela se note dans le vocabulaire, dans la présence de références, dans un intense travail de traduction34. La philosophie grecque, et tout spécialement la pensée d’Aristote, a fait l’objet d’un travail de traduction et d’adaptation à un vocabulaire et à un mode d’expression sémitique. Il faut rappeler là l’œuvre de Paul le Perse35 qui vécut au milieu du VIe siècle et écrivit un traité fondé sur la logique d’Aristote telle qu’elle avait été transmise par Porphyre, ou dans le monde syro-occidental, celle du médecin Sergios de Resh‘aina36, également de philosophie aristotélicienne37. L’époque omeyyade a ensuite été marquée par une vague d’appropriation de ce patrimoine culturel38 qui s’est réellement épanoui à la cour abbasside dans le premier siècle, auprès des califes Hârûn al-Rachîd (786-809) et surtout Al-Mamun (813-833), contemporains du patriarcat de Timothée, puis dans les années qui suivirent. C’est par exemple sous le règne de Hârûn al-Rachîd que l’usage du papier, récemment acquis des Chinois a été largement développé dans le monde musulman. Quant à al-Mamun, il créa, peu après la mort de Timothée, l’observatoire de Bagdad et la renommée « Maison de la sagesse », Beit al-Hikma. C’est un peu plus tard dans le siècle que Ḥunayn ibn Isḫaq, médecin, philosophe, théologien chrétien, après avoir parcouru la Mésopotamie, la Syrie, la Palestine et l’Égypte pour se procurer des manuscrits, accomplit une immense œuvre de traduction du grec en syriaque et en arabe avec son fils, son neveu et certains de ses élèves : l’œuvre entière de Galien, Platon, Aristote, Proclus et Porphyre. Le travail de Timothée s’inscrit donc dans tout un contexte de travail de transmission de la pensée, notamment grecque, en Orient.

La méthode de travail d’un érudit

  • 39 Brock S. P., « Two Letters of the Patriarch Timothy from the Late Eighth Century on Translations fr (...)
  • 40 Identification par les incipit.
  • 41 Brock S. P., « Two Letters », p. 236-237.

11On doit noter en premier lieu, chez Timothée, son souci de rassembler des textes et de la documentation. Si sa charge ne lui permet pas de partir lui-même à la chasse aux manuscrits comme Ḥunayn, il se préoccupe d’en trouver. Plusieurs lettres laissent une bonne place à la demande de manuscrits et de textes : « Que votre Éminence s’informe s’il y a un commentaire ou une scholie par quelqu’un, que ce soit en syriaque ou non, de ce livre des Topiques, ou de la Réfutation des Sophistes, de la Rhétorique ou de la Poétique. Si oui trouve par qui et où il a été composé et où il est. Il faut faire la recherche au monastère de Mar Mattaï, mais il faut la faire discrètement pour qu’on ne perçoive pas le but de l’enquête et qu’ils ne cachent pas l’information39 » (lettre 43 à Pethion). De fait, ce monastère, situé à une trentaine de kilomètres au NE de Mossoul, était exceptionnellement riche en manuscrits, mais il relevait de l’Église syro-orthodoxe (miaphysite) : Timothée pouvait donc à juste titre craindre une certaine mauvaise volonté à son endroit, dans un contexte de concurrence entre les diverses dénominations chrétiennes, même si, comme nous le verrons, à titre individuel, la collaboration pouvait être bonne. Il poursuit : « Envoie moi l’autre volume d’Athanase pour que nous le copiions, nous avons le premier… Cherche aussi les traités sur les principes naturels des corps écrits par quelqu’un de l’école platonicienne et qui commence par “Concernant le principe naturel des corps, certains ont dit40”… Cherche un ouvrage d’un philosophe appelé Némésius sur la structure de l’homme qui commence “L’homme est excellemment construit comme une âme rationnelle et un corps.” L’ouvrage traite le sujet en cinq sections et à la fin promet de traiter de l’âme mais la seconde partie manque. Cherche et copie pour nous Denys dans la traduction d’Athanase ou celle de Phocas41. » Cette lettre montre la quête de manuscrits et de textes, mais aussi la large connaissance qu’a Timothée de la littérature philosophique, même pour les textes qu’il n’a pas lus. Les demandes présentées dans ces lettres correspondent à un besoin bien réel puisque les lettres 16, 33 et 37 à Serge lui demandent de façon réitérée une copie de Denys dans la version d’Athanase ou de Phocas et insistent sur les ressources du couvent de Mar Mattaï. Les demandes de copies d’œuvres tiennent une large place dans la correspondance avec Serge. Dans la lettre 17, il relate avoir demandé à Nestorios de lui laisser « les cinq tomes » et demande à Serge de lui envoyer si possible l’édition « hérétique » de Grégoire (de Nazianze) ou de lui céder son propre exemplaire. Dans la lettre 18, il raconte que Rabban Aba lui a apporté le second tome de Grégoire et la copie de sept fascicules du premier car il lui avait demandé toute l’œuvre pour la comparer avec le manuscrit en sa possession. Les demandes esquissent une liste des intérêts du patriarche : le commentaire d’Olympiodore sur les livres de la Logique, de Serge, Alexandre, les livres sur l’Église d’Ambroise, d’Amphiloque, d’Eusthate le Grand, de Flavien, le traité d’Athanase contre les Ariens, ses épitres « dominicales » et l’apologie pour sa fuite (lettre 19), les lettres de Jean Chrysostome et de Théodore le Grand (lettre 20). On voit aussi qu’il s’agit exclusivement d’une littérature grecque. L’Église de Perse sous domination abbasside est irriguée par la culture grecque.

  • 42 Braun O., « Ein Brief des Katholilos Timotheos I. über biblische Studien des 9. Jahrhunderts », Ori (...)
  • 43 Traduction de R. de Vaux, « À propos des manuscrits de la mer Morte », Revue Biblique 57, 1950, p. (...)

12Timothée est situé au centre d’un réseau d’information qui dépasse largement l’extension de son pouvoir patriarcal. Une des allusions les plus frappantes est, dans la lettre 47, la nouvelle qu’il a apprise de la découverte récente (dix ans auparavant) de très anciens manuscrits inscrits en hébreu dans une grotte de la région de Jéricho et sur lesquels il tâche d’avoir des informations42. On admet qu’il s’agit sans doute d’une première mise au jour de documents analogues à ceux de Qumrân préfigurant celle de 1947 dont les circonstances de découvertes sont très similaires. Timothée tenait cette nouvelle de « juifs dignes de créance, qui ont même été instruits comme catéchumènes dans le christianisme ». Il se préoccupe immédiatement de savoir si les textes bibliques trouvés apportent des réponses à certaines questions qu’il se pose, notamment pour des allusions à l’Écriture dans l’Évangile dont il n’a pas retrouvé de correspondant dans l’Ancien Testament. Il écrit : « Mais à ce que j’ai écrit, je n’ai reçu d’eux là-dessus aucune réponse. Et je n’ai aucun homme capable que je puisse envoyer là-bas. Cela est dans mon cœur comme un feu qui est allumé et brûle dans mes os43. »

  • 44 Sur tout ceci, Petitmengin P. et Flusin B., « Le livre antique et la dictée. Nouvelles recherches  (...)

13Les manuscrits font l’objet de copies sur lesquelles il donne quelques renseignements. La lettre 30 évoque deux copies de fascicules pour deux destinataires différents, qui ont été interverties et parle de fautes de copistes. La lettre 47 est particulièrement intéressante dans l’analyse qu’elle fait du procédé de copie et de duplication des manuscrits, en l’occurrence d’un manuscrit de la Syro-Hexaplaire, édition de la Bible fondée sur les Hexaples d’Origène, qui portait en marge de la traduction en syriaque de la Septante les variantes des autres traductions grecques de la Bible, Aquila, Symmaque et Théodotion. Timothée rapporte qu’il l’a fait reproduire en trois exemplaires complets de la Bible, un pour lui-même, un pour Gabriel et un pour le couvent de Bet Lapat, le tout en six mois. Timothée a réuni tout un atelier, formé de six copistes et de deux lecteurs qui dictent aux autres le texte. Malheureusement, le patriarche juge ces huit hommes avides et grossiers, et souligne la difficulté rencontrée dans ce manuscrit particulièrement, à cause des nombreuses annotations marginales, presque aussi nombreuses que le texte de base. Pourtant il souligne la justesse des copies produites en six mois, parce qu’il les a lui même collationnées ensuite sur le modèle, aux dépens de sa vue, et il affirme avoir même apporté des corrections quand des lettres étaient inversées, ou d’autres confondues (chi pour kappa, zêta pour chi)44. Ainsi, avec de nombreuses réclamations et un travail patient et acharné, Timothée se procure les outils et la documentation nécessaire au travail érudit.

  • 45 Brock S. P., « Two Letters », p. 236.
  • 46 Berti V., Vita e studi di Timoteo I, p. 305.

14Son travail se situe dans un cadre officiel. Une des lettres commence ainsi : « Une commande royale nous demande de traduire les Topika du philosophe Aristote de la langue syriaque à l’arabe » (lettre 43). Plus loin il ajoute que d’autres traduisaient en même temps le texte du grec en arabe, mais que le roi n’accordait pas de considération à leur travail, rédigé dans une langue confuse et qui posait des problèmes de sens, mais qu’à l’inverse, il appréciait le travail de l’équipe de Timothée, d’autant plus quand il le comparait avec l’autre45. De ce fait, le patriarche bénéficie des moyens publics. Il évoque dans sa lettre 13 Nestorios, métropolite d’Adiabène, qui voyage sur un cheval de la poste vers la Syrie (Sham) et qui est peut-être à Jérusalem. La mention d’un cheval de poste (barida) implique que le voyage avait reçu le soutien de l’administration califale46. De même dans la lettre 48 à Serge, il évoque un voyage décidé à la hâte pour rejoindre le roi sur ordre de celui-ci qui lui enjoignait de le retrouver « en territoire romain ». Comme le roi est qualifié de victorieux, il s’agit sans doute d’une victoire sur les Byzantins. Timothée interrompt donc son travail en juin 183 AH (799 AD), pour obéir à l’ordre du roi qui lui accorde honneurs, argent et présents et met à sa disposition les transports publics.

  • 47 Hurst T. R., « The Epistle-Treatise: an Apologetic Vehicle. Letter 34 of Timothy 1 », H.J.W. Drijve (...)
  • 48 Suermann H., « Timothy and his dialogs with Muslims », The Harp VIII, IX (1995-1996), 263-275 ; id.(...)

15Timothée accomplit ainsi une œuvre de traduction, au service du pouvoir califal. Mais il développe aussi ses propres travaux. La lettre 19 parle d’une grammaire qu’il ordonne selon une nouvelle méthode mais qu’il n’arrive pas à finir faute de temps et de compétence. Certaines lettres sont de véritables petits traités théologiques le plus souvent au service d’un souci apologétique, autant face aux autres confessions chrétiennes47 que face à l’islam48 : à titre d’exemple, la lettre 26 à Maranzekha, évêque de Ninive, définit dans sa première partie la foi juste par opposition à celle des Chalcédoniens et des miaphysites, qui ont reçu la même révélation mais ne la font pas fructifier : « De même que la semence est une et identique dans une bonne ou une mauvaise terre, mais que sa fécondité et sa croissance ne sont pas identiques, de même la foi, le baptême et la prêtrise sont identiques chez nous, chez les Melkites et les Sévériens, mais leur fécondité, leur croissance et leur préservation ne sont pas identiques chez nous et chez eux. » Il prend acte de tout ce qui est une foi commune :

« Une est la perle de l’unité de la divinité sous trois hypostases et celle des trois hypostases en une divinité, chez nous comme chez eux. Une est aussi la pierre de grand prix du baptême, celui qui est accompli au nom du Père, du Fils et de l’Esprit. Une est la confession de la révélation de la divinité dans notre humanité, une est la prosternation vers la croix et vers l’Orient. Un et identique est le mystère du corps et du sang de Notre Seigneur, que nous accomplissons pour la rémission de nos péchés et en (comme ?) mémorial de la mort et de la résurrection de Notre Seigneur. Nous acceptons deux testaments, nous comme eux, et nous espérons et attendons tous également et de la même façon la résurrection d’entre les morts et la vie éternelle, la révélation de la gloire du Dieu grand et source de vie Jésus-Christ, ainsi que, tout à la fois, la joie et le jugement équitable. Notre conviction est une et identique, en âme et en esprit, sur tous ces points et sur d’autres, en particulier en ce qui concerne les fêtes de l’Économie divine et les célébrations de notre salut. »

16Mais il insiste aussi sur les points de divergence :

  • 49 Briquel Chatonnet F. et al., op. cit.

« Nous nous séparons les uns des autres sur la définition de l’union de la divinité du Christ et de son humanité, mais non sur la divinité de Notre Seigneur ni sur son humanité, car tous pareillement et unanimement nous pensons que notre sauveur est Dieu parfait et homme parfait. Ce n’est pas non plus sur l’union elle-même qu’il y a dispute et contestation les uns avec les autres, mais sur le mode de cette union et sur sa qualité qu’il y a entre nous dispute et affrontement. Car, quand nous regardons de façon orthodoxe la nature des actes et les paroles divines qui sont dans les écritures, nous confessons l’union volontaire et personnelle dans le Christ de l’inhabitation et de la révélation. Et nous nous fondons d’abord sur cette parole : “Celui-ci est mon fils bien-aimé, en qui je me complais” et sur celle-ci : “En lui, il a voulu que réside toute plénitude” et ensuite sur celle-ci : “Voici mon serviteur, en qui je me complais, mon bien-aimé, que mon âme désire.” L’union s’est faite selon la volonté, et non selon la nature ou l’hypostase. Il est évident que c’est la volonté qui rassemble les natures comme les hypostases en une personne de filiation et d’union, elle qui fait connaître la divinité comme l’humanité. Cette personne de filiation et d’union, nous l’appelons Christ, Jésus et Fils, et par ces noms ou d’autres semblables, nous enseignons la divinité en même temps que l’humanité. Chez nous, il en est ainsi49. »

17Et la lettre continue ainsi, notamment sur l’épithète controversée de « mère du Christ » donnée à la Vierge.

18Je voudrais revenir un instant sur la copie d’exemplaires de la version syro-hexaplaire. Elle montre aussi que les frontières communautaires n’existent pas en ce qui concerne le travail intellectuel. Si c’est la version Peshitta de la Bible qui est toujours restée le texte liturgique, Timothée connaît et étudie cette version savante, qui est pourtant un travail syro-occidental. Dans une autre lettre (43), il rapporte une information sur un livre qui lui a été donnée par Job le Chalcédonien. À propos d’une traduction (lettre 48), il dit qu’il avait auprès de lui le patriarche des Melkites, qui est sans doute le même personnage. Nous avons vu aussi que d’autres lui ont été données par des juifs et qu’une bonne part de son travail est commanditée par le pouvoir musulman. La mention de réticences possibles du monastère de Mar Mattaï ne doit donc pas être surévaluée. Il existe une réelle concurrence entre les communautés et la littérature syriaque le montre abondamment. De par sa fonction de patriarche, de chef d’une Eglise, Timothée peut personnellement être considéré avec une certaine méfiance. Mais à défaut d’une « république des lettres », il y a une communauté dans l’érudition qui est réelle.

19Le travail intellectuel est un travail collectif, ne serait-ce que parce que le patriarche a peu de temps à y consacrer : il signale que la traduction des Topiques d’Aristote a été faite surtout par le maître Abu Nuḥ qui a fait le travail depuis le grec, même si lui n’y a contribué que depuis le syriaque.

20Plusieurs lettres sont de véritables discussions intellectuelles, des réponses à des questions. La lettre 48 à son ami Sergius contient un long développement sur un mot grec, auletrides dont il pense qu’il désigne « des femmes jouant de la flûte ». Il cite sa source pour cette interprétation, Athanase, puis le livre des Topiques. Il montre que cela ne se situe pas dans l’art de la musique qui est une partie de la philosophie, cas dans lequel c’est un autre mot qui est employé. Il pense donc que cela renvoie à des libations chez les Scythes, accompagnées de sacrifices et de divers rites. Il conclut en ajoutant que le mot est inhabituel en grec aussi. On peut ici s’interroger sur sa connaissance du grec. Il insiste bien sur le fait qu’il ne fait de traduction que du syriaque vers l’arabe, mais il lui arrive de discuter de mots grecs, il repère les erreurs sur les lettres grecques dans la copie de la syro-hexaplaire. On peut donc supposer qu’il en a quand même une connaissance personnelle.

21Si ces lettres, qui sont tout ce qui nous reste de l’œuvre de Timothée, laissent voir la solidité de sa science philologique et théologique, elles sont surtout une très intéressante ouverture pour percevoir la démarche d’un savant de l’époque, sa manière de travailler, les difficultés rencontrées au quotidien, le milieu intellectuel avec lequel il était en interaction. Elles montrent un penseur qui se soucie d’appuyer sa réflexion sur le travail des Pères et qui témoigne d’un intérêt marqué pour la philosophie principalement la pensée d’Aristote. Partagé, non sans une forme de tension, entre ses fonctions dans sa communauté et au service du pouvoir et son goût pour la lecture et le travail intellectuel, Timothée a combiné sa charge de pasteur avec une œuvre intellectuelle remarquable.

Notes

1 Debié M., « L’empire perse et ses marges », J.-R. Armogathe (éd.), Histoire générale du christianisme, Paris, Presses universitaires de France, 2010, p. 610-646. Jullien C. et Jullien F., Apôtres des confins. Processus missionnaires chrétiens dans l’empire iranien, Res Orientales XV. Paris, 2002.

2 Jullien C. et Jullien F., Les Actes de Mar Mari, l’apôtre de la Mésopotamie, Turnhout, 2001 (Apocryphes 11) ; ead., Les actes de Mar Mari, Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium 602, 603, 604 (Scriptores syri 234 et 235 et Subsidia 114), Louvain, Peeters, 2003.

3 Jullien C. et Jullien F., « Aux frontières de l’iranité : “nāsrāyē” et “krístyonē” des inscriptions du mobad Kirdír. Enquête littéraire et historique », Numen 49, 2002, p. 282-335.

4 Jullien C., « Les actes des martyrs persans », dans L’hagiographie syriaque, A. Binggeli (éd.), Paris, Geuthner, 2012 (Études syriaques 9), p. 127-140.

5 Brock S.P., « Christians in the Sasanian Empire : A Case of Divided Loyalties », Religion and National Identity, S. Mews (éd.), Oxford, 1982, p. 1-19 (Studies in Church History XVIII) = Syriac Perspectives on Late Antiquity VI, Variorum Reprints, Londres, 1984.

6 Sur tout ce processus, voir Brock S.P., « The Christology of the Church of the East in the Synods of the Fifth to Early Seventh Centuries: Preliminary Considerations and Materials », Aksum. Thyateira. A Festschrift for Archbishop Methodios, G. Dragas (éd.), Londres, 1985, p. 125-142 (rep. dans Studies in Syriac Christianity XII, Variorum Reprints 357, Londres 1992). Baum W. et Winkler D. W., The Church of the East. A concise history, Londres/New York, Routledge Curzon, 2003, p. 16-17.

7 Briquel Chatonnet F., Jullien C., Jullien F., Moulin Palliard C. et Rashed M., « Lettre du patriarche Timothée à Maranzekhā, évêque de Ninive », Journal asiatique 288, 2000, p. 1-13.

8 C’est à dire les patriarcats d’Antioche, Alexandrie, Constantinople et Rome.

9 Un argumentaire semblable est développé par ‘Abd’išoʿ de Nisibe, Épitome des canons apostoliques VIII, 15.

10 Potts D. T., The Arabian Gulf in Antiquity, vol. 2. From Alexander the Great to the coming of Islam, Oxford, Clarendon Press, 1990. Calvet Y., « Monuments paléo-chrétiens à Koweit et dans la région du Golfe », Monuments paléo-chrétiens à Koweit et dans la région du Golfe, R. Lavenant (éd.), Rome, Pontificio Istituto Orientale, 1998, p. 671-685 (Orientalia Christiana Analecta 256). Carter R. A., « Christianity in the Gulf during the first centuries of Islam », Arabian Archaeology and Epigraphy 19, p. 71-108. Salles J.-F. et Callot O., « Les églises antiques de Koweit et du golfe Persique », F. Briquel Chatonnet (éd.), Les églises en monde syriaque, Paris, 2013 (Études syriaques 10), p. 237-268.

11 Topographie chrétienne, III, 65, 4-6.

12 Introduction historique dans Briquel Chatonnet F., Desreumaux A. et Thekeparampil J., Recueil des inscriptions syriaques t. 1 Kérala, Paris, Académie des inscriptions et belles-lettres, 2008, p. 21-24.

13 Pelliot P., Recherches sur les chrétiens d’Asie centrale et d’Extrême-Orient I. Œuvres posthumes de Paul Pelliot, éd. J. Dauvillier, Paris, 1973 ; Pelliot P. et Forte A., L’inscription nestorienne de Si-Ngan-Fou. Edited with Supplements by A. Forte, Paris, Collège de France. Institut des Hautes études chinoises, 1996 ; nouvel éclairage par Tardieu M., « Le schème hérésiologique de désignation des adversaires dans l’inscription nestorienne chinoise de Xi’an », C. Jullien (éd.), Controverses des chrétiens dans l’Iran sassanide, Paris, Association pour l’avancement des études iraniennes, 2008, coll. « Studia iranica. Cahier 36 », p. 207-226 et Gernet J., « Remarques sur le contexte chinois de l’inscription de la stèle nestorienne de Xi’an », ibid.. p. 227-243. Voir également Borbone P.-G. et Marsone (éd.), Le christianisme syriaque en Asie Centrale et en Chine, Paris, Geuthner, sous presse 2015 (Études syriaques 12).

14 Desreumaux A., Histoire du roi Abgar et de Jésus, Turnhout, Brepols, 1993 (Textes en poche, Apocryphes 3).

15 Briquel Chatonnet F., « Les églises vues par les auteurs syriaques », dans Les églises en monde syriaque, F. Briquel Chatonnet (éd.), Études syriaques 10, Paris, Geuthner, 2013, p. 11-40.

16 C’est une particularité des copistes syriaques que d’inscrire à la fin des manuscrits de longs colophons et d’y mettre notamment la date d’achèvement de la copie. Le plus ancien de ces manuscrits datés remonte à 411 (ms BL Add 12150) et plus d’une cinquantaine de manuscrits datés antérieurs à l’islam sont connus. À titre de comparaison, on rappellera que le plus ancien manuscrit grec daté ne remonte qu’au IXe siècle. Voir notamment Bernhard L. P., Die Chronologie der syrischen Handschriften, Wiesbaden, 1971 (Verzeichnis der orientalischen Handschriften in Deutschland, Suppl. 14). Briquel Chatonnet F., « Le temps du copiste », F. Briquel Chatonnet et H. Lozachmeur (éd.), Proche-Orient ancien : temps pensé, temps, Paris, 1998 (Antiquités sémitiques III), p. 197-210.

17 Bianquis T., Guichard P. et Tillier M. (dir.), Les débuts du monde musulman (VIIe-Xe siècle). De Muhammad aux dynasties autonomes, Paris, PUF, 2012 (Nouvelle Clio).

18 Putman H., L’Église et l’Islam sous Timothée I (780-823). Étude sur l’Église nestorienne au temps des premiers Abbassides, Beyrouth, 1975.

19 Fiey J. M., Assyrie chrétienne I, Beyrouth, 1965, p. 39-97 (Recherches publiées sous la direction de l’Institut de Lettres orientales de Beyrouth, t. XXII). Debié M., « Sciences et savants syriaques : une histoire multiculturelle », É. Villey (éd.), Les sciences en syriaque, Paris, 2014 (Études syriaques 11), p. 9-66, spéc. p. 45-48.

20 Même si l’événement est fictif et construit pour répondre à un genre littéraire précis, il met en scène une familiarité reconnue du patriarche avec les cercles de la cour.

21 Sur sa vie et les péripéties de son accession au patriarcat, voir Amr p. 64-66, trad.. p. 37-38 et Mari p. 71-75, trad. p. 63-66 : Maris, Amri et Slibae De Patriarchibus Nestorianorum Commentaria ex codicibus Vaticanis, éd. et trad. H. Gismondi, 1896-1899 (reprint Piscataway, Gorgias Press, 2011). Bidawid R. J., Les lettres du patriarche nestorien Timothée I. Étude critique avec en appendice la lettre de Timothée I aux moines du Couvent de Mar Marōn (traduction latine et texte chaldéen), Città del Vaticano, 1956 (Studi e testi 187). p. 1. Berti V., Vita e studi di Timoteo I patriarca cristiano di Baghdad, Paris, Association pour l’avancement des études iraniennes, 2009 (Studia iranica, cahier 41), p. 135-193.

22 Et non en en 727 ou 728, date que l’on déduit du fait que selon Amr, il serait mort à 95 ans le 9 janvier 1134 de l’ère séleucide, soit 823 de l’ère chrétienne. Mais la donnée la plus sûre est que dans un de ses livres écrit en 805, il dit avoir soixante-cinq ans (Berti, op. cit. p. 135).

23 Becker A. H., Fear of God and the Beginning of Wisdom. The School of Nisibis and the Development of Scholastic Culture in Late Antique Mesopotamia (coll. « Divinations : Rereading Late Ancient Religion »), Philadelphie, University of Pennsylvania Press, 2006 Briquel Chatonnet F., « La religion comme enseignement. Les écoles dans la tradition historique et culturelle de l’Église syroorientale », Comptes rendus des séances de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 2008, p. 59-76.

24 Voir Berti V., Vita e studi di Timoteo I, p. 279-285.

25 Braun O., « Der Katholikos Timotheos I und seine Briefe », Oriens Christianus 1, 1901, p. 138-152.

26 Dernièrement, Heimgartner M., Timotheos I., ostsyrischer Patriarch : Disputation mit dem Kalifen al-Mahdī I. Textedition. II Einleitung, Übersetzung und Anmerkungen, Louvain, Peeters, 2011 (Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium 631-632, Scriptores Syri 244-245). Voir Kuhlmann K.-H., « The Apology of Timothy, the Patriarch, before Caliph Mahdi. The Christian-Muslim Dialogue yesterday and today », The Harp VIII-IX, 1995-1996, p. 167-176.

27 Braun O., Timothei patriarchae I epistulae (I), Paris, 1914-1915 (Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium 74-75, scriptores syri 30 [texte] et 31 [traduction latine]): lettres 1-39.

28 Dharmo M. T., Letters of Patriarch Timothy I (778-820 A.D.), Trichur (Kerala, Inde), Mar Narsai Press, 1982 (texte syriaque seulement) (lettres 3-38).

29 Pognon H., Une version syriaque des Aphorismes d’Hippocrate, Leipzig, 1903.

30 Heimgartner M., Die Briefe 42-58 des ostsyrischen Patriarchen Timotheos I., vol. 1 : Textedition ; vol. 2 : Einleitung, Übersetzung und Anmerkungen, Louvain, Peeters, 2012 (Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium 644-645, Scriptores Syri 248-249).

31 Gutas D., Greek thought, Arabic culture. The Graeco-Arabic translation movement in Baghdad and early ʿAbbasid society (2nd-4th/8th-10th centuries), Londres-New York, Routledge, 1998, traduit en français Pensée grecque, culture arabe: Le mouvement de traduction gréco-arabe à Bagdad et la société abbasside primitive (IIe-IVe/VIIIe-Xe siècles), Paris, Aubier, 2005.

32 Balty J. et Briquel Chatonnet F., « Mosaïques édesséniennes inscrites », Fondation Eugène Piot. Monuments et mémoires 79, 2000, p. 31-72.

33 Duval R., Histoire politique, religieuse et littéraire d’Edesse jusqu’à la première croisade, Paris, 1892. Ross S. K., Roman Edessa. Politics and culture on the eastern fringes of the Roman Empire, 114-242 CE, Londres/New York, Routledge, 2001.

34 Brock S. P., « Greek into Syriac and Syriac into Greek », Journal of the Syriac Academy, Bagdad III, 1977, p. 1-17 (422-406) = Syriac Perspectives on Late Antiquity II, Variorum Reprints, Londres, 1984 ; id., « From Antagonism to Assimilation: Syriac Attitude to Greek Learning », East of Byzantium. Syria and Armenia in the Formative Period, N. Garsoïan, T. Mathews et R. Thompson (éd.), Washington, D. C., 1982 p. 17-34 (Dumbarton Oaks Symposium 1980) = Syriac Perspectives on Late Antiquity V, Variorum Reprints, Londres, 1984 ; id. « Greek Words in Syriac : Some General Features », Scripta Classica Israelica XV, 1996, p. 251-262.

35 Teixidor J., Aristote en syriaque. Paul le Perse, logicien du VIe siècle, Paris, éditions du CNRS, 2003.

36 Hugonnard-Roche H., La logique d’Aristote du grec au syriaque : Etudes sur la transmission des textes de l’Organon et leur interprétation philosophique, Paris, Vrin, 2004, coll. « Textes et traditions » 8.

37 Teixidor J., op. cit. : Hugonnard-Roche H. op. cit.

38 Les syriaques transmetteurs de civilisations. L’expérience du Bilâd el-Shâm à l’époque omeyyade, Antélias (Liban), Centre d’études et de recherches orientales, 2005, coll. « Patrimoine oriental ».

39 Brock S. P., « Two Letters of the Patriarch Timothy from the Late Eighth Century on Translations from Greek », Arabic Sciences and Philosophy 9, 1999, p. 233-246.

40 Identification par les incipit.

41 Brock S. P., « Two Letters », p. 236-237.

42 Braun O., « Ein Brief des Katholilos Timotheos I. über biblische Studien des 9. Jahrhunderts », Oriens Christianus 1, 1901, p. 299-313. C’est la lettre 47 dans l’édition.

43 Traduction de R. de Vaux, « À propos des manuscrits de la mer Morte », Revue Biblique 57, 1950, p. 417-429 (p. 418).

44 Sur tout ceci, Petitmengin P. et Flusin B., « Le livre antique et la dictée. Nouvelles recherches », Antiquité païenne et chrétienne. Mémorial André-Jean Festugière, 1984, E. Lucchesi et H. Saffrey (éd.), Genève, P. Cramer, p. 247-262 (Cahiers d’orientalisme 10).

45 Brock S. P., « Two Letters », p. 236.

46 Berti V., Vita e studi di Timoteo I, p. 305.

47 Hurst T. R., « The Epistle-Treatise: an Apologetic Vehicle. Letter 34 of Timothy 1 », H.J.W. Drijvers, R. Lavenant, C. Molenberg and G. J. Reinink (éd.), IV Symposium Syriacum 1984 Literary Genres in Syriac Literature (Groningen-Oosterhesselen 10-12 September), Rome, Pontificium Institutum Studiorum Orientalium, 1987, p. 367-382 (Orientalia Christiana Analecta 229).

48 Suermann H., « Timothy and his dialogs with Muslims », The Harp VIII, IX (1995-1996), 263-275 ; id. « Der nestorianischer Patriarch Timotheos I. und seiner theologischen Briefe im Kontext des Islam », M. Tamcke und A. Heinz (éd.), Zu Geschichte, Theologie, Liturgie und Gegenwartslage der syrischen Kirchen, Hamburg, 2000, p. 217-230 (Studien zur Orientalischen Kirchengeschichte 9). Samir S. K., « The Prophet Muhammad as seen by Timothy I and other Arab Christian Authors », D. Thomas (éd.), Syrian Christians under Islam. The First Thousand Years, Leiden/Boston/Cologne, Brill, 2001, p. 75-106.

49 Briquel Chatonnet F. et al., op. cit.

Auteur

CNRS, Paris, UMR 8167 Orient et Méditerranée

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540