Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Érudition et culture savante

 | 
François Brizay
, 
Véronique Sarrazin

Première partie. Les sources de l'érudition

Érasme et les Adages ou l’art de collecter, commenter et diffuser la culture savante de l’Antiquité

Marie Barral-Baron

Texte intégral

  • 1 Montaigne, Essais, III, 2, RAT M. et Thibaudet A. (éd.), Paris, Gallimard, Collection Bibliothèque (...)

1Dans son chapitre « Du repentir », Montaigne constate : « Qui m’eust faict veoir Erasme autrefois, il eust été malaisé que je n’eusse prins pour adages et apophtegmes tout ce qu’il eust dict à son valet et à son hôtesse1. »

  • 2 Il s’agit de la dernière édition complète bilingue des Adages parue : Érasme, Les Adages, Saladin J (...)
  • 3 Voir notamment Halkin L. E., Érasme parmi nous, Paris, Fayard, 1987, p. 160. Léon E. Halkin consacr (...)

2Au-delà de l’admiration attestée de l’écrivain français pour l’humaniste, Montaigne affirme ici qu’il existe une coïncidence complète et profonde entre la vie du « prince des humanistes » et l’œuvre qui l’a accompagné toute sa vie, à savoir les Adages. Travail herculéen par excellence, qu’il mène de front avec l’édition des œuvres complètes de Jérôme, Érasme s’est donné dès le début des années 1490 pour mission de collecter, commenter et diffuser la culture savante de l’Antiquité. Avec soin, il sélectionne des proverbes, des locutions, des épigrammes et autres miscellanées des temps anciens. Jean-Christophe Saladin, dans la dernière édition des Adages érasmiens publiée aux Belles Lettres en 2011, affirme que l’humaniste hollandais compile tous ces textes dans un objectif uniquement pédagogique2. Il s’agit d’instruire le lecteur, de lui offrir une voie royale vers la culture antique. Certes, Érasme ne songe qu’à cela, mais cette approche est bien trop réductrice. Pour comprendre pourquoi l’humaniste s’acharne à regrouper ces fragments et citations divers et à les sauver de l’engloutissement du passé, il faut replacer Érasme dans son temps, dans le projet qui est le sien de faire revivre l’âge d’or3. Sans cette approche historique d’Érasme, l’œuvre des Adages demeure en effet énigmatique alors qu’elle fait partie d’un plan sciemment et soigneusement mis en place par l’humaniste pour arriver à ses fins. Érasme souhaite le triomphe de l’Évangile en son temps, la renaissance des temps apostoliques et, pour y parvenir, il sait qu’il doit faire renaître l’Antiquité. Le triomphe du christianisme lui semble impossible sans l’assimilation de l’héritage culturel antique.

3Reste à comprendre comment Érasme opère ses choix dans la masse des formules de l’Antiquité. Quels épigrammes juge-t-il utile de traduire, de copier ou de commenter ? Quelle est sa méthode et quelles sont les difficultés ou les obstacles qu’il doit surmonter ? Et, surtout, comment présente-t-il le fruit de sa recherche afin de susciter chez le lecteur, qui découvre Platon ou Aristophane, l’envie de rechercher le Christ ? Une immersion dans le monde si énigmatique, à première vue, des adages érasmiens, s’impose.

Naissance et maturité des Adages

  • 4 Sur les Adages, on peut consulter Appel T. C., Studies in Contents and Sources of Erasmus’Adagia, C (...)
  • 5 Voir Érasme, Les Adages, op. cit., vol. 5, p. 2. Le développement qui suit doit beaucoup aux propos (...)
  • 6 Halkin L. E., « Érasme en Italie », Colloquia Erasmiana Turonensia, Paris, Vrin, 1972, vol. I, p. 4 (...)
  • 7 Voir Renaudet A., Érasme et l’Italie, Genève, Droz, 1954, reprint 1998, p. 89.
  • 8 Sur l’importance de l’imprimerie d’Alde Manuce dans la vie d’Érasme, voir Vanautgaerden A., Érasme (...)
  • 9 Ibid., p. 157.

4La première édition des Adages est publiée à Paris en 1500, sous le titre de Adagia collectanea, chez Jean Philippi, et est dédiée à Lord William Mountjoy4. C’est alors un petit ouvrage de cent cinquante pages seulement, contenant huit cent vingt adages, imprimé en latin uniquement. Josse Bade en publie une réédition à Paris en 1506, et Matthias Schürer à Strasbourg en 1509. Mais Érasme n’est pas satisfait de l’ouvrage car le grec n’y figure pas – sinon par quelques mots grossièrement imprimés sans accents ni signes diacritiques5. De fait, en 1500, le grec était à peu près totalement ignoré au nord des Alpes. Seuls quelques rares textes avaient été imprimés en Italie (Florence et Milan principalement) et les érudits capables de déchiffrer Homère se comptaient sur les doigts de la main : c’est Reuchlin à Pforzheim, John Colet ou Thomas Linacre à Londres. Érasme n’en a lui-même que quelques rudiments, reçus de Georges Hermonyme de Sparte à Paris. C’est surtout à Londres qu’il apprend le grec dans la bibliothèque de John Colet. Il se met aussitôt à traduire en latin Hécube et Iphigénie d’Euripide et quelques dialogues de Lucien6. En 1506, une chance inespérée s’offre à lui puisqu’il obtient la charge de précepteur pour accompagner en Italie les fils de Battista Boerio, médecin du roi Henri VII7. Il accepte de partir sans hésiter tant il a en tête le projet de se rendre à Venise, la ville de l’imprimeur Alde Manuce qui, depuis dix ans, a entrepris d’imprimer rien moins que la totalité de la littérature grecque antique8. En 1508, Alde Manuce a ainsi déjà édité Théocrite, Aristote, Aristophane, Thucydide, Sophocle, Hérodote, Euripide, Lucien et Homère. À cette fin, l’imprimeur a réuni autour de lui un groupe de savants hellénistes, qui compte notamment Battista Egnazio, Marc Musurus, Jean Lascaris, Urbano de Bellone ou encore Jérôme Aléandre. Ces humanistes constituent un cercle très fermé, mais généreux qui, selon le plus pur esprit de l’Académie aldine, mettent leur savoir à la disposition d’Érasme, au nom de cette œuvre commune qui est l’éducation de l’esprit humain9.

  • 10 Voir Wolff E., « Érasme et l’académie aldine », Les Académies (Antiquité-XIXe siècle). Sixièmes « E (...)
  • 11 Voir Berchtold A., Bâle et l’Europe. Une histoire culturelle, Lausanne, Payot, 1990, p. 271.
  • 12 Voir Mann Philips M., Erasmus on his times. A shortened version of The Adages of Erasmus, Cambridge (...)
  • 13 Cité par Berchtold A., op. cit., p. 271.

5Enfermé dans l’atelier d’Alde Manuce pendant quelques mois enfiévrés, l’écrivain, attaqué par une crise de goutte, déploie une activité haletante, celle qui lui convient entre toutes10. À l’imprimerie même, il rédige les commentaires qu’on lui arrache au fur et à mesure. Les presses travaillent en même temps que la plume tandis que de toutes parts affluent les manuscrits qu’Alde et ses amis, avec une libéralité magnifique, confient à leur hôte hollandais pour qu’il y fasse la chasse aux sentences, aux formules dignes de figurer dans son nouveau recueil11. Celui-ci contiendra quatre fois plus d’adages que la dernière édition parisienne : 3 260 au lieu de 838. Dans le fameux adage 1 001 « Festina lente » (« Hâte-toi lentement »), Érasme a raconté avec beaucoup d’émotion l’atmosphère enthousiaste qui régnait alors dans l’atelier d’Alde Manuce12. Les citations grecques s’ajoutent aux latines et désignent Érasme aux yeux de l’Occident cultivé comme le maître bilingue, le dispensateur d’un trésor infini, trop longtemps gardé sous clé par des spécialistes jaloux de leur monopole culturel. Par les adages, l’humaniste, d’exclusif, se fait généreux, fraternel. Jusqu’en 1533, Érasme défend tenacement la priorité et l’originalité de son entreprise. Ce n’est que trois ans avant sa mort qu’il accepte d’en partager l’honneur avec Polydore Virgile, l’érudit italien dont Manuce a publié en 1498 un livre de proverbes réédité plus tard à Bâle : « Chacun de nous fut le premier, écrit Érasme, si être premier c’est n’avoir suivi personne13. » Ce qui est certain c’est qu’avec son recueil, Érasme donne à tous les lettrés la possibilité de s’approprier les plus belles expressions antiques et de communier dans la réflexion sur des thèmes semblables. Désormais des milliers d’hommes connaîtrons le même livre, seront sensibles aux mêmes allusions. Par son association avec l’imprimerie, la méditation érudite vient de trouver sa caisse de résonance, multiplier ses pouvoirs, élargir prodigieusement son audience. Les nouvelles éditions se succèdent d’ailleurs rapidement. À dix reprises, Érasme reprend et corrige sans relâche son ouvrage jusqu’à parvenir à rassembler 4 151 adages.

6Comme à son habitude, c’est sans doute l’humaniste lui-même qui définit le mieux les buts de son entreprise. Dans sa préfaces à ses Adages de 1500, il écrit ainsi :

  • 14 Voir Allen P. S., Allen H. M. et Garrod H. W. (éd.), Opus Epistolarum Desiderii Erasmi Roterodami, (...)

« Je me suis promené pour une recherche d’un genre plus plaisant, parmi les jardins bigarrés des auteurs et j’ai cueilli au passage, comme des fleurettes de toute espèce, pour en faire une sorte de guirlande, les adages les plus anciens et les plus remarquables14. »

7Et il ajoute qu’il a entrepris ce travail :

  • 15 Voir Allen, Opus epistolarum…, op. cit., t. I, ep. 126, p. 290-297 (Érasme à Guillaume Mountjoy, ju (...)

« pour l’utilité des jeunes gens qui aiment à avoir une provision de proverbes, utiles en société, car sentences, métaphores, paraboles, comparaisons, exemples, rapprochements, images et autres figures font l’ornement et l’agrément du discours15 ».

  • 16 Voir Érasme, Les Adages, op. cit., p. 18.

8Pourtant, les Adages ne sont pas un simple recueil de proverbes. D’une certaine façon, on peut dire qu’il s’agit plutôt des notes de lectures d’Érasme, mais d’un type assez particulier. Érasme n’y consigne pas seulement ce qui est intéressant, mais ce qui est bien dit16. Il ne s’agit pas en effet de s’extasier sur la beauté des auteurs anciens, mais d’apprendre à réutiliser leurs formules. Le choix n’a donc pas de visée idolâtrique, mais pédagogique. Les contemporains ne s’y sont d’ailleurs pas trompés et l’on retrouve des adages érasmiens dans toutes les œuvres des humanistes du XVIe siècle, sans qu’aucun juge utile de citer sa source. En publiant ses Adages, Érasme apporte une contribution de choix à l’élaboration d’une langue humaniste commune.

  • 17 Voir Bedouelle G., Belin Ch., De Reyff S., op. cit., p. 70.
  • 18 Voir Allen, Opus epistolarum…, op. cit., p. 296 : « quod non priscum, non aliqua gratia insignitum  (...)

9Quant à la méthode employée pour sélectionner ou même définir un adage, elle consiste à respecter deux critères. Le premier, c’est que la chute ou la pointe de l’expression soit remarquable, par une énigme, ou une allusion, ou encore par une ellipse. Le second, c’est que l’adage soit en quelque sorte tombé dans l’usage courant ou, en tout cas, répété et connu. Ainsi, on ne collectionnera que ce qui appartient à la tradition17 : « je n’ai rien consigné qui ne soit ancien ou remarquable par quelque qualité » constate Érasme18. Reste que l’édition de 1500 n’est qu’un échantillon, la dégustation (degustamentum) d’une œuvre à venir. En effet, huit ans plus tard, Érasme propose au lecteur un ouvrage totalement remanié qu’il appelle désormais Chiliades. C’est sans doute Margaret Mann Phillips qui décrit le mieux ce nouveau volume d’Adages lorsqu’elle constate :

  • 19 Mann Phillips M., « La Philosophia Christi refletée dans les Adages d’Érasme », Courants religieux (...)

« Il s’agit de dévoiler tout un monde où il est question d’histoire et de mythologie, d’observation et de légende. Des centaines de personnages passent devant cet écran, rois, dieux, savants, artistes, généraux, gladiateurs, marins, femmes, enfants, maîtres et esclaves. On explique des us et coutumes, la monnaie grecque, l’armée romaine, la musique, les oracles et les augures. On discute des questions, pourquoi le numéro 8 a une signification spéciale ; pourquoi on ne se marie pas au mois de mai ; on parle des bêtes, des poissons, des plantes, des médicaments ; on parcourt des régions de l’Italie et de la Grèce, en assignant à chaque nom propre sa légende ou son histoire19. »

10Enfermé dans son bureau, Érasme passe de longues heures à rechercher ces adages, à les traduire dans le latin le plus plaisant, à les commenter et à tenter de percer leurs secrets.

11Mais, il ne suffit pas d’établir l’historique et les buts que suit Érasme en compilant ses Adages, il faut aussi comprendre comment l’humaniste opère ses choix, ce qu’il décide de consigner et donc de transmettre à la postérité et ce qu’il juge inutile de retenir pour les générations à venir.

Sélectionner et transmettre les adages

  • 20 Par exemple, chez les Latins, Cicéron est nommé 581 fois tandis que chez les Grecs, Homère apparaît (...)
  • 21 Jean-Christophe Saladin distingue quatre groupes principaux (les classiques ; la littérature de ban (...)

12Les Adages sont en effet autant un manuel de style que la voie royale d’accès à la culture antique. Au fil des pages, on y trouve un nombre impressionnant d’auteurs, rassemblés au fil des lectures d’Érasme. Le lecteur d’aujourd’hui se perd d’ailleurs dans ce dédale de citations car elles sont présentées sans aucun ordre, ni chronologique, ni littéraire, mais dans un désordre soigné et volontaire. Érasme se contente de les mentionner comme le faisaient Athénée ou Aulu-Gelle. Ainsi, le même auteur ou le même ouvrage est parfois cité dix fois de suite20, tandis que d’autres n’apparaissent qu’une seule fois et ne reviennent jamais. Certains adages sont introduits par quelques formules de présentation, d’autres par un seul qualificatif tel Platon « le Comique ». Néanmoins, certains commentateurs ont tenté de répartir les auteurs cités par Érasme en plusieurs groupes21. On peut ainsi distinguer :

  • D’abord les « classiques » : Homère, Sophocle, Aristophane, Platon, Aristote chez les Grecs ; Cicéron, Virgile, Plaute et Terence chez les Latins. Ils sont omniprésents au fil de tous les recueils d’Adages érasmiens. L’humaniste les cite d’autant plus volontiers qu’il les connaît par cœur pour une grande partie d’entre eux.

    • 22 Ibid., p. 20.

    Ensuite un groupe d’auteurs très apprécié des humanistes, mais déjà délaissé par les contemporains d’Érasme, tels Athénée, Plutarque, Aulu-Gelle et Macrobe. Jean-Christophe Saladin nomme ce groupe « la littérature de banquet22 ». Les humanistes aiment alors particulièrement ces auteurs car ils partagent avec eux une même sensibilité et une même conception de la littérature qu’ils veulent ouverte et légère. Ces auteurs définissent d’ailleurs leurs textes comme des conversations familières.

  • Les « commentateurs » forment enfin un autre groupe très hétéroclite et très présent dans les recueils des Adages. Peu accessibles en librairies à l’époque de l’humaniste, Érasme a eu la chance de pouvoir les découvrir dans l’officine vénitienne d’Alde. Il s’agit par exemple des Cités d’Étienne de Byzance, mais aussi d’ouvrages de scholiastes, érudits souvent anonymes qui ont rempli des volumes de commentaires sur les grands auteurs antiques.

  • 23 Sur ce lien particulier qui unit Érasme à saint Jérôme, voir notamment Coppens J., « Le portrait de (...)

13Toutes ces références, et surtout la répétition de certaines, sont très révélatrices des goûts d’Érasme et de ce qu’il définit comme la culture classique. En revanche, et cela est très frappant lorsque l’on connaît bien le corpus érasmien, les références à l’Évangile comme aux auteurs chrétiens sont quasi nulles dans les Adages car l’humaniste veut laisser toute la place à la culture de l’Antiquité et à l’érudition afin de mieux mener son lecteur au Christ. Ainsi, saint Augustin n’apparaît que 46 fois. Seul son cher saint Jérôme, son double, son maître à penser, s’offre le luxe d’être cité environ 159 fois23. Érasme préfère s’attarder sur ceux qu’il considère comme des philosophes païens « religieux », tel Platon qui apparaît 248 fois, ou encore Pythagore, à qui il emprunte 36 « préceptes » et qui lui fournit l’occasion de réfléchir sur les pratiques religieuses des peuples archaïques tels que les Étrusques et les Égyptiens.

  • 24 Voir Érasme, Les Adages, op. cit., vol. 3, adage no 2001, p. 1-15.
  • 25 Ibid.
  • 26 Ibid. Tout l’adage repose sur cette comparaison. Voir également Érasme, Adagiorum chilias…, op. cit (...)
  • 27 Allen, Opus epistolarum, t. III, ep. 781, p. 233, l. 21-22 : « Circumferimus sacrum hunc ignem, ut (...)
  • 28 Ménager D., Érasme, Paris, Desclée de Brouwer, 2003, p. 12. Voir 2 Co 4, 7 et Allen, Opus epistolar (...)
  • 29 Allen, Opus epistolarum, t. II, ep. 391, p. 203, l. 53 : « Tu, [inquam], tu Germaniae decus, oculus (...)
  • 30 C’est à partir de 1526 que Noël Béda, syndic de la Sorbonne, désigne du nom d’« humanistes » Lefèvr (...)

14Avec un souci de dire le vrai obsédant, Érasme précise systématiquement à son lecteur les cas où il n’a pas lu intégralement les ouvrages qu’il cite et donc lorsqu’il emprunte, dans une collection de proverbes déjà publiée, une citation ou un commentaire qu’il utilise. On retrouve ici l’exigence viscérale de la fides chez l’humaniste qui seule, selon lui, peut stimuler la piété et réveiller la charité. Cette fides, telle que l’entend Érasme, doit transmettre la vérité du passé au moyen d’une eruditio qui permet en particulier la recherche des sources les plus directes et les plus sûres. Aussi, Érasme expose à ses lecteurs « les immenses travaux (sudores) et les difficultés infinies24 » qu’il rencontre en accomplissant sa tâche. Si le travail intellectuel créatif (ut adsit inveniendi) est un plaisir, souligne Érasme, celui du compilateur est terriblement éprouvant. Il est comme un esclave à sa meule, se penchant sur des volumes illisibles, dévorés par les insectes. Le plaisir est tout entier chez le lecteur des Adages, non chez le rédacteur. Érasme explique qu’il « a à répéter les mêmes choses trois mille fois, ce que signifie un adage, quelle est son origine, et à quels usages il peut servir25 ». L’humaniste conclut qu’il lui a donc fallu se comporter comme un second Hercule, et même plus, puisque le héros antique ne se mesurait qu’à un monstre à la fois, et qu’Érasme a mené en même temps que les Adages une édition des lettres de saint Jérôme. Cette référence à Hercule, Érasme la développe dès 1508 dans son recueil des Adages : après un certain nombre de considérations qui se concentrent sur Hercule s’attaquant à l’hydre de Lerne, dont les têtes hideuses se multiplient au moment même où elles sont coupées, il en vient en effet à appliquer cette expression à son propre travail de collecte des Adages. Avec un plaisir non dissimulé, l’humaniste se plaît à comparer son œuvre aux travaux d’Hercule26. Lui, cet homme à la santé fragile, a fait plus que quiconque en son temps en matière de restitution des textes anciens et sacrés. Il aime d’ailleurs se voir, telles les vestales de l’Antiquité classique, portant le feu sacré dans des pots de terre27. Sa faiblesse physique est son atout et il n’est pas sans penser que la fragilité de sa constitution fait la force de son esprit. Plus volontiers encore, comme le rappelle Daniel Ménager, il aime s’assimiler, non sans orgueil, à son apôtre de prédilection, saint Paul lui-même, son devancier dans les voyages incessants, aussi faible dans son corps qu’il était fort dans sa foi28. Toute l’Europe des lettres l’encense et l’admire alors d’avoir accompli un tel travail. Aux yeux de tous, il est « le soleil de l’Allemagne29 », le « prince des humanistes30 ».

15Porté aux nues par ses contemporains, Érasme est ainsi au centre de la République des Lettres pendant les années 1510 et, lorsqu’il contemple les épîtres qu’il reçoit chaque jour du monde entier, il est conforté dans le projet humaniste qui est le sien. Il voudrait répondre à l’attente de tous ses contemporains et leur donner le goût de Dieu. Il voudrait contribuer encore davantage à l’avènement de cet âge d’or dont il aperçoit partout les signes avant-coureurs. Pour que tous les chrétiens puissent partager son rêve et participer à sa réalisation, il leur donne alors des outils. Il écrit son Institution du Prince Chrétien, publie une Complainte de la Paix, se lance dans les Paraphrases et revoit sans cesse ses Adages.

Les Adages ou le rêve de l’âge d’or

16Dès l’édition des adages de 1515, Érasme se montre en effet de plus en plus sensible à offrir une véritable réflexion chrétienne dès qu’il le peut. Son travail sur les Adages n’est en effet pas gratuit puisqu’il cherche à susciter chez son lecteur l’envie de découvrir le Christ par le truchement de Platon. Car Érasme ne conçoit pas un chrétien non lettré. « Prince des humanistes », il ne cultive pas son humanisme seulement pour le plaisir de fréquenter de bons auteurs classiques. S’il se plaît tant à leur contact, c’est parce qu’il croit que les belles-lettres participent de la formation du baptisé. La Philosophia Christi qu’il défend à partir de 1515-1516 est ainsi le produit de la rencontre de la devotio moderna et de l’amour des belles-lettres, de l’Évangile et des écrits des Pères de l’Église. Érasme n’est définitivement pas qu’un humaniste du XVIe siècle, il est d’abord un humaniste chrétien. Selon lui, il reste ainsi des « braises » d’une philosophie archaïque (prisca theologia) dans les proverbes comme le dit le long avant-propos (prolegomena) des adages :

  • 31 Érasme, Les Adages, op. cit., p. 27: « His enim tam brevibus dictis per involucrum quoddam eadem in (...)

« Ils [les adages] signifient en effet, en termes très brefs, présentés sous une sorte de voile, exactement ce que les princes de la philosophie nous ont transmis en tant d’ouvrages31. »

  • 32 Il constitue d’ailleurs le premier de tous les adages. Voir, à son sujet, Eden K., Friends hold all (...)
  • 33 Voir Vuilleumier Laurens F., Les raisons des figures symboliques à la Renaissance et à l’âge classi (...)
  • 34 En 1515, il ajoute des précisions : « C’est extraordinaire de voir à quel point cette communauté de (...)
  • 35 Voir par exemple Screech M. A., Érasme. L’extase et l’éloge de la folie, Paris, Desclée de Brouwer, (...)

17Ainsi, celui qui a compris et fait sien le précepte pythagoricien « Amicorum communia omnia » (« tout est commun entre amis ») – car Érasme estime qu’il n’y a pas « de proverbe plus salutaire (salubrius) et plus répandu32 » – a découvert la formule de la félicité la plus parfaite33. Cet adage, repris par Platon sous la forme d’une communauté des biens dans la Cité juste, trouve son épanouissement dans l’enseignement christique de la charité et son accomplissement dans le corps mystique des chrétiens34. On a ici un cas typique de la démarche érasmienne qui part de la sagesse archaïque comme déposée dans les proverbes, l’illustre et l’explicite par un développement emprunté à des philosophes (Platon, Cicéron) puis élève le tout du plan moral (l’exigence du partage et de la charité) à un plan spirituel (le pain eucharistique symbole de la charité) et enfin théologique (la Trinité). Érasme peut donc conclure : « Tu vois quel océan de philosophie et, plus, de théologie, nous a ouvert un si petit adage. » Avec cet exemple, Érasme invite son lecteur à un retour à la pureté de l’Eglise primitive, dont le texte des Actes des Apôtres, 4, 32, qui n’est pas cité, donne témoignage. Ainsi, Érasme aime de plus en plus à découvrir, derrière la sagesse lapidaire et paradoxale des adages, cette folie chrétienne dont il a fait l’éloge quelque années après la parution des Collectanea35.

  • 36 Allen, Opus epistolarum, t. II, ep. 541, p. 487, l. 8-9 : « Sed tamen in praesentia pene libeat ali (...)

18À l’aube de la Renaissance, les plumes des humanistes ne cessent de s’enthousiasmer à l’idée de la venue d’un prochain âge d’or36 et, fort de son optimisme, Érasme se fait le coryphée de ce concert. L’humaniste n’a en effet pas peur de l’avenir et le succès de son édition du Nouveau Testament de 1516 le remplit de contentement. Il croit alors fermement que les temps à venir permettront le développement et l’enrichissement de la vérité. À Wolfgang Capiton, il écrit qu’« un âge d’or va naître » et à Henri Afinius, il affirme :

  • 37 Allen, Opus epistolarum, t. II, ep. 542, p. 492, l. 1-6 : « Gratulari libet huic nostro seculo, Hen (...)

« Il convient de se réjouir pour le siècle que nous vivons Henri très cher. Les belles-lettres fleurissent partout d’une manière admirable. Nous le devons surtout à l’humanité et à la piété des princes qui commencent à estimer et à honorer les meilleurs esprits. Leurs dispositions se sont en effet transformées comme sous une influence divine et ils ont décidé de se mettre d’accord pour assurer au monde une paix éternelle37. »

19Pour lui, l’histoire a un sens et l’homme peut y jouer un rôle. Au pape Léon X, il confie, enthousiaste comme jamais :

  • 38 Allen, Opus epistolarum, t. II, ep. 566, p. 527, l. 33-40. (Érasme à Léon X, Bruxelles, 4 avril 151 (...)

« Notre siècle sera, je l’espère, un siècle d’or si jamais il en fut. J’y verrai refleurir sous ta protection et grâce à ton impulsion trois des biens essentiels au genre humain : la piété, les belles-lettres et la paix38. »

  • 39 Érasme n’a certes jamais revendiqué être l’auteur du Julius exclusus. Il a même nié cette paternité (...)
  • 40 Érasme défendait la validité du concile de Pise réuni à l’initiative de Louis XII contre Jules II e (...)
  • 41 Parmi eux, outre Léon X lui-même, on peut signaler les cardinaux Grimani, Giubé, Pucci et Riario, l (...)
  • 42 Alberigo G., « Sul Libellus ad Leonem X degli eremiti camaldolesi Vincenzo Querini e Tommaso Giusti (...)

20Après le pontificat de Jules II, qu’il a vivement critiqué39, Érasme voit en Léon X un pape providentiel paré de toutes les qualités intellectuelles et spirituelles. Son noble lignage, son éducation raffinée, son amour des lettres et de la paix lui laissent espérer la mise en œuvre de la réforme de l’Église tant attendue. La reprise en main par le nouveau pape du cinquième concile de Latran, inauguré sous de mauvais auspices par Jules II le 3 mai 1512, suscite son enthousiasme40. Léon X, qui hérite de la présidence du Concile en février 1513, lui semble paré de tant de vertus qu’Érasme se déclare même prêt à se rendre à Rome pour assister à une assemblée qui réunit beaucoup de ses amis et mécènes41. Un esprit tout évangélique lui semble planer sur le Latran. Dans leur Libellus ad Leonem X (1513), les camaldules vénitiens Quirini et Giustiniani réclament notamment l’accès à la Bible pour tous grâce à sa traduction dans les diverses langues vulgaires42, ce qui correspond au vœu exprimé par Érasme trois ans plus tard dans la Paraclesis. Même si les décrets conciliaires resteront lettre morte après la clôture de l’assemblée le 16 mars 1517, sa réunion contribue de manière non négligeable à l’optimisme d’Érasme au milieu de la décennie 1510.

  • 43 Voir sur le sujet Bietenholz P.G., History and Biography in the work of Erasmus of Rotterdam, Genèv (...)
  • 44 Mann Phillips M., The « Adages » of Erasmus, a study with translations, Cambridge, Cambrige Univers (...)
  • 45 Jeanneret M., Perpetuum mobile : métamorphoses des corps et des œuvres de Vinci à Montaigne, Paris, (...)
  • 46 Voir Margolin J.-C. (éd.), Érasme. Guerre et paix, introduction, choix de textes, commentaires et n (...)
  • 47 Jeanneret M., op. cit., p. 228-229.
  • 48 Barral-Baron M., L’Enfer d’Érasme. L’humaniste chrétien face à l’histoire, Genève, Droz, 2014.

21Pour Érasme, l’âge d’or constitue un moment privilégié, le temps béni de tous les possibles43. C’est d’ailleurs sans doute pour cela qu’il n’arrête pas de prendre la plume, d’agir et d’écrire sans cesse. Il croit alors que, par ses écrits et son travail acharné, il peut changer le monde. Il n’y a donc pas une minute à perdre. Méticuleusement, il choisit ainsi d’anciens proverbes qui sont restés actifs en son temps. Son idée est d’établir une liaison entre le contexte passé et l’actualité44, entre la culture classique et les écrits des Pères. L’âge d’or se glisse ainsi dans les Adages. Érasme se lance dans une gigantesque enquête historique, ce qui témoigne de la force de sa conviction en sa capacité à ressusciter des mondes perdus, à faire revivre sous sa plume toute la pensée de l’Antiquité, ce qui l’oblige à se glisser dans la pensée des hommes des temps passés afin d’en restituer le sens. Avec justesse, Michel Jeanneret le surnomme « l’homme des interstices45 ». Érasme est en effet celui qui passe par les failles, les encoches, les fissures des mots anciens pour en révéler le sens. Tel un guetteur, il veut surprendre l’histoire, et non la chercher. Alors que son labeur est gigantesque, alors qu’il se plaint souvent, il donne l’impression, dans son œuvre, de s’amuser. Il déploie le sens de chaque terme, s’interroge sur les origines des mots, fait référence aux pensées des auteurs antiques pour les éclairer si nécessaire. Il commente les locutions des Anciens, avec la même passion d’exposer et de décortiquer les mots que lorsqu’il détaille une parabole du Nouveau Testament. De manière significative, Érasme commente si longuement les proverbes qu’il y a même une disproportion très nette entre l’adage, le plus souvent assez bref, et les annotations, presque systématiquement prolixes. On peut même parler d’essais à leur sujet qui vont d’ailleurs très loin dans la critique, voire dans l’engagement. On connaît surtout l’adage 3 001 au titre saisis sant Dulce bellum inexpertis46 (la guerre est douce à ceux qui ne l’ont pas faite). À ce sujet, Michel Jeanneret écrit encore très justement que « cette dilatation symbolise bien l’un des projets des humanistes qui cherchent à découvrir les secrets enfouis d’un monde perdu, qui les déplient, les expliquent, les exploitent pour en extraire le sens […]. L’auteur des Adages agit comme un intermédiaire, il fait métier de déployer et de multiplier47 ». Intermédiaire entre le passé et le présent, Érasme rend accessible à ses contemporains les textes anciens en leur signalant le caractère passé du document présenté. Avec Érasme, la philologie conduit nécessairement à développer sa conscience de l’histoire48.

  • 49 Voir Barral-Baron M., « Du rêve à l’enfer : Érasme et Bâle », Histoire, écologie et anthropologie. (...)
  • 50 Allen, Opus epistolarum…, op. cit., t. VII, ep. 1809, p. 28, l. 16 (Érasme à Theophraste Paracelse, (...)
  • 51 Allen, Opus epistolarum…, op. cit., t. VII, ep. 1900, p. 226, l. 24 (Érasme à Jean de Heemstede, Bâ (...)
  • 52 Sur ce sujet, voir Crousaz K., Érasme et le pouvoir de l’imprimerie, Lausanne, Antipodes, 2005, p.  (...)

22Reste que ce projet érasmien commencé en des temps pacifistes, ceux de la décennie 1500, commence à être ballotté, déchiré et même bientôt lacéré par la violence des événements réformateurs. L’éclatement de la Réforme en 1520 met en effet à feu et à sang le monde chrétien : cabales, dénonciations, alliances, traîtrises, pamphlets et ripostes se succèdent. Érasme perd alors sa foi dans les dons merveilleux de l’imprimerie. La Réforme lui fait prendre conscience que cette dernière peut participer au mal, peut œuvrer contre les belles-lettres et le Christ. Le livre n’est plus forcément un objet louable et admirable, tout comme les imprimeurs ne sont plus nécessairement des humanistes qui veulent propager le savoir et le message des Évangiles49. Pourtant, l’humaniste poursuit envers et contre tout la publication des adages. Mais la mort de son imprimeur Froben en 1527 anéantit l’écrivain. L’humaniste avait en effet trouvé en Froben non seulement son imprimeur quasi exclusif, mais aussi un ami très proche, « la moitié de mon âme50 » comme il l’écrivait à Paracelse. Sa correspondance reflète alors son chagrin profond : « Je ne peux supporter la perte de Froben51 » écrit-il. Le fils de l’imprimeur, Hieronymus Froben, poursuit pourtant l’entreprise et, jusqu’au bout, le vieil Érasme continue de nourrir ses Adages et de veiller à leur impression. Pour lui, ses œuvres sont comme ses enfants et, lorsque ses livres sont sous la presse, il a le sentiment d’assister à leur naissance, moment auquel il tient particulièrement52. Aussi, quelques mois avant sa mort, perclus de douleurs, il quitte malgré tout la ville catholique de Fribourg-en-Brisgau pour rejoindre la cité réformée de Bâle car il veut achever son ultime édition des Adages et être présent dans l’atelier de Froben lorsque son dernier enfant naîtra sur les presses.

  • 53 Mesnard P., Érasme ou le christianisme critique, Paris, Seghers, 1969, p. 48. Voir également Bercht (...)
  • 54 Ibid., p. 272.
  • 55 Érasme, Les Adages, op. cit., vol. 3, adage no 2001, p. 15 : « moi aussi, à qui, par je ne sais que (...)

23De sa première édition en 1500 jusqu’à la mort de l’humaniste en 1536, et même jusqu’à la fin du XVIe siècle, le succès des Adages ne se dément pas. Les imprimeurs souhaitent tous publier ce recueil comme le montrent les magnifiques éditions de Froben en 1540, puis celles de Sébastien Gryphe et d’Henri et Robert Estienne à Lyon en 1550 et 1558. Les lecteurs contemporains, écrit Pierre Mesnard, ont surtout apprécié « l’aspect encyclopédique de la tentative. Grâce à Érasme, on avait non seulement les feuilles roses du petit Larousse, mais la totalité des éléments de cette sagesse dont la perspective résolument anhistorique d’Érasme permettait de croire qu’elle était à la fois primitive et éternelle53 ». Goethe vante le trésor de « réalités » que contient la collection, la présentation du contexte géographique et historique des proverbes cités54. Aujourd’hui, c’est peut-être surtout l’auteur que nous cherchons, caché dans le fourré des sentences. C’est sans nul doute dans l’édition bâloise de 1515 qu’Érasme nous a donné rendez-vous lorsqu’il se compare à Hercule et qu’il lui semble avoir été choisi par le destin pour accomplir des tâches plus dures encore que les épreuves imposées au demi-dieu55. Le reste de son existence semble étrangement lui donner raison.

Notes

1 Montaigne, Essais, III, 2, RAT M. et Thibaudet A. (éd.), Paris, Gallimard, Collection Bibliothèque de la Pléiade (no 14), 1962. Pour une lecture des adages érasmiens par Montaigne, voir l’article de Margaret Mann-Philips, « Érasme et Montaigne. I. Adages et Essais », Colloquia Erasmiana Turonensia, Paris, Vrin, 1972, vol. I, p. 479-489.

2 Il s’agit de la dernière édition complète bilingue des Adages parue : Érasme, Les Adages, Saladin J. C. (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 2011, 5 vol. , p. 18.

3 Voir notamment Halkin L. E., Érasme parmi nous, Paris, Fayard, 1987, p. 160. Léon E. Halkin consacre un chapitre complet de son ouvrage à la question de « l’âge d’or » chez Érasme, p. 171-186.

4 Sur les Adages, on peut consulter Appel T. C., Studies in Contents and Sources of Erasmus’Adagia, Chicago, 1942. Mann Philips M., The Adages of Erasmus, Cambridge, 1964; id., « Ways with Adages », Essays on the Works of Erasmus, R. L. De Molen (éd.), New Haven, 1978, p. 51-60 ; Kinney D., « Erasmus’Adagia: Midwife to the Rebirth of Learning », Journal of the Medieval and Renaissance Studies, 11, 2 (1981), p. 162-192.

5 Voir Érasme, Les Adages, op. cit., vol. 5, p. 2. Le développement qui suit doit beaucoup aux propos de Jean-Christophe Saladin dans la dernière édition des adages d’Érasme : consulter le chapitre intitulé « La révolution humaniste », vol. 5, p. 1-54.

6 Halkin L. E., « Érasme en Italie », Colloquia Erasmiana Turonensia, Paris, Vrin, 1972, vol. I, p. 41.

7 Voir Renaudet A., Érasme et l’Italie, Genève, Droz, 1954, reprint 1998, p. 89.

8 Sur l’importance de l’imprimerie d’Alde Manuce dans la vie d’Érasme, voir Vanautgaerden A., Érasme typographe. Humanisme et imprimerie au début du XVIe siècle, Genève, Droz, 2012.

9 Ibid., p. 157.

10 Voir Wolff E., « Érasme et l’académie aldine », Les Académies (Antiquité-XIXe siècle). Sixièmes « Entretiens » de La Garenne Lemot, Barbe J.-P. et Pigeaud J. (dir.), Québec, Presses de l’université de Laval, 2005, p. 64.

11 Voir Berchtold A., Bâle et l’Europe. Une histoire culturelle, Lausanne, Payot, 1990, p. 271.

12 Voir Mann Philips M., Erasmus on his times. A shortened version of The Adages of Erasmus, Cambridge, Cambridge University Press, 1967, p. 3-17 et Érasme, « Festina Lente », adage traduit, présenté et annoté par Jean-Claude Margolin, in Érasme, Paris, Robert Laffont, 1992, p. 109-141.

13 Cité par Berchtold A., op. cit., p. 271.

14 Voir Allen P. S., Allen H. M. et Garrod H. W. (éd.), Opus Epistolarum Desiderii Erasmi Roterodami, Oxford, Clarendon, 1906, t. I, ep. 126, p. 290-297. (Érasme à Guillaume Mountjoy, juin 1560). Cette source sera désormais citée comme suit : Allen, Opus epistolarum… Voir également Bedouelle G., Belin Ch., De Reyff S., La tradition rassemblée, Fribourg, Academic Press Fribourg, 2007, p. 90.

15 Voir Allen, Opus epistolarum…, op. cit., t. I, ep. 126, p. 290-297 (Érasme à Guillaume Mountjoy, juin 1560).

16 Voir Érasme, Les Adages, op. cit., p. 18.

17 Voir Bedouelle G., Belin Ch., De Reyff S., op. cit., p. 70.

18 Voir Allen, Opus epistolarum…, op. cit., p. 296 : « quod non priscum, non aliqua gratia insignitum ».

19 Mann Phillips M., « La Philosophia Christi refletée dans les Adages d’Érasme », Courants religieux et Humanisme à la fin du XVe et au début du XVIe siècle, Paris, PUF, 1959, p. 53-71, ici p. 61.

20 Par exemple, chez les Latins, Cicéron est nommé 581 fois tandis que chez les Grecs, Homère apparaît dans plus de 539 citations (il est d’ailleurs la source exclusive des adages 2 701-2 800), devant Lucien nommé 333 fois. Mais la palme revient à Aristophane qui est nommé plus de 650 fois.

21 Jean-Christophe Saladin distingue quatre groupes principaux (les classiques ; la littérature de banquet ; les œuvres perdues et les « fragments » ; les commentateurs). Voir Érasme, Les Adages, op. cit., vol. 5, p. 19-23.

22 Ibid., p. 20.

23 Sur ce lien particulier qui unit Érasme à saint Jérôme, voir notamment Coppens J., « Le portrait de saint Jérôme d’après Érasme », Colloquia Erasmiana Turonensia, tome II, Paris, Vrin, 1972, p. 821-828, Olin J. C., « Erasmus and Saint Jerome: The Close Bond and its Significance », Erasmus of Rotterdam Society Yearbook, tome 7 (1987), p. 32-53, Reese A. W., « So Outstanding an Athlete of Christ: Erasmus and the Significance of Jerome’s Asceticism », Erasmus of Rotterdam society Yearbook, tome 18 (1988), p. 104-117.

24 Voir Érasme, Les Adages, op. cit., vol. 3, adage no 2001, p. 1-15.

25 Ibid.

26 Ibid. Tout l’adage repose sur cette comparaison. Voir également Érasme, Adagiorum chilias…, op. cit., ASD II. 5, voir l’adage no 2001, « Herculei labores », p. 23-41. Voir également l’ouvrage de Pabel H. M., Herculean Labours. Erasmus and the editing of St. Jerome’s Letters in the Renaissance, Leyde, Brill, 2008, notamment p. 2-10.

27 Allen, Opus epistolarum, t. III, ep. 781, p. 233, l. 21-22 : « Circumferimus sacrum hunc ignem, ut olim Vestales, in vasculis testaceis » (Érasme à William Warham, Louvain, 5 mars 1518).

28 Ménager D., Érasme, Paris, Desclée de Brouwer, 2003, p. 12. Voir 2 Co 4, 7 et Allen, Opus epistolarum, t. III, ep. 782, p. 234-235. (Érasme à Thomas Bedill ?, Louvain, 5 mars 1518).

29 Allen, Opus epistolarum, t. II, ep. 391, p. 203, l. 53 : « Tu, [inquam], tu Germaniae decus, oculus, sol, ardens lucerna » (Nicolas Basset à Érasme, Hirsau, vers février 1516).

30 C’est à partir de 1526 que Noël Béda, syndic de la Sorbonne, désigne du nom d’« humanistes » Lefèvre d’Étaples, Érasme et leurs disciples. Ils sont les zélateurs des « études d’humanité » (les studia humanitatis), des « lettres plus humaines » (les humaniores literae, par opposition aux diviniores literae), c’est-à-dire les promoteurs d’un enseignement qui permet le plein épanouissement des qualités qui font la dignité de l’homme (dignitas hominis). Voir La Garanderie M.-M. de, Christianisme et lettres profanes. Essai sur l’humanisme français et sur la pensée de Guillaume Budé, Paris, Honoré Champion, 1995, p. 179-180. C’est dans ses Annotations contre Lefèvre d’Étaples et Érasme, publiées en 1526, que Noël Béda affirme que ses adversaires se nomment eux-mêmes humanistes : « suis se verbis jactitant humanistae ». Voir également Margolin J.-Cl., « La notion de dignité humaine selon Érasme de Rotterdam », Humanism and Reform : The Church in Europe, England, and Scotland, 1400-1643. Essays in honour of James K. Cameron, édité par James Kirk, Oxford, Blackwell Publishers, 1991, p. 37-56.

31 Érasme, Les Adages, op. cit., p. 27: « His enim tam brevibus dictis per involucrum quoddam eadem innui, quae philosophiae principes tot voluminibus tradiderunt. » Dans les lignes qui suivent, Érasme s’emploie à illustrer son propos par de nombreux exemples.

32 Il constitue d’ailleurs le premier de tous les adages. Voir, à son sujet, Eden K., Friends hold all things in common: tradition, intellectual property and the Adages of Erasmus, New Haven, Yale University Press, 2001.

33 Voir Vuilleumier Laurens F., Les raisons des figures symboliques à la Renaissance et à l’âge classique, Genève, Droz, 2000, p. 110.

34 En 1515, il ajoute des précisions : « C’est extraordinaire de voir à quel point cette communauté de Platon déplaît aux chrétiens qui lui jettent l’anathème, alors que rien n’a jamais été dit par un philosophe païen qui soit davantage conforme à la pensée chrétienne. » Et il termine son texte par une sorte de confession de foi : « Pythagore n’a pas seulement été le père de cette pensée, mais il a pratiqué en quelque manière une communauté de vie et de ressources comme celle que le Christ veut voir entre tous les chrétiens. »

35 Voir par exemple Screech M. A., Érasme. L’extase et l’éloge de la folie, Paris, Desclée de Brouwer, 1991, p. 107.

36 Allen, Opus epistolarum, t. II, ep. 541, p. 487, l. 8-9 : « Sed tamen in praesentia pene libeat aliquantisper reiuuenescere, non ob aliud nisi quod videam futurum ut propediem aureum quoddam saeculum exoriatur » : « Pourtant, dans les circonstances actuelles, j’accepterais presque de rajeunir un peu, pour la seule raison que je me rends compte qu’un âge d’or va naître incessamment » (Érasme à Wolfgang Fabricius Capiton, Anvers, 26 février 1517).

37 Allen, Opus epistolarum, t. II, ep. 542, p. 492, l. 1-6 : « Gratulari libet huic nostro seculo, Henrice charissime, quo mire literarum optima studia passim efflorescunt. Id quod potissimum principum humanitati pietatique debemus, penes quos precium et honos egregiis ingeniis esse coepit : maxime posteaquam ceu diuinitus immutatis animis ad pacem orbis eternis vinculis firmandam omnia sua consilia conferre instituerunt » (Érasme à Henri Afinius, Anvers, février 1517).

38 Allen, Opus epistolarum, t. II, ep. 566, p. 527, l. 33-40. (Érasme à Léon X, Bruxelles, 4 avril 1518). Cité de manière condensée par Halkin L. E., Érasme…, op. cit., p. 171. Voir le chapitre XII de cet ouvrage, intitulé « L’âge d’or ».

39 Érasme n’a certes jamais revendiqué être l’auteur du Julius exclusus. Il a même nié cette paternité avec beaucoup d’énergie et de talent, mais comme le remarque Sylvain Bluntz « c’est dans ces dénégations même que l’on trouve les éléments les plus convaincants pour lui attribuer la paternité qu’il refuse ». Érasme, Jules, privé de paradis ! Petit traité de machiavélisme, dialogue joyeux, élégant et érudit entre le pape Jules II et saint Pierre, traduit du latin et présenté par Bluntz S., Paris, Les Belles Lettres, 2009, p. 19-25.

40 Érasme défendait la validité du concile de Pise réuni à l’initiative de Louis XII contre Jules II en 1511-1512. Après l’élection de Léon X, les prélats réunis à Pise ont accepté de dissoudre leur assemblée et de rallier celle du Latran. Voir McSorley H. J., « Erasmus and the Primacy and the Roman Pontiff: Between Conciliarism and Papalism », Archiv für Reformationsgeschichte, 65 (1974), p. 37-54.

41 Parmi eux, outre Léon X lui-même, on peut signaler les cardinaux Grimani, Giubé, Pucci et Riario, les évêques Luigi de Canossa, Gianpietro Carafa, Silvestro Gigli, Pietro Griffiet Thomas Halsey. Minnich N. H., « Erasmus and the fifth Lateran Council (1512-1517) », Erasmus of Rotterdam. The Man and the Scholar, Sperna Weiland J. et Frijhoff W. Th.M. (éd.), Leyde, Brill, 1988, p. 49. Voir également Minnich N. H., « The Participants at the Fifth Lateran Council », Archivum Historiae Pontificiae, 12 (1974), p. 157-206.

42 Alberigo G., « Sul Libellus ad Leonem X degli eremiti camaldolesi Vincenzo Querini e Tommaso Giustiniani », Humanisme et Église en Italie et en France méridionale, XVe siècle-milieu du XVIe siècle, Gilli P. (dir.), Rome, École française de Rome, 2004, p. 349-359.

43 Voir sur le sujet Bietenholz P.G., History and Biography in the work of Erasmus of Rotterdam, Genève, Droz, 1966, p. 31-34.

44 Mann Phillips M., The « Adages » of Erasmus, a study with translations, Cambridge, Cambrige University Press, 1964, p. 20-25. Voir également Mann Phillips M., « Ways with Adages… », art. cit., p. 51-60.

45 Jeanneret M., Perpetuum mobile : métamorphoses des corps et des œuvres de Vinci à Montaigne, Paris, Macula, 1997, p. 229.

46 Voir Margolin J.-C. (éd.), Érasme. Guerre et paix, introduction, choix de textes, commentaires et notes par Jean-Claude Margolin, Paris, Aubier Montaigne, 1973.

47 Jeanneret M., op. cit., p. 228-229.

48 Barral-Baron M., L’Enfer d’Érasme. L’humaniste chrétien face à l’histoire, Genève, Droz, 2014.

49 Voir Barral-Baron M., « Du rêve à l’enfer : Érasme et Bâle », Histoire, écologie et anthropologie. Trois générations face à l’œuvre d’Emmanuel Le Roy Ladurie, Liechtenhan F. D. (éd.), Paris, PUPS, 2011, p. 117-135.

50 Allen, Opus epistolarum…, op. cit., t. VII, ep. 1809, p. 28, l. 16 (Érasme à Theophraste Paracelse, Bâle, mars 1527). Voir également Earle Hilgert, « Johann Froben and the Basel University scholars, 1513-1523 », The Library Quartely, tome 41 (1971), p. 141-168.

51 Allen, Opus epistolarum…, op. cit., t. VII, ep. 1900, p. 226, l. 24 (Érasme à Jean de Heemstede, Bâle, novembre 1527). Voir Vanautgaerden A., op. cit., p. 469-471.

52 Sur ce sujet, voir Crousaz K., Érasme et le pouvoir de l’imprimerie, Lausanne, Antipodes, 2005, p. 41.

53 Mesnard P., Érasme ou le christianisme critique, Paris, Seghers, 1969, p. 48. Voir également Berchtold A., op. cit., p. 272.

54 Ibid., p. 272.

55 Érasme, Les Adages, op. cit., vol. 3, adage no 2001, p. 15 : « moi aussi, à qui, par je ne sais quel destin, il est échu ce genre de travaux plus qu’herculéens ».

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540