Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Érudition et culture savante

 | 
François Brizay
, 
Véronique Sarrazin

Première partie. Les sources de l'érudition

Ethnonymes, toponymes dans l’Histoire romaine de Cassius Dion : quelques remarques sur la culture géographique de l’historien1

Estelle Bertrand

Texte intégral

  • 1 Cet exposé s’intègre dans les travaux engagés dans le cadre du programme ANR « Dioneia, Lire Cassi (...)
  • 1 La thèse développée par le savant allemand E. Schwartz en 1899 dans la Real-Encyclopädie (III. 2, (...)
  • 2 Hinard F., « Dion Cassius et les institutions de la Rome républicaine », L. Troiani et G. Zecchini (...)
  • 3 De nombreux travaux ont été consacrés à l’influence du modèle thucydidéen : Litsch E., De Cassio D (...)
  • 4 Zecchini G., « Modelli e problemi teorici della storiografia nell’età degli antonini », Critica sto (...)

1Les récents travaux menés sur l’Histoire romaine de Cassius Dion, œuvre monumentale constituant le seul récit historique en grec englobant l’histoire de Rome des origines aux premières décennies du IIIe siècle de notre ère, ont mis en lumière la diversité de la documentation d’un historien considéré par le passé comme un fidèle disciple, sur le plan de la méthode et, pour les périodes royale et républicaine, du contenu, de l’annaliste latin Tite-Live. L’usage d’une documentation multiple, tant littéraire que non-littéraire, la préférence accordée aux sources primaires, la sélection critique des informations sont désormais attestées par de nombreuses études1. L’intérêt tout particulier porté aux institutions politiques et religieuses par l’historien, lui-même auteur d’une carrière politique accomplie qui le conduisit à exercer un consulat ordinaire avec l’empereur Sévère Alexandre en 229, est aujourd’hui reconnu comme une des caractéristiques majeures de l’ouvrage, sinon un de ses motifs structurants2. De même, quoique à un moindre degré, la question des modèles historiographiques de Dion a bénéficié d’un réexamen profitable : si les références au modèle thucydidéen, longtemps considéré comme modèle exclusif, émaillent incontestablement le récit, dans l’alternance entre parties narratives et parties discursives, dans le travail d’écriture d’événements similaires ou l’opposition récurrente entre logos et ergos3, l’historien athénien est loin de constituer pour Dion une référence unique, puisque l’on trouve aussi chez Dion bien des citations ou échos de Démosthène, Aristophane, ou Hérodote. La diversité de sa culture littéraire transparaît dans les citations, les pastiches, ou tout simplement les souvenirs de lecture qui nourrissent aussi bien les discours que le récit4.

  • 5 Thomas R.F., Lands and Peoples in Roman Poetry : the Ethnographical Tradition, Cambridge, 1982, p.  (...)
  • 6 Voir D.C. 40, 15, 1, la remarque méthodologique de l’historien concernant la sélection des notices (...)
  • 7 Le récit de la guerre des Gaules, pour lequel Dion a utilisé le récit césarien, mais en recourant (...)
  • 8 C’est le cas de la digression ethnographique sur les Parthes, placée au début du récit de l’expédi (...)
  • 9 C’est le cas des deux grandes batailles tardo-républicaines de Pharsale et de Philippes dont le ré (...)

2Si le travail documentaire et la culture littéraire de l’historien sévérien ont fait l’objet d’une réévaluation, ce n’est pas encore le cas de sa culture géographique. De fait, dans ce domaine, Dion ne semble guère se démarquer de la tradition historiographique classique mêlant notices ethnographiques, curiosités géographiques et connaissances du monde habité au récit des événements. À propos des événements survenus hors de Rome, auxquels il consacre des développements distincts de la trame des événements de Rome, conformément à la tradition annalistique romaine, Dion ne manque pas d’insérer des notices à caractère ethnographique, topographique ou géographique qui témoignent de son respect de cette forme d’histoire mêlée d’ethnographie, inspirée de l’Enquête d’Hérodote et depuis représentée par une longue tradition littéraire gréco-romaine5. L’historien indique même qu’il pouvait, selon les besoins de sa narration, consulter une documentation multiple dans laquelle il puisait des détails toponymiques ou ethnographiques6. Mais en dépit de cette pétition de principe, ses notices, d’inégale importance, ne semblent, a priori, ni témoigner d’une recherche documentaire approfondie7 ni se distinguer de la vulgate8, quand l’information ne fait pas tout bonnement défaut9.

  • 10 Arnaud P., « La géographie romaine impériale : entre tradition et innovation », G. Andreotti, P. Le (...)
  • 11 Nicolet Cl., L’inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris, (...)

3Dans la continuité des travaux visant à réexaminer la nature de la documentation de l’historien et sa méthode de travail, il paraît intéressant de mettre l’accent sur un aspect jusqu’ici négligé de son récit : les sources de sa culture géographique. À l’époque impériale, le savoir géographique, recouvrant l’ensemble des connaissances du monde habité, de ses limites, de sa représentation, des peuples qui l’occupent, est passé du cercle restreint des érudits à celui des élites, dans la formation desquelles il tient une place croissante. L’apprentissage de la pratique du gouvernement intègre de plus en plus les savoirs géographiques, et il n’est pas rare que l’augmentation des connaissances géographiques fasse partie des motivations des expéditions militaires. Mais les savoirs géographiques sont loin d’être limités à une exploitation strictement pratique, et la paideia des lettrés impose la connaissance autant que la production de connaissances géographiques. La multiplication des opuscules dont Ptolémée fait état au IIe siècle, le grand nombre de récits de voyages ou encore d’écrits de lexicographes et de grammairiens incluant des notices toponymiques et ethnonymiques, attestent de la place prise par la culture géographique dans la culture littéraire au Haut-Empire10. Plus largement, selon Claude Nicolet, la géographie « informe l’histoire » et sert, aux historiens de Rome, de grille de lecture d’une histoire politique dont les aléas sont indissociables des évolutions territoriales11. Pour Cassius Dion, homme « de terrain », historien politique tout autant que lettré, dont on sait qu’il entretenait des relations étroites avec le cercle littéraire animé par l’impératrice Julia Domna, la question de la culture géographique mérite pleinement d’être formulée.

4Il s’agira ici d’examiner, à partir de quelques cas, la place et la nature de l’information géographique de l’historien pour tenter de déceler, entre vulgate et culture savante, où se positionne l’historien. Dans le cadre nécessairement restreint de cet article, nous retiendrons, à titre d’exemple, les notices consacrées à la Thrace et aux territoires balkaniques, qui semblent à même de révéler, outre l’intérêt de Dion pour ces régions, sa familiarité avec l’érudition et les débats savants de son temps.

La connaissance des territoires balkaniques : topographie et ethnographie

  • 12 D.C. 69, 1, 3 ; 49, 36, 4.
  • 13 Dion, né v. 163-164, était à Rome pour assister au discours inaugural prononcé par le nouveau Prin (...)

5Le choix de s’intéresser à cet ensemble géographique circonscrit tient à deux raisons. Dion, originaire de Bithynie, pouvait disposer d’une connaissance personnelle des régions situées sur le trajet entre l’Asie Mineure et Rome, trajet qu’il avait sans doute effectué avec son père, qui avait exercé les gouvernements de Cilicie et de Dalmatie12. Cette connaissance personnelle avait ensuite été nourrie des voyages de Dion, spécialement lors de ses gouvernements de province en Dalmatie et en Pannonie Supérieure13. Son récit des événements historiques ayant eu pour théâtre d’opérations ces régions – Macédoine, Thrace, Mésie et régions limitrophes – pouvait donc s’appuyer sur une documentation de première main adossée à des observations autoptiques. La deuxième raison, qui découle probablement de la première, tient à l’intérêt que Dion manifeste à l’égard des événements se déroulant dans les régions balkaniques, auxquelles il consacre des passages bien plus circonstanciés que les sources parallèles, du moins celles que nous connaissons.

  • 14 Cicéron fait allusion aux critiques dans sa Correspondance, en évoquant l’intention des magistrats (...)
  • 15 D.C. 38, 10, 1-3.
  • 16 D.C. 47, 25, 1-2.

6C’est le cas des opérations menées par le proconsul Caius Antonius Hybrida en 62 av. J.-C. : on sait que ce personnage, collègue de Cicéron au consulat en 63, fut vivement critiqué pour son proconsulat en Macédoine et fit l’objet d’un procès en 6014. Les faits pour lesquels il fut attaqué et, sans doute, accusé, ne sont pas autrement connus que par Dion. L’historien évoque les relations difficiles que le proconsul aurait eues avec les populations locales et qui provoquèrent son expulsion de la province par les autochtones assistés des Dardaniens. L’expulsion du proconsul se transforma en déroute quand il fut attaqué et vaincu par les Mésiens soutenus par leurs voisins Bastarnes, puisqu’il ne put que s’enfuir15. Si la mention des événements au livre 38 de l’Histoire romaine n’inclut guère de digression de nature ethnographique ou géographique sur les peuples impliqués dans ces conflits, le souci de Dion de préciser l’identité des adversaires du proconsul mérite d’être souligné. Le passage peut être rapproché du récit des opérations du républicain Marcus Iunius Brutus contre les peuples thraces en 44, qui témoigne du même intérêt. On trouve en effet au livre 47, consacré à l’affrontement entre les triumvirs et les républicains entre 44 et 42 av. J.-C., un récit détaillé des opérations menées par Marcus Brutus en Orient. À cette occasion, Dion rapporte les succès militaires remportés par le républicain sur les Besses, un peuple de Thrace orientale qui avait tenté d’élargir sa domination dans la région à la faveur des troubles opposant les Romains en Macédoine16. Ces opérations, qui valurent à Brutus l’acclamation d’imperator par ses soldats, sont absentes des sources parallèles, Plutarque et Appien d’Alexandrie. Même si dans cet extrait, comme dans le précédent, Dion n’insère guère de précision ethnographique sur les peuples combattus par les Romains, on retiendra son intérêt pour le détail de ces opérations militaires : cet intérêt, qu’il faut sans doute mettre en relation avec les conséquences politiques des faits rapportés, dans un cas la fuite du proconsul et sa mise en accusation à Rome, dans l’autre l’acclamation de Brutus comme imperator et donc le renforcement de sa légitimité, conduit Dion à développer la narration en mentionnant des épisodes par ailleurs inconnus et impliquant des peuples des territoires voisins de la province romaine de Macédoine.

  • 17 Ces opérations valurent à Crassus un triomphe en 27 av. J.-C., comme l’attestent les Fastes : CIL (...)
  • 18 Les succès de Crassus sont passés sous silence par Auguste, dans les Res Gestae, et minimisés dans (...)
  • 19 Le même procédé, qui consiste à ne pas préciser l’origine ethnique du peuple lors de sa première m (...)
  • 20 La tradition faisant des Scythes des buveurs de vin immodérés remonte à l’époque archaïque et donn (...)

7On a souligné que les précisions d’ordre ethnographique étaient absentes dans les deux cas cités, mais on les trouve ailleurs dans le récit. Elles ont, semble-t-il, été en quelque sorte réservées pour le récit d’un autre épisode : les campagnes de Marcus Licinius Crassus, le petit-fils du vaincu de Carrhes, pour lesquelles Dion fournit également, au livre 51 de l’HR, un récit circonstancié occupant cinq chapitres. Les campagnes de Crassus, qui eurent probablement lieu en 29-28 av. J.-C., sont documentées par plusieurs sources et faisaient notamment l’objet d’un récit détaillé dans l’œuvre de Tite-Live, mais ici encore, comme pour les campagnes de Caius Antonius en 62, c’est l’historien sévérien qui représente la source conservée la plus détaillée17. Marcus Licinius Crassus, à la suite de son consulat exercé en 30 av. J.-C. comme collègue du jeune César, obtint le commandement de la Macédoine et fut amené à conduire plusieurs campagnes contre des peuples voisins. À la suite d’attaques de la part des Bastarnes qui menaçaient la tranquillité de la région placée sous son autorité, le proconsul fut entraîné dans des opérations contre les peuples de Mésie et de Thrace au terme desquelles il bénéficia d’un triomphe. L’intérêt de Dion pour cet épisode se traduit d’abord par l’ampleur du développement qu’il y consacre : cinq chapitres (chap. 23-27) sur les vingt-sept que compte le livre 51 qui évoque, pour l’essentiel, la prise d’Alexandrie en 30 et le pouvoir du jeune César à son retour à Rome. Cet intérêt n’est pas surprenant pour des opérations dont un des objectifs était de récupérer les enseignes prises à Caius Antonius Hybrida (51, 26, 5) qui revêtaient, pour Rome, une importance symbolique évidente ; il peut aussi s’expliquer par l’enjeu politique de ces campagnes, que Dion semble considérer comme le dernier avatar du fonctionnement républicain avant le passage à la monarchie, qui ouvre le livre 5218. Il donne lieu en tout cas à un récit fourmillant de notices ethnographiques sur les peuples affrontés par Crassus et sur les territoires concernés par ses opérations, qui tranchent avec le caractère laconique des précédentes mentions et contribuent à donner à l’épisode une sorte d’« épaisseur » historique. Le cas des Bastarnes est révélateur : ce n’est pas la première fois que ce peuple est mentionné dans l’HR puisque c’est le peuple qui avait provoqué la déroute de Caius Antonius en 62 ; si lors de la précédente mention Dion avait déjà identifié les Bastarnes comme des Scythes, c’est en cet endroit que Dion trouve pertinent de préciser que ce peuple est « à strictement parler » (ἀκριβῶς) un peuple scythe19. De fait, l’origine scythe qu’il prête aux Bastarnes donne lieu à un topos ethnique extrêmement répandu dans le monde grec20 (« comme tous les peuples de race scythe, les Bastarnes abusent du vin sans jamais s’en lasser »), mais elle permet aussi d’expliquer le stratagème employé par Crassus pour les tromper (le proconsul les enivra pour qu’ils lui révèlent leurs plans : il put ainsi déjouer leur stratagème et réussit à les massacrer).

  • 21 C’est le cas par exemple lorsqu’il s’agit de qualifier le régime politique qui s’impose à Rome apr (...)
  • 22 L’appartenance ethnique de ce peuple, installé dans le Pont Euxin au IIe siècle av. J.-C., faisait (...)
  • 23 SHA Marc Aurèle 22 : les Bastarnes faisaient partie des peuples alliés contre Rome dans la guerre.
  • 24 D.C. 51, 22, 6 : καὶ οἱ μὲν πέραν τοῦ ῾Ρήνου ὧς γε τἀκριβὲς εἶπειν πολλοὶ γὰρ καὶ ἄλλοι τοῦ τῶν Σο (...)
  • 25 D.C. 67, 6, 2 : Δακοὐς δἐ αὐτοὺς προσαγορεύω, ὥσπερ που καὶ αὐτοι ἑαυτοὺς καὶ οἱ ῾Ρωμαῖοι σφας ὀνο (...)
  • 26 Plin. HN IV, 18 : « cependant le littoral [du Danube] a été occupé par des races diverses, tantôt (...)

8Cette précision n’est pas anodine. Le terme ἀκριβῶς, employé ailleurs par l’historien pour clarifier une ambiguïté ou trancher un débat21, répond à ce que Dion a dit plus haut des Daces, qui sont « en quelque sorte » (τρόπον τινά) des Scythes ; il indique que Dion connaissait les divergences des auteurs anciens sur les origines ethniques que l’on prêtait aux Bastarnes22, mais a pris position en s’en tenant non à des critères ethniques mais à des critères strictement géographiques. Faut-il voir dans cette position tranchée, à rebours de la vulgate, la trace de débats modernes sur les origines ethniques des Bastarnes, qu’avaient pu ressusciter, à une date récente, les campagnes de Marc Aurèle contre les Marcomans23 ? La suite du récit peut fournir un élément de réponse : les opérations de Crassus se poursuivirent contre les Gètes et les Mésiens, qu’il parvint à soumettre. À l’issue du récit, l’historien précise : « Je suis la tradition pour tous ces événements, même pour les noms. Autrefois en effet, Mésiens et Gètes habitaient toute la région située entre l’Hémus et le Danube ; avec le temps, certains d’entre eux changèrent de nom » (51, 27, 2). Cette précision signale que l’historien, qui pouvait disposer d’une bonne connaissance des contours des provinces de Mésie, utilise une documentation antérieure à la formation de ces provinces. Mais au-delà, son souci de justifier, à cet endroit du récit, l’onomastique des peuples cités fait peut-être écho à des débats sur les origines ethniques de certains peuples de Mésie. On peut d’ailleurs rapprocher cette notice d’un passage, de peu antérieur à l’épisode, qui précise également l’origine dace de certains peuples de Mésie : « les Daces [habitent] de part et d’autre du Danube. Mais ceux qui sont établis de ce côté-ci du fleuve, près du territoire des Triballes, font partie de la Mésie et sont appelés Mésiens, sauf par leurs plus proches voisins » (51, 22, 6-7). Le même genre de mise au point concerne, toujours dans ce même passage, les Suèves : « Les Suèves habitent, pour être plus précis – car beaucoup d’autres peuples s’arrogent le nom de Suèves – au-delà du Rhin24. » Dion suit ici une tendance identique à celle qui justifie sa position sur les Bastarnes, puisqu’il s’en tient au découpage territorial pour l’ethnonymie. Le débat ressurgit d’ailleurs plus tard dans le récit, à propos de la guerre contre les Daces déclenchée sous Domitien : « J’appelle ce peuple les Daces, le nom qu’ils se donnent eux-mêmes et que leur donnent les Romains, bien que je n’ignore pas que certains auteurs grecs les appellent les Gètes : je sais, pour ma part, que les Gètes sont le peuple qui habite au-delà de l’Hémus, le long du Danube25. » La tradition que suit Dion est donc une tradition romaine, attestée au moins par Pline l’Ancien et par Appien ; mais il s’en distingue néanmoins en n’usant pas des deux termes comme des synonymes, mais en les distinguant sur la foi des divisions territoriales d’origine26. Il faut ajouter à la précision ethnonymique sur les Daces de Mésie l’insistance sur la dénomination des peuples occupant la Mésie, territoire dont la conquête et la soumission par Crassus sont rapportées au livre 51 (passage cité) : le territoire appelé Mésie résulte d’un rassemblement de diverses nations situées entre la Save et la Pannonie, dont il ne cite que celles qui posent une difficulté onomastique : « Parmi de nombreuses nations, il s’y trouve ceux qu’on appelait autrefois les Triballes et ceux qu’on appelle encore maintenant les Dardaniens » (51, 27, 1). Ce passage a été rapproché de la description de la Mésie par Pline l’Ancien, puisque Pline, dans le livre III, qui ouvre les quatre livres géographiques de l’Histoire naturelle, énumère les peuples de la province, citant notamment les Triballes et les Dardaniens (III, 29) ; mais on ne trouve pas trace chez Pline de débats sur les ethnonymes des peuples de Mésie et Dion, à l’inverse de Pline, ne retient que les peuples dont le nom a fluctué.

La curiosité pour les ethnonymes

  • 27 Si l’on ne trouve aucun logos ethnographique dans ce passage, Dion rappelle cependant le mythe de (...)
  • 28 Déjà chez Tite-Live ou Salluste, l’insertion de notices ethnographiques était de nature à renforce (...)
  • 29 Sur ce mouvement culturel, on pourra se reporter à l’ouvrage fondamental de Anderson G., The Secon (...)
  • 30 Il faut renvoyer au projet Lessico dei Grammatici Grechi Antichi (LGGA), toujours en cours, qui pe (...)
  • 31 Steph. Gramm. Ethnika, p. 216, 23 οἱ Δᾶκοι, οὓς καλοῦμεν Δαοὺς…. καὶ παρ᾽ Ἀττικοῖς δὲ τὰ τῶν οἰκετ (...)
  • 32 Voir Marincola J. Authority and Tradition in Ancient historiography, Cambridge, 1997, p. 196; Migl (...)
  • 33 L’auteur des Getica est assimilé au Criton, médecin de Trajan, mentionné par Martial XI, 60, 5-6, (...)
  • 34 La monographie attribuée à Dion Chrysostome semble avoir été une œuvre érudite plus ample que le r (...)
  • 35 Migliorati G., op. cit., p. 67 ; voir notamment Jacoby F., op. cit., II. 4, fr. 3b : τοὺς πιλοφόρου (...)
  • 36 Il est possible que Dion ait utilisé Criton (frg. 1) pour la capture de Décébale et la description (...)
  • 37 Prisc. Inst. Gram. VI, 13, GLK II, p. 205 : Traianus in I. Dacicorum : ‘ Inde Berzobim, inde Aizi (...)

9Dans ce passage, les précisions ethnonymiques, ajoutées aux détails ethnographiques27, informent, nous semble-t-il, sur la culture géographique de Dion et sur la place qu’elle occupe dans son récit. L’historien ne propose pas systématiquement d’excursus ethnographique quand il évoque de nouveaux peuples, mais il choisit, comme bien d’autres avant lui, d’insérer ces remarques à des moments précis du récit, là où elles lui paraissent le plus appropriées28. Dans le cas des peuples de la péninsule balkanique, Dion saisit l’opportunité de la conquête de la Mésie pour insérer dans le récit des précisions ethnographiques indispensables à la clarté de son récit. On remarque également que son intérêt se porte moins sur des logoi ethnographiques, à la manière d’Hérodote, que sur des débats ethnonymiques dont on trouve déjà trace chez Strabon : on peut comprendre cet intérêt comme le reflet de débats modernes, peut-être développés ou réactivés dans le cercle des grammairiens et des lexicographes dont les écrits se multiplient aux IIe et IIIe siècles dans le cadre du renouveau culturel appelé la Seconde Sophistique29. De ces ouvrages savants, seules quelques bribes sont parvenues jusqu’à nous30, et on prendra garde de ne pas tirer de conclusions des quelques éléments à notre disposition. Il semble toutefois que l’onomastique des Daces ait fait l’objet de débats savants, dont au VIe siècle, le grammairien Etienne de Byzance a transmis la trace, en s’appuyant sur des écrits de grammairiens et de géographes antérieurs31. Les allusions du récit de Dion portent, peut-être, la marque de ces débats. En parallèle de cette érudition, dont il pouvait avoir connaissance par sa fréquentation des milieux littéraires proches des Sévère, Dion pouvait appuyer sa réflexion sur les multiples récits qui avaient fleuri à la suite des campagnes militaires de Trajan32, qu’il s’agît d’œuvres de propagande, comme les Dacica de l’empereur lui-même, conçus sur le modèle des Commentarii de bello Gallico de César, ou des Getica de son médecin Criton33, ou d’ouvrages moins engagés, comme c’était manifestement le cas des Getica de Dion Chrysostome34. Les quelques fragments conservés de ces ouvrages – un des Dacica de Trajan, huit des Getica de Criton – ne permettent pas de formuler plus que des hypothèses, mais les récits intégraient, semble-t-il, sur le modèle du compte rendu césarien, des notices ethnographiques sur les peuples adverses35. Ils pouvaient donc, à ce titre, constituer une documentation utile à la connaissance non seulement des événements36 mais aussi des territoires et des peuples récemment soumis à la domination romaine. Il n’est pas anodin de souligner d’ailleurs que le seul fragment des Dacica de Trajan qui nous soit parvenu est précisément transmis par un grammairien latin, Priscianus37 ; certes cet auteur est de loin postérieur à Dion, puisqu’il rédige des Institutiones Grammaticae au VIe siècle apr. J.-C., mais il témoigne que le récit des campagnes de l’empereur avait sa place dans les lectures des érudits.

  • 38 Un des rares logoi ethnographiques que livre l’Histoire romaine concerne les Pannoniens (49, 36, 2 (...)

10Ce qui semble assuré par conséquent, compte tenu de la nature des notices portant essentiellement sur les ethnonymes, au détriment des remarques d’ordre topographique, c’est que Dion ne se contente pas d’exploiter ses connaissances « de terrain », qu’il aurait pu acquérir lors de ses gouvernements de Dalmatie et de Pannonie, mais qu’il a à sa disposition une documentation multiple, dans laquelle il puise pour trancher des débats ethnonymiques d’actualité38.

  • 39 Les remarques qui suivent s’appuient sur l’édition commentée du livre 47 de l’Histoire romaine (Be (...)

11On trouvera un complément à ces remarques dans l’intérêt similaire que Dion porte à un certain nombre de toponymes et que l’on pourrait, à première vue, qualifier d’intérêt d’antiquaire. Nous voudrions ici attirer l’attention sur un cas exemplaire dans l’Histoire romaine puisqu’il s’agit du récit des opérations menées en Orient par les Républicains Brutus et Cassius entre 44 et 4239.

Une toponymie érudite ?

12Le livre 47 de l’Histoire romaine de Cassius Dion forme un ensemble chronologique et thématique cohérent puisqu’il inclut les événements depuis le retour à Rome, en novembre 43, du trio formé par Antoine, Lépide et Octavien – le jeune César, jusqu’à la bataille de Philippes en Macédoine en octobre 42, qui met un terme à la résistance républicaine aux triumvirs et, du même coup, à toute possibilité de retour au régime républicain ancestral. Le récit de ces événements, d’une importance capitale pour la fin de la République romaine, bénéficie d’un traitement soigné de la part de l’historien, tant sur le plan de la construction littéraire que sur celui de la documentation. La matière historique est répartie, comme c’est majoritairement le cas dans l’œuvre, entre les événements qui se déroulent à Rome – la proscription et les premières mesures prises par les triumvirs – et les événements extérieurs – la campagne des triumvirs Antoine et du jeune César contre l’opposition républicaine conduite par Brutus et Cassius. Cette répartition, habituelle et bien connue des annalistes latins, n’est toutefois pas respectée à la lettre par Dion qui, pour les événements extérieurs, ne retient que ceux qui concernent directement Brutus et Cassius, autrement dit ceux qui sont relatifs au conflit entre les deux triumvirs et les deux républicains, de manière à renforcer, par une construction en miroir, la comparaison entre les représentants de deux tendances politiques radicalement opposées. Ce parti pris justifie le rappel de l’activité des républicains dans les deux années qui précèdent l’année de référence du livre, rappel inséré entre le départ de Rome des triumvirs, au printemps 42 (chap. 19) et l’arrivée des troupes triumvirales en Macédoine pendant l’été (chap. 36).

13S’agissant de la documentation, Dion témoigne du même soin que pour la construction du récit. Le livre regorge d’informations inédites concernant des événements qui ne manquent pourtant pas de sources littéraires conservées : on dispose en effet pour la période, outre des biographies que Plutarque consacre à Antoine et à Brutus, du récit circonstancié d’Appien d’Alexandrie dans les livres III et IV des Guerres civiles. On mesure donc, à confronter les sources, la richesse du récit de Dion dans le domaine des affaires intérieures comme celui des affaires extérieures. On a souligné plus haut la mention, au titre des opérations militaires conduites par Brutus en 44, du récit inédit de l’affrontement contre les Besses. Mais ce qui retient notre attention, c’est le soin que Dion accorde à un certain nombre de toponymes liés à l’affrontement entre les Républicains et les troupes triumvirales en 42 av. J.-C.

  • 40 Voir, sur le récit stylisé des deux batailles, Bertrand E., « La bataille de Philippes dans l’Hist (...)

14On a déjà fait remarquer que le récit de la bataille de Philippes, comme d’ailleurs celui de la bataille de Pharsale en 48 au livre 41, faisait l’objet d’un traitement littéraire soigné. Il gomme cependant les précisions topographiques ou strictement militaires attendues pour un récit de bataille, qui sont au contraire abondamment fournies par Appien40. Le contraste est frappant entre ce récit stylisé et les détails topographiques que Dion a multipliés précédemment. Si le récit de la première bataille de Philippes ne comporte, comme on l’a rappelé, aucune précision topographique, ce n’est pas le cas en effet de l’installation des armées adverses en Macédoine orientale avant l’arrivée d’Antoine et du jeune César. De fait, c’est à l’arrivée des troupes républicaines dans la région de Philippes que la configuration des lieux est évoquée par Dion avec des précisions qui ne se trouvent dans aucune autre source conservée et qui témoignent de la familiarité de l’auteur avec l’espace géographique concerné. Lors de leur entrevue de Smyrne, à l’été 42, Cassius et Brutus, qui en deux ans avaient pris le contrôle des provinces romaines d’Orient et venaient d’apprendre l’intensification des préparatifs militaires des triumvirs, avaient décidé de gagner la Macédoine, soit pour empêcher les troupes triumvirales d’y prendre pied et de là reprendre le contrôle des provinces, soit pour débarquer eux-mêmes en Italie, avec des troupes bien plus conséquentes qu’en 44 afin d’y affronter sur place les triumvirs. L’avant-garde triumvirale devança toutefois leur arrivée et s’installa à proximité de Philippes, contrôlant également l’accès le plus direct à la mer. C’est là que Dion insère quelques précisions qui ne manquent pas d’attirer notre attention : il précise que la ville de Philippes se situe « à proximité du Pangée et du Symbolon » ; or si le Pangée est un massif montagneux bien connu des sources anciennes qui le citent pour ses mines d’or, et habituellement évoqué pour localiser la ville de Philippes, le « Symbolon » n’apparaît pas du tout dans le récit, pourtant très détaillé, que propose Appien, et il n’est pas autrement connu. Certes, la perte des passages du livre VII de la Géographie de Strabon consacrés à la Macédoine orientale invite à formuler avec la plus grande prudence une telle remarque, mais la suite du passage constitue peut-être un argument supplémentaire : Cassius Dion ne se préoccupe pas de localiser ni de définir le Pangée, qu’il considère peut-être comme suffisamment connu, mais il insiste davantage sur le Symbolon, ajoutant à son propos : « Symbolon est le nom donné à l’endroit où le Pangée rejoint (sumballei) un autre massif montagneux, qui lui s’étend dans l’intérieur des terres : il se trouve situé entre les villes de Néapolis et de Philippes » (47, 35, 3).

  • 41 Arnaud P., art. cit., p. 30.
  • 42 Cette marche de contournement est détaillée par Appien, BC IV, 102, 426-430.

15L’identification du massif montagneux par l’étymologie du toponyme, que l’on peut rapprocher d’une tradition ethnographique déjà ancienne consistant à expliquer des noms de peuples ou de villes par leur étymologie, n’est pas sans rappeler les liens étroits entretenus entre le savoir géographique et la grammaire à l’époque impériale41. Mais on notera aussi que cette remarque érudite intervient moins par souci d’« antiquaire » que pour souligner l’enjeu stratégique déterminant de ce massif dans les opérations militaires. Dion insiste en effet sur le rôle du Symbolon : il est traversé par la voie la plus courte pour rejoindre la plaine de Philippes depuis la mer, soit la via Egnatia, et l’occupation de la région par l’avant-garde triumvirale oblige les Républicains à emprunter une route plus longue à travers les montagnes : « comme Saxa et Norbanus tenaient déjà le passage le plus court, à travers le Symbolon, Brutus et Cassius ne tentèrent même pas de l’emprunter, mais contournèrent cette montagne en prenant un chemin plus long qui passait par le lieu-dit Krénidès42 » (47, 35, 4) ; les Républicains se préoccupent immédiatement de reprendre le contrôle de l’accès direct à la mer, ce qui leur permet de garantir l’approvisionnement de leurs troupes : « ils s’emparèrent du Symbolon après les en avoir délogés, si bien qu’ils pouvaient s’approvisionner soit en acheminant des vivres depuis la mer (c’était le chemin le plus court), soit en faisant des incursions dans la plaine pour s’en procurer » (47, 36, 1). Dans sa documentation, l’historien a donc sélectionné l’information topographique qu’il jugeait déterminante pour comprendre le déroulement et l’issue de la bataille de Philippes, comme si la topographie même du champ de bataille avait eu moins d’impact sur l’issue que le positionnement préalable des troupes dans la région. La notice étymologique, inédite, donne ici, comme c’est le cas ailleurs pour les précisions ethnonymiques, un éclairage particulier sur un événement dont il existait déjà de multiples narrations.

  • 43 Voir, sur les sources littéraires de Dion dans ce livre, Bertrand E. et Fromentin V., op. cit., No (...)

16De ces notices toponymiques, introduites le plus souvent sans justification de la part de l’historien dans le cours du récit, on peut tirer plusieurs remarques : l’historien ne néglige pas systématiquement l’information de nature géographique ou topographique, quand elle sert la clarté du propos ; il utilise une documentation qui le distingue des récits antérieurs que nous avons conservés et qui n’est manifestement pas limitée aux sources littéraires. Il paraît illusoire de tenter d’identifier la nature de cette documentation variée, même si un faisceau d’indices relevés au fil du récit des opérations des républicains dans le livre 47, tend à montrer que Dion a consulté et exploité les récits contemporains des guerres civiles rédigés par des compagnons de Brutus, qui ont pu lui fournir des informations relatives au trajet emprunté par les Républicains et aux éléments de topographie déterminant le cours des opérations43. Les notices toponymiques, d’ordre étymologique, de même que les notices ethnonymiques, relèvent toutefois, à notre sens, d’une autre démarche de l’historien : la culture de Dion et sa fréquentation des cercles d’intellectuels le conduisent à insérer dans son récit des notices teintées d’érudition, qui le distinguent des récits antérieurs.

17Les quelques exemples sur lesquels nous avons attiré l’attention tendent à montrer que Dion, familier de la tradition littéraire ethnographique, à laquelle il se conforme en choisissant d’alimenter le récit par des détails qu’il estime utiles à la compréhension des événements, introduit dans sa narration des notices qui semblent faire écho à des préoccupations et à des débats savants contemporains, faisant une nouvelle fois la preuve, sinon la démonstration, d’une culture qui égale et dépasse celle des pepaideumenoi de son époque.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Arnaud P. (2007) : « La géographie romaine impériale : entre tradition et innovation », dans G. Andreotti, P. Le Roux et P. Moret (éd.), La invención de una geografía de la Península Ibérica : II la época imperial, Madrid, p. 13-46.

Bertrand E. (2010a) : « Les références thucydidéennes dans la cinquième décade de l’Histoire romaine de Dion Cassius : un choix historiographique », dans V. Fromentin, S. Gotteland et P. Payen (éd.), Ombres de Thucydide. La réception de l’historien depuis l’Antiquité jusqu’au début du XXe siècle, Actes des colloques de Bordeaux, les 16-17 mars 2007, de Bordeaux, les 30-31 mai 2008 et de Toulouse, les 23-25 octobre 2008, Bordeaux, Ausonius [collection Études 27], p. 71-81.

Bertrand E. (2010b) : « La bataille de Philippes dans l’Histoire romaine de Dion Cassius : un aperçu du travail de l’historien », dans M.-R. Guelfucci (éd.), Jeux et enjeux de la mise en forme de l’histoire. Recherches sur le genre historique en Grèce et à Rome. Actes du colloque, Besançon, 2-3 juin 2005, Besançon, p. 329-342.

Bertrand E, Fromentin V. (2014) : Dion Cassius, Histoire romaine, Livre 47, Paris (CUF).

Freyburger-Galland M.-L. (1992) : « Dion Cassius et l’étymologie », REG 105, p. 237-246.

Fromentin V., Bertrand E. (2008), Dion Cassius, Histoire romaine, Livres 45 & 46, Paris (CUF).

Goukowsky P. (2011) : Appien, Histoire romaine, tome V, Livre IX. Le livre illyrien, texte et trad. P. Goukowsky, notes P. Cabanes, Paris (CUF).

Hinard F. (2005) : « Dion Cassius et les institutions de la Rome républicaine », dans L. Troiani et G. Zecchini (éd.), Alle radici della casa comune europea. V. La Cultura storica nei primi due secoli dell’Impero romano, Rome, p. 261-281.

Jacoby F. FGrH, Die Fragmente der Grieschichen Historiker, Berlin, 1953-68.

Kuhn-Chen B. (2002) : Geschichtskonzeptionen grieschicher Historiker im 2. & 3. Jhdt n. C. Untersuchungen zu den Werken von Appian, Cassius Dio und Herodian, Berne & Francfort.

Lachenaud G. (2003) : « Dion Cassius plagiaire impénitent ou homme de culture ? », dans Lachenaud G. et Longrée D. (éd.), Grecs et Romains aux prises avec l’histoire. Représentations, récits, idéologie, Rennes.

Lachenaud G., Coudry M. (2011) : Dion Cassius, Histoire romaine, Livres 38, 39, 40, Paris (CUF).

Lenfant D. (2002) : « Le vin dans les stéréotypes ethniques des Grecs (du rôle de la norme en ethnographie) », dans Jouanna J., Villard L. (éd.), Vin et santé en Grèce ancienne, Actes du colloque organisé à l’Université de Rouen et à Paris (université de Paris IV-Sorbonne et ENS), 28-30 septembre 1998, BCH Suppl. 40, p. 67-84.

Lintott A. W. (1997): « Cassius Dio and the history of the Late Roman Republic », ANRW II 34/3, p. 2497-2523.

Litsch E. (1893): De Cassio Dione imitatore Thucydidis, Friburgi Brisigaviae.

Kyhnitzsch E.B. (1894) : De contionibus quas Cassius Dio historiae suae intexuit, cum Tucydideis comparatis, Leipzig.

Manuwald B. (1979): Cassius Dio und Augustus. Philologische Untersuchungen zur den Büchern 45-56 des dionischen Geschichtswerkes, Wiesbaden.

Migliorati G. (2003): Cassio Dione e l’impero romano da Nerva ad Antonino Pio. Alla luce dei nuovi documenti, Milan.

Mocsy A. (1966) : « Der vertuschte Dakerkrieg des M. Licinius Crassus », Historia 15, p. 511-514.

Nicolet Cl. (1988) : L’inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris.

Pagani L. (2011) : « Le projet Lessico dei Grammatici Greci Antichi (LGGA). Une histoire prosopographique de l’érudition ancienne », Eruditio Antiqua, 3, p. 3-21.

Sasel Kos M. (1997): « Appian and Dio on the Illyrian wars of Octavian », Ziva Antika, 47, p. 187-198.

Sasel Kos M. (2005) : « The Pannonians in Appian’s Illyrikè », dans Illyrica antiqua, Ob honorem Duje Rendic-Miocevic, Zagreb, p. 433-439.

Schwartz E. (1899) : « Cassius Dio Cocceianus », RE 3.2, p. 1684-1722.

Stefan A. S. (2005) : Les guerres daciques de Domitien et de Trajan, Rome (coll. EFR 353).

Terrei S. (2000): « I Getica di Dione Crisostomo », Aevum, LXXIV, p. 177-186.

Thomas R.F. 1982: Lands and Peoples in Roman Poetry: the Ethnographical Tradition, Cambridge.

Urso G. (2013) : Cassio Dione e i sovversivi, Milan.

Zecchini G. (1983) : « Modelli e problemi teorici della storiografia nell’età degli antonini », Critica storica 20, p. 3-31.

Notes

1 La thèse développée par le savant allemand E. Schwartz en 1899 dans la Real-Encyclopädie (III. 2, p. 1684-1722) est aujourd’hui entièrement reconsidérée à la suite de F. Millar qui, en 1964, a rompu avec la tradition de la Quellenforschung pour s’intéresser davantage à la méthode de travail de l’historien ; depuis, de l’ouvrage fondamental de Manuwald B., Cassius Dio und Augustus. Philologische Untersuchungen zu den Büchern 45-56 des dionischen Geschichtswerkes, Wiesbaden, 1979, à celui, tout récent, de Urso G., Cassio Dione e i sovversivi, Milan, 2013, les travaux de ces dernières décennies ont mis en évidence l’indépendance de Dion à l’égard de l’annaliste latin et l’usage de sources non-liviennes dans les parties de l’œuvre consacrées à l’époque républicaine.

2 Hinard F., « Dion Cassius et les institutions de la Rome républicaine », L. Troiani et G. Zecchini (éd.), Alle radici della casa comune europea. V. La Cultura storica nei primi due secoli dell’Impero romano, Rome, 2005, p. 261-281.

3 De nombreux travaux ont été consacrés à l’influence du modèle thucydidéen : Litsch E., De Cassio Dione imitatore Thucydidis, Friburgi Brisigaviae, 1893 ; Kyhnitzsch E.B., De contionibus quas Cassius Dio historiae suae intexuit, cum Tucydideis comparatis, Leipzig, 1894 ; Lintott A. W., « Cassius Dio and the history of the Late Roman Republic », ANRW II 34/3, 1997, p. 2497-2523 ; Bertrand E., « Les références thucydidéennes dans la cinquième décade de l’Histoire romaine de Dion Cassius : un choix historiographique », V. Fromentin, S. Gotteland et P. Payen (éd.), Ombres de Thucydide. La réception de l’historien depuis l’Antiquité jusqu’au début du XXe siècle, Actes des colloques de Bordeaux, les 16-17 mars 2007, de Bordeaux, les 30-31 mai 2008 et de Toulouse, les 23-25 octobre 2008, Bordeaux, 2010, Ausonius [collection Études 27], p. 71-81.

4 Zecchini G., « Modelli e problemi teorici della storiografia nell’età degli antonini », Critica storica 20, 1983, p. 3-31 ; Lintott A. W., art. cit. ; Kuhn-Chen B., Geschichtskonzeptionen grieschicher Historiker im 2. & 3. Jhdt. n. C. Untersuchungen zu den Werken von Appian, Cassius Dio und Herodian, Berne & Francfort, 2002 ; Lachenaud G., « Dion Cassius plagiaire impénitent ou homme de culture ? », G. Lachenaud et D. Longrée (éd.), Grecs et Romains aux prises avec l’histoire. Représentations, récits, idéologie, Rennes, 2003 ; Fromentin V. et Bertrand E., Dion Cassius, Histoire romaine, Livres 45 & 46, Paris (CUF), 2008.

5 Thomas R.F., Lands and Peoples in Roman Poetry : the Ethnographical Tradition, Cambridge, 1982, p. 1-3 ; p. 124 : l’ouvrage consacré par Tacite à la Germanie fait figure d’exception à cette tradition mêlant histoire et ethnographie.

6 Voir D.C. 40, 15, 1, la remarque méthodologique de l’historien concernant la sélection des notices ethnographiques sur les Parthes : « Cela étant, beaucoup ayant traité de leur race, de leur pays et des particularités de leurs mœurs, je n’ai pas l’intention de les exposer. Voici cependant leur armement et leur mode de combat (en effet, il convient que mon récit donne ces précisions, puisqu’elles sont désormais utiles) » (trad. Lachenaud G. et Coudry M., Dion Cassius, Histoire romaine, Livres 38, 39, 40, Paris (CUF), 2011. Même si cette façon de justifier l’excursus ethnographique par son utilité au récit peut s’apparenter à un lieu commun (voir, pour ce type de justification chez Salluste, Thomas R.F., op. cit., p. 4), il témoigne a contrario de la familiarité de Dion avec cette même tradition ethnographique.

7 Le récit de la guerre des Gaules, pour lequel Dion a utilisé le récit césarien, mais en recourant à des sources complémentaires, comporte un certain nombre d’erreurs géographiques et/ou ethnographiques : en 38, 43, 3 par exemple, Arioviste est qualifié d’« allobroge », alors que Dion, plus haut, l’a défini comme le chef des « Celtes » (i.e. des Germains : voir sur ces confusions Lachenaud G. et Coudry M., op. cit., Notice, p. xv-xvi).

8 C’est le cas de la digression ethnographique sur les Parthes, placée au début du récit de l’expédition du proconsul Marcus Licinius Crassus contre ce peuple en 54-53 (livre 40, chap. 14-15) : émaillé de réminiscences hérodotéennes, l’exposé reproduit les éléments essentiels d’une tradition, certes mal conservée, mais dont on trouve la trace chez Strabon et Trogue Pompée et qui remontait vraisemblablement à Posidonius : Lachenaud G. et Coudry M., op. cit., notes 36 à 40, ad chap. 14-15. Cela semble être aussi le cas de l’excursus sur les Pannoniens à l’occasion des guerres illyriennes du jeune César en 35-34 (livre 49, chap. 36-37 ; Sasel Kos M., « Appian and Dio on the Illyrian wars of Octavian », Ziva Antika, 47, 1997, p. 191, retient une description stéréotypée).

9 C’est le cas des deux grandes batailles tardo-républicaines de Pharsale et de Philippes dont le récit ne comporte aucune précision d’ordre topographique. La première bataille n’est tout simplement pas localisée : aussi étonnant que cela puisse paraître, le lieu où elle se déroule n’est pas mentionné.

10 Arnaud P., « La géographie romaine impériale : entre tradition et innovation », G. Andreotti, P. Le Roux et P. Moret (éd.), La invención de una geografía de la Península Ibérica : II la época imperial, Madrid, 2007, p. 30-31.

11 Nicolet Cl., L’inventaire du monde. Géographie et politique aux origines de l’Empire romain, Paris, 1988, p. 16-17.

12 D.C. 69, 1, 3 ; 49, 36, 4.

13 Dion, né v. 163-164, était à Rome pour assister au discours inaugural prononcé par le nouveau Prince Commode en 180 (D.C. 72, 4, 2) ; il connut ensuite une carrière sénatoriale à partir de 188-189 (son entrée au Sénat est déduite de l’emploi de la première personne du pluriel pour évoquer les sénateurs à partir de 72, 16, 3), qui le conduisit à exercer la préture en 194 (73, 12, 2), le consulat suffect en 204 ou 205, puis la curatèle de Smyrne et de Pergame en 218-219 (79, 7, 4), le gouvernement de l’Afrique (80, 1, 2-3), de la Dalmatie et de la Pannonie Supérieure, entre 224 et 225, et, enfin le consulat ordinaire en 229 (Fernoux H.-L., Notables et élites des cités de Bithynie aux époques hellénistique et romaine : IIIe siècle av. J.-C.-IIIe siècle apr. J.-C. Essai d’histoire sociale, Lyon, 2004 ; Guerber E., « La mission du correcteur Dion Cassius en Asie », L. Feller (éd.), Contrôler les agents du pouvoir. Actes du Colloque, Marne-la-Vallée, 30 mai-1er juin 2002, Limoges, p. 321-328). Dion fait allusion à ces gouvernements et précise d’ailleurs que c’est sa connaissance directe de la région et des peuples qui l’occupent qui fonde le logos ethnographique sur les Pannoniens : 49, 36, 4.

14 Cicéron fait allusion aux critiques dans sa Correspondance, en évoquant l’intention des magistrats de demander son remplacement (Att. 1, 12, 1-2), et à la condamnation d’Antonius à l’issue de son procès dans le pro Flacco (5 ; 95).

15 D.C. 38, 10, 1-3.

16 D.C. 47, 25, 1-2.

17 Ces opérations valurent à Crassus un triomphe en 27 av. J.-C., comme l’attestent les Fastes : CIL I2 p. 50 : ex Thraecia et Geteis (sur la date des opérations, voir Mocsy A., « Der vertuschte Dakerkrieg des M. Licinius Crassus », Historia 15, 1966, p. 511-514, spéc. p. 511). Les opérations de Crassus sont mentionnées aux livres 134 et 135 des Periochae de Tite-Live : si on peut raisonnablement penser que Dion a utilisé Tite-Live, il ne dépend toutefois pas exclusivement de son récit, puisqu’il mentionne les Daces comme adversaires de Crassus, peuple qui n’apparaît ni dans la tradition livienne (Liv. Per. 134 : aduersus Basternas et Moesos et alias gentes, 135 : aduersus Thracas, Flor. II, 26 : bellum Moesicum) ni dans les Fastes, mais qui fut très vraisemblablement impliqué dans les opérations : voir sur ce point Mocsy A., art. cit., qui montre que les succès de Crassus sur les Daces ont été oblitérés dans la tradition livienne ; Manuwald B., op. cit., p. 242.

18 Les succès de Crassus sont passés sous silence par Auguste, dans les Res Gestae, et minimisés dans la littérature augustéenne : d’après Horace, Odes, III, 8, 18, les succès de Crassus ne concernent que les Mésiens et quelques tribus de l’ouest de la Thrace. Comme le souligne Mocsy A., Pannonia and Upper Moesia : a history of the Middle Danube provinces of the Roman Empire, Londres, Boston, 1974, p. 23, seul le récit de Dion ajoute des détails non censurés qui permettent de reconstituer les opérations. L’hypothèse de l’intérêt de Dion pour un épisode symbolique du dernier fonctionnement républicain, rejetée par Rich J., « Augustus and the Spolia Opima », Chiron 26, 1996, p. 87-127, est admise par Tarpin M., « M. Licinius Crassus “imperator” et les dépouilles opimes de la République », RPh. 77, 2003, p. 275-311.

19 Le même procédé, qui consiste à ne pas préciser l’origine ethnique du peuple lors de sa première mention, mais plus tard, peut être observé à propos des Suèves : ce peuple dont les mouvements furent à l’origine de la guerre des Gaules, n’est pas présenté au moment de sa première mention dans l’Histoire romaine (39, 47, 1 ; 39, 48, 5 ; 40, 32, 2), mais bien plus tard, quand des prisonniers suèves furent exhibés dans des combats de gladiateurs donnés en 29 av. J.-C (51, 22, 6).

20 La tradition faisant des Scythes des buveurs de vin immodérés remonte à l’époque archaïque et donna même lieu à des expressions lexicales conservées par les grammairiens, comme le contemporain de Dion Pollux (voir Lenfant D., « Le vin dans les stéréotypes ethniques des Grecs (du rôle de la norme en ethnographie) », J. Jouanna, L. Villard (éd.), Vin et santé en Grèce ancienne, Actes du colloque organisé à l’université de Rouen et à Paris (université de Paris IV-Sorbonne et ENS), 28-30 septembre 1998, BCH Suppl. 40, 2002, spéc. p. 72-73) ; l’expression est connue d’Hérodote, mais son ethnographie scythe la nuance très fortement (Lenfant D., art. cit., p. 82-83).

21 C’est le cas par exemple lorsqu’il s’agit de qualifier le régime politique qui s’impose à Rome après la mort de César : il ne s’agit plus du régime démocratique mais pas encore d’une monarchie au sens strict (50, 1, 1 : Ὁ δὲ δῆμος ὁ τῶν ῾Ρωμαίων τῆς μὲν δημοκρατίας ἀφῆρητο, οὐ μέντοι καὶ ἐς μοναρχίαν ἀκριβῆ ἀπεκέκριτο ἀλλ᾽ ὅ τε Ἀντώνιος καὶ Καῖσαρ ἐξ ἴσου ἔτι τὰ πράγματα εἶχον « Le peuple romain avait été privé de son régime démocratique, mais n’avait cependant pas adopté une monarchie au sens strict du terme : Antoine et Octavien détenaient encore le pouvoir à égalité ») ; c’est seulement après la mort d’Antoine que les Romains connurent à nouveau une monarchie au sens strict (52, 1, 1 : ἐκ δὲ τούτου μοναρχεῖσθαι αὖθις ἀκριβῶς ἤρξαντο, « après cela, ils recommencèrent à vivre sous une véritable monarchie »).

22 L’appartenance ethnique de ce peuple, installé dans le Pont Euxin au IIe siècle av. J.-C., faisait l’objet d’hypothèses diverses dans les sources anciennes : pour Tite-Live (XL, 57, 7 : ils partagent la langue avec les Scordisques) et Plutarque (Paul Émile VIII ; XI pour leur caractère belliqueux), c’était des Celtes ; pour Pline (HN IV, 28, 2), Tacite (Germanie, 46, 1) et avec quelques réserves, pour Strabon (voir surtout VII, 3, 13), c’étaient des Germains ; mais ils occupaient la Scythie : voir Strab. VII, 3, 17, et le nom de Scythes leur avait été un temps appliqué, puisqu’il avait été donné à tous les Sarmates et à tous les Germains (Pline, ibid.). Dion tranche donc le débat en s’en tenant à un critère strictement géographique.

23 SHA Marc Aurèle 22 : les Bastarnes faisaient partie des peuples alliés contre Rome dans la guerre.

24 D.C. 51, 22, 6 : καὶ οἱ μὲν πέραν τοῦ ῾Ρήνου ὧς γε τἀκριβὲς εἶπειν πολλοὶ γὰρ καὶ ἄλλοι τοῦ τῶν Σουήβων ὀνόματος ἀντιποιοῦνται. En ce qui concerne les précisions sur ces deux peuples, on remarquera qu’elles interviennent à l’occasion de leur apparition comme combattants aux spectacles de gladiateurs donnés en l’honneur de la consécration du temple du Divin Jules en 29. Le contexte n’est pas celui d’opérations militaires, mais de la présentation à Rome de succès extérieurs : la précision concernant ces peuples ressort du même souci informatif que celle qui pousse Dion à décrire en détail le rhinocéros et l’hippopotame, montrés alors à Rome pour la première fois.

25 D.C. 67, 6, 2 : Δακοὐς δἐ αὐτοὺς προσαγορεύω, ὥσπερ που καὶ αὐτοι ἑαυτοὺς καὶ οἱ ῾Ρωμαῖοι σφας ὀνομάζουσιν, οὐκ ἀγνοῶν ὅτι Ἑλλήνων τινὲς Γέτας αὐτοὺς λέγουσιν, εἴτε ὁρθῶς εἴτε καὶ μὴ λέγοντες · ἐγὼ γὰρ οἶδα Γέτας τοὺς ὑπὲρ τοῦ Αἵμου παρὰ τὸν Ἴστρον οἱκοῦντας.

26 Plin. HN IV, 18 : « cependant le littoral [du Danube] a été occupé par des races diverses, tantôt par les Gètes, appelés Daces par les Romains… » ; App. Praef. IV, 15. Depuis le règne de Burebistas dans la première moitié du Ier siècle av. J.-C., les Gètes et les Daces avaient fusionné, sinon dans une unité politique, du moins dans une communauté ethnique parlant la même langue, comme cela apparaît dès Strabon (VII, 3, 12 ; 13) ; depuis, les noms de Gètes et de Daces étaient devenus quasiment synonymes dans la littérature, celui de Gètes étant en usage chez les auteurs grecs et dans les inscriptions de langue grecque, celui de Daces étant quant à lui préféré dans la tradition latine : voir la mise au point de Stefan A. S., Les guerres daciques de Domitien et de Trajan, Rome, Coll. EFR 353, 2005, p. 376-378. On note que pour les Pannoniens, Dion avait également rejeté comme erronée la dénomination grecque et adopté la dénomination romaine (49, 36, 6 : « Pour cette raison donc, quant à moi, j’appellerai les uns Paeones et les autres Pannoniens, nom qu’ils se donnent eux-mêmes et que leur donnent les Romains »), ce qui confirme que Dion, même s’il écrit en grec, adopte un lexique romain (Freyburger-Galland M.-L., « Dion Cassius et l’étymologie », REG 105, 1992, p. 246). Dans ce cas, comme dans celui des Daces, il se distingue d’Appien d’Alexandrie, qui utilisait l’appellation erronée de Paiones pour les Pannoniens : Ill., 15, 40 : « Les Péoniens sont un grand peuple riverain de l’Istros… Les Grecs les appellent Péoniens (on dit Pannoniens en langue latine) », alors que les deux peuples occupaient des territoires distincts (Sasel Kos M., « The Pannonians in Appian’s Illyrikè », Illyrica antiqua, Ob honorem Duje Rendic-Miocevic, Zagreb, 2005, p. 433-439 ; Goukowsky P., Appien, Histoire romaine, tome V, Livre IX. Le livre illyrien, texte et trad. P. Goukowsky, notes P. Cabanes, Paris [CUF], 2011, note ad loc.). L’insertion, au cœur de la digression ethnographique, de cette précision en atténue le caractère globalement stéréotypé (comme l’a souligné Sasel Kos M., « Appian and Dio… », art. cit., p. 191).

27 Si l’on ne trouve aucun logos ethnographique dans ce passage, Dion rappelle cependant le mythe de la caverne appelée Ciris, chez les Gètes, qui aurait été d’une telle ampleur qu’elle aurait abrité les Titans (51, 26, 3), une notice qui relève d’une tradition mythographique également bien attestée dans la littérature ethnographique.

28 Déjà chez Tite-Live ou Salluste, l’insertion de notices ethnographiques était de nature à renforcer l’intensité du récit : Thomas R.F., p. 4-5.

29 Sur ce mouvement culturel, on pourra se reporter à l’ouvrage fondamental de Anderson G., The Second Sophistic. A Cultural Phenomenon in the Roman Empire, Londres, New-York, 1993. L’érudition des époques hellénistique et romaine a bénéficié d’un nombre important d’études qui ont permis, notamment, le projet de lexique (en ligne) des grammairiens grecs, actuellement en cours d’achèvement (voir Pagani L., « Le projet Lessico dei Grammatici Greci Antichi [LGGA]. Une histoire prosopographique de l’érudition ancienne », Eruditio Antiqua, 3, 2011, spéc. p. 4, n. 2 pour le bilan bibliographique).

30 Il faut renvoyer au projet Lessico dei Grammatici Grechi Antichi (LGGA), toujours en cours, qui permet d’aborder cette littérature érudite difficile d’accès (voir Pagani L, art. cit.).

31 Steph. Gramm. Ethnika, p. 216, 23 οἱ Δᾶκοι, οὓς καλοῦμεν Δαοὺς…. καὶ παρ᾽ Ἀττικοῖς δὲ τὰ τῶν οἰκετῶν Δᾶοι καὶ Γέται.

32 Voir Marincola J. Authority and Tradition in Ancient historiography, Cambridge, 1997, p. 196; Migliorati G., Cassio Dione e l’impero romano da Nerva ad Antonino Pio. Alla luce dei nuovi documenti, Milan, 2003, p. 67-68.

33 L’auteur des Getica est assimilé au Criton, médecin de Trajan, mentionné par Martial XI, 60, 5-6, notamment par Jacoby F., Die Fragmente der Grieschichen Historiker, II. 4, Berlin, 1962, p. 626.

34 La monographie attribuée à Dion Chrysostome semble avoir été une œuvre érudite plus ample que le récit de campagne de Criton et soutenue par une réflexion ethnico-culturelle : c’est ce qu’a montré Terrei S., « I Getica di Dione Crisostomo », Aevum, LXXIV, 2000, p. 177-186.

35 Migliorati G., op. cit., p. 67 ; voir notamment Jacoby F., op. cit., II. 4, fr. 3b : τοὺς πιλοφόρους Γέτας, ὡς ἄλλοι τέ φασι καὶ Κρίτων ἐν τοῖς Γετικοις.

36 Il est possible que Dion ait utilisé Criton (frg. 1) pour la capture de Décébale et la description du butin (Migliorati G., ibid.., comm. ad 68, 14, 4-5).

37 Prisc. Inst. Gram. VI, 13, GLK II, p. 205 : Traianus in I. Dacicorum : ‘ Inde Berzobim, inde Aizi processimus.

38 Un des rares logoi ethnographiques que livre l’Histoire romaine concerne les Pannoniens (49, 36, 2-3) : il inclut un éclaircissement sur la dénomination de ce peuple, mais celui-ci intervient en conclusion du logos décrivant leurs mœurs. C’est à propos des mœurs que Dion précise qu’il ne tire pas ses connaissances de ses lectures, mais de son expérience personnelle de terrain (49, 36, 4-5).

39 Les remarques qui suivent s’appuient sur l’édition commentée du livre 47 de l’Histoire romaine (Bertrand E. et Fromentin V., op. cit.).

40 Voir, sur le récit stylisé des deux batailles, Bertrand E., « La bataille de Philippes dans l’Histoire romaine de Dion Cassius : un aperçu du travail de l’historien », M.-R. Guelfucci (éd.), Jeux et enjeux de la mise en forme de l’histoire. Recherches sur le genre historique en Grèce et à Rome. Actes du colloque, Besançon, 2-3 juin 2005, Besançon, 2010, p. 329-342.

41 Arnaud P., art. cit., p. 30.

42 Cette marche de contournement est détaillée par Appien, BC IV, 102, 426-430.

43 Voir, sur les sources littéraires de Dion dans ce livre, Bertrand E. et Fromentin V., op. cit., Notice p. xvi-xx.

Notes de fin

1 Cet exposé s’intègre dans les travaux engagés dans le cadre du programme ANR « Dioneia, Lire Cassius Dion 50 après Fergus Millar » (2011-2015, dir. Valérie Fromentin, Bordeaux III). L’édition du livre 47 de l’Histoire romaine de Dion, menée conjointement avec Valérie Fromentin (Bertrand E. et Fromentin V., Dion Cassius, Histoire romaine, Livre 47, Paris [CUF], 2014), et l’enquête préliminaire de Guy Lachenaud sur les éléments topographiques, ethnographiques et géographiques, mise à disposition des membres de l’équipe, en constituent le point de départ.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540