Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Érudition et culture savante

 | 
François Brizay
, 
Véronique Sarrazin

Première partie. Les sources de l'érudition

L’énigmatique Anthologie de Stobée. Organisation du recueil et fiabilité des textes transmis

Édith Parmentier

Texte intégral

  • 1 Cf. Hense O., « Ioannes Stobaios », RE IX, 1916, col. 2549-2586. Plus récemment, cf. R. Goulet R., (...)
  • 2 Cf. Odorico P., « La cultura della Συλλογή », Byzantinische Zeitschrift 83, 1990, p. 1-21.

1L’Anthologie de Stobée1, qui date probablement du Ve siècle de notre ère, est la plus ancienne des encyclopédies byzantines : elle est antérieure au Corpus de Justinien (VIe siècle), que l’on peut considérer comme le prototype, dans le domaine juridique, des Συλλογαἰ ultérieures2, parmi lesquelles figurent les florilèges patristiques, dont beaucoup se constituent au VIIe siècle. En outre, l’Anthologie de Stobée ajoute à son énigmatique antériorité l’obscurité de sa nature.

  • 3 Hypéride, Epitaphios 41-43 = Stobéed IV, 56, 36.

2En effet, l’Anthologie n’est pas un lexique comme les Ethnica “géo-grammaticales” d’Etienne de Byzance, dont elle est chronologiquement proche (VIe siècle) ; ce n’est pas non plus un panorama littéraire comparable à la Bibliothèque que Photius rédigea au IXe siècle ; elle n’est pas davantage une encyclopédie historique comme les Excerpta composés à l’initiative de l’empereur Constantin Porphyrogénète au Xe siècle, ni un dictionnaire comme la Souda, à laquelle elle est également antérieure de cinq siècles. Bref, pour nous, l’Anthologie est une compilation énigmatique que nous utilisons d’abord et surtout comme la source quasi-inépuisable de fragments d’œuvres disparues. En effet, cette compilation est le témoin unique d’un certain nombre d’œuvres disparues, parfois très connues comme, par exemple, l’épilogue de l’Oraison funèbre d’Hypéride3.

  • 4 Sur cette notion, cf. Schepens G., « Jacoby’s FGrHist : Problems, Methods, Prospects », dans Most G (...)

3Le lecteur moderne appréhende ainsi l’ouvrage de Stobée comme une sorte de tissu anthologique où il peut découper les lambeaux d’un auteur dont il aimerait reconstituer l’œuvre. Cependant, pour évaluer la fiabilité des textes transmis, il faut analyser l’Anthologie en tant que cover-text4 et déterminer les principes d’organisation de Stobée, sa méthode de classement des extraits et, partant, sa fidélité à l’égard de ses sources.

4Stobée doit son nom à sa ville, Stobi, située au nord de la Macédoine. Nous ne savons rien de lui : sa datation est déduite de celle du plus récent des auteurs qu’il cite, Thémistios, mort en 388. Son prénom indique que Stobée était d’origine chrétienne, mais « Jean » est un nom de baptême si ordinaire que cela ressemble presque à un anonymat et Stobée peut aussi avoir été juif, car il existait une importante synagogue à Stobi. Parmi les extraits réunis dans l’Anthologie et provenant de plus de 500 auteurs, Stobée ne cite aucun auteur chrétien, mais cela le rapproche des chrétiens de la tradition syriaque qui, au VIe siècle, traduisent Aristote et d’autres auteurs païens pour conserver la culture « classique » qui est essentiellement païenne à l’époque. La lecture du recueil montre seulement que Stobée est influencé par le néo-platonisme. Pour ce qui est de sa personnalité et de ses intentions, nous sommes dans la même ignorance, car l’introduction de l’Anthologie a disparu. Cette lacune est cependant comblée en partie par le résumé qui en subsiste dans la Bibliothèque de Photius (Codex 167), à qui nous devons toutes les indications disponibles sur la composition et la structure de l’Anthologie.

5Tout ce que nous pouvons dire – d’après Photius – est que Stobée aurait composé son recueil de citations à l’intention de son fils Septimius, dans le but de lui inculquer le goût de la lecture. Son Anthologie est un catalogue de citations, sans aucun commentaire ; on y trouve certes des passages doxographiques où un philosophe en résume ou en discute un autre, mais aucun commentaire de Stobée lui-même.

  • 5 Ioannis Stobaei Anthologii libri duo priores qui inscribi solent Eclogae physicae et ethicae, vol.  (...)
  • 6 Sur l’histoire du texte et de ses éditions, cf. Curnis M., L’Antologia di Giovanni Stobeo : una bib (...)

6Pour le lecteur, cette œuvre est désarmante : tel que le texte a été transmis, il n’a ni index, ni ordre alphabétique. On se demande même parfois si l’Anthologie était destinée à être lue dans son intégralité : avec ses 3 351 pages5, elle ressemble à une immense bibliothèque abandonnée, une sorte de réservoir livré à l’entropie, où chacun va puiser des informations sur les livres rares qui s’y entassent6.

  • 7 La distinction de contenu ne correspond pas exactement à la division des livres, car seul le début (...)
  • 8 Cf. Hadot P., « Les divisions des parties de la philosophie dans l’Antiquité », Museum Helveticum 3 (...)
  • 9 Voir la table des matières de l’Anthologie dressée par Searby D.M., « The Intertitles in Stobaeus : (...)

7Le seul classement qui subsiste est la division de l’Anthologie en quatre livres, qui forment deux parties distinctes, avec deux traditions manuscrites différentes : la première partie, intitulée Églogues par les éditeurs, correspond approximativement aux deux premiers livres, qui traitaient de sujets philosophiques et littéraires de tous ordres. La deuxième partie, intitulée Florilège, correspond aux livres III et IV, qui étaient consacrés à l’éthique dans son sens le plus large, allant jusqu’aux questions de vie pratique et d’économie domestique7. Cette division correspond aux divisions habituelles des écoles philosophiques : Physique et Logique, d’une part, Ethique et Politique, d’autre part8. Et d’ailleurs, les préoccupations philosophiques de Stobée ne font aucun doute : Dieu est le premier thème abordé par l’Anthologie (I, 1-3) ; le dernier thème est la mort (IV, 52-58)9.

  • 10 Liste complète ibid. (livres III-IV p. 64-70).

8La survie des deux parties a été inégale : la première a subsisté sous une forme très mutilée (il reste seulement 766 pages des livres I-II), alors que la seconde est pratiquement intacte (2585 pages pour les livres III-IV). Il n’est donc possible d’étudier que l’organisation de la deuxième partie. Celle-ci se présente comme une succession de thèmes antithétiques : le livre III est clairement structuré autour de l’opposition des vertus et des vices : après les premières oppositions ente la vertu et le vice (III, 1-2), la sagesse et la folie (III, 3-4), la modération et l’outrance (III, 5-6), 21 thèmes se succèdent ainsi par associations d’idées : l’opposition entre courage et lâcheté (III, 7-8) conduit à l’antithèse justice/injustice (III, 9-10), qui mène aux antinomies vérité/mensonge (III, 11-12) et franchise/flatterie (III, 13-14), et ainsi de suite10. L’organisation du livre IV est plus confuse, car tous les aspects de la vie politique, sociale et familiale y sont traités, mais le principe est le même. Cependant, malgré cette simplicité, on voit mal comment le lecteur pouvait s’y retrouver sans table alphabétique des thèmes.

9Pour ce qui est du contenu des extraits, les philosophes prédominent dans l’Anthologie qui en cite 203. Viennent ensuite les poètes (152), que Stobée préfère aux prosateurs : si l’on additionne les orateurs et les historiens cités, on atteint un total de seulement 41 prosateurs. Cette préférence s’explique peut-être par une raison technique, si l’on suppose (comme le suggère Photius) que les citations étaient destinées à être apprises par cœur : dans ce cas, la poésie est plus facile à mémoriser que la prose.

  • 11 Cf. Curnis M., « Contenuti e contenitori. Frammenti di storia nell’Antologia di Giovanni Stobeo », (...)

10L’intervention de Stobée et sa créativité personnelle interviennent dans l’organisation du recueil et dans le choix des thèmes et des titres des chapitres, ainsi que dans les lemmes de présentation des extraits. En effet, après son insertion dans le chapitre approprié, chaque citation est présentée par un lemme : sous sa forme la plus simple, celui-ci indique la source du passage (l’auteur cité) ; mais on trouve aussi des lemmes plus développés, qui ajoutent le titre de l’œuvre dont la citation est extraite et, éventuellement, sa référence précise. Ainsi, dans le cas d’Hérodote et de Thucydide qui, avec Xénophon et Nicolas de Damas, sont les historiens les plus fréquemment cités dans l’Anthologie, la numérotation des livres est toujours précisée. Les lemmes des citations de Thucydide offrent même des indications supplémentaires (le nom du personnage qui prononce le discours, par exemple), qui constituent des documents sur la circulation du texte de l’historien athénien dans les premiers siècles de notre ère. Ils montrent en effet que Stobée disposait d’une copie intégrale de Thucydide, qui comprenait peut-être déjà des didascalies11.

11Cependant, l’inventivité de Stobée ne s’exprime pas seulement dans le choix des thèmes et des auteurs cités, elle détermine également le volume accordé à chaque sujet, à savoir l’ampleur des chapitres et la longueur des citations.

12Les chapitres sont de longueur très variable. Il en subsiste au total 208, dont certains comptent moins de 10 extraits, mais d’autres plus de 200. Ainsi, le chapitre Sur la vertu (III, 1) compte 210 citations, alors que dans le même livre III, le chapitre Sur les secrets (III, 41) ne comporte que 10 citations.

  • 12 Stobée I, 49 dans Wachsmuth C., op. cit., p. 318-472.
  • 13 Sur les 17 citations, 9 proviennent du Phédon, les autres de différents dialogues : Phèdre (2), Tim (...)
  • 14 Περὶ τῶν τῆς ψυχῆς δυναμένων.

13La longueur des citations est également variable : dans le volumineux chapitre Sur l’âme qui occupe 155 pages dans l’édition Wachsmuth12 et réunit 69 citations plutôt longues (2 pages en moyenne), on trouve 17 citations de Platon, dont la plus courte se limite à une ligne, alors que la plus longue couvre 11 pages13. Au demeurant, l’auteur le plus souvent cité dans ce chapitre Sur l’âme est Porphyre, dont la supériorité sur Platon dans l’ouvrage est le reflet de sa popularité au Ve siècle : ce chapitre transmet 24 citations de Porphyre, dont cinq sont particulièrement précieuses car elles proviennent d’un traité Sur les puissances de l’âme qui n’est connu que par Stobée14.

14Nous aborderons la méthode de Stobée à partir de deux auteurs abondamment cités dans l’Anthologie, un prosateur et un poète. Le prosateur, l’historien Nicolas de Damas, n’est transmis que par la tradition indirecte et, dans son cas, le classement de Stobée permet de former des hypothèses sur la reconstruction de l’œuvre d’origine. Le poète, Théognis, est transmis à la fois par la tradition directe et par la tradition indirecte ; dans son cas, la comparaison entre les deux traditions permet d’étudier la fiabiblité du texte transmis par Stobée.

Observations sur le classement de l’Anthologie : l’exemple de Nicolas de Damas15

  • 15 Nicolas de Damas. Histoires, Recueil de coutumes, Vie d’Auguste, Autobiographie, Parmentier E.-Baro (...)
  • 16 Il s’agit d’importants fragments d’un traité Sur les plantes (Περὶ φυτῶν) et d’un monumental Commen (...)
  • 17 Traités Sur l’Univers (Περὶ τοῦ παντὸς), Sur les dieux (Περὶ θεῶν), Sur l’âme (Περὶ τῆς ψυχῆς), Sur (...)
  • 18 Cf. Dümmler F., « Zu den historischen Arbeiten der ältesten Peripatetiker », Rheinisches Museum für (...)

15Nicolas de Damas est un auteur polygraphe du Ier siècle av. J.-C. dont le principal intérêt à nos yeux tient au fait qu’il fut à la fois l’historiographe d’Auguste et celui d’Hérode le Grand. Il composa des tragédies et des comédies avant de se faire connaître comme philosophe péripatéticien et comme historien. Son œuvre philosophique n’a subsisté que par la tradition syriaque, puis arabe16. En grec, seuls ont survécu les titres des ouvrages, principalement grâce à Porphyre et à Simplicius17. Son œuvre historique a été mieux conservée, même si elle n’est transmise que de façon lacunaire par la tradition indirecte : elle comprend des Histoires en 144 livres, une biographie d’Auguste (la Vie d’Auguste) et une Autobiographie. Enfin, Nicolas de Damas est également l’auteur d’un ouvrage ethnographique intitulé Recueil de coutumes (Ἐθῶν συναγωγή) et inspiré des Νόμιμα Βαρβαρικά d’Aristote18. Cette Συναγωγή à la fois historique et philosophique ne subsiste que par les extraits cités dans l’Anthologie de Stobée.

  • 19 Stobée I, 49 [Περὶ ψυχῆς], 25a. Il s’agit d’une citation doxographique : le traité de Nicolas de Da (...)
  • 20 Stobée III 14, 7 [Περὶ κολακείας] = Kassel R.-Austin C., Poetae Comici Graeci (PCG) 7, 1989, Nikola (...)
  • 21 Il en existe 18 autres fragments, transmis par un auteur de Mirabilia du IIe siècle, l’« Anonyme du (...)

16Nicolas de Damas est représenté dans l’Anthologie par 50 extraits, ce qui met cet auteur au même rang qu’Hérodote, dont Stobée transmet 51 citations : au livre I de l’Anthologie, un extrait philosophique de Nicolas est tiré de son traité Sur l’âme19 ; au livre III, un extrait de comédie est tiré d’une pièce dont on ignore tout, y compris le titre20. Les 48 autres extraits, répartis sur les livres III et IV, sont des citations tirées du Recueil de coutumes (la Συναγωγή ethnographique) et constituent la quasi-totalité des fragments qui en subsistent21.

17Nous ne savons rien du plan de cette œuvre disparue de Nicolas de Damas. Les peuples dont les coutumes sont décrites par le Recueil ethnographique de Nicolas sont dispersés dans l’Anthologie de Stobée de la façon suivante :

  • Le livre III, citant 11 extraits, évoque

    • 22 Chap. 1 Sur la vertu [Περὶ ἀρετῆς], 200.

    Les Galactophages (Scythes)22

    • 23 Chap. 5 Sur la tempérance [Περὶ σωφροσύνης], 14-16.

    Les Ibères, les Aritoniens (Indiens) et les Dardaniens (llyriens)23

    • 24 Chap. 7 Sur le courage [Περὶ ἀνδρείας], 38-39.

    Les Ombriens et les Celtes24

    • 25 Chap. 9 Sur l’esprit de justice [Περὶ δικαιοσύνης], 49.

    Les Padéens (autre peuple d’Inde)25

    • 26 Chap. 10 Sur l’injustice [Περὶ ἀδικίας], 69.

    Les Ombriens (à nouveau)26

    • 27 Chap. 37 Sur la générosité [Περὶ χρηστότητος], 37.

    Les Prausiens (autre peuple d’Inde) et les Thyniens (Thraces)27

    • 28 Chap. 38 Sur l’envie [Περὶ φθόνου], 52.

    Les Telchines (de Rhodes)28

    • 29 Chap. 2 Sur les lois et les coutumes [Περὶ νόμων καὶ ἐθῶν], 25. Présentation détaillée infra et tra (...)

    Le livre IV cite 37 extraits, qui présentent d’abord une énumération de 26 peuples différents29, puis évoquent

    • 30 Chap. 13 Sur les stratèges [Περὶ στρατηγῶν], 39-40.

    Les Autariates et les Triballes (2 peuples Illyriens)30

    • 31 Chap. 52 Sur la vie [Περὶ ζωῆς], 44.

    Les Causianiens (Thraces ?)31

    • 32 Chap. 55 Sur les funérailles [Περὶ ταφῆς], 12-18.

    Les Bithyniens (côte sud de la mer Noire), les Taures (nord de la mer Noire), les Sindes (Scythes), les Colchidiens (est de la mer Noire), les Phrygiens (sud de la mer Noire et nord de l’Asie Mineure), les Panébiens (Libyens) et les Indiens32.

  • 33 ἒπαινος ζωῆς (§ 1-19) ; ἒπαινος θανάτου (§ 20-55).

18Le contenu des extraits est un catalogue de paradoxes et de mirabilia : par exemple dans le chapitre Sur la vie, qui est divisé en deux parties : l’Éloge de la vie et l’Eloge de la mort33, la citation de la Συναγωγή de Nicolas de Damas rapporte une coutume funéraire attribuée à un peuple de Thrace : « Les Causianiens gémissent sur ceux qui naissent et félicitent ceux qui sont morts. »

Carte des peuples du Recueil ethnographique de Nicolas de Damas cités par l’Anthologie

19La comparaison entre cette carte et l’ordre d’apparition des peuples dans l’Anthologie fait apparaître une dispersion géographique des peuples dans l’œuvre de Stobée qui appelle une première observation sur sa méthode : l’anthologiste ne classe pas les citations dans l’ordre ethno-géographique, mais selon une logique thématique : la dispersion des extraits de la Συναγωγή de Nicolas de Damas s’est faite en fonction des sujets des chapitres de l’Anthologie.

20Cette indifférence à l’égard de la géographie explique, par exemple, l’éparpillement des Scythes : ces derniers – en authentiques nomades – errent et vagabondent d’un bout à l’autre du recueil, où ils apparaissent 5 fois :

  • 34 Περὶ ἀρετῆς (III, 1) = Nicolas de Damas, op. cit., F 104a.

21– Le chapitre Sur la vertu cite une longue citation de Nicolas de Damas reprenant tous les lieux communs de la tradition grecque sur les vertus des Scythes Galactophages34.

  • 35 Περὶ νόμων καὶ ἐθῶν (IV, 2) = Nicolas de Damas, op. cit., F 103 f-g.

22– Puis, parmi les 26 peuples énumérés dans le chapitre Sur les lois et les coutumes35 apparaissent deux peuples scythes, les Sauromates et les Cercètes :

« Les Sauromates mangent pendant trois jours jusqu’à en être gavés. Ils obéissent en tout à leurs femmes comme des serviteurs à leur maîtresse. Une jeune fille ne peut pas se marier avant d’avoir tué un ennemi. »
« Les Cercètes interdisent les lieux sacrés aux coupables, quelle que soit la faute qu’ils ont commise. Si quelqu’un a fait une erreur de navigation, ils lui crachent tous dessus un par un en allant à sa rencontre. »

  • 36 Περὶ ταφῆς (IV, 55) = Nicolas de Damas, op. cit., F 119-120.

23– Enfin, le chapitre Sur les funérailles36 mentionne encore deux autres peuples scythes, les Taures et les Sindes :

« Les Taures, peuple scythe, ensevelissent avec leur roi ses amis les plus proches. Quand meurt l’un des amis du roi, ce dernier se coupe un morceau de l’oreille ou bien l’oreille entière, pour honorer le défunt. »
« Quand les Sindes célèbrent des funérailles, ils déposent sur la tombe du mort autant de poissons qu’il a tué d’ennemis. »

24La dispersion des Scythes dans l’Anthologie montre donc qu’il n’y a pas à chercher de logique géographique chez Stobée : le critère pertinent est celui de l’unité thématique des citations choisies. Toutefois, si l’on observe le classement interne à un même chapitre (dont l’unité thématique préexiste à l’enchaînement des citations), on constate le contraire : les extraits ethnographiques de Nicolas se succèdent alors dans l’ordre géographique auquel on peut s’attendre.

  • 37 Περὶ νόμων καὶ ἐθῶν (IV 2, 25-26) = Nicolas de Damas, op. cit., F 10. Voir l’annexe 5.

25C’est le cas du chapitre Sur les lois et coutumes37, où l’énumération de Stobée fait le tour de la Méditerranée dans l’orde trigonométrique : d’abord l’Espagne (Tartessos), puis l’Italie (Lucaniens, Samnites), l’Adriatique (Libyrniens) et les Celtes. Le voyage continue en mer Noire (Sauromates, Cercètes, Mossynèques), puis Stobée et sa source traversent l’Hellespont et parcourent l’Asie Mineure du nord au sud (Phrygiens, Lyciens, Pisidiens). De là, ils passent directement chez les Ethiopiens puis en Libye, où se succèdent neuf peuples (Buéens, Basouliens, Panébiens, Dapsolibyens, Machlyens, Sardolibyens, Alitemniens, Nomades et Atarantes). On gagne alors l’Orient (Assyriens, Perses) pour arriver en Inde (Indiens) et revenir finalement en Grèce (Lacédémoniens, Crétois).

Coïncidence entre la position géographique des peuples et l’énumération du chapitre

  • 38 C’est pourquoi Müller avait édité ainsi les fragments de Nicolas de Damas (FHG III, Paris, 1849, p. (...)

26Ainsi, à l’intérieur d’un chapitre qui crée une unité thématique préalable, Stobée ne perturbe pas la logique géo-ethnographique de sa source. Cette observation est d’un grand intérêt pour la reconstitution de la Συναγωγή de Nicolas de Damas : on peut supposer que la stucture générale de l’œuvre perdue correspondait à ce qui en subsiste dans ce chapitre de l’Anthologie où 26 citations se succèdent dans l’ordre géographique et sans interruption38.

27Cette hypothèse est d’autant plus tentante que, tout en réorganisant les citations qu’il rassemble en fonction de ses propres rubriques, Stobée est réputé citer ses sources fidèlement. La question se pose cependant de savoir dans quelle mesure il n’est pas conduit à intervenir sur ses sources pour pouvoir les insérer dans l’Anthologie. N’y a-t-il pas une part inévitable de dislocation et d’adaptation du texte original des œuvres dont sont tirés les extraits ? L’évaluation est d’autant plus difficile que, pour certains auteurs, Stobée utilise des florilèges antérieurs. Nous essaierons de tirer quelques conclusions de l’observation de l’exemple de Théognis.

Observations sur la fidélité de l’Anthologie à ses sources : l’exemple de Théognis39

  • 39 Teognide. Elegie, Ferrari F. (éd.), Milan, 1989. Sur Théognis de Mégare, poète élégiaque du VIe siè (...)
  • 40 Cf. Ferreri L. dans Reydams-Schils G. (dir.), op. cit., p. 337-338.
  • 41 Cf. Théognis, Poèmes élégiaques, Carrière J. (éd.), Paris, CUF, 19752, p. 51-52.
  • 42 Περὶ πενίας (IV, 32).

28Théognis est cité 63 fois dans l’Anthologie40. Compte tenu des doublets, Stobée transmet au total 56 fragments des Élégies. Pour certaines citations, c’est même un témoin unique41. Nous analyserons les citations de Théognis dans le chapitre Sur la pauvreté42, qui appartient au livre IV.

  • 43 Περὶ εὐγενείας (I, 29) et Περὶ δυσγενείας (I, 30).
  • 44 Περὶ πλούτου. Ce volumineux chapitre Sur la richesse (IV, 31) comprend 130 paragraphes.
  • 45 Pus modeste que le précédent, ce chapitre compte 45 paragraphes, divisés en Πενίας ἒπαινος (32/1) e (...)
  • 46 Σύγκρισις πενίας καὶ πλούτου (IV, 33).

29Le contexte interne est conforme à la règle générale des structures antithétiques de l’Anthologie : les thèmes traités dans les chapitres précédents sont ceux de la naissance (Sur la naissance noble et Sur la basse naissance)43 et de la richesse (Éloge de la richesse et Blâme de la richesse)44. Vient ensuite le chapitre Sur la pauvreté, qui se divise également en Éloge de la pauvreté et Blâme de la pauvreté45. La série s’achève par un chapitre consacré à une Comparaison entre la pauvreté et la richesse46.

  • 47 Il contient aussi 3 citations sans lemme.
  • 48 § 34a, § 34b, § 36a, § 36b et § 38. Voir ci-après.
  • 49 L’ordre des auteurs cités est le suivant : Euripide1 ; Ménandre1 ; Philèmon ; Diphilos ; Sophocle ; (...)

30Le chapitre Sur la pauvreté cite au total 16 poètes et 10 prosateurs différents47. Tous les extraits des prosateurs sont réunis dans la première partie, l’Eloge de la pauvreté. Les cinq extraits de Théocrite apparaissent dans la seconde partie, le Blâme de la pauvreté48, où ils dialoguent avec des citations d’autres poètes49 :

  • 50 Cyrnos est le destinataire des distiques.

« – Théognis :
O dégradante pauvreté, pourquoi peser sur mes épaules pour avilir mon corps et mon esprit ? Tu m’inities de force, malgré ma répugnance, à toutes sortes de bassesses, moi qui savais entre tous les hommes ce que sont noblesse et beauté.
– Théognis :
Car sous le joug de la pauvreté aucun homme ne peut rien dire ni rien faire, et sa langue reste enchaînée.
– Alcée :
Mal odieux que la pauvreté, mal intolérable, qui avec sa sœur l’impuissance pèse lourdement sur le peuple.
– Théognis :
Ne reproche jamais à un homme, dans ta colère, Cyrnos50, la pauvreté qui consume son cœur, ni la gêne qu’il maudit ; car Zeus fait pencher la balance tantôt vers l’un, tantôt vers l’autre, et envoie tour à tour richesse et dénuement.
– Théognis :
Il faut sans cesse, chercher à desserrer les liens de la pauvreté, Cyrnos, aussi bien sur la terre que sur la vaste croupe de la mer.
– Hésiode :
Ne va jamais faire honte à un homme dont le cœur se consume sous l’effet d’une maudite pauvreté, car celle-ci est un don des dieux immortels.
– Théognis :
Il faut vraiment fuir la pauvreté, Cyrnos, et se jeter dans la mer aux abîmes peuplés de monstres, ou du haut des rochers escarpés.

  • 51 Traduction Carrière (légèrement modifiée) des paragraphes où sont insérées les citations deThéognis (...)

– Euripide :
Car nous ne pouvons émerger au-dessus de la crête des vagues : la pauvreté, le plus odieux des fléaux, s’accroît encore et la richesse fuit51. »

Le classement des citations

  • 52 § 35 : Alkcée F 23 et F 90.
  • 53 § 37 : Les Travaux et les jours, v. 717-718.
  • 54 2 fragments de l’Archélaos : F 3 Jouan (§ 39) et F 17 Jouan (§ 41).

31Les citations de Théognis sont entrelacées avec des vers d’Alcée52, d’Hésiode53 et d’Euripide54. Les associations littéraires entre Théognis et Alcée, puis entre Théognis et Hésiode, et enfin entre Théognis et Euripide, sont justifiées : les vers sont bien connus et s’enrichissent au miroir les uns des autres par les images. Il est d’ailleurs probable que ces associations sont anciennes et que ces enchaînements de vers sur la pauvreté ont été préalablement élaborés et présentés ainsi dans un florilège antérieur où Stobée les a trouvés.

  • 55 Cf. Condello F., « Due presunte elegie lunghe nei Theognidea », Prometheus. Rivista di studi classi (...)

32On pourrait d’ailleurs penser que Théognis se prête bien à la dislocation, vu la nature des Elégies, composées en distiques. Mais ce n’est pas le cas : non seulement les distiques de Théognis sont organisés thématiquement, mais la structure des Elégies est comparable à celle de dialogues, à la façon des chaînes symposiaques où les convives d’un banquet se répondent sur un thème donné, comme dans les Deipnosophistes d’Athénée et les Saturnales de Macrobe55.

33De fait, les citations de Théognis sont présentées par Stobée de façon chaotique par rapport au poème original. L’Anthologie énumère les distiques de la façon suivante :

34Parmi les distiques cités par Stobée, trois se suivaient dans les Élégies, formant une séquence continue de six vers (v. 175-180). L’Anthologie les disloque en les répartissant sur trois paragraphes séparés (38-34-36), alors que le texte de Théognis développait sa propre logique :

Stobée, Anthologie, IV, 32

Théognis, Elégies, I

34 a

v. 649-652

34 b

v. 177-178

36 a

v. 155-158

36 b

v. 179-180

38

v. 175-176

  • 56 Théognis, v. 175-176 = Stobée § 38.
  • 57 Théognis, v. 177-178 = Stobée § 34 b.
  • 58 Théognis, v. 179-180 = Stobée § 36 b.

« Il faut vraiment fuir la pauvreté, Cyrnos, et se jeter dans la mer aux abîmes peuplés de monstres, ou du haut des rochers escarpés56.
Car l’homme ne peut rien dire ni rien faire sous le joug de la pauvreté, et sa langue reste enchaînée57.
C’est pourquoi, Cyrnos, il faut chercher à desserrer les liens de la pauvreté, aussi bien sur la terre que sur la vaste croupe de la mer58. »

35Pour amalgamer ces distiques au tissu anthologique, il a fallu non seulement les disloquer, mais aussi procéder à des remaniements et retravailler le texte original. De fait, l’insertion des citations de Théognis au catalogue de Stobée sur la pauvreté ne s’est pas faite sans quelques interventions.

La fiabilité du texte transmis par l’Anthologie

36L’Anthologie intervient sur le texte original à trois reprises dans ce chapitre. Comme le montre le tableau qui suit, les interventions portent sur le début des séquences, selon une technique commune à tous les compilateurs.

  • Dans l’Anthologie, la maxime de Théognis καὶ γὰρ ἀνὴρ (v. 177 : « l’homme ») devient πᾶς γὰρ ἀνὴρ (§ 34 b : « aucun homme »). L’ajout de πᾶς, qui remplace καὶ au début du paragraphe, permet de donner une portée générale au propos, tout en conservant γὰρ (« en effet »), qui reste le lien logique nécessaire avec la citation précédente, tirée du même auteur.

  • Dans l’Anthologie (§ 38), le vers de Théognis ἣν δὴ χρὴ (v. 175) devient χρὴ πενίην. Pourquoi le pronom relatif ἣν, grammaticalement correct et plus élégant que la répétition, est-il remplacé par son antécédent πενίην ? Pour le comprendre, il faut observer le contexte : l’antécédent πενίην appartient à la citation précédente (§ 37). Or, celle-ci n’est pas tirée de Théognis, mais d’Hésiode. Du point de vue grammatical, l’Anthologie pourrait fusionner les deux citations, mais avec cet amalgame entre les auteurs, que resterait-il de la mémoire des textes ?

  • 59 « testes omnes » (v. 175 et v. 177).
  • 60 πᾶς γὰρ ἀνὴρ πενίῃ δεδημένος (Ethique à Eudème, 1230 a 13).
  • 61 χρὴ πενίην φεύγοντα (Plutarque, Sur les contradictions stoïciennes, 1039 f 4). Chrysippe vécut au I (...)

37Ces deux interventions sont antérieures à Stobée, comme l’indique l’apparat critique59. La première est déjà connue d’Aristote, qui cite Théocrite en substituant πᾶς à καὶ60. La deuxième intervention est attestée chez Chrysippe, cité par Plutarque61. Cela montre que des versions déjà remaniées du texte de Théognis circulaient à l’époque de Stobée et que l’Anthologie a puisé ses distiques au sein d’une panoplie de lieux communs. Toutefois, les remaniements étaient limités par le souci de préserver la séparation entre les différents auteurs cités.

38La troisième intervention est due à Stobée lui-même, qui supprime un lien logique fort : le vers de Théognis χρὴ γὰρ ὁμῶς ἐπὶ γῆν (v. 179 : « c’est pourquoi il faut ») devient χρὴ δʹἀεὶ κατὰ γῆν (« il faut sans cesse », Anthologie, § 36 b).

39L’anthologiste modifie donc les connections logiques des passages qu’il cite et pas seulement le plan général des ouvrages dont les extraits sont tirés. Aussi apparaît-il illusoire de reconstruire les ouvrages transmis par sa compilation : les textes ainsi préservés ne reflètent les œuvres dont ils ont été extraits que de façon très déformée.

  • 62 À la différence de l’Anthologie Palatine où il existe des « adespota », les citations anonymes sont (...)

40Cependant, s’il est vain de demander à l’Anthologie de sauver des œuvres perdues, celle-ci fournit, en revanche, un document à exploiter pour l’histoire de la réception et de l’interprétation de ces œuvres. De ce point de vue, l’originalité de Stobée est de préserver scrupuleusement le nom des auteurs et leur spécificité62. Cela s’explique par la nature même de l’Anthologie, car même si les objectifs exacts nous en demeurent inconnus, il est évident que Stobée cherche à conserver un patrimoine littéraire et moral. Ce sont les auteurs qui, par leur autorité, cautionnent les citations et justifient leur entrée dans le catalogue. L’Anthologie constitue un contexte d’adoption où les citations prennent place comme des « objets » qu’on utilise et réutilise. Mais, même si nous ne pouvons qu’entrevoir la forme où ont existé ces auteurs et ces œuvres disparus, l’œuvre de Stobée en crée la mémoire. C’est pourquoi, à la différence d’un matériel archéologique que l’on remploie au cours des siècles sans même parfois en connaître l’usage d’origine, l’Anthologie mémorise le lien avec l’origine.

Annexes

ANNEXE

Stobée, Anthologie, IV 2 [Sur les lois et coutumes], 25 = Nicolas de Damas, Recueil de coutumes

« Les habitants de Tartessos

Chez les habitants de Tartessos, il est interdit à un cadet de témoigner contre son aîné.

Les Lucaniens

Les Lucaniens jugent chez eux les affaires de débauche et d’oisiveté comme les autres délits : si quelqu’un est accusé d’avoir accordé un prêt à un débauché, sa créance lui est confisquée. À Athènes aussi, il y a des procès pour oisiveté.

Les Samnites

Chez les Samnites, les jeunes gens et les jeunes filles sont chaque année soumis à un jugement public : le jeune homme jugé le meilleur prend pour épouse la jeune fille de son choix, et après lui le second, et ainsi de suite.

Les Libyrniens

(Adriatique
Les Libyrniens mettent leurs femmes en commun et élèvent leurs enfants en commun jusqu’à l’âge de cinq ans. Puis, la sixième année, ils rassemblent tous les enfants, comparent les ressemblances entre les enfants et les hommes et attribuent à chaque père celui qui lui ressemble. Et chacun accueille comme son fils l’enfant qu’il reçoit par ce procédé.

Les Celtes

Les Celtes mènent toutes les affaires publiques sans se séparer de leurs épées. Le meurtre d’un étranger est puni plus sévèrement que celui d’un citoyen celte : dans le premier cas, le coupable est condamné à mort, dans le second, il est frappé d’exil. Ils accordent les plus grands honneurs à ceux qui agrandissent le territoire commun. Ils ne ferment jamais les portes de leurs maisons.

Les Sauromates (Scythes)

Les Sauromates mangent pendant trois jours jusqu’à en être gavés. Ils obéissent en tout à leurs femmes comme des serviteurs à leur maîtresse. Une jeune fille ne peut pas se marier avant d’avoir tué un ennemi.

Les Cercètes (Scythes)

Les Cercètes interdisent les lieux sacrés aux coupables, quelle que soit la faute qu’ils ont commise. Si quelqu’un a fait une erreur de navigation, ils lui crachent tous dessus un par un en allant à sa rencontre.

Les Mosyniens (Pont-Euxin)

Les Mosyniens entretiennent leur roi enfermé dans une tour ; si l’un d’entre eux semble avoir pris une mauvaise décision, ils le font mourir de faim. Ils répartissent la nourriture en portions égales et donnent une part du lot commun au roi. Ils sont très hostiles aux étrangers qui arrivent chez eux.

Les Phrygiens

Les Phrygiens ne pratiquent pas l’usage des serments : ils n’en font pas eux-mêmes et n’en font pas prêter aux autres. Si quelqu’un tue chez eux un bœuf d’attelage ou vole un outil agricole, il est puni de mort.

Les Lyciens

Les Lyciens respectent les femmes plus que les hommes : ils portent le nom de leur mère et lèguent leur héritage à leurs filles et non pas à leurs fils. Si un homme libre est surpris à voler, il est réduit en esclavage. Dans les procès, ils ne produisent pas les témoins sur-le-champ, mais après un délai d’un mois.

Les Pisidiens

Les Pisidiens offrent les prémices de leurs repas à leurs parents, comme nous le faisons aux dieux qui président aux libations. Le motif de procès le plus grave concerne les dépôts d’argent : ils mettent à mort quiconque détourne l’argent qu’on lui a confié. Si un homme est convaincu d’adultère, il est promené autour de la ville sur un âne avec la femme coupable pendant un nombre de jours déterminé.

Les Éthiopiens

Les Éthiopiens respectent leurs sœurs par-dessus tout. Chez eux, les rois ne confient pas leur succession à leurs propres fils, mais à ceux de leurs sœurs ; s’il n’y a pas de successeur, ils désignent comme roi celui de tous qui est à la fois le plus beau et le meilleur combattant. Ils pratiquent la piété et la justice. Leurs maisons n’ont pas de portes et sur les routes, où circulent beaucoup de biens, il n’y a pas un seul voleur.

Les Buéens (Libyens)

Chez les Buéens de Libye, un homme règne sur les hommes et une femme sur les femmes.

Les Basouliens(Libyens)

Quand les Basouliens de Libye font la guerre, ils combattent la nuit et vivent en paix le jour.

Les Dapsolibyens

Quand les Dapsolibyens sont réunis, ils célèbrent des noces générales au même moment, en un seul jour, après le coucher de la constellation des Pléiades ; puis, après le festin, ils éteignent les lumières et rejoignent séparément les femmes qui sont couchées ; chacun prend alors celle que le hasard lui fait rencontrer.

Les Machlyens (Libyens)

Quand les Machlyens de Libye sont nombreux à rivaliser pour une femme, ils organisent un dîner chez le beau-frère de celle-ci et en sa présence ; ils lancent de multiples plaisanteries et celui qui arrive à faire rire la femme obtient de l’épouser.

Les Sardolibyens

Les Sardolibyens ne possèdent aucun outil, sauf des vases et des couteaux.

Les Alitemniens (Libyens)

Les Alitemniens de Libye choisissent comme rois ceux d’entre eux qui sont les plus rapides et, parmi les autres, tiennent en honneur celui qui est le plus juste.

Les Nomades de Libye

Les Nomades de Libye ne mesurent pas le temps en jours, mais en nuits.

Les Atarantes (Libyens)

Les Atarantes de Libye n’ont pas de noms individuels. Ils lancent des insultes au soleil qui se lève parce qu’il annonce des maux multiples. Ils considèrent comme les meilleures de leurs filles celles qui sont restées vierges le plus longtemps.

Les Béotiens

Certains Béotiens amènent les mauvais débiteurs sur l’agora, les y font asseoir et les couvrent d’une corbeille : celui qui a été ainsi “encorbeillé” est frappé d’atimie. Il semble que le père d’Euripide, qui était Béotien d’origine, ait subi cette peine.

Les Assyriens

Les Assyriens vendent sur l’agora les filles à marier à ceux qui veulent les épouser : ils commencent par les plus nobles et les plus belles, puis vendent les autres en ordre décroissant ; quand ils en arrivent aux moins chères, ils annoncent la somme que recevront ceux qui veulent bien les épouser et dotent les jeunes filles du produit de la vente des belles fiancées. Ils cultivent par-dessus tout la profondeur et l’égalité d’âme.

Les Perses

Chez les Perses, on ne parle même pas de ce qu’il est interdit de faire. Si quelqu’un tue son père, on le considère comme un fils supposé. Si quelqu’un reçoit des coups de fouet par ordre du roi, il se réjouit de sa chance parce que le roi s’est souvenu de lui. Ils reçoivent des présents de la part du roi s’ils ont beaucoup d’enfants. Leurs enfants apprennent comme une science le fait de dire la vérité.

Les Indiens

Chez les Indiens, si quelqu’un se fait voler l’argent qu’il a prêté ou mis en dépôt, il n’y a pas de procès et le créancier s’accuse lui-même. Celui qui prive un artisan de l’usage de sa main ou de son œil est puni de mort. Par ordre du roi, on tond le crâne des plus grands coupables, car c’est là la plus grande infamie.

Les Lacédémoniens

Chez les Lacédémoniens, il est honteux d’apprendre d’autres sciences que celles qui conviennent à la guerre. Tous les hommes prennent leurs repas en commun. Ils révèrent les vieillards autant que leurs pères. Les jeunes filles pratiquent les exercices physiques comme les hommes. Il est interdit aux étrangers de demeurer à Sparte et aux Spartiates de vivre à l’étranger. Ils recommandent à leurs femmes de coucher avec les hommes les plus beaux, parmi les habitants de la cité et parmi les étrangers, pour en avoir des enfants. Il est honteux pour un Spartiate de faire du commerce. La monnaie qu’ils utilisent est en cuir et, si quelqu’un est trouvé avec de l’or ou de l’argent, il est condamné à mort. […]

Les Crétois

Les Crétois furent les premiers Grecs à avoir des lois, instituées par Minos, qui fut aussi le premier à dominer la mer. Minos prétendait avoir appris ces lois de Zeus lui-même, en se rendant tous les neuf ans sur une montagne où, disait-on, se trouvait l’antre de Zeus, et en avoir rapporté à chaque fois des lois aux Crétois. C’est ce que rappelle Homère, quand il dit : “Parmi elles, il y a Cnossos, grande ville où Minos régna par cycles de neuf ans, confident du grand Zeus.” Les enfants crétois sont élevés en groupe et reçoivent une éducation sévère : on leur apprend à faire la guerre, on leur fait faire des chasses et des courses en montagne nu-pieds, et ils exécutent la danse en armes, la pyrrhique, inventée par le Crétois Pyrrhichos de Cydonia… »

Notes

1 Cf. Hense O., « Ioannes Stobaios », RE IX, 1916, col. 2549-2586. Plus récemment, cf. R. Goulet R., « Jean Stobée », Dictionnaire des Philosophes Antiques (DPhA) 3, Paris, 2000, J 2 p. 1012-1017 ; Piccione R. M.-Runia D.T., « Stobaios », Der neue Pauly XI, 2001, col. 1006-1010.

2 Cf. Odorico P., « La cultura della Συλλογή », Byzantinische Zeitschrift 83, 1990, p. 1-21.

3 Hypéride, Epitaphios 41-43 = Stobéed IV, 56, 36.

4 Sur cette notion, cf. Schepens G., « Jacoby’s FGrHist : Problems, Methods, Prospects », dans Most G.W. (éd.), Collecting Fragments – Fragmente sammeln, Göttingen, 1997, p. 144-172.

5 Ioannis Stobaei Anthologii libri duo priores qui inscribi solent Eclogae physicae et ethicae, vol. 1-2, Wachsmuth C., Berlin, 1884 ; Ioannis Stobaei Anthologium, vol. 3 Liber III, vol. 4-5, Liber IV, Hense O. (éd.), Berlin, 1894-1923.

6 Sur l’histoire du texte et de ses éditions, cf. Curnis M., L’Antologia di Giovanni Stobeo : una biblioteca antica dai manoscritti alla stampe, Alessandria, 2008.

7 La distinction de contenu ne correspond pas exactement à la division des livres, car seul le début du livre II est « théorique » (chap. 1-6) ; à partir du chapitre 7, ce livre traite déjà d’éthique (chap. 7-46).

8 Cf. Hadot P., « Les divisions des parties de la philosophie dans l’Antiquité », Museum Helveticum 36, 1979, p. 201-223.

9 Voir la table des matières de l’Anthologie dressée par Searby D.M., « The Intertitles in Stobaeus : Condensing a Culture ? », dans Reydams-Schils G. (dir.), Thinking through Excerpts. Studies on Stobaeus, Turnhout, 2011, p. 23-70.

10 Liste complète ibid. (livres III-IV p. 64-70).

11 Cf. Curnis M., « Contenuti e contenitori. Frammenti di storia nell’Antologia di Giovanni Stobeo », dans Gazzano F.-Ottone G.-Santi Amantini L. (dir.), Ex fragmentis per fragmenta Historiam tradere, Rome, 2011, p. 197-207. Les érudits antiques appellent « didascalies » les listes de chapitres qui accompagnnet certains ouvrages et sont les ancêtres de nos tables des matières.

12 Stobée I, 49 dans Wachsmuth C., op. cit., p. 318-472.

13 Sur les 17 citations, 9 proviennent du Phédon, les autres de différents dialogues : Phèdre (2), Timée (2), République (2), Cratyle (1), Gorgias (1).

14 Περὶ τῶν τῆς ψυχῆς δυναμένων.

15 Nicolas de Damas. Histoires, Recueil de coutumes, Vie d’Auguste, Autobiographie, Parmentier E.-Barone F. (éd.), Paris, Les Belles Lettres, 2011.

16 Il s’agit d’importants fragments d’un traité Sur les plantes (Περὶ φυτῶν) et d’un monumental Commentaire d’Aristote (Περὶ τῆς Ἀριστοτέλους φιλοσοφίας). L’œuvre philosophique de Nicolas de Damas est présentée dans Moraux P., Der Aristotelismus bei den Griechen von Andronikos bis Alexander von Aphrodisias, vol. 1. Die Renaissance des Aristotelismus im I. Jh.v.Chr., Berlin, 1973, p. 445-514 (place de Stobée dans la tradition p. 481-487).

17 Traités Sur l’Univers (Περὶ τοῦ παντὸς), Sur les dieux (Περὶ θεῶν), Sur l’âme (Περὶ τῆς ψυχῆς), Sur le Beau moral dans l’action (Περὶ τῶν ἐν τοῖς πρακτικοῖς καλῶν). Cf. Schneider J.-P., « Nicolas de Damas », DPhA 4, 2005, N 45, p. 669-679.

18 Cf. Dümmler F., « Zu den historischen Arbeiten der ältesten Peripatetiker », Rheinisches Museum für Philologie 42, 1887, p. 177-197 (Nikolaos von Damaskos p. 192-195).

19 Stobée I, 49 [Περὶ ψυχῆς], 25a. Il s’agit d’une citation doxographique : le traité de Nicolas de Damas Sur l’âme, dont l’existence est mentionnée par Averroès mais qui a entièrement disparu, est cité par Porphyre dans une discussion sur les « parties de l’âme » (τὰ μέρη τῆς ψυχῆς). Cf. Porphyrius, Fragmenta, Smith A. (éd.), Leipzig/Stuttgart, 1993, 253 F 88-109. Cf. également Nicolaus Damascenus’On the Philosophy of Aristotle. Fragments of the first five Books translated from the Syriac, Drossart Lulofs H.J. (éd.), Leyde, 1969, t. 9.

20 Stobée III 14, 7 [Περὶ κολακείας] = Kassel R.-Austin C., Poetae Comici Graeci (PCG) 7, 1989, Nikolaos F 1, p. 51-54. Il s’agit d’une assez longue tirade (45 trimètres), prononcée par un personnage qui fait l’apologie de l’art de vivre en parasite. Le lemme de Stobée attribue cette comédie (dont il ne donne pas le titre) à « Nicolas », sans préciser l’ethnique. L’Autobiographie de Nicolas indique qu’« il composa des tragédies et des comédies réputées » avant de devenir philosophe et historien (Nicolas de Damas, op. cit., F 132). L’attribution de ce fragment est donc discutée. Cf. notamment Spoerri W., « N. von Damaskos », Kleine Pauly IV, 1972, col. 109-111.

21 Il en existe 18 autres fragments, transmis par un auteur de Mirabilia du IIe siècle, l’« Anonyme du Vatican ». Leur attribution à Nicolas de Damas n’est pas entièrement démontrée : cf. Naturalium rerum scriptores Graeci minores. vol. I Paradoxographi, Keller O. (éd.), Leipzig, 1877, p. 106-115 ; Giannini A., « Studi sulla paradossografia greca II », ACME 17, 1964, p. 99-140 (p. 137), avec des modifications dans l’édition des Paradoxographorum Graecorum reliquiae, Milan, 1966, p. 162-163.

22 Chap. 1 Sur la vertu [Περὶ ἀρετῆς], 200.

23 Chap. 5 Sur la tempérance [Περὶ σωφροσύνης], 14-16.

24 Chap. 7 Sur le courage [Περὶ ἀνδρείας], 38-39.

25 Chap. 9 Sur l’esprit de justice [Περὶ δικαιοσύνης], 49.

26 Chap. 10 Sur l’injustice [Περὶ ἀδικίας], 69.

27 Chap. 37 Sur la générosité [Περὶ χρηστότητος], 37.

28 Chap. 38 Sur l’envie [Περὶ φθόνου], 52.

29 Chap. 2 Sur les lois et les coutumes [Περὶ νόμων καὶ ἐθῶν], 25. Présentation détaillée infra et traduction en annexe 5. Aux 26 citations avérées du § 25 vient s’ajouter un 27e fragment d’attribution discutée au § 26.

30 Chap. 13 Sur les stratèges [Περὶ στρατηγῶν], 39-40.

31 Chap. 52 Sur la vie [Περὶ ζωῆς], 44.

32 Chap. 55 Sur les funérailles [Περὶ ταφῆς], 12-18.

33 ἒπαινος ζωῆς (§ 1-19) ; ἒπαινος θανάτου (§ 20-55).

34 Περὶ ἀρετῆς (III, 1) = Nicolas de Damas, op. cit., F 104a.

35 Περὶ νόμων καὶ ἐθῶν (IV, 2) = Nicolas de Damas, op. cit., F 103 f-g.

36 Περὶ ταφῆς (IV, 55) = Nicolas de Damas, op. cit., F 119-120.

37 Περὶ νόμων καὶ ἐθῶν (IV 2, 25-26) = Nicolas de Damas, op. cit., F 10. Voir l’annexe 5.

38 C’est pourquoi Müller avait édité ainsi les fragments de Nicolas de Damas (FHG III, Paris, 1849, p. 466-474), alors que Jacoby (FGrHist 90) est revenu à la présentation de Stobée.

39 Teognide. Elegie, Ferrari F. (éd.), Milan, 1989. Sur Théognis de Mégare, poète élégiaque du VIe siècle av. J.-C., cf. notamment Bowie E., « The Theognidea: A Step towards a Collection of Fragments? », dans Collecting Fragments, op. cit., p. 53-66.

40 Cf. Ferreri L. dans Reydams-Schils G. (dir.), op. cit., p. 337-338.

41 Cf. Théognis, Poèmes élégiaques, Carrière J. (éd.), Paris, CUF, 19752, p. 51-52.

42 Περὶ πενίας (IV, 32).

43 Περὶ εὐγενείας (I, 29) et Περὶ δυσγενείας (I, 30).

44 Περὶ πλούτου. Ce volumineux chapitre Sur la richesse (IV, 31) comprend 130 paragraphes.

45 Pus modeste que le précédent, ce chapitre compte 45 paragraphes, divisés en Πενίας ἒπαινος (32/1) et Πενίας ψόγος (32/2).

46 Σύγκρισις πενίας καὶ πλούτου (IV, 33).

47 Il contient aussi 3 citations sans lemme.

48 § 34a, § 34b, § 36a, § 36b et § 38. Voir ci-après.

49 L’ordre des auteurs cités est le suivant : Euripide1 ; Ménandre1 ; Philèmon ; Diphilos ; Sophocle ; Ménandre2 ; Euripide2 ; Callimaque ; Krantoros ; Théognis1 ; Théognis2 ; Alcée ; Théognis3 ; Théognis4 ; Hésiode ; Théognis5 ; Euripide3 ; Aristophon ; Euripide4 ; Ménandre3 ; Ménandre4 ; Timoclès ; Aristophon.

50 Cyrnos est le destinataire des distiques.

51 Traduction Carrière (légèrement modifiée) des paragraphes où sont insérées les citations deThéognis (§ 34-39).

52 § 35 : Alkcée F 23 et F 90.

53 § 37 : Les Travaux et les jours, v. 717-718.

54 2 fragments de l’Archélaos : F 3 Jouan (§ 39) et F 17 Jouan (§ 41).

55 Cf. Condello F., « Due presunte elegie lunghe nei Theognidea », Prometheus. Rivista di studi classici 35, 2009, p. 193-218 (avec la bibliographie des Seminari Romani di Cultura Greca depuis 1998).

56 Théognis, v. 175-176 = Stobée § 38.

57 Théognis, v. 177-178 = Stobée § 34 b.

58 Théognis, v. 179-180 = Stobée § 36 b.

59 « testes omnes » (v. 175 et v. 177).

60 πᾶς γὰρ ἀνὴρ πενίῃ δεδημένος (Ethique à Eudème, 1230 a 13).

61 χρὴ πενίην φεύγοντα (Plutarque, Sur les contradictions stoïciennes, 1039 f 4). Chrysippe vécut au IIIe siècle av. J.-C.

62 À la différence de l’Anthologie Palatine où il existe des « adespota », les citations anonymes sont rares dans l’Anthologie de Stobée (la disparition des deux lemmes du chapitre Sur le Blâme de la pauvreté est imputable aux dégâts du temps). Le seul véritable problème de cet ordre concerne les Placita, qui sont l’une des sources du livre I de l’Anthologie : l’attribution de cet ouvrage perdu à Aëtius, philosophe du Ier siècle de notre ère (H. Diels, Doxographi Graeci, Berlin, 1879, p. 267-444) est aujourd’hui discutée.

Table des illustrations

Légende Carte des peuples du Recueil ethnographique de Nicolas de Damas cités par l’Anthologie
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89748/img-1.jpg
Fichier image/, 112k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89748/img-2.jpg
Fichier image/, 184k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89748/img-3.jpg
Fichier image/, 213k

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540