Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Entre mer et ciel

 | 
Philippe Hroděj
, 
Marie-Christine Michaud

Deuxième partie. Les rouliers des mers

Parcours et détours des navires vers les îles d’Amérique dans la première moitié du XVIIe siècle

Éric Roulet

Volltext

  • 1 Les Français s’implantent officiellement à Saint-Christophe en 1625 et à la Guadeloupe et à la Mar (...)

1Les premiers établissements fondés par les Français dans les Petites Antilles (Saint-Christophe, la Martinique et la Guadeloupe) dépendent étroitement durant la première moitié du XVIIe siècle de l’approvisionnement venant de la métropole1. Ils ne produisent pas ou peu de vivres et ont besoin d’objets manufacturés (outils, armes, vêtements). La sûreté de la liaison transatlantique est donc essentielle à leur survie et à leur développement. La route des Îles ouverte par Christophe Colomb est bien connue des capitaines de navires et des pilotes français qui la fréquentent depuis le XVIe siècle, mais elle demeure dangereuse et est parsemée d’embûches, ce qui les conduit à modifier leur itinéraire au risque parfois d’affronter de plus grands dangers encore. Mais quelles difficultés ont rencontrées les capitaines pour justifier de tels changements ? Dans quelle mesure les aléas de la navigation vers les Îles influent-ils sur les débuts de la colonisation française entreprise sous l’autorité de la Compagnie des Îles et du Roi ?

  • 2 Anonyme de Carpentras, Un flibustier dans la mer des Antilles (1618-1620). Relation d’un voyage in (...)

2Les documents pouvant apporter un éclairage sur ces questions ne sont pas nombreux. Aucun journal de bord n’a été conservé. Seul le récit d’un des membres de l’équipage du capitaine Fleury nous rapporte dans le menu détail les péripéties d’un voyage en Amérique en 1618-16202. Ce que nous savons de la navigation à l’époque de la Compagnie des Îles (1626-1648) vient essentiellements de délibérations des associés rapportant les déboires des capitaines, des chartes-parties détaillant le parcours choisi et surtout des témoignages de passagers à bord des navires. Les relations des missionnaires (Pierre Pélican, Jacques Bouton, Jean-Baptiste Dutertre, Pacifique de Provins, Mathias Dupuis, André Chevillard, Maurile de Saint-Michel) et des engagés et voyageurs (Guillaume Coppier, Daniel Le Hirbec) sont pré-cieuses quoique les éléments rapportés sur le voyage soient souvent très succincts et ne répondent pas à toutes les questions sur l’itinéraire (cap, relâche) et les conditions de la navigation (temps, vent). Aussi est-il difficile de faire un état statistique des routes empruntées. Elles expliquent cependant parfois les choix maritimes des capitaines.

La route des Indes et ses aléas

  • 3 Anthiaume A., Charte-partie, le 4 août 1635 dans Cartes marines, constructions navales, voyages de (...)
  • 4 Archives Nationales d’Outre-Mer, Aix-en-Provence (ANOM), F2A 13, Délibération de la Compagnie des (...)

3Les bateaux français qui vont aux Îles quittent leur port d’attache dans La Manche (Le Havre, Dieppe) ou dans l’Atlantique (Nantes, La Rochelle) pour filer plein sud. Ils longent la péninsule Ibérique puis la côte occidentale de l’Afrique pour tenter de relâcher à Madère, aux Canaries ou plus au sud encore, au Cap-Vert. Ces îles sont les dernières terres touchées par les navires avant d’entreprendre la grande traversée. Il existe alors deux chemins. La route du sud-ouest conduit au Brésil. Les navires descendent vers l’équateur pour prendre les vents qui les poussent vers la côte nord-est de l’Amérique du Sud. De là, les navires remontent vers les Guyanes en longeant la côte puis vers les Antilles. La charte-partie du 4 août 1635 indique que le capitaine Languillet doit passer par la Gambie, les îles du Cap-Vert, le Sierra Leone, le Brésil pour aller aux Indes occidentales3. L’autre route, plein ouest, conduit directement aux îles. C’est la plus com-munément empruntée. Nous ne connaissons pas dans le détail la route suivie par les navires français se rendant aux Îles mais uniquement les grandes escales. Les navires vont en priorité à Saint-Christophe, car c’est la plus importante implantation française, mais il apparaît à la lecture des instructions aux capitaines que bon nombre de navires font le tour des établissements français. Ainsi, le contrat signé entre le capitaine dieppois Gringoire et la Compagnie en 1639 stipule qu’il doit séjourner trois semaines ou un mois à la Martinique, deux semaines à la Guadeloupe, avant de gagner Saint-Christophe4. Pour le voyage de retour, les navires remontent l’arc Antillais vers le nord pour traverser l’Atlantique à la hauteur des Açores et regagner leur port d’attache.

  • 5 Bouton J., Relation de l’établissement des Français depuis l’an 1635 en l’isle de la Martinique, P (...)

4Il faut compter en général deux mois pour l’aller par la route la plus directe. Cependant, certaines traversées prennent davantage de temps. Le jésuite Jacques Bouton met quatre mois et demi pour gagner la Martinique en 1640 à bord de la Petite Europe. Il quitte Paimbœuf le lundi 28 novembre 1639 et ne touche la Martinique que le 6 avril 16405. Les raisons de l’allongement de la durée du voyage sont variées mais il apparaît à la lecture de la documentation que les modifications d’itinéraire, plus ou moins volontaires, en sont la principale cause.

  • 6 Moreau J.-P., Les Petites Antilles de Christophe Colomb à Richelieu, Paris, Khartala, 1992, p. 115 (...)
  • 7 Asselin de Beauville C., « Les perturbations tropicales », A. Yacou (dir.), Les catastrophes natur (...)

5Les capitaines et les pilotes connaissent bien la route vers les Îles au XVIIe siècle. Ils ont pu recueillir de la bouche des marins des informations précieuses. Ils s’appuient aussi sur leur expérience personnelle. Ils disposent enfin de routiers imprimés qui indiquent les itinéraires à suivre pour aller aux Indes et en revenir, et décrivent les positions des îles et les mouillages6. Ils savent ainsi qu’il faut éviter d’entreprendre le voyage à certaines saisons en raison des tempêtes tropicales. Les perturbations commencent en juillet et le mois de septembre est le plus dangereux7. Le carme Maurile de Saint-Michel se nourrit de sa propre expérience pour écrire ainsi à l’intention des voyageurs en 1652 :

  • 8 Maurille de Saint-michel, Voyages des isles camercanes en l’Amérique qui font partie des Indes Occ (...)

« Choisissez l’automne pour aller aux Indes, afin que vous n’ayez pas les chaleurs si subitement grandes. Et le printemps pour revenir, afin (qu’à votre retour en France) vous n’ayez pas les froideurs si promptes et subites... Ne revenez pas en été, pour la crainte des calmes, ni en hiver, si vous n’avez un bon navire, pour les grandes tempêtes8. »

  • 9 Chaunu P., Séville et l’Amérique XVIe-XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1977, p. 223.
  • 10 Dupuis M., Relation de l’establissement d’une colonie française dans la Guadeloupe, isle de l’Amér (...)
  • 11 Dutertre J.-B., Histoire générale des Antilles habitées par les Francois [1667-1670], Fort-de-Fran (...)

6On préfère toujours de la même façon partir des Antilles pour rejoindre le vieux continent avant la mi-août9. Mais de nombreux événements peuvent conduire des capitaines à partir à des heures moins propices. Les navires pris dans la tourmente subissent avec plus ou moins de casse les éléments. Charles Hoüel doit partir fin juin 1643 pour prendre son gouvernement à la Guadeloupe. Il doit affronter une grande tempête en pleine mer durant plusieurs jours. Le dominicain Mathias Dupuis qui rapporte les péripéties du voyage décrit avec grandiloquence la violence des éléments qui font craindre au pire, « les flots écumant et venant avec leurs replis épouvantables, semblaient à chaque moment devoir engloutir le navire10 ». Hoüel fait amener les voiles et abattre un mat pour ne pas mettre davantage en danger le navire. Il arrive finalement sauf à destination début septembre avec un seul mat11.

  • 12 Breton R., Relation française dans Relations de l’île de la Guadeloupe, Basse-Terre, Société d’His (...)
  • 13 Bouton J., Relation de l’établissement des Français, op. cit., p. 20-21.

7Mais certains capitaines n’ont pas toujours une vision très juste de leur route et parfois se perdent. En 1636, la Compagnie des Îles de l’Amérique qui détient le monopole de l’exploitation des liaisons vers les Antilles, affrète un bateau chargé de vivres pour la Guadeloupe qui en manque cruellement. Le capitaine Barbeau, mal avisé ou mal conseillé par son pilote, s’égare et se retrouve au large de la Floride, « au moins à cinq cents lieues de la Guadeloupe », ajoute le chroniqueur dominicain Jean-Baptiste Dutertre pour mieux souligner cette étrange erreur de navigation. Le temps que le capitaine comprenne son erreur et gagne les îles françaises, de nouvelles semaines s’écoulent. Il n’arrive à destination qu’à l’automne 1636. Le périple aura duré six mois et les vivres seront perdus12. La Petite Europe sur laquelle Jacques Bouton a embarqué rate à plusieurs reprises les ports et les havres recherchés au large de l’Angleterre d’abord (notamment les Sorlingues), puis sur la côte africaine, au Cap-Vert, ensuite. Le capitaine et le pilote ne voient pas l’île de São Vicente, « nos navigateurs [...] la manquèrent et ne virent ces îles ni de près ni de loin, ni de jour, ni de nuit ». Le jésuite Bouton souligne leur incompétence. Féru de sciences comme de nombreux membres de la Compagnie, il leur fait remarquer leur erreur de navigation au large de l’Afrique, « on les avait bien averti de la déclinaison de l’aimant et de leur erreur », mais ils ne tiennent pas compte de ses remarques, ce qu’il attribue à leur orgueil de protestants et à leur aversion pour les jésuites13.

  • 14 Le Hirbec D., Voyages de Daniel Le Hirbec, de Laval, aux Antilles, aux Pays-Bas et en Italie, 1642 (...)
  • 15 Maurille de Saint-Michel, Voyages des isles camercanes en l’Amérique, op. cit., p. 151-152. L’aute (...)

8Les vents et les courants de la Caraïbe sont parfois mal appréciés. La Notre-Dame qui arrive de France en 1642 essuie un coup de vent en passant de la Barbade à la Martinique qui la fait dériver et la tient nous dit un témoin « en grand risque de périr14 ». En 1646, le capitaine nantais Touzeau entend gagner la Martinique après avoir déchargé son navire à Saint-Christophe. Mais il est poussé par le vent vers Saint-Domingue15. Le flibustier Alexandre-Olivier Exquemelin rapporte comment en 1666 les vents l’ont empêché de rejoindre la Martinique comme il l’escomptait :

  • 16 Exquemelin A. O., Histoire des aventuriers flibustiers [1686-1699]. Introd. et notes de R. Ouellet (...)

« Nous voulûmes aller à la Martinique, mais comme nous étions trop bas, le vent et le courant ne nous permirent pas d’y aborder. De là, nous fîmes route par la Guadeloupe, mais nous n’y pûmes non plus aborder qu’à la Martinique16. »

  • 17 ANOM, F2A13, Délibération de la Compagnie des Îles, Paris, le 3 décembre 1636, p. 285.
  • 18 Bouton J., Relation de l’établissement des Français depuis l’an 1635 en l’isle de la Martinique, P (...)
  • 19 Dutertre J.-B., Histoire générale des Antilles, op. cit., t. 2, p. 75.

9Le mauvais temps oblige plus d’un capitaine à modifier son itinéraire, à trouver un havre pour se protéger voire à rebrousser chemin. En 1636, le navire qui ramène le commis général de la Compagnie des Îles de l’Amérique, Jean Gentil, à Saint-Christophe doit relâcher à La Rochelle après avoir essuyé trois semaines de mauvais temps depuis son départ de Normandie. Les hommes ont été durement éprouvés et Gentil demande de l’assistance pour qu’ils soient pris en charge à l’hôpital. La Compagnie accorde à son agent le 3 décembre 1636 cent livres pour couvrir les frais occasionnés17. En 1639, la Petite Europe qui emmène les premiers jésuites à la Martinique doit ainsi relâcher à l’île de Ré le 1er décembre 1639, deux jours après son départ de Saint-Nazaire, par manque de vent. Le navire remonte vers le nord en longeant la côte bretonne, il passe au large de Belle-Île puis de Brest à travers un épais brouillard, balloté par les éléments. Il traverse la Manche dépasse les îles Sorlingues puis remonte le long de la Cornouailles jusqu’à l’île de Lundy. Surpris par la tempête, il se réfugie dans une petite baie entre Bideford et Barnstaple. Il devra attendre six semaines en Angleterre un temps plus clément pour repartir. Le bateau sera réparé durant cette halte forcée18. Le capitaine du bateau qui emmène le dominicain Jean-Baptiste Dutertre en 1643 doit relâcher au Havre trois jours après son départ de Dieppe, le vent ayant changé19. Le voyage de retour est soumis aux mêmes contraintes. Le Hirbec raconte ainsi qu’ayant essuyé une grande tempête dans l’Atlantique le 21 févier 1643 :

  • 20 Le Hirbec D., Voyages de Daniel Le Hirbec, op. cit., p. 16.

« Il fut trouvé à propos de relâcher à quelques unes d’icelles [îles des Açores] pour laisser passer ce mauvais temps [...] et nous rafraîchir et raccommoder notre navire, lequel s’était fait plusieurs voies d’eau dans les efforts qu’il avait souffert20. »

  • 21 Maurille De Saint-michel, Voyages des isles camercanes en l’Amérique, op. cit., p. 234-237.
  • 22 Breton R., dans Relatio B, op. cit., p. 186 ; Maurille de Saint-Michel, Voyages des isles camercan (...)

10La mauvaise préparation des embarcations peut aussi être la cause de nombreuses escales. On doit relâcher pour avitailler ou réparer certains navires. Le carme Maurile de Saint-Michel souligne la vétusté des navires français21. Il invite tous ceux qui veulent aller aux Indes à choisir « un vaisseau s’il se peut, non trop vieux, car ils sont sujets à faire eau et à s’ouvrir aux coups de mer, et aux chaleurs, ou à être bientôt brisé du canon ennemi dans un combat22 ».

La menace corsaire

11D’autres dangers menacent encore la route des Indes et compromettent l’approvisionnement des Îles, ce sont les corsaires.

  • 23 Villiers P., Les corsaires du littoral : Dunkerque, Calais, Boulogne, de Philippe II à Louis XIV ( (...)
  • 24 Bouton J., Relation de l’établissement des Français, op. cit., p. 13-17.
  • 25 ANOM, F2A13, Délibération de la Compagnie des Îles, Paris, le 25 août1635, p. 251. François Richer (...)
  • 26 Lettre de Jean Pennincq, Dunkerque, le 3 août 1635, dans Dams J., « La correspondance de Jean Penni (...)
  • 27 ANOM, F2A13, Délibération de la Compagnie des Îles, Paris, le 14 mai 1640, p. 397-400.
  • 28 ANOM, F2A13, Délibération de la Compagnie des Îles, Paris, le 6 juin 1640, p. 401.
  • 29 ANOM, F2A13, Délibération de la Compagnie des Îles, Paris, le 14 mai 1640, p. 399-400.
  • 30 ANOM, F2A13, Délibération de la Compagnie des Îles, Paris, le 6 janvier 1645, p. 478.
  • 31 Lettre de Jean Pennincq, Dunkerque, le 16 mars 1643, dans Dams J., op. cit., p. 14.
  • 32 Maurille de Saint-Michel, Voyages des isles camercanes en l’Amérique, op. cit., p. 230. Le père An (...)

12La guerre entre les puissances européennes dans les années 1630 et 1640 pèse sur les liaisons transatlantiques. Les bases corsaires espagnoles de Dunkerque et d’Ostende sont très actives. Dunkerque compte entre 30 et 70 navires corsaires entre 1620 et 1643, Ostende une dizaine23. Les navires marchands français sont particulièrement vulnérables aux attaques qui se produisent près des côtes. La Petite Europe du jésuite Jacques Bouton réussit à échapper par la ruse à un navire dunkerquois de vingt canons qui cherche à l’intercepter au large de l’île anglaise de Lundy, en longeant au plus près la côte de la Cornouailles24. Mais quelques bateaux de la Compagnie des Îles de l’Amérique sont saisis. En 1635, celui du capitaine François Richer est capturé par les Dunkerquois en revenant de Saint-Christophe chargé de pétun25. Il doit s’agir du navire « chargé de 60 mille livres de toubacq de St Cristoffel » mentionné par le greffier de l’amirauté de Dunkerque, Jean Penninck, dans une lettre adressée à Bruxelles le 3 août 163526. En avril 1640, la Compagnie déplore la perte d’un navire chargé d’armes à destination Saint-Christophe pris par quatre frégates de Dunkerque, un jour après être sorti de Saint-Malo où il s’était abrité pour échapper à la tempête et à l’orage27. Cette perte atteint les associés de la Compagnie. Ils avertissent aussitôt tous leurs agents dans les ports et dans les îles et tentent d’envoyer au plus vite un autre bateau28. Un navire de 80 tonneaux commandé par le capitaine Sollier, quitte alors Saint-Malo, avec de la poudre et des mèches à destination de la Martinique29. En 1644, La Petite Notre-Dame de Honfleur est prise à son tour par les corsaires30. Ce ne sont certainement pas les seuls navires français trafiquant aux Îles pris par les Dunkerquois. Le navire français chargé de tabac évoqué le 16 mars 1643 par le greffier de l’amirauté Jean Penninck dans sa correspondance, revenait probablement des Antilles31. Le navire de Baugendre est capturé par les Ostendais en revenant en France, vraisemblablement vers 165032.

  • 33 Dutertre J.-B., Histoire générale des Antilles, op. cit., t. 2, p. 75.
  • 34 Lettre de madame de la Fayolle à mademoiselle de l’Estang, Saint-Christophe, le 12 novembre 1643, d (...)
  • 35 Anom, F2A13, Délibération de la Compagnie des Îles, Paris, le 26 juin 1642, p. 429.
  • 36 Boyer P., « Alger en 1645 d’après les notes du R. P. Hérault », Revue de l’Occident musulman et de (...)
  • 37 Herault L., Les victoires de la charité, Paris, Louis Boulanger, 1646, p. 188-193. Dutertre J.-B.,(...)

13Les corsaires « turcs », en fait bien souvent des Barbaresques, ne sont pas moins menaçants et redoutés que les Flamands. Ils croisent généralement au large de l’Espagne et des Canaries. En 1643, le navire dieppois qui transporte Dutertre aux Îles est pris en chasse par treize navires turcs à hauteur du cap Finisterre. Un grand brouillard réussit à masquer sa fuite33. Le risque est réel. Madame de la Fayolle qui vient d’arriver à la Guadeloupe raconte dans une lettre du 12 décembre 1643, qu’elle a rencontré « plus de vaisseaux turcs qu’on en avait vu en vingt ans » et qu’ils ont attaqués par trois fois34. Tous les équipages ne connaissent pas la même réussite. En 1642, un navire affrété par la Compagnie tombe entre les mains des Turcs. Les sieurs de La Tour, Filland, La Garenne et plusieurs autres Français qui étaient à son bord sont capturés et menés à Alger, l’un des principaux repères corsaires de la Méditerranée. La Compagnie, soucieuse de leur sort, débloque 600 livres pour obtenir leur libération à raison de 150 livres chacun35. La somme promise correspond à ce qui se faisait dans ces années. En 1643, les prix oscillent en effet entre 120 et 300 livres36. Il semble que ces hommes aient été rachetés. Les listes des Français tirés des mains des Maures en 1643 et en 1645 données par le père trinitaire Lucien Hérault laisse apparaître un André Ponet dit La Garanne, originaire de Saint-Évroux en Normandie, et un Claude Filand de Saint-Benoit-sur-Loire. Il doit s’agir de deux de nos hommes. La Tour est échangé contre un capitaine turc en 167537.

La réorganisation du trafic

14Afin d’éviter les attaques corsaires, les capitaines de navires développent plusieurs stratégies. Elles impactent toutes sur les itinéraires et la durée du voyage. Elles ne sont pas non plus sans risque. Il s’agit premièrement de partir en convois, deuxièmement, de longer au plus près les côtes afin d’éviter les navires corsaires, et troisièmement, de changer de port de départ, en choisissant des lieux moins exposés.

  • 38 Maurille de Saint-Michel, Voyages des isles camercanes en l’Amérique, op. cit., p. 234-237. Le nav (...)
  • 39 Le Hirbec D., Voyages de Daniel Le Hirbec, op. cit., p. 18.
  • 40 Dutertre J.-B., Histoire générale des Antilles, op. cit., t. 1, p. 228.
  • 41 Lettre de Guillet à son père, Saint-Christophe, le 12 juin 1646, dans Delafosse M., Debien G., « M (...)
  • 42 Bouton J., Relation de l’établissement des Français, op. cit., p. 17.
  • 43 Maurille de Saint-Michel, Voyages des isles camercanes en l’Amérique, op. cit., p. 231-233.
  • 44 Chaunu P., Conquête et exploitation des nouveaux mondes, Paris, PUF, 1969, p. 283.

15De nombreux capitaines de navires français préfèrent attendre l’appareillage d’autres confrères pour partir ensemble affronter le danger des pirates et des corsaires38. Le 19 avril 1642, Daniel Le Hirbec quitte Saint-Nazaire avec onze ou douze terre-neuviers. Ils font ensemble un bout de route39. En avril 1643, le capitaine Flament fait route jusqu’à Madère en compagnie du capitaine Duquesne, en fait jusqu’à ce que tout danger soit écarté40. Les attaques ne se produisent pas en pleine mer. En 1646, le rochelais Jean Boutin accomplit la traversée de l’Atlantique en compagnie de trois autres navires, deux normands et un rochelais41. Les voyages de retour se font de la même façon en convoi. Mais cette politique connaît aussi ses inconvénients. Elle ralentit la traversée. Parfois, certains navires n’arrivent pas à s’attendre et laissent démunis les moins rapides. La Petite Europe accompagne des navires hollandais rencontrés au large de la côte africaine avant les Canaries qui se rendent à Pernambouc, au Brésil. Mais le convoi se disloque rapidement car la Petite Europe ne peut tenir le rythme. Elle se retrouve bientôt seule42. Les navires se gênent parfois pour manœuvrer. En 1647, le navire du capitaine Bourgueu est rejoint à Saint-Eustache par deux navires pour faire ensemble la traversée de l’Atlantique et rentrer en Europe. Ils essuient dans la mer des Bermudes un tempête qui manque de les jeter les uns sur les autres43. Mais comme le rappelle Pierre Chaunu, la constitution des convois n’est pas seulement motivée par des questions de sécurité. Les marins recherchent aussi par ce moyen à s’assurer de la route alors que les pilotes sont rares, et à pouvoir s’entre-aider en cas de difficultés44.

  • 45 Coppier G., Histoire et voyage des Indes occidentales, Lyon, Jean Huguetan, 1645, p. 3.
  • 46 Bouton J., Relation de l’établissement des Français, op. cit., p. 10 et 14.
  • 47 Maurille de Saint-Michel, Voyages des isles camercanes en l’Amérique, op. cit., p. 7.
  • 48 Breton R., Relatio A, op. cit., p. 150 ; Dutertre J.-B., Histoire générale des Antilles, op. cit., (...)

16Les capitaines de navires tentent d’échapper à d’éventuels poursuivants en restant au plus au près des côtes. Le navire qui emporte Guillaume Coppier en 1628 quitte Le Havre puis longe les côtes normandes et bretonnes pour ne pas s’engager en pleine Manche et affronter les pirates anglais45. Ces changements d’itinéraire les exposent parfois à des dangers bien plus grands. C’est en navigant au plus près des côtes anglaises pour échapper à son poursuivant dunkerquois, « si près des rochers cachés sous l’eau que nous fûmes en grand danger », que la Petite Europe de Jacques Bouton connaît des voies d’eau. Le capitaine tente de relâcher, pour la troisième fois depuis son départ, à Kinsale en Irlande, mais il se ravise et préfère profiter du beau temps pour entreprendre la traversée de l’Atlantique. Il faudra écoper durant une bonne partie du voyage, « de demie heure en demie heure, les passagers le jour et les matelots la nuit ». La mort du deuxième charpentier du navire (il tombe à la mer au large des côtes anglaises, le premier s’était noyé dans la Loire) n’arrange guère la situation46. Le capitaine du navire qui emmène le carme Maurile de Saint-Michel aux Îles en 1646 craint de rencontrer des Turcs, aussi « nous jetâmes le cap au sud-ouest, étant à propos de nous éloigner de terre pour éviter les pirates turcs et espagnols qui écument cette côte. Ce qui n’empêcha pas trois navires de nous découvrir et chasser ». Il doit lever les hunes et changer de cap à plusieurs reprises pour dissimuler sa route. La nuit lui permet de s’échapper47. Les risques pris conduisent parfois au désastre. En 1649, le capitaine du navire qui ramène en France les dominicains Pierre Coliard et Charles Raymond Poncet longe les côtes de l’Angleterre pour échapper aux corsaires de Dunkerque. Une violente tempête surprend le navire vers Portland et le jette sur les rochers. Le capitaine et la plupart de ses hommes périssent dans le naufrage48. C’est un des rares navires perdus à cette époque d’après les chroniqueurs.

  • 49 Dupuis M., Relation de l’establissement d’une colonie française, op. cit., p. 62-63.

17C’est aussi pour échapper aux corsaires flamands qui croisent principalement dans la Manche que la Compagnie des Îles de l’Amérique affrète des bateaux depuis La Rochelle et Nantes. Charles Hoüel qui vient de recevoir le gouvernement de la Guadeloupe quitte ainsi la France par La Rochelle en 1643 « pour éviter les difficultés de la navigation dans la Manche [...] et pour n’être pas surpris par des navires ennemis qui courent, pillent et écument plus ordinairement cette partie de l’océan », souligne le dominicain Mathias Dupuis. Mais en sortant du port charentais, son navire est repéré et suivi par des frégates dunkerquoises. L’intervention énergique d’un vaisseau du roi parvient à les dissuader de réaliser leur plan49. Ainsi, le choix du départ d’un port de l’Atlantique n’est pas toujours judicieux, car les Flamands n’hésitent pas à passer dans l’Atlantique et à croiser au large pour attendre leurs proies.

  • 50 Anthiaume A., Cartes marines, op. cit., t. 2, p. 139 et 145 ; Barrey P., Les origines de la coloni (...)
  • 51 Debien G., Les engagés pour les Antilles (1634-1715), Paris, 1952 ; Delafosse M., « La Rochelle et (...)
  • 52 ANOM, F2A13, Délibération de la Compagnie des Îles, Paris, le 3/06/1637, p. 293.
  • 53 ANOM, F2A13, Délibération de la Compagnie des Îles, Paris, le 13/09/1641, p. 418.

18La menace corsaire conduit-elle pour autant à un basculement du trafic vers les ports de l’Atlantique ? Certes, les armements havrais relativement élevés dans les années 1630 avec près d’une dizaine de bateaux par an, se raréfient ensuite. Les relevés d’Albert Anthiaume et de Philippe Barrey d’après les archives du tabellionnage du Havre montrent une très nette baisse des affrètements havrais pour les Îles50. Mais les difficultés de la navigation dans la Manche conduisent peut-être tout simplement les armateurs à davantage de prudence. Dans le même temps, les départs nantais et rochelais sont de plus en plus nombreux51, quoiqu’ils demeurent encore insuffisants pour maintenir l’intensité du trafic. Un premier bateau affrété par la Compagnie quitte La Rochelle en 1637. Il transporte des armes sous le commandement du capitaine Jean Gandouin52. Le trafic se densifie au milieu des années 1640. Le marchand rouennais Jean Rozée monte en 1641 une grosse expédition de plus de trois cent tonneaux de marchandises à La Rochelle à destination des Îles53.

  • 54 Le Hirbec D., Voyages de Daniel Le Hirbec, de Laval, aux Antilles, op. cit., p. 23.
  • 55 Villiers P., Les corsaires du littoral, op. cit., p. 72.
  • 56 Pacifique de Provins, Brève relation du voyage des Iles de l’Amérique, Assise, Collegio S. Lorenzo (...)

19Les navires français qui partent aux Petites Antilles dans la première moitié du XVIIe siècle arrivent à bon port, quoique parfois en mauvais état, et les équipages décimés par la maladie. Si les navires français ne sont pas assez nombreux pour assurer totalement l’approvisionnement des Îles dans les premiers temps de la colonisation française, il en est différemment dans les décennies suivantes, puisqu’une quinzaine de bateaux français fréquentent chaque année les rades des Îles. Les changements de route et l’organisation en flottilles ont réussi à déjouer les dangers qui menaçaient la liaison transatlantique. Les établissements peuvent aussi compter sur la présence de nombreux navires étrangers hollandais, anglais et portugais pour suppléer les manques de la métropole. Daniel le Hirbec note la présence de 29 navires français, flamands et anglais à la Guadeloupe en 1642, sans compter les barques et les chaloupes54. Les Hollandais ont la flotte la plus nombreuse avec, selon les années, entre 12 et 30 navires tout spécialement affrétés pour les Îles55. Ils animent une bonne partie du trafic. Ainsi, pour le capucin Pacifique de Provins, il vient tant de navires français, anglais et hollandais à la Guadeloupe qu’on peut se fournir en marchandises à bon marché56. La survie des établissements français est donc assurée malgré les menaces corsaires et les difficultés de navigation.

Ill. 1. – Le voyage de Jacques Bouton (1). Le périple européen.

20Jacques Bouton quitte Nantes le 25 novembre 1639 et embarque sur La Petite Europe à Paimbœuf le 26 novembre. Le navire quitte Paimbœuf le 28 novembre. 1) Il arrive à Saint-Nazaire le 28 novembre. Il en part le 29 novembre. 2) Il relâche à l’île de Ré le 1er décembre. Il repart le 4 décembre. 3) Il passe au large de Belle-Île. 4) Il passe au large de Brest. 5) Il rate les îles Sorlingues (Scilly Islands). 6) Il relâche à l’île de Lundy le 6 janvier 1640. 7) Il s’abrite dans une baie entre Bideford et Barnstaple le 7 janvier. Il y reste 6 semaines. 8) Il est au large de Kinsale le 24 février. Il prend la route du sud.

Ill. 2. – Le voyage de Jacques Bouton (2). La traversée de l’Atlantique.

Anmerkungen

1 Les Français s’implantent officiellement à Saint-Christophe en 1625 et à la Guadeloupe et à la Martinique en 1635.

2 Anonyme de Carpentras, Un flibustier dans la mer des Antilles (1618-1620). Relation d’un voyage infortuné fait aux Indes Occidentales par le capitaine Fleury avec la description de quelques îles qu’on y rencontre par l’un de ceux de la compagnie qui fit le voyage, J.-P. Moreau (dir.), Paris, Payot, 2002. Les journaux de bord ne sont pas très nombreux non plus pour la fin du XVIIe siècle. La transposition des données sur des cartes est toujours problématique (Buchet C., « Des routes maritimes Europe-Antilles et de leurs incidences sur la rivalité franco-britannique », Histoire, économie et société, 1994, 13e année, no 4. p. 564-565).

3 Anthiaume A., Charte-partie, le 4 août 1635 dans Cartes marines, constructions navales, voyages de découverte chez les Normands, 1500-1650, Paris, Ernest Dumont, 1916, t. 2, p. 553.

4 Archives Nationales d’Outre-Mer, Aix-en-Provence (ANOM), F2A 13, Délibération de la Compagnie des Îles, le 6 avril 1639, p. 356.

5 Bouton J., Relation de l’établissement des Français depuis l’an 1635 en l’isle de la Martinique, Paris, Sébastien Cramoisy, 1640, p. 2 et 20.

6 Moreau J.-P., Les Petites Antilles de Christophe Colomb à Richelieu, Paris, Khartala, 1992, p. 115 et suiv. Les routiers les plus fameux sont espagnols, mais ils sont souvent manuscrits. Le routier du flamand J. H. Van Linschoten est traduit en français en 1619.

7 Asselin de Beauville C., « Les perturbations tropicales », A. Yacou (dir.), Les catastrophes naturelles aux Antilles. D’une soufrière à l’autre, Paris, Karthala/CERC, 1999, p. 197-198 ; Musset A., L’Amérique centrale et les Antilles. Une approche géographique, Paris, Colin, 1998, p. 56. L’Anonyme de Carpentras mentionne ces vents violents qui règnent au mois d’août et durent jusqu’à la fin de septembre, « tantôt plus tôt et tantôt plus tard » et met en garde : « La mer en est fort agitée et n’y fait guère sûr » (Anonyme de Carpentras, op. cit., p. 116).

8 Maurille de Saint-michel, Voyages des isles camercanes en l’Amérique qui font partie des Indes Occidentales, Le Mans, H. Olivier, 1652, p. 288-289.

9 Chaunu P., Séville et l’Amérique XVIe-XVIIe siècle, Paris, Flammarion, 1977, p. 223.

10 Dupuis M., Relation de l’establissement d’une colonie française dans la Guadeloupe, isle de l’Amérique, et des mœurs des Sauvages, Caen, Marin Yvon, 1652, p. 63.

11 Dutertre J.-B., Histoire générale des Antilles habitées par les Francois [1667-1670], Fort-de-France, Éditions E. Kolodziej, 1978, t. 1, p. 229 ; Dupuis M., Relation de l’establissement d’une colonie française, op. cit., p. 63-65.

12 Breton R., Relation française dans Relations de l’île de la Guadeloupe, Basse-Terre, Société d’Histoire de la Guadeloupe, 1978, op. cit., p. 92-93 ; Dutertre J.-B., Histoire générale des Antilles, op. cit., t. 1, p. 109-110 ; Dupuis M., Relation de l’establissement d’une colonie française, op. cit., p. 23.

13 Bouton J., Relation de l’établissement des Français, op. cit., p. 20-21.

14 Le Hirbec D., Voyages de Daniel Le Hirbec, de Laval, aux Antilles, aux Pays-Bas et en Italie, 1642-1644. Introd et notes E. Moreau, Laval, impr. de L. Moreau, 1890, p. 20-21.

15 Maurille de Saint-Michel, Voyages des isles camercanes en l’Amérique, op. cit., p. 151-152. L’auteur qui rapporte l’anecdote, écrit « Saint-Dominique » dans son récit. Il ne peut s’agir de la Dominique qui est proche de la Martinique. Par ailleurs, plus loin il évoque les craintes d’une prise espagnole. Tout cela concourt à penser qu’il pensait à Saint-Domingue.

16 Exquemelin A. O., Histoire des aventuriers flibustiers [1686-1699]. Introd. et notes de R. Ouellet et P. Villiers, Paris, PUPS, 2005, p. 61.

17 ANOM, F2A13, Délibération de la Compagnie des Îles, Paris, le 3 décembre 1636, p. 285.

18 Bouton J., Relation de l’établissement des Français depuis l’an 1635 en l’isle de la Martinique, Paris, Sébastien Cramoisy, 1640, p. 10.

19 Dutertre J.-B., Histoire générale des Antilles, op. cit., t. 2, p. 75.

20 Le Hirbec D., Voyages de Daniel Le Hirbec, op. cit., p. 16.

21 Maurille De Saint-michel, Voyages des isles camercanes en l’Amérique, op. cit., p. 234-237.

22 Breton R., dans Relatio B, op. cit., p. 186 ; Maurille de Saint-Michel, Voyages des isles camercanes en l’Amérique, op. cit., p. 289.

23 Villiers P., Les corsaires du littoral : Dunkerque, Calais, Boulogne, de Philippe II à Louis XIV (1568-1713), Lille, Septentrion, 2000, p. 142 et 145.

24 Bouton J., Relation de l’établissement des Français, op. cit., p. 13-17.

25 ANOM, F2A13, Délibération de la Compagnie des Îles, Paris, le 25 août1635, p. 251. François Richer, sieur de Piedfollet, conduisait une barque de cinquante tonneaux. Anthiaume A., Cartes marines, op. cit., t. 2, p. 139.

26 Lettre de Jean Pennincq, Dunkerque, le 3 août 1635, dans Dams J., « La correspondance de Jean Penninck », Revue de la société dunkerquoise d’histoire et d’archéologie, 26, 1992, p. 14.

27 ANOM, F2A13, Délibération de la Compagnie des Îles, Paris, le 14 mai 1640, p. 397-400.

28 ANOM, F2A13, Délibération de la Compagnie des Îles, Paris, le 6 juin 1640, p. 401.

29 ANOM, F2A13, Délibération de la Compagnie des Îles, Paris, le 14 mai 1640, p. 399-400.

30 ANOM, F2A13, Délibération de la Compagnie des Îles, Paris, le 6 janvier 1645, p. 478.

31 Lettre de Jean Pennincq, Dunkerque, le 16 mars 1643, dans Dams J., op. cit., p. 14.

32 Maurille de Saint-Michel, Voyages des isles camercanes en l’Amérique, op. cit., p. 230. Le père Antoine Biet rapporte que le capitaine Courpon de Dieppe qui emmène cinquante hommes à Cayenne est suivi depuis son départ par une frégate d’Ostende. Il préfère relâcher au Havre (Biet A., Voyage de la France équinoxiale en l’isle de Cayenne, Paris, François Clouzier, 1664, p. 27).

33 Dutertre J.-B., Histoire générale des Antilles, op. cit., t. 2, p. 75.

34 Lettre de madame de la Fayolle à mademoiselle de l’Estang, Saint-Christophe, le 12 novembre 1643, dans Relation de ce qui s’est passé à l’arrivée des filles de S. Joseph en l’Amérique, Paris, Pierre Targa, 1644, p. 4.

35 Anom, F2A13, Délibération de la Compagnie des Îles, Paris, le 26 juin 1642, p. 429.

36 Boyer P., « Alger en 1645 d’après les notes du R. P. Hérault », Revue de l’Occident musulman et de la Méditerranée, no 17, 1974, p. 26.

37 Herault L., Les victoires de la charité, Paris, Louis Boulanger, 1646, p. 188-193. Dutertre J.-B., Histoire générale des Antilles, op. cit., t. 1, p. 395.

38 Maurille de Saint-Michel, Voyages des isles camercanes en l’Amérique, op. cit., p. 234-237. Le navire turc « nous eut été pris sans faillir, si notre navire eût été seul », rapporte le carme quand il raconte son retour en France.

39 Le Hirbec D., Voyages de Daniel Le Hirbec, op. cit., p. 18.

40 Dutertre J.-B., Histoire générale des Antilles, op. cit., t. 1, p. 228.

41 Lettre de Guillet à son père, Saint-Christophe, le 12 juin 1646, dans Delafosse M., Debien G., « Marchands et colons des îles. Quelques lettres du XVIIe siècle », Revue Française d’Histoire d’Outre-Mer, 48, 1961, p. 4.

42 Bouton J., Relation de l’établissement des Français, op. cit., p. 17.

43 Maurille de Saint-Michel, Voyages des isles camercanes en l’Amérique, op. cit., p. 231-233.

44 Chaunu P., Conquête et exploitation des nouveaux mondes, Paris, PUF, 1969, p. 283.

45 Coppier G., Histoire et voyage des Indes occidentales, Lyon, Jean Huguetan, 1645, p. 3.

46 Bouton J., Relation de l’établissement des Français, op. cit., p. 10 et 14.

47 Maurille de Saint-Michel, Voyages des isles camercanes en l’Amérique, op. cit., p. 7.

48 Breton R., Relatio A, op. cit., p. 150 ; Dutertre J.-B., Histoire générale des Antilles, op. cit., t. 1, p. 404-405.

49 Dupuis M., Relation de l’establissement d’une colonie française, op. cit., p. 62-63.

50 Anthiaume A., Cartes marines, op. cit., t. 2, p. 139 et 145 ; Barrey P., Les origines de la colonisation française aux Antilles : la compagnie des Indes occidentales, Le Havre, H. Micaux, 1918, p. 216-221.

51 Debien G., Les engagés pour les Antilles (1634-1715), Paris, 1952 ; Delafosse M., « La Rochelle et les îles au XVIIe siècle », Revue d’histoire des colonies, t. XXXVI, no 127-128, 1949, p. 235-281 ; Merle L. et Debien G., Colons, marchands et engagés à Nantes au XVIIe siècle, Notes d’histoire coloniale, XXIX, 1954 ; Tanguy J., « Les premiers engagés partis de Nantes pour les Antilles (1636-1660) », Acte du 97e congrès des sociétés savantes, Nantes, 1972, Histoire moderne et contemporaine, Paris, 1977, t. 2, p. 53-81 ; Saupin Guy, « Les marchands nantais et l’ouverture de la route antillaise 1639-1650 », J.-P. Sanchez (dir.), Dans le sillage de Colomb, l’Europe du Ponant et la découverte du Nouveau Monde (1450-1650), Rennes, PUR, 1995, p. 173-183.

52 ANOM, F2A13, Délibération de la Compagnie des Îles, Paris, le 3/06/1637, p. 293.

53 ANOM, F2A13, Délibération de la Compagnie des Îles, Paris, le 13/09/1641, p. 418.

54 Le Hirbec D., Voyages de Daniel Le Hirbec, de Laval, aux Antilles, op. cit., p. 23.

55 Villiers P., Les corsaires du littoral, op. cit., p. 72.

56 Pacifique de Provins, Brève relation du voyage des Iles de l’Amérique, Assise, Collegio S. Lorenzo da Brindisi dei Fr. Minori Cappuccini, 1939, p. 35.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Ill. 1. – Le voyage de Jacques Bouton (1). Le périple européen.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89695/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 101k
Bildunterschrift Ill. 2. – Le voyage de Jacques Bouton (2). La traversée de l’Atlantique.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89695/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 115k

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Exklusiver Zugang

open access

Angeboten von L’éditeur de ce site