Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Enfance bafouée

 | 
Isabelle Le Boulanger

Préface

Frédéric Chauvaud

Texte intégral

1Univers sombre, glauque, nauséabond, souvent insupportable, tel est celui que dessinent les archives judiciaires en matière de violences sexuelles commises contre des enfants. Il suscite chez le lecteur indignation et haut-le-cœur. Défilent en effet un triste cortège : gamine laissée inanimée au bord d’un fossé, petit garçon maigrissant brusquement au point de ne plus pouvoir se déplacer pour se rendre à l’école, jeune fille tétanisée aux vêtements chiffonnés et en désordre… quant aux auteurs, ce ne sont pas des monstres parcourant les campagnes et moins souvent les villes. Très rarement, en effet ce sont de parfaits inconnus. Ce sont des voisins, des oncles, des pères, voire des instituteurs, bref des « hommes ordinaires ». La plupart du temps, ce sont des hommes jeunes, âgé de moins de 30 ans. S’ils sont, pour certains illettrés, ils sont néanmoins insérés localement et professionnellement, et 60 % d’entre eux ne sont pas des solitaires : ils ne sont ni célibataires, ni veufs, ni même séparés. « Abuseurs », violeurs et autres accusés bretons ne correspondent pas aux portraits établis sur la scène nationale. Il en va autrement des victimes, très proches de ce que diverses études ont pu montrer.

2Plutôt que de parler de viols ou d’attentats à la pudeur, qui sont les catégories juridiques « officielles », évoquées par Emmanuel Fodéré, le grand médecin légiste qui assure la transition des savoirs entre le siècle des Lumières et le XIXe siècle positiviste, et retenues dans le Code pénal de 1810, Isabelle Le Boulanger, qui poursuit sa quête de l’enfance malheureuse, abandonnée ou secourue, en explorant le versant le plus terrible de l’enfance maltraitée, a choisi de retenir, dans le présent ouvrage, l’expression d’abus sexuels. Sous sa plume, aucun anachronisme. Il s’agit de regrouper dans une même catégorie les affaires à caractère sexuel considérées comme suffisamment graves – attouchements, gestes obscènes, viols constatés – pour qu’elles soient renvoyées devant une cour d’assises. Parfois, pour éviter qu’un accusé échappe à la répression, la qualification du crime n’est pas celui du viol mais bien celui d’attentat à la pudeur. Dans ce cas, il n’y a pas de différence de nature, ou de circonstances aggravantes, mais de contexte. La Chancellerie recommandant parfois d’abaisser d’un degré la gravité d’une infraction pour pouvoir être certain de frapper un coupable.

3Pour mener à bien une telle étude, Isabelle Le Boulanger est parvenue à rassembler un important échantillon de 349 dossiers de procédure qui constitue l’ossature documentaire de sa recherche. Certes les dossiers sont inégalement conservés, mais ils sont particulièrement riches pour l’Ille-et-Vilaine, la Loire-Inférieure et le Morbihan. Les archives judiciaires constituent donc la source essentielle dans laquelle elle ne recherche pas l’exceptionnel, la « Belle Affaire », à la manière des chroniqueurs judiciaires, même si elle n’est pas absente, mais au contraire les affaires « banales » afin de mieux saisir les pratiques et les comportements ordinaires. L’auteure des pages qui suivent, sans ignorer les traités de médecine, et les écrits des juristes, a choisi de faire une plongée dans les dossiers de procédure afin de se retrouver au plus près des hommes, des femmes et des enfants du passé. Nul doute que l’on n’en ressort pas totalement indemne, car contrairement aux psychologues, elle n’était pas préparée à ce qu’elle a découvert. Jadis, Arlette Farge avait signé un petit livre alerte et sensible sur le goût de l’archive, or, dans les pages qui suivent ce sont plutôt les archives du dégoût qui sont exhumées, nécessitant de trouver la bonne distance. Trop éloignée, la recherche ne serait plus qu’un tableau clinique, froid et sans chair. Trop proche, elle pourrait être voyeuriste ou distordue par l’effet de source. Depuis près de 30 ans maintenant, les historiens de la période contemporaine qui s’ouvre avec la Révolution française, ne se contentent plus de dénombrer les affaires, de comptabiliser les auteurs d’infractions et de suivre les évolutions ainsi restituées, décalquant la statistique nationale qui enregistre pendant une partie du XIXe siècle une hausse des infractions constatées et des jugements relatifs aux affaires de mœurs. Isabelle Le Boulanger reprend le dossier à l’échelle de la Bretagne qui connaît un mouvement similaire, mais ce qui lui importe c’est, dans une optique compréhensive en lisant toutes les pièces d’instruction, de faire de la Bretagne un observatoire des violences sexuelles, avec ses ressemblances, si on la compare à d’autres espaces ou régions, et ses différences. En matière de violences sexuelles à l’égard des enfants, la préméditation, si elle n’est pas totalement à exclure, s’avère rare dans les cinq départements bretons étudiés par Isabelle Le Boulanger. Le passage à l’acte est le plus souvent inattendu. Une rencontre aléatoire, une circonstance non prévue, une occasion soudaine constituent la règle.

4La scène de crime est souvent reculée. Chemins, champs sont ainsi le théâtre de violences terribles et rapides. Le cas le plus fréquent est celui d’une rencontre fortuite, d’un homme qui s’empare d’une fillette, la porte dans ses bras avant de la jeter à terre puis d’abuser d’elle. Avant comme après, l’intimidation est de rigueur. Les agresseurs menacent leurs victimes des pires conséquences, ils reviendront pour la tuer ou à défaut, pour s’en prendre qui à un proche qui à l’animal qu’une petite gardienne devait surveiller. Mais Isabelle Le Boulanger ne se contente pas d’observer les circonstances, elle donne un portrait de groupe qui se caractérise par l’isolement et la vulnérabilité. Quant aux « abuseurs », s’il s’avère possible de suivre les dénégations, les demi-aveux, les excuses les plus invraisemblables, il n’en reste pas moins que leurs pensées et les logiques de l’agression échappent en grande partie à l’enquête historique. En effet, les magistrats instructeurs n’interrogent jamais les suspects ou futurs accusés « sur leur éventuel attrait pour les corps non nubiles. Ils ne s’intéressent pas non plus à la question de leur mobile ».

5La richesse du matériau et les difficultés de traitement ne sauraient néanmoins masquer les obstacles méthodologiques pour saisir l’ampleur des violences sexuelles. Tous les agresseurs n’étaient pas dénoncés et encore moins arrêtés et jugés, de la sorte le contentieux qui parvient à la Justice est forcément partiel. Les pratiques de l’arrangement, qui consistait à obtenir une compensation financière ou matérielle en échange du silence, sont assez répandues. Ici, la modicité des sommes reflète les univers sociaux misérables ou du moins en deçà du seuil de l’aisance. Mais, les agressions sexuelles ne concernent pas que les victimes ou les protagonistes directs de l’agression. Aussitôt connue ou soupçonnée, elle se répand comme une onde de choc : famille, voisinage, collectivité se trouvent affectés. Pour éviter le scandale et assurer l’honneur, il est préférable de ne plus en parler, de ne surtout pas porter à la connaissance de l’institution judiciaire les faits colportés par le bouche-à-oreille et de s’enfermer dans le silence, fut-il réprobateur. La victime, lorsqu’elle veut se faire entendre, se heurte souvent à l’incrédulité d’un voisin ou d’une connaissance qui se rendent bien compte que quelque chose s’est passé, mais ils ne veulent pas y croire. Quant aux parents, pour des raisons sans doute très différentes, peur d’un esclandre public qui ferait porter le poids de la honte sociale sur toute la maisonnée, ils refusent souvent d’entendre le récit d’un viol. L’agression sexuelle est perçue comme une fatalité malheureuse. L’indifférence n’est pas à négliger. Une mère entend son enfant lui confier qu’elle a été victime de « mauvaises actions » mais feint de ne pas comprendre. Dénoncer autrui, c’est aussi prendre le risque de se retrouver au ban de la communauté qui rendra responsable celui qui a alerté la justice de jeter l’opprobre sur toute une commune qui aurait nourri en son sein un violeur et le protégerait. Il est vrai que 25 % des affaires portées à la connaissance de la justice l’ont été par l’entremise d’une dénonciation anonyme. Nombre d’enfants n’étaient pas en état de réagir et de procéder à une déclaration tardive. Aussitôt après l’agression dominent la sidération et les menaces, et bien souvent le souvenir des gifles et des coups reçus. Les pages sur le circuit judiciaire renseignent sur certains de ces aspects et permettent de répondre à la question du temps écoulé entre l’agression et le dépôt de plainte. Si les chiffres ne permettent pas de donner des statistiques fines, en revanche ils informent sur les grandes tendances. En gros, après la guerre de 1870 et plus nettement encore au tournant des années 1880 l’écart se raccourcit, près de la moitié du dépôt de plainte est immédiat, comme si les formes du contrôle social avaient changé et surtout que le seuil du tolérable s’était nettement abaissé.

6Il ne faut pas non plus ignorer que dans nombre d’affaires, le magistrat instructeur, le greffier, le médecin diligenté par la justice ont recours à un interprète, ce qui pose de multiples questions d’interprétations et oblige à multiplier les précautions pour déterminer ce qui a vraiment été reporté de la parole des justiciables et ce qui a été reformulé pour les besoins de l’instruction. Toutefois, Isabelle Le Boulanger ne cherche pas à restituer le fonctionnement de la justice, ce n’est pas le rythme de l’activité des juridictions répressives qui l’intéresse au premier chef, mais « la ruralité bretonne à travers le prisme des abus sexuels ». Nul doute que l’étude d’Isabelle Le Boulanger apporte le complément indispensable aux travaux qui l’ont précédée et offre pour la première fois un panorama complet du phénomène de « l’abus sexuel » en Bretagne, visitant les familles, observant les médiateurs tentant d’accommoder l’affaire, scrutant ce qui se passe avant l’agression – les « techniques d’approches » – et examinant les « séquelles de l’attentat » et ses effets.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540