Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du transfert culturel au métissage

 | 
Michel Molin
, 
Silvia Capanema
, 
Quentin Deluermoz
, 
et al.

Conclusions

Qui a peur du métissage ?

Alain Musset

Texte intégral

1Il n’est pas anodin de constater qu’un colloque sur les métissages, a priori destiné à valoriser tous les échanges possibles entre groupes, nations, communautés, ethnies, langues, cultures, civilisations, tribus (car si on ne parle plus de tribus pour les Papous, les Pygmées ou les Comanches, le terme est revenu à la mode pour les clans up to date du nouvel urban style – comme l’a prouvé en 1993 le succès de l’album Urban Tribu de Yannick Noah), suscite des réactions parfois scandalisées. Comme quoi le mot métissage fait-il toujours peur, à moins qu’il ne fasse à nouveau peur. Il est vrai que, selon l’approche choisie, la notion peut faire l’objet de polémiques comme l’a montré Patrick Le Roux, grand spécialiste d’histoire romaine, et avec lui tous les biologistes pour qui le terme de métissage n’a aucun sens appliqué à l’espèce humaine, une et indivisible. Personne ne dira le contraire et je me souviens encore d’un épisode d’une vieille série TV (peut-être Thierry la Fronde) ou une sorte de marchand perse ou arabe perdu en France au XIVe siècle s’entaillait le bras avec son couteau pour prouver aux passants incrédules que son sang n’était pas différent de celui qui coulait dans leurs veines – ce qui en soi ne prouvait rien, mais seule compte la beauté du geste et l’effet sur le téléspectateur était d’autant plus efficace que l’image était en noir et blanc.

2Le problème n’est donc pas de s’interroger de manière assez vaine sur le fait que le métissage biologique n’existe pas, mais bien sur le fait que la notion existe et qu’elle a été instrumentalisée pour justifier des discours, des pratiques, des comportements et des politiques qui ont évolué dans le temps et dans l’espace. Les sciences sociales ne travaillent pas que sur des faits mais aussi sur des idées – autrement l’histoire et la sociologie des religions ne pourraient être enseignées que dans des facultés de théologie ou dans des madrasas.

3C’est pourquoi la confrontation de regards disciplinaires variés sur un objet aussi sensible doit être réalisée dans un cadre pluriculturel prenant en compte la longue durée historique chère à Fernand Braudel. En croisant les outils, les méthodes et les concepts de l’histoire et de l’archéologie avec ceux des sciences humaines et sociales du temps présent, on peut travailler à la fois sur la permanence, l’évolution et les ruptures des paradigmes et des bidouillages qui ont façonné nos représentations sociales du métissage.

  • 1 Toutes ne sont pas présentes dans le présent volume.

4Force est néanmoins de constater que, malgré tous nos efforts, nous n’avons pas réussi à échapper à une vision somme toute réductrice de notre planète métisse, livrée aux affres et aux délices de la globalisation. Sur 41 contributions initiales1, 17 ont concerné l’Europe et la Méditerranée (42,5 %), 12 l’Amérique latine (30 %), 8 l’Afrique (20 %), 2 le Japon (5 %), une seule le Vietnam et les États-Unis – alors que l’on pourrait penser que la question du métissage se pose de manière particulièrement aigue dans un pays ou le mot, justement, est rarement employé, comme s’il s’agissait d’une grossièreté. Le terme multiracial ou biracial employé en particulier par l’US Bureau of Census pose bien évidemment le problème de l’utilisation du mot « race » dans des contextes culturels variés. Il signifie surtout que l’idée même du mélange qui donne toute sa force symbolique au mot métissage est volontairement évacuée. Quand on parle de biracial au lieu de métis, on n’abolit pas les frontières, on les superpose. Il n’y a pas de fusion (même si cette fusion n’a pas de sens sur le plan biologique), mais au contraire une partition qui se maintient dans la chair, dans les discours et dans le regard des autres.

  • 2 Ce constat est bien entendu faussé par le fait que les universités françaises entretiennent par tr (...)

5En revanche, le fait que tant de contributions portent sur l’Amérique latine prouve sans doute que la relation au métissage se fonde, dans ces sociétés issues de la colonisation espagnole et portugaise, sur des bases radicalement différentes2. Dans sa lumineuse conférence inaugurale « Pour une pensée métisse », François Laplantine a parlé de La Malinche, cette amérindienne qui fut la maîtresse de Cortés et que l’on considère aujourd’hui comme le symbole du métissage de la nation mexicaine. Il aurait pu aussi évoquer le souvenir de Pocahontas, l’autre grande figure féminine de la rencontre entre deux mondes, mais cette fois en Amérique du Nord. De manière caricaturale, leur destin posthume est complètement opposé.

6La première est considérée comme une traîtresse qui a vendu ses frères aux conquérants et que l’on considère comme responsable de la chute de la civilisation aztèque : « Toi l’hypocrite qui te montres humble devant l’étranger/mais qui écrases de ta superbe tes frères du peuple/Oh Malédiction de la Malinche, maladie des temps présents/Quand quitteras-tu ma terre… ? » (Maldición de la Malinche, chanson de Gabino Palomares). La belle Malintzin qui a donné un fils à Cortés avant d’être mariée à un de ses lieutenants, n’occupe donc qu’une place limitée dans l’historiographie officielle qui préfère exalter la résistance et la mort tragique du dernier empereur, Cuauhtémoc, « l’aigle qui tombe » (ou « l’aigle qui fond sur ses ennemis »), torturé et assassiné par les Espagnols.

7Dans un pays essentiellement métis, le choix d’occulter la vie et les choix de la Malinche, symbole de l’union physique entre l’homme européen et la femme indigène n’est pas anodin. Cette malédiction de la Malinche continue à peser sur les épaules de tous les Mexicains qui se considèrent toujours comme les enfants malheureux d’une union détestable. D’ailleurs, aux yeux d’Octavio Paz (Le labyrinthe de la solitude), ses compatriotes sont tous des hijos de la chingada, qu’il ne faut pas confondre avec des « fils de pute » (hijos de puta), injure beaucoup plus espagnole sur la forme et sur le fond. En effet, la chingada est la femme violée et abusée qui n’a pas choisi d’être ce qu’elle est, même si son sacrifice l’a transformée en mère indigne de toute une nation. C’est la vision des vaincus.

8Le cas de Pocahontas est complètement différent puisque dans un monde anglo-saxon où le métissage est non seulement rare mais généralement reprouvé, sa vie est devenue un sujet de légende et a fait l’objet de nombreuses adaptations littéraires et cinématographiques – la plus récente étant le film de Terrence Malick, Le Nouveau Monde, sorti sur les écrans en 2005, soit dix ans après le dessin animé des studios Disney. Fille du chef de la confédération des Powhatans, Pocahontas (ou plutôt Matoaka) a semble-t-il joué un rôle important dans l’établissement de bonnes relations entre sa communauté et les colons anglais de Jamestown (Virginie) en sauvant en 1607 la vie du capitaine John Smith alors qu’il était sur le point d’être exécuté en représailles de massacres commis par ses compagnons.

9Dans la mythologie nord-américaine, cette jeune Indienne est présentée comme un intermédiaire essentiel entre son peuple et les nouveaux arrivants en permettant l’échange par le langage, comme l’avait fait avant elle la Malinche avec Cortés. En se convertissant au christianisme et en prenant le nom de Rebecca, elle est devenue le symbole du rapprochement entre les deux cultures (ou alors, d’un autre point de vue, de l’acculturation forcée des Amérindiens). Son mariage avec le colon John Rolfe à qui elle a donné un fils aurait pu faire d’elle la mère emblématique d’une nouvelle nation métisse (dans le vocabulaire de l’époque), mais cette option n’a jamais fait partie de la philosophie ségrégationniste des colons anglais ni de leurs descendants états-uniens.

10Le paradoxe est donc de voir que la femme qui symbolise le métissage est méprisée dans une société où le mélange des corps et des cultures a été le plus fort (malgré toutes les consignes officielles), et qu’elle est exaltée là où la séparation entre les communautés a été le plus respectée. Le paradoxe est d’autant plus intéressant que les Mexicains, tout en rejetant l’image de la Malinche, sont fiers de se considérer comme des Métis, comme l’a montré Norma Castillo Palma en revendiquant le droit pour ses compatriotes d’utiliser un terme controversé et même nié par une partie de la communauté scientifique. C’est que, dans ce domaine sensible où le racisme semble vouloir s’infiltrer dans tous les discours, les mots choisis pèsent particulièrement lourd. Or, le métissage, même s’il ne s’agit que d’une métaphore (et on sait à quel point il faut se méfier des métaphores), doit être aujourd’hui considéré comme une métaphore positive, après avoir été trop longtemps marqué du seau de l’infamie. Quand j’étais rédacteur en chef des Cahiers des Amériques latines, j’avais demandé à ce que la typographie rende justice aux Métis en leur accordant une majuscule, comme pour les Blancs, les Noirs et les Indiens puisque, dans la norme française, seuls ces groupes considérés comme « homogènes » avaient droit à cet honneur – toutes les formes « intermédiaires » (métis et mulâtre en particulier) devant se contenter d’une minuscule en début de mot.

11La question est d’autant plus importante que, conscient de l’inconsistance scientifique du métissage biologique, j’avais néanmoins tendance à parler du « métissage culturel » comme d’une métaphore issue justement de la biologie (mais d’une biologie biaisée par des discours racistes). C’est donc avec soulagement que j’ai appris, grâce à l’organisation de ce colloque, que le mot métissage appliqué à des groupes humains n’était en fait qu’une métaphore issue de la physique et de la chimie des matériaux. En effet, comme nous l’a rappelé Michel Molin, on parlait déjà dans l’Antiquité grecque et romaine de « métaux métis » (alliages) avant même que le mot soit utilisé pour qualifier (ou disqualifier) des individus.

  • 3 Le mulet est un hybride de l’âne et de la jument, comme nous le rappelle le Petit Larousse illustr (...)

12Cette reconnaissance du caractère purement métaphorique du mot métissage permet de relativiser la portée des critiques formulées sur son usage dans la société d’une part et dans les sciences sociales et humaines de l’autre. Si la métaphore permet de construire une pensée, parfois une idéologie, elle ne se substitue pas à la réalité. C’est pourquoi il n’est peut-être pas nécessaire d’essayer de remplacer cette métaphore par d’autres métaphores supposées être moins agressives pour les groupes humains placés en situation d’interface et de confluence. L’hybridation qui a la faveur de nos collègues anglo-saxons n’est après tout qu’une transposition du vocabulaire utilisé depuis longtemps en botanique et en zoologie3. Le fils de Pocahontas-Rebecca et de John Rolfe était-il plus hybride que métis ? Je ne suis même pas sûr que la question mérite d’être posée.

13Au moment de dresser le bilan d’un colloque qui a soulevé de nombreuses interrogations et prouvé que la thématique du métissage était au cœur de nos sociétés globalisées en quête de racines mythiques, il me paraît important de souligner à quel point les apports récents des études post-coloniales, de la Connected History ou de l’histoire croisée nous ont permis de repenser la notion de transferts culturels entre des sociétés longtemps dominées par une vision impérialiste des processus d’échange et de communication. L’usage même du mot acculturation appliqué à la relation inégale entre deux cultures se caractérise en effet par un préfixe (la préposition latine ad) qui, en indiquant une direction à sens unique marque la domination d’un groupe sur un autre. Or, comme par hasard, ce sont les Amérindiens qui, de l’Alaska jusqu’à la Terre de feu, sont présentés comme acculturés, pas (ou peu) par les Espagnols. La Conquête les a donc privés d’une partie de leur identité, comme si les conquérants n’avaient pas subi le même processus. Mais le mot « subi » est lui-même incorrect, puisqu’il part du principe que l’hybridation (ou, en ce cas, le métissage culturel) est le résultat d’un rapport de force où les vainqueurs imposent nécessairement leur loi aux vaincus : malédiction de la Malinche…

  • 4 Voir à ce sujet la querelle des rites qui opposé en Chine, au XVIIe siècle, les pères jésuites aux (...)

14Comme on nous l’a rappelé, le rhizome de Glissant peut être une réponse à cette aporie. On peut aussi proposer une alternative à l’acculturation en détournant de son sens initial un autre terme, utilisé par la missiologie chrétienne : l’inculturation. Il ne s’agirait plus de considérer l’inculturation comme une manière efficace d’adapter l’Évangile à des cultures étrangères4, mais bien de rendre à la métaphore du métissage culturel son caractère fusionnel en utilisant un préfixe augmentatif ou, pour mieux dire, incorporatif. L’inculturation culturelle ne serait donc pas le résultat d’une invasion (d’une intrusion) synonyme de perte ou de privation (comme l’acculturation) mais bien du partage et de l’appropriation d’une nouvelle identité qui s’ajoute à l’ancienne.

15À l’heure où l’on veut nous faire croire à un choc inéluctable des civilisations, qui a peur du métissage ?

Notes

1 Toutes ne sont pas présentes dans le présent volume.

2 Ce constat est bien entendu faussé par le fait que les universités françaises entretiennent par tradition plus de liens avec l’Amérique latine qu’avec les États-Unis et le Canada.

3 Le mulet est un hybride de l’âne et de la jument, comme nous le rappelle le Petit Larousse illustré.

4 Voir à ce sujet la querelle des rites qui opposé en Chine, au XVIIe siècle, les pères jésuites aux autorités de Rome.

Auteur

Géographe, directeur d’études à l’EHESS, membre du Centre de recherches historiques-GGH-Terres.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540