Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du transfert culturel au métissage

 | 
Michel Molin
, 
Silvia Capanema
, 
Quentin Deluermoz
, 
et al.

Conclusions

Conclusions

Texte intégral

1Que tirer d’un tel panorama ? Ces deux textes conclusifs proposent desue réponses provisoires et une invitation à poursuivre l’enquête. Peter Burke rappelle en premier lieu son parcours intellectuel et les différents termes qu’il a mobilisés au cours de ce cheminement pour analyser des phénomènes aussi divers que la culture populaire du XVIe-XVIIIe siècle, la Renaissance italienne ou l’Amérique latine. Rappelant les avantages et inconvénients de chacun des concepts (créolisation, métissage, traduction culturelle) il suggère de les croiser et d’enrichir la boîte à outils du chercheur plutôt que de s’en tenir à un seul terme dont on subirait les fragilités intrinsèques. Dressant le bilan critique des diverses contributions, Alain Musset rappelle quant à lui les débats qui entourent la notion de métissage. Il note surtout qu’avec l’usage métaphorique du mot, les déplacements engagés par l’histoire postcoloniale ou l’histoire croisée et la rigueur des démarches mobilisables par les chercheurs pour chaque terrain, rien ne s’oppose à un usage contrôlé du mot et de ses effets implicites. Qui, demande-t-il alors, a peur encore du métissage ?

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540