Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du transfert culturel au métissage

 | 
Michel Molin
, 
Silvia Capanema
, 
Quentin Deluermoz
, 
et al.

Septième partie. Échecs et situations limites

Synthèses des ateliers

Texte intégral

Atelier 1. Étymologie, concept

1L’approche du concept de « métissage » et de son étymologie a été menée, au cours de cet atelier, par des chercheurs de formation différente (trois historiens, un enseignant en sciences politiques, une latiniste, un anthropologue) venus d’horizons divers aussi bien sur le plan des thèmes abordés que des espaces parcourus et des périodes concernées : écriture en péninsule Ibérique à l’époque archaïque, guerres religieuses en Judée hellénistique, conflits raciaux dans le Brésil colonial, antagonismes politiques et sociaux dans les cités et banlieues d’aujourd’hui, culture religieuse dans les Antilles françaises. Une telle diversité rend compte d’emblée de la complexité d’un tel concept qui semble pouvoir répondre à des situations extrêmement différenciées au risque de perdre sa valeur heuristique mais qui, simultanément, témoigne de la richesse des analyses aussi bien au plan linguistique, historique, conceptuel que méthodologique. Ainsi donc, comment définir le métissage ? C’est cette question que les intervenants ont abordée et sur laquelle ont porté les discussions.

2Le concept de métissage est examiné, dans quelques cas, « en négatif » dans la mesure où il est mis en parallèle avec des termes proches dont l’analyse, par une voie détournée, peut aider à sa compréhension. Il est frappant d’observer que certains champs des sciences humaines utilisent très peu, dans leurs travaux, le terme de métissage ; il en est ainsi des sciences politiques et de l’histoire urbaine. Les sciences politiques emploient des concepts connexes en portant leur réflexion notamment sur l’intégration ou le multiculturalisme dont les problématiques sont d’une importance fondamentale aujourd’hui ; ils sont étudiés, pour l’essentiel, en termes d’hybridation ou de brassage culturel et sont situés au cœur du binôme identité/intégration. Ces notions, qui impliquent la longue durée, semblent plus adéquates que celle de métissage pour rendre compte des situations politiques contemporaines. Il est clair en outre que la connotation coloniale est perçue comme trop prégnante pour en favoriser l’emploi.

3Les historiens de la ville emploient, eux-aussi, très rarement le mot métissage, à l’exception des études sur les villes coloniales. Cette réticence est paradoxale tant la ville semble être par essence même lieu de rencontre et de métissage ; c’est l’expression mixité sociale qui s’est imposée dans les politiques urbaines, à partir de la dernière décennie du XXe siècle, lorsqu’il s’est agi alors de lutter contre toutes formes de ségrégations et de ghettoïsation. Le concept de métissage ne semble donc pas opératoire pour réfléchir sur ce binôme ségrégation/mixité sociale qui, à certains égards, répond à celui d’identité/intégration, précédemment mentionné. Pourquoi ? Les discussions ont permis de relever plusieurs éléments d’explication : la part de l’histoire coloniale qui, une fois encore, freine l’usage de ce mot ; l’importance épistémologique du glissement des études urbaines de la classe vers le territoire ou, en d’autre termes, du social vers l’urbain ; l’absence d’échanges approfondis entre historiens de la ville, sociologues et anthropologues.

4À ces démarches « en creux » répondent des analyses qui ont tenté d’apporter non pas une définition proprement dite du métissage mais plutôt de donner, à partir d’exemples concrets, quelques caractéristiques du métissage. L’utilisation, par les Ibères, à partir du IVe siècle av. J.-C., de caractères grecs puis latins, pour des inscriptions rédigées en langue ibérique (toujours inconnue) peut-elle être considérée comme témoignant d’une forme de métissage ? Il semble bien que l’on puisse répondre par l’affirmative dans la mesure où ces emprunts scripturaires s’insèrent dans un ensemble d’échanges économiques, administratifs, militaires et culturels qui s’accompagnent de transformations importantes et qui concernent des populations très diversifiées. Dans des conditions tout à fait autres, l’examen du parcours difficile, sinueux et, à bien des égards, exceptionnel de Gilberto Freyre durant les années 1920 a permis de comprendre la complexité du métissage au Brésil où les différents protagonistes (Noirs, Amérindiens, immigrants blancs, etc.), sont eux-mêmes divers et qu’il importe de rejeter toute notion de « pureté originelle » dans la mise en œuvre des métissages brésiliens ; ce sont ces formes multiples qui constituent l’identité brésilienne. C’est dans cette même perspective qu’a été analysé le conflit des Maccabées du IIe siècle av. J.-C. qui oppose Grecs et Juifs, peuples dont l’identité, notamment culturelle, est trop souvent perçue de manière monolithique et globale ce qui induit une opposition fondamentale entre judaïsme et hellénisme loin d’être totalement démontrée.

5La difficulté de définir le métissage, liée à sa richesse conceptuelle, permet de comprendre que l’on ait fréquemment recours à la métaphore, figure rhétorique aux possibilités innombrables qui permet une approche indirecte et multiple d’un phénomène ou d’une réalité, ici le métissage, qui résiste à une simple désignation. Deux métaphores ont été particulièrement et simultanément exploitées pour explorer la culture religieuse créole des Antilles françaises, celle de la mosaïque (développée par Roger Bastide) et celle du rhizome (mise en œuvre par Gilles Deleuze et Félix Guattari). L’ambivalence du métissage est éclairée par la métaphore de la mosaïque qui associe le principe de coupure rendant compte de la multiplicité des composantes et la « pensée liante » qui établit des relations entre elles sans jamais les confondre, comme les tesselles d’une mosaïque liées par un ciment ; la métaphore du rhizome, bulbe qui se ramifie, en multiples tiges dans l’infini de l’horizontalité, et qui se modifie sans cesse permet de saisir le déplacement, le mouvement, l’oscillation, (notion si importante pour François Laplantine), constitutifs du métissage vu comme un processus en perpétuelle transformation. C’est bien cette perception qui, en définitive, s’est imposée au terme des échanges et discussions.

6Claire Feuvrier Prévotat

Atelier 2. Corps métis

7La table-ronde no 2 était consacrée au sujet du « Corps métis ». Vingt-cinq personnes ont écouté les six communicants venus des universités de Tokyo, Mexico, Lyon 2, Lille 3, Versailles-Saint-Quentin, EHESS, Paris I et de Paris 13, puis ils ont discuté ensemble. La problématique, axée sur le corps métis, a été traitée grâce à de riches matériaux venus de disciplines différentes (histoire, histoire de l’art, histoire de la médecine, sociologie historique, anthropologie, ethnologie, psychologie clinique), avec des exemples pris sur quatre des cinq continents (seule l’Océanie manquait), au Ve siècle av. J.-C., et aux XVIe, XVIIIe, XIXe, XXe et XXIe siècles, qui ont débouché sur des pistes avancées collectivement.

8Finalement trois grandes interrogations ont été abordées : celle de la singularité de la personne métisse, en particulier de sa construction psychologique, celle de la place sociétale des corps métis (méconnaissance ou reconnaissance des métis en tant que tels), enfin celle du virage global pris par la plupart des sociétés humaines au début du XXIe siècle, en marche vers un « triomphe du corps métis » et, ce, au terme d’un enchaînement de paramètres.

9Dès le VIe siècle av. J.-C., l’école hippocratique s’est penchée sur la question des mélanges, mais seulement abordée sous l’angle de l’équilibre des humeurs à l’intérieur d’un corps humain. Cette valorisation des mélanges ne se limite qu’à un usage interne, et elle ne se généralise pas à la société grecque antique qui se doit d’être ordonnée et compartimentée et non mixée. Vingt-cinq siècles après, la psychiatrie clinique est en mesure d’expliquer la difficulté de la construction identitaire de l’homme métis, car elle repose sur la symbiose d’une série de fragmentations.

10Les sociétés humaines, elles aussi, ont attendu longtemps avant de faire une place aux Métis en tant que tels, et ce sont les sociétés coloniales espagnoles du Mexique qui l’ont fait en premier, alors que les populations autochtones étaient minoritaires. Ainsi, les Métis mexicains accédèrent-ils, dès le XVIIIe siècle, aux élites sociales, sans pour autant bénéficier d’une reconnaissance métisse, et il faut attendre le XXIe siècle, et le Gabon contemporain, pour qu’apparaisse une nouvelle approche. Dans ce pays pluri ethnique, comme dans beaucoup d’autres pays africains, les ethnies minoritaires se sont installées à la tête du pays. Une fois à cette place, elles choisissent des mariages métis, convaincues que seul le métissage permettra à l’Afrique de surmonter des rivalités ancestrales et d’atteindre sérénité et réconciliation. Mais d’autres pays sont en retard sur cette approche, comme le Japon qui, jusque dans les années 1990, a refusé la reconnaissance civile aux 200 000 Sino-Philippins. Seule l’alliance des universitaires, des syndicats et des municipalités a permis d’imposer l’image des Métis dans les media et leur reconnaissance civile dans le Japon contemporain.

11Pourtant de nombreux indices laissent présager que le XXIe siècle sera métis. En effet le nombre des ruptures historiques est tellement important, avec la multiplicité des guerres, des crises et des bouleversements socio politiques, que les couples métis se sont multipliés un peu partout dans le monde ; à tel point que certains seuils numériques ont été franchis au-delà desquels la présence du Métis s’impose d’elle-même comme une évidence. De plus s’ajoute l’effet d’amplification exercé par les media, qui diffusent à l’échelle de la planète des images de Métis, en leur donnant une formidable lisibilité.

12Finalement le Ve siècle av. J.-C. fut grec, le premier de notre ère fut romain, le XVIIIe siècle a été français, et le XXIe pourrait être métis : Ali Bongo et Barack Obama n’étant que des figures emblématiques d’un nouveau siècle qui ne fait que commencer et qui pourrait être celui des « corps métis ».

13Marie-José Michel

Atelier 3. Dynamiques culturelles et expériences : linguistique et littérature

14Les participants à l’atelier ont pensé les métissages sur une vaste période temporelle. Ils sont passés du IIIe siècle avant J.-C. au IIIe siècle après J.-C., du Moyen Âge, plus précisément des XIIIe et XIVe siècles, au XIXe, puis aux années 20, jusqu’aux années 1980-1990.

15Ils les ont pensés sur une tout aussi vaste ère géographique, circulant de la France médiévale ou de celle de l’entre-deux-guerres à l’Espagne, à Rome (par deux fois), à l’Algérie et au lointain Brésil impérial.

16Ils les ont pensés enfin en analysant des corpus de natures très diverses, langue populaire des jeunes gens, langue érudite des encyclopédistes médiévaux, traductions et tragédies, traductions et comédies, traductions et poèmes, récit historique, romans et revues.

17La pensée du métissage y a donc été placée, par les réponses qui ont été apportées à la sollicitation des organisateurs du colloque, sous le triple signe de la diachronie, de l’internationalité et de la pluridisciplinarité.

Les concepts

18Des expressions ont été mises en relation avec le métissage, pour rendre compte à chaque fois d’une de ses acceptions particulières, pour l’inscrire dans une chaîne de significations, ou pour repérer des écarts signifiants.

19Le métissage a pris en sciences du langage la forme de « néologismes hybrides ». En littérature latine, il était issu d’un processus de traduction (vortere) d’un modèle grec et aboutissait à la création d’un « métathéâtre ». En histoire romaine, il résonnait en « écho » du passé grec, offert à l’interprétation, à la fois comme rappel et comme oracle. Dans l’étude poétique, il se révélait traduction, également, mais sans aboutir à une nouvelle identité, ni à un texte radicalement autre, les mouvements observés dans le multilinguisme de Juan Larrea – porosité, oscillation, fuite – étant mieux décrits par la métaphore du contrepoint (de la fugue) que par celle du métissage. Quant à la langue portugaise, son métissage l’a « brésilianisée », ses auteurs s’accommodant plus ou moins de l’identité métisse et travaillant à l’unifier sous une identité brésilienne.

Les acteurs

20Les acteurs évoqués de la pratique du métissage se sont révélés pratiquement tous placés en situation d’écart, écart social, écart linguistique ou écart culturel. Ainsi de Livius Andronicus, esclave puis affranchi grec d’une famille romaine et de Cassius Dion, historien grec de Rome, sénateur romain d’origine bithynienne. Ainsi des savants ayant à transmettre un savoir opératoire aux barbiers médiévaux. Ainsi des écrivains brésiliens d’origine métisse, dont Machado de Assis, Luis Gama ou Maria Firmana dos Reyes. Ainsi du poète espagnol Juan Larrea, choisissant de vivre en France. Ainsi de la jeunesse algérienne devant pour s’exprimer choisir entre l’arabe dialectal, l’arabe classique et le français, refusant ce choix et inventant une autre voix et peut-être par là même une autre voie.

Les pratiques

21Six pratiques de métissage ont été présentées et analysées :

  • Le métissage par innovation lexicale : en l’occurrence par création du francalgérien avec un radical arabe et un préfixe ou un suffixe français, avec aujourd’hui un phénomène de translittération de l’arabe en alphabet latin.
  • Le métissage par constitution d’un vocabulaire scientifique double : le vocabulaire utilisé pour parler en chaire, différent du vocabulaire utilisé comme « recette », comme « mode d’emploi » technique. Ce vocabulaire portant la marque de traductions, d’emprunts et de néologismes, à partir des traditions gréco et arabo-latines. On y constate le rôle central du latin comme langue de référence qui fait lien entre les autres et est perçue comme seule apte à exprimer l’essence des choses.
  • Le métissage lors de la création de la littérature latine et plus précisément du théâtre latin par abandon de la satura au profit de la fabula.
  • Le métissage dans le récit et l’interprétation de l’histoire romaine quand le passé d’Athènes désigne le futur de Rome.
  • Le métissage dans l’écriture d’une œuvre multilingue et un renouveau poétique en espagnol en projetant l’étrangeté du français appris dans la langue maternelle. – Le refoulement du métissage pour tenter la construction d’une œuvre nationale brésilienne par rejet partiel de toute autre logique identitaire, et en particulier métisse.

Quelques remarques

22Le comparatisme n’a pas été explicitement nommé comme méthode pour le repérage, la description, la définition, la discussion éventuelle du terme de « métissage ». Il était pourtant semble-t-il omniprésent, implicitement et à juste titre, comme discipline de la mise en relation. En littérature, il recouvre par exemple l’étude des transferts culturels, les études génétiques, les études d’intertextualité et les études de réception ainsi que les études de traduction.

  • 1 Jacques Fontanille, Juliette Vion-Dury, Bertrand Westphal (éd.), L’Émergence, Bern, Peter Lang, 20 (...)

23En revanche, le mot « émergence » apparaît dans pratiquement toutes les communications. Si on définit l’émergence comme le « processus par lequel un phénomène croît à partir d’un ensemble de causes sans pouvoir cependant être considéré comme résultant de leurs effets respectifs1 », alors le métissage, élément constitutif de l’émergence, participe de la révolution épistémologique, modifiant la nature du rapport cause-conséquence, que la pensée de cette dernière implique.

24Le retour, également omniprésent dans les communications, en particulier comme vortere, lie le métissage au geste d’Orphée, qui regarde en arrière pour créer, en ce mouvement que Nietzsche appelle « éternel retour ». Le métissage aurait donc de manière essentielle à voir avec le retour. Retour « au pays natal », en arrière, pour aller de l’avant, « ressouvenir » en avant de Kierkegaard.

25On pourrait proposer la figure du dieu Dionysos, qui avance en regardant en arrière sur l’amphore de Cléophradès, pour représenter le métissage. En effet, ce dieu qui mêle les genres et les générations est à Athènes celui qui pose la question de l’autochtonie et qui indique le mouvement à suivre pour y répondre. Mouvement, au sens propre : le dionysisme transforme l’histoire en géographie. Il est descente chez les morts pour ramener du passé les choses qui n’ont pas pu être acceptées ou intégrées et les faire entrer par ce mouvement dans le processus de symbolisation.

Pour conclure, l’éventail et l’échiquier

  • 2 Stefan Zweig, Schachnovelle traduit de l’allemand (Autriche) par Jacqueline Des Gouttes, Le Joueur (...)

26Le métissage est-il une métaphore ? On peut inverser la question et proposer avec l’écrivain autrichien Stefan Zweig2 deux métaphores du métissage, l’une positive, l’autre, redoutable : celle de l’éventail et celle de l’échiquier. « Le monstrueux idéal de l’échiquier » impose l’ordre par la force, le strict déterminisme des formes, des couleurs et des mouvements. Il transforme les hommes en objets et les relations en manipulations. À l’inverse, l’éventail lie des entités distinctes en une unité harmonieuse. Et plus ces entités sont contrastées, plus beau est l’ensemble. Les strates superposées, couches temporelles de l’histoire lorsque l’éventail est fermé, s’étalent dans l’espace quand l’éventail est ouvert. Ainsi le passé trouve-t-il sa place et participe-t-il de la beauté et de l’harmonie du monde. Ainsi l’espace accorde-t-il une place à tous les passés.

27Juliette Vion-Dury

Atelier 4. Dynamiques culturelles et expériences : culture matérielle, savoirs, religions, arts

28Six interventions ont été faites dans le cadre de cet atelier. Elles vont de l’Égypte ptolémaïque au Brésil contemporain, en passant par la Grande-Grèce et la Sicile, l’Espagne médiévale, le Mexique colonial et le Japon de l’ère Meiji. À l’exception de l’exemple d’al-Andalus, ces études montrent que si le Métis est une réalité, le métissage est un processus de construction sociale de longue durée.

29L’Égypte pharaonique, à l’époque hellénistique (ptolémaïque), constitue une zone où des Grecs se sont implantés depuis de nombreuses années et où ils ont fait souche, donnant naissance à un monde multiculturel, qui s’accompagne de phénomènes de métissage. À travers l’analyse d’un papyrus « métis » gréco-égyptien, écrit en grec et en démotique, où chaque langue est transcrite dans sa propre écriture, on perçoit que l’auteur de ce texte et son destinataire sont des Métis (pères grecs et mères égyptiennes). La description d’un rêve décrit dans ce document montre que des Grecs de l’époque hellénistique et leurs descendants métis sont pénétrés de culture égyptienne. Le rêve, qui est écrit en égyptien, fait apparaître que le concept de dieu mort, qui est typiquement égyptien, a été repris dans la pensée grecque pour susciter une religiosité qui peut être éventuellement qualifiée de métisse.

30L’hellénisation n’est pas un concept pertinent pour expliquer les relations interethniques en Grande-Grèce et en Sicile. Ces relations doivent être plutôt regardées comme un ensemble de contacts réciproques. L’exemple donné par le site de Poseidonia, dans une région où vivent des populations grecques, étrusques et indigènes est significatif, notamment à travers certaines reproductions montrant des scènes qui dépeignent un univers grec dans un milieu étrusque, où s’affirme la suprématie grecque. Mais les représentations sont aussi le signe de la nécessité d’intégration des indigènes et/ou des Étrusques aux élites grecques. Ces reproductions montrent également que chaque individu peut identifier son interprétation propre en fonction de son univers culturel. Nous sommes en présence d’un « métissage brouillé ».

31À l’époque d’al-Andalus (VIIIe-Xe siècles), l’Espagne est un territoire qui présente une véritable mosaïque culturelle mais, et c’est là sa singularité, la notion de métissage n’existe pas dans les sources. En effet, il n’y a pas de véritable mot pour métissage en arabe. La langue utilise plutôt des termes pour désigner des groupes qui s’insèrent dans le groupe dominant (par exemple les Mozarabes). Ces mots traduisent surtout les transitions sociales. En effet, la particularité de cette époque est que le facteur ethnique dans la société joue moins un rôle fondamental que le groupe social. En outre, dans le cadre de l’armée et de l’État, ces groupes sont instrumentalisés. Comme on peut le constater, l’important n’est pas l’appartenance à telle ou telle ethnie mais la place d’un groupe et son évolution dans la société. Si les convertis semblent le plus s’apparenter à un groupe social « métis », ce groupe disparaît en tant que tel à l’époque des califats. On peut donc penser que le métissage, pris dans son acception d’hybridation, n’a pas de véritable sens dans la société d’al-Andalus.

32En Nouvelle-Espagne, les Métis ne constituent pas un véritable groupe social, même s’il y a des Métis. Les Métis sont alors généralement éduqués par leurs pères et ils sont, de ce fait, assimilés à des Espagnols. Ce n’est qu’à la fin du XVIe siècle que les Métis forment un véritable groupe social. Le cas des interprètes métis montre bien cette évolution. Cependant, au sein de l’« élite métisse » apparaissent des distinctions : les uns s’affirment comme Espagnols (cf. leurs noms castillans), les autres revendiquent leurs racines indiennes (cf. leurs noms indigènes). Cependant cette division n’est pas aussi radicale que cela car tous ces hommes ont plus ou moins subi un véritable métissage culturel comme leurs écrits le traduisent.

33À travers le cadre de la conception des uniformes de l’école normale pour filles, le Japon de l’époque Meiji est le lieu d’un véritable mélange vestimentaire en lien avec la politique du gouvernement nippon. Dans un premier temps, les uniformes créés traduisent d’abord la volonté d’occidentalisation : vêtements, coiffures, chapeaux identiques sont conçus à l’occidentale. Ce phénomène s’étend de la capitale vers les autres provinces. Avec la fin de l’occidentalisation aveugle renaît le kimono, c’est à dire le vêtement traditionnel. Mais ce dernier comporte alors des modifications qui aboutissent à la disparition des catégories spécifiques. À la fin de l’ère Meiji, le vêtement des jeunes filles de l’École normale trouve un équilibre entre les divers apports ; ce vêtement n’est ni totalement japonais ni occidental. En fait, l’évolution du costume et les choix faits sont souvent dictés par les orientations de l’État : la femme japonaise est un symbole national, gardienne de la continuité et de l’invariabilité de la nation. Son vêtement, issu d’un mélange d’influences en est la traduction. Mais peut-on alors parler de métissage ?

34Le Brésil est une terre où la musique est un marqueur de l’histoire contemporaine de ce pays (concept de brasilianité). La musique est une allégorie du métissage brésilien, issue de mélange Europe – Afrique – Amérique indigène. Mais c’est le rythme qui est le marqueur de l’identité musicale brésilienne. Et ce rythme est le résultat d’un mélange des trois civilisations.

35Bernard Grunberg

Atelier 5. Identité, droit et pouvoir

Visibilité ou invisibilité et asymétrie

36Dans cet atelier très international, les sujets ne se situent pas seulement en dehors de l’hexagone, comme dans la plupart des cas, mais également hors d’Europe, et les études se sont distinguées par une grande diversité des disciplines, des langues et des styles de présentation.

37Cependant, l’unanimité l’a emporté pour aborder le terme de « métissage » dans son acception la moins métaphorique possible et très près de son sens premier de : mélange ou du moins présence et interaction de populations d’origines diverses.

38C’est le cas dans la présentation sur les revendications identitaires des Métis au Pérou du XVIIe siècle, comme dans celui sur le refus du métissage en Argentine, où les Européens des diverses origines réclament leur « argentinité » en s’inscrivant explicitement contre l’idée de métissage et où les seuls autochtones jusque là marginalisés sont en voie de revendiquer une identité propre. C’est le cas pour les Noirs libres de la Louisiane au début de son appartenance aux États-Unis ou encore pour les apories du statut de Métis dans une Tunisie où les conceptions coloniales françaises l’emportent sur un système de représentation traditionnelle qui n’accordait pas la priorité à la couleur de la peau. Enfin, le cas de Sierra Leone nous permet de découvrir une identité africaine tiraillée entre l’image de l’« Homme blanc » esclavagiste puis libérateur et celle du Noir victime, mais aussi acteur dans l’esclavage. La discussion vive pendant le temps d’échange a aussi permis de cerner les différences de sens que prend dans les langues française et anglaise, un terme en apparence synonyme de celui de « métissage », à savoir « créolisation ».

39Il y a différentes manières de prendre en considération, dans une communication, le thème général du colloque, invitant à penser les métissages. On peut essayer d’appliquer la notion à son domaine de recherche pour voir si celui-ci s’y plie, voire si cet angle d’approche permet d’accéder à de nouvelles connaissances. On peut, au contraire, ignorer le terme ou encore lui faire subir des changements de signification pour l’adapter et l’intégrer dans sa propre démarche. On peut l’utiliser comme métaphore ou comme prétexte, ou encore l’attaquer de front ou le « dé-construire ». Dans la vaste panoplie des contributions à ce colloque, presque toutes ces voies ont été empruntées.

40Or, pour ce qui est des contributions à cet atelier, aucune n’a eu à avoir recours à de telles contorsions. Dans toutes, il y avait matière à étudier l’existence, les interactions, les relations voire les conflits, de populations d’origines ethniques diverses et de mettre l’accent sur chacune des situations pour la cerner dans sa spécificité.

41Il y avait des situations conflictuelles comme en Louisiane où les aspirations des gens libres de couleur à la citoyenneté américaine ne se sont non seulement heurtées à la réticence des autres États esclavagistes voisins du nouvel État, mais aussi aux Blancs créoles louisianais eux-mêmes.

42Il y a pu y avoir la revendication d’une identité métisse pour échapper aux corvées au Pérou du XVIIe siècle, ou au contraire, le refus explicite de se considérer comme Métis en Argentine actuelle (« Nous, les Argentins, on descend… des bateaux ! »), en revendiquant la civilisation contre la barbarie, le progrès contre le retard culturel, à la différence du Mexique où le métissage a pu servir d’autoidentification positive. L’échelle des variations possibles dans la définition de statuts en Tunisie est plus complexe comme le sont les apories identitaires de la communauté africaine des ex-esclaves au Sierra Leone au XIXe siècle. Dans toutes ces présentations, qu’elles concluent ou non à la présence d’un métissage – ou à la revendication d’un tel statut –, le terme a été pris à la lettre et non appliqué à d’autres domaines (cuisine, mode, langue).

43À vrai dire, la conférence inaugurale avait bien posé les jalons en rappelant qu’après tout, le terme de « métissage » est une construction de l’esprit et en nous mettant en garde contre son succès en tant que notion (trop) à la mode. Une dérive biologiste ne risquerait-elle pas à faire rentrer la notion de « race » par la petite porte ? En revanche, la notion pourrait ouvrir une « troisième voie » entre l’approche multiculturaliste d’un côté et l’universalisme républicain de l’autre, comme entre une tendance à l’uniformisation à outrance et une exagération des particularismes. Or, l’invitation de noyer la notion de métissage jusqu’à y voir un accès à « l’autre en nous-mêmes » ne délie-t-elle pas sa valeur heuristique dans une approche disciplinaire ? Le débat entre « métissistes » et « métisceptiques » est certainement loin d’être clos.

44Helga E. Bories-Sawala

Creuset et identités politiques

45Le métissage était confronté ici à ce que j’appellerais son « milieu naturel », l’histoire comprise comme temps d’une construction et d’une évolution contrôlée des métissages (mieux, des Métis) par des pouvoirs en quête de légitimité et d’identité. Malgré ce qui est dit parfois, il n’est pas vrai que l’Antiquité aurait connu le phénomène et le contenu sans le mot, ce qui est applicable également au « capitalisme » qu’il n’est pas pour autant illégitime de confronter aux sociétés anciennes. La fondation de la colonie de Carteia dans le Sud de la péninsule Ibérique, en 171 av. J.-C. d’après Tite-Live, en offre une illustration paradigmatique : des femmes d’origine locale s’étaient unies à des soldats des armées romaines. En l’absence d’union reconnue par Rome, les enfants nés par la suite n’avaient pas d’existence légale et constituaient, selon le texte, un nouum genus hominum, une « nouvelle famille d’humains ». Il fallut leur trouver un statut juridique intégré à la hiérarchie sociale de la cité. On les considéra comme des affranchis et leurs descendants seraient ingénus, libres par la naissance. La règle commune de la cité s’appliquait à tous sans distinction, sans création d’une catégorie intermédiaire considérée comme issue d’un mélange. Genus, malgré certaines traductions n’est pas la « race » à Rome. Lorsque l’empereur Auguste souhaita préserver le corps civique romain de mélanges incontrôlés du fait des guerres civiles, il avait à l’esprit la dignité du citoyen non le problème du métissage. L’observation rapportée par Suétone indique toutefois que la construction identitaire est centrale historiquement pour comprendre le problème des métissages, donc également pour le déconstruire ou l’aborder autrement.

46Les empires modernes et chrétiens ont transformé la question juridique en question raciale provoquée en outre par une horreur viscérale de l’indétermination originaire. C’est dans ces contextes que les États depuis le XVIe siècle ont été conduits à élaborer des figures métisses ou métissées et à travestir le discours des origines de la nation. Le cas exemplaire est assurément celui de la définition juridique et légale progressive d’un statut de métis assorti de devoirs et d’interdictions dans le Mexique des années 1530-1580 environ. Certes, la « double appartenance » est parfois ressentie socialement comme une singularité et une richesse, mais l’évolution place les Métis en situation d’infériorité pour une très grande majorité d’entre eux. Le mot apparaît vers 1550 à propos du Mexique. Les constructions nationales concrètement et symboliquement développèrent des actions et des discours visant à inclure la réalité indéniable du métissage. Les sélections opérées, les imageries exposées et véhiculées offrent des distinctions entre ceux qui sont dignes d’être des Métis, les indigènes, et ceux qui restent étrangers à la construction nationale, les Noirs. La nation brésilienne du XIXe siècle choisit ses membres et son histoire. Tout comme la Nation française qui traduisit avec netteté, en ce même siècle, dans son discours juridique fondé sur la tradition et l’histoire officielle l’ambivalence des métissages déjà aperçue au Mexique : l’on passa ainsi d’une revendication d’une pureté « exclusive », condition de l’unification et de l’unité, à une une pureté « inclusive » source d’une unité renforcée du fait de la mixité originelle consolidée et transformée en signe de solidité propice à l’ordre. Il est patent que le « métissage » et la création même du mot servent les stratégies identitaires au service d’une domination qui ne s’en cache pas. Le cas de la « culture mérina » de Madagascar est un autre exemple de métissage sous l’influence de la colonisation européenne, dans un contexte apaisé et ouvert laissant faire les stratégies individuelles et collectives débouchant sur une forme de « biculturalisme ».

47Le métissage pose des problèmes d’abord à ceux qui le perçoivent comme tel et tout mélange ou mixité ne saurait être du métissage, sinon l’histoire ne serait qu’une longue succession de mixités et de réciprocités sans signification particulière, « signify nothing » ! Le recours par des pouvoirs politiques à des traits culturels ou à des traditions extérieures relève-t-il de l’histoire du métissage ? La volonté de composer avec l’autre, ses pratiques sociales et ses habitudes s’inscritelle dans le cercle élargi du métissage ? L’exemple de la Castille au XIVe siècle décrit principalement un projet de contrôle de populations susceptibles de rejeter son autorité en faisant converger des contenus communs compréhensibles par tous malgré des formes et des formulations différentes. Pour l’historien, le métissage se décrète unilatéralement ou vise à s’affirmer en réaction à ce genre de décret. Il est placé résolument du côté des identités et véhicule leur contraire, leur négation sous l’angle de la purification ethnique et de l’extermination raciale. Il s’agit bien d’un concept opérationnel non d’une simple « métaphore » de la traduction, du mêlé, de la part de l’autre en nous, sachant qu’une métaphore peut être tenue en bonne logique pour une forme de faiblesse de la pensée. Il est légitime de poser la question de la pertinence des métissages dits « culturels » et de leur apport à l’intelligibilté historique, même si l’on comprend bien que la valorisation de toutes les mixités possibles vise à promouvoir liberté, respect et tolérance entre les individus et donc les peuples. L’utiliser pour des registres qui ne sont pas les siens pourrait relever, en outre, d’une volonté de réhabiliter un statut entaché d’humiliation et d’infériorité, ce qui n’est pas de bonne méthode scientifique mais appartient à l’excès mémoriel en cours. Il n’est pas nécessaire de multiplier les notions ni les entités : « métissage culturel » se substitue à des « échecs » précédents qu’il ne rattrape pas : acculturation, syncrétisme, créolisation. Les processus culturels ne sont pas véritablement rationalisables et le « bricolage » est pour le moment le terme qui paraît le mieux adapté à ce qui se passe effectivement en ces domaines. J’ajouterai que sur le plan culturel plus encore que sur le plan juridique et social, le métissage serait un état transitoire, instable et insaisissable.

48Patrick Le Roux

Atelier 6. Territoires et frontières

49Interrogé sur son insertion à Accra, un migrant ivoirien venu du pays voisin et installé depuis quatorze ans dans la capitale du Ghana, répond par un dicton : « Un bois qui tombe dans l’eau ne peut pas devenir un crocodile ». Cette phrase, citée par la géographe Amandine Spire dans sa communication sur la Présence des migrants dans deux métropoles d’Afrique de l’Ouest, des citadinités métisses ? Cas de Lomé au Togo et d’Accra au Ghana, résume la tonalité de cet atelier intitulé Territoires et frontières. Celui-ci a, en fait, surtout traité du sentiment identitaire. Chassé par la porte lors de la conférence inaugurale de François Laplantine, ce thème revint finalement par la fenêtre sur les terrains des jeunes et moins jeunes chercheurs.

50La communication de l’historienne Fatima Ouachour, sur L’Afrique du Nord ancienne à la croisée des mondes lybique, phénicien et romain, étude des métissages et des processus d’interconnexion et d’entrelacements culturels, montre que cette notion d’identité en tant que donnée fixe ne fonctionne toutefois pas pour les figures religieuses de la Lybie antique. Celle-ci fusionne en effet sans complexes différentes divinités – phéniciennes, lybiques, romaines, etc. – et génère des divinités que l’on ne doit pas considérer comme originales mais nouvelles, à l’instar de Baal Hammon que l’on peut surnommer le « Saturne-Chronos africain », seigneur et maître de l’éternité. Ce phénomène reste peu traité par l’historiographie car trop éloigné de ce qui a été posé comme la norme dominante, la romanisation, terme trop vaste qui lui-même est à réexaminer. Les questions soulevées et leurs réponses au cours de la discussion, en particulier sur l’éventuel passage de ces figures religieuses plus au sud, vers « l’Afrique noire », ou bien sur la possibilité de distinguer syncrétisme et métissage, montrent qu’il faut interpréter avec prudence les quelques données disponibles.

51Si l’on revient à Accra et à Lomé avec Amandine Spire, la problématique des migrations intra-africaines, que l’obnubilation par les flux entre pays du nord et du sud de la Méditerranée tend souvent à faire oublier alors qu’elles sont considérables, semble révéler moins un processus de métissage qu’une affirmation d’appartenances multiples (à la francophonie, à l’ethnie, au village d’origine…). S’y distingue encore l’élément national, via, notamment, les différentes associations de migrants. Comme quoi, malgré leur absurdité héritée de l’époque coloniale, les frontières qui segmentent un littoral relié par de nombreuses relations économiques et sociales constituent un artifice géographique vigoureux. Concrètement, l’espace urbain relevant du métissage est fragmenté à Lomé et à Accra en une dizaine de lieux, autour des différentes gares routières. La discussion fait valoir la nécessité de distinguer processus migratoires et processus métis.

52En revanche, le métissage architectural s’affirme au Viêt-nam durant la période coloniale, d’après la communication de l’historienne Caroline Herbelin, Architecture et métissages dans le Vietnam colonial. Les besoins matériels et le recours aux techniques locales, viêts, car mieux adaptées (à la chaleur, à l’humidité…), caractérisent de façon voilée l’architecture coloniale, non pas d’emblée mais au cours de son évolution, en particulier après 1945.

53La communication duelle du sociologue Christian Rinaudo et de la géographe Odile Hoffmann, intitulée Fabriques du métissage au Mexique, ou l’autre métissage, peut être résumée par le titre de « la négritude au Mexique ». Elle a non seulement conjugué deux voix mais aussi deux régions mexicaines, l’une du côté de la façade atlantico-caraïbe, autour de Vera Cruz, l’autre du côté de la façade pacifique, avec les provinces d’Oaxaca-Guerrero, mais aussi deux dynamiques de réaffirmation ethnique, surtout culturelle, concernant la troisième racine mexicaine : l’afro-noire, après l’indienne et l’européenne, dont la réalité, issue de l’esclavage, a été niée jusqu’au XXe siècle. Sur la côte caraïbe se distingue une tendance à la reconnaissance du métissage, sur la Costa chica s’opposent un processus d’ethnicisation des populations qui assument le métissage et un processus plus récent de « racialisation » qui exclut celui-ci. Ce dernier processus, exprimé par le slogan « del afro al negro », est, comme l’a révélé la discussion, contraire à ce qui se passe au Brésil. La remise en valeur de « l’afro-descendance », largement impulsée par le sommet politico-culturel mexicain, en particulier à Vera Cruz où le projet fédéral « colle » néanmoins à une situation, montre l’importance du politique dans la question ethnique, au risque d’évacuer le caractère cosmopolite du métissage par une instrumentalisation. La discussion confirme que de nombreux descendants de noirs au Mexique ont cherché à masquer leur origine, surtout au centre du pays et dans les villes, et que les revendications actuelles sont plutôt corporatives, y compris au sens strict du terme car il existe différentes affirmations du phénotype et du rapport au corps.

54On retrouve en fait au Mexique un processus assez classique de revendication d’une minorité opprimée qui tend d’abord à gommer ce qui estompe ou complique son identité, puis qui, une fois son existence reconnue, peut revoir les choses avec davantage de recul. Dans le cadre du retour de l’indigène analysé par Jean-Loup Amselle, il semble que le clivage ethnique ou phénotypique ne recouvre que partiellement au Mexique le clivage dominant-dominé.

55Cet atelier n’a donc guère vu de frontières – en tant que lignes politiques, matérielles, à moins de confondre les délimitations sociales internes avec des frontières sous peine de vider de leur sens ces différentes notions – ni de territoire, en tant qu’espace approprié. Cela ouvre la réflexion concernant le rapport entre métissage – le processus d’être ou de faire du métis – et l’espace géographique, et par conséquent, sur un plan politique, le rapport entre horizontalité habitante et verticalité du pouvoir.

56Philippe Pelletier

Atelier 7. Échecs et situations-limites

57Ce dernier chapitre était essentiel pour la perspective qui avait été fixée : si l’on voulait souligner les apports de la notion ou de la démarche, il fallait en éprouver les limites et la confronter à des « cas » de non-métissage ou de résistance au croisement, qu’il s’agisse des objets eux-mêmes ou de la manière dont le chercheur interprète les processus observés. Par fidélité au projet de l’ouvrage, ont été confrontés pour cette opération des lieux, des temps et des groupes fort différents : l’Italie pré-romaine du VIIe siècle avant J.-C. confrontée à d’importants croisements de population, la perception de la « vraie Grèce » dans l’empire romain des premiers siècles de notre ère, les catégories identitaires brouillées au XIIe siècle suivant une perspective comparée entre la Sicile et la péninsule ibérique, le pèlerinage actuel de Sainte-Solange, dans le département du Cher, enfin, devenu au fil des décennies un évènement portugais. De ces analyses, et de cette problématique, trois ensembles de considérations peuvent être dégagées.

58Le premier met en lumière la diversité des approches mises en œuvre par les sciences humaines, puisqu’ont été présentés des travaux d’archéologie, d’histoire ou d’anthropologie : traces matérielles ténues (pour les périodes les plus anciennes), archives diverses (juridiques, politiques, littéraires), observation in situ du culte de Sainte-Solange, avec photographies… Or, a-t-il été souligné, chacune oriente le regard du chercheur et pose des problèmes spécifique d’accès, qui incite à s’interroger sur les filtres ainsi déposés sur l’objet d’étude. Le cas de l’archéologie est emblématique : les données sont si minces, mais chacune revêt une telle importance, qu’une constante prudence s’impose pour l’interprétation des données, en particulier pour l’identification des types de croisements ou de rejets qui seraient à l’œuvre. Le terme de « métissage », ici, risque de simplifier à outrance les situations, desservant plutôt l’analyse.

59Dans un registre proche a été posé l’épineux problème des catégories employées pour l’examen – emic et etic – si l’on reprend les termes consacrés en anthropologie : que faire lorsque l’on observe une société ou une référence dont le chercheur sait qu’elle est mouvante, nourrie de multiples influences, mais qu’elle se définit elle-même comme « pure », comme dans le cas de la Grèce sous l’Empire romain ? L’approche par le métissage court alors le risque de ne pas saisir la manière dont les acteurs se percevaient et percevaient le monde qui les entoure. Une intéressante discussion a eu lieu à ce propos autour du problème des mots et de leur traduction. La notion de « génos », par exemple, renvoie à un univers de référence et à des formes d’assignation et d’identification qui ne sont pas celles du mot « race » par lequel on le traduit habituellement – ce mot ayant lui-même des significations variables dans le temps comme le rappellent les mises en garde des médiévistes. Aussi convient-il de bien travailler également à partir des grilles de lecture des sociétés observées, et de s’interroger sur ce que les acteurs considéraient comme ne relevant pas du mélange et sur ce qui pouvait en faire l’objet. C’est là une autre manière de questionner la pertinence des « métissages », trouvés ou recherchés.

60Le problème n’est certes pas nouveau : le chercheur, on le sait, doit en ces cas croiser les approches emic et etic, le regard « extérieur » et les catégories « indigènes » pour affiner son propos. Mais la difficulté conserve, particulièrement pour ce type de questionnement, toute sa force : elle rappelle que nous vivons dans un monde où les domaines économiques, politiques, culturels peuvent être pris séparément, où le politique est en partie dégagé du religieux, et que nous considérons des univers où ces aspects sont encastrés les uns dans les autres, au point de rendre la question même de certaines séparations – et, partant, de croisements – inopérante. Dans cette perspective le métissage, par sa capacité de dénaturalisation, reste un mode d’approche opératoire, mais il risque aussi, mal utilisé, de véhiculer implicitement avec lui les partages qui ordonnent le monde contemporain et de passer à côté de ceux du temps ou des groupes observés. Se niche là, évidemment, un débat ancien et très complexe.

61La dernière limite, tout aussi intéressante, tient au constat de l’insuffisance des formes de la connexion. Des articles se dégagent une riche grammaire des jonctions et des disjonctions qui peut s’avérer salutaire pour d’autres analyses. La rencontre des populations musulmanes, juives et chrétiennes varie ainsi selon que l’on est en Sicile ou en péninsule Ibérique : le mélange ne va pas « de soi ». Il convient, contre un usage mou de la notion, de considérer à chaque fois les processus sociaux et politiques qui marquent de leur empreinte le jeu des catégories finalement construites et la manière dont elles s’agencent de façon singulière sur ces terrains. Il est en outre possible d’avoir affaire à des formes d’emprunts partiels, des recompositions ou des croisements sans mélange, produisant du multiculturalisme plus que du métissage. On peut constater, comme dans le culte de Sainte-Solange en Berry, non une fusion stable, mais le subtil travail des ponts jetés entre les référents du rituel, mûs par un perpétuel mouvement d’identification et de distinction. Bien sûr, il ne faut pas oublier les cas de mélange en tant que tels, en évitant de figer les éléments qui se rencontrent. Se profilent là comme des idéauxtypes d’agencements qu’il pourrait être intéressant de poursuivre.

62Au fond, on le sait, la notion pêche par le flou qu’elle draine avec elle et par l’infinie diversité des situations dont on prétend la faire rendre compte. De ces articles il ressort qu’elle ne peut désigner une méthode facilement applicable d’un terrain à un autre. Elle apparaît plutôt comme un outil qui permet de désigner des objets, de poser des problèmes et de les confronter d’une discipline, d’un espace et d’une période à l’autre. Cela fait déjà beaucoup. Le métissage apparaît alors comme un angle d’approche qui invite à des explorations sociales, compréhensives et réflexives.

63Quentin Deluermoz

Notes

1 Jacques Fontanille, Juliette Vion-Dury, Bertrand Westphal (éd.), L’Émergence, Bern, Peter Lang, 2011, p. 13.

2 Stefan Zweig, Schachnovelle traduit de l’allemand (Autriche) par Jacqueline Des Gouttes, Le Joueur d’échec, Neuchâtel-Paris, Delachaux et Niestlé, 1944, et Kleine Reise nach Brasilien traduit par Hélène Denis-Jeanroy dans Pays, villes, paysages ; Ecrits de voyage, Paris, Belfond, 1996.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540