Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du transfert culturel au métissage

 | 
Michel Molin
, 
Silvia Capanema
, 
Quentin Deluermoz
, 
et al.

Septième partie. Échecs et situations limites

Dire son appartenance à travers un saint étranger. Les Portugais et sainte Solange en Berry

Guillaume Étienne

Résumé

L’étude d’un pèlerinage effectué en l’honneur d’une sainte locale permet ici d’envisager le métissage et les questions liées à l’appartenance de manière originale. Le pèlerinage catholique de Sainte-Solange a été en effet fréquenté par les migrants portugais arrivés dans la région de Bourges dans les années 1960 au point de devenir de nos jours aux yeux de tous une véritable fête portugaise. Cet article cherche à comprendre le processus par lequel cette appropriation a pu s’effectuer et comment les appartenances sont montrées publiquement. Dans ce cadre, nous nous basons sur une définition constructiviste du couple identité/altérité et montrons que les manifestations de l’appartenance sont labiles et non exclusives. Les éléments inclusifs sont en effet, dans notre cas d’étude, toujours plus importants que les éléments exclusifs.

The study of a pilgrimage performed in honor of a local saint here allows one to consider the mixing of cultures and questions related to belonging in an original way. The Catholic pilgrimage of Saint Solange was indeed appropriated by Portuguese migrants who arrived in the area of Bourges in the 1960s, to become today a Portuguese celebration for all to see. This article seeks to understand the process by which this appropriation came about and how belonging is shown publicly. In this context, we base our argument on a constructivist definition of the combination identity/otherness and show that the manifestations of belonging are labile and not exclusive. In the case of our study, inclusive elements are indeed always more important than the exclusive ones.

Texte intégral

***

1L’étude d’une célébration religieuse servira ici d’angle d’approche à la question des métissages. Cet événement a lieu dans le centre de la France et réunit depuis le début des années 1960 un grand nombre de Portugais de la région. C’est un pèlerinage catholique local effectué le lundi de Pentecôte en l’honneur d’une sainte berrichonne du nom de Solange, dans le village qui porte son nom. Sainte-Solange est un village de mille deux cents habitants dans le département du Cher, à environ quinze kilomètres au nord de Bourges. Il tient son nom de la sainte patronne du Berry, Solange, bergère martyre du IXe siècle. Célébrée par un pèlerinage dont on fait remonter l’origine au-delà de la Révolution, on relève à partir des années 1960, la participation de plusieurs populations de migrants à cet événement. Des Polonais, Espagnols, Italiens ou Portugais, viennent alors de toute la région pour y participer. Pourtant non seulement, la présence portugaise va finalement être la seule à s’imposer en moins d’une décennie, mais nous allons de plus observer un changement important puisque le pèlerinage est devenu, dans les représentations, un événement portugais (fig. 1).

2Ce travail repose sur une enquête ethnographique menée depuis 2009 à partir d’observations lors des pèlerinages, des réunions de préparation et d’entretiens effectués avec divers acteurs du pèlerinage : associations organisatrices, prêtres, ou participants « ordinaires » portugais ou non. Un deuxième volet de la recherche prend sens dans une perspective socio-historique de l’événement avec la consultation des journaux locaux (bulletins catholiques mais aussi presse généraliste) depuis le début du XIXe siècle.

3Dans cette contribution, je ferai d’une part l’hypothèse que la participation des Portugais au pèlerinage catholique d’une sainte profondément locale a contribué à la patrimonialisation du culte jusqu’alors perçu comme tradition en déclin ; et d’autre part que cette même participation a produit et continue de produire de l’ancrage pour les migrants et leurs descendants. Dans ce contexte oscillent en effet constamment l’expression et la mise en scène d’un sentiment d’appartenance à un groupe des « Portugais de France », et celle d’une inclusion à un groupe plus large qui embrasse les uns et les autres : partage d’un même patrimoine, unité du peuple chrétien, appartenance à l’Europe. Peut-on alors parler de métissage lorsqu’il n’y a plus d’altérité ?

4Je vais dans un premier temps présenter rapidement cette sainte et son pèlerinage, et la manière dont les Portugais ont pu contribuer à la patrimonialisation d’un culte jugé en déclin. Je m’appuierai ici sur les représentations de l’évolution du culte décrites par l’Église locale dans une dimension diachronique, depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours. Deuxièmement, j’interrogerai les effets de cette appropriation et la question de l’altérité dans un tel contexte, partant du principe que ce pèlerinage ne relève pas de la pratique ordinaire de la religion et constitue un moment spécifique lors duquel les frontières de l’altérité deviennent labiles. Enfin, j’envisagerai la place des Portugais dans cette célébration au prisme du métissage, comment l’on oscille entre une altérité exclusive et une distinction inclusive à travers les effets de cette appropriation ou adoption.

La patrimonialisation d’une tradition jugée en déclin

5La journée du pèlerinage est classiquement organisée, comme de nombreux autres événements du lundi de Pentecôte, en deux parties. Le matin a lieu une procession qui débute à l’église et se termine à la chapelle un peu excentrée du village. La marche est ponctuée par différents arrêts à divers endroits du village (notamment au tombeau de la sainte sur l’actuelle place de la mairie). Messes et chants en français et en portugais se succèdent, certains chants français sont traduits en Portugais, d’autres sont uniquement chantés dans l’une ou l’autre langue. Les livrets de messe distribués permettent à tous de pouvoir chanter, parfois phonétiquement, les paroles qui évoquent l’histoire de la jeune bergère. Les reliques de la sainte, le gisant ou encore les bannières, sont portés aussi bien par des Portugais que par des non Portugais. Dès le matin, certains rendent donc visible leur appartenance, notamment à travers les costumes folkloriques, ou tout simplement par le port de vêtements ordinaires aux couleurs du Portugal. Après la dernière messe à la chapelle, la plupart des gens pique-niquent sur place, à proximité de l’édifice, sur le champ dit « du martyre ». Vient ensuite le second temps fort de la journée, l’après-midi, réservée aux démonstrations de danses et de chants portugais. Sur la scène installée devant la chapelle où a eu lieu la messe, les groupes folkloriques portugais, essentiellement de la région, se succèdent jusqu’en fin d’après-midi (fig. 2 et 3).

  • 1 La semaine religieuse du Berry, samedi 18 juin 1892, p. 333.
  • 2 La semaine religieuse du Berry, samedi 19 mai 1894, p. 312.
  • 3 Le journal du Cher, mardi 4 et mercredi 5 juin 1895.

6Pour comprendre comment s’est opérée cette appropriation, il est nécessaire de revenir quelque peu sur l’histoire de la célébration de Sainte-Solange. Pour l’Église catholique locale, depuis la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours, le pèlerinage de Sainte-Solange est jugé en déclin : un déclin du caractère sacré et un déclin de l’ampleur de la fête. C’est pourtant de manière paradoxale que ce déclin est évoqué. Le nombre de participants reste en effet stable, voire augmente, jusque dans les années 1960. La célébration réunit régulièrement jusqu’à cette période environ quinze milles personnes. À partir de la fin du XIXe siècle et notamment avec l’ouverture de la ligne de chemin de fer passant par le village en 1894, le nombre de participants augmente considérablement, élargissant le rayon d’attraction du pèlerinage. L’étude des comptes-rendus de pèlerinage par les bulletins catholiques ou la presse quotidienne régionale fait à ce titre ressortir des estimations de participants éloquentes. S’il est bien entendu difficile de vérifier l’exactitude des chiffres annoncés, ces données permettent toutefois de contextualiser les représentations d’un événement et de son importance dans la société locale. À titre d’exemple, La semaine religieuse du Berry, journal édité par le diocèse de Bourges, estime à 5 500 le nombre de participants en 18921, puis à 12 000 en 18942. Le journal du Cher, journal local généraliste, évalue quant à lui à 20 000 le nombre de pèlerins en 18953. Cette forte participation sera toutefois le premier signe de délitement car les « curieux », les promeneurs, animés par la recherche de divertissement, ne correspondent pas à l’idée que l’Église se fait alors d’un bon pèlerinage. La distinction est d’ailleurs bien souvent faite entre ceux que l’Église nomme les « vrais » pèlerins et les autres. En revanche, lorsque le nombre de participant baisse, ce fait est interprété comme un signe de délitement du sentiment religieux. Ce décroissement des participants s’observe à partir de la décennie 1960, période qui correspond justement à la présence des premiers Portugais au pèlerinage. Le nombre de participants ne cesse alors de diminuer pour réunir aujourd’hui seulement quelques centaines de personnes.

  • 4 Turgeon 2003, 24.

7Un constat va rapidement être fait : celui d’une causalité entre arrivée des premières populations de migrants à l’événement et chute du nombre de participants. En d’autres termes, c’est lorsque l’ampleur du pèlerinage diminue que différentes populations de migrants interviennent ou c’est lorsque différentes populations de migrants interviennent que l’ampleur du pèlerinage diminue. Dans quel sens y’a-t-il corrélation ? L’analyse qui est faite par les acteurs locaux, Portugais ou non, privilégie la première explication. Ce n’est pas anodin car la figure de l’étranger sera ainsi perçue positivement, elle sera même par la suite considérée comme salvatrice : les migrants et particulièrement les Portugais ont permis de faire perdurer, par leur présence, ce pèlerinage qui n’existerait plus autrement. Il est bien sûr impossible de savoir si le pèlerinage aurait ou non disparu mais il est en revanche intéressant de relever que les acteurs locaux considèrent tous aujourd’hui cette participation comme salvatrice. Nous pouvons envisager cette participation comme une sorte de transaction, considérant avec Laurier Turgeon que « pour fonctionner, l’échange, même lorsqu’il est inégal, repose sur une certaine réciprocité4 ». Le fait que des « étrangers », puisque c’est bien ainsi qu’ils sont considérés à leur arrivée, s’approprient un pèlerinage local qui célèbre la patronne du Berry n’est pas sans effet. Cette situation a pu contribuer à une patrimonialisation du culte, car en venant au pèlerinage, les Portugais ont pu créer un sentiment d’attachement spécifique, comme s’ils avaient fait prendre conscience aux « non-migrants », de la valeur patrimoniale de cette fête jusqu’alors ignorée. Le fait que ce pèlerinage soit aujourd’hui intimement lié à une appartenance portugaise permet de montrer, de dire cette appartenance publiquement. On observe ainsi une sorte de transaction, une réciprocité entre d’un côté une Église et des acteurs locaux qui redoutent de voir disparaître un culte ou un événement traditionnel de la vie sociale locale, et de l’autre des populations qui trouvent ici un espace d’expression d’une appartenance.

Les effets de cette appropriation

  • 5 Guillaumin 2002 ; Pietrantonio 2000, 151-176.
  • 6 Laplantine et Nouss 1997, 10.
  • 7 Barth 1995, 203-249.
  • 8 Juteau 1999, 151-176.

8Quels sont concrètement les effets de cette appropriation ? Y’a-t-il renversement du majoritaire et du minoritaire5 non seulement en termes de présence numérique mais surtout en termes de rapports sociaux ? Y a-t-il simple coprésence des uns et des autres ou interpénétration des valeurs et des pratiques ? Selon François Laplantine et Alexis Nouss, le métissage doit être appréhendé comme un dialogue permanent qui ne peut jamais aboutir à un équilibre et à l’unité, comme « une composition dont les composantes gardent leur intégrité6 ». Pour parler de métissage, il faut dès lors, dans un premier temps, savoir s’il se construit de l’altérité, comment elle se construit et sur quels critères elle se fonde. Les anthropologues ont déconstruit l’idée de cultures pures, ce n’est donc pas en ce sens qu’il faut entendre les « composantes » du métissage. Je partirai donc du principe que l’altérité, et de ce fait le sentiment d’appartenance, ne sont pas des données substantielles, mais à l’instar de Fredrik Barth, qu’elles se construisent dans la rencontre, à la frontière, par un jeu d’hétéro-et d’auto-identification7, ce que la sociologue Danielle Juteau rappelle également dans sa définition de la frontière à deux faces (une dimension interne faisant référence au « nous » et une dimension externe évoquant le « eux »)8. Les pèlerinages constituent des moments spécifiques en ce sens qu’ils sont des moments de rencontre, mais aussi des moments de rupture. Après avoir examiné ces deux caractéristiques, il sera plus aisé d’envisager la célébration de Sainte-Solange à la lumière du métissage.

Des moments de rencontre

  • 9 Nolan et Nolan 1989.
  • 10 Eade et Sallnow 2013 [1991]
  • 11 Turner et Turner, 1978.
  • 12 Le courrier du Berry, 4 juin 1879.

9L’histoire des pèlerinages européens9 montre que ces événements se caractérisent par la rencontre, voire la compétition10 : rencontre de personnes, de différentes sphères de la société (le profane et le sacré, le clerc et le laïc) habituellement distinguées. Selon Victor et Edith Turner, les pèlerinages sont d’ailleurs des moments de liminalité (ou de quasi-liminalité puisqu’ils restent des entreprises individuelles) se distinguant ainsi de la « structure », c’est-à-dire la forme sociale habituelle dans laquelle sont insérés tous les participants11. Ces moments de liminalités ont ainsi pour effets de faire se rencontrer différentes sphères de la société et quelque part d’aplanir un certain nombre de distinctions sociales. Nous pouvons retrouver dans l’histoire du pèlerinage de Sainte-Solange des mentions de ces moments, souvent décrits d’ailleurs comme plutôt bénéfiques : « Le Pèlerinage de Sainte-Solange du lundi de la Pentecôte est vraiment bien populaire. Tout le peuple y est représenté […] C’est une réduction fidèle de la société12. »

  • 13 Rey 1998, 2637 ; Dupront 1987, 50-51.

10La question qui nous préoccupe demeure toutefois entière et ces interactions, ces objets qui se rencontrent, relèvent-ils du métissage, du syncrétisme, des relations interethniques ou n’y a-t-il que simple coprésence ? L’étranger, figure emblématique de l’altérité, est ici évoquée par le migrant, mais aussi par ses descendants, voire même par les conjoints de ces derniers, illustration par ailleurs exemplaire du caractère subjectif de cette appartenance. L’étranger c’est aussi le pèlerin, dans son étymologie (peregrins a, étranger à) comme le souligne Alain Rey, mais également dans son sens religieux comme le relève Alphonse Dupront pour qui « l’accomplissement du pèlerin, de par le nom qu’il reçoit et qu’il porte, est au fond, tout au long du chemin, de s’être éprouvé différent de ce qu’il était dans son milieu, découvreur en lui de l’étranger13 »… Le pèlerin est ainsi celui qui s’accepte étranger en ce sens qu’il va à la rencontre de l’Autre, que ce soit de manière symbolique par la pratique religieuse (l’Autre désignant alors le sacré), ou sociale par la rencontre physique, ou les deux.

Des moments de rupture

  • 14 La Nouvelle République, mardi 25 mai 1999.

11Si les pèlerinages sont des moments de rencontre, ils sont aussi des moments spécifiques qui ne relèvent pas de la pratique ordinaire de la religion et sont à ce titre des éléments de rupture. Les historiens des religions ou anthropologues ont effectivement montré que ces événements introduisaient une rupture dans la vie quotidienne. Pour Victor et Edith Turner, le pèlerinage est ainsi un moment de marge, de liminalité, ou de quasi-liminalité (puisqu’il reste une démarche individuelle et non obligatoire). Dans ce cadre, les distinctions habituelles de la vie sociale s’en trouveraient modifiées, minorées, (les distinctions de classe par exemple), bien que d’autres distinctions apparaissent (le clergé/le laïc). L’observateur qui s’acharne à trouver une caractéristique essentielle au pèlerinage de Sainte-Solange se trouve alors bien contrarié puisqu’il n’observe pas uniquement du sacré, ni uniquement du profane, pas seulement des Français ni exclusivement des Portugais. C’est ainsi que le recours à des euphémismes permet de désigner des populations françaises qui font valoir en même temps une appartenance portugaise : l’expression « Berrichons de souche » utilisée par la presse locale souligne ainsi l’existence en creux d’autres « sortes » de Berrichons. La commodité veut alors qu’on définisse ce moment comme une alchimie, comme en témoigne l’un des extraits de la presse locale évoquant ce point dans lequel on peut lire que : « Le pèlerinage de Sainte-Solange, [est une] alchimie combinant religion, tradition et folklore14 » (fig. 4).

Des moments d’alchimie ?

12Cet événement réunit ainsi des éléments pouvant paraître paradoxaux : la rencontre, la rupture et, pour l’observateur, l’alchimie. Les pratiques liées à un catholicisme portugais ne sont aujourd’hui pas particulièrement perceptibles à Sainte-Solange (comme par exemple les promesses faites aux saints qui, si elles sont présentes, relèvent plutôt de la sphère de l’intime). On ne peut pas véritablement parler d’emprunts entre deux systèmes de pratiques, l’un qui serait français, l’autre portugais, et qui aboutirait à l’émergence d’un tiers système. La construction de la distinction entre Portugais et Français se fait plutôt à partir de représentations de cultures différentes que de pratiques rituelles effectivement différentes. C’est en ce sens que les costumes folkloriques du Portugal sont présentés, tout comme les costumes folkloriques du Berry (les costumes de bergères et de bergers). Cette coprésence a ainsi tendance à cristalliser des éléments jugés représentatifs des cultures : le Portugais est celui qui se reconnaît et est reconnu comme Portugais à ce moment tout comme le Français est celui qui se reconnaît et est reconnu comme tel à ce moment. Mais ce jeu d’hétéro-et d’auto-identification ne correspond pas forcément à une migration passée puisqu’elle est soutenue aussi bien par d’anciens migrants que par leurs enfants ou les conjoints. À l’inverse, le fait d’être un ancien migrant n’entraîne pas non plus nécessairement les acteurs à faire valoir une appartenance portugaise. Si les distinctions sont relevées, elles ne sont pas pour autant vécues comme antithétiques car des ensembles plus larges les embrassent désormais : le partage d’un même patrimoine, la religion chrétienne et l’appartenance à l’Europe.

Quelle place pour dire son appartenance ?

13Les Portugais qui finissent par avoir une place importante au sein de la célébration – jusqu’à de nos jours participer à l’organisation du pèlerinage – adoptent littéralement cette patronne du Berry. L’adoption, c’est le terme utilisé pour exprimer cet attachement à la sainte et il n’est pas neutre : cela désigne d’une manière générale la création d’une filiation. C’est tout à fait ce que révèle l’adoption de la sainte par les Portugais, la création d’un lien de parenté, d’une ascendance. En faisant valoir un tel lien de filiation, une parenté virtuelle ou spirituelle, l’altérité entre Portugais et non-Portugais se trouve réduite et permet justement l’expression de son appartenance. L’implication des Portugais dans l’organisation du pèlerinage, dans les travaux de rénovation du chemin de croix ou la construction d’un local sanitaire, ou encore leur simple présence vécue comme salvatrice, leur confère d’emblée une légitimité. Cette présence caractérisée par un investissement spirituel mais aussi matériel (travail bénévole de réparation ou de construction), évacue une vision utilitariste de la célébration et un échange qui serait vécu comme déséquilibré. Cette perspective confirme ainsi la réciprocité évoquée précédemment sans laquelle le métissage ne pourrait être questionné ici puisqu’étant à sens unique.

  • 15 Pèlerinage du lundi 13 juin 2011.

14Deux autres éléments inclusifs viennent alors contribuer à la légitimation de la présence du groupe des « Portugais » en plus du sauvetage du culte jugé en déclin : l’appartenance à l’Europe et à l’Église catholique. Les différences peuvent aujourd’hui effectivement s’exprimer lors du pèlerinage car il y a aussi l’idée, au moins théorique, d’Église universelle : « Nous sommes tous chrétiens », « il n’y a que des frères » ou comme l’annonçait un prêtre lors de la liturgie : « Diversité des cultures, unité de la foi15. » L’Église est ici envisagée comme un corps, une famille spirituelle fondée sur le partage de la foi. Dès lors pourquoi et comment, dans une communauté chrétienne au sein de laquelle tous les chrétiens du monde sont censés trouver leur place, existe-t-il le besoin et la possibilité de se rendre visible en tant que groupe culturel lors d’un pèlerinage ?

  • 16 Wadbled et Bertheleu 2014, 139.
  • 17 Goffman 1973.

15La migration, l’extranéité, est alors sinon niée, du moins réduite, par la mise en exergue d’un autre ensemble inclusif, celui de l’Europe comme espace de référence. Comme le souligne les sociologues Poleth Wadbled et Hélène Bertheleu dans une enquête effectuée récemment en région Centre, le fait que le Portugal soit inclus dans l’Europe contribue à réduire l’idée d’une distance culturelle et aboutit ainsi parfois à la négation du fait migratoire et de l’extranéité. Un homme de cinquante-six ans, ancien migrant, explique ainsi tout simplement : « Nous ne sommes pas des immigrés parce que nous sommes Européens16. » Cette appartenance portugaise spécifique mais non exclusive peut dès lors être exprimée en réduisant la distance, en faisant valoir cette religion commune, mais aussi en montrant son appartenance à un même ensemble, l’Europe, voire même en niant le fait d’avoir migré. Le migrant désigne ainsi l’extra-européen et les mouvements à l’intérieur de l’Europe ne sont plus assimilés à cette catégorie. Cette perception ambivalente de la migration apparaît en ce sens tout à fait compréhensible car les personnes se réclamant d’une appartenance portugaise n’ont pas nécessairement migré. Erving Goffman a pu relever que ce que l’on montrait de soi prenait sens dans des situations spécifiques et en fonction de ce qu’il appelle l’équipe17. L’acteur a dès lors la possibilité de modifier son comportement et de l’ajuster en fonction de la situation. Cela signifie que ce groupe des Portugais qui s’observe lors du pèlerinage est loin d’être homogène et si les individus font valoir à tel moment une appartenance, cette dernière ne constitue jamais une donnée totalisante. Il est donc possible d’observer de multiples appartenances en tension permanente les unes par rapport aux autres entre les groupes tout comme chez les individus. Si l’observateur peut relever que sacré et profane, Portugais et non portugais, sont en « alchimie » à ce moment, c’est bien sûr parce qu’il est aussi capable de distinguer ces différents groupes. La figure du migrant est certes mêlée à d’autres figures, mais elle n’est pas pour autant diluée et introuvable, et elle se donne à voir, à entendre ou à goûter. Les appartenances sont effectivement littéralement mises en scène par l’exposition de ce qui est jugé caractéristique du Portugal : les costumes folkloriques et la langue portugaise bien entendu, mais aussi des produits de consommation comme la bière Superbock ou le soda Sumol servis l’après-midi.

*

  • 18 Laplantine et Nouss 1997, 8.
  • 19 Weber 1971, 41.

16Les différentes appartenances sont donc tour à tour montrées, mises en scène, mais elles sont labiles. Portugais et Français sont des catégories utilisées par commodité (par la presse notamment), mais ce qu’elles recouvrent est sans cesse en mouvement : le Portugais est aussi bien l’ancien migrant que le conjoint d’un de ses enfants, et le catholique est aussi bien cet ancien migrant portugais qui en aucune manière ne désire mettre en scène une appartenance portugaise. L’élément qui inclut est toujours plus important que celui qui exclut. Il y a de la différence mais elle n’est jamais radicale et les frontières sont mouvantes. Ces frontières ne relèvent donc pas de l’assignation identitaire mais plutôt du sentiment subjectif d’appartenir à tel ou tel groupe. En ce sens le métissage ou l’alchimie que perçoit l’observateur ou le participant serait d’avantage un ensemble de discours performatifs plus qu’une réalité objective. C’est ainsi qu’Alexis Nouss et François Laplantine estiment que le métissage « n’existe que par rapport aux discours tenus sur cette notion même18 ». Ces discours produisent toutefois des effets et la subjectivité des acteurs, leur sentiment d’appartenir à un ou plusieurs mêmes ensembles, permet justement selon nous de faire intervenir le concept d’ethnicité développé par Fredrik Barth. Il serait donc pertinent que le métissage ou les discours produits sur celui-ci soient interrogés à la lumière de la communalisation d’après la définition subjective de l’identité évoquée par Max Weber selon qui ce concept renvoie à « une relation sociale lorsque, et tant que, la disposition de l’activité sociale se fonde – dans le cas particulier, en moyenne dans le type pur – sur le sentiment subjectif (traditionnel ou affectif) des participants d’appartenir à une même communauté [Zusammengehörigkeit]19 ». Cette définition désormais classique de l’ethnicité et des processus de communalisation permet d’outrepasser les problèmes liés au métissage ou à l’interculturel faisant référence à des ensembles clos et homogènes. Le métissage apparaît dès lors comme un processus qui, en fonction de divers éléments de contexte tels que le temps, l’espace et dans notre cas le fait religieux, procède par définition de l’altérité avant d’exprimer leurs possibles rencontres.

Figures

Figures

Figure 1. – La procession en marche. Cliché de Guillaume Étienne, Sainte-Solange, 2011.

Figure 2. – Messe à la chapelle. Cliché de Guillaume Étienne, Sainte-Solange, 2011.

Figure 3. – Danses et chants folkloriques devant la chapelle. Cliché de Guillaume Étienne, Sainte-Solange, 2011.

Figure 4. – Une jeune fille en costume folklorique porte les drapeaux français et portugais. Cliché de Guillaume Étienne, Sainte-Solange, 2011.

Bibliographie

INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES

Barth F. (1995), « Les groupes ethniques et leurs frontières », in Poutignat Ph., Streiff-fenart J., Théories de l’ethnicité, Paris, Presses universitaires de France, p. 203-249.

Dupront A. (1987), Du sacré. Croisades et pèlerinages. Images et langages, Paris, Gallimard. Eade J., Sallnow M. J. (2013), Contesting the sacred. The anthropology of christian pilgrimage, Eugene, Wipf et Stock [1991].

Goffman E. (1973), La mise en scène de la vie quotidienne 1. La présentation de soi, Paris, Éditions de Minuit.

Guillaumin C. (2002), L’idéologie raciste : genèse et langage actuel, Paris, Gallimard. Juteau D. (1999), « Les communalisations ethniques dans le système-monde », L’ethnicité et ses frontières, Montréal, Presses universitaires de Montréal (coll. Trajectoires sociales), p. 151-176.

Laplantine F., Nouss A. (1997), Le métissage : un exposé pour comprendre, un essai pour réfléchir, Paris, Flammarion (coll. Dominos).

Nolan M.-L., Nolan S. (1989), Christian pilgrimage in modern Europe, Chapel Hill, London, University of North Carolina Press.

Pietrantonio L. (2000), « Une dissymétrie sociale : rapports sociaux majoritaires/minoritaires », Bastidiana, 29-30, p. 151-176.

Rey A. (1998), Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaires Le Robert.

Turgeon L. (2003), Patrimoines métissés. Contextes coloniaux et postcoloniaux, Paris, Québec, Maison des sciences de l’homme, Presses de l’université de Laval.

Turner V., Turner E. (1978), Image and pilgrimage in Christian culture, New York, Columbia University Press.

Wadbled P., Bertheleu H. (2014), « Deux facettes de la mémoire portugaise : valorisation de la culture et silence public de la migration », in Bertheleu H. (dir)., Au nom de la mémoire. Le patrimoine des migrations en région Centre, Tours, Presses universitaires François Rabelais, 2014, p. 107-140.

Weber M. (1971), Économie et société, Paris, Plon.

Journaux et presse locale consultés

Le courrier du Berry, 4 juin 1879.

La semaine religieuse du Berry, samedi 18 juin 1892.

La semaine religieuse du Berry, samedi 19 mai 1894.

Le journal du Cher, mardi 4 et mercredi 5 juin 1895.

La Nouvelle République du Centre-Ouest, mardi 25 mai 1999.

Notes

1 La semaine religieuse du Berry, samedi 18 juin 1892, p. 333.

2 La semaine religieuse du Berry, samedi 19 mai 1894, p. 312.

3 Le journal du Cher, mardi 4 et mercredi 5 juin 1895.

4 Turgeon 2003, 24.

5 Guillaumin 2002 ; Pietrantonio 2000, 151-176.

6 Laplantine et Nouss 1997, 10.

7 Barth 1995, 203-249.

8 Juteau 1999, 151-176.

9 Nolan et Nolan 1989.

10 Eade et Sallnow 2013 [1991]

11 Turner et Turner, 1978.

12 Le courrier du Berry, 4 juin 1879.

13 Rey 1998, 2637 ; Dupront 1987, 50-51.

14 La Nouvelle République, mardi 25 mai 1999.

15 Pèlerinage du lundi 13 juin 2011.

16 Wadbled et Bertheleu 2014, 139.

17 Goffman 1973.

18 Laplantine et Nouss 1997, 8.

19 Weber 1971, 41.

Table des illustrations

Titre Figures
Légende Figure 1. – La procession en marche. Cliché de Guillaume Étienne, Sainte-Solange, 2011.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89497/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende Figure 2. – Messe à la chapelle. Cliché de Guillaume Étienne, Sainte-Solange, 2011.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89497/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Figure 3. – Danses et chants folkloriques devant la chapelle. Cliché de Guillaume Étienne, Sainte-Solange, 2011.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89497/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Figure 4. – Une jeune fille en costume folklorique porte les drapeaux français et portugais. Cliché de Guillaume Étienne, Sainte-Solange, 2011.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89497/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 475k

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540