Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du transfert culturel au métissage

 | 
Michel Molin
, 
Silvia Capanema
, 
Quentin Deluermoz
, 
et al.

Septième partie. Échecs et situations limites

L’Italie du Nord préromaine : multi-ethnicité, métissages ou transferts culturels ?

Stéphane Bourdin

Résumé

Le peuplement de l’Italie du Nord dans l’Antiquité est marqué par une très grande diversité ethnique et culturelle. Les sources littéraires rapportent que la domination étrusque sur cet espace est mise à mal à partir de la fin du Ve et le début du IVe siècle par un vaste mouvement d’invasion de populations celtiques, venues d’au-delà des Alpes. Les inscriptions indiquent toutefois que les populations « de substrat » subsistent dans la région, jusqu’à la conquête romaine, sous forme d’isolats ou au sein de sociétés multi-ethniques. Les nouveaux venus ne sont pas en effet suffisamment nombreux pour supplanter les populations locales, mais il s’agit plutôt de petits groupes armés, qui s’emparent du pouvoir politique et imposent un changement d’identité ethnique collectif. Les identités ethniques locales (étrusque en particulier) se manifestent désormais dans le cadre domestique et la frontière ethnique n’est conservées qu’en fonction des stratégies sociales individuelles.

The population of Northern Italy during Antiquity is characterized by an important ethnic and cultural diversity. The literary sources affirm that Etruscan domination come to an end at the end of the Vth-beginning of the IVth century BC, because of a massive invasion by Celtic populations, from beyond the Alps. The inscriptions show however that the “substratum” populations subsist locally, until the Roman conquest, as isolats or within multi-ethnic societies. The newcomers are not indeed sufficiently numerous to supplant local populations, but small armed groups seize the political power and impose a change of collective ethnic identity. The local ethnic identities (Etruscan in particular) appear henceforth in the domestic life and the ethnic boundary is only maintained according to individual social strategies.

Texte intégral

***

  • 1 Cf. la remarque d’E. Renan dans son célèbre discours « Qu’est-ce qu’une nation ? » : « L’Italie es (...)
  • 2 Sur le peuplement de l’Italie préromaine, nous nous permettons de renvoyer à notre synthèse récent (...)

1L’Italie apparaît dans l’Antiquité comme une région de grande diversité culturelle et ce n’est qu’avec l’intégration dans les structures de l’État romain, avec l’octroi à tous les Italiens cis-appennins de la citoyenneté romaine en 90-89, puis à tous les Cisalpins en 49 av. J.-C. que les différences culturelles, linguistiques, socio-économiques s’estompent. Auparavant, l’Italie apparaît comme une mosaïque de peuples, dont l’étude a parfois pu sembler décourageante1, et cette mosaïque ethnique est le résultat d’une complexe série de mouvements de population, de migrations, de guerres etc.2. Si les régions bénéficiant d’un fort compartimentage géographique (les vallées, les conques d’Italie centrale) présentent une certaine unité ethnique, les grandes plaines (essentiellement la plaine du Pô et la Campanie) se caractérisent en revanche comme des zones de forte mixité ethnique et culturelle. Je voudrais ici m’attacher plus particulièrement à la situation de l’Italie du Nord, que les Anciens appelaient la Gaule cisalpine, pour tenter de dégager, au-delà d’un simple constat de mixité ethnique, quels phénomènes sociaux et culturels étaient en jeu et si la coexistence de populations se revendiquant d’identités ethniques diverses a pu déboucher sur des situations de « métissage » (et si oui, à quel niveau).

  • 3 Bourdin 2014.
  • 4 Les points de vue emic (de l’observé) et etic (de l’observateur) ont notamment été définis par le (...)
  • 5 Le problème du « regard de l’Autre » a été plusieurs fois affronté pour l’Antiquité, en particulie (...)
  • 6 Heurgon 1974.

2Dans toute la péninsule, les archéologues s’accordent pour distinguer, dès la fin de l’Âge du Bronze et le début de l’Âge du Fer, soit entre le XIIe et le IXe siècle av. J.-C. environ, un ensemble de groupes culturels homogènes que l’on identifie avec les peuples dont les noms nous sont transmis par les auteurs antiques postérieurs. Ces sources littéraires antiques sont en fait assez récentes. Les plus anciens auteurs à avoir proposé une description détaillée du peuplement de l’Italie du Nord, comme Fabius Pictor, datent de la fin du IIIe siècle, dans le contexte des guerres entre les Romains et les populations cisalpines, à partir de 238-2363. Ces descriptions nous sont connues essentiellement à travers des auteurs postérieurs du IIe siècle (comme Polybe ou Caton) et surtout du dernier tiers du Ier siècle av. J.-C. (comme Tite-Live), voire du Ier s. apr. J.-C. (comme Pline l’Ancien). Il y a donc un fort décalage, de 2 ou 3 siècles au moins, entre les situations analysées et les témoignages les plus proches que nous conservons. En outre, il faut rappeler en préambule que les écrits que nous possédons sont tous sans exception grecs ou romains et que nous ne disposons donc, pour décrire l’organisation sociale des populations d’Italie du Nord, que d’un point de vue extérieur (etic)4, du regard de l’Autre, qui est même, dans le cas des auteurs latins, « le regard du vainqueur5 ». Pour ne prendre qu’un exemple, les Origines de Caton, dont des extraits nous sont connus par l’Histoire naturelle de Pline l’Ancien, puisent leurs informations dans les documents de l’administration censoriale romaine et notamment dans le premier recensement de la province conquise par Rome. C’est en effet en 184, sous la censure de Caton, que ces informations (noms des peuples, effectifs démographiques, ressources fiscales) ont été enregistrées pour la première fois6.

  • 7 Sur le peuplement étrusque en Italie du Nord, cf. synthèse dans Malnati-Manfredi 1991.
  • 8 Chieco Bianchi 1988 ; Fogolari-Prosdocimi 1988 ; Capuis 1993 ; Malnati-Gamba 2003.
  • 9 De Marinis 1988 ; Ciurletti-Marzatico 1999 ; Marzatico 2000 a et b.
  • 10 De Marinis 1991 ; Golasecca 2009.
  • 11 Prosdocimi 1991.

3Sur la base des sources littéraires et archéologiques, on peut proposer un tableau général de l’évolution du peuplement de la région. Au début de l’Âge du Fer, on distingue plusieurs ensembles culturels : au sud du Pô, on rencontre une culture archéologique dite « villanovienne », que l’on identifie avec les populations étrusques, autour de grandes agglomérations dont la principale est Felsina (Bologne)7. En Vénétie, on rencontre une autre culture homogène, que l’on appelle « paléo-vénète » et que l’on identifie avec les Vénètes des sources historiques8. Dans les vallées centrales des Alpes, la culture dite de Fritzens-Sanzeno correspond à des populations connues par la suite comme les Rhètes, qu’on retrouve également en Autriche et en Suisse9. Enfin, sur le territoire de la Lombardie et une partie du Piémont, la culture dite « de Golasecca10 » présente des caractères homogènes et particuliers, et est reconnue, après bien des hésitations et des débats, comme une des manifestations culturelles de populations que l’on considère désormais, sur la base des inscriptions qui apparaissent dans la région à la fin du VIIe siècle, comme celtiques11. Chacun de ces groupes de population est inséré bien entendu au sein de vastes réseaux d’échanges commerciaux, à l’échelle de l’Europe occidentale tout entière, et connaît une évolution sensiblement parallèle, marquée par l’affirmation d’une aristocratie guerrière et, dès les VIIIe-VIIe siècles d’un phénomène urbain, qui voit se former des villes importantes, s’étendant sur plusieurs centaines d’hectares (comme Bologne, Côme, Padoue ou Este).

  • 12 Rapin 1995 ; Rapin 2008 ; Lejars 2008.
  • 13 Defente 2003.

4Ce système semble être complètement transformé à la fin Ve -début IVe siècle, quand on voit apparaître dans toute la région des éléments culturels nouveaux, qui sont tout à fait comparables à des séries d’artéfacts connues pour l’Europe continentale, et que l’on considère comme représentatifs de la culture dite « de La Tène », définie à partir d’un site éponyme des bords du lac de Neuchâtel et que l’on considère habituellement comme la manifestation culturelle des populations celtiques pour le 2e Âge du Fer, les Κελτοί des sources grecques ou Galli des sources latines, des « Gaulois ». Parmi ces fossiles directeurs, on distingue en particulier les pièces d’armement (longues épées de fer et fourreaux en lamelles de fer, décorés de motifs animaliers, chaînes de suspension d’épée, casques à calotte circulaire, parfois ornés de cornes)12 et les objets d’ornement (fibules, bracelets de verre ou à oves etc.)13.

  • 14 Diodore de Sicile, XIV, 113.
  • 15 Tite-Live, XXXVII, 57, 8 : Galli Tuscos expulerant.
  • 16 Pline, HN, III, 56 et 68.
  • 17 Plutarque, Camille, 16, 3.
  • 18 Justin, XX, 5, 8 : sedibus Tuscos expulerunt.
  • 19 Strabon, V, 1, 10.
  • 20 Pline, HN, III, 130 : Mantua Tuscorum trans Padum sola reliqua.
  • 21 Peyre 1979.

5Pour les auteurs antiques, il ne fait aucun doute que cette apparition de populations « celtiques » correspond à une invasion massive, partie d’au-delà des Alpes, et qui a provoqué la disparition totale des populations antérieures. On voit en effet que dans les textes antiques le sort des Étrusques est présenté, de façon topique, comme peu enviable : ils auraient été chassés selon Diodore14, Tite-Live15, Pline l’Ancien16, Plutarque17 et Justin18. Il n’y a donc pas de massacre, puisque c’est le terme expellere qui revient le plus souvent dans les sources latines. Le seul témoignage infirmant cette expulsion est celui de Strabon19, sur lequel nous reviendrons, et dans une moindre mesure celui de Pline l’Ancien, qui qualifie Mantoue de « seule ville étrusque qui subsiste au-delà du Pô20 ». Cette expulsion s’accompagne du déclin des principaux centres. Ainsi, Felsina qui était décrite comme princeps Etruriae par Pline l’Ancien n’est plus qualifiée par la suite que d’oppidum par Tite-Live (même si elle conserve, et c’est signifiant, son nom étrusque de Felsina, puisqu’il semble que le nom de Bononia ne soit pas donné par les Celtes mais uniquement par les Romains lors de la déduction de la colonie). On aurait donc, à partir du IVe siècle, un espace divisé en grands groupes ethniques (carte 1) : des Ligures dans les Apennins, sur la côte tyrrhénienne et dans les vallées du Piémont, des Celtes en Lombardie, en Émilie, en Romagne et jusque dans les Marches, des Vénètes toujours en Vénétie. C. Peyre, notamment, sur la base des témoignages de Polybe et Tite-Live, a dressé une carte du peuplement qui est encore pleinement valide21.

  • 22 Sur les sources de Strabon, cf. Aujac 1966 et Lasserre 1967.

6Toutefois, plusieurs indices indiquent que le peuplement précédent n’a pas été complètement éradiqué, ce qui n’a pas échappé à la sagacité du géographe Strabon, qui écrit à l’époque d’Auguste (mais en utilisant largement ses prédécesseurs sans toujours mettre à jour les informations qu’il y puise)22. Pour Strabon en effet, quand les Romains conquièrent cet espace, ils expulsent les Boïens, mais laissent subsister les descendants des populations qui étaient là avant l’arrivée des Gaulois, soit les Étrusques et les Ombriens. On aurait donc ici une trace de survivances de populations autochtones, au sein d’un espace qui est pourtant défini comme « Celtique » par les auteurs grecs ou « Gaule » par les auteurs latin.

  • 23 Ainsi, on trouve des armes de type laténien, pliées rituellement, dans la nécropole de Cafaggio à (...)
  • 24 Camerin 1993; Camerin 1998.
  • 25 Bourdin 2012, p. 612 sq.

7Quels phénomènes sont en jeu ? Il semble tout d’abord qu’une partie notable de l’Italie du Nord n’a pas été touchée par l’installation de populations celtiques. Les découvertes archéologiques montrent en effet que certains secteurs n’ont pas livré, ou que très marginalement, du matériel laténien. C’est le cas de la Ligurie côtière, même si des tombes indiquent la présence probable de mercenaires ou d’infiltrations individuelles23, de la Vénétie et de tout le secteur du delta du Pô. Les ports de Spina et Adria en particulier ont livré de vastes nécropoles pour les IVe-IIIe siècles, dans lesquelles les objets de type laténien ne sont présents que de façon très anecdotique24, et surtout une quantité impressionnante d’objets portant des graffiti indiquant la permanence sur place de populations étrusques : les inscriptions sont en langue étrusque et les noms sont clairement étrusques25.

  • 26 Strabon, V, 1, 7.
  • 27 Renfrew 1993, p. 28.

8Le premier phénomène que nous constatons donc, loin d’être un métissage, correspond plutôt au contraire : la survie d’enclaves, regroupant les populations de substrat, loin des nouveaux venus. Cette survie est rendue possible très probablement par la faiblesse numérique des nouveaux arrivants. Si l’on se fie aux sources romaines, et notamment au nombre de morts et de prisonniers indiqués à l’occasion des batailles, et qui est largement exagéré, on s’aperçoit que le peuplement celtique est somme toute assez réduit. On peut estimer globalement que chacune de ces « tribus » représente un ensemble mobilisant en moyenne 50 000 combattants, soit une population de l’ordre de 150 000-200 000 habitants. Or, Strabon n’hésite pas à parler des 120 000 soldats que la cité vénète de Padoue pouvait mobiliser26. Les nouveaux venus n’ont donc semble-t-il pas pu recouvrir complètement les populations préexistantes, mais ils ont, en vertu de ce que C. Renfrew appelle l’élite dominance model27, concentré le pouvoir politique entre les mains d’une élite aristocratique, qui se revendiquait d’une identité ethnique celtique, et qui a donc imposé son identité à la région : l’Etruria noua est devenue la Gallia.

  • 28 Culasso Gastaldi-Cresci Marrone 1997.
  • 29 Polybe, III, 60, 8-11.
  • 30 Strabon, IV, 6, 6 ; Plin., III, 123.
  • 31 Tite-Live, XXI, 38.
  • 32 Tite-Live, V, 34.
  • 33 Apulée, Apol., I, 24.

9Outre cette coexistence d’éléments indépendants, on voit également que se produisent des phénomènes complexes d’interactions culturelles et de métissage entre nouveaux arrivants et populations de substrat. L’exemple des Taurins, population qui occupait le territoire sur lequel la colonie romaine de Turin (Augusta Taurinorum) est fondée par la suite, est particulièrement éclairant28. Polybe raconte que les Taurins tentent de s’opposer à l’arrivée d’Hannibal, qui vient de franchir les cols alpins avec son armée, en 218. À cette occasion, il indique que les Taurins sont des Gaulois29. Les auteurs postérieurs, comme Strabon et Pline l’Ancien, font toutefois des Taurins des Ligures30. Prudemment, Tite-Live choisit de les qualifier de Semigalli, de « demi-Gaulois » (et donc de « demi-Ligures »)31. Il présentait pourtant auparavant les Taurins comme une population déjà installée au moment où les Gaulois avaient franchi les Alpes32. Néanmoins, il semble avoir conscience du fait qu’on ne peut pas les considérer comme des Gaulois à part entière, ou pas uniquement comme des Gaulois. Cette expression Semigalli est un hapax, mais dans le même passage Tite-Live parle de gentes semigermanae (à moitié germaines, donc un peu celtes…) et on ne peut que penser à Apulée qui se définit, par la suite, comme en partie Numide et en partie Gétule (Seminumidam et Semigaetulam) dans son Apologie33.

  • 34 Thollard 2009, p. 125 sq.
  • 35 Strabon, IV, 6, 3.
  • 36 Ps. Aristote., De mirabilibus auscultationibus, 85.
  • 37 Jullian 1908, p. 262-263; Hubert 1932, p. 363 sq. On retrouve encore ce schéma de pensée dans la v (...)
  • 38 Sur les différentes interprétations du sens de l’ethnique « Ligures », cf. Arnaud 2001, Garcia 200 (...)

10Le sens de ces expressions indiquant une mixité pose en réalité problème. On s’est ainsi longuement interrogé sur la signification de termes comme « Celtibères », « Gallograeci », Έλληνοσκύθοα. Plus récemment, P. Thollard a proposé une nouvelle analyse du terme de « Celto-Ligures » présent chez Strabon, en rappelant tout d’abord que ce terme, qui a très complaisamment été récupéré par les archéologues, est presque un hapax chez cet auteur34. La forme Κελτολίγυες, connue par Strabon35, ne se retrouve que chez le pseudo Aristote, que l’on date en général de la 2de moitié du IIIe siècle36. Ce terme, difficile à interpréter signifie probablement que l’identité ethnique des populations de l’arrière-pays de Marseille n’est pas évidente, soit que le peuplement est mélangé (des Celtes et des Ligures), soit qu’on a désigné dans un premier temps les habitants comme des Ligures avant de les identifier dans un second temps comme des Celtes (où l’inverse), soit que les traits culturels celtes et ligures sont tellement mêlés qu’on ne peut plus les distinguer. Les historiens du XIXe siècle et du début du XXe siècle, comme Camille Jullian ou Henri Hubert, ont plutôt opté pour la 1re solution, en imaginant un peuplement originel de Ligures, qui auraient subi, à partir des IVe-IIIe siècles (soit une date qui s’applique avant tout à l’Italie et à la migration des Celtes vers les zones danubiennes) une pression celtique, voire une invasion, qui aurait abouti à un peuplement mixte37. Le même schéma pourrait s’appliquer aux Taurins : une population ligure qui aurait vu, à partir de la fin du Ve siècle, des Celtes Transalpins s’installer et se fondre à eux. D’autres solutions sont toutefois possibles, comme faire de ces Celto-Ligures des Ligures qui habitent la Keltikê, la Gaule des auteurs grecs (pour les distinguer des Ligures italiens)38.

  • 39 Casevitz 1991; Casevitz 2001.
  • 40 apr. Schol. Hom., Od., VIII, 294.
  • 41 IPE I ² 32 B 17, v. 230; cf. les Έλληνοσκύθοπ d’Hérodote, IV, 17.
  • 42 Eur., Ph., 138.
  • 43 Paus., VII, 3, 6.
  • 44 Plut., Vertus des Femmes, 247 a 10.

11Le point de vue grec sur les mélanges de population est d’ailleurs beaucoup plus subtil qu’on ne l’a longtemps cru, comme l’a montré Michel Casevitz39. Loin de se cantonner à une stricte dichotomie Grecs/Barbares, on rencontre au fil des textes toute une série de nuances, qui peuvent aider à mieux comprendre le cas de nos Taurini Semigalli. On trouve notamment en grec le terme μιξέλλην, employé par Hellanicos de Lesbos, à propos des Lemniens40, mais également dans une inscription d’Olbia pour désigner les Scythes des contreforts montagneux41. Il s’agit, semble-t-il, de Barbares métissés, qui ont acquis des caractères grecs, sans être Grecs. Le terme opposé, πξοβάφβοφος, qui apparaît pour la première fois chez uripide désigne plutôt cette fois-ci des Grecs42, qui tendent vers la barbarie, à cause d’un contact prolongé, ou dans d’autres cas, des Grecs qui sont physiquement mélangés à des Barbares, comme les Cariens43, ou les descendants des Étrusques établis à Lemnos et Imbros, qui avaient ravi des femmes athéniennes44. On retrouve donc dans les sources grecques, sous les mêmes vocables, divers phénomènes, qui peuvent tout à fait être complémentaires, mais qui sont tous assimilés à un métissage : les interactions culturelles et le mélange de populations.

  • 45 On trouve ainsi de grandes nécropoles, avec du matériel laténien, que l’on peut attribuer aux Gaul (...)
  • 46 Landolfi 2000.
  • 47 Vitali 1992.
  • 48 Diodore, qui se fonde sur la description de Posidonios d’Apamée, nous fournit une description des (...)

12L’Italie du Nord, au IVe-IIIe siècle, semble connaître sensiblement ces deux types de phénomènes, de façon simultanée. La perception change toutefois en fonction de l’ensemble documentaire qu’on étudie. La documentation archéologique permet de mettre en évidence avant tout les transferts culturels, visibles notamment à travers la circulation des artéfacts. Dans toutes les zones de peuplement celtique, on a identifié et fouillé depuis le XIXe siècle une série de nécropoles, en particulier en Émilie, sur le territoire des Boïens, et dans les Marches, sur le territoire des Sénons45. La caractéristique principale des sépultures sénones réside dans la très rapide acculturation dont elles témoignent. Dans les tombes masculines, les seuls éléments laténiens conservés avec constance sont les armes (épée avec fourreau décoré de motif en « style Végétal continu », casques de type Jockeykappe, pointes de lances et de javelots, anneaux de suspension d’épée)46. Quelques éléments de parure (fibules, bracelets de verre…) peuvent également être présents. Dans l’ensemble, on retrouve les mêmes phénomènes de circulation d’artéfacts dans les tombes boïennes, avec la présence d’un service symposiaque composé de vases de bronze, de céramique à figures rouges (attique, nord-adriatique) ou à vernis noir, d’objets de toilette typiquement méditerranéens (strigiles de fabrication prénestine), de jetons et de dés47… La tombe Benacci 953 de Bologne, par exemple, contenait outre l’armement laténien, dont un beau casque de bronze, une couronne de feuille d’or, qui renvoie plutôt à une tradition magnogrecque, des jetons de pierre et des dés d’os, des vases de bronze renvoyant à la pratique du banquet, un strigile de bronze montrant l’adoption de pratiques de toilette méditerranéennes48… Cette acculturation est très rapide, puisque ce type de matériel est déjà présent dans les tombes les plus anciennes et il est très probable qu’elle a été favorisée par le maintien sur place d’une partie de la population autochtone, ombrienne ou picénienne.

13D’une manière générale d’ailleurs, les éléments que les archéologues considèrent comme des marqueurs ethniques, des fossiles directeurs, se rencontrent essentiellement en contexte funéraire (les armes en particulier) et dans de rares cas dans les sanctuaires. Le matériel provenant des habitats ne permet pas de distinguer les populations « indigènes » des nouveaux venus, dans la mesure où ils utilisent tous le même type de vaisselle. Si l’on ne raisonne que sur de la documentation funéraire, on a donc tendance systématiquement à majorer l’impact des présences allogènes, comme dans le cas des tombes de Ligurie par exemple, où les infiltrations de populations « celtiques » sont particulièrement évidentes et lisibles, même si elles restent en réalité numériquement très limitées. Les sources littéraires et archéologiques permettent donc d’insister sur les mélanges de population, soit que les identités ethniques deviennent floues ou indéterminables, soit que la culture matérielle tende vers l’homogénéité.

  • 49 Cristofani 1978.
  • 50 Morandi 2004.
  • 51 Solinas 2002.
  • 52 Häussler 2007, p. 66 sq.

14Pour terminer, nous pouvons nous attacher aux informations que peut livrer la documentation linguistique, que nous percevons presque exclusivement à travers les témoignages épigraphiques, les inscriptions. L’Italie du Nord connaît précocement l’usage de l’écriture, dès le VIIe siècle, avec une diffusion notamment depuis les centres urbains étrusques, Bologne en particulier49. Très rapidement, on voit se manifester trois grandes traditions épigraphiques : des inscriptions étrusques en Émilie, en Romagne et sur les marges de la Lombardie (Mantoue), des inscriptions vénètes en Vénétie et des inscriptions dans une langue celtique dans la zone de la culture de Golasecca50. L’installation de populations porteuses de la culture laténienne ne met pas fin à cette expérience épigraphique originale de la culture de Golasecca, mais on trouve des inscriptions en langue celtique, utilisant cet alphabet dit « lépontien » jusqu’à la fin du Ier siècle av. J.-C. V. Solinas a même interprété ces manifestations tardives d’une écriture gauloise comme un message identitaire51. Encore une fois, la documentation n’est pas univoque, dans la mesure où cette identité linguistique celtique s’accompagne, au niveau de la culture matérielle, d’une rapide romanisation, ou auto-romanisation, comme en témoigne la diffusion des marchandises centro-italiques dans les tombes52.

  • 53 ET Fe 2.18.
  • 54 Van Heems 2008.
  • 55 Les Vornamengentilizia, définis par H. Rix, sont des gentilices étrusques dérivant d’un prénom, qu (...)

15Si l’on s’intéresse de plus près à la répartition géographique de ces inscriptions celtiques (carte 2), on constate qu’elle est limitée en fait aux populations transpadanes : Insubres et Cénomans. Les populations celtiques cispadanes (Boïens, Sénons) n’utilisent pas l’écriture, mais manifestent en revanche leur identité par l’exhibition des armes. Pourtant, on écrit aussi au sud du Pô mais la culture épigraphique – les caractères communs de la production épigraphique – est sensiblement différente. On trouve d’une part des inscriptions qui manifestent le maintien sur place, au sein des populations celtiques, des descendants des populations « de substrat ». Nous possédons grâce à la tombe Benacci 968 de Bologne une trace claire de la survivance des Étrusques au sein de ces sociétés « celtiques ». La sépulture, à crémation, contenait une kylix à vernis noir, un mortier à pâte grise, une olla à vernis noir, une lame de couteau de fer, des ciseaux et une fibule de fer. Le mobilier renvoie symboliquement à la dimension économique du rôle du pater familias, avec en particulier les ciseaux pour tondre la laine des moutons et le couteau, renvoyant au partage des viandes, élément que l’on retrouve fréquemment dans les tombes celtiques plus tardives, en Lombardie notamment. Or, la kylix porte une inscription, une marque de propriété en étrusque53 : mi titleś (« je [suis de] Title »). Le nom tit(e) le correspond au diminutif du prénom tite qui est très largement attesté en étrusque54. Dans ce cas précis, il peut s’agir d’un nom individuel ou d’un gentilice (de type Vornamengentilizium)55, désignant un individu qui porte un nom étrusque et écrit en langue étrusque, au sein de la société boïenne de Bologne.

  • 56 Vitali 2008 ; Sassatelli 2008 ; cf. aussi la récente relecture de deux de ces inscriptions par G. (...)
  • 57 Sassatelli 2008.
  • 58 Vitali 2003.
  • 59 Vitali 2008, p. 48-49.

16Ce n’est pas un cas isolé, comme le montrent le corpus des inscriptions du village du Monte Bibele, qui permet de mettre en lumière encore d’autres phénomènes56. Au Monte Bibele, en territoire boïen, on a fouillé dans les années 1980-1990, un habitat occupé dès la fin du Ve siècle et jusqu’au début du IIe siècle, ainsi qu’une nécropole d’environ 170 tombes disposées en files parallèles sur les versants du Monte Tamburino. Ces tombes renvoient au faciès celtique de Bologne, avec la présence de panoplies d’armes laténiennes, mais on trouve aussi quelques éléments particuliers, notamment des inscriptions toutes rédigées en langue étrusque (à l’exception d’une inscription ombrienne inédite)57. Toutes ces inscriptions trouvent des parallèles dans l’onomastique étrusque et sont donc le signe du maintien sur place d’une partie de la population. L’inscription Fulu, sur bol d’impasto, provient de la tombe d’un guerrier (tombe 42) enterré avec une épée laténienne, avec son fourreau et une pointe de lance. Si le nom inscrit sur la kylix est bien celui du défunt, nous avons alors affaire à un Étrusque enterré avec des armes et donc qui manifeste en partie (dans un cadre public) une identité celtique, par l’exhibition de la panoplie qui signale son rang militaire, et en partie (dans la sphère privée ?) son identité (linguistique au moins) étrusque. On aurait donc ici une situation intermédiaire : revendication d’une identité linguistique particulière « étrusque », mais aussi affirmation de l’appartenance à l’élite guerrière « celtique » du village. Deux autres inscriptions, mentionnant le même gentilice étrusque féminin au cas direct, Petnei, révèlent un autre type de phénomène. Le nom Petnei désigne une femme. Dans les deux cas, l’inscription se trouve sur une kylix à vernis noir et, étant donné que les kylikes apparaissent en général comme exemplaire unique dans les tombes, on peut supposer que chaque kylix était un objet personnel du défunt. Il s’agirait alors d’un cas d’homonymie, de deux femmes qui portent le même gentilice, comme deux sœurs par exemple. Toutefois, les tombes 14 et 87, d’où proviennent les deux kylikes marquées petnei, sont des tombes masculines. La tombe 14, qui est placée en position dominante et date de la fin du IVe siècle est même l’une des principales tombes de guerrier de la nécropole. Son mobilier comprenait, outre la kylix en question, un plat à haut pied (avec le graffite pe), un bol (avec la lettre e), une petite coupe (avec l’inscription ei), un casque de fer décoré de tôles de bronze, une épée et son fourreau et une pointe de javelot. La tombe 87, qui date de la première moitié du IIIe siècle contenait, quant à elle, outre la kylix avec l’inscription, une olla à pâte grise, cinq bols, deux gobelets, un gros plat et un mortier d’impasto, une fibule laténienne de fer58. Bien que s’agissant d’une tombe masculine, elle n’a pas livré d’armes. La présence d’une onomastique féminine étrusque sur des objets contenus dans une tombe masculine, de guerrier dans un cas, a été expliquée par D. Vitali par la pratique de l’intermariage59. Les nouveaux arrivants celtiques se seraient intégrés dans la société locale, en épousant des femmes étrusques, dont on retrouve la trace avec la Petnei de la tombe 14, qui aurait offert une kylix dans la tombe de son époux. La nécropole et l’habitat du Monte Bibele laissent donc supposer qu’à l’intérieur d’un uicus de l’Apennin bolonais cohabitaient des Celtes et des Étrusques, au sein de la même structure politique, militaire et sociale, partageant le même habitat et le même cimetière.

  • 60 Colonna 2004.
  • 61 Vitali-Kaenel 2000.

17On assiste donc au maintien de populations de substrat, qui affirment leur propre identité au niveau linguistique, alors que rien ne les distingue véritablement au niveau de la culture matérielle. Cette culture épigraphique étrusque est si forte que même les manifestations d’une population celtique passent par l’étrusque. C’est le cas notamment de deux inscriptions géographiquement périphériques. La première provient de l’emporion de Gênes, situé en Ligurie, mais fréquenté par des populations étrusques, qui y ont laissé de nombreux témoignages épigraphiques. Une stèle, datée du début du Ve siècle, découverte en réemploi dans l’habitat portait l’inscription mi nemetieś60. Ce cippe, interprété comme une dédicace, porte donc le nom Nemetie, qui est un idionyme, qui ne se rattache pas à l’onomastique étrusque, mais correspond plus probablement à un nom ligure ou gaulois. Nous sommes donc en présence d’un Ligure qui choisit d’écrire dans la langue étrusque, signe de forte acculturation. De même, une inscription étrusque provenant des sondages effectués dans le centre de Mantoue, sur un bol étrusque à pâte grise (fin IVe-début IIIe siècle) porte le nom eluveitie, que l’on a identifié comme l’ethnique « Helvète61 ». Il s’agirait donc d’un ethnonyme transcrit en étrusque et utilisé probablement comme idionyme, pour désigner le propriétaire du vase, qu’on appelle dans la Mantoue étrusque « l’Helvète ». Cette inscription, avec un idionyme au cas direct (et non au génitif), confirme l’existence à date haute de l’ethnonyme des Helvètes hors du plateau helvétique. L’identité ethnique de cet Eluveitie n’est clairement manifestée que dans le contraste avec celle des Étrusques de Mantoue, autre indice de l’importance de la mobilité et des contacts inter-ethniques dans la structuration de l’ethnicité.

  • 62 Pour une nouvelle définition du concept d’acculturation appliqué à la documentation archéologique, (...)
  • 63 Barth 1969.
  • 64 Sur les tentatives d’instrumentalisation des vestiges « celtiques » par les mouvements d’extrême-d (...)

18Au final, nous avons donc pu voir que des phénomènes très divers sont en jeu. Globalement, loin du témoignages des auteurs antiques qui poussent au noir, on voit émerger des sociétés multi-ethniques, dans lesquelles coexistent des groupes de populations qui se réclament d’identités ethniques diverses ou auxquelles on attribue des identités ethniques diverses. Cette coexistence provoque de très fortes interactions culturelles et l’acculturation méditerranéenne62, visible dans le mobilier des tombes, des aristocraties celtiques est assez évidente. Au-delà d’une élite à l’identité marquée d’ailleurs, les populations socialement subalternes peuvent subsister, même si elles ne sont pas perçues par le regard extérieur des sources littéraires. D’une façon générale en effet, chaque ensemble documentaire permet de détecter des phénomènes sociaux, qui sont parfois concurrents. Si la documentation archéologique et les sources littéraires nous permettent de suivre l’installation d’une élite guerrière, qui exhibe son rang social et son appartenance ethnique au moyen de ses armes « laténiennes », la documentation épigraphique nous permet d’atteindre dans certains cas un point de vue emic et de mettre en évidence le maintien de ce que F. Barth appelle la « frontière ethnique », qui ne se maintient qu’en fonction des stratégies sociales et économiques des individus et des groupes qui composent ces sociétés métissées63. Ce maintien « stratégique » d’une identité particulière n’est pas, bien entendu, réservé aux sociétés antiques, mais il est encore d’actualité, comme l’attestent les tentatives répétées de récupération d’un héritage celtique largement fantasmé par certains mouvements politiques d’extrême-droite du nord de l’Italie64.

Figures

Figures

Carte 1. – Les peuples d’Italie du Nord au IVe siècle au J.-C. Les identités « englobantes » sont indiquées en majuscules, les subdivisins d’ensemble ethnique sont indiquées en minuscules.

Carte 2. – Inscriptions celtiques en Italie (VIe siècle-Ier siècle av. J.-C.).

Bibliographie

INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES

Aujac G. (1966), Strabon et la science de son temps, Paris, 1966.

Avanza M. (2003), « Une histoire pour la Padanie. La Ligue du Nord et l’usage politique du passé », Annales HSS, janvier-février, p. 85-107.

Barth F. (1969) (éd.), Ethnic Groups and Boundaries. The Social Organization of Culture Difference, Oslo.

Bats M. (2006), « L’acculturation et autres modèles de contacts en archéologie protohistorique européenne », in M. Szabó (dir.), Celtes et Gaulois. L’Archéologie face à l’Histoire. Les Civilisés et les Barbares du Ve au IIe siècle av. J.-C. Actes de la table ronde de Budapest 17-18 juin 2005, Glux-en-Glenne, coll. Bibracte 12/3, p. 29-41.

Bourdin S. (2012), Les peuples de l’Italie préromaine. Identités, territoires et relations interethniques en Italie centrale et septentrionale (VIIIe-Ier siècles av. J.-C.), BEFAR 350, Rome.

Bourdin S. (2014), « Pratiques diplomatiques et droit de la guerre durant la conquête de la Cisalpine par Rome (IIIe-IIe s. av. J.-C.) », Peupler et habiter l’Italie et le monde romain. Études d’histoire et d’archéologie offertes à Xavier Lafon, Aix-en-Provence, p. 19-32.

Briquel D. (1997), Le regard des autres. Les origines de Rome vues par ses ennemis (début du IVe siècle/début du Ier siècle av. J.-C.), Besançon.

Camerin N. (1993), « Testimonianze celtiche da Adria », Padusa, XXIX, p. 157-177.

Camerin N. (1998), « I Celti anche nel delta padano ? », in F. Rebecchi (dir.), Spina e il delta padano. Riflessioni sul catalogo e sulla mostra ferrarese. Atti del Convegno Internazionale di Studi « Spina : due civiltà a confronto », Ferrara, Aula Magna dell’Università, 21 gennaio 1994, Rome, p. 275-283.

Capuis L. (1993), I Veneti. Società e cultura di un popolo dell’Italia preromana, Milan.

Casevitz M. (1991), « Sur la notion de mélange en grec ancien (mixobarbare ou mixhellène ?) », in N. Fick, J.-C. Carrière (éd.), Mélanges Étienne Bernand, Besançon, p. 121-139.

Casevitz M. (2001), « Le vocabulaire du mélange démographique : mixobarbares et mixhellènes », in V. Fromentin, S. Gotteland (éd.), Origines gentium, Bordeaux, p. 41-47.

Chieco Bianchi A.M. (1988), « I Veneti », in Italia omnium terrarum alumna. La civiltà dei Veneti, Reti, Liguri, Celti, Piceni, Umbri, Latini, Campani e Iapigi, Milan, p. 1-98.

Ciurletti G. et F. Marzatico (1999) (dir.), I Reti/Die Räter. Atti del simposio, 23-25 settembre 1993, Castello di Stenico, Trento, ArcheoAlp, 5.

Colonna G. (2004), « Catalogo delle iscrizioni preromane di Genova », in R.C. De Marinis, G. Spadea (dir.), I Liguri. Un antico popolo europeo tra Alpi e Mediterraneo, Genève-Milan, p. 302-307.

Cristofani M. (1978), « Rapporto sulla diffusione della scrittura nell’Italia antica », Scrittura e civiltà, 2, p. 5-33.

Culasso Gastaldi E. et G. Cresci Marrone (1997), « I Taurini ai piedi delle Alpi », in G. Sergi (dir.), Storia di Torino. I. Dalla preistoria, al comune medievale, Turin, p. 93-136.

Defente V. (2003), Les Celtes en Italie du Nord. Piémont oriental, Lombardie, Vénétie du VIe siècle au IIIe siècle av. J.-C., Rome, CEFR 312.

De Marinis R. (1988), « Le popolazioni alpine di stirpe retica », in Italia omnium terrarum alumna. La civiltà dei Veneti, Reti, Liguri, Celti, Piceni, Umbri, Latini, Campani e Iapigi, Milan, p. 99-155.

De Marinis R. (1991), « Les Celtes de Golasecca », in Les Celtes, Milan, p. 103-115.

Fogolari G. et A.L. Prosdocimi (1988), I Veneti antichi. Lingua e cultura, Padoue.

Garcia D. (2004), La Celtique méditerranéenne. Habitats et sociétés en Languedoc et en Provence du VIIIe au IIe siècle av. J.-C., Paris.

Golasecca (2009), Golasecca (VIIIe-Ve siècle av. J.-C.). Du commerce et des hommes à l’Âge du Fer. Musée d’Archéologie nationale, château de Saint-Germain-en-Laye, 27 novembre 2009-26 avril 2010, Paris.

Häussler R. (2007), « At the Margins of Italy. Celts and Ligurians in North-West Italy », in G. Bradley, E. Isayev, C. Riva (éd.), Ancient Italy. Regions without Boundaries, Exeter, p. 45-78.

Heurgon J. (1974), « Caton et la Gaule Cisalpine », in Mélanges d’histoire ancienne offerts à William Seston, Paris, p. 231-247.

Hubert H. (1932), Les Celtes depuis l’époque de La Tène et la civilisation celtique, Paris.

Jolivet V. (2008), « Monte Bibele et l’Italie centrale. Quelques questions posées par l’étude des strigiles », in D. Vitali, S. Verger (dir.), Tra mondo celtico e mondo italico. La necropoli di Monte Bibele, Bologne, p. 77-94.

Jullian C. (1908), Histoire de la Gaule. I. Les invasions gauloises et la colonisation grecque, Paris.

Kruta V. (2000), Les Celtes. Histoire et dictionnaire, des origines à la romanisation et au christianisme, Paris.

Landolfi M. (2000), « I Galli e l’Adriatico », in M. Landolfi (dir.), Adriatico tra IV e III sec. a. C. Vasi alto-adriatici tra Piceno, Spina e Adria. Atti del convegno di studi. Ancona, 20-21 giugno 1997, Rome, p. 19-46.

Lasserre F. (1967), Notice, in Strabon, Géographie t. III (livres V et VI), Paris, CUF, p. 2-37.

Lejars T. (2008), « Les guerriers et l’armement celto-italique de la nécropole de Monte Bibele », in D. Vitali, S. Verger (dir.), Tra mondo celtico e mondo italico. La necropoli di Monte Bibele, Bologne, p. 127-222.

Malnati L. et M. Gamba (2003) (dir.), I Veneti dai bei cavalli, Trévise.

Malnati L. et V. Manfredi (1991), Gli Etruschi in Val Padana, Milan.

Marzatico F. (2000a), « La prima età del Ferro », in M. Lanzinger, F. Marzatico, A. Pedrotti (dir.), Storia del Trentino. I : La preistoria e la protostoria, Bologne, p. 417-477.

Marzatico F. (2000b), « La seconda età del Ferro », ibid., p. 479-573.

Morandi A. (2004), Epigrafia e lingua, dans P. Piana Agostinetti, Celti d’Italia, t. II, Rome.

Peyre C. (1979), La Cisalpine gauloise du IIIe au Ier siècle av. J.-C., Paris.

Prosdocimi A.L. (1991), « Langue et écriture des premiers Celtes », in Les Celtes, Milan, p. 50-60.

Rapin A. (1995), « Propositions pour un classement des équipements militaires celtiques en amont et en aval d’un repère historique : Delphes 278 avant J.-C. », in J.-J. Charpy (éd.), L’Europe celtique du Ve au IIIe siècle av. J.-C. Contacts, échanges et mouvements de populations. Actes du deuxième symposium international d’Hautvillers. 8-10 octobre 1992, Sceaux, p. 275-290.

Rapin A. (2008), « Les Celtes et leurs voisins septentrionaux : nouveaux outils d’analyses pour l’armement laténien du sud de l’Europe aux Ve et IVe s. av. J.-C. », in D. Vitali, S. Verger (dir.), Tra mondo celtico e mondo italico. La necropoli di Monte Bibele, Bologne, p. 237-268.

Renan E. (1882), « Qu’est-ce qu’une nation ? » Conférence prononcée à la Sorbonne, le 11 mars 1882, Paris (rééd. 1997).

Renfrew C. (1993), The Roots of Ethnicity. Archeology, Genetics and the Origins of Europe, Rome.

Rix H. (1963), Das etruskische Cognomen. Untersuchungen zu System, Morphologie und Verwendung der Personennamen auf dem jüngeren Inschriften Nordetruriens, Wiesbaden.

Ruby P. (2006), « Peuples, fictions ? Ethnicité, identité ethnique et sociétés anciennes », REA, 108, 1, p. 25-60.

Sassatelli G. (2008), « Celti ed Etruschi nell’Etruria Padana e nell’Italia settentrionale », in D. Vitali, S. Verger (dir.), Tra mondo celtico e mondo italico. La necropoli di Monte Bibele, Bologne, p. 323-348.

Solinas P. (2002), « Spie di ideologia etnica in epigraficeltiche dell’Italia settentrionale. Tra grafia e cultura », SE, LXV-LXVIII, p. 275-298.

Thollard P. (2009), La Gaule selon Strabon : du texte à l’archéologie. Géographie, Livre IV. Traduction et études, Bibliothèque d’archéologie méditerranéenne et africaine, 2, Paris.

Van Heems G. (2008), « Diminutifs, sobriquets et hypocoristiques étrusques », in P. Poccetti (éd.), Les prénoms de l’Italie antique. Journée d’études. Lyon, 26 janvier 2004, Pise-Rome, p. 69-109.

Vitali D. (1992), Tombe e necropoli galliche di Bologna e territorio, Bologne.

Vitali D. (2003) (dir.), La necropoli di Monte Tamburino a Monte Bibele, Bologne.

Vitali D. (2008), « La nécropole de Monte Bibele. Préliminaires pour une analyse spatiale et chronologique », in D. Vitali, S. Verger (dir.), Tra mondo celtico e mondo italico. La necropoli di Monte Bibele, Bologne, p. 9-52.

Vitali D. et G. Kaenel (2000), « Un Helvète chez les Étrusques vers 300 av. J.-C. », ArchS, 23, 3, p. 115-122.

Wachtel N. (1971), La vision des vaincus. Les Indiens du Pérou devant la Conquête espagnole 1530-1570, Paris.

Notes

1 Cf. la remarque d’E. Renan dans son célèbre discours « Qu’est-ce qu’une nation ? » : « L’Italie est le pays où l’ethnographie est la plus embarrassée. Gaulois, Étrusques, Pélasges, Grecs, sans parler de bien d’autres éléments, s’y croisent dans un indéchiffrable mélange. » (Renan 1882).

2 Sur le peuplement de l’Italie préromaine, nous nous permettons de renvoyer à notre synthèse récente : Bourdin 2012, Pour une étude plus spécifique de l’organisation de la Cisalpine, cf. Peyre 1979.

3 Bourdin 2014.

4 Les points de vue emic (de l’observé) et etic (de l’observateur) ont notamment été définis par le linguiste Kenneth Pike. Pour une application du concept en archéologie, cf. Ruby 2006.

5 Le problème du « regard de l’Autre » a été plusieurs fois affronté pour l’Antiquité, en particulier par D. Briquel (Briquel 1997). Toutes ces analyses font bien entendu référence au problème du « regard du vainqueur », tel qu’il a été défini par N. Wachtel (Wachtel 1971).

6 Heurgon 1974.

7 Sur le peuplement étrusque en Italie du Nord, cf. synthèse dans Malnati-Manfredi 1991.

8 Chieco Bianchi 1988 ; Fogolari-Prosdocimi 1988 ; Capuis 1993 ; Malnati-Gamba 2003.

9 De Marinis 1988 ; Ciurletti-Marzatico 1999 ; Marzatico 2000 a et b.

10 De Marinis 1991 ; Golasecca 2009.

11 Prosdocimi 1991.

12 Rapin 1995 ; Rapin 2008 ; Lejars 2008.

13 Defente 2003.

14 Diodore de Sicile, XIV, 113.

15 Tite-Live, XXXVII, 57, 8 : Galli Tuscos expulerant.

16 Pline, HN, III, 56 et 68.

17 Plutarque, Camille, 16, 3.

18 Justin, XX, 5, 8 : sedibus Tuscos expulerunt.

19 Strabon, V, 1, 10.

20 Pline, HN, III, 130 : Mantua Tuscorum trans Padum sola reliqua.

21 Peyre 1979.

22 Sur les sources de Strabon, cf. Aujac 1966 et Lasserre 1967.

23 Ainsi, on trouve des armes de type laténien, pliées rituellement, dans la nécropole de Cafaggio à Ameglia, tandis qu’une tombe de Berceto a livré un casque à cornes, qui rappelle fortement les exemplaires de la zone boïenne. Cette présence d’armes dans les nécropoles ligures a été interprétée comme la trace de l’infiltration individuelle de Celtes, probablement des mercenaires (Bourdin 2012, p. 663 sq. et bibliographie afférente).

24 Camerin 1993; Camerin 1998.

25 Bourdin 2012, p. 612 sq.

26 Strabon, V, 1, 7.

27 Renfrew 1993, p. 28.

28 Culasso Gastaldi-Cresci Marrone 1997.

29 Polybe, III, 60, 8-11.

30 Strabon, IV, 6, 6 ; Plin., III, 123.

31 Tite-Live, XXI, 38.

32 Tite-Live, V, 34.

33 Apulée, Apol., I, 24.

34 Thollard 2009, p. 125 sq.

35 Strabon, IV, 6, 3.

36 Ps. Aristote., De mirabilibus auscultationibus, 85.

37 Jullian 1908, p. 262-263; Hubert 1932, p. 363 sq. On retrouve encore ce schéma de pensée dans la vaste synthèse de V. Kruta (Kruta 2000, p. 302 sq.)

38 Sur les différentes interprétations du sens de l’ethnique « Ligures », cf. Arnaud 2001, Garcia 2004 et Thollard 2009, p. 131 sq.

39 Casevitz 1991; Casevitz 2001.

40 apr. Schol. Hom., Od., VIII, 294.

41 IPE I ² 32 B 17, v. 230; cf. les Έλληνοσκύθοπ d’Hérodote, IV, 17.

42 Eur., Ph., 138.

43 Paus., VII, 3, 6.

44 Plut., Vertus des Femmes, 247 a 10.

45 On trouve ainsi de grandes nécropoles, avec du matériel laténien, que l’on peut attribuer aux Gaulois Sénons à Filottrano, Montefortino di Arcevia et Piobicco. On trouve également des tombes isolées (Cessapalombo, San Ginesio) ou des tombes contenant du matériel laténien dans des nécropoles attribuées à des populations « picéniennes » (Serra San Quirico) (Bourdin 2012, p. 647 sq.).

46 Landolfi 2000.

47 Vitali 1992.

48 Diodore, qui se fonde sur la description de Posidonios d’Apamée, nous fournit une description des pratiques de toilette des Celtes, vues comme l’antithèse des usages méditerranéens (V, 28, 1-3). La présence de strigiles dans les tombes celtiques est donc plutôt considérée comme un indice d’acculturation méditerranéenne (Jolivet 2008).

49 Cristofani 1978.

50 Morandi 2004.

51 Solinas 2002.

52 Häussler 2007, p. 66 sq.

53 ET Fe 2.18.

54 Van Heems 2008.

55 Les Vornamengentilizia, définis par H. Rix, sont des gentilices étrusques dérivant d’un prénom, que l’on considère en général comme correspondant à des individus de rang subalternes, ayant acquis de fraîche date la liberté et la citoyenneté (Rix 1963).

56 Vitali 2008 ; Sassatelli 2008 ; cf. aussi la récente relecture de deux de ces inscriptions par G. Colonna, REE, SE, 2008 (2011), no 124-125.

57 Sassatelli 2008.

58 Vitali 2003.

59 Vitali 2008, p. 48-49.

60 Colonna 2004.

61 Vitali-Kaenel 2000.

62 Pour une nouvelle définition du concept d’acculturation appliqué à la documentation archéologique, cf. Bats 2006.

63 Barth 1969.

64 Sur les tentatives d’instrumentalisation des vestiges « celtiques » par les mouvements d’extrême-droite comme la Lega Nord, cf. Avanza 2003.

Table des illustrations

Titre Figures
Légende Carte 1. – Les peuples d’Italie du Nord au IVe siècle au J.-C. Les identités « englobantes » sont indiquées en majuscules, les subdivisins d’ensemble ethnique sont indiquées en minuscules.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89494/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 350k
Légende Carte 2. – Inscriptions celtiques en Italie (VIe siècle-Ier siècle av. J.-C.).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89494/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 346k

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540