Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Du transfert culturel au métissage

 | 
Michel Molin
, 
Silvia Capanema
, 
Quentin Deluermoz
, 
et al.

Sixième partie. Territoires et frontières

Architecture et métissages dans le Vietnam colonial

Caroline Herbelin

Resumen

Cet article discute des métissages qui se sont exprimés en architecture pendant la période coloniale au Vietnam. Plus précisément, il considère l’exemple de l’habitat destiné aux Européens. Il s’appuie sur les renouvellements méthodologiques de l’anthropologie de l’art, c’est-à-dire qu’il ne s’agit pas de considérer l’art, ici en l’occurrence l’architecture, d’un point de vue esthétique ou purement stylistique, mais de concevoir l’objet comme le produit d’une interaction entre enjeux sociaux et techniques. Ces enjeux sont mobilisés différemment selon les contextes. Ainsi, nous démontrerons que les emprunts techniques à l’architecture autochtone, d’abord intenses pendant la période de la conquête, laissent place ensuite à l’affirmation d’une identité française qui passe par la transposition de modèles européens à la colonie. Ce n’est que pendant la Seconde Guerre mondiale que s’inverse cette tendance. Alors que la colonie est coupée de la métropole, les Européens se tournent de nouveau vers des solutions techniques locales.

This paper discusses the concept of metissage in colonial architecture of Vietnam. More precisely, it considers the example of European housing. In following recent methodological trends in the anthropology of art, this paper does not consider art only from a purely aesthetic or stylistic point of view but considers objects as the result of an interaction between social and technical forces in play. This interaction can vary considering the context. Thus, we demonstrate here that the first intensive technical exchanges that took place during the colonial conquest, gave way later to the affirmation of a French identity expressed through the transposition of European models to the colony. This tendency shifted once again during World War II when the colony remained cut off from the metropole and the Europeans were forced to consider again local technical solutions.

Texto completo

***

  • 1 Voir bibliographie à la fin de l’article.

1L’architecture qui voit le jour en situation coloniale est souvent qualifiée de métissée. Utile pour désigner le caractère syncrétique et hybride de ces productions architecturales, le terme de métissage s’avère néanmoins limité pour rendre compte des significations et des liens qui unissent les expressions multiples que ce terme regroupe. Cet article, en s’appuyant sur les renouvellements de l’anthropologie de l’art, considère le métissage non pas comme un concept unitaire mais comme un ensemble de processus à la fois sociaux et techniques1. Concevoir le métissage selon cette double articulation permet une approche plus précise de la rencontre culturelle exprimée dans le matériel.

  • 2 Nous utilisons ici par souci de simplification le terme de « Vietnam » qui désigne de manière anach (...)
  • 3 On pourrait faire la même démonstration avec des exemples vietnamiens, mais le cas français, mieux (...)

2En prenant l’exemple de l’architecture destinée à loger les Français au Vietnam2 pendant la période coloniale nous montrerons comment les différents éléments du contexte matériel, politique et social affectent l’expression et la signification de ces métissages3. En effet, pendant les presque cent ans que durèrent la colonisation française l’architecture « métissée » se caractérise au Vietnam par une très grande diversité aussi bien dans ses formes que dans ses acteurs et ses usages, depuis la paillote des premiers militaires, jusqu’au style moderne local définit par les architectes vietnamiens.

Premiers métissages intenses et spontanés

  • 4 Bulletin administratif du Tonkin, Arrêté du 05/01/1887.

3C’est indubitablement pendant la période de la conquête que les coloniaux auront été techniquement les plus « vietnamisés ». L’architecture locale, avec ses paillotes en bambou offrait pour une architecture temporaire une solution beaucoup moins onéreuse et plus rapide que n’importe quel autre système d’architecture, aussi sophistiqué soit-il. Pendant la période « héroïque » (1873-1888) l’habitat en paillote, bambou et torchis à la façon « annamite » – pour reprendre les termes de l’époque – va constituer le quotidien des troupes militaires mais aussi d’une bonne partie des civils, dont des fonctionnaires. En 1890, dans la rue Paul Bert à Hanoi plusieurs Français habitaient encore dans des paillotes alors que leur construction était en théorie déjà interdite depuis trois ans4. Cette rue était pourtant l’artère principale du quartier européen de Hanoi, et sera plus tard considérée comme l’« avenue des Champs-Élysées » tonkinoise. Cet aspect est bien sûr absent des récits de voyages ou des reportages que l’on publie à Paris. Pourtant, l’usage des ces maisons en matériaux périssable est tellement répandu que le mot « cagna » (qui vient du vietnamien cai nhà littéralement « maison » en vietnamien) passera dans le vocabulaire courant en France pour désigner d’abord les abris dans les tranchées pendant la guerre de 1914-1918 puis plus simplement son chez soi.

  • 5 Pabois et Toulier 2006.
  • 6 Bal 2010.

4Les premières maisons en matériaux pérennes construites en Indochine par les Français sont aussi largement inspirées de l’architecture locale (fig. 1). Certes l’usage de la véranda et de toits à quatre pentes débordants est largement partagé dans d’autres contextes coloniaux5, mais plusieurs exemples dans les archives montrent qu’en Indochine les Français de l’époque se faisaient construire leur logement en faisant référence à l’habitat local plutôt qu’à un style « tropical ». Ainsi le Général de Beylié en poste au Tonkin explique dans sa correspondance avoir fait construire sa maison en s’inspirant des avantages climatiques de l’architecture locale6.

À la recherche d’une architecture spécifique pour la colonie

5Après les premières années de conquête, les autorités locales ne peuvent plus se contenter d’adapter l’habitat vernaculaire, comme l’explique en 1895 Henri Vildieu (1847 - ?), architecte en chef du Service des bâtiments civils :

  • 7 Archives nationales d’outre-mer Aix-en-Provence (ANOM), Fonds des Travaux publics 57 810, Rapport d (...)

« Avec ce système administratif qui comporte un petit nombre de fonctionnaires français, il est essentiel que ceux-ci aient un grand prestige aux yeux de la nation annamite ; pour cela, une des premières conditions serait que Résidents, Vice Résidents et leurs bureaux eussent des installations dignes de leur fonction. Il n’en est malheureusement pas ainsi et le plus grand nombre de résidents est encore logé misérablement, dans des pagodes en ruines voir même dans de simples paillotes7. »

  • 8 Anonyme, Types des bâtiments coloniaux, Atlas, Paris, Impr. Lemercier, sans date, mais publié certa (...)
  • 9 ANOM, Dépôt des fortifications des colonies XXV, Mémoires, 108/628, Extrait du Registre de délibéra (...)

6Ce « prestige » dont les nouvelles constructions vont devoir se parer va principalement se traduire par l’adoption d’un style néoclassique. Peu importe que la multiplication des fioritures décoratives soit peu indiquée sous un climat tropical, afficher une allure française passe avant l’adaptation climatique des bâtiments. Les plans types de bâtiment en architecture métallique, pourtant vivement recommandée par le ministère des colonies pour leurs avantages climatiques, sont jugés très rapidement non convenables pour les bâtiments de plus grande importance8. Ainsi dès 1877, un projet de ce genre pour l’hôtel du commandant supérieur des troupes à Saigon est rejeté car le Conseil des travaux de la marine juge que « l’ordonnance extérieure de l’édifice n’est pas acceptable » et suggère de remplacer le fer par du ciment enduit en pierre factice et décor mouluré pour donner « au bâtiment la physionomie propre d’un hôtel destiné à un haut fonctionnaire9 ».

7C’est cette inclination à l’abandon du confort climatique, voire des améliorations hygiéniques, au profit du décor qui va s’affirmer de plus en plus jusqu’à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Bien que tous les manuels d’hygiène de l’époque le déconseillent fortement, on constate, à partir de 1910 l’abandon progressif des vérandas et autres systèmes d’aération au profit de maisons affichant clairement la nostalgie du propriétaire pour la France. Bref, l’affirmation d’une certaine identité plutôt que le confort et l’hygiène. Ce parti pris de la population européenne désole les quelques architectes modernistes de la colonie. Ils y voient non seulement un contresens architectural mais aussi une entrave à l’avènement d’une architecture indochinoise moderne. Ainsi un architecte, qui se cache derrière les initiales A. D., publie en 1930 un violent réquisitoire qui décrit ironiquement cette tendance :

  • 10 A. D. 1930.

« On construit des murs en briques qu’on recouvre d’un enduit, puis d’un badigeon à la chaux et que par là-dessus [sic] on dessine de fausses briques car il paraît que ça fait bien. Et avec ça des macarons, les cartouches, des balustres, des pilastres, des bossages, des simulacres de voûtes appareillées. Voilà notre architecture indochinoise. Ajoutez-y des toitures normandes, des combles à la Mansard, […], des frontons romains, des portiques grecs et des coupoles en zinc, le tableau est complet. C’est du grand Art10. »

  • 11 Groslier 1926 et 1927.

8C’est ainsi que l’historien de l’art George Groslier, qui s’intéressait de près à la question de l’architecture coloniale, n’aura de cesse dans les années 1920 de dénoncer le goût de ses compatriotes pour ce style de « sous-prefecture de province ». Il attitre l’attention sur le fait que la structure de ces maisons à l’européenne est non seulement inadéquate sous les tropiques, mais de plus celles-ci recèlent dans leur intérieur bibelots, tapis d’orients ou tentures asiatiques pour faire « couleur locale » : bric à brac à proscrire sous les tropiques. En effet, le tout fait de la maison un terrible nid à poussière, sombre, humide et à la chaleur étouffante. George Groslier en appelle au bon sens en soulignant que la maison coloniale doit « en répondant aux constitutions du milieu naturel devenir aussi indigène que l’architecture indigène ». Il faut bien préciser que Groslier n’encourage pas ses compatriotes à verser dans le style local : penser que la maison doit devenir indigène par son esthétique est selon lui une erreur tout aussi grande que d’en faire une transposition de l’architecture française. Ce qu’il prône c’est de s’inspirer de l’architecture indigène du point de vue des solutions techniques qu’elle propose pour faire face à un climat tropical11. La voix de George Groslier est cependant bien isolée. Certes quelques ingénieurs français proposent avec enthousiasme des prototypes de maisons en bambous mais ceux-ci resteront cantonnés à un usage temporaire. Il n’y a guère que dans les fondations ou les radiers que l’usage du bambou est répandu. La technique garde alors son nom vietnamien de « caicongs ». Procédé révélateur : ce n’est que dans les parties « cachées » de l’architecture que l’usage de techniques vernaculaires est toléré mais surtout qu’il est reconnu comme tel. Bien que l’on reconnaisse son utilité et son efficacité, la connotation « indigène » et « temporaire » attachée au bambou empêche son utilisation plus large et diversifiée dans la colonie. En associant étroitement le bambou à la technique indigène, les Européens s’empêchent d’envisager ce matériau de manière innovante.

9L’on ne peut évoquer la recherche d’un style local pour la colonie sans évoquer les tentatives de création d’un style franco-indigène officiel les années 1920. En effet, les partisans de la politique d’association alors au gouvernement en Indochine souhaitent encourager, comme Lyautey et Prost l’ont fait au Maroc, la création d’un style local qui soit le symbole de la mission civilisatrice en synthétisant des éléments de l’architecture française et indigène. C’est ainsi qu’Ernest Hébrard (1875-1933) architecture urbaniste de renommée internationale conçoit, peu de temps après son embauche dans la colonie en 1921, plusieurs bâtiments inspirés de l’architecture indigène dans ses structures, et dans une moindre mesure, dans ses éléments décors. Cependant, bien qu’aujourd’hui reconnu et apprécié au Vietnam malgré le contexte politique qui l’a vu naitre, le style « indochinois » est un échec à l’époque. Circonscrit à quelques bâtiments publics, il ne sera jamais repris dans l’architecture domestique des colons. Ceci montre bien qu’alors, du point de vue des particuliers, l’on préfère afficher dans son logement son identité française plutôt qu’une identité « indochinoise », signe de son appartenance à la colonie.

En temps de guerre : les emprunts indigènes acceptés

  • 12 Voir par exemple ce manuel de construction qui recense différentes techniques, dont de nombreuses t (...)

10Il faut attendre les bouleversements sociaux et économiques qu’entraînent la Seconde Guerre mondiale pour que se déplacent les frontières entre usage « indigène » et « européen » des techniques et matériaux. Non seulement la guerre a interrompu les importations en matériaux de la colonie vers la métropole (notamment les fers qui servaient au béton armé), mais beaucoup d’industries locales sont directement touchées, les cimenteries notamment ne fonctionnent plus. Les restrictions entraînent une inventivité et une réflexion sur la possibilité d’utiliser pleinement les ressources matérielles de la colonie, conduisant à des hybridations techniques inédites. Ainsi, l’usage de la tuile mécanique est remplacée par la tuile plate traditionnelle vietnamienne dite tuile « écaille » (ngói móc), ou bien par la tuile creuse chinoise. La technique de construction de la paillote, pourtant objet de toutes les critiques de l’urbanisme colonial et objet d’interdictions sévères, connaît une rédemption et se trouve exposée en bonne place dans les ouvrages d’architecture. C’est une double révolution. Publier la méthode de construction de la paillote, c’est reconnaître que celle-ci est le fruit d’un véritable savoir faire technique et non pas, comme l’ont toujours affirmé les auteurs coloniaux, le résultat d’un bricolage intuitif plus ou moins heureux. Ensuite, suggérer que la paillote peut constituer un logement adéquat pour l’Européen, c’est « indigéniser » l’Européen, ou « désindigéniser » la paillote. D’autres techniques indigènes sont diffusées en ces temps de crise comme par exemple la recette d’un mastic indigène particulièrement solide et étanche12.

11Ce que démontre ces ouvrages écrits par des techniciens de l’administration française, c’est que les changements qui sont apparus pendant la guerre sont moins le résultat d’un brusque transfert technique, qu’en réalité l’émergence dans la sphère public de savoir-faire jusqu’ici circonscrits à un groupe de techniciens qui, dans leur pratique professionnelle, connaissaient parfaitement les méthodes indigènes.

12De manière moins littérale et dans le souci de s’inscrire dans le courant d’une architecture moderniste, des architectes français vont également s’inspirer des techniques indigènes. Un exemple en est présenté à l’exposition de 1942 par le cabinet Moncet et Sallenave (fig. 2). Exposé comme un modèle d’architecture à la fois moderne, locale et autosuffisante, cette maison est le fruit de deux concepts : d’une part la promotion d’une architecture locale utilisant les matériaux et techniques du pays ; d’autre part une volonté de standardisation, faisant écho aux préoccupations du courant moderniste. La maison est composée d’une ossature en bois, à trois travées, comme les maisons vietnamiennes, et de forme carrée, comme une nhà rường (type de maison traditionnelle vietnamienne). Dans les murs de façade, l’ossature forme avec des planches horizontales un damier dont les cases sont remplies soit de torchis de tuileau sur treillis de bambou, soit par des vitres. Le tout étant ainsi entièrement modulable selon le plan souhaité. La structure de la toiture en bambou est recouverte de paillote. La gouttière est en bambou tressé recouvert d’une couche de laque. Il est intéressant de noter que ce modèle, ventant l’utilisation de matériaux locaux, ne revendiquent pas nommément son inspiration « indigène », pourtant évidente.

*

  • 13 Gilles 1978.

13Si l’on envisage l’architecture destinée à loger les Français de manière évolutive sur toute la période coloniale, l’on constate que le métissage qui s’est produit entre le système technique français et le système technique vietnamien est plus un rendez-vous manqué qu’une histoire technique qui débouche sur des pratiques conjointes. Cela ne veut pas dire qu’il n’y ait eu aucun échange, mais pour emprunter les catégories conceptuelles énoncées par l’historien des techniques Bertrand Gilles13, on reste dans une rencontre qui a généré des techniques de l’ordre de l’invention et non de l’innovation. Autrement dit, les projets et expériences fondés sur des techniques nouvelles n’ont jamais réussi à se pérenniser car ils n’ont pas rencontré de réception dans la société civile qui aurait permis de les développer. C’est seulement dans le cas extrême de la guerre que cette dernière est prête à accueillir, temporairement, ces innovations. La question de la réception est donc ici essentielle à évoquer. Elle permet de comprendre comment des inventions techniques hybrides ont pu émerger sporadiquement sans trouver véritablement de relai. Ainsi l’utilisation du bois et du bambou, qui représentaient pourtant de fait les techniques les plus accessibles, les moins coûteuses et les plus adaptées au pays n’ont pu être véritablement développées. L’architecture en bois ou en bambou ne pouvait représenter un enjeu technologique car elle demeurait le marqueur d’une architecture temporaire et indigène.

14Au-delà du simple bénéfice méthodologique, concevoir le métissage comme une imbrication du social et du technique permet une approche plus précise des mécanismes de la rencontre culturelle exprimée dans le matériel. Cette imbrication n’est pas une relation de subordination, mais une interaction. On pense souvent que le social conditionne le technique, mais l’inverse est aussi vrai. Cette approche permet notamment de révéler des pratiques peu connues : des emprunts de solutions techniques aux Vietnamiens existent mais ils sont méconnus car peu valorisés. Ils ne sont pas présentés comme tels dans les discours des colonisateurs. Cette articulation entre technique et social ne se fait pas toujours à importance égale et considérer ce rapport de manière évolutive permet de mettre en exergue la variation des choix et des priorités des acteurs au cours du temps. Ainsi à travers l’exemple choisit l’on constate qu’au cours du temps, selon le contexte économique, politique et culturel, les Français privilégient tantôt les bénéfices techniques sur l’aspect identitaire, et inversement, ce qui souligne le caractère relatif des valeurs attribuées au métissage selon les acteurs et les situations.

Figures

Figures

Figure 1. – Maison européenne au début du XXe siècle. Dans son ouvrage L’hygiène coloniale appliquée aux colonies, le docteur Grall prend cet exemple pour illustrer les influences de l’architecture locale sur les premières maisons européennes.

Figure 2. – Chalet estival conçu par les architectes Moncet et Sallenave et reprenant des techniques indigènes (Indochine hebdomadaire illustré, no 199, 22-06-1942).

Bibliografía

INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES

A. D. (1930), « Architecture coloniale », Extrême-Asie, 48, 06/1930, p. 295-303.

Bal D. (dir.) (2010), Le général de Beylié, 1849-1910, collectionneur et mécène, Musée de Grenoble (éd.), Grenoble, 5 Continents.

Bruneau P. (2002), « L’Echange d’art », Ramage, 14, 2002, p. 123-132.

Bruneau P., Balut P-Y (1997), Artistique et archéologie, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne.

Gell A. (1998), Art and Agency: An Anthropological Theory. Oxford, Clarendon Press.

Gilles B. (1978), Histoire des techniques, technique et civilisations, technique et sciences, Paris, La Pléiade.

Grall C. (1908), Hygiène coloniale appliquée. Hygiène de l’Indochine, Paris, Baillère.

Groslier G. (1926), « Propos sur la maison coloniale », Extrême-Asie, Revue indochinoise illustrée, 1-2-3, 7-8-9/1926, p. 2-9.

Groslier G. (1927), « Propos sur la maison coloniale (suite) », Extrême-Asie, Revue indochinoise illustrée, 9, 03/1927, p. 308-314.

Herbelin C. (2010), Architecture et Urbanisme en situation coloniale : le cas du Vietnam, thèse de doctorat effectuée sous la direction de Flora Blanchon, université Paris IV Sorbonne (à paraître aux Éditions INHA/CTHS).

Jean M. L. (1943), Mon chalet de repos. Guide élémentaire de construction adapté aux difficultés de l’heure présente. Méthodes, dessins, plans et devis permettant de construire à bas prix dans une station balnéaire ou d’altitude de l’Indochine, Quinhon, Impr. de Quinhon.

Pabois M., Toulier B. (2006), Architecture coloniale et patrimoine : expériences européennes, actes de la table ronde, Paris, Institut national du patrimoine.

Notas

1 Voir bibliographie à la fin de l’article.

2 Nous utilisons ici par souci de simplification le terme de « Vietnam » qui désigne de manière anachronique un territoire qui correspond pendant la période coloniale aux pays de la Cochinchine, de l’Annam et du Tonkin (respectivement nord, centre et sud de l’actuel Vietnam). Ces trois pays formaient, avec le Cambodge et le Laos, l’Indochine française. Il faut noter que l’adjectif « annamite » renvoie à la fois à l’ensemble des pays qui forment actuellement le Vietnam mais aussi à la région centrale du Vietnam, l’Annam.

3 On pourrait faire la même démonstration avec des exemples vietnamiens, mais le cas français, mieux documenté et plus simple dans son évolution est le plus parlant pour un exposé dans le cadre limité d’un article. Pour une étude plus approfondie des différents types de métissages, notamment le cas plus complexes des adaptations de l’habitat vietnamiens nous renvoyons à notre thèse : Herbelin 2010.

4 Bulletin administratif du Tonkin, Arrêté du 05/01/1887.

5 Pabois et Toulier 2006.

6 Bal 2010.

7 Archives nationales d’outre-mer Aix-en-Provence (ANOM), Fonds des Travaux publics 57 810, Rapport de l’architecte, chef de service Hanoi le 5/08/1895.

8 Anonyme, Types des bâtiments coloniaux, Atlas, Paris, Impr. Lemercier, sans date, mais publié certainement de la fin du XIXe siècle.

9 ANOM, Dépôt des fortifications des colonies XXV, Mémoires, 108/628, Extrait du Registre de délibérations des Travaux de la Marine, séance du 28 décembre 1877, p. 2.

10 A. D. 1930.

11 Groslier 1926 et 1927.

12 Voir par exemple ce manuel de construction qui recense différentes techniques, dont de nombreuses techniques indigènes : Jean 1943.

13 Gilles 1978.

Índice de ilustraciones

Título Figures
Leyenda Figure 1. – Maison européenne au début du XXe siècle. Dans son ouvrage L’hygiène coloniale appliquée aux colonies, le docteur Grall prend cet exemple pour illustrer les influences de l’architecture locale sur les premières maisons européennes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89482/img-1.jpg
Archivo image/, 228k
Leyenda Figure 2. – Chalet estival conçu par les architectes Moncet et Sallenave et reprenant des techniques indigènes (Indochine hebdomadaire illustré, no 199, 22-06-1942).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89482/img-2.jpg
Archivo image/, 238k

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540