Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du transfert culturel au métissage

 | 
Michel Molin
, 
Silvia Capanema
, 
Quentin Deluermoz
, 
et al.

Sixième partie. Territoires et frontières

Territoires et frontières

Texte intégral

1Les quatre contributions de cette partie proposent d’aborder le métissagees par les lieux, par les espaces et leur appropriation, par les limites entre des territoires où se vivent des situations de rencontre, d’hybridation.

2Fatima Ouachour nous enseigne que l’histoire antique de l’Afrique du Nord est marquée à la fois par le passage et l’établissement de nombreux peuples différents dont les Grecs, les Phéniciens, les Romains qui sont venus s’ajouter à un substrat libyque. Ces peuples se sont croisés, affrontés, côtoyés en donnant naissance à des espaces où se sont déployées des stratégies identitaires. Champs de tension et de négociations, de stratégies d’appropriation et de résistances, les « espaces pratiqués » d’Afrique du Nord constituent des entre-lieux où ont émergé des sociétés originales et singulières et des formes de patrimoines métis. À l’époque contemporaine, Amandine Spire montre que les migrations internes à l’Afrique de l’Ouest entraînent des dynamiques syncrétiques, redéfinissant les appartenances et les pratiques multiples des citadins, que ce soit du côté des migrants ou des non-migrants. À partir de lieux nodaux des métropoles de Lomé (Togo) et d’Accra (Ghana), espaces quotidiennement pratiqués par des migrants, elle étudie l’émergence de citadinités métisses. Au cœur de la ville, Caroline Herbelin propose une contribution relevant de l’anthropologie de l’architecture. Les formes architecturales du Vietnam colonial y sont analysées comme le produit d’une interaction fluctuante selon les contextes entre enjeux sociaux et techniques. Par une approche de la matérialité, l’auteur démontre comment la période de la conquête, celle de l’affirmation d’une identité française puis la seconde guerre mondiale correspondent à des phases architecturales où se mêlent différemment techniques locales et modèle colonial. Par un changement de perspective et d’échelle, la quatrième contribution de la partie ouvre sur les vastes territoires que sont l’État et la ville de Veracruz, et celui de la Costa chica, au Mexique : comparant ces deux contextes mexicains du point de vue du métissage inhérent à l’identité nationale qui n’incluait pas sa composante africaine, pourtant importante dès les débuts de la colonisation, Odile Hoffmann et Christian Rinaudo montrent comment il peut y avoir des différences radicales dans un même pays, à une même époque quant à l’héritage africain. Cette capacité à construire du spécifique révèle la force des sociétés locales, une forme d’irréductibilité des lieux et des territoires.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540