Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du transfert culturel au métissage

 | 
Michel Molin
, 
Silvia Capanema
, 
Quentin Deluermoz
, 
et al.

Cinquième partie. Identité, droit et pouvoir

Aux origines du métissage en Amérique. L’exemple du Mexique (XVIe siècle)

Bernard Grunberg

Résumé

Les premières décennies du XVIe siècle voient apparaître une nouvelle catégorie sociale : celle des Métis (mestizos), terme qui, à l’origine, désigne exclusivement les enfants nés de pères espagnols et de mères indiennes. Dans les toutes premières décennies de la colonisation du Mexique, les Métis ne sont pas différenciés socialement, voire racialement, dans la nouvelle société naissante. Ce n’est qu’à la fin des années 1530 que le terme métis est employé pour la première fois. Les lois édictées par la monarchie au sujet des Métis montrent qu’au Mexique le « Métis » est rejeté non seulement par son père mais aussi par les Indiens, alors que la métropole témoigne d’une volonté de protéger les Métis, probablement dans le souci de développer la colonisation. Au milieu du siècle, la discrimination commence à frapper cette catégorie de la population qui est désormais exclue de certaines fonctions. Aux yeux des Espagnols, les Métis sont désormais des individus à qui on ne peut se fier. Pour les indigènes, ils sont en partie responsables de leurs maux et considérés comme dangereux. Cependant, malgré le mépris et les préjugés, les manifestations de rejet et de haine et les tensions sociales restent relativement modérées, parfois même difficiles à déceler. Il n’en ira plus de même au siècle suivant.

The first decades of the 16th century saw the emergence of a new social category, the Métis (mestizo), a term which originally referred only to children of Hispanic fathers and Indian mothers. In the first decades of the colonization of Mexico, the Métis were not socially or even racially different in the new society. The term Métis was only used starting from the end of the 1530s. The laws that the monarchy adopted regarding the Métis show that in Mexico, the « Métis » is not only rejected by fathers, but also by Indians. On the other hand, the metropolis bears witness to a desire to protect the Métis, probably due to a fear of developing colonization. In the middle of the century, discrimination starts to hit this category of the population that is excluded from certain functions. In the eyes of the Spanish, the Métis are now individuals on whom no one can rely. To the indigenous population, they are responsible, in part, for their illnesses and are considered dangerous. However, despite scorn and prejudices, the manifestations of reject and hate and social tensions stay relatively moderate, or even difficult to identify. Nothing of the like would take place in the following centuries.

Texte intégral

***

1Les premières décennies du XVIe siècle voient apparaître une nouvelle catégorie sociale : celle des métis (mestizos), terme qui, à l’origine, désigne exclusivement les enfants nés de pères espagnols et de mères indiennes. Or il apparaît que, dans les toutes premières décennies de la colonisation, ils ne sont pas différenciés socialement, voire racialement, dans la nouvelle société naissante. Comment expliquer cette attitude et comment percevoir cette nouvelle réalité ? Pour pouvoir appréhender la réalité du métissage dans l’Amérique espagnole, il nous semble intéressant de nous pencher sur le cas de la Nouvelle-Espagne, dans le cadre des cinquante premières années de l’implantation espagnole au Mexique, non seulement parce que ce fut l’un des premiers territoires à avoir vu se développer le métissage mais aussi et surtout parce que l’historien peut disposer de quelques informations dans les archives, certes éparses, fragmentaires et peu nombreuses, mais suffisantes pour pouvoir entrevoir ce phénomène du métissage. Si les lois et autres mesures prises par la monarchie espagnole, les autorités coloniales et l’Église peuvent nous permettre une première approche, des documents plus centrés sur la vie quotidienne (archives notariales, actes des conseils municipaux…) nous aideront à dresser une image moins théorique, quoique partielle, en suivant les « traces » de ces premiers métis mexicains.

Les métis face aux autorités

  • 1 On en compte 11, cf. Recopilación 1998 et Solórzano y Pereira 1972, II, 30. On notera pour la même (...)
  • 2 Puga 1945, fo 88 ro et Encinas 1945-1946, tome IV, 342 : Cedula que manda a la audiencia de Mexico (...)

2Les lois concernant les métis sont très peu nombreuses1 mais elles traduisent déjà une certaine image, qu’en métropole et aux Indes on se fait du métis. La première loi connue date de 1533 mais le terme « métis » n’apparaît pas encore. Cette loi ne parle que d’enfants que les Espagnols ont eus avec des Indiennes et répond à une situation nouvelle, alors que la première génération de métis est apparue. La métropole a été informée non seulement de l’essor du métissage mais aussi des problèmes qui en ont découlé. En effet les jeunes métis « se sont égarés parmi les Indiens et par manque de précaution meurent ou sont sacrifiés ». Pour les préserver d’un sort aussi funeste, il devient nécessaire de les rassembler en un lieu, Mexico ou toute autre ville peuplée de chrétiens, où l’on pourra les soigner et où ils seront avec leurs mères. Si les autorités constatent qu’ils ont des pères connus et que ces derniers bénéficient de ressources, ceux-ci devront les prendre avec eux et pourvoir à leurs besoins. Pour ceux dont les pères ne sont pas connus et qui sont en âge de travailler, les autorités coloniales devront leur apprendre un métier. Les plus jeunes devront être confiés à des personnes ayant des encomiendas, pour qu’elles puissent les nourrir et bien les traiter jusqu’à ce qu’ils soient en âge d’apprendre un métier. Cette loi répond certes à un essor très important du métissage biologique mais nous montre que l’enfant métis semble rejeté non seulement par son père mais aussi par les Indiens. Il ne reçoit pas d’éducation et peut donc constituer un danger. La métropole montre ici sa volonté de protéger les métis, probablement dans le souci de développer la colonisation2.

  • 3 Encinas 1945-1946, tome IV, 342 : Cedula que manda que se executen las leyes del Reyno en casos de (...)
  • 4 Encinas 1945-1946, tome I, 212 et Zorita 1984, 117-118 : Carta que su Magestad siendo principe esc (...)
  • 5 Encinas 1945-1946, tome I, 328-329 (20 mars 1596).
  • 6 Actas de cabildo de la ciudad de México (1889-1906), Acta del 12 de marzo de 1582, 15 de marzo de (...)
  • 7 Encinas 1945-1946, tome II, 226 : Cedula que manda a la audiencia del nuevo Reino de Granada, den (...)
  • 8 Recopilación 1998, V, 8, 40 : Que no se admitan informaciones para que Mestizos, y Mulatos sean Es (...)
  • 9 Encinas 1945-1946, tome II, 362.

3C’est en 1548 que le terme métis est employé – au féminin – pour la première fois dans une loi sur la question de l’adultère des métisses. En effet ces dernières, si elles commettent l’adultère, ne sont pas poursuivies selon les lois de Castille, comme on le fait dans le cas des femmes espagnoles, mariées à des Espagnols3. Cette inégalité de traitement montre que dans le monde colonial deux types de femmes sont bien distingués, l’Espagnole et la métisse, la première gardant les traces de ses origines maternelles et la seconde restant perçue par les colons comme une Indienne, une femme que l’on peut quitter et remplacer quand on le veut, sans s’embarrasser de la législation. Les femmes métisses restent l’objet des préoccupations des autorités car elles constituent un des éléments essentiels du développement de la colonisation. Au milieu du siècle, sur ordre de la couronne, les autorités font construire, à Mexico, un collège destiné aux jeunes filles, métisses ou espagnoles, de tout âge, qui « vagabondent », collège dans lequel une ou deux femmes espagnoles vertueuses leur enseignent toutes les choses nécessaires afin que ces jeunes filles soient bien éduquées. Le succès semble immédiat car de nombreux colons souhaitent pouvoir épouser ces jeunes filles, qui ont l’avantage d’obtenir une dot, prise sur les finances royales, consistant en corregimientos et autres charges accordés aux futurs époux4. Mais à la même époque, il existe aussi à Mexico un collège où sont recueillis de nombreux enfants métis pauvres et où on leur enseigne la doctrine chrétienne et les bonnes coutumes, pour éviter qu’ils ne tombent dans le vice et le vagabondage. Ce collège continuera à fonctionner à Mexico à la fin du siècle, notamment avec les enfants abandonnés par leurs pères5. La discrimination qui touche les métis se retrouve aussi au niveau de l’hôpital ; en effet les métis, comme les noirs et les mulâtres libres, ont leur propre hôpital à Mexico dans les dernières décennies du siècle6. Au milieu du siècle, une autre loi exclut les métis et les mulâtres, comme les bâtards, de tout office royal ou public, sauf s’ils ont reçu une autorisation spéciale du roi7. C’est un signe du début de l’exclusion des métis de la communauté « espagnole ». En 1576, les métis et les mulâtres seront exclus de l’office d’écrivain-notaire (escribanos) et tous ceux qui ont obtenu cette fonction se la verront retirer8. En effet, les autorités estiment que pour cet office il faut des personnes qui aient des qualités de loyauté9, qu’aux yeux des Espagnols, péninsulaires comme colons, les métis n’ont pas.

  • 10 Actas de cabildo de la ciudad de México (7 mars 1547).
  • 11 Archivo municipal de Puebla, Actas de cabildo, V, fo 174.
  • 12 Recopilación 1998, VI, 12, 13 : Que ningun Mestizo, que no sea hijo legitimo, o vecino pueda carga (...)

4Un autre phénomène important est l’exclusion des métis de la société indienne. La première décision connue est celle du conseil municipal de Mexico qui interdit, en 1547, aux noirs, morisques et métis de vivre aux côtés des caciques indiens « pour éviter qu’ils les conseillent mal et les abusent sous peine d’une amende de 10 pesos d’or et de coups de fouet10 ». Cet arrêté sera confirmé par le vice-roi Antonio de Mendoza. Notons que le conseil municipal (cabildo) de Mexico emploie pour la première fois le mot de métis, soit une année plus tôt que la métropole, ce qui montre bien l’importance de ce phénomène en Nouvelle-Espagne, d’autant que le cabildo de Puebla avait déjà employé ce mot en 154611. Peu après, la métropole s’engagera dans la même voie en stipulant qu’aucun métis ne pourra lever des Indiens comme porteurs, sous peine de tomber dans l’illégalité, même si les Indiens disent qu’ils le font de leur plein gré12. En effet, les métis sont considérés comme dangereux, notamment pour les communautés indigènes. Une loi de 1552 fait d’ailleurs référence aux dommages causés dans certaines provinces aux Indiens de Nouvelle Espagne par des Espagnols, des métis et des vagabonds. Les rapports qui parviennent dans la péninsule font état de nombreux villages indigènes détournés de l’évangélisation et sous la coupe de ces individus :

  • 13 Idem.

« Car il y a beaucoup d’Espagnols vagabonds nés dans ces régions, notamment des métis, qui se font amis des caciques par des cadeaux et autres dons, spécialement du vin, et ces Espagnols, métis et mulâtres commettent de nombreux délits, extorsions, mauvais traitements aux Indigènes en leur prenant notamment leurs filles et leurs femmes par force contre leur volonté13. »

  • 14 Zorita 1984, 349-350 : Ley 2, sobre los agravios y malos tratamientos que hacen españoles y mestiz (...)
  • 15 Paso y Troncoso 1939-1942, VIII, 433, 108-109 : Carta al emperador, de Gonzalo Diaz de Vargas, alg (...)

5La métropole demandera à l’Audience de se charger de ce problème et d’y remédier14. Dans une lettre à Charles Quint, l’alguacil mayor et regidor de Puebla, Gonzalo Diaz de Vargas, se plaint lui aussi du comportement des métis, notamment vis à vis des communautés indigènes. Il demande que ceux-ci, comme les mulâtres, qu’ils soient célibataires ou mariés, soient tenus de résider uniquement dans des villes peuplées d’Espagnols, pour éviter qu’ils ne pervertissent les Indiens, en les exploitant, en leur montrant et donnant de mauvaises habitudes et en dépréciant la religion catholique et les religieux15. En 1563, la loi interdit dans toutes les Indes :

  • 16 Recopilación 1998, VI, 3, 21 : Que en Pueblos de Indios no vivan Españoles, Negros, Mestizos, y Mu (...)

« Aux Espagnols, noirs, métis et mulâtres de vivre dans les villages indiens parce que l’expérience a montré que certains Espagnols qui fréquentent, vivent ou passent parmi les Indiens sont des hommes turbulents, de mauvaise vie, voleurs, joueurs, vicieux et gens de perdition, et que pour fuir tous ces préjudices, les Indiens ont quitté leurs villages et provinces ; quant aux noirs, métis et mulâtres, en plus de les maltraiter, ils se servent d’eux, leur enseignent les mauvaises coutumes, l’oisiveté ainsi que certaines erreurs et des vices qui peuvent corrompre et pervertir le résultat que nous désirons, à savoir leur salut, leur accroissement et leur tranquillité. Et nous ordonnons qu’ils soient châtiés avec les peines les plus sévères et ne soient pas tolérés dans les villages et que les vice-rois, présidents, gouverneurs et juges mettent la plus grande attention à faire exécuter cet ordre par eux-mêmes ou par des hommes de toute intégrité ; quant aux métis et zambaigos, qui sont enfants d’Indiennes, nés parmi les leurs et qui doivent hériter des maisons et des biens, parce qu’il semble qu’il est dur de les séparer de leurs parents, ils peuvent être dispensés [de cette interdiction]16. »

  • 17 Encinas 1945-1946, tome IV, 341 : Cedula que manda que no se consienta que anden ni esten en compa (...)
  • 18 Métis d’Indiennes et de noirs.
  • 19 Encinas 1945-1946, tome IV, 343, Zorita 1984, 20+ 209-210+ 350 : Cedula que manda que al Virey de (...)

6On ne peut être plus clair. Mais dans les terres outre-Atlantique la loi est constamment contournée et oblige les autorités de la péninsule à réitérer leurs ordres. Au Mexique, en 1578, on interdit aux métis, aux mulâtres et aux noirs de vivre aux côtés des Indiens. La loi reprend les causes qui sont à la racine du mal : si ces métis traitent mal les Indiens, se servent d’eux, leur enseignent leurs mauvaises coutumes et leur oisiveté, et freinent l’action qui a été entreprise pour la sauvegarde de leurs âmes, c’est tout bonnement parce que leur nature (tout comme celle des mulâtres et des noirs) est foncièrement mauvaise17. Mais rien n’y fait car métis, mulâtres et zambaygos18 vivent toujours au milieu des Indiens. En Amérique comme en Espagne, la monarchie a peur des vagabonds et, dans le Nouveau Monde, leur nombre ne cesse d’augmenter. En 1558, une cédule demande au vice-roi du Mexique que les Espagnols, métis et Indiens vagabonds soient rassemblés dans des villages où ils vivront désormais. Et comme la plupart de ces vagabonds sont des métis, la couronne ordonne à ces « gens oisifs » de se sédentariser, d’apprendre les bonnes manières de vivre, et de peupler de nouvelles villes qui ont été fondées dans certains endroits pour que ces métis y travaillent et aient les moyens de subsister. Là ils pourront labourer, semer et élever du bétail. Et comme les premières années il sera nécessaire de les aider, les autorités coloniales devront y pourvoir et leur envoyer des clercs qui résideront parmi eux et leur administreront les Saints Sacrements19.

  • 20 Grunberg 2012, « L’esclave noir dans la législation de l’Amérique espagnole (XVIe-XVIIe siècle) ».
  • 21 Encinas 1945-1946, tome IV, 358 : Cedula que manda que queriendo venir a estos Reynos alguna India (...)

7Même si les mots employés ne traduisent pas de haine ou de mépris, ce qui est une constante dans la législation des Indes20, il n’en demeure pas moins qu’aux yeux des Espagnols ils restent des hommes à qui on ne peut se fier. Il semble cependant que la métropole ou du moins les autorités métropolitaines n’aient pas la même aversion des métis qu’en Amérique. Une cédule de 1555 nous apprend que les Indiennes et leurs enfants métis qui veulent se rendre dans la péninsule en sont empêchés par les autorités coloniales. La loi oblige désormais ces dernières à les laisser partir et amener avec elles leurs enfants21. Notons qu’il s’agit ici d’une catégorie particulière, car pour pouvoir embarquer vers l’Espagne, il faut disposer d’une certaine somme, ce qui implique que le père du métis appartient à une couche supérieure de la société ; il s’agit d’enfants de riches colons ou de descendants de conquistadores. La péninsule ibérique a d’ailleurs accueilli un certain nombre de métis et, en 1559, une loi stipule qu’en ce qui concerne :

  • 22 Recopilación 1998, IX, 26, 23 et Encinas (1945-1946), tome IV, 287 : Que los mestizos puedan volve (...)

« Les métis, fils de chrétiens et d’Indiennes, qui sont venus dans ces royaumes pour étudier ou pour d’autres choses qui leur sont utiles et qui sollicitent le retour dans les provinces d’où ils viennent, le président et les juges de la Casa de la Contratación les laisseront retourner dans celles-ci sans qu’il soit nécessaire d’avoir une autre licence [de la couronne]22. »

  • 23 Encinas 1945-1946, tome I, 328-329. Il en est de même au Pérou.

8À la fin du XVIe siècle, les instructions données au vice-roi du Mexique confirment, s’il en était besoin, que le « problème métis » n’est toujours point réglé23.

L’Église et les métis

  • 24 La Cruz y Moya 1955, II, 18, 118.
  • 25 Metzler J. 1991, 369-371 : bulle du 1er mai 1538, Neophyti in ordinem praedicatorum admitti nequeu (...)
  • 26 Gutierrez Vega 1991, 111. « Que para el servicio de las tales parroquias e ayuda de los tales cura (...)
  • 27 Martínez López-Cano 2004, Concile de 1555, chapitre 9.
  • 28 Paso y Troncoso 1939-1942, IX, 493 : Carta al rey del arzobispo de México contestando a los cargos (...)
  • 29 Encinas 1945-1946, tome I, 172 : Cedula que los prelados de las Indias ordenen a los religiosos de (...)
  • 30 Solórzano y Pereira 1972, IV, 20, 6 (1578 et 1587).
  • 31 Id., IV, 20, 5 (cédule du 13 décembre 1577).

9En 1535 à Mexico, lors du premier chapitre provincial des dominicains, si le thème de l’évangélisation des Indiens est au coeur des discussions, il apparaît cependant que le problème des métis est également soulevé, notamment par Domingo de Betanzos, vicaire de son ordre et inquisiteur apostolique, qui a établi son ordre au Mexique et est chargé de veiller à l’orthodoxie de la conduite de ses habitants. C’est le premier, d’après la documentation connue, qui esquisse un portrait peu flatteur des métis. Il refuse désormais l’accès de son couvent de Mexico, qui est aussi un collège pour les enfants espagnols, aux Indiens et aux métis, qu’il désigne nommément sous le terme « mestizos ». Il justifie cette disposition en constatant qu’ayant ordonné certains Indiens et métis, l’expérience a montré clairement que ceux-ci n’étaient pas aptes à la condition de religieux. Betanzos propose de ne plus accepter les néophytes ou ceux de « sang mêlé » car ce serait ternir la réputation de l’ordre et le souiller et il supplie le pape de se prononcer24 ; ce dernier lui répondra en 1538 qu’on ne peut les admettre à la vie religieuse sans certains prérequis25. Mais, l’année suivante, la junte ecclésiastique décide de conférer les quatre ordres mineurs aux métis et aux Indiens, notamment « pour aider au travail dans la paroisse et au service de l’autel ». En effet, le clergé est conscient de sa faiblesse numérique et il doit compter avec un certain nombre d’auxiliaires, notamment ceux qui peuvent servir d’interprètes26. Le concile provincial de 1554 se penchera aussi sur le mariage et demandera aux ecclésiastiques, notamment quand il s’agit de métis, d’Indiens ou de mulâtres, de bien vérifier leur ascendance et leur état, avant de célébrer la cérémonie27. Il faut attendre 1555 pour qu’un concile mexicain interdise l’ordination des métis, des Indiens et des noirs. Les franciscains, dans leurs premières constitutions, poseront la même interdiction. Mais tous les ecclésiastiques ne suivent pas la même voie. En 1561, l’archevêque de Mexico, Alonso de Montufar, alors en lutte contre le clergé régulier qu’il veut discipliner, est accusé par les ordres mendiants de n’avoir pas voulu ordonner les moines des différents ordres, alors qu’il a ordonné « de nombreux métis et autres personnes nées en Nouvelle-Espagne ». L’archevêque répond à ces accusations en indiquant qu’il s’était aperçu que cela constituait un bénéfice pour les religieux et que les métis étaient utiles pour aider les religieux dans l’instruction et la conversion des Indiens. Et pour répondre à ses détracteurs qui l’accusent d’ordonner des métis de façon déraisonnable, il précise que les religieux trompent les prélats et il donne l’exemple du prieur des augustins qui l’a volontairement abusé en l’amenant à ordonner un moine métis : constatant que l’individu ressemblait physiquement à un métis, l’archevêque lui avait demandé s’il était métis, le prieur lui avait répondu qu’il était espagnol alors qu’il était métis28 ! À la même époque, la couronne approuve l’ordination des créoles et des métis29. Mais, elle précisera un peu plus tard que par « métis », il ne faut entendre qu’un enfant né de l’union d’un Espagnol et d’une Indienne ou, et c’est une nouveauté, d’une Indienne et d’un Espagnol, et non pas un quarteron (c’est à dire un enfant de métis)30. La métropole précisera cependant une condition essentielle pour recevoir l’ordination : le métis devra avoir la vertu et les qualités nécessaires pour être admis31.

Le métis dans la vie quotidienne de la Nouvelle-Espagne

  • 32 Archivo municipal de Puebla, Actas de cabildo, V, fo 174.
  • 33 Id., VI, fo 80 vo + 83 vo-84, VIII, 92 + 97.
  • 34 Id., VI, fo 85.
  • 35 Id., VI, fs. 87 vo + 99.
  • 36 Id., VI, fs. 260+ 261.
  • 37 Actas de cabildo de la ciudad de México, acte du 27 août 1563.

10Dans les archives des premières années, voire les premières décennies de la colonisation, il est très difficile de différencier un enfant métis d’un enfant espagnol. Seule la mention d’une mère indienne permet de faire la distinction. Cependant, au milieu du siècle, la mention mestizo apparaît. Dès 1546, la ville de Puebla de Los Angeles désigne clairement les métis. Comme n’importe quel autre habitant (vecino), qu’il soit Espagnol ou Indien, homme ou femme, les métis peuvent obtenir un terrain à bâtir (solar) dans la ville et un terrain dans les environs de la cité. Le premier cas connu est celui de Juan García, qui obtient son solar dans le quartier de San Pablo32. Il en va de même pour la métisse Elena Delgado, qui, en 1550, reçoit un demi-solar à un endroit qu’elle a acheté et sur lequel elle a bâti sa maison, dans le quartier de San Sebastian33. En 1550, Melchor de Castañon obtient un solar près de celui d’Elena Delgado34 et Pedro Robledo, en obtenant la vecindad, obtient lui aussi un solar35. En 1553, c’est au tour d’Hernan Pérez, un ouvrier tailleur métis, d’être accepté comme vecino et de recevoir un solar, acheté à un Indien, dans le quartier de San Pablo36. Il faut noter que toutes ces attributions sont faites dans les divers quartiers indigènes de la ville de Puebla. À Mexico, il semble qu’il en soit de même ; ainsi, en 1563, Juan de Monguia, vecino métis de Mexico, demande et obtient un solar, qui est situé dans le quartier de Sacatlan, en dédommagement de la maison qu’on lui a détruite dans la rue royale37. Une ségrégation géographique s’est-elle imposée ? On peut le penser car il n’y a pas de cas clairement mentionné indiquant qu’un métis se soit alors installé dans le quartier habité par les Espagnols.

  • 38 Boyd-Bowman 1988, no 623 (24 septembre 1549), Archivo municipal de Puebla, Actas de cabildo, VI, f(...)
  • 39 Archivo general de notarías de la ciudad de México, III, fo 932 vo-933 vo.

11Les métis ont le même emploi, voire le même salaire, que les Espagnols de même niveau social. C’est ce que montre le parcours de Gaspar Yañez, le seul que nous puissions retracer assez précisément sur une vingtaine d’années. En 1549, ce métis vit à Puebla avec sa femme, Catalina de Leyba, elle aussi métisse. Ils vendent pour 14 pesos d’or un demi-terrain (solar) qui donne sur la calle real. En 1550, il est reçu vecino de Puebla et obtient un solar peut-être afin de pouvoir y bâtir sa maison. L’année suivante, du fait de sa bonne connaissance du nahuatl, il est nommé interprète de l’Audience ordinaire et jure sous serment d’accomplir son office selon toutes les règles qu’il impose. Probablement du fait de ses activités et en reconnaissance de celles-ci, il obtient un demi-solar dans le quartier indigène de San Pablo, terrain qui a été acheté aux Indiens. En 1560, il obtient un autre solar dans le même quartier de San Pablo, près de celui donné au crieur public, Juan Montalvo. En 1564, il est encore interprète lors de l’élection des alcaldes des quartiers de San Pablo, de San Francisco et de San Agustin. En 1564, il sert encore d’interprète lors de l’élection de l’alcalde du quartier de San Agustin. En 1567, il obtient un nouveau solar dans le quartier de San Pablo. En 1568, il est nommé portier (portero) du conseil municipal, pour un salaire annuel de 45 pesos, et il le restera encore au moins l’année suivante. Ce salaire est identique à celui du précédent portero, Andres Mercado. Il obtient, la même année un solar dans un quartier indien, près de San Sebastian38. Il semble que bon nombre de métis, du fait de leur origine, aient été nommés interprètes, souvent de façon occasionnelle, comme Martín de Flórez, un jeune métis du Michoacan résidant à Mexico en 1570, qui sert d’interprète lors d’une affaire et qui entre pour une année au service d’un éleveur, qui a son estancia sur la frontière chichimèque, en échange d’un salaire de 30 pesos et un poulain de l’élevage de l’estancia39.

  • 40 Archivo general de la Nación, Inquisición, VIII, 3, fo 244 ro-364 ro.

12Le nombre de ces interprètes métis montre, par ailleurs, qu’ils ont été élevés par leurs mères, dont ils ont pu apprendre la langue. Ainsi Juan de la Calle, jeune métis âgé de 17 ou 18 ans, sert d’interprète à son corregidor. Il sait signer mais ses connaissances religieuses sont limitées : il sait réciter le pater noster et l’ave maria, le credo et le salve regina oralement mais ne connaît pas le reste de la doctrine chrétienne40. En fait, il est au même niveau d’instruction religieuse que de nombreux indigènes.

  • 41 Millares Carlo et Mantecon 1945-1946, no 2576 + 2548.
  • 42 Grunberg 2001, no 1070.
  • 43 Id. 2009, 176-181.
  • 44 Id. 2001, no 1031.
  • 45 Id. 2001, no 610.
  • 46 Id. 2001, no 542, 610, 699, 964, 1038.
  • 47 Id. 1994, 192-195.

13La plupart des métis exercent de petits métiers ; on les retrouve, comme Juan de Solis, serviteur d’un maître, ou employé à de petites tâches, comme Juan Angel, qui travaille dans l’estancia de Pedro de Meneses41. Mais, lorsqu’il s’agit d’enfants métis dont le père a une fonction importante ou a été conquistador, ils peuvent, s’ils ont été reconnus, avoir des positions plus importantes. Le fils métis du conquistador Diego Valades deviendra un franciscain célèbre et sera le premier métis à publier son oeuvre en Europe (Rhetorica christiana, Pérouse 1579)42. Quant au fils métis de Bernal Díaz del Castillo, conquistador et chroniqueur de la conquête du Mexique, Diego Díaz del Castillo, né au Guatemala, il partit en métropole, où il obtint une recommandation auprès de l’Audience royale de Mexico, qui demandait de lui accorder le titre d’écrivain et notaire public aux Indes, qu’il obtint peu après son retour. Il reçut, avec ses frères, un blason en considération des mérites de son père. On lui attribuera également une place de corregidor et une rente de 300 pesos43. Et Hernando de Tapia, fils métis du conquistador Andrés de Tapia, recevra ses armoiries en 1535 et, en 1550, il sera interprète de l’Audience de Mexico44. Ces trois métis font partie d’une élite, dont ils tirent profit, notamment du fait de l’appui de leur père. Ainsi, le conquistador Cristóbal Martín de Leiva demande et obtient que ses 4 fils, qui résident à Puebla, soient autorisés à porter l’épée, malgré l’interdiction faite aux métis, car ils sont fils de conquistador45. En outre, presque tous les descendants métis de conquistadores perçoivent, dès 1547, une rente, qui sera cependant moins élevée que celle de leur père ou de leurs frères nés de mères espagnoles46. Dans l’ensemble, il apparaît que, d’une façon générale, chez les enfants métis de la première génération, la position sociale et la fonction professionnelle ne différèrent guère de celles des enfants légitimes des conquistadores, d’autant plus que, le plus souvent, les bâtards semblent avoir été légitimés47.

  • 48 Boyd-Bowman 1988, 353.
  • 49 Archivo general de notarías de la ciudad de México, IV, fo 173 vo-174 vo.
  • 50 Boyd-Bowman 1988, 594.
  • 51 Archivo general de notarías de la ciudad de México, III, fo 98 ro-vo.

14Les parents qui n’appartiennent pas à un milieu social aisé mettent leurs enfants métis en apprentissage, comme d’autres enfants espagnols. La plupart d’entre eux ne savent pas écrire. En 1546, le métis Pedro Merino entre, pour deux ans, au service d’un bonnetier et tailleur, qui lui apprendra son métier et lui donnera de la nourriture, des chaussures, ainsi qu’un salaire annuel de 12 pesos, payé tous les 4 mois48. En 1571, Juan de Arriaga place son fils légitime homonyme, un métis âgé d’environ 18 ans, au service d’un orfèvre pour une durée de 2 ans ; le maître lui enseignera le métier, lui donnera le gîte et le couvert, le soignera s’il tombe malade, plus 4 pesos par mois pour le service et le travail qu’il fera49. En 1549, un fabricant de soie signe un contrat d’apprentissage avec Francisco Ruiz, un métis dont le père est décédé. Le jeune homme résidera dans la maison de son maître, qui lui apprendra son métier ; il le servira en tout ce qu’il lui demandera durant 3 années, en échange il recevra à manger et à boire, sera vêtu et chaussé conformément à sa « qualité » et, au terme de l’apprentissage, il recevra un habit en drap de Castille, de la couleur qu’il voudra, à savoir une cape, une saie, des chausses, deux chemises, des chaussures, un bonnet, en échange de quoi le métis promet de ne pas s’absenter50. Quant à Gaspar de Avila, il est engagé comme page par don Juan Alvarez Maldonado, qui lui donne 32 pesos par an et qui lui verse dès signature du contrat le tiers de la somme pour qu’il puisse s’acheter des vêtements, le solde lui étant donné soit en argent soit en habits51.

  • 52 Mörner 1971.
  • 53 Grunberg 2001, no 1074.
  • 54 Id. 1994, 174-179 + 192-195.
  • 55 Archivo general de la Nación, Bienes Nacionales : vol. 210. exp. 17 et 497, exp. 2, 32 et 34.
  • 56 Archivo general de notarías de la ciudad de México, IV, fo 359 vo-361.

15Dès les débuts de la colonisation, les autorités s’étaient émues de l’essor important du concubinage qui avait permis un fort développement du métissage, véritable menace pour la stabilité sociale52. Près de 11 % des conquistadores de Mexico épousèrent des Indiennes. Si ce chiffre peut paraître faible, c’est qu’il n’est pas de coutume alors de célébrer des mariages inter-raciaux. En fait, nous avons là le premier témoignage de la volonté de certains de passer outre ce préjugé et ce chiffre est donc en réalité relativement élevé pour l’époque. Quelques conquistadores avaient d’ailleurs épousé des Indiennes de Cuba, avant leur départ pour le Mexique. Il faut également noter que 6 conquistadores épousèrent des métisses, dont la moitié étaient des filles de leurs compagnons d’armes, à l’exemple du conquistador Francisco de Valdenebro, qui épousa Catalina, fille métisse du conquistador Juan Serrano, dont il eut 2 enfants53 Même si la plupart de ces enfants métis n’occupèrent pas une place de choix dans leur vie sociale et professionnelle, il n’en demeure pas moins qu’ils vécurent comme les autres descendants des conquistadores. Cependant, l’avantage de pouvoir se targuer d’un illustre ancêtre leur procura, par rapport aux autres métis, un degré de plus dans la hiérarchie de la société coloniale. Cependant, les enfants métis, même légitimés, ne pourront obtenir l’encomienda de leur père, qui, à sa mort, passera automatiquement à la couronne54. En dehors de cette catégorie et au regard de la documentation disponible, une des caractéristiques du métissage serait la pratique du concubinage. Au début des années 1570, 4 cas de concubinage impliquent un métis et une Indienne (Juan García et Petronila), deux métisses et probablement deux Espagnols et un homme et une femme métis (Juan Taba et Ursula Martín)55. Cependant, lorsque mariage il y a, il semble que les métis épousent souvent des Indiennes56. Il ne faut pas oublier que les Espagnols n’hésitent pas à s’unir à des métisses, surtout lorsque ces dernières sont issues d’un milieu aisé.

  • 57 Grunberg 2001, no 1044.
  • 58 Archivo general de notarías de la ciudad de México, XII, 235-236 vo.
  • 59 Millares Carlo et Mantecon 1945-1946, no 2370.
  • 60 Boyd-Bowman 1988, 805.
  • 61 Boyd-Bowman 1988, 73.

16Les pères espagnols qui ont eu un ou des enfants avec une Indienne ne les oublient pas dans leur testament. Bartolomé Tofiño lègue ses biens à sa fille métisse, Antonia57. Francisco Martín Rengel laisse à Juana Ortiz, la fille naturelle qu’il a eue avec l’Indienne Maria, 200 ducats58. Et Inés Hernández, femme du conquistador Pedro Zamora, rédige son testament et lègue des vêtements à Madalenica et Francisca, deux métisses qui habitent dans sa maison et qui sont probablement les filles naturelles de feu son mari, tout comme à son esclave Isabel59 ! Quant à Mari Ruyz de Carmona, elle donne à son frère métis, Pedro de Carmona, une rente de 100 pesos avant de partir en Espagne avec son mari, cette somme est donnée à un dépositaire espagnol, qui s’en servira pour que celui-ci ait à manger et de quoi se vêtir et lui donnera le reste quand il sera en âge de le recevoir60. Dans son testament, Martin Bendicho, un habitant de Puebla, reconnaît que 13 chevaux appartiennent à Ynés, Catalina et Anna, filles métisses du défunt Ginés Medel, dont il est tuteur et curateur61.

  • 62 Archivo general de notarías de la ciudad de México, XIII, fo 314 vo + II, fo 66 vo-67 + II, fo 609
  • 63 Archivo de la Real Chancillería de Valladolid, Real Audiencia y Chancillería de Valladolid, 817,1.
  • 64 Archivo general de la Nación, Inquisición, VIII, 3, fo 244 ro-364 ro.
  • 65 Boyd-Bowman 1988, no 26 ; Grunberg 2001, no 258.
  • 66 Paso y Troncoso 1939-1942, XV, 867.

17La condition de métis n’est cependant pas facile, comme le montre le nombre de métis emprisonnés pour dettes comme Alonso Rubio, Martín del Rincón et Alonso Hernández62. Mais surtout, il apparaît qu’ils commencent à être l’objet de mépris, voire de maltraitance. On voit ainsi apparaître les premières affaires d’injures envers cette catégorie sociale. En 1554, un procès oppose le bachelier Cuadrado et Alonso Martín Blasco, car le premier a qualifié le second de « mestizo63 ». Le corregidor Diego Díaz, fils du conquistador Bernal Días del Castillo, traité par le vicaire Gaspar de Tejada de « mestizo coyote » (chien de métis), porte plainte contre ce dernier « pour avoir dénigré et diffamé [sa] personne » et pour avoir fabriqué de faux témoignages à son encontre. Le clerc reconnaîtra avoir dit plusieurs fois qu’il était métis et sera condamné à payer 30 pesos et interdit d’exercer sa charge. Il apparaît clairement que le vicaire ne pouvait souffrir le corregidor, notamment parce qu’il était métis64. Quelques autres cas nous sont aussi connus. Diego Díaz, fils métis du conquistador homonyme, vécut, après la mort de son père, avec un curé de Puebla, qui le maltraitait et l’utilisait comme entremetteur65. Le cas le plus extrême connu est celui de Marcos Rodríguez de Rojas, pacificateur du Jalisco et alcalde d’Oaxaca, qui tua deux Indiens et brutalisa à mort un jeune métis de 12 ans, sans être inquiété, en raison de son office et de son amitié avec le vice-roi, Antonio de Mendoza66.

*

  • 67 Archivo general de Indias, Patronato Real, XX, 5,24, f. 3 ro. Apuntaciones muy curiosas para la de (...)
  • 68 Idem, fo 7 vo. Dans ce document, figure une note dans la marge : « españoles podra haber entre mes (...)

18Dans les cinq premières décennies de la colonisation en Nouvelle-Espagne, le métis, du moins lors des toutes premières années, ne semble pas être réellement rejeté par la société. Dans les documents de l’époque, il est d’ailleurs souvent difficile de distinguer le métis puisqu’il est souvent qualifié d’Espagnol ! En effet, l’enfant métis, s’il est élevé chez son père ou dans une famille espagnole, est généralement agrégé à la société espagnole, ce qui n’était pas le cas du jeune métis qui vivait auprès de sa mère au sein du monde indien et qui vivait comme les Indigènes, même s’il restait proche du monde espagnol, en travaillant aux côtés des Espagnols, notamment en servant d’interprète. Au milieu du XVIe siècle, les métis du Mexique sont décrits comme étant « d’ordinaire plus grands que les Indiens et plus forts ; ils sont tous bruns, fainéants et vicieux aux jeux, buveurs et menteurs ; ils ont de bonnes capacités manuelles, sont de bons arquebusiers et cavaliers67 ». Ils commencent à former un groupe social important, selon l’alcalde de Puebla, Francisco de Reynoso68. Et, peu à peu, semble s’esquisser une fracture qui repose d’abord sur une ségrégation géographique, le métis étant relégué dans les quartiers indiens des villes espagnoles. Puis, progressivement, devant le nombre croissant des métis, qui brouillent le mode de vie importé de la péninsule, apparaissent le mépris et les préjugés, voire des sentiments de haine, qui se font jour autant au sein de la société espagnole que du monde indigène. C’est le début du rejet des métis, dont le poids démographique commence à menacer la suprématie des Espagnols. Mais c’est à la fin du XVIe siècle et au début du XVIIe qu’un fossé se creusera progressivement entre blancs et métis pour aboutir, à la fin de l’époque coloniale, à la constitution du système des castes.

Bibliographie

SOURCES

Actas de cabildo de la ciudad de México, Mexico, 1889-1906, 54 vol. 

Archivo de la Real Chancillería de Valladolid.

Archivo general de notarías de la ciudad de México (Mexico).

Archivo general de la Nación (Mexico).

Archivo general de Indias (Séville).

Archivo municipal de Puebla, Actas de cabildo (Puebla).

Encinas D. de (1945-1946), Cedulario indiano, recopilado por Diego de Encinas, Madrid, Ediciones de Cultura Hispanica [1re éd. Madrid, 1596].

Boyd-Bowman P. (1988), Indice y extractos del archivo de protocolos de Puebla de los Angeles, México (1538-1556), Madison.

Martínez López-Cano P. [coord.] (2004), Concilios provinciales mexicanos. Epoca colonial, Mexico, UNAM.

Metzler J. (1991), America Pontificia. Primi saeculi evangelizatiuonis, 1492-1592. Documenta pontificia ex registris et minutis praesertim in archivo secreto vaticano existen, Vatican, Libreria Editrice Vaticana, 3 vol. 

Millares Carlo A., Mantecon J. I. (1945-1946), Indice y extractos de los protocolos del archivo de México de notarias, D. F., Mexico, El colegio de México, 2 vol. 

Paso y Troncoso F. del (1939-1942), Epistolario de Nueva España, Mexico, Antigua Libreria Robredo, 16 vol. 

Puga V. de (1945), Provisiones, cedulas, instrucciones para el gobierno de la Nueva España, Madrid, Ed. Cultura Hispanica [1re éd. Mexico 1563].

Recopilación de leyes de los reynos de las Indias mandadas imprimir y publicar por la Magestad Católica del Rey Don Carlos III Nuestro Señor… (1998), Madrid, Imprenta Nacional [1re éd. Madrid, 1691].

Solórzano y Pereira J. de (1972), Política Indiana, Madrid, Atlas [1re éd. Madrid, 1629].

Zorita A. de (1984), Leyes y ordenanzas reales de las Indias del mar oceano…, éd. B. Bernal, Versión paleográfica y estudio crítico. Mexico, SHCP [cedulario de 1574].

INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES

Grunberg B. (1994), L’Univers des conquistadores. Les hommes et leur conquête dans le Mexique du XVIe siècle, Paris, L’Harmattan.

Grunberg B. (2001), Dictionnaire des conquistadores de Mexico, Paris, L’Harmattan.

Grunberg B. (2009), « Le métis dans la société coloniale : entre haine, mépris et défiance », in M. Deleplace (dir.), Les discours de la haine. Récits et figures de la passion dans la Cité, Paris, Septentrion, p. 165-181.

Grunberg B. (2012), « L’esclave noir dans la législation de l’Amérique espagnole (XVIe - XVIIe siècle) », in O. Pétré-Grenouilleau (dir.), Esclavages. Une humanité en sursis, Rennes, Presses universitaites de Rennes, 2012, p. 141-160.

Gutierrez Vega C. (1991), Las primeras juntas eclesiásticas de Mexico : 1524-1555, Rome, Centro de Estudios Superiores.

La Cruz y Moya J. J. de (1955), Historia de la santa y apostolica provincia de Santiago de Predicadores de Mexico en la Nueva Espana, Mexico, Ed. G. Savidar.

Mörner M. (1971), Le métissage dans l’histoire de l’Amérique latine, Paris, Fayard.

Notes

1 On en compte 11, cf. Recopilación 1998 et Solórzano y Pereira 1972, II, 30. On notera pour la même période : 2 lois sur les métis de Nouvelle-Grenade (1549, 1569) et 2 pour le Pérou (1566, 1568).

2 Puga 1945, fo 88 ro et Encinas 1945-1946, tome IV, 342 : Cedula que manda a la audiencia de Mexico, provea y de orden como se recojan los hijos de Españoles avidos en Indias, a pueblos de Christianos (3 octobre 1533).

3 Encinas 1945-1946, tome IV, 342 : Cedula que manda que se executen las leyes del Reyno en casos de adulteria, contra mestizas casadas con Españoles, como se haze en el los Reynos de Castilla (10 septembre 1548) ; idem, Solórzano y Pereira 1972, II, 26.

4 Encinas 1945-1946, tome I, 212 et Zorita 1984, 117-118 : Carta que su Magestad siendo principe escrivio al Virrey de la nueva España, que manda tenga ayudo de visitar el colegio de las niñas de Mexico una vez cada uno (1552) ; idem, Encinas 1945-1946, tome I, 212 et Zorita 1984, 119. De la dicha carta que manda al dicho Visorrey tenga por muy encomendadas a las niñas del dicho colegio, y las ayude para su remedio en lo que oviere lugar (18 décembre 1552).

5 Encinas 1945-1946, tome I, 328-329 (20 mars 1596).

6 Actas de cabildo de la ciudad de México (1889-1906), Acta del 12 de marzo de 1582, 15 de marzo de 1582, 20 de agosto de 1582.

7 Encinas 1945-1946, tome II, 226 : Cedula que manda a la audiencia del nuevo Reino de Granada, den orden como se guarden las leyes del Reyno, cerca de que ningun mulato, ni mestizo, ni hombre que no fuere legitimo no pueda tener Indios (27 février 1549).

8 Recopilación 1998, V, 8, 40 : Que no se admitan informaciones para que Mestizos, y Mulatos sean Escribanos (Madrid, 15 novembre 1576 et 7 juin 1621).

9 Encinas 1945-1946, tome II, 362.

10 Actas de cabildo de la ciudad de México (7 mars 1547).

11 Archivo municipal de Puebla, Actas de cabildo, V, fo 174.

12 Recopilación 1998, VI, 12, 13 : Que ningun Mestizo, que no sea hijo legitimo, o vecino pueda cargar Indios en los casos permitidos (1er juin 1549) ; idem Zorita (1984), 342.

13 Idem.

14 Zorita 1984, 349-350 : Ley 2, sobre los agravios y malos tratamientos que hacen españoles y mestizos y vagamundos a los indios de ciertas provincias de la Nueva España (28 août 1552).

15 Paso y Troncoso 1939-1942, VIII, 433, 108-109 : Carta al emperador, de Gonzalo Diaz de Vargas, alguacil mayor y regidor de la Ciudad de los Angeles, expresando en veinte capitulos las cosas que conviene proveer para el buen gobierno de la Nueva España. De la Ciudad de los Angeles, a 20 de mayo de 1556.

16 Recopilación 1998, VI, 3, 21 : Que en Pueblos de Indios no vivan Españoles, Negros, Mestizos, y Mulatos (mai 1563) ; idem, en 1578, 1581, 1589, 1600, 1646.

17 Encinas 1945-1946, tome IV, 341 : Cedula que manda que no se consienta que anden ni esten en compañia de Indios ni en sus pueblos, mestizos ni mulatos ni negros (25 novembre 1578).

18 Métis d’Indiennes et de noirs.

19 Encinas 1945-1946, tome IV, 343, Zorita 1984, 20+ 209-210+ 350 : Cedula que manda que al Virey de la nueva España provea como los Españoles y mestizos y Indios vagabundos que oviere en aquella tierra se junten y hagan pueblos en que viven (3 octobre 1558).

20 Grunberg 2012, « L’esclave noir dans la législation de l’Amérique espagnole (XVIe-XVIIe siècle) ».

21 Encinas 1945-1946, tome IV, 358 : Cedula que manda que queriendo venir a estos Reynos alguna India con sus hijos que los huvo en Español la dexen venir a ellos con los dichos sus hijos (30 août 1555).

22 Recopilación 1998, IX, 26, 23 et Encinas (1945-1946), tome IV, 287 : Que los mestizos puedan volver a las Indias con licencia de la Casa (30 janvier 1559).

23 Encinas 1945-1946, tome I, 328-329. Il en est de même au Pérou.

24 La Cruz y Moya 1955, II, 18, 118.

25 Metzler J. 1991, 369-371 : bulle du 1er mai 1538, Neophyti in ordinem praedicatorum admitti nequeunt.

26 Gutierrez Vega 1991, 111. « Que para el servicio de las tales parroquias e ayuda de los tales curas pastores se ordenen de las cuatro ordenes menores de la Iglesia algunos mestizos e indios, de los mas habiles que para ello se hallaren en sus escuelas, colegios y monesterios, que sepan leer y escribir,, y latin si fuere posible, y que sean lenguas e naguatatos, que residan en las dichas perroquias para et servicio deltas y para entender en lo que sea menester del baptismo y de lo demàs […] pues estos son cristianos y se les deben los sacramentos fiar, pues se les fia el bautismo, que no es menor que el sacerdocio », chapitre I.

27 Martínez López-Cano 2004, Concile de 1555, chapitre 9.

28 Paso y Troncoso 1939-1942, IX, 493 : Carta al rey del arzobispo de México contestando a los cargos que le habian hedo de no querer ordenar frailes y ordenar mestizo, y españoles. México, 4 de febrero de 1561.

29 Encinas 1945-1946, tome I, 172 : Cedula que los prelados de las Indias ordenen a los religiosos de los monesterios, sin ponerles ningun impedimiento (24 juin 1560) ; idem, tome I, 173. De carta que su Magestad escrivio al obispo de Mexico año de sesenta y uno, en que aprueva aver ordenado hijos de Españoles y Españolas, nazidas en aquella tierra, y que lo haga para adelente (1561).

30 Solórzano y Pereira 1972, IV, 20, 6 (1578 et 1587).

31 Id., IV, 20, 5 (cédule du 13 décembre 1577).

32 Archivo municipal de Puebla, Actas de cabildo, V, fo 174.

33 Id., VI, fo 80 vo + 83 vo-84, VIII, 92 + 97.

34 Id., VI, fo 85.

35 Id., VI, fs. 87 vo + 99.

36 Id., VI, fs. 260+ 261.

37 Actas de cabildo de la ciudad de México, acte du 27 août 1563.

38 Boyd-Bowman 1988, no 623 (24 septembre 1549), Archivo municipal de Puebla, Actas de cabildo, VI, fo 129, 161, 167, 264 + VIII, fo 138 + IX, fo 43, 46 + X, fo 45, 71, 79, 81, 95.

39 Archivo general de notarías de la ciudad de México, III, fo 932 vo-933 vo.

40 Archivo general de la Nación, Inquisición, VIII, 3, fo 244 ro-364 ro.

41 Millares Carlo et Mantecon 1945-1946, no 2576 + 2548.

42 Grunberg 2001, no 1070.

43 Id. 2009, 176-181.

44 Id. 2001, no 1031.

45 Id. 2001, no 610.

46 Id. 2001, no 542, 610, 699, 964, 1038.

47 Id. 1994, 192-195.

48 Boyd-Bowman 1988, 353.

49 Archivo general de notarías de la ciudad de México, IV, fo 173 vo-174 vo.

50 Boyd-Bowman 1988, 594.

51 Archivo general de notarías de la ciudad de México, III, fo 98 ro-vo.

52 Mörner 1971.

53 Grunberg 2001, no 1074.

54 Id. 1994, 174-179 + 192-195.

55 Archivo general de la Nación, Bienes Nacionales : vol. 210. exp. 17 et 497, exp. 2, 32 et 34.

56 Archivo general de notarías de la ciudad de México, IV, fo 359 vo-361.

57 Grunberg 2001, no 1044.

58 Archivo general de notarías de la ciudad de México, XII, 235-236 vo.

59 Millares Carlo et Mantecon 1945-1946, no 2370.

60 Boyd-Bowman 1988, 805.

61 Boyd-Bowman 1988, 73.

62 Archivo general de notarías de la ciudad de México, XIII, fo 314 vo + II, fo 66 vo-67 + II, fo 609.

63 Archivo de la Real Chancillería de Valladolid, Real Audiencia y Chancillería de Valladolid, 817,1.

64 Archivo general de la Nación, Inquisición, VIII, 3, fo 244 ro-364 ro.

65 Boyd-Bowman 1988, no 26 ; Grunberg 2001, no 258.

66 Paso y Troncoso 1939-1942, XV, 867.

67 Archivo general de Indias, Patronato Real, XX, 5,24, f. 3 ro. Apuntaciones muy curiosas para la descripcion de la Nueva España, asi para sus terrenos como en frutos, granjerias y otras apreciables materias : « los mestizos son de ordinario mayores que los indios y mas fuertes y todos morenos, son holgazanes y viciosos en lo del juego y beber y mentir, de buena habilidad y buenos arcabuceros y hombres a caballo ».

68 Idem, fo 7 vo. Dans ce document, figure une note dans la marge : « españoles podra haber entre mestizos mulatos 40 mil en toda la parte septentrional ».

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540