Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du transfert culturel au métissage

 | 
Michel Molin
, 
Silvia Capanema
, 
Quentin Deluermoz
, 
et al.

Cinquième partie. Identité, droit et pouvoir

Identité, droit et pouvoir

Texte intégral

1Après avoir abordé le métissage comme un processus de construction socialeprès de longue durée, fait de dynamiques culturelles et de circulations d’expériences, le chapitre 5 traite de la question du statut des Métis du point de vue du droit et de l’identité : quelle visibilité et quel pouvoir pour ces individus et ces groupes ? Quelle participation à la fois réelle et imaginée dans les creusets nationaux en construction ?

Visibilité ou invisibilité et asymétrie

2Aude Argouse étudie le cas du Pérou du XVIIe siècle en partant du village de Cajamarca où elle met en évidence l’émergence d’un fuero mestizo : là où les Métis étaient judiciairement peu identifiables, des revendications de changement de statut au profit de la condition de Métis bouleversent la dialectique coloniale Indien/Espagnol en même temps que l’aura de la localité qui devient une ville métisse. S’il est aussi question de catégories pour les peuples autochtones d’Argentine dont Sabine Kradolfer nous propose une analyse, c’est par leur remise en cause. Les éléments amérindiens et afro-descendants ont été gommés de la construction nationale pour permettre l’avènement d’une représentation monolithique d’un État-Nation formé prioritairement par une population essentiellement « blanche » et « civilisée ». Or, depuis une trentaine d’année, des pans de population se détachent de la catégorie des criollos pour revendiquer des identités et des droits autochtones dans la lignée d’une (ré) émergence des populations autochtones sur la scène politique nationale et internationale d’autres régions du continent.

Creuset et identités politiques

3La représentation que l’État brésilien donne de lui-même est aussi l’enjeu de la contribution de Lilia Moritz Schwarcz qui montre ici au contraire la construction historique d’un imaginaire national fondé sur la fusion de différents groupes, « races » et cultures et la manière dont le Brésil, dans ses premières images officielles, est caractérisé par son unicité : une monarchie métissée et tropicale. Par l’analyse détaillée d’un corpus iconographique, elle montre comment l’État brésilien a identifié un mélange spécifique capable de soutenir, à son tour, une identité nationale. Mais le creuset national peut aussi se forger dans l’asymétrie des rapports coloniaux qui impliquent des stratégies de positionnement pour les familles de l’entre-deux. Le concept de métissage est une réalité bien incarnée dans les couples composés de Malgaches et d’Européens que Violaine Tisseau étudie dans les Hautes Terres centrales de Madagascar (1896-1960). Elle révèle que les enjeux de l’anthroponymie pour ces familles, les modifications des usages autour des noms et prénoms ne résultent pas d’une simple imposition d’un modèle étranger importé par la colonisation. On assiste plutôt à une réappropriation, une réinsertion d’éléments culturels merina dans une pratique européenne, à un « entrecroisement des cultures » (Bastide). Quant à la notion d’« hybridation culturelle », au cœur de l’étude de Julie Marquer, elle peut dépendre des intérêts politiques, des rapports de force, de la motivation des acteurs ou encore de la convergence entre certaines formes de conceptions politiques. En analysant la péninsule Ibérique à l’époque du roi chrétien Pierre Ier de Castille (1350-1369), sa contribution met en évidence l’assimilation des codes esthétiques d’inspiration islamique comme manifestation d’une forme de pragmatisme politique. Le texte de Bernard Grunberg nous emmène dans le Mexique du premier XVIe siècle où apparaît une nouvelle catégorie sociale, celle des Métis, qui désigne alors exclusivement les enfants nés de pères espagnols et de mères indiennes, mais non différenciée socialement. Il met en lumière la discrimination progressive de cette catégorie de la population, notamment devant le nombre croissant des Métis qui brouille le mode de vie importé de la péninsule. Ce contexte favorise l’apparition de préjugés et d’un fossé qui devait se creuser jusqu’à la constitution du système de castes. La contribution montre aussi comment cette fracture repose d’abord sur une ségrégation géographique.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540