Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du transfert culturel au métissage

 | 
Michel Molin
, 
Silvia Capanema
, 
Quentin Deluermoz
, 
et al.

Quatrième partie. Dynamiques culturelles et expériences : culture matérielle, savoirs, religions, arts

Métissage de styles vestimentaires : le style andonbakama durant la période Meiji (1868-1912) au Japon

Federica Carlotto

Résumé

Cet essai entend fournir des aperçus significatifs concernant les aspects dynamiques et les complexités de l’interculturalité du point de vue de l’habillement, en se concentrant sur le style andonbakama, la tenue scolaire des jeunes filles conçue et adoptée dans la seconde moitié de la période Meiji (1868-1912). Bien que le style andonbakama puisse pleinement être considéré Japonais dans sa coupe vestimentaire, il démontre néanmoins une certaine particularité par rapport aux habits japonais antécédents. L’analyse menée tant au niveau historique que socio-culturel, c’est-à-dire son apparition liée à l’aspect des jeunes filles dans le contexte Meiji, nous a conduit à définir le style andonbakama comme étant l’expression matérielle d’un « métissage » culturel (ainsi dénommé par l’historienne de l’époque Meiji Carol Gluck) entre des éléments japonais et des apports occidentaux. L’application du concept de métissage peut être utile, non tant pour éclaircir si le style andonbakama était plus occidental ou plus japonais, une complète invention ou simplement évolution interne, que pour renforcer l’opération de métissage, à savoir la sélection des deux éléments occidentaux et japonais capables de laisser « quelque chose de différent et quelque chose de nouveau » prendre une forme vestimentaire.

The essay aims to provide meaningful insights into the dynamic aspects and complexities of cross-culturality as conveyed through clothing, focussing on the andonbakama style, the Japanese schoolgirl outfit designed and adopted in the second half of the Meiji period (1868-1912). Although the andonbakama style can be considered overtly Japanese in its sartorial form, it shows a certain peculiarity compared to the pre-existing Japanese items of clothing. The analysis, conducted on both an historical and a socio-cultural level, of its emergence linked to the schoolgirls’appearance in the Meiji context, lead us to define the andonbakama style as the material expression of a cultural « blending » (as labelled by the Meiji historian Carol Gluck) between Japanese elements and some Western inputs. The application of the blending concept can be useful, not so much in clarifying if the andonbakama was more Western or more Japanese, a complete invention or a simple internal evolution, but rather in stressing the blending operation, i.e. the selection of both Western and Japanese elements in order to let « something different and something new » take a sartorial shape.

Texte intégral

***

1Pour les modifications importantes et durables qu’elle a introduites dans les pratiques vestimentaires et dans l’apparence, l’adoption de vêtements de style occidental (yōsōka) au cours de la période Meiji est largement reconnue comme l’un des événements marquants dans l’histoire du costume japonais. Ce « Yōsōka » a également exercé une influence profonde sur le plan théorique, ce qui a conduit de nombreux chercheurs à interpréter l’évolution de la culture vestimentaire japonaise moderne à la lumière de l’interaction entre les catégories binomiales « vêtements de style occidental » (yōfuku) et « vêtements de style japonais » (wafuku), et à analyser en même temps la nature d’une telle interaction.

  • 1 Voir les thèmes de l’histoire des costumes japonais en Motoi 1975 ; Yamana 1983.
  • 2 Pour les exemples de périodisation concernant yōsōka : Ōe 2002, 29 ; Kawabata 1966, 208-216.

2Un certain nombre de spécialistes de l’habillement, en réfléchissant sur l’histoire du vêtement japonais, ont adopté une attitude puriste : d’après eux, l’introduction des vêtements de style occidental dans le contexte Meiji a tracé une ligne de démarcation claire entre un « nippon avant » et une « occidentalisation après », avec la synchronisation de la mode japonaise à la mode euro-américaine, tandis que le wafuku (en particulier le kimono), resta statique et devint le point de référence vestimentaire de la tradition authentique et autochtone du Japon1. D’autres chercheurs, plus intéressés par la relation yōfuku-wafuku dans la période Meiji, ont étudié son articulation en distinguant différentes phases, telle que l’imitation pure et simple de modèles vestimentaires occidentaux au début (1870-1889), et plus tard (1890-1912) la réaction contre la xénophilie stylistique accompagnée par le retour du goût japonais pour l’apparence2.

  • 3 Kitamura 1973, 185.
  • 4 Ōtake 1958, 115.
  • 5 Ema 1957, 314.

3Certainement plusieurs d’entre eux savent que, dans ces deux phases, les vêtements de style occidental furent souvent utilisés simultanément avec les habits japonais pour créer des tenues particulières. Les chercheurs japonais ont qualifié cette pollinisation croisée stylistique d’« éclectisme nippo-occidental » (wayōsecchū)3, « Mélange nippo-occidental » (wayōkongō)4, « Créolisation Nippo-Occidentale » (wayōkonkō)5, sans approfondir davantage ces postulats culturels.

4En outre, plus l’attention analytique est concentrée sur la présence empirique du yōsōka, plus l’interaction entre yōfuku et wafuku semble être fluide et mutuelle : ainsi, le yōsōka n’était nullement une reproduction servile des formes stylistiques venant de l’étranger, mais s’élabora plutôt en conformité aux contingences japonaises contextuelles (savoir-faire, matériaux disponibles, conditions de vie). De même, l’ensemble constitué par le kimono, qui est apparu dans les dernières années de la période Meiji en tant que tenue vestimentaire typiquement japonaise, est en fait composé de détails de style occidental (les modèles Art Nouveau dans les textiles du kimono) et enrichi d’accessoires (sac, bijoux, châle).

5Dans ce cadre thématique, le présent essai prendra en considération le style andonbakama, à savoir la tenue des jeunes filles du début du XXe siècle, en tant qu’exemple de la manière dont l’interaction entre les modèles occidentaux et japonais (à la fois stylistique et culturelle) ont trouvé leur expression formelle, mais également comme outil épistémologique pour proposer une description de l’interaction elle-même.

Une tenue vestimentaire pour les jeunes filles Meiji : l’apparition du style andonbakama

  • 6 « Une requête sur les vêtements pour les écolières inscrites » (Nyūgaku no joshisha fuku no gi ni (...)

6La recherche d’un style vestimentaire qui pourrait servir d’uniforme scolaire adéquat pour les filles se pose comme une question urgente, dès le début de la période Meiji, quand le port d’un uniforme a été officiellement inclus dans le programme éducatif établi par le gouvernement nouvellement formé : le 15 février 1872, juste avant l’ouverture de « l’Ecole Publique de Jeunes Filles de Tokyo » (Kanritsu Tōkyō jogakkō), le ministère de l’Éducation Nationale a demandé au Grand Conseil d’Etat que les écolières changent leur longue tenue habituelle (kimono) fermée par une large ceinture (obi) – un ensemble « impropre pour l’utilisation à l’école », selon le ministère6 – pour un ensemble composé d’un haori et d’un hakama, la veste et le pantalon à plis et rayures habituellement portés par les samouraïs. En réponse à cette demande, la Chambre Centrale du Grand Conseil a consenti à l’utilisation uniquement du hakama, que le ministère de l’Education interdit en 1883.

7En 1885-1886, l’École de jeunes filles « Kazoku jogakkō » et l’École normale de jeunes filles de Tōkyō « Tōkyō joshi kōtō shihan gakkō » ajoutèrent comme option dans l’habillement de leurs écolières une tenue de style occidental, dont l’adoption serait obligatoire et étendue aux autres Ecoles Normales dans tout le Japon en 1888. La révolution stylistique dans la tenue vestimentaire des jeunes filles reflétait un phénomène plus large, à savoir l’occidentalisation de l’image des femmes japonaises, qui était à l’époque principalement favorisée par le Premier ministre et par le ministre de la Maison Impériale Itō Hirobumi, afin que les puissances occidentales puissent juger du niveau de civilisation élevé atteint par le Japon. L’impératrice, qui avait été formellement sollicitée par Itō en 1886 à porter des jupes de style occidental, était également une admiratrice active du nouveau style vestimentaire :

  • 7 Le texte original Oboshimeshiso de l’Impératrice (L’Avis impérial, 1887) au sujet de la robe de st (...)

« Si l’on regarde la mode féminine contemporaine de l’Occident, nous constatons qu’elle est composée d’un haut ou d’une veste [kimono] et d’une jupe, tout comme notre ancien système vestimentaire japonais. Cela n’est pas seulement approprié au salut debout formel, mais cette tenue est également très pratique pour l’action et le mouvement ; de ce fait il n’est que tout naturel d’adopter également la mode occidentale7. »

  • 8 Comme en témoigne un article publié dans la revue « Fûzoku Gaho » en 1889 (no 1). Satô 1999, 193.

8Assez vite, cependant, l’enthousiasme pour cette forme d’occidentalisation se refroidit : dès 1889-1890, avec la promulgation de la Constitution et le Rescrit impérial sur l’éducation, le Japon a officiellement déclaré sa propre identité institutionnelle en tant qu’Etat moderne, enracinée dans l’éthique confucéenne traditionnelle, et une telle tendance nationaliste a ouvert la voie à un renouveau du style japonais dans la mode féminine8. L’uniforme des jeunes filles suivit également ce changement, mais avec des règles strictes limitant tous les détails flamboyants et séduisants du kimono originel (les manches longues du kimono, la ceinture large, les tissus raffinés) pour promouvoir la simplicité et la sobriété dans l’apparence, qui étaient visuellement exprimées par l’adoption de kimonos de coton à manches serrées.

  • 9 Une analyse comparative des défauts dans yōfuku et wafuku a été insérée sur le journal « Nihonjin  (...)
  • 10 Nakatani 1975, 56-63.

9Par ailleurs, d’autres raisons décourageant l’adoption des vêtements de style occidental étaient entre temps apparues : tout comme de nombreuses organisations pour la réforme de l’habillement et la protection de la santé des femmes l’avaient fait en Angleterre, en Allemagne et aux États-Unis au milieu des années 1880, les Japonais commencèrent eux aussi à revoir la mode occidentale en fonction de la rationalité, de la promotion de la santé, du bon sens. De ce point de vue, la tenue vestimentaire de style occidental passait pour être coûteuse, protégeant peu la santé (en particulier le corset et la crinoline), inadaptée aux conditions climatiques du Japon et de son mode de vie en général. Ces mêmes critères appliqués au kimono japonais, d’autre part, ont mis en évidence plusieurs inconvénients dans cette tenue aussi : outre l’absence de toute recherche esthétique en ce qui concerne les coloris du kimono, l’utilisation du long kimono fermé, le obi, limitait les mouvements du torse ainsi que la marche, et cachait la silhouette du corps9. Alors que de nombreux médecins, journalistes et stylistes se demandaient si le Japon devait adopter les tenues vestimentaires de style occidental une fois pour toutes ou juste pourvoir à remplacer les inconvénients du kimono, d’autres trouvèrent une troisième solution : utiliser les éléments positifs des articles vestimentaires japonais et occidentaux pour concevoir une tenue améliorée, ou remodelée (kairyōfuku10) qui pourrait répondre aux standards modernes de beauté, de santé et de confort. Bien que différents dans les détails, la plupart des modèles réélaborés proposés dans la partie finale de la période Meiji ont partagé différents éléments de base : il s’agissait de tenues à deux pièces, comprenant une chemise avec un col style kimono, mais à manches serrées, et une jupe sans crinoline ; dans de nombreux cas, le corset et la ceinture ont été remplacés par une ceinture légère, placée sous la poitrine.

  • 11 Shiina 1954, 116.

10Ainsi ce contexte en ébullition, marqué par les rapports dynamiques de différentes positions sur les styles de vêtements et les pratiques, a donné naissance à une tenue spécifique pour les jeunes filles japonaises : le style andonbakama. Le terme andonbakama se réfère à une jupe tombant jusqu’aux chevilles, c’est-à-dire à mi-chemin entre le sashinuki, les pantalons utilisés dans certains costumes traditionnels masculins, et le kiribakama, la version des pantalons larges allant jusqu’à la cheville (uchibakama) couramment portés par les dames de la cour impériale japonaise. Selon la théorie la plus largement diffusée, ce fut Shimoda Utako (1854-1936), ancien officier de la cour impériale et doyen de « l’Ecole des Jeunes Filles de la Noblesse » depuis 1885, qui a inventé un andonbakama d’un brun rougeâtre (ebichairo) pour ses élèves. D’autres sources font remonter l’origine de l’anbonbakama au kiribakama pourpre (murasaki) qui avait été introduit en vertu de la recommandation faite par l’Impératrice à l’« École de jeunes filles Atomi » (Atomi jogakkō) en 187511.

  • 12 Hasuike 1992, 42.
  • 13 Shiina 1954, 119.

11Quelles qu’aient été les choses à leur genèse, au début du XXe siècle, le style andonbakama se propagea rapidement dans la plupart des écoles de jeunes filles japonaises comme un habit formel pour les occasions solennelles (la cérémonie de remise des prix ou les visites officielles du couple impérial), mais aussi comme un uniforme commun à porter pour aller à l’école ou faire les activités physiques, car, selon le professeur Shinoda Toshihide, il a permis aux jeunes filles de marcher et de bouger facilement sans préoccupation au sujet du kimono pouvant s’ouvrir et montrer leurs jambes12. De ce point de vue, le andonbakama a été vanté comme une tenue vraiment réélaborée, comme l’a déclaré le « Journal des femmes » (Jogaku Zasshi) : « [Le andonbakama] est confortable, beau, cache les défauts des vêtements de style occidental et rééquilibre ceux des vêtements japonais : il s’agit d’une mode extrêmement agréable13. »

  • 14 Ibid., 122-123.

12Comme la jupe andonbakama était portée sur le kimono, le kimono lui-même devait être raccourci jusqu’aux genoux et le obi, ayant perdu sa fonction originale de serrage, a été rétréci et transformé en un accessoire de décoration : l’ensemble ainsi créé, composé de la jupe andonbakama, du kimono à longues manches (nagasode) avec des motifs à empenne de flèche, des sash à demi-largeur et des bottes style occidental, a marqué l’aspect des jeunes filles japonaises dans les dernières années de la période Meiji. De toute évidence, en fonction de l’école d’inscription des filles, la tenue andonbakama présentait des changements significatifs dans le choix des couleurs et des matériaux de la jupe andonbakama ainsi que dans la longueur des manches du nagasode14.

Les jeunes filles de la période Meiji et le style andonbakama dans le tourbillon de la modernité japonaise

13Après cet aperçu diachronique sur le style andonbakama, nous allons adopter une perspective socio-culturelle et orienter le sujet vers les objectifs de la période Meiji et le débat sur les jeunes filles, qui constituent la cible sociale que le style andonbakama devait habiller et dont il devait modeler l’aspect physique.

  • 15 Par exemple l’intellectuel Yoshida Shōin (1830-1859), l’un des premiers activistes de la promotion (...)

14Bien qu’il y ait une preuve concrète que l’éducation des jeunes filles ait été reconnue comme un enjeu de premier plan au cours des dernières années de la période Tokugawa (1603-1867)15, en fait l’écolière japonaise fut un produit social de la période Meiji : dans le programme d’enseignement obligatoire conçu par le gouvernement Meiji, les jeunes filles recevaient pour la première fois un programme scolaire régulier, et elles étaient insérées dans le cadre public japonais avec un rôle bien défini.

  • 16 Voir par exemple l’ouvrage de Fukuzawa Yukichi (1835-1901) Gakumon no susume (1872-1876) et les éc (...)

15Une contribution essentielle en soutien aux voix isolées de la période Tokugawa qui désiraient que l’éducation des jeunes filles fasse partie d’un projet de scolarisation plus ample et systématique, a été apportée par la pensée occidentale, beaucoup plus structurée sur le thème de la contribution des femmes au développement d’un pays prospère et solide. En accomplissant leur vocation naturelle de mères, les femmes n’élèvent pas purement et simplement leurs enfants, mais elles éduquent aussi la génération suivante, formant ainsi la communauté au sens large. A partir du lien existant entre la maternité en tant que fonction biologique et l’éducation maternelle en tant qu’épanouissement social, l’impératif absolu pour chaque gouvernement est d’assurer l’avenir du pays en préparant les jeunes filles à réaliser correctement le rôle auquel la nature les a appelées. Ces notions furent rapidement adoptées par les institutions politiques et culturelles Meiji, comme en témoignent les débats promus dans les années 1870 par les différents penseurs et politiciens sur la réforme de la structure de la famille japonaise et sur la condition de la femme16.

  • 17 Il y avait une forte différence entre les garçons et les filles en ce qui concerne la présence sco (...)
  • 18 Sonoda 1993, 272-292. De fait, Mori suggéra un parallélisme entre les garçons et les soldats qui d (...)

16En considérant la contribution potentielle qu’elles pouvaient offrir à la société, les jeunes filles japonaises devaient avoir la garantie d’accéder aux programmes scolaires au même titre que les garçons17. Le gouvernement Meiji s’efforça alors tout au long des années 1880 de différencier les contenus et les objectifs des programmes scolaires entre les garçons et les filles. De ce fait, alors que le ministre de l’Éducation Mori Arinori (1847-1889, ministre de l’Éducation de 1885 à 1889) promouvait l’introduction d’activités physiques et d’uniformes de type militaire, afin de développer le sens de la discipline, de l’obéissance et de la forme physique18, à partir de 1890 l’éducation féminine visa à faire de chaque jeune fille japonaise une « bonne épouse et une mère avisée » (ryōsai kenbo).

  • 19 « Cet idéal est communément dépeint comme une “idée moderne” toute spécifique, un “produit de la m (...)
  • 20 Arakawa 2006, 27.

17Apparemment, le ryōsai kenbo avait puisé dans le principe éthique confucéen des sphères d’action distinctes (fūfu bestu ari) des hommes (en dehors de la maison) et des femmes (à l’intérieur de la maison), principe que le savant confucéen et conseiller de l’Empereur Motoda Nagazane (1818-1891) avait réintroduit dans le domaine de l’éducation au début des années 1880 avec son texte moral « Yōgaku kōyō » (1882). Cependant, comme de nombreux chercheurs l’ont souligné, en dépit de sa coloration toute confucéenne, le concept de ryōsai kenbo était un concept tout à fait moderne19. Alors que dans le principe confucéen fūfu bestu ari la sphère intérieure habitée par la femme était l’annexe privée du ménage, et la femme représentait l’un des biens privés de l’homme, par le concept de ryōsai kenbo les femmes et leurs travaux ménagers furent intégrés dans le cadre de l’État japonais Meiji. Cela reprenait donc les conceptions du monde occidental concernant la richesse nationale et la force militaire, basées sur le mode de production et d’organisation du travail capitaliste. Dans un tel contexte, les sphères de l’homme et de la femme étaient fonctionnellement distinctes mais ontologiquement complémentaires : les hommes occupent le rôle de producteurs de biens matériels et de richesse économique et les femmes assistent les actuels producteurs (maris) et élèvent les futurs producteurs (fils). Par rapport à l’attitude soumise invoquée par la pensée confucéenne comme étant appropriée aux femmes, le concept de ryōsai kenbo soulignait par contre l’action des femmes, bien qu’avec des limites importantes dans sa portée et dans son efficacité. Les femmes étaient naturellement sensées s’épanouir en tant qu’épouses et mères, mais elles devaient cultiver avec détermination leurs capacités de femmes/d’épouses/de mères. Afin d’organiser leur future maison et vie de famille, les jeunes filles devaient être éduquées à la morale tout comme aux tâches ménagères et à la couture20. Afin de donner naissance à des enfants robustes, elles devaient garder un corps sain en faisant de l’exercice physique. Ainsi, grâce à leur participation quotidienne aux activités scolaires, les jeunes femmes japonaises prenaient déjà part au projet de l’État national Meiji.

  • 21 Wakakuwa 2001, 253-263 ; Sekiguchi 2010, 102-106.

18Le nouvel idéal de la féminité japonaise a été incarné par l’Impératrice qui, en tant que « mère de la nation » bienveillante et vertueuse, visitait régulièrement et finançait les instituts de jeunes filles ; elle ordonna également la rédaction de manuels de morale et leur dédia des poèmes didactiques, établissant ainsi un lien intime et institutionnel entre les jeunes femmes japonaises, l’État et la famille impériale21.

19La figure de la jeune fille, telle qu’elle était conçue durant la seconde moitié de la période Meiji résulta donc de l’imbrication et du chevauchement des catégories culturelles liées au genre (homme-femme), à l’âge (femme adulte-jeune fille) et à l’identité nationale (une « nipponicité » replacée dans un monde plus vaste dominé par les pays occidentaux et leurs modèles), qui ont été reconstruites ou modifiées dans leurs significations et leurs limites dans les décennies entre 1870 et 1890. Loin d’être une simple conception purement spéculative, la jeune fille Meiji apparaissait donc, évoluait et agissait dans l’espace social à travers un corps qui devait être reconfiguré en termes de féminité et de jeunesse, avec une distinction manifeste à la fois envers les hommes et les femmes (car elles étaient, avant tout, de futures femmes) : de quelle manière habiller le corps des jeunes filles japonaises ? Comment donner à ce corps et à sa signification sociale une forme vestimentaire ?

20Tout en reflétant le développement des jeunes filles Meiji en tant que figures sociales, l’évolution de leur tenue vestimentaire devait également tenir compte des limites et des possibilités du contexte japonais de l’époque. Comme précédemment indiqué, avant l’émergence du style andonbakama, plusieurs tentatives avaient été faites à cet égard : le hakama des samouraïs, adopté dans les années 1870 et abandonné quelques années plus tard, n’avait pu être accepté que comme option transitoire, car il avait déjà une connotation de genre (homme) et sociale (classe des samouraïs). Ni la robe à tournure adoptée par les jeunes filles dans les années 1880, ni le kimono relancé peu de temps après ne convenaient tout à fait : tous deux avaient deux éléments stylistiques qui pouvaient être considérés comme irrationnels, inconfortables et malsains. Par ailleurs, la tournure évoquait un style étranger, ne pouvant transmettre l’aspect de « nipponicité », tandis que la « nipponicité » exprimée par le kimono ordinaire avait besoin d’être ajustée au mode de vie des jeunes filles.

  • 22 C’est la raison pour laquelle l’Impératrice du Japon, à la recherche de similitudes stylistiques e (...)

21La tenue andonbakama représenta donc l’une des plus singulières créations de la dialectique entre le style vestimentaire occidental et celui du Japon : sa composition à deux pièces a marqué une rupture avec le kimono d’une seule pièce couramment répandu auprès du public féminin de l’époque, et a clairement repris les éléments de bases des règles occidentales, à savoir la séparation des pièces vestimentaires recouvrant la partie supérieure du corps de celles spécialement conçues pour la partie inférieure du corps (nibushiki), avec une distinction encore plus accentuée entre les sexes sur les pantalons pour hommes et les jupes pour femmes. Dans le costume japonais il y avait certainement eu dans un passé plus lointain, et il y avait encore à cette époque, des tenues spécifiques provenant de la combinaison de vêtements supérieurs et inférieurs. Ainsi, en ce qui concerne le style vestimentaire des femmes, au début de la période Meiji, les dames de la cour impériale avaient encore l’habitude de porter un pantalon uchibakama sur une longue robe (kosode), mais il s’agissait d’une exclusivité stylistique appartenant à l’aristocratie japonaise et, aussi différent dans la forme qu’il puisse être des pantalons portés par les hommes, l’uchibakama constituait encore une variante de pantalon22. Ici, les concepts occidentaux sur le style féminin ont joué un rôle important : comme l’ont fait remarqué certains historiens du costume japonais, l’andonbakama n’aurait pas existé en tant que tel, sans la conception occidentale de la jupe comme marqueur social de la féminité et diffusée au Japon durant la politique d’occidentalisation de Itō. Cependant, comme le terme andonbakama l’indique, la jupe andonbakama a été conçue et coupée en référence directe aux pantalons japonais hakama : elle conservait encore l’angle plissé de certains types de hakama pour homme, bien que dans sa forme globale, elle rappelait la douce rondeur du hakama porté par les dames de la Cour. Dans cette opération de sexualisation du andonbakama pour lui apporter une légère touche féminine en opposition à la rudesse et à la raideur masculine, le cachemire ou la mousseline, plus doux, ont été préférés aux textiles durs et rugueux qui ont caractérisés certaines versions du hakama pour homme.

  • 23 Il est intéressant de noter que le terme ebicha était utilisé pour souligner de manière ironique l (...)

22Cependant, les jeunes filles japonaises étaient toujours des femmes en devenir : paradoxalement, pour devenir de bonnes épouses et des mères avisées, les jeunes filles japonaises devaient peut-être tout d’abord sortir temporairement de la sphère domestique pour fréquenter l’école et développer activement leurs capacités. La jeunesse liée au dynamisme a été particulièrement soulignée dans l’iconographie des écolières du début du XXe siècle : les jeunes filles japonaises ont souvent été représentées avec leur bicyclette, symbole de la liberté de mouvement (dans l’espace réel autant que dans le contexte social), et que le long andonbakama et les bottes occidentales serrées leur permettaient concrètement d’utiliser. La jeunesse était également suggérée par le rouge foncé ebichairo utilisé pour le andonbakama réalisé par Shimoda Utako, car il s’agissait à l’origine de la couleur du hakama distinctif des demoiselles d’honneur jusqu’à l’âge de seize ans23.

  • 24 Principalement pour la pression que le obi exerçait sur le buste et ses articulations. Rétrécir en (...)

23En ce qui concerne les pièces supérieures du style andonbakama, celles-ci gardèrent un côté nippon distinct, avec la tenue nagasode caractérisée par le col type kimono et les larges manches : la force esthétique exprimée par les manches larges, entraînant les femmes jeunes et célibataires dans le monde traditionnel japonais de l’apparence, l’emporta sans doute sur les inconvénients objectifs. En revanche, le obi a été réduit à la fois pour des raisons de santé24 et d’obsolescence fonctionnelle.

Le style andonbakama en tant que métissage vestimentaire

24La reconstitution historique et l’interprétation sociale fournies ci-dessus nous ont permis de disséquer le style andonbakama en indiquant (à travers ses lignes, formes, couleurs, textiles et le sujet social pour lequel il a été créé) les influences exercées par des éléments japonais et occidentaux. Cependant, se contenter de cette anatomie de l’andonbakama pourrait ne pas suffire. Après les avoir détectés et isolés de manière critique, il sera nécessaire d’examiner comment ces éléments se sont agrégés, voir la façon dont ils se sont unis, recoupés et mêlés. Nous pouvons adopter à cet égard la formule conceptuelle de « métissage », utilisée par l’historienne américaine Carol Gluck et l’utiliser pour décrire le processus de modernisation qui a eu lieu au Japon au cours de la période Meiji, ainsi que la contribution des modèles occidentaux qui ont permis sa réalisation historique. Selon Carol Gluck, la nature du « métissage » peut être définie de la manière suivante :

  • 25 Gluck 2008, 54.

« Le terme “métissage conceptuel” provient de la façon dont les humains pensent. […] L’esprit sélectionne des aspects d’une chose (entrée A) et des aspects d’une autre (entrée B) et les projette sur un troisième “espace mental”. Le métissage ainsi créé dans ce nouvel espace possède ce qu’on appelle une “structure émergente”, ce qui signifie qu’il possède des caractéristiques qui ne sont ni présentes dans l’entrée A, ni dans l’entrée B. Il n’est donc pas un hybride. À dire vrai, il est quelque chose de nouveau, une création du processus de métissage. Ce n’est pas non plus une synthèse au sens hégélien du terme ; il n’y a pas de contradiction à résoudre, ni de relation préalable particulière ou nécessaire entre les deux entrées25. »

25De ce point de vue, le style andonbakama peut être considéré comme une structure émergente perceptible, un métissage vestimentaire substantialisant l’interaction entre les entrées japonaises et occidentales sur le corps, l’identification sociale et la tenue vestimentaire en une unique et nouvelle mode qui rend l’entrée d’origine irrécupérable.

26À première vue, l’influence des caractéristiques japonaises apparaît fortement dans le style andonbakama en raison du kimono nagasode et du obi ; ces éléments ont été modifiés dans leur substance stylistique ou fonctionnelle, comme précédemment indiqué, afin de les adapter à la formule occidentale à deux pièces (nibushiki) du style andonbakama, et ce pour donner le confort et la liberté de mouvement requis par le style de vie des jeunes filles : le nagasode convertit sa nature de veste longue d’une seule pièce en un vêtement pour la partie haute du corps. De même, la ceinture obi jadis large, devint étroite, pour devenir un accessoire décoratif partiellement couvert par la jupe andonbakama. La jupe andonbakama est plutôt un nouvel élément, bien que familier, qui provient des conditions ci-dessus, à savoir la liberté de mouvement exprimée à travers la formule nibushiki et fortement liée aux conceptions à la fois japonaises et occidentales sur la féminité et la jeunesse dynamique (ces caractéristiques identifiant la figure sociale des jeunes filles Meiji, ce qui représente également un autre métissage intéressant). La féminité que l’on retrouve dans la forme andonbakama s’articule sur le hakama des dames de la Cour en fonction de la jupe de type occidental. D’autres détails, comme la couleur ebichairo (qui rappelle les dames de la Cour dans la conception andonbakama originelle de Shimoda) ou la combinaison de la jupe tombant aux chevilles avec les bottes, très courantes dans la mode occidentale des filles, apportait de la jeunesse. L’influence occidentale sur le style andonbakama était par contre tout à fait latente sur le plan strictement vestimentaire (sauf pour les bottes), mais elle a joué un rôle fondamental sur le plan stylistique, car elle a amélioré ou remanié quelques-uns des articles japonais pré-existants, entrainant l’émergence du style andonbakama.

*

27Ainsi, dans le style andonbakama les éléments occidentaux et japonais ne se sont pas purement et simplement assemblés en gardant leur indivisible unicité. En d’autres termes, ils ne se sont pas hybridés. Ils se sont par contre fondus ensemble, pour former quelque chose de complètement différent de leur somme, mais en quelque sorte reconnaissable dans leurs racines.

Figures

Figures

Figure 1. – Le style andonbakama. Illustration de Chiara Bonazzi.

Figure 2. – Le style kimono. Illustration de Chiara Bonazzi.

Figure 3. – Comparaison du style andonbakama : la mode des jeunes femmes occidentales (XIXe siècle) et uchibakama dans la robe de cour traditionnelle (court dress). Illustration de Chiara Bonazzi.

Bibliographie

INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES

Arakawa S. (2006), « Heishi to kyōshi to seito », in Abe T., Obinata S., Amano M. (dir.), Danseishi 1 : Otokotachi no kindai, Tōkyō, Nihon keizai hyōronsha, p. 13-46.

Ema T. (1957), Nihon fūzoku bunkashi, Tōkyō, Shinjusha.

Entwistle J. (2000), The Fashioned Body: Fashion, Dress and Modern Social Theory, Cambridge, Polity Press.

Gluck C. (2008), « Meiji and Modernity: from History to Theory », in Caroli R. (dir.), 1868. Italia Giappone: intrecci culturali, Venezia, Cafoscarina, p. 41-58.

Hasuike Y. (1992), « Jogakusei no fukusō no hensen ni tsuite: wafuku yori yōfuku he », Seikatsu bunkashi, 21, 2/1992, p. 36-48.

Hayakawa N. (2007), « Nihon no kindaika to joseizō, danseizō, kazokuzō no mosaku », in Hayakawa N., I H., Egami S., Katô C. (dir.), Higashi Ajia no kokumin kokka keisei to jendā: joseizō wo megutte, Tōkyō, Aoki Shoten, p. 15-36.

Ienaga S. (1982 [1re ed. 1976]), Nihonjin no yōfukukan no hensen, Tōkyō, Domesu Shuppan.

Iwahori Y. (1997), « Meiji chūki ōkashugi shisō ni miru shufu risōzō no keisei: ‘ Jogaku zasshi’no seikatsu shisō ni tsuite » in Wakita H., Hanley S. B. (dir.), Jendā no nihonshi (ka): shutai to hyōgen, shigoto to seikatsu, Tōkyō, Tōkyō daigaku shuppankai, p. 459-486.

Katô C. (2007), « “Teikoku” Nihon ni okeru kihanteki joseizō no keisei: dōjidai no sekai to no kankei kara », in Hayakawa N., I H., Egami S., Katô C. (dir.), Higashi Ajia no kokumin kokka keisei to jendā: joseizō wo megutte, Tōkyō, Aoki Shoten, p. 64-86.

Kawabata S. (1994), Kimono no bunkashi, Tōkyō, Kajima shuppankai.

Kitamura T. (1986), Nihon fukusokushi, Tōkyō, Iseikatsu kenkyūkai.

Meech-Pekarik J. (1986), The World of the Meiji Print: Impressions of a New Civilization, New York/Tōkyō, John Weatherhill.

Motoi C. (1975), Nihon-Seiyō hifuku bunka shi, Tōkyō, Kōseikan.

Nakatanis S. (1975), « Meiji kōki no kairyōfuku ni tsuite: Yamane Masatsugu no ‘Kairyōfuku zusetsu’wo megutte », Aisen joshi tanki daigaku kiyō, 10, 3/1975, p. 49-64.

Ōe M. (2002), « Meiji-Taishō jidai no Nihon no yōsō », Ōtani joshi tanki daigaku kiyō, 46, p. 28-40.

Ôtake K. (1958), « Meiji jidai no fukusō (4); danshi no yōfuku », Shōwa joshidaigaku kōyōkai, 220, p. 115-128.

Satô Y. (1999), Nihon fukusōshi, Tōkyō, Kenpakusha.

Sekiguchi S. (2010), « Confucian Morals and the Making of a “Good Wife and Wise Mother”: From “Between Husband and Wife there is Distinction” to a “As Husbands and Wives be Harmonious” », Social Science Japan Journal, 13/1, p. 95-113.

Shiina Y. (1954), « Meijiki no joshi gakuseifuku », Gakuen, 161, 4/1954, p. 114-123.

Sonoda H. (1993), Seiyōka no kōzō: kurofune, bushi, kokka, Tōkyō, Shibunkaku shuppan. Ueki T. (1998), « Meiji Tennō no Kōgō no Yōsō ni tsuite: Bunken shiryō ni yoru », Nihon fukushoku gakkaishi, 17, p. 117-126.

Wakakuwa M. (2001), Kōgō no shōzō: shōken kōtaigō no hyōshō to josei no kokuminka, Tōkyō, Chikuma shobō.

Yamana K. (1983), Nihon ifuku bunkashi yōsetsu, Ōsaka, Kansai iseikatsu kenkyūkai.

Yumoto K. (1998), Zusetsu: bakumatsu Meiji ryūkō jiten, Tōkyō, Kashiwashobō.

Notes

1 Voir les thèmes de l’histoire des costumes japonais en Motoi 1975 ; Yamana 1983.

2 Pour les exemples de périodisation concernant yōsōka : Ōe 2002, 29 ; Kawabata 1966, 208-216.

3 Kitamura 1973, 185.

4 Ōtake 1958, 115.

5 Ema 1957, 314.

6 « Une requête sur les vêtements pour les écolières inscrites » (Nyūgaku no joshisha fuku no gi ni tsuki ukagakai), cité dans Hasuike 1992, 36.

7 Le texte original Oboshimeshiso de l’Impératrice (L’Avis impérial, 1887) au sujet de la robe de style occidental est inséré en Ueki 1998, 118-119 ; traduction anglaise dans Meech-Pekarik 1986, 129-130.

8 Comme en témoigne un article publié dans la revue « Fûzoku Gaho » en 1889 (no 1). Satô 1999, 193.

9 Une analyse comparative des défauts dans yōfuku et wafuku a été insérée sur le journal « Nihonjin » (no 10-12, 1888). Ienaga 1982, 34-37.

10 Nakatani 1975, 56-63.

11 Shiina 1954, 116.

12 Hasuike 1992, 42.

13 Shiina 1954, 119.

14 Ibid., 122-123.

15 Par exemple l’intellectuel Yoshida Shōin (1830-1859), l’un des premiers activistes de la promotion des établissements pour jeunes filles et Nishizawa Seian (1805-1862), traducteur de Four Books for Women (Kotei Onna Shisho). Cf. Hayakawa 2007, 16-20 ; Sekiguchi 2010, 104-106.

16 Voir par exemple l’ouvrage de Fukuzawa Yukichi (1835-1901) Gakumon no susume (1872-1876) et les écrits de Mori Arinori (1847-1889) sur le concubinage, ainsi que les écrits de Nakamura Masanao (1832-1891) sur l’éducation des femmes, tous deux publiés dans le journal Meiroku zasshi (1874-1875). Lors d’une pétition envoyée au Gouvernement Central en 1871, le ministre de l’Éducation affirma que les talents d’un enfant dépendaient de l’érudition de sa mère. Hayakawa 2007, 23.

17 Il y avait une forte différence entre les garçons et les filles en ce qui concerne la présence scolaire. Entre 1873 et 1885, parmi les jeunes filles d’âge scolaire, le nombre de celles qui fréquentaient l’école passa de 15,1 % à 32,1 %, en comparaison de l’augmentation du nombre de garçons qui passa de 39,9 % en 1873 à 65,8 % en 1885. Entre 1896 et 1913, le nombre de jeunes filles qui se diplômèrent de l’école publique passa de 298 à 2225. Source du ministère de l’Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et des Technologies japonais (http://www.mext.go.jp).

18 Sonoda 1993, 272-292. De fait, Mori suggéra un parallélisme entre les garçons et les soldats qui devait trouvé toute son expression quelques années plus tard, au cours de la guerre contre la Chine (1894-1895) et contre la Russie (1904-1905). Pour l’archétype Meiji de l’homme martial et de son influence sur l’éducation des garçons voir Arakawa, 2006, 13-46.

19 « Cet idéal est communément dépeint comme une “idée moderne” toute spécifique, un “produit de la modernité” ou encore une “invention moderne”. » Sekiguchi 2010, 108. Sur le concept de ryōsai kenbo voir également Iwahori 1995, 462-471. Ryōsai kenbo en relation au nationalisme est traité en Katô 2007, 66-70.

20 Arakawa 2006, 27.

21 Wakakuwa 2001, 253-263 ; Sekiguchi 2010, 102-106.

22 C’est la raison pour laquelle l’Impératrice du Japon, à la recherche de similitudes stylistiques entre la tenue deux-pièces de style occidental pour femmes et la tenue vestimentaire traditionnelle japonaise, dut remonter jusqu’à l’ancienne tenue Nara (710-784), où la partie supérieure était associée à une jupe (suō). Voir le oboshimeshiso de l’Impératrice cité plus haut.

23 Il est intéressant de noter que le terme ebicha était utilisé pour souligner de manière ironique les excès auxquels pouvaient conduire l’éducation moderne des femmes, centrée autant sur les activités physiques qu’intellectuelles : seul, ebicha indiquait le garçon manqué ; utilisé avec Shikibu, le nom de la célèbre femme écrivain Heian (794-1185) Murasaki Shikibu, ebicha indiquait les jeunes filles fières de leur niveau élevé d’éducation et fortement orientées à la participation dans le monde du travail et de la production, ce qui contraste avec l’itinéraire ryōsai kenbo tracé par le gouvernement avec son programme scolaire. Yumoto 1998, 114.

24 Principalement pour la pression que le obi exerçait sur le buste et ses articulations. Rétrécir encore le obi était l’une des sept suggestions données par le docteur allemand et médecin de la Cour impériale Erwin von Bälz (1849-1913) concernant la tenue adéquate pour les jeunes filles durant les activités physiques. Nakatani 1975, 58.

25 Gluck 2008, 54.

Table des illustrations

Titre Figures
Légende Figure 1. – Le style andonbakama. Illustration de Chiara Bonazzi.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89440/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Légende Figure 2. – Le style kimono. Illustration de Chiara Bonazzi.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89440/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Légende Figure 3. – Comparaison du style andonbakama : la mode des jeunes femmes occidentales (XIXe siècle) et uchibakama dans la robe de cour traditionnelle (court dress). Illustration de Chiara Bonazzi.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/89440/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 192k

Auteur

Universités de Venise et Bicocca de Milan.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540