Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Du transfert culturel au métissage

 | 
Michel Molin
, 
Silvia Capanema
, 
Quentin Deluermoz
, 
et al.

Quatrième partie. Dynamiques culturelles et expériences : culture matérielle, savoirs, religions, arts

Les interprètes métis en Nouvelle-Espagne au XVIe siècle

Éric Roulet

Abstract

Les Espagnols sont peu nombreux en Nouvelle-Espagne et les Indiens sont des millions. Aussi convient-il de parler à ces derniers dans leur langue. Cependant, les truchements indiens sont réputés ne pas bien traduire, et les Espagnols de confondre intérêt personnel et charge officielle. Ils ne comprennent pas toujours très bien le monde indigène. Dans ces conditions, le recours à des métis peut apparaître comme une solution appropriée pour les administrations coloniales. Les sources n’apportent malheureusement que peu d’informations sur les origines des interprètes, mais nous connaissons plusieurs interprètes métis dans la seconde moitié du XVIe siècle. Mais comment pensent-ils leur rôle dans la société coloniale ?

The Spaniards are a few and the Indians are millions in the New Spain during the XVIth century. It is thus necessary to speak their language. The first interpreters are Indians crossed in the service of the conquerors, or Spaniards. However, the Indians are well considered for not translating, and the Spaniards, to confuse personal interest and official responsibility. They do not still understand very well the native world. In these conditions, the half-bloods can appear as a solution suited for the colonial administrations. However, nothing is said in sources on the origins of the interpreters. We know several interpreters half-blood in the second half of the XVIth century. But what do they want to do in the colonial society?

Full text

***

  • 1 Baudot 1981, 100-102 ; Zavala 1996. À la fin du XVIe siècle, les Indiens, malgré les violences de (...)

1La question linguistique est au cœur du processus colonial en Nouvelle-Espagne au XVIe siècle. Comment en effet pour les autorités civiles et religieuses s’adresser à la masse indienne et se faire entendre d’elle, alors qu’elle représente des millions d’individus et que les Espagnols sont seulement quelques milliers ? Elles font très tôt le choix de s’adresser aux Indiens dans leur langue. La monarchie soutient tout au long du siècle cette politique même si parfois elle hésite et remet en cause ce choix1. Dans ces conditions, la connaissance des langues indigènes est une nécessité, et le recours à des interprètes un passage obligé. Mais qui va traduire ? Les premiers interprètes sont des Espagnols qui ont vécu avec les Indiens, des religieux, des Indiens qui ont appris le castillan. Mais certains groupes comme les métis, les enfants d’Espagnols et d’Indiennes ne sont-ils pas plus aptes que les autres pour cet exercice ?

  • 2 Espejo Ponce Hunt 1976, 44; Horn 1997, 80; Gonzalbo Aizpuru 2000, 211; Alonso, Payàs 2008.

2La place des métis dans l’interprétariat est souvent soulignée2, mais elle demande encore à être démontrer pour le XVIe siècle. Qui sont les interprètes métis ? Ont-ils occupé des charges au XVIe siècle ? Dans quelle mesure peut-on parler d’intermédiaires culturels ?

3Il s’agira dans un premier temps de comprendre les enjeux de l’interprétariat en Nouvelle-Espagne au XVIe siècle, puis de voir la place que les métis ont pu jouer dans ce domaine pour s’insérer dans la nouvelle société coloniale.

Les enjeux de l’interprétariat

Les besoins en interprètes

  • 3 Comme le note justement l’historien Charles Gibson, les Indiens préfèrent toujours s’adresser aux (...)

4Les Indiens se saisissent de l’opportunité qui leur est faite pour toujours s’exprimer dans leur langue. Il s’agit principalement du nahuatl qui sert de lingua franca en Nouvelle-Espagne, mais aussi de l’otomi, du mixtèque, du zapotèque3.

  • 4 Acta de cabildo de Tlaxcala, le 3/03/1550, dans Anderson, Berdan, Lockhart 1986, 70. L’interprète (...)

5Toutes les relations entre les autorités coloniales et les Indiens passent donc par les interprètes. Ils interviennent aux différents niveaux administratifs : audience, juzgado de indios, cabildos, corregimientos. Ainsi, en 1550, le corregidor de Tlaxcala Diego Ramírez s’adresse au cabildo indien de Tlaxcala par l’intermédiaire d’un interprète, Pedro Caro4. Les corregidors ont souvent un interprète à leur service. Ainsi, le processus de gouvernement est bilingue. Les documents en langue indigène doivent être traduits par des interprètes officiels pour servir de pièces dans les procédures. Le métis tezcocan Fernando de Alva Ixtlilxochitl fait traduire par Francisco Rodríguez le 27 septembre 1611 le testament de son arrière-grand père, don Francisco Verdugo Quetzalmamalitzin, pour le faire reconnaître par les autorités.

6Les besoins en interprètes sont importants et augmentent au fur et à mesure du développement de l’administration coloniale. Mais comment trouver assez d’interprètes ? Par ailleurs les autorités coloniales civiles et religieuses sont rapidement confrontées à la question de la qualité de la traduction opérée. Il ne suffit pas d’avoir des interprètes, encore faut-il qu’ils soient compétents.

Le problème de la traduction au XVI e siècle

  • 5 Cédule royale [C. r.], Tolède, le 24/08/1529, RLI, II-29-14 ; C. r., Valladolid, le 12/09/1537, RL (...)

7Comme les interprètes sont nécessaires et indispensables au bon fonctionnement de la colonie, les autorités entendent qu’ils assurent correctement leur charge. Aussi l’exercice de cette charge est-il dûment encadré par la monarchie afin d’éviter les abus et les conflits d’intérêts. Une première cédule de Charles Quint de 1529 insiste pour que les interprètes ne reçoivent rien des Indiens afin d’éviter toute collusion. En 1537, Charles Quint s’en inquiète. En 1563, Philippe II exige des interprètes qu’ils prêtent serment de bien accomplir leur tâche5. La qualité de la traduction est un souci constant du pouvoir.

  • 6 Ricard 1933, 345 et suiv.

8Nous ne savons pas grand-chose sur la façon dont sont apprises les langues indigènes mais il est vraisemblable que l’empirisme l’emporte, du moins dans les premiers temps. Mais par la suite, les interprètes disposent d’outils pour l’approfondissement de leurs connaissances linguistiques : ce sont des grammaires et des dictionnaires rédigés principalement par les religieux. Certains ouvrages ont été publiés et sont accessibles comme le dictionnaire nahuatl-espagnol du franciscain fray Alonso de Molina, publié à Mexico en 1555 et complété dans une nouvelle édition en 1571 d’une partie espagnol-nahuatl, et la grammaire et le dictionnaire de la langue tarasque du franciscain fray Marturino Gilberti, publiés en 1558 et en 1559. D’autres travaux linguistiques demeurés à l’état manuscrit ont pu être consultés dans les couvents où ils étaient déposés. Il existe aussi des doctrines chrétiennes bilingues ou en langue indigène (en nahuatl, en mixtèque, en tarasque, en maya) qui peuvent aider à travailler ces langues6.

  • 7 Ampliación de la Instrucción a A. de Mendoza, Barcelone, le 14/07/1536, dans Hanke 1976, 1, 33.
  • 8 Concilio de 1555, dans Llaguno 1983, 167-168 ; Concilio de 1565, dans Llaguno 1983, 180.

9Les autorités tentent de développer l’apprentissage des langues indigènes aux Espagnols. Le roi invite ainsi à les enseigner aux enfants d’Espagnols au cas où ceux-ci voudraient un jour ou l’autre choisir la voix cléricale7. Le concile provincial mexicain de 1555 souligne l’importance des langues dans l’encadrement religieux des Indiens et le concile de 1565 fait de leur apprentissage par les clercs une nécessité. Comme les Indiens doivent être instruits dans leur langue, les ministres du culte doivent savoir s’exprimer dans ces langues pour les toucher8.

  • 9 C. r, Buengrado, le 22/05/1565, dans García 1982, 470 ; AGI, gobierno, Audiencia de México, 22, do (...)

10Mais cette politique atteint rapidement ses limites. Les compétences linguistiques des Espagnols qu’ils soient clercs ou laïcs sont souvent sommaires voire inexistantes. En 1565, les évêques de Nouvelle-Espagne nomment encore des curés qui ne connaissent pas les langues indigènes et s’appuient sur des interprètes pour effectuer leur ministère. L’ordonnance vice-royale du 20 février 1592 invite les interprètes de l’Audience de Mexico à bien traduire et de ne pas solliciter les Indiens sous peine de perdre leur emploi. En 1615, le franciscain fray Juan de Torquemada écrit encore que les Espagnols comprennent mal le nahuatl et le parlent mal9.

  • 10 « todos los naguatlatos eran mentirosos » AGN, inquisición, 40, exp. 13, 112r. Voir aussi Molina 1 (...)
  • 11 « tenemos experencia que todos los libros escriptos de mano de indios, tienen mil errores así en l (...)

11Quant aux Indiens, ils sont suspectés de mal traduire. Les fils des caciques ont appris le castillan au contact de leurs évangélisateurs franciscains, dominicains et augustins ou au sein des écoles fondées par ces mêmes religieux. Mais le franciscain fray Pedro de Gante écrit en 1536 : « tous les nahuatlatos sont des menteurs10 ». Les traductions effectuées par les Indiens génèrent des critiques. Fray Domingo de la Anunciación écrit en 1572 : « nous savons d’expérience que tous les livres écrits par les Indiens contiennent de nombreuses erreurs tant dans l’écriture que dans le sujet qu’ils traitent11 ».

  • 12 La situation semble différente de celle du pays maya où dominent jusqu’au début du XVIIe siècle le (...)

12On peut se demander dans ces conditions si les métis n’auraient pas l’avantage aux yeux des autorités coloniales, comme groupe intermédiaire, de mieux remplir ce rôle et de mieux traduire12.

À la recherche des interprètes métis

La notion d’intermédiaire culturel

  • 13 « se ordenen de las cuatro órdenes menores de la Iglesia algunos mestizos […] que sepan leer y esc (...)
  • 14 Concilio de 1555, dans Llaguno 1983, 168 ; Concilio de 1565, dans Llaguno 1983, 181.

13Les métis ont-ils été compris comme de possibles intermédiaires culturels ? Rien n’est moins sûr en fait. Il n’y a guère que la junte ecclésiastique réunie en 1539 à l’initiative de l’évêque de Mexico, le franciscain fray Juan de Zumárraga, qui envisage cette éventualité : « quelques métis peuvent recevoir les quatre ordres mineurs de l’Église […] qui savent lire et écrire […] et qu’ils soient des interprètes et des nahuatlatos13 ». Les conciles qui suivent évoquent bien les interprètes mais ne parlent que des Indiens et des Espagnols. Il n’y a guère de place pour les métis14.

  • 15 C. r., Monzón, 1533, dans Puga 1945, 88.
  • 16 Actas de cabildo de Mexico, le 7/03/1547, ACM V, 175 ; Orden, le 10/02/1552, dans Gerhard 1992, 52 (...)
  • 17 Orden al alcalde mayor de Puebla, le 17/01/1553, dans Gerhard 1992, 267. C. r., Madrid, le 2/05/15 (...)

14Mais la condition de métis conduit-elle à avoir des prédispositions linguistiques ? Il n’est pas dit que les métis soient a priori plus compétents pour parler les langues indigènes que les Espagnols ou les Indiens et qu’ils soient « naturellement » des passeurs ou des intermédiaires culturels. En effet, nés de l’union d’un Espagnol et d’une Indienne, ils sont avant tout des métis biologiques. Ils ne sont pas vus comme appartenant à deux cultures. Bien au contraire. La politique officielle qui prévaut alors est la séparation des populations, il y a une république des Indiens et une république des Espagnols. Les métis ne peuvent qu’appartenir à l’un des deux groupes définis. La cédule royale de Charles Quint établie à Monzón en 1533 insiste pour que les pères biologiques espagnols de ces enfants les prennent avec eux et les élèvent15. Les enfants métis sont donc compris comme appartenant à un monde exclusivement, un monde espagnol principalement. Par ailleurs, il est difficile aux métis de se prévaloir d’appartenir à deux mondes car ils ne peuvent fréquenter les Indiens en dehors des échanges commerciaux et administratifs. Ils ne peuvent en effet résider plus de trois jours dans un village indien16, tout comme les Espagnols17.

15Les métis n’appartiennent donc pas à deux cultures et ne peuvent se prévaloir de comprendre les deux cultures et les deux langues. Il importe aussi de souligner que la connaissance des langues indigènes est une chose, la compréhension et l’interprétation du monde indigène en sont d’autres. Parler une langue ne présage pas qu’on comprenne toutes les nuances du discours afin d’en restituer la teneur.

16Les compétences linguistiques des métis dépendent de leur contexte de formation et de vie. Ce n’est pas leur condition qui conduit à en faire des interprètes performants. Ils ne sont pas plus prédisposés que les autres pour être des interprètes.

Identifier les métis dans les sources

  • 18 Espejo Ponce Hunt 1976, 43.
  • 19 Actas de cabildo de Mexico, le 7/03/1547, ACM V, 175.
  • 20 C. r., Valladolid, le 10/09/1548, dans Encinas 1945, IV, 344 ; C. r., Valladolid, le 27/02/1549, d (...)
  • 21 Espejo Ponce Hunt 1976, 43. Les mentions de métis sont marginales encore au XVIIe siècle dans les (...)

17Combien de métis sont-ils devenus dans ces conditions des interprètes ? Les sources malheureusement ne nous renseignent pas ou peu sur la question. La consultation des bases de données des archives ne donne aucun résultat. Cela ne signifie pas qu’il n’y a pas d’interprètes métis mais seulement que ces éléments ne figurent pas dans les documents ou qu’ils n’ont pas été systématiquement notés dans les bases de données. Il est donc impossible par ce biais de savoir si un officier ou un agent de la couronne est un métis. Le terme de métis n’apparaît pas dans la documentation du premier XVIe siècle. Au mieux, nous trouvons la mention de fils d’Indiennes et d’Espagnols. Les enfants sont souvent dits Espagnols. Parfois, ils sont qualifiés d’Indiens s’ils vivent avec leur mère18. La première mention d’un métis (mestizo) dans les délibérations du conseil municipal de Mexico date de 154719. Les premières cédules royales utilisant le terme de métis datent de 1548 et 154920. Il qualifie dans un premier temps le groupe et non un individu précis. Mais ces mentions demeurent durant une bonne partie du XVIe siècle peu nombreuses. Elles requièrent de la prudence, car un même individu peut être déclaré dans un document dans un groupe, et dans un autre document, dans un autre groupe, selon bien souvent ses intérêts21.

18On ne peut identifier les interprètes métis qu’en reconstituant leurs généalogies ou en croisant les sources car les archives de notaires mentionnent souvent les qualités des individus. Encore faut-il qu’ils bénéficient d’une charge officielle pour qu’on sache l’emploi qu’ils occupent, qui seule témoigne de la reconnaissance de leur savoir et de leur rôle.

  • 22 RG 1986, 7, 277.
  • 23 Horn 1997, 80.
  • 24 Lentz 2009, 144.

19Un certain nombre de métis vivent dans les villages indiens et peuvent à l’occasion se faire interprète. C’est le cas de Pedro de Talavera qui réside dans le village de Teutenango depuis 155222. Ces interprètes métis informels suppléent d’une façon ou d’une autre l’administration coloniale, notamment au niveau local23. En pays maya aussi les interprètes qui rendent des services ponctuellement ne sont pas toujours officiels24. Ce recours occasionnel à des interprètes métis n’a pas généré de documents qui puissent nous renseigner sur eux.

  • 25 Mendoza 1945, XXXI-XXXII ; Comisión, le 4/04/1551, dans Zavala 1982, 354. Au XVIIe siècle, un inte (...)

20Pourtant, cet emploi a pu être recherché par les métis car il était assez bien rémunéré. Un interprète de l’Audience reçoit un salaire d’un peso d’or commun par jour en 1548. En 1551, Gregorio de las Ribas donne un peso et demi par jour à l’interprète qui l’assiste dans sa visite des villages du Querétaro25. De plus il est constamment au cœur des affaires politiques, côtoie et épaule le pouvoir par sa connaissance. Sa responsabilité est grande. Un interprète quoique agent de rang subalterne n’est pas un personnage négligeable.

Les interprètes métis à la fin du XVIe siècle

  • 26 On compte 2000 métis à Mexico en 1560 (Gibson 1967, 387).

21Les métis apparaissent davantage dans l’interprétariat dans la deuxième moitié du XVIe siècle, vraisemblablement parce qu’ils forment un groupe plus important, ils sont plus nombreux, quelques milliers26, et que le métissage se généralisant et se complexifiant, ils deviennent un groupe visible.

Les métis et les études linguistiques

  • 27 Palomera, dans ValadÉs 1989, VIII-X.
  • 28 Il entre dans la Compagnie de Jésus à 17 ans. (Guzman Betancourt 2002, 255-256). Les chroniqueurs (...)
  • 29 Durand Forest 2008, 223 ; Romero Galvan 2009, 173. La question des origines de Tezozomoc a été sou (...)

22Les métis occupent une part importante dans le domaine linguistique. Les ouvrages sur les langues indigènes de la seconde moitié du XVIe siècle ont des auteurs métis. Le franciscain fray Diego Valadés est né vers 1533. Il est le fils d’une Indienne de Tlaxcala et du conquistador Diego Valadés. Il entre chez les franciscains et est ordonné en 1555. Il apprend le nahuatl, l’otomi et le tarasque27. Le jésuite Antonio del Rincón (1556-1601) est un métis de Tetzcoco, il écrit une grammaire du nahuatl qui est publiée à Mexico en 159528. D’autres métis écrivent des chroniques en langue indigène. Cristóbal del Castillo (vers 1530/1540-1604) écrit en nahuatl une histoire de la Conquête. Alonso Franco, vecino de Mexico (il est mort en 1602), est l’auteur de nombreux récits historiques en nahuatl qui ont servi à Hernando Alvarado Tezozomoc à écrire sa Crónica mexicayotl en nahuatl, au point d’être parfois présenté comme le véritable auteur de la Crónica29.

  • 30 Ordenanza, le 15/11/1576, RLI, V-8-40. En 1549, une première cédule royale interdit aux métis d’ex (...)

23Une partie des élites métisses a pu passer par les grandes institutions coloniales de formation de l’époque où l’on enseignait les langues indigènes à la noblesse indienne et métisse comme le collège Santa Cruz de Tlatelolco. Dans la deuxième moitié du XVIe siècle, les métis se sont-ils fait une spécialité des études linguistiques ? ou ont-ils vu là l’occasion de s’insérer professionnellement dans la société ? Ont-ils investi ce champ d’étude car les autres emplois leur étaient interdits dans l’administration espagnole ? L’ordonnance royale du 15 novembre 1576 leur interdit en effet les charges de secrétaire et de greffier30. Mais les autres charges ne leur sont pas interdites. Ils peuvent donc être des interprètes auprès de ces institutions.

24Cela pourrait signifier que les autorités leur reconnaissent une compétence particulière qui leur serait utile.

  • 31 En 846 le concile mexicain de 1555 se prononce contre leur prétention au sacerdoce. Ils ne peuvent (...)

25Le phénomène d’exclusion des métis ne touche pas que les institutions civiles. L’Église de Nouvelle-Espagne se ferme elle aussi un temps aux métis31.

Les carrières d’interprètes métis

26Si les interprètes métis semblent plus nombreux dans l’interprétariat à la fin du XVIe siècle, c’est parce qu’on les identifie mieux. Les sources d’archives demeurent lacunaires et leur identification n’est due bien souvent qu’à leur investissement dans la vie culturelle de la colonie et non à la charge qu’ils occupent. Les interprètes métis que nous connaissons le mieux sont les chroniqueurs de la fin du XVIe siècle et du début du XVIIe siècle. Cela permet d’observer deux caractéristiques de ces interprètes métis. D’une part, ils appartiennent aux élites coloniales. D’autre part, ils agissent souvent au niveau local. Ils apparaissent peu dans les grandes institutions.

  • 32 VÁzquez Chamorro, dans Muñoz Camargo 1986, 9.
  • 33 Acta de cabildo de Tlaxcala, le 13/11/1568, dans Anderson, Berdan, Lochkart 1986, 151-152.
  • 34 VÁzquez Chamorro, dans Muñoz Camargo 1986, 15 ; Gibson 1991, 169.
  • 35 Durand Forest 2008, 232.
  • 36 León-Portilla 1995, 244.
  • 37 RG 1986, 8, 45-113.
  • 38 VÁzquez Chamorro, dans Ixtlilxochitl 1985b, 19 v ; Alonso, Payàs 2008.
  • 39 Alonso, Baigorri, Payàs 2008.
  • 40 OGorman, dans Ixtlilxochitl 1985a, 1, 31.

27Diego Muñoz Camargo (1528-1600) est probablement l’un des interprètes les plus connus. Son père, Diego Muñoz, est un compagnon de Cortés. Sa mère, une Indienne qui vivait en concubinage avec son père avant le mariage de celui-ci avec une Espagnole, est morte quelques années après sa naissance. Elle n’appartenait vraisemblablement pas à la noblesse indigène32. Diego Muñoz Camargo est interprète auprès du cabildo de Tlaxcala en 156833. En 1584, il accompagne en Espagne en qualité d’interprète une délégation de nobles indiens de Tlaxcala qui réclament la confirmation de leurs privilèges34. Juan Bautista Pomar (1527-après 1602) est le fils d’un Espagnol, Antonio de Pomar, et d’une Indienne, fille d’une concubine de Nezahualpilli, le souverain de Tetzcoco. Il a servi plus d’une fois d’intermédiaire entre les Indiens et les autorités35. Il est le compilateur des pièces en nahuatl qui composent aujourd’hui les Romances de los señores de Nueva España36 que certains historiens datent de 1585. Il est chargé par le vice-roi de rédiger une relation géographique de Tetzcoco en 158237. Il use de ses talents d’interprète pour interroger les témoins indiens. Fernando de Alva Ixtlilxochitl (1578-1650) est un quarteron. Son père est un Espagnol, Juan de Peraleda. Son grand-père maternel, Juan Grande, était interprète lui aussi38. Ici donc, ce ne serait pas l’origine mais plutôt la tradition familiale qui orienterait le métier. Ixtlilxochitl occupe plusieurs charges officielles dans des communautés indiennes où ses talents linguistiques sont sollicités. Il est ainsi juge gouverneur de Tetzcoco en 1612, puis de la province de Chalco. Il fait nommer interprète son frère don Luis de Alva en 1621. Un autre de ses frères, Bartolomé de Alva, est un prêtre qui écrit des ouvrages religieux en langue indigène. Nous lui connaissons notamment un manuel de confession bilingue espagnol-nahuatl. Il traduit aussi des pièces de théâtre espagnol (Calderón de la Barca, Lope de Vega) en nahuatl39. Il est proche du linguiste Horacio Carochi. Ixtlilxochitl est interprète au Juzgado de Indios avant 164040.

  • 41 RG 1986, 7, 277.
  • 42 Hoyo 2005, 266.
  • 43 Leyva Contreras 2002.
  • 44 Horn 1997, 80-81.

28Les autres interprètes métis que nous pouvons identifier agissent au niveau local, même si des incertitudes demeurent sur leurs origines véritables. On observe dans le cas des relations géographiques des années 1579-1582, que les agents de la monarchie qui visitent les villages indiens sont en général aidés d’interprètes espagnols ou ladinos, c’est à dire Indiens parlant l’espagnol. Il n’est jamais fait mention de métis. Pourtant, on peut subodorer qu’ils sont sollicités. Ainsi, le corregidor de Teutenango, Francisco de Avila, s’appuie sur le métis Pedro de Talavera qui vit depuis trente ans dans le village parmi les Indiens matalcinga et mexicains pour faire sa relation en 158241. Martín de Solis, un métis de Saltillo au Nouveau León, sert d’interprète à Francisco de Urdiñola lors de la fondation de San Esteban de la Nueva España en 159142. Don Juan Romero, est lui un cacique métis de Tecamachalco. Il connait le nahuatl et le popoloque et sert d’interprète lors d’un procès en 1616, après la mort de la cacica de Tlacotepec Maria Valiente intervenue en 160643. Pascal de Navarro, un métis de San Agustín de las Navas, est interprète auprès du corregidor de Coyoacan dans les années 162044.

Les métis et la médiation culturelle

  • 45 C. R., Aranjuez, le 16/05/1602, dans Ixtlilxochitl 1985a, 2, 292-293.
  • 46 Acuña, dans RG 1986, 8, 36.
  • 47 Torquemada 1975, 2, 358.
  • 48 Durand-Forest 2008, 232.
  • 49 Levin Rojo, Navarrete 2007, 63.

29Comment les métis envisagent-ils l’interprétariat et leur rôle d’intermédiaire ? En fait, ils se sentent en grande partie espagnols. Ils portent des patronymes espagnols et ont des écus d’arme (escudos de armas). Ils s’affirment bien comme des agents de la monarchie en entrant dans l’administration. S’ils écrivent en nahuatl et revendiquent un héritage indien, c’est celui de leur famille et des intérêts économiques particuliers qui sont attachés aux titres et aux terres. Le cas de Juan Bautista Pomar est assez révélateur même s’il est complexe et âprement discuté par les spécialistes. Certes, il réclame avec d’autres membres de sa famille les terres usurpées par les Espagnols45 mais René Acuña relève qu’il parle dans sa relation géographique « des Indiens » comme pour se différencier d’eux46. Le chroniqueur Torquemada écrivait d’ailleurs au XVIe siècle que Pomar était peu au fait des coutumes indigènes de Tetzcoco47. Mais pour Jacqueline de Durand-Forest, Pomar s’identifie pleinement à la noblesse indienne de Tetzcoco48. Danna Levin Rojo souligne de son côté sa volonté d’insérer le monde indien dans la société coloniale49. Diego Muñoz Camargo a lui un nom espagnol et ne revendique pas une ascendance indienne par le nom. Dans ses écrits, il exalte sa cité de Tlaxcala, celle là même qui se joignit aux Espagnols contre les Aztèques mais il s’identifie aux Espagnols (los nuestros) et non aux Indiens (los indios). Il rédige ses chroniques historiques en espagnol.

  • 50 AGN, Gp 2, le 8/06/1580, 167v ; AGN, Gp 2, le 29/07/1580, 192 ; AGN, Indios 3, 1591, 196.
  • 51 AGN, Gp 2, le 16/04/1580, 141 ; AGN, Indios 3, 1591, 195 vo.
  • 52 VÁzquez Chamorro, dans Ixtlilxochitl 1985b, 22.

30Quant aux Indiens, il n’est pas dit qu’ils apprécient beaucoup le rôle d’intermédiaire des métis. Ils les accusent souvent de mauvais traitements50. D’ailleurs les caciques indigènes refusent de leur voir confier des charges d’autorité51. Ils contestent aussi leurs droits sur les terres en arguant le fait qu’ils sont des métis. Ainsi, s’opposent-ils à Fernando de Alva Ixtlilxochitl qui soutient les droits de sa mère au caciquat de Teotihuacan, en disant qu’ils ont du sang espagnol52. Cette réaction de rejet de la part des Indiens peut se comprendre par leur refus de partager des biens et des privilèges.

*

31Si les métis de Nouvelle-Espagne optent pour l’interprétariat au XVIe siècle, cela ne semble pas relever d’une disposition particulière, mais d’une stratégie ou d’un choix pour intégrer l’administration coloniale alors que de nombreux secteurs de l’administration leur sont fermés. Il n’est jamais dit que les métis ont, en raison de leurs origines, des compétences particulières. Le parcours est avant tout individuel. Les métis occupent cependant en général des postes modestes auprès des autorités locales.

  • 53 Haskett 1991, 144.

32Le besoin d’interprètes se fait encore sentir au XVIIe siècle car une bonne part des Indiens ne maîtrise pas l’espagnol53. Mais il n’est pas dit que les métis soient plus visibles. Leur part dans le domaine de la traduction demeure donc difficile à évaluer même si au regard des quelques cas connus, nous pouvons dire qu’ils ont non seulement joué un grand rôle mais aussi qu’ils étaient de qualité.

Bibliography

INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES

Sources manuscrites

Archives générales des Indes, Séville (AGI).
gobierno, Audiencia de México, 22.

Archives générales de la Nation, Mexico (AGN).
inquisición, 40 ; General de parte, 2 ; Indios, 3.

Sources imprimées

Acuñar. (1986), Relaciones geográficas del siglo XVI [RG], Mexico, UNAM.

Actas de cabildo de la ciudad de México [ACM] (1889-1906), Mexico, Ed. del « Municipio libre », 54 t.

Alva Ixtlilxochitl F. de (1985a), Obras históricas, Mexico, UNAM, 2 t.

Alva Ixtlilxochitl F. de (1985b), Historia de la nación chichimeca, Madrid, Historia 16.

Anderson A. J. O., Berdan F., Lockhart J. (1986), The Tlaxcalan Actas. A Compendium of the Records of the Cabildo of Tlaxcala (1545-1627), Salt Lake City, University of Utah Press.

Códice franciscano (1941), Mexico, S. Chavez Hayhoe.

Encinas D. de (1945), Cedulario indiano [1596], Madrid, Ediciones Cultura hispánica, 4 t.

Fernández del Castillo F. (2002), Libros y libreros en el siglo XVI, Mexico, AGN.

García G. (1982), Documentos inéditos o muy raros para la historia de México, Mexico, Porrúa.

García Icazbalceta J. (1947), Don fray Juan de Zumárraga. Primer obispo y arzobispo de México, Mexico, Porrúa, 4 t.

Gerhard P. (1992), Síntesis e índice de los mandamientos virreinales 1548-1553, Mexico, UNAM.

Hanke L., Rodriguez C. (1976), Los virreyes españoles en América durante el gobierno de la casa de Austria. Mexico, Madrid, BAE, 5 t.

Konetzke R. (1953), Colección de documentos para la historia de la formación social de Hispanoamérica 1493-1810, Madrid, CSIC.

Mendoza A. de (1945), Ordenanzas y copilación de leyes [1548], Madrid, Ediciones Cultura hispánica.

Molina A. de (1977), Vocabulario en lengua castellana y mexicana y mexicana y castellana [1571], Mexico, Porrúa.

Muñoz Camargo D. (1986), Historia de Tlaxcala, Madrid, Historia 16.

Pomar J. B. (1941), Relación de Tezcoco, Mexico, S. Chavez Hayhoe.

Puga V. de (1975), Provisiones, cedulas, instrucciones para el gobierno de la Nueva España [1563], Madrid, Ediciones Cultura Hispánica.

Recopilación de leyes de los reynos de las Indias [RLI] [1681] (1998), Madrid, Centro de estudios políticos y constitucionales/Boletín oficial del estado, 3 t.

Solano F. de (1991), Documentos sobre política lingüística en Hispanoamérica (1492-1800), Madrid, CSIC.

Torquemada J. de (1975), Monarquia indiana [1615], Mexico, Porrúa, 3 t.

Valadés D. (1989), Retórica cristiana [1579], Mexico, FCE.

Études

Alonso I., Baigorri J., Payàs G. (2008), « Nahuatlatos y familias de intérpretes en el México colonial », 1611 : Revista de historia de la traducción, 2.

Alonso I., Payàs G. (2008), « Sobre alfaqueques y nahuatlatos : nuevas aportaciones a la historia de la interpretación », in Valero-Garcés C. (éd.), Investigación y práctica en traducción e interpretación en los servicios públicos. Desafíos y alianzas. Alcalá de Henares, Universidad de Alcalá, p. 39-52.

Baudot G. (1981), La vie quotidienne dans l’Amérique espagnole de Philippe II, Paris, Hachette.

Borah W. (1996), El juzgado general de Indios en la Nueva España, Mexico, FCE. Carrera Stampa M. (1971), « Historiadores indígenas y mestizos novohispanos. Siglos XVI-XVII », Revista española de Antropología Americana, VI, p. 205-243.

Hoyo E. del (2005), Historia del Nuevo León, Monterrey, Gobierno del Estado de Nuevo León.

Durand Forest J. de (2008), Les Aztèques, Paris, Les Belles Lettres.

Espejo Ponce Hunt M. (1976), « The Processes of the Development of Yucatan, 1600-1700 », in Altman I., Lockhart J., Provinces of Early Mexico. Variants of Spanish American regional evolution, Los Angeles, UCLA, p. 33-62.

Garibay Kintana Á. M. (1971), Historia de la literatura nahuatl, Mexico, Porrúa, 2 t.

Gibson C. (1967), Los Aztecas bajo el dominio español (1519-1810), Mexico, Siglo Ventiuno.

Gibson C. (1991), Tlaxcala en el siglo XVI, Mexico, FCE/Estado de Tlaxcala.

Gonzalbo Aizpuru P. (2000), Historia de la educación en la epoca colonial : el mundo indígena, Mexico, El Colegio de México.

Grunberg B., Lakroum M. (1999), Histoire des métissages hors d’Europe. Nouveaux mondes ? Nouveaux peuples ?, Paris, L’Harmattan.

Guzman Betancourt I. (2002), « Antonio del Rincón (1566-1601) : primer gramático mexicano », Estudios de cultura náhuatl, 33, p. 255-256.

Haskett R. S. (1991), Indigenous Rulers. An Ethnohistory of Town Government in Colonial Cuernavaca, Albuquerque, University of New Mexico Press.

Horn R. (1997), Post Conquest Coyoacan, Stanford, Stanford University Press.

Lesbre P. (1999), « Un représentant de la première génération métisse face à l’aristocratie acolhua : Juan Bautista Pomar (fin XVIe-début XVIIe siècles) », in Lavalle B., Transgressions et stratégies du métissage, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, p. 183-200.

Lentz M. (2009), « Les intérpretes de Yucatán : hombres entre dos mundos », Estudios de cultura maya, XXXIII, p. 135-158.

León-Portilla M. (1995), Literaturas indígenas de México. Mexico, Editorial MAPFRE/FCE.

Levin Rojo D., Navarrete F. (2007), Indios, mestizos y españoles. Interculturalidad e historiografía en la Nueva España, México, UNAM-IIH.

Leyva Contreras L. (2002), « República de Indios de Santa Cruz Tlacotepeque y el régimen de propriedad », Alegatos, 51, 12 p.

Llaguno J. A. (1983), La personalidad jurídica del Indio y el III concilio provincial mexicano (1585), Mexico, Porrúa.

McDonough K. S. (2011), « Indigenous Intellectuals in Early Colonial Mexico: The Case of Antonio del Rincón, Nahua Grammarian and Priest », Colonial Latin American Review, 20-2, p. 145-165.

Mörner M. (1971), Le métissage dans l’histoire de l’Amérique latine, Paris, Fayard.

Ricard R. (1933), La conquête spirituelle du Mexique, Paris, Institut d’ethnologie.

Romero Galván J. R. (2009), « Memoria, oralidad e historia en dos cronistas nahuas », Estudios de cultura náhuatl, 38, p. 165-182.

Roulet E. (2010), « La pratique des langues indigènes chez les franciscains de la Nouvelle-Espagne (province du Santo Evangelio de Mexico, 1570) » Caravelle, 94, p. 221-245.

Zavala S. (1982), Asientos de la gobernación de la Nueva España, Mexico, AGN.

Zavala S. (1996), Poder y lenguaje desde el siglo XVI, Mexico, El Colegio de México.

Notes

1 Baudot 1981, 100-102 ; Zavala 1996. À la fin du XVIe siècle, les Indiens, malgré les violences de la conquête, l’exploitation, les pressions sociales et économiques, les épidémies, représentent encore 96 % de la population.

2 Espejo Ponce Hunt 1976, 44; Horn 1997, 80; Gonzalbo Aizpuru 2000, 211; Alonso, Payàs 2008.

3 Comme le note justement l’historien Charles Gibson, les Indiens préfèrent toujours s’adresser aux autorités dans leur langue (Gibson 1991, 84). Les interprètes sont appelés lenguas ou nahuatlatos car la langue principale qu’ils pratiquent est le nahuatl.

4 Acta de cabildo de Tlaxcala, le 3/03/1550, dans Anderson, Berdan, Lockhart 1986, 70. L’interprète est l’un des quatre assistants du corregidor de Tlaxcala à côté de l’alguazil, du procurador et de l’escribano (Gibson 1991, 83).

5 Cédule royale [C. r.], Tolède, le 24/08/1529, RLI, II-29-14 ; C. r., Valladolid, le 12/09/1537, RLI, II-29-12 ; Ordonnance de Philippe II, Monzón, le 4/10/1563, RLI, II-29-12.

6 Ricard 1933, 345 et suiv.

7 Ampliación de la Instrucción a A. de Mendoza, Barcelone, le 14/07/1536, dans Hanke 1976, 1, 33.

8 Concilio de 1555, dans Llaguno 1983, 167-168 ; Concilio de 1565, dans Llaguno 1983, 180.

9 C. r, Buengrado, le 22/05/1565, dans García 1982, 470 ; AGI, gobierno, Audiencia de México, 22, doc 72, Ordenanza, Mexico, le 20/02/1592, 2 fol ; Torquemada 1975, 3, 487. Seuls les franciscains de la province du Saint Évangile de Mexico semblent avoir développé des compétences linguistiques (Roulet 2010, 221-245).

10 « todos los naguatlatos eran mentirosos » AGN, inquisición, 40, exp. 13, 112r. Voir aussi Molina 1977, « Prólogo ».

11 « tenemos experencia que todos los libros escriptos de mano de indios, tienen mil errores así en la escriptura como en la materia de que se tratan » Carta de fr. Domingo de la Anunciación, 1572, dans FernÁndez del Castillo 2002, 82. Voir aussi Parecer de fr. Juan de la Cruz, 1572, dans Fernández del Castillo 2002, 85.

12 La situation semble différente de celle du pays maya où dominent jusqu’au début du XVIIe siècle les interprètes indigènes, ce n’est qu’ensuite qu’Espagnols et métis occupent cette charge (Lentz 2009, 145).

13 « se ordenen de las cuatro órdenes menores de la Iglesia algunos mestizos […] que sepan leer y escribir […] y que sean lenguas e naguatlatos » Junta de 1539, dans García Icazbalceta 1947, 3, 152. La junte réunit les trois évêques de Mexico, Antequera (Juan de Zárate) et Michoacan (Vasco de Quiroga) et des représentants des trois ordres franciscain, dominicain et augustin assistés de quelques autres religieux et letrados. Le provincial des augustins, fray Pedro Delgado, et l’évêque de Tlaxcala, fray Julian Garcés, n’assistent pas aux discutions mais signent le document final imprimé (García Icazbalceta 1947, 3, 183).

14 Concilio de 1555, dans Llaguno 1983, 168 ; Concilio de 1565, dans Llaguno 1983, 181.

15 C. r., Monzón, 1533, dans Puga 1945, 88.

16 Actas de cabildo de Mexico, le 7/03/1547, ACM V, 175 ; Orden, le 10/02/1552, dans Gerhard 1992, 520 ; C. r., Madrid, le 2/05/1563, RLI, VI-3-21.

17 Orden al alcalde mayor de Puebla, le 17/01/1553, dans Gerhard 1992, 267. C. r., Madrid, le 2/05/1563, RLI, VI-3-21.

18 Espejo Ponce Hunt 1976, 43.

19 Actas de cabildo de Mexico, le 7/03/1547, ACM V, 175.

20 C. r., Valladolid, le 10/09/1548, dans Encinas 1945, IV, 344 ; C. r., Valladolid, le 27/02/1549, dans Konetzke 1953, 256 ; C. r., le 1/06/1549, dans Konetzke 1953, 259.

21 Espejo Ponce Hunt 1976, 43. Les mentions de métis sont marginales encore au XVIIe siècle dans les documents de la cathédrale de Mérida (ibid.).

22 RG 1986, 7, 277.

23 Horn 1997, 80.

24 Lentz 2009, 144.

25 Mendoza 1945, XXXI-XXXII ; Comisión, le 4/04/1551, dans Zavala 1982, 354. Au XVIIe siècle, un interprète gagne autant qu’un alguazil. En 1642, un interprète gagne 300 pesos et un alguazil 250. En 1683, ses émoluments sont le double de celui d’un alguazil (Borah 1996, 447).

26 On compte 2000 métis à Mexico en 1560 (Gibson 1967, 387).

27 Palomera, dans ValadÉs 1989, VIII-X.

28 Il entre dans la Compagnie de Jésus à 17 ans. (Guzman Betancourt 2002, 255-256). Les chroniqueurs jésuites du XVIIe siècle en font un métis de Tetzcoco. (Andrés Pérez de Ribas, Corónica y historia religiosa de la provincia de la Compañía de Jesús de México en Nueva España, écrite vers 1650 ; Francisco de Florencia, Historia de la provincia Historia de la provincia de la Compañía de Jesús de Nueva España, México, 1694.) Ce point demeure encore discuté.

29 Durand Forest 2008, 223 ; Romero Galvan 2009, 173. La question des origines de Tezozomoc a été soulevée. Métis ou indien ? Garibay affirme que c’est un « indio con sangre integra » (Garibay 1971, 2, 300) et les auteurs se rallient en général à cette idée. Mais Georges Baudot penche pour un métis mexicain descendant du souverain aztèque Axayacatl. On ne connaît qu’une partie de sa généalogie. Tezozomoc aurait été interprète de l’Audience de Mexico (Baudot 1981, 269). On connait un portrait de lui où il figure en habits espagnols avec la mention « indio puro » (Ms Tlalamatl Quauhquilpan, dans Tezozomoc 1975, page de garde).

30 Ordenanza, le 15/11/1576, RLI, V-8-40. En 1549, une première cédule royale interdit aux métis d’exercer tout office public dans l’administration royale sans autorisation spéciale (C. r., Valladolid, le 27/02/1549, dans Konetzke 1953, 256).

31 En 846 le concile mexicain de 1555 se prononce contre leur prétention au sacerdoce. Ils ne peuvent pas plus prendre l’habit franciscain. Il faudra attendre le troisième concile mexicain de 1585 pour que la porte s’entrouvre et qu’on permette l’ordination des métis de la deuxième et de la troisième génération (Concilio de 1555, dans Llaguno 1983, 169 ; Códice franciscano 1941, 132 ; Concilio de 1585, dans Llaguno 1983, 279).

32 VÁzquez Chamorro, dans Muñoz Camargo 1986, 9.

33 Acta de cabildo de Tlaxcala, le 13/11/1568, dans Anderson, Berdan, Lochkart 1986, 151-152.

34 VÁzquez Chamorro, dans Muñoz Camargo 1986, 15 ; Gibson 1991, 169.

35 Durand Forest 2008, 232.

36 León-Portilla 1995, 244.

37 RG 1986, 8, 45-113.

38 VÁzquez Chamorro, dans Ixtlilxochitl 1985b, 19 v ; Alonso, Payàs 2008.

39 Alonso, Baigorri, Payàs 2008.

40 OGorman, dans Ixtlilxochitl 1985a, 1, 31.

41 RG 1986, 7, 277.

42 Hoyo 2005, 266.

43 Leyva Contreras 2002.

44 Horn 1997, 80-81.

45 C. R., Aranjuez, le 16/05/1602, dans Ixtlilxochitl 1985a, 2, 292-293.

46 Acuña, dans RG 1986, 8, 36.

47 Torquemada 1975, 2, 358.

48 Durand-Forest 2008, 232.

49 Levin Rojo, Navarrete 2007, 63.

50 AGN, Gp 2, le 8/06/1580, 167v ; AGN, Gp 2, le 29/07/1580, 192 ; AGN, Indios 3, 1591, 196.

51 AGN, Gp 2, le 16/04/1580, 141 ; AGN, Indios 3, 1591, 195 vo.

52 VÁzquez Chamorro, dans Ixtlilxochitl 1985b, 22.

53 Haskett 1991, 144.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Terms of use: http://www.openedition.org/6540