Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du transfert culturel au métissage

 | 
Michel Molin
, 
Silvia Capanema
, 
Quentin Deluermoz
, 
et al.

Quatrième partie. Dynamiques culturelles et expériences : culture matérielle, savoirs, religions, arts

Dynamiques culturelles et expériences, culture matérielle, savoirs, religions, arts

Texte intégral

1L’exploration des dynamiques culturelles et des expériences concrètes du métissage nous a logiquement conduits des mots aux pratiques. Les quatre contributions de cette partie mettent en évidence que le métissage est un processus de construction sociale de longue durée.

2Les deux premières contributions touchent au domaine du religieux. Jean-Yves Carrez-Maratray appuie son étude sur un papyrus bilingue de l’Égypte ptolémaïque (323 à 30 avant J.-C) qui consiste en une correspondance. Les deux scripteurs, au nom grec mais utilisant parfois aussi l’égyptien démotique, invoquent un dieu qui s’appelle « Psaïs (Destin) le Grand dieu ». Cette figure dénote une sorte de métissage, puisque associant les aspects d’un dieu égyptien et d’un héros grec, et illustre la manière par laquelle ces Métis se sont créés leur propre panthéon, de manière à avoir des protecteurs locaux adaptés à leur double culture. Loin de ce serein métissage religieux, Cyrille Aillet met en lumière une stigmatisation des groupes de l’entre-deux, entre indigénité et arabité, dans le discours sur l’islamisation dans la société médiévale d’al-Andalus au IXe siècle. Il montre comment dans ce territoire qui connaît alors une phase de convulsions sociales, le phénomène de métissage s’incarnerait dans les groupes en devenir ou en transition que sont les « Indigènes » dans le processus d’islamisation et d’arabisation. Il met en lumière que l’arabité n’est pas tant une conception ethnique qu’une histoire de lignage et de généalogie, donc d’histoire. Pas d’histoire, pas de mise en récits, pas de communication verbale, et donc de diffusion des pratiques sans interprètes qui transmettent les savoirs et contribuent ainsi à la construction sociale. La contribution d’Éric Roulet nous éclaire quant aux rôles des Métis comme interprètes dans le Mexique du XVIe siècle. Dans une société très majoritairement indienne (plus de 95 %), la traduction, l’interprétariat sont une nécessité, et deviennent un enjeu pour la monarchie espagnole dans l’établissement et l’affirmation d’un ordre colonial. Sans certitude quantitative sur la part des Métis dans ce domaine, l’analyse souligne la qualité d’interprétariat reconnue à ces derniers et l’opportunité pour intégrer l’administration coloniale que ce rôle clé représentait alors que de nombreux secteurs de l’administration leur étaient fermés. La quatrième contribution du chapitre nous ramène au corps, mais au corps vêtu : il ne s’agit plus d’interroger le corps métis mais les pratiques vestimentaires, comprises ici comme manifestation d’une culture matérielle et quotidienne : Frederica Carlotto nous emmène dans le Japon de l’ère Meiji (1868-1912) par une étude du style andonbakama, tenue scolaire des jeunes filles conçue et adoptée dans la seconde moitié de la période. Ce style vestimentaire est observé en tant qu’exemple de la manière dont l’interaction entre les modèles occidentaux et japonais (à la fois stylistique et culturelle) a trouvé une expression formelle, mais également comme outil épistémologique pour proposer une description de l’interaction elle-même. Les styles vestimentaires ne se sont pas hybridés mais se sont fondus pour former un style inédit, différent de leur somme, qui donne identité et visibilité à une forme de métissage.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540