Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du transfert culturel au métissage

 | 
Michel Molin
, 
Silvia Capanema
, 
Quentin Deluermoz
, 
et al.

Troisième partie. Dynamiques culturelles et expériences : linguistique et littérature

Cassius Dion entre sources latines et modèles littéraires grecs : l’invention d’une voix métisse

Sophie Gotteland

Résumé

Tant dans le domaine des sources auxquelles puise Cassius Dion que dans celui des modèles littéraires qui l’inspirent, son Histoire romaine témoigne clairement de la double influence des cultures grecque et latine et constitue un terrain d’enquête privilégié pour étudier les questions de métissage culturel. Les échos à la littérature grecque ne sauraient en effet être considérés comme de simples ornements littéraires. Entrelacés continuellement à des extraits d’auteurs latins, ils participent intimement à l’analyse des événements rapportés, créant ainsi une voix originale qui se nourrit de l’expérience grecque pour interpréter l’histoire de Rome. L’étude de l’affrontement entre Cicéron et Q. Fufius Calenus, aux livres 45 et 46, donne l’occasion de mieux mesurer l’importance de ces réminiscences chez l’historien et surtout d’analyser les modalités de ces emprunts en s’attachant tout particulièrement à la présence en filigrane dans le débat de Démosthène et d’Eschine. Le passage multiplie en effet les rappels aux deux orateurs. Or ces rappels ne se limitent pas à l’insertion de citations explicites, à la reprise d’arguments ou d’analyses. En se mêlant intimement aux témoignages latins, en nouant avec eux des liens d’influence réciproque, ils permettent à l’historien d’introduire un jeu de perspectives dans la narration, de mieux faire résonner le récit historique et de produire ainsi une nouvelle conscience du passé.

Both in the area of sources from which Dion Cassius draws and in that of literary models that inspire him, his Roman History clearly bears witness to the dual influence of Greek and Latin cultures and lends itself particularly well to study of cultural cross breeding. Indeed, echoes to Greek literature cannot be considered solely as mere ornaments. Continually interwoven with excerpts from Latin authors, they intimately contribute to the analysis of the events reported, thus creating an original voice that feed on Greek experience to interpret the history of Rome. The study of the confrontation between Cicero and Q. Fufius Calenus, in books 45 and 46, provides the opportunity to better measure the importance of those reminiscences for the historian and above all to investigate the modalities of those borrowings by focusing particularly on the presence of Demosthenes and Aischines between the lines. The passage indeed hints of both orators many times. Yet those recollections are not limited to quotations or arguments inserted in the text. By intermingling closely with Latin testimonies, by forging links of mutual influence with them, they allow the historian to introduce a set of perspectives in the narrative, to make the historical record resonate better and produce a new consciousness of the past.

Texte intégral

  • 2 Cassius Dion précise à deux reprises que le débat a duré trois jours (45, 17, 1 et 9. Cf. égalemen (...)
  • 3 Gabba 1957, Millar 1961 ou encore Bertrand 2008, XX-XXXIII, ainsi que n. 154-155, p. 71, et n. 1-2 (...)

1Aux livres 45-46 de son Histoire romaine, Cassius Dion rend compte d’un long débat qui s’est tenu au Sénat durant les premiers jours de janvier 432. L’épisode repose sur une réalité historique qui a déjà été bien étudiée par de nombreux historiens et à laquelle son compte-rendu semble globalement rester fidèle3. La discussion porte sur l’attitude qu’il convient d’avoir à l’égard d’Antoine, dont l’affrontement avec Octave a pris, au cours des derniers mois, un tour de plus en plus violent : faut-il lui envoyer une ambassade pour tenter une conciliation, ou faut-il déclarer l’état d’alerte (tumultus) et se préparer à la guerre ? Cicéron, qui prononce alors sa Cinquième Philippique, s’oppose à l’envoi d’une ambassade pour négocier avec Antoine et se montre partisan de mesures militaires immédiates. À l’issue de l’épisode, qui occupe la seconde moitié du livre 45 et tout le début du livre 46, les adversaires d’Antoine réussissent à faire triompher leur point de vue.

  • 4 Cassius Dion signale explicitement, à deux reprises, que de nombreux autres sénateurs ont pris la (...)

2La présentation de l’épisode prend chez l’historien la forme d’un affrontement violent entre deux orateurs, Cicéron et Q. Fufius Calenus. Cassius Dion choisit de taire les arguments et les nombreuses prises de parole des autres sénateurs pour concentrer la discussion sur ces deux seuls individus4. Le procédé de l’antilogie lui permet de faire apparaître nettement, à travers les arguments avancés par l’un et l’autre, les positions adoptées par les deux clans à l’époque et les luttes d’influence au sein d’un Sénat très divisé.

  • 5 Sur la question de ces emprunts, on renverra en dernier lieu au point très complet réalisé par Est (...)

3Pour reconstituer les deux discours antagonistes, Cassius Dion ne se contente pas de reprendre des éléments de la Cinquième Philippique, mais il emprunte largement à l’ensemble des Philippiques ainsi qu’à toute une tradition littéraire de polémique anti-cicéronienne dont nous avons gardé quelques traces. Ces textes lui servent de sources historiques pour les événements dont il fait le récit, mais il les utilise aussi comme modèles littéraires, s’inspirant des procédés de la controverse et reprenant des images, des tournures stylistiques ainsi que des arguments avancés par les deux partis à l’époque. Les emprunts à ces œuvres latines ont déjà été bien étudiés, et le travail de repérage effectué montre l’importance de l’héritage, notamment dans le cas du discours que Cassius Dion fait tenir à Cicéron, pour lequel nous disposons des différentes prises de parole de l’orateur à cette époque. Cet héritage est sans nul doute plus difficile à mesurer pour le discours de Calenus, puisque la littérature de l’invective anti-cicéronienne nous est moins bien connue, mais certains échos peuvent malgré tout être décelés avec des textes comme l’invective In Ciceronem, du Ps.-Salluste ou encore avec la Seconde Philippique, qui, en répondant aux attaques proférées par Antoine contre Cicéron en septembre 44, nous permet de restituer en partie ces dernières5.

4Parallèlement, toutefois, la forme même du débat antilogique, les procédés de l’invective et les échos linguistiques trahissent l’influence de l’historiographie, de la comédie et de la rhétorique grecques classiques. On retrouve notamment, dans la bouche de Cicéron et Calenus, nombre d’arguments, de raisonnements et d’expressions utilisés par Démosthène et Eschine lors des grands débats qui les opposent sur la position à adopter face à Philippe de Macédoine. Ces discours, repris et commentés dans les écoles de rhétorique, donnés en exemple aux jeunes gens soucieux d’acquérir une formation solide, constituent un bagage culturel commun auquel va abondamment puiser l’historien, héritier d’une culture grecque dont il a parfaitement intégré les modèles, dans un contexte culturel et littéraire influencé notamment par la Seconde Sophistique.

  • 6 Photius, Bibliothèque, 71.
  • 7 La question de l’influence de Thucydide sur Cassius Dion a donné lieu à une bibliographie étendue. (...)
  • 8 Vlachos 1905 et Rodgers 2008.
  • 9 L’expression est empruntée à Lachenaud 2003, 97. Dans un article important, P. Cordier a bien mont (...)

5Malgré quelques études ponctuelles, l’ampleur et la variété de cet héritage grec ont sans doute été sous-estimées jusqu’à présent. Pendant longtemps, influencée par le jugement de Photius, qui érige Thucydide en modèle quasi exclusif de Cassius Dion6, la critique a eu tendance à s’intéresser essentiellement aux emprunts que l’historien fait à son illustre prédécesseur7 et, dans une moindre mesure, à ceux qu’il puise chez l’orateur Démosthène8. L’étude de l’affrontement entre Cicéron et Calenus donne l’occasion de mieux mesurer l’importance de ces réminiscences des auteurs grecs classiques chez l’historien et surtout d’étudier les modalités de ces emprunts, faits d’imbrication et de mélange, d’échos plus ou moins précis extraits d’un contexte grec pour rendre compte d’une situation romaine. Entrelacés continuellement à des citations latines, ils créent une voix originale qui se nourrit de l’expérience grecque pour interpréter la crise romaine. Ces réminiscences ne sauraient en effet être considérées comme de simples ornements littéraires, des clins d’œil de lettrés, mais elles participent intimement à l’analyse et à l’interprétation des événements rapportés. Loin de juxtaposer les deux influences culturelles, Cassius Dion les mêle étroitement, opérant un travail conscient et volontaire sur un patrimoine culturel profondément assimilé et nourrissant ainsi sa réflexion sur l’histoire romaine qu’il est en train d’écrire. Ce sont les multiples échos aux discours de Démosthène et d’Eschine qui retiendront ici notre attention. Les réminiscences de l’œuvre des deux orateurs attiques sont en effet bien plus nombreuses qu’on ne l’a dit jusqu’à présent. Elles irriguent l’ensemble du discours des deux adversaires, infusent leurs propos en profondeur. Cette présence envahissante de la « mémoire littéraire9 » de Cassius Dion mérite à l’évidence une plus ample étude.

6Un certain nombre de ces échos nourrissent les attaques personnelles que se lancent Cicéron et Calenus et reprennent quasi textuellement des images ou des expressions utilisées par Eschine et Démosthène dans les passages de diatribe que comportent leurs discours. On sait la violence des propos que ces deux orateurs ont échangé sur la scène athénienne, et il n’est pas surprenant que Cassius Dion y trouve l’inspiration pour alimenter la controverse entre Cicéron et Calenus. Cela se comprend d’autant mieux que le parallélisme des situations peut inviter au rapprochement. Démosthène et Eschine se sont opposés tout au long de leur carrière sur la politique qu’il convenait de mener à l’égard de Philippe de Macédoine. Ils s’affrontent au sujet du destin de leur cité, à un moment crucial pour la démocratie athénienne, quand se jouent son avenir, sa liberté, la forme de son organisation politique. C’est une impression semblable que veut donner Cassius Dion pour la république romaine à travers l’affrontement qu’il met en scène, même si le danger, chez lui, vient de l’intérieur de l’État, et non pas d’un peuple étranger. Aussi n’est-on pas surpris qu’il emprunte à la rhétorique grecque bien des éléments de son dialogue. On en donnera ici quelques exemples.

  • 10 Cicéron, Philippique II, 85-87, et plus précisément 86 : « Oh ! quelle splendide éloquence que la (...)
  • 11 Eschine, Contre Timarque, 41 : […] εὔσαρκoν ὄντα καῖ νέoν καὶ βδελυρòν καὶ ἐπιτήδειoν πρoς τò πρᾶγ (...)
  • 12 Cassius Dion, 45, 38, 3 : ἐς τὴν πόλιν ἡµῶν µετὰ πάντων τῶν στρατευµάτω ὥσπερ τις χειµάρρoυς ἐσεπε (...)
  • 13 Bertrand 2008, n. 241 p. 86-87.
  • 14 Démosthène, Sur la Couronne, 153 : ὥσπερ χειµάρρoυς ἂν ἅπαν τoῦτo τò πρᾶγµ εἰς τὴν πόλιν εἰσέπεσε.
  • 15 Cassius Dion, 45, 27, 1 : βoῶν καὶ κεκραγώς. Il est amusant de constater que Calenus use des mêmes (...)
  • 16 L’expression revient à plusieurs reprises dans le corpus démosthénien. Voir par exemple Sur la Cou (...)

7En 45, 30, 3, lorsque Cicéron évoque l’apparition d’Antoine au Forum « nu et parfumé » (γυµνoς καὶ µεµυρισµένoς), venu haranguer le peuple lors des Lupercales de février 44, Cassius Dion s’inspire, à l’évidence, de la présentation de cette scène dans les Deuxième et Troisième Philippiques10. Mais la suite du passage montre que l’historien est allé puiser également à d’autres sources. Cicéron feint en effet le dégoût devant le spectacle de ce corps « bien en chair et plein de vices » (τò θαυµαστòν […] σῶµα καὶ εὔσαρκoν καὶ βδελυρόν), reprenant l’expression même par laquelle Eschine, dans le Contre Timarque, dépeint le jeune Timarque prêt à vendre ses charmes au plus offrant, un Timarque « bien en chair, jeune, plein de vices, et propre à remplir l’office auquel [on] le désigne11 ». Il assimile ainsi Antoine à un débauché, et, dans un ensemble de notations concernant ses mœurs, le discrédite un peu plus en l’associant à un homme qui a perdu son procès pour s’être soi-disant prostitué. Peu après, c’est à Philippe de Macédoine qu’Antoine est implicitement comparé lorsque Cicéron prétend que seul le retour d’Octave à Rome avec ses soldats de Campanie, en novembre 44, explique le départ d’Antoine pour la Gaule et la fin de la menace que sa présence faisait peser sur la ville de Rome. Sans cela, prétend-il, cet individu, depuis Brindes, « aurait déferlé sur notre ville avec toutes ses troupes comme un torrent12 ». Comme le remarque Estelle Bertrand, l’importance cruciale de cet épisode est signalé par Cicéron dans les Philippiques, mais l’image du torrent n’intervient pas à cette occasion13. On la trouve en revanche chez Démosthène, qui l’utilise pour décrire l’action de Philippe de Macédoine après Élatée : si les Thébains n’avaient pas alors accepté de s’allier aux Athéniens, « toute l’affaire aurait été comme un torrent qui aurait déferlé sur la cité14 ». Cassius Dion semble bien ici emprunter quasi littéralement à l’orateur grec. Le décalque des deux situations dans l’Histoire romaine rapproche ainsi volontairement Antoine d’un ennemi d’Athènes, le compare à un étranger, un barbare qui a réussi à imposer son pouvoir sur Athènes. On prendra un dernier exemple de ces échos textuels contenus dans le discours de Cicéron. Lorsque ce dernier dénonce le comportement d’Antoine comme tribun de la plèbe au sénat en janvier 49 et prétend qu’il a empêché un débat démocratique pour imposer son point de vue « en criant et en vociférant15 », il retrouve les termes exacts qu’affectionne Démosthène pour dépeindre un traître qui singe la bonne foi et le patriotisme, qui feint l’indignation pour mieux cacher ses crimes16.

  • 17 Cassius Dion, 46, 16, 1 : τραγῳδεῖ περιιών. Démosthène, Sur l’ambassade, 189 : ταῦτα γὰρ τραγῳδεῖ (...)
  • 18 Cassius Dion, 46, 6, 2 : ὥσπερ αἱ πόρναι τòν δώσoντά τι ἀναµένεις, καὶ πρoαγωγέας τῶν ληµµάτω πoλλ (...)

8Calenus, de son côté, n’est pas en reste. Il moque Cicéron qui simule la colère devant l’audace d’Antoine, qui « joue l’acteur tragique en faisant le tour de la salle », employant précisément l’image que Démosthène utilise pour ironiser sur l’indignation d’Eschine égrenant le cours de sa carrière politique17. Et quand il dénonce la joie mauvaise avec laquelle l’avocat Cicéron fait son miel du malheur des autres, attendant « sans cesse le client, comme font les prostituées, et disposant de multiples rabatteurs » grâce auxquels il se mêle des affaires des uns et des autres, il reprend la métaphore dont se sert Démosthène pour qualifier Timocrate, le collègue d’Androtion, coupable d’avoir pressuré les Athéniens et de s’être livré à diverses exactions lors de la levée des impôts18. Or, ces images n’apparaissent pas dans les témoignages littéraires anti-cicéroniens dont nous disposons. Il est donc tentant de penser que Cassius Dion les a empruntés à ces discours attiques que les rhéteurs de l’époque proposent en exemple tout au long de leurs traités et dont l’éloquence se nourrit alors abondamment.

  • 19 On pourrait ajouter quelques exemples, entre autres l’image d’Antoine qui prononce des propos inco (...)

9Il n’est pas nécessaire de multiplier les exemples de semblables citations explicites19. Les emprunts peuvent toutefois revêtir d’autres formes. La mémoire littéraire de Cassius Dion l’amène également à introduire des échos qui reproduisent de manière plus diffuse les idées et les arguments développés par Eschine et Démosthène dans leurs attaques.

  • 20 Cassius Dion, 45, 28, 2. C’est en effet une des constantes de l’invective que de stigmatiser la dé (...)
  • 21 Cassius Dion, 45, 39, 3 : ἐν µέθαις καὶ κύβoις ζῶν, oὔτε τῶν συνόντων oὐδένα oἷoν ἄξιoν εἶναι λόγo (...)
  • 22 Voir par exemple Plutarque, Vie d’Antoine, 9, 5-9 et 24, 2-4.
  • 23 Cassius Dion, 45, 36, 2-4.
  • 24 Voir par exemple Démosthène, Philippique III, 13 (Philippe trompe les Athéniens au lieu de leur fa (...)

10Les analyses que Démosthène consacre à la puissance de Philippe de Macédoine affleurent ainsi, à plusieurs reprises, derrière les invectives de Cicéron contre Antoine. Pour stigmatiser le personnage et mettre en cause sa moralité et sa stature d’homme politique, Cicéron, de manière très attendue, dénonce en effet ses fréquentations douteuses et prétend qu’il se complaît en compagnie de prostitués des deux sexes et de bouffons20. Un peu plus loin, revenant sur cette thématique, il affirme qu’il passe ses journées à boire et à jouer aux dés, et qu’« il n’a personne dans son entourage qui ait quelque valeur », car « il n’affectionne que les gens qui lui ressemblent21 ». C’est donc un débauché qu’il dépeint, un lâche dont on peut facilement venir à bout. À l’évidence, le portrait chez Cassius Dion emprunte ici à la description d’Antoine que l’on trouve dans les Philippiques, notamment à la description que Cicéron donne de son tribunat dans la Deuxième Philippique (58) et à la présentation de l’homme par Plutarque dans sa Vie d’Antoine22. Mais on ne peut manquer de penser également au portrait célèbre que Démosthène dresse du roi de Macédoine en 348 dans la Deuxième Olynthienne (17-19), quand il cherche à convaincre les Athéniens que le souverain n’est pas invincible, qu’ils peuvent l’emporter sur lui et qu’il faut envoyer une expédition au secours de la ville d’Olynthe. On y retrouve les mêmes reproches : Philippe, par jalousie, écarte toute personne qui risquerait de lui faire de l’ombre (18) ; ses excès quotidiens, ses danses déréglées, son ivrognerie, ont éloigné de lui toutes les personnes qui servent la sagesse et la justice (18), et il ne reste autour de lui que des flatteurs, des débauchés, des bateleurs, des bouffons et des auteurs de chansons obscènes (19). Même ses soldats tant redoutés « ne valent pas mieux que les premiers venus » (17). La similitude des deux portraits semble en garantir la fiabilité, comme si l’orateur Cicéron, grand admirateur de Démosthène, retrouvait en quelque sorte chez Antoine les traits caractéristiques du tyran débauché et incontrôlable, comme si, à travers les siècles, se dégageait un ἦθος propre à ce genre d’individus que l’orateur se contentait ici de constater. La même logique est à l’œuvre quand Cicéron demande aux sénateurs de ne pas attendre davantage avant de mettre fin à ses agissements, de ne pas le laisser devenir invincible, et de ne pas le croire quand il prétend qu’il ne fait pas la guerre à Rome. L’auaritia d’Antoine, les actions qu’il mène contre les alliés de Rome, laissent présager qu’il se retournera ensuite contre Rome23. Le parallèle est troublant avec les analyses menées quatre siècles plus tôt par Démosthène sur la politique de Philippe de Macédoine en Grèce : il trompe Athènes, il est en guerre avec elle tout en prétendant le contraire, et temporise pour mieux augmenter ses forces avant de lui porter le coup fatal. Les développements consacrés à ces thèmes sont nombreux24. Ils résonnent derrière les avertissements de Cicéron et leur donnent valeur d’oracles. Les actes de Philippe et le destin d’Athènes, par une loi d’analogie, garantissent l’analyse de Cicéron. Le passé d’Athènes semble dessiner le futur de Rome.

  • 25 Cassius Dion, 46, 10, 2-3 et 23, 5 (Calenus évoque à cette occasion un épisode précis : en novembr (...)
  • 26 Démosthène, Sur la Couronne, 191, mais aussi 196, 198, 239 et 243.
  • 27 C’est le verbe πoλυπραγμονεῖν qu’il utilise en 46, 27, 1 pour évoquer cette attitude envahissante, (...)
  • 28 Cassius Dion, 46, 27, 1-4.
  • 29 On pourrait encore suggérer un dernier rapprochement. En 46, 22, 1, Calenus interpelle son adversa (...)

11Un autre thème fécond que notre débat emprunte aux joutes oratoires entre Démosthène et Eschine concerne le rôle de l’homme politique. Calenus reproche à Cicéron d’avoir gardé le silence trop longtemps. Si les crimes d’Antoine étaient si épouvantables et si nombreux, pourquoi n’avoir rien dit auparavant, pourquoi avoir attendu si longtemps pour protester25 ? Il le défie en outre de dire, aujourd’hui du moins, ce qu’il aurait fallu faire pour éviter d’en arriver là. Démosthène, de même, moque à plusieurs reprises le silence assourdissant d’Eschine, le montre muet lors d’assemblées décisives et lui demande, de même, une analyse rétrospective et la prise de position qu’il n’a pas donnée à l’époque26. En conclusion de son discours, à l’inverse, Calenus se dépeint comme un homme mesuré, un citoyen qui ne se mêle pas toujours des affaires d’autrui et dont l’intervention, ce jour-là, est imposée par les attaques scandaleuses de Cicéron27. Il affirme que ce n’est pas pour complaire aux uns (χαριζόµενoς), ni pour calomnier des individus (διαβάλλων) qu’il prend la parole au Sénat, mais qu’il vise l’intérêt commun lorsqu’il délibère (ὑπὲρ τῶν κoινῇ συµφερόντων βoυλεύων), que ses conseils se veulent « justes et utiles » (καὶ δίκαιoν καὶ σύµφερoν)28. Certes, ce sont là des topoi bien connus de la rhétorique, mais certains termes, certaines expressions employées ici par Calenus évoquent irrésistiblement les positions de Démosthène, qui refuse de dire ce qui flattera l’auditoire ou ce qui peut lui complaire, et qui choisit en revanche de privilégier l’intérêt de la cité. C’est un leitmotiv de ses harangues, notamment, et l’on voit ainsi se dresser, derrière Calenus, la silhouette de l’orateur inflexible29.

12Pour fréquents qu’ils soient, ces différents types d’emprunts à la rhétorique grecque classique ne suffisent pas à montrer en quoi la voix que fait entendre Cassius Dion est singulière et de quelle manière, plutôt que de juxtaposer deux cultures, deux littératures, l’historien tente d’opérer entre elles un métissage, élaborant une langue personnelle dans laquelle les emprunts aux auteurs grecs ont pour fonction non pas de témoigner d’un héritage littéraire, de manifester, par des clins d’œil de lettrés, la connaissance plus ou moins précise d’un patrimoine littéraire commun, mais, en se mêlant intimement aux témoignages latins, en leur faisant continuellement écho, de produire avec eux une nouvelle interprétation des faits rapportés, une nouvelle conscience du passé.

13Les réminiscences à la culture grecque, en effet, sont rarement isolées. Le plus souvent, les échos se multiplient, s’entrecroisent, témoignant d’une véritable dextérité qui mêle les auteurs, les époques, pour mieux faire résonner le récit historique. Cassius Dion écrit en grec une histoire romaine, mais les personnages qu’il met en scène parlent une langue métisse que l’expérience grecque alimente aussi bien que les faits latins. Calenus nous donne au début de son discours un très bon exemple de cette virtuosité verbale. Pour dénoncer les prestations pitoyables de Cicéron à la tribune, il moque en ces termes ses prises de parole :

  • 30 Cassius Dion, 46, 7, 2-3.

« Tu t’avances toujours en tremblant vers les tribunaux, armé comme si tu allais livrer un combat et, après avoir laissé échapper quelques misérables paroles d’une voix mourante (φθεγξάµενoς ταπεινόν τι καὶ τεθνηκός), tu te retires parce que tu ne te rappelles pas ce que tu as médité chez toi avant de venir et que tu ne trouves rien à improviser (pour les déclarations et les promesses en effet, tu dépasses tout le monde en hardiesse, mais dans les procès eux-mêmes, à part pour invectiver et médire, tu es à la fois le plus faible et le plus lâche). […] Tu n’as prononcé aucun de ces admirables discours que tu as publiés, mais […] tu les as tous rédigés après coup, comme ceux qui façonnent dans l’argile des généraux et officiers de cavalerie (ὣσπερ oἱ τoύς τε στρατηoὺς καὶ τoὺς ἱππάρχoυς τoὺς πλάττoντες)30. »

  • 31 Cassius Dion, 46, 7, 4 : ỏκν ῶ μὴ τὰ προσήκοντά σοι ἀκριβῶς λέγων αὐτòς οὐ προσήκοντας ἐμαυτῷ λόγο (...)

14Calenus poursuit ce portrait à charge pendant deux ou trois phrases, puis il s’interrompt, car il craint de paraître « tenir des propos qui sont déplacés dans [sa] bouche31 » en adoptant un langage précis et adapté à son adversaire.

  • 32 Cassius Dion, 40, 54, 1-2 : au procès de Milon, Cicéron aurait perdu contenance au point d’oublier (...)

15Ce passage polémique s’appuie sur un épisode vraisemblablement historique. Il semble en effet qu’au procès de Milon, en 52 av. J.-C., Cicéron, effrayé par les soldats de Pompée ou perturbé par le chahut des soutiens de Clodius, ait perdu quelque peu contenance et qu’il ait prononcé son discours d’une voix entrecoupée. La mésaventure est évoquée dans d’autres témoignages, notamment chez Plutarque, mais les termes utilisés pour relater les faits sont alors différents. Cassius Dion lui-même l’a déjà mentionnée au livre 40 de son Histoire romaine. Tout semble prouver qu’on a donc affaire ici à un élément bien connu de la controverse anti-cicéronienne32.

  • 33 Eschine, Sur l’ambassade infidèle, 34. Le rapprochement est déjà signalé par Lachenaud 2008, 217-2 (...)
  • 34 Démosthène, Sur la Couronne, 129 : ὀκνῶ μὴ περὶ σοῦ τὰ προσήκοντα λέγων αὐτòς οὐ προσήκοντας ἐμαυτ (...)

16Cependant, on ne peut manquer de noter l’étrange similitude entre ce passage et un extrait du Sur l’Ambassade infidèle d’Eschine. C’est exactement dans ces termes que l’orateur choisit de raconter la déconfiture de Démosthène devant Philippe de Macédoine lors de la première ambassade athénienne auprès du roi en 346 av. J.-C. Démosthène aussi s’est vanté de ses talents oratoires, et Eschine constate avec malice qu’« on s’attendait à des prouesses de puissance oratoire (πάντες προσεῖχον ὡς ὑπερβολάς τινας δυνάμεως ἀκουσόμενοι) ». Mais en réalité, l’orateur « laisse échapper un exorde obscur d’une voix mourante de peur (φθέγγεται […] πρooίμιον σκοτεινόν τι καὶ τεθνηκός δειλίᾳ) » et se tait brusquement, incapable, malgré les invitations de Philippe, de retrouver le fil de son discours. Non seulement la situation est semblable, mais les termes qui la décrivent sont très proches et les citations, par endroits, quasi-littérales33. Quant à la dernière pique de Calenus concernant les discours rédigés après coup, faute d’avoir été prononcés, elle reprend une métaphore utilisée cette fois-ci par Démosthène dans la Première Philippique, lorsqu’il reproche aux Athéniens d’élire des taxiarques et des hipparques pour les faire parader sur l’agora, « comme ceux qui fabriquent des figurines d’argile (ὥσπερ οἱ πλάττοντες τοὺς πηλίνους) » et non pour les envoyer à la guerre (26). Et c’est encore Démosthène, dans le Sur la Couronne, qui s’interrompt, car il ne veut pas « tenir des propos qui sont déplacés dans [sa] bouche34 » en disant d’Eschine ce qui convient à un tel personnage.

  • 35 Cf. Cordier 2005b, 341, analysant les résurgences de Thucydide et les collages de différents passa (...)

17Que s’est-il passé ? Selon nous, Cassius Dion connaît par Plutarque ou par un auteur de la polémique anti-cicéronienne l’anecdote concernant Cicéron. Il l’utilise pour nourrir l’invective de Calenus, mais sa mémoire littéraire fait explicitement le rapprochement avec le passage d’Eschine. Plutôt que d’emprunter la présentation de l’épisode à ces auteurs, il revient alors à l’original, le reprend textuellement pour élaborer la scène présente, qui superpose volontairement deux épisodes similaires se déroulant l’un à Athènes, l’autre à Rome et qui montre l’histoire en train de balbutier. En utilisant les mots d’Eschine pour traduire la déconfiture de Cicéron, en pensant une expérience romaine à l’aide du passé grec, il introduit volontairement un jeu de perspective dans son tableau, souligne la profonde parenté entre les comportements de deux individus appartenant à des époques et des contextes historiques différents, et suggère ainsi une forme de continuité, de permanence qui devrait permettre de mieux comprendre l’expérience romaine. Il ne se contente pas de prendre les informations chez les auteurs latins, mais il veut revenir aux auteurs grecs derrière eux pour stigmatiser des défauts communs aux Latins et aux Grecs. La répétition d’une expérience vient souligner la pérennité de certains comportements à travers les siècles. Elle transforme une expérience singulière en une vérité générale, qui s’énonce par l’intermédiaire de cette voix particulière35.

  • 36 Lintott 1997, 2514-2518 ou Lachenaud 2008, 215.

18Nous ajouterons une remarque pour en finir avec cet épisode. On sait l’admiration que Cicéron vouait à Démosthène, qu’il présentait comme un modèle. Dans cette perspective, il n’est pas anodin que Cassius Dion, dont le regard n’est jamais très favorable à Cicéron36, choisisse justement de les rapprocher dans une situation où ni l’un ni l’autre ne se montrent à leur avantage, et qu’il mette en outre deux citations de Démosthène dans la bouche de Calenus, au moment même où ce dernier met en doute les talents oratoires de Cicéron. Démosthène lui sert à moquer Cicéron, et ce n’est pas la moindre ironie de ce portrait sans concession d’un homme politique envers lequel il se montre dans l’ensemble sévère. Ces jeux littéraires sont aussi, pour lui, une des modalités subtiles de l’invective. Ils témoignent en tout cas d’une utilisation sophistiquée de l’héritage classique, qui ne se réduit jamais à une simple citation, à un pur décalque, mais qui toujours introduit un décalage et des variations entre des voix diverses qui se font écho et se mêlent à travers les siècles.

  • 37 Bertrand 2008, XX (et n. 37, p. XXXII, pour la position divergente de certains critiques). Sur tou (...)
  • 38 Cassius Dion, 46, 18, 1-3.
  • 39 L’attaque intervient un peu plus loin, en 46, 18, 5. On rapprochera de Démosthène, Philippique II, (...)
  • 40 Le trait est critiqué par Horace, Satires, I, 2, 25.
  • 41 Cicéron, Pro Cluentio, 111 : Facite ut […] illam usque ad talos remissam purpuream recordemini ! C (...)

19On retrouve le même procédé à l’œuvre quelques paragraphes plus loin, lorsque Calenus se livre à la calomnie contre la personne privée de Cicéron, suggérant que son goût pour le confort et sa coquetterie excessive trahissent ses goûts sexuels et une mollesse indigne d’un homme libre. Calenus commence par affubler Cicéron d’une série de surnoms dans lesquels E. Bertrand a retrouvé la nette influence d’Aristophane37, puis il continue en ironisant sur le peu d’efficacité de Cicéron, dont les protestations ne se traduisent pas en actes. Qu’a-t-il fait, lui « l’homme habile (ὁ δεινός), le sage, [lui] qui utilise bien plus d’huile que de vin et qui laisse traîner sa toge jusqu’aux chevilles (καὶ μέχρι τῶν σφυρῶν τὴν ἐσθῆτα σύρων) […] pour cacher la laideur de [ses] jambes », lui qui porte de fines tuniques et dont les cheveux blancs soigneusement peignés embaument38 ? Le passage de Cassius Dion combine plusieurs critiques. Calenus moque tout d’abord l’absence de talent véritable chez Cicéron, contraint de passer de longues heures, la nuit, à user l’huile des lampes pour préparer ses discours. Il suggère aussi que cet homme, qui préfère boire de l’eau que du vin, est un bien triste sire39. Mais il s’attarde surtout sur l’apparence physique de Cicéron et dessine le portrait d’un vieux beau ridicule, dont la longueur de toge excessive trahit la coquetterie déplacée40. Or, ce faisant, Calenus retourne contre Cicéron une critique que ce dernier, justement, aime utiliser contre certains de ses adversaires. C’est avec la même expression, par exemple, qu’il traduit l’arrogance du tribun L. Quinctius dans le Pro Cluentio41.

  • 42 Eschine, Contre Timarque, 131. Est-ce un hasard si ces évocations interviennent au moment où l’ora (...)
  • 43 Démosthène, Sur l’ambassade, 314 : […] διὰ τῆς ἀγορᾶς πορεύεται θοἰμάτιον καθεὶς ἄχρι τῶν σφυρῶν.

20Derrière les mots de Calenus, toutefois, Cassius Dion fait apparaître également la silhouette de Démosthène, l’orateur à qui son talent dangereux avait valu le qualificatif de δεινoς, lui qui, à en croire Eschine, dans le discours Contre Timarque, porte lui aussi « d’élégants petits manteaux » (τὰ κομψὰ ταῦτα χλανίσκια) et des « petites tuniques bien douillettes » (τοὺς μαλακοὺς χιτωνίσκους) dont on ne sait s’ils sont des vêtements d’hommes ou de femmes42. L’écho, là encore, est plein d’ironie. Calenus semble reconnaître un lien, une paternité intellectuelle entre les deux hommes… mais c’est justement au moment où il effectue un rapprochement sur leur apparence physique contestable. Démosthène lui-même, d’ailleurs, sert à nourrir son attaque contre Cicéron. En effet c’est lui, le premier, qui a utilisé le détail vestimentaire de la toge pour ridiculiser un adversaire. Dans les derniers paragraphes du discours Sur l’ambassade, il dépeint un Eschine suffisant, gonflé de sa propre importance, se promenant sur l’Agora, « le manteau traînant jusqu’aux talons43 ». On sent bien là toute la dextérité de Cassius Dion. Nul doute qu’il ait éprouvé un malin plaisir, une véritable jubilation intellectuelle à combiner entre elles les attaques que se lançaient mutuellement les deux orateurs grecs et à faire servir contre Cicéron une image que ce dernier avait empruntée à un modèle grec respecté pour en user contre ses propres adversaires.

  • 44 Nous n’entendons pas par là que son œuvre relèverait de ce qu’on a appelé « l’histoire tragique ». (...)

21Ce jeu de miroirs entre Athènes et Rome prend parfois une tonalité plus sombre et permet d’infuser dans le texte des accents tragiques44. On prendra pour finir un exemple emprunté au discours de Cicéron. Ce dernier affirme que c’est Antoine qui, en 49, par ses prises de position et son attitude au sénat, a incité César à marcher contre sa patrie. Il est donc le principal responsable des troubles civils que Rome a connus par la suite. Cicéron n’hésite pas à le présenter comme un être impur, souillé, un mauvais génie pour Rome dont les dieux avaient pourtant tenté de signaler la puissance maléfique :

  • 45 Cassius Dion, 45, 27, 4-5 (Traduction de la Collection des Universités de France très légèrement m (...)

« C’est lui qui a jeté la semence de tous les maux (τò σπέρμα τῶν κακῶν) survenus depuis, c’est lui qui s’est révélé le mauvais génie commun (ὁ κοινος ἀλιτήριος), non seulement le nôtre, mais celui de toute la terre ou presque, comme la divinité l’avait semble-t-il clairement annoncé. En tout cas, lorsqu’il présentait ces lois stupéfiantes, tout fut rempli de coups de tonnerre et d’éclairs : mais cet individu impur (ὁ μιαρòς οὗτος) n’en a fait aucun cas, bien qu’il se dise augure et il a rempli, comme je l’ai dit, non seulement Rome mais toute la terre d’une foule de maux45. »

  • 46 Cicéron, Deuxième Philippique, 55 : « Comme, dans la semence, se trouve le principe des arbres et (...)
  • 47 Démosthène, Sur la Couronne, 159.
  • 48 Eschine, Contre Ctésiphon, 157 (traduction empruntée à la Collection des Universités de France) et (...)

22Cassius Dion a sans aucun doute trouvé chez Cicéron cette métaphore d’Antoine, présenté comme la semence de tous les maux issus de la Guerre civile. Comme l’ont déjà remarqué les critiques, cette image est reprise textuellement de la Deuxième Philippique46. Mais Cicéron lui-même s’était sans doute inspiré, pour tout ce passage, d’un développement du discours Sur la Couronne de Démosthène. Au moment même l’orateur insiste sur la responsabilité d’Eschine dans les malheurs qui ont atteint Athènes, il le qualifie, précisément, de fléau de la Grèce et use de la même métaphore : « S’il faut dire la vérité, je n’hésiterai pas, moi, à l’appeler le fléau commun (κοινòν ἀλειτήριον) de tout ce qui a péri depuis, hommes pays, cités. Car qui a fourni la semence (τò σπέρμα) est responsable de la plante47. » Eschine, lui aussi, adresse les mêmes reproches à Démosthène, formulés dans les mêmes termes. Dans le Contre Ctésiphon, il ne cesse de le dénoncer comme le « fléau de la Grèce » (τòν τῆς ‘Ελλάδος ἀλειτήριον) et de l’apostropher en ces termes, rappelant les nombreux présages, comme autant de signes envoyés par les dieux, qui auraient dû alerter les Athéniens et les voix qui invitaient les Athéniens à « [se] préserver du mauvais génie et de la fatalité attachée aux pas de cet homme (τòν δαίμονα καὶ τὴν τύχην τὴν συμπαρακολουθοῦσαν τῷ ἀνθρώπῳ)48 ».

  • 49 Démosthène, Sur la Couronne, 192, 200, 303 ou encore 306.

23Ce double écho, pour qui sait le percevoir, donne une résonance supplémentaire au passage de Cassius Dion. Car chez Démosthène comme chez Eschine, la condamnation de l’adversaire prend très clairement une dimension religieuse. Cela ne fait en réalité que confirmer le poids que Démosthène accorde à la Τύχη dans son discours Sur la couronne, qui sonne comme un testament politique. Loin de récuser une stratégie qui, en définitive, a échoué devant Philippe de Macédoine, il l’assume au contraire, prétendant qu’elle était la seule digne d’Athènes. Le devoir d’un homme politique consiste à défendre les valeurs qui ont fait la renommée d’une cité et c’est la divinité ou la Fortune, en dernier recours, qui décide de l’issue des événements. La politique de Démosthène a permis à Athènes de rester digne de sa gloire et de ses ancêtres. L’échec d’Athènes incombe à la seule Tuvch49.

  • 50 Le début du discours de Calenus offrirait un dernier exemple de ces entrelacements complexes de vo (...)

24A l’évidence, Cassius Dion a lu les Philippiques de Cicéron pour composer son discours, et il a su déceler derrière la métaphore cicéronienne les emprunts aux orateurs attiques. Il est revenu à l’original et il en a tiré plus que Cicéron. Il ne se contente pas de l’image de semence, mais reprend aussi l’idée d’une fatalité attachée aux destins de certains grands hommes, suggérant ainsi qu’il faut prendre en compte le poids de la Fortune dans les événements qui marquent la crise de la fin de République, l’intégrant dans son interprétation de l’histoire romaine. L’impuissance de Démosthène et d’Eschine devant le destin oblige à méditer la leçon de l’histoire. Ainsi Cassius Dion ne se contente pas de faire parler Cicéron et de restituer ses propos, mais il entrelace ce témoignage à d’autres expériences, à d’autres analyses empruntées à un passé plus reculé. Il trouve ainsi, par le biais de ces analogies et de ces différentes variations, l’éclairage propice à nourrir sa propre interprétation des faits50.

*

25Ce dernier passage est exemplaire de la manière dont Cassius Dion compose son discours en procédant à une véritable mise en abîme : Cassius Dion évoque Cicéron qui évoque Thucydide, Aristophane, Démosthène ou Eschine. En faisant se répondre savamment des voix multiples à travers les siècles, en créant ainsi des jeux d’échos entre la Grèce et Rome, il réactive en quelque sorte la force des mots, retrouve le sens premier derrière ce qui était devenu lieu commun, topos de l’invective, image affadie. Ces emprunts relèvent dans une certaine mesure d’un jeu littéraire, certes, mais ils répondent également à une autre nécessité. Cette parole qui se transmet à travers les âges, qui se complète, s’augmente des analyses et des images des uns et des autres, permet de souligner les liens entre les deux univers, de suggérer des schémas de comportements, d’esquisser des analyses générales sur la nature humaine. Cassius Dion fait ainsi entendre une voix singulière, transmet la vérité d’une expérience qui, en se répétant, se confirme et accède au stade de gnwvmh. C’est là une des raisons, selon nous, pour lesquelles l’historien ne retranscrit pas le discours tenu par Cicéron ce jour-là, mais préfère le réinventer. Il ne s’agit pas pour lui de répéter les mots prononcés par l’orateur en ces circonstances, mais de trouver un nouveau langage qui lui permette de donner son interprétation de l’épisode, un langage qui embrasse l’expérience grecque et l’expérience romaine pour tenter d’interpréter un moment particulier de l’histoire de Rome.

Bibliographie

INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES

Les abréviations sont celles de l’Année philologique.

Auger D. (1997), « Figures et représentation de la cité et du politique sur la scène d’Aristophane », in P. Thiercy et M. Menu (dir.), Aristophane, la langue, la scène, la cité. Actes du congrès de Toulouse (17-19 mars 1994), Bari, Levante, p. 361-377.

Bertrand E. (2008) = Dion Cassius. Histoire romaine, livres 45-46, texte établi et traduit par V. Fromentin, traduit et annoté par E. Bertrand, Paris, Collection des universités de France.

Bertrand E. (2010), « Les références thucydidéennes dans la cinquième décade de l’Histoire romaine de Dion Cassius : un choix historiographique », in V. Fromentin, S. Gotteland et P. Payen (dir.), Ombres de Thucydide. La réception de l’historien depuis l’Antiquité jusqu’au début du XXe siècle. Actes des colloques de Bordeaux, les 16-17 mars 2007, de Bordeaux, les 30-31 mai 2008 et de Toulouse, les 23-25 octobre 2008, Bordeaux, Ausonius, p. 71-81.

Cordier P. (2005a), « Varius in omni genere vitae : l’acculturation, les identités, le métissage et les faits culturels romains entre histoire et anthropologie », in V. Huet et E. Valette-Cagnac (dir.), Et si les Romains avaient inventé la Grèce ?, Mètis, 3, p. 295-305.

Cordier P. (2005b), « Rome n’est plus dans Rome, ou pourquoi l’histoire romaine en grec ? L’exemple de Dion Cassius », in V. Huet et E. Valette-Cagnac (dir.), Et si les Romains avaient inventé la Grèce ?, Mètis, 3, p. 337-350.

Gabba E. (1957), « Note Sulla polémiqua anticiceroniana di Asinio Pollione », RSI, 69, p. 317-339.

Gotteland S. (2006), « La sirène et l’enchanteur : portraits croisés d’Eschine et de Démosthène à la tribune », REG, 119, p. 588-608.

Lachenaud G. (2003), « Dion Cassius, plagiaire impénitent ou homme de culture ? », in G. Lachenaud et D. Longrée (dir.), Grecs et Romains aux prises avec l’histoire. Représentations, récits et idéologie, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 97-108.

Lachenaud G. (2008), « Dion Cassius a-t-il horreur des intellectuels ? », in D. Auger et É. Wolff (dir.), Culture classique et christianisme, Mélanges offerts à Jean Bouffartigue, Paris, Picard, p. 215-223.

Lintott A. W. (1997), « Cassius Dio and the History of the Late Roman Republic », ANRW, II. 34.3, 2497-2523.

Menu M. (1997), « À propos du trouble dans la cité chez Aristophane », in P. Thiercy et M. Menu (dir.), Aristophane, la langue, la scène, la cité. Actes du congrès de Toulouse (17-19 mars 1994), Bari, Levante, p. 507-525.

Millar F. (1961), « Some speeches in Cassius Dio », MH, 17, p. 11-22.

Ramsey J. T. (2003), Cicero. Philippics I-II, Cambridge, Cambridge University Press.

Rodgers B. S. (2008), « Catulus’Speech in Cassius Dio 36.31-36 », GRBS, 48.3, p. 295-318.

Vlachos N. P. (1905), « Demosthenes and Dio Cassius (D. C. 38, 36-46) », CR, 19, p. 102-106.

Notes

2 Cassius Dion précise à deux reprises que le débat a duré trois jours (45, 17, 1 et 9. Cf. également 46, 29, 2). Sur la durée exacte de la séance, nous renvoyons aux discussions de Gabba 1957, 325-326 et de Millar F., 1961, 18. Voir en dernier lieu sur cette question les indications d’Estelle Bertrand dans son édition des livres 45-46 (Bertrand 2008, n. 136 p. 68).

3 Gabba 1957, Millar 1961 ou encore Bertrand 2008, XX-XXXIII, ainsi que n. 154-155, p. 71, et n. 1-2 p. 151.

4 Cassius Dion signale explicitement, à deux reprises, que de nombreux autres sénateurs ont pris la parole, mais il ne donne aucune précision sur le nom de ces intervenants et sur la teneur de leurs propos (cf. 45, 17, 9 et 46, 29, 2). Cf. Cicéron, Philippiques V, 1 et 5, X, 3. Appien mentionne également un débat au Sénat à cette occasion dans ses Guerres civiles. Mais les protagonistes de l’affrontement sont alors différents : c’est Pison, chez lui, et non pas Calenus, qui réplique à Cicéron (Appien, Guerres civiles, III, 52-60).

5 Sur la question de ces emprunts, on renverra en dernier lieu au point très complet réalisé par Estelle Bertrand dans sa notice et aux tableaux éclairants qu’elle dresse de ces parallèles (Bertrand 2008, XXI-XXXII). Voir également Gabba 1957, 320-325 et Millar 1961, 18-22.

6 Photius, Bibliothèque, 71.

7 La question de l’influence de Thucydide sur Cassius Dion a donné lieu à une bibliographie étendue. On se contentera ici de renvoyer à l’article récent qu’Estelle Bertrand a consacré à la question (Bertrand 2010), avec, en notes 3 et 4, les références aux principaux travaux sur la question. Les dernières études ont toutefois tendance à relativiser l’importance du modèle thucydidéen, qui n’est plus présenté comme le modèle exclusif (Cf. par exemple Lachenaud 2003).

8 Vlachos 1905 et Rodgers 2008.

9 L’expression est empruntée à Lachenaud 2003, 97. Dans un article important, P. Cordier a bien montré que l’écriture de l’histoire chez Cassius Dion repose sur ce « double régime de l’altérité, qui impose sans cesse la confrontation entre grec et romain » (Cordier 2005b. La citation est empruntée la présentation générale qu’il fait de l’ensemble des articles rassemblés dans ce volume, Cordier 2005a, 305).

10 Cicéron, Philippique II, 85-87, et plus précisément 86 : « Oh ! quelle splendide éloquence que la tienne, quand, tout nu, tu haranguas le peuple ! Est-il rien de plus honteux, de plus répugnant, de plus digne de tous les supplices ? » ; Philippique III, 12 : « Car, en ce jour où, sous les yeux du peuple romain, nu, parfumé, ivre, il a prononcé une harangue… » Sauf indication contraire, les traductions de Cicéron et de Cassius Dion sont empruntées à la Collection des Universités de France.

11 Eschine, Contre Timarque, 41 : […] εὔσαρκoν ὄντα καῖ νέoν καὶ βδελυρòν καὶ ἐπιτήδειoν πρoς τò πρᾶγµα ὃ πρoῃρεῖ ἐκεῖνoς µὲν πράττειν.

12 Cassius Dion, 45, 38, 3 : ἐς τὴν πόλιν ἡµῶν µετὰ πάντων τῶν στρατευµάτω ὥσπερ τις χειµάρρoυς ἐσεπεπτ ώκει.

13 Bertrand 2008, n. 241 p. 86-87.

14 Démosthène, Sur la Couronne, 153 : ὥσπερ χειµάρρoυς ἂν ἅπαν τoῦτo τò πρᾶγµ εἰς τὴν πόλιν εἰσέπεσε.

15 Cassius Dion, 45, 27, 1 : βoῶν καὶ κεκραγώς. Il est amusant de constater que Calenus use des mêmes verbes en 46, 9, 2 pour décrire le comportement de Cicéron à la tribune et moquer ses fausses protestations de dévouement auprès du peuple (δηµoσίᾳ δὲ βoᾷς ἄλλως, κεκραγώς τoὺς µιαρoὺς ἐκείνoυς λόγoυς).

16 L’expression revient à plusieurs reprises dans le corpus démosthénien. Voir par exemple Sur la Couronne, 132 et 199, ou encore Contre Aristogiton I, 47.

17 Cassius Dion, 46, 16, 1 : τραγῳδεῖ περιιών. Démosthène, Sur l’ambassade, 189 : ταῦτα γὰρ τραγῳδεῖ περιιών.

18 Cassius Dion, 46, 6, 2 : ὥσπερ αἱ πόρναι τòν δώσoντά τι ἀναµένεις, καὶ πρoαγωγέας τῶν ληµµάτω πoλλoὺς ἔχων πoλυπραγµoνεῖς. Cf. Démosthène Contre Timocrate, 161 : ἠργoλάβει, πρoσαγωγεῖ τoύτῳ χρωµένoς τῶν λŋµµάτω. Estelle Bertrand, de son côté, rapproche le passage de deux vers d’Aristophane (Guêpes, 1028, Grenouilles, 1079), dans lesquels le poète emploie le terme de πρoαγωγός, proche de l’hapax utilisé ici par Cassius Dion (Bertrand 2008, n. 34 p. 155).

19 On pourrait ajouter quelques exemples, entre autres l’image d’Antoine qui prononce des propos inconvenants sous le coup de la boisson et qui vomit son ivresse dans les assemblées du peuple (45, 28, 1 : µεθύων τε ἐπαρᾠνει καὶ ; […] δηµηγoρῶν ἐξήµει). Il s’agit d’un épisode fameux, amené à devenir un lieu commun des rhéteurs et rapporté par Cicéron dans la Deuxième Philippique (63) ainsi que par Plutarque dans sa Vie d’Antoine (9, 6), mais en des termes différents (Bertrand 2008, n. 202 p. 79, décrit le succès d’un épisode devenu très vite un topos de l’invective contre Antoine). Cassius Dion emprunte en réalité l’image à Démosthène, qui dépeint en ces termes, de manière figurée, les accès de rage de Cotys, le père de Kersobleptès (Contre Aristocrate, 114 : µεθύων ἐπαρᾠνει).

20 Cassius Dion, 45, 28, 2. C’est en effet une des constantes de l’invective que de stigmatiser la débauche de l’adversaire. Cf. Bertrand 2008, n. 203 p. 79 et n. 246 p. 87.

21 Cassius Dion, 45, 39, 3 : ἐν µέθαις καὶ κύβoις ζῶν, oὔτε τῶν συνόντων oὐδένα oἷoν ἄξιoν εἶναι λόγoυ ἔχει τoι ὁµνoυς ἑαυτῷ µόνoυς […] ἀγαπᾷ.

22 Voir par exemple Plutarque, Vie d’Antoine, 9, 5-9 et 24, 2-4.

23 Cassius Dion, 45, 36, 2-4.

24 Voir par exemple Démosthène, Philippique III, 13 (Philippe trompe les Athéniens au lieu de leur faire une guerre ouverte), 17 (Il leur fait la guerre, alors qu’il prétend le contraire. Cf. 6 et 9, ainsi que Philippique IV, 11) ; Sur les affaires de Chersonèse, 40-44 (Philippe est l’ennemi de la constitution athénienne et de la démocratie).

25 Cassius Dion, 46, 10, 2-3 et 23, 5 (Calenus évoque à cette occasion un épisode précis : en novembre 44, Cicéron n’a rien dit alors qu’il aurait pu intervenir au moment de la répartition des provinces, quand Antoine se faisait attribuer la Gaule cisalpine. Loin de protester, Cicéron a voté comme tout le monde les décrets d’attribution).

26 Démosthène, Sur la Couronne, 191, mais aussi 196, 198, 239 et 243.

27 C’est le verbe πoλυπραγμονεῖν qu’il utilise en 46, 27, 1 pour évoquer cette attitude envahissante, ce comportement indiscret qui caractérise, selon lui, son adversaire. La même accusation intervient chez Cicéron à l’encontre de Calenus (Cassius Dion, 45, 34, 4 : « Pour quelle autre raison […] a-t-il entrepris de bouleverser les affaires et d’intriguer, τάραττειν τὰ πράγματα καὶ πολυπραγμονεῖν ? »). L’association entre συνταράττειν et πολυπραγμονεῖν apparaît également chez Eschine (Sur l’ambassade infidèle, 106). Le verbe συνταράττειν (ou le verbe simple τάραττειν) est aussi affectionné par Démosthène, qui l’emploie à nombreuses reprises pour dénoncer les individus qui sèent le trouble dans la cité (cf. par exemple Philippique III, 60, Contre Aristogiton I, 19. Cf. Sur l’ambassade, 92 pour l’emploi du verbe simple dans les mêmes conditions).

28 Cassius Dion, 46, 27, 1-4.

29 On pourrait encore suggérer un dernier rapprochement. En 46, 22, 1, Calenus interpelle son adversaire en lui demandant de l’éclairer sur les paroles et les actions que doit prononcer l’homme de bien devant le peuple. Il sous-entend qu’un homme politique ne saurait se contenter de parler sans agir. Les deux aspects sont complémentaires et définissent sa mission. Il s’agit à la fois pour lui de proposer une conduite et de la mettre en pratique. Or ces deux objectifs sont martelés par Démosthène lorsqu’il rappelle le rôle d’un véritable conseiller (Sur la Couronne, 66, 190, 306).

30 Cassius Dion, 46, 7, 2-3.

31 Cassius Dion, 46, 7, 4 : ỏκν ῶ μὴ τὰ προσήκοντά σοι ἀκριβῶς λέγων αὐτòς οὐ προσήκοντας ἐμαυτῷ λόγους ποιεῖσθαι δόξω.

32 Cassius Dion, 40, 54, 1-2 : au procès de Milon, Cicéron aurait perdu contenance au point d’oublier ce qu’il avait préparé et de se retirer « après avoir à grand peine prononcé quelques mots d’une voix mourante » (βραχὺ δέ τι καὶ τεθνηκòς χαλεπῶς φθεγξάμενος). L’épisode est également relaté par Plutarque, Cicéron, 35, 5, ainsi que par Asconius, 41-42C. Quintilien y fait allusion dans son Institution oratoire, IV, 3, 16-17. Cf. Lintott 1997, 2515-2516.

33 Eschine, Sur l’ambassade infidèle, 34. Le rapprochement est déjà signalé par Lachenaud 2008, 217-218.

34 Démosthène, Sur la Couronne, 129 : ὀκνῶ μὴ περὶ σοῦ τὰ προσήκοντα λέγων αὐτòς οὐ προσήκοντας ἐμαυτῷ δόξω προηρῃσθαι λόγους.

35 Cf. Cordier 2005b, 341, analysant les résurgences de Thucydide et les collages de différents passages de l’historien dans une même phrase de Cassius Dion : « Le kaléidoscope du réel s’organise en une expérience, donnant au récit sa dimension historique. La fréquence des stratagèmes détaillés, chez un auteur qui a tendance à réduire les récits de bataille à des épures rhétoriques, témoigne de cette tendance. Ces passages ne trahissent, en somme, ni les réminiscences involontaires, ni le mimétisme d’un πεπαιδεύμενος fasciné et envahi par son modèle historiographique. Bien au contraire, ils jouent un rôle essentiel dans la construction de l’historicité. »

36 Lintott 1997, 2514-2518 ou Lachenaud 2008, 215.

37 Bertrand 2008, XX (et n. 37, p. XXXII, pour la position divergente de certains critiques). Sur tout ce passage, voir les excellents commentaires d’E. Bertrand dans les notes à sa traduction, 161-163.

38 Cassius Dion, 46, 18, 1-3.

39 L’attaque intervient un peu plus loin, en 46, 18, 5. On rapprochera de Démosthène, Philippique II, 30 et Sur l’ambassade, 46, où l’orateur rappelle que ses adversaires ont usé de cet argument pour faire rire de lui.

40 Le trait est critiqué par Horace, Satires, I, 2, 25.

41 Cicéron, Pro Cluentio, 111 : Facite ut […] illam usque ad talos remissam purpuream recordemini ! Cf. Verrines, V, 31 et 86.

42 Eschine, Contre Timarque, 131. Est-ce un hasard si ces évocations interviennent au moment où l’orateur, comme le fait Calenus pour Cicéron, évoque le surnom de Démosthène – Battalos –, et en profite pour le moquer et pour suggérer les goûts d’un mignon ?

43 Démosthène, Sur l’ambassade, 314 : […] διὰ τῆς ἀγορᾶς πορεύεται θοἰμάτιον καθεὶς ἄχρι τῶν σφυρῶν.

44 Nous n’entendons pas par là que son œuvre relèverait de ce qu’on a appelé « l’histoire tragique ». Cf. Cordier, 2005b, 346 : « Il n’y a pas chez Dion « d’histoire tragique », mais seulement une utilisation déplacée des mécanismes de la tragédie au propos de l’histoire : l’infusion d’une expérience. »

45 Cassius Dion, 45, 27, 4-5 (Traduction de la Collection des Universités de France très légèrement modifiée). L’idée de la souillure revient dans tout le dialogue. Cicéron dénonce un peu plus loin les paroles scandaleuses prononcées par la voix impure de Calenus (45, 30, 3 : τῆς μιαρᾶς τῆς φωνῆς). Calenus n’est pas en reste, qui dénonce les « propos impurs » de Cicéron (46, 9, 2 : τοὺς μιαροὺς ἐκείνους λόγους) et qui l’apostrophe en usant de ce qualificatif (46, 5, 1 : ὦ μιαρώτατε). On notera qu’Eschine et plus encore Démosthène affectionnent ce terme de μιαρός, qu’ils utilisent volontiers pour dénigrer leurs adversaires (On trouvera de nombreux exemples dans le discours Sur la Couronne ou dans le Contre Aristogiton I).

46 Cicéron, Deuxième Philippique, 55 : « Comme, dans la semence, se trouve le principe des arbres et des plantes, ainsi tu as été la semence de cette si guerre si douloureuse (Ut igitur in seminibus est causa arborum et stirpium, sic huius luctuosissimi belli semen tu fuisti). » Pour le rapprochement, voir en dernier lieu Ramsey 2003, 251, commentaire ad loc.

47 Démosthène, Sur la Couronne, 159.

48 Eschine, Contre Ctésiphon, 157 (traduction empruntée à la Collection des Universités de France) et 130-131. On notera que le passage de Cassius Dion insiste de la même manière sur l’importance des présages.

49 Démosthène, Sur la Couronne, 192, 200, 303 ou encore 306.

50 Le début du discours de Calenus offrirait un dernier exemple de ces entrelacements complexes de voix grecques et latines. Lorsque Calenus, en 46, 3, 4-4, 1, dénonce le caractère perfide et changeant de Cicéron, qui « bouleverse les affaires et met tout sens dessus-dessous » (pavnta aJei ; kuka'/kai ; strevfei), qui « change de sens plus souvent que les courants du détroit auprès duquel il s’est réfugié », il retrouve, certes, des accents de l’invective anti-cicéronienne, qui fustige les nombreuses volte-face de Cicéron. Mais il emprunte également au vocabulaire utilisé par Aristophane pour attaquer les agitateurs politiques et les sycophantes, souvent accusés de brouiller les affaires et d’apporter le trouble dans la cité (cf. Auger 1997 et Menu 1997). Par ailleurs, l’image des courants du détroit est directement empruntée à Eschine, Contre Ctésiphon, 90. De même, lorsque Calenus assimile Cicéron à « un charlatan et un mage » γόης [...] καὶ μάγος, il use de termes qu’Eschine et Démosthène aiment à utiliser pour stigmatiser leur adversaire (cf. Gotteland 2006, 606-608).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540