Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du transfert culturel au métissage

 | 
Michel Molin
, 
Silvia Capanema
, 
Quentin Deluermoz
, 
et al.

Troisième partie. Dynamiques culturelles et expériences : linguistique et littérature

Le métissage linguistique en Algérie à travers les créations lexicales hybrides

C. Yamina Benmayouf

Résumé

Il est un phénomène linguistique que l’on observe en Algérie depuis les années 80, c’est-à-dire deux décennies après l’indépendance nationale et la politique linguistique d’arabisation-défrancisation, qui est celui de la création d’unités lexicales hybrides, métissées, arabo-françaises composées de deux éléments, l’un relevant de l’arabe, l’autre du français. Cet article se propose de décrire et d’interpréter le phénomène en l’inscrivant dans le contexte qui l’a vu naître. En effet, les conditions historiques, idéologiques, sociales et même psychologiques de la jeunesse des années 80 expliquent l’émergence de ce phénomène de métissage linguistique qui semble être l’expression non seulement d’une résistance à la politique en cause mais aussi d’une volonté de renouer avec l’Occident grâce à la langue française.

There is a linguistic phenomenon that has been observed in Algeria since the eighties, that is to say two decades after the national independence and the linguistic policy consisting in encouraging the teaching of Arabic in order to eradicate French. The phenomenon in question is that of the creation of Arabo-French hybrid lexical units made up of two elements, one coming under Arabic, the other under French. This paper intends to describe and interpret that phenomenon which is keeping with the general pattern that historical, ideological, social and even psychological conditions of youth in the eighties account for the emergence of the linguistic hybrid phenomenon which seems to be the expression of not just a resistance to the current policy but also the flouting expression of a will to get back in touch with the western world through the French language.

Texte intégral

***

1Si le métissage peut être défini comme le processus de croisement de deux entités de quelque nature que ce soit, on peut affirmer sans se tromper que si le phénomène est observable dans tous les domaines, il l’est aussi et en particulier dans le domaine linguistique.

2Ma contribution consistera à présenter une situation originale, observée en Algérie depuis les années 80, qui est celle de la création d’unités lexicales hybrides résultant d’un métissage de deux langues, en l’occurrence l’arabe algérien et le français. Comment interpréter cette dynamique lexicale du point de vue historique, sociologique, politique et même psychologique puisqu’il est impossible de dissocier les pratiques linguistiques des locuteurs du contexte dans lequel ces derniers s’inscrivent obligatoirement ?

3Une remarque à ce niveau de la présentation s’impose : si la prolifération des néologismes hybrides arabo-français est un fait établi, on relève parallèlement et dans les mêmes circonstances le même phénomène mais qui aboutit à la formation d’unités lexicales nouvelles non hybrides, arabes exclusivement ou françaises exclusivement. Comment interpréter ces deux dynamiques ? quels locuteurs sont impliqués dans l’une ou l’autre démarche (création et/ou utilisation) ? Peut-on émettre l’hypothèse que les innovations hybrides arabo-françaises sont le produit de locuteurs bilingues et donc une manifestation du bilinguisme et de son évolution en Algérie, produit du contact des deux langues incriminées en Algérie alors que les néologismes exclusivement arabes sont le fait de locuteurs monolingues arabophones ? ou bien s’agit-il de réalisations, de messages complémentaires et de quel(s) message(s) ?

4Dans cet exposé, seuls les néologismes hybrides arabo-français feront l’objet de notre réflexion qui s’articulera autour des questions suivantes :

  • d’abord des préoccupations d’ordre théorique ;
  • ensuite l’évocation des conditions historiques avec le choix de dates charnières correspondant aux événements les plus marquants de l’histoire de l’Algérie contemporaine, événements qui ont conditionné les choix linguistiques et par conséquent susceptibles d’éclairer non seulement la dynamique linguistique mais aussi comportementale car il est impossible de comprendre le présent sans référence au passé même le plus proche.

5À l’évocation de la composante historique il faudra ajouter la dimension sociale de la réalité algérienne, dimension qui permettra de comprendre les motivations psycholinguistiques des locuteurs producteurs, consommateurs ou colporteurs des néologismes hybrides qui nous intéressent.

6Sur le plan théorique, nous ne relèverons que ce qui se rapporte à la singularité de la situation que nous tentons de décrire. S’agissant du néologisme, toutes les théories et les différentes approches s’accordent pour dire que la néologie est un processus par lequel toute langue enrichit continuellement son lexique afin de répondre aux exigences de l’évolution du monde, qu’elle fonctionne conformément au système de la langue qui évolue. Si une telle définition concerne la néologie lexicale qui implique le recours à une seule langue, la créativité à l’intérieur d’une langue donnée, qu’en est-il lorsqu’il s’agit d’innovations lexicales hybrides qui engagent deux langues en l’occurrence l’arabe et le français, de surcroît n’ayant pas de parenté générique ? Comment nommer ce vocabulaire ? quelle nationalité attribuer à l’unité lexicale hybride ? française ? arabe ? s’agit-il d’un français arabisé ? d’un arabe francisé ? d’une tentative de fusionner les deux langues ? Dans quel dictionnaire pourrait-on intégrer ces néologismes hybrides ? dictionnaire d’arabe ? de français ? ou dictionnaire d’un genre nouveau à créer ? Quel alphabet utiliser pour transcrire ces néologismes hybrides ? le latin ? l’arabe ? les deux ? et avec quel(s) compromis ? comment concilier les deux sur le plan graphique et quels problèmes cela pose-t-il ? problèmes sûrement inconnus jusqu’ici puisque la situation est sans précédent. En effet les problèmes classiques liés à l’emprunt lexical et à sa transcription dans la langue d’accueil ne sont pas ceux que soulève la transcription des néologismes hybrides arabo-français.

7Si les techniques utilisées en langue française sont désormais bien inventoriées et connues à savoir la dérivation, la composition, la siglaison, la troncation, pour ne citer que celles-là, si également les techniques utilisées en arabe sont bien connues aussi et font appel aux notions de racine et de schème, on peut se demander si les néologismes hybrides arabo-français utilisent les procédés d’une des deux langues incriminées et laquelle des deux langues ? les procédés des deux langues, avec quelle distribution ? quelle prédominance ? et quelle fonction ?

8Adoptons l’expression désormais consacrée de « francalgérien » pour désigner l’ensemble de ces innovations hybrides. Ce terme comme la réalité linguistique qu’il désigne est également relativement nouveau et récent. Il est en tout cas à mettre en relation avec un autre, celui de « franco-algérien » qui désigne le statut d’une population résidant en France ou en Algérie et qui bénéficie d’une double nationalité, algérienne et française pour des raisons que l’on peut deviner, essentiellement historiques et personnelles. On ne manquera pas de relever la similitude des situations linguistiques et humaines.

9Sur le plan formel également, on peut se demander si l’on peut relever dans ces néologismes hybrides arabo-français des procédés nouveaux de formation des mots ou des sens nouveaux ou si au contraire cette variété lexicale arabo-française s’inscrit directement dans l’histoire de la langue arabe ou française en forgeant ses innovations par des procédés parfaitement traditionnels.

10Mais auparavant, un rappel des conditions historiques. Impossible de comprendre le présent sans se référer à l’Histoire. L’histoire de l’Algérie, c’est également la situation linguistique et le lien étroit qu’entretiennent politique et linguistique. Rappelons brièvement que l’Algérie a été une colonie française entre 1830 et 1962, date de son indépendance, qu’elle a été une colonie de peuplement puisque sa colonisation a fait cohabiter deux communautés, autochtone arabophone ou berbérophone et européenne essentiellement francophone. Cette cohabitation longue de cent trente années a abouti à la veille de l’indépendance, à une situation quasi générale de bilinguisme arabo-français. Cette période a été marquée aussi par des événements que l’on peut qualifier de douloureux qui expliquent les comportements des décideurs algériens et les choix linguistiques au lendemain de l’indépendance. 1962 est une date charnière dans la vie politique, sociale mais aussi linguistique par la mutation et les changements qui vont accompagner l’indépendance nationale. En effet, cet événement a été marqué d’abord par un départ massif des colons appelés « pieds-noirs », ce qui a réduit les chances d’emploi du français, mais surtout par un choix politique fait par le nouveau pouvoir qui est celui de l’arabisation, de restauration de l’arabe dans la réalité algérienne. On opte pour l’arabe en 1962 pour réintégrer le monde arabe avec ses dimensions culturelles, historiques et surtout religieuses. Cette opération d’éradication du français et d’adoption rapide de l’arabe était caractérisée par la précipitation. En fait cette volonté d’arabiser vite, n’importe comment et à n’importe quel prix s’explique par le fait que l’indépendance nationale a amené au pouvoir non pas la classe des intellectuels susceptibles de résoudre la question linguistique dans la sérénité et de tirer profit de la situation post-coloniale mais plutôt des nationalistes souvent encore meurtris par les épreuves de la guerre de libération, fidèles aux engagements pris par le mouvement national. La politique d’arabisation est en fait une politique de choix de l’arabe dit classique, littéraire comme langue nationale et officielle. C’est donc une politique d’exclusion du français mais aussi politique de mépris et de déni des deux langues maternelles des Algériens à savoir l’arabe algérien dit dialectal et le berbère. C’est le choix de la langue du Coran, de l’Islam et ce choix est légitimant. À l’indépendance, le pouvoir revient de droit à ceux qui ont fait la révolution pour libérer le pays du joug colonial et cette légitimité historique est alors renforcée par une légitimité encore plus incontestable puisqu’il s’agit du sacré. Choisir l’arabe classique, l’arabe du Coran est légitimant. Ceci était et est encore aujourd’hui la préoccupation essentielle pour avoir ou pour garder le pouvoir qui en 1962 cherche à instaurer un monolithisme garant d’une unité nationale, monolithisme qui passe par l’exclusion, la négation et la marginalisation des autres langues.

11À cette première raison s’ajoute une autre : l’indépendance a vu l’arrivée d’un pouvoir composé de clans, héritage de la guerre de libération nationale. Chaque clan a sa propre vision de l’Algérie. Cette vision est tantôt tournée vers le passé historique, mythique, glorieux, donc tournée vers la tradition et le monde arabe, tantôt tournée vers le présent, la modernité, la technologie et donc vers l’Occident. Comment alors réaliser l’Algérie de ses rêves, de sa vision autrement que par la culture c’est-à-dire par la langue en tant que support médiatique, pédagogique et idéologique ? On comprend alors que la question linguistique cache un enjeu de taille. Pour les partisans de l’arabisation, impossible d’être arabe musulman sans la langue arabe, sans l’arabe classique du Coran. Pour les détracteurs de cette arabisation, la langue française a su se séparer de la doctrine religieuse et elle a su évoluer pour se constituer en langue à part, pour devenir un instrument au service de l’évolution historique et du développement économique et social en étant le véhicule des valeurs actuelles et pluralistes.

12Deux décennies après l’indépendance et ses choix politiques et linguistiques, dans les années 80 puisque l’émergence des néologismes hybrides correspond à cette période, quelles sont les conséquences de la politique du nouveau pouvoir au moment de cerner le contexte dans lequel cette prolifération des néologismes hybrides a eu lieu ?

13Parmi les conséquences de l’arabisation, on peut relever que dans le domaine de l’enseignement directement pénalisé par le choix de l’arabe classique comme langue officielle et nationale, jamais le niveau n’a été aussi bas et la déperdition scolaire aussi élevée. Les raisons sont certes multiples mais l’une d’elles et non des moindres est le choix de l’arabe classique comme langue d’enseignement car l’arabe classique n’est ni franchement une langue étrangère comme le serait le chinois ou l’italien pour les Algériens, ni franchement nationale et maternelle comme le seraient le berbère ou l’arabe algérien dit dialectal, ni une langue morte comme le serait le latin, ni une langue vivante comme le serait le français ou l’arabe algérien moderne. Aujourd’hui encore, malgré tous les efforts consentis, financiers et médiatiques, l’arabe classique reste cantonné dans des espaces réduits et n’est utilisé couramment par personne. La langue française quant à elle, dans les années 80, se maintient malgré le matraquage médiatique auquel cette langue a été soumise. Bien mieux, la scolarisation généralisée des jeunes Algériens a accru le nombre des francophones puisque la langue française s’est maintenue dans l’école algérienne.

14Sur le plan social, une triple fracture se dessine entre d’un côté les partisans de l’arabe classique et de l’autre les partisans du français, entre ceux qui soutiennent l’arabe classique et ceux qui soutiennent les langues maternelles locales. Fracture aussi entre le pouvoir et les masses populaires puisque les langues populaires, maternelles, l’arabe algérien et le berbère, sont purement et simplement reniées privant la totalité du peuple algérien non seulement de son unique instrument de communication et d’expression mais aussi de sa culture, de sa mémoire et de son histoire. La parole est désormais confisquée définitivement aux masses populaires.

15Aussi dès les années 80, une prise de conscience se développe autour de la question linguistique en Algérie et une revendication se précise chaque jour davantage, celle des idiomes locaux et celle du français. On réalise de plus en plus qu’il y a anomalie à continuer à entretenir une langue non parlée et non comprise par la majorité du peuple algérien d’autant que le mythe du panarabisme s’effrite à l’épreuve des événements qui ont secoué et continuent à secouer le monde arabe. Les sentiments de dévalorisation, d’infériorisation, d’insécurité et de culpabilité ressentis par les Algériens cèdent de plus en plus le pas à ceux de nostalgie et de revendication de la langue maternelle et du français.

16Cette politique linguistique d’arabisation ne s’est donc pas faite sans difficulté ni résistance. Résistance d’abord des francophones menacés directement dans leur existence, résistance des berbéristes à travers le déclenchement du mouvement appelé « Printemps berbère » dans lequel une identité berbère cherche à s’affirmer pour contrer le monolithisme culturel arabe.

17À cette résistance populaire s’ajoute dès les années 80 une autre résistance, celle d’une génération, celle des jeunes qui ont subi l’arabisation, qui, à défaut d’une résistance partisane et démocratique à laquelle ils n’accèdent pas, choisissent la dernière voie qui leur reste, celle de la résistance linguistique à travers les néologismes hybrides arabo-français. Une jeunesse qui subit une situation économique et sociale marquée dès les années 80, par une forte augmentation démographique (la population triple), un fort déplacement rural vers les villes, un pourcentage élevé de la population juvénile, à savoir 70 % de la population globale. Une jeunesse confrontée à l’exclusion, au chômage, à la marginalisation, au problème du logement, du transport, de l’accès aux soins, aux injustices sociales. C’est une jeunesse qui a fait les frais du socialisme, de l’arabisation et des maladresses de gestion. Le malaise grandissant de cette jeunesse débouche en octobre 1988 sur les émeutes d’Alger. L’année 1988 est une date charnière parce qu’elle correspond à l’explosion populaire d’Alger qui a vu l’entrée en scène de la jeunesse comme nouvel acteur sur la scène politique et sociale. Explosion qui a permis une brèche dans le système politique adopté à l’indépendance et qui a débouché sur le multipartisme et la rupture avec le socialisme.

181988 coïncide aussi avec la prolifération des néologismes hybrides que nous tentons de présenter. S’agit-il de la coïncidence de deux manifestations, politique et linguistique ou plutôt de deux facettes complémentaires de la même réalité, du même malaise social, de la même revendication de la part des mêmes acteurs à savoir la jeunesse algérienne ? Car à défaut de moyens d’expression organisés, institutionnels, à défaut de volonté politique de lui donner la parole, cette jeunesse se tourne vers les deux uniques moyens d’expression dont elle dispose, la violence des émeutes dans la rue en octobre 1988 et la violence linguistique avec les néologismes hybrides arabo-français car les néologismes hybrides arabo-français sont systématiquement composés d’un élément relevant de l’arabe algérien dit dialectal à l’exclusion du classique, et d’un composant relevant de la langue française. La dimension militante de résistance aux choix officiels n’échappera donc à personne.

19Créer, utiliser, colporter les néologismes hybrides arabo-français n’est rien d’autre que :

  • adopter volontairement, librement la langue française longtemps dénigrée dans le discours officiel ;
  • adopter volontairement, clairement l’arabe algérien dit dialectal et exclure de son propos l’arabe classique ;
  • faire cohabiter les deux langues arabe moderne et français, et tenter par là même le rapprochement de deux cultures, de deux peuples, tenter leur réconciliation après le déchirement en réponse au discours officiel qui cultive la mémoire de la douleur, à travers un rappel incessant des pages sombres de la période coloniale, rappel qui sert d’abord à légitimer le pouvoir.

20Aux considérations historiques, sociales et politiques s’ajoutent des considérations psychologiques et identitaires. Relevons que les néologismes hybrides arabo-français ont la particularité d’être duels dans leur composition. Cette dualité qui concerne les unités linguistiques est à mettre en relation avec une autre dualité qui concerne l’ensemble de la communauté algérienne à savoir la coexistence de deux langues, de deux cultures, de leurs valeurs respectives de référence et du comportement psychologique des locuteurs algériens. Balancement, ambivalence, indétermination sont les traits qui caractérisent la situation psychologique des Algériens de manière globale depuis l’indépendance. « L’Occident et l’Orient, écrit J. Berque, ne sont pas seulement l’Occident et l’Orient de la géographie. Ce sont des parties occidentales et orientales de soi-même qui s’entrechoquent au fond du peuple et de la personne ».

21Les identités nationale et individuelle sont prises en étau entre passé et présent, entre tradition et modernité, entre sacré et profane. Ce cocktail donne un Algérien mais surtout un jeune Algérien désorienté, pas trop sûr de son identité et qui pour vivre doit pour la technique et le savoir se tourner vers l’Occident et pour le salut de son âme se tourner vers la Mecque. La cohabitation de ces deux exigences dans un même espace social ou individuel psychologique ne se fait pas sans heurts. Quelle(s) réponse(s), quelle(s) stratégie(s) sont développées par la communauté algérienne et par les jeunes pour concilier la tradition et la modernité véhiculées respectivement par l’arabe et le français ? Comment réussir un syncrétisme culturel ? Comment concilier désir et interdit, comment échapper à l’ambivalence psychologique et culturelle, comment concilier ne serait-ce que symboliquement ce qui en apparence ne l’est pas ? Ceci d’autant qu’un constat s’impose : une fois l’hypothèque de la colonisation levée, comment expliquer la prolongation, parfois même l’accentuation de l’acculturation en Algérie ? En effet, l’observation la plus banale permet de constater que jamais depuis l’indépendance en 1962, l’influence de la culture française n’a été aussi large ni son impact aussi profond qu’aujourd’hui depuis les années 90. Le phénomène auquel nous assistons alors est un phénomène d’acculturation en principe librement consenti puisqu’il s’agit d’une action délibérée non seulement de la jeunesse algérienne à travers la création, l’utilisation des néologismes hybrides arabo-français mais aussi celle d’un gouvernement actuel qui entreprend d’étendre la place qu’occupe la langue française non seulement dans l’enseignement mais aussi dans l’ensemble des activités sociales. L’argument évoqué pour justifier cette orientation officielle nouvelle tracée par la jeunesse algérienne des années 80 est qu’il faut mettre sur pied un État moderne et donc emprunter à l’Occident ses valeurs puisqu’elles ont apporté la preuve de leur efficacité.

22La réponse à ces diverses sollicitations apportée par la jeunesse algérienne à travers les néologismes hybrides c’est le métissage, l’hybridation volontaire pour remplacer l’ambivalence imposée et contraignante, la pluralité pour rejeter le monolithisme, le Un (un parti, une langue, une culture), l’algérianité pour mettre un terme à l’opposition Orient/Occident, la synthèse pour dépasser la cohabitation et la juxtaposition ou le conflit, l’identité plurielle pour dépasser l’identité fractionnée, la réappropriation du français après son rejet, la dédramatisation du passé après la mémoire de la souffrance.

23Qu’en est-il à présent des néologismes hybrides arabo-français ? Quelles techniques sont utilisées et quelles fonctions du langage sont sollicitées ? Les néologismes hybrides arabo-français ont la particularité première d’être formés d’un composant appartenant à la langue arabe mais à la langue arabe algérienne dite dialectale, à l’exclusion donc de l’arabe classique officiel. Le composant arabe représente pour l’ensemble des néologismes de notre corpus le radical alors que le second composant relevant de la langue française concerne soit l’affixe (préfixe ou suffixe ou combinaison des deux), soit l’élément grammatical. Ainsi le lexème est toujours arabe et le morphème systématiquement français. La seconde particularité concerne les techniques formelles utilisées pour la formation de ces néologismes hybrides, techniques qui sont empruntées également systématiquement à la langue française : dérivation, composition, siglaison, troncation ou abréviation.

24Qu’en est-il des fonctions assumées par les néologismes hybrides arabo-français créés, utilisés, colportés par la jeunesse algérienne ? Traditionnellement on reconnaît aux néologismes la fonction première ou essentielle de dénomination des réalités nouvelles. Dans la situation qui est la nôtre et dans la bouche des jeunes Algériens on peut affirmer que les fonctions identifiées dans notre corpus sont les suivantes :

  • fonction de dénomination ;
  • fonction d’identité ;
  • fonction ludique ;
  • fonction d’action sur le réel ;
  • fonction militante ;
  • fonction d’expression d’une liberté.

25On peut également affirmer que ces différentes fonctions interviennent souvent ensemble avec cependant la prédominance de l’une de ces dites fonctions, suivant une hiérarchisation différente selon la situation. La fonction de dénomination dans notre corpus n’est pas absente mais elle est loin d’être la première préoccupation des créateurs-consommateurs de nos néologismes.

26La fonction militante qui rejoint d’ailleurs la fonction d’action sur le réel et également la fonction d’expression d’une liberté l’emporte sur le reste. En effet, 90 % des néologismes hybrides arabo-français ne remplissent pas de fonction dénominative. Il s’agit plutôt, pour les créateurs ou utilisateurs, de s’imposer en tant qu’acteurs de la réalité par la prise de parole, par la confection d’une parole nouvelle et par la remise en cause de la parole officielle. C’est ainsi que le néologisme hybride devient espace de liberté comme ne témoigne l’utilisation du suffixe « -iste » à titre d’exemple.

  • 1 En français, le suffixe « -iste » forme des adjectifs ou des substantifs désignant celui qui adhèr (...)

27Les unités hybrides dérivées, composées d’un radical et d’un suffixe « -iste » représentent 38 % de l’ensemble de notre corpus, soit 145 unités. Seulement 10 unités sur 145 désignent des réalités nouvelles sur le plan politique, religieux ou social, soit 6 % de l’ensemble. Le suffixe « -iste » qui s’ajoute habituellement dans la langue française à un nom désignant une théorie, une philosophie, un courant, une tendance1 se greffe dans les unités hybrides arabo-françaises sur tout et n’importe quoi, dans un nom commun ou bien sur un nom de métier, sur une qualité ou sur un défaut, sur une activité banale. N’importe quel mot de l’arabe algérien peut alors servir de radical à la formation des dérivés en « – iste ». Ces néologismes hybrides dérivés en « -iste », bien mieux, présentent une redondance sémique comme on peut le constater dans l’exemple suivant : « keffariste » est composé de « keffar » et de « -iste » ; « keffar » en langue arabe est composé de la racine k-f-r qui véhicule la notion de blasphème et du schème (structure consonantique et vocalique) C1 VC2 CVC3 qui véhicule un sème à savoir : trait, caractère d’une personne qui blasphème. Or c’est ce même sème qui est véhiculé par le suffixe « -iste ». Donc non seulement le suffixe « -iste » n’apporte pas d’information sémantique supplémentaire mais, pire que cela, il est l’expression d’une redondance sémique. On peut dire donc que non seulement il y a pléthore sémantique mais aussi gratuité. Comment alors interpréter cette pratique et ce comportement que l’on trouve dans plus de 90 % de nos néologismes hybrides ? Comment expliquer, interpréter et justifier l’emploi du suffixe le plus fréquemment employé par la jeunesse algérienne alors que son emploi n’est ni nécessaire ni justifié ? On peut même parler d’emploi ou de suffixe gratuit ou vide car son emploi pose un problème de compréhension et de définition. Si le néologisme hybride dérivé affecté du suffixe « -iste » en particulier et des autres suffixes en général relevés dans notre corpus n’apporte pas de sens nouveau, ne désigne pas de réalité nouvelle, le sens à retenir de la démarche est celui de la gratuité, de la liberté que l’on prend avec les langues arabe et française, occasion de démontrer la connaissance que l’on a de ces deux langues et de leurs règles de fonctionnement et de créativité, liberté que l’on prend avec les mots qui sont pétris, malmenés, malaxés comme pour traduire l’insolence, le dérangement, l’affrontement, la polémique, la subversion et en fin de compte le militantisme. C’est aussi la liberté de remettre en question la norme officielle, de provoquer la censure, de la refuser jusqu’à la violence, jusqu’au viol des règles des deux langues, jusqu’à l’absence de sens pour dire le malaise et la perdition dans ce monde. Espace de liberté mais aussi espace d’identité car à travers les néologismes on peut dire que je parle donc j’existe.

  • 2 Gardet 1974, 70.

28B. Gardet2 fait remarquer que dans ce genre de situation « le sujet d’énonciation prend dans ces discours de plus en plus d’importance, instituant une distance de plus en plus grande avec un énoncé dont le but paraît être alors la valorisation d’une subjectivité, de son aptitude à manier le langage » car l’action sur la langue est donc une autre manière d’exister par la langue. C’est un appel à la reconnaissance par le pouvoir et par les autres en tant qu’entité sociale ou partenaire éventuel pour la gestion du présent ou la préparation de l’avenir. C’est donc un appel à reconnaissance de l’individu et du groupe auquel il appartient comme en témoigne non seulement le caractère répétitif de certaines innovations dans le langage des jeunes ou plutôt leur caractère « gratuit » puisque ce qui compte c’est plus le geste (de création ou d’utilisation) que le résultat du geste (existence d’une lexie significative) qui ne répond pas toujours à une nécessité. D’ailleurs lorsque les aînés se mêlent d’utiliser ces unités ils sont ressentis comme des trouble-fête par la jeunesse car remettant en cause la lisibilité du geste. L’identité individuelle autant que l’identité de groupe sont les objectifs consciemment ou inconsciemment recherchés. Espace de liberté, d’expression d’une identité, les néologismes hybrides sont aussi la langue maquis ou le lieu de la résistance et de la transgression. Puisque la langue est avant tout un instrument de pouvoir en même temps qu’elle est support de connaissance et moyen de communication utilisé pour être non seulement compris mais aussi et surtout cru, obéi et reconnu, il s’agit de résister à cette langue officielle, à la norme officielle en la désacralisant, en créant une autre langue, dans notre cas un lexique susceptible de la concurrencer, au moins de lui faire de l’ombre et de la fragiliser. La langue devient le lieu privilégié du militantisme et de la résistance indirecte et subtile.

*

29Si on peut affirmer qu’en situation de contact de langues on observe traditionnellement des phénomènes d’échanges d’éléments linguistiques tels que les interférences, les emprunts, les calques, des phénomènes encore plus importants tels que le code switching, on peut affirmer également sans conteste que les créations lexicales hybrides observées et décrites dans cet article sont l’expression d’un métissage linguistique qui a la particularité d’être recherché et de s’afficher en tant que tel.

30Cette entreprise de métissage linguistique, lexical, entamé par la jeunesse algérienne depuis les années 80 se prolonge actuellement, pris en charge désormais par l’ensemble des acteurs de la population algérienne. C’est ainsi qu’on l’observe de plus en plus dans la publicité, les enseignes de magasins, la toponymie, les prénoms, les noms de produits commerciaux, les noms des artistes et de leurs groupes pour ne citer que cela.

31Bien mieux, sous l’influence bien comprise des nouveaux médias (sms, chat, etc.) qui s’ajoute aux causes précédemment évoquées, le métissage tend à être désormais graphique. Une nouvelle tendance se dessine et s’amplifie chaque jour davantage. Il s’agit de la translittération, ou choix de l’alphabet latin pour transcrire, pour écrire l’arabe avec toutes les difficultés et les compromis individuels que l’on peut imaginer compte tenu du fait qu’il s’agit de deux langues (le français et l’arabe) non apparentées génétiquement. Dans cette situation de métissage graphique, il est question de rapprochement d’un alphabet latin (identifié comme celui du français et d’une langue occidentale, de l’Occident globalement) et de la langue arabe, une des langues les plus conformistes, les plus « normées » qui puissent exister car liée au sacré (identifiée surtout comme associée à l’Orient).

Bibliographie

INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES

Addi L. (1994), L’Algérie et la démocratie, Paris, La Découverte.

Benmayouf C. Y. (2008), Renouvellement social, renouvellement langagier dans l’Algérie d’aujourd’hui, Paris, L’Harmattan.

Benmayouf C. Y. (2009), La question linguistique en Algérie, Enjeux et perspectives, Paris, Séguier.

Camilleri C. (1996), Psychologie et culture, Paris, A. Colin.

Coletta J.-M. (1995), « Qui parle, et pourquoi ? À propos de la dimension symbolique des conduites langagières », Langage et société, 73, 9/1995, p. 31-51.

Dakhlia J. (éd.) (2004), Trames de langues. Usages et métissages linguistiques dans l’histoire du Maghreb, Tunis et Paris, IRMC et Maisonneuve et Larose, 561 p.

Fiala P. (1984), « La langue dans l’Histoire, l’Histoire dans la langue », in P. Achard, M.-P. Gruenais et D. Jaulin (éd.), Histoire et linguistique. Actes de la table ronde organisée par Langage et société, Paris, ENS, 28-30/4/1983, Paris, Fondation de la MSH, p. 73-98.

Gardet B. (1974), « La néologie, aspects sociolinguistiques », Langages, 8, 1974, 36, p. 67-73.

Goudaillier J.-P. (2001), Comment tu tchatches !, Paris, Maisonneuve et Larose.

Harbi M. (1980), Le FLN, mirage ou réalité, Paris, Jeune Afrique.

Toualbi N. (2000), L’identité au Maghreb, Alger, Casbah Éditions, 270 p.

Notes

1 En français, le suffixe « -iste » forme des adjectifs ou des substantifs désignant celui qui adhère à une doctrine, un système, un mode de vie, de pensée ou d’action, adopte une attitude, un comportement, détient une qualité ou une caractéristique ou exprime l’appartenance à celui-ci ; il sert aussi à former les substantifs nommant ceux qui s’adonnent à des activités particulières ou exerçant certaines professions : voir Trésor de la langue française informatisé, Paris, CNRS Éditions, 2005, s. u.

2 Gardet 1974, 70.

Auteur

Professeur à l’université de Constantine (Algérie).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540