Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du transfert culturel au métissage

 | 
Michel Molin
, 
Silvia Capanema
, 
Quentin Deluermoz
, 
et al.

Troisième partie. Dynamiques culturelles et expériences : linguistique et littérature

Les origines métissées du français scientifique médiéval

Cécile Le Cornec Rochelois

Résumé

Dans quelle mesure le français scientifique qui naît au Moyen Âge est-il une langue métissée ? Quel que soit le domaine considéré (médecine, chirurgie, arithmétique, géométrie, météorologie, astronomie, botanique, zoologie), les premiers textes scientifiques français paraissent émaillés de xénismes. En s’appuyant sur des travaux menés dans le cadre du groupe de recherche Crealscience, et en particulier sur l’élaboration en cours d’un Dictionnaire du français scientifique médiéval, cet article s’efforce de préciser le statut des emprunts dans cette langue savante. Le grec et l’arabe ne jouent pas le même rôle que le latin dans la constitution de ce lexique, puisque tous les premiers textes scientifiques en français sont adaptés du latin. On peut même se demander si l’identification de latinismes dans ces œuvres scientifiques précoces n’est pas un anachronisme. Néanmoins, la coexistence de diverses voies de métissage linguistique permet d’expliquer une caractéristique importante du français scientifique médiéval : le recours à des dénominations multiples pour renvoyer à une même réalité.

To what extent is medieval scientific French a mixed language? We can find many foreign words when we read a medieval text, in every scientific field (medicine, surgery, arithmetic, geometry, meteorology, astronomy, botany or zoology). Leaning on research works around the project Crealscience, and especially the constitution of a Medieval French Scientific Dictionnary, we try to specify the status of borrowings in this scholar language. Greek and Arabic don’t have the same relations with French as latin language, because all first french scientific texts are translations from Latin. We can even ask if the idea that early scientific French is mixed with many Latinisms is an anachronism. The influence of other languages can however explain an important feature of medieval scientific French: the use of several different words to refer to the same reality.

Texte intégral

***

  • 1 Ducos et Salavador 2011. Site internet : http://www.crealscience.fr/.

1La langue scientifique française naît au Moyen Âge avec les premières adaptations de textes scientifiques latins. Entre le XIIIe et le XVe siècle se constitue un lexique scientifique dont la richesse est attestée par le Dictionnaire du Français Scientifique Médiéval en cours d’élaboration dans le cadre du projet Crealscience, codirigé par Joëlle Ducos et Xavier-Laurent Salvador1. La recherche menée par l’équipe de Créalscience porte sur des textes du XIIe au XVe siècle consacrés à des domaines aussi divers que la médecine, la chirurgie, l’arithmétique, la géométrie, l’astronomie, la météorologie, la botanique ou la zoologie. La réflexion qui suit s’appuie essentiellement sur des exemples recensés par les différents participants à ce projet.

2Les clercs médiévaux se voyaient, selon une métaphore attribuée à Bernard de Chartres, comme des nains juchés sur l’épaule de leurs géants prédécesseurs. Ils avaient conscience d’assumer des héritages successifs dans tous les domaines, et peut-être plus spécialement dans le domaine des sciences. De manière schématique, on peut considérer que la tradition scientifique qui s’exprime en français à partir du XIIIe siècle prend ses racines dans le monde antique, celui d’Hippocrate, d’Euclide et d’Aristote. Cette tradition grecque a été recueillie, transmise et considérablement enrichie par les savants arabes. L’Occident médiéval latin a bénéficié de cet héritage par le biais de traductions arabo-latines dans un premier temps : d’abord les traductions des grandes œuvres médicales en arabe par Constantin l’Africain dans les années 1060 ; puis une série d’autres traductions arabo-latines, notamment l’œuvre de Gérard de Crémone qui traduisit le Canon d’Avicenne et plusieurs traités d’Aristote à Tolède à la fin du XIIe siècle. La science occidentale s’est aussi nourrie par la suite des traductions gréco-latines, en particulier lorsqu’à partir de la fin du XIIIe siècle est diffusée la traduction de l’œuvre d’Aristote par Guillaume de Moerbecke. Les clercs de l’époque médiévale ont donc accès aux connaissances scientifiques à travers des textes écrits en latin, qui sont des traductions d’originaux grecs ou arabes, ces derniers étant eux-mêmes souvent traduits ou inspirés de sources grecques. Au fil des traductions, des emprunts, les utilisateurs s’éloignent de la source première, faisant apparaître des mots nouveaux. Le lexique scientifique français du Moyen Âge est ainsi l’aboutissement de traductions successives.

3Dans quelle mesure peut-on appliquer la notion de métissage à cette langue scientifique naissante ? Le français scientifique du Moyen Âge offre d’emblée le tableau d’une langue métissée dans la mesure où il comporte de nombreux xénismes. On y trouve constamment la présence marquée des langues de savoir que sont le grec, l’arabe et le latin. Quel était le statut de ces xénismes dans la langue médiévale et quel rôle ce métissage linguistique a-t-il joué dans la formation du lexique scientifique français ?

La fréquence des xénismes

4Le métissage linguistique saute aux yeux du lecteur d’aujourd’hui lorsqu’il découvre les premières traductions françaises de textes scientifiques. Quels que soient l’époque et le domaine scientifique envisagés, l’influence linguistique des sources est évidente : le lexique du français scientifique médiéval fourmille d’hellénismes et d’arabismes, et les calques du latin y sont omniprésents. Certains de ces emprunts médiévaux ont perduré jusqu’à nos jours dans la langue scientifique, par exemple le grec epiploon dans le domaine de l’anatomie, ou les termes d’alchimie élixir et alambic, issus de translittérations de l’arabe. Les premières traductions de textes scientifiques latins en français offrent aussi les premières attestations de ces latinismes devenus néologismes que sont les termes tibia, cautérisation, contusion ou excroissance, attestés pour la première fois dans la Chirurgie d’Henri de Mondeville en 1316. D’autres créations lexicales, bien installées dans la tradition scientifique du Moyen Âge, n’ont pas survécu à la période médiévale. C’est le cas du français esplein, hérité du grec splen, pour désigner la rate, des mots arabes zirbe ou cifac, qui semblent pourtant avoir connu un vif succès aux XIVe et XVe siècles. Ainsi, on lit encore dans la Practique qui s’appelle Fleur de lys en medecine, traduction française de l’ouvrage que le médecin montpelliérain Bernard de Gordon destinait à ses étudiants :

  • 2 Bernard de Gordon (1495), La Practique de maistre Bernard de Gordon qui s’appelle Fleur de lys en m (...)

« Tu dois savoir que mirac, c’est I. pannicle entour les intestins et cifach c’est ung aultre2. »

5Les termes translittérés de l’arabe mirac et cifach, qui désignent respectivement « la paroi abdominale » et « le péritoine ou toute autre membrane », ne sont pas glosés par le savant : ils font manifestement partie du vocabulaire de tout étudiant en médecine de l’époque.

  • 3 Sur « l’arabisation du vocabulaire médical latin », voir Jacquart et Micheau 1996, 160-165.
  • 4 Trotter 2005, 11-12.
  • 5 Brunet Latin 2007, I, 133, 4, p. 236.
  • 6 Jean Corbechon, Le Livre des propriétés des choses, Paris, BNF, fr. 16993, XIII, 26, f° 187 v°.
  • 7 Städtler 2007, 51. L’enquête menée par Thomas Städtler dans cet article porte essentiellement sur l (...)

6Toutefois, de nombreuses créations lexicales proposées par ces premiers traducteurs de textes scientifiques en français n’ont jamais accédé au statut de néologismes, parce que leur emploi est demeuré ponctuel ou même parce qu’ils constituent des hapax. Ainsi une bonne partie des translittérations de l’arabe qui prolifèrent chez Gérard de Crémone3 et se retrouvent dans les traductions françaises ont connu une existence très éphémère. Les mots arabes godath, pour désigner « les amygdales », ou axacrati pour la maladie de l’œil aujourd’hui dénommée entropion, par un emprunt bien plus tardif au grec, ne semblent guère avoir survécu à la traduction franco-latine de la Chirurgie d’Albucasis4. Dans le domaine de la zoologie, on relève par exemple une tentative isolée de Brunet Latin pour rendre en français le latin murice. Le calque morique5 ne convaincra pas ses successeurs qui lui préfèreront la désignation métonymique pourpre ou l’emprunt direct murex pour nommer le coquillage qui produit la célèbre substance rouge. On croise encore, dans la traduction par Jean Corbechon du Liber de proprietatibus rerum de Barthélémy l’Anglais, des translittérations des noms de poissons grecs employés par Aristote. Le traducteur français emprunte ainsi prudemment en 1372 les noms abatue ou phagus pour évoquer des poissons qu’il était bien difficile d’identifier à partir des informations transmises par l’encyclopédie latine rédigée dans les années 12306. Dans quelle proportion les calques du latin proposés par Nicole Oresme, lorsqu’il traduit en français les œuvres d’Aristote pendant la seconde moitié du XIVe siècle à partir de la version gréco-latine établie par Guillaume de Moerbecke un siècle plus tôt, sont-ils restés en français ? Malgré les nombreux néologismes dont cet auteur a enrichi la langue française, Thomas Städtler remarque que « ses efforts pour introduire la terminologie aristotélicienne en français sont restés peu fructueux7 ». Tous ses latinismes ne passent pas en français courant, loin s’en faut. La tendance à l’emprunt, qui caractérise toujours dans une certaine mesure le français scientifique d’aujourd’hui, est encore plus spectaculaire à l’époque médiévale.

  • 8 Paris, BNF, fr. 1318 (anc. 7475).
  • 9 Trotter 2005, 26.

7Au sein d’un même texte coexistent des terminologies issues de langues diverses. La traduction en français du traité de chirurgie d’Albucassis, éditée et étudiée par David Trotter, offre un bel exemple du métissage linguistique auquel aboutit le transfert des savoirs qui mène de la Grèce antique à la France en passant par le monde arabe. Ce texte, d’une importance capitale dans la transmission du savoir chirurgical, composé en Espagne mozarabe vers la fin du Xe siècle, fut d’abord traduit de l’arabe en latin par Gérard de Crémone à Tolède au XIIe siècle. Cette traduction arabo-latine, elle-même traduite dans la version française dont il est question, est conservée dans un manuscrit du XIIIe siècle8. Au vu des relevés établis par David Trotter, le lexique de cet ouvrage apparaît comme un ensemble hétérogène, une mosaïque linguistique où se côtoient en un système cohérent des arabismes, surtout dans le lexique chirurgical et dans les descriptions des maladies, des latinismes (qui pour certains étaient eux-mêmes des hellénismes), des termes vernaculaires et même des expressions régionales, avec des mots comme mice (« rate »), peuchas (« pouces ») ou xalain (« respiration »), propres à la Lorraine du XIIIe siècle9.

8Comment expliquer le recours massif aux emprunts dans la langue scientifique ? Si l’on considère la nomenclature botanique ou le lexique chirurgical actuellement en usage, qui continuent à s’enrichir à partir du latin, on peut se demander si le métissage linguistique n’est pas un trait distinctif de la langue scientifique. Et peut-être aussi, au Moyen Âge comme aujourd’hui, un moyen d’exhiber la scientificité du discours, en employant une langue à part, une langue de spécialistes. Pourtant, l’ambition vulgarisatrice, qui anime par exemple l’encyclopédiste Brunet Latin, auteur en 1267 du fameux Tresor, n’exclut nullement l’emprunt, ici au grec :

  • 10 Brunet Latin 2007, Tresor, I, 100, 1, p. 128.

« Et il fu voirs que Nostre Sires au comencement fist une grosse matire sens forme et sens figure ; mes ele estoit de tel maniere que il en povoit former et fere ce que il voloit, et sens faille de ce fist il les autres choses […] ; et la meesmes dit il que cele grosse matire est apelee ylem10. »

9Ylem est une translittération du grec ancien Hule. Comment en effet traiter du concept aristotélicien de matière sans la langue d’Aristote ? Dans le cadre d’un discours scientifique spécialisé, le besoin de précision justifie naturellement la préférence pour les xénismes. C’est bien à cette nécessité seule que semble obéir le lexique anatomique dans la traduction française de la Chirurgie d’Albucasis :

  • 11 Trotter 2005, 16.

« Les principaux organes du corps sont désignés par des noms français, le latin (ou l’arabe) ne faisant irruption que pour les parties du corps moins connues et qui sont en quelque sorte l’affaire des spécialistes censés sans doute posséder ce vocabulaire11. »

10Toutefois, le souci d’exactitude, qu’il soit motivé par un scrupule d’ordre philologique ou par l’insuffisance du lexique français disponible, ne suffit pas toujours à justifier le recours à l’emprunt. Comment l’interpréter par exemple dans l’extrait suivant, tiré du Livre des prouffitz champestres et ruraulx de Pierre de Crescens, une traduction en français commandée par Charles V en 1373 du Liber ruralium commodorum écrit entre 1305 et 1309 ?

  • 12 Pierre de Crescens, Livre des prouffitz champestres et ruraulx, livre II, chap 9, f° 21 r°, cité pa (...)

« Et aussi, aulcunes autres plantes, mises coste les aultres, leur empeschent leur generacion et leur fruit, si comme le corulus empesche la vigne et aussi le noyer empesche les aultres plantes pour la merveilleuse amertume qu’il a12. »

11Fleur Vigneron note en analysant cet exemple que le traducteur aurait fort bien pu traduire corulus par « coudre », qui était le nom couramment employé en ancien français pour désigner le coudrier (ou noisetier). À l’intérieur de la même phrase, nux est d’ailleurs traduit par « noyer ». On a parfois le sentiment que pour les auteurs de ces textes français, le mot emprunté, et en particulier le nom latin, est seul capable d’exprimer la véritable nature des choses :

  • 13 Vigneron 2008, 29-30.

« On touche là à la notion de substantif et peut-être à ce qu’elle recouvre pour la philosophie médiévale : le substantif dit l’être de la chose, il ne se contente pas de la désigner arbitrairement. Le nom français serait perçu comme une vague approximation de ce que signifie le substantif latin13. »

  • 14 Trotter 2005, 15.

12Les substantifs, employés pour désigner les réalités, pour dire la substance du monde, paraissent d’ailleurs plus sujets que les autres parties du discours aux xénismes. Le cas étudié par David Trotter confirme que « le phénomène d’emprunt concerne essentiellement les substantifs14 ». Parmi les 199 latinismes relevés dans la traduction d’Albucasis, seuls dix sont des verbes et on ne rencontre aucun arabisme verbal. En ce qui concerne la botanique, Fleur Vigneron note que les mots latins conservés sont souvent des substantifs désignant des végétaux, qui forment une sorte de nomenclature internationale botanique en latin.

13Selon le tableau qui précède, le français scientifique médiéval se présente comme une langue hybride, émaillée d’éléments linguistiques hétérogènes, affichant la diversité culturelle où elle puise ses sources, exhibant le métissage dont elle est le produit. Cette image mérite d’être quelque peu nuancée ou du moins précisée.

Tous ces xénismes sont des latinismes

14Il convient tout d’abord de rappeler que le grec, l’arabe et le latin ne se situent pas sur le même plan par rapport au français. La langue romane qu’est le français est héritée du latin et cela est bien évident dans le cas du français scientifique, directement issu de traductions de textes latins en français. Les emprunts grecs et arabes attestés dans la langue scientifique à partir du XIIIe ou du XIVe siècle sont tous passés par l’intermédiaire du latin médiéval. Les translateurs qui posèrent les premières bases d’un lexique scientifique français ne lisaient ni le grec ni l’arabe. Alors que le latin était une langue familière pour tous les lettrés de cette époque, l’arabe et le grec ne l’étaient pas, comme en témoigne la propension des auteurs de textes scientifiques en français à revenir au latin pour expliquer le sens des termes grecs ou arabes. C’est ainsi que procède l’auteur du Placides et Timeo pour expliquer le mot microcosme :

  • 15 Placides et Timéo ou Li secrés as philosophes (1980), p. 112, § 253.

« pour ce que homme est si digne beste, si haute creature, si noble et si poissans, pour ce dirent les philosophes que homs estoit apelés “microcosmus”, de “micros” en grec, qui vaut a dire “minor” en latin et de “cosmos” en grec, qui vaut a dire “mundus” en latin ; et donques c’est a dire “microcosmus”, le menre monde15… »

15Le latin demeure la langue de référence, celle qui permet de faire le lien entre les autres langues du savoir ancien et la langue nouvelle, entre les différentes langues vernaculaires aussi : une référence partagée par l’ensemble de la communauté culturelle de l’époque.

  • 16 Sous la forme sode au XIIIe siècle dans la traduction française d’Albucasis (Trotter D. A. 2005) et (...)
  • 17 Jacquart et Micheau 1996, 162.

16Or aux différents stades de son histoire, le latin a constamment emprunté aux autres langues et c’est ainsi que s’expliquent la plupart des « emprunts » du français scientifique à l’arabe ou au grec. Ainsi, le mot esplein, courant en ancien français pour désigner la rate, a certes pour origine le grec σπλήν, mais il doit sa vitalité au fait que le latin emploie l’hellénisme splen depuis l’Antiquité. Le français sirop n’est pas une translittération de l’arabe šarāb, mais un calque du latin médiéval sirupus. Si le terme soda se trouve dans plusieurs textes français pour « une céphalée » ou « un mal de tête16 », c’est avant tout parce qu’il s’agit d’un terme usuel du latin médical17 depuis que Constantin l’Africain et Gérard de Crémone ont transposé ainsi l’arabe Ṣudā. Lorsque l’encyclopédiste Brunet Latin aborde la science des nombres, se côtoient dans la même notice les termes issus du grec arithmétique ou abaque et des termes issus de l’arabe comme algorithme :

  • 18 Brunet Latin 2007, Tresor, I, 3, 5, p. 10.

« La premiere de ces. iiii. sciences si est arismetique, qui nos enseigne conter et nombrer et joindre l’un conte sor l’autre, et multeplier l’un permi l’autre, et les uns oster des autres et partir et deviser en plusors parties ; et de ce sont les enseignemenz de l’abaque et de l’algorisme18. »

  • 19 FEW: Wartburg W. von (1928-2002), XXV, 235b: arithmetica.
  • 20 La graphie th sera rétablie au XVIe siècle en référence à l’original grec.
  • 21 FEW: Wartburg W. von (1928-2002), XXIV: abax.
  • 22 TLFi : Le Trésor de la Langue Française informatisé. Site internet (http:atilf.atilf.fr/tlf.htm) : (...)
  • 23 FEW : Wartburg W. von (1928-2002), XIX : Huwarizm.

17Un point commun a permis à ces termes savants d’origines diverses d’être réunis dans le lexique français : ils ont transité par le latin avant d’y faire leur entrée. En ce qui concerne le terme arithmétique, l’étymon donné par Walther von Wartburg dans le Französisches etymologisches Wörterbuch le confirme19 : le nom latin arithmetica a été importé du grec dès l’Antiquité classique. Dans ses premières attestations, au XIIe siècle, il s’agit d’un calque du latin, avec une graphie s qui s’explique par la prononciation en ancien français du digramme th, translittération du graphème θ20. Pour les Français du Moyen Âge, ce terme se présentait donc bien comme un terme d’origine latine. Rien ne permet d’affirmer qu’il existait une conscience linguistique de ses origines grecques et cela paraît même assez improbable. Pour abaque, l’étymon donné par le FEW est le grec abax, adapté en latin classique sous la forme abacus au sens de « table servant à calculer21 ». Toutefois, le mot français employé par Brunet Latin est manifestement un emprunt au latin médiéval, car on ne rencontre pas le latin abacus avec le sens abstrait qu’il a dans la notice française (« méthode de calcul ; branche de l’arithmétique ») avant les XIe-XIIe siècles22. Quant au mot algorisme, s’il vient bien de l’arabe al Huwarizm23, surnom du mathématicien arabe du IXe siècle, dont les traductions introduisirent l’arithmétique dans l’Europe médiévale, il est passé avant d’entrer dans la langue française par l’espagnol alguarismo. Ces emprunts du lexique mathématique français à l’arabe et au grec ne sont donc jamais directs, qu’ils soient gréco-latins ou arabo-hispaniques.

  • 24 Sur la dynamique des emprunts en latin médiéval, voir l’article de Buridant 1980. Pour des exemples (...)

18Quelle est la langue d’emprunt ? Faut-il par exemple considérer le terme d’alchimie elixir, au moment où il entre dans la langue française, comme un emprunt au latin médiéval, bien attesté sous des formes diverses (elixir, exir, elixis, elexir), à l’arabe al-’iksῑr (« la pierre philosophale ») ou au grec ξήριον (« poudre siccative que l’on met sur les blessures ») ? La circulation des savoirs de l’Antiquité au Moyen Âge a fait que de nombreux termes scientifiques sont le fruit de métissages linguistiques successifs. Le français scientifique médiéval tient pour beaucoup son caractère métissé du latin employé par les traducteurs de textes arabes et grecs. Les échanges entre le latin et les langues vernaculaires furent constants et réciproques tout au long de la période médiévale, en particulier dans la langue scientifique24, au point que l’on peut s’interroger sur la conscience d’une distinction entre le français des savants et le lexique latin médiéval dont il se nourrit.

Les latinismes existent-ils ?

19Est-il bien légitime de considérer les supposés xénismes du français scientifique médiéval comme des éléments linguistiques exogènes ? On peut en douter à la lecture de cette notice zoologique de Brunet Latin :

  • 25 Brunet Latin 2007, Tresor, I, 152, 1, p. 263-264.

« Ardea est un oisel que les plusor apellent tantalus ou airon ; et ja soit ce que il preigne en eue sa viande, toutes foiz fait il son ni en hauz arbres. Et sa nature est tel que maintenant que il aparçoit que tempeste doie cheoir, ele vole en haut la ou la tempeste n’a povoir de monter ; et par lui conoissent maintes genz que tempeste vient, quant il le voient monter contremont le ciel25. »

  • 26 Le Cornec Rochelois 2008, vol. 1, 221-229.

20Le mot qui nous donnera le français héron est placé sur le même plan que les dénominations du latin classique ardea et tantalus. Comment distinguer un terme latin d’un terme français, en particulier à une époque où le latin était prononcé à la française ? Par ailleurs, les manuscrits ne signalaient d’aucune manière ce que nous avons appelé des xénismes : pas d’italiques pour souligner leur étrangeté, ni soulignement, ni couleur d’encre différente pour les distinguer. Ils étaient intégrés de manière indifférenciée au texte en français. Lorsque l’on rencontre dans la Fleur de lys de Bernard de Gordon, les expressions poissons bestiales et poissons bestialz, en alternance, pour traduire la locution latine pisces bestiales26, convient-il de distinguer un adjectif latin et un adjectif français ? Il est permis d’en douter et de se rallier à l’observation de David Trotter :

  • 27 Trotter 2005, 15.

« Souvent, la distinction que nous essayons d’imposer entre français et latinisme n’est qu’une différence morpho-phonétique (ou : graphique)27. »

21La même traduction de l’œuvre de Bernard de Gordon comporte de nombreuses insertions de mots ou de passages entiers en latin dans le texte français, par exemple :

  • 28 Thomasset 2005, 35-36.

« Et puis faisons ceste medicine qui a la vertu de tous les choses devant dictes : R. quatuor : se. fri. mund. se papaveris al. se. bombacis : se. portu. se. citoniorum, mirtillorum, dragagantum. gommi ara. pinearum mund. iubebarum fisticorum, candi, penidiarm siquir. mund. hordei, musilag. psili amigd. dulc. ana. Z. I. bol arm. san. drac. spodi rosarum, myrrhe. An. EZii. conficiantur cum hydromel. Et fiant trocisci. Et quant tu en voudras user tu en destremperas. I. en lait et luy getteras par la siringue28. »

22Les pronoms en et. I. renvoient à trocisci, nominatif pluriel de trociscus (« médicament solide, tablette de forme conique ou pyramidale »). Entre le passage en latin et le texte en français, l’imbrication syntaxique est complète : la recette en latin fait partie intégrante du discours scientifique en français.

  • 29 Hunt 2000, 133.
  • 30 MS Cambridge, Corpus Christi College 338, ff. 1ra-35vb, cité par Hunt 2000, 133.
  • 31 Pour approfondir la question de la cohabitation du latin et de la langue d’oïl dans les textes du M (...)

23Pour se convaincre de « l’interchangeabilité » apparente du latin et du français, il suffit de parcourir certains textes scientifiques édités par Tony Hunt. Ce dernier mentionne ainsi des recueils médicaux en latin agrémentés de quelques recettes en français29. Mais lorsque l’on s’intéresse comme il le fait à la littérature scientifique transmise en Angleterre, le mélange se corse singulièrement puisque l’anglais entre en jeu. On peut alors trouver un recueil médical composé de 702 recettes dont 223 en latin, 226 en anglais et 253 en français30. Là aussi, de la simple glose portant sur un mot, destinée à permettre une identification plus aisée ou plus précise, à l’alternance de pans entiers du texte dans des langues différentes, en passant par l’insertion de rubriques, par exemple en latin dans un texte français, le mélange des langues se pratique sous toutes ses formes31.

24Emprunt ou code-switching ? Pour ces textes français dont les auteurs ont appris à penser la science en latin, cette distinction peut paraître vaine, comme d’ailleurs dans toute société caractérisée par le multilinguisme, comme le rappelle Tony Hunt :

  • 32 Hunt 2000, 131.

« Linguists have frequently sought to identify borrowings in the languages of medieval Britain, but in the context of multilingual societies it can be unrealistic to attempt to distinguish code-switching from borrowing32. »

25En parlant de diglossie pour l’aire anglo-normande et en considérant que le français médiéval a été sur le territoire britannique une langue d’emprunt, ne risque-t-on pas de commettre un anachronisme ? En effet, l’impression de métissage linguistique qui frappe le lecteur d’aujourd’hui lorsqu’il découvre ces textes du Moyen Âge était sans doute étrangère à leurs auteurs (et vraisemblablement aux lecteurs contemporains).

Divers degrés de métissage pour une multiplicité de dénominations

26Néanmoins, les pérégrinations longues et variées accomplies par les termes du lexique scientifique avant d’entrer dans la langue française permettent d’éclairer une caractéristique fondamentale de la langue scientifique médiévale : la présence de nombreux doublets, et plus largement la profusion de termes synonymes ou de sens proche.

27La paire formée par les mots chiffre et zéro est un exemple fameux du dédoublement auquel peuvent conduire les métissages successifs d’un même étymon, en l’occurrence le mot arabe ṣifr (« vide, zéro »). Par le biais des traductions de textes arabes, le mot est d’abord passé en latin médiéval sous la forme cifra, avec le sens de l’arabe, « zéro », avant d’être emprunté en français avec le même sens sous la forme chiffre. Le passage de l’initiale k- à ch- peut s’expliquer par l’influence du picard, dialecte bien représenté dans les villes industrielles du nord de la France, les premières du pays à adopter le système de numération indo-arabe et à utiliser les algorithmes. À partir de la fin du XVe siècle, chiffre perd son sens étymologique, remplacé par un concurrent importé d’Italie, le mot zéro, issu du même étymon ṣifr par l’intermédiaire d’une transcription en latin médiéval zephirum. Le métissage arabo-latin (agrémenté d’un trait picard) et le métissage arabo-italien ont ainsi doté le lexique français de deux mots bien distincts sur les plans formel et sémantique.

28L’écart entre les deux éléments d’un doublet de ce type est rarement aussi spectaculaire. Le plus souvent, l’existence de ces paires s’explique par la coexistence de termes français distincts selon leur degré de latinisation, ce qui n’est pas propre à la langue scientifique. C’est de cette manière que se sont formés des doublets tels que piété/pitié, simuler/sembler, cumuler/combler, clavicule/cheville, hôpital/hôtel, captif/chétif, ministère/métier ou encore cadence/chance. Si nous avons conservé en français moderne ces doublets, c’est que les deux éléments qui forment ces paires ont connu des évolutions sémantiques divergentes, au point que la relation entre les sens des deux termes est parfois devenue indécelable en synchronie. Les doublets du français médiéval, et en particulier ceux de la langue savante, ne présentent pas de tels écarts sémantiques. On peut le vérifier par exemple à partir du relevé établi par David Trotter pour la traduction d’Albucasis :

  • 33 Trotter 2005, 16.

« Ainsi, nous retrouvons dans le même texte un lexique latin (ou latinisant) face à un deuxième lexique français (ou francisé) pour désigner très souvent les mêmes procédés ou les mêmes choses : estricture~estrecement ; hernie~routure ; incision~taille, taillement ; incisoire~coutel ; litargie~obliance ; nodation~nout (nit) ; mastication~maixier ; restrictoire~restreinture ; solution de ventre~flun de sanc. Évidemment, l’aboutissement logique de ce phénomène est la survivance de doublets : corroder~corrumpre ; dislocation~desaluement ; dessicatif~desechans ; formice~fremi ; saniteit~santeit33. »

29D’après le glossaire qui accompagne l’édition, les adjectifs dessicatif et desechans signifient « desséchant », la dislocation et le desaluement désignent tous deux « la luxation », et fremi, comme formice, peut être « une sorte de pustule ». Même s’il existe entre corroder et corrompre une distinction similaire à celle du français moderne, on peut retenir que les deux signifiants qui constituent ces doublets partagent un même signifié. Parmi les autres paires mentionnées par David Trotter, certains termes latins ou latinisants ont manifestement un sens plus technique ou du moins plus précis que leur correspondant « français » : ainsi l’estrecement (« constriction ») n’est pas exactement une estricture (« ligature ») ; l’incisoire (« type de scalpel, servant à faire des incisions chirurgicales ») ne se confond pas avec n’importe quel coutel (« couteau tranchant ») ; le sens du terme obliance (« oubli, faiblesse ») semble plus étendu que celui de litargie (« léthargie ») et nout (« jointure ») paraît plus polysémique que nodation (« partie noueuse »). Néanmoins, l’écart sémantique demeure subtil et les sens des deux termes entretiennent toujours un rapport étroit. Pourquoi alors conserver ces doublets synonymiques au lieu d’éliminer les redondances et de simplifier le lexique ? Les auteurs de textes scientifiques en français médiéval ne semblent faire aucun effort pour trier les termes ni même pour harmoniser les pratiques de traduction.

  • 34 Möhren 2006, 100.

30Le domaine de la géométrie nous fournira un autre exemple de ce goût médiéval pour les doubles désignations. En étudiant le chapitre consacré aux polygones dans un traité de géométrie du XIIIe siècle, la Pratike de geometrie, Frankwalt Möhren s’intéresse à la formulation suivante : « Se tu veus trover l’aire du quintangle, soit li pentagones34 … » Trois figures, appelées par leur nom latin francisé, quintangle, sixteangle et septangle, sont identifiées de la sorte par le traducteur, au moyen des noms calqués à partir du grec et présents dans l’original, pentagone, sextagones et li piagones (derrière lequel Frankwalt Möhren reconnaît la leçon originale * l’eptagones). Pourquoi ces deux translittérations successives ? L’auteur de l’article y voit la manifestation du double circuit emprunté par le savoir géométrique :

  • 35 Möhren 2006, 101.

« Ces doubles désignations témoignent d’un fait important : les désignations latines proviennent de textes latins ou moyen latins d’origine latine ou arabe, tandis que les désignations grecques proviennent d’une filiation terminologique et textuelle grecque ou gréco-latine. Transposé sur notre texte, cela veut dire que les deux filiations étaient fructueuses, que la réception du savoir mathématique ne passait pas par la seule voie arabe ou gréco-arabe35. »

31Aucune des deux voies de transfert des savoirs et par là aucune des deux origines linguistiques n’est privilégiée. N’est-ce pas là le plus sûr moyen d’être fidèle aux autorités ? C’est aussi peut-être une manière de témoigner de la solidité d’un savoir qui se construit au confluent de deux traditions savantes également fiables.

  • 36 Ducos 1998, 243-249 ; Ducos 2006, 79-92.
  • 37 Ducos 1998, 49, note 97. Assuub transcription du pluriel de as-sihab qui veut dire « flamme » et es (...)

32La désignation des météores ignés, c’est-à-dire des étoiles filantes, analysée par Joëlle Ducos36, met aussi en évidence cette logique de compilation qui préside à la constitution du lexique scientifique français. Le lexique latin médiéval des météores ignés, qui sert de point de départ aux vulgarisateurs français, offrait déjà un spectre de dénominations contrasté : des translittérations de l’arabe (assuub, aneizek et alguadi, tous trois présents dans la version arabo-latine d’Aristote par Gérard de Crémone37) et des translittérations du grec (daloi dans la version grécolatine de Guillaume de Moerbecke et dans les commentaires latins) voisinaient avec des termes transmis depuis l’Antiquité. Parmi ces derniers, certains s’inscrivaient dans la continuité de la tradition grecque (comme le terme générique ignes, dans la continuité du grec φλόγες) tandis que d’autres avaient été ajoutés par les savants romains (comme trabes, faces ou ardores, différentes variétés d’ignes chez Sénèque). Le français scientifique hérite à son tour de ce feuilleté linguistique dû à la diversité des voies de transmission. On retrouve ainsi chez les savants du XIVe siècle les expressions torches ou poutres qui traduisent les métaphores du latin classique titiones et trabes pour évoquer différents types d’étoiles filantes ou des comètes. La translittération de l’arabe assub n’est pas oubliée pour autant puisqu’elle figure en 1372 dans le Livre des propriétés des choses de Jean Corbechon dans l’expression assub le dessendant. Cette trace de la tradition savante arabo-latine n’exclut nullement le recours à des dénominations qui relèvent d’un usage courant, par exemple dans le passage suivant :

  • 38 Jean Corbechon 1372, Livre des propriétés des choses, XI, 2, f° 183 v° cité par Ducos 1998, 49.

« La seconde impression de l’air est un feu long et estroit qui est aussi engendré en l’air de fumees seiches et chaudes et est ce feu appellé du puepple de dragon qui vomyst le feu38. »

  • 39 Ducos 2006, 82.
  • 40 Ducos 1998, 249.

33Dragon est présenté ici par le traducteur comme une désignation vernaculaire indépendante de la tradition savante. Or le latin draco, que l’on rencontre dans des chroniques, relève bien d’un usage médiéval, sans rapport avec les sources antiques. Cette variabilité des dénominations apparaît volontiers comme une faiblesse aux yeux d’un lecteur actuel : n’ayant pas su choisir, le traducteur médiéval n’a pas pu proposer un texte cohérent, harmonisé. Pourtant, si les auteurs en question donnent si volontiers plusieurs noms pour désigner la même réalité, c’est qu’ils manifestaient par là l’étendue de leur savoir. Comme le texte météorologique, le discours scientifique médiéval en général donne souvent l’image d’un ensemble « composé d’une série d’équivalences, transformant la réflexion scientifique en un dictionnaire où tous les usages apparaissent39 ». Le but de ces premières traductions, par lesquelles est né le français scientifique, était moins d’offrir un lexique unifié et autonome par rapport au latin que de fournir « un glossaire d’emprunts40 ».

*

34Le français scientifique médiéval est une langue métissée parce qu’elle naît de la traduction de textes écrits en latin médiéval, une langue elle-même fortement marquée par des héritages et des emprunts divers. D’un latin hybride naît un français hybride. Le rapport étroit entre cette langue encore toute neuve et instable qu’est le français scientifique et le latin dont l’autorité est encore écrasante dans tous les domaines scientifiques ajoute encore au métissage. Lorsque nous parcourons aujourd’hui ces textes des XIIIe, XIVe et XVe siècles, ils nous paraissent truffés de latinismes : du calque (lorsque celui-ci n’est pas devenu un mot français) à l’extrait complet en latin, en passant par la simple formule insérée très naturellement dans une phrase française. Toutefois, cette impression d’hétérogénéité linguistique n’est-elle pas un anachronisme ? Pour des traducteurs bilingues, habitués à penser la science en latin, la distinction entre les deux langues n’était probablement pas pertinente. Certes, ils avaient choisi d’écrire « en roman », mais ils n’avaient pas pour ambition d’affranchir la langue vernaculaire du latin de la tradition savante, ni d’instaurer un usage du français scientifique cohérent d’un domaine à l’autre, ni même à l’intérieur d’un même domaine. Leurs créations lexicales visent d’abord la transmission exacte des textes sources. Dans leurs œuvres, différentes strates linguistiques se juxtaposent ainsi sans que s’accomplisse une sélection ou une synthèse. Leur langue est métissée car elle recense plutôt qu’elle ne trie. La profusion des doublets synonymiques et plus généralement la multiplication des dénominations pour renvoyer à une même idée, caractéristiques du discours scientifique médiéval, portent témoignage des diverses voies empruntées au fil de la circulation des savoirs. Une langue capable d’intégrer l’héritage d’Aristote, Euclide, Pline l’Ancien, Sénèque, Galien, Abucasis et Avicenne (entre autres) devaient nécessairement être métissée et le montrer. Elle livre à l’observateur moderne une terminologie qui semble souvent disparate, mais témoigne des apports culturels et linguistiques successifs à l’œuvre dans l’histoire des sciences. Ce lexique foisonnant, dont l’organisation est profondément étrangère à celle du lexique scientifique du XXIe siècle, a fait l’objet d’analyses très stimulantes, le plus souvent limitées pour l’instant à un domaine. Grâce aux outils élaborés dans le cadre du projet Crealscience, et en particulier le Dictionnaire du Français Scientifique Médiéval, des études d’ensemble confrontant les usages lexicaux dans plusieurs domaines et reconstituant l’évolution de ces usages pendant la période médiévale seront grandement facilités.

Bibliographie

INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES

Le Briz S., Veysseyre G. (dir.) (2010), Approches du bilinguisme latin-français au Moyen Âge. Linguistique, codicologie, esthétique, Études médiévales de Nice, 11, Turnhout, Brepols.

Brunet Latin (2007), Tresor, Beltrami P. G., Squillacioti P., Torri P., Vatteroni S. (éd.), Turin, Giulio Einaudi editore.

Buridant C. (1980), « Problématique de l’emprunt lexical en latin médiéval », Cahiers de l’institut de linguistique de Louvain 6, L’emprunt lexical en linguistique, p. 10-27.

Ducos J. (1998), La météorologie en français au Moyen Âge (XIIIe-XVIe siècles), Sciences, techniques et civilisations du Moyen Âge à l’aube des Lumières, Paris, Honoré Champion.

Ducos J. (2006), « Écrire la météorologie au XIIIe siècle », in Thomasset C. (dir.), L’Écriture du texte scientifique au Moyen Âge. Des origines de la langue française au XVIIIe siècle, Culture et civilisations médiévales, 53, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, p. 79-92.

Ducos J. (2010), « Latin et textes scientifiques français : bilinguisme, ignorance et terminologie », in Le Briz S., Veysseyre G. (dir.), Approches du bilinguisme latin-français au Moyen Âge. Linguistique, codicologie, esthétique, Études médiévales de Nice, 11, Turnhout, Brepols, p. 81-98.

Ducos J., Salavador X.-L. (2011), « Pour un dictionnaire de français scientifique médiéval : le projet Créalscience », Langages, no 183, Mejri S., Sablayrolles J.-F. (dir.), Néologie, p. 63-74.

FEW : Wartburg W. von (1928-2002), Französisches etymologisches Wörterbuch. Eine Darstellung des galloromanischen Sprachschatzes, Bonn, Klopp-Bâle, Zbinden, 1928-1997, 25 vol. 

Hunt T. (2000), « Code-Switching in Medical Texts », in Trotter D. A. (dir.), Multilingualism in later medieval Britain, Cambridge, D. S. Brewer, p. 131-147.

Jacquart D., Thomasset C. (dir.) en collaboration avec Bazin-Tacchella S., Boudet J.-P., Charmasson T., Ducos J., L’Huillier H. (1997), Lexique de la langue scientifique (Astrologie, Mathématiques, Médecine…). Matériaux pour le Dictionnaire du moyen français (DMF) – 4, Paris, Klincksieck, Institut national de la langue française (CNRS), Martin R. (dir.).

Jacquart D. et Micheau F. (1996), La médecine arabe et l’Occident médiéval, Paris, Maisonneuve et Larose.

Le Cornec-Rochelois C. (2008), Le poisson au Moyen Âge : savoirs et croyances, thèse de doctorat, université Paris IV, 3 vol. 

Möhren F. (2006), « Les débuts de l’écriture française de la géométrie au XIIIe siècle », in Thomasset C. (dir.), L’Écriture du texte scientifique au Moyen Âge, Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne (« Culture et civilisations médiévales », 53), p. 93-116. Placides et Timéo ou Li secrés as philosophes (1980), Thomasset C. (éd.), TLF 289, Genève, Droz.

Städtler T. (2007), « Le traducteur, créateur de néologismes : le cas de Nicole Oresme », in Bertrand O., Gerner H., Stumpf B. (dir.), Lexiques scientifiques et techniques. Constitution et approche historique, Palaiseau, Éditions de l’École polytechnique, p. 47-62.

TLFi : Le Trésor de la Langue Française informatisé. Site internet (http:atilf.atilf.fr/tlf.htm)

Thomasset C. (2005), « Remarques sur l’élaboration d’un lexique du vocabulaire scientifique en ancien français », Quaderni del CIRSIL (www.lingue.unibo.it/cirsil), 4, p. 31-41.

Trotter D. A. (2004), « Fonction des gloses dans les textes latin, occitan et français de la Chirurgia d’Albucasis », in Textes et cultures. Réception, modèles, interférences, vol. 2 : Nobel P. (dir.), Interférences et modèles culturels, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2004, p. 23-46.

Trotter D. A. (2005), Albucasis : Traitier de Cyrurgie. Édition de la traduction en ancien français de la Chirurgie d’Abū’l Qāsim Halaf Ibn ‛Abbās al-Zahrāwī du manuscrit BNF, français 1318, Beihefte zur Zeitschrift für romanische Philologie, Band 325, Tübingen, Max Niemeyer.

Vigneron F. (2008), « Le lexique insolite dans le Livre des prouffiz champestres et ruraulx de Pierre de Crescens », in Bouloumié A. (dir.), Écritures insolites, Recherches sur l’imaginaire no 33, Angers, Presses de l’université d’Angers, p. 27-39.

Notes

1 Ducos et Salavador 2011. Site internet : http://www.crealscience.fr/.

2 Bernard de Gordon (1495), La Practique de maistre Bernard de Gordon qui s’appelle Fleur de lys en medecine, Lyon, VI, 10. Il s’agit de la traduction du Lilium medicine, écrit par Bernard de Gordon entre 1303 et 1305. Elle a été établie à Rome en 1377 et imprimée en 1495 à Lyon. Nous citons ici le relevé établi par Claude Thomasset dans Jacquart D., Thomasset C. (dir.) en collaboration avec Bazin-Tacchella S., Boudet J.-P., Charmasson T., Ducos J., L’Huillier H. (1997), Lexique de la langue scientifique (Astrologie, Mathématiques, Médecine…). Matériaux pour le Dictionnaire du moyen français (DMF) 4, Paris, Klincksieck, Institut national de la langue française (CNRS), Martin R. (dir.)

3 Sur « l’arabisation du vocabulaire médical latin », voir Jacquart et Micheau 1996, 160-165.

4 Trotter 2005, 11-12.

5 Brunet Latin 2007, I, 133, 4, p. 236.

6 Jean Corbechon, Le Livre des propriétés des choses, Paris, BNF, fr. 16993, XIII, 26, f° 187 v°.

7 Städtler 2007, 51. L’enquête menée par Thomas Städtler dans cet article porte essentiellement sur le premier livre de la Politique, et il conviendrait de vérifier sa validité pour les traités d’astronomie.

8 Paris, BNF, fr. 1318 (anc. 7475).

9 Trotter 2005, 26.

10 Brunet Latin 2007, Tresor, I, 100, 1, p. 128.

11 Trotter 2005, 16.

12 Pierre de Crescens, Livre des prouffitz champestres et ruraulx, livre II, chap 9, f° 21 r°, cité par Vigneron 2008, 29.

13 Vigneron 2008, 29-30.

14 Trotter 2005, 15.

15 Placides et Timéo ou Li secrés as philosophes (1980), p. 112, § 253.

16 Sous la forme sode au XIIIe siècle dans la traduction française d’Albucasis (Trotter D. A. 2005) et sous la forme soda au milieu du XIVe siècle dans les Commentaires sur les Amphorismes Ypocras par Martin de Saint-Gille (base Créalscience).

17 Jacquart et Micheau 1996, 162.

18 Brunet Latin 2007, Tresor, I, 3, 5, p. 10.

19 FEW: Wartburg W. von (1928-2002), XXV, 235b: arithmetica.

20 La graphie th sera rétablie au XVIe siècle en référence à l’original grec.

21 FEW: Wartburg W. von (1928-2002), XXIV: abax.

22 TLFi : Le Trésor de la Langue Française informatisé. Site internet (http:atilf.atilf.fr/tlf.htm) : abaque, abax.

23 FEW : Wartburg W. von (1928-2002), XIX : Huwarizm.

24 Sur la dynamique des emprunts en latin médiéval, voir l’article de Buridant 1980. Pour des exemples de termes vernaculaires latinisés, voir par exemple Hunt 2000, 139.

25 Brunet Latin 2007, Tresor, I, 152, 1, p. 263-264.

26 Le Cornec Rochelois 2008, vol. 1, 221-229.

27 Trotter 2005, 15.

28 Thomasset 2005, 35-36.

29 Hunt 2000, 133.

30 MS Cambridge, Corpus Christi College 338, ff. 1ra-35vb, cité par Hunt 2000, 133.

31 Pour approfondir la question de la cohabitation du latin et de la langue d’oïl dans les textes du Moyen Âge central et tardif, voir les études réunies dans le volume Approches du bilinguisme latin-français au Moyen Âge 2010. Cet ouvrage comporte en outre une bibliographie très complète sur le sujet. En ce qui concerne les textes scientifiques, voir en particulier Ducos 2010.

32 Hunt 2000, 131.

33 Trotter 2005, 16.

34 Möhren 2006, 100.

35 Möhren 2006, 101.

36 Ducos 1998, 243-249 ; Ducos 2006, 79-92.

37 Ducos 1998, 49, note 97. Assuub transcription du pluriel de as-sihab qui veut dire « flamme » et est utilisé métaphoriquement au sens d’étoile filante.

38 Jean Corbechon 1372, Livre des propriétés des choses, XI, 2, f° 183 v° cité par Ducos 1998, 49.

39 Ducos 2006, 82.

40 Ducos 1998, 249.

Auteur

Université de Pau (UPPA).

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540