Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du transfert culturel au métissage

 | 
Michel Molin
, 
Silvia Capanema
, 
Quentin Deluermoz
, 
et al.

Troisième partie. Dynamiques culturelles et expériences : linguistique et littérature

Dynamiques culturelles et expériences : linguistique et littérature

Texte intégral

1Quelle expression des corps métis ? Les six contributions de ce chapitreuelle traitent des dynamiques, des circulations culturelles qui se révèlent dans la linguistique et la littérature : quels mots, quelles langues, quelles écritures pour quelles voix ?

2Les premiers textes scientifiques français sont émaillés de xénismes, de termes étrangers tels quels, non traduits. Que ces emprunts soient faits au grec, à l’arabe ou au latin, Cécile Le Cornec-Rochelois montre que la coexistence de diverses voies de métissage linguistique permet d’expliquer une caractéristique importante du français scientifique médiéval : le recours à des dénominations multiples pour renvoyer à une même réalité. C’est en revanche la création d’unités lexicales hybrides, métissées, arabo-françaises composées de deux éléments, l’un relevant de l’arabe, l’autre du français que Yamina Benmayouf analyse dans le contexte de l’Algérie depuis les années 1980. Elle interprète ce phénomène comme une forme de résistance de la jeunesse à la politique linguistique d’arabisation-défrancisa-tion postérieure à l’indépendance. Passant de l’usage des mots à la construction de textes littéraires, de la linguistique à la littérature, la contribution de Claire Feuvrier-Prévotat évoque la littérature latine, en tant que production littéraire écrite, née à Rome en 240 av. J.-C. Cette naissance coïncide avec la première représentation en latin d’une pièce de théâtre traduite du répertoire grec ; très vite, avec Plaute, il ne s’agit plus d’une traduction littérale mais d’une véritable création issue du métissage entre les cultures grecque et latine ou plus précisément romano-italique. De la même manière Sophie Gotteland, à travers son étude de l’Histoire romaine de Cassius Dion (v. 163-v. 235 apr. J.-C.), démontre que les échos à la littérature grecque que l’on y trouve ne sauraient être considérés comme de simples ornements littéraires. Participant intimement à l’analyse des événements rapportés, ce métissage crée une voix originale qui se nourrit de l’expérience grecque pour interpréter l’histoire de Rome et, par là même, produit une nouvelle conscience du passé. Les contributions suivantes permettent d’aborder la place de l’écrivain en situation de métissage culturel. Étudiant l’œuvre et les trajectoires sociales des quelques écrivains d’origine métisse et modeste décidés à se faire une place au sein des élites lettrées dans le Brésil à l’époque impériale (1822-1889), l’article de Sébastien Rozeaux analyse la force du processus d’identification au discours dominant d’une société qui, bien que profondément marquée par les empreintes laissées par le peuplement indigène et la traite négrière, prétendait se présenter sous l’apparence d’une nation civilisée à l’occidentale. Malgré cette adhésion pragmatique et sincère, et les valeurs du projet romantique, ces écrivains métis émettent doutes et critiques quant à la question servile et noire dans leurs œuvres. C’est également d’acculturation volontaire, du statut de la langue d’écriture, de la tension entre langue maternelle et langue culturelle, entre langue imposée et langue choisie qu’il s’agit dans la démarche de l’espagnol Juan Larrea présentée par la contribution de Mélissa Lecointre. À travers l’expérience de cet auteur qui s’installe dans le Paris des années 1920 et dont l’entrée en contact avec l’avant-garde parisienne couplée à l’adoption du français comme langue d’écriture poétique bouleverse fondamentalement la pratique, se pose non seulement la question des transferts culturels mais aussi, en ligne d’horizon, du cosmopolitisme.

© Presses universitaires de Rennes, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540